Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 08:35
Lijian Sharp Sword UCAV

Lijian Sharp Sword UCAV

 

 

22/11 Par Claude Fouquet – lesEchos.fr

 

VIDEO - L'armée chinoise a fait voler son premier drone de combat furtif. Largement inspiré d'un modèle américain et baptisé "Lijian" ("Epée effilée") il a effectué un vol d'une vingtaine de minutes.

 

La Chine, dotée de la plus grande armée de la planète (Armée populaire de libération), d'un arsenal nucléaire conséquent et qui affiche le deuxième budget de défense du monde après les Etats-Unis, veut montrer au reste de la planète qu'elle est aussi à la pointe de la technologie militaire. Et peut donc prétendre à être dans le peloton de tête des armées modernes. Dans ce but, elle vient d'occicialiser le premier vol réel de son drone de combat furtif.

Inspiré du drone militaire américain Northrop Grumman X-47B, dont il reprend notamment son aile delta, baptisé "Lijian" ("Epée effilée"), et avec la vocation de conduire des missions de surveillance et de frappe à distance, il a effectué un vol d'une vingtaine de minutes jeudi avant de se poser sans problème apparent, selon des témoins cités dans les media chinois.

La chaîne de télévision CCTV a également diffusé quelques images de ce baptême de l'air. Officialisant ainsi la nouvelle qui circulait depuis quelques jours sur certains blogs spécialisés, y compris chinois. L'occasion pour les media officiels d'insister sur le fait que les capacités militaires chinoises se rapprochaient de celles des grandes nations occidentales.

 

 

Pékin veut créer une zone industrielle spécialisée pour les drones

 

De fait, avec ce vol, Pékin peut prétendre avoir rejoint le club des nations qui, comme les Etats-Unis où l'Europe , travaillent sur la prochaine génération d'avions de combat sans pilote. Et surtout signifier que la Chine entend bien continuer jouer un rôle dans ce domaine et dans cette partie du monde. Ce vol peut en effet être vu comme une réponse à la récente décision de Washington de déployer des drones d'observation Global Hawks au Japon. Un modèle qui lui aussi a inspiré les ingénieurs chinois pour un autre modèle de drone.

Sans oublier que selon le site spécialisé "Defense News", la Chine envisage de lancer une nouvelle zone industrielle dédiée à la production et au développement de drones, aux alentours de Pékin. Il s’agira d’un espace de 134 hectares qui inclura des chaînes d’assemblage à grande échelle.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 08:30
Nucléaire - L'Iran et les grandes puissances scellent un accord historique

 

 

25.11.2013 Romandie.com (AWP)

 

Genève (awp/afp) - L'Iran et les grandes puissances ont scellé dimanche un premier accord historique pour contenir le programme nucléaire de Téhéran, mais ont souligné qu'il ne s'agissait que d'une "première étape" franchie.

 

Après cinq jours d'âpres négociations, les grandes puissances et l'Iran ont annoncé un accord au terme duquel la république islamique acceptera de limiter son programme nucléaire en échange d'un allègement des sanctions économiques, ouvrant une nouvelle période de pourparlers sur le fond pendant six mois.

 

Plus précisément l'accord prévoit que "sur le stock d'uranium existant enrichi à 20%, l'Iran en retiendra la moitié en oxyde d'uranium pour fabriquer du combustible destiné au (réacteur de recherche civil iranien) TRR. Il diluera le (stock) restant à 20% d'UF6 (hexafluorure d'uranium, un gaz qui alimente directement les centrifugeuses d'uranium) à moins de 5%".

 

De plus Téhéran s'engage à ne pas enrichir de l'uranium à plus de 5% pendant six mois et à ne pas se doter de nouveaux sites d'enrichissement.

 

SUCCÈS ET PREMIÈRE ÉTAPE IMPORTANTE

 

L'accord a été qualifié de "succès" par le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei et de "première étape importante" par le président des Etats-Unis Barack Obama.

 

Le président français François Hollande y a vu "une étape vers l'arrêt du programme militaire nucléaire iranien".

 

Cet accord pourrait être "le début d'un accord historique pour les peuples et nations du Moyen-Orient et au-delà", a estimé le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

 

"Une percée a été réalisée, mais seulement un premier pas sur un chemin long et difficile", a nuancé le président russe, Vladimir Poutine.

 

Dans le même sens le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré dimanche soir que "maintenant, la partie vraiment difficile commence". Tout juste arrivé de Genève à Londres il a précisé qu'il faudra faire "un effort pour obtenir un accord complet qui demandera d'énormes engagements en termes de vérification, de transparence et de responsabilité."

 

Ainsi le Congrès américain a déjà annoncé qu'il était favorable à de nouvelles sanctions renforcées contre l'Iran, sanctions qui n'entreraient en vigueur que si Téhéran ne respectait pas l'accord conclu à Genève. Selon le résumé d'un conseiller d'un sénateur américain, "les sanctions prendraient effet s'ils trichent ou si le démantèlement n'est pas entamé d'ici six mois".

 

L'accord constitue une avancée pour les experts car il établit une gamme plus importante de contraintes et vérifications sur le programme nucléaire iranien.

 

Selon Bruno Tertrais, de la Fondation pour la Recherche Stratégique, basée à Paris, "c'est un accord qui permet de gagner du temps, puisqu'une grande partie du programme nucléaire iranien va être gelé pour six mois".

 

Le texte laisse toutefois une part d'ambiguïté qui permet des interprétations divergentes.

 

D'un côté le président iranien Hassan Rohani a affirmé que "le droit à l'enrichissement d'uranium sur le sol iranien a été accepté". De l'autre, John Kerry a assuré au contraire que l'accord "ne dit pas que l'Iran a le droit à l'enrichissement, quoiqu'en disent certains commentaires en l'interprétant".

 

OBAMA ASSURE

 

"Ce que dit (le document), c'est que dans le cadre d'une solution complète, si nous atteignons le stade suivant de cette solution complète, l'Iran sera en mesure de jouir de ses droits fondamentaux à disposer de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques, ce qui impliquera ce que nous appelons un programme d'enrichissement mutuellement défini et limité aux besoins pratiques", a expliqué le chef de la diplomatie britannique William Hague.

 

A Washington, le président Barack Obama a assuré que cet accord "barre le chemin le plus évident" de la république islamique vers une bombe atomique.

 

Il a pris soin de souligner les "énormes difficultés" persistant dans ce dossier qui empoisonne la communauté internationale depuis une décennie ajoutant que les sanctions "les plus sévères continueront d'être appliquées".

 

Les Occidentaux et Israël soupçonnent Téhéran de dissimuler un volet militaire derrière son programme civil, ce qu'il nie.

 

Cette question est au coeur des inquiétudes des pays occidentaux et d'Israël, qui craignent que l'uranium enrichi à 20% soit utilisé par l'Iran pour obtenir de l'uranium à 90% pour un usage militaire, malgré les dénégations de Téhéran.

 

L'Iran affirme que cet uranium est destiné à son réacteur de recherche et à des fins médicales.

 

M. Kerry a également voulu rassurer Israël, en affirmant qu'un accord nucléaire "complet rendra le monde (...), les partenaires de la région et l'allié Israël plus sûrs".

 

Mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dénoncé "une erreur historique" après que son bureau a évoqué un "mauvais accord qui offre ce que l'Iran voulait: la levée significative des sanctions et le maintien d'une partie significative de son programme nucléaire".

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 08:20
L'Arctique, "nouvelle frontière" selon un Chuck Hagel très Kennedien


23.11.2013 par P. CHAPLEAU - Lignes de Défense
 

Sous Kennedy, la "nouvelle frontière", c'était (géographiquement) l'espace. Sous Obama, c'est l'Arctique.

 

Le secrétaire d'Etat à la Défense américain, Chuck Hagel, a confirmé vendredi que les Etats-Unis comptaient affirmer leur présence en Arctique, où le Pentagone dispose déjà de 22 000 soldats et 5 000 gardes nationaux. Il a toutefois appelé les pays (Canada, Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Russie et Suède) qui se partagent ce territoire, que l'on dit victime du réchauffement climatique, à éviter tout conflit et à "travailler ensemble à construire une région sûre et pacifique".

En dévoilant depuis le Canada la première stratégie américaine pour l'Arctique, le secrétaire à la Défense a expliqué que l'armée avait commencé à s'adapter au réchauffement climatique dans la région. Ce court document recommande que les Etats-Unis n'accentuent pas leur présence militaire pour éviter de pousser les autres pays à l'escalade. Au contraire, le Pentagone doit continuer "son approche collaborative en matière de sécurité" dans le but d'empêcher des tensions potentielles.

On lira le discours du secrétaire d'Etat à la Défense ici.

On lira le texte du document de 16 pages "Arctic Strategy" ici. Ce texte ne diverge en rien du texte de mai 2013 sur la stratégie nationale US en Arctique (cliquer ici); il constitue une déclinaison militaire de cette stratégie présidentielle.

Pour prolonger la réflexion et l'information, on peut consulter le site de l'Arctic Research Consortium of the U.S. (ARCUS) en cliquant ici.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 08:20
Combien de navires aura notre marine?, Tom Lawson aussi aimerait le savoir!

Le NCSM Preserver ravitaillant la frégate américaine USS Ingraham en mer d’Arabie en novembre 2001dans le cadre de l’opération Apollo, la participation militaire canadienne dansla campagne internationale contre le terrorisme (Photo: caporal Brian Walsh, CombatCam)

 

24/11/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Combien de navires aura finalement le Canada avec le budget alloué à la Stratégie d’approvisionnement en matière de construction navale? Le chef d’État major lui aussi a bien hâte de le savoir!

En octobre, on avait la confirmation les navires de soutien interarmées de la Marine royale canadienne passeront avant le brise-glace de la Garde côtière.

Les navires de soutien présentement en service, les NCSM Protecteur et Preserver ont 50 ans bien sonnés et, devant l’impossibilité de mener les deux projets de front, il fallait choisir.

Le chef d’État major du Canada, le Général Tom Lawson, a bien hâte maintenant de voir combien de navires nous aurons finalement.

La Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN) étant probablement sous-financé, d’autres choix difficiles devront être fait à l’avenir, mais le chef d’État major canadien, le général Tom Lawson, accepte la situation avec philosophie et s’en explique aujourd’hui dans une entrevue au journal néo-écossais «Chonicle Herald».

À lire dans le «Chonicle Herald» >>

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 12:55
3 lynxs anglais de la Royal Navy arrivent sur la base de l'aéronautique Navale de Lanvéoc

3 lynxs anglais de la Royal Navy arrivent sur la base de l'aéronautique Navale de Lanvéoc

22/11/2013 Marine nationale

 

Du lundi 18 novembre au vendredi 22 novembre 2013, un détachement d’hélicoptères Britanniques du 702 squadron de la RNAS YEOVILTON a opéré sur la base de l’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic. Composé de trois Lynx MK 8, de quatre équipages et d’un échelon de soutien technique, le détachement de la Royal Navy a effectué des vols de navigation, sur terre et sur mer, ainsi que des missions d’entraînement élémentaire de lutte anti-surface. Avant son départ en patrouille avec l’un des Lynx, un AW 159 WILDCAT de l’escadron d’expérimentation 700W squadron a atterri sur la plateforme de la base de l’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic le vendredi 22 novembre. Il y a effectué un ravitaillement rotor tournant. Cette manipulation est très technique, puisque l’aéronef reste avec ses moteurs et équipements allumés pendant toute l’opération.

 

Ce «landaway», déploiement extérieur de la force,  concourt à la formation initiale de 3 équipages avant l’obtention de leur qualification opérationnelle pour de potentiels déploiements.

L'unité était composée de trois Lynx MK 8, de quatre équipages et d’un échelon de soutien technique

L'unité était composée de trois Lynx MK 8, de quatre équipages et d’un échelon de soutien technique

Cet entrainement opérationnel permet de former les jeunes pilotes de la Navy

Cet entrainement opérationnel permet de former les jeunes pilotes de la Navy

Un détachement britannique sur la BAN de Lanvéoc-Poulmic

Un détachement britannique sur la BAN de Lanvéoc-Poulmic

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 12:55
Innovation, recherche et technologie

22/11/2013 Ministère de la Défense

 

Le 21 novembre 2013, la Direction générale de l’armement (DGA) a organisé le deuxième forum innovation sur le campus de l’École polytechnique à Palaiseau. Cette manifestation constitue un lieu privilégié d'échanges et de rencontres entre les acteurs clés en matière de recherche et technologie. Présent, Jean-Yves Le Drian a fait un bilan sur le pacte Défense-PME.

 

L’École polytechnique à Palaiseau, lieu d’excellence scientifique, a accueilli le 21 novembre le deuxième forum innovation organisé par la Direction générale de l'armement (DGA). Autour de cette dernière, petites et moyennes entreprises (PME), entreprises de taille intermédiaire (ETI), laboratoires de recherche, universités, maîtres d'œuvre industriels et partenaires institutionnels de la Défense étaient réunis. 700 acteurs français du secteur recherche et technologie étaient ainsi présents.

 

Un village exposition, construit autour de neuf thèmes scientifiques et technologiques à caractère dual (civil et militaire) sur lesquels la DGA investit, a permis d'exposer une centaine de projets de recherche fondamentale. De nombreuses innovations inédites ont ainsi été présentées, comme le micro-drone qui roule et grimpe aux murs, le buggy volant (voir ci-dessous), la caméra qui voit en couleur aussi bien le jour que la nuit, ou encore le pansement bio-inspiré permettant de réparer les tissus. « Il faut constamment innover pour garder une longueur d’avance sur les théâtres d’opération et sur la scène internationale », explique Laurent Collet-Billon, délégué général pour l'armement. « Le ministère de la Défense est pleinement investi dans cette mission. Cette année, 270 projets nouveaux et 142 nouvelles thèses académiques ont été soutenus par la DGA et ses partenaires de la recherche. » 

 

 

Innovation, recherche et technologie

Après avoir visité les différents stands d'expositions et rencontré les entrepreneurs présents, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a dressé le premier bilan du pacte Défense-PME, lancé un an auparavant. Cette initiative a introduit 40 mesures concrètes et immédiates pour favoriser le développement des 30 000  PME et ETI avec lesquelles le ministère de la Défense travaille. « Nous sommes déterminés à poursuivre les efforts que nous avons engagés, je crois que nous pouvons déjà nous féliciter des retombées très concrètes du Pacte Défense PME », a déclaré Jean-Yves Le Drian. Le projet de loi de programmation militaire 2014-2019, examiné à l’Assemblée nationale à partir du 26 novembre, prévoit ainsi 4,4 Mds€ courants pour des travaux de recherche technologique et d’innovation confiés aux laboratoires et à l’industrie. « C’est une priorité que j’ai fixée, a ajouté le ministre, ces sommes bénéficieront dans les prochaines années à la préparation du renouvellement des deux composantes de la dissuasion, à la préparation du système de combat aérien futur et des prochaines générations de missiles, ainsi qu'à la montée en puissance des travaux sur la cyberdéfense. »

 

Le buggy volant - Pégase

La star de ce forum a été sans conteste ce buggy volant - Pégase. Ce véhicule biplace tout terrain a été conçu pour rouler sur la voie publique et voler dans la catégorie ULM suivant les homologations européennes. Il est capable se déplacer rapidement sur terre ou dans les airs, de manière autonome et en toutes circonstances (franchissement de coupures sèches ou humides, manque d’infrastructures routières, séisme, catastrophe naturelle). Pouvant décoller très rapidement, il peut rouler à plus de 100 km/h sur route et voler à 80 km/h dans les airs. Soutenu et financé par la DGA, ce véhicule développé par la société Vaylon, a été conçu avec au concours des forces spéciales. Il leur permettra de réaliser des missions d’infiltration, de sauvetage ou encore de renseignement.Les premiers essais en vol auront lieu début 2014.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 12:55
Entraînement CUTAWAY, préparation d'un plongeur scaphandre pour inertvention sur fût chimique

Entraînement CUTAWAY, préparation d'un plongeur scaphandre pour inertvention sur fût chimique

 

22/11/2013 Marine nationale

 

La rade de Brest vient d’accueillir, du 18 au 22 novembre 2013, la deuxième édition de l’exercice de guerre des mines « Cut Away ». Principale nouveauté de cette édition, la présence d’équipes américaines et britanniques aux côtés des acteurs français de la guerre des mines.

 

Cet entraînement multilatéral avait pour scénario la sécurisation d’un port de commerce majeur et le rétablissement du trafic maritime d’un pays ami en période post-conflit. A la mer, le bâtiment de base des plongeurs démineurs Styx a notamment mis en oeuvre à plusieurs reprises des robots d’intervention anti-sous-marine (Véhicule sous marin autonome ou AUV). Ainsi les sonars du Remus britannique ont quadrillé pendant plusieurs heures de vastes zones, balayant les fonds sous-marins à la recherche de dangers potentiels. Ces appareils sans fil sont programmés pour effectuer un parcours donné et enregistrer tout au long de ce quadrillage les données recueillies par leur sonar. Ils permettent de couvrir une plus grande surface que les plongeurs, garantissent un gain de temps substantiel et offrent une moindre exposition du personnel à la menace. Les hommes du groupement des plongeurs démineurs de l’Atlantique ont ainsi découvert, investigué et neutralisé la mine et des fûts chimiques fictifs mouillés pour les besoins de l’exercice. A terre, un état-major opérationnel était également déployé sur l’enceinte de l’école navale pour coordonner l’ensemble des activités terrestres et côtières. Les équipes cynophiles et les binômes de plongeurs se sont mobilisés pour détecter toute forme de menace sur la bande littorale, sécuriser les quais et les bassins comme les coques des bâtiments de la force. Les équipes de neutralisation d’explosifs ont également été hélitreuillées ou envoyées à bord de semi-rigides pour effectuer diverses interventions : libération d’otage, neutralisation de véhicules piégés…

 

Entraînement CUTAWAY, plongeurs britaniques

Entraînement CUTAWAY, plongeurs britaniques

« L’objectif d’un entraînement de ce type est de proposer des situations réalistes, très proches de ce que rencontrent ces équipes sur les théâtres d’opérations dans lesquels nous opérons. Le fait de travailler avec nos alliés américains et britanniques nous permet de confronter nos méthodes et nos savoirs faires pour être encore plus facilement intéropérables en cas d’intervention conjointe. La maîtrise de ce domaine de lutte est incontournable, notamment dans les opérations amphibie qui exigent la sécurisation des zones d’intervention », commente le capitaine de vaisseau Jean-Christophe Olieric, commandant l’état-major de la guerre des mines, qui coordonne l’exercice.

 

« La barrière de la langue n’est pas un problème », estime pour sa part le lieutenant de vaisseau Nathan Isaacs, commandant la Fleet diving unit 3, unité spécialisée dans la récupération de mines inconnues. « Quel que soit le lieu où nous devons intervenir dans le monde, nous sommes confrontés aux mêmes menaces et disposons de méthodes d’intervention et de procédures assez proches. C’est motivant de nous entraîner ensemble, de partager nos retours d’expérience et de trouver conjointement des solutions aux situations que l’exercice nous propose ».

Entraînement CUTAWAY, inspection d'une plage

Entraînement CUTAWAY, inspection d'une plage

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 12:55
SPRAT - 100% français

22.11.2013 Armée de Terre

 

700 chevaux sous le capot. Une Porsche ? Une Lamborghini ? Non, le SPRAT ! Ce véhicule militaire 100% français est unique au monde. Aussi à l'aise sur les pavés des Champs Elysées le 14 juillet que dans la boue des campagnes Alsaciennes. Moins de 5 minutes pour déployer un pont d'assaut de 24 mètres. Déconseillé pour les créneaux... mais indispensable à l'armée de Terre.*

 

Reportage photos de I. Héliès/Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 12:50
L’équipement du fantassin du futur ? - JJ.Chatard DiCoD

L’équipement du fantassin du futur ? - JJ.Chatard DiCoD

 

22/11/2013 JJ.Chatard/DiCoD

 

La 18e édition du salon Milipol vient d’ouvrir ses portes le 19 novembre à Paris-Nord Villepinte pour quatre jours. Ce rendez-vous mondial de la sécurité intérieure des États est un lieu privilégié de rencontre pour les acteurs de la sécurité et de la défense

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 12:20
 Exercice bilatéral franco-americain

La présence du MV22 Osprey est une première lors d'exercices sur le terrain en France - photo MidiLibre

13.11.2013 Légion Etrangère

Exercice bilatéral Franco-Américain du 28 octobre au 1 novembre 2013 en Camp des Garrigues.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:50
Fully armed MQ-9 takes off on a mission in Afghanistan. Photo US Air Force

Fully armed MQ-9 takes off on a mission in Afghanistan. Photo US Air Force

 

22.11.2013 Helen Chachaty journal-aviation.com

 

La ministre de la Défense néerlandaise Jeanine Hennis-Plasschaert a annoncé hier son choix de s’équiper de quatre drones MQ-9 Reaper pour assurer ses futures missions ISR. « Le Reaper est le seul drone qui répond aux exigences de la Défense, que ce soit l’autonomie en vol, la rapidité ou la précision de ciblage », selon le communiqué du ministère. L'acquisition de ces drones devrait se faire comme en France, par le biais des FMS (Foreign Military Sales) du Pentagone.

 

Une consultation pour s’équiper de drones MALE avait été lancée en 2011. La pleine capacité opérationnelle est attendue pour 2017.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:40
Le grand navire de lutte anti-sous-marine Admiral Panteleïev

Le grand navire de lutte anti-sous-marine Admiral Panteleïev

 

VLADIVOSTOK, 22 novembre - RIA Novosti

 

Cinq navires de la flotte russe du Pacifique, qui participaient à une mission en Méditerranée, rentrent à leur base à Vladivostok, a annoncé vendredi le porte-parole de la flotte Roman Martov.

 

"Le grand navire de lutte anti-sous-marine Admiral Panteleïev, les navires de débarquement Admiral Nevelskoï, Peresvet, le remorqueur de sauvetage Fotiï Krylov et le pétrolier Petchenga feront une escale à Colombo (Sri Lanka) le 24 novembre", a indiqué le porte-parole.

 

Ces navires ont quitté le port de Vladivostok le 19 mars dernier. Pendant leur mission de huit mois, ils ont traversé les océans Pacifique et Indien, les golfes Persique et d'Aden et les mers Méditerranée, d'Arabie et Rouge. Les navires ont fait des escales à Bur Safaga (Egypte), à Salalah (Oman) et à Limassol (Chypre), ainsi qu'à Novorossiïsk, au bord de la mer Noire.

 

"A l'heure actuelle, trois autres groupes navals russes comprenant dix navires de la flotte russe du Pacifique sont en mission dans l'océan Indien et en Méditerranée", a ajouté M.Martov.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:20
Lockheed Martin’s GPS III satellite prototype passes backward-compatibility tests

GPS III Nonflight Satellite Testbed (GNST)at Cape Canaveral Air Force Station, US. Photo Lockheed Martin

 

22 November 2013 aerospace-technology.com

 

Lockheed Martin has announced its prototype of the next-generation global positioning system (GPS) satellite, the GPS III, has completed successful testing for backward-compatibility with the previous GPS satellite constellation in orbit.

 

The GPS III Nonflight Satellite Testbed (GNST), a full-sized, functional satellite prototype, is currently at Cape Canaveral Air Force Station in the US.

 

During the trials in October, GNST was successful in communicating through cross-links with air force flight-like hardware simulators for the GPS IIR, GPS IIR-M, and GPS IIF satellites in orbit.

 

This testing also showed the ability of an air force receiver to track navigation signals from the GNST.

 

Lockheed Martin GPS III development director Paul Miller said: "This provides early confidence in the GPS III's design to bring advanced capabilities to our nation, while also being backward-compatible."

 

A vital programme for the air force, GPS III is a cost-effective solution for ageing GPS satellites in orbit, and will improve ability to address the growing demands of military, commercial and civilian users.

 

According to Lockheed Martin, GPS III satellites will offer three times improved accuracy and up to eight times more powerful anti-jamming capabilities, and include enhancements to extend spacecraft life by 25%, compared with the existing GPS block.

 

In addition, it will be the first GPS satellite featuring a new L1C civil signal created to make it interoperable with other global navigation satellite systems.

 

Lockheed Martin is currently under contract to produce the first four GPS III satellites (SV 01-04), and has secured advanced procurement funding for long-lead components for the fifth, sixth, seventh, and eighth satellites (SV 05-08).

 

The first flight-ready GPS III satellite is expected to arrive at Cape Canaveral next year, with launch scheduled by the air force for 2015.

 

The GNST arrived at the air force station in July to test facilities and pre-launch processes.

 

On 30 August, the satellite prototype successfully established remote connectivity and communicated with the GPS next-generation operational control system (OCX) that is being developed by Raytheon.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:20
Broader challenges, smaller budgets: the future of the US military

Alerts - No37 - 22 November 2013 by Jan Joel Andersson

 

With the war in Iraq over and the one in Afghanistan drawing to a close, the United States is in the process of rethinking its military’s future role. As commander-in-chief, President Obama issued a new strategic guidance document for the Department of Defense (DoD) in January 2012, which emphasised how the US is to focus on a broader range of challenges and opportunities, such as ensuring the security and prosperity of the Asia-Pacific region. It also demonstrated awareness that these challenges could not be overcome by US military might alone.

 

To ensure that that US military remains ready to counter a full range of future threats, the document acknowledged that preparing for the future requires strengthening all the tools of American power including: diplomacy, development aid, intelligence capabilities, and homeland security. 

 

Download document

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 17:07
RCA - Renfort BOALI 2012 - photo EMA

RCA - Renfort BOALI 2012 - photo EMA

22.11.2013 par P. Chapleau - Lignes de Défense

 

La France anticipe le feu vert formel du Conseil de sécurité de l’Onu et planifie de plus en plus ouvertement l’envoi de moyens militaires pour une intervention en république centrafricaine. Onze mois après le déclenchement de l’opération Serval au Mali, le scénario est-il similaire ?

A l’instar de ce qui avait été fait au Mali, la montée en puissance du dispositif français s’effectue au travers du dispositif prépositionné en Afrique. On sait qu’un escadron blindé du 1er RIMa, déployé au Tchad, est ainsi appelé à faire mouvement vers Bangui, que des compagnies basées au Gabon (où se trouve ce vendredi le ministre français de la Défense) peuvent aisément faire mouvement vers la RCA, que les 350 fantassins et les hélicoptères Gazelle à bord du BPC Dixmude qui croise dans le golfe de Guinée peuvent aussi être engagés via le Cameroun (dont les troupes nationales pourraient aussi intervenir dans le cadre d’une force africaine).

D’autres renforts français sont appelés à quitter la métropole dans le cadre du dispositif d’alerte Guépard. Lundi, un Guépard "Com" devrait gagner le futur théâtre.

Une fois de plus, la logistique va être délicate. Par exemple, comment (sinon par gros porteurs ou lors d’un raid blindé terrestre via la frontière tchado-centrafricaine) acheminer les ERC-90 Sagaie du 1er RIMa ? L’exemple malien a montré qu’il nous a fallu compter sur des coups de pouce (et d’ailes) de nos alliés occidentaux et l'ops en cours ne devrait pas malheureusement déroger à cette règle.

Dans le cas centrafricain, nos alliés africains auront aussi besoin de cette aide. Déjà, pour la future MISCA (Mission internationale de soutien à la Centrafrique ), la France a été sollicitée pour gérer le soutien de l’homme. A l’Economat des Armées en particulier de gérer ce dossier et de trouver des capacités pour les contingents africains et français. Des fonds européens pourraient financer ces dépenses; en outre, Washington a débloqué, jeudi, 40 millions de dollars pour la force africaine de maintien de la paix.

Globalement, les moyens militaires français sont aujourd’hui encore moins disponibles qu’en janvier dernier puisque Serval, loin d’être démontée, mobilise /immobilise des moyens conséquents. Ce qui explique, autre exemple, que la France aurait déjà externalisé des missions de surveillance aérienne à une société privée dont un Cessna opèrerait déjà en RCA. Ou qu’elle étudie comment faire assurer efficacement le soutien de l’homme dans un environnement exigeant.

 

Une opex délicate

Toutefois, la RCA n’est pas tout à fait le Mali. Principalement à cause de l’imbrication des éléments "adverses" dans la population et leur présence sur une très grande partie du territoire.

Au Mali existait une sorte de ligne de front entre le nord de Ségou et le nord de Mopti. L’adversaire était, en outre, assez bien identifié.

Dans le chaos centrafricain, il existe des unités de l’armée qui n’obéissent à aucune chaîne de commandement, des milices rebelles officiellement dissoutes mais toujours actives, des bandes armées criminelles et des opportunistes à qui la possession d’une Kalach ou d’une machette suffit à faire inspirer la terreur.

La mission des forces françaises et des contingents africains de la MISCA qui vont succéder à la FOMAC risque d’être périlleuse puisqu’il va falloir « libérer » des zones déjà conquises par des éléments hostiles difficiles à identifier, imposer la paix par la force dans le cadre d’un mandat onusien, prévenir des affrontements qualifiés de « pré-génocidaires » et établir la souveraineté d’un pseudo-régime souverain, mais issu d’un coup d’Etat, sans réelle légitimité, sans pouvoirs. Sans avenir, en clair.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 16:52
Serval : point de situation du 21 novembre 2013

 

22/11/2013 16:30 Sources : EMA  

 

Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 14 novembre 18h00, jusqu’au jeudi 21 novembre 18h00.

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 80 sorties, dont environ 40 effectuées par les avions de chasse. 30 sorties ont été dédiées aux missions de transport et 10 aux missions de ravitaillement et de renseignement.

 

Depuis le 14 novembre 2013, les opérations terrestres se poursuivent dans le Nord du pays, en particulier dans la région de Gao. Des patrouilles sont menées quotidiennement, dans la ville et ses environs, par les forces armées maliennes (FAMA), les forces de la Minusma et la force Serval. Lors d’une patrouille le mercredi 20 novembre, le bataillon malien ELOU a découvert une cache d’armes appartenant aux groupes armés terroristes (GAT) au nord-ouest de la ville. Un peu plus tard dans la journée, à 40 km au nord, le sous groupement VBCI du GTIA Korrigan a démantelé un stock de munitions regroupant une cinquantaine d’obus, dont une quinzaine de 122 mm, et une trentaine de 81 mm, ainsi qu’une quarantaine de fusées pour obus et quelques grenades encartouchées de 40 mm. Parallèlement à ces actions, le groupement aéromobile a réalisé des opérations de reconnaissance de points et zones d’intérêt en vue de renseigner et diriger l’action des troupes au sol.

 

Le samedi 16 novembre 2013, le ministre de l’intérieur, Manuel Valls a rendu visite à la force Serval à Bamako. Accompagné de monsieur Gilles Huberson, ambassadeur de France au Mali et du directeur général de la gendarmerie nationale, le général d’armée Denis Favier, le ministre a marqué son intérêt pour l’implication de la force Serval à mener des opérations visant à désorganiser les réseaux terroristes. Lors d’un entretien avec le détachement prévôtal de la force Serval, M. Valls a évoqué l’appui apporté par le ministère de l’intérieur aux opérations menées par les armées.

 

Le 20 novembre, à plus d’un kilomètre au Nord de l’aéroport de Kidal, une explosion a touché un VBL qui rentrait de patrouille. L’explosion a touché l’avant du véhicule. Les trois membres de l’équipage ont été légèrement blessés. Dans la région de Kidal, les FAMa et les soldats sénégalais de la Minusma, appuyés par la force Serval, continuent à mener des opérations de reconnaissance d’axes, contrôle de zone et de fouille.

 

A quelques jours des élections législatives, ces opérations, au même titre que celles qui sont régulièrement menées, participent à la stabilisation du pays.

 

Environs 2800 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Serval : point de situation du 21 novembre 2013
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 14:35
Premier vol d'un drone furtif de combat chinois

 

 

22 novembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

PEKIN - L'armée chinoise a fait voler son premier drone de combat furtif, ce bond technologique confirmant que Pékin rattrape son retard sur les Etats-Unis en matière de technologie militaire, a rapporté vendredi la presse officielle.

 

Le drone au fuselage profilé a effectué un vol d'une vingtaine de minutes jeudi avant de se poser sans problème apparent, selon des témoins cités dans les journaux.

 

Ressemblant au drone militaire américain Northrop Grumman X-47B, avec son aile delta, il est baptisé Lijian (Epée effilée). Il pourra conduire des missions de surveillance et de frappe à distance.

 

De façon classique en Chine, ce baptême de l'air a d'abord été rapporté par des photographies et des vidéos mises en ligne par des amateurs sur des blogs d'initiés, une telle publication ayant forcément obtenu un feu vert au moins tacite des autorités.

 

Ces clichés ont vraisemblablement été pris à Chengdu (sud-ouest) où sont fabriqués les avions de combat nouvelle génération de l'armée de l'air chinoise.

 

Puis les médias ayant pignon sur rue --agence Chine nouvelle, télévision CCTV, Quotidien du peuple-- ont repris la nouvelle, en insistant sur le fait que les capacités militaires chinoises se rapprochaient de celles des grandes nations occidentales.

 

Avec ce premier vol réussi, la Chine rejoint les rangs des Etats-Unis et de l'Europe qui travaillent sur la prochaine génération d'avions de combat sans pilote, a expliqué à l'AFP Rick Fisher, de l'International Assessment and Strategy Center.

 

Ce drone illustre l'investissement massif que la Chine est en train de réaliser pour se doter d'une puissance militaire de classe mondiale, a-t-il commenté.

 

En développant des drones, Pékin va nettement compliquer la défense de pays comme le Japon et (de territoire) comme Taïwan, ainsi que la tâche pour les forces militaires américaines en Asie, a ajouté l'expert.

 

Début octobre, Tokyo et Washington ont annoncé que les Etats-Unis allaient pour la première fois déployer des drones d'observation Global Hawks au Japon.

 

Le drone Lijian sera selon M. Fisher vraisemblablement décliné en une version pour porte-avions et une autre version, à l'envergure élargie, pour des missions de surveillance de longue portée.

 

Pékin avait dévoilé son premier prototype de chasseur-bombardier furtif début 2011, plus tôt qu'attendu par les experts, confirmant ainsi la rapide modernisation de ses forces armées.

 

La Chine, dotée de la plus grande armée de la planète (Armée populaire de libération) et d'un arsenal nucléaire, a le deuxième budget de défense du monde après les Etats-Unis, ce qui suscite des craintes chez ses voisins et à Washington.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:55
Le forum innovation de la DGA comme si vous y étiez

 

22/11/2013 DGA Actualité

 

Le forum innovation de la DGA comme si vous y étiez grâce à une visite virtuelle. Cet événement majeur de la recherche et de l’innovation duale s'est déroulé le 21 novembre à l'école polytechnique de Palaiseau.

 

Cliquez pour accéder à la visite virtuelle

 

Robots terrestres

Miniaturisation, agilité, endurance des systèmes

Sûreté des plates formes

Détection et identification

Surveillence et détection du changement

Apport de la DGA à la sécurité globale

Systèmes collaboratifs

Respect de l'environnement et géosciences

Protection du combattant

Dispositif de soutien à l'innovation

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:50
Brief: What EU citizens think about European defence

Briefs - No43 - 22 November 2013 - by Olivier de France

 

At the turn of the twenty-first century, the ‘end of history’ was nigh – and Europe stood squarely on the right side of it. The times have changed, alas. Today policymakers in the EU expend much of their energy on parrying short-term economic shocks, which have rocked the European boat in ways that seemed unthinkable before. There is a lingering sense that a narrative has unravelled, yet to be convincingly replaced.

 

Countries face a strategic landscape that shifts faster than their perception of it perhaps allows. There are no tangible conventional threats and no enemies at Europe’s gates, but an array of risks and threats that are harder to predict and increasingly more complex. The changing environment requires the ability to bring a panoply of instruments to bear on a range of different problems. Europe prides itself on its ability to do this. Since the European Security Strategy called for a ‘comprehensive approach’ in 2003, the EU has endeavoured to conduct its external action in a flexible, integrated and multilateral way.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:30
Jean-Yves Le Drian a assisté à l’inauguration du Dubaï Air Show

 

 

22/11/2013 Camille Martin International

 

Le ministre de la Défense s’est rendu le 17 novembre aux Emirats Arabes Unis (EAU) pour assister à l’inauguration du 13e salon aéronautique Dubaï Air Show. A cette occasion, Jean-Yves Le Drian s’est entretenu avec les principaux responsables des pays du Golfe, partenaires de la France.

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, accompagné du chef d’état-major de l’armée de l’Air, le général Denis Mercier, a participé le 17 novembre à l’inauguration du Dubaï Air Show 2013, au nouvel aéroport international Al Maktoum de Dubaï. Le ministre de la Défense a visité les stands de quelques-unes des 57 entreprises françaises présentes au salon.

 

A cette occasion, Jean-Yves Le Drian a développé ses relations de confiance avec des responsables des pays du Golfe. Il a rencontré l’émir de Dubaï, Cheikh Mohammed ben Rashid Al Maktoum, vice-président et Premier ministre des Emirats Arabes Unis (EAU) et, puis s’est longuement entretenu avec le Prince héritier des EAU et commandant suprême adjoint des Forces armées, Cheikh Mohamed ben Zayed Al Nahyan, ainsi que le chef d’état-major des forces armées des EAU, le général Hamad Mohammed Thani Al Rumaithi. Ce dernier a notamment évoqué avec le ministre français de la Défense ses préoccupations quant au développement du dossier nucléaire iranien.

 

Jean-Yves Le Drian a aussi pu aborder les dossiers d’actualité et le partenariat franco-saoudien lors d’une réunion de travail avec le Prince Salman ben Sultan, vice-ministre de la Défense du Royaume d’Arabie Saoudite.

 

Il a enfin rencontré, en marge du salon, le ministre de la défense qatari, général Hamad ben Ali Al Attiyah pour discuter des perspectives de coopération entre les deux pays dans le domaine de la défense.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:55
1er RS : Camp régimentaire de La Courtine

 

21.11.2013 1re Brigade Mécanisée

 

Le 1er escadron du 1er régiment de spahis a participé au camp régimentaire à La Courtine du 10 au 15 novembre 2013.

 

Agissant avec le 3ème escadron et soutenus par l’escadron de commandement et de logistique, les équipages ont été évalués lors d’un rallye s’étalant sur 72 heures. Les savoir-faire d’ordre technique et tactique ont ainsi été contrôlés au travers d’une dizaine d’ateliers répartis sur l’ensemble du camp.

 

Faisant suite à un « trail » urbain, ce rallye a ainsi été l’occasion de travailler la rusticité en vue du CENTAC et de donner une vision globale du niveau de l’escadron.

 

S’ajoutant aux tirs d’entrainement pour le personnel des équipages (tir FAMAS, tir FLG, tir grenades à mains, tir mitrailleuse 7,62), un tir canon pour les chefs d’engin a pu se dérouler à la fin du camp. Il a ainsi été possible pour chacun de s’entrainer au tir d’urgence sur des carcasses d’AMX 30 et d’AMX 13.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:45
La France renforce son contingent en RCA, la Guinée enverra 927 soldats au Mali

 

21 novembre 2013 à 22:34 Par RFI

 

Le président François Hollande a reçu, ce jeudi 21 novembre à l’Elysée, son homologue guinéen, Alpha Condé. Tous deux se sont entretenus de deux sujets brûlants : la République centrafricaine (RCA) et le Mali. En Centrafrique, la France va renforcer son contingent. De son côté, Alpha Condé a indiqué que son pays va envoyer 927 soldats au Mali – à Tombouctou et à Gao - dès mars prochain.

 

A quelques jours de l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, la France presse la communauté internationale d'agir pour mettre fin aux violences. Les exactions se sont intensifiées ces dernières semaines à Bangui. Un haut responsable américain a même qualifié la situation de « pré-génocidaire ». Pour François Hollande, il n'y a pas de temps à perdre. A l’issue de son entretien avec son homologue guinéen, Alpha Condé, il a tenu à préciser que la France veut « augmenter sensiblement » le nombre de ses soldats en République centrafricaine.

 

« A Bangui et en Centrafrique, la situation est extrêmement grave. Dans quelques jours, il y aura une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies qui permettra aux Africains et à la communauté internationale de pouvoir agir », a souligné François Hollande.

 

« La France, qui a déjà 400 hommes sur place pour sécuriser notamment l’aéroport (de Bangui) et protéger nos ressortissants, est prête à accompagner » le processus que les Nations unies sont sur le point d’engager.

 

« Des massacres ont déjà eu lieu, des exactions se sont produites. Il y a même des conflits religieux qui sont en train d’apparaître. Donc, il n’y a pas de temps à perdre et la position de la France c’est d’appuyer, d’accompagner, lorsqu’il y a des situations comme celles-là, les Africains pour qu’ils assurent eux-mêmes leur sécurité », a déclaré François Hollande.

 

Le président français a, par ailleurs, rappelé que la situation de la Centrafrique sera « au cœur des discussions » pendant le sommet de l’Elysée qui réunira une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement africains les 6 et 7 décembre à Paris.

 

927 soldats guinéens à Gao et Tombouctou

 

Dans le même temps, la Guinée s'engage au Mali. Le président guinéen, Alpha Condé, annonce, quant à lui, le déploiement de près d'un millier de soldats guinéens à Tombouctou et à Gao, dans le nord du Mali, dès le mois de mars prochain car, dit-il, « il faut libérer le Mali définitivement » des islamistes toujours actifs dans le Nord.

Alpha Condé
(00:55)

Président guinéen

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:40
L’armée russe modernise son missile S-400

S-400 Triumph photo Almaz-Anteï

 

22 novembre 2013 Info-Aviation

 

Le consortium russe Almaz-Anteï achève la conception d’un missile à plus longue portée pour le système sol-air S-400, a annoncé le 20 novembre à Moscou Vladislav Menchtchikov, directeur général du consortium.

 

« L’usine du groupe chargée de fabriquer les nouveaux missiles, en produit actuellement le premier lot », a indiqué M.Menchtchikov.

 

Le consortium se prépare à lancer la production en série des nouveaux missiles. En 2014, Almaz-Anteï effectuera « des tirs d’essai du nouveau missile avant de signer un contrat sur la production en série », a ajouté le responsable.

 

Le S-400 Triumph (code OTAN: SA-21 Growler) est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques.

 

La Russie compte cinq régiments dotés de systèmes de missiles S-400 Triumph (deux pour la région de Moscou, deux pour les flottes de la Baltique et du Pacifique et un régiment pour le district militaire du Sud). Deux régiments de l’armée russe seront dotés de systèmes sol-air S-400 Triumph d’ici la fin de 2013, a précisé Mr Menchtchikov.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:35
La Corée du Sud décide d'acheter 40 chasseurs F35 à partir de 2018

 

2013-11-22 xinhua

 

La Corée du Sud a décidé d'acheter 40 avions de chasse F-35A du groupe américain Lockheed Martin pour un déploiement de quatre ans à partir de 2018 pour mieux répondre à d'éventuelles attaques nucléaires de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), a indiqué vendredi le Comité des chefs d'état-major (JCS).

 

Le président du JCS, Choi Yun-hee, s'est entretenu avec les hauts commandants de l'armée de terre, de la marine et de l'armée de l'air pour décider du nombre et des caractéristiques techniques requises pour les nouveaux chasseurs dans le cadre du programme d'acquisition de chasseurs nouvelle génération.

 

"Les capacités opérationnelles nécessaires (COR) pour des avions de chasse de la prochaine génération ont été révisées pour se préparer à l'éventuelle concrétisation des menaces nucléaires et balistiques émanant de la RPDC. Le système de frappe 'Kill Chain' requiert un avion pouvant s'infiltrer discrètement pour frapper la cible", a indiqué aux journalistes le porte-parole du JCS, le colonel Eom Hyo-sik, lors d'un point de presse.

 

Il a également déclaré que des avions de chasse avec des fonctions furtives de pointe et des capacités avioniques poussées pour les offensives aériennes seraient nécessaires pour dissuader de futures provocations de la RPDC.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:35
La Corée du Sud doit-elle participer à la «guerre des étoiles» américaine?

Les nouveaux missiles de croisières sud-coréens Hyunmoo-3 and Hyunmoo-2 déployés durant les festivités du 65e anniversaire de l’armée à l’aéroport militaire de Seongnam, au sud de Séoul le 1er octobre 2013.

 

21 novembre 2013 Par Frédéric Ojardias, correspondant à Séoul - RFI

 

La Corée du Sud doit-elle acquérir de coûteux systèmes de défense anti-missiles américains ? Alors que le programme nucléaire et balistique du régime nord-coréen continue de progresser, Washington insiste pour que la Corée du Sud, son allié militaire, rejoigne son très sophistiqué bouclier anti-missile balistique. Mais les médias et les analystes sud-coréens s’inquiètent : une telle participation risque de fâcher le puissant voisin chinois et rendrait la Corée du Sud encore plus dépendante des Etats-Unis.

 

Ce bouclier anti-missile américain est un système extrêmement complexe dont l’objectif est de détecter puis d’intercepter en vol des missiles intercontinentaux ennemis, dotés d’ogives nucléaires. Cela nécessite un réseau sophistiqué de satellites, de radars, et de fusées.

 

Or, depuis que son ennemi nord-coréen a réussi, l’année dernière, le tir d’une fusée à longue portée, la Corée du Sud envisage d’acquérir ces systèmes stratégiques capables, en théorie, de détruire des missiles en vol à très haute altitude.

 

Les médias sud-coréens font même état de pressions de la part des Etats-Unis pour que Séoul achète ses derniers systèmes d’intercepteurs, appelés THAAD et SM3. Et beaucoup d’analystes sud-coréens s’inquiètent : ils redoutent qu’un tel achat soit en réalité le prélude à l’intégration complète de la Corée du Sud au bouclier américain.

 

C’est déjà le cas du Japon voisin. Tokyo, allié fidèle de Washington, a accepté d’intégrer son système de défense, et dans ce but a déjà installé un radar américain très sophistiqué sur son territoire.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories