Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:35
Think Tank: Taiwan - the missing piece in the rebalance puzzle

 

15 October 2013 By Alexander Neill – Pacific Sentinel

 

In the wake of the US President’s decision to pull out of any engagements in Asia surrounding the APEC summit in Bali last week, critics of the US rebalance to Asia policy have exploited his absence as evidence of US regional strategic bluster.

 

For the most part, the Chinese media avoided the temptation of hubris, taking a more conciliatory tone and played up the central role of China’s regional economic engagement at the summit. Chinese leaders will have recalled the abrupt departure by Hu Jintao from the G8 summit in Italy in 2009 as insurrection broke out in troubled Xinjiang.

 

The US has been very quick off the mark with rebuttals, proclaiming the Asia pivot to be firmly rooted in Washington DC’s foreign policy. Standing in for the President, Secretary of State Kerry’s presence in Bali was a notable exception to his predisposition for the quagmire in the Middle East, viewed by many as another counterweight to the Asia pivot.

 

World attention in Bali has focused on the windfall presented to Chinese President Xi Jinping, allowing China to steal centre stage. Xi has made a whirlwind circuit through the region on a state visit to Jakarta, then on to Kuala Lumpur before returning to Indonesia for the APEC summit.

 

China is now Indonesia’s second largest trading partner, with bilateral trade amounting to US$66 billion in 2012. During the state visit, both countries agreed to increase bilateral trade by a further $15 billion by 2015.

 

In Malaysia, China agreed a five-year plan to boost bilateral trade to US$160 billion by 2017. With these kinds of figures thrown into the mix of China’s increasingly dexterous Southeast Asian diplomacy, it’s difficult to imagine how the US couldn’t have been upstaged at Bali. But the US, facing the looming shadow of debt default as the shutdown continues, has put on a brave face, confident that a final deal on the Trans Pacific Partnership can be achieved by year end.

 

Another casualty of the paralysis in Washington is its stake in Taiwan. While acrimony between China and Japan lingered beneath the veneer of economic engagement at the summit, the cross-strait relationship between Taiwan and China appeared to demonstrate new momentum. Heralded as a milestone meeting, Xi Jinping’s discussions with Vincent Siew, Taiwan’s senior envoy and former Vice President, added a new twist to the debate over China’s strategic intent in the Asia–Pacific.

 

Xi called for an end to institutionalised procrastination over Taiwan’s reunification with China, describing Taiwan and China as ‘one family’. He insisted that the time is right for political discussions on the cross-strait relationship, without the conditional tones which infused statements on the same issue under Hu Jintao’s leadership.

 

Aside from the showcase handshake between Siew and Xi, another sign of acceleration in the thaw in cross-strait relations was a meeting between the head of Taiwan’s Mainland Affairs Council, the Taiwanese executive body tasked with managing relations with the People’s Republic, and the head of China’s Taiwan Affairs Office. Both bodies have served as rubber stamp outfits over the years, while the real business has been conducted behind closed doors within the Kuomintang-Communist Party ‘party-to-party’ framework, initiated by Hu Jintao and Lien Chan in 2005 and fast-tracked after the KMT regained power in 2008. At the Bali meeting, both bodies formally referred to their respective official designations. It’s rumoured that significant progress may have been achieved in the establishment of representative offices in Beijing and Taipei.

 

China’s economic integration of Taiwan in recent years is a good example of how Beijing is courting ASEAN member states. With China’s burgeoning economic clout in the neighbourhood, Taipei, Seoul, Tokyo and ASEAN member states are beginning to hedge their approaches to the US. Some of these approaches seem ad hoc at best, others more developed into what resembles coherent strategy.

 

A confidant of Taiwanese President Ma Ying-jeou and former National Security Secretary General, Su Chi best sums up the predicament of US friends and allies on China’s littoral as: ‘the tail wagging two dogs’. The biggest question mark is whether or not Xi Jinping will sacrifice the hitherto sacrosanct cross-strait status quo in order to pursue the reunification agenda with as much vigour as China’s other core concerns.

 

The lingering fissure in the integrity of the motherland is apparently of such pressing concern for the Chinese communist party that an additional tenth dash recently appeared off Taiwan on Chinese maps showing China’s maritime territorial demarcation. Crucial to any political progress across the strait will be military de-escalation and the offer by both sides of military confidence building measures. Former Premier Wen Jiabao had hinted in 2010 at de-targeting the PLA’s missiles pointed at Taiwan but it appears the opposite has happened. The PLA’s strategic rocket force known as the second artillery corps has now deployed its new anti-ship ballistic missiles across the strait.

 

Taiwan is still China’s greatest concern, and the issue has driven the modernisation of the People’s Liberation Army for the last decade. A few years ago, defence analysts in the US warned that the military balance across the strait was tipping in favour of the PLA (PDF). According to Taiwan’s 2013 National Defense Report released on 8 September, China will be able to successfully invade Taiwan by 2020. And as Chairman of the Central Military Commission, Xi may also feel emboldened by the decline in Taiwan’s defence spending.

 

Traditionally, Taiwan has kept the US in the loop on important junctures in cross-strait relations and Washington has been careful not to engage with Beijing on such issues over the head of Taipei. Post shutdown, as the White House resuscitates its rebalance to Asia, Congress would be well advised to review its commitments under the Taiwan Relations Act.

 

Alexander Neill is a Shangri-La Dialogue Senior Fellow for Asia-Pacific Security, at the International Institute for Strategic Studies-Asia, Singapore

 

This article first appeared on the ASPI "The Strategist" Blog

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:35
Afghanistan: l'ONU prolonge le mandat de l'ISAF jusqu'à la fin de 2014

NEW YORK (Nations unies), 10 octobre - RIA Novosti

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU a prolongé le mandat de la Force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan (ISAF) jusqu'au 31 décembre 2014 conformément à la résolution ad hoc adoptée jeudi à l'initiative de l'Australie.

 

D'ici 18 juin 2013, l'armée afghane doit se charger de la sécurité sur tout le territoire du pays. A cette occasion, le Conseil de sécurité de l'ONU a souligné la nécessité de conserver le rôle de l'ISAF "dans le soutien apporté au gouvernement de l'Afghanistan" et "dans le renforcement des forces nationales afghanes de sécurité".

 

Le Conseil de sécurité a également salué l'attachement de l'Otan et du gouvernent afghan à la consolidation de leur partenariat bilatéral conformément à l'entente intervenue entre les alliés lors du sommet de l'Otan à Lisbonne en 2010.

 

La Force internationale d'assistance et de sécurité a vu le jour peu après le commencement de la guerre contre les talibans en 2001. Elément constitutif de la coalition encadrée par l'Otan, l'ISAF opère dans le cadre d'un mandat du Conseil de sécurité de l'ONU.

 

L'entente conclue en 2010 à Lisbonne prévoit le retrait des troupes de la coalition d'Afghanistan et le transfert à l'armée afghane des responsabilités en matière de sécurité dans le pays.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:25
Russia has proposed joint development of the T-50 to Brazil

15.10.2013 Rostec

 

The two sides are expected to discuss the creation of advanced aviation technology

 

The Russian delegation has invited Brazil to participate in the joint development of its fifth-generation T-50 (PAK FA).

 

During negotiations, the parties will discuss military and technical cooperation, according to reports of RIA Novosti based on information from representatives of the delegation.

 

Led by minister of defense Sergei Shoigu, the Russian delegation will visit Peru and Brazil from October 14-17. The delegation also includes Alexander Fomin, head of the Federal Service for Military-Technological Cooperation, and Anatolii Isaikin, head of Rosoboronexport.

 

Brazil has still not yet selected the winner of the bidding competition for 36 fighter aircraft for its air force. The estimated amount of the contract is $4 billion.

 

“We are prepared to propose to our partners at the negotiations in Brazil not only the purchase of modern, ready-made models of aircraft such as the Su-35, but also the opportunity to develop in tandem future aircraft models such as the T-50,” said a representative of the delegation.

 

The Brazilians have three aircrafts: the French RAFAL, the Boeing F/A-18E/F Super Hornet, and the SAAB JAS-39. The Su-35 is not included in this list, which is why Russia has proposed the purchase of ready-made fighter jets in addition to the opportunity to co-produce the new, advanced aircraft systems.

 

The fifth-generation T-50 fighter has a top speed of more than 2,500 km/h, as well as artificial intelligence–the plane is able to perform complex operations without the aid of the pilot. The T-50 also has automatic target recognition, and special transceiver electronics are designed to inform the pilot of potential threats.

 

Key elements of the T-50 design have been produced at Rostec plants. Designers at the United Engine Corporation developed the propulsion system. Specialists of RT-Khimkompozit made the cockpit canopy and trim.

 

The company Radio-Electronic Technologies designed the avionics and other electronic equipment to meet the requirements of a fifth-generation aircraft.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:20
URS Awarded Contracts to Support US Space and Naval Warfare Systems Center Atlantic

Oct 15, 2013 ASDNews Source : URS Corp.

 

    URS to Provide Business Technology, Network and Cyber Security Support Services to the U.S. Navy

    Contracts Have $1.8 Billion Aggregate Maximum Value to All Awardees

 

URS Corporation (NYSE:URS) today announced it has been awarded two indefinite delivery/indefinite quantity, multiple-award pillar contracts by the Space and Naval Warfare Systems Center Atlantic (SSC Atlantic). The Company was selected as one of 15 prime contractors to provide business and force support services, and as one of 13 prime contractors to provide integrated cyber operations services. Each contract has a one-year base period, followed by four one-year option periods, and each has a maximum, aggregate value of $899 million to all awardees, if all options are exercised.

 

Pillar contracts are designed to align the services provided by awardees with SSC Atlantic’s specific technological functions. Under the terms of the contracts, URS can compete for or be awarded task orders to provide program support, and network and cyber security services to the U.S. Navy.

 

 

Read more

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:20
LM Awarded IDIQ Contract To Deliver Communications And Transmission Services To US Army

Oct 15, 2013 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The U.S. Army will soon be using satellite and terrestrial communications capabilities delivered in part by Lockheed Martin to support battlefield operations around the globe.

 

Lockheed Martin was awarded an indefinite-delivery/indefinite-quantity (IDIQ) contract to supply communications and transmissions systems to the U.S. Army's Project Manager of Defense Communications and Army Transmissions Systems (PM DCATS).  Under this contract with a ceiling of $4.1 billion, Lockheed Martin will compete for task orders to provide communications and transmission systems to meet the Army's challenge of affordably adapting to changing technology while significantly reducing energy usage.  All task orders must be initiated within the contract's five-year period of performance.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:20
L’avion de combat « low cost » : mythe ou réalité ?

 

14 octobre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

Ce n’est pas la première fois qu’un avionneur américain tente de forcer la main du Pentagone. Avant Textron et son Scorpion, il y a eu Northrop et son Tigershark, avec la même ambition de proposer aux militaires américains un avion à bas coûts.


 

Dans quelques semaines, le biplace Scorpio effectuera son premier vol, un biréacteur tactique et d’entraînement avancé né d’une initiative du groupe Textron, associé à la startup AirLand Enterprises. Malheureusement, les responsables du programme ne révèlent ni le montant de leur investissement, ni le prix « fly away » de l’appareil. Mais ils laissent entendre que le Scorpio sera à l’origine d’une petite révolution sur le marché des avions de combat, le prix de revient à l’heure de vol annoncé étant de 3 000 dollars seulement. Une affirmation qu’il est bien entendu impossible de vérifier.

 

JPEG - 30.1 ko

Textron et Airland sauront-ils convaincre le Pentagone de l’intérêt du Scorpion ? - Textron

Le Pentagone n’a pas été sollicité, le but de l’opération étant d’anticiper ses besoins à venir et de répondre en parallèle aux attentes du marché à l’exportation. On pense notamment à la succession du Northrop T-38 Talon qui devrait être retiré du service à partir de 2023, arrivé à bout de potentiel.

Contrairement à ce qu’affirment certains commentateurs américains, sur le plan des grands principes, le Scorpio compte un certain nombre de précédents lointains. Ainsi, Northrop a jadis proposé à l’USAF au tout début des années quatre-vingts un avion de combat léger, le Tigershark, audacieusement baptisé F-20, une vraie-fausse appellation militaire. Mais le Pentagone ne s’était pas laissé convaincre et les armées de l’air étrangères n’avaient pas été au-delà d’un intérêt poli. L’expérience prouvait, en effet, qu’un matériel militaire ne peut être exporté sans bénéficier au préalable de commandes nationales.

Aujourd’hui, en des temps de disette budgétaire, un avion low cost est évidemment susceptible de retenir davantage l’attention que dans le passé. D’autant plus que les militaires ont constamment cherché l’efficacité opérationnelle en incitant leurs fournisseurs à innover. Ainsi, en 1973, le Pentagone avait envisagé la formule dite du « hi-lo mix » (high-low mix) qui aurait conduit à aligner tout à la fois des avions de combat très performants, à l’image du F-15, en même temps que des appareils plus simples, plus légers et nettement moins coûteux, réservé aux missions les moins sophistiquées.

 

JPEG - 56.8 ko

JPEG - 53.9 ko

Le Scorpion de Textron en cours d’assemblage final - Textron

 

C’est ce raisonnement qui avait conduit au Lightweight Fighter (« LWF »), programme dit de démonstration technologique conduit jusqu’au vol de prototypes. Il s’agissait de low cost, à une époque où l’expression n’était pas encore inventée. Un appel d’offres avait suscité un grand intérêt et deux propositions avaient été retenues, celles de General Dynamics et Northrop. Ainsi étaient nés les YF-16 et YF-17.

Très vite, General Dynamics avait imaginé d’aller bien au-delà des limites du contrat de développement qui lui avait été attribué et envisagé de produire son avion en série, pour des clients étrangers, l’USAF n’ayant pas exprimé d’intérêt opérationnel direct. A partir de ce moment, le dossier a évolué dans la précipitation, dans la mesure où quatre pays européens, Pays-Bas, Belgique, Danemark et Norvège, avaient décidé en 1974 de choisir un même type d’avion de combat et d’en commander conjointement non moins de 348 exemplaires. General Dynamics et Pratt & Whitney déployèrent alors des efforts considérables, soutenus par les autorités de Washington, leur objectif prioritaire étant de contrer Dassault, accessoirement Saab. Le premier proposait le Mirage F1E remotorisé avec un Snecma M53, le second le Viggen. Le F-16 l’emporta de haute lutte et, dans une certaine mesure, le hi-lo mix devint une réalité.

 

JPEG - 52.7 ko

Le Scorpion de Textron, un projet à suivre…  Textron

 

C’est cet exploit que Textron rêve de rééditer, avec son partenaire AirLand et le motoriste Honeywell. Un pari audacieux qui, de toute évidence, dérange la « fighter mafia  », expression quelque peu méprisante qu’utilise volontiers Scott Donnelly, directeur général de Textron, bien conscient de déranger l’ordre établi du complexe militaro-industriel américain. Il s’agit, en effet, de mettre sur le marché un avion au prix « accessible », une initiative en principe bienvenue au moment où les budgets militaires sont mis à mal. Reste à savoir si le Scorpio sera considéré comme une proposition crédible.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:15
Déclaration de Catherine Ashton, Haute Représentante de l'UE, sur son Rapport final sur la PSDC

 

Bruxelles, le 15 Octobre 2013 ref 131015/01 - www.eeas.europa.eu

 

La Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission, a fait ce jour la déclaration suivante:

 

" Le Conseil européen m’a demandé en décembre 2012 de présenter des propositions afin de renforcer la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC), dans la perspective d’une discussion des Chefs d’Etat et de gouvernement en décembre de cette année. J’ai présenté en juillet un rapport intérimaire et remets à présent le rapport final.

 

Ce débat entre les dirigeants intervient à un moment opportun. L'UE a besoin de protéger ses intérêts et promouvoir ses valeurs, et elle doit être capable d'agir comme garant de la sécurité, tant dans son voisinage qu’au niveau mondial. Cela nécessite, pour être crédible, des capacités et une base industrielle solide.

 

C'est à la fois un défi et une opportunité. La coopération en matière de défense n'est jamais un acquis, mais il est évidemment possible de renforcer davantage la coopération entre États membres afin de développer et déployer des capacités. En outre, l'industrie de la défense peut être un moteur pour l'emploi, la croissance et l'innovation.

 

Le rapport contient des propositions et des actions dans trois domaines :

 

- Renforcer la PSDC : l'Union doit être en mesure de réagir rapidement aux défis sécuritaires – cybersécurité, espace, énergie, sécurité maritime ou des frontières. Pour agir comme garant de la sécurité, nous devons être en mesure de nous engager avec nos partenaires, et de renforcer les capacités des organisations partenaires et des pays tiers, en utilisant tous les outils de notre action extérieure. C'est l'idée de notre approche globale.

 

- Améliorer les capacités de défense européennes : la coopération est devenue essentielle au maintien des capacités et à la réussite de la PSDC. Elle permet aux États membres de développer, acquérir, exploiter et maintenir des capacités ensemble, tirant ainsi le meilleur parti des économies d'échelle potentielles.

 

- Consolider l'industrie européenne de la défense : l’existence d'une base industrielle forte et en bonne santé est une condition préalable pour le développement et le maintien de nos capacités de défense, et pour assurer l'autonomie stratégique de l'Europe. La Commission européenne a présenté en juillet une communication intitulée « Vers un secteur de la défense et de la sécurité plus compétitif et plus efficace en Europe ». Les propositions contenues dans mon rapport complètent le travail de la Commission."

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 07:55
Jean-Yves Le Drian teste le FELIN au 2e RIMa, avant de mettre cap au sud

14.10.2013 par P. Chapleau Lignes de Défense

 

Quelques lignes sur la visite du ministre de la Défense au 2e RIMa du Mans, "régiment glorieux entre tous" et dont le drapeau "est celui qui comporte le plus de noms de bataille" (dixit JYLD dans son discours).

Le ministre est arrivé vers 9h15 pour quitter Auvours vers 17h, trois tables rondes, un discours, des présentations (photo ci-dessus) et un déjeuner plus tard (photo ci-dessous).

"J'ai rencontré certains d'entre vous dans l'Amettetaï", a rappelé Jean-Yves le Drian aux militaires avec qu'il a échangé. "D'autres demain s'engageront sur d'autres théâtres" (RCA?). Sur les échanges, peu de précisions mais Louvois a figuré en bonne place.

photo1.jpg

Et après? Cap au sud pour le ministre... Le 23 octobre à Pamiers (1er RCP) pour le 30e anniversaire de l'attaque contre l'immeuble Drakkar à Beyrouth; le 25 octobre à Castelnaudary (4e RE). Et en novembre, un doublé: Castres (8e RPIMa) et Carcassonne (3e RPIMa).

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 07:50
photo Frontex

photo Frontex

 

PARIS, 12 oct 2013 marine-oceans.com  (AFP)

 

Le chef du gouvernement italien Enrico Letta a appelé samedi l'Union européenne à mettre en oeuvre "immédiatement" Eurosur, système de surveillance des frontières de l'UE avec les pays de la Méditerranée, sur la radio française Europe1

 

"On ne peut pas continuer comme ça", a lancé Enrico Letta, au lendemain d'un nouveau naufrage d'un bateau de clandestins au large des côtes italiennes et maltaises, huit jours après celui qui avait coûté la vie à plus de 350 personnes près de l'île de Lampedusa.

 

"Je pense qu'avec les instruments qu'on a mis sur la table jusqu'à maintenant il n'y a pas la possibilité de trouver des solutions efficaces au drame qu'on est en train de vivre", a-t-il dit en réitérant son appel pour que le Conseil européen des 24 et 25 octobre se saisisse du sujet.

 

"Il faut qu'on mette en marche immédiatement Eurosur, il faut que chaque pays soit mis en condition de faire son travail", a-t-il dit.

 

"Il faut qu'il y ait d'avantage de moyens pour surveiller la Méditerranée, et aussi qu'il y ait les conditions pour que les bateaux et avions qui ne sont pas italiens ou maltais ou grecs puissent faire leur travail sans avoir de problèmes juridiques".

 

Le Parlement européen a donné jeudi son aval à la mise en place en décembre d'Eurosur, un système de surveillance des frontières de l'UE avec les pays de la Méditerranée destiné à prévenir les mouvements de migrants.

 

"On est dans une situation dans laquelle tout ce qui est en train de se passer en Afrique du nord, en Erythrée, Somalie, Syrie, fait que l'on est devant une urgence réelle", a ajouté M. Letta. "Le grand problème aujourd'hui c'est la quasi explosion de la situation libyenne", a-t-il insisté.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 07:40
Conseil Russie-Otan: Choïgou participera à la réunion du 23 octobre (source)

BRUXELLES, 14 octobre - RIA Novosti

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou prendra part à une réunion du Conseil Russie-Otan à Bruxelles le 23 octobre, a annoncé lundi à RIA Novosti une source militaire russe.

 

"Notre ministre doit y prononcer un discours important", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

 

La réunion du Conseil aura lieu dans le cadre d'une réunion des ministres de la Défense de l'OTAN prévue pour les 22 et 23 octobre dans la capitale belge.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 07:30
Syrie/armes chimiques: vers la création d'une mission conjointe Onu/OIAC

NEW YORK (Nations unies), 11 octobre - RIA Novosti

 

Le Conseil de sécurité des Nations unies a donné son feu vert à la création d'une mission conjointe de l'Onu et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), chargée d'éliminer l'arsenal chimique syrien, a appris vendredi à RIA Novosti une source diplomatique au sein de l'Onu.

 

"Dans sa lettre (au secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, ndlr), le Conseil de sécurité annonce avoir examiné sa proposition et approuvé la mise en place de la mission", a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

 

M.Ban avait recommandé lundi la création d'une mission conjointe Onu/OIAC, forte d'une centaine d'hommes. Basée à Damas avec une base arrière à Chypre, elle serait dirigée par un "coordinateur civil spécial". Cette mission sera chargée de détruire les armes chimiques syriennes d'ici le 30 juin 2014.

 

Pour gagner du temps, le Conseil de sécurité a décidé jeudi d'envoyer une lettre au secrétaire général au lieu d'adopter une résolution spéciale.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 07:30
Syrie: des terroristes formés en Afghanistan (Moscou)

 

MOSCOU, 11 octobre - RIA Novosti

 

Des pays tiers entraînent illégalement en Afghanistan des commandos chargés de lutter contre le régime syrien, en leur apprenant notamment à manier des armes chimiques, a indiqué vendredi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"On a appris dernièrement que des pays tiers ont illégalement utilisé le territoire afghan échappant au contrôle de Kaboul pour y entraîner des terroristes chargés de combattre le régime syrien, en leur apprenant notamment à manier des substances toxiques", a déclaré M.Lavrov lors d'une conférence de presse.

D'autre part, selon les informations de Moscou, la fameuse cellule islamiste Jabhat al-Nosra ("Front du soutien", ndlr) envisage de livrer sur le territoire irakien des substances toxiques et des spécialistes afin d'organiser des attentats en Irak.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 20:45
Piraterie maritime Djibouti

Piraterie maritime Djibouti

 

14/10/2013 DPSD

 

Djibouti occupe une position stratégique et, dans ce cadre, le poste de protection et de sécurité de la défense local est, en appui du commandement, à la pointe de la contre-ingérence…

 

L’intérêt de Djibouti n’est plus à démontrer et les forces françaises stationnées à cet endroit constituent la principale implantation militaire en Afrique.

 

La contre-ingérence constitue la priorité du poste afin de renseigner et de prévenir les actes terroristes éventuels à l'encontre des personnes et des installations des forces françaises, de déceler et de prévenir toute menace contre les forces, et de suivre l’activité des puissances étrangères dans un contexte crisogène et concurrentiel marqué.

 

Dans ce contexte, le chef de poste et son adjoint, qui sont les conseillers privilégiés du commandement (COMFOR), sont consultés dans le cadre des mesures de prévention lorsque la sécurité de nos forces et de nos concitoyens est engagée.

 

De plus, la coopération avec nos services homologues alliés, présents à Djibouti, est constante. Les échanges d’informations sont réguliers et les évaluations sécuritaires sont en général établies de manière collégiale.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 19:55
Quand les sénateurs examinent la LPM : Magnifique ! Les nouvelles Simca 1000 sont arrivées !

14.10.2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord. - Défense Globale

 

Jean-Claude Carrère, le président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat, évoque une Loi de programmation militaire " d'une grande cohérence mais relativement fragile ". Des euphémismes pour le sénateur socialiste landais, car " le manque de l'un de ses éléments peut mettre l'ensemble en péril ".

 

Si bien que l'examen du rapport et du texte de la Loi de programmation militaire 2014-2019 par la commission, en présence du ministre, Jean-Yves Le Drian, a donné droit à quelques phrases virulentes... Petit florilège.

 

- Daniel Reiner (équipements) : " L'exécution de la précédente loi a moins souffert d'une dérive financière que d'une mauvaise maîtrise de la masse salariale qui est venue amputer les crédits d'équipement. "

 

- Jacques Gautier (équipements conventionnels) : " La loi de programmation va trop loin dans la réduction des cibles des programmes de missiles et de bombes. La cible du scalp naval, déjà ramenée à 200 unités, passe à 150. C'est trop peu, quand on sait que 170 missiles de croisières ont été envoyés sur la Libye aux premiers jours de l'intervention. "

Autre phrase bien sentie : " Quand il s'écoule cinquante ans entre la conception d'un programme et l'arrivée dans les forces du dernier exemplaire, c'est un peu comme si nos soldats s'écriaient : « Magnifique ! Les nouvelles Simca mille sont arrivées ! ». "

 

- Xavier Pintat  (nucléaire et espace) : " Il faut être cohérent : ou bien nous réduisons nos ambitions à la hauteur de nos moyens, ou bien nous nous donnons les moyens de nos ambitions. Cette loi de programmation est ainsi la moins mauvaise possible dans le cadre budgétaire tracé... malheureusement ce cadre budgétaire n'est pas le bon. "

 

- André Dulait (ressources humaines) : " La réussite de la déflation demande que le moral des troupes soit préservé (...) La condition militaire ne doit pas s'écarter excessivement des conditions de travail des civils ; la qualité du recrutement comme la fidélisation des militaires en dépendent. La tentation peut être forte de jouer sur les recrutements si les départs anticipés ou les mobilités vers la fonction publique ne sont pas à la hauteur. Les administrations, qui réduisent leurs effectifs, n'accueillent pas nos militaires à bras ouvert ! "

- Michel Demessine (infrastructures) : " Le réajustement des commandes d'équipement entraînera une adaptation des programmes d'infrastructures qui y sont associés mais dans une moindre mesure : réduisez le nombre de hangars, il faut toujours une piste pour les avions... "

Autre phrase claire : " Ses crédits sont sanctuarisés alors que l'arme nucléaire ne faisant plus face aux menaces actuelles, il est inutile de la moderniser. Ses crédits seraient bien plus utiles à l'armée de terre. "

 

- Gilbert Roger (préparation et maintien en condition opérationnelle) : " Les jours d'entraînement de l'armée de terre ont fondu comme neige au soleil des 150 jours prévus dans la loi de programmation 2009 aux 83 réalisés en 2013.... "

Autre phrase : " On se trouve aujourd'hui dans l'effet de ciseau de ce qu'on appelle la courbe en baignoire : la maintenance d'un parc d'équipement vieilli et hétérogène devient difficile et plus couteuse ; l'arrivée de nouveaux matériels renchérit également le coût d'entretien, insuffisamment couvert par les dotations budgétaires. Puiser dans le stock de pièces de rechange a fini par affecter directement la disponibilité des matériels. Nous avons ainsi de véritables points noirs bien connus : transport stratégique et tactique de l'armée de l'air, patrouille maritime de la marine, AMX10 de l'armée de terre... La prévision de disponibilité est tombée à 40% pour les véhicules de l'avant blindé (VAB), à 50% pour les frégates et à 60% pour les avions de combat de l'armée de l'air. "

 

- André Trillard (recherche et technologie) : " Imaginer le futur de l'avion de combat et avoir les études sur les drones c'est bien ; avoir les drones en vrai c'est bien aussi. je me demande s'il ne faudrait pas dissocier les fonctions d'orientation et d'éclairage stratégique de la recherche des fonctions de conduite des programmes d'armement. Aux États-Unis, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) est une agence autonome et son action n'est pas absorbée par la lourde responsabilité de définir et de conduire les différents programmes. Or, en France, la Direction générale de l'armement est responsable de tout. "

 

Jean-Louis Carrère (renseignement) : " Les compagnies aériennes françaises transmettent les données PNR aux États-Unis, au Canada et à l'Australie, en vertu d'accords conclus avec l'Union européenne, alors que nos propres services de renseignement ne peuvent y avoir accès. "

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 19:50
Royal Dragoon Guard receives Military Cross

British troops on patrol in Jackal vehicles (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Si Ethell, Crown copyright]

 

14 October 2013 Ministry of Defence

 

Corporal Oliver Bainbridge has been recognised for his brave actions after his patrol vehicle was hit by a roadside bomb in Afghanistan.

 

Corporal Bainbridge’s troop had been ordered to move into position to watch over 2 Brigade Reconnaissance Force units as they began to move towards a patrol base.

As they moved into position, the lead Jackal vehicle, of which Corporal Bainbridge was the commander, struck an improvised explosive device (IED), disabling the vehicle and engulfing it in debris and dust:

It really threw us about,” he said. “It blew the whole vehicle forward.

Corporal Bainbridge’s driver, who had a suspected broken femur, was semi-conscious and in shock. Quickly seizing control, Corporal Bainbridge conducted effective first aid before reassuring his gunner, who had been blown from the vehicle and was disorientated, and ordering him to safety.

The controlled explosion of a roadside bomb
The controlled explosion of a roadside bomb in Helmand province (library image) [Picture: Crown copyright]

As a medic moved forward to assist, their position came under heavy machine gun fire. Corporal Bainbridge grabbed his injured driver, dragging him to a crater caused by the blast while simultaneously instructing the Vallon (IED detector) team and medic to seek cover.

Corporal Bainbridge lay on the driver, shielding him with his own body while exposing himself to the incoming fire for several minutes. He said:

I just wanted to protect him because he was vulnerable and couldn’t protect himself, so I had to help him.

He then took up a rifle, his own had been broken by the blast, to suppress the firing point before personally co-ordinating the extraction of his driver to the relative safety of a Warthog armoured vehicle:

At the time I just had my mind set on one thing and that was making sure there were no more casualties.

With his crew safe, and with the light fading, Corporal Bainbridge returned to his vehicle to remove all mission-essential equipment, a task that took 2 hours to complete as everything hand been bent and mangled by the blast:

I said I’d do it because the fire was so accurate and I didn’t want people standing there making a bigger target,” he said. “When I’d stripped enough equipment off to make a load I’d call guys forward to get it then they’d drag it back and wait until I’d stripped another load.

Corporal Oliver Bainbridge
Corporal Oliver Bainbridge of the Royal Dragoon Guards [Picture: Corporal Andy Reddy, Crown copyright]

Corporal Bainbridge then moved with his troop to a defensive position 100 metres north of the stricken vehicle and, at first light, he led a 3-man team back to oversee its recovery by a Warthog, under small arms fire.

Despite the risk to his own safety, Corporal Bainbridge returned for a third time to ensure nothing could be exploited by insurgents in a display of personal courage, selfless commitment and inspired leadership:

I’ve been asked why I went back, but it was my vehicle, so it was my responsibility. How can you ask somebody else to go in your place?

This action typifies Corporal Bainbridge’s character; during his military career he has been struck by IEDs on no less than 3 occasions. He said:

Seeing the damage an IED can do, it’s always in my mind. I wouldn’t say it makes you more cautious, but it means you don’t take unnecessary risks.

Corporal Bainbridge was enjoying a break at Bovington Camp when he was called in to see the Colonel:

I thought, oh no, am I in trouble?” admitted Corporal Bainbridge. “And then, when the Colonel told me I was getting an award, I was speechless for ages and then I must admit I swore, and the Colonel said ‘yeah, that would probably have been my first word too!’

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 17:45
Côte d’Ivoire : opération de présence de moyenne durée dans l’Ouest

14/10/2013 Sources : EMA

 

Du 10 au 15 septembre 2013, les militaires de la force Licorne ont effectué une opération de moyenne durée (OPMD) dans l’ouest de la République de Côte d’Ivoire.

 

Ce détachement était composé de deux sections de la 1ère compagnie du 21e Régiment d’infanterie de marine (21e RIMa), renforcées par le peloton d’éclairage et d’investigation du 5ème escadron du 1er Régiment étranger de cavalerie (REC).

 

Les opérations de présence menées par la force Licorne ont pour but de s’assurer de la situation sécuritaire dans le pays et participent au processus de stabilisation en Côte d’Ivoire.

 

Durant cette OPMD, les légionnaires et marsouins du détachement de la force se sont déplacés dans les villes de Bouaflé, de Daloa et de Man, distantes de plus de 400 kilomètres du camp de Port-Bouët à Abidjan. Tout au long de l’opération, des contacts ont pu être établis avec la population et les autorités civiles, militaires et coutumières.

 

A cette occasion, un certain nombre d’actions civilo-militaires ont été conduites au profit des habitants, comme par exemple la distribution de kits scolaires pour les écoles de la région. L’équipe médicale a également effectué des distributions de médicaments et assuré plus de 140 consultations médicales.

 

La force Licorne comprend 450 hommes qui accompagnent la réforme de l’armée ivoirienne, en soutien de l’ONUCI. Elle organise notamment des formations pour les militaires ivoiriens, des aides à la dépollution ou à la destruction de munitions, ainsi que des actions civilo-militaires. Elle est par ailleurs en mesure d’assurer la protection des ressortissants français.

Côte d’Ivoire : opération de présence de moyenne durée dans l’Ouest
Côte d’Ivoire : opération de présence de moyenne durée dans l’Ouest
Côte d’Ivoire : opération de présence de moyenne durée dans l’Ouest
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 17:45
EUTM Mali : début de la formation du 3e GTIA malien

14/10/2013 Sources : EMA

 

Le 7 octobre 2013, sur le camp d’entraînement de Koulikoro, s’est déroulée la cérémonie marquant le début de la formation du 3e GTIA des Forces Armées Maliennes par la Mission européenne d’entraînement au Mali (EUTM Mali), au cours de laquelle les soldats maliens ont symboliquement été mis à la disposition des instructeurs européens d’EUTM Mali pour une durée de 10 semaines.

 

Cette cérémonie s’est tenue à l’issue d’une première semaine dédiée aux formalités d’incorporation et d’évaluation consécutives à l’arrivée du GTIA, qui va à présent entamer deux semaines de formation commune « infanterie », avant de suivre la phase d’instruction par spécialité.

 

Commandé par le lieutenant-colonel Sangaré, le GTIA 3 est constitué de plus de 700 soldats, principalement issus du centre d’instruction des forces armées maliennes de Markala, complétés par des éléments venus de l’ensemble du Mali. Il est articulé autour de trois compagnies d’infanterie, renforcées d’unités d’appui spécialisées (combat blindé, appuis feux, génie, logistique).

 

Il s’agit du troisième bataillon malien à suivre le cursus de formation d’EUTM, après les GTIA Waraba et Elou, dont les formations se sont achevées en juin et septembre 2013. Ce troisième bataillon va ainsi bénéficier du retour d’expérience pris en compte par EUTM Mali suite aux deux précédentes formations.

 

Commandée par le général français Bruno Guibert, la Mission Européenne d’Entraînement au Mali regroupe 550 militaires européens de 23 nationalités différentes, dont 110 militaires français, principalement issus de l’état-major de la 1re Brigade mécanisée de Chalons en Champagne et du 1er Régiment d’infanterie de Sarrebourg.

 

EUTM Mali repose sur deux piliers : une mission de formation des unités combattantes des forces armées maliennes sur le camp d’entraînement de Koulikoro et une mission d’expertise et de conseil assurée par le détachement de liaison et d’expertise (ALTF), destiné à appuyer la réorganisation de l’armée malienne.

EUTM Mali : début de la formation du 3e GTIA malienEUTM Mali : début de la formation du 3e GTIA malienEUTM Mali : début de la formation du 3e GTIA malien
EUTM Mali : début de la formation du 3e GTIA malienEUTM Mali : début de la formation du 3e GTIA malien
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 17:45
C-27J Spartans from Alenia Aermacchi

C-27J Spartans from Alenia Aermacchi

 

 

14 October 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

Chad’s Air Force will soon receive two new C-27J Spartan medium transport aircraft from Alenia Aermacchi, with the aircraft undergoing final assembly at the company’s site in Italy.

 

The first C-27J for the Force Aerienne Tchadienne (Chad Air Force) is mostly complete, having had its engines installed ahead of a provisional mid-December delivery, and is undergoing avionics and mission systems installation. The fuselage of the second aircraft will shortly arrive at Alenia’s Caselle site in Turin, where the C-27J final assembly line is located.

 

Training of Chadian flight crew and technicians is currently underway in preparation for delivery of the aircraft later this year.

 

The Chad Air Force has a small transport fleet, comprising of a couple of Antonov An-26s (which entered service in 1994) and a single Lockheed Martin C-130 (which entered service in 1989). It is possible that the An-26s will be replaced by the C-27Js.

 

Chad began discussing the possible purchase of Spartans some years ago, with a leaked 2009 US diplomatic cable discussing the possibility of Chad buying C-130Js or C-27Js. “Purchasing C-27Js would be more economical for the GOC [Government of Chad] than buying C-130Js and might be no more expensive than buying refitted C-130Hs,” the cable read. “The C-27Js can land at many more airports in Chad than the bigger C-130s, either Js or Hs, thus complementing USG [US Government] efforts to make the Chadian military capable of combating terrorism in Chad's vast, remote, under-populated, and under-governed northern Saharan and Sahelian regions.”

 

Morocco is the only other C-27J operator in Africa, having bought four Spartans in October 2008. The first was delivered in July 2010. Morocco selected the C-27J for its ability to operate without under extreme environmental conditions, and without deployed ground support.

 

Alenia Aermacchi is gearing up to deliver another two C-27Js to Australia, as part of its May 2012 order for ten, and the final three of 21 for the US Air Force, which will place them in storage after the 2012 decision to stop flying the type.

 

The C-27J has been selected by more than ten countries, including Australia, Bulgaria, Greece, Italy, the United States, Lithuania, Romania, Morocco, Slovakia, Mexico and Chad and has flown missions in Iraq and Afghanistan. The aircraft has a payload capacity of 11.5 tons and can carry 60 troops or 36 litters with six attendants.

 

The Spartan’s closest competitor, the Airbus Military CN235/C295, has also been pushing for African sales, and has gained orders in Algeria, Cameroon, Egypt and Ghana.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 17:45
SERVAL en appui aux FAMa et à la MINUSMA pour sécuriser Kidal

 

14/10/2013 Sources : EMA

 

Depuis le 1er octobre 2013, le bataillon sénégalais de la MINUSMA, le détachement de liaison et d’appui (DLA) de la force Serval et une section du groupement tactique interarmes Désert mènent des patrouilles mixtes dans la ville de Kidal et ses environs, afin de sécuriser la région.

 

Les DLA ont un rôle fondamental au sein du dispositif déployé dans le nord du Mali. Ils coordonnent les opérations entre les forces internationales de la MINUSMA, les forces armées maliennes et la force Serval : « nous avons pour mission d’entretenir dans un premier temps la coordination et la cohérence des actions entre la force Serval et les contingents de la MINUSMA. Nous n’avons pas les mêmes procédures de travail, notre objectif est de rationaliser ces méthodes pour mieux agir, notamment dans le domaine des transmissions, puis de mutualiser les moyens. Nous avons également pour mission d’appuyer le commandement des contingents des forces concourantes, à l’aide des moyens spécialisés dont nous disposons, comme dans les domaines du déminage, de l’appui feu, de l’appui sanitaire, etc. » précise le commandant du DLA déployé à Kidal.

 

Environ 3200 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

SERVAL en appui aux FAMa et à la MINUSMA pour sécuriser Kidal
SERVAL en appui aux FAMa et à la MINUSMA pour sécuriser Kidal
SERVAL en appui aux FAMa et à la MINUSMA pour sécuriser Kidal
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 17:30
OEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persique

 

14/10/2013 Sources : EMA

 

Le 5 octobre, en début d’après-midi, la frégate Aconit, engagée au sein de la Task Force 150, force navale de l’opération de contre-terrorisme Enduring freedom, a réalisé deux « friendly approach » auprès de boutres iraniens dans le golfe arabo-persique, au large du Bahreïn.

 

Les « friendly approaches », ou visites de navires, sont des opérations de contrôle qui permettent de recueillir des informations sur le trafic local. C’est dans ce cadre que l’équipe de visite de l'Aconit est allée à la rencontre de deux embarcations de pêcheurs. A l’aide d’une embarcation rapide, l’équipe de visite de l’Aconit a établi le contact avec les passagers d’un premier boutre battant pavillon iranien. Après une courte discussion, l’équipage très coopératif a demandé une aide médicale à la frégate française qui a immédiatement envoyé le médecin du bord prodiguer des soins dentaires dans des conditions assez inhabituelles. Un deuxième boutre iranien a ensuite été approché par l’équipe de visite. Les deux équipages iraniens ont ainsi été informés de l’action de la force navale dans la zone.

 

Durant ces deux visites, l’hélicoptère embarqué Panther a assuré une surveillance aérienne de la zone de pêche où de nombreux bateaux ont commencé à se regrouper.

 

Une des missions de l’Aconit est de veiller à la sécurité de la zone maritime, lieu de commerce et de transit,s en assurant la protection des bâtiments marchands, mais également en collectant des informations sur de possibles trafics, voire en intervenant.

 

L’Aconit est engagée dans l’opération Enduring Freedom de lutte antiterroriste depuis le 20 septembre 2013. Depuis 2001, la France participe à cette opération qui vise à suivre les mouvements maritimes dans une zone allant de la corne d’Afrique au golfe arabo-persique, afin de lutter contre le terrorisme et ses réseaux de soutien.

 

Les bâtiments français engagés dans cette opération conduisent également des entraînements et des manœuvres avec nos partenaires et alliés présents dans la zone pour renforcer l’interopérabilité de nos forces.

OEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persiqueOEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persique
OEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persiqueOEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persique
OEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persiqueOEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persique
OEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persiqueOEF : l’Aconit effectue des visites de navires dans le golfe arabo-persique
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 16:55
Afghanistan : transfert d’autorité du détachement Epidote

14/10/2013 Sources : EMA

 

Le 3 octobre 2013 au camp Phoenix de Kaboul, le général de brigade aérienne Olivier Taprest, commandant les forces françaises en Afghanistan, a présidé la cérémonie de transfert d’autorité du détachement Epidote qui assure des missions de formation de l’armée afghane. Le colonel Philippe Vervaeke a succédé au colonel Thomas Seignon au commandement de ce détachement.

 

Au cours des six derniers mois, le détachement Epidote32 a mené sa mission de mentorat au profit de l’armée nationale afghane (ANA) au sein de cinq centres afghans de formation. Le contingent a ainsi appuyé les instructeurs de la National Military Academy of Afghanistan (NMAA), du Command and Staff College (CSC), qui constituent les écoles de formation des officiers afghans, et partagé son expertise au sein de plusieurs centres et écoles : l’Intelligence Training Center (ITC) pour le renseignement, la Command and Service Support School (CSS) pour les domaines des finances et des ressources humaines, et enfin l’Armor Branch School (ABS) qui forme les bataillons blindés afghans.

 

La mission du détachement Epidote est au cœur du partenariat avec les forces de sécurité afghanes qui, après s’être axé sur la formation des cadres, s’articule désormais autour du conseil des instructeurs afghans. Pour le colonel Philippe  Vervaeke, l’objectif de son détachement est clair, « accomplir la mission en soutenant avec énergie les officiers afghans dans leur volonté de reconstruire leur pays ».

 

Le détachement français Epidote relève de l’état-major du Nato training mission – Afghanistan,qui coordonne et assure la cohérence de l’ensemble des efforts des nations contributrices participant à la formation des forces de sécurité afghanes, (polices et armées). Il est l’unique interlocuteur du ministère de la défense afghan, qu’il assiste pour établir un système de formation militaire complet et durable.

 

Environ 90 militaires français composent le contingent Epidote 33. Actuellement, 500 militaires sont chargés de poursuivre l’engagement français jusqu’à la fin de la mission de l’ISAF en 2014, à travers notamment le commandement de l’aéroport de KAIA, le fonctionnement de l’hôpital médico-chirurgical militaire français de KAIA, des missions de formation au profit de l’armée nationale afghane, la participation aux fonctions d’état-major dans les structures de l’ISAF et le commandement du laboratoire européen contre-IED.

Afghanistan : transfert d’autorité du détachement EpidoteAfghanistan : transfert d’autorité du détachement Epidote
Afghanistan : transfert d’autorité du détachement Epidote
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 16:55
Sagem présente son Patroller à l’armée de terre

Le Patroller exposé à Saumur dans les locaux du CEERAT, dans sa configuration multi-capteur, optronique avec boule Euroflir 410 et sa nacelle Comint. (crédit : Sagem)

 

14.10.2013 par Guillaume Belan (FOB)

 

L’industriel français Sagem (groupe Safran), a présenté pour la première fois officiellement son drone Patroller à l’armée de terre la semaine dernière. Le Patroller a notamment été présenté aux spécialistes de la guerre électronique, à l’occasion du 9ème Forum du renseignement de l’armée de terre, organisé cette année à Saumur.

Le drone que Sagem souhaite proposer face au Watchkeeper pour succéder au SDTI (Système de drone tactique intérimaire) a réalisé cet été (juillet/août) 16 vols complémentaires d’essais, en configuration multi-capteurs. Cette campagne de vols fait suite à celle menée en juin dernier (relire l’article de FOB ici). Sagem se félicite des résultats obtenus lors de cette dernière campagne. Ces vols, qui ont été organisés en région parisienne, visaient à valider les performances de l’aéronef muni de son pod de guerre électronique. La charge utile COMINT (COMmunications INTelligence) de Thales et la boule optronique Euroflir 410 (Sagem) combinées, en temps réel depuis la station sol, ont montré de « très bons résultats », notamment pour l’aspect guerre électronique. Les relevés de radio-goniométrie ont révélé une précision élevée sur les émetteurs militaires et civils en plastron, selon l’industriel français. Ainsi qu’une  « sensibilité nominale » à propos de la comptabilité radio-goniométrie avec l’ensemble des équipements radios et électroniques de bords. C’est donc une configuration multi-capteurs dérisquée que propose aujourd’hui Sagem à l’armée de terre, avec un pod guerre électronique calibré pour offrir la précision compatible avec les missions militaires.

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 16:45
La DPSD et Licorne

14/10/2013 DPSD

 

Le détachement PSD de Port-Bouët à Abidjan est le conseiller privilégié du commandement en matière de contre-ingérence...

 

Installé dans les murs du camp Licorne (ex-43ème BIMa), il est l’héritier du poste PSD en Côte d’Ivoire devenu un détachement en opération extérieure (missions de 6 mois) suite aux crises successives depuis le début des années deux mille. Son statut devrait évoluer vers un séjour type outre-mer en 2014.

 

Le chef de détachement participe à toutes les réunions d’importance au sein de la force et est reçu autant que de besoin par le COMANFOR (commandant de la force Licorne). Au delà des activités de conseil liées à la protection, les inspecteurs ont la charge du recueil du renseignement de contre-ingérence.

 

En dehors des services officiels français implantés en RCI, le détachement entretient des relations particulièrement cordiales tant au niveau des services ivoiriens homologues que de ceux relevant du ministère de l’intérieur voire même de la cellule en charge des affaires de la présidence.

 

Ces relations caractérisées par une grande confiance se sont notamment renforcées au travers des actions de formation de contre-ingérence au profit des services homologues. Conséquence du succès de ces stages, un nombre croissant d’interlocuteurs officiels, militaires ou civils, souhaite les intégrer.

 

La DPSD et Licorne
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 16:30
Le général de brigade Motti Almoz nommé Porte-parole de Tsahal

De gauche à droite :Le ministre de la Défense Moshe (Bogie) Ya’alon, le porte-parole de Tsahal entrant Motti Almoz, le porte-parole de Tsahal sortant Yoav (Poli) Mordechai, le Chef d’état-major, le lieutenant général Benjamin (Benny) Gantz.

 

octobre 14, 2013 Tsahal.fr

 

Aujourd’hui, le chef d’état-major, le lieutenant général Benjamin (Benny) Gantz a nommé le général de brigade Motti Almoz, précédemment chef de l’administration civile pour la région de la Judée-Samarie, nouveau porte-parole de Tsahal.

 

Le général de brigade Motti Almoz succède au général de brigade Yoav (Poli) Mordechai, qui a accompli deux ans et demi de service en tant que Porte-parole de l’armée israélienne.

 

De gauche à droite : le ministre de la Défense Moshe (Bogie) Ya’alon, le porte-parole de Tsahal entrant Motti Almoz, le porte-parole de Tsahal sortant Yoav (Poli) Mordechai, le Chef d’état-major, le lieutenant général Benjamin (Benny) Gantz

 

Le Porte-parole de Tsahal sortant, le général de brigade Yoav (Poli) Mordechai a déclaré au cours de la cérémonie que “ces deux ans et demi ont été très spéciales. On a travaillé très rigoureusement afin de diffuser ce que Tsahal fait – de manière honnête et équitable. L’unité du Porte-parole de Tsahal est plus axée sur les opérations que jamais, et ses représentants actuels sont répartis dans toute l’armée. On m’a donné une brigade forte et professionnelle, je me suis consacré à elle sans cesse, et j’espère qu’elle en est sortie renforcée.”

 

Le Porte-parole de Tsahal entrant, le général de brigade Motti Almoz, a exprimé sa gratitude au général Mordechai. “Je me vois accordé une organisation extrêmement professionnelle, impressionnante et fondée sur des valeurs. Je sais que vous avez travaillé dur pour atteindre les résultats obtenus. En mon nom et au nom de l’unité du Porte-parole de l’armée israélienne, je tiens à vous remercier.”

 

Le chef d’état-major, le lieutenant général Benjamin (Benny) Gantz a déclaré durant la cérémonie que le général de brigade Mordechai “a accompli son rôle de Porte-parole avec succès. C’est un rôle qui requiert de l’intelligence et de la sensibilité, et vous, Poli, vous avez su combiner ces éléments pour le bien de Tsahal et de ceux qui y servent.”

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 13:50
Press Background briefing on the HR’s final report on CSDP

13.10.2013 EEAS Ref 131013/01

 

A background briefing on the final report of the High Representative and Head of the European Defence Agency on CSDP, will be held ahead of the December European Council, on Tuesday 15 October, at the EEAS building.

 

with Mr Maciej Popowski, EEAS Deputy Secretary General,

 

Mr Patrick de Rousiers, Chairman of the European Union Military Committee,

 

and Mr Eric Platteau, Head of Media andCommunication for the European Defence Agency (EDA)
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories