Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 08:20
Northrop Grumman shows off two new drones

Bat  R-Bat on display Northrop Grumman offices in Rancho Bernardo photo Alex Fuller - UT San Diego

 

Nov. 30, 2013 By Jeanette Steele – utsandiego.com

 

Vice president talks about capabilities of smaller UAVs

 

Northrop Grumman, which engineers the Navy’s Fire Scout unmanned helicopter and the Air Force’s Global Hawk surveillance plane in San Diego, recently showed off two smaller drones at the company’s burgeoning Rancho Bernardo offices.

 

The defense giant has 2,000 employees at its San Diego “unmanned systems center of excellence” and recently took occupancy of an eighth building there.

 

And it wants to expand into new territory.

 

U-T San Diego spoke to George Vardoulakis, Northrop Grumman vice president for medium-range tactical systems, about the two smaller drones, the Bat and the R-Bat. He also discussed the new, beefed-up Navy Fire Scout.

 

Q: Give us the five-minute tour of the Bat and R-Bat.

 

A: Let’s start off with the Bat. This is a 12-foot aircraft with a “blended wing” body. Right now, we are in the flight test phase. We are testing these aircraft out in Yuma, Ariz. It’s got a six- to eight-hour flying endurance.

 

This is the R-Bat. It flies with the same control system as the fixed-wing aircraft, so we are leveraging the vehicle management computer between these two.

 

This one here is just for our guys to play with. It gives our engineers the opportunity to test our software and experiment.

 

Q: What has Bat been used for to date?

 

A: Bat was deployed to Afghanistan (with the U.S. Special Operations Command) for intelligence, surveillance and reconnaissance. It was doing improvised explosive device (roadside bomb) detection for our troops.

 

As part of the drawdown, we brought it back home, and we’re doing additional tests. And we’re scaling from this 12-foot aircraft up to 18 and 20 feet.

 

Q: What are the applications in the future for these two UAVs?

 

A: Ideally, the R-Bat in the commercial world is used for agriculture. Farmers will do crop dusting in their fields. Today they do that with a remotely piloted joystick. In the future, at some point when the Federal Aviation Administration clears it, they could do something like that autonomously.

 

Q: “Autonomous” means the drone is programmed to fly a specific route, as opposed to a hands-on operator “flying it” when it is in the air?

 

A: We not only preprogram it to run a route, but it can also be dynamically tasked. So, while it is running those autonomous routes, we can actually intervene and say, “I’d like to continue to loiter here, or move from there to that point.”

 

Q: It seems like drones are the way of the future, and not just for U.S. military use. Are there other commercial applications for these two drones?

 

A: The reality is they will eventually be used for a lot of things. Beyond agriculture — going up and down pipelines, looking for oil leaks in the Arctic.

 

Doing border surveillance, outfitting them with sensors for illegal immigration — aircraft are doing that today. Going out to oil rigs to move cargo and food supplies back and forth.

 

At some point in the military application, medevacs in a hostile environment. There’s an unlimited number of applications.

 

Q: What about public use? Some people might like to own one of these themselves.

 

A: I don’t think we are ready for that yet. There are security concerns, public privacy concerns. I think we all have to work our way through that. We’re working closely with the FAA to make sure that we can harmoniously fly unmanned aircraft with manned aircraft. It’s early in that process. And we want to make sure that we are bringing standards of autonomy up to a level where all of us feel comfortable, so that no matter who makes it, it’s done right and safe.

 

 

Northrop Grumman shows off two new drones

Q: Let’s talk about the MQ-8C Fire Scout, the unmanned helicopter that will deploy on Navy warships.

 

A: (Behind me) is the second test aircraft. It’s on its way to Point Mugu (Navy base in Ventura County).

 

We’ve got six months of flight testing in front of us. On the back side of that flight test period, we’re going to go out to a littoral combat ship to do dynamic interface testing. And then the Navy will be deploying these things.

 

Q: If these are test vehicles, when will regular production Fire Scout C’s start making an appearance?

 

A: The very first production aircraft will be here in a month. We are delivering an aircraft to Point Mugu every month.

 

Q: These will deploy with San Diego Navy ships. But we won’t see them in the skies over San Diego, correct?

 

A: Right now the military plans on deploying these things overseas, when they are out in international waters and/or over combatant areas. We don’t have FAA clearance to fly these in FAA airspace. Unfortunately! We’d all like to see these things flying at places other than Point Mugu.

 

Q: Talk about Northrop’s unmanned center in San Diego. As the use of drones grows, so do jobs here?

 

A: We do all our design and development work here for not only the medium-range, medium-altitude portfolio that I run … but also the high-altitude, long-endurance team just down the street.

 

So Global Hawks, Tritons, Euro Hawks, Fire Scouts, Fire Birds, Bats — all developed here. All of our advance programs, which are the future of unmanned aviation, are also born here.

 

We are growing, continuing to expand. We’ve moved folks from New York and Florida who were working on our autonomous systems to San Diego to join the rest of the family.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 08:20
BAE Systems to build hundreds of fiber-optic decoys to protect combat jets from missiles

 

December 1, 2013 By John Keller - militaryaerospace.com

 

PATUXENT RIVER NAS, Md., 1 Dec. 2013. Electronic warfare (EW) experts at the BAE Systems Electronic Systems segment in Nashua, N.H., will build 262 AN/ALE-55 fiber optic towed decoys (FOTDs) and 70 electronic frequency converters (EFC) under terms of a $28.2 million U.S. Navy contract announced last week.

 

The AN/ALE-55 is an RF airborne countermeasure designed to protect the F/A-18E/F Super Hornet carrier-based jet fighter-bomber from radar-guided missiles. BAE Systems began full-rate production of the AN/ALE-55 in late 2011.

 

The AN/ALE-55 FOTDs and EFCs are components of the integrated defensive electronic counter measures suite. The AN/ALE-55 transmits complex electronic countermeasures signals from a transmitter that trails behind its combat jet to spoof incoming radar-guided anti-aircraft missiles.

 

The aircraft-towed decoy with onboard electronics works together with the Super Hornet's electronic warfare system to jam radar seekers in air-to-air missiles. The system also can lure incoming missiles away from their actual targets.

 

The ALE-55 detects a threat radar in its acquisition mode and uses radar jamming to prevent it from locking to a target. The ALE-55's electronic warfare package analyzes the threat, and the towed decoy emits the jamming signals to confuse the incoming missile's tracking radar. If an incoming missile locks on with radar, the ALE-55 analyzes the signal to determine the best jamming technique to break radar lock.

 

The ALE-55 system consists of an onboard electronic frequency converter and a fiber-optic towed decoy. The EFC converts radio frequency signals sent from the plane’s electronic warfare system into data coded and transmitted via light to the fiber optic towed decoy.

 

Although the ALE-55 now is in use with the F/A-18E/F Super hornet, it can be adapted to a wide variety of combat aircraft with minimal modifications, BAE Systems officials say.

 

On this contract BAE Systems will do the work in Nashua, N.H.; Mountain View, Calif.; and Chelmsford, England, and should be finished in November 2015. Awarding the contract were officials of the Naval Air Systems Command at Patuxent River Naval Air Station, Md.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 20:20
Centrafrique: des éléments prépositionnés au Cameroun

 

02/12/2013 Sources : EMA

 

Le 28 novembre 2013, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude a accosté dans le port de Douala au Cameroun. Depuis le 1erdécembre, les éléments de la réserve opérationnelle embarquée sur ce bâtiment ont entamé les opérations de débarquement. Après une quinzaine de jours passés à bord du BPC, ils ont ainsi pris pied sur le sol camerounais.

 

La mission Corymbe permet d’embarquer à la mer une force appelée « réserve opérationnelle embarquée » (ROE). Depuis le 21 novembre, Corymbe est assurée par le BPC Dixmude et escortée par l’aviso commandant l’Herminier. En quittant Toulon le 16 novembre, le BPC a accueilli, en plus de deux hélicoptères Gazelle, un détachement de 350 militaires de l’armée de terre.

 

Les véhicules tactiques de cette force, essentiellement des véhicules blindés de combat (de type VAB, VBL) ainsi que des camions logistiques, ont été débarqués et rassemblés dans une zone de regroupement et d’attente (ZRA) dans le port de Douala.

 

Désormais, cette force constitue une réserve prépositionnée à terre. Elle est susceptible d’être engagée dans toute opération que viendrait à ordonner le Président de la République.

Centrafrique: des éléments prépositionnés au CamerounCentrafrique: des éléments prépositionnés au Cameroun
Centrafrique: des éléments prépositionnés au CamerounCentrafrique: des éléments prépositionnés au Cameroun
Centrafrique: des éléments prépositionnés au CamerounCentrafrique: des éléments prépositionnés au Cameroun
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 19:50
Calendrier des think tanks à Bruxelles Mise à jour : Lundi 02 décembre 2013

Mise à jour par la Représentation permanente de la France auprès de l’UE

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 19:20
Leidos Awarded $47 M Contract by US Army

 

 

Dec 2, 2013 ASDNews Source : Leidos

 

Leidos [NYSE: LDOS], a national security, health and engineering solutions company, announced it was awarded task orders by the U.S. Army to provide engineering, design and fielding support for the Emergency Management Modernization Program (EM2P). The single-award firm fixed-price task orders have a total contract value of approximately $47 million. The task orders were awarded under the EM2P for Enhanced 9-1-1 (E9-1-1) and Mass Warning and Notification (MWN), with Network Alerting Systems and Telephone Alerting System.  Work will be performed at Army installations within and outside the continental United States. 

 

The U.S. Army EM2P is the single integrated acquisition program for the design, procurement, fielding, new equipment training, and life-cycle management of emergency management capabilities in support of Army installations.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 19:20
US Navy deploys Standard Missile-6 for first time

 

 

Dec 2, 201 ASDNews Source : Raytheon Corporation

 

    SM-6 achieves initial operational capability

 

The U.S. Navy is deploying Raytheon Company's (NYSE: RTN) Standard Missile-6 for the first time, marking the initial operational capability milestone for the U.S. Navy's newest, most advanced extended range area defense weapon.

 

"We're very pleased to achieve initial operational capability on schedule," said Capt. Mike Ladner, Surface Ship Weapons major program manager. "The SM-6, with its ability to extend the battlespace, truly offers improved capability for the warfighter. I'm very proud of the entire STANDARD Missile team on this historic achievement."

 

The SM-6 provides extended range protection against fixed- and rotary-wing aircraft, unmanned aerial vehicles and cruise missiles. The interceptor combines the airframe and propulsion of legacy Standard Missiles with the advanced signal processing and guidance control capabilities of the Advanced Medium-Range Air-to-Air Missile (AMRAAM).

 

"This is a monumental moment for the SM-6 program and signifies a new era of fleet defense for our naval warfighters," said Dr. Taylor W. Lawrence, president, Raytheon Missile Systems. "The SM-6 significantly improves the sailor's ability to strike at various targets at extended range."

 

Raytheon has delivered more than 50 SM-6 interceptors to the Navy under low-rate production contracts. In September, Raytheon won a contract for $243 million to build 89 new SM-6 interceptors, signaling the start of full-rate production.

 

About the Standard Missile-6

SM-6 delivers a proven extended range air defense capability by leveraging the time-tested advantages of the Standard Missile's airframe and propulsion.

 

    The SM-6 uses both active and semi-active guidance modes and advanced fuzing techniques.

    It incorporates the advanced signal processing and guidance control capabilities from Raytheon's Advanced Medium-Range Air-to-Air Missile.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 18:50
Sweden Providing Jets to NATO Military Force

 

 

December 2nd, 2013 By Swedish Radio - defencetalk.com

 

Sweden will contribute eight Gripen fighter jets and one mine-hunting boat next year to NATO’s Response Force, the alliance’s most elite military unit, news agency TT reports.

 

Sweden deepen its cooperation earlier this fall with the military alliance’s reserve force and the Swedish government decided on Thursday to make available eight JAS 39 Gripen planes, which includes a crew of 120 men, and one boat to sweep for mines.

 

“They will remain in Sweden, but they will be ready,” said Defense Minister Karin Enström. “They are sufficiently well-trained so that they are up-to-date.”

 

The main reason for Sweden’s contribution is so the country can take part in advanced exercises by NATO. At least one major exercise is planned for next year and Enström says participating will “strengthen our defense capabilities.”

 

The NATO Response Force is a multinational force that acts as a stand-alone unit for rapid deployment to support NATO missions as needed.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 18:20
Army’s Ultra Light Vehicle now in survivability testing

 

December 2nd, 2013 By Army News Service - defencetalk.com

 

Two of the three vehicles in the Army’s “Ultra Light Vehicle” program have now entered survivability testing in Nevada and Maryland, to evaluate both their blast and ballistic protection capability.

 

The third vehicle remains at the Army’s Tank Automotive Research, Development and Engineering Center, known as TARDEC, for testing there.

 

The TARDEC began development of three Ultra Light Vehicles, or ULVs, in fall 2011, at the request of the Office of the Secretary of Defense. While the ULV will not be fielded as a combat vehicle, it does serve as a research and development platform that will ultimately yield data that can be used by other TARDEC agencies and program managers, as well as sister services to develop their own vehicles and equipment in the future.

 

“It’s all about sharing the data,” said Mike Karaki, the ULV’s program manager. “If we have an ability to share the data internally within TARDEC, and externally within the program managers and program executive offices, and beyond that with other government agencies, we will attempt to do that. It’s helping shape and inform future programs.”

 

Karaki said the ULV program might help development of survivability in future vehicles, and may also help development of other hybrid vehicles as well.

 

“You want to be able to use anything and everything you can from this program to help reduce the duplication of efforts in the future,” he said.

 

The ULV is a hybrid vehicle that includes lightweight advanced material armor, lightweight wheels and tires and other automotive systems, blast-mitigating underbody technology and advanced command, control, communications, computers, intelligence, surveillance and reconnaissance equipment inside.

 

“We tried to push the envelope in terms of state-of-the-art and out-of-the-box materials throughout the entire development process,” said Karaki.

 

The vehicle, from design to delivery, took only 16 months, Karaki said.

 

“We show there are some successes in the rapid design, development, fabrication and integration of the effort,” Karaki said. “It’s doable. It’s high risk and high reward. Can you do it in a rapid time frame? We’ve proven we can do that.”

 

The ULV is hybrid vehicle powered by a diesel engine that drives an electric generator. That generator in turn powers two electric motors that turn the wheels. Two electric motors provides redundancy should one of the motors fail.

 

Karaki said choosing a hybrid system came from the need to develop a more survivable vehicle for Soldiers. He said the contractor was concerned about how to make the vehicle perform better in a blast event, and came to the conclusion that a hybrid was the better choice.

 

Because it is a hybrid vehicle, it has none of the standard equipment underneath the vehicle. It features instead a “clean underbody” that makes it more capable of withstanding something like an explosion from an improvised explosive device.

 

“If you keep less equipment, accessories, systems underneath the vehicle, and you allow the underbody geometry to do what it needs to do — have a clean underbody — you will be able to improve your chances of being able to direct a blast away from the vehicle,” he said.

 

The primary customer for the ULV vehicle, which is a test vehicle, is the Office of the Secretary of Defense. The program came with four research objectives, which are a 4,500 pound payload, a vehicle weight of 14,000 pounds, protection that is comparable to the currently fielded mine-resistant ambush-protected vehicle, and a price of $250,000 each for a hypothetical 5,000-unit production run.

 

Karaki said the program is meeting or is expected to meet those objectives.

 

“On paper, the stuff upfront, the size, the weight, the cost, the timeframe, we checked those boxes,” he said. “The testing and evaluation of all these advanced survivability systems are in process right now.”

 

Two of three vehicles are undergoing survivability testing now. The third vehicle is in Warren, Mich., at TARDEC’s Ground Systems Power and Energy Laboratory undergoing automotive testing and to evaluate its hybrid electric setup. Karaki said eventually the two ULVs undergoing survivability testing will be destroyed as part of that testing. The third vehicle, the one at TARDEC, will be kept as a test platform.

 

The ULV is not a replacement for the Joint Light Tactical Vehicle program or the Humvee. It is an experimental vehicle used for testing purposes. The program will wrap up in fiscal year 2014.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:55
Patrouilleur de type P 400 La Tapageuse - photo Marine nationale Reynald Boivin

Patrouilleur de type P 400 La Tapageuse - photo Marine nationale Reynald Boivin

02.12.2013 Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Lu ce matin dans notre édition de Concarneau, sous la plume de Catherine Gentric:

 

Piriou Naval Service, la branche réparation du groupe, vient d'annoncer l'acquisition du patrouilleur P400, La Tapageuse, auprès de la Marine nationale. Construit par les CMN de Cherbourg, le patrouilleur a été admis en service actif, en février 1988. Basé dans un premier temps à Cherbourg, le bâtiment a ensuite rejoint Tahiti, en 1989. Lors de ses différentes missions dans les îles de Polynésie, il aura parcouru quelque 600 000 miles nautiques, soit 27 fois le tour de la Terre. Durant ses 25 ans de carrière, il aura accompli plus de 140 missions de protection des zones économiques exclusives ou de service public.
Le patrouilleur était arrivé à Brest, le 31 août 2012, pour être désarmé.


Accompagné du remorqueur Le Saint-Denis, il devrait arriver à Concarneau dimanche, vers midi. Long de 55 m, pouvant transporter 20 passagers, avec une capacité de fret de 35 m3, et disposant d'une plage arrière permettant des hélitreuillages ou des embarquements de matériels, "le navire bénéficiera d'une refonte technique complète (remotorisation, remise en état de la coque et des apparaux de pont, remise à niveau des équipements et installations), avant d'être revendu à une marine étrangère, souhaitant bénéficier d'un navire opérationnel rapidement et à moindre coût", précise le groupe.
"Le rachat de La Tapageuse, avant sa refonte puis sa revente, participe de notre stratégie commerciale sur le marché de l'Action de l'État en mer. Notre positionnement est clairement celui des solutions originales, précise Pascal Piriou, le PDG du groupe. En ce sens, elle contribuera, nous l'espérons, à nous ouvrir la porte de marines étrangères en recherche de solutions rapides et bon marché pour se doter de moyens navals performants."

A noter que les Philippines avaient marqué de l'intérêt pour l'acquisition du navire mais cette piste ne semble plus complètement d'actualité. Le patrouilleur pourrait prendre la direction d'un pays africain. Mais aucune annonce officielle n'a encore été faite.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:55
Les Grognards du 92e RI expérimentent Symphonie

Un grognard du 92e RI sur l'exercice Symphonie - ADC JR. Drahi/SIRPA Terre

 

02/12/2013 Armée de Terre

 

Du 18 au 29 novembre 2013, la 1re compagnie du 92e régiment d’infanterie (92e RI) a participé à la deuxième campagne d’expérimentation du parcours de tir rénové Symphonie, à Suippes.

 

Le parcours Symphonie de Suippes dépend du centre d’entraînement au tir interarmes (CETIA), dernier né du commandement des centres de préparation des forces (CCPF). Le CETIA Symphonie, créé le 1er juillet 2013, est doté d’installations valorisées avec ses 41 zones de tir et ses 500 cibles.

 

Il entraîne, évalue et contrôle les sous-groupements tactiques interarmes (SGTIA) dans le domaine du tir opérationnel. La 1re compagnie du 92e RI a armé un SGTIA à dominante infanterie sur VBCI, renforcé d’un peloton du 1er régiment d’infanterie de marine, d’un détachement du 31e régiment du génie et d’une équipe d’observation du 68e régiment d’artilleurs d’Afrique. Durant douze jours, les soldats ont effectué, de jour comme de nuit, une manœuvre de tir réel embarqué et débarqué, individuel et collectif et d’appui.

 

Le CETIA s’intègre pleinement dans le mandat de la préparation opérationnelle. Il doit faire l’objet de cinq expérimentations avant la première rotation officielle, prévue en avril 2014. À terme, il deviendra l’outil de référence du tir interarmes.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:55
Le «Charles-de-Gaulle» immobilisé entre 2016 et 2018

 

2 décembre 2013 Liberation.fr (AFP)

 

Le porte-avions doit subir une révision complète et une remise à niveau durant un an et demi.

 

Le porte-avions Charles-de-Gaulle va subir un «arrêt technique majeur» (ATM) de près d’un an et demi de septembre 2016 à février 2018, pour une révision complète du bâtiment, a-t-on appris auprès du ministère de la Défense.

 

Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a indiqué le 23 octobre, devant une commission élargie de l’Assemblée nationale, que l’ATM du Charles-de-Gaulle se déroulerait «comme prévu», «pour un coût de 1,3 milliard d’euros».

 

Cet ATM «sera particulièrement important puisqu’il s’agira de l’entretien à mi-vie du porte-avions», écrivent de leur côté les députées Patricia Adam (PS), la présidente de la Commission de la Défense de l’Assemblée nationale, et Geneviève Gosselin-Fleury (PS) dans le rapport de la commission sur la Loi de programmation militaire.

 

«Il permettra notamment, outre les opérations "traditionnelles" d’entretien, de mise à niveau des équipements, et de renouvellement des capacités opérationnelles, d’adapter le bâtiment à un GAN (groupe aéronaval) centré autour de l’avion Rafale du fait du retrait des Super-Etendard modernisés (SEM)», soulignent-elles.

 

A l’issue de cette période d’arrêt, «le porte-avions sera en capacité de poursuivre son activité jusqu’à son retrait de service actif, programmé en 2041», notent les deux élus. Plus gros navire militaire européen, le Charles-de-Gaulle a déjà subi un entretien intermédiaire de six mois de janvier à juillet 2013. En service depuis le 18 mai 2001, il compte un équipage de près de 2 000 hommes et femmes et a déjà parcouru plus d’un million de kilomètres.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:55
Loi de programmation militaire : débat en cours

 

02/12/2013 Economie et technologie

 

Présenté en conseil des ministres le 2 août par Jean-Yves Le Drian, le projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2014-2019 devrait être voté le 3 décembre à l’Assemblée nationale.

 

L’Assemblée nationale a entamé mardi 26 novembre l’examen du projet de loi de programmation militaire, adopté au Sénat le 22 octobre en première lecture. Ce projet de loi sera soumis au vote de l’Assemblée le mardi 3 décembre.

 

Dans un contexte marqué par une situation financière difficile, un environnement stratégique incertain et la nécessité de la modernisation des équipements, la France fait avec ce projet de loi le choix de maintenir un niveau d’ambition et de responsabilités élevées sur la scène internationale, tout en garantissant la protection de sa population.

 

Face aux nouvelles menaces, la LPM met notamment l’accent sur le renseignement et la cyberdéfense. Plusieurs dispositions en ce sens ont été introduites dans le projet de loi.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:55
Exercice «Serment de Koufra»

 

29/11/2013 defense.gouv.fr

 

Du 5 au 10 novembre, le régiment de marche du Tchad (RMT) a effectué un exercice de grande ampleur en terrain libre pour marquer les 70 ans de sa création : le « Serment de Koufra ». 700 soldats et 100 véhicules ont été déployés pendant quatre jours et quatre nuits.

 

Reportage photos

Exercice «Serment de Koufra»
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:50
F-35B Lightning II Impresses RAF Pilot as Training continues in USA

 

December 2nd, 2013 By UK Ministry of Defence - defencetalk.com

 

As training with the new F-35B Lightning II stealth aircraft continues in Florida, USA, a Royal Air Force (RAF) pilot has described how impressed he is with the ‘game-changing’ jet.

 

Flight Lieutenant Hugh Nichols completed his first sortie in the next-generation stealth fighter at Eglin Air Force Base in Florida, United States earlier this month.

 

The Lightning II aircraft, together with the Typhoon FGR4, will provide the RAF combat air component essential to UK defence.

 

Flt Lt Nichols,the first RAF Number 1 Group pilot to fly the aircraft, said: “This is a notable step in the Lightning II story and one that marks a real shift in emphasis from development to employment.

 

“We’re also just starting to train the first No. 1 Group engineers here at Eglin, which is another important milestone in the development of the UK aspect of the programme.

 

“Lightning II’s advanced mission system sensors have done nothing but impress me so far and I have no doubt that this aircraft will deliver strategic, game-changing capabilities in future defence scenarios.

 

“To be the first No. 1 Group operational pilot is both an honour and a privilege and I look forward to helping stand up No. 617 (The Dambusters) Sqn in 2016 and bringing the jet back to the UK in 2018.”

 

Three UK pilots and 13 engineers from the RAF and Royal Navy are learning to operate the aircraft at Eglin under a partnering agreement with the United States Marine Corps, as part of Marine Fighter Attack Training Squadron (VMFAT) 501.Another 12 engineers recently arrived at Eglin for five months of trade training at the Lightning Academic Training Centre prior to being posted to Marine Corps Air Station (MCAS) Beaufort, South Carolina, and Edwards Air Force Base, California, in mid-2014.

 

Lightning II will be the UK’s 5th generation short take-off and vertical landing Joint Strike Asset. The multi-role supersonic stealth aircraft is planned to achieve initial operating capability in a land-based role from RAF Marham in 2018 and, alongside the Royal Navy, aboard the future HMS Queen Elizabeth aircraft carrier in 2020.

 

Flt Lt Nichols, who is 35 and was born in Epsom, Surrey, joined the RAF in April 2000 and has flown the Hawk and Harrier GR9 aircraft, as well as flying the F-16CJ on exchange with the U.S. Air Force.

 

He will go on to qualify as an F35B Instructor Pilot and will remain on VMFAT-501 Sqn until the UK stands up its first squadron at MCAS Beaufort in 2016.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:50
Préparation de l’état-major de l’EUBG

 

 

02/12/13 Liesbeth Bardyn – MIL.be

 

L'état-major belge se prépare à prendre le commandement de l'European Union Battle Group (EUBG) en juillet 2014. D'où sa participation à l'exercice Adjacent Lowlands en novembre 2013 à Amersfoort, aux Pays-Bas.

 

Photos Daniel Orban >>

 

Une grande tente de campagne est montée à l'abri des barbelés. Les drapeaux réunis de la Belgique, des Pays-Bas, de l'Espagne, du Luxembourg, de l'Allemagne et de l'ancienne République yougoslave de Macédoine flottent au vent. « Bienvenue dans le quartier général de l'EUBG installé dans le pays fictif Blueland », annonce le colonel Philippe Bouqué, chef des troupes de l'EUBG. Il dirige près de 200 militaires dans le QG. Ensemble, ils commandent quelque 3.000 soldats sur le terrain.

 

Adjacent Lowlands est un exercice statique où l'état-major est sans cesse confronté à des problèmes. Aussi doit-il, au cours d'une opération, pouvoir faire face à un crash d'hélicoptère, un accident routier ou la mort d'un militaire. Il est donc essentiel de se préparer efficacement à la direction de l'EUBG. « Ici nous testons les procédures qui nous permettent de hiérarchiser les problèmes en opération », poursuit le colonel Philippe Bouqué. « Nous en conservons certaines, alors que d'autres sont supprimées ou améliorées. »

 

La Belgique n'en est pas à son coup d'essai. Elle a déjà pris le commandement de l'EUBG en 2009. Notre pays avait alors élaboré un scénario d'exercice comprenant des incidents. C'est ce script qui a inspiré le lieutenant-colonel néerlandais Lars De Jonge pour concevoir Adjacent Lowlands. « À chaque fois que nous le réécrivons, il se bonifie », lance-t-il.

 

Adjacent Lowlands est le premier exercice préparatoire d'envergure pour l'EUBG sous la direction belge. Ces préparatifs prendront finalement vie en juin 2014 lors de l'exercice grandeur nature Quick Lion. Tous y seront impliqués, du soldat au général.

 

Vidéo : Erwin Ceuppens

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:45
Central African Republic crisis: France sends more troops

 

2 December 2013 09:55 GMT BBC Africa

 

The first reinforcements to the French force in the Central African Republic (CAR) are deploying in a bid to restore order after a rebel takeover.

 

Some 200 troops have arrived, with another 500 expected imminently.

 

Some former rebel forces have reportedly been leaving the capital, Bangui, as the French troops arrived in the city.

 

More than 10% of the 4.6 million population have fled their homes since Michel Djotodia seized power in March.

 

He is the country's first leader from the minority Muslim community. Muslim-Christian sectarian attacks have led to warnings of a genocide.

 

CAR is rich in minerals but has suffered numerous coups, mutinies and conflicts since independence from France in 1960, leaving most of its people in poverty.

 

The UN is due to discuss taking control of the peacekeeping force this week.

 

There are currently some 2,500 African Union troops in CAR, due to be increased to 3,600 by January 2014.

 

The AFP news agency reports that fighters from the Seleka former rebel group have been leaving Bangui under cover of darkness in recent days.

 

"The Seleka are leaving Bangui, but what will they do in the bush? Who will go and disarm them in the forest?" the agency quotes an unnamed diplomat as asking.

 

While 460,000 people need shelter, more than a million require food aid, the UN says.

 

It is not known how many people have been killed in the conflict this year because it is too dangerous to access the rural areas where most killings occur, a UN spokeswoman told the BBC.

 

However, she said that in the Bossangoa area alone, one of the worst-hit areas about 300km (185 miles) north of the capital, Bangui, several hundred people had been killed in the first two weeks of September.

 

The unrest in CAR has led to fears that the violence could spread to its neighbours, several of which are trying to emerge from years of conflict and remain extremely unstable, such as South Sudan, the Sudanese region of Darfur, Chad and the Democratic Republic of Congo.

 

France currently has about 400 soldiers stationed in Bangui. Their mission is to protect French nationals.

 

Last week, France said it would send another 1,000 troops to help stabilise the country.

 

Armed gangs, mainly former Seleka fighters, who are mostly Muslim, now control most of the landlocked country.

 

Some are mercenaries from neighbouring countries, such as Chad and the Darfur region of Sudan.

 

Mr Djotodia has formally disbanded the rebels and integrated many fighters into the national army.

 

But some former rebels have continued to loot schools and hospitals, as well as attacking villages, prompting the emergence of local civilian protection groups.

 

The government in Bangui denies targeting any group, but recognises the rise in inter-community violence.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:45
Nord du Mali: un kamikaze se fait exploser près d'une position de l'ONU

 

02 décembre 2013 13h32 Romandie.com (AFP)

 

BAMAKO - Un kamikaze s'est fait exploser dans la nuit de samedi à dimanche près d'une position de la mission de l'ONU au Mali, la Minusma, à Ménaka (nord-est), sans faire d'autre victime, a-t-on appris de sources militaires.

 

Selon le porte-parole de l'état-major de l'armée française, Gilles Jaron, l'attaque visait un bataillon nigérien de la Minusma de quelque 500 à 700 hommes, dans lequel figure uniquement un détachement de liaison et d'appui de 24 soldats français.

 

Un haut responsable de l'armée malienne avait auparavant affirmé à l'AFP que le kamikaze visait une position de l'armée française, dans la ville de Ménaka. Les troupes françaises ont détecté sa présence et dans la précipitation, l'homme a actionné sa ceinture (d'explosifs), se tuant mais sans faire d'autre victime, avait-il ajouté.

 

La ville de Ménaka est située à environ 300 km à l'est de Gao, la plus grande ville du nord du Mali.

 

Au moins deux autres kamikazes, complices de celui qui a été tué et qui apparemment devaient prendre part à l'attaque, ont pris la fuite, a ajouté la source militaire malienne.

 

Deux habitants de Ménaka, interrogés par l'AFP, ont affirmé avoir vu dimanche un hélicoptère de l'armée française qui volait dans le ciel de cette ville, par mesure de sécurité.

 

Les jihadistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique, qui ont occupé pendant plusieurs mois le nord du Mali en 2012, en ont été en grande partie chassés par l'intervention militaire franco-africaine qui a débuté le 11 janvier et est toujours en cours.

 

Toutefois, des groupes résiduels parviennent à y mener de manière régulière des actions contre les armées malienne et étrangères présentes dans la région.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:40
Pas de militarisation de l'Arctique (ambassadeur russe)

 

MOSCOU, 2 décembre - RIA Novosti

 

Il est difficile de parler de militarisation de l'Arctique, la situation s'y étant notablement améliorée depuis les deux dernières décennies, a déclaré lundi l'ambassadeur russe au Conseil de l'Arctique Anton Vassiliev.

 

"Si l'on met à part les armements nucléaires stratégiques, il est difficile de parler de militarisation de l'Arctique. Il n'y a plus rien à se partager, toute la région l'est déjà", a indiqué le diplomate russe lors de la conférence internationale "L'Arctique: région de développement et de coopération" qui se déroule actuellement à Moscou.

 

"L'histoire de l'Arctique a connu des temps différents, mais grâce aux efforts de tous les Etats arctiques, la situation générale dans le Grand Nord a considérablement changé" a estimé le diplomate russe.

 

Selon lui, la situation dans la région se caractérise par "une coopération de plus en plus étroite entre les Etats arctiques, permettant de résoudre les problèmes hérités du passé et qui deviennent de moins en moins nombreux".

 

"L'Arctique est devenu un exemple pour d'autres régions du monde qui sont moins stables", a souligné l'ambassadeur russe.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:35
Le laboratoire de recherches nucléaires de Yongbyon - GeoEye Satellite Image

Le laboratoire de recherches nucléaires de Yongbyon - GeoEye Satellite Image

 

 

MOSCOU, 2 décembre - RIA Novosti

 

Le président russe Vladimir Poutine a signé lundi un décret introduisant des sanctions à l'encontre de la Corée du Nord approuvées par le Conseil de sécurité de l'Onu en mars dernier,  le document ad-hoc étant publié lundi sur le site officiel de l'information judiciaire.

 

Le décret présidentiel interdit aux compagnies étatiques, commerciales et industrielles russes de fournir à Pyongyang toute aide consultative ou technique en matière de création de missiles balistiques. Les navires nord-coréens refusant d'être inspectés seront interdits d'entrée dans les ports russes. Quant aux autorités, elles feront preuve de vigilance en travaillant avec les diplomates nord-coréens. 

 

Le document en question dresse en outre une liste de citoyens nord-coréens impliqués dans le programme nucléaire du pays. 

 

La Corée du Nord, qui s'est proclamée puissance nucléaire en 2005, a réalisé trois essais nucléaires souterrains, provoquant les protestations de la communauté internationale. Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté plusieurs résolutions appelant Pyongyang à cesser ses activités nucléaires.

 

Le 7 mars dernier, le Conseil de sécurité a approuvé un nouveau train de sanctions visant, entre autres, à réprimer les activités illégales de diplomates nord-coréens, en permettant notamment d'inspecter les valises diplomatiques pour empêcher le transport de sommes importantes en espèces destinées à financer le programme nucléaire et balistique de Pyongyang.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 17:30
Syrie: des rebelles s'emparent de Maaloula grâce à des pneus explosifs

 

 

02 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BEYROUTH - Des rebelles syriens se sont emparés durant la nuit de dimanche à lundi du coeur historique de la ville chrétienne de Maaloula en utilisant une tactique inédite: lancer des pneus remplis d'explosifs sur leurs adversaires.

 

Selon une source au sein des services de sécurité, les rebelles, dont des jihadistes du Front al-Nosra, positionnés en haut de la falaise de grès surplombant la ville, ont fait rouler dans la nuit un grand nombre de pneus bourrés d'explosifs sur les soldats déployés en bas de cette cité, aujourd'hui déserte.

 

Selon l'agence officielle Sana, les rebelles seraient entrés dans le couvent orthodoxe de Mar Takla, situé au milieu de la ville et jusque là contrôlé par l'armée, où se trouvent 40 religieuses et orphelins.

 

Les rebelles, dont des jihadistes liés à Al-Qaïda, ont pris le contrôle de la cité le 9 septembre. Trois jours plus tard, l'armée syrienne est entrée dans Maaloula pour les chasser. Depuis, les échanges de tirs sont quotidiens.

 

Maaloula, située à 55 km au nord de Damas, compte un grand nombre d'églises et de couvents. Elle doit sa renommée à ses refuges troglodytiques datant des premiers siècles du christianisme.

 

La majorité de ses habitants chrétiens sont grecs-catholiques et parlent l'araméen, la langue du Christ. Le nom de la ville vient du mot Maala, qui veut dire entrée dans cette langue.

 

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a confirmé la prise de la partie historique de Maaloula après cinq jours de violents combats. Selon la source de sécurité, les rebelles avaient lancé un premier assaut la semaine dernière mais avaient échoué.

 

La ville est située dans la région de Qalamoun, au nord de Damas, où l'armée syrienne mène une offensive au terme de laquelle elle s'est emparée de Qara, de Deir Attiya et d'une partie de Nabak.

 

L'armée veut reprendre la région montagneuse de Qalamoun pour assurer une continuité territoriale sous son contrôle entre les provinces de Damas et Homs, plus au nord.

 

Proche de la frontière libanaise, Qalamoun, où se trouvent des dépôts d'armes, constitue la base-arrière des insurgés pour encercler la capitale et commander l'accès à l'autoroute stratégique Damas-Homs.

 

Au sud de la Syrie, dans la province de Deraa, à Basr al-Harir, les rebelles ont par ailleurs pris un arsenal militaire après quelques jours de combats, selon l'OSDH. Sur les photos mises en ligne par cette organisation, un rebelle piétine la tête tranchée d'un soldat. Un autre porte le drapeau noir de la brigade rebelle Beit al-Maqdess.

 

Sur les hauteurs du Golan, de violents combats ont eu lieu lundi matin à Khan Arnabeh et Sama Danieh.

 

Un obus de mortier tiré de Syrie a atterri lundi à Majdal Chams, chef lieu des localités druzes du Golan occupé par Israël, sans faire de victimes, ont indiqué des témoins à l'AFP.

 

Une responsable militaire israélienne a confirmé le tir mais refusé de préciser où l'obus était tombé.

 

Toujours dans le Golan, des tirs à l'arme automatique ont eu lieu lundi matin à partir de la Syrie en direction de soldats israéliens, qui ont répliqué et atteint une cible visée, a indiqué une porte-parole de l'armée sans autre indication.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 12:55
Défense : ce que vont coûter les interventions extérieures de la France en 2013

Les surcoûts de l'opération Serval au Mali sont estimés à 647 millions d'euros pour 2013.

 

02/12/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

1,25 milliard d'euros, ce sont les surcoûts des opérations extérieures (Mali, Afghanistan...) qui vont peser sur le budget en 2013.
 

C'est un record depuis dix ans. Même au plus fort des opérations en Afghanistan en 2011 (1,24 milliard d'euros), la France n'avait jamais autant dépensé pour les opérations extérieures (OPEX) décidées par les autorités politiques : 1,25 milliard d'euros (contre 817 millions en 2012), selon le rapport sur les crédits du budget de l'Etat ouverts par décret d'avance de la Cour des Comptes, qui a critiqué la budgétisation des OPEX. Des chiffres communiqués à la Cour par la direction des affaires financières du ministère de la Défense. Un montant qui se situe bien au dessus de la moyenne des dix dernières années, dont les surcoûts s'élèvent autour de 800 millions d'euros.

Et encore, les sages de la rue Cambon s'inquiétaient lors de la rédaction du rapport d'une possible intervention en Centrafrique. "La situation en Centrafrique soulève des interrogations", écrivent-ils. Ils avaient bien raison. Car la France, qui dispose déjà d'un contingent de 410 hommes sur place, va renforcer son dispositif à Bangui en augmentant d'au moins un millier de militaires. Ce qui va alourdir d'autant la facture pour 2013.

 

650 millions pour le Mali

Les surcoûts de l'opération Serval au Mali sont estimés à 647 millions d'euros pour 2013. Cette opération "devrait se poursuivre dans un format supérieur à celui prévu initialement", explique la Cour des Comptes. Elle constate que le retrait d'Afghanistan continue à se traduire par des coûts élevés (259 millions d'euros en 2013).

De ce fait, les montants budgétés dans le projet de loi de finances 2014 "pourraient être dépassés", estime la Cour des Comptes. Le ministère de la Défense a provisionné 450 millions d'euros l'année prochaine (contre 630 millions ces trois dernières années). Il est à prévoir que fin 2014 un décret d'avance ouvrira à nouveau des crédits pour financer les OPEX de 2014. Ce qui donnera encore une belle empoignade entre Bercy et l'hôtel de Brienne.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 12:50
Séminaire du groupe aérien européen à Solenzara

 

02/12/2013 Armée de l'air

 

Du 18 au 21 novembre 2013, la base aérienne (BA) 126 de Ventiseri-Solenzara a accueilli le séminaire «Force Protection» organisé par le groupe aérien européen (GAE).

 

Une délégation de dix-neuf officiers étrangers et français s’est réunie, pendant trois jours, sous la direction du lieutenant-colonel Antoine Humbert, actuellement chef de la division « Force Protection » au sein du GAE à High Wycombe, au Royaume-Uni.

 

L’objectif principal de ce séminaire : établir un aperçu des capacités des forces de protection au sein de sept des armées de l’air européennes. Après un mot d’accueil du colonel Stéphane Groën, commandant la BA 126, chaque nation a présenté ses retours d’expériences des derniers engagements opérationnels (Mali et Afghanistan).

 

Dans l’optique du déploiement d’une force aérienne européenne, il a été également évoqué la possibilité d’effectuer des pré-déploiements communs, si le besoin s’en faisait sentir. C’est la raison pour laquelle, une présentation du centre de préparation à la projection a été effectuée par le capitaine Mahéo, de l’escadron de protection 1G.126.

 

Avec la création de cette cellule, la BA 126 est devenue la plateforme privilégiée d’entraînement opérationnel pour le personnel fusilier commando de l’armée de l’air. Disposant d’un environnement idéal (mer, montagne) et d’infrastructures adaptées (cellule G20, champ de tir sol-sol), elle pourrait le devenir demain pour nos partenaires européens.

Séminaire du groupe aérien européen à Solenzara
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 12:45
Le ministre libyen de la Défense s'engage à renforcer la sécurité aux frontières avec le Tchad et le Niger en 2014

 

1-12-2013 Panapress

 

Le ministre libyen de la Défense, Abdallah al-Theni, a assuré que les frontières sud de la Libye avec le Tchad et le Niger seront sécurisées en 2014 par l'utilisation de techniques de surveillance par satellites pour suivre les mouvements des engins et des individus qui violent les limites frontalières.

 

S'exprimant dimanche dans un entretien avec la télévision, M. al-Theni a précisé que les violations des frontières détectées par satellite seront vite réglées, soit par des hélicoptères, soit par des patrouilles qui vont rapidement se déployer sur les lieux de passage des trafiquants.

 

''Le gouvernement libyen est en train de sécuriser toutes les villes et en faire évacuer les groupes armés'', a-t-il notamment dit, soulignant la nécessité pour les ex-rebelles de choisir, avant le début de l'année 2014, entre rester dans la vie civile ou intégrer l'armée ou la police.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 12:40
Russie: plus de 3.500 exercices militaires en 2014 (Défense)

 

MOSCOU, 2 décembre - RIA Novosti

 

Les forces armées russes tiendront au cours de l'année 2014 plus de 3.500 exercices militaires, et la pratique des manœuvres surprises sera maintenue, rapporte le ministère russe de la Défense dans un communiqué. 

 

"Plus de 3.500 exercices militaires de différents niveau et envergure, dont 29 internationaux, sont prévus en 2014", précise le département militaire russe à l'occasion du début de la nouvelle année académique des forces armées du pays.

 

Largement appliquée en 2013, "la pratique des manœuvres surprises sera maintenue en 2014", indique le ministère de la Défense. 

 

Le vice-ministre russe de la Défense Arkadi Bakhine a annoncé samedi qu'au cours de l'année écoulée, les troupes avaient pris part à plus de 3.000 exercices militaires. 

 

Plus de 400 exercices d'envergure ont eu lieu en 2013, dont les plus importants sont les manœuvres stratégiques conjointes russo-biélorusses "Occident-2013", précise le communiqué ministériel.  

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 12:35
ZIDA de la Corée (KADIZ) en vert - ADIZ de la Chine en violet

ZIDA de la Corée (KADIZ) en vert - ADIZ de la Chine en violet

 

SEOUL, 02 déc. (Yonhap)

 

Le gouvernement de Séoul a presque achevé son plan de retraçage de la zone d’identification de défense aérienne de la Corée du Sud (KADIZ) qui inclura la station de recherche située sur l’îlot d’Ieodo, ont dit ce lundi des officiels sud-coréens.

 

Ce plan survient après que la Chine a déclaré la semaine dernière sa zone d’identification de défense aérienne (ADIZ), s’étendant dans une grande partie de la mer de Chine orientale, et a demandé à tous les avions étrangers traversant cette zone d’en avertir les autorités chinoises. La zone chevauche des parties des zones sud-coréenne et japonaise, créant ainsi des tensions dans la région.

 

Hier, les hauts responsables de la sécurité nationale de la Maison-Bleue se sont réunis pour discuter des moyens d’agrandir la KADIZ pour y inclure également les îles de Marado et Hongdo ainsi que la station de recherche océanique d’Ieodo, construite sur un rocher submergé dans la zone économique exclusive à mi-chemin entre la Corée du Sud et la Chine.

 

La station de recherche située sur l`îlot d`Ieodo (Photo d`archives Yonhap)

 

«(La nouvelle KADIZ) a été finalisée d’un point de vue conceptuel», a assuré un haut responsable du gouvernement qui a demandé l’anonymat. «Le gouvernement annoncera le plan après une révision approfondie de la sécurité des opérations militaires et des vols en avion et des règles internationales.»

 

Nombre de voix se sont élevées lorsqu’il a été révélé que la KADIZ ne couvrait pas Ieodo, à environ 160 km au sud de l’île de Jeju. Tracée en 1951 par l’armée de l’air américaine, la KADIZ n’englobe pas certaines parties de l’espace aérien du pays.

 

Le plan devrait être totalement élaboré demain, après une réunion entre officiels de Cheong Wa Dae, du gouvernement et du Parti Saenuri. «Le gouvernement est en train de préparer (la nouvelle zone de défense aérienne) pour mieux répondre aux intérêts nationaux», a confirmé en conférence de presse le porte-parole du ministère de la Défense, Kim Min-seok. Ce dernier a toutefois refusé de donner des détails supplémentaires.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories