Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 16:30
Syrie: l'armée s'empare d'une autre localité près de la frontière libanaise

 

19 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

DAMAS - L'armée syrienne s'est emparée mercredi de la localité de Ras al-Aïn, à proximité de la frontière libanaise, gagnant du terrain dans cette région du Qalamoun après la prise dimanche d'une autre ville rebelle.

 

Des unités de l'armée ont pris Ras al-Aïn, au sud-ouest de Yabroud, tuant un grand nombre de terroristes, a indiqué l'agence officielle Sana qui, selon la terminologie officielle du régime, utilise le mot de terroristes pour désigner les rebelles.

 

La télévision publique a diffusé des images en direct de Ras al-Aïn, montrant des femmes dansant et chantant de joie.

 

Dimanche, après des mois de combats et de pilonnages, les troupes du régime, soutenues par les combattants du Hezbollah chiite libanais, ont pris Yabroud, dernier bastion rebelle important dans le Qalamoun, une région montagneuse au nord de Damas.

 

Les forces du régime ont désormais comme objectif de sécuriser entièrement la frontière et de fermer tous les points de passages avec le Liban, avait indiqué lundi un responsable des services de sécurité à Damas.

 

L'armée entend pour cela s'emparer de Rankous, au sud de Yabroud, et Flita et Ras al-Maara, au nord-ouest, selon lui.

 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des combats violents se déroulaient mercredi à un point de contrôle de Rankous.

 

Les troupes du régime et des milices pro-régime, épaulées par le Hezbollah, combattaient en outre les rebelles et les forces jihadistes autour du village de Bakhaa et Jobeh, toujours dans cette région du Qalamoun, selon l'OSDH.

 

Dans la province centrale de Homs, l'armée est entrée dans la localité d'al-Hosn où se trouve la célèbre forteresse croisée du Krak des Chevaliers, a en outre indiqué à l'AFP une source au sein des services de sécurité.

 

L'armée est entrée dans al-Hosn et a pris deux quartiers du village. Elle bombarde autour du Krak des Chevaliers pour prendre le contrôle de ce château aux mains des rebelles, a précisé cette source.

 

Des combats se sont déroulés à plusieurs reprises autour de la citadelle médiévale.

 

Dans une région proche, deux rebelles ont péri dans un guet-apens de l'armée qui a détruit des véhicules transportant des armes, à l'ouest du village de Zara, tombé le 8 mars aux mains des troupes syriennes, selon Sana.

 

Dans le sud du pays, les rebelles se sont en revanche emparés de la prison centrale de Gharaz dans la province de Deraa, libérant un certain nombre de prisonniers, selon l'OSDH.

 

Et dans la Ghouta orientale, près de Damas, deux enfants sont morts par manque de nourriture et de médicaments, dans une zone où le régime impose un siège depuis plus d'un an, selon cette ONG qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et sources médicales dans le pays.

 

Les troupes gouvernementales assiègent plusieurs villes contrôlées par les rebelles, provoquant des pénuries de nourriture et causant des morts.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
Pour Nexter, il est urgent de gagner une commande à l'export

 

18/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Faute d’une commande rapide à l'export de véhicules blindés, le plan de charge du groupe d'armement terrestre, notamment du site de Roanne, va être prochainement à risques.

 

Nexter vit encore des jours heureux... mais jusqu'à quand ? Car à ce jour, rien ne présage une commande export qui fasse la soudure entre la fin des livraisons début 2015 du véhicule blindé de combat français tout-terrain à huit roues (VBCI), et l'arrivée en fabrication du VBMR, le véhicule blindé multi-rôles (VBMR ) destiné à remplacer le véhicule de l'avant blindé (VAB), dont les premières livraisons sont attendues en 2018.

 

Le plan de charge du site de Roanne (800 salariés) risque d'être compliqué sans une commande rapide de VBCI, surtout après l'arrêt de l'appel d'offre de VBCI au Canada. Peut-être au Danemark, qui pourrait se décider fin 2014 en vue d'acheter au moins 250 véhicules. Voire au Liban. En tout cas, le dossier inquiète la Direction générale de l'armement (DGA). "C'est une vraie question, cela va être chaud", explique-t-on au sein de la DGA.

 

Une marge opérationnelle à 14 %

 

En 2013, Nexter a réalisé une année solide. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 787 millions d'euros, en hausse de 6 % par rapport à 2012 (742 millions). "La part du chiffre d'affaires générée par les contrats de Maintien en conditions opérationnelles (MCO) représente environ un tiers des revenus, la part munitionnaire représentant quant à elle, un quart des revenus", a précisé le groupe d'armement terrestre dans un communiqué publié mardi soir. Pour la huitième année consécutive, Nexter affiche un résultat positif.

 

Le groupe d'armement terrestre a présenté en 2013 une marge opérationnelle consolidée de 14 % de son chiffre d'affaires (contre 10 % en 2012), confirmant une croissance organique solide. Enfin, le résultat net consolidé de Nexter s'est élevé à 74 millions d'euros, en recul de 20 % par rapport à l'exercice précédent (93 millions). "Ce résultat tient compte d'un niveau élevé de dépenses consacrées à la recherche et au développement (près de 18 % du chiffre d'affaires consolidé), dont près de la moitié est financée sur fonds propres", a souligné le communiqué.

 

"Dans un environnement durablement concurrentiel sur les marchés de défense terrestre et stable ou en régression sur les marchés occidentaux, Nexter a atteint ses objectifs de chiffre d'affaires et de rentabilité opérationnelle sans renoncer à autofinancer les efforts de préparation de l'avenir", a expliqué le groupe d'armement.

 

Des commandes stables

 

Nexter a enregistré un niveau de prises de commandes "en ligne avec la moyenne des années précédentes". Le total des commandes s'est établi à 612 millions d'euros, en baisse de 29 % par rapport à 2012 (862 millions). Deux commandes significatives, le contrat de 37 Caesar pour l'Indonésie et la commande pluriannuelle gros calibre France ont représenté 43 % des commandes de l'exercice 2013.

 

En ajoutant les tranches conditionnelles des contrats commerciaux en cours d'exécution, le carnet de commandes de Nexter s'élevait à fin 2013 à 2,6 milliards d'euros (2,8 milliards fin 2012) et représentait près de trois ans d'activité.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
2013: une année saine pour Nexter, en attente de l’export

Le dernier-né de la gamme Nexter, le Titus - crédits: Nexter

 

18 mars, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Le groupe français du terrestre Nexter vient de communiquer ses résultats financiers pour l’année écoulée. Selon le communiqué « Nexter a atteint ses objectifs de chiffre d’affaires et de rentabilité opérationnelle sans renoncer à autofinancer les efforts de préparation de l’avenir ; le Groupe a enregistré un niveau de prises de commandes en ligne avec la moyenne des années précédentes. »

 

Tout va donc bien pour le constructeur de blindés qui enregistre une année saine

 

Pour les détails: « Le total des commandes pour Nexter s’établit à 612 M€ ». Ce chiffre est atteint grâce à deux commandes significatives: le contrat de 37 canons Caesar pour l’Indonésie et la commande pluriannuelle gros calibre France, ce qui représentent 43 % des prises de commandes 2013. « En ajoutant les tranches conditionnelles des contrats commerciaux en cours d’exécution, le carnet de commandes de Nexter s’élève à 2,6 milliards d’euros et représente près de trois ans d’activité » indique le communiqué.

Le chiffre d’affaires consolidé de Nexter pour 2013 s’élève à 787 M€, « conforme aux objectifs que s’est fixé le groupe pour l’exercice 2013″. La part du chiffre d’affaires générée par les contrats de Maintien en Conditions Opérationnelles (MCO) représente environ 1/3 des revenus, la part munitionnaire représentant quant à elle, 1/4 des revenus.

 

Nexter est donc en quelques années devenu une entreprise saine et a achevé sa mue, avec des résultats positifs, qui rapporte à l’État. Reste qu’il va falloir maintenant engranger des contrats export. Les chaînes de Nexter Systems, qui marchent aujourd’hui sur des contrats Aravis et VBCI, vont bientôt voir leur cadence diminuer voir s’arrêter à l’horizon 2015… Le groupe français a donc un à deux ans devant lui pour marquer à l’export. La gamme, elle est prête: l’Aravis, le VBCI ou le dernier-né Titus doivent dorénavant s’imposer.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:55
Missiles : MBDA a battu son record de commandes à l'export en 2013

Le groupe européen a engrangé 2,2 milliards d'euros de commandes à l'export en 2013 sur un total de 4 milliards d'euros.

 

18/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier a obtenu de nombreux contrats à l'international. L'Arabie Saoudite, Singapour et Corée du Sud figurent dans le top trois des clients de MBDA.

 

2013 a été indéniablement une très, très bonne année pour MBDA à l'export. Le missilier européen a annoncé ce mardi à l'occasion de l'annonce des résultats 2013 avoir battu son record de prises de commandes à l'international (hors les commandes des quatre pays domestiques : Allemagne, France, Grande-Bretagne et Italie). Le groupe européen a engrangé 2,2 milliards d'euros de commandes à l'export en 2013 sur un total de 4 milliards. L'Arabie Saoudite, Singapour et la Corée du Sud figurent dans le top trois des clients du missilier l'année dernière. Les produits de MBDA plaisent notamment à la région Moyen Orient (50 % des commandes) et à l'Asie-Pacifique (40 %).

Du coup, le carnet de commandes repasse au-dessus de la barre des 10 milliards, à 10,8 milliards d'euros. Un record que le groupe avait déjà battu en 2012 quand il avait engrangé 1,5 milliard d'euros de commandes cette année-là. Ce qui avait d'ailleurs été l'une des très rares satisfactions de MBDA et de son PDG, Antoine Bouvier. Car les commandes au total (2,3 milliards d'euros) avaient été encore bien en-dessous du chiffre d'affaires (3 milliards d'euros). Une mauvaise habitude qui avait été prise depuis 2009.

 

Avoir un book to bill supérieur à 1

Du coup, Antoine Bouvier avait fixé pour 2013 un objectif prioritaire à ses troupes, avoir un ratio chiffre d'affaires, prises de commandes (book to bill) supérieur à 1. C'est fait. MBDA, qui a annoncé un chiffre d'affaires en léger retrait par rapport à 2012 (2,8 milliards en 2013, dont 1,7 milliards dans les quatre pays domestiques de MBDA, contre 3 milliards), a cassé l'an dernier la spirale infernale de la baisse inexorable de son carnet de commandes. C'est ce qu'a annoncé le PDG de MBDA ce mardi. D'autant que les commandes nationales ont été bien meilleures (1,8 milliards) que celles de 2012 où elles avaient été au ras du plancher (800 millions).

En France, MBDA a enfin obtenu la signature tant attendue du contrat de développement et de production du missile tactique, le missile moyenne portée (MMP) pour un montant de 400 millions. En Grande-Bretagne, le missilier a obtenu un contrat de production de 250 millions de livres du système naval de défense aérienne Sea Ceptor armé par des missiles CAMM (Common Anti-air Modular Missile). Enfin, l'Allemagne est devenue la sixième et dernière nation partenaire du programme de missile air-air Meteor à notifier en mai une commande.

 

L'Arabie Saoudite, premier client export de MBDA en 2013

C'est en Arabie Saoudite que MBDA a cartonné en 2013. Selon nos informations, le missilier a gagné cinq contrats. Tout d'abord le groupe britannique a choisi MBDA pour fournir à l'armée de l'air saoudienne le missile air-sol britannique le Dual-Mode Brimstone. En outre, il équipera l'armée de l'air saoudienne un lot supplémentaire de missiles de croisière Storm Shadow. Soit environ une commande évaluée pour MBDA à 500 millions d'euros.

MBDA participera au contrat d'Etat à Etat (LEX ou Life Extension Sawari 1) de plus d'un milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I). MBDA va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée de MBDA Simbad-RC (un peu plus de 40 millions d'euros), deuxième client de ce nouveau produit.

MBDA va équiper de missiles sol-air VL Mica la Garde nationale, l'armée privée du roi commandée par le prince Mitaeb bin Abdullah, selon des sources concordantes. Ce contrat, qui s'élève à un peu plus de 150 millions d'euros, va permettre de remplacer le parc de missiles Mistral (MBDA). A terme, le missilier table sur plus de 500 millions d'euros de commandes au total.

 

Malaisie, Singapour, Corée, Nouvelle-Zélande, Indonésie et Turkménistan

MBDA a gagné un contrat portant sur les installations de tir de missiles sur les six corvettes de type Gowind, dont le design a été vendu par DCNS en Malaisie. Le montant de cette commande est évalué à un peu moins de 100 millions d'euros. Mais qui dit installations de tir dit commandes futures de missiles. MBDA doit vendre cette année des missiles surface-air VL Mica, et l'antinavire, Exocet block 3. La future commande est estimée entre 300 et 400 millions d'euros.

MBDA a obtenu en 2013 une très jolie commande à Singapour, un client référent, qui a investi dans des missiles Aster 30. Par ailleurs, le missilier a placé le Mistral en Indonésie et le Simbad-RC au Turkménistan, selon nos informations. Enfin, la Corée du sud s'est offert 170 missiles de croisière Taurus d'une portée de 500 kilomètres pour une valeur totale de 300 millions d'euros. Il a également été sélectionné par la Nouvelle-Zélande pour son système Sea Ceptor.

 

Le miracle permanent de MBDA

Chaque année, MBDA réussit un petit miracle à l'exportation. Car le missilier n'est pas vraiment aidé par les plate-formistes français (Dassault, DCNS, Airbus Helicopters…) qui ne vendent pas ou quasiment pas. Il a développé une véritable résilience qui lui permet de continuer à vendre sans l'aide des plate-formistes français. Du coup, il a dû se réorienter vers des plateformes étrangères comme le chantier naval néerlandais Damen (corvettes modulaires Sigma), qui est très actif à l'export. Et ses succès à l'export, le missilier les doit le plus souvent à son portefeuille produits sol-air (VL-Mica, Sea Ceptor, Mistral…) et antinavire (Exocet block 3). Enfin, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, donne le plus souvent possible un coup de pouce au missilier.

"MBDA cartonne dans des pays où on ne l'attend pas forcément grâce à un travail de fonds des équipes commerciales", constate un bon observateur. Un travail initié par le grand patron de l'export, Jean-Luc Lamothe qui a su nouer des partenariats avec des plate-formistes étrangers. Des succès qui sont également dus à la stabilité des équipes commerciales dans les pays. Un gage de réussite sur le moyen-long terme. Grâce à cette stratégie patiente, MBDA devrait concrétiser de beaux succès cette année ou en 2015 dans des pays inattendus.

Et bien sûr, chaque année qui passe, le rapproche d'un méga-contrat, notamment en Inde avec le Rafale ainsi que le SR-SAM (sol-air), au Qatar (Rafale)

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 13:50
EMBOW XIV: exercice de détection de missiles dans les Landes

 

18.03.2014 Défense Sud-Ouest

 

Du 3 au 28 mars, l’exercice otanien EMBOW XIV mobilise la base aérienne 120 de Cazaux et le centre d’essais de missiles de la DGA à Biscarosse. La capacité de détection de missiles des aéronefs de 18 nations ainsi que leur dispositif de protection (leurres ou système laser actuellement en développement) sont mis à l’épreuve. Pour réaliser ces tests, différents appareils de l’OTAN quittent leur plateforme d’accueil de l’armée de l’air pour se présenter face à une série de systèmes de guidage infrarouge «sol-air» mis en place sur le site de Biscarrosse. EMBOW XIV concerne indifféremment avions de transport, de chasse et hélicoptères. L’exercice est organisé et placé sous la responsabilité d’un ingénieur navigant d’essais de la DGA du site de Cazaux.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 12:55
Résultats 2013 du Groupe Nexter

 

Versailles, le 18 mars 2014 - Groupe Nexter

 

Le Conseil d'Administration de Nexter Systems s'est réuni à Versailles ce jour pour arrêter les comptes consolidés de l'exercice 2013.


Dans un environnement durablement concurrentiel sur les marchés de défense terrestre et stable ou en régression sur les marchés occidentaux, Nexter a atteint ses objectifs de chiffre d’affaires et de rentabilité opérationnelle sans renoncer à autofinancer les efforts de préparation de l’avenir ; le Groupe a enregistré un niveau de prises de commandes en ligne avec la moyenne des années précédentes.


Le total des commandes pour Nexter s'établit à 612 M€. Deux commandes significatives, le contrat de 37 CAESAR® pour l’Indonésie et la commande pluriannuelle gros calibre France représentent 43 % des prises de commandes de l’exercice. En ajoutant les tranches conditionnelles des contrats commerciaux en cours d’exécution, le carnet de commandes de Nexter s'élève à 2,6 milliards d’euros et représente près de trois ans d'activité.


Le chiffre d'affaires consolidé de Nexter s'élève à 787 M€, conforme aux objectifs que s’est fixé le groupe pour l’exercice 2013. La part du chiffre d’affaires générée par les contrats de Maintien en Condition Opérationnelle représente environ 1/3 des revenus, la part munitionnaire représentant quant à elle 1/4 des revenus.


Dégageant pour la huitième année consécutive un résultat positif, Nexter présente, en 2013, une marge opérationnelle consolidée de 14 % de son chiffre d'affaires, confirmant une croissance organique solide.
Le résultat net consolidé de Nexter s'élève à 74 M€. Ce résultat tient compte d'un niveau élevé de dépenses consacrées à la recherche et au développement (près de 18% du chiffre d'affaires consolidé), dont près de la moitié est financée sur fonds propres.

 

Téléchargez le pdf

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 12:55
Forces Spéciales : CPA10, experts 3D

 

Poser d’assaut - Les posers d’assaut permettent un « déchargement » rapide d’hommes ou de matériels en toute discrétion, avec redécollage immédiat quelques minutes plus tard

 

Crédits R. Connan©DICoD

 

Ils maitrisent le savoir-faire commando et sont spécialistes du domaine aéronautique. Les commandos parachutistes de l’air n°10 (CPA10) d’Orléans cultivent leur expertise au profit des opérations spéciales. Nous avons pu passer quelques jours à leurs côtés lors de manœuvres d’entrainements à Djibouti, dans la corne de l’Afrique.

Forces Spéciales : CPA10, experts 3D

Au programme : guidage appui feu et poser d’assaut, ou en d’autres termes, comment guider un avion de chasse pour détruire une cible ou faire atterrir un avion en plein désert ?

 

La réponse en images.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 11:55
Forces Spéciales : Trépel, spécialistes de l’assaut

Commando Trepel : Avec le GAS, Groupe d’action spécialisée - Les commandos Trépel sécurisent la zone afin d’extraire le chef terroriste par hélicoptère Puma du Detalat, détachement d’aviation légère de l’armée de Terre.

 

Crédits R. Connan©DICoD

 

Basées à Lorient, les forces spéciales du commando Trépel sont spécialisées dans l’assaut à la mer et la libération d’otages. Le commando porte le nom du capitaine Trépel, un des créateurs des commandos, disparu en 1944 au cours d’un raid en Hollande. Nous avons pu partager quelques uns de leurs entrainements à Djibouti, et vivre au plus près certaines de leurs manœuvres à 4000 mètres d’altitude ou en plein désert.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:50
Wildcat Type 45 Destroyer Deck Landing First

 

18/03/2014 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

The Royal Navy's next-generation AgustaWestland Wildcat helicopter has landed on a Type 45 Destroyer's deck for the first time. The landing paves the way for the Wildcat to start replacing the Fleet Air Arm's Westland Lynx HMA8 helicopter from 2015 onwards.

 

Currently, the Wildcat is being trialled by 700W Naval Air Squadron based at RNAS Yeovilton, Somerset, UK. Five Wildcat airframes are being routinely put through their paces ahead of the type's scheduled entry-into-service next year.

 

Two variants of the Wildcat have been developed - one for the Royal Navy, the other for the British Army. The Fleet Air Arm will get 28 Wildcats and they'll be equipped with two new weapons - the LMM (Lightweight Multirole Missile) and the FASGW (Future Anti-Surface Guided Weapon) - along with heavy and general purpose machine guns.

 

Wildcat Destroyer Landing

 

The Wildcat Destroyer landing trial involved HMS Dragon - the fourth Type 45 ship produced, which was handed over to the Royal Navy in August 2011. Like its counterparts HMS Daring, HMS Dauntless, HMS Diamond, HMS Defender and HMS Duncan, HMS Dragon is a multirole-capable vessel capable of undertaking surveillance, anti-piracy, disaster relief aid and other missions.

 

Its flight deck can accommodate two Wildcats or a single Westland Merlin HM1 anti-submarine helicopter and its armament includes the Sea Viper air defence system, Harpoon anti-ship missiles and a 4.5 inch Mark 8 naval gun.

 

Type 45 Deck Trials

 

"Today is a small, but exciting, step in the progression of this new capability and I am delighted that HMS Dragon was able to help", commanding officer, Captain Iain Lower, explained in a statement on the Type 45 deck trials. "I look forward to seeing what the aircraft can do when we put it through its paces later this month."

 

"This year will be one of many firsts for the Wildcat crews as we work with our industry partners to get the aircraft to sea as soon as we can", added 700W NAS' commanding officer, Lieutenant Commander Simon Collins, in the MoD's Wildcat deck landing press release. "Deck landings on board a Type 45 at sea are a real milestone and it was a pleasure to join the HMS Dragon team to show them what Wildcat can do."

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:40
Mali: les rebelles touaregs du MNLA à Moscou

 

18-03-2014 par RFI

 

La sécession de la Crimée pourrait donner des idées à bien des mouvements indépendantistes et ce, jusqu’en Afrique. Vendredi, les rebelles touaregs du MNLA, habitués aux confins désertiques du nord du Mali, sont allés jusqu’à Moscou rencontrer le représentant spécial du président Poutine pour l’Afrique. Une visite qui n’a pas plu aux autorités maliennes. Lundi, l’ambassadeur de Russie au Mali a été convoqué par le ministre malien des Affaires étrangères.

 

« On a trouvé que ce n’était pas amical, car la Russie ne nous avait même pas prévenu », explique le ministre malien des Affaires étrangères, Zahabi Ould Sidi Mohamed. L’ambassadeur russe a donc été sommé de s’expliquer, dans un entretien à l’issue duquel le ministre malien s’est dit « rassuré » par un discours « sans ambiguïté ». L’ambassadeur russe n’a pas souhaité s’exprimer sur cet entretien, mais, dans un communiqué, Moscou a en effet affirmé son attachement à « l’intégrité territoriale du Mali » et sa disponibilité pour faciliter les discussions entre le gouvernement national et les rebelles touaregs.

 

→ A (RE)LIRE : À Moscou, le MNLA tente de faire entendre sa voix

 

Vendredi dernier, une délégation du MNLA s’était rendue à Moscou. Le secrétaire général du mouvement, Bilal Ag Acherif, y avait « porté le message du peuple de l’Azawad », évoqué sa « souffrance » et présenté les causes du conflit qui l’opposent à l’Etat malien. Contrairement à la Crimée, l’Azawad n’est donc pas près d’être reconnue par Moscou comme un Etat indépendant, et encore moins de rejoindre la Fédération de Russie...

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:40
Numéro deux mondial de l’armement, la Russie a augmenté ses parts de marché

 

17/03 Par Alain Ruello

 

L’ex-Union soviétique reste le deuxième exportateur mondial d’armements, même si la Chine a gagné en autonomie.

 

Malgré les coups terribles que la chute de l’Union soviétique a portés à son industrie, la Russie exporte toujours autant d’armements : selon le Sipri, le pays s’est maintenu à la deuxième place mondiale depuis 2004, bien qu’il peine à contrer les Occidentaux sur les grandes campagnes à l’export. « Ce n’était pas gagné il y a dix ans », commente Louis-Marie Clouet, responsable de recherche.

Mieux, Moscou s’est payé le luxe d’augmenter sa part de marché, passée de 24 % à 27 % entre les périodes 2004-2008 et 2009-2013. Au point, selon le Sipri, de talonner les Etats-Unis, ce qui en surprendra plus d’un.

Cette performance, la Russie la doit principalement à son aéronautique militaire, et au Soukhoï 30 en particulier. L’avion de combat s’est vendu à quelques grands pays, comme l’Inde ou la Chine, mais aussi à certains, qui n’auraient pas les moyens d'acheter occidental, comme l’Ouganda.

Les autres armements à succès portent sur les hélicoptères de combat, les véhicules terrestres ou encore la défense anti-aérienne. Seul bémol : le naval « made in Russia » est à la peine, comme en témoignent les retards de la livraison d’un porte-avions à New Delhi. « Cela s’explique aussi par le fait que Moscou n’a rien commandé à ses chantiers navals depuis vingt ans », selon Louis-marie Clouet. Les exportations militaires russes ont profité de la réorganisation industrielle drastique initiée par Vladimir Poutine et qui a mis fin aux situations de concurrence sauvage russo-russes. Moscou a aussi réussi à compenser la forte décrue des ventes à la Chine.

Jusqu’en 2005, et parce que ses industriels avaient un gros besoin d’argent, la Russie a beaucoup vendu à Pékin, des avions de combat notamment. Après avoir désossé tous ces matériels, les ingénieurs chinois peuvent désormais se passer de leur voisin, sauf pour certains équipements qu’ils ne maîtrisent pas (encore), comme les moteurs. Du coup, l’Inde fait plus que jamais figure de partenaire militaire clef pour le Kremlin.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:30
Israeli Armor, Artillery Corps Shifting Emphasis

 

Mar. 9, 2014 - By BARBARA OPALL-ROME – Defense News

 

Revamp Agendas in Common Bid To Boost Firepower, Maneuver

 

TEL AVIV — Tighter budgets and changing threats are forcing specialized Israeli Army corps to temper parochial ambitions to bolster a smaller, fire-fortified, combined arms maneuvering force.

Just a year ago, Israel’s Artillery Corps was crafting a new mission statement and doctrine to transition from its traditional role of fire support to the leading ground force provider of standoff attack. Its Fire2025 master plan aspired to one-shot, one-target accuracy at increasingly long ranges, with saturation fire relegated to second-tier status.

At the same time, the Armored Corps was championing its own agenda to sustain outyear production of main battle tanks, mitigate downsizing and preserve its capacity for conventional war.

But reassessments in recent months are accenting a more interdisciplinary strategy for training, organizing and equipping Israel’s future ground force, seeking benefits beyond corps-specific parochial agendas, officers here said.

“In the end, we determined that as an integral and central component of the ground forces, we needed to view ourselves first and foremost as a supporting organization to enable the Army to achieve its objectives,” said Brig. Gen. Roy Riftin, commander of the Israel Defense Forces (IDF) Artillery Corps. “In parallel, we will build capabilities to enable accurate means of standoff attack.”

In a late February interview, he acknowledged that the return to traditional support priorities “was not easy to swallow” by members of Israel’s gunner community.

For years, artillery proponents, including Riftin, had envisioned network-enabled ground-based systems as an option to airpower for a spectrum of scenarios demanding precision standoff attack.

“We’re still pursuing the vision,” Riftin said of revamped plans. “But in the end, I understood that the Corps will be much more significant if we continued to accent the element of support.”

Brig. Gen. Shmuel Olansky, IDF chief armored officer, conceded similar resistance among the close-knit armored community to downsizing armored reserve forces by several brigades. He also acknowledged that plans to infuse all armored battalions with organic infantry capabilities optimized for urban war has sparked accusations that the Corps was sacrificing its capacity for conventional war.

“It’s emotion and a matter of pride. ... I meet often with critics — many of them are my former commanders — and I admit there are no guarantees that what we’re doing now is correct,” Olansky said. “But I’m confident that the direction we’re going in today is most appropriate for reasonable scenarios.”

Nevertheless, Olansky noted, “If, in 10 years, we face concerted, mass attack from a combination of armies...” He intentionally declined to complete the thought.

 

Accent on Combined Arms

By the end of 2016, each active-duty armored battalion will have its own organic specialty company composed of reconnaissance, observation and mortar platoons. An identical plan will be implemented later for the reserve force, Olansky said.

New combat support specialty companies will replace older-model tank companies slated for retirement. They’ll be trained to operate “shoulder-to-shoulder” with main battle tanks as an integral part of armored forces optimized for maneuvering in urban and heavily forested arenas.

“We don’t need to build a force only for mass maneuvering war, but for what we call war between wars where the enemy is less visible, less likely to engage us directly, yet lethally equipped with advanced anti-tank missiles,” Olansky said. “This means our future force must be flexible to transition rapidly to different warfare scenarios. It means we need more precise tank rounds and the ability to respond in real time to targeting data coming from various sources.”

Col. Nadav Lotan, commander of the IDF’s 7th Armored Brigade, said new capabilities provided by specialty mortar platoons extend the battalion’s operational envelope.

“Mortars will be able to reach ranges that the tank doesn’t have. It’s a significant boost in operational effectiveness,” Lotan said during a recent interview in the Golan Heights.

Plans call for equipping the Armored Corps’ organic mortar forces with infantry-operated Keshet, an M113-based 120mm recoil mortar system by Elbit Systems.

Riftin is evaluating upgraded infantry maneuvers with Humvee-mounted ELM-2106 Windshield tactical radars, the IDF’s choice over the US AN/TPQ-48. Radar producer Elta Systems, a subsidiary of state-owned Israel Aerospace Industries, is expected to deliver demonstration radars by summer, and Riftin’s Artillery Corps is forming teams to operate the system alongside Keshet against rocket and mortar threats.

 

Good-Enough Precision Rockets

The Artillery Corps has designated a new precision rocket by state-owned Israel Military Industries (IMI) as its weapon of choice for bridging immediate needs with future plans for standoff strike.

Known here as Romach, the rockets are designed to strike within 5 meters of targets some 35 kilometers away. Once fully deployed, Romach will offer an accurate alternative to unguided rockets and artillery shells whose use — while legal under international law — is increasingly ill-suited for urban war.

Launched from a standard multiple launch rocket system (MLRS), Riftin hailed Romach as “an excellent, pragmatic solution” to shift from so-called statistic weaponry, which constitutes 95 percent of his force and is much more prone to inflicting collateral damage.

“Our need to operate in built-up areas demands across-the-board shift from statistic weaponry toward a new inventory based on precision,” Riftin said. “But since the best precision weaponry is very expensive, we need to go with cost-effective capabilities that may not be the best, but are good enough.”

Multiyear plans call for mass procure-ment of the IMI-developed system. The firm is working on supplying some 1,000 rockets to support deployment of the IDF’s first Romach battery in November.

Riftin said his organization is crafting the operational concept for Romach operations following its successful conclusion of rigorous field tests.

“It’s proven itself in terms of precision,” he said. “The range is a little shorter than we would have liked, but it still fires more or less to the boundaries of a division. And since it uses a common MLRS launcher, we don’t need to change platforms or people. The only thing we’re changing is the certification process.”

He said Romach meets parallel requirements to provide fire support for maneuvering forces and for accurate targeting of two-story structures in urban, anti-terror operations. “It’s the ideal ‘good enough’ option that allows us to straddle both worlds at a reasonable cost.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:30
Drop Zone Is Ready at Nevatim airbase

 

20.02.2014 Shani Pomes - IAF

 

A special parachuting zone that will serve ground troops was inaugurated at Nevatim airbase. The new zone will reduce flight times and in so doing, will save money on future training costs. "The use of parachuting capabilities will be a surprise in terms of place, time and technique"

 

One of the most familiar capabilities of the Hercules C-130 is the airdropping of paratroops. A new parachuting zone, which will strengthen the ties between ground forces and the IAF, was inaugurated at Nevatim airbase in the Negev, the home of the Hercules C-130 planes.

"The parachuting zone that we are inaugurating will be called "Machbesh" (Hebrew for steamroller) named after the parachuting operation executed at the Mitle Pass during the Sinai campaign in 1956", explained Brigadier General Lihu Hacohen, commander of the Nevatim airbase. "The inauguration of this parachuting zone presents a big opportunity for improvement in the parachuting training in the IDF. But beyond that, it gives the army more avenues for tightening the cooperation between ground forces and the IAF".

 

"It's so relevant"

 

The inauguration began with a flyover of Hercules C-130 planes that flew from the horizon towards the guests attending the ceremony. On board were Infantry and Paratrooper Officer Chief, Brigadier General Itai Virov and Brigadier General Amir Baram, the "Fire Division" Commander. Together with additional paratroopers, they demonstrated a parachuting in the new parachuting zone.

Afterwards, Red Brigade paratroopers and the parachuting course instructors jumped, providing the audience with an image of the future of the landing strip and the tightening relations.

 

"The use of parachuting seems archaic to quite a few people and that's why it's so relevant", said Brigadier General Virov. "The use of parachuting capabilities will be a surprise in terms of place, time and technique. I think that we are building together a tool that has the ability to produce the next surprise or the next decision".

 

The purpose of the move is to shorten the flight path of parachuting planes: until now, the Hercules C-130 planes left their home base at Nevatim, picked the paratroopers up at the Tel Nof airbase, which is next to the Flying and Special Training Center, airdropped them at the parachuting zone in Palmachim and returned to Nevatim. The new parachuting zone will shorten the journey and, in so doing, save money on future training costs.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:30
Regain de tensions entre Israël et le Hezbollah autour du Golan

 

18/03/2014 Par Cyrille Louis, Service infographie du Figaro

 

INFOGRAPHIE - Pour l'État hébreu, une nouvelle confrontation avec la milice chiite, qui dispose de 100.000 roquettes et missiles, est inéluctable dans cette zone frontalière.

 

Trois ans après le début de la guerre en Syrie, le plateau du Golan a cessé d'être la frontière la plus paisible d'Israël. Sur ses reliefs vert tendre retentit désormais le vacarme des tirs d'artillerie qu'échangent, quelques kilomètres plus à l'est, rebelles et loyalistes syriens. Au cours des derniers mois, plusieurs frappes ont en outre visé des positions israéliennes à la frontière avec le Liban, sur les sommets enneigés du mont Hermon. Ce mardi, trois soldats ont également été blessés lors d'une explosion au passage de leur Jeep près de Majdal Chams. Le premier ministre Benyamin Nétanyahou s'est empressé de déclarer que l'État hébreu réagirait «avec force» et selon la radio militaire, Tsahal a, dans la foulée, riposté par des tirs d'artillerie en direction du territoire syrien. «La situation se tend inexorablement, s'inquiète le général Yaïr Golan, qui commande la région Nord. Nous avons dû édifier une nouvelle barrière de sécurité, remplacer nos troupes de réserve par des forces plus opérationnelles et renforcer nos capacités de renseignement.»

 

Le conflit syrien, d'abord lointain, s'est peu à peu propagé à l'ex-zone démilitarisée tracée, après l'armistice de 1967, le long de la frontière avec l'État hébreu. Selon les militaires israéliens, ce corridor serait aujourd'hui contrôlé à 70 % par les rebelles. «Ces deux dernières années, des dizaines de projectiles ont atterri sur notre territoire, fort heureusement sans faire de victime», souligne Yaïr Golan, l'un des plus hauts gradés israéliens. Le risque de débordement de la guerre en Syrie est jugé d'autant plus élevé que plusieurs groupes djihadistes ont pris position dans cette zone. «Ils ne sont encore que 100 à 300 combattants et se gardent jusqu'à présent de nous attaquer, précise le commandant de la région Nord, mais il ne faut pas se tromper sur leur idéologie: après le régime Assad, Israël sera leur prochaine cible…»

 

    « Nous utiliserons toutes nos capacités, y compris maritimes et terrestres... »

    Yaïr Golan, général dans l'armée israélienne

 

Des multiples bouleversements induits par le conflit syrien, le regain de tension avec le Hezbollah est celui qui inquiète le plus les militaires israéliens. Le calme qui régnait depuis la fin de la guerre de 2006 à la frontière israélo-libanaise paraît en effet plus précaire depuis que la milice chiite s'est engagée, début 2013, au côté de Bachar el-Assad. «Le Hezbollah a déployé près de 5000 combattants en Syrie et y a perdu entre 200 et 300 hommes, estime Yaïr Golan, mais il n'est pas affaibli pour autant. Au contraire, ses combattants sont en train d'acquérir une précieuse expérience opérationnelle tandis que la milice se dote d'armes de plus en plus sophistiquées.»

 

Les stratèges israéliens redoutent tout particulièrement que le Hezbollah ne profite du désordre syrien pour convoyer, vers ses bases libanaises, des missiles de longue portée provenant d'Iran ou de Russie. «Le mouvement cherche ainsi à combler l'écart qualitatif avec notre arsenal et à augmenter sa capacité de dissuasion», affirme le général Golan. Une menace que l'armée de l'air israélienne a tenté de conjurer en frappant secrètement, à six reprises au moins depuis janvier 2013, des dépôts ou des convois d'armes sophistiquées en territoire syrien. Au risque de provoquer une escalade difficilement maîtrisable…

 

Fin janvier, le Hezbollah a ainsi haussé le ton lorsqu'une frappe attribuée à ­Israël a, pour la première fois depuis le début du conflit syrien, visé une de ses bases sur le sol libanais. «Cette nouvelle attaque est une agression flagrante (…) qui ne restera pas sans riposte», a réagi le parti chiite, promettant de choisir «le moment opportun et l'endroit approprié pour répondre». La menace a sans doute reçu un commencement d'exécution jeudi dernier, lorsque deux engins piégés ont explosé dans le nord du Golan, blessant légèrement trois soldats israéliens. L'État hébreu a aussitôt répliqué en tirant des obus de mortier sur une position supposée de la milice chiite. «La situation est désormais hautement inflammable et une étincelle pourrait précipiter une confrontation, met en garde le général Yaïr Golan, même si celle-ci n'est pas forcément souhaitée par les parties.»

 

Échaudés par la guerre de juillet 2006, durant laquelle le Hezbollah continua à tirer des roquettes durant 34 jours et revendiqua finalement la victoire, malgré les lourdes pertes infligées par les frappes ennemies, les stratèges israéliens disent se préparer cette fois à un conflit «décisif». Selon leurs renseignements, la milice chiite dispose de 100.000 roquettes et missiles, dont plusieurs dizaines d'une portée supérieure à 250 kilomètres. «La troisième guerre du Liban ne se limitera pas à des raids aériens, promet Yaïr Golan, et nous utiliserons toutes nos capacités, y compris maritimes et terrestres, pour supprimer la capacité de nuisance de l'ennemi.» Une prédiction aux accents de mise en garde. «Le fait que le Hezbollah prenne refuge dans les villes et villages chiites situés dans le sud du Liban, assure-t-il, ne nous empêchera pas d'utiliser la force pour protéger nos civils.»

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:20
USAF Declares Initial Operational Capability for LM's Sniper ATP-SE

 

 

Mar 17, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The U.S. Air Force declared initial operational capability (IOC) for Lockheed Martin’s [NYSE: LMT] Sniper® Advanced Targeting Pod - Sensor Enhancement (ATP-SE) and has now deployed the system to support combat operations in theater.

 

An enhanced configuration of Sniper ATP, Sniper ATP-SE provides U.S. Air Force strike fighter and bomber aircraft with advanced modes for non-traditional intelligence, surveillance and reconnaissance; improved combat identification; expanded air-to-air and maritime capability; and two-way data link communication. Lockheed Martin won the U.S. Air Force’s ATP-SE competition in 2010.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:20
US Navy Awards GD $129 M for Mobile Landing Platform 3 Afloat Forward Staging Base

 

 

Mar 17, 2014 ASDNews Source : General Dynamics Corporation

 

The U.S. Navy has awarded General Dynamics NASSCO a $128.5 million contract for the detail design and construction of the Mobile Landing Platform (MLP) 3 Afloat Forward Staging Base (AFSB).  NASSCO is a business unit of General Dynamics (NYSE: GD).

 

Under the terms of the contract, NASSCO will provide the detail design and construction efforts to convert the MLP 3 to an AFSB variant. The work will be performed at NASSCO's San Diego shipyard and scheduled to be completed by October 2015.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 08:20
LM Delivers 1st KC-130J Super Hercules Tanker To US Marine Corps Reserve

 

 

Mar 18, 2014 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The first KC-130J Super Hercules tanker assigned to a U.S. Marine Corps Reserve squadron was ferried today from the Lockheed Martin [NYSE: LMT] facility located here. This KC-130J is assigned to the Marine Aerial Refueler Transport Squadron 234 (VMGR-234) stationed at Naval Air Station Fort Worth Joint Reserve Base, Texas.

 

The aircraft will be welcomed with a formal ceremony on March 18, in Texas, where it is the first KC-130J tanker to be stationed in the state. NAS Fort Worth JRB shares a runway with Lockheed Martin’s Aeronautics headquarters location in Fort Worth.

 

“Since the early 1960s, U.S. Marine Corps teams have operated the KC-130 and showcased the Hercules’ unparalleled capabilities as both a flexible tactical airlifter and vital tanker resource. This new KC-130J provides VMGR-234 crews with added power, strength and flexibility to support the highly critical missions they are depended upon to perform,” said George Shultz, vice president and general manager, C-130 Programs. “The arrival of the KC-130J Super Hercules in Fort Worth represents the start of a new era of Hercules history and we are honored to extend this tradition of Hercules flight with the U.S. Marine Corps Reserve.”

 

VMGR-234 is a part of Marine Aircraft Group 41 (MAG-41), 4th Marine Aircraft Wing (4th MAW). Its crew and aircraft provide aerial refueling capabilities and air transport of personnel, equipment and supplies. The squadron, known as the “Rangers,” has operated KC-130s for more than 30 years, using the aircraft for missions during the Gulf War and Operation Enduring Freedom in addition to providing humanitarian support around the world. The squadron previously operated KC-130Fs and most recently, KC-130Ts.

 

The KC-130J is the global leader in aerial refueling for both tactical aircraft and helicopters, and it is also capable of conducting rapid ground refueling. The battle-tested KC-130J aerial refueling tanker is the latest in a long lineage of C-130 Hercules tanker technology. The new KC-130J builds on proven tanker designs while taking full advantage of tremendous technological and performance improvements inherent in the basic C-130J aircraft. KC-130Js operated by U.S. Marine Corps active duty crews contributed to the worldwide C-130 fleet’s initial 1 million flight hours.

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 19:50
Thales to supply mission suite for Polish Patrol Vessel ORP SLAZAK

 

Mar 18, 2014 ASDNews Source : Thales Group

 

The Polish Ministry of National Defence and Thales have signed a contract for the delivery of the integrated combat system and related acceptance activities on board the ORP ASLA"ZAK Patrol Vessel. The system will be fully operational in 2016. The vessel is the successor of the GAWRON multipurpose corvette programme.

 

In the scope of this contract, Thales will deliver main combat system components such as the TACTICOS Combat Management System, SMART-S Mk2 surveillance radar, STING-EO Mk2 (currently named the STIR 1.2 EO Mk2) fire control radar, MIRADOR electro-optical observation and fire control system and LINK 11/16 tactical data link system. Thales is also responsible for the combat system integration related to other systems to be installed on board the vessel, such as weapons, communication and navigation systems, as well as several third party-supplied sensors.

 

Gerben Edelijn, CEO of Thales Nederland: “We won this contract because of our state of the art technical solution which perfectly matched the customer’s requirements. Taking the fierce international competition into account, this contract proves our position as no. 1 worldwide in naval mission systems.”

 

Read more

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 19:50
New Wildcat helicopter drops in on HMS Dragon

    A Wildcat, the navy's next-generation helicopter, has landed for the first time on the flight deck of a Type 45 destroyer at sea.

 

Mar 18, 2014 ASDNews Source : Ministry of Defence

 

The Royal Navy’s Wildcat, the maritime attack variant of the Lynx helicopter, is currently undergoing extensive trials with 700W Naval Air Squadron. As part of those trials, the aircraft has been working at the MOD’s aerial range in Cardigan Bay.

 

From next year, Wildcat will begin to replace the Lynx Mark 8 as the helicopter which supports Royal Navy destroyer and frigate operations around the world.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 18:55
Apocalypse , la Première Guerre mondiale : la série événement ce soir sur France 2

 

18.03.2014 ECPAD

 

La série documentaire événement est diffusée dès ce soir sur France 2 à 20h45. Les cinq épisodes de la série sont programmés par la chaîne en trois soirées : les mardi 18 et 25 mars, et le mardi 1er avril. L’ECPAD est co-producteur de la série Apocalypse, la Première Guerre mondiale.

 

Premier fournisseur d’images d’Apocalypse, la Première Guerre mondiale

Co-producteur de ce nouveau volet documentaire conçu comme une vaste fresque à base d’images d’archives colorisées et en HD, l’ECPAD a fourni 60 minutes d’images d’archives issues de son fonds Première Guerre mondiale.

Le documentaire raconte les stratégies multiples mises en œuvre par les hommes et les femmes pour supporter l’horreur de la guerre. Le film conduit le spectateur des tranchées du Nord de la France aux fronts moins connus de Russie, de Turquie, de Palestine et des déserts d’Arabie où des millions d’hommes venus des 4 coins du monde, du Canada, d’Australie, d’Afrique sont morts ou ont été horriblement blessés.

 

DVD Apocalypse : un bonus sur les coulisses de l’ECPAD

À l’issue du dernier épisode de la série, le 1er avril, une émission spéciale réunira historiens, archivistes et spécialistes français et étrangers de la Première Guerre mondiale, pour débattre et échanger autour des images de ce documentaire exceptionnel. Une interview de Laurent Véray, historien et réalisateur spécialiste de la période 14-18, et Xavier Sené, conservateur du patrimoine et chef du pôle des archives de l’ECPAD, réalisée au Fort d’Ivry, sera diffusée au cours de cette émission.

Evènement télévisuel commémorant le centenaire de 1914, la série Apocalypse : la Première Guerre mondiale sortira en DVD au mois d’avril. Ce DVD contiendra notamment un bonus de 12 minutes sur les coulisses des archives de l’ECPAD.

Le programme fait suite aux volets consacrés à la Seconde Guerre mondiale diffusés en 2009 et dont les épisodes avaient connu un immense succès, rassemblant jusqu’à  7,5 millions de téléspectateurs, pour 26% de part d’audience.

Découvrez la bande-annonce de la série documentaire Apocalypse : la Première Guerre mondiale.

Auteurs: Daniel Costelle, Isabelle Clarke

Réalisatrice : Isabelle Clarke

Commentaire français dit par Mathieu Kassovitz

Musique originale : Christian Clermont

 

Une Coproduction Clarke Costelle et Cie, Idéacom international et ECPAD

Producteurs délégués : Louis Vaudeville (France) et Josette D. Normandeau (Canada)

Producteur France : Pascale Ysebaert

Producteur Canada : Josée Roberge

Conseillers historiques : André Loez, Frédéric Guelton, Paul Malmassari.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 18:55
Le groupement aéroporté s’exerce en aérocordage

 

 

18/03/2014 J.SEVERIN - Economie et technologie

 

C’est à Saillagouse, au cœur des Pyrénées, qu’un stage Grand Froid a été organisé pour le groupement aéroporté de la STAT.

 

C’est à bord d’un hélicoptère COUGAR rénové, que des tests pour évaluer les aérocordages –descentes en rappel et en corde lisse-, ont été effectués. Ce fut également l’occasion pour les pilotes de découvrir les nouveaux systèmes d’aide au pilotage intégré aux aéronefs.

 

Une amélioration pouvant s’avérer très précieuse lors d’opérations extérieures.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 17:40
Crimée: Berne ne suivra pas les sanctions de l'UE et des Etats-Unis

 

18.03.2014 Romandie.com (ats)

 

La présidence de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) oblige la Suisse à être "doublement impartiale" dans la crise en Ukraine, affirme Didier Burkhalter dans une interview publiée mardi. Berne ne s'alignera ainsi pas automatiquement sur les sanctions décrétées par l'UE et les Etats-Unis.

 

"La Suisse analyse la situation et ce que font ses principaux partenaires", a déclaré le président de la Confédération dans une interview parue mardi sur le site internet de la "NZZ". "Nous nous laissons un peu de temps et ne faisons pas simplement ce que fait l'alliance X ou Y", a-t-il ajouté.

 

"Rien à voir avec la démocratie"

 

A Moscou, le président Vladimir Poutine a paraphé mardi le traité intégrant la Crimée à la Russie, au surlendemain du référendum par lequel les électeurs de la presqu'île ont voté à près de 97% en faveur du rattachement.

 

Le ministère ukrainien des affaires étrangères a réagi en déclarant que l'Ukraine "ne reconnaîtra jamais" le rattachement de la Crimée à la Russie: l'accord signé à Moscou n'a "rien à voir avec la démocratie, le droit et le bon sens".

 

Comportement occidental "irresponsable"

 

Vladimir Poutine a par ailleurs fustigé l'Union européenne et les Etats-Unis. Dans la crise ukrainienne, "les Occidentaux ont franchi la ligne rouge et se sont comportés de manière irresponsable", a affirmé le président russe, estimant qu'ils font preuve de "cynisme", agissent selon "le droit du plus fort" et ignorent "le droit international".

 

La Russie incontournable

 

Des "Occidentaux" qui vont devoir maintenir des liens avec la Russie même s'ils n'acceptent pas la sécession de la Crimée et son intégration probable dans la Fédération russe selon le professeur André Liebich, professeur honoraire à l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève, dans un entretien avec l'ats.

 

Les sanctions ne sont jamais "unilatéralement nocives", souligne le spécialiste, notant que l'Union européenne et les Etats-Unis ont besoin de la Russie, sur des dossiers comme la Syrie ou l'Iran, mais aussi pour des questions énergétiques.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 17:30
Cooperation On The Southern Front

 

17.03.2014 Noa Fenigstein - IAF

 

Last week, aircrews from the "Desert Birds" squadron operating "Blackhawk" helicopters met with the Division handling Gaza Strip and discussed continued cooperation between the two sides on the volatile southern front. "The cooperation during the fighting would be better if we knew each other personally"

 

The "Knights of Round Table" were the military aides of King Arthur. The armor-wearing heroes sat around the round table and made decisions together with trust and equality.

 

Last week, aircrews from the "Desert Birds" squadron and the Gaza strip Division sat down together, in the tradition of the "Knights of the Round Table" and discussed tightening cooperation between both sides on the southern front.

 

The home of the "Desert Birds" is Hatzerim airbase and it is often called to missions on the border of the Gaza Strip with the Gaza Division. "Because we are a southern transport-helicopter squadron, the relationship with the Gaza Division forces includes daily interactions", explains Captain Itzik, a pilot in the "Desert Birds" squadron. "We feel that cooperation during fighting periods would be better if we knew each other personally".

"Usually, the Cooperation Unit of the IAF mediates between ground forces and helicopters squadrons", he adds. "But for the first time, we decided to establish direct contact. We received an intelligence briefing, talked about future cooperation and concentrated on lessons from recent events, face-to-face".

 

True Friendship

 

The cooperation between the Gaza Division and the "Desert Birds" squadron is extensive and its objectives diverse: from casualty evacuation to transporting combat forces to secret missions that cannot be disclosed. Recently, the two sides began cooperating on" surprise exercises", in which the participants had to execute missions under the psychological pressures at the moment of truth.

The squadron and the Division look forward to future cooperation. "Roundtable Discussions represent a change in communication between us", adds Captain Itzik. "Now that we plan together, there is a push to improve the process and not just the mission".

Cooperation On The Southern Front
Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 17:18
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

 

18 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

MOSCOU - Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine a estimé mardi que la France nuirait à sa réputation de partenaire fiable si elle décidait de renoncer à la vente à la Russie de navires militaires français Mistral.

 

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a déclaré lundi soir que la France pourrait envisager d'annuler la vente de deux navires Mistral à la Russie si Poutine continue ce qu'il fait en Ukraine. Mardi il a précisé qu'il s'agirait plutôt d'une suspension des contrats.

 

La France commence à trahir la confiance qu'on place en elle comme fournisseur fiable, a écrit M. Rogozine sur son compte Twitter, appelant ses collègues européens à ne pas attiser la situation.

 

Notre collègue ne sait-il pas combien de postes de travail ont été créés en France grâce à notre partenariat?, a par ailleurs demandé le haut responsable russe, visé par des sanctions décrétées lundi par les États-Unis.

 

Si la France impose des sanctions à la Russie et ne nous livre pas les navires Mistral, ce sera l'économie française qui en souffrira et pas la capacité de combat de la marine russe, a pour sa part déclaré le chef de la commission chargée de la Sécurité nationale de la Chambre publique Alexandre Kanchine.

 

En cas d'annulation du contrat Mistral, la Russie commandera la construction de navires du même type à ses propres entreprises, a-t-il dit.

 

Nous investirons ces moyens (destinés à l'achat des navires Mistral, ndlr) dans les entreprises de construction de navires russes à l'Extrême orient ou dans la région de Kaliningrad (ouest) ou d'autres, a conclu le responsable russe cité par l'agence Interfax.

 

Mardi, les syndicats de la société STX à Saint-Nazaire (ouest) qui fabrique le Mistral ont mis en garde l'État français contre les conséquences que l'éventuelle annulation du contrat pourrait avoir sur l'emploi des salariés.

 

Selon M. Fabius, l'éventuelle annulation du contrat Mistral fait partie du troisième niveau des sanctions.

 

Pour l'instant nous sommes au deuxième niveau, a-t-il précisé, tout en soulignant que l'annulation du contrat Mistral serait aussi négatif pour les Français.

 

En 2011, la France a signé avec Moscou la vente de deux navires de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, pour 1,2 milliard d'euros.

 

L'Union européenne et les États-Unis ont sanctionné lundi 21 hauts responsables ukrainiens et russes, dont Dmitri Rogozine, pour riposter au plébiscite sur le rattachement de la Crimée à la Russie.

 

De telles sanctions sont inédites dans l'histoire des relations UE-Russie depuis l'effondrement de l'Union soviétique en 1991.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 13:55
Vendée militaire: les armées donnent de la voix au Vendéespace le 5 avril


17.03.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Les 4 et 5 avril prochain, se déroulera à La Roche-sur-Yon (Vendée), sur le site du Vendéspace (pour les directions, cliquer ici), le Vendée Défense.

Cette manifestation permettra la présentation de matériels des trois armées aux lycéens et collégiens de la Vendée le vendredi 4 avril. 

Le site sera ouvert au grand public le 5 avril de 11h à 18h. L'accès est gratuit.

A 18h le samedi aura lieu dans la salle de concert, un festival de musiques militaires réunissant la musique de l'artillerie de Rennes, la musique des forces aériennes de Bordeaux, le Bagad de Lann-Bihoué et la musique de l'arme blindée-cavalerie de Metz. Ce festival, donné au profit des blessés des trois armées, est payant.

Réservation pour le concert par internet sur le site www.vendespace.vendee.fr  (paiement sécurisé), 24h sur 24h. Les billets peuvent être imprimés à domicile. Tarifs: 15€ tarif plein, 10€ tarif réduit (PMR, demandeurs d’emploi et moins de 18 ans).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories