Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:45
Assaut contre Boko Haram à Maiduguri

18 septembre, 2013 – BBC Afrique

 

L'armée nigériane a lancé un assaut contre des militants de la secte Boko Haram, ce qui a donné lieu à un échange de tirs dans l'Etat de Borno situé au nord-est du pays.

 

Les affrontements auraient fait des dizaines de morts des deux côtés.

 

L'armée, qui dit avoir perdu 16 soldats, affirme qu'elle a tué 150 islamistes affiliés à la secte.

 

Elle ajoute que huit autres éléments dans ses rangs sont portés disparus.

 

Toutefois, selon les informations des médias locaux, l'armée aurait accusé une perte plus lourde : une centaine de morts.

 

Bashir Abdullahi, journaliste au bureau de la BBC au Nigeria, relève que ces incidents sont indicateur du fait que les forces armées nigérianes sont loin d'avoir affaibli Boko Haram.

 

Il souligne que l'armée a l'habitude de minimiser ses pertes.

 

Selon le porte-parole de l'armée, Ibrahim Attahiru, une base de Boko Haram sous haute surveillance située dans la forêt de Kasiya a essuyé des raids.

 

C'est la première fois que l'opinion est mise au courant des détails d'un affrontement avec Boko Haram.

 

"C'était un camp d'insurgés hautement fortifié avec des armes lourdes," a déclaré Ibrahim Attahiru.

 

Plusieurs milliers de personnes ont été tuées au Nigeria depuis que Boko Haram a lancé son mouvement d'insurrection en 2009, motivé par la volonté de créer un Etat islamique dans le nord du Nigeria, à majorité musulmane.

 

Un état d'urgence a été décrété en mai dernier dans l'Etat de Borno et dans deux autres Etats voisins, et des milliers de soldats ont été envoyés en renfort dans la région.

 

Des groupes d'auto-défense locaux ont vu le jour pour aider à contrecarrer les militants, mais beaucoup de ces volontaires ont été tués au cours des dernières semaines.

 

Le mois dernier, l'armée a annoncé avoir tué le chef de Boko Haram Abubakar Shekau, mais cela n'a pas été confirmé et les attaques des militants se sont poursuivies.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:45
Des membres des forces spéciales tanzaniennes de la Brigade d'intervention de la MONUSCO, déployées dans le Nord-Kivu (Sylvain Liechti/MONUSCO)

Des membres des forces spéciales tanzaniennes de la Brigade d'intervention de la MONUSCO, déployées dans le Nord-Kivu (Sylvain Liechti/MONUSCO)

 

19/09/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

          

«Des cas de viols, enlèvements et autres exactions perpétrées par des hommes armés sont signalés » au Congo, a déclaré le porte-parole de la Mission de l’Organisation des Nations Unies (MONUSCO) en République démocratique du Congo, Madnodje Mounoubai, lors d’une conférence de presse.

 

La MONUSCO a indiqué mercredi que près de 80.000 personnes, se trouvant actuellement dans des conditions précaires, ont été déplacées depuis la reprise des affrontements armés dans l’est du pays le 22 août, rapporte le service d’Information de l’ONU.

Lors de la conférence de presse sur la Journée internationale de la Paix qui sera célébrée à travers le monde, ainsi qu’en République démocratique du Congo, le samedi 21 septembre 2013, le porte-parole de la Mission a fait le point de la situation militaire et de la situation humanitaire

 

Ituri

«Des villages entiers ont été vidés de leur population. De nombreux déplacés, craignant la violence des combats, se seraient réfugiés dans la brousse, à l’intérieur de zones encore inaccessibles», a-t-il affirmé, ajoutant que les agences humanitaires sont particulièrement préoccupées par la situation dans le district de l’Ituri, en Province Orientale, où des combats opposent l’armée gouvernementale aux miliciens du Front de Résistance Patriotique d’Ituri (FRPI).

Selon le porte-parole de la MONUSCO, 120.000 personnes sont touchées par le conflit dans le sud du territoire d’Irumu, en Ituri, notamment par les destructions de maisons et les pillages occasionnés par les combats.

Les 13, 14 et 15 septembre, des affrontements sporadiques entre l’armée gouvernementale et les insurgés du FRPI ont donné lieu à l’utilisation de part et d’autre de mitrailleuses, de mortiers et de lance-roquettes.

Les agences humanitaires ont l’intention de prêter assistance à 150.000 personnes et on estime que deux millions de dollars sont nécessaires pour répondre aux besoins additionnels, dit l’ONU.

Suite à cette situation, la Force de la MONUSCO a mis en alerte maximale toutes ses bases opérationnelles déployées dans ce secteur; dans le but de dissuader toute exaction contre les populations civiles et assurer leur protection.

 

Nord-Kivu

Quant au climat sécuritaire au Nord-Kivu, en dépit d’une tension observée dans les régions situées au nord de la ville de Goma, le climat sécuritaire, il est globalement stable et reste sous le contrôle des forces onusienne et congolaise, selon le porte-parole de la MONUSCO.

La récurrence des accrochages entre le M23 et le groupe Mayi-Mayi Nyatura du Mouvement Populaire d’Autodéfense (MPA) dans le territoire de Rutshuru, constitue toutefois une source de préoccupation majeure à la protection des populations civiles dans cette partie de la province.

Par ailleurs, le niveau de la menace sécuritaire pour la ville de Goma est demeuré moyen et la Force de la MONUSCO continue d’activer le Plan de Sécurité Interne de cette capitale provinciale, conformément à l’opération unilatérale «Wide awake» (Réveil total).

En effet, la Brigade de la Force de la MONUSCO déployée dans cette province y poursuit toujours avec détermination et engagement, la conduite de ses six opérations unilatérales dénommées: «Wide awake» (Réveil total), «Formidable» (Formidable), «Silent Guns» (Armes silencieuses), «Blue Redoubt I & II» (Forteresse bleue I & II), «Strong Flank» (Flanc rigide), et «Blue Eagle» (Aigle bleu); dans le but de dominer le terrain et d’interdire toute liberté d’action aux groupes armés.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:40
Russian Military Officers Steal Fuel for Tank Biathlon – Prosecutors

MOSCOW, September 18 (RIA Novosti)

 

No matter how exotic was the purpose of the drill, three Russian military officers managed to resort to the common crime of theft when arranging it.

 

Three Russian military officers stole seven tons of diesel fuel intended for a tank biathlon, an exercise in relay races across rough terrain and involving precision firing, military prosecutors said Wednesday.

 

The world’s first tank biathlon was held in mid-August at the Alabino firing range as a four-day competition of the best crews from Russia’s four military districts. They raced across 18,300 meters (12 miles) of rough terrain, had to cross various obstacles while firing their main guns and machine guns at targets at distances between 900 and 2,200 meters, incurring 500-meter-long penalty laps for misses.

 

The fuel theft took place about a month before the competition, the chief military department of Russia's Investigative Committee said in a statement, adding that the officers – identified only by their last names as Obyedkov, Belan and Belyayev – acted independently of one another and stole the fuel from a heavy artillery tractor.

 

The statement did not specify the charges the officers are facing.

 

In 2014, US, German and Italian teams are expected to compete with Russians in a tank biathlon, the Defense Ministry said. Hopefully, they won’t stall because of a fuel shortage.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:35
Aircraft Carrier Vikramaditya To Join Indian Navy In Nov

September 18, 2013 by Shiv Aroor - Livefist

 

With all trials successfully completed in the White Sea and Barents Sea, the Vikramaditya (formerly Admiral Gorshkov) aircraft carrier will be commissioned into Indian Navy service between November 15-20 at the Sevmash shipyard in Severodvinsk, Russia.

 

The $2.33-billion deal finally delivers nearly a decade after it was signed, and after years of financial and technical turmoil. All considered, the deal goes down as one of the most ill-planned, where virtually every aspect of work on the ship was astonishingly underestimated by both sides, compelling an embarrassing price revision years after contract signature.

 

Well, now she's Indian, and she'll be most welcome. Shano Varuna!

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:35
US Attorney Gen. Urged to Back Russian Helicopter Investigation

WASHINGTON, September 18 (RIA Novosti)

 

A group of US lawmakers is urging Attorney General Eric Holder to assist the Pentagon’s criminal investigation into an Army aviation unit which granted contracts worth tens of millions of dollars to Russian and US firms for the maintenance and overhaul of Russian Mi-17 helicopters.

 

Nine senators and 23 members of the House of Representatives sent a letter to Holder Monday expressing ‘great concern’ regarding allegations of criminal activity related to the helicopter program, writing that “The prospect that American taxpayers have been made into unwitting victims of corruption demands special scrutiny.”

 

The lawmakers urged Holder "to utilize all available resources, including the Federal Bureau of Investigation to support any criminal investigation into these matters."

 

Defense Department investigators are studying potential personal connections and possibly “improper” payments between the former head of the Army’s Non-Standard Rotary Wing Aircraft (NSRWA) unit and two Russian-owned subcontractors, Avia Baltika and St. Petersburg Aircraft Repair Co. (SPARC), according to Reuters.

 

The maintenance deals under investigation are part of a broader Pentagon program to purchase and upgrade Russian-made Mi-17 helicopters for use in Afghanistan.

 

The lawmakers’ letter to Holder also said, “Since 2011, NSRWA has negotiated and executed more than $1 billion worth of contracts for procurement of these Russian aircraft from Rosoboronexport, Russia’s state-controlled arms exporter who simultaneously continues to supply weapons and ammunition to the Syrian government.”

 

There has been stern opposition from some members of Congress to the Pentagon’s dealings with Rosoboronexport, which is not a focus of the investigation, according to Reuters.

 

Justice Department spokesman Michael Passman said in an email cited by Reuters Tuesday: "We have received the letter, and we are reviewing it."

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:30
L'Allemagne reconnaît avoir livré des produits chimiques à la Syrie

18/09/2013 Par Anne-Laure Frémont - LeFigaro.fr

 

Ces composés chimiques, exportés entre 2002 et 2006, sont susceptibles d'entrer dans la fabrication du gaz sarin.

 

Alors que le monde se déchire quant à la réponse à apporter à l'attaque chimique qui a fait 1400 victimes le 21 août dernier dans la banlieue de Damas, le gouvernement allemand a reconnu mercredi avoir exporté vers la Syrie quelque 111 tonnes de produits chimiques susceptibles de servir à fabriquer du gaz sarin. Des composés - du fluorure de sodium, de l'acide fluorhydrique et de l'hydrogénoflurorure d'ammonium - à «double usage», civil et militaire, selon la classification européenne, qui sont soumis à des autorisations spéciales d'exportation.

 

Le ministère allemand de l'Economie a précisé que ces exportations d'un montant total de 174.000 euros, qui ont eu lieu en 2002-2003, sous le gouvernement de Gerhard Schröder, puis en 2005-2006, sous celui d'Angela Merkel, étaient exclusivement à usage civil. Les produits en question peuvent notamment servir au traitement des métaux ou à la fabrication de dentifrice. «Des autorisations ont été accordées après examen détaillé de tous les risques possibles, y compris le détournement de ces produits ou leur transfert vers un usage militaire. Dans tous les cas, leur usage civil prévu a été considéré comme étant plausible», souligne le ministère. «Le gouvernement allemand ne dispose d'aucune information suggérant que les produits livrés ont été par la suite utilisés pour des usages autres que les usages civils initialement déclarés», ajoute-t-on au sommet de l'Etat.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:30
Syrie : al-Qaïda s'empare de la ville d'Aazaz à la frontière turque

19 septembre 2013 Par RFI Avec Paul Khalifeh, correspondant à Beyrouth

 

En Syrie, al-Qaïda et l'ASL se livrent à une guerre sans merci.

 

Des jihadistes d'al-Qaïda ont décrété le couvre-feu dans la ville d'Aazaz, près d'Alep, après en avoir chassé l'Armée syrienne libre au prix de violents combats qui ont fait des dizaines de victimes. Al-Qaïda tente aussi d'évincer l'ASL de la ville de Deir Ezzor, non loin de l'Irak. La Syrie est désormais en proie à une guerre triangulaire où tout le monde s'entretue.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:30
Iran-warships-sudan dec 2012

Iran-warships-sudan dec 2012

Sep. 18, 2013 Defense News (AFP)

 

KHARTOUM — Two Iranian warships have entered Sudan’s territorial waters and were heading to dock for “routine” fuelling, a spokesman of Sudanese army said on Wednesday.

 

“Two Iranian ships have entered our territorial waters, one of them is a destroyer and the other is a supplies vessel,” Col. Sawarmi Khaled Saad told AFP.

 

He said the vessels are stopping in Sudan for a “routine and regular visit” to get “supplies, food and water”.

 

In October, two Iranian navy vessels called at Port Sudan, followed by two more in December, in what Khartoum described as a “normal” port stop.

 

Israel considers the area of the Red Sea and east Sudan as a passage for arms smuggled to Islamist Hamas movement in the Gaza Strip.

 

Khartoum’s links with Iran came under scrutiny after Sudan accused Israel of being behind an Oct. 23 strike against the Yarmouk military factory in the capital, which led to speculation that Iranian weapons were stored or manufactured there.

 

Last month, Saudi authorities denied permission for a plane carrying Sudanese President Omar al-Bashir to cross its airspace for the swearing-in of Iran’s new president.

 

Riyadh said Bashir’s flight plan lacked prior approval.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:30
Altay tank nov 2012

Altay tank nov 2012

Sep. 18, 2013 - By BURAK EGE BEKDIL – Defense News

 

ANKARA — Despite their differences over the July coup in Egypt, Turkey and Saudi Arabia have ratified a defense industry cooperation agreement..

 

According to the agreement, which took effect Sept. 11, Turkey and Saudi Arabia “aim to increase cooperation in the defense industry by improving the industry capabilities of both countries through more effective collaboration on the development, production and procurement of goods and services in the defense industry and the related technical and logistical support fields.”

 

The agreement had been signed in May and was pending parliamentary approval.

 

The agreement will remain in force for five years and it should be extended automatically for successive one-year periods. Last year, the Turkish parliament also approved a deal with Saudi Arabia regarding cooperation in the training of military personnel.

 

On a political level, Turkey and Saudi Arabia have cooperated to support the rebels fighting Syrian President Bashar al-Assad’s regime, which both countries said must be removed. But Ankara and Riyadh differ in their Egypt policies. Turkey has been a fierce opponent of the military coup that ousted Egyptian President Mohammed Morsi in July, while the Saudi kingdom has been supporting the military-backed government there.

 

Industry experts here say the cooperation accord between Turkey and Saudi Arabia could facilitate Turkey’s future exports of naval vessels, assault boats, armored vehicles and unmanned aerial vehicles to Saudi Arabia. The Arab kingdom also has shown an interest in the Altay, Turkey’s first indigenous new-generation battle tank now in the prototype production and testing stage.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:30
Défense : DCNS confirme un contrat de 750 millions d'euros en Arabie Saoudite

18/09/2013, Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le PDG de DCNS, Patrick Boissier, a confirmé avoir conclu un contrat de 750 millions d'euros portant sur la modernisation d'une partie de la flotte saoudienne. Il a également confirmé que l'Etat travaillait sur la création d'une société pour vendre des armements en leasing.


 

Le PDG du groupe naval DCNS a confirmé ce mercredi avoir remporté un contrat de 750 millions d'euros pour rénover des frégates en Arabie saoudite. "On est en train de finaliser le contrat LEX pour l'entretien et la rénovation des frégates Sawari I, contrat qui fera 750 millions à peu près pour DCNS", a déclaré Patrick Boissier devant la commission de la défense de l'Assemblée nationale. Ce contrat LEX (Life extension Sawari I) porte sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers ravitailleurs de classe Boraida, mis en service en 1985-1986. La Tribune avait annoncé fin août la victoire de DCNS et de ses partenaires Thales et MBDA sur ce contrat, attendu depuis plusieurs années. L'ensemble du contrat représente environ un milliard d'euros, ce qui avait été confirmé à l'AFP de source officieuse.

DCNS tablait sur ce succès pour se positionner sur les prochaines acquisitions de la marine saoudienne. "L'Arabie saoudite veut des nouvelles frégates, veut des sous-marins, il faut qu'on se bagarre pour être présents dans ce pays où la France a toujours eu un rôle significatif dans le domaine naval", a estimé Patrick Boissier, qui était auditionné par la commission de la défense de l'Assemblée nationale dans le cadre de l'examen du projet de Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Selon nos informations, François Hollande pourrait se rendre en Arabie Saoudite en décembre, et non plus à l'automne comme il en avait été question.

 

Des ventes en leasing

A l'export, DCNS cherche également à vendre ses navires en leasing pour remporter des marchés, a également confirmé mercredi Patrick Boissier. "Nous travaillons actuellement sur un projet qui est de mettre en place une société de leasing qui serait contrôlée par l'Etat (... afin) de prendre en charge un certain nombre de navires pour les mettre sur le marché international", a-t-il précisé. Selon lui, "c'est un levier extraordinaire pour l'export et nous avons un certain nombre de pays qui pourraient être intéressés par des frégates de type FREMM dans ces conditions là". Les FREMM sont des frégates multimissions furtives, prévues en version anti-sous-marine et en version défense aérienne. Elle coûtent environ 450 millions d'euros l'unité, a révélé Patrick Boissier. Pour DCNS, le programme FREMM représente douze unités, soit onze pour la Marine nationale, dont une a été livrée (Aquitaine) et une pour la Marine Royale du Maroc. Le groupe naval a mis à l'eau ce mercredi à Lorient la FREMM Provence.

FREMM Provence mise à flot 18.09.2013 - photo DCNS

FREMM Provence mise à flot 18.09.2013 - photo DCNS

Selon des sources concordantes, DCNS propose deux frégates à la Grèce et deux corvettes à Chypre. Le PDG a souligné que les Etats-Unis et l'Allemagne recouraient déjà à ce type de montage et que la Grande-Bretagne l'étudiait. Ainsi, a-t-il dit, "nous sommes candidats pour des sous-marins en Pologne mais nous avons en face de nous un projet germano-polonais qui consiste à donner en leasing à la Pologne des sous-marins allemands".

 

L'APE planche avec la DGA

DCNS, l'Agence des participations de l'Etat (APE) et la Direction générale de l'armement (DGA) planchent sur le projet au sein d'un groupe de travail. Ils espèrent aboutir à un accord avant la fin de l'année pour mettre la société en place au premier semestre 2014, afin de remporter des contrats à l'exportation, a indiqué le PDG de DCNS. Des succès à l'étranger permettraient selon lui de compenser les effets de la LPM, qui reporte des achats prévus de frégates et de sous-marins. La décision d'acquérir les trois dernières des onze frégates Fremm commandées par la France a même été reportée au-delà de la LPM.

Patrick Boissier a averti que si ces commandes étaient en fin de compte annulées, les surcoûts -- compensation dues au constructeur et à ses sous-traitants-- "seraient de 900 millions, c'est à dire là encore de deux frégates". Le projet de loi LPM prévoit des étalements de livraisons des sous-marins Barracuda, pour un surcoût que Patrick Boissier a évalué à 300 millions d'euros, et de frégate FREMM, pour un surcoût de 450 millions.

 

Plus de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2013

Selon Patrick Boissier, le chiffre d'affaires de DCNS, qui est contrôlé à 64 % par l'Etat et à 35 % par le groupe Thales, "dépassera largement les 3 milliards d'euros" cette année et son carnet de commandes s'approche des 15 milliards.

Enfin, il a révélé que l'Etat allait bientôt proposer 1 % des actions aux employés, ce qui doublera leur participation au capital.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:30
Nato Says Syria Military Option Should Stay Open

Sep. 18, 2013 Defense News

 

LONDON — NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen said Wednesday that the threat of military action should remain on the table to make Syria keep its promises on giving up chemical weapons.

 

Speaking after he met British Prime Minister David Cameron in London, Rasmussen welcomed the recent US-Russian agreement under which the Assad regime says it will give up its poison gas stocks.

 

Damascus said earlier Wednesday it was confident the UN Security Council will not adopt a resolution on its chemical weapons under Chapter VII, which could allow the use of force.

 

But Rasmussen said: “I would expect the Syrian regime to fully comply with the demands of the international community and in the case of non-compliance, we will need a very firm international response.”

 

“I do believe that the credible threat of military action was the reason why diplomacy got a chance and I think in order to keep momentum in the diplomatic and political process, the military option should still be on the table,” he told reporters in Downing Street.

 

The alliance chief said it was “crucial that the UN Security Council expeditiously adopts a firm resolution that can constitute the framework for a swift, secure and verifiable elimination of all chemical weapons in Syria.”

 

Rasmussen said the use of chemical weapons “is a crime, is a violation of international law and those responsible must be held accountable.”

 

US President Barack Obama threatened military action against Syria following an Aug. 21 chemical weapons attack on a Damascus suburb that allegedly killed hundreds of people, but held off after the US-Russian deal.

The United States, France and Britain want compulsory measures under Chapter VII of the UN Charter if Syria does not uphold the disarmament plan.

But Russia, a key ally of Syrian President Bashar al-Assad, is firmly opposed to anything that could pave the way for the use of force.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:30
Hagel: US To Retain Military Threat Against Syria

Sep. 18, 2013 Defense News (AFP)

 

WASHINGTON — The US military will maintain the threat of force against Syria in case the regime fails to abide by an agreement to relinquish control of its chemical weapons, Defense Secretary Chuck Hagel said Wednesday.

“We should keep that military option exactly where it is. We have assured the president that our assets and force posture remain the same,” Hagel told a press conference.

“We are prepared to exercise any option that he would select.”

Hagel’s comments made clear the United States had no plans to withdraw destroyers in the eastern Mediterranean, which had been prepared to launch cruise missile attacks to punish Damascus over its alleged use of chemical weapons.

He said it was clear “the credible threat of US force” helped to persuade Syria to agree to a US-Russia accord that calls for the regime to turn over its chemical arsenal to international control.

US defense officials told AFP four destroyers equipped with Tomahawk cruise missiles remained in place in the eastern Mediterranean, ready to launch a possible attack if diplomacy fails.

Hagel and Gen. Martin Dempsey, the US military’s top-ranking officer, also said the administration was still considering whether to have the Pentagon take over the arming of Syria’s rebels from the Central Intelligence Agency, which would involve larger-scale assistance.

Despite agreeing to the deal on securing Syria’s chemical weapons, Washington and Moscow remain at odds over who carried out the Aug. 21 chemical attack outside Damascus.

Russia says the Syrian regime has handed over new evidence implicating rebel forces in the deadly incident.

But US President Barack Obama has said it was “inconceivable” that anyone other than the Syrian regime could have carried out the attack.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:25
H-36 Caracal is the Brazilian air force’s designation for the Eurocopter EC725.

H-36 Caracal is the Brazilian air force’s designation for the Eurocopter EC725.

Sept. 17, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Brazilian Air Force; issued Sept. 17, 2013)

(Issued in Portuguese only; unofficial translation by defense-aerospace.com)

 

H-36 Caracal: One Thousand Flight Hour In Falcao Squadron

 

The Falcao Squadron, in Belem (PA), in September passed the 1,000 flight hour mark with the H-36 Caracal, the most modern helicopter in the Brazilian Air Force fleet. Received by the FAB in December 2011, the first aircraft was transferred to the unit that has the mission to explore all of the features of the H-36. Altogether, the Air Force will have 16 units of the model provided by the company Helibrás.

 

Over two and a half years of operation, the Falcao Squadron has used its first Caracals in real missions, such as fighting forest fire in Amapá, support for the Federal Police for the release of hostages in Mato Grosso, humanitarian missions in support of isolated communities and Indian tribes. The Air Unit also attended the FIDAE 2012, an exhibition of military aviation in Chile. For this, the H-36 made the long trip from Belém to Santiago, passing over the Andes.

 

The Falcao Squadron’s 1,000 hours also included training missions such as search and rescue at sea, navigation, and flight at low altitude, alongside the second H-36 it has now received. Able to carry up to 4.5 tons of cargo, and fitted with two winches for lifting people or loads, the Caracal H-36 has also been shown to be far superior to the old H-1H.

 

In addition to performing the flights in new aircraft, the Falcao Squadron also formed working groups to discuss the capabilities of the new helicopter. The upgraded version to be delivered in 2014 will include new equipment such as radar warning systems and sensors threat detection in the infrared spectrum. A group is also evaluating the feasibility of aerial refueling missions with helicopters, something now done only by the FAB fighter aircraft.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:20
VBCI photo Nexter Canada

VBCI photo Nexter Canada

18/09/2013 par Nicolas Laffont – 45enord.ca

 

L’Institut Rideau et le Centre canadien de politiques alternatives viennent de publier un rapport sur le projet d’achat de véhicules de combat rapproché de l’Armée canadienne, et selon les auteurs, l’achat est inapproprié.

 

Intitulé Stuck in a Rut: Harper government overrides Canadian Army, insists on buying outdated equipment a été écrit par le professeur de sciences politiques Michael Byers de l’Université de la Colombie-Britannique et l’analyste de la défense Stewart Webb (chercheur invité à l’Institut Rideau et associé de recherche au Centre canadien de politiques alternatives).

 

Le gouvernement a l’intention d’acheter 108 nouveaux véhicules de combat rapproché (VCR).

 

Selon les deux auteurs du rapport, la nécessité d’acheter ces véhicules doit être remis en question. En effet, d’après Michael Byers et Stewart Webb, l’achat de ces véhicules serait redondant avec la modernisation actuelle des 550 véhicules blindés légers III (VBL III) de l’Armée canadienne, qui doit permettre d’étendre leur durée de vie jusqu’en 2035.

 

 

Achat de véhicules de combat rapproché: une vision de la Guerre froide selon des chercheurs

Une description du projet que l’on peut lire dans des documents de la Défense nationale indique toutefois que le VCR est en complément des véhicules légers et véhicules lourds. Le VCR doit être «à la fois hautement protégé et mobile sur le plan tactique. Le VCR comblera une lacune entre les parcs de véhicules blindés légers (5 à 25 tonnes) et de véhicules blindés lourds (plus de 45 tonnes) actuels, ce qui apportera à l’Armée canadienne une capacité opérationnelle qui peut fonctionner en étroite symbiose avec le char de combat principal ou indépendamment dans un environnement très actif», est-il ainsi écrit dans une description du projet d’achat de la Défense.

 

Le coût estimatif du projet d’achat des véhicules de combat rapproché est d’environ 2 milliards $.

 

En mai dernier, certaines sources affirmaient que l’armée canadienne ne voulait plus de ces véhicules et préférait utiliser l’argent à d’autres fins, comme le maintien des formations, en pleine période de compressions budgétaires. L’ancien commandant de l’Armée canadienne, le lieutenant-général Peter Devlin, s’est d’ailleurs plaint à plusieurs reprises de subir trop de coupures de budget et que l’Armée risquait de perdre des capacités importantes.

 

Comme l’explique le professeur Byers, «En dépensant 2 milliards $ dans des véhicules que l’armée canadienne ne veut ni n’a besoin, le gouvernement Harper abdique sa responsabilité pour équiper et former nos soldats correctement, et à assurer une responsabilité fiscale.»

 

Le Conseil du Trésor se réunit demain, le jeudi 19 septembre, pour prendre une décision finale sur le projet d’achat des véhicules de combat rapproché. Nexter, General Dynamics et BAE Systems sont les trois compagnies en lice pour le projet.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:20
Boeing To End C-17 Production In 2015

A C-17 Globemaster III ascends over Joint Base Lewis-McChord, Wash., in July as Mount Rainier towers in the distance. Boeing announced it would end production of its C-17 in 2015. (Tech. Sgt. Sean Tobin / US Air Force)

 

Sep. 18, 2013 – Defense news

 

NEW YORK — Boeing announced Wednesday it would end production of its C-17 military transport aircraft in 2015, citing a difficult environment amid government spending cuts.

 

Boeing said it would close the C-17 final assembly plant in Long Beach, Calif., in 2015, after completing the 22 aircraft remaining to be built.

 

Nearly 3,000 employees will lose their jobs, including those at the Long Beach plant and in three other states: Arizona, Georgia and Missouri.

 

The workforce reductions will begin in early 2014 and continue through the shutdown, the Chicago-based company said in a statement.

 

“Ending C-17 production was a very difficult but necessary decision,” said Dennis Muilenburg, president and chief executive of Boeing Defense, Space & Security.

 

“Our customers around the world face very tough budget environments. While the desire for the C-17’s capabilities is high, budgets cannot support additional purchases in the timing required to keep the production line open,” he said.

 

Muilenburg noted that severe US government spending cuts, known as sequestration, had created significant planning difficulties for Boeing’s customers and the entire aerospace industry.

 

“Such uncertainty forces difficult decisions like this C-17 line closure,” he added.

 

The end of the Boeing airlifter program was expected to have a ripple effect on jobs throughout most of the country, a further blow to the lackluster economy where the unemployment rate is 7.3 percent and job growth is weak.

 

Boeing said the C-17 industrial team includes more than 650 suppliers in 44 states and, including Boeing, supports 20,000 jobs.

 

The C-17’s main rival is the A400M, made by European aircraft maker Airbus.

 

Boeing said it planned to take a charge of less than $100 million in the current quarter for the closure, but noted the decision would not affect its financial forecast for the year.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 19:55
DCNS touché de plein fouet par la loi de programmation militaire

18/09 Par Alain Ruello – LesEchos.fr

 

La remise en cause des programme Barracuda et Fremm coûtera jusqu’a 1,2 milliard d’euros. Plus de 1.000 emplois directs ou indirects sont menacés.

 

On sait gérer, mais pas sans casse. C’est, en substance, le message que Patrick Boissier, le PDG de DCNS, a livré ce mercredi devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale lors d’une session d’examen de la loi de programmation militaire. Et ces conséquences, à en croire le patron du groupe naval militaire, sont plutôt sombres : les remises en causes des programmes de sous-marins Barracuda et de frégates multi-missions Fremm coûteront à l’Etat jusqu’à 1,2 milliard d’euros et fragiliseront un millier d’emplois, directs ou indirects.

 

Compte tenu des contraintes budgétaires qui pèsent sur les finances publiques, DCNS ne pouvait pas échapper à la tempête. S’il a estimé que la loi de programmation préserve l’essentiel, Patrick Boissier n’a pas caché l’ampleur des conséquences sur « ses » grands programmes du groupe naval. Par leur masse financière, ils étaient des candidats naturels aux mesures d’économies.

 

Deux ans de plus pour les Barracuda

 

DCNS touché de plein fouet par la loi de programmation militaire

Pour économiser sa trésorerie, le ministère de la Défense use de la seule recette à sa disposition, à savoir étaler les cadences de livraisons. Ainsi, a détaillé Patrick Boissier, le programme Barracuda va prendre deux ans de plus pour être mené à son terme. La livraison du premier exemplaire va glisser de six mois, de 12 mois et 18 mois respectivement pour les deux suivantes, et de deux ans pour les trois dernières. Surcoût total : 300 millions d’euros, et jusqu’à 500 emplois menacés, à Cherbourg principalement, même si des commandes de sous-marins Scorpène pourraient atténuer les dégâts.

 

En ce qui concerne les Fremm, l’ambiance n’est pas joyeuse non plus. DCNS est liée avec la DGA par un contrat portant sur la construction de 11 frégates, à raison d’une livrée tous les dix mois (la première l’a déjà été). A ce stade, la loi de programmation en prévoit six d’ici à 2019, mais avec quatre mois de plus entre chaque livraison. Facture additionnelle : 450 millions, soit le coût d’une frégate.

 

Trois Fremm à la trappe  ?

 

«  Le passage de 17 à 11 Fremm avait déjà coûté l’équivalent d’une frégate. Le décalage de livraison de sept à dix mois, une frégate supplémentaire. Si l’on passe de 10 à 14 mois, alors tout cela aura coûté le prix de trois frégates », a résumé Patrick Boissier. Côté emploi, ce dernier estime l’impact à 500 postes (1.000 si, comme il se murmure, on passait non pas à 14 mois, mais à 18 mois). Là encore, des commandes à l’exportation seraient bienvenues pour le maintien des emplois.

 

Mais il y a pire, a ajouté Patrick Boissier, devant des députés très sensibles en tant qu’élus locaux aux conséquences sociales dans leurs circonscriptions. Si les trois dernières des 11 Fremm prévues devaient passer à la trappe, alors la facture s’alourdira de 900 millions d’euros. L’annulation de la commande de 3 frégates ne permettrait alors d’économiser que le prix... d’un seul navire !

 

DCNS touché de plein fouet par la loi de programmation militaire

Patrick Boissier  : « L’Etat descendra en dessous de 50 % du capital »

Interrogé sur les conséquences pour la dissuasion nucléaire si, pour engranger des recettes exceptionnelles, l’Etat devait passer de 64 % à moins de 50 % du capital de DCNS, Patrick Boissier a dressé un parallèle avec EADS : la France ne possède que 12 % du groupe aéronautique quand bien même ce dernier fabriques les missiles stratégiques. Indépendamment de la dissuasion, « il faudra que cela se fasse progressivement », a-t-il ajouté. DCNS ne pourra en effet pas « rester tout seul », et devra forger une alliance. Mais aucun partenaire ne jouera le jeu si DCNS reste « sous domination de l’Etat français ».

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 18:50
L'OTAN et le général Paloméros : " Les Etats-Unis et l'Europe sont d'accord pour une Alliance Atlantique plus équilibrée "

18.09.2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale

 

Le général Jean-Paul Paloméros, commandant suprême allié Transformation (SACT) à Norfolk depuis un an (le 25 septembre 2012), en remplacement du général Abrial, était ce mercredi l'invité de l'association des journalistes de défense à Paris.

 

Seulement, le numéro 2 militaire de l'OTAN est resté la main sur le frein de l'actualité, notamment syrienne et française (au grand dam des journalistes), se contentant de dresser les chantiers d'avenir de l'Alliance Atlantique. Ce qui est, après tout, son métier.

 

Transformation

 

" Le commandement allié Transformation n'est pas chargé de prédire l'avenir mais essaie de le rendre possible. D'être bien préparé face aux nouvelles menaces. C'est sa principale mission avec la sécurité coopérative et les retours d'expérience. "

 

Sommet de l'OTAN 2014

 

" Un des débats au prochain sommet de l'OTAN en 2014 sera la question du partage des tâches et des charges au sein de l'Alliance Atlantique. Les Etats-Unis et l'Europe sont d'accord pour une Alliance plus équilibrée. Equilibrée des deux côtés de l'Atlantique et au sein de l'Europe au sens large, de l'Islande à la Turquie. C'est comme ça que nous construirons l'Alliance de demain avec la volonté de construire une défense européenne, à l'exemple des accords de LancasterHouse entre la France et la Grande-Bretagne. Il faut un équilibre entre les pays, une harmonisation capacitaire pour qu'il y ait le moins de trous possible dans la raquette. Concernant l'Europe, quelle part de la tâche veut-elle remplir ? "

 

Conseil européen de décembre consacré à la Défense

 

" Nous le suivrons avec attention. On verra si l'Europe, dont 22 pays sont membres de l'OTAN, construit une défense européenne pour rééquilibrer le partage des charges et des responsabilités, comme le souhaitent les Américains qui se recentrent sur le Pacifique. "

 

La place de la France dans l'OTAN

 

" La France a pris toute sa place au sein de l'Alliance. Une mise au clair qui a repositionné notre pays et les événements, en Libye et en Afghanistan, ont prouvé sa pertinence. La France a montré sa volonté et ses capacités, marquées par l'attribution du commandement que j'assume. La France ne montre pas de déficits capacitaires importants. Mais ce déficit ne peut que s'accroître. "

 

Budgets contraints et préparation des forces

 

" Il faut apporter une réponse budgéraire. 2% (du PIB consacré à la Défense), c'est un Graal pour la plupart des pays. Il faut donc regarder les budgets des uns et des autres et tenter de rééquilibrer en faveur de la préparation des forces. Comment convaincre les dirigeants qu'une partie des dépenses moindres en opérations soit réinvestie pour l'avenir et l'entraînement ? C'est ça l'enjeu. Il faut donc voir ce que les pays sont prêts à apporter dans la corbeille de l'Alliance. Quels sont les pays qui pourront et voudront. La France a montré une attitude souveraine au Mali. C'est une réponse. Mais tous les pays de l'Alliance ne peuvent avoir la même démarche. C'est ce qu'on prépare au travers de la smart defence à l'OTAN et du pooling and sharing de l'Union européenne. On travaille avec l'Agence européenne de défense pour mettre en place des synergies. "

 

Afghanistan

 

" Nous sommes en train de faire un tour de force extraordinaire avec la formation de l'armée nationale afghane. Certes, on ne peut pas être hyper optimiste. Il reste d'énormes problèmes, les forces d'opposition sont toujours très fortes. D'un autre côté, il y a des progrès. On donne une chance à ce pays, à la paix. On réfléchit au rôle des forces alliés, 50 pays bien au-delà de l'OTAN, pour le futur. Quel niveau de forces garde-t-on ? Il faut assurer une continuité pour ne pas perdre tous les bénéfices. Nos pays partenaires sont prêts à continuer. "

 

Mali

 

" J'ai d'abord ressenti la fierté d'être français dans un pays qui peut décider une action pareille et a les moyens adaptés même s'il faut les moderniser. Cette très belle action illustre aussi l'importance de la coopération internationale qui a apporté plus qu'un complément, mais un véritable soutien militaire. "

 

Syrie

 

" L'OTAN n'intervient dans la gestion des crises que si on lui demande et en vertu d'engagements internationaux. En revanche, l'OTAN a un devoir de protection de ses alliés. C'est ce qu'on fait en Turquie avec le déploiement de batteries américaines et néerlandaises de missiles Patriot. "

 

Projet Joint ISR (intelligence, surveillance et reconnaissance)

 

Le général Paloméros a évoqué le projet otanien Joint ISR de surveillance combinée, basé entre autres sur le développement de drones AGS (Alliance Ground Surveillance), basé sur le Global Hawk HALE (haute altitude, longue endurance) de la firme américaine Northrop Grumman.

 

" Les informations de ces systèmes seront précieuses avec radar aéroporté, informations par tout temps et résolution assez précise pour donner du renseignement. Le centre opérationnel au sud de la Sicile (Sigonella) permettra de surveiller le bassin méditerranéen. Ce ne sera pas le seul. Ce projet AGS est un pilier mais pas l'unique. La France et la Grande-Bretagne proposent une autre composante drone. On peut récuser les moyens mais à un moment, il sont tellement évidents (allusion de l'ancien CEMAA au retard français en matière de drones...). Il faut aussi intégrer dans ce programme les avions de patrouilles maritimes, les capacités satellitaires, la reconnaissance à distance, les capacités humaines... "

 

L'avenir de l'Alliance atlantique

 

" Je viens de présenter à Bruxelles une analyse stratégique pour le futur, une réflexion entre les pays membres, les organisations internationales, pas otano-centrée. L'axe de travail de demain, ce sont les forces connectées comme je l'imagine.

 

Comment faire prendre conscience à nos peuples ce qu'est l'Alliance et ce qu'elle peut apporter à la sécurité collective ? Nos sociétés vivent peut-être dans le sentiment d'une paix durable et éternelle, qui me semble être un mythe. "

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:55
L'Innovation Permanente (Colloque CESM)

18/09/2013 CESM

 

Retrouvez ci-dessous le compte-rendu intégral du colloque du 27 juin 2013. Les interventions des experts ne sont en revanche pas reproduites. Toute opinion exprimée n'engage que son auteur. 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:45
C-17 Globemaster III at Singapore Airshow - photo Boeing

C-17 Globemaster III at Singapore Airshow - photo Boeing

18 September 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

Boeing officials have confirmed that the Algerian air force is interested in acquiring transport and tanker aircraft, with a request for proposals (RFP) possible in the coming months. Earlier this year Algeria evaluated the C-17 and A330 MRTT but the country is also interested in surveillance and rotary wing aircraft.

 

Algeria in April this year undertook trials of the Boeing C-17 Globemaster III strategic airlifter and the following month evaluated the Airbus Military A330 MRTT (Multi-Role Transport Tanker). Paul Oliver, Vice President - Middle East and Africa, International Business Development at Boeing Defence, Space and Security told defenceWeb that Algeria is also interested in intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) assets and has asked Boeing about its ScanEagle small unmanned aerial vehicle (UAV) and airborne early warning and control (AEW&C) platform.

 

While Algeria has not specified how many C-17s it would like to acquire, Oliver estimated the number at four to six aircraft. He said that for the Algerian demonstration earlier this year, Boeing leased a US military aircraft and flew it at several different locations over a few days, covering most of the aircraft’s flight envelope.

 

Unofficial sources say a C-17 from the US Air Force’s 446th Airlift Wing at McChord Air Force Base in Washington was seen at the Tamanrasset test centre on April 22.

 

Boeing confirms Algerian interest in tankers, transports

Algeria evaluated a Royal Air Force Airbus Military A330 MRTT in May and is reportedly interested in acquiring around three to replace its Ilyushin Il-78 Midas tankers. The timeline for their replacement is not clear – when Oliver told the Algerians that the Boeing KC-46 tanker would only be available for demonstrations in 2018, he said they were happy with that date.

 

No RFPs have yet been forthcoming from Algeria, but Oliver said he was confident that they would be issued either later this year or early next year. He added that Algeria is seen as a key market for the company.

 

Dennis Muilenberg, President and CEO of Boeing Defence, Space and Security agreed that Algeria is a key future market place for Boeing. He said the Algerians expressed interest in mobility as they are looking for aircraft to move cargo and provide humanitarian assistance. Consequently, Boeing sees opportunities in products like the C-17 and rotorcraft, such as the CH-47 Chinook. At the moment Boeing is trying to understand Algeria’s needs and infrastructure and is at the initial discussions stage.

 

Guy Martin is in the United States as a guest of Boeing.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:45
Spain arrests Ceuta man accused of sending fighters to Syria

17 September 2013 defenceWeb (Reuters)

 

Spain arrested a man in its North African enclave of Ceuta on Monday accused of recruiting fighters for rebel groups in Syria's civil war, the Interior Ministry said in a statement.

 

Spanish authorities said the man led a group that has sent dozens of people to Syria, including minors, from Ceuta and cities around Morocco.

 

"His name is Yassin Ahmed Laarbi, who was a fugitive and wanted by the High Court for belonging to a terrorist organization," the statement said.

 

Spain arrested eight members of the group in June in Ceuta. Laarbi eluded capture at the time.

 

Spanish officials accused the group of sending fighters to an arm of al Qaeda in Syria and said some of the recruits took part in suicide attacks and others had joined training camps.

 

The United Nations says more than 100,000 people have died in the Syrian conflict since March 2011.

 

Islamist fighters, including veterans of wars in Iraq, Afghanistan, Chechnya and Libya, have joined the rebels with the aim of toppling President Bashar al-Assad.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:40
Russian Army to induct AK-12 assault rifles in 2014

18 September 2013 army-technology.com

 

The Russian Army will induct modified version of new Kalashnikov AK-12 assault rifle along with several other small arms into operational service next year, a senior government official has revealed.

 

Military-Industrial Commission deputy chairman, Oleg Bochkarev, said in an interview with Echo Moskvy radio that: ''In 2014, the Russian Army will start receiving new assault rifles, handguns, machine guns and sniper rifles, including 5.45-mm and 7.62-mm variants of the Kalashnikov AK-12 assault rifle.''

 

An upgraded variant of the Russian Army's Soviet-era 5.45mm calibre AK-74 Kalashnikov series, AK-12 is capable of firing foreign-standard barrel-mounted grenades in three different modes, including single shot, three-shot burst and automatic fire.

 

Rolled out by its manufacturer, Izhmash in January 2012, the rifle retains almost all the AK-74's features and overall layout, with enhanced technology and features a folding stock, height-adjustable heelpiece, as well as Picatinny rails to support attachment of optical and night-sights, grenade launchers, target indicators and other special equipment.

 

Configurable for cartridges varying from 5.45mm x 39mm to 7.62mm x 51mm Nato standard, the rifle is also designed to serve as a basic platform for development of AK-12U carbine, PPK-12 submachine gun, SVK-12 sniper rifle RPK-12 light machine gun and several other export versions.

 

Also known as AK-200, the tactically flexible assault rifle however, demonstrated technical faults during its preliminary trials, which were carried out by the Russian central arms testing body, Tochmash, in November 2012.

 

The state acceptance trials of the rifle are scheduled to commence in later in 2013, with serial production planned by the end of the year.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:30
Dans le sud du Liban, les soldats français de la Finul restent en alerte

18.09.2013 Hélène Sallon (Dayr Kifa, Liban, envoyée spéciale) – LeMonde.fr

 

Une carte plastifiée du sud du Liban à la main, le maréchal des logis Antoine indique à ses hommes le parcours, tracé en vert, de la patrouille du jour. Pendant trois heures, samedi 14 septembre, cette unité de l'escadron d'éclairage et d'investigation du contingent français de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) doit sillonner, avec les Forces armées libanaises, les paysages vallonnés environnant la base de Dayr Kifa.

 

La zone en question, au cœur des fiefs du mouvement chiite du Hezbollah, a servi pour le lancement de roquettes lors de la guerre de l'été 2006 entre le Hezbollah et Israël. Conformément à la résolution 1701 du Conseil de sécurité, la surveillance de la zone vise à empêcher la reprise des hostilités et le réarmement des groupes armés, et à appuyer le déploiement d'une brigade libanaise entre le fleuve Litani et la ligne bleue de cessez-le-feu.

 

Avant que le convoi de véhicules blindés légers, aux couleurs de l'ONU, ne s'engage sur ces routes de crête, jalonnées des drapeaux jaune et vert du Hezbollah et du parti chiite Amal, les consignes sont données. "La situation en Syrie peut nous affecter à tout moment. Prenez cela en compte", intime le chef de patrouille à ses huit hommes.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:30
Promis, juré: pas de postes de tir Milan pour les insurgés syriens!

18.09.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

On ne trouvera (presque) personne, dans les armées, pour affirmer que des postes de tir de missiles Milan (standard F1, c'est important) ont été "réquisitionnés" dans différentes unités. Au mieux, sera confirmée l'existence d'une note de service précisant que des postes de tir (une dizaine au moins) devaient être rassemblés et destinés aux troupes françaises en opex.

 

Que ces armes aient pu prendre une route tortueuse et atterrir en Syrie sera donc ausii catégoriquement qu'officiellement démenti.

 

Pourtant, les rebelles syriens qui ont capturé des missiles Milan (88, par exemple, en avril, dans une caserne d'Alep) mais pas leurs postes de tirs, auraient bien besoin de ce coup de pouce. Ils disposent certes déjà de quelques postes de tir (des F1 pris sur l'armée du régime et des F2 livrés par le Qatar, que l'on ne peut pas confondre avec le système chinois HJ-8), mais pas en nombre suffisant.

 

Dommage que l'on ait donc envoyé vers le Mali et l'Afghanistan des matériels anciens destinés à nos troupes dont l'activité opérationnelle nécessite de moins en moins l'usage de telles armes.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:30
Hassan Rouhani meeting with Russian President Vladimir Putin in Bishkek, 13 September 2013

Hassan Rouhani meeting with Russian President Vladimir Putin in Bishkek, 13 September 2013

MOSCOU, 18 septembre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis mettront à l'épreuve la volonté du nouveau président iranien Hassan Rohani de mener un dialogue ouvert avec Washington, a déclaré le président américain Barack Obama.

 

"Certains signes montrent que le nouveau président [iranien Hassan] Rohani est disposé à un dialogue avec l'Occident et les Etats-Unis, un cas sans précédent. Nous devons dès lors vérifier ce fait", a déclaré le président dans une interview à la chaîne hispanophone Telemundo.

 

"Actuellement, il y a de la place pour la diplomatie. J'espère que les Iraniens ne rateront pas cette opportunité", a ajouté le dirigeant américain.  

 

Dimanche, le président Obama a annoncé avoir échangé des missives avec son homologue iranien et qu'il souhaitait profiter du potentiel de Téhéran pour stabiliser la situation en Syrie.

 

Lundi, le quotidien britannique Guardian a rapporté que la correspondance en question datait du début septembre. Le journal a ensuite supposé qu'une rencontre entre les dirigeants des deux pays, la première depuis 1979, pourrait avoir lieu en marge de l'Assemblée générale de l'Onu qui s'est ouverte le 17 septembre.

 

Téhéran a toutefois démenti ces affirmations, précisant qu'aucun entretien avec les officiels américains n'était programmé.

 

Washington et Téhéran ont rompu leurs relations diplomatiques le 7 avril 1980, après la victoire de la Révolution islamique.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 17:20
Meritor unveils systems to enhance military vehicle maneuverability

TROY, Mich., Sept. 18 (UPI)

 

Meritor Inc., an advanced engineering company, is touting two new electronic systems it says improve the mobility of military vehicles in all terrains.

 

The systems are SmartFlow Central Tire Inflation System and DriveCommand Drivetrain Control for customized tire pressure and drivetrain management through mud, sand and snow, on highways and cross-country terrain.

 

SmartFlow automatically monitors and adjusts tire inflation as needed with a single pneumatic control unit.

 

"Both systems improve vehicle performance for warfighters in extreme conditions because drivers can easily control tire pressure, differential locking and transfer case positioning," said Tim Burns, Meritor's vice president, North America. "Our engineering investment in developing these two electronic systems extends our defense product line to include wheel valves and electronics."

 

The U.S. Army and Marine Corps are expected to be first-time users of the systems, which can be integrated into any military vehicle with an onboard air compressor.

 

Both systems will be on display later this month at the Modern Day Marine defense tradeshow at Quantico Marine Corps Base in Quantico, Va.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories