Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:50
Defence Secretary Philip Hammond

Defence Secretary Philip Hammond

 

27 March 2014 Ministry of Defence

 

Defence Secretary Philip Hammond has been talking about why the UK and US must remain partners of choice in defence.

 

On Wednesday 26 March, the Defence Secretary gave a speech at the Heritage Foundation in Washington DC about the special relationship that exists between the UK and the US.

Various UK and US defence issues were raised in his speech, including Nato and European allies working together, broadening military capability, and Russia’s actions in Ukraine.

Philip Hammond recognised the challenges that European defence faces in these times of austerity, but urged European Nato countries to take on greater responsibility for providing security in Europe.

British and French troops
British and French troops taking part in a training exercise (library image) [Picture: Corporal Obi Igbo, Crown copyright]

During his speech, Mr Hammond said:

Nato needs to grasp these challenges, and with the current events in Ukraine as a backdrop, reassert the pivotal role of Nato in our collective security, and demonstrate that we are prepared to put our money where our mouths are.

Guests at the Margaret Thatcher Centre for Freedom were also told about the meeting between Philip Hammond and the US Defence Secretary Chuck Hagel where they discussed the current situation in Ukraine.

A British reservist and a Danish soldier
A British reservist and a Danish soldier training together (library image) [Picture: Corporal Ross Fernie RLC, Crown copyright]

Mr Hammond said:

We have a shared view of Russia’s actions and the consequences that Russia must face as a result.

With thousands of Russian troops still massed upon the border with Ukraine, there remains a significant risk of the crisis escalating.

That is why we, with the United States and our allies in Europe, have imposed a range of sanctions on Russia.

British and American troops
British and American troops working together on operations in Afghanistan (library image) [Picture: Sergeant Rupert Frere RLC, Crown copyright]

The Defence Secretary went on to say that there is hope that Russia and Ukraine will be able to resolve this dispute peacefully, through diplomatic means.

The future investment in our armed forces and the benefit that can bring to the UK’s relationship with the US was also reinforced by Philip Hammond. He said:

With a fully integrated force of 190,000 regulars and reserves, retaining our ability to deploy into the field a division-size force, our cutting-edge, broad spectrum conventional capabilities, our world class Special Forces, and our unique intelligence network, the UK will continue to be able to project and sustain military power around the world.

We will remain the most capable and most interoperable ally of the United States of America.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:50
UK to lead major military exercise off coast of Scotland

Flight deck operations on HMS Illustrious during Exercise Joint Warrior (library image) [Picture: Petty Officer (Photographer) Ray Jones, Crown copyright]

 

27 March 2014 Ministry of Defence

 

Multinational forces will be training off Scotland this weekend as part of Europe's largest military exercise.

 

 

Exercise Joint Warrior will be hosted in the UK and will incorporate all 3 UK armed services: the Royal Navy, the British Army and the Royal Air Force (RAF).

The exercise, which began on 25 March, will engage more than 35 warships, 25 different types of aircraft, and a total of nearly 13,000 personnel from the various participating nations, which include the USA, Turkey, Germany, Belgium, France, Holland and Denmark.

Ships, submarines, aircraft and ground troops from the UK, US and other allies will be taking part, battling each other at sea, in the air and on land in an area which stretches from the Irish Sea, north to Cape Wrath and east to the Moray Firth.

Exercise Joint Warrior represents a valuable opportunity to demonstrate the range of capabilities available for contingency operations and provides excellent training which tests the high readiness capabilities of the armed forces.

Dr Andrew Murrison, Minister for International Security Strategy, said:

Exercise Joint Warrior is an initiative dating back over 30 years and continues to provide realistic training platforms for our armed forces, testing the vast capabilities of the 3 services.

This exercise sees us working with our international allies, including the US, Netherlands, France, Turkey, Norway and Nato, and will be the largest live, tactically-focused exercise held in Europe this year.

HMS Bulwark's landing dock
Royal Marines from 42 Commando prepare to launch an amphibious assault from HMS Bulwark's landing dock (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Nicky Wilson, Crown copyright]

The Royal Navy has 12 ships taking part in the exercise, including amphibious vessels, destroyers, frigates and mine countermeasures vessels.

The crews involved will use the exercise to prepare for their imminent deployments to the Atlantic, Mediterranean and Middle East, where they will carry out activities including deterring adversaries, conducting maritime security operations, reassuring allies and providing humanitarian disaster relief.

Nearly 1,300 commandos from 3 Commando Brigade Royal Marines, including force elements from 24 Commando Engineer Regiment and 29 Commando Regiment Royal Artillery, will be embedded across the ships, enabling them to undertake a large-scale amphibious assault on a beach in Cumbria.

The RAF will provide fast jet aircraft in the form of Hawks, Tornados and Typhoons, and will simulate enemy aircraft and missiles as well as providing conventional air warfare capability. In addition to this, RAF surveillance aircraft will supply the Royal Navy with a detailed picture of enemy movements and positions.

The British Army will be represented on the exercise by members of 16 Air Assault Brigade, who will be joined by RAF, Army and Commando Helicopter Forces, with Apache, Chinook, Sea King, Lynx, Merlin and Puma helicopters providing critical attack support and reconnaissance capabilities.

Logistic support to air assets will be provided by the Tactical Supply Wing of the RAF.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:50
European Defence Matters: Free Debate on Role of EDA

 

Brussels - 28 March, 2014 European Defence Agency

 

Can the EDA make a difference and if so, how to convince European leaders to use it to the full? - was the subject of the third round-table discussion. Graham Muir, Head of Strategy and Policy at the EDA, reflected on some of the successes in the Agency’s ten year history, such as AAR, helicopter crew training and maritime surveillance, reminding the audience also of the achievements made in support for industry – particularly SMEs – and security of supply.  “But there is scope to do so much more,” he said, introducing the first panel of the afternoon.

 

General Vincenzo Camporini, former Chief of Defence in Italy and now Vice President of the Istituto Affari Internazionali, addressed the question as to how better to use EDA from the perspective of a marketplace that is crowded with initiatives and said that the EDA has the luxury, perhaps, of choosing the role it can play. He underlined the need to involve EDA from the outset of preparing future projects.

 

Professor Sven Biscop from the Belgian Royal Institute for International Relations drew the analogy of European defence as an apartment building, in which the Member States could each afford their own apartment, but the question then became – who should be the architect? Proposing EDA’s role be considered as the architect in this case, he went on to say that “after completion and when we all move in – then the EDA becomes the building manager.”

 

Professor Anand Menon from King’s College Department of War Studies in the UK felt that the answer to the question how to generate additional success “is to engage the Member States, not Europe. We have not yet arrived at a Single European Market moment in defence.” Before we get to that point, he felt, we would have to achieve three things. Member States first needed to see defence as an element of socio-economic policy rather than the preservation of wider interests. Secondly, national defence is not enough and that no nation can ‘go on its own.’ Finally there is a need to persuade everybody involved that the EU is the best available institution for [the management of] collective defence. With the EDA to play a central role.

 

Graham Muir concluded that EDA was not a procurement agency but had the flexibility to bring together Member States with similar requirements in an à la carte approach. He recalled that there was provision in the Treaties for the European Commission to participate in and financially contribute to EDA activities. 

 

More information

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:40
Obama: la Russie doit retirer ses troupes de la frontière ukrainienne

 

28 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - Le président des Etats-Unis Barack Obama a exhorté vendredi la Russie à retirer les troupes qu'elle a massées le long de sa frontière avec l'Ukraine et à négocier avec la communauté internationale.

 

Il se peut que (les Russes) tentent d'intimider l'Ukraine, mais il est aussi possible qu'ils aient d'autres projets, en envoyant des soldats à proximité de la frontière, a dit M. Obama lors d'une interview accordée à la chaîne américaine CBS.

 

Quoi qu'il en soit, pour parvenir à une désescalade et résoudre cette situation, la Russie doit retirer ses troupes et commencer à négocier directement avec le gouvernement ukrainien et la communauté internationale, a souligné le président américain au cours de cet entretien diffusé peu avant son arrivée en Arabie saoudite.

 

La veille, le président du conseil de sécurité nationale ukrainien, Andriï Paroubiï, a estimé que 100.000 soldats russes stationnaient près de la frontière, soit bien plus que les 20.000 hommes évoqués par les Etats-Unis.

 

Selon M. Obama, Vladimir Poutine fait preuve de rancune au sujet de ce qu'il considère comme la perte de l'Union soviétique, affirmant que son homologue russe ne devrait pas retourner aux pratiques qui prévalaient à l'époque de la Guerre froide.

 

Il est possible qu'il interprète mal l'Occident. Il est certain qu'il interprète mal la politique étrangère américaine, a encore indiqué Barack Obama.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:40
Les événements de Crimée ont montré les "nouvelles capacités" de l'armée russe (Poutine)

 

MOSCOU, 28 mars 2014 marine-oceans.com  (AFP)

 

Le président russe Vladimir Poutine a souligné vendredi que le rôle joué par les soldats russes en Crimée avait montré les "nouvelles capacités" de l'armée, dont il s'est employé à rétablir la puissance.

 

"Les événements de Crimée ont été un examen. Ils ont démontré les nouvelles capacités de nos forces armées, et le moral solide des hommes", a déclaré le président, confirmant implicitement la participation des militaires russes à la prise de contrôle de la péninsule ukrainienne.

 

Il a remercié "le commandement et les hommes de la Flotte de la mer Noire et des autres unités déployées en Crimée pour leur retenue et leur courage", lors d'une cérémonie de remise de décorations au Kremlin, retransmise à la télévision.

 

Le professionnalisme des militaires russes "a permis d'éviter les provocations et d'empêcher l'effusion de sang, de garantir les conditions d'un référendum libre et pacifique", a ajouté M. Poutine.

 

"Il faut maintenant poursuivre le développement des capacités de combat des unités de nos forces armées. Y compris dans l'Arctique", a encore déclaré le président russe.

 

M. Poutine avait demandé, et obtenu fin février du Sénat russe l'autorisation de faire intervenir l'armée en Ukraine. Des hommes en armes très bien équipés mais sans signe distinctif avaient pris le contrôle des infrastructure de la péninsule de Crimée, mais il n'y a eu aucune confirmation officielle de l'intervention de militaires russes avant le référendum du 16 mars et le rattachement de la Crimée à la Russie.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:40
Jusqu’au bout, le dernier bâtiment ukrainien le chasseur de mines Cherkassy a défié la Russie

 

28 mars 2014. Portail des Sous-Marins

 

Sa tentative de rejoindre la haute-mer bloquée par des épaves de navires sabordés par les Russes, le chasseur de mines ukrainien Cherkassy est parvenu jusqu’à mardi après-midi à conserver une distinction symbolique, même si elle était inévitablement brève : il a été le dernier navire militaire ukrainien en Crimée à n’avoir pas encore été saisi par la marine russe.

 

Depuis les rives du golfe découpant la façade occidentale de la péninsule depuis la mer Noire, les Russes regardaient le navire pris au piège se déplacer constamment. Ils ont ensuite envoyé des patrouilleurs à sa poursuite pour essayer de le capturer, mais en vain.

 

Tous les autres navires ukrainiens bloqués dans le même golfe, le lac de Donuzlav, avaient déjà été capturés au cours des jours précédents.

 

Mardi soir, les Russes ont une nouvelle fois tenté de prendre le chasseur de mines d’assaut. Il y a eu des coups de feu, des explosions et de la fumée, pendant que des hélicoptères survolaient le navire.

 

Les responsables de la base militaire russe la plus proche ont refusé de faire une déclaration au cours de l’assaut.

 

Les Russes se sont assurés qu’aucun navire ukrainien pris au piège dans le lac de Donuzlav, ne pourraient s’échapper.

 

Ils ont coulé 2 vieux bateaux en travers de l’étroit bras de mer qui le relie à la mer Noire, puis, ils ont cueilli un à un les bâtiments ukrainiens, lors d’opérations généralement non-violentes.

 

Le mardi après-midi, le Cherkassy, en service depuis 1977 et armé de 4 canons, avait réussi à échapper à toute capture.

 

Le chasseur de mines a essayer de forcer le passage, parvenant presque à s’échapper par l’étroit de passage rejoignant la mer Noire. Mais au dernier moment, il a été heurté par une embarcation russe, qui l’a contraint à faire demi-tour.

 

Les Ukrainiens ont utilisé des canons à eau pour repousser le navire russe le plus proche. Les 2 côtés étaient lourdement armés, mais le commandant du Cherkassy a reçu l’ordre de n’utiliser ses armes qu’en légitime défense. Les Russes n’avaient pas encore tiré sur son navire.

 

Les Ukrainiens ont aussi jeté des charges explosives autour de leur chasseur de mines pour maintenir les Russes à l’écart.

 

Une partie de la stratégie du Cherkassy était de garder le navire en mouvement, faisant des allers et retours d’un bout à l’autre du lac, rendant ainsi leur capture plus difficile.

 

Le Cherkassy disposait d’assez d’eau, de nourriture et de carburant pour tenir quelques jours.

 

Mardi soir, les Russes sont finalement parvenus à capturer le chasseur de mines.

 

Joint par téléphone, le commandant du Cherkassy a expliqué que l’attaque finale avait impliqué 3 patrouilleurs, 2 hélicoptères et un remorqueur.

 

L’équipage du Cherkassy a essayé de tenir les Russes au loin en jetant des grenades fumigènes, respectant les ordres de ne pas tirer. Les Russes ont tiré dans l’eau à la mitrailleuse. Puis ils ont lancé des charges explosives pour tenter de désemparer le gouvernail.

 

Ils y sont parvenus et le Cherkassy a perdu sa seule véritable protection : sa capacité à manœuvrer pour rester loin des navires attaquants.

 

Alors que les forces spéciales russes abordaient le chasseur de mines, le commandant a ordonné à son équipage de s’enfermer sous les ponts. Pendant ce temps, il négociait leur reddition avec les commandos russes.

 

« Nous sommes parvenus à un accord pour que personne ne soit blessé, » a-t-il expliqué.

 

Le chasseur de mines a été remorqué vers le port. Les Russes étaient polis, selon le commandant, et respectaient la longue résistance du Cherkassy.

 

Le commandant a obtenu une dernière faveur : lui et quelques officiers ont passé une dernière nuit à bord du Cherkassy, avec le pavillon ukrainien flottant. Ils ont ensuite débarqué le matin, laissant les Russes l’affaler eux-mêmes.

 

Référence : Wall Street Journal (Etats-Unis)

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:20
photo US Navy

photo US Navy

 

28 mars 2014. Portail des Sous-Marins

 

L’US Navy désarme ce vendredi le sous-marin USS Miami, endommagé en 2012 par un incendie.

 

Une cérémonie officielle de désarmement se déroule ce vendredi à l’arsenal de Portsmouth, où le sous-marin nucléaire avait été ravagé par un incendie déclenché par un ouvrier du chantier en mai 2012.

 

Le premier commandant du sous-marin, le Capt. Thomas Mader (en retraite), sera l’orateur principal de la cérémonie.

 

L’US Navy avait l’intention de réparer le Miami, avec l’objectif qu’il reprenne du service en 2015. Mais la Navy a finalement décidé de le désarmer l’an dernier après que le cout des réparations ait été fortement ré-évalué.

 

Le chantier va retirer le combustible du réacteur nucléaire, puis effectuer des réparations suffisantes pour qu’il puisse rejoindre le chantier naval de Puget Sound (Washington), où il sera enfin démanteler.

 

Référence : Albany Times Union (Etats-Unis)

L’US Navy désarme un sous-marin endommagé par un incendie
Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 13:20
F-35B Short Takeoff Vertical Landing Variant - Lockheed Martin

F-35B Short Takeoff Vertical Landing Variant - Lockheed Martin

 

March 28, 2014 by Mike Hoffman - defensetech.org



Pentagon leaders are deciding whether to allow the F-35 Joint Strike Fighter to make its international air show debut this summer outside London at the Farnborough Air Show and the Royal International Air Tattoo, according to a Reuters report.

Defense analysts expect Defense Secretary Chuck Hagel to green light a summer trip to London for the F-35 in order to demonstrate to allies the potential capabilities of the stealth jet. South Korea is expected to sign a $6.8 billion contract to buy 40 F-35s.

Allowing Lockheed Martin, the lead contractor building the F-35, to showcase the fifth generation fighter outside London could build support for the coalition of nations already on track to buy F-35s. Canada and Denmark are reported re-evaluating how many F-35s, if any, these U.S. allies might buy, according to the Reuters report.

The F-35B is the likely model that would be displayed. Three F-35Bs have already been built for the British.

The F-35’s performance at Farnborough would be a boon to the international air show circuit. Last year, the U.S. left their fighter jets at home during the Paris Air Show because of budget cuts connected to sequestration. America’s absence allowed Russia to steal the show as Su-35 performances dominated the headlines for the week.

Farnborough and Paris are the top European air shows. The shows rotate every other year so neither one falls on the same year. This year’s Farnborough Air Show will be July 14–20. Military​.com will have a team on site to witness the potential F-35 performances first hand for Defense Tech and the rest of Miltiary.com’s properties

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:50
L'Otan renforce sa présence en Pologne et dans les pays baltes

 

 

MOSCOU, 28 mars - RIA Novosti

 

Selon certaines informations, l'administration américaine ne compte pas annoncer de nouvelles sanctions contre la Russie et ne soulèvera pas la question du retour de la Crimée en Ukraine, en dépit des déclarations publiques de ses représentants. Par ailleurs, les Etats-Unis et les pays de l'Otan sont prêts à accroître leur présence militaire en Europe de l'est, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

Une source proche de l'administration présidentielle américaine reconnaît que "l'intégration de la Crimée à la Russie est un fait accompli et que Moscou n'y renoncera pas", avant d’ajouter qu’il est donc question aujourd'hui "d'empêcher l'escalade de la crise". D'après cette source, le congrès pourrait voter prochainement de nouvelles sanctions ponctuelles contre certains hauts fonctionnaires russes mais la Maison blanche considère ces mesures comme irréalistes.

"Ces listes peuvent être élargies à l'infini mais dès à présent il est évident que seule une pression économique sévère préoccupe réellement Moscou", affirme la source.

Cette thèse a été indirectement confirmée par le président américain. Dans son discours d'hier à Bruxelles Barack Obama a fait comprendre que son administration n'avait pas l'intention d'entrer en confrontation directe avec Moscou. "Les Etats-Unis et l'Otan ne cherchent pas le conflit avec la Russie et l'heure, aujourd'hui, n'est pas aux menaces en l'air. La situation actuelle n'a pas de solution simple et ne peut pas être réglée par la force militaire", a-t-il déclaré.

Selon Obama, les premières décisions dans le cadre d’une "révision fondamentale" des relations avec Moscou pourraient être prises dans les jours à venir. Lors des pourparlers à Bruxelles, le président américain a affirmé aux représentants de l'Otan et de l'UE que la Maison blanche était prête à accorder des "garanties supplémentaires de sécurité" aux pays d'Europe de l'est. Le plan d'action final n'a pas encore été approuvé mais, selon le conseiller adjoint du président à la sécurité nationale Ben Rhodes, il s'agirait d’une expansion de la présence militaire américaine permanente en Pologne, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie.

Le président américain a également appelé ses alliés de l'Otan à revoir les plans de défense actuels "compte tenu des nouvelles menaces". "Je suis préoccupé de voir certains partenaires de l'Otan réduire leur budget de la défense, a souligné Obama. La situation en Ukraine doit rappeler que la liberté n'est jamais gratuite."

De plus, les Etats-Unis sont prêts à accélérer la création de la plus grande zone de libre-échange du monde en augmentant les échanges commerciaux avec les pays de l'UE de 160 milliards de dollars par an. Le pacte commercial transatlantique pourrait être signé début 2015.

Barack Obama a également promis de lever les restrictions sur les exportations du gaz américain en Europe. Il a reconnu que l'adoption de toute sanction contre le secteur énergétique russe aurait un impact négatif sur l'économie des pays européens, et que les livraisons gazières américaines ne régleraient le problème que partiellement. Selon les spécialistes, les Etats-Unis ne pourront pas démarrer les exportations d'hydrocarbures avant 2015. Le locataire de la Maison blanche a promis d'accélérer la délivrance de licences aux compagnies d'exportation américaines, tout en appelant les dirigeants européens à "prendre des risques politiques" et commencer la production de gaz de schiste.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:35
La Russie met à l'eau le 4e sous-marin destiné au Vietnam

 

 

SAINT-PETERSBOURG, 28 mars - RIA Novosti

 

Le quatrième sous-marin à propulsion diesel-électrique du projet 636 Varchavianka (Improved Kilo, selon le code de l'OTAN) destiné au Vietnam a été mis à l'eau vendredi à Saint-Pétersbourg, a annoncé le comité municipal pour la politique industrielle et les innovations.

 

"La cérémonie de mise à l'eau du sous-marin  Khanh Hoa du projet 636 s'est tenue le 28 mars aux chantiers navals de l'Amirauté à Saint-Pétersbourg", est-il indiqué dans un communiqué du comité.

 

Au total, la Russie doit fabriquer six sous-marins diesel-électriques du projet 636 pour le Vietnam d'ici 2016 conformément à un contrat d'environ 2 milliards de dollars signé en décembre 2009. La Russie a déjà remis deux sous-marins au Vietnam et le troisième est en période d'essai. 

 

Baptisé "trou noir" par les experts de l'OTAN pour sa discrétion, le sous-marin diesel-électrique polyvalent du projet 636 "Varchavianka" appartient à la 3e génération de sous-marins. Il a un déplacement de 2.350 tonnes en surface et de 3.950 tonnes en plongée et une vitesse de 17/20 nœuds. Le sous-marin a 45 heures d'autonomie. Il peut être doté de 4 missiles Kalibr, de 18 torpilles de 533 mm (six tubes) et de 24 mines et plonger à 300 mètres de profondeur. Son équipage comprend 52 sous-mariniers.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:20
Equipement à double usage: les USA suspendent les exportations vers la Russie


MOSCOU, 28 mars - RIA Novosti
 

Washington a suspendu les exportations vers la Russie d'équipements pouvant servir à des fins militaires, a déclaré aux journalistes la porte-parole du Département d'Etat Marie Harf.  

"Le département d'Etat a suspendu la délivrance de permis autorisant l'exportation vers la Russie d'équipement pouvant servir à des fins militaires", a annoncé la diplomate.  

Le magazine américain Foreign Policy avait antérieurement rapporté que le département américain du Commerce avait entrepris une démarche similaire en suspendant la délivrance d'autorisations pour la vente d'articles et de technologies à double usage, c'est-à-dire civil et militaire, à la Russie.  

Ces mesures ont été entreprises alors Washington n'a pas officiellement décrété de sanctions économiques contre la Russie.  

Le 18 mars, la Russie et la Crimée ont signé le traité sur le rattachement de l'ex-république ukrainienne de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie. Les autorités de Kiev ont protesté, dénonçant une annexion. Les Etats-Unis et l'Union européenne soutiennent l'intégrité territoriale de l'Ukraine et condamnent la Russie, en la frappant de sanctions. 

Les sanctions décrétées contre Moscou en raison de sa position sur le statut de la Crimée revêtent un caractère individuel. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont établi des listes de personnes frappées d'interdiction de séjour et ont gelé leurs actifs. Washington a également sanctionné la banque russe Rossia. Moscou a indiqué à cette occasion qu'il trouvait le langage des sanctions inadmissible. 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:20
F-35B short takeoff vertical landing (STOVL) - photo Lockheed Martin

F-35B short takeoff vertical landing (STOVL) - photo Lockheed Martin

 

27.03.2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Alors que Lockheed Martin n’avait exposé qu’une maquette de son F-35 lors du dernier salon aéronautique de Farnborough (près de Londres) en 2012, il se pourrait fort bien que l’édition 2014 soit marquée par la présence d’un, voire de plusieurs F-35. C’est ce que croit savoir l’agence de presse Reuters, qui cite des sources selon lesquelles le chasseur de nouvelle génération pourrait effectuer son premier vol transatlantique au mois de juillet, afin d’être exposé à la fois au salon de Farnborough, mais également lors du Royal International Air Tattoo.

 

Une annonce du secrétaire d’État à la Défense Chuck Hagel en ce sens serait « très proche » selon Reuters, qui parle de deux ou trois F-35 qui effectueraient le voyage depuis les États-Unis, dont un F-35B destiné à la Grande-Bretagne.

 

Il s’agirait bien évidemment de « montrer » le F-35 et d’en faire la promotion, une opportunité pour un programme dont les coûts explosent et dont les délais de livraison s’allongent. Une opération de communication qui pourrait bénéficier à la Grande-Bretagne, mais aussi au Danemark, à l’Italie, à la Norvège ou encore aux Pays-Bas.

 

Aucune annonce officielle - gouvernementale ou industrielle - n’est pour le moment venue infirmer ou confirmer l’information livrée par Reuters.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 11:50
Reservists of Royal Wessex Yeomanry train with Challenger 2 and Chinook

28 mars 2014 British Army

 

Reserve soldiers of the Royal Wessex Yeomanry recently trained with Challenger 2 main battle tanks and RAF Chinook helicopters on Salisbury Plain for Exercise Spring Warrior.

For the first time in more than a decade the unit teamed up with the RAF. Their joint mission with air crew from 27 Squadron RAF Odiham was co-ordinate the delivery by air of personnel and their Wolf Scout Land Rovers.

Driver Trooper Marcus Cribb talks about his role as a Reservist working with Challenger 2 and how being a Reservist fits in with his civilian life.

Find out more: http://www.army.mod.uk/news/26133.aspx

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:50
Thales et les forces armées du Qatar vont développer un aéronef à pilotage optionnel

 

DIMDEX, Doha (Qatar), 27 mars 2014 – Thales Group

 

Thales vient de signer un protocole d’accord avec les forces armées du Qatar pour développer conjointement un aéronef à pilotage optionnel (OPV-A). Outre ce système ISTAR (renseignement, surveillance, acquisition d’objectif et reconnaissance) à haute performance, le protocole d’accord couvre la fourniture d’une solution de formation complète de bout en bout.

Le système OPV-A (Optionally Piloted Vehicle-Aircraft) choisi par les forces armées qataries bénéficiera de capacités de mission permettant la mise en œuvre de l’option de pilotage optionnelle.

Le système OPV-A qui sera développé est un système hybride entre aéronef conventionnel et drone, pouvant voler avec ou sans pilote à bord. Pouvant s’affranchir des limites physiologiques d’un équipage, l’OPV est à même d’opérer dans des conditions particulièrement critiques et/ou dans le cadre de missions nécessitant une grande autonomie. Conservant à bord les systèmes de commande nécessaires, il peut être utilisé comme un aéronef classique pour les missions où un contrôle humain direct est l’option immédiatement privilégiée.

 

C’est un projet passionnant que Thales est fier de pouvoir mettre en œuvre avec les forces armées qataries. Notre expérience dans les systèmes de mission et les drones permettra au Qatar de disposer d’une solution innovante au plan mondial. »

Victor Chavez, Directeur général de Thales au Royaume-Uni

 

A propos de Thales

Thales est un leader mondial des hautes technologies pour les marchés de l’Aérospatial, du Transport de la Défense et dela Sécurité. Fort de 65 000 collaborateurs dans 56 pays, Thales a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 14,2 milliards d’euros. Avec 25 000 ingénieurs et chercheurs, Thales offre une capacité unique pour créer et déployer des équipements, des systèmes et des services pour répondre aux besoins de sécurité les plus complexes. Son implantation internationale exceptionnelle lui permet d’agir au plus près de ses clients partout dans le monde.

Thales UK emploie 7 500 personnes basées sur 35 sites. En 2013, Thales UK a enregistré un chiffre d’affaires de 1,3 Md£.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:50
photo Nato

photo Nato

 

Mar. 27, 2014 - By ANDREW TILGHMAN – Defense News

 

After Years of Calm, Ukraine Crisis Prompts Calls For New Buildup

 

The US military’s gradual, 20-year drawdown in Europe looks to be abruptly ending as the Russian invasion of Crimea casts a spotlight on US European Command and fuels calls for reshaping the military mission there after decades of post-Cold War calm.

 

President Obama met with NATO leaders in Brussels on Wednesday and sought to reassure the 28 allied countries in Europe of US military support in the event of further Russian aggression.

 

“We have to make sure that we have put together very real contingency plans for every one of these members, including those who came in out of Central and Eastern Europe,” Obama said at a news conference in Brussels on Wednesday.

 

Two weeks after its ground invasion of Ukraine’s Crimean Peninsula, the Russian military shows no signs of leaving. Tens of thousands of ground troops are in Ukraine’s eastern border region, implicitly threatening further incursions into that former Soviet republic.

 

The top US military commander in Europe, Air Force Gen. Philip Breedlove, is launching a review of current plans for his command’s infrastructure, which has been shrinking for years. And he has been thinking tactically about how renewed tensions with Russia could affect military operations for US and NATO troops.

 

“What does that mean for NATO in the future? How do we change our deployment? How do we change our readiness? How do we change our force structure such that we can be ready in the future?” Breedlove said at a defense forum in Brussels on Sunday.

 

Pentagon spokesman Rear Adm. John Kirby said there are no immediate plans to change US force posture in Europe “from a permanent basing perspective or permanent manpower perspective”

 

However, he said, “We’re certainly looking at other opportunities in Europe ... to reassure our allies and partners and they may be on a more rotational basis than a permanent basis.”

 

Some modest changes are already underway. Immediately following the Russian ground invasion, EUCOM moved 12 Air Force F-16 fighters, along with 200 US support personnel, to Lask Air Base in Poland. Officials say that move is temporary but have provided no end date.

 

EUCOM also moved six more F-16s to support the “air policing mission” in the Baltic region, which includes three former Soviet states that are now NATO partner counties.

 

But within the command today, broader military options are limited. About 67,000 US troops are in Europe, a fraction of the massive Cold War-era force of more than 350,000 personnel.

 

Many experts say a renewed focus on EUCOM should prompt the Pentagon to slow or halt the Army’s plans for a continued drawdown there. And on Capitol Hill, calls are emerging for a new commitment to the command.

 

Defense Secretary Chuck Hagel should be directed to “increase and enhance alert posture and readiness of US forces in Europe without delay,” House Armed Services Committee chairman Rep. Buck McKeon, R-Calif., wrote in a letter to the White House.

 

That should include “maintaining forward-deployed US quick reaction forces,” McKeon said.

 

McKeon’s letter sounded an alarming note by arguing that the US and NATO should be ready for an “Article V response,” a reference to the NATO treaty’s clause that commits each member state to consider an armed attack against one to be tantamount to an armed attack against all.

 

Article V has been invoked only once since World War II, in the days after the Sept. 11 attacks, which led to the 13-year-old war in Afghanistan.

 

The White House has signaled firmly that the US will not go to war with Russia over Ukraine, which is not a NATO member and has millions of Russian speakers and centuries-old ties to Moscow.

 

But military experts say further changes are in store for EUCOM as recent events appear to bookend the post-Cold War era of confidence in European peace and stability.

 

“I would put a couple of cavalry squadrons in Poland,” said Tom Donnelly, a defense expert with the American Enterprise Institute in Washington. “In the grand strategic sense, Poland is the most important.”

 

Enhanced intelligence and reconnaissance assets also are needed in the Baltic region and EUCOM commanders could set up temporary US troop rotations in southeastern Europe, specifically Bulgaria and Romania, Donnelly said.

 

Plans to put a military footprint in southeastern Europe were widely discussed in the 1990s but faded as US focus shifted away from the continent.

 

The Navy could do more exercises along the Black Sea coast with Bulgaria and Romania without a major investment in infrastructure, Donnelly said. US Navy assets in the Black Sea could closely monitor Russian troop movements and threaten missile strikes more than 1,000 miles into Russian territory.

 

For US troops, another impact will likely be a renewed commitment to participating in joint NATO training exercises. That has not been at the top of the Pentagon’s priority list in recent years as the wars in the Middle East have drained manpower and the so-called strategic “pivot” toward the Asia-Pacific region has drawn attention away from Europe.

 

For example, in November, NATO held a large-scale military exercise in northeastern Europe, implicitly training to respond to hypothetical Russian aggression, but the US military sent only 200 troops to the exercise.

 

Critics said EUCOM failed to show a strong commitment to NATO at a time when the U.S military footprint in Europe is shrinking.

 

“There were a lot of complaints of ‘Wait, where was the US in all this?’” said Mark Jacobson, a defense expert with the German Marshall Fund of the United States, a think tank focused on trans-Atlantic cooperation.

 

“We need to give greater priority to US participation in NATO exercises,” Jacobson said.

 

Just weeks before the crisis in Ukraine ignited, Hagel signaled that the Pentagon would continue to shrink US infrastructure in Europe, in part because it would save money and does not require the same congressional approval as the closure of domestic military bases.

 

If Washington decides to instead ratchet up readiness in EUCOM, that would put pressure on Congress to authorize closure of some bases inside the US, a politically difficult move that inevitably affects the local economies in some individual lawmakers’ districts.

 

“If you want to start talking about the need to adjust base structures in Europe, then it may mean that we should be closing some [domestic] bases to pay for those bases in Europe,” Jacobson said.

 

Meanwhile, new questions may arise about the role of EUCOM troops. For years, the command has been a force provider more than a theater of operations. EUCOM-based units often deployed to Iraq and Afghanistan and EUCOM provides forces when needed for US Africa Command, which essentially has no operational forces of its own.

 

Breedlove will arrive in Washington in early April for previously scheduled testimony on Capitol Hill about the annual budget process.

 

Typically, the EUCOM commander’s testimony is an unremarkable event, but this year, the four-star Air Force general will face more pointed questions about whether he has enough troops and military assets to counter Russian threats and reassure NATO allies.

 

If tensions with Russia continue to rise, and defense of the NATO alliance becomes a more urgent mission, the EUCOM commander’s role may fundamentally change.

 

“Breedlove might need to start acting more like war fighter than a supporting command,” Jacobson said.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:50
Crédits EEAS

Crédits EEAS

 

Thursday, March 27, 2014, SEDE

 

The Subcommittee will exchange views with Etienne de Poncins, Head of the EUCAP Nestor mission, and Gilles Janvier, acting EU Civilian Operations Commander, on regional maritime capacity building in the Horn of Africa.

 
When : 1 April 2014       

Further information meeting documents
Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:45
photo G.Rozier Armée de Terre

photo G.Rozier Armée de Terre

 

27/03/2014 Manuel Pavard – 20minutes.fr

 

Trois cents militaires du 7e BCA, basé à Varces (Isère), sont partis au Mali depuis fin janvier, dans le cadre de l’opération Serval…

 

Note RP Defense : voir le reportage photo de G.Rozier (armée de Terre) sur le GTIA VERCORS sur le terrain dans le nord du Mali

 

Ils sont arrivés par vagues successives depuis la fin janvier. Environ 300 soldats du 7e BCA (Bataillon de chasseurs alpins) de Varces (Isère) sont actuellement déployés dans le nord du Mali, à Gao, Kidal et Tessalit, dans le cadre de l’opération Serval, débutée en janvier 2013. Objectif: neutraliser les groupes djihadistes opérant dans la bande sahélienne.

 

«Les terroristes nous fuient»

«On effectue des patrouilles et des missions d’une à trois semaines, à plus de 350 km de nos bases de départ, dans des zones désertiques et semi-montagneuses», raconte, depuis Gao, le capitaine Jounayd, qui commande la 2e compagnie du 7e BCA. «Le but est de montrer notre présence, localiser les groupes armés et les dissuader en les gênant dans leurs mouvements.»

Leur quotidien? «Reconnaître des villages, discuter avec la population et fouiller des cavernes ou des endroits indiqués par nos renseignements, précise le militaire. Ca nous permet de trouver des caches ou des munitions abandonnées.» Pour l’instant, les hommes du 7e BCA n’ont «pas encore eu de contact avec les terroristes. Ces groupes sont très mobiles, se déplacent plus légers et se fondent dans les populations nomades. Globalement, ils nous fuient et cherchent d’autres moyens de lutte, comme les IED (engins explosifs). Les premiers mois de l'opération Serval les ont largement dissuadés de nous combattre.»

 

Plus de 50°C au soleil

Formés au combat en montagne et en conditions extrêmes, les chasseurs alpins ont subi un entraînement intensif avant leur départ. «Les exercices de préparation en montagne sont presque les mêmes que dans le désert», souligne le capitaine Jounayd. Mais «le plus difficile, c’est la chaleur». Les températures avoisinent en effet les «40°C à l’ombre et plus de 50°C au soleil. Et dans un mois, il fera 5 ou 6°C de plus!»

Le capitaine Jounayd l’avoue, «on se prend une petite claque à l’arrivée! Il a fallu 15 jours d’adaptation. C’est éprouvant pour les organismes et le matériel. On débarque de nos véhicules et on part en mission à pied, très lourdement chargés: l’équipement moyen, avec gilets pare-balles, armes et munitions, est de 30 à 35 kilos par homme. Et on est obligé d’emporter six à huit litres d’eau chacun, en plus de nos sacs.»

 

photo G.Rozier Armée de Terre

photo G.Rozier Armée de Terre

«On compte en journées plus qu’en kilomètres»

Ces conditions deviendront encore plus difficiles en mai, avec le début de la saison humide et ses très fortes pluies. «Ce sera plus compliqué de se déplacer car certaines zones nous seront interdites d’accès en raison de la boue et des grands étangs qui se formeront», explique le militaire. Outre le climat et la topographie, les chasseurs alpins doivent aussi s’habituer à  des distances inédites. «On a fait des choses proches en Afghanistan mais le plus déroutant, c’est la taille de la zone d’action qui était beaucoup plus réduite en Kapisa. Ici, on compte en journées plus qu’en kilomètres: 200 km représentent une journée et demi de progression. Et ça dépend de l’état des pistes.»

Les contacts avec la population malienne sont, eux, «excellents», se félicite le capitaine Jounayd: «On reçoit un très bon accueil partout, notamment à Gao et dans les villes bordant le Niger. On est souvent applaudi par les gens et on n’hésite pas à s’arrêter pour discuter et mieux comprendre leur mode de vie.» Retour en Isère prévu au début de l’été.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:35
Tir de missiles nord-coréens photo KCNA

Tir de missiles nord-coréens photo KCNA

 

28 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

NATIONS UNIES (Etats-Unis) - Les 15 membres du Conseil de sécurité ont condamné jeudi comme étant une violation des résolutions de l'ONU les récents tirs de missiles balistiques nord-coréens, sans cependant prendre de mesures pour l'instant.

 

Les membres du Conseil vont se consulter sur une réponse appropriée à cette violation, a précisé à la presse la présidente du Conseil, l'ambassadrice luxembourgeoise Sylvie Lucas, à l'issue d'une heure de consultations à huis clos.

 

Cette réponse devrait être donnée rapidement, a-t-elle précisé.

 

Le Conseil n'a pas publié de prise de position formelle ni annoncé de nouvelle réunion.

 

Se référant aux lancements de missiles balistiques nord-coréens, Mme Lucas a indiqué que les membres du Conseil ont condamné ces tirs comme étant une violation des résolutions du Conseil de sécurité.

 

Cette condamnation a été unanime, a précisé Mme Lucas, qui a lu devant la presse une déclaration entérinée par tous les pays membres pour résumer les consultations.

 

Au cours des consultations, les Etats-Unis, qui avaient demandé cette réunion d'urgence, ont plaidé pour une réponse ferme et rapide du Conseil à ce lancement de deux missiles balistiques, selon des diplomates présents.

 

La Corée du Sud et la France ont également demandé une réaction du Conseil, l'ambassadeur sud-coréen Oh Joon faisant valoir que l'inaction mènerait à de nouvelles provocations de Pyongyang. Le Conseil doit lancer un avertissement clair à la Corée du Nord, a-t-il affirmé, toujours selon des diplomates.

 

Mais la Chine, alliée traditionnelle de Pyongyang, s'est montrée beaucoup plus prudente, estimant que la réaction du Conseil devrait être proportionnelle aux actions du régime nord-coréen.

 

Pour Pékin la priorité est la reprise des négociations à six (les deux Corées, la Russie, le Japon, la Chine et les Etats-Unis), interrompues fin 2008. Ces négociations visent à obtenir l'arrêt du programme nucléaire nord-coréen en échange d'une aide économique.

 

La Corée du Nord a effectué mercredi un tir d'essai balistique en réponse au sommet de La Haye entre le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis. Ces derniers ont dénoncé une escalade provocatrice.

 

 

Musudan and the Rodong-B missile

Musudan and the Rodong-B missile

Pyongyang avait auparavant lancé plusieurs missiles à courte portée, de type Scud, en guise de réponse à des manoeuvres militaires américano-sud-coréennes.

 

Plusieurs résolutions adoptées par le Conseil de sécurité depuis 2006 interdisent à Pyongyang toute activité nucléaire ou balistique. La Corée du Nord subit déjà toute une série de sanctions internationales à la suite de ses essais balistiques ou nucléaires.

 

Le dernier essai présumé de missile balistique de type Rodong par Pyongyang remonte à juillet 2009. Le Conseil de sécurité avait alors réagi par une condamnation et une mise en garde mais sans imposer de nouvelles sanctions.

 

La dernière volée de sanctions prises par l'ONU date de mars 2013, en réponse au troisième essai nucléaire nord-coréen.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:35
Australia develops support infrastructure for MH-60Rs

 

27 Mar. 2014 by Andrew McLaughlin – FG

 

Sydney - Work on the Royal Australian Navy’s Lockheed Martin MH-60R Romeo helicopter support facilities is well underway at HMAS Albatross near Nowra on the New South Wales south coast.

 

Construction of the squadron and training facilities for the new helicopters commenced in late 2013, and on 26 March the Maritime Helicopter Support Company (MHSCo) commenced work on its contractor support facilities. MHSCo is a joint venture company of Sikorsky and Lockheed Martin.

 

One of the new buildings will be an 8,300 square metre deep maintenance workshop and hangar with space for five machines, a ramp, and direct access to the flight line, and will be equipped with a paint booth and wash bay, a structures and composite shop, an avionics shop, a hydraulic test facility, an NDT facility, and offices and training rooms. The other is a 3,100 square metre spares and logistics warehouse.

 

It is projected that 120 Team Romeo staff from the US Navy, Lockheed Martin, Sikorsky, and General Electric will be based at the facilities and will operate under a through life support arrangement with MHSCo as part of the Project Air 9000 Phase 8 naval combat helicopter programme.

 

“Excavation and construction of these TLS buildings begin an important chapter for the long-term readiness of Australia’s most sophisticated maritime helicopter,” says MHSCo president Rod Scotty. “Our company’s experience supplying repaired parts for more than 500 US Navy H-60 maritime helicopters around the world will directly carry over to a larger business model specially-configured for Australia’s maritime helicopter needs, and carried out by skilled Australian technicians and administrators inside a modern, dedicated space.”

 

Work on the contractor support facilities is being overseen by local Sikorsky subsidiary Sikorsky-Helitech, and is due to be completed in early 2015.

 

Training by ‘NUSQN725’ pilots, aviation warfare officers (AVWOs) and maintainers is well underway with embedded elements at the US Navy’s NAS Jacksonville in Florida. The unit has received four MH-60Rs from Lockheed Martin to date, and is scheduled to return to Australia in December to be formally commissioned as 725SQN.

 

The MH-60R was selected in early 2011 ahead of the competing NH Industries NFH 90 to replace the RAN’s 16 ageing S-70B-9 Seahawks of 816SQN, and the 11 SH-2G(A) Seasprites which never entered operational service and were cancelled in 2008 due to airworthiness concerns. The RAN Romeo acquisition covers 24 aircraft in total in a military off-the-shelf FMS arrangement through the US Navy, and the aircraft are identical to US Navy machines.

 

As part of the contract the RAN has also bought a ‘Bromeo’ training aid which was delivered to Jacksonville in February. The Bromeo is essentially a mothballed non-flying SH-60B Seahawk which has been taken out of storage and modified with MH-60R avionics and dynamic components for maintenance training.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:35
Musudan and the Rodong-B

Musudan and the Rodong-B

 

27.03.2014 Par Edouard Pflimlin
 

Le Conseil de sécurité de l'ONU tient des consultations, jeudi 27 mars après-midi, sur les récents tirs de missiles par la Corée du Nord, a annoncé mercredi 26 mars la mission luxembourgeoise auprès de l'ONU. Pyongyang a procédé mercredi matin à des tirs d'essai balistiques en réponse au sommet de La Haye (Pays-Bas) entre le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis, qui ont dénoncé une "escalade provocatrice".

 

Que sait-on du programme de missiles nord-coréens ?

En violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sanctionnant son programme nucléaire, le régime nord-coréen a lancé deux missiles qui sont apparemment des variantes de missiles Rodong (épelés "Nodong" en Corée du Sud), considérés comme des missiles à moyenne portée avec un maximum allant de 1 000 à 1 500 kilomètres. Lors des quatre dernières semaines, la Corée du Nord a également procédé à de nombreux lancements de missiles Scud de courte portée et de fusées, alors que les Etats-Unis et la Corée du Sud organisaient leurs exercices militaires conjoints annuels. Le dernier essai présumé de missile Rodong par Pyongyang remontait à juillet 2009.

« Pyongyang est soupçonné d'avoir lancé des missiles pour protester contre la pression internationale pour la dénucléarisation exprimée lors du Sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye (Pays-Bas) et contre les exercices militaires conjoints en cours entre Séoul et Washington, ainsi que pour montrer la capacité de ses missiles balistiques », selon le Korea Times.

« Le lancement a également eu lieu le jour même où la Corée du Sud commémore le quatrième anniversaire du naufrage de la corvette Cheonan, qui avait été touchée par une torpille nord-coréenne en mer Occidentale, une zone de forte tension. Pyongyang nie toujours son implication dans l'incident qui a tué 46 marins. », ajoute le quotidien sud-coréen.

 

Comment ce programme de missiles s'est-il étendu ?

Ces tirs montrent aussi l'étendue du programme de missiles nord-coréens. Pyongyang dispose en effet de plusieurs centaines de missiles, essentiellement à courte et moyenne portée, qu'elle a acquis et développés depuis une trentaine d'années.

Le programme d'acquisition et de développement de missiles de la Corée du Nord aurait commencé vers 1975, selon l'IISS (International Institute for Strategic Studies) de Londres. A partir de cette date, Pyongyang a notamment importé d'Union soviétique des missiles Scud-B à courte portée et a développé à partir de cette technologie ses propres missiles, Hwasong-5 et Hwasong-6, en accroissant leur portée à respectivement 300 et 500 kilomètres.

Ces missiles peuvent frapper des cibles dans toute la péninsule coréenne – un objectif tactiquement utile pour les dirigeants communistes, mais qui ne remplit pas un des objectifs stratégiques : pouvoir frapper des cibles au Japon, bases américaines comprises.

Aussi, la Corée du Nord a décidé d'importer des missiles, probablement de Russie, pour développer à partir de 1988 le Rodong. Il a été testé à partir de 1993. Donnant satisfaction, il a commencé à être exporté à partir de la deuxième moitié des annés 1990, notamment en Iran et au Pakistan – respectivement renommés Shahab-3 et Ghauri.

La Corée du Nord est ainsi devenue un Etat proliférant, accroissant l'instabilité de la planète. La portée de ce missile est de 900 kilomètres. Il peut toucher une partie des bases japonaises et américaines au Japon ou des objectifs civils. Mais le missile n'a été testé que sur 500 kilomètres. En 2010, Pyonyang a présenté une nouvelle version améliorée, le Nodong-2010, qui pourrait théoriquement atteindre 1 600 kilomètres et toucher Okinawa, dans le sud de l'archipel.

Mais Pyongyang cherche aussi à se doter de missiles intercontinentaux depuis la fin des années 1980. Le missile Taepodong-1 a été testé le 31 août 1998, provoquant un choc, notamment au Japon, le missile passant au-dessus du territoire.

 

Quelle portée peuvent avoir ces missiles ?

 

4 questions pour comprendre le programme de missiles de la Corée du Nord

Sous la pression internationale, Pyongyang accepta, quelques mois plus tard, en 1999, un moratoire sur les tests de missiles à longue portée, en échange de la levée des sanctions économiques instaurées par les Etats-Unis, moratoire auquel elle mit fin en 2006. Depuis, le Taepodong-1 n'a pas été testé. Reconnaissant ses limites opérationnelles, les ingénieurs nord-coréens ont planché sur une nouvelle version, le Taepodong-2, à partir des années 1990. Il a été testé pour la première fois en 2006. Mais le test de ce missile dont la portée serait d'au moins 4 000 kilomètres a échoué.

Un autre missile, le Unha-2 – dont on ne sait pas s'il est une réplique du Taepodong-2 ou s'il s'agit d'un nouveau système – a été lancé en 2009. Ce fut également un échec. Mais selon l'IISS, son développement pourrait servir soit au lancement de petits satellites, soit comme missile à longue portée, entre 6 500 et 10 000 kilomètres. Un autre missile à plus courte portée (2 400 ou 4 000 kilomètres, selon les sources), le Musudan, n'a pas encore été testé et est en cours de développement. Enfin, le Unha-3 a été testé, le 12 décembre 2012, avec succès. Il pourrait atteindre, théoriquement, jusqu'à 10 000 kilomètres de portée, atteignant ainsi largement l'intérieur des Etats-Unis ou l'Europe de l'Ouest.

La portée de ces missiles serait donc, pour certains, considérable, mais elle n'est pas confirmée tant le programme est opaque et l'industrie nord-coréenne technologiquement peu avancée. Par ailleurs, certains systèmes sont difficilement détectables, étant installés sur des rampes mobiles. La Corée du Nord disposerait de 200 rampes mobiles de lancement de missiles balistiques, soit le double de ce qui avait été estimé auparavant par les experts sud-coréens, selon l'agence Yonhap, se référant à l'Institut coréen de recherche aérospatiale.

Sur ces 200 rampes, 100 sont destinées aux missiles courte portée Scud, 50 pour les missiles de moyenne portée Rodong, et 50 pour les missiles de moyenne portée Musudan. Selon les experts militaires, ces rampes de lancement sont déployées dans des régions permettant de frapper les bases sud-coréennes et américaines situées dans le sud de la péninsule coréenne.

 

Quelles sont les conséquences régionales ?

Cet arsenal est d'autant plus inquiétant que Pyongyang développe un programme nucléaire militaire et qu'elle pourrait, dans un avenir peu clair, doter ses missiles balistiques d'ogives nucléaires. Elle a déjà réalisé trois tests nucléaires en 2006, 2009 et 2013.

Par ailleurs, le face-à-face militaire entre Nord et Sud de la péninsule coréenne est impressionnant, ce qui ne va pas dans le sens d'un apaisement des tensions. Alors que Pyongyang a l'avantage quantitatif, mais dispose de matériels souvent obsolètes, Séoul déploie des forces beaucoup plus modernes, appuyées par un contingent militaire américain de 22 000 hommes. Et la Corée du Sud ne cesse de moderniser ses forces. Ainsi, elle devrait acheter prochainement quarante avions de combat furtif F-35 aux Etats-Unis, creusant encore l'écart qualitatif avec sa rivale du nord.

Face à ces menaces, la Corée du Sud, mais aussi le Japon, cherchent à se protéger en développant un programme de défense antimissile.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:30
Qatar air force selects Airbus to supply A330 MRTTs

 

 

27 Mar 2014 by Stephen Trimble – FG

 

Washington DC - The Qatar Emiri Air Force has selected Airbus Defence & Space to supply two A330 multi-role tanker transports (MRTT), potentially adding a seventh customer for the type.

 

Airbus announced the selection on 27 March, with virtually no prior warning of a potential sale.

 

Qatar's air force has no in-flight refueling capability today, but it has been steadily building up its transport capacity.

 

Lockheed Martin has delivered four C-130J-30s and Boeing has delivered four C-17s to Doha in the last four years, joining a fleet of Airbus and Boeing commercial aircraft serving as VIP transports.

 

The tanker selection also comes amidst an extended selection process for Qatar to buy up to 72 fighters to replace an ageing fleet of 12 Dassault Mirage 2000-5s.

 

The bidding process has drawn interest from all of the western fighter makers except Saab, with the Boeing F-15E and F/A-18E/F Super Hornet, Dassault Rafale, Eurofighter Typhoon and the Lockheed Martin F-16 all in contention.

 

Airbus has so far delivered 17 A330 MRTTs among five signed customers with a total of 34 orders. Singapore has also ordered six of the aircraft, while India also is in the final stages of negotiating an order for six more, the company says.

 

The converted A330-200 is capable of carrying 111t (245,000lb) of fuel.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:30
 photo IAF

photo IAF

 

March 27, 2014: Strategy Page

 

Back in 2010 the Israeli Air Force decided to halt upgrading its older AH-64A Apache helicopter gunships to the all-weather AH-64D "Longbow" version. At that point 17 of 47 Israeli AH-64s had been upgraded. The issue was cost and eventually less expensive Israeli sources were found for the electronics needed to achieve many of the capabilities of the D model. Using Israeli electronics also meant it was easier integrating AH-64 systems with Israeli made communications and battle management systems. This also reduced the cost as has the decision to switch to Israeli missiles instead of the American Hellfire.

 

With the improved electronics the AH-64 can be used at night and in bad weather, and be able to spot things on the ground and far away (about ten kilometers). Up to sixteen missiles (plus its 30mm cannon) can be carried, and these weapons are particularly useful for urban warfare, where you want to minimize civilian casualties. It was the civilian casualties sometimes caused when Israeli AH-64s were used against Islamic terrorists in Gaza that created political opposition to the U.S. selling Israel more AH-64s or allowing them to upgrade using American suppliers.

 

Since 2009 Israel has used the original AH-64A and the few AH-64Ds it received from the U.S. against Islamic terrorist group Hamas in Gaza. Based on past experience, Israel developed tactics that integrated the AH-64s closely with the ground units. The Israelis examined how the U.S. has been using AH-64s in Iraq and Afghanistan, and picked up some tips there as well. Now the Israelis are using all that knowledge to upgrade and refurbish their AH-64s with Israeli equipment and ideas.

 

Israel currently has 44 AH-64s and 33 older (but often upgraded) AH-1 helicopter gunships in service.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:20
4th Stryker Brigade Combat Team - photo US Army

4th Stryker Brigade Combat Team - photo US Army

 

March 27, 2014: Strategy Page

 

The U.S. Army is disbanding one of its nine Stryker brigades. This is part of a post-war reduction that will see ten combat brigades eliminated and army strength reduced by 80,000 personnel. The disbanded unit is the 4th Brigade of the 2nd Infantry Division. The brigade was formed in 2005 from the 2nd Armored Cavalry Regiment, a unit that has been in service since 1836. During its nine years the 4th Brigade served in Iraq and Afghanistan and suffered some 600 casualties, including 58 dead during 39 months of combat. Most of the casualties were suffered during the 2007 tour (of 15 months) in Iraq.

 

Another Stryker brigade is being formed in 2014, from the 1st Brigade of the 4th Infantry Division. Not only does the army want to hang onto nine Stryker Brigades but it also wants to buy enough of the new Double-V Hull (DVH) wheeled armored vehicles to equip all nine of the brigades with the new vehicle. But because of budget problems it looks like there will only be enough money to equip three brigades with the DVH model.

 

Stryker acquired a good reputation in Iraq and there has been a lot of foreign interest in that, and wheeled armored vehicles in general. But money is short and likely to continue to be tight for a decade or more.  So the 600 older Strykers replaced by DVH models in the DVH brigades will be put into storage along with the specialized production equipment for Stryker in the hope that eventually the money will be available. Before that some older Strykers were converted to DVH models to provide enough DVH Strykers for the third DVH brigade.

 

Stryker production is supposed to end in 2014, with 4,466 vehicles delivered since 2002. Most (96 percent) were actually delivered by 2012.

 

The DVH design is intended to improve resistance to mines (more common in Afghanistan than Iraq) by adding a V shaped bottom. This is one of the key elements of the MRAP (Mine Resistant Ambush Protected) design, but the DVH is cheaper to operate and better suited to a wider array of missions. Some of the DVH prototypes were run (via remote control), over mines and roadside bombs. These tests demonstrated that the V shaped hull made the vehicles much safer. Developing the new prototype design cost about $58 million. There are 762 DVH Strykers in service with the last of them delivered in 2013. The DVH models cost about $2.1 million each and first experienced combat in 2011. They performed as expected.

 

The army initially bought enough DVH models to equip two Stryker brigades. Each Stryker brigade has 332 Stryker vehicles. There are ten different models, but most are the infantry carrier version. The original Stryker cost about a million dollars each, plus the costs of weapons and equipment. The DVH version is 6.95 meters (22.92 feet) long, 2.72 meters (8.97 feet) high, and 2.64 meters (8.72 feet) wide. Weighing 17 tons, it has a top speed of 100 kilometers per hour and a range (on roads) of 500 kilometers. Stryker has a crew of two, a turret with a remotely controlled 12.7mm machine-gun, and can carry nine troops. A 7.62mm machine-gun is also carried and often another 12.7mm one as well.

 

The army is planning on incorporating the V shaped hull into the new Stryker 2.0 design, which makes DVH models Stryker 1.5 (unofficially). The Stryker 2 will weigh about a ton more than current models and have a more powerful engine (450 horsepower versus the current 350), plus a suspension system and other mechanical components upgraded to support up to 27 tons, larger tires, improved brakes, and improved sensors (so that troops inside the vehicle will have better awareness of what's outside). These are the major modifications, there will be several more minor ones (better air conditioning, a sniper detector, more electricity generation, and so on). Outwards appearance won't change much, other than the V shape hull.

 

Stryker 2 provides for "growth" (more armor and equipment) as well as making the vehicle more agile and reliable. The changes are based on user feedback and are considered a modernization project, not, strictly speaking, a new version of Stryker. Most of the 3,300 Strykers the army has in service have been in combat, and units headed for Afghanistan were the first to get the modernized ones. With all the budget cuts Stryker 2.0 may never see service.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:20
Le gouvernement [canadien] repousse d’un an sa décision d’achat de nouveaux avions de chasse

 

27 mars 2014 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Dans une mise à jour publiée sur son site Internet, Travaux publics et services gouvernementaux Canada indique que désormais, la première livraison d’avions chasseurs prévue est passée de 2017 à 2018.

 

Ainsi, les quatre premiers F-35, si la décision de maintenir l’achat des avions de Lockheed Martin est maintenue, ne seraient pas livrés avant 2018.

Cela pose donc certaines questions étant donné que la mise en œuvre du projet de remplacement des CF-18 doit s’échelonner sur un certain nombre d’années, si bien que de nouveaux avions seront déjà en service alors que d’autres ne seront pas encore acquis. En 2020, les CF-18 auront atteint leur fin de durée de vie utile, et l’Aviation royale canadienne n’aura théoriquement reçu que 20 F-35, les quatre derniers devant être livrés en 2024.

Cela veut donc dire que le contrat de «financement intégral» pour les 65 avions doit être passé au plus tard en 2016, et donc une décision d’achat avant. Des experts s’attendaient à ce qu’une décision soit prise en 2013, avec une signature de contrat en 2014, mais avec la reprise à zéro du processus de remplacement de la flotte de CF-18, le gouvernement ne veut pas prendre de décision finale tant que son «Plan à sept volets» ne sera pas achevé.

 

 

Dans sa «Mise à jour annuelle de 2013», le Secrétariat national d’approvisionnement en chasseurs (SNAC) indique qu’en retardant le profil d’achat d’un an, la Défense nationale bénéficierait d’une économie du coût d’acquisition d’environ 160 millions $, mais qu’en contrepartie, il s’ensuivra une hausse des coûts du soutien.

En interview téléphonique pour 45eNord.ca, la porte-parole en matière de défense du NPD Elaine Michaud s’est dite peu surprise de cette décision de repousser l’échéancier. «C’est une situation préoccupante, a dit la députée. Il faudrait que le processus soit beaucoup plus transparent et ouvert qu’il ne l’est. [...] Des sommes considérables sont en jeu et le gouvernement nous cache des informations juste avant les prochaines élections».

Le rapport définitif de l’Aviation royale canadienne sur l’analyse complète des capacités, des coûts et des risques liés à chaque option est en cours d’examen par le SNAC et devrait être rendu public dans les prochains mois, si tout va bien.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 07:55
Aujourd'hui et demain (du MinDef, du CEMAT, ...)

 

 

27 mars 2014 par Henri Weill – Ainsi va le monde !

 

Aujourd'hui, lorsqu'on évoque la succession du général Ract Madoux comme chef d'état-major de l'armée de terre, les noms les plus cités sont ceux des généraux Beth, Bosser, Margueron, Ribayrol et Castres. Ce dernier, sous-chef opérations à l'EMA, a les faveurs du directeur de cabinet du ministre de la défense. "Si cela ne tenait qu'à lui, Cédric Lewandowski l'aurait déjà nommé" affirme un politique, proche de ce dossier. "Comme il a prolongé Laurent Collet-Billon, délégué général pour l'armement". Prolongation pour deux ans qui aurait été décidée "sans l'avis vraiment officiel de l'Elysée".

 

Demain, c'est-à-dire la semaine prochaine, après le deuxième tour des élections municipales. Dont le résultat s'annonce douloureux pour François Hollande qui devrait remanier. Qui sera ministre de la défense ? Jean-Yves Le Drian ? Ce n'est pas un ministre qui pose problème au chef de l'Etat. Bien au contraire. Mais, M. Le Drian a les yeux rivés sur la Bretagne et sur une situation politique qui s'annonce complexe pour le parti socialiste. Choisira-t-il la région afin de préparer les futures échéances électorales ? Ou F. Hollande le lui demandera-t-il expressément ?

 

Autre inconnue : si l'actuel ministre se succède a lui-même, conservera-t-il à ses côtés Cédric Lewandowski ? "Un dircab aux remarquables qualités de travail, qui possède un vrai sens politique mais adepte, en permanence, du passage en force" comme le dépeint un homme qui le connait parfaitement bien. Or, les circonstances nées du scrutin ne vont-elles pas exiger, à des postes-clés, des hommes nouveaux et surtout plus consensuels ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories