Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:30
Syria CW sept 2013 source lexpress

Syria CW sept 2013 source lexpress

WASHINGTON, 19 septembre - RIA Novosti

 

La Syrie est prête à remettre ses armes chimiques à tout pays qui accepterait de les accueillir, a déclaré le président syrien Bachar el-Assad dans une interview à la chaîne de télévision Fox News. 

"Nous sommes prêts à livrer nos armes [chimiques] à tout pays prêt à les accueillir", a souligné M.Assad.  

Les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, se sont entendus samedi 14 septembre sur la destruction complète des stocks d'armes chimiques de Damas d'ici le milieu de l'année 2014. Cette entente devrait servir de base pour l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu. 

L'initiative visant à placer les arsenaux d'armes non conventionnelles de la Syrie sous contrôle de la communauté internationale a été formulée par à Moscou. Son but est d'éviter une intervention armée occidentale dans ce pays proche-oriental.  

Le 14 septembre, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a reçu l'engagement de Damas de rejoindre la Convention internationale sur l'interdiction des armes chimiques. Le 14 octobre prochain, la Syrie deviendra le 190e membre de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:30

WASHINGTON, 19 septembre - RIA Novosti

 

La lettre du président américain Barack Obama concernant les moyens de régler le problème nucléaire iranien est "positive" et "constructive", a estimé mercredi le dirigeant iranien Hassan Rohani dans une interview accordée à la chaîne NBC.

 

"A mon avis, la lettre revêtait un caractère positif et constructif", a déclaré M.Rohani, élu au poste présidentiel en juin dernier, sans donner plus de détails.

 

Dimanche 15 septembre, le chef de la Maison Blanche a annoncé avoir échangé des lettres avec son homologue iranien. Dans une interview à la chaîne américaine ABC, le président Obama a indiqué entre autres qu'une course aux armes nucléaires au Proche-Orient "serait quelque chose de profondément déstabilisant".

 

Les Etats-Unis et d'autres pays reprochent à l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire qu'il prétend réaliser à des fins pacifiques. Téhéran rejette ces accusations, affirmant que ses recherches nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité.

 

Depuis 2003, les six médiateurs internationaux sur le programme nucléaire iranien (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne) œuvrent conjointement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour amener Téhéran à suspendre ses travaux d'enrichissement d'uranium susceptibles de mettre en danger le régime de non-prolifération nucléaire.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:20
US Navy launches two Raytheon-made SM-3 missiles against single ballistic missile target

Scenario designed to test ship's ability to launch SM-3s

 

PACIFIC MISSILE RANGE FACILITY, KAUAI, Hawaii, Sept. 18, 2013 /PRNewswire

 

In a Missile Defense Agency test, the U.S. Navy launched two Raytheon Company (NYSE: RTN)-made Standard Missile-3 Block IBs from the USS Lake Erie against a complex, separating short-range ballistic missile target. The first guided missile successfully destroyed the target using the sheer kinetic force of a massive collision in space.

The SM-3 is a defensive weapon used by the U.S. and Japan to defend against short- to intermediate-range ballistic missiles.  

"Confidence in the SM-3 Block IB's defensive capability continues to grow with each flight test," said Dr. Taylor Lawrence, Raytheon Missile Systems president. "When this weapon deploys in 2015, the U.S. and our allies will have a tremendously reliable, capable defensive asset on their side."

During the test, two SM-3 interceptors were launched at a single target consecutively. The first SM-3 eliminated the target. The second SM-3 was designed to test the ship weapons system's ability to launch multiple missiles at one time against a threat. An intercept for the second SM-3 was not part of the test scenario.

"We're gaining a tremendous amount of information about what this missile can do, and in many instances it is far surpassing design requirements," said Dr. Mitch Stevison, Raytheon Missile Systems' SM-3 program director. "The SM-3 Block IB is proving it can take on increasingly sophisticated scenarios, and that kind of confidence sets the stage for a production decision."

The test was the 25th successful flight test for the SM-3 program and the fourth back-to-back successful test of the next-generation SM-3 Block IB variant. Based on the highly successful SM-3 Block IA currently deployed around the world today, the SM-3 Block IB incorporates an enhanced two-color infrared seeker and the Throttleable Divert and Attitude Control System, a mechanism that propels the missile toward incoming targets.

For more specifics on the test scenario, visit www.mda.mil.

About the Standard Missile-3

SM-3s destroy incoming ballistic missile threats by colliding with them, a concept sometimes described as "hitting a bullet with a bullet." The impact is the equivalent of a 10-ton truck traveling at 600 mph.

  • More than 155 SM-3s have been delivered to the U.S. and Japanese navies.
  • Raytheon is on track to deliver the next-generation SM-3 Block IB in 2015.
  • SM-3 Block IB will be deployed in both sea-based and land-based modes.

About Raytheon

Raytheon Company, with 2012 sales of $24 billion and 68,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 91 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems; as well as a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @Raytheon.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 16:50
Dassault_neuron_uav source lefigaro.fr

Dassault_neuron_uav source lefigaro.fr

Drone européen Neuron

 

19 septembre 2013 Par Astrid Gouzik - Usinenouvelle.com

 

Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a prononcé un discours, à Bruxelles, ce jeudi 19 septembre, sur l’avenir de l’Alliance atlantique. Il a appelé les pays européens à renforcer leur industrie de défense ?

 

L'Europe "a besoin d'une base industrielle puissante" mais "jusqu'à présent, l'industrie de défense européenne reste trop nationale et trop fragmentée", a déploré Anders Fogh Rasmussen, à l’occasion d’un discours prononcé à Bruxelles.

 

Il a indiqué attendre "un engagement politique fort" des dirigeants de l'Union européenne au cours de leur sommet de décembre, qui sera consacré notamment à la défense.

 

Le secrétaire général de l’Otan a, par ailleurs, demandé aux pays européens d’acquérir davantage de drones. "J'aimerais que les Européens jouent leur rôle en acquérant davantage de drones pour renforcer la surveillance, davantage d'avions de grande capacité et d'avions de ravitaillement en vol pour accroître leurs capacités de déploiement, davantage de radars sur les navires", a-t-il détaillé.

 

Pour rester "forte", l'Otan a "besoin d'une Europe puissante en terme de capacités, d'industrie de défense et d'engagement politique", a-t-il insisté.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 16:45
Central African Republic peace force not to fully deploy before 2014

18 September 2013 defenceWeb (Reuters)

 

Reinforcements have begun arriving for an African peacekeeping mission in Central African Republic but the planned 3,600-strong force will not be fully deployed before 2014, an official involved in talks on the crisis said.

 

The land-locked, mineral-rich nation has slipped into chaos since northern rebels ousted President Francois Bozize in March. U.N. officials and rights groups say both sides may have committed war crimes in the violence.

 

Former colonial power France has called on world powers to take action to prevent the country following Somalia's path to decades of lawlessness and efforts are focusing on beefing up a 1,100-strong African force that has long been deployed, Reuters reports.

 

"The force will reach 2,000 soldiers (in September) and hit 3,600 by January 2014," an official who took part in regional meetings hosted by Gabon told Reuters on Tuesday.

 

Further meetings are due to take place in Gabon later this week to decide on the leadership and make up of the force.

 

Moussa Fati Mahamat, Chad's foreign minister, said the force, to be known as MISCA, will have an African Union mandate to carry out more robust operations than the existing mission operated under Central Africa's CEEAC regional bloc.

 

Michel Djotodia, who swept to power at the head of the rebellion, was officially sworn in as the country's president last month but he has failed to contain waves of looting and killing by gunmen.

 

Djotodia last week sacked the head of the armed forces after days of clashes with fighters loyal to Bozize killed 100 people.

 

CAR is rich in gold, diamonds and uranium but decades of instability and the spillover from conflicts in its larger neighbors have left the nation's 4.5 million people mired in cycles of crises.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 16:40
Syrie : Moscou met en cause l'objectivité du rapport des experts de l'ONU

19 septembre 2013 Par RFI, et correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

 

A quelques jours de la réunion du Conseil de sécurité à New York, qui doit voter une résolution concernant la Syrie, Moscou soutient plus que jamais son allié syrien. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov qui était le 18 septembre à Damas, a ainsi accusé de partialité le rapport des inspecteurs onusiens sur l'attaque chimique du 21 août près de Damas. Il affirme que les experts ont négligé des indices des autorités syriennes tendant à montrer que les rebelles - et non les forces du régime - étaient à l'origine de l'attaque.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 13:54
Le lanceur russe Soyouz à Kourou aurait pu être une alternative à l'américain Falcon 9 - photo CNES

Le lanceur russe Soyouz à Kourou aurait pu être une alternative à l'américain Falcon 9 - photo CNES

19/09/2013 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

L'Allemagne a choisi le lanceur américain Falcon 9 pour lancer trois satellites gouvernementaux alors que des lanceurs européens étaient disponibles. Elle met ainsi sérieusement à mal la préférence européenne.


 

« C'est un scandale », résume un acteur de la politique spatiale française. La communauté spatiale française est très, très colère contre la décision du ministère de la Défense allemand de confier, avec la complicité des constructeurs de satellites Astrium (groupe EADS) et OHB, le lancement de trois satellites identiques d'observation gouvernementaux au nouveau lanceur américain Falcon 9, développé par à la société SpaceX avec l'aide de la NASA.

C'est aussi le concurrent le plus féroce de la gamme de lanceurs européens opérés depuis la Guyane (Ariane 5, Soyuz et le petit lanceur italien Vega). Et comble du comble, selon nos informations, Arianespace n'aurait même pas été consulté pour ce contrat.

 

La semaine dernière, le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, qui était il y a peu le PDG d'Arianespace, s'était publiquement interrogé sur la décision allemande.

« Il s'est déroulé cet été un événement, à mes yeux, très important c'est que l'Allemagne a acheté à SpaceX trois lancements pour ses satellites d'observation ; c'est lourd de sens, non ?, a estimé Jean-Yves Le Gall, dans une interview accordée à la lettre AeroDefenseNews. Or, ces satellites auraient pu être lancés par Vega ou Soyouz en Guyane, deux systèmes de lancement dans lesquels l'Europe a lourdement investi. Et je suis convaincu que si nous avions pu proposer une solution de lancement dans laquelle l'industrie allemande était partie prenante, ces satellites ne seraient pas partis chez SpaceX ».

 

La préférence européenne jetée à la corbeille

Mais mercredi, Astrium et OHB System AG ont signé un contrat d'environ 344 millions d'euros pour le développement, la fabrication et le lancement d'un satellite radar ultra-performant pour le système de surveillance par satellite SARah. Et donc de confier à SpaceX le lancement des trois satellites. Ce qui est un véritable coup de hache dans les principes de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui préconise que les États membres fassent jouer la préférence européenne pour le lancement des satellites gouvernementaux et institutionnels.

 

"Jamais la France n'aurait donné son autorisation à une telle décision"

Un principe aujourd'hui bafoué par l'Allemagne, qui a donné l'autorisation à Astrium, pourtant actionnaire d'Arianespace à hauteur de 28,5 %, et d'OHB de choisir le lanceur Falcon 9, rival de la gamme de lanceurs (Ariane 5, Soyuz et Vega), opérés depuis le Centre spatial guyanais (CSG) à Kourou. « Jamais la France n'aurait donné son autorisation à une telle décision, explique-t-on à La Tribune. C'est en complète contradiction avec ce que dit l'Allemagne ».

 

Astrium a oublié d'évoquer Soyuz, voire le lanceur italien Vega, opérés depuis Kourou

Astrium, maître d'œuvre d'Ariane, a expliqué mercredi que son satellite SARah d'environ 3 tonnes était trop petit pour être lancé seul sur Ariane 5, conçue pour mettre sur orbite deux satellites à la fois, et trop gros pour un lancement double. Pourtant, selon nos informations, deux satellites pèseront chacun 720 kg tandis que le troisième pèsera 1,230 kg à la balance.

De plus, selon Astrium, il doit être placé sur orbite basse et non sur l'orbite géostationnaire où Ariane place le plus souvent ses charges. "Nous avons donc choisi le lanceur le plus adapté à la demande du client", a déclaré un porte-parole d'Astrium. Ce qui est vrai ( pour Ariane 5)... et faux. Car Astrium a oublié d'évoquer Soyuz, voire le lanceur italien Vega, opérés depuis Kourou qui étaient adaptés à cette mission, selon le président du CNES.

Pourquoi avoir donc choisi Falcon 9 ? Tout simplement, comme le rappelle de nombreux acteurs de la filière, pour une questions de prix de lancement . « Aujourd'hui Soyuz, c'est 100 millions de dollars par lancement, Falcon 9 c'est 50 millions de dollars », explique l'un d'eux. « Les Russes ont augmenté leur prix », constate un fin connaisseur de la filière spatiale. En outre, selon nos informations, Astrium en aurait profité pour recycler des réservations qu'il avait faite à SpaceX. Et le tour (la farce ?) est joué.

 

"La décision allemande est la démonstration qu'il faut faire Ariane 6"

La morale de cette triste histoire européenne, c'est que le futur lanceur de l'Europe, Ariane 6, est encore plus indispensable aujourd'hui compte tenu de la décision allemande, qui envoie un signal à tous qui n'osaient pas encore franchir le pas vers SpaceX.  Au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, on ne souhaite pas commenter pas la décision de l'Allemagne de lancer sur SpaceX même si on sent beaucoup d'amertume. "La décision allemande est la démonstration qu'il faut faire Ariane 6, explique-t-on à La Tribune. Et le plus vite possible. Nous en sommes aujourd'hui encore plus convaincu".

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 12:50
EADS: nominations au sein d'Airbus Defence & Space

19/09/2013 Cercle Finance

 

EADS a annoncé la nomination de trois nouveaux membres de la direction générale de sa future division Airbus Defence & Space, qui deviendra opérationnelle en 2014.

 

Pilar Albiac-Murillo, actuellement directrice générale déléguée de Cassidian et présidente exécutif de Cassidian Espagne, deviendra vice-présidente exécutive des opérations de la nouvelle division et en dirigera le processus de transformation. 

 

Christian Scherer, actuellement directeur des ventes et responsable des opérations internationales au sein de Cassidian, sera nommé au poste de vice-président exécutif des ventes et marketing d'Airbus Defence & Space.

 

Enfin, Lars Immisch, actuellement à la tête de la fonction rémunérations et avantages au sein de l'organisation des ressources humaines d'EADS/Airbus, deviendra vice-président exécutif des RH de la division.

 

'Ensemble, notre priorité consiste aujourd'hui à passer en revue l'intégralité des activités spatiales et de défense du groupe, afin de pouvoir proposer au quatrième trimestre, une feuille de route pour la mise en place de la future division', a déclaré Bernhard Gerwert, actuellement président exécutif de Cassidian et, à terme, de la division.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 12:25
Serval : opération Dragon ( Video)

18 sept. 2013 Armée Francaise

 

Du 31 août au 14 septembre, 400 militaires de la force Serval et 150 autres de la MINUSMA ont été engagés dans une opération de contrôle de zone au nord-est de Gao, l'opération « Dragon ».

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:55
Commission de la défense : programmation militaire

17.09.2013 Assemblée Nationale

 

Commission de la défense : programmation militaire :

 

M. Gérard Amiel, pdt de Renault Truck Défense - Video

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:40
Russia, NATO to Hold Joint Military Drills in September

MOSCOW, September 19 (RIA Novosti)

 

Russia and NATO will hold joint military exercises in late September, the NATO-Russia Council (NRC) has reported.

 

The readiness of the NRC’s air traffic monitoring system, the Cooperative Airspace Initiative (CAI), to detect and respond to aircraft hijacking will be tested during live drills dubbed “Vigilant Skies”, on September 23-27, the council said in a statement posted on its website earlier this month.

 

The first part of the drills envisions the following scenario: a simulated ‘renegade’ civilian aircraft will take off in Poland and move in the direction of Russia’s westernmost exclave of Kaliningrad.

 

Air traffic controllers in Warsaw and Moscow will jointly use the CAI system to identify the plane as a potential source of threat and send Russian and Polish fighters to intercept and escort the ‘renegade’ plane back to the airfield.

 

The exercises’ second part will be held over the Black Sea. Turkish and Russian air traffic controllers and fighter jets will be engaged in joint work to identify, intercept and escort the renegade aircraft, and neutralize the potential threat from such a situation to population centers, the NRC’s statement said.

 

The CAI covers three NRC regions: the geographic spaces between Norway and Russia, Poland and Russia, and between Turkey and Russia, with two central coordination centers located in Moscow and Warsaw.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:40
Putin Urges Russian Weaponry Makers to Keep Up With Demands

IZHEVSK, September 18 (RIA Novosti)

 

Russian President Vladimir Putin urged his country’s arms manufacturers on Wednesday to produce weapons that are superior to those of possible adversaries.

 

“Our past successes are no reason to sit back and relax,” he said during a visit to the Kalashnikov gun maker. “We must constantly strive to stay on top of current demands.”

 

He added that many of Russia’s legendary weapons were “no longer able to make the grade.”

 

He urged the Defense Ministry and weapons makers to redouble their efforts to develop new models of arms and military equipment, especially precision weaponry and fire-control systems.

 

Putin’s remarks came soon after a senior Defense Ministry official said Russia’s defense industry technology was largely outdated, lagging decades behind competitors.

 

Lt. Gen. Alexander Shevchenko said earlier in September that many defense firms were still not ready for mass production of high-tech weapons systems and many military technologies were still at 1980s levels.

 

There has been a disturbing decline in the quality of weapon production, he said, adding that this was mainly due to obsolete equipment and an extremely low pace of modernization.

 

The Russian government has reportedly allocated 20 trillion rubles ($640 billion) for the comprehensive rearmament of the country’s Armed Forces. The measure is expected to make the share of modern weaponry rise to 30 percent by 2015, and exceed 70 percent by 2020.

 

Russian Deputy Prime Minister Dmitry Rogozin said Tuesday that Russia would spend $650 billion for the rearmament and modernization of its armed forces through 2020.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:30
Royal Navy on exercise in the Persian Gulf

HMS Boraida of the Royal Saudi Navy alongside HMS Illustrious [Picture: Petty Officer (Photographer) Ray Jones, Crown copyright]

 

18 September 2013 Ministry of Defence

 

British warships have taken part in their first major exercise in the Persian Gulf since passing through the Suez Canal last week.

 

Three Royal Navy ships – fleet flagship HMS Bulwark, helicopter and commando carrier HMS Illustrious and Type 23 frigate HMS Westminster – joined with 3 warships from the Kingdom of Saudi Arabia and Royal Fleet Auxiliary vessel Fort Austin for Exercise Red Alligator.

Over 3 days the UK’s maritime rapid reaction force took part in a number of serials to practise navigation skills and communication drills with their international partners.

Personnel from both navies were also given the chance to cross decks and stay on the different ships to experience life on board.

Royal Navy and Royal Saudi Navy ships taking part in Exercise Red Alligator
Royal Navy and Royal Saudi Navy ships taking part in Exercise Red Alligator [Picture: Leading Airman (Photographer) Nicky Wilson, Crown copyright]

Royal Marine Captain Andy Atkins, based on HMS Bulwark as part of her assault squadron, said:

As the Saudi Arabian frigate is a French design it was very similar internally to what we are used to in the Royal Navy. I was made to feel very welcome and am very pleased that I was offered the chance to see how another navy operates at sea.

Lieutenant Commander Sharokh Esfahani was on hand to help explain the traditions and conventions of Saudi Arabia. As the cultural advisor to Commodore Paddy McAlpine, Commander United Kingdom Task Group, Lieutenant Commander Esfahani visited all the Royal Navy ships prior to the personnel exchanges. He briefed the sailors on the history of the Kingdom of Saudi Arabia and gave some background to the differences, but also the similarities, of the 2 cultures.

Royal Saudi Navy personnel from HMS Makkah being given a tour of HMS Bulwark
Royal Saudi Navy personnel from HMS Makkah being given a tour of HMS Bulwark [Picture: Leading Airman (Photographer) Arron Hoare, Crown copyright]

And the Commander of the Western Fleet of the Royal Saudi Navy, Commodore Al Haarbi, also visited HMS Bulwark at the start of the exercise so that he and Commodore McAlpine could discuss plans and tactics.

The 3 Royal Navy ships are part of the Response Force Task Group – the UK’s high readiness maritime force, comprising ships, submarines, aircraft and a landing force of Royal Marines at short notice to act in response to any contingency tasking.

As part of their annual Cougar 13 deployment, they have spent just over a month in the Mediterranean before moving on to the Red Sea, the Persian Gulf and Horn of Africa. The deployment involves exercising with partner nations such as Saudi Arabia.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:30
L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

19/09/2013 Par lefigaro.fr

 

Le président syrien a estimé que la destruction des armes chimiques sera un processus long et cher avoisinant le milliard de dollars. Avec son aplomb habituel, le dirigeant invite les Etats-Unis à traiter les substances toxiques sur leur territoire.

 

La Syrie détient bien des armes chimiques et les détruire nécessitera de mettre la main au portefeuille, prévient Bachar el-Assad. Avec aplomb, le président syrien a estimé que le processus de démantèlement sera «compliqué techniquement, prendra une année, si ce n'est plus et demandera beaucoup d'argent, environ un milliard de dollars». L'opération sera «très dommageable pour l'environnement», ajoute Bachar el-Assad dans cette interview donnée à la chaîne américaine Fox News. Et de s'interroger avec son sens de la provocation habituel: «Si l'administration américaine est prête à payer et à prendre la responsabilité d'emmener ces substances toxiques aux Etats-Unis, pourquoi ne le font-ils pas?».

 

Bachar el-Assad a de nouveau nié toute responsabilité dans le bombardement au gaz sarin du 21 août à la Ghouta, dans la banlieue de Damas, qui a failli donner lieu à des représailles militaires américaines et françaises. Les forces syriennes, a-t-il expliqué, gagnaient du terrain à ce moment-là et n'avaient aucune raison d'employer une telle arme. «Toute cette histoire ne tient pas. Ce n'est pas réaliste», a assuré le président.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:20
US Army Awards $243M for Counter-IED Programs

Sept. 17, 2013 defense-aerospace.com

(Source: US Department of Defense; issued Sept. 17, 2013)

 

Pentagon Contract Announcement

 

Science Applications International, McLean, Va., was awarded a $179,585,058 firm-fixed-price, non-option-eligible, non-multi-year contract in support of the Saturn Arch program and provides continued operations, sustainment and integration of aircraft platforms configured to host a suite of sensors deployed in support of Operation Enduring Freedom.

This is a hybrid contract containing both fixed-price and cost-reimbursement line items.

Performance locations will be: Beavercreek, Ohio; California, Md.; Hanahan, S.C.; Arlington, McLean and Bridgewater, Va.; Djibouti and Afghanistan; with funding from fiscal 2013 other authority funds.

This contract was a non-competitive acquisition with one bid solicited and with one bid received.

 

The U.S. Army Contracting Command - Redstone Arsenal (Aviation), Redstone Arsenal, Ala., is the contracting activity (W58RGZ-13-C-0134).

 

 

SRI International, Menlo Park, Calif., was awarded a $62,337,287 firm-fixed-price, non-option-eligible, non-multi-year contract in support of the Desert Owl program and provides continued operations, sustainment and integration of aircraft platforms configured to host a suite of sensors deployed in support of Operation Enduring Freedom.

This is a hybrid contract containing both fixed-price and cost-reimbursement line items.

Performance locations will be: Menlo Park and San Luis Obispo, Calif.; Durango, Colo.; Ann Arbor, Mich.; Beavercreek, Ohio; Arlington, McLean and Bridgewater, Va.; and Afghanistan, with funding from fiscal 2013 other authority and fiscal 2013 operations and maintenance Army funds.

This contract was a non-competitive acquisition with one bid solicited and with one bid received.

The U.S. Army Contracting Command - Redstone Arsenal (Aviation), Redstone Arsenal, Ala., is the contracting activity (W58RGZ-13-C-0135).

 

 

(EDITOR’S NOTE: Both Saturn Arch and Desert Owl are counter-IED programs managed by the US Army and deployed in Afghanistan.)

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:20
DARPA seeks reusable UAV for satellite launches

WASHINGTON, Sept. 18 (UPI)

 

The U.S. Defense Advanced Research Projects Agency is seeking development of a reusable hypersonic unmanned vehicle for the launch of satellites.

 

The vehicle -- with operation and reliability similar to traditional aircraft – would lower the cost of launching military satellites, which often costs hundreds of millions of dollars.

 

"We want to build off of proven technologies to create a reliable, cost-effective space delivery system with one-day turnaround," said Jess Sponable, DARPA program manager heading the development project, which is called XS-1. "How it's configured, how it gets up and how it gets back are pretty much all on the table -- we're looking for the most creative yet practical solutions possible."

 

The XS-1, or Experimental Spaceplane program, aims for an unmanned vehicle that would allow for daily operations and flights to launch small satellites, without need for specialized infrastructure and with the use of a small number of ground crew, DARPA said.

 

A reusable first stage would fly to hypersonic speeds at a sub-orbital altitude. One or more expendable upper stages would then separate and deploy a satellite into low Earth orbit.

 

DARPA has issued a special notice on the program, asking for ideas and proposals for the XS-1 program.

 

"XS-1 aims to help break the cycle of launches happening farther and farther apart and costing more and more," Sponable said. "It would also help further our progress toward practical hypersonic aircraft technologies and increase opportunities to test new satellite technologies as well."

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:20
Atlas 5 Lofts 3rd AEHF Military Comms Satellites

Sep 18, 2013 (SPX)

 

Cape Canaveral - The third Advanced Extremely High Frequency (AEHF) military communication satellite, built by a Lockheed Martin team for the U.S. Air Force, was successfully launched today at 4:10 a.m. from Cape Canaveral Air Force Station aboard a United Launch Alliance (ULA) Atlas V rocket. Lockheed Martin confirmed signal acquisition at 51 minutes after launch.

 

The AEHF system provides vastly improved global, survivable, highly secure, protected communications for strategic command and tactical warfighters operating on ground, sea and air platforms.

 

The system also serves international partners including Canada, the Netherlands and the United Kingdom.

 

"The successful launch of the third AEHF satellite is a significant accomplishment for the nation's protected communications mission," said Mark Calassa, vice president of Protected Communication Systems at Lockheed Martin.

 

"AEHF is functioning well in tests, and allies are connecting to the system for the first time. It shows that our product is meeting mission needs, and we have room to expand capacity for both tactical and strategic users in the future."

 

AEHF takes advantage of several Lockheed Martin capabilities to deliver six satellites and a mission control segment. Lockheed Martin contributed payload system engineering, mission control ground software, solar arrays and the A2100 spacecraft bus, which is a dependable and low-risk platform for commercial, civil and military satellites.

 

Both AEHF-1 and AEHF-2 are on orbit, and AEHF-4 through -6 are progressing on schedule. All satellites are assembled at the company's Sunnyvale, Calif., facility.

 

A single AEHF satellite provides greater total capacity than the entire legacy five-satellite Milstar constellation. Individual user data rates will increase five-fold, permitting transmission of tactical military communications, such as real-time video, battlefield maps and targeting data.

 

In addition to its tactical mission, AEHF provides the critical survivable, protected and endurable communications links to national leaders, including presidential conferencing in all levels of conflict.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:20
Does The LAV-lll Upgrade Make the Close Combat Vehicle Redundant?

September 19, 2013. By David Pugliese - Defence Watch

 

The Close Combat Vehicle project got some publicity on Wednesday with the release of a report that argued the Conservative government should heed concerns from the Canadian Army and cancel plans to spend $2 billion on the new armoured vehicles.

 

The report from the Canadian Centre for Policy Alternatives and the Ottawa-based Rideau Institute argues that the proposed Close Combat Vehicle (CCV) is based on outdated Cold War tank doctrine and that its purchase would duplicate a capability the army already possesses in other armoured vehicles.

 

The report’s authors, academic and former federal NDP candidate Michael Byers and researcher Stewart Webb, argue that the CCV procurement is redundant – because 550 of Canada’s LAV IIIs are currently undergoing comprehensive upgrades that will improve their survivability and manoeuvrability while extending their lifespan to 2035. The upgraded LAV IIIs are nearly as heavily armed and armoured as the proposed CCVs, they say.

 

“By spending $2 billion on vehicles the Canadian Army neither wants nor needs, the Harper government is abdicating its responsibility to equip and train our soldiers properly, and to provide fiscal accountability,” Byers said in a statement.

 

The army also seems no longer keen on the CCV.

 

In May the Citizen reported that the Canadian Army tried to cancel the CCV purchase, and use the $2 billion instead to offset budget cuts that are hurting its combat readiness.

 

The army is bearing the brunt of government cost-cutting in the Canadian Forces and will see its budget drop from $1.5 billion to just under $1.2 billion by 2015.

 

But the Conservative government decided against scuttling the CCV project, worried that the cancelation would give it yet another military procurement black-eye.

 

Byers and Webb argue that there is more than enough funding for the military but the government has been spending the money unwisely on equipment such as the CCV.

 

“The impact of this mistaken approach is compounded when the billions of dollars being spent on outmoded and therefore not particularly useful equipment result in deep cutbacks to training for today’s complex counterinsurgency missions,” they write in the report.

 

The CCV, announced with great fanfare by the Conservatives in the summer of 2009, has already fallen two years behind schedule, according to industry officials.

 

The government will buy 108 of the Close Combat Vehicles. There would be an option for the purchase of up to 30 additional vehicles. The army originally argued that the vehicles, which would accompany its Leopard tanks into battle, are a priority for future missions.

 

Industry representatives have been told that a winning bidder has been identified. That winning company will be announced when it suits the Conservative government’s public relations plan.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:20
Think Fast

Fast Mover: A B-52 carries an X-51 hypersonic demonstrator for a test launch in May, when the vehicle reached speeds over Mach 5. (Bobbi Zapka / US Air Force)

 

Sep. 17, 2013 By AARON MEHTA – Defense News

 

USAF Sees Speed as Part of the A2/AD Solution

 

WASHINGTON — For much of the past decade, the buzzword A2/AD — anti-access/area-denial — has been closely linked with stealth technology. But with many nations slowly developing their own stealth capabilities, the US Air Force is looking for new advantages it can create to counter a foe’s A2/AD threats.

 

“The US enjoys several tremendous advantages, including space and stealth technologies,” said Mark Lewis, former Air Force chief scientist. “So what comes after stealth? I’d argue part of the answer is speed.”

 

Stealth technology is based on a simple concept: If the enemy doesn’t know you are there, he can’t stop you. Speed, Lewis argues, takes that calculus and turns it on its side. A platform or weapon coming in at extremely high speeds will likely light up a radar system, but it’s also coming so fast that an enemy will not be able to react in time.

 

The Air Force is researching how weapons can take advantage of speed in future A2/AD conflicts through platforms such as the Boeing-designed X-51 WaveRider hypersonic demonstration vehicle. A booster accelerates the missile to over Mach 4, at which point the booster separates and a scramjet engine takes over, theoretically reaching speeds upwards of Mach 6 — about 4,000 miles per hour. A Tomahawk cruise missile, by comparison, travels about 550 miles per hour.

 

The X-51 is designed to release off the wing of a B-52, but future versions could eventually fit into the bay of an F-22 — or the new in-development long-range bomber. At around 4,000 pounds and with a range of 400 nautical miles, a weapon based on the X-51 should ideally bring a mix of range and speed that could be incredibly useful against an enemy’s A2/AD systems — assuming it works. Out of four active tests of the missile, two failed and two succeeded, most recently in May, when an X-51 flew for several minutes at Mach 5.1.

 

While high-speed weapons may be the future, they are unlikely to replace stealth technology.

 

“I don’t think of it as versus stealth; I think of it as in-addition-to stealth,” Lewis said. “You want to have a mix of capabilities. That’s the direction I think the Air Force will ultimately be moving towards.”

 

Speed and stealth can serve two different missions, argues James Acton, senior associate with the Carnegie Endowment for International Peace’s Nuclear Policy program.

 

“I don’t know if in 20-30 years stealth or speed will be the best way to penetrate defenses,” he said during a Sept. 3 speech. “But I do think it is a critical issue that needs to be taken [into] account.”

 

“At a time when there was a lot more money available, it was OK to say all forms of solving the problem should be investigated,” he added. “At a time of fiscal austerity, I think it’s important to prioritize the option that carries the least risk of failing to fulfill military goals. The question is comparing risk.”

Global Strike Capability

 

Acton is the author of a major study on the Conventional Prompt Global Strike (CPGS) family of systems, which could provide another option for countering A2/AD systems.

 

A long-range, non-nuclear weapon capable of quickly striking anywhere in the globe, CPGS is simple in concept but technically difficult in practice. CPGS has been in development since 2003, but the program has finally matured enough that its use should be viable by the early 2020s.

 

Theoretically, CPGS could be perfect for a strike aimed at crippling the A2/AD capabilities of an enemy nation, in particular a large country such as China. Given their cost and limited number, CPGS weapons would likely not be used to take out anti-aircraft batteries when something more simple, such as a Tomahawk missile, would do. It would also not be as useful against mobile targets.

 

Instead, CPGS could be used to destroy key sites, such as command-and-control centers that form the hub of integrated defense systems.

 

“Long-range missiles are part of the long-range strike family of systems, but may not be the best weapons to use against mobile/movable targets such as missile TELs [transporter erector launchers], or hardened/deeply buried targets. Plus, they tend to be costly,” Mark Gunzinger, an analyst with the Center for Strategic and Budgetary Assessments who served in a number of Pentagon roles, wrote in an email.

 

“For limited strikes against appropriate targets, they may be the weapon of choice,” he added. “For a serious air campaign in A2AD conditions, survivable, penetrating strike systems as well as standoff attack missiles are needed.”

 

That last point is key when shaping the Air Force’s counter-A2/AD future. It is unlikely to come from one specific magic technology. Instead, the service will likely need a range of technologies capable of adapting to a variety of situations.

 

“Different missions have different requirements, and that’s the place where a strategic acquisitions process should begin,” Acton said.

 

He added that before the Pentagon commits to any new weapons systems, it needs to undergo a full study looking at how they would operate under a number of potential threat scenarios.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:55
Gérard Amiel parle de RTD et de… Nexter.

18.09.2013 par Frédéric Lert (FOB)

 

Auditionné par la commission de la défense de l’assemblée nationale, Gérard Amiel, PDG de Renault Trucks Défense, a été très clair : l’évolution du paysage industriel de la défense terrestre doit se poursuivre et une opportunité très claire se présente avec le remplacement à venir du VAB par le VBMR : « une alliance doit être trouvée entre Nexter et RTD. Nous souhaitons que le programme VBMR soit structurant pour l’armement français avant de parler d’Europe ». Enfonçant le clou sur un rapprochement avec Nexter, Gérard Amiel a précisé qu’un rapprochement entre Nexter et l’industrie allemande lui paraissait « prématuré » : « Nous devrions réunir nos forces au niveau français, nous sommes complémentaires, et après seulement mener des actions de rapprochement avec les européens ».

 

Sans évolution du paysage industriel français ni rapprochement avec Nexter, Gérard Amiel évoque des perspectives « sombres » pour l’armement français. Pour illustrer son propos, le PDG de RTD est également revenu sur le programme Scorpion : soulagé que le programme soit maintenu, mais inquiet, pour le maintien du plan de charge, de la réduction des commandes et de leur étalement dans le temps. Le calcul est vite fait : la fabrication des VBCI pour la commande française se terminera en 2015. Le VBMR n’entrera en phase de production série, une fois le développement terminé, au plus tôt en 2020. Entre ces deux dates, une traversée du désert de cinq bonnes années qui ne pourra être compensée que par des contrats à l’export. Un scénario qui n’est pas sans rappeler celui du Rafale, dont le maintien d’un rythme minimaliste de fabrication dépend tout entier de la signature d’un contrat export.

 

Evoquant un possible rapprochement avec Nexter, Gérard Amiel a rappelé que RTD fournissait la « mobilité » du VBCI et collabore également sur le Caesar. Les discussions entre les deux groupes sont donc régulières mais un rapprochement se heurterait en l’état actuel des choses à deux obstacles : la volonté de l’état de garder un contrôle sur Nexter d’une part, et d’autre part le désintérêt du suédois AB Volvo, actionnaire de RTD, pour l’activité munitionnaire de Nexter. Volvo ne souhaite pas s’écarter de son métier d’intégrateur de véhicules. Et Gérard Amiel de regretter au passage le manque de coopération commerciale entre les deux groupes français : « Nous avons des coopérations techniques, mais (…) nous n’avons pas pu trouver de démarche commerciale commune jusqu’à présent ». Ce qui conduit les équipes commerciales de Nexter et RTD a parfois travailler en parallèle sur les mêmes zones géographiques. Or explique Gérard Amiel, « RTD dispose d’une présence mondiale dans le soutien ».

 

Interrogé par la commission sur l’activité de RTD, Gérard Amiel a enfin eu ce raccourci saisissant :  RTD a réalisé 250 M€ de chiffre d’affaires en 2011. Il fera plus de 500 M€ en 2013, dont 80M€ pour Panhard. Dans le même temps, l’exportation qui représentait 5% du chiffre d’affaires en 2011 passera à près de 60%. Deux bons chiffres qui cachent en fait un constat dramatique : l’effondrement des commandes françaises, passées de 300 M€ à 180 M€ en l’espace de trois ans. A l’exception du VBCI et du Caesar, la plupart des véhicules en service dans les armées françaises ne sont plus commercialisés par RTD. Et ceux que le groupe fabrique aujourd’hui ne sont pas achetés par le client français, faute de crédit…

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:55
Patricia Adam (crédits Assemblée Nationale)

Patricia Adam (crédits Assemblée Nationale)

19.09.2013 par Guillaume Belan (FOB)

 

Seconde partie de l’interview avec Patricia Adam, député PS à l’Assemblée Nationale et Présidente de la Commission de la Défense Nationale et des forces armées (relire la 1ère partie), à propos de la Loi de Programmation Militaire (LPM) 2014-2019, actuellement en débat.

 

L’opération Serval au Mali est-elle une source d’enseignements pour les choix à venir ?

 

FOB Interview: Patrica Adam sur la LPM (2ème partie)FOB Interview: Patrica Adam sur la LPM (2ème partie)

Sans aucun doute. Nous connaissions par avance nos lacunes capacitaires. Elles ne sont pas le fruit du hasard mais de choix. Lorsque les ressources sont rares, on privilégie telle ou telle capacité au détriment de telle ou telle autre. Ces décisions se font en conscience. Le déficit en moyens de transport aériens n’a surpris personne. On a aussi bien mesuré combien nous étions limités en hélicoptères de manœuvre. Nous avons redécouvert des vérités vieilles comme la guerre : je pense notamment au caractère primordial d’assurer une logistique adéquate. Par parenthèse, au vu des élongations, il faudrait se poser la question d’avoir quelques petits avions monomoteurs sur ce théâtre. Ce serait moins coûteux que d’utiliser des Puma pour transporter des charges modérées sur des distances importantes. Le besoin en maintenance serait très inférieur et la tâche des mécaniciens en serait allégée d’autant… Mais ce qui m’a le plus frappée, c’est le fait que nous nous en sommes bien sortis parce que nous avons mis ce que nous avions de meilleur, en termes de matériels. Sans Tigre, sans blindés de cavalerie, sans VBCI et sans Caesar, nous aurions eu beaucoup plus de pertes. Au moment où on parle de différenciation, je note que même dans un conflit africain, face à un ennemi asymétrique, il faut tout sortir. L’époque a bien changé par rapport au temps où  la vue de bérets amarante ou verts faisait fuir les fâcheux. Je suis heureuse que le ministre ait fait les bons choix pour Serval.

 

FOB Interview: Patrica Adam sur la LPM (2ème partie)

Aucune Loi de programmation militaire n’a été respectée à la lettre, la Défense ayant traditionnellement le rôle de « variable d’ajustement ». Le Ministre a prévu un dispositif de contrôle régulier au niveau du Conseil de Défense. Pensez-vous que cela soit suffisant ?

 

La défense nationale n’est plus une variable d’ajustement. Au contraire, son budget est maintenu. En tout cas, le dispositif que vous évoquez apportera des garanties sans précédent. Je n’ai pas le souvenir d’un ministre qui se batte autant que le fait Jean-Yves Le Drian. Ni qui ait une telle proximité avec le chef des armées. La défense n’obtiendra pas ce qui n’existe pas. Mais elle obtient tout ce qu’elle peut obtenir. Nous avons un excellent ministre.

 

Les auditions et débats vont débuter pour durer un mois. Quels sont, selon vous, les sujets à propos desquels les parlementaires doivent être le plus vigilants ?

 

On peut même parler de trois mois ! Grâce à notre travail en amont, nous avons déjà obtenu des éclaircissements et des assurances sur certains points de vigilance tels que les ressources exceptionnelles ou les hypothèses d’exportation. Il en reste d’autres sur certains programmes et sur le dispositif RH notamment. A l’inverse, nous n’avons pas trop d’inquiétudes sur le dispositif juridique, s’agissant de la cyberdéfense ou de la protection des militaires en opération, pour lesquelles la LPM apportera de vraies avancées.

 

FOB Interview: Patrica Adam sur la LPM (2ème partie)

La réforme du paiement des soldes, à travers le logiciel unique Louvois s’est avéré être un véritable fiasco qui dure encore et touche durement les soldats et leurs familles. Certains acteurs de cette réforme n’ont-ils pas fait preuve de légèreté dans la gestion de cet important dossier ?

 

Oui, on peut même parler de scandale ! Nous avons fait le point dernièrement lors de la présentation du rapport sur la réforme du ministère de la défense de mes collègues Geneviève Gosselin-Fleury et Damien Meslot. Les commissaires à la défense sont scandalisés par tous les volets de cet échec. Ils sont exaspérés de ne toujours rien comprendre à ce qui a pu se passer pour en arriver là. Ils sont admiratifs de la retenue des victimes et de leur sens des responsabilités, qui tranche avec l’incompétence et la légèreté des responsables désignés par les textes, qui ont failli à leur mission. Malheureusement, l’affaire est encore loin d’être close. Avec le recul, l’histoire retiendra le contre-exemple d’une réforme mal conduite de bout en bout. Mais il conviendra rapidement d’en tirer tous les enseignements utiles pour les réformes à venir. La bonne nouvelle, c’est que désormais, les soldes sont versées en temps et heures. Il faut se féliciter de l’action personnelle du ministre en la matière et de l’investissement du personnel affecté à Nancy. Mais remettre l’équivalent en emplois d’un bataillon pour pallier les déficiences d’un système qui devait remplacer la « chaîne solde », quelle ironie ! Nous avons désormais un logiciel et les coûts associés et nous avons recréé un centre territorial d’administration et de comptabilité. Bravo aux initiateurs de ce fiasco. Je note incidemment que le directeur des ressources humaines du ministère de la défense et le secrétaire général pour l’administration de l’époque ont été déchargés de toute responsabilité par le ministre… pour la suite, je crois que le ministre attend un rapport du directeur général des systèmes d’information et de communication du ministère pour se déterminer : soit Louvois est corrigeable et on se lance dans une opération de remédiation. Soit il est incurable et le ministre lancera un autre projet. Le statu quo actuel durera donc encore un peu, de toutes façons.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:50
L'OTAN réclame davantage d'efforts à l'Europe

18.09.2013 journal-aviation.com

 

PARIS, 18 septembre (Reuters) - L'écart grandissant entre les capacités militaires des États-Unis et celles de leur alliés européens préoccupe l'Otan, qui souhaite un rééquilibrage des efforts consentis de part et d'autre de l'Atlantique.

 

La crise économique qui frappe l'Europe fait que les budgets nationaux de la défense s'y resserrent un peu partout et que pratiquement aucun des pays européens, qui représentent pourtant 22 des 28 membres de l'Alliance, n'atteint la barre fixée par l'Otan de 2% de PIB consacré à l'effort militaire pour permettre à une nation d'assurer sa souveraineté.

 

Les Etats-Unis sont les premiers de la classe avec environ 4,75% de PIB consacré à leur outil de défense. Les Britanniques font plutôt bonne figure avec autour de 2,5%, malgré des coupes claires annoncées cette année. Quant à la France, deuxième armée d'Europe derrière celle du Royaume-Uni, elle se maintient autour de 1,5%.

 

L'armée française va cependant perdre 34.000 postes sur six ans et son budget de la défense sera gelé à hauteur de 31,4 milliards d'euros pour les trois prochaines années, selon le projet de loi de programmation militaire 2014-2019 présenté le 2 août dernier en conseil des ministres (Voir ).

 

Le général français Jean-Paul Paloméros, patron du commandement suprême allié transformation de l'Otan, refuse cependant de montrer l'armée française du doigt tout en pointant certains lacunes.

 

"Je ne considère pas que la France comporte des déficits capacitaires si importants même si on pourrait revenir sur les débats sur notre manque de moyens de surveillance et ses implications", a dit mercredi l'ancien chef d'état-major de l'armée de l'air, désormais chargé de préparer l'Otan à faire face aux nouvelles menaces et aux défis futurs.

 

Créée en 1949 pour assurer la sécurité du continent européen face au bloc de l'Est après la Seconde Guerre mondiale, l'Otan doit faire face aujourd'hui à une nouvelle donne stratégique, les Etats-Unis abandonnant leur rôle traditionnel de protecteur de l'Europe pour se concentrer sur l'Asie.

 

Cette situation suggère une contribution accrue des pays Européens à l'Otan, a souligné le général Paloméros lors d'une rencontre avec des journalistes à Paris.

 

"Il faut voir ce que les pays européens sont prêts à apporter à la corbeille", a-t-il dit. "Les Etats-Unis ont d'autres perspectives stratégiques et il est normal qu'on vienne les soutenir dans cet effort pour l'Alliance".

 

LE "GRAAL" DES 2%

 

"Il faut une alliance équilibrée entre les deux côtés de l'Atlantique et au sein de l'Europe pour que cela fonctionne", ajoute-t-il.

 

"Les Américains remplissent un grand nombre des trous de la raquette. La question qui se pose à nous, Européens, c'est quelle est la part que nous voulons assumer. Il y a des déficits un peu partout. C'est vrai que les Américains sont capables à eux seuls de couvrir les ambitions de l'Alliance mais ce n'est pas leur souhait".

 

La réponse peut être budgétaire, ajoute le cadre de l'Otan, même s'il reconnaît que la fameuse barre de 2% de PIB n'est pas un objectif réaliste pour de nombreux pays européens.

 

"Ce 2%, c'est un objectif, un Graal, une ambition. Est-ce qu'on peut l'atteindre ? Visiblement, aujourd'hui, c'est difficile. Les pays qui l'atteignent sont assez rares", dit-il.

 

Certains pays, ajoute-il, dépensent trop sur leur personnel au détriment de leur capacité d'investissement et devraient consacrer davantage d'efforts pour entraîner leurs forces.

 

La France peut se sentir visée puisqu'un récent rapport de la Cour des comptes dénonçait une augmentation de la masse salariale dans le secteur de la défense malgré une réduction des effectifs.

 

Le général Paloméros a dit sa fierté d'avoir vu la France intervenir seule et en premier lors de l'opération Serval au Mali tout en soulignant qu'elle avait eu besoin de l'appui logistique de ses alliés pour compenser ses lacunes, notamment en matière de drones de surveillance et d'avions ravitailleurs.

 

L'Europe doit agir en synergie plutôt qu'en concurrence, ajoute-t-il, faisant écho à des propos similaires tenus la semaine dernière par Marwan Lahoud, président d'EADS France et directeur de la stratégie du groupe aéronautique.

 

Définie comme une priorité par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l'Europe de la défense, source logique d'économies par la mutualisation de ressources sur certains programmes, reste à l'état embryonnaire, malgré un ambitieux traité franco-britannique et un projet européen pour la construction en commun de drones.

 

Pour le général Paloméros, l'Europe n'a plus de temps à perdre si elle veut conserver une forme d'équilibre dans ses relations avec le géant américain au sein de l'Otan.

 

"Le déficit avec les Américains ne peut que s'accroître si nous continuons sur cette voie est c'est effectivement une des préoccupations qui marquera les débats de l'Alliance dans un futur sommet" qui pourrait se tenir en 2014, a-t-il dit. (édité par Yves Clarisse)

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:50
Baltic 2013 Contrôles d’aéronefs russes. De G à D Sukhoi-24 Fencer, Mirage F1 CR, Sukhoi-27 Flanker au-dessus de la mer Baltique. Crédits photo EMA armée de l’Air.

Baltic 2013 Contrôles d’aéronefs russes. De G à D Sukhoi-24 Fencer, Mirage F1 CR, Sukhoi-27 Flanker au-dessus de la mer Baltique. Crédits photo EMA armée de l’Air.

RIGA, September 18 (RIA Novosti)

 

Latvia’s defense minister on Wednesday slammed frequent flights by Russian warplanes near the country’s airspace.

 

Flights by Russian Air Force aircraft are not only a show of force but also part of a military training program, Latvian Defense Minister Artis Pabriks said in an interview broadcast on Latvian TV Wednesday.

 

“We cannot treat this lightly,” he said. “Obviously, they are not flying there just for the fun of it – because they have nothing better to do.”

 

On Monday NATO fighters that police Baltic airspace identified eight Russian warplanes flying close to the border of Latvia’s territorial waters, one Il-70 transport aircraft, two Su-24 fighter jets and five Su-34 fighters, the Latvian National Armed Forces press service said.

 

Last Friday, NATO jets spotted a Russian Il-20 aircraft near the Latvian border.

 

Despite the widespread media coverage of these concerns there has been no official response from the Russian Defense Ministry.

 

Since March 2004, when the Baltic States joined NATO, a round-the-clock mission to police Baltic airspace has been conducted on a three to four-month rotation basis from Lithuania's First Air Base in Zokniai, near the northern city of Šiauliai. Deployments usually comprise four fighter planes and between 50 and 100 support personnel.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:50
Nouvelle étape validée pour le Gripen suisse

18.09.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

Le Conseil des États - organe de représentation des cantons, chambre haute du Parlement - a approuvé ce matin le déblocage des 3,126 milliards de francs suisses (2,5 milliards d’euros) nécessaires à l’acquisition des 22 Gripen E commandés à Saab. Le vote final des sénateurs donnait 27 voix pour et 17 contre.

 

Mercredi dernier, le 11 septembre, c’est le Conseil national qui avait approuvé le projet d’achat.

 

La prochaine étape aura lieu le 27 septembre prochain, lors du vote final, qui lancera le processus d’acquisition des chasseurs du constructeur suédois.

 

Seule ombre au tableau, la probable tenue d’un référendum populaire en mai 2014, qui ne portera pas sur l’acquisition des avions, mais plutôt sur le mécanisme de financement.

 

Les 22 Gripen de Saab remplaceront à terme la flotte de F-5 Tiger. Les premières livraisons devraient avoir lieu à partir de 2018.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:50
Elbit-KBR Team Tapped for UK Trainer Competition

The Beechcraft T-6C trainer is part of a bid package by Elbit and KBR to supply the UK with military trainers. (Beechcraft)

 

Sep. 18, 2013 - By ANDREW CHUTER – Defense News

 

LONDON — Three fixed-wing aircraft types — including the Beechcraft T-6C — are set to train British military pilots following the selection of a team involving Elbit Systems and KBR to supply and support the platforms, according to executives familiar with the competition.

 

The executives said the team, known as Affinity, has emerged as the winning bidder and has been selected for further negotiations by Ascent, the Lockheed Martin-Babcock partnership running a 30-year deal with the British Defence Ministry, to manage pilot and crew training for the armed forces.

 

Ascent referred questions to the MoD. Ministry officials were unable to respond at press time. The Affinity consortium members also declined to comment.

 

The Affinity bid included Beechcraft’s T-6C turboprop basic trainer, a modified Embraer Phenom 100 light business jet for multi-enginetraining and the Grob 120TP elementary trainer, executives said.

 

Under the 15-year availability deal, Affinity will provide and support the fixed-wing flying training element of the UK Military Flying Training System (MFTS) program.

 

The contract is expected to be worth more than £500 million (US $795 million) to Affinity. It is not clear whether the decision has to be ratified by the MoD and others in government.

 

Contract signature is scheduled to take place by 2015, assuming Affinity and Ascent successfully conclude negotiations.

 

If Affinity sticks to the timescale laid out by Ascent, introduction of the new aircraft types could get underway in 2017 with the Grob 120TP, followed a year later by the Phenom 100 and then the T-6C.

 

Conclusion of the deal will likely spell the end of the road for the Embraer Tucano and Grob G-115 aircraft used by the British to train military crews.

 

Advanced jet training will continue to be provided by government-furnished BAE Hawker T2 jets.

 

The combination of Elbit and KBR faced off against rival bids from a BAE Systems-led team that includes Babcock, Gama Aviation and Pilatus, and a proposal from Cassidian.

 

Elbit already provides flying training services for the Israeli military with the G-120 and the T-6, and KBR has an extensive footprint in the UK supporting the armed forces locally and in hot spots like Afghanistan.

 

Ascent signed the public-private partnership deal with the MoD to run the MFTS program in 2008.

 

Originally estimated to be worth around £6 billion over the life of the program, MFTS has been impacted by reduced crew requirements in the wake of defense budget cuts by the British government.

 

The system replaces separate flying fixed-wing and rotary training programs for the Royal Air Force, Royal Navy and Army Air Corps.

 

Ascent reported mid-year that the first Air Force fast-jet students had graduated under the plan.

 

The system is already delivering Royal Navy observer training using Grob 115 and King Air 350 platforms, along with synthetic training.

 

A similar plan to provide helicopters and support for rotor-wing training has been on ice but is now starting to gather pace

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories