Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 11:30
Israel deploys Iron Dome system near Jerusalem

September 9th, 2013 defencetalk.com (AFP)

 

Israel deployed its Iron Dome missile defence system near Jerusalem Sunday, an AFP correspondent said, as the United States lobbied for domestic and international support for military strikes against Syria.

 

The correspondent said the battery was set up west of the city.

 

A military spokeswoman would not comment on the deployment, saying only that “defence systems are deployed in accordance with situation assessments.”

 

Late last month a battery of the mobile system was set up in the greater Tel Aviv area, pointing northwards towards Syria. Israeli media have reported that six or seven such batteries are currently in use.

 

Speaking at a cabinet meeting on Sunday, Prime Minister Benjamin Netanyahu called Israel “an island of tranquillity, quiet and security” amidst “the storm raging around us”, without explicitly mentioning Syria or its ally Iran.

 

In previous weeks Netanyahu has repeatedly said Israel was not involved in the war in Syria, but would “respond with force” if anyone attacked it.

 

The Israeli line on Syria was reiterated in remarks by Defence Minister Moshe Yaalon later Sunday.

 

“We are not involved in the civil war in Syria unless our interests are compromised,” he said at a counter-terrorism conference in Herzliya, north of Tel Aviv.

 

“We are preparing for the ramification of action — or inaction — in Syria,” he continued.

 

“To our understanding, our neighbours, especially the Syrian regime, understands that whoever challenges us will encounter the power of the IDF (Israeli military), and we are preparing for that.”

 

Yaalon noted that “we held a security assessment today”, and the bottom line was that Israel was not reverting to a heightened level of alert in the wake of the developments in and regarding Syria.

 

There are fears that if the United States and its allies attack Syria, forces of Syrian President Bashar al-Assad or its Lebanese Hezbollah proxies could retaliate against neighbouring Israel, Washington’s key ally in the region.

 

Late last month, Iran’s army chief of staff General Hassan Firouzabadi warned: “Any military action against Syria will drive the Zionists to the edge of fire.”

 

US President Barack Obama’s administration is seeking to shore up support both at home and abroad for limited military strikes against Syria in retaliation for what it says is the regime’s use of chemical weapons in a Damascus suburb.

 

In Washington, Congress is due to begin full debate this week on whether to approve Obama’s plans when it returns from its summer break on Monday.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 11:20
Le drone Predator de General Atomics en version lisse photo General Atomics

Le drone Predator de General Atomics en version lisse photo General Atomics

6 septembre Aerobuzz.fr

 

General Atomics améliore encore son drone « Predator ».

 

Cette fois, le constructeur américain installe sous son drone un démonstrateur de brouilleur de nouvelle génération signé « Northrop Grumman ». L’appareil volant ainsi équipé était destiné à valider l’utilité d’un engin sans pilote pour les missions de brouillage offensif des radars et des communications. A terme, les forces américaines vont remettre à plat leur doctrine en matière de guerre électronique. Dans ce cadre, le drone ainsi équipé pourrait être utilisé en conjonction avec des vecteurs pilotés pour neutraliser les moyens de défense adverses de dernière génération ainsi que les centres de coordination et de commandement.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 10:55
La crise syrienne s'invite à l'Université d'été de la Défense

09.09.2013, leParisien.fr

 

La Syrie et le débat sur une action armée contre le régime de Bachar al-Assad devraient être au centre des discussions de la 11e Université d'été de la Défense, qui réunira plusieurs centaines de parlementaires et de spécialistes du secteur lundi et mardi à Pau.

 

Centrée initialement sur la Loi de programmation militaire (LPM), discutée cet automne au Parlement, la réunion s'ouvrira le jour même où le Congrès américain, qui doit débattre d'éventuelles frappes contre le régime syrien, fera sa rentrée.

 

En France, la classe politique s'est montrée divisée sur une participation à une coalition conduite par les Etats-Unis pour "punir", selon le mot du chef de l'Etat, le régime syrien après l'attaque chimique du 21 août près de Damas, qui lui est imputée. Des divisions qui vont au-delà des clivages traditionnels, une partie de l'opposition de droite et du centre, mais aussi la gauche de la gauche, s'opposant à une intervention française hors du cadre strict de l'ONU.

 

Le débat entamé mercredi au Parlement devrait se poursuivre à Pau (Pyrénées-Atlantiques), où Jean-Yves Le Drian s'exprimera mardi en clôture des travaux.

 

Le ministre de la Défense s'est entretenu ces derniers jours avec ses principaux homologues européens pour les sensibiliser "à la nécessité d'une sanction ferme" contre le régime syrien. Les Européens n'en restent pas moins réticents, voire hostiles, à une intervention armée en Syrie.

 

L'outil de défense au centre du jeu politique et diplomatique

 

Huit mois après le début de l'intervention française au Mali, les parlementaires tireront les enseignements de l'opération Serval. Succès militaire, mais qui a révélé les lacunes des armées, notamment dans le domaine logistique et le renseignement.

 

La LPM 2014-2019 reste l'un des thèmes majeurs de ces rencontres, au moment où démarre le parcours parlementaire du projet de loi, avec l'audition en commission des principaux responsables de la défense.

 

Lors de l'élaboration du Livre blanc, début 2013, puis de la LPM, députés et sénateurs, toutes tendances politiques confondues, ont été en pointe pour défendre les crédits de la défense et préserver les ambitions stratégiques de la France.

 

Après l'intervention en Libye en 2011, l'opération au Mali, puis la crise syrienne, ont en effet replacé l'outil de défense au centre du jeu politique et diplomatique. Le thème de la séance du mardi, "Ressources comptées, stratégies contraintes ?", résume l'inquiétude des parlementaires sur le maintien des capacités militaires de la France.

 

Discussions attendues également autour des industries de défense - l'un des rares secteurs français exportateurs - dont le ministre a fait l'une de ses priorités. Une réflexion sur les liens entre les secteurs public et privé en matière de cyberdéfense et de protection des systèmes informatiques complètera le volet économique.

 

Avant le Conseil européen qui doit être consacré en décembre à la défense, une quarantaine de responsables politiques et militaires des pays de l'UE, mais aussi des Etats-Unis, du Brésil ou de l'Otan sont attendus lors de ces rencontres.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 07:50
photo Israel Aerospace Industries

photo Israel Aerospace Industries

08.09.20113 Youval Barzilaï - israelvalley.com

 

Dans le cadre de son programme d’armement 2015, l’armée Suisse projette d’acquérir six avions sans pilote pour un montant de 300 à 400 millions de francs. Le Heron 1 d’Israël Aerospace Industries et le Hermes 900 d’Elbit Systems ont été présélectionnés par les experts du Département fédéral de la défense et d’Armasuisse, qui décideront en 2014.

 

ISRAELVALLEY PLUS (ARCHIVES MAI 2011.)
La Suisse va acquérir six drones d’un coût de 300 à 400 millions de francs. Armasuisse choisira son prochain drone entre deux modèles israéliens. Israeli Aerospace Industries LTD et Elbit Systems sont les deux dernières entreprises sur neuf restées en lice pour remplacer les ADS 95 qui arrivent en fin de course après 12 ans d’exploitation.

 

Les deux constructeurs doivent soumettre d’ici Août 2012 une offre détaillée, a indiqué lundi Armasuisse dans un communiqué. Les tests porteront sur les avions sans pilote de type Hermes 900 de la société Elbit et Heron 1 de l’entreprise Israeli Aerospace Industries dans la deuxième moitié 2012. Le choix définitif se fera en 2014.

 

La Suisse compte acquérir 6 drones pour un coût compris entre 300 et 400 millions de francs. Cette somme inclut les aéronefs, la formation, la maintenance et l’entraînement, a précisé Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’armasuisse. Les appareils doivent être livrés en 2015.

 

L’actuel drone ADS 95 est utilisé par l’armée mais sert aussi à d’autres autorités comme les gardes-frontière et la police.

 

ISRAELVALLEY PLUS


Pour la surveillance aérienne du champ de bataille, Israël mise bien évidemment sur les nombreux types de drones qu’elle a développé. Véritable précurseur en la matière, l’Etat hébreu a inspiré de nombreuses armées étrangères. De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par la Géorgie et le Cachemire, il n’est pas de théâtre d’opérations où les avions sans pilote israéliens ne soient pas engagés.

 

Dans ce domaine de l’aéronautique, Israël représente le seul concurrent sérieux des Etats-Unis, notamment des constructeurs General Atomics et Northrop Grumman, qui développent les appareils Predator et Global Hawk. Sur le plan commercial, les drones constituent également le système que les Israéliens exportent le mieux. Pour preuve, la société Elbit Systems, via sa filiale Silver Arrow, inonde le marché mondial de ses Hunter, Hermes, Heron et autres dérivés de drones développés en partenariat avec l’Union européenne.

 

En l’espace d’une décennie, outre les Etats-Unis et les pays européens comme la France, Israël a su vendre son savoir-faire aux quatre coins de la planète : Brésil, Mexique, Australie, Nigéria, Corée du Sud, Inde, etc. Ces contrats rapportent chaque année des centaines de millions de dollars à l’Etat hébreu. Et comme souvent lorsqu’il s’agit d’armements, les affaires s’accommodent étrangement de la réalité géopolitique. En avril 2010, la Russie a ainsi fait part de son intention d’acquérir une cinquantaine de drones auprès d’Israël : Bird-Eye 400, I-View MK150 et Searcher MK II. Ce type d’appareil avait pourtant été vendu à l’armée géorgienne juste avant que celle-ci ne déclenche son offensive en Ossétie du Sud.

 

Cette omniprésence israélienne sur le marché des avions sans pilote n’est pas née du hasard. Au début des années 1970, les Israéliens sont les premiers à concevoir une nouvelle génération de drones ne se limitant pas seulement à être programmés sur des cibles, mais télécommandables à distance. Pendant la guerre de Kippour, l’utilisation massive de missiles sol-air SAM par les armées arabes anéantit 40% de l’aviation israélienne et démontre la nécessité d’élaborer un outil de renseignement en temps réel, en mesure de protéger la vie des pilotes. Le Mastiff fut le tout premier drone produit par l’industrie aéronautique israélienne. Très rapidement, l’aviation de Tsahal comprend l’intérêt tactique d’une telle technologie et lance plusieurs programmes de développement.

 

En 1982, les drones israéliens sont pour la première fois engagés massivement sur le champ de bataille. Au cours de l’offensive terrestre menée au Sud-Liban contre les bases de l’OLP, ces appareils font étalage de leur efficacité en détruisant les 28 sites de missiles SAM déployés par la Syrie. Cette performance bouleverse les doctrines militaires de l’époque. L’armée américaine ne tarde pas à suivre l’exemple en s’associant durablement à Israel Aircraft Industries (IAI). Dans les années 1990, les avions sans pilote Pionneer et Hunter font leur apparition dans la guerre du Golfe, puis en Libye, au Kosovo et en Serbie. Plus récemment, ces drones se sont montrés décisifs lors de la bataille de Falloujah contre les insurgés irakiens et servent régulièrement à déloger les Talibans des provinces afghanes. Avec les drones, tout un éventail d’applications a vu le jour dans le domaine de la défense : drones espion, bombardier, leurre, radar, transmission, cartographie, etc. Ces avancées militaires ont naturellement généré de nouveaux concepts civils2. La technologie d’avions sans pilote israélienne a permis de lancer de nombreuses initiatives comme la surveillance du trafic routier et des frontières, la météo, la lutte contre les incendies de forêts ou les réseaux de transmission téléphoniques.

 

L’utilisation d’avions sans pilote est aujourd’hui devenue indispensable pour toute force armée engagée sur un front. Au sein de Tsahal, le drone le plus utilisé actuellement est le Heron. Avec une charge utile de 300 kilos pour une longueur de 17 mètres, cet appareil sert notamment à la surveillance de la bande de Gaza et des zones chiites du Sud-Liban. Sa version améliorée, appelée Heron TP ou Eitan, peut emporter jusqu’à 700 kilos de charge. Illustration de leur rôle croissant dans les opérations, le temps de vol des drones israéliens a décuplé depuis la deuxième guerre du Liban, passant de 4176 heures par an en 2006 à près de 15.000 heures en 2008.

 

Dernièrement, les unités d’infanterie israéliennes ont toutes été équipées du micro-drone Skylark, développé par Elbit. Ce système portatif permet de sécuriser la progression de fantassins engagés dans des combats en zone urbaine. A l’instar du Skylark, d’autres modèles appartenant à la génération des mini-drones sont devenus opérationnels. Produit de l’IAI, le Mosquito est utilisé pour couvrir la progression des unités combattantes en position avancée. Il dispose de caractéristiques impressionnantes : une envergure de 13 centimètres et un poids variant entre 250 et 500 grammes selon les modèles. Seul handicap : sa portée de 1500 mètres oblige une utilisation limitée et ciblée. D’autres drones de petite dimension sont également utilisés pour surveiller les Territoires palestiniens. L’un d’entre eux, Birdy, 1,3 kilo, dispose d’une portée de 5 kilomètres et peut être facilement manipulé par un seul soldat. Légèrement plus lourd, le mini-drone Spy There peut effectuer des missions sur un rayon de 10 km.

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 07:40
Russia Puts Submarine Trials on Hold After Bulava Failure

MOSCOW, September 7 (RIA Novosti)

 

Russia has put trials of two nuclear subs on hold following an unsuccessful launch of a Bulava submarine-launched ballistic missile (SLBM) on Friday, a Russian defense ministry spokesman said on Saturday.

“The day before, a Bulava SLBM was fired toward the Kura test site in Kamchatka [in Far East] during state trials of the Alexander Nevsky nuclear-powered submarine in the White Sea,” the spokesman told journalists, adding that the rocket experienced a malfunction in one of its systems on the second minute of the flight.

Russian Defense Minister Sergei Shoigu ordered to halt state trials of the Borey-class Alexander Nevsky and the Vladimir Monomakh submarines, designed to carry Bulava, and to hold five additional launches of the troubled SLBM, the spokesman said.

A state commission led by the Russian Navy Commander Adm. Viktor Chirkov will investigate the reason for the unsuccessful launch.

The Alexander Nevsky submarine was expected to be handed over to the Navy on November 15, while the other Borey-class sub, the Vladimir Monomakh, will join the fleet in mid-December, Russia’s Sevmash shipyard chief Mikhail Budnichenko said in early July.

However, the commissioning of both of those submarines depends on the success of the Bulava test launch. The spokesman did not elaborate on how the failure would affect the schedule.

The three-stage Bulava carries up to 10 MIRV warheads, has a range of over 8,000 kilometers (5,000 miles) and is designed for deployment on Borey-class nuclear submarines.

With Friday’s failure, eight of 19 or 20 test launches of the troubled Bulava have been officially declared unsuccessful. However, some analysts suggest that in reality the number of failures is considerably higher.

Despite several previous failures officially blamed on manufacturing faults, the Russian military has insisted that there is no alternative to the Bulava.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 07:40
Russian Armata Tank to Enter Testing in November

MOSCOW, September 7 (RIA Novosti)

 

The prototype of Russia’s next generation Armata main battle tank is ready for testing, which will begin by November, the head of the Russian Tank Forces said Saturday.

 

“The prototypes will be unveiled soon at an exhibit in Nizhny Tagil, and their tests will kick off within a month or two, I believe,” Lt. Gen. Alexander Shevchenko said on Echo Moskvy radio.

 

The biannual Russian Arms Expo will run in the Urals city in September 25-28 this year. Deputy Prime Minister Dmitry Rogozin said in July that the country’s leadership will get a sneak preview of the new tank during the arms fair.

 

An unmanned version of the Armata main battle tank is also on the cards, Shevchenko said.

 

Armata is a universal combat platform that is to be utilized for production of various armored vehicles. Shevchenko said on Friday that prototypes are already created for an Armada-based main battle tank, heavy infantry fighting vehicle and armored recovery vehicle.

 

The combat platform, named after a 14-century Russian cannon, is being designed since 2009 by the state-run corporation Uralvagonzavod, headquartered in Nizhny Tagil.

 

Armata-based vehicles will be a match for their existing NATO counterparts and even excel them in certain areas, Shevchenko said Friday, without elaborating.

 

Not much is known about the upcoming Armata battle tank, tentatively scheduled to enter military service in the Russian army in 2015. Media reports and military officials said earlier said that its turret would be unmanned, with three-man crew residing in the better protected chassis area, and that the main gun may utilize either shells or missiles.

 

Shevchenko also said Saturday that all standing alert units of the Russian army will switch to two types of main battle tanks – the T-72 and the T-90 – by early 2015. The move will complete the tank unification program in the Russian military, which utilized 40 models of 10 different battle tanks in 2008, he said.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 07:35
Le laboratoire de recherches nucléaires de Yongbyon - GeoEye Satellite Image

Le laboratoire de recherches nucléaires de Yongbyon - GeoEye Satellite Image

MOSCOU, 8 septembre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont élaboré un programme conjoint pour contrer la menace nucléaire nord-coréenne, rapporte dimanche l'agence d'information Yonhap citant une source au sein du gouvernement sud-coréen.

 

"La mise au point d'un document détaillant les démarches prévues par les Etats-Unis en vue du déploiement d'un "parapluie nucléaire" témoigne de la détermination à résister à la menace nucléaire émanant de la Corée du Nord", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Le programme en question a été élaboré au cours des dix derniers mois. Le document devrait être signé lors d'une réunion des ministres de la Défense des deux pays prévue le 2 octobre prochain.

 

D'après Yonhap, le document comprend la description des mesures politiques, diplomatiques et militaires destinées à mettre en place un "parapluie nucléaire" sur la péninsule coréenne.

 

La Corée du Nord s'est proclamée puissance nucléaire en 2005 avant de mener en 2006, en 2009 et en 2013 des essais nucléaires souterrains qui ont provoqué de vives protestations de la communauté internationale. Début juin, les médias ont fait savoir que le régime de Pyongyang envisageait de reprendre la production de plutonium à usage militaire dans une installation nucléaire de Yongbyon.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 07:30
La Turquie dépêche des avions de combat vers la frontière syrienne

ANKARA, 8 septembre - RIA Novosti

 

Six avions militaires turcs F-16 ont été dépêchés dimanche vers la frontière syrienne en mission de reconnaissance, rapporte le journal turc Sabah.

Les F-16 stationnés dans la province de Diyarbakir (sud-est) ont pour mission de détecter des déplacements le long de la frontière. Selon le quotidien, les pilotes des avions sont autorisés à ouvrir le feu en cas de nécessité.

Dans l'attente d'une éventuelle intervention militaire en Syrie voisine, Ankara renforce les mesures de sécurité à la frontière turco-syrienne. A l'heure actuelle, 15.000 soldats de l'armée de terre turque, environ 450 chars et véhicules blindés, ainsi que plus de 150 mitrailleuses lourdes ont été transférés vers la région

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 07:30
President Obama meets in the Situation Room with his national security advisors to discuss strategy in Syria on Aug. 31. (photo Pete Souza White House)

President Obama meets in the Situation Room with his national security advisors to discuss strategy in Syria on Aug. 31. (photo Pete Souza White House)

05.09.2013 Maya Kandel chargée d'études à l'Irsem
 

Théorie et pratique des pouvoirs de guerre aux Etats-Unis

 
Pour la première fois, une intervention militaire française dépend d’un vote du Congrès américain.
 

Cet appel au Congrès est également une première pour le président Obama, qui n’a pas demandé l’aval des parlementaires avant l’opération libyenne de 2011, ni pour les centaines d’assassinats ciblés par drones ordonnés depuis le début de sa présidence. Pour ces dernières, Obama a toujours invoqué l’autorisation très large de lutte contre Al Qaida et ses affiliés votée après les attentats du 11 septembre 2001. Dans le cas libyen, l’argumentation présidentielle a été plus tortueuse, invoquant le fait que les Etats-Unis n’étaient pas engagés dans des « hostilités » au sens de la loi sur les pouvoirs de guerre puisque Washington avait retiré ses forces de combat après 10 jours, laissant les alliés en première ligne et se cantonnant à un rôle de soutien et à l’emploi de ses drones.

 

Suite de l'article sur La Voie de l'Epée

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 07:30
A la Casse : Tsahal Vend 800 tonnes de Munitions et des Canons

08.09.2013 Dan Assayah (Tel-Aviv) - israelvalley.com

 

Tsahal fait des économies et le fait savoir. Pourquoi garder de vieux stocks d’armes et des canons qui ne servent plus à rien? L’arméee israélienne a donc décidé de vendre ses armes dépassées et inutiles à des recycleurs. Au total l’armée devrait récupérer ainsi autour de 2 millions de dollars. Un appel d’offres va être lançé dans les prochains mois.

 

Ynet : "The Defense Ministry will publish in coming days a unique tender selling used and old armory for metal recycling. According to the planned outline, the IDF is planning to sell between 660 and 800 tons of ammunition, which is expected to result in nearly NIS 7,000,000 ($1,800,000) in income.

 

According to the Defense Ministry, the IDF holds hundreds of tons of unusable ammunition from small arms and smaller cannon shells in diameter of between 0.22 to 40 millimeter. The new Defense Ministry Director-General Major-General (res.) Dan Harel, who assumed his role earlier this month, decided to sell the used armory to a recycling agent as it is out of use and taking up unnecessary space in IDF bunkers".

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 07:20
Un site internet pour se souvenir du Débarquement de Normandie

06/09/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Ce vendredi 6 septembre a été lancé un site internet officiel du 70e anniversaire du Débarquement de Normandie du 6 juin 1944, à neuf mois des célébrations prévues pour commémorer le D-Day, ont annoncé l’État français et la région Basse-Normandie.

 

En 1944, des hommes du monde entier (Américains, Britanniques, Canadiens, Norvégiens, Danois, Néerlandais, Polonais, Australiens, Belges, Français) sont venus en Normandie pour combattre le nazisme et rétablir la paix et, en juin 2014, la Normandie sera à nouveau sous les feux de l’actualité.

Les célébrations internationales du 70e anniversaire du D-Day se tiendront le 6 juin 2014 sur la plage de Sword, près de Ouistreham (Normandie, nord-ouest), l’une des cinq plages du Débarquement avec Utah, Omaha, Gold et Juno.

«Le 70e anniversaire du débarquement de Normandie sera un moment exceptionnel de rassemblement, de partage et de transmission», a déclaré à ce propos le ministre français des Anciens Combattants, Kader Arif, sur le site officiel lancé aujourd’hui, soulignant que «La Normandie accueillera sur son sol, 70 ans après, les représentants des pays venus libérer la France et porter un message d’espoir à toute l’Europe.».

De passage à Ottawa cette semaine, le ministre français avait aussi déclaré que «Le peuple et le gouvernement français sont profondément reconnaissants aux forces canadiennes et alliées qui ont défendu la liberté de la France non pas une, mais bien deux fois en un siècle. La France accueillera un grand nombre de délégations internationales en 2014, et je veillerai personnellement à ce que les vétérans de partout au monde, les jeunes, les autres visiteurs, sans oublier les dignitaires reçoivent le meilleur accueil possible.»

 

L’Internet pour se souvenir

Les activités de commémoration entourant ces anniversaires importants se dérouleront sous les thèmes du patrimoine, de l’engagement et… de la jeunesse, apprend-on d’ailleurs dans une déclaration avait été signée plus tôt cette année pour renouveler l’engagement du Canada et de la France de commémorer, entre 2014 et 2020, des anniversaires militaires importants de la Première et de la Seconde Guerres mondiales.

Le nouveau site internet officiel du 70e anniversaire du Débarquement de Normandie, dont l’axe principal est la transmission en inscrivant la mémoire de cet événement dans la conscience des jeunes générations, s’adressera donc aux jeunes afin de les sensibiliser à cet épisode de l’histoire.

C’est la première fois qu’un site officiel est créé pour rassembler l’essentiel des informations autour d’un anniversaire décennal du Débarquement.

Le site est actuellement disponible en français et en anglais et devrait l’être bientôt en 9 autres langues.

Depuis aujourd’hui, 9 mois jour pour jour avant la cérémonie internationale sur la plage de Sword, «le site officiel du 70e anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie offre [...] aux visiteurs et professionnels du monde entier, une mine d’informations autour du 70e» et, grâce à l’Internet, se perpétue le souvenir.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:55
Antonov An-30B

Antonov An-30B

MOSCOW, September 9 (RIA Novosti)

 

Russian military inspectors will begin monitoring flights over France starting on Monday under the international Open Skies Treaty, a Russian Defense Ministry official said.

 

Experts from Russia will be conducting flights on board of an Antonov An-30B aircraft between September 9 and 13, said Ruslan Shishin, acting head of the ministry’s National Nuclear Risk Reduction Center.

 

The Open Skies Treaty, which entered into force on January 1, 2002, established a regime of unarmed aerial observation flights over the territories of its 34 member states to promote openness and the transparency of military forces and activities. Russia ratified the treaty in May 2001.

 

It will be the 30th observation flights conducted by Russian military inspectors over the territories of the treaty member-states in 2013.

 

Each aircraft flying under the Open Skies program is fitted with optical, infra-red and radar sensors to gather imagery, which can be shared among all signatories to support the monitoring of compliance with arms control treaties.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:50
Eurofighter Typhoon Achieves 200,000 Flying Hours – 378 Aircraft In Service

September 8, 2013. David Pugliese - Defence Watch

 

News release from Eurofighter:

 

Eurofighter Typhoon has now achieved more than 200,000 flying hours since the entry-into-service of its worldwide fleet. Eurofighter Jagdflugzeug GmbH confirmed the milestone today adding that, with 719 aircraft on contract, 571 aircraft ordered and 378 aircraft delivered, the programme has “never looked stronger”.

 

Alberto Gutierrez, Chief Executive Officer of Eurofighter Jagdflugzeug GmbH, said: “This impressive milestone underlines the outstanding track-record of the Eurofighter Typhoon. Today, our congratulations go to all the air forces who have achieved this target, to more than 100,000 employees in Europe who are involved in the development manufacturing and supply chain as well as to all the 400 companies who support us on a daily basis with their know-how and competences. This is indeed a proud day for all of them and a landmark day for Europe’s largest defence programme.”

 

The CEO added: “Every day our aircraft are protecting the skies in Europe, the Middle East and even in the Southern hemisphere. They are on Quick Reaction Alert (QRA) duty 24 hours a day, 7 days a week. Eurofighter Typhoon is combat proven since the Libya operations and is now gaining considerable momentum – indeed the programme has never looked stronger. It has become the backbone of the Air Forces in the UK, Germany, Italy, Spain and Austria. When the chips are down, air chiefs want an aircraft that is versatile, reliable, resilient and cost-effective. Eurofighter Typhoon fulfills all of these requirements and the operational experiences gained during these flying hours have proven it.”

 

The first 5,000 flying hours were achieved in November 2005. 10,000 hours came in August  2006 and 20,000 in May 2007. By August 2008, the Eurofighter Typhoon fleet had surpassed 50,000 hours and 100,000 flying hours was reached in January 2011.

 

The global Eurofighter fleet now comprises 20 operating units with locations in Europe, the South Atlantic and the Middle East. Specifically there are: 7 units in the UK (4 in Coningsby, 2 in Leuchars and 1 in Mount Pleasant, Falkland Islands); 5 in Italy (2 in Grosseto, 2 in Gioia del Colle, 1 in Trapani); 3 in Germany (Laage, Neuburg and Nörvenich), as well as 3 in Spain (2 in Morón, 1 in Albacete) and one each in Austria (Zeltweg) and in the Kingdom of Saudi Arabia – all of them have contributed to the 200,000 flying hour total.

 

Background information:

 

Eurofighter Typhoon is the most advanced new generation multi-role/swing-role combat aircraft currently available on the world market. Seven nations (Germany, the United Kingdom, Italy, Spain, Austria, Saudi Arabia and Oman) have already ordered the Eurofighter Typhoon. With 719 aircraft under contract and 571 on order, Eurofighter Typhoon is currently the largest military procurement programme in Europe. Its high technology strengthens the position of European aerospace industry in the international market. The programme secures more than 100,000 jobs in over 400 companies. Eurofighter Jagdflugzeug GmbH manages the programme on behalf of the Eurofighter Partner Companies Alenia Aermacchi/Finmeccanica, BAE Systems and Cassidian in Germany and Spain, which are the most important aviation and aerospace companies in Europe with a turnover of about 126 billion euro (2012).

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:45
Dernière ligne droite pour le bataillon Elou

6 septembre 2013 eutmmali.eu

 

Depuis le 26 août, le bataillon malien « Elou » a entamé la dernière ligne droite de sa formation dispensée par les instructeurs européens d’EUTM Mali, avant l’exercice final de synthèse qui se déroulera du 10 au 12 septembre dans la région de Koulikoro. Cette phase d’entraînement de niveau ETIA (échelon tactique interarmes) a pour but de permettre aux soldats maliens de restituer les concepts et procédures appris au cours des semaines précédentes, au cours d’exercices impliquant la gestion de scénarios complexes.

 

L’un de ces exercices consiste à mettre en œuvre un check-point, émaillé par différents incidents (manifestations de civils, transport de belligérants blessés, présence d’individus au comportement suspect) destinés à évaluer les réactions des soldats maliens. L’un des domaines observés concerne la prise en compte des problématiques relatives au droit humanitaire international (traitement des blessés, proportionnalité de la riposte, respect de la dignité des personnes) dans les contraintes opérationnelles.

 

Last lap for the Elou battalion

 

Since August 26, the Malian “Elou” battalion entered the final step of its training by European instructors from EUTM Mali, before the final exercise which will take place from September 10 to 12 in the region of Koulikoro. This joint tactical level training phase is meant to allow the Malian soldiers to restore the concepts and procedures learned during the previous weeks, during exercises involving the management of complex scenarios.

 

One of these exercises is to implement a checkpoint, marked by various incidents (civilian demonstrations, transporting of wounded combatants, presence of individuals with a suspicious behavior) to assess the reactions of Malian soldiers. One of the areas observed is the consideration of issues related with international humanitarian law (treatment of wounded people, proportionate response, respect for the dignity of persons) in the operational constraints.

Dernière ligne droite pour le bataillon Elou
Dernière ligne droite pour le bataillon Elou
Dernière ligne droite pour le bataillon Elou
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:40
Exercices de l'Otan: la participation de navires russes possible en 2014

MOSCOU, 6 septembre - RIA Novosti

 

L'Otan n'exclut pas la participation de bâtiments de guerre russes à des exercices de l'Alliance en 2014, a annoncé vendredi Robert Pszczel, directeur du bureau d'information de l'Otan à Moscou.

 

"Il y a de fortes chances que des navires russes participent l'année prochaine à des exercices navals de l'Otan", a déclaré le diplomate polonais.

 

Selon lui, Saint-Pétersbourg accueillera du 10 au 14 octobre 2013 six bâtiments de l'Alliance battant pavillons de la Norvège, de l'Allemagne, du Danemark, des Pays-Bas et de la Pologne.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:40
Bulava launch - Photo Northern Fleet press service

Bulava launch - Photo Northern Fleet press service

MOSCOU, 7 septembre - RIA Novosti

 

La Russie a suspendu les tests d'homologation de deux sous-marins nucléaires, Alexandre Nevski et Vladimir Monomakh, suite à l'échec d'un tir d'essai du missile Boulava, a annoncé samedi le ministère russe de la Défense.

 

"Le sous-marin nucléaire russe Alexandre Nevski, qui passe des tests d'homologation en mer Blanche, a tiré vendredi un missile balistique intercontinental Boulava qui devait détruire une cible sur le polygone de Koura, au Kamtchatka. Le missile a quitté son conteneur sans problème, mais son système de bord est tombé en panne à la 2e minute du vol. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a décidé de suspendre les tests d'homologation des sous-marins Alexandre Nevski et Vladimir Monomakh pour effectuer cinq tirs supplémentaires du missile Boulava et tester les paramètres techniques et tactiques du missile", a indiqué un porte-parole du ministère devant les journalistes.

 

"Une commission dirigée par le commandant en chef de la Marine Victor Tchirkov a lancé une enquête sur l'échec du tir de Boulava", a-t-il ajouté.

 

Selon les informations précédentes, Alexandre Nevski devait être livré à l'armée à la mi-novembre et Vladimir Monomakh en décembre 2013, à l'issue de tests d'homologation.

 

Capables de tirer des missiles balistiques intercontinentaux Boulava, les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) Alexandre Nevski et Vladimir Monomakh (projet 955 Boreï) constitueront la base des Forces navales stratégiques russes après la mise au rebut des sous-marins de classes Akoula (Typhoon selon le code de l'OTAN), Kalmar et Mourena (Delta-3 et Delta-4 selon l'OTAN) en 2018. Le premier sous-marin de la série, Iouri Dolgorouki, a été remis à la Marine russe en janvier dernier.

 

Le missile R30 3M30 Boulava-30 (code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) doit devenir l'arme principale des forces stratégiques navales russes. Le Boulava est un missile à trois étages à propergol solide destiné à équiper les sous-marins. D'une portée de 8.000 km, il peut être équipé de dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kt et à trajectoire indépendante.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:30
Syrie et armes chimiques: à consulter Brown Moses Blog pour une approche documentée

08.09.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

A tous ceux que la crise syrienne et la question de l'emploi des armes chimiques intéressent, je conseille de consulter Brown Moses Blog (cliquer ici pour y accéder). C'est le travail extrêmement documenté d'un néophyte éclairant, dont la réputation grandit depuis un an et qui constitue une source de vidéos, photos et analyses assez unique et à laquelle bon nombre de médias et d'ONG font confiance.

Pour en savoir plus sur le rédacteur de ce blog, Eliot Higgins, cliquer ici et ici.

Pour le suivre sur twitter, aller ici.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 06:20
Bradley A3 Photo BAE Systems

Bradley A3 Photo BAE Systems

September 9th, 2013 defencetalk.com (AFP)

 

British arms maker BAE Systems said on Friday that it will close a small Pennsylvania plant that overhauls and upgrades military equipment for Bradley fighting vehicles, and blamed spending cutbacks.

 

“BAE Systems announced today the planned closing of its Fayette facility in Lemont Furnace, Pennsylvania,” BAE said in a statement that was issued overnight.

 

The plant, which currently employs 113 people, deals with equipment for the US Army, Marine Corps and foreign governments, mainly the Bradley Family of Fighting Vehicles and M109 self-propelled howitzers. It will be shut by the end of 2013.

 

“The decision to close the Fayette facility was made in response to the planned completion of existing contracts managed at the Fayette site and no prospect of future work for the facility,” BAE said.

 

“It is anticipated that all of the production work at the facility will be complete by the end of November.”

 

It added: “This facility is a part of the Bradley Industrial Base, which is at significant risk of experiencing further cuts and impacts to jobs and communities across the country.”

 

The group stressed that workers would be offered opportunities on other sites.

 

Erwin Bieber, president of BAE Systems Land & Armaments sector, added: “The current business environment has made this difficult announcement necessary.

 

“The plant closure in no way reflects upon the work and dedication of the employees. We will do all we can to assist them in this difficult transition.”

 

The US market accounts for about 40 percent of BAE Systems’ group revenues — making it the biggest foreign supplier of military goods to the Pentagon.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 17:23

6 sept. 2013 FORCESFRANCAISES

 

Mali : opération Serval - opération Centaure au nord de Kidal, mission de reconnaissance à pied - août 2013

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 11:55
LH Aviation rachète Infotron, le spécialiste du drone en France

06.09.2013 pole-astech.org

 

LH Aviation & Infotron, conseillés par Magellan Industries, ont signé un protocole d’accord en vue de l’acquisition de 100% des titres Infotron, par LH Aviation, le spécialiste de l’aviation de mission légère basé à Melun.

LH Aviation rachète Infotron, le spécialiste du drone en France

Ce rapprochement permettra aux deux entreprises de créer un groupe unique en Europe, qui allie le savoir-faire aéronautique du constructeur Seine-et-Marnais, à l’excellence technologique du concepteur de drones, qui commercialise avec succès dans le monde entier, l’IT180, drone à décollage vertical.

 

Des savoir-faire complémentaires
Cette fusion s’inscrit naturellement dans la politique de développement de ces deux entreprises qui ont choisi d’unir leurs savoir-faire respectifs pour élargir leur offre et ainsi mieux répondre aux attentes d’un marché en plein expansion.
Leur culture commune de l’innovation, leur volonté affichée de proposer des solutions à des coûts maîtrisés, leur ouvrent de nouvelles perspectives à l’heure des arbitrages budgétaires serrés.
Des philosophies de travail identiques favoriseront les synergies et l’émulation entre les équipes, au profit d’une plus grande réactivité et d’une meilleure performance.

Le nouveau groupe disposera à court terme, au côté de sa gamme d’avions de mission, d’une offre complète de drones professionnels 100% français, allant du mini-drone à voilure tournante au drone tactique à aile fixe. De quoi répondre aux attentes de la clientèle aussi bien sur les marchés militaires existants que sur les marchés civils naissants.

LH Aviation & Infotron sont membres du pôle de compétitivité ASTech.

 

A propos de :

INFOTRON

Spécialisée dans le développement et la commercialisation de drone à décollage vertical (type hélicoptère). Les solutions complexes et avancées requises par ce type de vecteurs aériens sont développées par une équipe d’ingénieurs experts issus des domaines des télécommunications sans fil et de l’aéronautique.
INFOTRON a été récompensée comme la PME la plus innovante en 2012 par la DGA.
Pour en savoir plus : www.infotron.fr

LH AVIATION

Créé en 2004 par Sébastien Lefebvre, jeune ingénieur alors âgé de 23 ans, cette PME basée en Seine-et-Marne, a su en moins de 10 ans s’imposer comme un constructeur aéronautique français à part entière et se positionner dans le secteur de la surveillance aérienne à l’échelle internationale.

Son produit phare, le LH-10 Ellipse, avion biplace en carbone, adaptable à de multiples missions, est considéré comme le plus abouti de sa catégorie. Une réponse innovante, écologique et économique aux besoins du marché mondial de l’aviation légère.
Pour en savoir plus : www.lhaviation.com

MAGELLAN INDUSTRIES

Fonds d’investissement spécialisé en aéronautique et en aérospatiale, partenaire du développement de LH Aviation depuis 3 ans

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 09:46
Tout sur le 70e anniversaire du D-Day

07.09.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense


 

L’État et la région Basse-Normandie ont annoncé, vendredi, le lancement du site officiel du 70e anniversaire du Débarquement. Son adresse bilingue : http://www.le70e-normandie.fr/ .

Le site est actuellement disponible en français et en anglais. Dans les prochains jours, une traduction en neuf autres langues sera mise en ligne. 

Ce site permet notamment de découvrir le calendrier et la géolocalisation des événements, un retour sur l’histoire. Il offre aussi des espaces dédiés des publics spécialisés : vétérans, presse, organisateurs de voyages, associations ou encore élus. L’espace réglementation, par exemple, s’adresse aux associations et aux élus qui sont souvent confrontés aux mêmes demandes. La préfecture a souhaité les accompagner dans leurs démarches réglementaires en synthétisant tous les formulaires nécessaires pour répondre aux sollicitations et aux besoins liés à l’organisation de certaines manifestations comme les reconstitutions de batailles ou encore la circulation de véhicules de collection.

Tout sur le 70e anniversaire du D-Day
Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 16:40
La Russie crée un nouveau char lourd baptisé Armata

 

MOSCOU, 7 septembre 2013- RIA Novosti

 

La Russie a conçu trois blindés, dont un char, sur la base du châssis lourd Armata, qui seront présentés fin septembre au salon de l'armement à Nijni Taguil (Oural), a annoncé Alexandre Chevtchenko, chef du département des véhicules blindés du ministère russe de la Défense.

"Nos usines ont achevé la fabrication d'échantillons d'essai. Trois blindés Armata sont prêts", a indiqué vendredi le général Chevtchenko au Musée central des blindés à Koubinka, dans la région de Moscou. 

"Les échantillons d'essai seront prochainement exposés au salon de Nijni Tagil. Les tests de ces véhicules commenceront dans un ou deux mois", a-t-il ajouté samedi à la radio Echo de Moscou. 

Les deux autres blindés conçus sur la base du châssis Armata sont un blindé lourd de transport de troupes et un véhicule blindé de dépannage. Les trois véhicules ont des performances égales voire supérieures à celles de leurs concurrents étrangers, selon le général Chevtchenko.

Le char lourd Armata sera doté d'obus traditionnel et de missiles, d'après le général Sergueï Maïev, ancien chef du département des blindés au ministère de la Défense.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 11:50
scanner intégré Ingenuity CT de Philips

scanner intégré Ingenuity CT de Philips

Munich,  06 septembre 2013 EADS

 

Cassidian intègre le scanner mobile unique de Philips, qui offre une excellente réduction des artefacts métalliques, dans sa gamme complète d’hôpitaux mobiles

 

Cassidian est sur le point d’étendre sa vaste gamme d’hôpitaux mobiles. Grâce à sa coopération avec Philips Healthcare, Cassidian est désormais en mesure de proposer le seul scanner haute performance mobile capable de réaliser des examens tomodensitométriques (TDM) rapides à faible dose avec des images de haute qualité, tout en garantissant la meilleure réduction des artefacts métalliques actuellement disponible. Le scanner intégré "Ingenuity CT" de Philips permet d’effectuer un diagnostic en toute sécurité, y compris en présence de blessures par balle ou d’implants métalliques, qui provoquent habituellement sur les images des artefacts empêchant d’établir un diagnostic fiable.

 

Cassidian a conçu, fabriqué et mis en service un programme baptisé TransHospital pour les organisations de défense, de maintien de la paix et de secours. Ce système, composé de tentes et conteneurs, inclut un vaste éventail de services médicaux allant des stations initiales de premiers soins aux hôpitaux complets, ainsi que les infrastructures et installations de soutien telles qu’alimentation électrique, cuisine, sanitaires et équipements de communication. Cassidian est actuellement le seul fournisseur à avoir intégré 35 fonctions médicales spécialisées, scanner Philips compris, dans des conteneurs.

 

Jusqu’ici, Cassidian a livré des systèmes d’hôpitaux complets aux armées de Terre, de l’Air et à la Marine allemandes ainsi qu’à la Marine de Singapour, aux forces aériennes espagnoles et à l’armée slovène – soit un total de plus de 500 modules TransHospital. Pour le compte de l’armée américaine, Cassidian a développé le concept « Future Combat Support Hospital », un hôpital extrêmement mobile, rapidement opérationnel et entièrement intégré pour une utilisation prolongée dans les conditions les plus variées.

 

A propos de CASSIDIAN

Cassidian, la division de défense d’EADS, est un leader mondial en matière de solutions de défense et de sécurité. L’entreprise fournit des systèmes de défense sophistiqués pour l’ensemble de la chaîne fonctionnelle: des capteurs aux avions de combat et drones en passant par les systèmes de commandement. Dans le domaine de la sécurité, Cassidian équipe ses clients dans le monde entier de systèmes de surveillance des frontières, solutions de cyber sécurité et de communication sécurisée. En 2012, Cassidian a réalisé un chiffre d’affaires de 5,7 milliards d’euros avec un effectif de quelque 23 000 employés.

CASSIDIAN – Defending World Security

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 18:03
11e Université de la Défense lundi 9 et mardi 10 septembre à Pau

06.09.2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord. - Défense globale


L'Université de la Défense s'ancre dans le paysage. Après Brest et pour sa onzième édition, elle se déroule cette année à Pau, terre d'excellence militaire avec ses parachutistes et ses hélicoptères de combat...


Voici le programme de ces deux journées, lundi 9 et mardi 10 septembre. Nous en réaliserons un compte-rendu sur ce blog...
 

Programme
 

- Lundi matin : visite avec démonstration dynamique du 5e régiment d'hélicoptères de combat RHC).
 

- Lundi à 14 h 30 :
 

Atelier 1 : L'opération Serval, révélateur des possibilités et des difficultés des interventions du futur.
Avec Gérard Larcher ancien président du Sénat et ministre, Patricia Adam présidente de la commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale, Christophe Guilloteau député et président du groupe d'études sur l'industrie de défense.
 

Atelier 2 : Les paramètres pour une loi de programmation militaire vertueuse.
Avec Jean-Louis Carrère président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, Gwendal Rouillard et Philippe Folliot secrétaires de la commission de la Défense et des Forces armées de l'Assemblée nationale.
 

Atelier 3 : La coordination entre public et privé en matière de cyberdéfense.
Avec Jean-Marie Bockel, sénateur et ancien ministre, Jacques Berthou sénateur, Eduardo Rihan-Cypel député et Philippe Vitel, vice-président de la commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale.
 

Atelier 4 : Emplois, hommes et talents, quelle contribution de la Défense face à la crise ?
Avec Gilbert Roger secrétaire de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat, André Dulait sénateur, Olivier Audibert-Troin député, Nathalie Chabanne secrétaire de la commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale.
 

- Lundi à 17 h : forum de rencontres.
Présentation de la mission d'information sur l'opération Serval au Mali par les députés Philippe Nauche et Christophe Guilloteau.
Présentation du rapport d'information "Pour en finir avec l'Europe de la Défense - vers une Défense européenne" par les sénateurs Daniel Reiner, Jacques Gautier, André Vallini et Xavier Pintat.
Point d'étape sur le groupe de travail sur la "Présence de la France dans une Afrique convoitée" par les sénateurs Jeanny Lorgeoux et Jean-Marie Bockel.
Présentation du rapport d'information sur l'Europe de la Défense par les députés Joaquim Pueyo et Yves Fromion.
 

- Mardi à 8 h15 : Comment mettre en œuvre la coopération européenne ?
Avec Claude-France Arnould, directeur exécutif de l'Agence de Défense européenne, Stéphane Beemelmans, secrétaire d'État allemand à l'armement et à l'administration auprès du ministre allemand de la Défense, général Patrick de Rousiers, président du Comité militaire de l'Union européenne, Peter Ricketts, ambassadeur de Grande-Bretagne en France et Jean-Paul Perruche président d'EuroDéfense.
 

- Mardi à 10 h : séance plénière "Ressources comptées, stratégie contrainte ?"
 

- Discours de clôture par Marwan Lahoud, directeur général délégué à la stratégie et à l'international d'EADS, EADS France.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 17:58
Syrie: 11 pays du G20 appellent à une «réponse internationale forte» contre Damas

06/09/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Onze pays présents au sommet du G20 ont appelé vendredi dans une déclaration commune à une «réponse internationale forte» suite à l’usage d’armes chimiques en Syrie, assurant que des indices montraient «clairement» la responsabilité du régime de Bachar al-Assad dans une attaque chimique le 21 août.

The english version of the joint statement will follow:

Déclaration commune sur la Syrie (texte traduit de l’anglais):

Les dirigeants et les représentants de l’Australie, du Canada, de France, d’Italie, du Japon, de la République de Corée, de l’Arabie saoudite, d’Espagne, de Turquie, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique ont fait la déclaration suivante en marge de la réunion des leaders des pays du G 20 à Saint-Pétersbourg, en Russie:

La norme internationale contre l’utilisation d’armes chimiques est ancienne et universelle. L’utilisation d’armes chimiques diminue partout la sécurité des personnes partout dans le monde. Si elle n’est pas  n’est pas sanctionnée,  augmente le risque d’une nouvelle utilisation et la prolifération de ces armes.

Nous condamnons dans les termes les plus vifs l’attaque aux armes chimiques horrible dans la banlieue de Damas le 21 Août qui a coûté la vie de tant d’hommes, de femmes et d’enfants. Les preuves indiquent clairement que le gouvernement syrien est responsable de l’attaque, qui corrspond au modèle d’utilisation des armes chimiques par le régime.

Nous appelons à une réponse internationale forte à cette violation grave des règles et la conscience du monde qui enverra  un message clair que ce genre d’atrocité ne peut jamais être répétée. Ceux qui ont perpétré ces crimes doivent être tenus responsables.

Les signataires [de cette déclaration, ndlr] ont constamment soutenu une résolution forte du Conseil de sécurité de l’ONU, étant donné les responsabilités qui incombent au  Conseil de sécurité de mener  la réponse  internationale, mais reconnaissent  que le Conseil reste paralysé comme il l’a été pendant deux ans et demi. Devant l’échec du processus au Conseil de Sécurité, le monde ne peut pas attendre indéfiniment, ce  qui ne peut que conduire à une augmentation de la souffrance en Syrie et de l’instabilité régionale. Nous soutenons les efforts entrepris par les États-Unis et d’autres pays pour faire respecter l’interdiction de l’utilisation d’armes chimiques.

Nous nous engageons à soutenir les efforts internationaux à long terme, y compris à travers les Nations Unies, pour relever le défi de la sécurité durable posée par les stocks d’armes chimiques de la Syrie. Les signataires ont également appelé la mission d’enmquête de l’ONU mission à  présenter ses résultats dès que possible, et  le Conseil de sécurité à agir en conséquence.

Nous condamnons dans les termes les plus énergiques toutes les violations des droits humains en Syrie de tous les côtés. Plus de 100.000 personnes ont été tuées dans le conflit, plus de 2 millions de personnes sont devenus des réfugiés, et environ 5 millions sont déplacées à l’intérieur [de la Syrie]. Reconnaissant que le conflit en Syrie n’a pas de solution militaire, nous réaffirmons notre engagement à rechercher un règlement politique pacifique à travers la mise en œuvre complète du communiqué de  la Conférence de Genève  2012. Nous sommes déterminés à trouver une solution politique qui ménera à une Syrie unie, solidaire et démocratique.

Nous avons contribué généreusement au dernier appel à l’aide humanitaire  des Nations Unies (ONU) et du  CICR  [Comité international de la Croix-Rouge] et nous allons continuer à fournir un soutien pour répondre aux besoins humanitaires croissants en Syrie et leur impact sur les pays de la région. Nous nous félicitons des contributions annoncées lors de la réunion des pays donateurs en marge du G20. Nous appelons toutes les parties à permettre aux acteurs humanitaires un accès sûr et sans entraves aux personnes dans le besoin.

Les signataires européens continueront à s’engager dans la promotion d’une position européenne commune.

- – -

Joint Statement on Syria

The Leaders and Representatives of Australia, Canada, France, Italy, Japan, Republic of Korea, Saudi Arabia, Spain, Turkey, the United Kingdom and the United States of America made the following statement on the margins of the Group of 20 Nations Leader’s Meeting in Saint Petersburg, Russia:

The international norm against the use of chemical weapons is longstanding and universal.  The use of chemical weapons anywhere diminishes the security of people everywhere.  Left unchallenged, it increases the risk of further use and proliferation of these weapons.

We condemn in the strongest terms the horrific chemical weapons attack in the suburbs of Damascus on August 21st that claimed the lives of so many men, women, and children.  The evidence clearly points to the Syrian government being responsible for the attack, which is part of a pattern of chemical weapons use by the regime.

We call for a strong international response to this grave violation of the world’s rules and conscience that will send a clear message that this kind of atrocity can never be repeated. Those who perpetrated these crimes must be held accountable.

Signatories have consistently supported a strong UN Security Council Resolution, given the Security Council’s responsibilities to lead the international response, but recognize that the Council remains paralyzed as it has been for two and a half years.  The world cannot wait for endless failed processes that can only lead to increased suffering in Syria and regional instability.  We support efforts undertaken by the United States and other countries to reinforce the prohibition on the use of chemical weapons.

We commit to supporting longer term international efforts, including through the United Nations, to address the enduring security challenge posed by Syria’s chemical weapons stockpiles.  Signatories have also called for the UN fact finding mission to present its results as soon as possible, and for the Security Council to act accordingly.

We condemn in the strongest terms all human rights violations in Syria on all sides.  More than 100,000 people have been killed in the conflict, more than 2 million people have become refugees, and approximately 5 million are internally displaced.  Recognizing that Syria’s conflict has no military solution, we reaffirm our commitment to seek a peaceful political settlement through full implementation of the 2012 Geneva Communique.  We are committed to a political solution which will result in a united, inclusive and democratic Syria.

We have contributed generously to the latest United Nations (UN) and ICRC appeals for humanitarian assistance and will continue to provide support to address the growing humanitarian needs in Syria and their impact on regional countries. We welcome the contributions announced at the meeting of donor countries on the margins of the G20.  We call upon all parties to allow humanitarian actors safe and unhindered access to those in need.

European signatories will continue to engage in promoting a common European position.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories