Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 16:45
En Algérie, la fin des généraux anti-Bouteflika

 

02/10/2015 Par Adem Arroudj – LeFigaro.fr

 

Un ex-haut gradé a été arrêté pour «divulgation de secrets militaires». Le pouvoir traque ses opposants dans l'armée.

 

Jamais un tel secret n'a été éventé à Alger depuis vingt-quatre ans. Le général à la retraite Hocine Benhadid, ancien patron de la 8e brigade blindée, a révélé à la chaîne algérienne d'opposition Al Magharabia les détails du conclave des hauts gradés de l'armée algérienne trois jours après la victoire du Front islamique du salut au premier tour des législatives du 26 décembre 1991 et sur la marche à suivre face à l'imminence d'une prise du pouvoir par les islamistes.

La vidéo a été mise en ligne jeudi alors que l'auteur des révélations a été jeté dans une prison depuis son arrestation mercredi soir. C'est suite à une plainte du ministère de la Défense pour «divulgation du secret militaire» que plusieurs véhicules de la gendarmerie et de la police ont encerclé la voiture de l'ex-général, par ailleurs farouche opposant au président Bouteflika, à côté de chez lui sur les hauteurs d'Alger.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 16:30
photo RT.com (Twitter)

photo RT.com (Twitter)


04.10.2015 par 45eNord.ca (avec AFP)

 

Les forces russes ont mené ces dernières 24 heures de nouvelles frappes sur 10 cibles du groupe État islamique (EI) en Syrie, étendant leur campagne aérienne dans ce pays, a-t-on annoncé de source officielle russe.

 

« Sur les dernières 24 heures, des avions SU-34, SU-24M et SU-25 ont effectué 20 sorties », a annoncé le ministère russe de la Défense. « Dix cibles d’infrastructures des bandits de l’EI ont été frappées », a-t-il ajouté, ajoutant que les forces russes étaient en train d’étendre leur campagne de bombardements. « Dix cibles d’infrastructures des groupes de bandits de l’EI ont été frappées », a-t-il ajouté, ajoutant que les forces russes étaient en train d’étendre leur campagne de bombardements.

Les frappes ont visé selon le ministère des cibles dans la province d’Idleb (nord-ouest) – où selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) l’EI n’est pas présent -, ainsi que dans la province de Raqa (nord-est), fief du groupe jihadiste.

Selon le ministère, les SU-25 ont attaqué un camp d’entraînement dans la province d’Idleb et ont « détruit les repaires des terroristes et un atelier de fabrication d’explosifs, dont des ceintures explosives ».

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 16:20
A version of the French Navy's L-Cat landing craft is being offered to the US Army.(Photo: MC2 Tom Gagnier, US Navy)

A version of the French Navy's L-Cat landing craft is being offered to the US Army.(Photo: MC2 Tom Gagnier, US Navy)

 

October 3, 2015 By Pierre Tran - Defense News

 

PARIS — Constructions Industrielles de la Méditerranée (CNIM) will pitch a lightly modified version of its L-CAT landing catamaran in an expected US Army tender worth some $450 million for 37 new landing craft, said Philippe Neri, the French company's vice president for naval sales.

Minor modifications on the L-CAT are aimed to cut costs, meet requirements and pitch a “compliant and affordable” vessel in a competition likely to be launched toward the end of the year, he said.

The US Army is looking to buy a fleet of the Maneuver Support Vessel (light), or MSV (L), to replace the Vietnam-era “Mike boat,” or Landing Craft Mechanized 8 (LCM-8), Army acquisition officials said in August.

Speaking from the Toulon base, Adm. Denis Beraud, head of the French Naval Action Force, recalled an incident last winter when an L-CAT encountered some light fire from factions as it sailed from the Dixmude helicopter carrier to evacuate French nationals from Yemen.

“It was a little operation but it showed how useful it is to have ships widely deployed,” he said. In 2012, the Navy also drew on the L-CAT to evacuate foreign nationals from Lebanon.

The catamaran’s 30-knot high speed allows the Mistral, the mother ship, to stay off shore at a safe distance while being able to deliver a relatively heavy load of equipment to the beach, he said. “That saves a lot of time.”

France's Navy has four L-CATs as the government ordered that number for the Mistral projection and command warships and canceled options for two more. “I wish I had six,” Beraud said.

The Navy uses the L-CAT for Army training exercises, deploying troops along the Mediterranean coast. The vessel sails from Toulon to Corsica, runs beach reconnaissance and serves as a logistics platform by deploying six containers on the island, he said. Such exercises are part of the “shore-to-shore” approach.

The L-CAT, a variable shape ship with an adjustable deck  designed for the “ship-to-shore” landing craft mission, could meet the US Army’s requirements for the more autonomous shore-to-shore operation, Neri said. The vessels can be fitted for crew accommodation and sail loaded for 500 nautical miles.

CNIM hopes to sign a partnership agreement on the L-CAT with Fincantieri in the coming weeks, Neri said. The Italian shipbuilder would be prime contractor and CNIM subcontractor under the deal.

A US Army selection is expected an estimated two months after the request for proposals is launched. The services stand to lose budgets if they have not been committed by the summer.

The Army program is due to run for 10 years, with a three-year engineering, manufacturing and development phase producing a prototype, followed by low-rate initial production of four boats and full production after five years. The service is also expected to order medium and heavy versions of the boat, so the pick of the first model is seen as key amid lively competition.

CNIM sees Southeast Asia as a promising market as the L-CAT could serve as a vessel for disaster relief alongside its military mission. The Middle East is also viewed as a key region for sales.

The landing craft carries a civilian certification that allows the Navy to sail it up rivers as well as unload supplies in harbors, Beraud said.

In a separate deal, two L-CATs that were part of the canceled sale of the Mistral to Russia are now part of Egypt’s announced plan to buy the two helicopter carriers, said an industry executive, who confirmed a report in Challenges business magazine.

President François Hollande said he and his Egyptian counterpart have agreed that Egypt will acquire the two Mistrals from the canceled Russian deal. A contract with Cairo is due to be signed with prime contractor DCNS and delivery of the helicopter carriers is due in the first half of 2016, the executive said.

DCNS and CNIM are covered by Coface, the French export credit agency, for the cancellation of the Russian deal, according to a Sept. 29 report from the French Senate finance committee.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:55
photo EMA / SEA

photo EMA / SEA

 

02/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Le général d’armée Pierre de Villiers était au Centre d’Expertise pétrolière interarmées (CEPIA) situé à Marseille, le 30 septembre 2015, où il a rencontré des spécialistes au service des opérations et dont l’expertise est un élément clé de l’autonomie stratégique de notre pays.

 

Le CEPIA est l’organisme d’analyse, d’études et de conseil du Service des essences des armées (SEA).  Ses activités couvrent l’ensemble du domaine de l’expertise des produits pétroliers, des matériels et matériaux connexes distribués aux forces ou utilisés par le SEA.

 

Ce nouveau centre est une illustration du processus de transformation que conduit le SEA à l’image de l’ensemble des armées.

 

C’est ce que le CEMA a voulu transmettre aux 75 civils et militaires du CEPIA, lorsqu’il leur a déclaré « Vous êtes un modèle de compétence […] De votre engagement dépend l’efficacité opérationnelle, la sécurité et, plus largement, le bon fonctionnement de nos équipements »

 

REPERES

 

SEA

Le SEA a en charge l’approvisionnement, le stockage, le transport et la distribution de carburants, d’ingrédients et produits divers, ainsi que de matériels pétroliers, au profit des forces françaises, éventuellement multinationales ou alliées, sur les territoires français ou en opérations extérieures. Son directeur est l'ingénieur général Jean-Luc VOLPI.

 

CEPIA

Le CEPIA est situé au cœur du 14e arrondissement de Marseille. Le personnel de ce centre œuvre au profit des forces combattantes pour leurs engagements d’aujourd’hui et dans la préparation de ceux de demain. Son directeur est l’ingénieur en chef de 1ère classe Luc Gruel.

photo EMA / SEAphoto EMA / SEA

photo EMA / SEA

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:55
Le numéro de septembre-octobre 2015 d'Armées d'aujourd'hui est en ligne



02/10/2015 Armées d’Aujourd’hui DICOD

 

Comme tous les mois, retrouvez dès maintenant la revue du ministère en version numérique sur notre site.

 

En cette rentrée automnale, la rédaction d’Armées d’Aujourd’hui vous propose un dossier sur la place de la France au sein de l’Otan, à l’heure où le général Denis Mercier succède au général Jean-Paul Paloméros au poste de commandant suprême allié pour la transformation de l’Otan. Depuis son retour en 2009 dans le commandement militaire intégré, la France y assure un rôle moteur et lui confère une forte crédibilité opérationnelle. Avec un effectif de plus de 800 personnes au sein de l’Alliance atlantique et une contribution budgétaire de plus de 300 millions d’euros, la France a retrouvé une position influente au cœur de cette structure. Un atout stratégique majeur sur la scène internationale.

Nouvelle rentrée, nouveaux défis. Dans les pages Opérations, l’extension de Chammal au territoire syrien reflète bien la détermination de la France à répondre aux attaques de l’organisation terroriste Daech d’où qu’elles viennent. C’est cette même logique qui guide la détermination française sur l’opération Barkhane dans la bande Sahélo-Saharienne. Enfin, dans les pages Focus Défense, sont exposés les efforts menés pour le renforcement et l’encadrement des moyens du renseignement, avec un retour sur la loi sur le renseignement promulguée le 24 juillet dernier et les débats suscités par la thématique lors de l’Université d’été de la Défense, les 14 et 15 septembre derniers à Strasbourg.

Tous au vert ! En avance de phase de la conférence des Nations unies sur le changement climatique COP21, les armées, directions et services livrent des exemples concrets de leur propre contribution au combat pour la préservation de l’environnement.

Ne ratez pas le Détours par le nouveau hall 39-45 du musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, il est dédié aux warbirds, célèbres avions de la Seconde Guerre mondiale.

 

  >>> Lire le magazine

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:55
Ventes d'armes : 2015, une année record pour la France

 

01 octobre 2015 Par Alexandre Kara et L.H. - Europe1

 

A ce jour, la France est le deuxième exportateur mondial d'armement en 2015.

Il y a au moins un domaine dans lequel l’économie française réalise des performances exceptionnelles : les ventes d'armes. En effet, jamais la France n'en a vendu autant que cette année. Si l’on bloque les compteurs aujourd'hui, l'Hexagone est même devenu le deuxième exportateur mondial d’armement, derrière les Etats-Unis mais devant la Russie. A deux mois de la fin de l’année, le total des ventes d’armes tricolores en 2015 avoisine déjà les 16 à 17 milliards d’euros. A noter aussi : pour la première fois, la France exporte plus de matériel militaire qu'elle n'en achète pour ses besoins.

Des performances qui ont des retombées positives pour l'économie française. Ces ventes record génèrent en effet de l'emploi : près de 60.000 postes en l’espace de trois ans, non délocalisables dans leur grande majorité.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:55
photo Gardet & de Bezenac

photo Gardet & de Bezenac

 

1 octobre 2015 - Portail des Sous-Marins

 

Le chantier Gardet et de Bezenac du Havre peut envisager l’avenir avec sérénité. Il vient de décrocher le marché de la déconstruction de 18 navires de la marine nationale. Un tel volume représente quelque deux ans de travail pour ce chantier qui est l’un des seuls en France à disposer de l'agrément Installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE).

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:55
photo 1e RE - Légion Etrangère

photo 1e RE - Légion Etrangère

 

23-09-2015 par 1e RE Réf : 548 | 358

 

Cérémonies de commémoration du centenaire des combats de Champagne

 

Le 19 et 20 septembre, Une délégation et un détachement d’honneur du 1er Régiment étranger accompagné par la Musique de la Légion Etrangère ont participé à plusieurs cérémonies pour commémorer le centenaire des combats de Champagne lors de la grande guerre.

 

Le samedi 19 septembre, les légionnaires ont visité le site de Navarin et les lieux de combats du RMLE peu avant de participer à une cérémonie d’hommage aux Garibaldiens du 4° Régiment de Marche du 1er Etranger au cimetière militaire de Chambrecy et suivi peu après d’un concert de la MLE à Suippes.

 

Le dimanche 20 septembre, la délégation et le détachement d’honneur du 1er RE ont participé à une cérémonie au monument-ossuaire de Navarin commandé par le lieutenant-colonel (TA) Rémy Rousseau, en présence du général commandant la Légion étrangère et présidé par Monsieur Todeschini, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire (SEDACM).

 

La commémoration du centenaire des combats de Champagne a été clôturé par une magnifique cérémonie Légion au monument Farnsworth de Suippes et par une magnifique prestation de la MLE lors d’un concert à Châlons-en-Champagne.

 

Sur la route du retour, les légionnaires étaient heureux d’avoir visité une région assez méconnue et d’avoir surtout pu ressentir une partie de l’histoire de la Légion durant la grande guerre en visitant les lieux ou le RMLE a combattu et ou beaucoup de légionnaires ont laissé leur vie en servant la France.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:45
RMN Sultan Moulay Ismaïl

RMN Sultan Moulay Ismaïl

 

02/10/2015 Par Ziad Alami - le360.ma

 

La frégate Moulay Ismail, de type Sygma, est arrivée à Toulon pour participer à l’édition 2015 des manoeuvres franco-marocaines, placées sous le nom de code «Chebec».

 

C’est parti pour la 15ème édition de l’exercice naval franco-marocain, placé sous le nom de code «Chebec».  La Marine royale participe avec sa frégate Moulay Ismail, de type Sygma, à cet exercice lancé en 1990 pour renforcer l’interopérabilité des moyens entre les deux pays, liés par des accords de coopération et de partenariat militaires privilégiés, annonce le site "FAR-Maroc", spécialisé dans les questions de Défense.

 

Pour rappel, la frégate multi-missions marocaine, Moulay Ismail, avait participé à la parade navale organisée au large de Toulon pour commémorer le 70ème anniversaire du Débarquement de Provence.

 

Moulay Ismail est la seconde des trois frégates du type Sigma que compte la Marine royale. Elle a été livrée au Maroc en mars 2012 par le groupe néerlandais Damen.

 

Construit par le chantier Damen Schelde Naval Shipbuilding de Flessingue, le bâtiment mesure 97,9 mètres de long pour 13 mètres de large et affiche un déplacement de 2.075 tonnes en charge. Avec une capacité d’accueil de 96 personnes, il met en oeuvre quatre missiles antinavire Exocet MM40, un système surface-air à lancement vertical VL Mica, une tourelle de 76mm, de l’artillerie légère, des torpilles MU90 et un hélicoptère. 

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:45
A Scan Eagle UAV

A Scan Eagle UAV

 

02 October 2015 by defenceWeb

 

Five African countries will receive 62 armoured personnel carriers manufactured by Mack Defense of the United States under a contract awarded by the United States Army in support of US Africa Command, while another six countries will receive Oskosh military trucks and two will receive Scan Eagle UAVs.

 

The US Department of Defence announced the armoured vehicle contract on 25 September, which will see Mack Defense of Allentown, Pennsylvania, supplying the vehicles to Cameroon, Ethiopia, Somalia, Tunisia and Uganda.

 

The firm fixed-price foreign military sales contract is worth $24 974 528 and covers armoured personnel carriers in both left-hand and right-hand drive as well as common spare parts.

 

Work will be performed in France with an estimated completion date of 30 December 2016. Bids were solicited via the Internet with seven received. Army Contracting Command, Warren, Michigan, is the contracting activity.

 

In July the United States Army announced it would seek between 19 and 400 new armoured personnel carriers for the US military’s Africa Command. The presolicitation notice posted on the Federal Business Opportunities (FBO) website, stated that the vehicles should be 2015 or later year models and have a minimum seating capacity for ten passengers. They should also have B7 360-degree ballistic protection (against armour piercing 7.62 mm rounds), 4x4 drivetrain with a V-hull chassis design, manual transmission, mechanically-controlled, high-sulphur (5,000 ppm) diesel engine in both left-hand drive and right-hand drive and operator manuals in English and French or Arabic.

 

The estimated three-year combined vehicle quantities in year one are 155, year two 125, and year three 120.

 

Also on 25 September the US Department of Defense announced it had awarded Oshkosh Defense LLC a $21 774 963 modification to an existing foreign military sales contract for Djibouti, Jordan, Kenya, Tunisia, Uganda and Ethiopia for an additional 84 Medium Tactical Vehicle trucks and 59 B-kits (supplemental armour).

 

The estimated completion date of the truck contract is 28 February 2017.

 

Oskosh offers its Family of Medium Tactical Vehicles in a variety of configurations, such as five ton tractor, 8.8 ton Load Handling System, 4x4 and 6x6 cargo, ten ton dump truck and five ton wrecker.

 

One of the other contracts awarded late last month include the delivery of one Insitu Scan Eagle unmanned aerial vehicle (UAV) system (comprising multiple aircraft) to Kenya and another to Cameroon. In-country work will be carried out in Nanyuki in central Kenya and the Cameroonian port city of Doula. Both contracts are expected to be completed by September 2016.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:45
Formation Infanterie par EUTM MALI

 

29 September 2015 by mhq pao – EUTM Mali

 

La 37ème semaine du calendrier a marqué le début du cycle de réentrainement des Forces  armées maliennes (FAMa) par EUTM MALI. Environ 600 hommes du GTIA 5 (Groupement tactique interarmes) sont arrivés à Koulikoro pour leur recyclage programmé dès leur entraînement initial par EUTM MALI en mai 2014. Depuis tout ce temps, ils se sont battus dans le nord du Mali et ont également été impliqués dans l’opération pendant la période de la prise d’otages de Sévaré. Sévaré est également la ville de garnison du GTIA 5 « DEBO ». Pour les semaines à venir, le camp de Koulikoro sera à la fois leur maison et leur base d’entraînement.

 

Au début de la période de recyclage, les fondamentaux en tactique d’infanterie devaient être revus, y compris la progression en colonne de groupe et la patrouille à pied. Il s’agissait pour les instructeurs de garantir un juste équilibre de la formation pour qu’elle ne soit ni trop difficile ni trop facile pour les soldats maliens. Le caporal instructeur Ale, du « 1st Royal Gurhka Regiment » était satisfait du niveau de connaissance de la troupe et a déclaré : « la première formation EUTM que les soldats maliens ont reçue et le fait qu’ils ont été déployés en opérations dans le nord ces derniers mois, sont encore très visibles. Il est donc inutile de tout reprendre à zéro, mais il faut seulement rafraîchir les connaissances qu’ils possèdent déjà ! » Bon signe! Cela montre que le travail d’EUTM Mali a eu un effet positif et le niveau de compétence des soldats maliens continue à s’améliorer. La structure sur laquelle est basée la formation est restée la même. Au début, la situation tactique et les objectifs sont représentés par les instructeurs aux cadres maliens au moyen d’une caisse à sable rudimentaire. Par la suite, les officiers et les sous-officiers informent à leur tour leurs soldats sur le plan à suivre à l’aide de la caisse à sable. Une fois cela terminé, le cadencement du plan est répété à haute voix (rehearsal) pour en préparer l’exécution. Après le rehearsal, toutes les questions sont discutées avec les chefs maliens, pour se mettre d’accord sur la meilleure exécution de la mission.

 

Les résultats de cette discussion sont alors communiqués à leurs subordonnés par les cadres maliens. « De cette façon, l’équipe conserve sa cohésion et les dirigeants maliens conservent leur autorité et ils entrainent leurs soldats » a déclaré le Caporal Ale. La formation à l’exercice de l’autorité (leadership) est une des priorités au sein d’EUTM Mali, non seulement lors de la formation des GTIA, mais aussi lors du cours des commandants de compagnie, qui a commencé en même temps que le réentrainement du GTIA, mais qui durera jusqu’à la fin de l’année. Pendant la deuxième partie de la journée, les objectifs sont un peu plus exigeants, les soldats maliens doivent alors montrer qu’ils ont compris la formation du matin et qu’ils sont en mesure de la restituer. Pour cette raison, les instructeurs européens ont préparé un petit exercice de réaction à l’embuscade. Le but est de voir comment les soldats maliens en patrouille réagissent face à une attaque ennemie inopinée et comment ils se sortent d’affaire sur le plan tactique. Malgré des températures avoisinant 36 degrés. Les ordres sont rapidement exécutés et ils reprennent rapidement l’entrainement, en progressant avec précaution tout en observant attentivement le terrain.

 

Pendant ce temps, « l’ennemi », représenté par un Gurkha britannique, est tapi à l’affût. Lorsque l’embuscade se déclenche, les soldats maliens réagissent immédiatement en ripostant et en se mettant à couvert. Afin de neutraliser leur adversaire, ils doivent maintenant s’appuyer mutuellement par une succession de tirs et de manœuvres de débordement de l’ennemi. Les soldats rencontrent fréquemment ce type de situation lors de leurs missions réelles. L’ennemi est finalement vaincu et git alors blessé au sol. Les formateurs d’EUTM Mali interrompent brièvement le scenario et demandent aux soldats comment ils pensent devoir réagir. La réponse est unanime, « épargner les non-combattants et capturer l’ennemi et ses provisions ».

 

Des cours de droit international humanitaire (DIH) font également partie de l’entrainement. On y enseigne aux soldats maliens comment traiter avec humanité les prisonniers et les civils dans le respect des lois internationales. À la fin de la journée le caporal Ale est très satisfait : « les soldats Maliens ont appris très rapidement et se sont vite adaptés à la situation particulière. En outre, ils ont donné beaucoup de bons exemples. C’est vraiment agréable de travailler avec eux ». Au-delà des éloges de l’instructeur, c’est dans la voix du caporal des Gurkhas, la preuve que l’entraînement des soldats maliens porte déjà ses fruits.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:45
SAAF investigating Hawk squadron at AFB Waterkloof

 

01 October 2015 by Kim Helfrich - defencceWeb

 

85 Combat Flying School (CFS) of the SA Air Force (SAAF) is staying put at Fighter Town – AFB Makhado – but an investigation into an operational Hawk squadron at AFB Waterkloof is underway.

 

This was the official response from the Air Office of the SAAF when asked if there were plans in place for 85 CFS to move to the Centurion air force base, generally seen as the SAAF’s transport hub.

 

“The SAAF is currently investigating and testing the feasibility to re-open an operational Hawk squadron at AFB Waterkloof,” the statement said.

 

With a total of 24 Hawk Mk120s in its inventory, of which three are believed to be unserviceable thanks to accidents, the SAAF could set up a separate Hawk squadron with 12 aircraft. This would leave nine aircraft at the Limpopo base for training purposes.

 

AFB Makhado is also home to the SAAF’s only other fast jet squadron – 2 – which flies the Gripen. According to the Air Office there are “no plans for any relocation of 2 Squadron at the moment”.

 

Military aviation watchers generally maintain it would not be good to split the Hawk fleet into two because of the extra resources that would be required at AFB Waterkloof to maintain and keep the aircraft operational. They also point to the noise factor being a problem with the base surrounded by suburbia as well as AFB Waterkloof being almost in the centre of South Africa’s largest and busiest chunk of controlled airspace.

 

As far as actual flying training is concerned any Hawks based at AFB Waterkloof will have to “commute” to suitable airspace, the closest being north-east of Pretoria over the Wallmannsthal military area, before training can start. A commute to and from usable airspace will also add unneeded hours to airframes.

 

Another military aviation watcher asked if the possible move of assets and resources to AFB Waterkloof was not part of an improved defence system for Pretoria, South Africa’s administrative and diplomatic capital.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:30
photo Sputnik/ Igor Russak

photo Sputnik/ Igor Russak

 

03.10.2015 sputniknews.com

 

Russian Su-34 fighters drop highly accurate bombs that acquire targets using the GLONASS satellite system, a Russian Air Force representative told RIA Novosti.

 

To combat ISIL terrorists in Syria, the Russian Air Force uses the latest high-precision bombs, guided by the GLONASS satellite system with a hitting accuracy of less than two meters.

 

"The missile acquires its target after separating from a plane using the GLONASS satellite. It [the missile] also receives the coordinates from the plane. Thus, its hitting accuracy is two meters, give or take, regardless of weather conditions and the time of a year," the source told RIA Novosti.

 

This will allow Russian planes to accurately hit ISIL targets, while protecting the civilian population, the Air Force representative said.

 

On Wednesday, Russia started carrying out pinpoint airstrikes on ISIL targets in Syria. The Russian military operation in Syria is being performed at the request of Syrian President Bashar Assad.

 

Syria has been in a state of civil war since 2011. The country's government is fighting a number of opposition forces, as well as radical Islamist militant organizations, including the Nusra Front and the Islamic State.

 

Russia has been engaged in international efforts to find a political solution to the ongoing conflict in Syria, as well as providing humanitarian aid to the people of the conflict-torn country.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:30
Industry Officials: Ankara's Foreign Policy Has Cost Turkish Firms $2.5B

 

October 3, 2015 By Burak Ege Bekdil – Defense News

 

ANKARA — A senior Turkish industry official who coordinates efforts to win back Arabian Gulf markets does not hide his admiration for the country’s foreign policy calculus, calling it  “one with a character.” But he admits that the policy has cost the local defense industry US $2.5 billion in lost contracts with neighboring Muslim countries.

 

Hakan Kurt is general coordinator for High-Tech Port, which brings together 67 top Turkish defense companies, most from the aerospace, naval systems, information technology, missile systems, defense engineering and armored vehicles sectors. High-Tech Port companies will display their systems at an eponymous exhibition in Qatar Oct. 6-8, hoping to penetrate further into the lucrative Arabian Gulf markets.

 

“Only in one shot, Roketsan lost a $700 million contract,” Kurt said,  declining to name the  country from which the state-controlled missile maker would have won that contract. 

 

“Democracy or not, we are not responsible for the [monarchic] regimes in Gulf countries," he said. "For us, they represent lucrative future markets.”

 

Turkish companies that come under the corporate identity of High-Tech Port target exports to Gulf countries worth $5 billion in the next 10 years and $20 billion in the next 20 years. They hope Qatar will play the role of a bridge to export indigenous systems to the region. Prospective Gulf markets include Saudi Arabia and Kuwait, which are considered the most promising sources of new business for Turkish companies, and Qatar, Turkey's closest regional ally. Early this year Turkey and Qatar signed a comprehensive military accord that gives both countries the right to deploy soldiers in each other’s territory and includes cooperation in military training, defense industry and joint military drills.

 

Turkey’s defense exports in 2014 rose 17.7 percent to an all-time high of $1.65 billion. They were at a mere $600 million in 2008.

 

Since the immediate aftermath of the Arab Spring of 2010-12, Turkey has opted for an assertive regional foreign policy, trying to help build Muslim Brotherhood-backed or similar democratically elected Islamist governments in Arab countries. Ankara also downgraded in 2010 its diplomatic ties with former ally Israel. Many analysts observe that Turkey’s regional policies are deeply pro-Muslim Brotherhood, anti-Israeli and sectarian, favoring Sunni groups against Shiite.

 

“Many Arab countries today view Turkey as a liability rather than an asset despite common religion,” said one London-based Middle East expert. “It may take Turkey several years to build meaningful alliances in the region.”

 

In Syria, Turkey strongly advocates the downfall of President Bashar al-Assad. The two neighbors do not have diplomatic relations. In Egypt, Turkey supports the ousted Muslim Brotherhood President Mohammad Morsi and does not recognize the legitimacy of incumbent President Abdel Fattah al-Sisi.

 

The government does not agree that its policy in the region has had any effect on Turkish companies' contracts or lack thereof among Arab countries.

 

“We don’t see a direct link between our regional policy and defense sales," a Turkish Foreign Ministry official said. "Our defense and related exports [in general] have been on the rise before, during and after the Arab Spring."

 

One senior Turkish defense company official said that  Turkey's diplomatic rows with Egypt cost his company a $250 million contract in Egypt.

 

Two of Turkey’s Shiite-dominated neighbors, Iran and Iraq, view Turkey with deep suspicion because of its pro-Sunni sectarian policies. So does multi-religious Lebanon.

 

In north Africa, both Tunisia’s government and Libya’s officially recognized government maintain distant relations  with Turkey’s ruling Islamist party, the Justice and Development Party.

 

Similarly, Turkey’s pro-Muslim Brotherhood policies have pushed Gulf countries Saudi Arabia, Bahrain and the United Arab Emirates (UAE) away from its industrial sphere of influence. In contrast, Qatar has remained Turkey’s best regional ally since the beginning of the Arab Spring.

 

“By a simple count, you can easily reach the conclusion that Turkey’s foreign policy over the past five years has created deep fault lines with Iran, Iraq, Syria, Lebanon, Egypt, Tunisia, Israel, Saudi Arabia, Bahrain, the UAE and Yemen," one senior Turkish industry source said. "That makes a total of 11 countries, otherwise potentially a huge market for Turkey.” 

 

But an Arab diplomat in Ankara thinks that some rapprochement, particularly with Saudi Arabia, which recently has softened its stance against the Muslim Brotherhood, may improve Turkish-Saudi ties.

 

“Better ties with the Kingdom and other Gulf states would require Turkey to recalibrate its policies,” he said.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:20
Boeing might stop Manufacturing Fighter Planes

 

September 30, 2014 by: Udaynti Patel

 

With future-focused solutions, Boeing is the name reckoned for fixed wing aircraft, rotorcraft, rockets, satellites, unmanned systems and weapons. Having built world-class military planes for almost a century, now the sad news is that the company is getting ready for a fighter-less future.

 

So far this year, the company is said to have delivered nine of its F-15 Eagle fighters, 31 F/A-18E/F Super Hornets, along with EA-18G Growlers. By moving at a pace of manufacturing of four every month, the Super Hornet/Growler will provide a total of 47 airplanes in 2014. However, the F-15 has no monthly delivery program the company delivered two planes in January, April & June respectively and one in February, March & July and not any in the month of May or August.

Henceforth, the firm commitment of the U.S. along with many allies to the F-35 Joint Strike Fighter program formed by Lockheed Martin Corp. At this rate, Boeing is running out of funding for the fighters. At the present scenario, the head of the company’s defense unit is formulating a roadmap which would grant the market to Lockheed and shift the future of the business on other aircrafts, together with military versions of their commercial jetliners.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:20
F-35C Lightning II Testing Aboard USS Eisenhower (CVN 69)

 

3 oct. 2015 by US Navy

 

An F-35C Lighting II makes an arrested landing aboard USS Dwight D. Eisenhower (CVN 69) October 2, 2015, operating off the east coast of the US. The F-35 Lightning II Program is conducting its second developmental test (DT-II) at sea. While aboard Eisenhower from October 2-15, the Pax River Integrated Test Force (ITF) will test F-35C carrier suitability and integration in the at-sea environment. The test team will achieve this objective through a series of test events designed to gradually expand the aircraft operating envelope at sea. Shipboard testing delivers the opportunity to conduct routine F-35C operations while embarked on an aircraft carrier. The F-35C will perform a variety of operational maneuvers during DT-II — including catapult takeoffs and arrested landings — while simulating maintenance operations and conducting general maintenance and fit tests for the aircraft and support equipment.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:20
Un drone RQ-4 Global Hawk, de Northop Grumman (Photo: Archives/US Air Force)

Un drone RQ-4 Global Hawk, de Northop Grumman (Photo: Archives/US Air Force)


02.10.2015 45eNord.ca (AFP)
 

Le marché des drones militaires et de sécurité devrait presque doubler d’ici 2024 et dépasser les 10 milliards de dollars, selon une étude de IHS-Jane’s publiée vendredi.

 

«Le marché global de défense et de sécurité pour les UAV [Unmanned Aerial Vehicles, NDLR], également connus sous le nom de  »drones », va croître de 5,5 % par an au cours de la décennie, pour passer de 6,4 milliards de dollars actuellement à 10,4 milliards d’ici 2024», selon cette étude.

Les drones sont là pour longtemps, déclare Derrick Maple, analyste spécialiste des drones à la publication spécialisée Jane’s.

«Ces systèmes sont bien établis, éprouvés au combat et sont un élément essentiel et en développement pour les futures opérations autour de la planète», a-t-il ajouté.

Selon la Jane’s, les États-Unis vont reprendre leur place de leader du marché à l’export cette année, devant Israël qui s’y était hissé en 2014. À eux deux, les deux pays représentaient 71 % des exportations en 2014.

En 2015, les États-Unis devraient représenter 57 % des exportations de drones et les deux tiers au cours des cinq prochaines années.

«Cette année et dans un futur prévisible, la prévision est que les États-Unis vont reprendre une position significative de leader» avec les ventes du Predator de General Atomics ou du Global Hawk de Northrop Grumman.

L’industrie du drone en Europe occidentale, dont les ventes devraient s’établir à 1,3 milliard de dollars d’ici 2024, continue d’augmenter ses capacités dans l’objectif d’établir une base solide et de réduire sa dépendance aux drones américains et israéliens.

D’autres, comme la Chine, la Russie, l’Inde, la Corée du Sud ou le Japon, augmentent leurs investissements et leurs ventes devraient atteindre les 3,4 milliards de dollars d’ici 2024.

Selon Huw Williams, de la Jane’s International Defence Review, les drones «ont fait la preuve de leur utilité au cours de la décennie écoulée, principalement en Afghanistan.»

«Les opérateurs tendent à présent à étendre les types de missions au-delà de la surveillance et la reconnaissance, et introduisent des systèmes d’armes électroniques et de renseignement sophistiqués, ainsi qu’une variété plus large de munitions», ajoute-t-il.

«Avec la maturation des technologies, nous allons voir des drones de combat [Unmanned Combat Air Vehicles, UCAV, NDLR] entrer en service», avec des capacités furtives, d’emport et d’armement améliorées.

«Ils opèreront aux côtés d’avions pilotés et pourront même les remplacer dans de nombreuses tâches», a-t-il relevé, en estimant que ce type d’opération avec des aéronefs pilotés à bord aux côtés de drones seront de plus en plus cruciales et nécessaires.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:20
F-35C Conducts First External Weapons Release with Not One, but Four 500-pound Bombs

CF-2 releases one of four 500-pound GBU-12 laser guided inert bombs from its wings’ pylons on Sept. 23, 2015, over the Atlantic Test Range. The test marked the first time an F-35 Lightning II conducted an external weapons separation release.

 

October 02, 2015 f35.com

 

For the fist time an F-35 released an external weapon from its wings, not once, but four times during an external weapons separation test on 23 September 2015.

 

The aircraft, CF-2, released four 500-pound GBU-12 laser guided inert bombs from its wings’ pylons during consecutive test runs over the Atlantic Test Range. The F-35 Patuxent River Integrated Test Force conducted the flight and noted all four weapon separations were successful and confirmed the accuracy of the predicted release trajectory. The ability to do quadruple separation tests during a single flight demonstrates the program’s ability to efficiently test, and advances the F-35’s future capability to release multiple weapons on a single pass.

 

 

 

During the sortie, flight test engineers monitored and reviewed telemetry data from each GBU-12 separation event to confirm it was safe to proceed to the next release point. The team also saved costs by clearing the range once rather than four times to accomplish each separation.

 

Traditional flight test programs often rely upon a series of individual separation flights to accommodate engineering analysis to determine if it is safe to proceed to the next test point. The F-35 weapons certification process combined extensive wind tunnel testing and computer analysis to predict the trajectory of the weapons released from the aircraft. Additionally, the F-35 features an on-board instrumentation capability that delivers real-time data analysis to engineers in the control room. Each weapon separation matched simulation models with a high degree of fidelity, which expedites the clearances of future weapons and employment envelopes.

 

This year, the F-35 Patuxent River Integrated Test Force, has flown 500 flights and achieved 3,400 test points. The team’s five F-35B and four F-35C aircraft have supported a wide array of mission systems and flight tests.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 11:20
Un CT-155 Hawk en vol. (Archives/ARC)

Un CT-155 Hawk en vol. (Archives/ARC)

 

01.10.2015 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca
 

CAE a annoncé aujourd’hui la conclusion de l’acquisition de la division «Formation à l’aviation militaire» de Bombardier pour une valeur 19,8 millions $. Toutes les conditions et approbations réglementaires requises ont été obtenues et la transaction a été conclue.

 

Cette acquisition renforce considérablement les compétences principales de CAE à titre d’intégrateur de systèmes de formation (TSI) partout dans le monde, et élargit son offre dans le domaine du soutien de l’entraînement en vol des futurs pilotes militaires, y compris les pilotes de chasseurs de prochaine génération, de l’Aviation royale canadienne et de ses alliés.

CAE devient ainsi le maître d’œuvre du programme d’entraînement en vol de l’OTAN au Canada (NFTC) qui fournit des pilotes militaires qualifiés aux clients dans le domaine de la défense. Les 200 employés situés à Moose Jaw (Saskatchewan) et à Cold Lake (Alberta) deviennent, à partir d’aujourd’hui, des employés de CAE.

«Nous sommes heureux de souhaiter la bienvenue au sein de CAE à l’équipe qui appuie le programme d’entraînement en vol de l’OTAN au Canada», a déclaré Gene Colabatistto, président de groupe, Défense et sécurité à CAE. «La conclusion de l’acquisition de ce programme découle du récent contrat concurrentiel remporté aux États-Unis relativement au programme d’entraînement des pilotes d’appareils à voilure fixe de l’U.S. Army, un autre système d’entraînement complet qui inclut l’entraînement sur appareils. Ensemble, ces programmes accélèrent la progression de la capacité d’intégration des systèmes de formation de CAE ainsi que sa stratégie globale.»

Le programme NFTC a été lancé en 2000 et l’espace aérien d’entraînement couvre une superficie de plus de 700 000 kilomètres à la base des Forces canadiennes (CFB) Moose Jaw et à la CFB Cold Lake.

En plus d’offrir une formation en classe, sur ordinateur et par l’intermédiaire de simulateurs, le programme NFTC fournit une formation en vol grâce à une flotte composée d’avions Beechcraft T-6 (CT-156 Harvard) et d’avions de chasse d’entraînement BAE Systems Hawk (CT-155 Hawk).

Le programme NFTC assure également la maintenance et l’exploitation complètes des avions en vertu du programme de navigabilité du ministère de la Défense nationale du Canada.

En plus de l’Aviation royale canadienne, d’autres partenaires et alliés de l’OTAN ont demandé à des élèves-pilotes et à des instructeurs du Danemark, du Royaume-Uni, de Singapour, de l’Italie, de la Hongrie, de l’Autriche, de l’Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis de suivre le programme NFTC.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:55
En avant la Légion !

 

02-10-2015 Éditorial du COM.LE du Képi blanc N° 780 - Réf : 420 | 232

 

“La 13e Demi-brigade de Légion étrangère actuellement stationnée aux émirats arabes unis sera transférée sur le camp du Larzac et verra ses effectifs renforcés. Un groupement tactique interarmes aux effectifs militaires similaires à ceux actuellement déployés relèvera sur place la 13e Demi-brigade…”. Cet ordre, diffusé le 31 juillet dernier, découle de la volonté politique de donner aux forces opérationnelles terrestres les moyens de tenir leur contrat opérationnel redimensionné pour un engagement dans la durée sur le territoire national. Il traduit la volonté du chef d’état-major de l’armée de Terre de construire le modèle “Au contact” pour remplir efficacement les missions de demain, découlant des nouvelles menaces.

 

Clin d’œil de l’histoire : c’est au camp du Larzac, ré-ouvert pour l’occasion en mars 1940, que la 13, nouvellement créée, perçut ses équipements et s’entraîna pendant trois semaines avant de partir pour la Norvège. Née pour faire la guerre, baptisée au feu lors de la seule victoire française de 1940 à Bjervik et Narvik, choisissant le camp du combat, auréolée de gloire à Keren, Massaouah, Bir Hakeim, El Alamein, Rome, Colmar et Authion, cette unité compagnon de la Libération donna à la France 96 compagnons. De 1940 à 1962, elle ne connut que la guerre, avec les sacrifices et les victoires que l’on connaît, pour libérer la France, puis pour combattre afin de défendre ses valeurs en Indochine et en Algérie.

 

Suite de l’éditorial

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:55
Remise de la croix du combattant par le ministre de la Défense, à l’hôtel national des Invalides (Paris)

 

02/10/2015 CNE Candice Thomassin

 

Jeudi 1er octobre, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, accompagné de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État aux Anciens Combattants et à la Mémoire, a présidé à l’hôtel national des Invalides (Paris) la cérémonie de remise de la croix du combattant à celles et ceux ayant servi en opérations extérieures.

 

« Cette cérémonie est l’occasion de distinguer votre engagement. (…) Depuis cent ans, le visage de la guerre a beaucoup changé. Les missions des soldats français ont également évolué. Mais par-delà la diversité de leurs tâches, les combattants sont animés d’une même volonté. C’est pourquoi il était important que les avantages de la carte du combattant, la retraite du combattant, la rente mutualiste majorée par l’Etat, et le port de la croix du combattant, soient également ouverts à la quatrième génération du feu dans sa diversité. Car ils sont aussi, au même titre que leurs aînés, des passeurs de mémoire », a  souligné le ministre.

 

Ce jeudi, à l’hôtel des Invalides, cinquante récipiendaires ont été décorés au titre des opérations extérieures par le ministre de la Défense, le secrétaire d’État aux Anciens Combattants et à la Mémoire, le chef d’Etat-Major des armées, le directeur général de la gendarmerie nationale et la directrice de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, tandis que  sur l’ensemble du territoire les préfets ont été mobilisés pour honorer de cette distinction près de 5 000 femmes et hommes.

Cette croix accompagne la carte du combattant créée en 1926 pour marquer l’appartenance à la grande famille combattante. Neuf millions de cartes ont déjà été délivrées.

 

À compter du 1er octobre, ses critères d’attribution évoluent afin de permettre à l’ensemble des combattants et anciens combattants ayant servi au moins 120 jours en opérations extérieures d’en bénéficier. Cela témoigne d’une volonté de reconnaissance de l’ensemble des membres des forces armées défendant les valeurs de la France sur les théâtres extérieurs.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:50
Défense européenne: contours d'un compromis


02.10.2015 par Olivier Dupuis Ancien député européen, journaliste indépendant et animateur du blog l'Européen
 

Ne boudons pas notre plaisir. Le vigoureux plaidoyer d'Alain Juppé en faveur d'une Europe de la Défense au mois de juin 2015 constitue un tournant. Pour la première fois depuis longtemps un homme politique français de tout premier plan souligne la nécessité de passer "du projet à l'impératif" (1).

A un moment où un grand Etat européen, la Russie, renoue avec les pratiques que l'on espérait révolues en Europe, de la guerre d'agression, de l'annexion et de l'occupation par la force de territoires d'un Etat voisin, alors qu'une guerre d'une violence inouïe embrase deux grands pays du Moyen-Orient, qu'une partie du Maghreb et du Sahel se transforme en sanctuaires de mouvements terroristes, cette prise de position est bienvenue. D'autant plus qu'une autre menace, plus insidieuse, pèse sur l'Europe : une lente et silencieuse scission des approches stratégiques de l'Allemagne et de la France.

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:50
UK Reaper Training

October 03, 2015 by Think Defence

A couple of FOI requests that reveal the UK’s training regime for the Reaper.

US Training

UK Personnel stationed at Creech AFB

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:45
Tunis rejoint la coalition contre l'EI

 

03.10.2015 par BBC Afrique

 

Le Premier ministre tunisien a confirmé la participation de son pays à la coalition internationale contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

 

Habib Essid a précisé, lors d'une conférence de presse samedi, que la participation de la Tunisie consisterait essentiellement à "un échange d'informations".

 

Le 29 septembre, le président américain Barack Obama, dont le pays dirige la coalition, avait annoncé l'entrée de trois nouveaux pays. En l'occurrence la Tunisie, la Malaisie et le Nigéria.

 

Cette participation permettra à la Tunisie "d'obtenir toutes les informations qui pourraient être efficace dans la guerre contre le terrorisme en Tunisie", s'est défendu M. Essid.

 

Il est, en revanche, resté évasif sur la possibilité d'une participation militaire de la Tunisie contre les djihadistes de l'EI.

 

Le chef du gouvernement tunisien s'est contenté de dire que si une telle demande était faite par la coalition, les autorités appliqueraient l'article 77 de la Constitution.

 

Cet article stipule que le chef de l'Etat peut "envoyer des forces à l'étranger en accord avec le président du Parlement et le gouvernement".

 

Selon les Nations Unies, la Tunisie est l'un des pays où les groupes djihadistes du Moyen Orient recrutent la plupart de leurs nouveaux combattants.

 

Récemment, deux attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) ont fait de nombreux morts dont 21 étrangers au musée du Bardo, à Tunis, en mars, et 38 dans un hôtel en bord de mer à Port El Kantaoui, près de Sousse en juin.

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:45
Des armes made in Morocco

 

3 Octobre 2015 T. Mourad – Libe.ma

 

Le Royaume en pourparlers avec l’Espagne, les Etats-Unis et la France pour la création d’usines mixtes

 

Une étude réalisée par l’entreprise américaine Frost and Sullivan a estimé que le Royaume est considéré comme l’un des cinq pays (Colombie, Koweït, Malaisie, Singapour et Maroc) où l’industrie de défense émergera au cours de la prochaine décennie.

La même étude relayée par l’agence espagnole EFE a précisé que, vu les dangers grandissants dans la région et notamment le terrorisme jihadiste, les dépenses militaires du Royaume croîtront de 3,6 % durant les 10 prochaines années. Et de prévoir que les budgets de défense du Maroc et des quatre pays de référence passeront de 38,73 billions de dollars en 2015 à 55,51 billions de dollars en 2025, soit une croissance annuelle de 3,7 %.

« Contrairement aux principales économies émergentes comme l’Inde, la Corée du Sud, la Turquie, les Emirats arabes unis et le Brésil, les cinq pays sélectionnés pour cette étude tentent de développer une base industrielle locale et de diminuer le recours à l'équipement étranger », a souligné l’étude américaine.

Dans ce sens, le Maroc mène des négociations avec les Etats-Unis, la France et l’Espagne pour mettre en place une industrie locale d’armement par la création d’entreprises mixtes, d’après EFE.

Il y a quelques semaines, le site web «Infodefensa.com» avait publié une déclaration du directeur général de l’armement et du matériel de l’armée espagnole, le général de corps d’armée Juan Manuel Garcia Montana, en marge du dernier salon de l’armement DSEI 2015 à Londres, soulignant que «le Maroc a officiellement demandé aux autorités militaires espagnoles de participer à la création d’une industrie militaire locale, avec l’aide des entreprises ibériques opérant dans l’industrie de l’armement».

« Le Royaume veut suivre l’exemple de son voisin et rival l’Algérie qui a conclu d’importants accords militaires avec des entreprises allemandes », a souligné EFE en rappelant l’accord signé entre les deux pays pour un montant de 2,7 milliards de dollars avec le géant de l’industrie militaire allemande, Rheinmetall, pour l’installation d’une usine de fabrication de blindés près de Constantine qui  permettra de produire un millier d’unités de transport de troupes Fuchs2. Par ailleurs, « Alger s’est engagé à ne pas vendre à un Etat tiers les 120 chars qui sortiront annuellement de sa future usine vu que Berlin ne vend pas de matériel de guerre à des pays tiers », a souligné la presse algérienne.

Il convient de souligner que le Maroc a signé un contrat de 358 millions de dollars avec la société américaine spécialisée dans la fabrication de véhicules blindés « General Dynamics Land Systems » pour la livraison en 2018 de 150 chars « M1A1 Abrams » complètement rénovés. Une rénovation s’effectuera dans les locaux de Joint Systems Manufacturing Center (JSMC), entreprise publique, appartenant au ministère de la Défense, située dans la ville de Lima dans l’Etat de l’Ohio.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories