Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:45
FREMM Mohammed VI sortie d'essai en mer le 22 - 05 - 2013 PH FARMaroc - Hatoup

FREMM Mohammed VI sortie d'essai en mer le 22 - 05 - 2013 PH FARMaroc - Hatoup

 

12 Juin 2013 Adam Sfali – Lemag

 

 

Lemag : Le destroyer Mohammed VI, classe FREMM, de la marine royale, encore en construction aux chantiers du groupe français, DCNS, a effectué récemment une sortie d'essai en mer.

 

Le destroyer Mohammed VI, sera le navire de guerre le plus lourd (6000 tonnes de déplacement) et le plus évolué d'Afrique.

 

La FREMM Mohammed VI de la marine royale, en sortie d’essai en France

Il a été commandé par la marine royale au groupe français DCNS, en 2007, pour un montant de 470 millions d'euros.

Destroyer ou frégate lourde, selon les dénominations par pays, la FREMM Mohammed VI, est un navire de guerre furtif de 2ème génération.

La FREMM Mohammed VI de la marine royale, en sortie d’essai en France

Bien qu'ayant capacité opérationnelle multi-rôle, le destroyer Mohammed VI aura un rôle de lute anti-sous-marin plus accentué.

 

Cela n’empêche, qu'il garde toutes ses capacités anti-aériennes, grâce à ses systèmes d'armes MICA VL et ASTER 15.

La FREMM Mohammed VI de la marine royale, en sortie d’essai en France

Le Mohammed VI pourra aussi lutter contre les navires adverses grâce à ses missiles mer - mer MM40 - Exocet Block III.

Il est prévu que le destroyer Mohammed VI soit livré à la marine royale à fin 2013.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:35
Why China May Limit “Carrier-Killer’s” Range

June 12, 2013 By Harry Kazianis - Flashpoints

 

Recently, the U.S. Department of Defense released its annual report on China's military entitled Military and Security Developments Involving the People’s Republic of China 2013. While last year's report was panned by some as being short on details and substance compared to prior years, the new 2013 version is much more comprehensive and offers a balanced analysis concerning China's rising military might.

In reading over the report, there was a line that struck me, but at the time was more a passing thought than a true revelation. A recent report detailing China's highly touted DF-21D anti-ship ballistic missile (ASBM) or "carrier-killer" deserves credit for highlighting the significance of the passage (hat tip to Andrew Erickson).

From the DOD report:

"Current trends in China’s weapons production will enable the PLA to conduct a range of military operations in Asia well beyond Taiwan, in the South China Sea, western Pacific, and Indian Ocean. Key systems that have been either deployed or are in development include ballistic missiles (including anti-ship variants), anti-ship and land attack cruise missiles, nuclear submarines, modern surface ships, and an aircraft carrier."

While the wording is far from definitive, there is the possibility that China could in the future develop its ASBM into a weapon with a much greater range. While most estimates (including the DOD's own report) place the range of the ASBM at "1,500+ km," as China is able to develop the weapons system and solve the challenge of hitting a moving ocean going vessel (not easy), Beijing's missile forces may begin to experiment with the idea of increasing the system’s range.

As Erickson recently noted in his report for China Brief:

"Now that the initial challenge of deploying an operational ASBM is completed, China has the option of developing other variants with different, likely complementary, characteristics. As China slowly builds the intelligence infrastructure to guide ASBMs toward their targets, future variants can be integrated more quickly into the force at higher levels of readiness. The advanced nature of ASBM development may become less the exception than the rule for future Chinese weapons programs."

China's possible mastery of ASBM technology with the added possibility of later fielding new variants with increased range would have wide-ranging regional consequences not only in the Asia-Pacific, but in the wider Indo-Pacific theatre. As many scholars have noted, China's anti-access/area-denial (A2/AD) missile-centric forces are at their strongest off the coast of China extending out to about the range of the DF-21D, approximately 1,500 km. While growing stronger in recent years, Beijing does not possess a navy or air force that can project power into the mid-Pacific. True, Chinese naval forces have deployed into the Indian Ocean, but the PLA Navy can hardly be considered a force to be reckoned with alongside India in that theatre.

Having an ASBM that could again, in theory, reach such important regions would allow Beijing to project power to areas of the globe that would have taken it years via more conventional methods. If China were able to field an ASBM that could put in play the navies of India, Indonesia, and possibly Australia, the regional security environment could shift dramatically.

There would also be dramatic consequences for the United States. Currently, U.S. naval forces are largely secure in the mid-Pacific with no peer competitor challenging its mastery. An ASBM with a longer range could take away a potential safe zone for U.S. forces and possibly push combat forces out even further away from areas of tension like the South and East China Seas, and further endanger commitments made to Taiwan. Taking an even longer view, picture this: a U.S. Navy no longer safe when docked at Pearl Harbor? Scary thought.

Considering all this, China may want to give pause in creating such an ASBM variant. Nothing unites nations with competing interests like a shared threat.  While India-U.S. ties have warmed, New Delhi has not fully embraced America's pivot to the degree Washington would like. Would India reconsider and push for stronger military ties, perhaps even purchasing advanced American missile defense systems? Would New Delhi strengthen ties even further with Japan or others who share security concerns regarding China? Such ideas are not out of the question.

Would other nations in the region make similar calculations and consider stronger relations with Washington, express greater interest in American made missile defenses, or consider responding by developing their own missile forces or building up their own conventional forces? Would Japan and South Korea put to rest recent tensions and forge stronger military ties out of shared concern that Washington may not be able to come to their aid as easily in a crisis?

Truth be told, such considerations could be a long ways off. China may not see the need for expanding the range of its "carrier-killer," and instead remain content with increasing its military power across multiple domains along its coast. There is also the argument that Beijing may not have yet even mastered the technology of its existing ASBM. Yet, it is clear missile technology, cruise or ballistic, will create more problems for the surface fleets of the future, "carrier-killer" or not.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:35
Témoignage d’un engagé volontaire - L’Afghanistan en feu

12/06/2013 Armée de Terre
 

Préfacé par le général d’armée Bertrand Ract Madoux, chef d'Etat-major de l'armée de Terre (CEMAT), qui rend hommage à « ces  88 soldats qui ont perdu la vie sur ces contreforts de l’Himalaya pour assurer, loin des leurs, la sécurité de nos concitoyens » ce livre est le premier témoignage écrit par un militaire du rang de retour de mission en Afghanistan, un«petit fragment de cette aventure militaire ».

S’appuyant sur les notes de son journal de bord, l’auteur nous immerge dans la vie sur la base, sur le terrain. Il nous fait partager les jours sans répit, les tours de garde dans ce pays de l’insolence. C’est pour honorer la mémoire de son camarade Hervé dont le véhicule a sauté sur un IED le 8 janvier 2011, à quelques mètres de lui, que l’auteur a publié ce récit qu’il dédie à tous ses camarades. Avec une liberté de ton, une franchise non dénuée de pudeur, il livre son ressenti et ses réflexions sur le sens de la mission des militaires qu’illustre, en exergue, la citation magnifique de Jean Lartéguy :« les hommes de guerre sont de l’espèce qui se rase pour mourir. Ils croient à la rédemption de l’homme par la vertu de l’exercice et du pas cadencé. Ils cultivent la force physique et la belle gueule, s’offrant le luxe des réveils précoces dans les matins glacés et des marches harassantes pour la joie de s’éprouver. Ce sont les derniers poètes de la gratuité absolue. »

 

« Cette citation m’avait été transmise en 1995 par mon premier chef de peloton, et m’a marqué à vie. Pour moi, elle résume l’engagement du soldat. » Le caporal-chef est actuellement au camp de Fontevraud pour une prochaine projection au Mali. Entre deux exercices d’entraînement intensif, il évoque son incursion dans le monde de l’écriture.  « J’écrivais d’abord pour mes enfants afin que plus tard, devenus grands, ils comprennent mes absences et le sens de mes missions. J’écrivais aussi pour mes camarades de l’escadron afin de ne pas oublier les moments forts que nous avions partagés. J’écrivais enfin pour honorer la mémoire de tous ceux qui ont disparu. » Etonné de retrouver son nom sur la couverture d’un livre « même si j’ai passé 3 mois à réécrire mes notes, de retour d’Afghanistan, un vrai travail, ce n’était pas destiné à être publié ! »  C’est au cours d’une journée rencontre avec un auteur organisée par la FNAC en mai dernier qu’il a fait son baptême du feu au contact du grand public. « On me posait plein de questions sur la vie quotidienne en mission, sur les liens qu’on avait avec la population, sur le mode de vie des Afghans, sur l’évolution du pays, des questions plus personnelles sur la manière dont ma famille avait appréhendé mes missions, mes absences. » Si écrire demeure aussi un exutoire, le caporal-chef Gargoullaud mesure à sa juste portée ces moments où il peut, à son niveau, témoigner auprès du grand public : « Prochain rendez-vous au Festival international du livre militaire, à Coëtquidan, le 19 juillet. Encore une occasion de rencontrer d’autres auteurs et le public ! »

 

>>> Plus d'information sur le Festival international du livre militaire

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:35
India Adding 40,000 Mountain Troops at China Border

Jun. 12, 2013 - By VIVEK RAGHUVANSHI  - Defense News

 

NEW DELHI — Shortly after new Chinese Prime Minister Li Keqiang visited here, India has decided to proceed with a plan to add more than 40,000 troops in the form of a mountain corps to bolster its strength on the Chinese border.

 

The Ministry of Defence prepared the plan two years ago and has awaited consideration by the Ministry of Finance, which has given approval. Now, it must be cleared by the Cabinet Committee on Security, an MoD source said.

 

About US $12 billion will be spent to raise the additional troops, and the new corps is expected to be functioning within 10 years, an Army official said. Additional weapons and equipment will be purchased.

 

“The elite mountain corps will be able to fill this gap in preparedness, thereby adding to the conventional stability in the medium to long term, though in the short term it may be perceived as destabilizing,” defense analyst Rahul Bhonsle said.

 

Last month, China’s Li visited New Delhi, his first foreign visit after taking office, amid reports that Chinese troops had intruded into Indian territory. The issue was discussed during a meeting with Indian Prime Minister Manmohan Singh, though the point was passed off as “an incident,” an Indian External Affairs Ministry source said.

 

“The raising of additional troops to be deployed along the border with China is bound to raise tempers in Beijing,” the source said.

 

Analysts here, however, are unanimous that India and China can ill afford to go to war in the immediate future as both are building themselves economically.

 

“Given the track record of handling their military and diplomatic showdown ... China and India are not likely to go to war anytime soon,” said Swaran Singh, professor for diplomacy and disarmament at Jawaharlal Nehru Univer­sity. “It’s not a strong possibility even in their medium-term trajectories. It is not in their interest and the interest of the international community, which will ensure it does not occur.

 

“The strongest incentive against war is their historic chance to achieve their peaceful rise followed by greater recognition and participation in world decision-making bodies.”

 

But Bhonsle said New Delhi must manage the issue carefully.

 

“India will certainly have to make extensive efforts to manage concerns that may be raised by China; [otherwise], the move will prove counterproductive and will only lead to increases in force levels on both the sides,” he said. “Confidence-building measures on the boundary and greater transparency in raising the force, including the fact that it is being positioned in the interior, should assuage Beijing.”

 

The Army official welcomed the new, because the service is operating at only 60 percent of its required capability level.

 

As the troops will be deployed in hilly terrain, new purchases will include light tanks, specialized vehicles, light artillery guns and advanced infantry equipment.

 

The Army also will buyammunition and small arms, hand-held thermal imagers, UAVs, aerostat-based radar, portable missiles, air-defense artillery and lightweight radar.

 

The service will establish network-centric warfare systems for the elite troops, including advanced C4ISR equip­ment, and information warfare systems, Army sources said.

 

On the composition of the weapons required, Bhonsle said, “the weapons and equipment will include the whole gamut from reconnaissance, surveillance and target acquisition, firepower, tactical and logistics mobility including helicopters, communications and so on. Five years for forming up and almost eight to 10 years for full-spectrum effectiveness may be reasonable to assume.”

 

The 4,057-kilometer Line of Actual Control is India’s current border with China. The eastern sector, bordering the states of Sikkim and Arunachal Pradesh, is the most contentious, where China claims 90,000 square kilometers of territory that India occupies.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:30
Liban: raid aérien syrien sur un village pro-rebelles (médias)

MOSCOU, 12 juin - RIA Novosti

 

Des hélicoptères syriens ont attaqué une localité libanaise frontalière de la Syrie où pourraient se cacher des rebelles combattant le régime de Damas, rapportent mercredi les médias européens citant les services de sécurité locaux.

 

Selon une source sur place, un hélicoptère syrien a lancé trois bombes sur Aarsal, dont l'une s'est abattue sur la place de la localité, faisant des blessés. Les environs d'Aarsal ont déjà été touchés par des tirs de l'aviation syrienne, mais il s'agit de la première attaque lancée contre le centre de la localité.

 

Le conflit syrien fait monter la tension à l'intérieur du Liban. Le pays est profondément divisé entre les partisans du régime syrien  et un camp farouchement hostile à Damas et appuyant la rébellion. Selon les médias, plusieurs combattants anti-Assad ont trouvé refuge chez leurs sympathisants sur le territoire libanais.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:30
F16 Block 52 photo aeronautique.ma

F16 Block 52 photo aeronautique.ma

12.06.2013 Par Mohammed Jaabouk - yabiladi.com

 

Lundi, le quotidien Haaretz annonce que les exportations militaires d’Israël ont enregistré, en 2012, un bond de 20%, atteignant sept milliards de dollars. Le lendemain, la même publication donne une liste des pays arabes, dont le Maroc, clients de l’industrie d'armement de Tel Aviv. La normalisation est en marche. Que fera Soufiani & Co?

 

Des armes israéliennes pour les pays arabes. Mardi le quotidien israélien Haaretz, citant un rapport du Department for Business, Innovation and Skills du gouvernement britannique, a publié un article sur la vente, depuis 2008, de matériel militaire au Maroc, Algérie, Emirats et Egypte ainsi que le Pakistan. Il s’agit d’équipements de haute technologie fabriqués sous licence britannique.

 

Des composants des F16 fabriqués en Israël

 

Harretz souligne que l’industrie de l’armement en Israël a exporté, en 2010, au Maroc des systèmes électroniques et d’écrans pour cockpit qui auraient servi à équiper les F16 que le royaume avait commandé en 2007 aux Etats-Unis. En 2009, Tel Aviv avait sollicité une nouvelle autorisation du Department for Business, Innovation and Skills en vue de fournir à Rabat des HUD (head up display), des casques qui fournissent aux pilotes des informations sur les conditions de pilotage et les modes d’attaque.  Là aussi, ces gadgets étaient pour les F16.

 

L’Algérie aussi

 

Contrairement à une idée réputée et surtout alimentée par la presse algérienne, le voisin de l’Est est un bon client de l’industrie israélienne d’armement. Harretz affirme qu’Israël avait sollicité, en 2009, de l’agence britannique une autorisation pour la livraison à l’Algérie de systèmes radar, de communication, de navigation, des composants de drones et des équipements de vision nocturne destinés aux hélicoptères.

 

L’Egypte est également logée à la même enseigne que le Maroc et l’Algérie. Le pays du panarabisme a acheté du matériel électronique made in Israël. Hier, un porte-parole du ministère de la Défense égyptien a démenti les informations publiées par Harretz. Contrairement au Pakistan, Maroc, Algérie ou les Emirats, le Caire entretient des relations diplomatiques avec Tel Aviv.

 

L’arrivée des Frères musulmans au pouvoir n’a rien changé au climat d’entente qui prévaut entre les deux capitales, et ce, depuis les accords de Camp David signés le 7 septembre 1978 par le président égyptien Anouar Essadate et le premier ministre israélien Menahem Begin.

 

Une société israélienne pour livrer aux arabes des armes américaines

 

Il n’y a pas que la Grande Bretagne qui autorise Israël à fabriquer du matériel militaire destiné aux pays arabes, le Pentagone aussi. Fin mai, ce ministère de la Défense a signé avec la compagnie israélienne Elbit Systemes un contrat, qui s’étend jusqu’en 2015, pour la fabrication de composants des F16 dédiés à des pays du Moyen Orient (Egypte, Turquie, Egypte, Jordanie, Emirats, Bahreïn et Irak). La valeur du contrat est estimée à plus de 31 milliards de dollars.

 

Une recherche sur le web, nous a appris que la société Elbit Systemes est spécialisée dans les équipements électroniques à usage militaire et civil.  Elle est classée à la 30ième place  parmi les cent plus importantes firmes mondiales productrices d’armement.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:30
photo ECPAD

photo ECPAD

12 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

BEYROUTH (Liban) - L'armée libanaise a lancé mercredi une rare mise en garde envers la Syrie, affirmant qu'elle riposterait immédiatement à toute nouvelle violation quelques heures après un raid syrien sur une localité de l'est du Liban.

 

Les unités de l'armée déployées dans la région (touchée mercredi) ont pris les mesures défensives nécessaires pour riposter immédiatement à toute violation similaire, a indiqué l'armée dans un communiqué, après un raid syrien sur la localité d'Aarsal.

 

Un hélicoptère militaire provenant du côté syrien a violé l'espace aérien libanais dans la région d'Arsal et lancé deux bombes (...) en direction de la place de la localité, blessant un civil et provoquant des dégâts matériels, a précisé l'armée.

 

Il s'agit d'un avertissement très rare dans l'histoire récente du Liban et de la Syrie, ancienne puissance de tutelle politico-militaire de son petit voisin.

 

L'armée libanaise, faiblement équipée, entretient une étroite coopération avec l'armée de la Syrie, dévastée par un conflit entre troupes du régime et rebelles.

 

Aarsal est une localité sunnite appuyant la rébellion et servant de point de passage entre les deux pays pour les réfugiés, les armes et les rebelles, selon des sources de sécurité. Elle a déjà été visée par des raids, mais c'est la première fois que son centre est touché.

 

Récemment, elle a reçu des dizaines de blessés, notamment des insurgés, après la chute de Qousseir, bastion rebelle du centre-ouest de la Syrie conquis par l'armée avec l'aide déterminante du Hezbollah chiite libanais.

 

Cette implication du puissant mouvement armé en Syrie a porté la tension à son comble au Liban, où les incidents se multiplient notamment dans les régions frontalières.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 15:55
Le ministre de la Défense en visite à Bourges sur le site de Nexter. Photo : Roland Pellegrino

Le ministre de la Défense en visite à Bourges sur le site de Nexter. Photo : Roland Pellegrino

12/06/2013 Loïc Picard -  Economie et technologie

 

Lundi 10 juin 2013, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s'est rendu à Bourges sur les sites industriels de MBDA et Nexter, deux grands groupes liés à la défense. Une visite durant laquelle il a notamment signé une convention bilatérale "Défense-PME", avec les PDG des entreprises françaises.

 

En première partie de journée, le ministre a visité les locaux berruyers du complexe de MBDA, une entreprise française spécialisée dans la production de missiles tactiques. Au cours de cette visite, il s'est adressé au personnel du site ainsi qu'aux responsables, et a confirmé le lancement du programme de production de missiles anti-navires légers (ANL), en coopération avec la Grande-Bretagne, qui équiperont à terme les hélicoptères de combat français et britanniques. Les productions de la version Marine du missile de croisière Scalp et du nouveau missile moyenne portée (MMP), remplaçant l'actuel Milan, ont également été confirmées.

 

Jean-Yves Le Drian s'est ensuite rendu à La Chapelle Saint-Ursin, sur le site du groupe Nexter --principal fournisseur des munitions de gros calibre, véhicules blindés et systèmes d'artillerie de l'Armée française--, où il a annoncé la prolongation du contrat de production d'obus de gros calibre, pour un montant 175 millions d'euros d'ici à 2020.

Le ministre de la Défense en visite à Bourges sur le site de Nexter. Photo : Roland Pellegrino / ECPAD

Le ministre de la Défense en visite à Bourges sur le site de Nexter. Photo : Roland Pellegrino / ECPAD

Les engagements annoncés par le ministre seront précisés et délimités par la Loi de programmation militaire (LPM) prévue pour la fin du mois de juillet. Elle reprendra les principaux axes délimités par le Livre Blanc et précisera les délais de livraison ainsi que le nombre d'équipements retenus pour les différents programmes.

 

Conformément aux engagements pris par le ministre, le 27 novembre dernier lors du lancement du Pacte Défense-PME, une convention bilatérale a été établie avec MBDA et Nexter, avec pour objectif de favoriser le développement des PME du secteur de la défense. Un enjeu important, le secteur comptant près de 4000 entreprises.

 

À l'issue de chacune de ses visites, Jean-Yves Le Drian a souligné l'importance qu'occupent les industries de défense dans l'économie française, et a rappelé l'engagement de l'Etat auprès de ce secteur clé pour l'autonomie stratégique de la France, avec un budget annuel pour la défense inchangé de 31,4 milliards d'euros jusqu'en 2016.

Industrie de défense : le ministre de la Défense s'engage
Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 15:55
Défense : le budget des armées est gravé dans le marbre, selon Jean-Yves Le Drian

12/06/2013, Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian est convaincu que le budget de la défense pour les trois prochaines années sera maintenu à 31,4 milliards d'euros. Et assure que les recettes exceptionnelles seront au rendez-vous.

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian en est convaincu. Et ne veut pas en démordre. Le budget de la défense pour les trois prochaines années sera maintenu au niveau actuel de 31,4 milliards d'euros. Le ministre a précisé avoir "obtenu de haute lutte" cet effort en faveur de la défense lors des discussions budgétaires. "En clair, a-t-il résumé, la participation de la Défense à l'effort de redressement des comptes publics égale l'inflation". Le ministre a rappelé que la loi de programmation militaire (LPM), qui échelonnera les crédits de défense pour les années 2014-2019, contiendrait une clause de révision à l'été 2016, pour tenir compte de l'évolution des perspectives économiques. Il espère que cette clause lui permettra d'obtenir de nouveaux crédits si l'économie se redresse mais concède qu'il "y a un risque" dans le cas contraire. La LPM sera examinée en conseil des ministres "fin juillet" et devrait être déposée au Parlement "à l'automne", a-t-il averti.

 

Pour autant, le budget de la défense reste aussi très lié à l'obtention de recettes exceptionnelles, les fameuses REX.  "Les recettes exceptionnelles seront au rendez-vous", a assuré à plusieurs reprises Jean-Yves Le Drian, très déterminé. "J'ai besoin de 1,3 milliard en 2013, je les ai, et j'ai besoin de 1,8 milliard en 2014, je les aurai". Sachant toutefois que la construction du budget 2014 arrive dans trois mois. Tout en rappelant que le président de la République s'était engagé sur ces REX, il a souligné qu'il n'y avait pas de plan B si elles n'étaient pas au rendez-vous. Car pour le ministre, c'est inenvisageable. Dont acte. Pour maintenir ce niveau de 31,4 milliards, Jean-Yves Le Drian avait demandé 1,3 milliard de recettes extra-budgétaires en 2013, et 1,8 milliard en 2014, puis 2015 et 2016. Soit 6,7 milliards d'euros au total, dont 5,4 milliards pour les trois prochaines années.

 

Quelles recettes exceptionnelles ?

 

Sans entrer dans le détail de ces recettes, le ministre a indiqué qu'elles proviendraient encore en 2013 et l'année prochaine de la vente de biens immobiliers appartenant à l'Etat et de fréquences de transmission restantes. Il n'a pas été très disert. Tout au plus, a-t-il précisé, il y aura des cessions d'actifs.  "Qu'il y ait des cessions d'actifs potentielles dans les recettes exceptionnelles, cela me semble une hypothèse possible mais c'est complètement indépendant", a souligné Jean-Yves Le Drian, faisant référence à d'éventuelles ventes de participations de l'Etat dans des groupes publics. L'Etat détient 27 % des groupes rs Thales et Safran, 12 % d'EADS, la maison-mère d'Airbus, 74 % du groupe naval DCNS et, enfin, 100 % de Nexter, le constructeur du char Leclerc. Pour autant, Jean-Yves Le Drian a réfuté tout lien entre ces recettes exceptionnelles et une éventuelle consolidation du secteur. Dans le passé, le ministère de la Défense n'a pas toujours réussi à recueillir le produit de telles ventes à temps pour boucler son budget. Et a été récemment sermonné par la Cour des comptes, qui regrette la construction d'un budget à partir de recettes exceptionnelles aléatoires.

 

L'heure des arbitrages

 

L'heure des arbitrages a sonné. Jean-Yves Le Drian a révélé qu'il n'avait pas encore procédé aux arbitrages exigés par la LPM. "Je n'ai pas commencé les arbitrages lourds, nous sommes dans la phase préparatoire des arbitrages", a-t-il expliqué. Une fois les décisions prises, il ira présenter la LPM au Premier ministre, puis en conseil de défense dans "quelques semaines". Il a cependant réaffirmé qu'aucun des grands programmes, comme l'acquisition de frégates Fremm ou la modernisation de l'armée de terre, ne seraient supprimés. "Aucun programme majeur ne sera supprimé, dans l'état de mes informations, j'espère que je n'aurais pas à arbitrer autrement", a indiqué Jean-Yves Le Drian. Des discussions sont en cours avec les entreprises concernées qui opposent leurs plans de charge de production aux impératifs budgétaires du gouvernement.

Ravitaillement d’un A400M par un A330MRTT photo Airbus Military

Ravitaillement d’un A400M par un A330MRTT photo Airbus Military

L'enveloppe pour ces grands programmes est de l'ordre de 5,7 à 5,9 milliards d'euros par an. Mais les commandes devront être étalées pour tenir compte des contraintes budgétaires et de l'acquisition de capacités nouvelles, comme des drones MALE et des ravitailleurs MRTT, qui ont cruellement manqué lors des opérations Harmattan en Libye et Serval au Mali. Le ministre a annoncé qu'il était en train d'acheter douze drones d'observation Reaper aux Etats-Unis. En outre, l'Etat a prévu l'acquisition de 12 avions ravitailleurs multirôles dans son Livre blanc de la défense publié fin avril et le ministre a précisé que des discussions étaient déjà en cours avec leur constructeur Airbus Military. Pour autant, il n'est pas sûr que les douze appareils soient mis en service lors de la prochaine LPM.

 

11 Rafale seront livrés en 2014, 2015 et 2016

 

photo Armée de l Air

photo Armée de l Air

Il a par ailleurs estimé qu'à l'échéance 2016/2017, l'avionneur Dassault Aviation devrait compter sur les exportations pour soutenir la production de son avion de combat multirôle Rafale. "Dassault est installé sur un concept de rente (...) On va continuer le rythme de livraison dans l'immédiat et, après, il faut que l'exportation joue son rôle", a-t-il expliqué. En d'autres termes, des commandes à l'exportation devront permettre à la Défense de ralentir les livraisons de Rafale qui pèsent lourd sur son budget. L'hypothèse privilégiée est de poursuivre la livraison de 11 Rafale en 2014, puis 2015 et enfin en 2016. "Ce n'est pas arbitré, a expliqué le ministre. Nous n'avons pas fini de discuter avec Dassault Aviation".

 

Des discussions "dans un bon état d'esprit" qui portent également sur la commande de la cinquième tranche de Rafale. L'armée de l'air l'espère à l'horizon 2016-2017. Jusqu'à présent, 180 Rafale ont fait l'objet d'une commande ferme par l'État français, sur un besoin exprimé avant la publication du Livre blanc de la défense par les forces armées françaises de 286 (228 pour l'armée de l'air et 58 pour la marine). Quelque 118 appareils ont été livrés à fin décembre 2012. A raison d'une livraison de 11 Rafale par an entre 2013-2016, Dassault Aviation aura livré 162 appareils fin 2016. Il sera alors temps de passer la commande de la cinquième tranche. Reste à savoir combien car le livre blanc s'appuie sur un modèle d'armée comprenant 225 avions de combat (air et marine) sans aucune autre précision.

 

Jean-Yves Le Drian s'est montré confiant dans les perspectives d'exportation du Rafale. L'Inde a engagé en janvier 2012 des négociations exclusives avec Dassault Aviation en vue d'équiper son armée de l'air. Dassault espère conclure les négociations pour la vente de 126 appareils cette année, avant que les élections législatives de 2014 ne gèlent le processus de décision en Inde. Pas sûr qu'il y parvienne, selon plusieurs observateurs, en dépit de la volonté de New Delhi de signer avant al fin de l'année.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 12:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Jun. 11, 2013 Defense news (AFP)

 

PARIS — France on Tuesday ordered an inquiry into security at a nuclear submarine base off its western coast following a report that the ultra-sensitive site could easily be targeted by terrorists.

 

Defense Minister Jean-Yves Le Drian has ordered an immediate review of the ground, maritime and aerial security of the base on Ile Longue, an island off the Britanny coast, officials said.

 

The move follows a report in the regional daily Telegramme de Brest detailing a string of shortcomings in security at the base.

 

According to the newspaper, it can be accessed by anyone who has an easy-to-copy identity badge, and there is no system of biometric identification of staff via their irises or fingerprints.

 

For vehicles, a simple piece of paper with a few basic details is sufficient to get past checkpoints and, as a result of ongoing upgrading work, trucks entering the site have not been subject to systematic checks.

 

The paper also noted that a large number of the 115 military police deployed to protect the site were part-time volunteers, many of whom were young, inexperienced and poorly paid.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 12:50
JASSM photo Lokheed Martin

JASSM photo Lokheed Martin

Jun 11, 2013 ASDNews Source : Lockheed Martin

 

Lockheed Martin [NYSE: LMT] received a $34.2 million Foreign Military Sales contract from the U.S. Air Force to support additional integration of the Joint Air-to-Surface Standoff Missile (JASSM) onto the Finnish Air Force F-18C/D aircraft.

 

Finland is the second international customer for JASSM. This second contract for Finland includes test missiles, software development and engineering documentation. The first contract was awarded in 2012, which initiated the six-year integration, production and sustainment effort.

 

The program is a joint effort between the U.S. Navy, U.S. Air Force, Lockheed Martin and the Finnish Air Force. Airworthiness activities will occur at NAS Patuxent River, Md., followed by flight testing at the Naval Air Warfare Center Weapons Division in China Lake, Calif.

 

“JASSM’s capabilities and proven reliability will play an essential role in assisting the Republic of Finland to achieve their national defense objectives,” said Bob Adams, international program manager of long-range strike systems at Lockheed Martin Missiles and Fire Control. “We are on schedule to support the operational requirements of the Finnish Air Force’s F-18 mid-life upgrade effort.”

 

The contract award follows several recent JASSM program milestones, including successful completion of the Lot 6 Reliability Assessment Program and completion of the JASSM-ER initial operational test and evaluation program, which resulted in recommendation for full-rate production.

 

JASSM is an autonomous, air-to-ground, precision-guided standoff missile designed to meet the needs of U.S. and allied warfighters. Armed with a penetrator and blast fragmentation warhead, JASSM cruises autonomously, day or night in all weather conditions. The missile employs an infrared seeker and enhanced digital anti-jam Global Positioning System to find specific points on targets.

 

The stealthy JASSM is integrated on the U.S. Air Force’s B-1, B-2, B-52, F-16 and F-15E. Internationally, JASSM is certified on the F/A-18A/B for the Royal Australian Air Force. Future integration efforts will focus on U.S. and international versions of the Lockheed Martin F-35 Lightning II fighter aircraft and other international platforms.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 12:50
Une partie de l’armée néerlandaise passe sous tutelle allemande

11 juin 2013 par: Romain Mielcarek - ActuDéfense

 

La 21ème brigade aéromobile néerlandaise va être directement intégrée à une unité binationale. Une perte d’autonomie conséquente pour les Pays-Bas qui créent ainsi un précédent historique en Europe.

 

Au cours d’un discours à Berlin, le 28 mai dernier, la ministre néerlandaise à la Défense s’est montrée parfaitement claire : «la coopération militaire n’est plus un choix, c’est une nécessité !». Jeanine Hennis-Plasschaert annonçait alors un événement historique pour son pays : toute une partie de son armée va être directement fusionnée avec celle de l’Allemagne.

Ce partenariat, parfaitement inédit en Europe, va mixer au sein d’unités communes plusieurs pans de la défense des deux pays. La 21e brigade aéromobile néerlandaise, soit quelque 4 500 hommes, vont ainsi rejoindre à partir de 2014 une division binationale aux côtés de la Division de réaction rapide allemande (DSK). Les Pays-Bas fournissent ainsi leur contingent le plus opérationnel, accompagné de ses hélicoptères, tandis que les Allemands gardent d’autres unités capables de se déployer en toute autonomie.

Militaires allemands et néerlandais doivent de plus collectiviser leurs formations et certains choix d’équipements. Des experts militaires seront échangés entre Berlin et Amsterdam. Enfin, par la suite, d’autres unités devraient être mixées, comme la défense anti-aérienne ou la défense anti-missile ainsi que les forces sous-marines néerlandaises.

 

Rupture stratégique et perte de souveraineté

«C’est une vraie rupture, analyse Etienne de Durand, directeur de recherche à l’Institut français des relations internationales (IFRI). Les Néerlandais ont toujours été très atlantistes et donc interventionnistes, alors que les Allemands sont politiquement plus réservés à l’égard des interventions.» C’est effectivement une «mauvaise nouvelle pour les Américains», confirme Joseph Henrotin, rédacteur en chef du magazine Défense et Sécurité internationale.

Les instances de commandement de cette nouvelle division seront en effet basées en Allemagne. Les Néerlandais risquent de voir leurs choix politiques dans les domaines stratégiques soumis à la nécessité d’un aval allemand. «Il est facile de bien s’entendre tant qu’on ne va pas sur le terrain», remarque Joseph Henrotin. Ce fin observateur des armées à travers le monde remarque ainsi que les forces néerlandaises ont souvent été un vrai appui pour les Américains, au cours de leurs différentes interventions de l’Irak à l’Afghanistan. A l’inverse, les Allemands ont toujours fait en sorte de ne pas exposer leurs propres forces.

Cette division, dont l’objectif annoncé est de pouvoir secourir des ressortissants néerlandais et allemands n’importe où dans le monde, sera donc soumise à la décision politique des deux pays. Ce sont les fondements de la puissance néerlandaise qui risquent, à terme, d’être fondus dans la stratégie allemande. Dans le cas des sous-marins, «ces bâtiments ont par exemple été très utiles pour recueillir du renseignement au large de l’Iran ou pour lutter contre la piraterie en surveillant les ports du Golfe d’Aden», explique Joseph Henrotin. Autant de missions pour lesquelles les forces néerlandaises perdent leur autonomie de décision.

 

Pas forcément positif pour l’Europe de la Défense

Pour Jeanine Hennis-Plasschaert, ces inquiétudes sont sans fondement. «Devons-nous vraiment craindre une perte de souveraineté ?», interroge-elle dans son discours de Berlin. «Ou ne devrions-nous pas plutôt redéfinir ce concept ?» Si la ministre néerlandaise voit dans cette réforme une manière différente de défendre l’Europe, beaucoup s’inquiètent surtout de voir ici un effet pervers des réductions budgétaires.

«Cela ne traduit aucun plan, remarque ainsi Etienne de Durand. Personne n’est d’accord sur l’emploi de la force dans la gestion des crises internationales ou même sur les priorités stratégiques communes.» «C’est dans l’ère du temps, tout le monde réduit ses budgets de défense», constate également Joseph Henrotin. Pour ce dernier, d’autres pays pourraient suivre le mouvement. Reste à savoir à quelle logique stratégique et culturelle ils pourraient vouloir se rattacher. Tandis que les pays les plus à l’est s’inquiètent du réarmement russe, les Allemands défendent l’idée d’une sanctuarisation et d’un repli sur soi stratégique. Là-dedans, Français et Britanniques pourraient se retrouver bien seuls à tâcher tant bien que mal de défendre des capacités de projection.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 12:50
MiG-29A-Bulgaria-2007 photo US DoD

MiG-29A-Bulgaria-2007 photo US DoD

Jun. 11, 2013 - By JAROSLAW ADAMOWSKI  - Defense News

 

WARSAW — Bulgarian Defense Minister Angel Naydenov has announced that the much-awaited acquisition of new jet fighters for the Air Force will likely not be launched this year, reported local news agency BTA.

 

In early May, Bulgarian President Rosen Plevneliev said his country needs to purchase nine or 10 fighter jets to modernize its Air Force. Currently, the service has Soviet-built MiG-21 and MiG-29 jets in its fighter fleet.

 

Local media have reported that the government was aiming to buy nine used Block 15 F-16s from the Portuguese Air Force. The planned purchase was estimated to be worth about Bulgarian 700 million (US $464 million).

 

Other alternatives reportedly analyzed by the Bulgarian military include the acquisition of new Gripen fighter jets from Saab and the purchase of secondhand Eurofighter Typhoons from the Italian Air Force.

 

Meanwhile, the government of neighboring Romania also has expressed interest in acquiring a number of F-16s from Portugal to replace its fleet of MiG-21 jets.

 

Naydenov was appointed defense minister May 29 in a coalition Cabinet formed by Prime Minister Plamen Oresharski from the Bulgarian Socialist Party.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 12:35
Indian Sub Buy Again Delayed

Jun. 11, 2013 - By VIVEK RAGHUVANSHI  - Defense News

 

NEW DELHI — Questions raised by the Indian Finance Ministry have delayed the Navy’s quest to procure six additional submarines equipped with air independent propulsion for more than $12 billion.

 

While the MoD proposal has not been shelved, routine queries have been raised by the Finance Ministry, said MoD sources.

 

The MoD cleared the procurement more than two years ago but the formal request for proposal has to be floated. Under the initial proposal, cleared by the Defense Acquisition Council in 2010, three of the six submarines are to be constructed at Mazagon Docks in Mumbai while another will be built at Hindustan Shipyard in Visakhapatnam.

 

The other two were to be either imported from the foreign collaborator or built by a domestic private shipyard.

 

The Navy warned the MoD last year of its deteriorating submarine strength, especially at a time when the Chinese Navy is aggressively adding more warships and submarines, said an Indian Navy official.

 

India has only 14 submarines, down from 21 in the 1980s, and far below China’s sub fleet of about 60, including 10 nuclear submarines.

 

Only half of India’s 10 kilo-class Russian-made submarines are operational and the four aging HDW-class submarines need to be upgraded, added the official.

 

Meanwhile, the homemade Arihant nuclear submarine is currently on sea trials and two French Scorpene submarines are more than three years behind schedule.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 12:20
CH-47F Chinook Helicopter source htka.hu

CH-47F Chinook Helicopter source htka.hu

RIDLEY TOWNSHIP, Pa., June 11 (UPI)

 

Boeing and the U.S. Army have signed a multiyear, $4 billion contract for as many as 215 CH-47F Chinook helicopters.

 

The five-year contract calls for an initial 177 helicopters to be delivered beginning in 2015, with options for 38 more.

 

The multiyear deal, instead of new contracts annually, will reportedly save the government more than $800 million to procure the aircraft.

 

"This multiyear contract provides unprecedented savings for the U.S. Army and American taxpayers," said Col. Robert Barrie, U.S. Army project manager for Cargo Helicopters. "But the most important benefit is the continued support these aircraft will provide to soldiers in the field and civilians in distress."

 

The order will eventually bring the Army's CH-47F total procurement close to its target of 464 aircraft. The Army's current CH-47F fleet number 241 aircraft.

 

"The Army is benefiting not only from the efficiencies of a multiyear contract but also from the production efficiency gains Boeing and our suppliers have made," said Chuck Dabundo, vice president, Boeing Cargo Helicopter Programs. "That includes the $130 million investment we made to modernize the Chinook factory."

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:55
X3 photo Pierre Bayle

X3 photo Pierre Bayle

11 juin 2013 Par Elodie Vallerey - usinenouvelle.com

 

Dans un communiqué, la filiale d'EADS Eurocopter annonce que son démonstrateur d’hélicoptère hybride a atteint la vitesse record de 472 km/h en palier le 7 juin.

 

Une nouvelle performance pour le démonstrateur d'hélicoptère X3, conçu par Eurocopter, qui devient le plus rapide du monde. La firme de Marignane, filiale hélicoptériste d'EADS, a annoncé le 11 juin dans un communiqué la vitesse record de 472 km/h (255 noeuds) en palier atteinte le 7 juin dernier par son concept.

 

"Plusieurs jours avant cette performance, le X3 a atteint une vitesse de 487 km/h (263 noeuds) en descente. Fort de ces deux succès, le X3 a dépassé le record de vitesse non homologué pour un hélicoptère", précise le communiqué.

 

Le jalon historique de 472 km/h a été atteint par le X3 à une altitude d’environ 10 000 pieds (3 048 m) pendant un vol de 40 mn dans la région d’Istres (Bouches-du-Rhône).

 

"A 472 km/h, le comportement du X3 est resté identique à celui expérimenté dans son enveloppe de vol, démontrant une stabilité exceptionnelle, et un niveau de vibrations faible sans avoir recours à un système anti-vibrations", a assuré Hervé Jammayrac, pilote d’essai d’Eurocopter, cité dans le communiqué.

 

L'été dernier, Eurocopter a exhibé son nouveau fleuron aux Etats-Unis lors d'une tournée destinée à séduire le marché civil et militaire américain.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:50
Draft agenda - 19 June 2013 - Subcommittee on Security and Defence

12.06.2013 Source : © European Union, 2013 - EP

 

1. Adoption of agenda

 

2. Approval of minutes of meeting of:

24-25 April 2013 PV – PE510.500v01-00

16 May 2013 PV – PE510.826v01-00

 

3.  Chair’s announcements

With the Council and Commission and EEAS

 

4. The European Defence Technological and Industrial Base

Rapporteur: Michael Gahler (PPE)

· Exchange of views

 

5. Academic reflections on the White Book on EU Security and Defence

Exchange of views with:

- Pr. Irnerio Seminatore, President, "Institut Européen des Relations Internationales" (IERI)

- General Eric Dell'Aria

- Ambassador Pierre Morel

- Ambassador Joachim Bitterlich

- Daniel Keohane, Head of Strategic Affairs, European Think Tank for Global Action (FRIDE)

 

6. Cybersecurity Strategy of the European Union: an open, safe and secure cyberspace

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:50

12 juin 2013 belgiandefence

 

La Marine a procédé aux derniers tests relatifs à ses navires de patrouille la semaine dernière. Ils se sont déroulés sur modèle réduit à l'institut d'enquêtes néerlandais afin d'analyser leur comportement en mer ainsi que leur vitesse maximale à la surface de l'eau. Les résultats ont été très concluants pour la délégation de la Défense en visite sur les lieux le 7 juin 2013.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:35
L’Indonésie se lance dans la construction de sous-marins

12 juin 2013 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le ministre indonésien de la défense, Purnomo Yusgiantoro, a annoncé que son pays allait bientôt construire les infrastructures nécessaires à la construction de sous-marins.

 

Les infrastructures seront construites par l’entreprise publique de construction navale PT PAL à Surabaya, a expliqué Purnomo après une séance de la Commission de politique industrielle de défense.

 

Il a ajouté que les infrastructures seraient prêtes d’ici 2 à 3 ans.

 

L’Indonésie est le plus grand archipel au monde. Elle a donc besoin d’une marine puissante pour protéger ses milliers d’îles.

 

L’Indonésie s’est entendu avec la Corée du Sud pour construire les infrastructures pour la construction de sous-marins. La coopération comprend l’accord de licence, l’ingénierie, la fabrication et la construction d’un prototype.

 

La coopération s’est déjà mise en place pour la conception et, d’ici 2 ans, elle devrait s’étendre à la fabrication et au prototype.

 

L’Indonésie et la Corée du Sud ont aussi conclu un accord de transfert de technologie pour la construction des sous-marins.

 

Le premier sous-marin sera construit en Corée et terminé en 2014.

 

La construction du deuxième verra la participation de techniciens indonésiens et celle du 3è aura lieu en Indonésie.

 

Une base sous-marine sera construite sur la baie de Palu (Sulawesi) et devrait être mise en service d’ici la fin de l’année. Tous les sous-marins indonésiens seront basés dans la baie de Palu, y compris les nouveaux construits en Corée.

 

Référence : Antara News (Indonésie)

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:35
Boeing Transfers 1st C-17 to Indian Air Force

Jun 12, 2013 ASDNews Source : The Boeing Company

 

The Indian Air Force (IAF) flew its first Boeing [NYSE: BA] C-17 Globemaster III to India today, becoming the newest operator of the leading airlifter.

 

"The C-17 will equip the Indian Air Force with amongst the world's most advanced humanitarian and strategic capabilities," said Air Vice Marshal SRK Nair, Assistant Chief of Air Staff Operations (Transport and Helicopters). "We have looked forward to this day when our Indian Air Force flies the first C-17 to its new home in India."

 

Boeing is on track to deliver four more C-17s to the IAF this year and five in 2014. This first aircraft was transferred today after completion of a flight test program at Edwards Air Force Base in Palmdale, Calif., that began following the Jan. 22 delivery.

 

"Congratulations to the Indian Air Force on this milestone as India joins the worldwide community of C-17 operators," said Tommy Dunehew, Boeing vice president of Business Development for Mobility, Surveillance and Engagement. "Nations turn to the C-17 for the capability to perform a wide range of operations, from peacekeeping and disaster relief to troop movements from semi-prepared airfields. This aircraft will provide the Indian Air Force with the versatility to augment airlift capability."

 

Boeing has now delivered 254 C-17s, including 222 to the U.S. Air Force and a total of 32 C-17s to Australia, Canada, India, Qatar, the United Arab Emirates, the United Kingdom and the 12-member Strategic Airlift Capability initiative of NATO and Partnership for Peace nations.

 

Boeing will support the IAF C-17 fleet through the Globemaster III Integrated Sustainment Program (GISP) Performance-Based Logistics contract. The GISP "virtual fleet" arrangement ensures mission readiness by providing all C-17 customers access to an extensive support network for worldwide parts availability and economies of scale.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:30
F-18C Hornet aircraft of the Kuwaiti Air Force – photo PH2 Bruce R. Trombecky

F-18C Hornet aircraft of the Kuwaiti Air Force – photo PH2 Bruce R. Trombecky

WASHINGTON, June 11 (UPI)

 

The U.S. military has notified Congress of a possible Foreign Military Sale of technical and logistics support to Kuwait.

 

The deal would support the country's fleet of F/A-18 C/D aircraft and carries an estimated value of $200 million.

 

According to the Defense Security Cooperation Agency, the package would include avionics software upgrades, engine component improvements, ground support equipment, spare and repair parts, publications and technical documentation, and engineering change proposals.

 

The principal contractor would be General Dynamics, Boeing and Wyle Laboratories.

 

The assignment of 90 U.S. government and contractor representatives to Kuwait for three years to establish and maintain operational capability would be required, the agency said.

 

"The proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the United States by helping to improve the security of a friendly country which has been, and continues to be, an important force for political stability and economic progress in the Middle East," DSCA said in its notification. "The proposed sale of this support will not alter the basic military balance in the region."

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:20
EADS North America completes development of the SONEX-P portable explosive detection device

Jun 12, 2013 ASDNews Source : EADS

 

EADS North America has completed development of the SONEX-P portable explosive detection device, a new technology that determines whether suspicious objects contain chemical, radiological, nuclear or explosive threats.

 

The man-portable SONEX-P is able to identify in as little as 90 seconds both the presence and location of chemical, radiological, nuclear and explosive threats located in parcels, luggage, ordnance or abandoned bags.

 

A Cooperative Research and Development Agreement was started in 2011 with the Naval Explosive Ordnance Disposal Technology Division (NAVEODTECHDIV). The CRADA provided EADS North America access to NAVEODTECHDIV munitions for testing and refining of the systems detection algorithm to improve detection of live ordnance and inert ordnance. Testing and demonstration of performance were conducted at NAVEODTECHDIV and results were documented.

 

The system has a separate algorithm for law enforcement, homeland security and first responders who deal with suspicious packages, abandoned bags and non-ordnance explosive threats.

 

“With the push of a button, SONEX-P allows first responders including explosive ordnance disposal teams to identify and characterize material threats concealed in everyday objects,” said Sean O’Keefe, EADS North America Chairman and CEO. “We are working with the Navy to customize the product and provide the greatest possible protection for disposal teams, first responders and the general public.”

 

Weighing 50 pounds, SONEX-P is comprised of only two elements: a portable detection head and a companion laptop computer. The portable unit can be quickly deployed in urban environments to scan unattended bags or other similarly sized threat objects. The system projects neutron particles at an object to quickly identify the type, location and mass of suspicious material.

 

The SONEX-P operator receives an automatic indication of a threat or no-threat condition with supporting 3-D images to aid in the response. Detection is automatic; no operator determination is required other than initial setup and placement of the unit. The system signals either a red light (threat) or a green light (no threat) in as little as 90 seconds.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:20
Sonar integration contract for Northrop

ANNAPOLIS, Md., June 11 (UPI)

 

The U.S. Navy has contracted Northrop Grumman to support integration of its AQS-24A Side Look Sonar System onto an unmanned surface vessel.

 

The AQS-24A Side Look Sonar System is normally towed by a helicopter to detect mines. ON the USV it will search for bottom mines as well as surface mines.

 

"This is a great step forward for those who have been involved in USVs and mine hunting for as many years as the Naval Undersea Warfare Center and Northrop Grumman," said Tom Jones, vice president of Northrop Grumman's Undersea Systems business unit. "The results of this effort could apply to future USV programs, both in the U.S. Navy as well as the navies of potential coalition partners such as Australia."

 

Northrop said it has been testing the system, as well as its predecessors, on unmanned surface vessels since 2002.

 

The value of the contract and other terms, such as length, were not disclosed.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:20
LM Real-Time Intelligence Support Provides Battlespace View to USAF Aerial War Games

Jun 12, 2013 ASDNews Source : Lockheed Martin

 

Lockheed Martin [NYSE: LMT] teams provided exploitation of intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) capabilities at a level never before achieved during Red Flag, the U.S. Air Force premiere aerial warfare exercise. During the exercise, live imagery from manned and unmanned aircraft was disseminated in near real-time to the Distributed Common Ground Station Imagery (DCGS-I) mobile test bed, which is used by the Department of Defence to test ISR capabilities prior to their introduction into an operational environment.

 

“Red Flag was a huge success, and a large chunk was due to the DCGS-I capabilities,” said Lt. Col. Christopher Reiz, the 526th Intelligence Squadron commander. “DCGS-I was a critical part of our High Altitude mission and pivotal to the successful execution of reconnaissance missions and in providing realistic combat training.”

 

Red Flag exercises are realistic aerial war games intended to prepare pilots from the U.S., NATO and other allied countries for combat situations. This is the first time that the Air Force brought together not just the platform and supporting sensors, but also the analysis of the collected intelligence data, as well as the communications paths upon which the data travels.

 

“This is a major step forward in exploring the true potential of real-time intelligence,” said Jim Quinn, vice president of C4ISR systems for Lockheed Martin Information Systems & Global Solutions. “The value that analyzing and sharing ISR data offers for success in future conflicts is clear: a holistic understanding of a complex battlespace.”

 

During Red Flag, raw intelligence from manned and unmanned ISR assets was sent to DCGS-I, which served as the primary data link, processor, and delivery mechanism for the Synthetic Aperture Radar (SAR) imagery taken from the U-2, as well as the backup data link for the SAR and infrared imagery taken by the Global Hawk. Analysts reviewed the data, and in collaboration with the Air Operations Center, sent the intelligence products to users, allowing for a more effective prioritization of combat assets.

 

Users from dissimilar classification environments were able to review imagery gleaned from the airborne platforms through the use of Lockheed Martin’s cross domain solution Trusted Manager (TMAN). TMAN automatically disseminated imagery from the secret DCGS-I environment to the top secret Air Force common workstations, allowing airmen to work seamlessly at both the secret and top secret security levels.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:20
L'armée américaine commande pour 4 milliards de dollars d'hélicoptères

11 juin 2013 Par Julien Bonnet - Usinenouvelle.com

 

La commande porte sur 177 appareils CH-47F Chinook, avec des options pour 38 supplémentaires, précise le communiqué de Boeing.

 

Le groupe aéronautique américain Boeing a annoncé mardi 11 juin avoir remporté un contrat évalué à 4 milliards de dollars pour livrer des hélicoptères à l'armée américaine.

 

La commande porte sur 177 appareils CH-47F Chinook, avec des options pour 38 supplémentaires, précise le communiqué qui ajoute que les livraisons sont prévues à partir de 2015 et vont s'étaler sur cinq ans.

 

Le contrat de longue durée va permettre "d'apporter de la stabilité aux ouvriers" de Boeing et à ses sous-traitants et leur permettre "d'investir dans les outils de production", a commenté Chuck Dabundo, un responsable des programmes d'hélicoptères du groupe américain cité dans le communiqué.

 

La commande est d'autant bien venue que l'heure est plutôt à la réduction des dépenses fédérales aux Etats-Unis, ce qui touche en premier lieu le secteur de la défense. Ce contrat de plusieurs années permet toutefois de réaliser des économies "évaluées à plus de 800 millions de dollars", a souligné Robert Barrie, un responsable de l'armée américaine, cité dans le communiqué.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories