Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 17:30
Syria Rebels source globservateur.blogs.ouest-france.fr

Syria Rebels source globservateur.blogs.ouest-france.fr

06/09/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Des experts estiment qu’il y aurait quelques douzaines de combattants djihadistes canadiens, tandis que le gouvernement fédéral évalue que le nombre est plutôt aux alentours de la centaine de combattants qui auraient rejoint les rebelles se battant contre le régime du président syrien Bachar al-Assad. 

 

Si l’on s’en fie à ses chiffres, le Canada serait donc «surreprésenté» parmi les combattants islamistes, d’autant plus que le nombre officiel de djihadistes américains est beaucoup moins important, estime John Amble, étudiant les groupes islamiques militants pour sa thèse de doctorat.

Toutefois, il indique également que le chiffre avancé par le gouvernement «est certainement disproportionné».

Selon CBC, il y aurait eu au moins trois Canadiens morts en Syrie, ce que n’a pas voulu confirmer le ministère des Affaires étrangères.

Un cinéaste américain ayant vécu toute une année avec un groupe islamiste affirme avoir croisé entre 20 et 30 Canadiens, et que parmi eux, un Canadien nommé Abu Muslim aurait participé à une attaque sur l’aéroport de Damas il y a quelques semaines.

 

La mère d’un djihadiste canadien se confie

Comme de nombreuses autres mères de familles canadiennes, cette mère se désole du départ de son fils pour la Syrie, combattant aux côtés des rebelles islamistes (Photo: capture CBC)

 

Dans un reportage diffusé sur les réseaux anglophones et francophones de Radio-Canada, la mère d’un jeune homme canadien qui a rejoint un groupe de combattants extrémistes en Syrie se dit dévastée d’admettre que son fils est allé combattre dans une guerre «où je ne sais pas s’il serait un terroriste ou non?».

Suicidaire et souffrant de troubles bipolaires, son fils a vécu une adolescence difficile. Après s’être converti à l’islam, le jeune homme, né en Nouvelle-Écosse et qui a grandi en Alberta, a annoncé à sa mère qu’il allait étudier en Égypte pour y devenir un imam. Il est finalement parti pour la Turquie, puis la Syrie, où il a rejoint un groupe extrémiste.

Il y a quelques jours, le président du Conseil national syrien, Georges Sabra, a reconnu que la rébellion comptait des djihadistes dans ses rangs, mais a assuré qu’il s’agissait d’une minorité.

Évoquant, pour 45eNord.ca, le rôle des djihadistes dans le mouvement de rébellion et l’hésitation occidentale à les aider, Georges Sabra rappelle que c’est l’inaction occidentale «qui a amené ces djihadistes en Syrie. Si la Communauté internationale aide à stopper la tuerie, ce sera un premier pas pour stopper les djihadistes. Mais il y a beaucoup d’exagérations à propos de leur nombre. Ils ne sont que quelques milliers parmi les 180 000 soldats de l’Armée syrienne libre».

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:50
Flahaut veut "faire avancer concrètement la défense européenne"

05 septembre 2013 LaLibre.be (Belga)



Il a toutefois plaidé pour une réduction des dépenses militaires, en période de crise économique. "Il ne faut pas augmenter nos dépenses de défense, mais leur efficience", a-t-il lancé. 

 

Le président de la Chambre de Belgique, André Flahaut, a préconisé jeudi à ses homologues européens réunis à Vilnius de s'inspirer de trois réalisations menées au niveau belge - et sous son égide lorsqu'il était ministre de la Défense - afin de "faire avancer concrètement la défense européenne". Il a également proposé d'utiliser une résolution sur la défense européenne adoptée en avril dernier par la Chambre, une communication émanant de la Commission européenne et de développer une "vision à long terme". 
 
"Plus aucun pays européen ne peur agir seul en matière de défense, faute de moyens matériels, budgétaires et humains. Malgré nos 190 millions d'euros de dépenses de défense et notre million et demi de militaires, nous ne disposons que de bien piètres capacités opérationnelles", a constaté M. Flahaut lors d'une conférence interparlementaire sur la politique étrangère et de sécurité commune et la politique de sécurité et de défense commune organisée par la présidence lituanienne de l'UE. 
 
Il a toutefois plaidé pour une réduction des dépenses militaires, en période de crise économique. "Il ne faut pas augmenter nos dépenses de défense, mais leur efficience", a-t-il lancé. 
 
Et de citer trois exemples de rationalisation réalisés en Belgique: la création d'un seul état-major de Défense, interarmées, offrant "plus de cohérence, plus de souplesse de fonctionnement et de transversalité", l'avion de transport Airbus A400M possible modèle pour le développement de drones et d'avions de combat, et les formations communes - comme celle franco-belge des pilotes ou néerlando-belge pour la marine. 
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:50
Allemagne - La Bundeswehr en manque de nouvelles recrues

06/09/2013 par David Philippot - dna.fr/

 

Les attentats d’extrême gauche se multiplient contre l’armée allemande qui craint une pénurie de jeunes volontaires.

 

Berlin - «Schön Bund » (jeu de mot mêlant « joliment coloré » et « l’armée (Bund) est jolie ») : le visage camouflé d’une soldate illustre l’affiche accrochée sur un mur du Ministère de la défense, sis le long du canal ceinturant Berlin. Mais malgré les campagnes publicitaires à répétition, l’armée allemande peine à recruter du sang neuf.

 

Au mois d’avril, la Bundeswehr a enrôlé 615 jeunes volontaires, soit 60 % de moins qu’en avril 2012. Depuis la mise en chantier de l’armée de métier il y a deux ans, cette réforme fait grogner la troupe. Selon un sondage réalisé en juin par l’université technique de Chemnitz auprès de 2000 soldats, seuls 8 % se disent satisfaits des réformes qui ont réduit les effectifs de 250 000 à 185 000 hommes de troupe.

 

Fait nouveau : la remise en question atteint maintenant la sphère politique. Deux spécialistes des questions de défense du parti d’Angela Merkel (CDU) ont brisé le tabou, dont l’ancien ministre des Armées Franz-Josef Jung : « Pour le bien de nos capacités opérationnelles, il faudrait étudier la possibilité d’un retour à une armée de conscription. Je n’aurais jamais accepté de mettre en œuvre l’arrêt du service militaire ».

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:50
Kosovo : La KFOR change de commandant

06/09/2013 Sources : EMA

 

Le 6 septembre 2013, le général italien Salvatore Farina a succédé au général allemand Volker Halbauer au poste de commandant de la KFOR.

 

La cérémonie s’est déroulée au quartier général de la KFOR, dans le camp de Film City, à Pristina, en présence de détachements des 31 nations qui composent la force.

 

Deux jours avant sa prise de fonction, le général Farina s’est rendu au camp de Novo Selo, où il a rencontré le colonel Calas, commandant le contingent français au Kosovo, ainsi que le lieutenant-colonel Paul, commandant l’élément de soutien national (ESN) français. Lors de ce déplacement, il s’est également fait présenter les missions du Multinational Battle Group East (MNBG-E) au nord du Kosovo.

 

Le général Farina commandera la KFOR pour une durée d’un an.

 

La KFOR participe au maintien d’un environnement sûr et sécurisé au profit de l’ensemble de la population du Kosovo, en coopération avec la Mission des Nations unies au Kosovo (MINUK) et la mission de l’Union européenne (EULEX). Environ 320 militaires français sont engagés dans l’opération TRIDENT, nom de la participation française à la KFOR, avec une unité de manœuvre (l’EEI) et un élément de soutien national (ESN).

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:50
EU US Defence Data 2011

Brussels | Sep 06, 2013 European Defence Agency
 

EDA has compared the 2011 defence expenditure of its participating Member States with that of the United States for the same year. The data show that the US spent €503 billion on defence in 2011 compared to €193 billion spent in the EU: around 2,5 times more.

 

In 2011, the governments of the 26 EDA pMS spent a total of €193 billion on defence. The US spent the equivalent of €503 billion (or $699 billion). Between 2006 and 2008 the aggregated defence expenditure of the 26 EDA pMS has been about half that of the US. During the years 2009-2011 this difference increased. While the EU aggregated defence expenditure decreased from €201 billion in 2008 to €193 billion in 2011, US expenditure increased from €416 billion ($612 billion) to €503 billion in the same period.  Comparing defence spending with other macroeconomic data, in 2011 US defence expenditure represented 4.7% of GDP and 11.2% of overall government expenditure. In the EU these ratios were, respectively, 1.6% and 3.2%. As for defence expenditure in relation to the total population, the US spent €1 610 ($2 242) per capita in 2011, while the EU spent on average €387. 

 

The EU data represent spending of 26 EDA participating Member States (all EU Member States except Denmark and Croatia which joined the EU on 1 July 2013). The US data are based on public sources, mainly US Government publications. Data on GDP, General Government Expenditure, Population and Euro/US Dollar exchange rates were collected from Eurostat.

 

More information

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:50
Vidéo : Baltic 2013, aviateurs en action

06/09/2013 Armée de l'air

 

L’armée de l’air française s’est engagée pour la quatrième fois dans la mission d’assistance et de police du ciel de l’espace aérien des pays baltes (Lituanie, Lettonie et Estonie), appelée Baltic.

 

Du 30 avril au 3 septembre 2013, un détachement de quelque 90 militaires français, déployé sur la base aérienne de Šiaulai, en Lituanie, a assuré la mission de police du ciel sous mandat de l’Otan. La mission a été réalisée par quatre Mirage F1CR de l’escadron de reconnaissance 2/33 « Savoie » de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:45
Opération Serval : point de situation du 5 septembre 2013

06/09/2013 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 29 août 18h00 jusqu’au jeudi 5 septembre, 18h00.

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec près de 80 sorties, dont 50 effectuées par les avions de chasse. Une vingtaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport, une dizaine aux missions de ravitaillement et de renseignement.

 

Au sol, la force Serval poursuit les opérations autour de la boucle du Niger, et dans le Nord du pays, tout en réarticulant son dispositif.

 

Ainsi, du 27 août au 2 septembre, un sous-groupement tactique a conduit une opération de contrôle de zone entre Bourem et Almoustarat. Cette opération, pour laquelle environ 170 militaires de la force Serval étaient engagés, faisait suite à une précédente action conduite quelques jours auparavant dans une zone voisine et visait à maintenir la pression sur les groupes terroristes dans la région. Située à la croisée des axes longeant le Niger et de la piste reliant Gao à Tessalit, cette région est rendue particulièrement difficile par la saison des pluies. Les alternances d’orages violents et de périodes de grandes chaleurs créent des zones marécageuses temporaires. Chaque déplacement apporte alors son lot de surprises, les parties impraticables de la piste pouvant changer très vite. Il est donc important pour Serval de bien connaitre la piste et ses contournements possibles, car cet axe est aussi l’axe logistique pour tout le dispositif Nord de la Force. Par ailleurs, durant l’opération, une aide médicale à la population (AMP) à été organisée au profit des habitants de la région d’Almoustarat par la Section Environnement Opérationnelle (SEO) de la force.

 

La SEO est un élément d’appui chargé d’informer la population sur la mission de Serval et de recueillir toute information contribuant à la protection de la Force. Cet élément est articulé autour d’une équipe de commandement, insérée au sein du PC tactique du GTIA désert.

 

Le 2 septembre 2013, la brigade SERVAL a remis une motopompe à la coopérative des planteurs et maraîchers de Gao. A la suite d’une demande de l’administration malienne, le détachement des actions sur les perceptions et l’environnement opérationnel (APEO) de SERVAL a étudié le projet de remplacement d’une motopompe en panne pour la coopérative maraîchère. Ce jardin, qui rassemble 300 ouvriers et leurs familles, permet de fournir en fruits et légumes tous les marchés de Gao et de sa périphérie. Le financement d’une nouvelle motopompe a été accueilli avec enthousiasme par la population. Cet appareil permet de fournir en eau 7 hectares de cultures. Il s'agit d'un renouveau symbolique, car la coopérative avait subi le vol et la destruction de la majorité de ses matériels par les groupes armés terroristes.

 

Le même jour à l’état-major de la MINUSMA à Gao, l’équipe opérationnelle de déminage (EOD) du détachement du génie d’aide au déploiement (DGAD) de la brigade Serval a réalisé une séance de sensibilisation aux engins explosifs improvisés (IED) au profit d’une cinquantaine de cadres et militaires du bataillon nigérien de la MINUSMA. L’instruction, qui s’appuyait à la fois sur une formation théorique sur la reconnaissance et la conduite à tenir en cas de découverte d’IED et sur une restitution pratique, contribue à la montée en puissance de la MINUSMA sur le terrain.

 

Enfin, le 4 septembre, le général Marc Foucaud, commandant de la force Serval, a assisté à la prestation de serment du nouveau président Malien, M. Ibrahim Boubakar Keïta, élu le 11 août dernier à l’issue d’un scrutin à deux tours dont la communauté internationale a salué l’organisation. La force Serval avait participé à la sécurisation de cette élection en appui de la MINUSMA, elle-même en soutien des forces de sécurité maliennes.

 

Environ 3200 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent leurs missions de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, ainsi qu’à appuyer le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

 

Opération Serval : point de situation du 5 septembre 2013
Opération Serval : point de situation du 5 septembre 2013
Opération Serval : point de situation du 5 septembre 2013
Opération Serval : point de situation du 5 septembre 2013
Opération Serval : point de situation du 5 septembre 2013
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:40
Russian Firm to Unveil BMPT-72 Tank

Sept. 6, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Uralvagonzavod; web-posted Sept. 5, 2013)

 

RAE 2013: Terminator-2 World Premiere

 

A world premiere will take place on the first day of the 9th International Exhibition of Arms, Military Equipment and Ammunition - Russia Arms EXPO 2013 (RAE 2013) on September 25, 2013.

 

Research and Production Corporation Uralvagonzavod will present its latest design - Tank Support Fighting Vehicle BMPT-72. BMPT-72 is a breakthrough modernization of the world-famous Uralvagonzavod T-72 tank. When designing BMPT-72, engineers relied on experience of creation and exploitation of BMPT, also known as Terminator for its gun power.

 

Just as its basic model, Terminator-2 is a multipurpose tank and infantry fire support vehicle that can operate in any combat mode, complicated geographic area, light conditions and against any enemy. Still, it has some new features: upgraded fire-control system and turret weapon station protection. The breakthrough vehicle is built on the platform of the most widely manufactured and used T-72 tank.

 

Given that, the key advantage that BMPT-72 gives to all the counties that operate T-72 tanks, is that they can promptly and at minimum cost upgrade their armies to ultra-modern level, enhance its capacity, mobility, protection and armament without purchasing new high cost machines.

 

Terminator-2 is to premiere in a multimedia lightshow at a 900 m2 presentation centre built especially for that purpose. Foreign visitors and official delegation are expected to attend the presentation.

Bmpt_REA_2009

Bmpt_REA_2009

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:30
Sous-marins U-209 allemands

Sous-marins U-209 allemands

05/09/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Depuis son arrivée au pouvoir, Angela Merkel a décomplexé les industriels de l'armement allemands sur les ventes d'armes à l'exportation. Une rupture dans la doctrine de Berlin qui était réticent jusqu'ici à livrer du matériel militaire à des pays instables.

 

En Allemagne, les ventes d'armes autorisées par Berlin vers des pays sensibles, dont celles à destination des pays du Golfe et du Moyen Orient, font débat. Plus particulièrement celles vers l'Egypte, plongée actuellement dans une vague de violences entre les pro-Morsi, l'ancien président de l'Egypte renversé, et l'armée revenue au pouvoir. Cela n'a pas échappé à l'opinion publique allemande, qui demande aujourd'hui des explications à la Chancelière. Car depuis son arrivée au pouvoir en 2005, Angela Merkel a décomplexé les industriels de l'armement ainsi que les diplomates allemands sur le dossier des ventes d'armes « Made in Germany ». Berlin aurait même insisté pour que l'interdiction européenne d'exportation d'armements vers l'Egyptese cantonne exclusivement aux matériels de sécurité publique (répression d'émeutes).

Le SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute) a classé dans son rapport 2011 l'Allemagne au 3ème rang mondial des exportateurs d'armements conventionnels majeurs sur la période 2006-2010. L'Allemagne détient 11 % du marché mondial, devançant la France (7 %) et la Grande-Bretagne (4 %). Les Etats-Unis sont au 1er rang (30 %), suivis par la Russie (23 % ). Année après année, l'Allemagne est régulièrement classée troisième, quatrième ou cinquième exportateur mondial d'armes classiques en valeur.

 

Le blindé, best-seller de Berlin

 « S'il y a une chose que les Allemands savent bien faire, ce sont les blindés, écrivait Der Spiegel fin décembre 2012. Dans toutes les variantes, avec des roues, avec des chenilles, pour le combat, pour le transport ». Et les blindés allemands utilisés pour le maintien de l'ordre - les Fahd, dérivés des TH 390 de Rheinmetall et fabriqués sous licence sur place - ont été mêmes très efficaces en 2011 en Egypte contre les manifestants du printemps arabe.

Le SPD a critiqué les livraisons d'armes à l'Egypte et estime que la stratégie d'Angela Merkel d'utiliser les exportations d'armes comme un levier pour le maintien de la paix, est un échec. Ces derniers mois, l'Allemagne a réussi à vendre des chars Leopard au Qatar (62 exemplaires) et en Indonésie (104).

 

Les deux-sous marins de la discorde

 Mais il y a une affaire qui embarrasse au plus haut point Berlin : les deux sous-marins U-209 vendus pour environ 700 millions d'euros par HDW, filiale de TKMS (ThyssenKrupp Marine Systems) que l'Allemagne a autorisé à exporter en Egypte. Un contrat contesté par Israël mais finalement confirmé par Berlin fin 2011. L'Allemagne a décidé de… ne rien décider. D'autant que le premier sous-marins en construction à Kiel devrait être achevé en 2016. D'ici là, Berlin espère que la situation en Egypte se sera clarifiée et pourra ainsi autoriser la livraison. Le SPD, rival du CDU de Merkel, est également resté très prudent. Et pour cause. Il est très implanté au nord de l'Allemagne où sont construits les deux sous-marins.

 

TKMS a tous les coups gagnant

Enfin, TKMS n'est pas trop inquiet, le groupe naval pouvant faire jouer la garantie d'Hermes, l'équivalent allemand de la Coface, à hauteur de 700 millions d'euros en cas de problèmes politiques. C'est peut-être la marine allemande qui pourrait se retrouver avec deux sous-marins dépassés sur les bras. Berlin pourrait peut-être les proposer à la Pologne, dont la marine veut se doter de deux sous-marins. Pour l'heure, ce n'est pas la priorité de la Pologne, qui vient de réduire son budget de la défense. Mais en 2016, pourquoi pas...

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:30
After the chemical attacks in Syria - now what?

06 September 2013 Jean Pascal Zanders

 

In the wake of the chemical attacks that occurred on 21 August in Syria, and the ensuing international outcry, this alert highlights the dangers of instrumentalising chemical warfare allegations in pursuit of other policy goals. It concludes that rather than rushing to action, waiting for the results of the UN investigative team tasked with analysing the evidence may be the wisest option for all.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:30
Opération en Syrie: toute la Méditerranée en pâtirait (Défense russe)

MOSCOU, 5 septembre – RIA Novosti

 

Une opération militaire envisagée par les Etats-Unis en Syrie infligerait un dommage énorme à toute la région de la Méditerranée, a prévenu jeudi le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov.

 

"Une action militaire prévue par les Etats-Unis (en Syrie) ne manquerait pas d'infliger un sérieux dommage économique, politique et écologique à l'ensemble de la Méditerranée", a déclaré M.Antonov devant les journalistes.

 

Et d'expliquer qu'il s'agissait d'une zone balnéaire où une multitude de personnes passaient leurs vacances et où la concentration de navires civils était immense.

 

"Pendant ce temps (temps de l'opération militaire, ndlr), la navigation y serait pratiquement fermée, tous craignant qu'un missile ne frappe un bateau civil. Et je ne peux même imaginer ce qui pourrait arriver si un missile touchait, par exemple, un bâtiment de guerre russe", a ajouté le vice-ministre.

 

La situation en Syrie s'est aggravée le 21 août, date à laquelle certains médias hostiles au président Bachar el-Assad ont fait état de l'attaque chimique lancée par les troupes gouvernementales dans une banlieue de Damas. Selon les rebelles, cette attaque présumée pourrait avoir fait 1.300 morts. Des pays occidentaux, dont les Etats-Unis et la France, ont profité de cette information non confirmée pour appeler ouvertement à une intervention militaire en Syrie sans l'aval du Conseil de sécurité de l'Onu.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:20
 Vue du futur USS Gerald R. Ford (CVN 78)  crédits : NORTHROP GRUMMAN

Vue du futur USS Gerald R. Ford (CVN 78) crédits : NORTHROP GRUMMAN

Sept. 6, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Government Accountability Office; issued Sept. 5, 2013)

 

Ford-Class Carriers: Lead Ship Testing and Reliability Shortfalls Will Limit Initial Fleet Capabilities


The Navy faces technical, design, and construction challenges to completing Gerald R. Ford (CVN 78) that have led to significant cost increases and reduced the likelihood that a fully functional ship will be delivered on time.

The Navy has achieved mixed progress to date developing CVN 78’s critical technologies, such as a system intended to more effectively launch aircraft from the ship. In an effort to meet required installation dates aboard CVN 78, the Navy has elected to produce some of these systems prior to demonstrating their maturity—a strategy that GAO’s previous work has shown introduces risk of late and costly design changes and rework, and leaves little margin to incorporate additional weight growth in the ship.

In addition, progress in constructing CVN 78 has been overshadowed by inefficient out-of-sequence work, driven largely by material shortfalls, engineering challenges, and delays developing and installing critical technology systems. These events are occurring in a constrained budget environment, even as lead ship costs have increased by over 22 percent since construction authorization in fiscal year 2008—to $12.8 billion. Additional increases could follow due to uncertainties facing critical technology systems and shipbuilder underperformance.

The Navy’s strategy for providing timely demonstration of CVN 78 capabilities is hampered by post-delivery test plan deficiencies, Joint Strike Fighter aircraft delays, and reliability shortfalls affecting key ship systems. Additional risk is introduced due to the Navy’s plan to conduct integration testing of key systems with the ship at the same time as initial operational test and evaluation (IOT&E). This strategy will constrain opportunities to implement timely, corrective actions if problems are discovered with key ship systems. In addition, significant discoveries during IOT&E could delay demonstration of ship capabilities.

The Joint Strike Fighter, intended to operate with the carrier, has faced delays, and there is the likelihood of costly retrofits to the ship to accommodate the aircraft after CVN 78 is delivered to the Navy.

But even after the ship commissions, several key ship systems will continue to face significant reliability shortfalls that will likely increase costs to the government and limit the ship’s mission effectiveness. The extent of these limitations will not be known until after IOT&E. GAO contemplated making a recommendation to delay CVN 78 commissioning until the ship successfully completes IOT&E. However, based on additional information provided by DOD, GAO decided not to include this recommendation in the report.

The Navy and shipbuilder are implementing process improvements aimed at reducing the cost of the follow-on ship, John F. Kennedy (CVN 79), ahead of the main construction contract award for that ship, currently planned for September 2013. CVN 79 is to be of nearly identical design to CVN 78.

The shipbuilder plans to employ a new, more efficient build strategy, but remaining technical and design risks with the lead ship could interfere with the Navy’s ability to achieve its desired cost savings for CVN 79. These uncertainties also affect the soundness of the Navy’s current CVN 79 cost estimate, which is optimistic.

These factors, when coupled with the existing sole source environment for aircraft carrier construction, may compromise the government’s negotiating position for CVN 79.


Click here for the full report (70 PDF pages) on the GAO website.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:20
USAF B-2 Stealth Communications Systems Upgrade

06/09/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

20 years overdue, the USAF B-2 Spirit communications upgrade programme is finally set to begin.

 

Right now, USAF Northrop B-2 Stealth Bombers receive presidential force instructions via ultra-high frequency communications systems, enabled by MILSTAR (Military Strategic Tactical and Relay) satellites. These satellites, though, are rapidly approaching their scheduled retirement date. Therefore, a programme named CVR Increment 1 is set to be introduced.

 

CVR (Common Very Low Frequency Receiver) will supply USAF B-2 pilots with "another, more reliable means to receive presidential force direction via emergency action messages", according to Gary Doolittle from the USAF's Global Strike Command.

 

Upgraded Stealth Communications

 

With this upgraded stealth communications system activated, the USAF's B-2s would receive signals without the need for the MILSTAR satellite fleet. Thus, the Air Force's Stealth capability would remain formidable while a MILSTAR replacement could be conceived, developed and pressed into service.

 

CVR Increment 1 took a significant step forward two months ago, when Engineering and Manufacturing Development Phase approval was granted. So, before too long, CVR Increment 1-based B-2 flight trials should be launched.

 

USAF officials make the point that, while CVR Increment 1 is B-2-optimised, the system could be adapted for other types of aircraft in US military service. These types could include the B-52 Stratofortress strategic heavy bomber, introduced in 1955 but set to remain with the USAF into the 2040s.

 

B-2 Communications Upgrade

 

USAF officials now expect that CVR Increment 1 communication systems will start to be operationally deployed on B-2s from 2017 onwards.

 

The B-2 Spirit ‘Stealth Bomber' and the B-52H Stratofortress are both part of the USAF's Global Strike Command. The USAF B-2 fleet has been extensively deployed on operations including Operation Odyssey - the 2011 sorties over Libya.

 

Introduced to the world in 1988, the B-2 Spirit is a dedicated low-observable strike platform. Its overall shape is intended to minimise its presence on enemy radar screens, allowing it to then deliver nuclear or conventional weapons after penetrating thick anti-aircraft defences.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:20
Bell Boeing V-22 Osprey Deploys Refueling Equipment in Flight Test

Sep 5, 2013 ASDNews Source : The Boeing Company

 

    Additional demonstrations of V-22's refueling capability planned

 

The Bell Boeing V-22 Program, a strategic alliance between Bell Helicopter Textron Inc. [NYSE: TXT] and Boeing [NYSE: BA], has successfully completed an initial test of the V-22 Osprey performing as an aerial refueling tanker. Adding this capability to the tiltrotor aircraft would further advance its versatility in combat, humanitarian and ship-based operations.

 

In the August demonstration over north Texas, a V-22 equipped with a prototype aerial refueling system safely deployed, held stable, and retracted the refueling drogue as an F/A-18C and an F/A-18D Hornet flew just behind and to the side of the aircraft.

 

“Adding aerial refueling tanker capability to the V-22 will enable operators to execute a wider variety of missions with greater flexibility and autonomy,” said Vince Tobin, Bell Boeing V-22 program director. “This will save time and money by maximizing the efficient use of aircraft and personnel.”

 

Future Bell Boeing tests will put aircraft in a fuel-receiving position directly behind the V-22, connect receiver aircraft with the refueling drogue and, ultimately, refuel a variety of aircraft in flight. The V-22 is a combat-proven tiltrotor that can fly horizontally at high speeds and high altitudes like an airplane, and take off and land vertically like a helicopter.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 15:55
11e édition de l'Université d'été de la Défense à Pau les 9 et 10 septembre 2013.

06/09/2013 Ministère de la Défense

 

La 11e édition de l'Université d'été de la Défense se tiendra à Pau les 9 et 10 septembre 2013.

 

Chaque année depuis 11 ans, l'Université d’été de la Défense marque le temps fort de la rentrée parlementaire. Cette édition, se tenant les 9 et 10 septembre et organisée par l'armée de Terre sur les sites militaires de Pau (Pyrénées-Atlantiques), sera l’occasion pour eux de découvrir des expositions et démonstrations présentant les différents aspects des capacités des forces.

 

Le volet  dynamique reproduira, en particulier, différentes phases des opérations récentes conduites par les armées sur des théâtres extérieurs. Ces deux journées des débats permettront également aux participants d’échanger  leurs points de vue sur l’actualité des forces armées, notamment l'opération Serval, la loi de programmation militaire et la cyberdéfense.

 

En réunissant plus de 400 hauts responsables politiques nationaux et européens, des acteurs clés de l’administration et du secteur industriel, l’Université d’été offre une réelle opportunité de participer à la réflexion sur la Défense de demain. En présence du ministre de la Défense, l’Université permet d’enrichir le débat par le dialogue et l’échange entre décideurs venant d’horizons multiples.

 

Les principaux matériels présentés à Pau

 

  • Armée de Terre : VBCI, 10RC, Bufalo, SOUVIM 2, CAESAR, Tigre HAD, Tigre HAP CAIMAN, Gazelle VIVIANE, CMD3D

 

  • Marine nationale : Atlantique 2, maquette de Frégate

 

  • Armée de l’Air : Fennec, Caracal, SAMP, stand Harfang
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 12:50
Le PPE souhaite la création d'un QG militaire placé sous le commandement de l'UE

05 sept. 2013 par Audrey Duperron - express.be

 

Le plus grand groupe au Parlement européen, le Parti populaire européen (PPE), vient de proposer la création d’un quartier général civil et militaire qui serait placé sous le contrôle de l’Europe pour gérer des opérations coordonnées, rapporte le site EU Observer, et devrait être considérée comme rivale de l'OTAN.

 

La proposition a été formulée dans un document publié ce mardi, qui réclame que les  «chefs d’Etat et gouvernements doivent commencer à bâtir des forces de stand-by placé sous le commandement de l’Union ». Ce document précise qu’une définition des intérêts de la Défense européenne et des zones géographiques prioritaires devrait y être incluse. Les dirigeants européens sont également appelés à définir les objectifs stratégiques et à en faire le lien avec les troupes sur le terrain. « Approfondir la coopération de l’UE en matière de sécurité et de défense contribuera à réduire les dépenses et permettra à l’UE de réagir plus rapidement en cas de crises internationales », notent les auteurs du document, le député allemand Michael Gahler, le député français Arnaud Danjean et le député Polonais Krzysztof Lisek.

 

À l'heure actuelle, la politique de défense et les questions de sécurité demeurent l’apanage exclusif des les gouvernements nationaux, et la plupart d’entre eux sont réticents à concéder ces prérogatives à l’UE.

 

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 12:20
Hélicoptère Sikorsky CH-148 Cyclone

Hélicoptère Sikorsky CH-148 Cyclone

 

 

5 septembre 2013 radio-canada.ca – (La Presse Canadienne)

 

 

Le gouvernement Harper pourrait être prêt à jeter l'éponge dans le projet d'achat des hélicoptères CH-148 Cyclone, retardé depuis des lunes, et a même dépêché en Grande-Bretagne des représentants du secteur militaire pour évaluer d'autres appareils.

 

Selon des sources du ministère de la Défense, l'équipe, qui inclut un officier de la division des besoins en ressources aériennes des Forces aériennes, a visité une base située dans le sud du Royaume-Uni, récemment, pour jeter un coup d'oeil aux hélicoptères HM-1 Merlin de la Royal Navy.

 

Une porte-parole de la ministre des Travaux publics, Diane Finley, a confirmé que le gouvernement étudiait des options « autres » que les hélicoptères Cyclone, qui accusent un retard de plusieurs années et dont les coûts ont largement dépassé les estimations budgétaires.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 11:55
Le CNES et le GIFAS co-président le Comité de Pilotage du COSPACE

5 septembre 2013 Aerobuzz.fr

 

Le Comité de Concertation Etat Industrie sur l’Espace (COSPACE) a été officiellement lancé hier mercredi 4 septembre par Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en charge de l’Espace. La finalité du COSPACE est de permettre à la France de conserver sa position de leader européen en matière d’espace.

 

Le Comité de Pilotage du COSPACE, co-présidé par Jean-Yves Le Gall, président du CNES et Jean-Loïc Galle, président de la Commission Espace du GIFAS et président-directeur général de Thales Alenia Space, regroupe les représentants du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du Ministère de la Défense, du Ministère des Affaires étrangères, du Ministère de l’Economie et des Finances, du Ministère du Redressement productif et du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Eutelsat, Arianespace, l’ONERA et le Comité des Programmes Scientifiques du CNES ainsi que les industriels, Astrium, Thales Alenia Space, Safran, Sodern, Sofradrir, Axon’cable et Megellium.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 11:50
Empennage, tuyères et cônes d’hélices modifiés pour l’AW609 – photo AgustaWestland

Empennage, tuyères et cônes d’hélices modifiés pour l’AW609 – photo AgustaWestland

5 septembre 2013 Aerobuzz.fr

 

L’hélicoptériste AgustaWestland a annoncé tester plusieurs améliorations aérodynamiques sur son convertible civil AW609. Empennage vertical, tuyères des moteurs, cônes d’hélice : l’ensemble des modifications devrait réduire la traînée de 10 % environ. Les concepteurs de l’AW609 comptent sur un allègement simultané. Au Texas et en Italie, les deux prototypes ont accumulé 800 heures de vol depuis le premier vol en 2003. La certification, régulièrement repoussée, est désormais attendue en 2017.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 11:30
source hemaridron.com

source hemaridron.com

L'attentat contre le Drakkar, en octobre 1983, avait été perpétré par un kamikaze en réponse à des frappes punitives menées par les États-Unis, à l'appui de l'armée libanaise, contre les forces syriennes au sud de Beyrouth.

 

05/09/2013 Par Isabelle Lasserre - LeFigaro.fr

 

Les options militaires contre la Syrie semblent toutes mauvaises. Les frappes punitives ont les faveurs des responsables politiques.

 

À en croire les spécialistes qui se sont penchés sur le dossier syrien, toutes les options militaires sont également mauvaises. Armer les rebelles signifie courir le risque de renforcer les islamistes radicaux, qui gagnent chaque jour en influence et dont une partie se revendique d'al-Qaida. Dangereuse à terme pour l'Occident, cette solution pourrait aussi nourrir le chaos sur le terrain et entretenir pour longtemps la guerre civile. Provoquer la chute de Bachar al-Assad par une campagne aérienne soutenue - l'exemple libyen - ne protégerait pas forcément la Syrie des mêmes effets. La politique du «changement de régime» n'a guère porté ses fruits en Irak, en Afghanistan et en Libye. Quant à la possibilité d'envahir la Syrie, elle est jugée si dangereuse en conséquence qu'elle a été exclue des différents scénarios, à Washington comme à Paris.

 

Reste l'option qui semble avoir la faveur des responsables politiques et militaires: des frappes punitives, limitées dans le temps et menées contre des objectifs ciblés. L'histoire récente en fournit plusieurs exemples. Mais aucun n'a été couronné de succès.

 

En 1983, en pleine guerre civile libanaise, des bateaux américains bombardent, depuis la Méditerranée, les forces syriennes au sud de Beyrouth, pour appuyer l'armée gouvernementale. Résultat: les attentats contre le Drakkar et l'aéroport international de Beyrouth, menés en octobre de la même année par des kamikazes et qui ont coûté la vie à 58 parachutistes français et 241 marines américains.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 07:50
Aerospace firms expand supply, services networks in Poland

WARSAW, Poland, Sept. 5 (UPI)

 

Italy's Alenia Aermacchi and AgustaWestland subsidiary PZL-Świdnik SA are expanding their Polish business networks as they pursue Polish military contracts.

 

Alenia Aermacchi, seeking a Polish Ministry of Defense contract to supply jet trainers, has signed a series of agreements with the Polish aerospace companies for joint development of technologies, production of advanced materials, logistic support, production of equipment and servicing and maintenance activities.

 

PZL-Świdnik SA, meanwhile, has signed Memorandums of Understanding with 19 other Polish companies for systems and services for a locally manufactured and Polish configured AW149 military helicopters.

 

"We have signed MoU's with 19 leading Polish players, including companies and research centers," said Mieczysław Majewski, president of the Management Board of PZL-Świdnik SA. "Negotiations are under way with further potential partners.

 

"The AW149 Polish Industrial Team provides clear evidence of our commitment to offering the Polish armed forces the most advanced Polish-made solution to meet their future requirements."

 

Poland's military is seeking to procure 70 multi-role helicopters.

 

The AgustaWestland AW149 that PZL-Świdnik is offering to Poland is a medium-lift aircraft with a cruise speed of 173 miles per hour. It can carry 12 fully equipped combat troops or nearly 6,000 pounds of cargo.

 

PZL-Swidnik collaborated with AgustaWestland in the aircraft's development.

 

For Poland's new fleet of jet trainers, Alenia Aermacchi is offering its twin-seat M-346 advanced jet trainer, which is based on the Yak-130 subsonic trainer/light attack jet developed with Russia's Yakovlev as a joint venture. It has a top speed of 652 mph. It is also able to replicate the characteristics of several fourth-generation fighters.

 

To strengthen its bid for a new trainer fleet, Alenia Aermacchi said it has signed a series of agreements with Polish aviation companies for the maintenance, repair and life support services for the aircraft as well as production of components and logistics.

 

It also signed a deal with PZL-Swidnik for the transfer in Poland of composite material production activities for new commercial aircraft and for M-346 component production.

 

"Alenia Aermacchi is expecting that the potential technology and workload centered around the M-346 success in AJT (advanced jet trainer) acquisition could trace the path for a strong and successful cooperation between Alenia Aermacchi and the Polish Aerospace Industry, for the most effective AJT Fleet management in support of Polish Air Force requirements, as well as for the exploitation of the widest possibilities of industrial synergies for future commercial and military aerospace programs," Alenia Aermacchi said.

 

In other Polish aviation news, Boeing and Polish Defense Holding have agreed to collaborate in areas such as platform production, advanced technology solutions, and research and development.

 

"PDH is a regional leader in defense technology and draws on Poland's talented and experienced workforce to manufacture world-class products," said Henryka Bochniarz, president of Boeing Central and Eastern Europe. "We look forward to collaborating with them on potential contributions to Poland's drive for defense modernization."

 

PDH, comprised of 40 companies in Poland and elsewhere, is a major manufacturer and supplier of military equipment in Central and Eastern Europe.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 07:50
Le système Mamba, équipé de missiles Aster 30, en service au sein de l’armée de l’Air française.

Le système Mamba, équipé de missiles Aster 30, en service au sein de l’armée de l’Air française.

05.09.2013 Par Frédéric Lert (FOB)

 

MSPO, le salon polonais de la défense qui se termine aujourd’hui à Kielce, aura été l’occasion de remettre au premier plan l’implication des industriels français (ou considérés comme tel) : figurent en bonne place Eurocopter qui propose son EC725 et MBDA dans le cadre de la défense aérienne. Deux projets considérés comme suffisamment prioritaires pour échapper aux coupes récentes du budget polonais de la défense.

 

Dans le cas de MBDA, la Pologne représente un enjeu conséquent, avec l’opportunité de placer le VL Mica et surtout son Aster déjà vendu à la France et à l’Italie, tout en élargissant la base industrielle de ce système de défense aérienne à moyenne portée. L’Aster est traditionnellement opposé à la compétition russe (S-300), américaine (Patriot) ou même chinoise… La Pologne souhaitant dans cette affaire se prémunir contre une menace venant de l’est, on peut toutefois considérer que le S-300 ne figurera pas parmi les favoris de Varsovie… Preuve de l’importance du dossier, Antoine Bouvier, PDG de MBDA, avait fait pour la première fois le déplacement à Kielce.

 

Le besoin polonais porterait sur huit batteries comprenant chacune deux unités de tir à deux lanceurs chacune (soit 32 lanceurs au total) et le coût total estimé pour le programme serait de 3 à 4 milliards de dollars, en comptant les couches inférieures de la défense aérienne pour lesquelles concourt le VL Mica. Comme d’habitude dans ce genre d’affaire, l’enjeu est au moins autant industriel que militaire. Depuis trois ans, MBDA s’est investi dans cette opération en se rapprochant des industriels polonais représentés par le consortium PHO (anciennement Buma). Un premier accord signé dès 2009 prévoyait de faire une large place à l’industrie locale en lui laissant la responsabilité des radars, des systèmes de communication et de commandement et accessoirement des véhicules porteurs. Selon ce schéma, MBDA aurait apporté les missiles et les lanceurs. Cet accord fut étendu en 2011 au missilier polonais Mesko, qui fabrique aujourd’hui le Spike israélien sous licence. Un scénario envisagé par MBDA, qui ne cache pas son désir de mettre en place une coopération industrielle très poussée, serait de confier à Mesko l’intégration des missiles Aster et VL Mica. MBDA aurait même proposé à son interlocuteur polonais d’entrer dans le programme Block 1NT pour préparer le futur de l’Aster.

 

On explique chez MBDA en être actuellement au stade d’un « dialogue technique ». Un choix polonais d’ici la fin de l’année, comme parfois annoncé, paraît peu probable. Il faudra sans doute attendre 2014 pour savoir dans quelle voie s’engageront les Polonais, qui se sont vu offrir depuis peu une autre opportunité offerte par le gouvernement italien : rejoindre le consortium MEADS, où ils pourraient remplacer la participation américaine défaillante. Opter pour l’Aster ou le MEADS représenterait pour la Pologne une très belle opportunité de prendre en marche le train de l’Europe de la défense à un niveau technologique élevé.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 07:45
The European Union and Somalia join hands in maritime security partnership

5/9/2013 EU source: European Union  -Ref: EU13-411EN

 

Summary: 5 September 2013, Brussels - On 4 September 2013, off the coast of Mogadishu, the EU Naval Force (EU NAVFOR) Atalanta hosted the President of Somalia, Hassan Sheikh Mohamud, on board the Dutch EU NAVFOR flagship, HNLMS Johan de Witt.

 

The European Union and Somalia join hands in maritime security partnership

 

The President, his Ministers and security commanders met with EU Special Envoy to Somalia, Michele Cervone d'Urso, the EU Naval Force Operation Commander, Rear Admiral Bob Tarrant and Head of Mission of EU Capacity Building Mission (EUCAP) Nestor, Etienne de Poncins. It was discussed how the different EU instruments can support the development of a comprehensive Somali Maritime Strategy.

The event built on the first meeting held on June 24 on a EU Naval Force flagship and aimed to further foster the partnership between Somalia and the European Union and constitutes a stepping stone towards the third international counter-piracy conference in Dubai on 11-12 September 2013 and the "New Deal for Somalia" Conference in Brussels on 16 September 2013. The New Deal Conference will endorse a 'Compact' between Somalia and the international community that identifies the key political, security and socio-economic priorities for the coming years.

President Hassan Sheikh Mohamud: "Somalia welcomes cooperation with the EU to improve maritime security as part of the broader engagement of the EU in Somalia. Maritime cooperation will have important effect on the stabilization and development of coastal areas in my country. I intend to present the outline of a comprehensive maritime strategy during the Brussels Conference".

EU Special Envoy to Somalia, Michele Cervone d'Urso said: "This event was yet another occasion to reiterate the EU's strong commitment to help Somalia on its path towards stability and security. During the upcoming "New deal for Somalia" Conference in Brussels, support to the Somali security sector will be high on the agenda, including maritime security".

In order to support the Somali authorities to increase their capabilities to fight piracy and other illegal activities off their coastline, the EU NAVFOR Dutch flagship also provided the platform for a EUCAP Nestor maritime crime seminar, including a practical exercise with delegates from Somalia. The delegates, comprising Somali prosecutors, judges and maritime police officers, observed a demonstration of how a suspect pirate vessel is intercepted, including boarding the vessel, detaining suspects, seizing evidence and investigation.

Speaking about the seminar Etienne de Poncins, Head of Mission of EUCAP Nestor, said "events which include practical exercises such as the one organised on board the Dutch flagship are an important means to demonstrate the broad engagement required from the Somali judiciary and police in order to effectively tackle counter piracy and other illegal activities as to improve maritime security in the Horn of Africa."
 
Background

EUCAP Nestor is a civilian led European Union mission aimed at enhancing maritime capacities of countries off the Horn of Africa and the Western Indian Ocean.

EU Naval Force deters, prevents and represses acts of piracy and armed robbery off the coast of Somalia.  EU Naval Force ships protect World Food Programme vessels delivering aid to Somalia and AMISOM shipping.  EU Naval Force ships also contribute to the monitoring of fishing activity off the Somali Coast.    

Links:

A New Deal for Somalia - Brussels Conference

EU NAVFOR - Somalia

EUCAP NESTOR

EU Relations with Somalia

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 07:35
photo Ajai Shukla

photo Ajai Shukla

05/09/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

India's Arjun Mk2 Main Battle Tank performance assessment trials are now concluding, paving the way for the design to soon enter Indian Army service, providing a large order is forthcoming.

 

Based on the Arjun MBT, the Mk2 variant of India's almost 40-year-old tank design boasts several new features. Modifications to its firing system have reduced its overall weight from 64 tonnes to around 55 tonnes, while it also has an improved missile-firing capability, new navigation and power generation systems and anti-tank mine detection lasers.

 

Listing the differences between the Arjun and its successor, Indian officials have previously managed to come up with some 90 new enhancements integrated into the upgraded model.

 

Arjun Mk2 MBT

 

Now, the Arjun Mk2 MBT is nearing the end of an extensive test programme, launched in June 2012.

 

In a statement on the upgraded Arjun tank trials, one defence official told the Times of India: "We are satisfied with the end product and its results, making it one of the most potent combat tanks for the army with unmatched automatic target detection and destruction, while offering maximum protection to the crew."

 

A representative from DRDO (the Defence Research and Development Organisation, which developed the Arjun) added: ''If the army is satisfied, the order of 500 should be placed in one go, since that would save time for various formalities and procedures of a fresh order."

 

Arjun Main Battle Tank

 

Right now, about 124 Arjun Main Battle Tanks serve with the Indian Army. The Arjun Mk2 is set to enter series production in 2014, while other tank designs in Indian Army service include the T-90S Bhishma and the T-72 Ajeya.

 

DRDO is tasked with developing the Indian Armed Forces' next-generation military technologies. Established in 1958, it has a workforce of 30,000 (including 7,000 military scientists) and it works in the fields of aeronautics, weaponry, naval systems, combat vehicles and much more besides.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 07:35
GULF OF ADEN Aug. 24, 2013 Lt. j.g. Fasoli USS Mason (DDG 87) discusses techniques with Chinese sailors aboard the PLA Navy destroyer Harbin (DDG 112)

GULF OF ADEN Aug. 24, 2013 Lt. j.g. Fasoli USS Mason (DDG 87) discusses techniques with Chinese sailors aboard the PLA Navy destroyer Harbin (DDG 112)

Sep. 5, 2013 - By SAM FELLMAN  - Defense News

 

The Navy is seeking ways to bolster ties with the Chinese Navy, including exchanging officers and conducting fleet operations.

 

Chief of Naval Operations Adm. Jon Greenert said these possibilities would be discussed when he hosts his counterpart, Adm. Wu Shengli, next week for a visit that starts in San Diego and then heads to Washington, D.C.

 

The US and Chinese navies have seen some recent cooperation, including when the US destroyer Mason and a Chinese destroyer landed each other’s helicopters as part of an anti-piracy exercise. Greenert wants to build on that by planning more exercises and operations and creating command and control rules, much as the Navy has when operating with other foreign navies.

 

“It takes too much time to get one simple operation going,” Greenert said Thursday in a discussion at the American Enterprise Institute think tank in Washington, D.C. “I want to move ahead in that so that our folks, when they get out there, they can do more.”

 

Greenert’s sitdown will be his first with the head of the People’s Liberation Army Navy since he took over as CNO two years ago. Greenert said he’s looking for “areas of overlap” between the navies, such as counter-piracy and humanitarian assistance.

 

It’s particularly important that the navies began exchanging mid-grade officers and senior enlisted so that people in both services had useful contacts and knew how each others’ fleets train and operate, Greenert said.

 

One Chinese ship is set to participate in next year’s Rim of the Pacific exercise for the first time and Greenert said another opportunity is a joint humanitarian mission, perhaps using both services’ hospital ships.

 

“I want to explore the opportunity of maybe doing a combined operation,” Greenet said.

 

Meanwhile, the Chinese Navy would like to produce a bilateral code of conduct so that skippers and fleet bosses can readily talk to their counterparts, Greenert said, a step necessary to reduce the chance for a miscalculation. Indeed, the Chinese are locked in maritime disputes with many of their neighbors and are wary of the US’s so-called strategic pivot to the Asia-Pacific region, where 60 percent of the Navy will be based by the end of the decade.

 

Asked what the Chinese have to gain from these talks, Greenert mentioned his visit last week with the Chinese Navy’s No. 2 officer. “He has the challenge of a growing navy and an assignment and an intent by their nation to operate in the South China Sea,” Greenert said. “Well, they know we’re going to be there too. And they frankly know that the Japanese Navy is going to be there and the Philippines. So he wants to move away from miscalculation and preclude an embarrassing scenario that they just wish they hadn’t gotten themselves into. And we all know these things can happen.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories