Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:45
Somalie: des millions de dollars pour capturer trois shebabs

 

 

15-03-2014 par RFI

 

Trois millions de dollars. C'est la somme offerte par le département d'Etat américain pour toute information menant à la capture ou l'inculpation de chacun des trois dirigeants shebabs, dont Ikrima, qui avaient été la cible d'un raid américain à Barawé dans le sud de la Somalie en octobre l'année dernière. Qui sont ces trois personnes recherchées ?

 

Abdikadir Mohamed Abdikadir, surnommé Ikrima, est né en 1979 au Kenya et d'après l'avis de recherche diffusé par le département d'Etat américain, il lui manque trois doigts à la main gauche. Il a vécu en Norvège, puis brièvement en Grande-Bretagne. Il est accusé d'avoir recruté des Kenyans pour le mouvement shebab et d'être lié à al-Qaïda.

 

Résistance acharnée

 

Peu d'informations sont données concernant son adjoint. Il n'est désigné que par un nom: Jafar. Et il serait borgne. Début octobre 2013, un débarquement amphibie des Navy Seals dans la ville portuaire de Barawe, au sud de la Somalie, visait à abattre Ikrima. Les commandos américains avait fait face à une résistance acharnée dans la maison où il se cachait et avaient dû quitter les lieux. Le raid était survenu quelques jours après l'attaque contre le centre commercial de Westgate à Nairobi.

Quant à Yasin Kilwe, il avait remplacé Mohamed Said Atom en 2011 comme commandant shebab au nord-ouest de la Somalie, selon un rapport du groupe d'experts de l'ONU. En 2012, Ahmed Godane l'avait nommé émir des montagnes du Golis, ou de ce que les shebabs nomment « le Sharqistaan » qui correspond à l'est du Sanaag et le Bari, selon une récente publiée en février par le Centre international d'études stratégiques basé à Washington.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:45
US donates 37 vehicles to Central African Republic

 

14 March 2014 by defenceWeb (Reuters)

 

The United States has donated 37 vehicles, including three ambulances, to the African Union-led International Support Mission in the Central African Republic (MISCA) as part of its $100 million commitment to support MISCA and French troops in the country.

 

The vehicles, worth $2.4 million, include three ambulances, a bus, a tanker truck and 32 4x4 trucks. They were handed over to MISCA on March 9 following an urgent plea from the mission for materiel support.

 

“This donation on the part of the American people is testimony to the commitment of the United States to a more prosperous and stable Africa,” the US embassy in Cameroon said. “The United States remains deeply concerned over the ongoing violence in CAR and appreciates the sacrifices of the Cameroonian, Gabonese, Congolese, Equatoguinean, Rwandan, Burundian, and French soldiers as they operate in very difficult conditions.”

 

The US has also provided logistic support to other countries involved in the Central African Republic (CAR). Earlier this year two US Air Force C-17 Globemaster III strategic airlifters flew 850 troops from Burundi to the CAR, following a French request.

 

Last week the European Union (EU) and the African Union formalised an EU contribution of 50 million euros to support MISCA. The contribution covers the period from August 2013 to June 2014 and will be used to pay troop allowances and other MISCA expenses, according to the African Union.

 

Some 1 000 European soldiers are to be deployed in the coming days in the CAR to help secure the country, which has been racked by violence between Christians and Muslims.

 

However, the European Union plan to send a military force to keep the peace in Central African Republic is in jeopardy because of the failure of European governments to provide soldiers and equipment, EU sources said on Thursday.

 

The EU has drawn up plans to send 800 to 1,000 soldiers to Central African Republic to join 6 000 African and 2 000 French troops, who have struggled to stop the fighting that started when the mostly Muslim Seleka rebels seized power a year ago in the majority Christian state.

 

Failure to launch the mission would be an embarrassment for the European Union, which has been trying to burnish its credentials as a security organization, and a setback for France, which has called for more European support for its efforts in Central African Republic, according to Reuters.

 

EU foreign policy chief Catherine Ashton wrote to governments on March 11 to say the EU had hoped to launch the operation next Monday but that "the difficulties we are experiencing in generating the necessary capabilities to establish the EU force put these plans at risk."

 

"We are in particular still missing logistical enablers, staff for headquarters and infantry units ... As of today the operation commander still does not have sufficient troops at his disposal required to conduct the operation," Ashton wrote in the letter, a copy of which was seen by Reuters.

 

"Logistical enablers" means vehicles and soldiers qualified in logistics, according to an EU diplomatic source.

 

The EU held three so-called "force generation" conferences in February and early March at which EU governments pledged soldiers and equipment.

 

A fourth meeting was held on Thursday, after Ashton made her appeal, but there was little change in the situation and key equipment and troops were still lacking, the source said, adding that about 80 percent of the required troops had been pledged.

 

Based on this situation, the force's French commander Major-General Philippe Ponties would conclude that he could not recommend launching the mission for now, the source said.

 

In her letter, Ashton spelled out the consequences of a failure to launch the mission, saying that, in the short term, it would make it difficult for the United Nations to deploy a planned peacekeeping force which is expected to be nearly 12,000-strong.

 

"In the long term, the EU would risk losing its credibility. Indeed, our deployment has been announced to our partners in the Central African Republic and in the region, to the African Union and to the U.N.," she said.

 

"The time has come for us to deliver and we must support the international community in a joint effort to make the Central African Republic a secure place to live in," she said.

 

Estonia, France, Latvia and Portugal are among EU states that have committed soldiers to the force so far as well as non-EU member Georgia, diplomats say.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:40
Arctique: premier largage de véhicules militaires russes

 

ILE KOTELNY, 14 mars - RIA Novosti

 

L'armée russe a effectué le premier largage de véhicules en Arctique lors d'un exercice dans la nuit du 13 au 14 mars dernier, a annoncé vendredi le porte-parole des Troupes aéroportées russes Evguéni Mechkov.

 

"Nous avons décidé de procéder au largage au dernier moment en raison d'une mauvaise météo. Vous pouvez être fiers de nos parachutistes qui accomplissent leurs missions par tout temps. Personne au monde sauf les Russes n'effectue de sauts en parachute dans de telles conditions météorologiques", a précisé le porte-parole.

 

350 parachutistes et quatre véhicules ont été largués vendredi, à 03h30 heure de Moscou, sur l'aérodrome polaire Temp des îles de Nouvelles Sibérie.

 

Les parachutistes ont mis seulement 40 minutes pour "prendre le contrôle" de l'aérodrome en luttant contre des adversaires dotés de motoneiges et de parapentes, selon le porte-parole. En moins d'une heure, les parachutistes se sont préparés à accueillir des avions transportant des effectifs, véhicules militaires lourds et armements.

 

Selon le porte-parole, ces derniers jours, les Troupes aéroportées russes organisent également des exercices dans les régions de Rostov-sur-le-Don, de Iaroslavl, de Belgorod, de Koursk et de Tambov.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:35
Editorial: US-Philippines Reach Deal on US Military Access

 

 

15 March 2014 By Zachary Keck – The Diplomat

 

Manila will welcome the U.S. military back to the country after ejecting it in 1992.
 
The Philippines announced on Friday that Washington has accepted its draft for a new agreement granting the U.S. military greater access to bases in the Southeast Asia country.
In a press conference on Friday, Undersecretary of Defense Pio Lorenzo Batino said that consensus has been reached and just the final details are being hammered out. “Consensus was arrived at on many provisions of the draft agreement,” Batino said according to Reuters, adding that the deal was 80 percent done.
The Philippine Inquirer summarized Batino as saying that the “U.S. had accepted the Philippine draft of the proposed Agreement on Enhanced Defense Cooperation.” It went on to quote him as explaining that the draft “more comprehensively articulated the Philippines’ positions, notably its consistency with the Philippine Constitution and relevant laws, as well as mindfulness of the country’s historical experiences.”
Manila has greatly limited the U.S. military’s operations in the Philippines since kicking it out of Subic Bay—the headquarters of the 7th Fleet at the time—in 1992. For the most part, Washington’s been limited to assisting in counterterrorism operations in the Philippines, and only then since 9/11. However, Manila’s rising tensions with China over parts of the South China Sea has renewed its interest in granting the U.S. military greater access to bases like Subic Bay
 
Read the full story at The Diplomat
Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:35
Taiwan Receives First ‘Carrier Killer’ Ship

The Tuo River, the first of twelve 500-ton stealthy twin-hull missile corvettes, has been delivered to the ROC Navy.

 

March 14, 2014 By Zachary Keck– The Diplomat
 

The first of Taiwan’s so-called “carrier killer” ships was delivered to the Republic of China (ROC) Navy on Friday, according to local media.

Focus Taiwan reports that the Tuo River, a 500-ton stealthy twin-hull missile corvette, was christened by the ROC Navy earlier today. As the report explained, “The twin-hull corvette, described as a ‘carrier-killer’ by local media, has a maximum speed of 38 knots (70 kilometers per hour) and a range of 2,000 nautical miles. Its speed and low radar signature allows the corvette to get close to enemy targets.”

It is the first of what is expected to be 12 ships built in Taiwan under the Hsun Hai (Swift Sea) program. The program was first announced publicly in 2009, although Taiwan’s legislature waited until 2011 to authorize NT$24.98 billion (US$853.4 million) in funding for the program.

Originally, the program was supposed to yield between 7 and 11 vessels, but that number is believed to have been upped to as many as 12.

The new missile corvettes are seen as the successors for Taiwan’s Kuang Hua VI (KH-6) fast-attack boats. The ROC Navy’s has around 31 of the 170-ton KH-6s, which boast Hsiung Feng II (HF-2) anti-ship missiles. The new 500-ton fast attack boats pack a much greater punch, with eight Hsiung Feng II (HF-2) and Hsiung Feng III (HF-3) anti-ship missiles, as well as a 76mm rapid-fire bow gun, according to J. Michael Cole.

In a 2012 report for Taipei Times, Cole noted that the new fast attack ships were being designed with stability in mind, given the rough waters in the Taiwan Strait. The KH-6 had been widely criticized as too fragile to operate in these waters. Cole also explained at the time, “Special attention has reportedly been paid to the stealth design for the hull and main gun turret, which will use radar refractive materials.”

Writing around the same time for The Diplomat, Jim Holmes noted that the computer generated models of the proposed fast attack boats bore some resemblance to the United States’ Littoral Combat Ship (LCS). The USS Independence, the first of the LCS, is much longer and heavier than the Tuo River, and has a much greater range, however it is only slighter faster and both vessels envision a crew of roughly 40 sailors.

In the same article, Holmes also noted that Taiwan could no longer control the seas thanks to the modernization of the People’s Liberation Army Navy (PLAN). “What it can do,” Holmes continued:

is disperse large numbers of small combatants to hardened sites – caves, shelters, fishing ports – around the island’s rough coast. Such vessels could sortie to conduct independent operations against enemy shipping. Or, they could mass their firepower in concerted “wolf pack” attacks on major PLAN formations. While Taiwan is no longer mistress of the waters lapping against its shores, “sea denial” lies within its modest means.

This seems to be the envisioned purpose of the Swift Sea vessels.

It’s worth noting, however, that Taiwan’s larger strategic objective is to more tightly integrate itself into the regional order, in hopes of countering China’s bid to isolate it. For example, it recently signed trade agreements with New Zealand and Singapore, and a fishery agreement with Japan. Just this week, President Ma Ying-jeou reaffirmed Taiwan’s strong interest in joining the Trans-Pacific Partnership (TPP) and Regional Comprehensive Economic Partnership trade agreements.

Taiwan’s budding domestic defense industry could be an asset to this broader strategy. Specifically, while many developed nations are hesitant to sell arms to Taiwan, Taipei could sell some of its defense systems to Southeast Asian states like the Philippines. This would also serve the purpose of differentiating its claims to the South China Sea from mainland China’s claims to the same waters. Taiwan has pursued a similar strategy already in the East China Sea.

Regardless, the Tuo River will now undergo extensive testing before beginning its first deployment, which is expected in the first half of next year.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:35
Image Credit Aleksey Toritsyn

Image Credit Aleksey Toritsyn

 

March 14, 2014 By Andrew Gawthorpe - thediplomat.com

 

Could China’s East Asian neighbors be tempted to seek nuclear weapons? That would be a mistake.

 

Recent events in Eastern Europe raise the issue not only of Russia’s future actions but also the lessons that will be drawn regarding other revisionist states. In East Asia, a China that is nurturing territorial ambitions of its own and has recently become less shy about asserting them will watch to see how the West reacts to Vladimir Putin’s expansionism. So will China’s East Asian neighbors, who fear they may become the next Ukraine.

One of the most potentially disturbing effects of the situation in Ukraine is the possibility it may drive nuclear proliferation. The present crisis in that country could well have been a nuclear nightmare. When the USSR was unraveling in the early 1990s, a sizeable portion of its strategic forces, along with tactical nuclear weapons, were deployed in Ukraine. Had the new Ukrainian government in Kiev taken control of these weapons upon becoming independent, it would have been the third-largest nuclear power in the world. behind only the U.S. and the Russia.

Concerned about nuclear proliferation throughout Europe if new nuclear powers were created by the Soviet Union’s demise, the U.S. pressured Ukraine to denuclearize and to return its nuclear forces to Russia. Basking in a post-independence glow and seeking U.S. support on other issues, Kiev went along. This was the origin of the so-called Budapest Memorandum of 1994, in which Ukraine promised to give up its nuclear weapons in return for Russia, Britain and the U.S. guaranteeing its sovereignty and territorial integrity. With the wholesale invasion of Crimea by Russian forces in recent days, Kiev can be forgiven for asking if the agreement is any longer worth the paper it’s written on.

Since Russia’s occupation of Crimea, a former Ukrainian foreign minister has called for his country to restock its nuclear arsenal and some Western analysts have questioned whether Putin would have acted so boldly if Ukraine still had its nuclear deterrent. The question can be expected to occur to leaders of other countries who are concerned about the territorial ambitions of their neighbors or the sincerity of Western security assurances.

The issue is of particular salience in East Asia, where China has recently been flexing its muscles in a range of territorial disputes. Regional powers such as Japan and Taiwan must be watching America’s unwillingness to forcefully confront a nuclear-armed Russia and wondering how much backbone the exhausted and drained superpower would have if China made similar moves. This is especially the case since the Obama administration’s so-called “pivot” to the Asia-Pacific seems to be much more an excuse for disengaging from the Middle East than it is a real exercise in strengthening the American alliance system in the Asia-Pacific.

Any such moves towards proliferation would be unwise. Acquiring nuclear weapons may appear to provide an effective way for countries worried about their neighbors’ territorial ambitions to deter them, but the truth is not so simple. While nuclear weapons provide an effective deterrent against an all-out attack, they are not necessarily effective in deterring lower-level conflict. Just as it is implausible to imagine that Ukraine would have responded to the appearance of balaclaved soldiers in Crimea with a first strike, so it is equally implausible to imagine any country responding to the Chinese declaration of an Air Defense Identification Zone in the same manner.

Revisionist powers are adept at nibbling away at international norms and agreements slowly and avoiding big, sweeping gestures. Countries responding to such a nibble with nuclear brinksmanship risk making their adversaries look reasonable by comparison, giving nuclear weapons questionable utility in territorial disputes. And if their use is indeed threatened and taken seriously, the result can be a dangerous cycle of escalation.

U.S. security guarantees are also much more credible and likely to be honored in the event of a conventional war than if there is a risk of the conflict going nuclear. Defending an ally who might unilaterally take the war nuclear and hence make the U.S. homeland a target for retaliatory strikes from Beijing would be risky for a U.S. president indeed. Countries in the Asia-Pacific worried about their U.S. security guarantees ought to be giving Washington more reasons to trust them and stick by them, not fewer.

A more sensible course, for both Ukraine and countries worried about China, would be to bolster their conventional military capabilities. Russia and China may be large countries, but their militaries have not been seriously tested for a long time. The prospect of a grueling, expensive and unpopular war would serve to deter both Moscow and Beijing more than the unlikely chance of a nuclear exchange. U.S. guarantees to its allies also remain more credible in such scenarios. And although events in Ukraine may have shown it is a dangerous world even for those with such assurances, further nuclear proliferation would only increase the danger further.

Andrew Gawthorpe is a teaching fellow at the Defence Academy of the United Kingdom. The views in this article are his own.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:30
La marine iranienne va prendre livraison d’un nouveau sous-marin

 

16 mars 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le ministre iranien de la défense a annoncé samedi qu’il était probable que la marine prenne livraison le 24 mai d’un nouveau sous-marin, de construction locale. Il sera baptisé le Fateh.

 

Le général Hossein Dehqan a indiqué que les essais nécessaires avaient été effectués et que les défauts avaient été identifiés et réparés.

 

Le sous-marin déplace 600 tonnes. Il est équipé de plusieurs équipements modernes, comme des torpilles et des sonars. Il peut plonger jusqu’à 200 m sous la surface pendant près de 5 semaines.

 

Référence : Tehran Times (Iran)

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:50
Gripen:Blocher s'inquiète des intrigues de l'industrie aéronautique

 

16.03.2014 Romandie.com (ats)

 

Christoph Blocher met en garde afin que la bataille pour l'achat de Gripen ne dégénère pas en un combat entre constructeurs aéronautiques. Le conseiller national UDC n'exclut pas que la campagne des opposants soit financée par les concurrents du groupe suédois Saab.

 

"Les opposants au Gripen ont bien plus d'argent. Demandez-leur où ils ont trouvé les fonds? Pour combien ont secrètement contribué les grands concurrents du Gripen?", lance Christoph Blocher dans une interview diffusée dimanche par la "Zentralschweiz am Sonntag" et l'"Ostschweiz am Sonntag"..

 

Les concurrents de l'avion de combat suédois espéraient qu'il soit recalé. Il y a d'énormes intérêts commerciaux, selon le tribun zurichois. "Je suis depuis suffisamment longtemps en affaires et en politique pour savoir ce qui se passe". Ils sont "plus rusés que les Suédois" et n'envoient "pas de fax", ajoute-t-il.

 

L'ancien conseiller fédéral s'est mis à disposition des partisans du Gripen pour intervenir dans les prochaines semaines. Il refuse toutefois d'indiquer s'il participera financièrement à la campagne. "Si je dis 'oui', c'est un vote contre Blocher. Si je dis 'non', cela signifie que le vote nous importe peu", justifie-t-il.

 

Les Suisses sont appelés le 18 mai à se prononcer sur l'achat de 22 avions de combat suédois Gripen pour 3,126 milliards de francs.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:45
Importante saisie d'armes en Centrafrique

 

16-03-2014 par RFI

 

La Misca, la Mission internationale de soutien à la Centrafrique, a découvert un impressionnant arsenal de guerre dans une zone située au nord de la base aérienne de Bangui. L'opération a été conduite par l’unité d’intervention rapide de la force de la Misca composée essentiellement d’éléments du contingent tchadien. Le chef de la Misca, le général Jean-Marie Michel Mokoko, estime que c'est la plus importante saisie depuis le début de l'opération de désarmement.

 

L’opération était d’envergure. Commencée vers 19 heures, elle s’est terminée au petit matin. Au premier rang, l’unité d’intervention rapide de la force de la Misca, composée essentiellement d’éléments du contingent tchadien.

Résultat : le démantèlement d’un impressionnant arsenal de guerre, dans une zone située au nord de la base aérienne de Bangui.

 

→ A (RE) LIRE : Des responsables religieux centrafricains témoignent à l'ONU

 

« On a trouvé de l’armement lourd, même de l’armement que l’on monte sur un hélicoptère, ce qui nous faire dire que ce sont des armements qui ont été soustraits des arsenaux des forces armées centrafricaines, explique le chef de la Misca, le général Jean-Marie Michel Mokoko. « La quantité de munitions est très importante, comparativement à ce que nous avons déjà stocké lorsque nous avons été confrontés, soit à la Seleka au début, ou aux anti-balaka », achève M. Mokoko.

Le matériel saisi comprend donc plus de 10 000 munitions de calibre 12,7 mm, deux armes anti-aériennes quadritubes, plus d'un millier de munitions de calibre 9 mm, 17 têtes de fusée de type PK-70, 4 fusils d’assaut de type SKS, 3 roquettes RPG-7, 6 obus de mortier de calibre 60 mm, 15 fusils de type Mas 36, 68 fusils mitrailleurs de type Mat 49, 167 chargeurs pour fusils Mat 49, un fusil de type AKM, une grenade offensive, sept goupilles de grenade et 20 mines anti-personnel.

Une opération sans pertes humaines côté Misca et réalisée grâce à des informations collectées auprès de la population civile.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:45
Mali: l’islamiste Abou Dardar aux mains des forces maliennes

 

 

16-03-2014 par RFI

 

Abou Dardar, un islamiste connu du nord du Mali à l'époque de l'occupation, s'est rendu aux troupes françaises, qui l'ont remis, hier samedi 15 mars, aux forces de sécurités maliennes. Itinéraire de l'homme qui régnait entre les localités maliennes de Douenza et de Tombouctou.

 

Il est tantôt présenté comme un Malien, tantôt comme un Mauritanien. A l’époque de l’occupation du nord du Mali, il ne se déplaçait jamais sans deux choses : une ceinture d’explosifs autour de la taille et des roquettes dans son véhicule.

 

Abou Dardar, qui portait un moment l’étiquette du Mujao, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, a régné d’abord sur la localité malienne de Douenza. A l’époque, pour les jihadistes, Douenza était une ville stratégique.

 

Cadre islamiste

 

Lorsqu’il quittait Tombouctou pour Gao et vice versa, il passait généralement par cette localité. De Douenza, Abou Dardar ravitaillait Tomboctou en armes et en munitions, une ville où il a également vécu lorsque les jihadistes contrôlaient le nord du Mali.

 

Sur place là-bas on se souvient d’un homme qui faisait partie de la crème des dirigeants islamistes locaux. Après l’intervention militaire française de janvier 2013, Abou Dardar s’était réfugié dans la région de Gao.

 

Mine d'informations

 

Finalement, récemment il s’est rendu aux troupes françaises, qui après l’avoir brièvement interrogé, l’ont remis aux forces maliennes. Une mine d’informations en perspective.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:30
L'armée syrienne contrôle totalement la ville-clé de Yabroud

 

16 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

YABROUD (Syrie) - L'armée syrienne a pris le contrôle de la totalité de la ville de Yabroud, dernier bastion rebelle dans les montagnes de Qalamoun, à 75 km au nord de Damas, dimanche à l'issue d'une bataille de 48 heures, a constaté un journaliste de l'AFP.

 

Nous avons pris le contrôle total de la ville à 10 heures ce matin, a affirmé à l'AFP un officier, alors que dans la rue de nombreux soldats et supplétifs de l'armée gouvernementale se reposaient assis sur les trottoirs, la mine fatiguée.

 

Ce fut la bataille la plus difficile que nous ayons menée car les rebelles se trouvaient dans la montagne qui entoure la ville et dans les immeubles de Yabroud. Il a fallu d'abord s'occuper des collines puis samedi nous sommes entrés par l'est de la ville jusqu'au centre sportif, et aujourd'hui nous avons fini le travail, a-t-il précisé.

 

Sur la chaussée se trouvent de nombreux câbles d'électricité coupés et certains immeubles portent les traces des violents combats.

 

La prise de cette ville bloque toute infiltration rebelle vers le Liban, en particulier vers la ville d'Aarsal (est) qui soutient la rébellion syrienne. Cette prise est cruciale pour le Hezbollah libanais qui combat aux côté de l'armée syrienne, car selon le mouvement chiite armé, c'est de Yabroud que sont venues les voitures piégées utilisées dans les attentats meurtriers qui ont secoué ses bastions au Liban ces derniers mois.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 21:40
Les Russes promettent de ne plus bloquer les bases ukrainiennes en Crimée jusqu'à vendredi

 

16 mars 2014 Romandie.com ( AFP)

 

KIEV - Les commandants des forces russes et ceux des forces ukrainiennes dans la péninsule de Crimée se sont mis d'accord pour que les bases ukrainiennes ne soient plus bloquées jusqu'au vendredi 21 mars, a annoncé dimanche le ministre ukrainien de la Défense par intérim, Igor Tenioukh.

 

Ces bases ont jusqu'à présent été bloquées par des forces russes ou pro-russes, et leur approvisionnement était devenu difficile.

 

Des accords ont été conclus entre commandants (...) selon lesquels jusqu'au 21 mars aucune mesure ne sera prise pour bloquer nos unités, a dit M. Tenioukh aux journalistes avant le début du conseil des ministres, indiquant avoir parlé avec un vice-ministre russe de la Défense et avec le commandant adjoint de la flotte russe.

 

La situation de nos unités en ce qui concerne leur blocage est devenue normale. Je pense que cette trêve se prolongera jusqu'au 21, a-t-il ajouté.

 

Cependant, deux reporters de l'AFP en Crimée ont constaté dimanche après-midi que la base de l'armée ukrainienne à Perevalne, dans le sud de la péninsule, était toujours encerclée par des hommes armés en treillis qui ne portent pas d'insignes permettant de les identifier.

 

C'est le 21 mars que la Douma, la chambre basse du parlement russe, doit voter un projet de loi portant sur le rattachement de la Crimée à la Russie, objet du référendum dimanche dans la péninsule ukrainienne.

 

Le même jour l'Ukraine espère signer avec l'Union européenne le volet politique de leur accord d'association.

 

Les soldats, aviateurs et marins resteront en Crimée sur le terrain de leurs bases, a encore dit le ministre ukrainien.

 

Les décisions sur la suite des événements seront prises par la direction politique du pays et le ministère de la Défense en fonction de l'évolution de la situation, mais personne ne quittera la Crimée, a-t-il assuré.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 21:20
Un cadeau d'Adobe met l'US Navy sur les dents

 

16/03/2014 Par Charles Gautier – LeFigaro.fr

 

L'éditeur de logiciels graphiques a déclenché une enquête criminelle de la marine américaine en offrant à une centaine de cadres des chargeurs solaires pour téléphone portable, suspectés de contenir des logiciels espions.

 

L'US Navy ne badine pas avec la sécurité nationale. Adobe, éditeur mondialement connu de logiciels graphiques, vient de découvrir que les idées de communicants peuvent parfois mettre sur les dents les plus fins limiers de la marine américaine, ceux du Navy Criminal Investigative Service (NCIS). Dans cette affaire digne d'un épisode de «24 heures chrono, la sécurité des États-Unis d'Amérique est menacée par un chargeur solaire pour batterie de téléphone portable. Ce gadget a été envoyé à 100 responsables de l'US Navy à l'issue d'une conférence organisée dans un hôtel à proximité du Pentagone à Washington, le mois dernier, sans que l'expéditeur, Adobe ne soit clairement identifiable dans un premier temps.

 

Utilisation interdite

 

Redoutant plus que tout les cyber-attaques, considérées comme une menace de premier plan aux États-Unis, l'US Navy a pris ses précautions et préféré examiner ces cadeaux. «Rien ne nous permet de dire que ces accessoires contiennent des logiciels malveillants» a souligné dans un memo officiel l'US Navy qui interdit cependant leur utilisation et leur branchement sur n'importe quel appareil, propriété du Gouvernement ou personnel. Chez Adobe, on s'est d'abord efforcé de rassurer les autorités avant d'annoncer que, finalement, pour le NCIS ces chargeurs potentiellement espions ne présentaient aucune menace. Quoiqu'il en soit, l'enquête est toujours en cours, preuve de la grande sensibilité des autorités de défense sur les questions de cyber-attques. Quant à Adobe, on peut imaginer que la prochaine fois, l'entreprise offrira des cadeaux moins high-tech et moins sensibles.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 20:55
Fonction publique : seule l'armée réduit ses effectifs...

 

 

15/03/2014 Par Pierre Beylau  /Où va le monde - Le Point.fr

 

Qui dit mieux ? 34 000 postes supprimés d'ici 2019, 82 000 en dix ans. Pourquoi ne pas appliquer la même recette à l'ensemble des fonctionnaires ?

 

"Partout, autant que possible, la recherche d'une meilleure efficience impose de diminuer les effectifs." Ces excellentes paroles ont été récemment prononcées par le général Pierre de Villiers, nouveau patron de l'armée française. Il expliquait devant les commissions de la défense de l'Assemblée nationale et du Sénat de quelle façon il allait réduire l'état-major des armées de 30 % : 600 personnes au lieu de 930. 150 à 200 personnes pour chacun des états major d'armée (armée de l'air, marine, armée de terre).

 

Moins de généraux, moins de colonels, moins de capitaines de vaisseau, une pyramide des grades "plus aiguë, plus jeune". D'ici 2019, le nombre de militaires va diminuer de 34 000. Soit environ 82 000 postes supprimés en dix ans, un quart des effectifs. Objectif : réduire la masse salariale qui s'élève aujourd'hui à 1 milliard par an (sur un budget de 31 milliards).

 

Les militaires ne sont pas syndiqués et ont érigé la discipline en vertu cardinale. Ils ont pour tradition d'exécuter les ordres sans hésitation ni murmure, même si quelques grognements se font entendre et si certains se posent quelques questions sur l'efficacité future de notre outil militaire. On peut donc trancher à la hache sans beaucoup de risques sociaux.

 

Une variable d'ajustement

 

Aucun danger de voir des cortèges enfiévrés sortir des casernes, défiler de la Bastille à la République ou occuper le cercle des armées de la place Saint-Augustin. Les bérets rouges ne seront jamais des bonnets rouges. L'armée est donc une parfaite variable d'ajustement.

 

Faisons un rêve : que la même potion amère soit administrée à l'ensemble de la fonction publique. Au prorata, ce serait 1,2 million de fonctionnaires qui, à terme, disparaîtraient. On imagine le tohu-bohu si l'on tentait, même timidement, de s'engager dans cette voie.

 

Pourtant, certains pays l'ont fait. La Suède a réduit sa fonction publique de 38 % en une dizaine d'années. Et rappelons que l'Allemagne compte 50 agents publics pour 1 000 habitants, la France 90 pour 1 000, soit presque le double.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 19:40
Crimée: Moscou et Kiev acceptent une trêve jusqu’au 21 mars

 

16 mars 2014 par Nicolas Laffont - 45eNord

 

Les ministres russe et ukrainien de la Défense se sont mis d’accord pour observer une trêve en Crimée jusqu’au 21 mars, a annoncé le ministre ukrainien intérimaire de la Défense, dimanche.

 

«Un accord a été conclu avec la flotte (russe) de la mer Noire et avec le ministère russe de la Défense en vue d’une trêve en Crimée jusqu’au 21 mars», a dit Ihor Tenioukh en marge d’une réunion du gouvernement

 

Les forces russes ne prendront aucune initiative contre les installations militaires ukrainiennes dans la péninsule au cours de cette période, a ajouté le ministre devant la presse, précisant du coup que les sites militaires procèdent à un réapprovisionnement de leurs réserves.

 

Cette annonce intervient alors que les habitants de la Crimée votent, dimanche 16 mars, pour décider de leur rattachement à la Fédération de Russie. Ce référendum se déroule en présence de troupes russes qui contrôlent depuis deux semaines la région aux côtés de milices séparatistes.

 

De plus, l’annonce de cette trêve n’a pas empêché le nouveau premier ministre ukrainien de promettre que tous les meneurs séparatistes en Crimée seront pourchassés et traduits en justice.

 

«L’État ukrainien trouvera les meneurs du séparatisme et de la division qui, aujourd’hui sous la protection des troupes russes, essaient de détruire l’indépendance ukrainienne», a déclaré Arseni Iatseniouk lors d’une réunion du gouvernement intérimaire, selon une dépêche de l’agence Reuters.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 19:35
La Corée du Nord tire vers la mer 25 missiles à courte portée

 

16 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

SEOUL - La Corée du Nord a procédé dimanche à des tirs d'essai de 25 missiles à courte portée, a annoncé le ministère sud-coréen de la Défense, nouveau signe de mauvaise humeur de Pyongyang alors que des manoeuvres conjointes américano-sud-coréennes se poursuivent.

 

Les missiles ont été tirés de la côte orientale nord-coréenne vers la mer du Japon et ont traversé quelque 70 km, a ajouté le porte-parole du ministère.

 

Selon le ministère, 10 missiles ont d'abord été tirés à 18H20 (09H20 GMT), huit autres à 20H03, puis sept autres à 21H30.

 

Notre armée maintient sa vigilance quant à d'éventuelles provocations de la Corée du Nord, a-t-il dit.

 

Depuis fin février, Pyongyang a procédé à plusieurs tirs de missiles, de courte portée.

 

Ces tirs ne devraient cependant pas provoquer une brusque montée des tensions sur la péninsule coréenne, les experts estimant que ces gestes visent surtout à souligner l'exaspération de Pyongyang envers les manoeuvres militaires des Etats-Unis et de la Corée du Sud.

 

Ces manoeuvres, annuelles, ont débuté le 25 février et se poursuivent jusqu'en avril.

 

Après des mois de fortes tensions à l'hiver 2012 et au printemps 2013, les relations entre Séoul et Pyongyang sont entrées dans une phase de calme relatif, qui s'est traduit le mois dernier par la réunion de familles séparées par la guerre de Corée (1950-1953), les premières depuis trois ans.

 

Séoul a toutefois qualifié les tirs de dimanche de provocation irréfléchie alors que Washington a fermement invité la Corée du Nord à stopper immédiatement ce type d'activité, estimant qu'elle risquait d'attiser les tensions dans la région.

 

Pyongyang a répliqué que ses tirs de missiles revêtaient un caractère d'auto-défense justifié.

 

Les tirs interviennent cependant deux jours après que la Commission nord-coréenne de défense nationale a menacé de faire une nouvelle démonstration de sa force de dissuasion nucléaire.

 

De telles déclarations, selon les analystes, augurent de possibles préparatifs en vue d'un quatrième essai nucléaire nord-coréen, après ceux réalisés en 2006, 2009 et en février dernier.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 17:50
La France sort 25 millions d'euros pour proposer des satellites à propulsion électrique dès 2016

 

14 mars 2014 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Dans le cadre des 34 projets de la Nouvelle France Industrielle, le Cnes vise une commercialisation accélérée des satellites à propulsion électrique dès 2016 en adaptant les plates-formes existantes de Thales Alenia Space et d’Airbus Space & Defense.

 

La France a décidé d’aller plus vite que l’Europe pour mettre sur le marché des satellites à propulsion électrique et éviter de laisser le champ libre à la concurrence américaine. "Nous voulons gagner trois années sur le calendrier et avoir une solution commerciale dès 2016", ambitionne Jean-Yves Legall, président du Cnes (Centre national d’études spatiales) et par ailleurs chef du projet des satellites à propulsion électrique, retenu dans le cadre des 34 plans de la Nouvelle Filière Industrielle installés par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, en septembre 2013. L’enjeu industriel est significatif puisque la propulsion électrique, amenée à compléter ou remplacer la propulsion chimique, devrait représenter 20% du marché mondial des satellites dès 2020.

 

25 millions d’euros

Pour y parvenir, 25 millions d’euros, dégagés dans le cadre du PIA (programme d’investissements d’avenir) seront attribués aux principaux industriels du secteur. Safran, le motoriste d’Ariane, va bénéficier de 9 millions d’euros pour accélérer la conception d’un propulseur électrique de forte puissance, le PPS5000. Thales Alenia Space et Airbus Defense & Space vont chacun bénéficier de 8 millions d’euros pour mettre à jour leur plate-forme, baptisée respectivement SpaceBus et Eurostar E3000.   

Cette initiative pragmatique, qui vise à adapter les satellites existants, permet de gagner trois années sur le calendrier européen. L’Agence spatiale européenne promeut en effet NEOSAT, une nouvelle plate-forme de satellites de télécommunications plus ambitieuse mais qui ne sera opérationelle qu’en 2019. Elle a notifié en février pour cela des contrats d’une valeur cumulée de 18,2 millions d’euros aux industriels Thales Alenia Space et Airbus Defense &Space. Cette démarche vise des gains de productivité de 30% mais nécessite de repartir d’une feuille blanche sur le plan technologique. Selon le Cnes, les deux démarches sont complémentaires et permettent de répondre à l’urgence commerciale tout en préparant le long terme. 

 

Concurrencer Boeing

Or le temps presse car le principal concurrent Boeing est en train de s’accaparer le marché sur ce nouveau segment. Le groupe américain a déjà remporté les deux premières commandes de satellites électriques en 2013. Et au récent salon Satellites 2014 de Washington qui vient de fermer ses portes, certains observateurs s’attendaient à ce que Boeing annonce 3 nouvelles commandes d’ici fin mars.

Selon l’agence spatiale européenne, le marché mondial des satellites de télécommunications sur la période 2018-2030, représente un chiffre d’affaires de 50 milliards d’euros. En France, le secteur des satellites emploie plus de la moitié des 16 000 salariés du secteur spatial.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 17:45
Algérie : sept terroristes abattus à la frontière tunisienne

 

15 mars 2014 par Abubakr Diallo - afrik.com

 

L’armée nationale a abattu, ce vendredi 14 mars, sept terroristes dans la région de Tébessa, annonce un communiqué du ministère de la Défense nationale.

 

« Des détachements de l’Armée nationale populaire relevant du Secteur Opérationnel de Tébessa (…) ont réussi, aujourd’hui, vendredi 14 mars 2014, aux environs de 14h00, dans la région d’El Khnigue/ daïra d’Oum Ali, 40 Km au sud de Tébessa, à mettre hors d’état de nuire sept terroristes, parmi lesquels un dangereux terroriste connu sous le nom de "Lokmane" », précise le communiqué.

 

Les terroristes auraient franchi la frontière à bord d’un véhicule et auraient cherché refuge dans la région montagneuse de Boudjelal, où ils auraient été encerclés et tués près de Tebessa, à environ 500 km au sud-est d’Alger.

 

Toujours selon le ministère de la Défense nationale, « cette opération intervient suite à l’exploitation d’informations faisant état de mouvements de terroristes dans la soirée d’hier et qui ont été localisés, encerclés et éliminés ».

 

Sept armes de type Kalachnikov, deux véhicules touristiques, 3 500 cartouches de différents calibres, des moyens de communication et de vision et des grenades auraient été récupérés à l’issue de l’opération.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 17:40
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

February 23, 2014. David Pugliese - Defence Watch

 

Construction on new facilities to accommodate the Russian Navy’s Pacific Fleet’s incoming Mistral-class helicopter carriers began in Vladivostok recently, according to the Russian publication RIA Novosti.

 

A Defence Ministry spokesman said that the the Uliss Bay naval base’s quay will be extended to 2,700 metres to accommodate the Mistrals, the ammunition loading area will be modernized, road and rail access to the base will be upgraded, and all electricity and communications systems will be replaced by October 2015, according to the report.

 

The first French-made Mistral, Vladivostok, is scheduled to be delivered to the Russian Navy in November this year, though the Pacific Fleet will not host the carriers before 2018, after acceptance trials are held.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 17:35
USA – Afghanistan: un départ difficile

 

14 mars, Boris Pavlichtchev - La Voix de la Russie

 

Les Américains peuvent rester an Afghanistan au-delà de 2014 sur un fondement légitime même en l’absence du Pacte bilatéral de sécurité, a fait savoir aux agences occidentales Manuel Superville, ancien conseiller juridique des forces armées américaines en Afghanistan.

 

Selon le juriste, il y a actuellement 33600 militaires américains en Afghanistan. Les conditions de leur séjour dans ce pays sont spécifiées par l’accord sur le statut du contingent militaire SOFA (status-of-forces agreement, SOFA) conclu avec Kaboul. Cet accord est à durée indéterminée et s’applique jusqu’à son abrogation par une des parties.

 

En ce qui concerne le Pacte, ce texte doit déterminer le statut, le nombre et les lieux de stationnement des forces américaines qui pourraient se trouver en Afghanistan pendant au moins 10 ans au-delà de 2014. Après 6 mois d’atermoiements, le leader afghan Hamid Karzaï a fini par laisser la décision au bon vouloir de son successeur dont on saura le nom à la suite les élections du 5 avril. Une question se pose cependant : si les Américains ont déjà l’accord SOFA, à quoi leur sert un accord parallèle? La parole est à Nikita Mendkovitch, expert du Centre d’études afghanes :

 

« Les forces internationales stationnées en Afghanistan agissent dans le cadre du mandat de l’ONU. Elles prennent des engagements déterminés sans rapport direct avec les intérêts des États-Unis dans la région. D’un autre côté, les Américains pourraient être intéressés à installer en Afghanistan des radars du système antimissile. C’est possible, s’ils ont un accord bilatéral avec Kaboul. Pourtant, il serait très difficile de le faire dans le cadre d’autres accords qui déterminent le séjour des forces internationales en Afghanistan Certes, ils peuvent rester en Afghanistan mais n’ont pas le droit de s’y installer à des fins purement militaires, par exemple, pour contrecarrer l’Iran. »

 

Mais on peut aussi comprendre la logique de Karzaï, poursuit l’expert :

 

« Compte tenu des sentiments antiaméricains très forts en Afghanistan à la veille de l’élection, Karzaï est réticent à signer ce genre de document pour ne pas jouer un bien mauvais tour aux candidats qu’il soutient. »

 

Dans ce contexte, bien des choses dépendent de la figure de son successeur. Or, il n’existe pas de favori manifeste dans la course électorale qui se joue actuellement, y compris parmi hommes de Karzaï. Un second round est fort probable et dans ce cas l’Afghanistan restera sans président jusqu’à l’automne. Les analystes du Pentagone estiment que le mois de septembre est la date critique pour prendre la décision sur le retrait total ou « l’option zéro ».

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 13:50
Suisse : A l'unanimité, les officiers disent oui au Gripen

 

15.03.2014 arcinfo.ch (ATS)

 

Les officiers de l'armée suisse se sont exprimés en faveur de l'achat de Gripen. Ils ont également demandé un budget défense de 5 milliards de francs.

 

Les délégués de la Société Suisse des Officiers (SSO) ont voté samedi unanimement en faveur de la loi sur le fonds d'acquisition des Gripen. "Le peuple aura la possibilité le 18 mai de choisir le niveau de sécurité qu'il souhaite", indique le communiqué de la SSO.

 

"Depuis le début, la SSO a soutenu le remplacement de la flotte obsolète des Tiger, car une armée crédible est un système global qui doit disposer de moyens et d'équipements adaptés pour mener à bien sa mission constitutionnelle que lui a confiée le peuple", a déclaré le président de la SSO Denis Froidevaux.

 

Le financement choisi permet de réaffirmer les compétences de l'armée de l'air. De plus le recours à un fonds offre l'avantage de financer les Gripen par le budget ordinaire de l'armée sans devoir chercher un financement spécial qui obligerait à réaliser des économies dans d'autres départements, a ajouté M. Froidevaux.

 

L'assemblée, qui s'est déroulée en présence du ministre de la Défense, Ueli Maurer, et de son homologue suédoise, Karin Enström, a également réitéré son exigence de voir le budget militaire fixé à 5 milliards de francs dès 2016.

 

Le brigadier Froidevaux a rappelé les quatre critères non négociables pour la réforme de l'armée. Ce sont un effectif minimal de 100'000 hommes, un budget de 5 milliards, le principe d'une armée de milice et le respect de la mission de l'armée dans ses trois dimensions, terre-air-cyberspace.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 13:45
La France va installer une base militaire au nord du Mali, près de la frontière algérienne

 

15 mars 2014 Maghreb Emergent

 

L'Algérie, rapporte Jeune Afrique, sera officiellement informée de cette décision lors d'une visite du ministre de la Défense français à Alger. Selon le site d'information malien Maliactu "une partie des marchés obtenus par les entreprises françaises consiste au réaménagement de la piste d'atterrissage de l'aéroport du camp de la ville de Tessalit" qui devrait accueillir la base.

 

La France, a rapporté hier Jeune Afrique, va installer une base militaire avancée dans le nord du Mali, à Tessalit, non loin de la frontière algérienne.

Cette décision, précise le magazine panafricain paraissant à Paris, "a déjà été prise mais elle ne sera pas officialisée tant que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, n'en aura pas informé son homologue algérien de vive voix lors d'un déplacement ministériel à Alger".

Un journal d'information malien a rapporté la même information le lendemain. Selon Maliactu, l'intervention française au Mali "a dévoilé son agenda caché". Il s'agit de " l'installation d'une base militaire permanente à Tessalit", écrit-il précisant qu'"une partie des marchés obtenus par les entreprises françaises consiste au réaménagement de la piste d'atterrissage de l'aéroport du camp de la ville".

Maliactu souligne que "la France semble avoir commencé son installation en attendant la signature de l'accord de défense qui devra officialiser l'acte de fait ". Il conclut : "Il est primordiale pour la France de ménager ce pays, qui facilite actuellement le ravitaillement des troupes françaises présentes dans le nord du Mali à partir de son territoire."

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:55
L’Alat parle…

« De la terre par le ciel » par le général Yann Pertuisel

 

15 mars, 2014 Frédéric Lert (FOB)

 

Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye…  les engagements opérationnels n’ont pas manqué ces dernières années pour l’Aviation Légère de l’Armée de Terre. Nul doute que les équipages engagés, mais aussi les spécialistes ayant aidé à la mise en œuvre des appareils sur les théâtres d’opérations, ont tous quantités de récits à partager…  Le général Yann Pertuisel, qui a commandé l’Alat de 2010 à 2012 fait œuvre louable en recensant quelques uns de ces témoignages et en les mettant en perspective, avec la vision d’ensemble qu’il pouvait avoir à l’époque. Aucune désir d’exhaustivité de sa part, mais la volonté précieuse de mettre en lumière le travail accompli, les risques encourus et le dévouement de tous. Un livre sobre et efficace, dont on espère qu’il motivera d’autres acteurs de ces opérations extérieures à partager leurs expériences avec le plus grand nombre…

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:50
EU Foreign Affairs Council: Background on Ukraine, Syria, and EU-Africa Summit

14/3/2014 EU source: Council Ref: CL14-041EN

 

Summary: 14 March 2014, Brussels - Background on the European Union Foreign Affairs Council on Monday, 17 March 2014 in Brussels.
 

The Council, starting at 9.30, will be chaired by Catherine Ashton, EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy.

The Council will kick-off with a debate on the situation in Ukraine and the EU's Eastern Partnership more generally. An exchange of views on Bosnia and Herzegovina will follow.

Ministers will then discuss how best to support on-going efforts in the Middle East peace process. The Council will then address developments related to the crisis in Syria and its regional context. After that, it will turn to the EU-Africa summit, to be held on 2/3 April in Brussels.

Over lunch, ministers will hold a discussion on energy diplomacy, in the presence of Energy Commissioner Günther Oettinger.

The High Representative is also expected to shortly de-brief ministers on her recent visit to Iran, at the start of the meeting.

The EU-Uzbekistan Co-operation Council will start at 16.30, chaired by the Greek Deputy Prime Minister and Minister for Foreign Affairs, Evangelos Venizelos (TV/photo opportunity at 17.30).

Press conferences:

• after the Foreign Affairs Council (+/- 15.00)

• following the EU-Uzbekistan Co-operation Council (+/- 18.55)

* * *

Press conferences and public events by video streaming: http://video.consilium.europa.eu/

Video coverage in broadcast quality (MPEG4): http://tvnewsroom.consilium.europa.eu

Photographic library on www.consilium.europa.eu/photo for photos in high resolution.

* * *

Ukraine and Eastern Partnership

The Council will take stock of developments in the Ukraine and follow-up on the extraordinary meeting of EU Heads of State and Government on 6 March and on the extraordinary FAC of 3 March. Ministers will discuss an EU response to the developments, ahead of a meeting of the European Council on 20/21 March. Wider issues related to the EU's Eastern Partnership may also be raised during the debate.

At their extraordinary meeting on 6 March, EU Heads of State or Government strongly condemned the violation of Ukrainian sovereignty and territorial integrity by the Russian Federation and called for an immediate withdrawal of armed forces to their areas of permanent stationing. They also considered the decision to hold a referendum on the future status of the Crimea contrary to the Ukrainian constitution and therefore illegal.

For the EU, the solution to the crisis in Ukraine must be based on the territorial integrity, sovereignty and independence of Ukraine. Such a solution should be found through negotiations between Ukraine and the Russia federation, for instance through a so-called "contact group".

At the same time, leaders decided to take action. They suspended bilateral talks with the Russian Federation on visa matters as well as talks on a new EU-Russia agreement. European G8 members and the EU have also suspended their participation in the preparations for the G8 summit in June in Sotchi.

Moreover, in the absence of talks between the governments of Ukraine and Russia and if they do not produce results in a limited timeframe, the EU will decide on additional measures, leaders stated. Preparatory work on such measures has been on-going.

Leaders also agreed that further steps by Russia to destabilise the situation in Ukraine would lead to additional and far reaching consequences for relations between the EU (and its member states) and the Russian Federation in a broad range of economic areas.

Heads of State and Government welcomed a package of support measures presented by the Commission last week, including overall support of at least € 11 billion over the coming years from the EU budget and EU-based international financial institutions. It also comprises the granting of autonomous trade preferences to Ukraine so as to advance the application of certain provisions of the Association Agreement on a deep and comprehensive free trade area.

Leaders in addition decided to sign very shortly the political chapters of the EU-Ukraine Association Agreement while reiterating their commitment to sign the full agreement including the deep and comprehensive free trade area. See statement by the Heads of State or Government and factsheet on EU-Ukraine relations.

The Association Agreements with Moldova and Georgia were initialled at the Vilnius Eastern Partnership summit in November 2013. Their signature is to take place as soon as possible and before the end of August 2014. See European Council conclusions of December 2013 (para 47).

The EU's Eastern Partnership was launched at the Prague summit in May 2009. It concerns six Eastern partner countries: Armenia, Azerbaijan, Belarus, Georgia, the Republic of Moldova and Ukraine. Its objectives include accelerating political association and deepening economic integration with the Eastern European partner countries. The EU supports reforms in the partner countries aimed at consolidating democracy, the rule of law, respect for human rights and an open market economy. At the same time, it offers gradual integration into the European economy, greater mobility for citizens and closer political ties. Between 2010 and 2013, EUR 1.9 billion were allocated to support its implementation.

Bosnia and Herzegovina

The Council will discuss the situation in Bosnia and Herzegovina. The High Representative will brief ministers about her recent trip to Sarajevo where she discussed the situation with politicians and members of civil society. See her statement at the conclusion of the trip.

In October 2013, the Council expressed its serious concern at the on-going failure of the Bosnia and Herzegovina political leaders to implement the ruling of the European Court of Human Rights in the Sejdić/Finci case and stressed that the current lack of a solution is preventing Bosnia and Herzegovina from further progress towards the EU. It also reiterated its unequivocal support for Bosnia and Herzegovina's EU perspective as a sovereign and united country  enjoying full territorial integrity. See Council conclusions.

Middle East peace process

The Council will discuss the Middle East peace process. The High Representative will brief ministers on what the EU can do to support the talks.

The EU fully supports the on-going efforts of the parties and of the US. In December 2013, the Council reiterated the EU's readiness to contribute substantially to post-conflict arrangements for ensuring the sustainability of a peace agreement. "The EU will provide an unprecedented package of European political, economic and security support to both parties in the context of a final status agreement," the Council said in conclusions. The on-going work to define the  details of the EU's offer will be the subject of the debate by ministers. See Council conclusions of 16 December 2013.

Syrian conflict and regional context

The Council will consider the latest developments in the Syrian conflict, in particular the humanitarian situation following the adoption of a UN Security Council resolution on the humanitarian situation on 22 February, the growing terrorist threat and the state of play in diplomatic efforts to bring an end to the crisis.

For the EU, the only solution to the conflict is a genuine political transition, based on the full implementation of the Geneva Communiqué of 30 June 2012, and preserving the sovereignty, independence, unity and territorial integrity of Syria.

The EU and its member states have been quick to support the destruction of Syria's chemical weapons. The EU is the largest financial contributor to the Organisation for the Prohibition of Chemical Weapons (OPCW) and supports its work towards the destruction of Syria's chemical weapons stockpile, including through the provision of armoured vehicles and satellite imagery.

Individual member states have also provided resources to assist the destruction programme. The EU and its member states are the largest humanitarian donor for the Syrian crisis. The total response from EU and member states to the crisis stands now at € 2.6 billion.

For more details on EU positions and restrictive measures, see factsheet European Union and Syria.

EU-Africa summit

The Council will be briefed about preparations for the 4th EU-Africa summit, which is to take place in Brussels on the 2-3 April under the theme "Investing in people, prosperity and peace". The European Council of 20/21 March will also discuss the summit preparations.

The EU-Africa summit will bring together the Heads of State and Government of the European Union and the African continent, together with the EU and African Union institutions. It will illustrate how EU-Africa relations have evolved over the past years, based on the Joint Africa-EU Strategy of 2007, which established a partnership of equals going beyond development to tackle challenges of common interest, including political, economic, investment and trade issues.

Leaders will discuss ways to deepen co-operation under the three areas identified in the summit theme, i.e. people, prosperity and peace. They will also address investment, climate change, prosperity, and ways for stimulating growth and create jobs, and will take stock of ongoing and future cooperation in the various fields covered by the Joint Africa-EU Strategy. The issue of migration as well as peace and security cooperation will also be on the agenda.

For more information, see the website of the EU-Africa summit.

Energy diplomacy

Over lunch, ministers will exchange views on EU energy diplomacy, in the presence of Energy Commissioner Günther Oettinger. Ministers are set to discuss the foreign policy implications of strategic choices made in the field of energy by relevant partners.

The shift in the global energy landscape creates new challenges and opportunities for EU foreign and security policy. The shale gas revolution in the US, the growing demand for energy in India due to its increasing population and the rise of gas as a source in China might have far-reaching political and economic consequences.

The debate follows previous exchanges among EU leaders and ministers about the external dimension of EU energy policy. The European Council of February 2011 asked the High Representative to take full account of the energy security dimension in her work and to reflect energy security in the EU's neighbourhood policy.

Other items

The Council is set to adopt several other items without discussion, including:

- European aid volunteers initiative

The Council is set to establish a European voluntary humanitarian aid corps which sets out a framework for joint contributions from European volunteers to support and complement humanitarian aid operations worldwide, as provided for in the Lisbon Treaty. See also legal text.

- Gulf of Guinea

The Council is due to adopt an EU strategy on the Gulf of Guinea, to support the efforts of the region and its coastal states to address the many challenges of maritime insecurity and organised crime. EU action will focus on four objectives: building a common understanding of the scale of the threat in the Gulf of Guinea and the need to address it; helping regional governments put in place institutions and capabilities to ensure security and the rule of law; supporting the development of prosperous economies in the coastal countries; strengthening cooperation structures between the countries of the region to ensure effective action across borders at sea and on land. The Council is to invite the EEAS and the Commission to put forward the actions necessary to deliver the strategy and report back annually on progress made.

- EU strategy for security and development in the Sahel

The Council is to adopt conclusions on the implementation of the EU strategy for security and development in the Sahel. The Council is set to welcome the progress made in implementing the strategy that it adopted in March 2011 and reaffirm the EU's objectives in the fields of security, development, peace-building, conflict prevention and countering violent extremism. It will invite the Commission and the EEAS to extend the implementation of the strategy to Burkina Faso and Chad while intensifying activities in Mali, Mauretania and Niger.

- EUCAP Mali

The Council is likely to adopt a crisis management concept for a civilian mission under the Common Security and Defence Policy to assist the internal security forces in Mali (EUCAP Mali) so as to enable the Malian state to ensure law and order as well as fight against terrorists, organised crime and cross-border trafficking. Once established, EUCAP Mali would deliver strategic advice and training for managers of the three internal security forces in Mali, i.e. the police, Gendarmerie and Garde nationale. A separate legal act - currently under preparation - is required for the mission to be formally set up.

- West Africa EPA development programme

The Council is set to adopt conclusions on West Africa's Economic Partnership Agreement development programme (PAPED). In the period from 2015 to 2020, the EU is committed to provide at least € 6.5 billion for activities linked to the PAPED. This is to be delivered through the European Development Fund, relevant instruments of the EU budget, contributions from member states and the European Investment Bank. See draft Council conclusions.

- South Sudan

The Council is to adopt conclusions on South Sudan, expressing its deep concern about the ongoing crisis in South Sudan, the grave human suffering it causes and its regional implications. It will call on all parties to immediately stop the violence and honour the Cessation of Hostilities agreement signed on 23 January. The EU firmly supports the mediation led by the Inter- Governmental Authority for Development.

- Central African Republic

The Council is due to adopt conclusions on the Central African Republic, encouraging the current authorities to continue the political transition. The EU is the main humanitarian and development partner of the Central African Republic. For more information, see fact sheet.

______________________

* This note has been drawn up under the responsibility of the press office

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:45
Lokman Abou Sakhr

Lokman Abou Sakhr

 

15 mars 2014 par Youssef - webdo.tn

 

L’Armée algérienne a annoncé avoir abattu, hier, vendredi 14 mars 2014, sept terroristes dans la région de Tébessa, selon un communiqué du ministère algérien de la Défense. Des terroristes qui étaient en provenance du territoire tunisien cherchant probablement à fuir Jebel Chaâmbi.

 

Mais pris en étau par les forces algériennes lors des violents accrochages qui ont opposés la Gendarmerie soutenue par l’armée et les terroristes, ces derniers auraient tenté de repasser les frontières vers la Tunisie.

 

Parmi les sept terroristes abattus, le ministère Algérien de la Défense annonce la mort d’un dangereux individu activement recherché en Algérie et en Tunisie. Il s’agit de Khaled Chaieb alias Lokman Abou Sakhr.

 

Ce dernier est l’objet d’un avis de recherche qui avait diffusé le 9 janvier dernier par le ministère de l’Intérieur tunisien, mettant en garde contre le terroriste, impliqué dans l'assassinat des soldats et des gardes nationaux tunisiens.

 

D’après le ministère de l’Intérieur, il s’était infiltré dans la ville de Kasserine après avoir été longtemps retranché à Jebel Chaâmbi où les opérations de ratissage se poursuivent à un rythme soutenu.

 

Si sa mort est confirmée par l’armée algérienne, cela confirmerait que les mouvements vers l’Algérie, d’éléments terroristes cachés à Jebel Chaâmbi s’intensifient alors que l’Algérie est aux portes d’une élection présidentielle.

 

Lors de l’opération d’hier, sept armes de type Kalachnikov, deux véhicules touristiques, 3500 cartouches de différents calibres, des moyens de communication et de vision et des grenades ont été récupérés. "Cette opération intervient suite à l’exploitation d’informations faisant état de mouvements de terroristes dans la soirée d’hier et qui ont été localisés, encerclés et éliminés", précise le ministère algérien de la Défense.

 

Depuis le déclenchement des événements de Jebel Chaâmbi, les Algériens opèrent un strict contrôle et des ratissages minutieux à la frontière avec la Tunisie afin de prévenir toute infiltration d'éléments terroristes vers l'Algérie.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories