Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 16:35
Astra missile source Livefist

Astra missile source Livefist

August 22, 2013 idrw.org (SP’s Special Correspondent)

 

The indigenous Astra beyond visual-range air-to-air missile has been captive flight tested again on the Su-30MKI, following successful tests in April this year as earlier reported bySP’s. The IAF is watching keenly as the ambitious weapon system proves itself on the air dominance platform, and is hoping for a test firing from the Su-30MKI this year.

 

According to HAL, captive flight test for the Astra missile on the Su-30MKI aircraft was planned in three phases: Phase-1, to carry out aero-structural and mechanical integrity for carriage of Astra under steady and manoeuvering conditions, Phase-2 to carry out validation of weapon control system and its electrical and avionic interfaces with Astra missile and in Phase-3, to check the performance of missile system in transmitting and receiving mode of missile seeker with designated target under different flight conditions and the live firing of the Astra missile from the aircraft. As first reported by SP’s, while the base version Astra Mk.1 will have an intercept range of 44-km, it will be the Astra Mk.2 that will be a true force multiplier weapon, with an intercept range in excess of 100-km.

SU-30MKI_India photo USAF

SU-30MKI_India photo USAF

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 16:35
India to deliver reconnaissance helicopters to Afghan armed forces

Thu Aug 22 By Ghanizada - khaama.com

 

India may deliver military equipments including weaponry and aircraft to Afghanistan, the visiting Afghan delegation to India, headed by second vice-president Mohammad Karim Khalili said.

 

The officials further added that the military equipment will be handed over to the Afghan military in the near future.

 

Afghanistan army chief of staff, Gen. Sher Mohammad Karimi is also accompanying the second vice-president Mohammad Karim Khalili during his visit to India.

 

The delegation met with a number of high level Indian government officials including the second vice-president of India Hamid Ansari, to discuss the bilateral cooperation between the two countries.

 

Gen. Sher Mohammad Karimi quoted by Afghanistan’s 1TV Media said, the government of India has vowed to provide a number of reconnaissance helicopters to the Afghan military.

 

Mr. Karimi further added that the government of Afghanistan expects New Delhi’s cooperation in providing helicopters and training of the Afghan pilots, besides providing training to Afghan armed forces.

 

In the meantime, the Indian vice-president Hamid Ansari said, New Delhi is committed to rebuild Afghanistan as a stable, democratic and prosperous country and hoped that the two nations can overcome the challenge posed by terrorism.

 

“India does not have an exit strategy. With the conviction that we shared a common past and that we are destined to share a common future, India will continue to contribute, within its capabilities, in the re-building of Afghanistan,” Mr. Ansari said.

 

He said India remains committed to implement the Strategic Partnership Agreement signed between the two countries in October 2011. The agreement articulates the future areas of cooperation between the two countries in diverse spheres.

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 16:30
The Israeli Navy plans to buy new Super Dvora Mk-III fast patrol craft, such as the one seen here, for counter-terror and interdiction missions in coastal waters along its northern border with Lebanon. (Israel Aerospace Industries Ltd.)

The Israeli Navy plans to buy new Super Dvora Mk-III fast patrol craft, such as the one seen here, for counter-terror and interdiction missions in coastal waters along its northern border with Lebanon. (Israel Aerospace Industries Ltd.)

 

Aug. 22, 2013 By BARBARA OPALL-ROME  - DefenseNews

 

The Israeli Navy plans to buy new Super Dvora Mk-III fast patrol craft, such as the one seen here, for counter-terror and interdiction missions in coastal waters along its northern border with Lebanon.

 

TEL AVIV — The Israeli Navy plans to buy new Super Dvora Mk-III fast patrol craft for counter-terror and interdiction missions in coastal waters along its northern border with Lebanon.

 

Built by the Ramta division of state-owned Israel Aerospace Industries Ltd. (IAI), the Mk-III craft will join at least six Mk-III boats purchased in late 2004 and deployed primarily in Israel’s southern Mediterranean waters near the Gaza Strip. Once inducted into the Israeli Navy inventory, the newer-model patrol craft will replace or supplement Mk-I and Mk-II patrol craft now deployed in Israel’s northern theater.

 

An item posted Aug. 21 on the Israel Defense Forces (IDF) website noted that the pending procurement is one of the efficiency measures undertaken by the Israeli Navy through retirement of older Sa’ar 4 warships in exchange for smaller and more operationally cost-effective patrol craft.

 

A commander identified only by his rank — lieutenant colonel — and first initial was quoted by the IDF website as saying Super Dvora operators are charged with patrolling coastal waters, identifying all irregular events and arriving at suspected sites “within mere minutes.” He described the new patrol craft planned for deployment along the Israel-Lebanon sea border as “a force multiplier.”

 

According to IAI, the Super Dvora Mk-III measures 27.4 meters long, some 5.74 meters across with displacements ranging from 58 to 72 tons. Powered by two US-built diesel engines, the patrol craft are designed to operate in very shallow waters for breaching operations by naval commandos, to offload medical or humanitarian supplies and to evacuate injured persons.

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 16:30
La France donne des équipements à l’armée libanaise - cérémonie à la base aérienne de Beyrouth.

13 août 2013 Ambassade de France à Beyrouth

 

Dans le cadre de sa coopération bilatérale avec le Liban, la France contribue au renforcement des capacités opérationnelles de l’armée libanaise. Un soutien accru a été annoncé par le Président François Hollande, lors de sa visite au Liban en novembre 2012, puis réitéré à l’occasion du déplacement officiel à Paris du commandant en chef, le général Jean Kahwaji, en début d’année 2013. Ce soutien s’est concrétisé dernièrement par une cession gracieuse d’équipements militaires à l’armée libanaise.

 

Ce don, qui comprend des gilets pare-balles, du matériel optique et des missiles HOT, a donné lieu à une cérémonie de remise officielle, le 13 août 2013, à la base aérienne de Beyrouth. Le général Abou Haidar, sous-chef équipements de l’état-major de l’armée libanaise et représentant du commandant en chef, le général Jean Kahwaji, et le Chargé d’affaires a.i. de l’ambassade de France, M. Jérôme Cauchard, représentant l’Ambassadeur Patrice Paoli, ont présidé cette cérémonie. Le général Chahine, commandant des forces aériennes libanaises ainsi que l’attaché de défense adjoint, le Capitaine de Corvette Trouche, et divers officiers libanais ont également participé à cette cérémonie.

 

Le soutien ancien de la France à l’armée libanaise, prend la forme d’une coopération militaire bilatérale riche et diversifiée. Outre des cessions d’équipements, cette coopération passe principalement par des actions de formation au profit des personnels de l’armée libanaise. Chaque année, environ quatre-vingt stagiaires libanais sont ainsi envoyés en formation dans les écoles militaires françaises, tandis que des détachements français se rendent régulièrement au Liban pour y dispenser des instructions, notamment dans les domaines du déminage ou du combat en montagne.

 

De même, le contingent français de la FINUL effectue des activités régulières de coopération opérationnelle avec les brigades de l’armée libanaise implantées au Sud Liban, par le biais de patrouilles communes, ainsi que d’exercices et d’entraînements mutuels dans les domaines tactique et logistique.

 

Lors de son discours, M. Cauchard a rappelé que « cette action de coopération concrétise l’engagement politique de la France aux côtés du Liban, aux côtés de l’armée libanaise, pour aider à l’accomplissement de leur difficile et noble mission au service de la stabilité et de la paix du Liban ».

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 16:20
Tthe MSC dry cargo/ammunition ship USNS Lewis and Clark (T-AKE-1) in the Atlantic Ocean. Photo US Navy.

Tthe MSC dry cargo/ammunition ship USNS Lewis and Clark (T-AKE-1) in the Atlantic Ocean. Photo US Navy.

22 August 2013 naval-technology.com

 

Erickson Air-Crane has been awarded a contract by the US Department of Defense (DoD) to provide comprehensive replenishment and logistics services.

 

Under the contract, Erickson Air-Crane will provide ship-based and shore-based vertical replenishment and other rotary-wing logistic services to the US Navy Military Sealift Command (MSC), for support of the US fifth and seventh fleets, operating primarily in the Pacific and Indian oceans.

 

The company will also provide search and rescue support, medical evacuations, passenger transfers, internal cargo movement and dynamic interface testing as part of the contract.

 

Erickson chief executive officer, Udo Rieder, said the company will provide these important services to the Sealift Command.

 

"This new award for Evergreen underlines our growth opportunity and further cements our position as a preferred provider of services for a wide variety of missions in support of defence operations around the world," Rieder said.

"The company will provide search and rescue support, medical evacuations, passenger transfers, internal cargo movement and dynamic interface testing."

 

The MSC's vertical replenishment (VERTREP) programme has been designed to create efficiency, allow ships to remain at sea for extended periods as well as to improve safety and boost mission readiness levels for the US.

 

Operating approximately 110 non-combatant, merchant mariner-crewed ships that replenish US Navy ships, the MSC performs specialised missions, strategically prepositions combat cargo at sea and move military cargo and supplies used by deployed US forces and coalition partners.

 

Awarded competitively to Evergreen Helicopters International, a wholly owned subsidiary of Erickson Air-Crane, the contract will begin on 1 October 2013.

 

The contract has a first year value of $6.8m and four additional option-year renewals, with a cumulative total value of $36.6m.

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 15:00
Direction du renseignement militaire.

Direction du renseignement militaire.

20.08.2013 Par ministere de la defense

Au sommaire de ce numéro spécial d’août 2013 un reportage de 26 minutes intitulé « Le renseignement militaire »

Les plateaux de ce numéro d’août 2013 ont été réalisés la Direction du renseignement militaire.

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 14:25
Colombian Army Acquires 28 Additional COMMANDO Armored Personnel Carriers from Textron Marine & Land Systems

August 22, 2013 (Marketwired )

 

NEW ORLEANS, LA - Textron Marine & Land Systems (TM&LS), an operating unit of Textron Systems, a Textron Inc. (NYSE: TXT) company, announced today a $31.6 million contract award from the U.S. Army Tank-Automotive and Armaments Command (TACOM) to provide 28 COMMANDOTM Advanced Armored Personnel Carriers (APCs), with 40mm/.50 cal remote turrets, to the Colombian Army (COLAR). Initial APC deliveries to the U.S. Army, for shipping to Colombia, are expected to begin in November, with all vehicles scheduled to be completed and transferred by April 2014.

 

The contract also includes repair services on two damaged Armored Personnel Carriers in the COLAR's inventory, which consists of 39 COMMANDO Advanced APCs in operation with its Armored Cavalry units. These repairs will coincide with vehicle support service work on COLAR APCs awarded to TM&LS earlier this year.

 

Since fielding its APCs in May 2010, the COLAR has employed them extensively while combating internal revolutionary forces in Colombia. These vehicles have provided the mobility, protection and firepower needed to meet all COLAR tactical armored vehicle requirements.

 

"Our Colombian Army customer values the performance, operator protection and reliability they have experienced with our COMMANDO APCs during more than three years of demanding operations," said Textron Marine & Land Systems Senior Vice President and General Manager Tom Walmsley. "We're pleased to be growing this relationship and providing the Colombian Army with this important asset for its Cavalry units."

 

The COMMANDO Advanced APC is an extended version of the Armored Security Vehicle, combat proven by the U.S. Army and other militaries in locations including Afghanistan and Iraq for more than 10 years. The APC's additional two feet in length and six inches in internal height allow greater troop carrying capacity. These vehicles offer excellent on-road and off-road mobility, enabling them to operate in urban, jungle, desert and mountainous terrain. Crew protection is reinforced with a V-shaped hull bottom and 360-degree protection from direct fire.

 

Rigorously tested and proven in the toughest environments, the COMMANDO family of vehicles offers a range of protection options, unmatched on-road/off-road mobility and ample firepower. TM&LS produces four lines of COMMANDO four-wheeled vehicles - COMMANDO Utility, COMMANDO Advanced, COMMANDO Select and COMMANDO Elite.

 

As an end-to-end armored vehicle provider, TM&LS offers customers a wide range of COMMANDO products and services. Within the COMMANDO family of vehicle lines, TM&LS has recently developed an enhanced recapitalization solution for HMMWVs, a 4x4 mortar vehicle, and command and control integration. Coordinated logistics support ensures proper fielding, training, maintenance and related services throughout each vehicle's life cycle. 

 

About Textron Marine & Land Systems

Textron Marine & Land Systems designs, produces and supports advanced wheeled combat vehicles and cutting-edge maritime craft used by U.S. and international armed forces, as well as civilian entities around the globe. Its COMMANDO family of armored vehicles offers a full range of vehicle options delivering enhanced survivability, mobility, lethality and sustainability. Textron Marine & Land Systems' innovative turret technology and related subsystems also deliver outstanding performance and reliability. Its strategic business, MillenWorks, operates an Engineering Center of Excellence with a reputation as a highly sought-after solution center, which designs and develops advanced mobility solutions for demanding on- and off-road applications. Textron Marine & Land Systems is an operating unit of Textron Systems. More information is available at www.textronmarineandland.com.

 

About Textron Systems

Textron Systems has been providing innovative solutions to the defense, homeland security and aerospace communities for more than 50 years. Headquartered in Providence, R.I., the company is known for its unmanned aircraft systems, advanced marine craft, armored vehicles, intelligent battlefield and surveillance systems, intelligence software solutions, precision smart weapons, piston engines, test and training systems, and total life cycle sustainment and operational services. Textron Systems includes AAI Logistics & Technical Services, AAI Test & Training, AAI Unmanned Aircraft Systems, Aerosonde, ESL Defence, Lycoming Engines, Medical Numerics, MillenWorks, Overwatch, Textron Defense Systems and Textron Marine & Land Systems. More information is available at www.textronsystems.com.

 

About Textron Inc.

Textron Inc. is a multi-industry company that leverages its global network of aircraft, defense, industrial and finance businesses to provide customers with innovative solutions and services. Textron is known around the world for its powerful brands such as Bell Helicopter, Cessna Aircraft Company, Jacobsen, Kautex, Lycoming, E-Z-GO, Greenlee, and Textron Systems. More information is available at www.textron.com

 

The following files are available for download:

Colombian Army Acquires 28 Additional COMMANDO Armored Personnel Carriers from Textron Marine & Land Systems
Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:55
C. Bigot, nouveau directeur de la stratégie de la DGSE

22 août 2013 par Henri Weill - Ainsi va le monde !

 

Il est comme Bernard Bajolet arabisant. Tous deux sont également énarques et ont assumé des responsabilités de chefs de poste dans des pays sensibles.

 

Suite ICI

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:50
NAWCAD Team Helps British Crew Complete New Helo Tests

The upgraded CH-47 Chinook, outfitted with bright red skis, hovers over the airfield at Naval Air Station Patuxent River as it completes checks of a new digital automatic flight control system. The system gives the aircraft better low speed capabilities, allowing for safer maneuvering and increased control. (Courtesy photo by Fred Troilo)

 

Aug 21, 2013 ASDNews Source : Naval Air Systems Command

 

NAVAL AIR SYSTEMS COMMAND, PATUXENT RIVER, Md. — Royal Air Force (RAF) flight crews completed testing of their new MK6 tandem rotor helicopter with the help of the Naval Air Warfare Center Aircraft Division (NAWCAD) here Aug. 10.

 

NAWCAD employees provided assistance to the RAF under a commercial service agreement with Boeing. NAS Patuxent River offers many unique testing areas such as sloped landing pads, maneuvering courses and heavy lift stations. Flying in these testing areas ensured the helicopter’s new digital automatic flight control system (AFCS) could operate successfully in a wide range of environments and scenarios, from operations in a desert theater to supply drops in the Arctic.

 

 “This is going to give us increased control in degraded visual environments, when operating in very difficult conditions such as in the dark or with dust and snow that prevent the pilot from seeing,” said RAF Flight Leader Chris Boddy. “This gives control to the aircraft so the pilot can monitor the profiles of the aircraft flying and not be overworked.”

 

 In addition to the digital AFCS, the upgraded version of Boeing’s CH-47 Chinook contains distinctive items such as the COBRA fire suppression system, the external rescue hoist and a rotor brake. The new frame structure of the MK6 allows for lower maintenance and vibration signatures for longer life.

 

 Several RAF teams visited NAS Patuxent River over the test period, allowing different crews to conduct tests and gain experience flying the aircraft.

 

“We really appreciate all the facilities we have been able to use on base and places in the local community as well,” Boddy said. “It’s been a good place to work and live.”

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:45
Batlog Misma photo EMA May 2013

Batlog Misma photo EMA May 2013

22 aout 2013 Le Democrate

 

L’armée ivoirienne a entamé des réformes sous la houlette des autorités militaires du pays, dans la perspective de renforcer son efficacité, a constaté mardi dernier Xinhua.

 

Pour le ministre ivoirien de la Défense Paul Koffi Koffi, il s’agit de réformes majeures dans le secteur de la Défense, afin que la Côte d’Ivoire que le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara veut émergente d’ici 2020, soit un pays qui rassure.

"Les innovations sont d’importance capitale pour relever les défis de la sécurisation post-crise et de la défense optimale du territoire", a noté le ministre.

"Nous venons d’achever l’élaboration des textes devant régir l’organisation de la Défense, le commandement des Forces, le statut, la carrière des militaires et le profil des postes, la formation, etc.", a-t-il indiqué.

Paul Koffi Koffi a par ailleurs fait état des projets de centres d’instruction pour les militaires du rang, afin de renforcer leur formation commune de base et réinstaurer la discipline, ainsi que la promotion du genre avec l’accès désormais des filles à l’Ecole militaire préparatoire technique ( EMPT).

Au chapitre des réformes dans le secteur de la formation, le ministre a révélé la création d’un institut des hautes études stratégiques de défense dans le pays.

Pour certaines autorités militaires, l’acquisition de nouvelles tenues militaires et l’élaboration d’un code d’éthique et de déontologie devant régir la fonction militaire se présentent également comme des axes clés de la mue de l’armée ivoirienne.

"Ce projet de charte d’éthique et du code de déontologie vise à instaurer un nouvel état d’esprit dans les armées. La Côte d’Ivoire veut se doter d’une armée qui doit demeurer un "miroir" pour la société", a estimé un officier général des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI).

 

Pour celui-ci, l’heure du professionnalisme a sonné après les dérapages qui ont suivi la guerre.

 

"Des éléments incontrôlés se laissaient aller à des comportements répréhensibles, mais tout cela relève maintenant du passé", a noté l’officier.

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:40
Russian Navy Hovercraft Lands On Busy Beach

21 août 2013 AZCNewsView


Hundreds of sunbathers have their day at the seaside interrupted by a 60-metre hovercraft when it lands unexpectedly on a beach.

A huge military hovercraft has made an unexpected landing on a packed beach in Russia.

Hundreds of people were sunbathing on the beach when the vessel powered towards them.

No one was injured, although witnesses said beachgoers were surrounded by paratroopers and asked to move on.

A spokesman for the Russian defence ministry told local newspaper Komsomolskaya Pravda that the hovercraft was on a tactical mission in an area owned by the military.

"Docking at the beach ... is a normal event," a spokesman was quoted as saying. "What people were doing at the beach on the territory of a military (base) is unclear."

However, the newspaper said the base the ministry was referring to was in Khmelevka, several kilometres away.

The hovercraft is believed to have been one of the Russian Navy's Zubr-type crafts, which are built in St Petersburg and can travel at speeds of up to 60 knots (110kmh, 68mph).

They weigh around 550 tonnes and measure nearly 60 metres in length.

The vessels carry up to 500 troops and can be fitted with missile launchers, automatic gun mounts and equipment to lay mines.


Десантный корабль Зубр на пляже Russian landing ship Zubr Navy Hovercraft Lands On Busy Beach
Russian Military Hovercraft Lands on Crowded beach | Close Up + HQ
Десантный корабль "Зубр" выплыл на пляж - Russian Military Hovercraft Lands

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:40
Briefing franco-russe avant le départ en mission

Briefing franco-russe avant le départ en mission

22/08/2013 CNE Karim Djemai - armée de l'air

 

Un détachement d’avions de combat français est déployé, du 18 au 23 aout 2013, sur la base aérienne de Savasleyka (district de Nijni-Novgorod, à 400 km à l’est de Moscou), pour le premier entraînement tactique commun organisé au profit de la coopération opérationnelle bilatérale. Cet exercice vise à renforcer la connaissance mutuelle et l’interopérabilité de nos forces dans le domaine des opérations aériennes. Trois Mirage F1 de l’escadron de reconnaissance 2/33 « Savoie » sont ainsi arrivés sur le territoire russe, dimanche 18 août 2013, en provenance de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan.

 

En plus des avions de chasse français, trois avions de transport tactique (deux C160 Transall et un C130 Hercules) ont été mobilisés afin d’acheminer le fret et le personnel jusqu’à la base aérienne de Savasleyka.

 

« Cet exercice constitue une grande première, déclare le lieutenant-colonel Benjamin Vinot-Préfontaine, directeur de l’exercice. Par le passé, des avions de chasse français avaient déjà été accueillis sur une base aérienne russe. Je pense en particulier à ceux du régiment de chasse « Normandie-Niemen », unité qui entretient depuis sa création en 1942 des liens puissants avec les forces aériennes russes. Ces échanges étaient l’occasion de rencontres nourries autour de traditions communes. Ils se traduisaient notamment par des vols d’échanges en place arrière d’avions de chasse. Pourtant, jamais encore les pilotes français n’avaient pris part à un exercice tactique articulé autour d’un véritable scénario opérationnel élaboré en commun. »

 

Durant cette semaine, plusieurs vols en patrouilles mixtes sont programmés. Pour les besoins de l’exercice, les forces aériennes russes ont ainsi mobilisé quatre avions de chasse MIG 29. « Nous allons notamment simuler des passes d’attaques air-sol aux côtés de nos homologues russes, détaille le directeur de l’exercice. Le fait de réaliser ce type de vol ne coule pas de source. D’autant plus que nous ne parlons pas la même langue. Nous avons dû établir ensemble des procédures spécifiques, afin de garantir une sécurité des vols permanente. »

 

Pour que tout fonctionne selon le plan défini, une préparation minutieuse a été menée pendant plusieurs mois. Une première réunion, appelée Initial Planning Conference s’est tenue en Russie du 18 au 21 mars 2013, suivie d’une seconde réunion (Medium Planning Conference) menée en France du 8 au 11 avril 2013. « Ce premier entraînement aérien tactique constitue un jalon important dans le développement de la coopération opérationnelle entre nos deux pays, estime le lieutenant-colonel Matthieu Évain, attaché de l’air auprès de l’ambassade de France à Moscou. Il permet sans aucun doute de renforcer nos liens de confiance mutuelle. »

 

La soixantaine d’aviateurs français, présents sur le sol russe jusqu’à vendredi 23 août 2013, dispose donc encore de quelques jours pour renforcer les liens d’amitié les unissant à leurs homologues russes.

Mirage F1 sur le tarmac de la base aérienne russe

Mirage F1 sur le tarmac de la base aérienne russe

Un C130 Hercules a participé au déploiement des Français sur la base aérienne russe

Un C130 Hercules a participé au déploiement des Français sur la base aérienne russe

Les aviateurs français et russes renforcent leurs liens de coopération

Les aviateurs français et russes renforcent leurs liens de coopération

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:30
Les chefs de la Défense américain et israélien s'entretiennent sur la sécurité au Moyen-Orient

2013-08-22 xinhua

 

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, s'est entretenu mercredi par téléphone avec son homologue israélien Moshe Ya'alon sur les questions de sécurité au Moyen-Orient, a annoncé la Pentagone.

 

"L'appel a porté sur la violence qui se poursuit en Syrie, y compris les récentes accusations d'utilisation d'armes chimiques, et la situation en Egypte et en Iran", a indiqué dans un communiqué le porte-parole du Pentagone, George Little.

 

Hagel et Ya'alon ont convenus de poursuivre leur dialogue intensif sur une multitude de défis auxquels les deux alliés font face, a-t-il ajouté sans divulguer davantage de détails.

 

Les Etats-Unis et Israël maintiennent une communication étroite sur la situation en Syrie, un vieil ennemi de l'Etat hébreu.

 

Plus tôt dans la journée de mercredi, le gouvernement américain a exprimé sa préoccupation profonde au sujet des accusations d'utilisation des armes chimiques par l'armée syrienne, appelant les Nations Unies enquêter sur l'incident.

 

Les deux pays sont également préoccupés par l'escalade de la violence en Egypte, pays voisin d'Israël et le premier pays arabe à avoir officiellement reconnu l'Etat hébreu, depuis que le président Mohamed Morsi a été évincé par l'armée égyptienne. Certains pays, dont la Turquie, ont accusé Israël d'être derrière la chute de Morsi.

 

En ce qui concerne l'Iran, les Etats-Unis et Israël ont également coordonné leurs efforts pour empêcher Téhéran de se procurer des armes nucléaires en imposant des sanctions et en menaçant de lancer une attaque militaire préventive.

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:30
C-130J Super Hercules Photo by Andrew McMurtrie

C-130J Super Hercules Photo by Andrew McMurtrie

21.08.2013 Shani Pomes - iaf.org.il

 

While aerial teams of the upcoming “Hercules” squadron are being trained in the U.S., in Israel, the work has just begun for the technical division of the squadron: Infrastructure has been built and a construction crew has been drafted. Unlike in the past, the soldiers of the technical division of the “Hercules” squadron will work alone, without the help of external maintenance crews

 

Construction of a new squadron is a long, complex process, especially when it comes to a new plane in the IAF. These days, the soldiers are working on the establishment of the "Hercules" squadron on the airbase in Nevitim for next year: while the aerial teams are being trained in the U.S., the establishment of a technical division of the squadron has begun. The past two weeks were dedicated to the initial infrastructure designed for the division, which includes buildings for the technicians and offices, in which the technicians will work every day on the establishment of the future "Hercules" squadron.

 

In addition to the construction of infrastructure, a team was established for the technical division of the squadron that consists of 13 professionals and will soon be recruiting more soldiers into the new division, when the technicians are carefully selected. "Acceptance to the technical division of the ‘Hercules' squadron is contingent upon passing an English test and approval from two acceptance committees, one led by the commander of the maintenance squadron on the base, and the other led by the commander of the base himself", explains Major Roy Mimun, Technical Officer in the construction team of the "Hercules" squadron.

 

Construction of the technical division of the new squadron began as early as January 2013, and demanded unique characteristics of the maintenance crew. "This is the first time that the IAF bears sole responsibility for the area of maintenance, and to this end, built the technical division for the field of heavy transport. There will not be external maintenance crews for the "Hercules", we will strengthen it fully", promises Major Mimum. "This is a process that is special on the one hand and complex on the other", we are looking at independent building in all areas of maintenance of the plane, and at the end of the year we will leave Israel for three months to train on it".

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:30
EU to Suspend Sale of Arms, Security Goods to Egypt

Aug 21, 2013 ASDNews (AFP)

 

European Union foreign ministers agreed to suspend the sale of security equipment and arms to Egypt, the EU's foreign policy chief Catherine Ashton said Wednesday.

 

Ministers of the 28-nation bloc holding emergency talks in response to the violence in Egypt also agreed to review aid to the country, she added.

 

"We strongly condemn all acts of violence and we do believe the recent actions of the military have been disproportionate," Ashton told a news conference at the close of a four-hour meeting between the ministers.

 

She said the EU called "on all sides" to halt the violence and urged all sides to come together in an inclusive process to agree a political solution to the country's crisis.

 

"We will review assistance to Egypt but assistance to the most needy will remain," Ashton added.

 

"All member states feel very strongly they want to continue to support the people of Egypt."

 

The ministers had agreed to suspend export licences to Egypt for any equipment which could be used for internal repression and to reassess arms export licences and review their security assistance with Egypt.

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:20

20 août 2013 US Navy

Amphibious transport dock Pre-Commissioning Unit Somerset (LPD 25) sails through the Gulf of Mexico during builder's sea trials. Testing during builder's trials also includes anchor handling, flight operations, ballasting and de-ballasting the well deck, and compartment air balancing.


(Video courtesy of Huntington Ingalls Industries)

Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 07:55
Baltic: exercice d’interception avec un C160

05/08/2013 Sources : EMA

 

Le 29 juillet 2013, à l’occasion d’une livraison de matériel par un C160 Transall, une patrouille de deux Mirage F1-CR déployée dans le cadre de la mission Baltic a effectué un entraînement d’interception.

 

Le C160 Transall de l’Escadrille d’Instruction des Equipages (EIE) de la base aérienne 105 d’Evreux s’est rendu sur la base aérienne de Šiauliai (Lituanie), afin d’effectuer une livraison de matériel nécessaire à la mise en œuvre des Mirage F1-CR et la relève intermédiaire du personnel navigant, provenant de l’Escadron de Reconnaissance (ER) 2/33 Savoie.

 

Lors du vol aller, et dès son entrée dans l’espace aérien lituanien, le Transall a été intercepté par une patrouille de Mirage F1-CR, qui a ainsi pu conduire un entrainement complet depuis l’interception jusqu’aux mesures d’arraisonnement. Le C160  a ainsi été accompagné jusqu’à son atterrissage sur le terrain de Šiauliai.

 

Depuis le 30 avril 2013, près de 80 militaires français et 4 Mirage F1-CR, sous mandat de l'OTAN, sont présents sur la base aérienne de Šiaulai (Lituanie). Durant 4 mois, le détachement français conduit des missions d'assistance et de police du ciel dans l'espace aérien de la Lituanie, de la Lettonie et de l'Estonie.

Baltic: exercice d’interception avec un C160
Baltic: exercice d’interception avec un C160
Baltic: exercice d’interception avec un C160
Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 07:55
Le groupe aéronaval prêt au combat

01/08/2013 Marine Nationale

 

Au terme d’un entraînement complet conduit en Méditerranée et qui s’est achevé le 1er août 2013, le groupe aéronaval formé autour du porte-avions Charles de Gaullea recouvré sa pleine qualification opérationnelle. Il est ainsi à la disposition du chef d’état-major des Armées, prêt à être projeté pour conduire des opérations de projection de puissance en mer et en profondeur contre la terre. 

 

Cette période d’entrainement en force navale constituée a permis de réunir à la mer les principaux acteurs du groupe aéronaval (GAN) français que sont le porte-avions et son escorte de bâtiments de combat, les avions de chasse du groupe aérien embarqué et l’état-major de planification et de conduite des opérations du groupe aéronaval. Les unités engagées ont validé ensemble chacune des capacités fondamentales qu’elles apportent au groupe aéronaval : planification et exécution de missions de projection de puissance dans la profondeur par les avions du Charles de Gaulle, défense des unités de la force contre les actions ennemies, attaque d’une force navale hostile.

 

Autour du Charles de Gaulle et ses 19 aéronefs (8 Rafale, 7 Super-Etendard, 2 Hawkeye et 2 hélicoptères Pedro Dauphin et Alouette III) escortés par la frégate de défense aérienne Forbin, un sous-marin d’attaque, le pétrolier-ravitailleur Var, la frégate anti-sous-marine Dupleix, l’aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubetet un avion de patrouille maritime ATL2 ont contribué activement à sa remise en condition opérationnelle.

« A raison de trois à quatre pontées par jour, nous avons catapulté les avions Rafale, Super Etendard et Hawkeye du porte-avions, simulé des attaques d’objectifs terrestres situés à plusieurs centaines de nautiques du porte-avions » précise le CF Stanislas Delatte, officier chargé de la planification des opérations aériennes depuis le Charles de Gaulle. « Le concours d’avions de chasse de l’Armée de l’Air en tant que force d’opposition a rehaussé le réalisme de l’exercice et ainsi accéléré  le cycle de qualification de l’ensemble ».

 

L’entraînement du GAN (ENTGAN) a mobilisé les 60 marins de l’état-major du groupe aéronaval (EMGAN) à la tête des unités déployées au sein de la force. « Pour nous, ENTGAN marque la fin du processus de remontée en puissance du porte-avions après une période d’entretien » ajoute le CV Emmanuel Slaars, chef d’état-major du groupe aéronaval. « L’aboutissement de cet entraînement à la mer sonne le retour sur le devant de la scène du porte-avions. Il a été rendu possible grâce aux processus de qualification de chacune des composantes du groupe aéronaval : porte-avions, groupe aérien embarqué, état-major projetable et escorte. L’équipe qui compose l’état-major est désormais apte à planifier et conduire des opérations de haute intensité, inscrites dans la durée ».

 

Le stage MECO (mise en condition opérationnelle)

 

Un sésame pour le porte-avions

A l’issue de 4 semaines d’exercices intensifs, marqués par une forte progressivité et un engagement soutenu de l’ensemble de l’équipage, sous l’égide des entraîneurs de la force d’action navale et de l’état-major de la force de l’aéronautique navale, le Charles de Gaulle et son groupe aérien embarqué ont obtenu le 28 juillet dernier leur qualification opérationnelle. Les 1700 marins embarqués sur le porte-avions ont ainsi retrouvé les automatismes et revu les fondamentaux nécessaires pour la mise en œuvre de toutes les fonctions qui concourent au bon déroulement d’une opération militaire en haute mer. Tour à tour ont été validées les aptitudes à la manœuvre et à la navigation dans toutes les configurations, la mise en œuvre des aéronefs sur le pont d’envol et les hangars, la gestion de l’armement et la projection des avions, les capacités de lutte contre les sinistres et avaries de combat et enfin la capacité à durer dans l’action par l’entretien du matériel et le soutien de l’équipage.

 

Au terme de la MECO, le nouveau commandant du Charles de Gaulle le capitaine de vaisseau Pierre Vandier a félicité son équipage pour sa performance et sa combativité, ce que n’a pas manqué de souligner également par ces mots le capitaine de vaisseau Thierry Meillour, chef de la division entraînement d’Alfan « l’équipage du Charles de Gaulle a débuté ce stage dans des conditions difficiles, mais est parvenu à se mobiliser pour acquérir la qualification opérationnelle. L’état d’esprit de cet équipage est remarquable ! »  

 

« Les pilotes entraînés et qualifiés »

Après les entraînements opérationnels Gallic Marauder, Joint Warrior 13.1 et Air Defense Week, cet embarquement de trois semaines a permis de qualifier un Groupe Aérien Embarqué (GAé) opérationnel, apte à conduire pleinement les missions qui lui sont confiées.

 

« A l’issue d’une première phase ayant permis la qualification à l’appontage jour et/ou nuit de 12 pilotes, l’ensemble des équipages des flottilles 4F (E2C), 11F (RFM), 17F (SEM) et 35F (PEDRO) est réentrainé »  Le Groupe Aérien Embarqué est à présent opérationnel et peut répondre depuis le porte-avions Charles de Gaulle au sein du groupe aéronaval à tous les engagements qui lui seraient ordonnés. » souligne le CV Eric Aymard, commandant du Groupe Aérien Embarqué.

 Cette sortie à la mer a ainsi contribué à la validation d’un certain nombre d’actions ciblées, gages de la maîtrise du savoir-faire spécifique aux opérations aéronavales depuis le porte-avions Charles de Gaulle.

 

« La TF 473 prête à l’emploi ». 3 questions au CA Jean-Baptiste Dupuis, commandant  la Task Force 473.

  

Quel sens donnez-vous à ENTGAN pour la préparation au combat de la TF 473 ?

La période d’entraînement du groupe aéronaval permet de fédérer les trois éléments constitutifs du GAN : le porte-avions et ses unités d’escorte, les flottilles du groupe aérien embarqué et l’état-major du groupe aéronaval, l’EMGAN, auquel incombe la tâche de planifier et conduire les opérations de l’ensemble de la force.  L’intégration de ces trois entités prend un tour particulier en 2013 car elle marque la fin du cycle de remontée en puissance du Charles de Gaulle au terme d’une période d’entretien planifiée de plusieurs mois.

 

Quel bilan dressez-vous de cette période à la mer ?

Le bilan d’ENTGAN est très positif car chaque élément de la force a préalablement suivi un cycle d’entraînement individuel adapté, sous contrôle de son autorité organique.  Après cette période d’entraînement, je considère que le groupe aéronaval a retrouvé l’ensemble de son savoir-faire et qu’il est au meilleur niveau de préparation opérationnelle.

 

Quelle est la traduction concrète de la qualification opérationnelle du groupe aéronaval ?

Le groupe aéronaval constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle n’offre pas seulement l’avantage d’un outil militaire très puissant : la qualification opérationnelle du groupe aéronaval permet également à la France de disposer d’un outil stratégique crédible et prêt à remplir l’ensemble des missions qui lui seront confiées dans un cadre national, international ou de coalition.

Le groupe aéronaval prêt au combatLe groupe aéronaval prêt au combat
Le groupe aéronaval prêt au combat
Le groupe aéronaval prêt au combatLe groupe aéronaval prêt au combat
Partager cet article
Repost0
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 07:35
Afghanistan : destruction de 6 tonnes de munitions

21/08/2013 Sources : EMA

 

Le 11 août 2013, le détachement munition français basé dans la zone militaire de l’aéroport international de Kaboul (KAIA) a procédé à une destruction de munitions sur un site de l’armée nationale afghane, le Kabul Military Training Center (KMTC) de l’armée nationale afghane.

 

Cette destruction visait à éliminer 600 kilos de munitions déclassées. Transmises de mandat en mandat, portées sur les militaires, transportées dans les véhicules, approvisionnant directement sur l’arme de bord (7,62 mm ou 12,7 mm), les munitions s’abîment au fil du temps et deviennent inutilisables voire dangereuses. Plutôt que de les rapatrier, il convient alors de les détruire.

 

Depuis le mois de mars, le détachement munition (DETMUN) a ainsi détruit plus de 6 tonnes de munitions soit 1/8 du stock total à désengager.

 

Le 11 août, le DETMUN a ainsi procédé à la destruction de près de 3 000 cartouches de 12,7 mm, une centaine de grenades (à main et à fusil), ainsi que quelques roquettes, par le biais d’un fourneau. Un fourneau de destruction est comparable à une sorte de « mille-feuilles » pyramidale. Sur la couche la plus basse sont déposées les munitions difficiles à détruire car elles contiennent peu de matière active.

 

Au-dessus, le reste des munitions en terminant par l’explosif servant à la destruction. Lors de l’explosion, l’ensemble du fourneau est écrasé contre le sol.

 

Placé sous les ordres de l’adjoint interarmées du soutien munition (AISM), le DETMUN est aujourd’hui composé de deux sous-officiers : un comptable munitions, expert technique qui est responsable de l’inventaire du suivi et du stock et un artificier, chef de la partie française du dépôt de KAIA et responsable des perceptions et du reversement des munitions auprès des unités soutenues.

 

Dans le cadre du désengagement, les militaires français du service interarmées des munitions (SIMu) assurent une gestion contrôlée et organisée des stocks : approvisionnement, comptabilité, rapatriement, destruction. Cette gestion centralisée permet d’établir une traçabilité précise des différents types de munitions appartenant aux forces françaises sur les théâtres d’opérations extérieures.

Afghanistan : destruction de 6 tonnes de munitionsAfghanistan : destruction de 6 tonnes de munitions
Afghanistan : destruction de 6 tonnes de munitionsAfghanistan : destruction de 6 tonnes de munitions
Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 16:55
BEAD-air : les experts mènent l’enquête

13/08/2013 CNE Laetitia Périer

 

Situé sur la base aérienne 107 de Villacoublay, le bureau enquêtes accidents Défense-air (BEAD-air) a pour mission d’enquêter sur tous les accidents ou incidents aériens graves des aéronefs d’Etat. Objectif : comprendre ce qui s’est passé et émettre des recommandations de sécurité pour que cela ne se reproduise plus.

 

Mars 2012, aéroport d’Angoulême-Cognac. Au cours d’un vol d’instruction, un Grob 120 de l’école de pilotage de l’armée de l’Air se pose train rentré. L’équipage est indemne mais l’aéronef est endommagé. Que s’est-il passé ? C’est la question que se posent les enquêteurs du bureau enquêtes accidents Défense-air (BEAD-air) après chaque accident ou incident aérien grave concernant un aéronef d’Etat, qu’il appartienne à l’armée de Terre, à l’armée de l’Air, à la Marine nationale, à la Direction générale de l’armement (DGA), à la douane, à la sécurité civile ou encore à la gendarmerie nationale. Leur objectif : « Comprendre ce qui s’est passé, pourquoi cela s’est passé et émettre des recommandations de sécurité pour que cela n’arrive plus,  résume le lieutenant-colonel Pierre-Yves Martin, adjoint au chef de la division investigations. Notre but est de faire de la prévention, pas de trouver des coupables. »

 

 

Un coup de téléphone et l’enquête est déclenchée. Informé d’un événement qui vient de se produire en métropole ou sur un théâtre d’opérations extérieures, le BEAD-air envoie sur le lieu de l’accident une équipe  dirigée par un directeur d’enquête technique et un enquêteur adjoint. Afin de préserver les indices de toute nature et recueillir les tous premiers éléments, un enquêteur de première information (EPI), susceptible d’appartenir à n’importe quel organisme d’Etat et proche du lieu de l’accident est choisi parmi la centaine d’EPI couvrant le territoire pour se rendre au plus tôt sur place. Quarante huit heures après l’événement, un « message de premières informations » est rédigé, exposant les éléments déjà recueillis et éventuellement les premières recommandations de sécurité. La phase d’expertise et d’analyse commence alors. « Nous abordons une enquête sans a priori, explique le lieutenant-colonel Martin. Nous étudions d’abord l’environnement de l’aéronef, puis l’appareil – ou l’épave, si c’est ce qu’il reste. S’il y en a, nous récupérons les enregistreurs de vol, nous recueillons les témoignages, voire des photos prises par des gens qui se trouvaient à proximité. »

 

A partir de ces éléments et des relevés techniques, les enquêteurs vont s’orienter vers un ou plusieurs domaines d’analyses pouvant expliquer les causes de l’accident. Parmi eux, l’environnemental (météo, infrastructure). En mai 2012, deux secouristes sont blessés par des chutes d’arbres au cours d’une opération de secours menée à l’aide d’un hélicoptère de la sécurité civile. L’enquête conclut que ces chutes ont été provoquées par le souffle du rotor, mais que l’équipage ne pouvait pas soupçonner que les arbres de la zone étaient fragilisés par des chutes récurrentes de cailloux.

 

L'environnement, l'aspect technique et les facteurs humains et organisationnels au cœur des analyses

 

Autre domaine d’analyse : l’aspect technique (pannes, défauts de conception, matériel inadapté). En mai 2004, à Fort-de-France, un C-160 de l’armée de l’Air en début de roulage s’enflamme. L’équipage évacue sans dommage l’appareil. L’enquête conclut que l’incendie a été déclenché par un arc électrique au niveau de câbles d’ancienne génération de la pompe avant du réservoir.

 

Enfin le domaine des facteurs humains et organisationnels. Beaucoup plus vaste que les deux précédents, il englobe à la fois les actes dangereux, mais également toutes les conditions ayant pu influencer ces actes : charge de travail trop élevée, formation inadéquate, planification incomplète de la mission ou encore stress ayant conduit à un déficit d’attention…

 

 

Précisions avec le lieutenant-colonel Jean-Marc Imbault de la cellule instruction-standardisation : « Lorsque nous suspectons un facteur humain et organisationnel d’être la cause d’un accident, nous utilisonsla grille  HFACS (Human Factor Analysis and Classification System – système de classification et d’analyses des facteurs humains). Mise au point par deux chercheurs américains, Shappell et Wiegmann, elle nous permet de classer tel ou tel facteur dans des cases bien précises – actes dangereux, conditions préalables aux actes dangereux, supervision et influences de l’organisation. »

 

Même si les onze enquêteurs du BEAD-air possèdent des compétences avérées en tant que pilotes, contrôleurs aériens ou ingénieurs, ils font régulièrement appel à des aides extérieures : trois experts (pilote, mécanicien et médecin) désignés par l’organisme dont relève l’aéronef, puis, en fonction des besoins, des spécialistes. Ces derniers peuvent être des chercheurs de l’Institut de recherche biomédicale des armées de Brétigny-sur-Orge, appelés en renfort pour comprendre le comportement des acteurs ou l’ergonomie de l’appareil, ou des spécialistes de la motorisation et des fluides de la DGA. Il leur est même possible de créer des films d’animation en 3D, comme l’explique Christian Le Bouche, de la cellule expertises-logistique : « Si l’on a la chance de disposer des enregistreurs de vol, le CVR (cockpit voice recorder – enregistreur des conversations dans le cockpit) et le FDR (flight data recorder – enregistreur des paramètres de vol), nous pouvons reproduire la séquence et nous faire une meilleure idée de l’enchaînement des événements. Avec le CVR, nous pouvons connaître les échanges entre les membres d’équipage et l’environnement sonore de la cabine. »

 

 

Au terme de chaque enquête, un rapport en quatre parties est publié. Il présente les faits relatifs à l’événement ; la formulation d’hypothèses pour l’expliquer et la démonstration qui permet de les rejeter ou de les juger possibles, probables ou certaines ; les conclusions de l’enquête  et, enfin, les recommandations de sécurité. Pour une seule et même investigation, plusieurs causes peuvent être identifiées. Ainsi,  en 2009, une panne technique, une mauvaise météo et des procédures partiellement bien appliquées par le pilote entraînèrent la sortie de piste d’un Super Etendard modernisé de la Marine. Aujourd’hui, 6 % seulement des causes recensées relèvent de l’environnement, 14 % sont dues à des défaillances techniques alors que 80 % entrent dans la catégorie facteurs humains et organisationnels. En dépit de cette prépondérance, les nombreuses procédures mises en place pour éviter les erreurs et le contrôle croisé des membres d’équipage permettent de réduire les erreurs humaines et d’obtenir un niveau de sécurité particulièrement élevé. 

Comment devenir enquêteur de première information ?

Sur la base du volontariat au sein des organismes étatiques,  le candidat suit une formation à l’issue de laquelle il reçoit l’agrément du directeur du BEAD-air. Au cours de ce stage, l’EPI (enquêteur de première information) aborde le contexte juridique et règlementaire des enquêtes techniques, la méthodologie des investigations (examen du site, de l’épave, des systèmes et du poste de pilotage…)  et les techniques d’entretien des témoins. Une vingtaine d’EPI est ainsi formée chaque année.

Qualités requises : forte motivation, capacité d’organisation et aptitude certaine à l’intelligence des situations. L’EPI doit également pouvoir se dégager rapidement de ses obligations, sur une période qui peut atteindre plusieurs semaines.

Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 16:55
La cyberdéfense, le nouveau champ stratégique de la France

02/08/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le projet de loi de programmation militaire, présenté ce vendredi en conseil des ministres, donne le cadre juridique à la France pour neutraliser des sites soupçonnés d'attaques informatiques.

 

 La France prend la mesure de la cyberguerre, ce nouveau champ de bataille très secret. Elle avait notamment besoin d'une souplesse pour lutter à armes égales avec les Etats, voire des individus, prêts à lancer des attaques informatiques. Dans ce cadre, le projet de la loi de programmation (LPM) offre à l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) les outils juridiques indispensables pour lui permettre de défendre efficacement les systèmes d'information stratégiques contre des attaques informatiques sans risquer d'entrer dans le champ des incriminations prévues 323-1 à 323-3 du code pénal. Ils pourront ainsi étudier l'action de logiciels malveillants ou accéder à un serveur informatique à l'origine d'une attaque afin d'en neutraliser les effets. « Nous nous dotons le droit de détecter puis de neutraliser des sites malveillants », explique-t-on dans l'entourage du ministre.

 

En outre, la LPM permettra aux services français de ne pas tomber dans le champ de deux incriminations pénales prévues en cas de fabrication, de détention ou d'utilisation de matériels pouvant servir à enregistrer des conversations privées, à capter des données informatiques ou à intercepter des correspondances. « L'extension consiste à couvrir non plus seulement les seuls matériels conçus pour commettre des atteintes à la vie privée mais également ceux qui sont susceptibles d'être utilisés à ces fins », précise le projet de LPM.

 

Priorité de la stratégie de défense

 

Le Livre blanc de 2013 a fait de la cybersécurité l'une des priorités de notre stratégie de défense et de sécurité nationale pour se protéger d'une attaque informatique majeure « pouvant désormais constituer un véritable acte de guerre. « Le projet de loi traduit la nouvelle donne stratégique que constitue, pour le présent et pour l'avenir, la cyberdéfense », explique le projet de LPM. Outre une adaptation du droit, il prévoit notamment le renforcement des capacités militaires dans ce domaine, notamment à travers le recrutement de plusieurs centaines de spécialistes, la mise en place d'une organisation et d'une chaîne opérationnelle centralisée et un effort important dans le cadre des études amont, pour développer les instruments de pilotage de la cyberdéfense dont doit disposer le gouvernement et pour permettre une protection plus efficace des opérateurs d'importance vitale (OIV).

 

Le Premier ministre pourra imposer aux opérateurs d'importance vitale des obligations en matière de sécurisation de leur réseau, de qualification de leurs systèmes de détection, d'information sur les attaques qu'ils peuvent subir et de soumission à des contrôles de leur niveau de sécurité informatique ou de l'application des règles édictées. « Des sanctions pénales sont prévues par le projet de loi en cas de non-respect de ces obligations », explique-t-on dans l'entourage du ministre. Des amendes, voire des poursuites.

 

Capacités offensives

 

Le projet de loi de programmation militaire prévoit un effort marqué dans le développement des capacités de cyberdéfense militaires. Soit la mise en place d'un dispositif, étroitement intégrée aux forces et en relation avec le domaine du renseignement. Ce dispositif comprend notamment des capacités défensives et offensives pour préparer ou accompagner les opérations militaires. Il s'appuiera sur une chaîne opérationnelle de cyberdéfense cohérente avec l'organisation et la structure opérationnelles des armées et sur une composante technique confiée à la direction générale de l'armement (DGA). Cette dernière sera chargée de connaître et d'anticiper la menace, de développer la recherche amont et d'apporter son expertise en cas de crise informatique touchant le ministère de la Défense.

Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 16:30
Turkey's first A400M photo Airbus Military

Turkey's first A400M photo Airbus Military

12 Aug 2013 By Craig Hoyle - FG

 

London - Airbus Military has performed a 5h 30min first flight with an A400M transport for the Turkish air force.

 

Conducted from the manufacturer's San Pablo final assembly site in Seville, Spain on 9 August, the milestone moves aircraft MSN9 closer to its planned delivery later this year. Airbus Military has previously outlined a schedule to hand over Ankara's first of 10 examples in late September.

 

Turkey's first pilots, loadmasters and technicians for the A400M are already receiving instruction on the new type at the San Pablo site's international training centre, the company says.

 

MSN9 is the third production A400M to have been flown to date, with the previous two having been built for lead operator the French air force. Airbus Military delivered the programme's first aircraft to the service early this month.

 

Meanwhile, Airbus Military's flight test campaign with the A400M currently involves a fresh series of unpaved runway trials, using development aircraft "Grizzly 2" at a site near Zaragoza, Spain.

Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 12:55
De 1980 à 1996 : la genèse de l’A400M

par LTT GOLFIER Patricia, chargée de recherche au CESA /DERc

 

Dans les années 1980, la France et ses proches voisins européens prennent conscience de la vétusté de leurs transporteurs. En 1982, au cours d’une coopération transatlantique entre BAe (Royaume-Uni), Aérospatiale (France), Messerschmitt-Bölkow-Blohm (Allemagne) et Lockheed (USA), le projet FIMA (Futur International Military Airlifter) est lancé. En 1987, CASA (Espagne) et Aeritalia (Italie) gonflent les rangs du consortium désormais dénommé FLAEG (Future Large Aircraft Exploratory Group). Le but est de développer un remplaçant pour le Lockheed C-130 Hercules et le Transall C-160. Mais en 1989 Lockheed trouvant que le projet n’avance pas, quitte la coopération pour développer la seconde génération d’Hercules : le C-130J.

 

Télécharger l’intégralité de l’article au format pdf

 

Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 11:55
Les poids lourds de l'industrie de défense

20.08.2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale


Voici une nouvelle étape de notre parcours dans l'annuaire statistiques de la Défense 2012-2013. Une mine d'or d'informations brutes que nous vous livrons par petites touches ici dans le calme relatif du mois d'août.

 

Aujourd'hui, les principaux acteurs de l'industrie de défense (photo de la Fremm Aquitaine construite par DCNS)... Un excellent début de catalogue de nos poids lourds du secteur fourni par la DGA. Un regret, on aurait aimé voir plus loin dans un secteur économique qui représente environ 165 000 emplois directs et indirects, et un chiffre d'affaires de l'ordre de 15 milliards d'euros, dont le tiers environ est réalisé à l'exportation, la France se plaçant au quatrième rang mondial des exportateurs.

 

Rafale.jpg- Groupe Dassault aviation : les avions militaires représentent 23 % du chiffre d'affaires 2010, soit près d'1 milliard d'euros (4,187 milliards au total).

Employés : 11 491.

Programmes en cours : ATL2, Mirage 2000, Mirage F1, Alphajet, Rafale (photo), drone démonstrateur nEUROn.

 

BPCMistral.jpg- DCNS : le CA est à 98 % consacré à la défense, soit 2,5 milliards d'euros en 2010. 50 % pour des navires armées, 30 % pour du maintien en condition opérationnelle, 20 % d'équipements.

Employés : 12 266.

Programmes en cours : BPC (bâtiment de projection et de commandement, photo), frégates FREMM (France et Maroc), frégate Horizon, Gowind, IPER Charles-de-Gaulle, IPER adaptation M51, Prosub (Brésil), sous-marins Agosta (Pakistan), sous-marins Scorpène (Chili, Malaisie, Inde, Brésil), sous-marins SNA Barracuda, sous-marins SNLE nouvelle génération Le Terrible, torpilles MU 90 et F21, Sylver, Artémis, patrouilleurs Skjold (Norvège).

 

68e-regiment-d-artillerie-d-afrique.jpg- Nexter : l'intégralité du chiffre d'affaires de Nexter est consacré à l'industrie de défense, soit 1,076 milliard d'euros. 84 % pour des systèmes, 14 % pour des munitions, 2 % pour du maintien en condition opérationnelle.

Employés : 2 688.

Programmes en cours. Artillerie et équipement : Caesar 155 mm (photo), canon léger tracté de 105 mm LG1 MkII, canons et tourelles de moyen calibre, équipement Félin notamment le FAMAS surbaissé, systèmes d'autoprotection pour véhicules blindés, tourelle ARX20. Véhicules blindés et génie : char Leclerc, valorisation AMX-10 RC, VBCI versions VPC et VCI, Aravis de transport blindé, dépanneur Leclerc, char de déminage AMX-30B2 DT téléopéré, disperseur de mines antichars Minotaur et engins du génie. Munitions : moyen calibre (20 mm, 5 mm, 30 et 40 mm), gros calibre (90 mm, 100 mm, 105 mm et 120 mm), artillerie (155 mm), obus Bonus, munitions intelligentes et insensibles. Systèmes d'information : terminaux SIT et FINDERS d'aide au commandement.

 

DroneSDTI61eRAGAmex9~1.jpg- Safran : la défense ne représente que 11 % du chiffre d'affaires en 2010 pour un total de 10,76 milliards d'euros.

Employés : 54 256.

Programmes en cours : système de navigation SIGMA, armement sol-air modulaire (AASM), drones SDTI (photo), système du combattant Félin, participation au laser mégajoule, viseurs Strix, système de communication SITEL, jumelles multifonctions JIM LR... Moteurs militaires pour Mirage 2000, Rafale, A400M, propulsion spatiale avec le Vulcain d'Ariane, HM7, Mistral, Vinci, le propulseurs des missiles balistiques M51.

 

Mica.jpg- SNPE : le spécialiste de la propulsion, des poudres et des explosifs ne travaille qu'à 46 % pour la défense sur un CA total de 543 M€.

Employés : 2 912.

Programmes en cours. Propulsion stratégique : M45, M51. Propulsion tactique : ASMP-A, Aster, Mica (photo), GM LRS, Exocet, MdCN. Poudres : Leclerc, Caesar, moyens calibres, douilles combustibles. Explosifs : Mica, Exocet, Scalp EG, 76 mm marine, bombes aéroportées.

 

DronesWatchkeeper.jpg

- Groupe Thales : 57,5 % de son CA 2010 fait référence à la défense et à la sécurité, soit 7,5 milliards d'euros sur un total de 13,125.

Employés : 63 734.

Programmes en cours : Plus de 600 M€ : frégates FREMM (France, Italie), Rafale (France). Entre 400 et 600 M€ : systèmes de défense aérienne FSAF (France, Italie). Entre 200 et 400 M€ : hélicoptère NH90, porte-avions CVF (Royaume-Uni), satellites Sentinel 3, Syracuse 3 (France), système de défense aérienne ADAPT (Royaume-Uni), système de drones Watchkeeper (Royaume-Uni, photo).

 

SherpaRange.jpg- Renault Trucks Defense : Le chiffre d'affaires 2010 s'élève à 309 millions d'euros, intégralement consacrés à la défense comme l'indique le nom de la société filiale de Renault.

Employés : 526.

Programmes en cours : cabines blindés SEA et armée de terre, CAESAR, VAB, commission gestion configuration et mise en condition opérationnelle VAB, Otan Namsa (agence de soutien), Syracuse 3, VBCI, Sherpa range.

Les épisodes statistiques précédents :

Les salaires moyens dans les arméesles principaux équipements de l'armée de terreceux de l'armée de l'air et de la Marine nationalele personnel militaire en activité, les effectifs de la défense par région.

Partager cet article
Repost0
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 11:45
Remise d’épaulettes aux 46 élèves officiers - Crédits : Armée malienne

Remise d’épaulettes aux 46 élèves officiers - Crédits : Armée malienne

01/08/2013 Sources : LV Thibault Richard

 

Le vendredi 26 juillet 2013, la 34e promotion de l’Ecole militaire interarmes (EMIA) de Koulikoro a effectué sa cérémonie de fin de promotion. Son nom de baptême est « chef de bataillon Damien Boiteux » en hommage au premier soldat français mort au début de l’opération Serval. Le pilote du 4e régiment d’hélicoptère des forces spéciales (RHFS) avait été tué aux commandes de sa Gazelle, le 11 janvier 2013.

 

La cérémonie s’est déroulée au centre d’instruction, Boubacar Sada Sy, en présence du général Yamoussa Camara, ministre malien de la Défense et des anciens combattants, du général Grégoire de Saint-Quentin, commandant l’opération Serval et de Jean-Bosco Kazura, commandant la mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA). Les 46 élèves-officiers de six nationalités (béninois, burkinabés, camerounais, maliens, nigériens, et togolais) ont ainsi achevé leur formation d’officier sur le camp de Koulikoro où se déroule la formation des militaires maliens (European Union Training Mission - EUTM). Le colonel Philippe Testart, chef de corps du 1er RI, a pris le commandement de ce camp d’entraînement, le 17 juillet 2013. 426 militaires, issus de 19 pays de l’Union Européenne, participent à cette mission d’instruction.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories