Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 18:45
EUTM Mali : stage de formation préliminaire des officiers du 3e bataillon malien

20/09/2013 17:32 Sources : EMA

 

Depuis le 16 septembre 2013, les 28 commandants d’unité et chefs de section du 3e GTIA des forces armées maliennes ont entamé un stage de formation préliminaire au camp d’entraînement de Koulikoro.

 

Dispensé par les instructeurs européens d’EUTM Mali, ce stage a pour but de renforcer les connaissances tactiques et l’aptitude au commandement des officiers du 3e GTIA malien, dont la formation débutera dans les semaines à venir.

 

Les officiers maliens vont recevoir une formation différenciée, avant d’intégrer graduellement leurs unités respectives. Ce processus de « formation par agrégation progressive » a pour but de permettre aux officiers de rejoindre leur unité après consolidation de leur aptitude. Le programme de ce stage inclut notamment des activités sportives, de l’entraînement au tir, des cours de tactique et des restitutions pratiques sur le terrain.

 

Commandée par le général français Bruno Guibert, la Mission européenne d’entraînement au Mali regroupe 550 militaires européens de 23 nationalités différentes, dont 110 militaires français, principalement issus de l’état-major de la 1re brigade mécanisée de Chalons en Champagne et du 1er régiment d’infanterie de Sarrebourg.

 

EUTM Mali repose sur deux piliers : une mission de formation des unités combattantes des forces armées maliennes sur le camp d’entraînement de Koulikoro et une mission d’expertise et de conseil assurée par le détachement de liaison et d’expertise (ALTF), destiné à appuyer la réorganisation de l’armée malienne.

EUTM Mali : stage de formation préliminaire des officiers du 3e bataillon malienEUTM Mali : stage de formation préliminaire des officiers du 3e bataillon malienEUTM Mali : stage de formation préliminaire des officiers du 3e bataillon malien
EUTM Mali : stage de formation préliminaire des officiers du 3e bataillon malienEUTM Mali : stage de formation préliminaire des officiers du 3e bataillon malien
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:40
Russian Missile Forces to Adopt New Command System in 2016

MOSCOW, September 19 (RIA Novosti)

 

Russia’s Strategic Missile Forces will use a new-generation automated command and control system from 2016, the Defense Ministry said Thursday.

 

The new system, based on the digital transmission of operations orders bypassing intermediary levels straight to the launch pad, allows the prompt targeting and retargeting of missiles and ensures the effective command and control of all units and subunits, Defense Ministry spokesman Dmitry Andreyev said.

 

The fifth-generation system will use wire, radio and satellite communication channels that are well protected from jamming and other forms of interference, he added.

 

The system is compact and reliable and boasts low energy consumption, secure information transmission and imperviousness to external impacts, the spokesman said.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:35
Chengdu Aircraft Industry Group to produce 1,200 J-10 fighters

Two J-10 fighters at the Zhuhai Airshow on Nov. 5, 2008. (Photo Xinhua)

 

2013-09-19 wantchinatimes.com

 

Chengdu Aircraft Industry Group will produce a total of 1,200 J-10 fighters for the PLA Force to counter F-16 fighters over the Taiwan Strait and Western Pacific, according to our sister paper Want Daily.

 

The Moscow-based Voice of Russia says the J-10A uses the Lyulka-Saturn AL-31FN turbofan engine imported from Russia due to difficulties in the development of China's WS-10 Taihang engine. The newer J-10B variant will be fitted with the Taihang engine.

 

Geng Ruguang, senior vice president of China Aviation Industry Corporation, said the development of the J-10, Taihang engine and PL-12 air-to-air missile shows China has become the fourth nation in the world to design and produce its own advanced fighter.

 

 

Geng said the J-10B's active phased array airborne radar enables the fighter to track six targets and engage four of them simultaneously. Geng also said the J-10's radar system can also lock on to US F-16 and Japanese F-2 fighters without difficulty. Furthermore, the PL-12 air-to-air missile designed for the J-10 boasts similar specs to the US-built AIM-120 air-to-air missile used by the F-16A/B fighters of Taiwan's air force.

 

Taiwan currently has 388 fighters, of which 145 are F-16A/Bs purchased from the United States. The imbalance in the size of the size of the fighter fleets on opposing sides of the Taiwan Strait is a matter of serious concern for Taiwan's security.

 

Between 2014 and 2015, 36 J-10B fighters will also be supplied to the Pakistan Air Force under the name FC-20,

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:35
Army to raise armoured corps in WB

September 12, 2013 By Arup Chanda - freepressjournal.in

 

Kolkata : Following frequent incursions by China violating the Line of Actual Control (LAC), the Indian Army is planning to set up an armoured corps base in north Bengal.

 

Following intelligence reports and Chinese activity along the LAC, the Indian Army has marked parts of north Bengal and north-east region of the country, particularly Arunachal Pradesh, which China claims as its own territory, as a ‘sensitive zone’.

 

A senior army official recently met West Bengal CM Mamata Banerjee after she came down to Siliguri from the hills of Darjeeling and asked for 200 acres of land next to the Binaguri army cantonment in north Bengal.

 

He held a closed door meeting with Banerjee and apprised her of the situation and speed up handing over the land to establish an armoured corps division in the area. He stressed the need saying that China was actively increasing its influence in bordering Bhutan and Nepal, according to military intelligence reports.

 

China, he said, was carrying out many charitable activities and imparting free education through some voluntary organisations next to the LAC, and using them to carry out espionage activities in the region. China is also spending huge sums of money in setting up Buddhist monasteries in the region, he informed Banerjee.

 

The army plans not only to increase its personnel but also have an armoured crops division with tanks and large number of armoured vehicles.

 

The Indian Army currently has 63 armoured corps regiments and taking into account China’s military plans has also raised the Ladakh Scouts. In view of the recent developments it might raise another armoured corps regiment armed with MBT Arjun tanks and armoured vehicles to be deployed in north Bengal.

 

Though Banerjee, it was learnt, gave a patient hearing to the senior army official, she kept silent about acquiring land as her government was opposed to take away land from farmers.

 

However, a defence ministry official here remarked: “Not acquiring land from farmers for industry might be the chief minister’s policy for vote bank politics but this is a case of national security. The country’s security can never be compromised because of populism.

 

“We need the land as soon as possible to expand our base as we have been receiving disturbing reports about Chinese activities across the border in this region not only from military intelligence but also from other agencies of the central government,” he said.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:20
Boeing arrêtera la production du C-17 en 2015

19.09.2013 Emilie Drab.journal-aviation.com

 

« C’était une décision très difficile mais nécessaire que d’arrêter la production du C-17 », a déclaré Dennis Muilenburg, président et CEO de la division Defense, Space & Security de Boeing. L’avionneur a en effet annoncé le 18 septembre la fermeture de la ligne d’assemblage du C-17 Globemaster III pour 2015.

 

Le dernier C-17 destiné aux Etats-Unis a été remis à l’US Air Force le 12 septembre. Il reste désormais 22 de ces avions militaires de transport à produire.

 

Dennis Muilenburg a expliqué qu'en raison des coupes budgétaires nécessaires chez les pays clients de l’appareil, d’éventuelles commandes ne pourraient pas être passées suffisamment tôt pour maintenir la ligne d’assemblage de Long Beach (Californie) opérationnelle.

 

Actuellement, 3 000 personnes travaillent sur les quatre sites dédiés au programme (Long Beach, Macon en Géorgie, Mesa en Arizona et St Louis dans le Missouri). Les suppressions de postes débuteront dès 2014 et se poursuivront jusqu’à la fin de la production. Son arrêt aura également un impact sur 650 fournisseurs du programme.

 

Développé par McDonnell Douglas, le C-17 a effectué son premier vol en septembre 1991. Depuis, la flotte mondiale a cumulé plus de 2,6 millions d’heures de vol dans des missions diverses : transport de troupes et de matériel, largage d’aide humanitaire, missions médicales… Elle compte 257 appareils, dont 223 aux Etats-Unis. Les autres se trouvent au service de l’Australie, du Canada, de l’Inde, du Qatar, des Emirats Arabes Unis, du Royaume-Unis et de l’OTAN.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:55
Réception du 1er avion de la tranche 4 du programme Rafale

Le premier exemplaire de la 4e tranche de production du programme Rafale

 

19/09/2013 DGA

 

La DGA a pris livraison le 12 septembre 2013 du premier exemplaire de la 4e tranche de production du programme Rafale. Les 60 avions de cette tranche de production sont tous équipés en série de capteurs nouvelle génération, à savoir du radar RBE2 AESA à antenne active, du détecteur départ missile nouvelle génération (DDM NG) et de l’optronique secteur frontal "identification et télémétrie".

 

Le Rafale est le premier avion de combat européen en service à bénéficier de la technologie AESA (Active ElectronicallyScannedArray), qui permet d’améliorer significativement sa portée de détection. C’est l’aboutissement de plus de 10 ans d’efforts de R&D sur les antennes actives. L’avion, qui est le 121e Rafale de série livré, est un appareil biplace immatriculé B 339 destiné à l’armée de l’air. Il rejoindra dans les prochains jours la base aérienne de Mont-de-Marsan.

 

Le Rafale est le premier appareil de chasse omnirôle, c'est-à-dire qu’il peut, au cours du même vol, assurer différents types de missions, par exemple l’attaque au sol et la défense aérienne. Totalement polyvalent, le Rafale assure toute la gamme de missions dévolues à un avion de chasse: supériorité et défense aérienne, attaque d’objectifs terrestres ou maritimes, appui-feu rapproché de troupes au sol, reconnaissance, frappe nucléaire. C’est aussi le premier appareil conçu dès l’origine pour opérer aussi bien à partir d’une base terrestre que depuis un porte-avions. Il est mis en œuvre par l’armée de l’air et la marine.

 

A ce jour, 180 avions de série ont été commandés par la DGA et 121 appareils livrés dans ses 3 versions : à savoir 38 monoplace embarqué « M » pour la Marine, 39 biplace « B » et 44 monoplace « C » pour l’armée de l’Air. Le Rafale a été déployé pour des opérations de combat en Afghanistan, en Libye et au Mali.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:55
Rafale : le coup de blues de Dassault Aviation

120 exemplaires du Rafale ont déjà été livrés à l'armée française

 

19/09/2013 Michel Cabirol - LaTribune.fr

 

Sous-traitance démotivée, jeunes cadres qui se détournent de l'aéronautique militaire pour le civil, cadence de production minimale.. Le coup de blues du PDG de Dassault Aviation.

 

« Si, demain, j'ai l'autorisation de la DGA (direction générale de l'armement, ndlr) de fabriquer tout en Inde, y compris les appareils destinés à l'armée française, je le ferai : je n'ai pas d'états d'âme ». Cette déclaration du PDG de Dassault Aviation faite à l'Assemblée nationale est passée inaperçue mais a fait l'effet d'une bombe dans les milieux aéronautiques. Au-delà d'une provocation calculée d'Eric Trappier - les contrats français imposent de fabriquer en France les Rafale, pour des raisons liées à la sécurité nationale -, il existe une certaine exaspération de l'industriel vis-à-vis de l'Etat, qui ne tient pas ses promesses.

Un coup de blues qui peut aussi se comprendre : de 320 Rafale prévus au départ, on est maintenant à 225, après être passé à 294 puis 286… Soit près d'une centaine d'avions de combat en moins à fabriquer pour les 500 entreprises « démotivées » - selon les termes d'Eric Trappier -, qui participent au programme.

 

Ce qui pose problème comme l'a explicité récemment le PDG de Dassault Aviation lors de son audition par la commission de l'assemblée nationale.

« De nombreux sous-traitants me disent : « si nous emportons le marché en Inde, ne pourriez-vous pas faire tout fabriquer là-bas, de façon à nous débarrasser de la production de Rafale ? ». C'est vous dire à quel point la sous-traitance est démotivée. En effet, alors qu'à l'origine on lui a parlé de 320 avions, elle voit, tous les quatre ou cinq ans, les décisions systématiquement remises en question (…). C'est un problème d'intérêt national : voulons-nous garder notre capacité à produire le Rafale ? J'y suis prêt mais je ne suis pas tout seul : il faut également proposer des perspectives de long terme à la sous-traitance ».

 

Les meilleurs ingénieurs préfèrent le civil au militaire

Selon le patron de Dassault Aviation, la sous-traitance est aujourd'hui « très sollicitée par le secteur civil, économiquement bien plus intéressant, comme le montrent les exemples d'Airbus et du Falcon ». De son côté, Airbus produit « entre 50 et 100 avions par mois », a souligné Eric Trappier. Toutefois, il a rappelé que « la production du Rafale relève aussi de l'intérêt national : il est donc important de maintenir un équilibre en faveur de nos sous-traitants et de préserver leur motivation ».

Plus généralement, Dassault Aviation est « confronté » à un nouveau problème déjà évoqué au sein du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas).

« Alors qu'il y a une dizaine d'années, le militaire attirait encore les meilleures compétences, a expliqué Eric Trappier, aujourd'hui, les jeunes qui entrent dans l'industrie préfèrent le civil, où de nouveaux programmes sont lancés tous les jours. C'est d'autant plus vrai que la fin du service national a rendu la société civile moins sensible aux questions de défense ».

 

L'export du Rafale vitale pour la bonne exécution de la loi de programmation militaire

Le patron de Dassault Aviation a rappelé qu'il avait besoin de construire « un Rafale par mois et onze par an pour conserver la capacité de production de cet avion ». Dans ce cadre, les 26 Rafale qui seront livrés en 2016 sont « en cours de construction ». Et de rappeler que la loi de programmation militaire (LPM) représente « pour l'État et l'industrie, un pari ». « Sous réserve d'obtenir des contrats à l'export, que nous avons bon espoir de finaliser dans les délais - même si les discussions sont longues et compliquées -, le pari sera gagné. Dans le cas contraire, nous en discuterons dans le cadre de la clause de rendez-vous », a-t-il confirmé.

 

La transformation d'un Rafale  en version exportable « demande une adaptation qui n'a rien de simple »

Une clause de rendez-vous prévu fin 2015 pour éventuellement modifiée la loi de programmation militaire en cas d'aléas, la non-exportation du Rafale en faisant partie. Mais pour Dassault Aviation, « le délai est un peu court entre 2015 et la fin du carnet de commandes. Une discussion est en cours avec le ministère de la Défense de façon à concilier l'inconciliable ». Car la transformation d'un Rafale destiné à la France en version exportable « demande une adaptation qui n'a rien de simple », a précisé Eric Trappier.

Si Dassault Aviation parvient « à obtenir un contrat dans des conditions compatibles avec une livraison en 2017-2018, tout ira bien », a expliqué le PDG de Dassault Aviation. « Dans le cas contraire, l'alternative, pour l'État, est la suivante : soit il arrête le programme, soit il le maintient à hauteur d'un Rafale produit par mois. Dans ce cas, la question du financement devra être abordée en 2015 ».

Dans le cas d'un arrêt du programme, l'impact sur l'emploi serait « important car la charge de travail liée à la construction d'un Rafale est le triple de celle d'un Falcon ». Et de souligner que « la conséquence, ce serait surtout une révision de notre modèle industriel au détriment de la fabrication d'avions de combat ». Pour l'instant, Eric Trappier ne s'inscrit pas « dans une perspective aussi négative ».

 

Quels espoirs d'exportation pour le Rafale ?

« Nous avons donc besoin d'une plus grande visibilité, car elle est aujourd'hui trop limitée. J'espère en tout cas que nous obtiendrons des résultats à l'export : cela remontra le moral de tout le monde », a assuré Eric Trappier. Les deux principaux prospects de Dassault Aviation sont l'Inde et le Qatar. « En Inde, le besoin de rénovation de sa flotte de combat est réel », a constaté Eric Trappier. L'objectif d'exporter « est important dans la mesure où il permettrait à Dassault Aviation et à ses sous-traitants de conserver un intérêt à produire pour le secteur militaire ».

Les opérations extérieures comme au Mali « ont eu un impact sur le Qatar et les EAU (Emirats Arabes Unis, ndlr) », a estimé le PDG de Dassault Aviation.

« La capacité de la France à intervenir en premier, avec des matériels capables de traiter les cibles de manière précise - bien plus qu'en envoyant une centaine de Tomahawk dans la nature -, et d'y effectuer des missions longues - directement entre Saint-Dizier et le Mali - a été appréciée. Non seulement elle l'a été sur le plan politique - car n'importe quel pays n'a pas une telle capacité d'intervention -, mais elle l'a été aussi sur le plan des moyens matériels et de la faculté à opérer parfaitement les manœuvres. Cela s'est vu un peu partout dans le monde. L'opération au Mali a donc eu une influence positive sur l'image du Rafale, comme avant celle effectuée en Libye ».

 

Une nouvelle commande française ?

A ce jour, la France a commandé 180 Rafale à Dassault Aviation, qui en a déjà livré 120. « La question porte sur la livraison et le paiement des 60 restants : quelles sont les préférences de l'État en la matière, compte tenu du contexte budgétaire compliqué que nous traversons ? », s'est interrogé Eric Trappier. Et de noter que « par ailleurs, rien n'exclut la commande d'une nouvelle tranche pour atteindre le format de 225 appareils visé par le livre blanc et les LPM successives, compte tenu du retrait de service des Super étendard - en 2015 - puis des Mirage 2000 - vers 2020. Je ne pense pas que l'on puisse envisager dans ces délais de trouver un successeur au Rafale. J'y serais favorable, mais cela demanderait un tout autre effort budgétaire. Il faudra donc faire vivre cet avion sur une longue durée ».

La production du Rafale n'est pas seulement liée à l'équation budgétaire : « elle répond à un besoin opérationnel », a-t-il rappelé.

Le programme a été lancé « pour répondre à un besoin, et ce besoin existe toujours, quelles que soient les contraintes budgétaires. La marine doit obtenir ces avions rapidement pour équiper son porte-avions, en raison du retrait de service des Super étendard en 2015. Quant à l'armée de l'air, elle est prête à faire durer plus longtemps ses Mirage 2000, mais seulement dans l'attente de la livraison des Rafale. D'ailleurs, quand elle doit opérer à la demande du chef de l'État, c'est à cet avion qu'elle recourt en premier. Il appartient donc au ministère de la Défense de déterminer exactement quels sont les besoins ».

 

La DGA réceptionne le premier exemplaire d'un rafale équipe du radar AESA

La DGA a pris livraison ce jeudi du premier exemplaire de la 4ème tranche de production du programme Rafale. Les 60 avions de cette tranche de production sont tous équipés en série de capteurs nouvelle génération, à savoir du radar RBE2 AESA à antenne active, du détecteur départ missile nouvelle génération (DDM NG) et de l'optronique secteur frontal "Identification et Télémétrie".

"Le Rafale est le premier avion de combat européen en service à bénéficier de la technologie AESA (Active Electronically Scanned Array), qui permet d'améliorer significativement sa portée de détection", a expliqué la DGA dans un communiqué. C'est l'aboutissement de plus de 10 ans d'efforts de Recherche et développement (R&D) sur les antennes actives. L'avion, qui est le 121e Rafale de série livré, est un appareil biplace immatriculé B 339 destiné à l'armée de l'air. Il rejoindra dans les prochains jours la base aérienne de Mont-de-Marsan.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:55
Rapport d'information n° 1353 - Mise en oeuvre et suivi de la réorganisation du ministère de la Défense

11.09.2013 Assemblée Nationale

 

« Le budget est ma loi ; il faut se conformer parce que les finances, de toutes les branches de l’administration, sont la première de mes affaires ».

Napoléon Ier, lettre à M. Fouché, Fontainebleau, 18 octobre 1807.

 

Le plan de réorganisation du ministère de la Défense mise en œuvre à partir de 2008 est un bloc : il rassemble, dans un programme de réformes et sous un pilotage administratif ad hoc, un ensemble de mesures qui découlent tant de la loi de programmation militaire pour les années 2009 à 2014 que de la révision générale des politiques publiques.

 

Le présent rapport a donc pour objet d’en dresser un bilan d’ensemble, dans la lignée des travaux entrepris sous la précédente législature par MM. François Cornut-Gentille et Bernard Cazeneuve, et dans la perspective de la prochaine loi de programmation militaire.

 

Ce rapport recense ainsi les réussites de ce vaste et ambitieux programme de réforme – force est de constater que les armées, les directions et les services du ministère ont été au rendez-vous de la réforme –, mais il pointe aussi ses insuffisances et ces échecs, qu’elles soient dues au « tour de vis » budgétaire nécessité par la crise, ou à des erreurs. Si les rapporteurs n’ont pas pu, faute d’informations fiables, étudier en détail le projet Balard, ils consacrent une grande part de leurs travaux à l’analyse de ce que l’on peut appeler l’« affaire Louvois », dans laquelle l’impunité, comme l’incurie des premiers temps, s’ajoutent aux erreurs de conception et de pilotage pour constituer les ingrédients d’un véritable scandale.

 

Les rapporteurs tirent de ce bilan des conclusions utiles à la réflexion sur la conduite des réformes qui, inévitablement, seront nécessaires à la mise en application de la prochaine loi de programmation militaire.

 

 

Rapport d’information déposé en application de l’article 145 du Règlement par la Commission de la Défense et des Forces Armées en conclusion des travaux d’une mission d’information sur la mise en œuvre et le suivi de la réorganisation du ministère de la Défense

Rapport d'information n° 1353 - Mise en oeuvre et suivi de la réorganisation du ministère de la Défense

Compte rendu n° 88 - mercredi 11 septembre 2013 - séance de 16 heures 30


Examen, ouvert à la presse, du rapport de la mission d'information la mise en oeuvre et le suivi de la réorganisation du ministère de la Défense (Mme Geneviève Gosselin-Fleury et M. Damien Meslot, rapporteurs).

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:50
Photo Rudy Krater

Photo Rudy Krater

19/09/13 par Jean-Albert Legros – Mil.be

 

L'ouverture de l'année académique de l'Institut Royal Supérieur de Défense (IRSD) à Bruxelles a eu lieu ce 16 septembre 2013. Pour la première fois, les présidents du Comité militaire de l'OTAN et du Comité militaire de l'Union européenne, les généraux Knud Bartels (Danemark) et Patrick de Rousiers (France) étaient reçus à la conférence du soir.

 

Au-delà de la symbolique que constitue la présence des représentants de ces deux « pierres angulaires » de la sécurité européenne et transatlantique, cette conférence inaugurale fut également l'occasion de passer en revue les missions et opérations lancées par les deux organisations au cours de la décennie écoulée.

 

Les deux orateurs ont évoqué le chemin parcouru par les deux organisations. Selon eux, le nombre de missions réalisées ou en cours atteste aujourd'hui de l'importance et de la qualité des moyens déployés sur divers théâtres de crise (Afghanistan, République démocratique du Congo, golfe d'Aden, Mali, etc.). Les stratégies mises en œuvre tant par l'Union européenne que par l'OTAN sont le fruit d'une évolution sur le long terme par laquelle les deux organismes ont mué pour s'adapter au mieux aux formes nouvelles de violence et de conflits.

 

Sur le chantier permanent qu'est la sécurité internationale en ce début de 21e siècle, la solidarité et la coopération qui caractérisent les rapports entre l'OTAN et l'Union européenne (qui comptent par ailleurs 22 États membres en commun) sont des facteurs fondamentaux pour la stabilisation des situations de crise sur des théâtres proches ou distants. Telle fut, sans nul doute, la teneur principale du message véhiculé par les présidents des comités militaires à l'occasion de cette conférence du soir.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:50
En route vers Steadfast Jazz 2013 !

À Arras, le fret commence son voyage vers la Pologne pour l’exercice Steadfast Jazz - Crédits : SCH Bansard/QG CRR-Fr/PAO

 

19/09/2013 Ministère de la Défense

 

1200 militaires seront engagés dans l’exercice Steadfast Jazz 2013 en novembre en Pologne et aux Pays Baltes. Le quartier général du corps de réaction rapide-France (QG CRR-Fr) de Lille, la brigade de transmissions et d’appui au commandement (BTAC) de Douai, le 2e régiment de dragons (2e RD) de Fontevraud et la 11e brigade parachutiste (11e BP) de Balma se préparent à partir. Le fret est déjà en route…

 

Au-delà d’un exercice de certification pour les postes de commandements engagés dans la prise d’alerte Nato Response Force en 2014, l’organisation de l’exercice requiert un véritable déploiement. Cette manœuvre logistique de grande ampleur est d’ores et déjà menée par la BTAC : l’embarquement du fret à destination de la Pologne a commencé le 4 septembre depuis la gare d’Arras (Pas-de-Calais), pour des départs de trains planifiés jusqu’au 20 septembre.

 

Comme dans le cas d’une projection réelle en cas d’engagement, la BTAC et les unités de soutien ont pour mission de transformer le camp de Drawsko en poste de commandement (PC) : mise en place de moyens d’information et de communication (SIC), mais aussi de tout le nécessaire à la vie courante.

 

À terme, près de 180 wagons achemineront les 145 abris modulaires de poste de commandement (AMPC), 1 050 m² de tentes spécifiques, 17 tentes modulaires françaises pour le soutien de quartier général (SQG), 3 centrales électriques du 6e régiment du génie (6e RG) d’Angers pour un total de 1120 kW et enfin le lot de conteneurs « techniques » indispensables au montage des postes de commandement (PC). L’ensemble des moyens déployés vont permettre au QG CRR-Fr et à son environnement d’être totalement autonomes, en cas de projection, quelle que soit la nature de l’engagement et le théâtre d’opération.

 

La majeure partie du QG CRR-Fr se déploiera par moyen aérien militaire les 22 et 23 octobre. Ces liaisons aériennes emporteront plus de 500 militaires ainsi que 5 tonnes de fret à partir de l’aéroport de Bruxelles. Le personnel du QG CRR-Fr, du 2e RD, de la 11e BP et les renforts d’unités françaises et multinationales arriveront à Drawsko, Pologne, dans leurs postes de commandement à partir du 21 octobre.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:50
SEDE welcomes Belgian Defence Minister
19.09.2013 SEDE
 
The SEDE subcommittee will hold an exchange of views with Pieter de Crem, Minister of Defence of Belgium, in view of the December defence summit.
 
When: 26 September 2013, 9:30-11:00

 

Further information
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:45
Mali: un mini-sommet sur la Centrafrique en marge des cérémonies

20 septembre 2013 Par RFI

 

En marge des célébrations marquant le début du mandat du nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui se sont déroulées jeudi 19 septembre dans la capitale malienne, la situation en Centrafrique a été évoquée lors d’une conférence de presse et d’un mini sommet. Le président français, François Hollande, a prévenu qu’il « ne resterait pas sur la réserve ». De son côté, le président tchadien, Idriss Déby, a estimé que la Centrafrique risque de devenir « un sanctuaire de terroristes ».

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:35
Hermes 450 reaches 70,000 hours in Afghanistan

A British Army Hermes 450 in flight (Picture Sergeant Steve Blake, UK MoD)

 

19 September 2013 Ministry of Defence

 

The British Army's Hermes 450 (H-450) unmanned air systems have completed over 70,000 hours of surveillance support in Afghanistan.


 

This is the equivalent of 8 years of non-stop flying.

Operated by the Theatre Integrated Unmanned Air Systems (ThIUAS) Battery at Camp Bastion, UK forces have clocked up more flying hours than any other nation with H-450 in Afghanistan.

The system provides headquarters staff with persistent intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance via electro-optical and infrared sensors out to a range of 150 kilometres.

A British Army Hermes 450 at Camp Bastion in Afghanistan (library image)
A British Army Hermes 450 at Camp Bastion in Afghanistan (library image) [Picture: Sergeant Steve Blake, Crown copyright]

H-450 can be used for a wide range of tasks such as reconnaissance of an area prior to operations, and maintaining watch over troops on the ground.

Major Jonathan Buxton, ThIUAS Battery Commander, said:

It is a great achievement to have reached over 70,000 hours of flying with Hermes 450 which shows not only the importance of the benefits it provides but also the dedication of all those involved in operating them out here in difficult conditions.

H-450 has been a vital tool for operations in Helmand over the years and continues to provide persistent surveillance protecting UK and Afghan troops today.

A British Army Hermes 450 in flight (library image)
A British Army Hermes 450 in flight (library image) [Picture: Sergeant Steve Blake, Crown copyright]

The ThIUAS Battery operates 5 surveillance windows of H-450 in support of UK and Afghan troops in Helmand province – an increase from 2 when H-450 was introduced in 2007. Since that time, integration with ground forces has been developed significantly as has the training for H-450 operators.

Major Buxton added:

The UAS trade offers something different for the more technically minded recruits joining the Army today.

The H-450 operators’ course is extremely challenging, with junior soldiers taking on a lot of responsibility at an early stage, especially when looking after the equipment and being responsible for captaincy of the aircraft.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:30
Syrie : Hollande pour une livraison d'armes "contrôlée" pour les rebelles

20.09.2013 Le Monde.fr (AFP, Reuters)

 

Pour la première fois, François Hollande a laissé entendre, jeudi 19 septembre, que la France pourrait livrer des armes dans "un cadre contrôlé" aux rebelles syriens, qui sont, selon lui, pris entre les forces gouvernementales et les extrémistes islamistes. 

"Je constate que les Russes en livrent régulièrement, mais nous, nous le ferons dans un cadre élargi avec un ensemble de pays et dans un cadre qui peut être contrôlé, car nous ne pouvons accepter que les armes puissent aller vers des djidadistes que nous avons combattu ici", a déclaré le président français lors d'une visite à Bamako, où il a assisté à l'investiture du président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

 

"Nous avons toujours dit que nous voulions contrôler les fournitures d'armes, si nous en faisons, pour qu'elle aillent bien à l'armée syrienne libre. Pourquoi ? Parce que c'est elle qui représente la coalition nationale, celle que nous avons reconnue comme la seule représentation légitime du peuple syrien et qui, aujourd'hui, est entre le marteau et l'enclume.
Le marteau des frappes et actions du régime et l'enclume de l'islamisme fondamentaliste. Si nous voulons trouver une solution politique, il faut bien que cette coalition nationale puisse assurer la transition".

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:30
Hollande compte rencontrer le président iranien

MOSCOU, 20 septembre - RIA Novosti

 

Le président français François Hollande envisage de s'entretenir avec son homologue iranien Hassan Rohani en marge de l'Assemblée générale de l'Onu, rapportent vendredi les médias européens.

"Il y a un projet de rencontre avec le président iranien à sa demande", a déclaré le chef d'Etat français à des journalistes à Bamako, dans l'avion qui devait le ramener en France après avoir assisté à l'investiture du président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

Il s'agirait ainsi de la première rencontre bilatérale entre leaders français et iranien depuis un entretien entre Jacques Chirac et le réformateur Mohammad Khatami en avril 2005.

Les Etats-Unis et d'autres pays reprochent à l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire qu'il prétend réaliser à des fins pacifiques. Téhéran rejette ces accusations, affirmant que ses recherches nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité.

Elu au poste présidentiel en juin dernier, Hassan Rohani est considéré en Occident comme un réformateur susceptible de favoriser une relance des efforts diplomatiques sur le dossier nucléaire iranien.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:30
Syria Rebels source globservateur.blogs.ouest-france.fr

Syria Rebels source globservateur.blogs.ouest-france.fr

19 septembre 2013 à 22:29 Par Sami Boukhelifa - RFI

 

En Syrie, les rebelles nationalistes d’un côté, les salafistes et les jihadistes affiliés à al-Qaïda de l’autre, combattent tous les forces de Bachar el-Assad. Mais ces groupes sont loin de faire front commun. Ils s’affrontent également entre eux, comme c’était le cas jeudi matin 19 septembre dans la ville syrienne d’Azaz dans le nord, près d’Alep. Les Nations unies publient un rapport alarmant, une sorte de cartographie des différents groupes rebelles syriens. Plus de la moitié d’entre eux sont des groupes extrémistes radicaux.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:30
Carte des principaux sites du programme nucléaire iranien – crédits Sémhur

Carte des principaux sites du programme nucléaire iranien – crédits Sémhur

MOSCOU, 19 septembre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis sont prêts à examiner les initiatives de l'Iran visant à régler les désaccords concernant son programme nucléaire si Téhéran démontre le caractère pacifique de ce programme, a annoncé mercredi l'agence Reuters, citant le porte-parole de la Maison-Blanche Jay Carney.

 

Selon le porte-parole, le président américain Barack Obama a formulé cette proposition dans une lettre adressée le 15 septembre dernier à son homologue iranien Hassan Rohani.

 

"Dans cette lettre, le président [Barack Obama] montre que les Etats-Unis sont prêts à œuvrer pour régler le différend concernant le programme nucléaire iranien, mais à condition que Téhéran démontre le caractère exclusivement pacifique de son programme", a indiqué M. Carney.

 

La lettre invite également la partie iranienne à trouver au plus vite une solution, a ajouté le porte-parole de la Maison-Blanche.

 

"Nous évoquons depuis longtemps la possibilité de résoudre ce problème par la voie diplomatique, mais cette pratique ne peut pas durer indéfiniment", a souligné M. Carney.

 

Les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien (Russie, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Allemagne) mènent des négociations avec Téhéran afin de lever leur inquiétude concernant le programme nucléaire iranien. Les Etats-Unis, d'autres pays occidentaux et Israël reprochent à l'Iran de vouloir se doter de la bombe sous couvert d'un programme nucléaire qu'il prétend réaliser à des fins pacifiques. Téhéran rejette ces accusations, affirmant que ses recherches nucléaires revêtent un caractère exclusivement pacifique.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:30
Syrie: l'attaque chimique ne pouvait être profitable qu’aux rebelles (expert)

BERLIN, 19 septembre – RIA Novosti

 

Le rapport des inspecteurs de l'Onu sur l’attaque chimique qui a touché la banlieue de Damas le 21 août ne révèle pas qui en est responsable, a déclaré à RIA Novosti Günter Meyer, professeur à l'université de Mayence et directeur du Centre de recherche sur le monde arabe.

 

"Le rapport des inspecteurs de l'Onu sur l’utilisation des armes chimiques ne révèle pas qui en est responsable. Les déclarations des puissances occidentales accusant Bachar al-Assad ne sont pas convaincantes", a affirmé l'expert allemand.

 

Le rapport des inspecteurs de l'Onu, qui ont enquêté sur les lieux de l’attaque chimique en Syrie le 21 août, a été présenté lundi dernier par le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon.

 

Le rapport confirme que des armes chimiques à base de gaz sarin ont effectivement été utilisées dans la banlieue de Damas. Le secrétaire général de l'Onu a rappelé que l'identification des responsables de l'attaque chimique ne relevait pas de la mission des inspecteurs et, selon lui, seule une nouvelle enquête permettra de faire le jour sur cette question.

 

"Les arguments des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni disant que le régime d'Assad dispose justement des projectiles qui ont été utilisés lors de l'attaque et que les rebelles sont incapables de créer un mélange de gaz binaire, ne sont pas convaincants. Les missiles de ce type ainsi que les composants du produit toxique auraient pu provenir des dépôts militaires pillés en Lybie", souligne Meyer, ajoutant que les rebelles modérés ne sont probablement pas impliqués dans l'attaque mais qu’elle pourrait avoir été lancée par des jihadistes spécialement entraînés.

 

Il rappelle également que les experts de l'Onu ne disent rien sur l'endroit d'où les projectiles ont été tirés car ils ne disposaient pas d'informations exactes. "Le lancement des missiles depuis le territoire contrôlé par le régime, d'après les données des satellites, sont des affirmations des USA et de la France. Il n'en existe aucune preuve indépendante", a déclaré Meyer.

 

L'expert remarque que dans la nuit du 20 août l'armée gouvernementale a bombardé cette région avec des missiles conventionnels. "Cela correspond à la stratégie des opposants d'Assad : tirer dans la même zone avec des ogives chimiques et rejeter la responsabilité de l'attaque sur le régime", a souligné Meyer.

 

Une attaque connue d'avance

 

De plus, d'après lui, la lettre de 12 ex-agents de la CIA, du département d'Etat et du Pentagone récemment rendue publique éveille également des soupçons. Ils ont écrit que les représentants du Qatar, de la Turquie et de la CIA, lors d'une rencontre les 13 et 14 août à Antakya en Turquie, avaient informé les chefs de l'opposition armée syrienne d'une attaque prévue des USA contre la Syrie. Cette version privilégierait l’hypothèse d’une attaque chimique planifiée par les opposants d'Assad.

 

"Le régime d'Assad n'avait absolument aucun intérêt à utiliser l'arme de destruction massive contre sa propre population, précisément au moment où la commission de l'Onu s'apprêtait à lancer son enquête sur les attaques antérieures. Ce massacre ne profite qu'à l'opposition.

 

Il semble donc logique qu'ils aient utilisé du gaz toxique pour rejeter la faute sur le régime, pousser le gouvernement d'Obama à franchir la "ligne rouge" et intervenir en Syrie", a déclaré Meyer.

 

"Pour quelle raison le gouvernement aurait voulu provoquer la plus grande puissance militaire du monde tandis que l'armée gouvernementale connaît déjà beaucoup de succès en utilisant les armes conventionnelles et alors que les rebelles perdent du terrain ?", a ajouté l'expert.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:20
5th-Generation Fighter, 1st-Generation Tires?

September 19th, 2013 by Brendan McGarry  - defensetech.org

 

Lockheed Martin Corp. bills the F-35 as the pinnacle of more than five decades of fighter-jet development, with the latest in stealth technology, supersonic speed, extreme agility and the most powerful sensor package available.

 

But someone apparently forgot to kick the tires.

 

Air Force Lt. Gen. Christopher Bogdan, who oversees the Defense Department’s Joint Strike Fighter program, this week said some parts of the plane break down too frequently. When a reporter asked for examples, Bogdan cited a seemingly mundane component: the tires.

 

“Those tires today are coming off the airplane way, way, way too frequently,” Bogdan said Sept. 17 at the Air Force Association’s annual Air & Space Conference and Technology Exposition at National Harbor, Md.

 

The problem only affects the tires on the Marine Corps’ version of the plane, known as the F-35B, according to Joe DellaVedova, a spokesman for the Pentagon’s F-35 program office. Unlike the Air Force’s F-35A or the Navy’s F-35C variants, the F-35B takes off from both conventional and short runways, which puts greater stress on the tires, he said. (It can also hover and land like a helicopter onto a ship.)

 

“Tire wear must be improved for the F-35B variant and we have taken concrete actions to fix this problem,” DellaVedova said in an e-mailed statement.

 

The tires on the Marine Corps’ jets had a so-called initial wear rate of 10 to 11 landings per tire during testing, DellaVedova said. That rate worsened during more recent testing, which includes a higher mix of conventional take-offs and landings, he said. However, the results have improved slightly since last month’s fielding of a temporary replacement tire with a thicker tread, he said.

 

The tires, which cost about $1,500 apiece, are made by Dunlop Aircraft Tyres Ltd., based in the United Kingdom, DellaVedova said. The company also made tires for the AV-8B Harrier jump jet, whose performance requirements are similar to those of the F-35B, he said.

 

Lockheed and Dunlop plan to begin delivering a redesigned product to the military by the end of the year, DellaVedova said. Bogdan, the general, said the companies will have to cover the cost of the redesign. “I’m not paying a penny,” he said at the conference.

 

A Dunlop spokesman wasn’t able to provide an immediate response to a phone call and e-mail requesting comment.

 

The Air Force and Navy versions of the plane use a different type of tire made by Goodyear Tire & Rubber Co., DellaVedova said. That firm’s products “meet specification requirements and have adequate wear characteristics,” he said.

 

Despite the landing-gear criticism, Bogdan struck a far more conciliatory tone toward Lockheed over the development of the F-35 — the Pentagon’s most expensive weapons acquisition program. He said the relationship between the Air Force and Lockheed, along with engine-maker Pratt & Whitney, part of United Technologies Corp., is “orders of magnitude” better than it was a year ago.

 

“I’m encouraged by where we are today,” he said. “I’d like to be a little further along.”

 

The comments were a stark contrast to those Bogdan made at the same forum last year, when he called the relationship the “worst I’ve ever seen.” This year, Bogdan indicated his previous remarks were deliberate. “I threw a hand grenade into the crowd … that was intended,” he said.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 07:20
Etats-Unis : le gouvernement commande 60 000 doses de traitement contre l'anthrax

19.09.2013 LeMonde.fr(AFP)

 

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé jeudi 19 septembre avoir remporté un contrat de près de 196 millions de dollars pour fournir des traitements contre l'anthrax au gouvernement américain, face à d'éventuelles attaques bioterroristes. GSK produira ainsi 60 000 doses sur quatre ans de son traitement par inhalation nommé Raxibacumab.

 

Lire l'analyse : "La science doit-elle se censurer face à la menace bioterroriste ?"

 

"L'anthrax est l'un des agents les plus susceptibles d'être utilisés dans une attaque bioterroriste puisque ses spores se trouvent facilement dans la nature et peuvent être produites en laboratoire. Il peut être diffusé discrètement dans l'environnement et y rester longtemps", souligne GSK dans un communiqué.

 

Des lettres empoisonnées à l'anthrax avaient fait cinq morts en 2001 aux Etats-Unis. En outre, 17 personnes avaient été contaminées par la poudre blanche contenant le bacille du charbon, une bactérie qui engendre une maladie rapidement mortelle, se manifestant par de sévères infections cutanées et une détresse respiratoire.

 

Lire aussi : "Bioterrorisme : un rapport pointe les failles des laboratoires aux Etats-Unis"

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 22:45
Seleka rebels - source defenseWeb

Seleka rebels - source defenseWeb

19/09/2013 par Bruno Charbonneau – 45eNord.ca

 

Entre les conflits au Mali et en Syrie, entre l’intervention militaire de la France dans le premier et l’hésitation des États-Unis dans le second, la crise humanitaire et sécuritaire en République centrafricaine (RCA) est plus ou moins passée inaperçue.

 

Exacerbée par le coup d’État de mars 2013, la situation est caractérisée par une violence de plus en plus courante où les cas d’arrestations et de détentions arbitraires, de violences sexuelles, d’actes de torture, de viols, de pillage, d’assassinats ciblés et de recrutements d’enfants soldats font craindre un débordement dans une région déjà en proie à plusieurs difficultés.

 

Quelques chiffres

 

Sur une population de 4,6 millions de Centrafricains, 206 000 (dont 100 000 enfants) ont été déplacés à l’intérieur du pays, dont plusieurs vivent dans la brousse n’ayant pas ou peu accès à l’aide humanitaire.

 

60 000 personnes ont quitté le pays, trouvant pour la plupart refuge en République démocratique du Congo (RDC).

 

484 000 habitants (10,5% de la population) souffrent d’insécurité alimentaire sévère.

 

On estime à 3 500 le nombre d’enfants soldats.

 

Des 195 millions $ demandés pour l’aide humanitaire en 2013, seulement 32% se sont concrétisés par des promesses de dons. Des 4,2 millions $ demandés pour l’hébergement d’urgence, aucun sou n’a été reçu.

 

Selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’espérance de vie a diminué entre 1985 et 2012, passant de 49 à 48 ans. Le revenu national brut par habitant a aussi régressé, passant de 909 à 722 $ pour la même période.

 

En août 2013, l’Union africaine autorisait la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) qui est composée de 3 650 hommes, dont 2 500 militaires, 1 000 policiers et 150 civils. La Misca remplace la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (Micopax) qui était sous l’autorité de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC). Le déploiement des effectifs de la Misca n’est pas terminé.

 

Le conflit

 

Le déclin du régime du président François Bozizé (en poste depuis mars 2003, suite à un coup d’État organisé à partir du Tchad renversant Ange-Félix Patassé), suscité par une paupérisation et insécurité croissantes, une perte de contrôle d’une grande partie du territoire et l’abandon de ses soutiens régionaux et internationaux, a abouti à la création d’une alliance de rebelles: la Seleka.

 

La Seleka est un groupe très hétérogène de mécontents du régime et majoritairement composée de rebelles venant du Nord-Est du pays, c’est-à-dire une région marginalisée, sujette aux trafics et luttes pour le contrôle des zones diamantifères et mêlée aux conflits transfrontaliers du Tchad et du Darfour.

 

En décembre 2012, la Seleka fonçait vers la capitale Bangui, mais ses progrès étaient arrêtés par les soldats de la Micopax et des renforts venus du Tchad. À l’aube de l’intervention militaire de la France au Mali, Bozizé demanda au président François Hollande d’intervenir afin de mater la rébellion. La demande fut rejetée par Paris. Suite à l’échec du plan de paix, la Seleka relançait l’offensive et renversait Bozizé le 24 mars 2013.

 

L’inaction internationale

 

Depuis le coup d’État, le gouvernement provisoire n’a démontré aucun réel pouvoir ou contrôle de la situation. Les rapports d’abus et de désordre se répètent et font craindre à certains la normalisation d’une situation sans État dans une région qui n’a nullement besoin d’une zone non gouvernée.

 

Des six pays limitrophes à la RCA, quatre peuvent être qualifiés d’être en conflit ou en situation de paix fragile (la RDC, le Soudan [et sa province du Darfour], le Sud Soudan et le Tchad; les deux autres pays étant le Cameroun et le Congo).

 

Alors qu’en 2012 et au début 2013 la France refusait d’intervenir en RCA (alors qu’elle lançait l’opération Serval au Mali), les rumeurs sont que le président Hollande cherchera à la nouvelle session de l’Assemblée générale de l’ONU (qui s’ouvre le 17 septembre) un appui pour une action internationale concertée en RCA.

 

Pour le moment, l’action internationale demeure très limitée: une force de l’Union africaine sans grand moyen et une réponse humanitaire presque anémique.

 

Nous sommes donc en position de poser une question fondamentale et d’en exiger la réponse auprès de nos dirigeants: comment se fait-il que certaines crises passent (à toute fin pratique) inaperçues alors que d’autres reçoivent toute l’attention ou presque? Selon quels critères et selon qui un conflit devient-il, ou non, digne d’une (ré)action internationale?

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:50
La France passe le commandement de l'EUROMARFOR à l'Espagne

19/09/2013 Marine nationale

 

La France a passé, le 18 septembre 2013, le commandement de la force maritime européenne EUROMARFOR à l’Espagne.

 

Une cérémonie s’est déroulée à bord du Landing Helicopter Dock (LHD) Juan Carlos I dans la base navale de Rota en Espagne en présence du vice-amiral Philippe Coindreau, commandant la force d’action navale. L’amiral Jaime Muñoz-Delgado y Díaz del Río, chef d’état-major de la marine espagnole a fait reconnaître l’amiral Santiago Bolibar Pineiro, commandant la flotte espagnole comme nouveau commandant de la force maritime européenne (COMEUROMARFOR) en remplacement du vice-amiral d’escadre Philippe Coindreau.

 

L’EUROMARFOR constitue une capacité militaire navale non permanente de l’Union européenne, qui peut être activée sur court préavis et engagée en cas de crise ou dans des opérations en cours.

 

Elle peut être employée pour des missions humanitaires et d'évacuation de ressortissants, de maintien de la paix et de combat pour la gestion des crises y compris des opérations de rétablissement de la paix.

 

Le commandement français d’EUROMARFOR a été assuré successivement par l’amiral commandant la force d’action navale du 15 septembre 2011 au 18 septembre 2013, le vice amiral d'escadre Xavier Magne (15 septembre 2011 au 2 septembre 2013) et par le vice amiral d'escadre Philippe Coindreau.

 

Pendant ces deux années, l’EUROMARFOR a été activée lors de trois entraînements sur le thème de la guerre des mines en Méditerranée : Olives Noires 2012, Noble Mariner 2012 et Spanish Minex 2013 et opérationnellement dans le cadre de la mission Atalante (5 rotations sous pavillon EUROMARFOR)

 

La France passe le commandement de l'EUROMARFOR à l'Espagne

L’EUFORMARFOR, force maritime européenne, a été créée le 15 mai 1995 par la France, l’Italie, le Portugal et l’Espagne. La création de l’EUROMARFOR est directement liée à la volonté exprimée par l’Union de l’Europe Occidentale (UEO), lors de la réunion ministérielle de Petersberg en 1992, de pouvoir faire appel à des unités militaires, dans un ensemble varié de situations, et de donner ainsi un premier contenu concret à l’identité européenne de sécurité européenne de défense.

 

L’EUROMARFOR est une force non permanente. Sa composition repose sur des moyens existants dans les marines participantes. Elle est pré-structurée et susceptible de réunir sous faible préavis un porte-avions, un groupe amphibie, un groupe de guerre des mines, des bâtiments d’escorte et de soutien, des sous-marins, et une composante d’aviation de patrouille maritime.

 

Compte tenu des préoccupations communes aux quatre pays fondateurs, la vocation méditerranéenne de l’EUROMARFOR est naturelle mais son champ d’intervention ne se limite pas à la Méditerranée.

 

L’EUROMARFOR est activée au moins une fois par an, pour prendre part à un entraînement multinational. Usant de procédures communes, une longue expérience de coopération constitue le gage de l’efficacité de la force, qui tire un grand bénéfice de la pratique d’entraînements conjoints.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:50
La France passe le commandement de l'EUROMARFOR à l'Espagne

19/09/2013 Marine nationale

 

La France a passé, le 18 septembre 2013, le commandement de la force maritime européenne EUROMARFOR à l’Espagne.

 

Une cérémonie s’est déroulée à bord du Landing Helicopter Dock (LHD) Juan Carlos I dans la base navale de Rota en Espagne en présence du vice-amiral Philippe Coindreau, commandant la force d’action navale. L’amiral Jaime Muñoz-Delgado y Díaz del Río, chef d’état-major de la marine espagnole a fait reconnaître l’amiral Santiago Bolibar Pineiro, commandant la flotte espagnole comme nouveau commandant de la force maritime européenne (COMEUROMARFOR) en remplacement du vice-amiral d’escadre Philippe Coindreau.

 

L’EUROMARFOR constitue une capacité militaire navale non permanente de l’Union européenne, qui peut être activée sur court préavis et engagée en cas de crise ou dans des opérations en cours.

 

Elle peut être employée pour des missions humanitaires et d'évacuation de ressortissants, de maintien de la paix et de combat pour la gestion des crises y compris des opérations de rétablissement de la paix.

 

Le commandement français d’EUROMARFOR a été assuré successivement par l’amiral commandant la force d’action navale du 15 septembre 2011 au 18 septembre 2013, le vice amiral d'escadre Xavier Magne (15 septembre 2011 au 2 septembre 2013) et par le vice amiral d'escadre Philippe Coindreau.

 

Pendant ces deux années, l’EUROMARFOR a été activée lors de trois entraînements sur le thème de la guerre des mines en Méditerranée : Olives Noires 2012, Noble Mariner 2012 et Spanish Minex 2013 et opérationnellement dans le cadre de la mission Atalante (5 rotations sous pavillon EUROMARFOR)

 

La France passe le commandement de l'EUROMARFOR à l'Espagne

L’EUFORMARFOR, force maritime européenne, a été créée le 15 mai 1995 par la France, l’Italie, le Portugal et l’Espagne. La création de l’EUROMARFOR est directement liée à la volonté exprimée par l’Union de l’Europe Occidentale (UEO), lors de la réunion ministérielle de Petersberg en 1992, de pouvoir faire appel à des unités militaires, dans un ensemble varié de situations, et de donner ainsi un premier contenu concret à l’identité européenne de sécurité européenne de défense.

 

L’EUROMARFOR est une force non permanente. Sa composition repose sur des moyens existants dans les marines participantes. Elle est pré-structurée et susceptible de réunir sous faible préavis un porte-avions, un groupe amphibie, un groupe de guerre des mines, des bâtiments d’escorte et de soutien, des sous-marins, et une composante d’aviation de patrouille maritime.

 

Compte tenu des préoccupations communes aux quatre pays fondateurs, la vocation méditerranéenne de l’EUROMARFOR est naturelle mais son champ d’intervention ne se limite pas à la Méditerranée.

 

L’EUROMARFOR est activée au moins une fois par an, pour prendre part à un entraînement multinational. Usant de procédures communes, une longue expérience de coopération constitue le gage de l’efficacité de la force, qui tire un grand bénéfice de la pratique d’entraînements conjoints.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:45
Mali : le soutien logistique de la Minusma confié à une société américaine ?

18/09/2013 Par Jeune Afrique

 

Les Français enragent. Malgré leur engagement militaire et financier au Mali, le marché très convoité du soutien logistique de la Minusma est en train de leur passer sous le nez.

 

C'est la rentrée et Paris fait grise mine. De bonne source, c'est la société américaine Supreme Group, dont le siège est à Dubaï, qui serait sur le point d'être retenue par la division "Procurement" des Nations unies pour ravitailler les quelque 12 000 Casques bleus en cours de déploiement au Mali. Plusieurs entreprises françaises sont en lice, mais leur concurrente américaine a déjà fourni des prestations aux Casques bleus dépêchés dans les Balkans, au Moyen-Orient, dans la Corne de l'Afrique, au Tchad et en Côte d'Ivoire.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:35
Force maritime d'autodéfense japonaise. (Photo RIA Novosti)

Force maritime d'autodéfense japonaise. (Photo RIA Novosti)

MOSCOU, 19 septembre - RIA Novosti

 

Le premier ministre japonais Shinzo Abe a suggéré de modifier la Constitution pour renforcer l'armée et pouvoir combattre aux côtés de l'Amérique partout dans le monde, écrit jeudi  19 septembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

La Chine et la Corée du Nord y voient une renaissance du militarisme mais la Russie, pour sa part, ne perçoit pas le Japon en tant qu'ennemi potentiel. Lors de son discours à Tokyo devant le conseil consultatif pour la défense le chef du gouvernement japonais Shinzo Abe a appelé à modifier la Constitution du pays, qui restreint la possibilité d'utiliser les forces armées nationales. Cette mesure permettrait à Tokyo, dès novembre, d'utiliser la force militaire pour la légitime défense collective.

En clair : Abe souhaite renforcer la puissance militaire du pays et il lui est donc nécessaire de revoir la Constitution, qui interdit l'utilisation de la force sauf pour protéger l'Etat directement.

Cependant, la révision de la Constitution suscite des débats et une telle démarche demanderait des années, souligne le Wall Street Journal. C'est pourquoi le premier ministre a concentré ses efforts sur un changement d’interprétation officielle de la Constitution, afin de lever l'interdiction d'aider les alliés du Japon victimes d'une agression.

Le chef du gouvernement affirme que ces changements sont urgents car la situation internationale en Asie se complique. Par ailleurs, les politiciens japonais pointent généralement le réarmement rapide de la Chine et le risque d'une attaque nucléaire de la Corée du Nord.

Valeri Kistanov, directeur du Centre d'études japonaises à l'Institut de l'Extrême-Orient, note que de cette manière Abe cherche en réalité à renforcer son alliance militaire avec les Etats-Unis. D'après le traité de sécurité nippo-américain, les USA ne protègent le Japon qu’en cas d'agression majeure et si elle est de faible envergure, ce dernier doit se défendre lui-même.

De son côté, le Japon ne peut pas venir en aide aux Américains s'ils étaient attaqués. Tout au plus il lui est permis d'envoyer des navires de soutien logistique pour les bâtiments américains dans l'océan Indien qui ont participé à l'opération en Afghanistan. Abe souhaiterait transformer le Japon en pays normal, avec une armée normale. Autrement dit, élargir sa sphère d'activité afin qu'il puisse venir en aide aux USA partout dans le monde.

Les USA ne sont pas emballés par cette perspective. A leurs yeux le Japon a de l'importance en tant qu'allié subordonné, mettant des bases à leur disposition qui servent d'appui pour la dissuasion de la Chine, le contrôle de la péninsule coréenne et même les opérations au Moyen-Orient. Selon Valeri Kistanov, les Américains estiment que leur présence militaire au Japon sert de bouchon pour retenir dans la lampe le génie du militarisme japonais.

Evidemment les forces de sécurité russes surveillent la croissance de la puissance militaire du Japon. Mais contrairement à Pékin et Pyongyang, Moscou n'évoque pas la remilitarisation du pays. "Au niveau officiel, la Russie n'exprime aucune inquiétude à ce sujet", conclut l'expert.

Washington mène un double-jeu suite à l'aggravation du conflit sino-japonais autour des îles Senkaku (Diaoyu). Le département d'Etat appelle son allié à faire preuve de prudence mais les généraux tiennent un autre discours. Le chef des Marines à Okinawa, John Wissler, a déclaré hier que les avions hybrides américains Osprey pourraient être projetés sur les îles litigieuses en cas de besoin.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories