Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 07:35
source illinois.edu

source illinois.edu

Jun. 7, 2013 - By VIVEK RAGHUVANSHI – Defense News

 

NEW DELHI — As part of its policy to strengthen defense ties with countries in the Asia Pacific Region, India plans to improve relations with Australia and Thailand.

 

Visiting Indian Defence Minister A.K. Antony and his Australian counterpart, Stephen Smith, agreed during talks in Canberra on Wednesday to step up military exchanges and naval combat exercises.

 

“The Defense Ministers of Australia and India agreed to continue to have regular bilateral Defence Ministers’ Meetings, to promote exchanges between the Defence establishments and the Armed Forces of both sides,” says an Indian Ministry of Defence statement.

 

Without specifying concern over Chinese assertiveness in the South China Sea, a joint statement issued at the end of the talks in Canberra said, “maritime security and freedom of navigation in accordance with principles of international law is critical for the growth and prosperity of the Asia Pacific and Indian Ocean Region.”

 

Indian Defence Ministry sources said the Indian government does not want to formally participate in regional, multilateral security tie-ups, which was conveyed to Australian officials during Antony’s visit.

 

“Australia is part of an [informal] quadrilateral alliance between the United States, Australia, Japan and India, which will help check Chinese assertiveness in the Indian Ocean Region and the Asia Pacific region,” said Nitin Mehta, New Delhi-based defense analyst.

 

“While China looks at this quadrilateral strategic arrangement with suspicion, New Delhi wants to send a strong message to China that it is determined to stem the growing influence of Beijing in the Indian Ocean region,” Mehta said.

 

Defence Ministry officials denied that any talks were held regarding the “so called” quadrilateral alliance during Antony’s talks in Canberra.

 

“The Defence Minister A.K. Antony offered to discuss with Thailand possible areas of cooperation and collaboration in defense production. During talks with his Thai counterpart, Air Chief Marshal Sukumpol Suwanatat in Bangkok, Antony said India has, over the years, developed a well-established defense industry which can meet varying requirements of the Thai armed forces,” says the Indian Defence Ministry release.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 07:35
India developing robotic soldiers to replace humans in warfare

Jun 09, 2013 brahmand.com

 

NEW DELHI (PTI): With futuristic warfare in mind, India is working to develop robotic soldiers as part of efforts to boost unmanned fighting capabilities, joining a select group of countries in this endeavour.

 

Under the project being undertaken by DRDO, robots would be developed with very high level of intelligence to enable them to differentiate between a threat and a friend.

 

These can then be deployed in difficult warfare zones, like the Line of Control (LoC), a step that would help avert the loss of human lives.

 

"We are going to work for robotic soldiers. We are going to look for very high level of intelligence in it than what we are talking today... It is a new programme and a number of labs are already working in a big way on robotics," DRDO chief Avinash Chander told PTI in an interview.

 

The newly-appointed DRDO chief listed the project for development of robotic soldiers as one of his "priority thrust areas" saying that "unmanned warfare in land and air is the future of warfare. Initially the robotic soldier may be assisting the man."

 

He said in the initial phase of the project, the robotic soldier would be required to be told by the human soldier to identify an enemy or a combatant but "slowly in due course of time, the robotic soldier would be at the front end and the human soldier would be assisting him."

 

Chander said the need for a robotic soldier is felt to save precious human lives and already robots are used in areas where humans do no want to venture such as defusing bombs or getting inside a high-radiation territory.

 

"Robotic soldier is one step further. It will have multiple technologies in terms of communication with team members, ability to recognise an enemy," Chander said.

 

"Today, you have neural networks, whenever the soldier tells him (robotic soldier) that this is a human solider, he will derive his own logic as to what is the difference between him and others (civilians). That learning process will keep building up," he said.

 

Asked if it would be capable of being deployed in areas such as the Line of Control, Chander said, "In due course of time but not before a decade in any way."

 

He said many new technologies have to be developed such as "miniature communication, materials, cognitive technologies, self-learning processes and interaction with human."

 

Chander said "already five to six countries are actively working. They have not yet developed it fully but they are in fairly advanced stages. This is one of my priority areas."

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 05:19
photo WestendRaider

photo WestendRaider

10 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

KABOUL - Des insurgés ont lancé une attaque suicide près de l'aéroport de Kaboul lundi à l'aube et se sont emparés d'un immeuble dans cette zone du nord-est de la capitale afghane, que la police tentait de reprendre.

 

L'attaque a démarré lundi matin au lever du soleil et se poursuivait vers 02H00 GMT, soit deux heures après son début. L'ambassade américaine a fait retentir son alarme accompagnée d'avertissements par haut-parleur qu'il ne s'agissait pas d'un exercice.

 

L'échange de tirs est en cours, c'est une attaque suicide, a déclaré à l'AFP le chef de la police de Kaboul, Hashmat Stanikzai.

 

Le responsable n'a pas pu confirmer la cible des agresseurs, mais les explosions sont entendues près de l'aéroport.

 

Dans un communiqué, la police a indiqué qu'un groupe d'assaillants étaient entrés dans un immeuble de la rue Qasaba, à l'ouest de l'aéroport, et procédaient à des tirs sporadiques.

 

La zone est à présent interdite d'accès par les forces de sécurité et les affrontements se poursuivent entre les forces de sécurité et les attaquants, a ajouté la police.

 

La dernière attaque à Kaboul date du 24 mai, lorsque des rebelles taliban ont lancé une opération suicide, suivie de sept heures d'affrontements armés dans le centre de la capitale. Sept personnes avaient été tuées, dont les quatre insurgés menant l'opération.

 

Les attaquants s'étaient retranchés, les armes à la main, dans le bâtiment de l'Organisation internationale des migrations, situé dans une zone abritant des organisations internationales.

 

Le gouvernement avait alors loué l'efficacité des forces de sécurité, qui étaient parvenues, selon lui, à limiter le nombre de victimes.

 

La qualité du travail des forces de sécurité est en effet cruciale pour que le gouvernement puisse affronter les talibans lorsque les forces de l'Otan se retireront d'Afghanistan en 2014.

 

La police et l'armée sont entraînées par la coalition internationale mais beaucoup doutent de leur capacité à imposer la paix, dans un pays ravagé par 12 ans de guerre.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 12:50
A gunner from 1st Battalion The Princess of Wales's Royal Regiment looks along the sights of a general purpose machine gun [Picture: Corporal Wes Calder RLC, UK MoD]

A gunner from 1st Battalion The Princess of Wales's Royal Regiment looks along the sights of a general purpose machine gun [Picture: Corporal Wes Calder RLC, UK MoD]

7 June 2013 Ministry of Defence

 

Over 2,000 troops and 750 vehicles from 20th Armoured Brigade have been preparing for the scenarios likely to be faced in future conflicts.

 

Exercise Bavarian Charger is the first of 3 large exercises being undertaken by the brigade this summer, and is designed to prepare personnel for contingency operations post-Afghanistan.

Captain Strachan-Hayes from Headquarters 20th Armoured Brigade said:

This is the culmination of 4 or 5 months of training within the battle groups of the brigade where we have taken individual soldiers and built up their skills to platoon then company level.

We don’t know what contingency will look like; the future of operations might be very different so we have to look at a broad spectrum of capabilities.

This exercise has focused on the worst case scenario; how we might attack or defend against a force that is of parity, integrating the all arms concept with the aviation assets, and transitioning from offensive operations into security operations where we would be required to protect the local nationals and reassure the population.

A Challenger 2 main battle tank
A British Challenger 2 main battle tank live firing in Grafenwöhr, Germany [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]

The training was split into 3 phases starting with a demanding 2-week live firing package on the ranges of Grafenwöhr, which culminated in a series of attacks with the combined firepower of Challenger tanks, Warriors, Apache helicopters, infantry and artillery assets.

The brigade then travelled to Hohenfels, 100 kilometres further south. This move through open German countryside was designed to simulate the kind of challenges facing an armed force moving through a hostile environment. It also provided an opportunity to test the skills of 1 Logistic Support Regiment, who were co-ordinating the move.

The third phase took place in the heavily wooded and hilly terrain of the Hohenfels training area where the focus was on the planning and execution of operations at battle group and company level.

Soldiers from 2nd Battalion The Rifles
Soldiers from 2nd Battalion The Rifles conduct house-clearing in a village [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]

The 5th Battalion The Rifles (5 RIFLES) and Queen’s Dragoon Guards Battle Groups were tested on tactics which involved sweeping across the battlefield in armoured vehicles before switching to peace support operations that required a more subtle and tempered approach.

For many of the Challenger crews from C Squadron of the Queen’s Royal Hussars this was the first time they had worked together on this kind of terrain and also the first time they had used their tanks in a counter-insurgency battle.

Besides the demanding pace of the exercise another challenge came in the form of the weather, with record rainfall over the 3 weeks causing severe flooding in south Germany and putting a dampener on morale, especially for the infantry troops of 5 RIFLES who were exposed to the unrelenting downpours during the digging-in phase.

Despite this, brigade personnel achieved some valuable training and had the chance to refresh their core skills having returned from Afghanistan in 2012.

Soldiers disembark a German CH-53G Stallion helicopter
Soldiers from the Queen's Dragoon Guards Battle Group disembark a German CH-53G Stallion helicopter [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
Soldiers build a 5-bay medium girder bridge
Soldiers from 37 Armoured Engineer Squadron build a 5-bay medium girder bridge for armoured vehicles to use [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
Soldiers from 1st Battalion The Princess of Wales's Royal Regiment
A Javelin (anti-tank weapon) fire team from 1st Battalion The Princess of Wales's Royal Regiment [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
An Apache attack helicopter
A British Apache attack helicopter provides close air support for the troops on the ground [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
Armoured vehicles
Armoured vehicles arrive in Hohenfels from Grafenwöhr by cargo train [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
British Challenger 2 main battle tanks and Warrior armoured infantry fighting vehicles
A panoramic view of British Challenger 2 main battle tanks and Warrior infantry fighting vehicles on the live firing range at Grafenwöhr [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
A soldier from 5th Battalion The Rifles
A soldier from 5th Battalion The Rifles provides cover for his colleagues [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
A British Warrior armoured infantry fighting vehicle
A British Warrior infantry fighting vehicle patrolling across the live firing range in Grafenwöhr [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
A British Challenger 2 main battle tank
A British Challenger 2 main battle tank live firing in Grafenwöhr [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
A soldier from the Queen's Dragoon Guards Battle Group
A soldier from the Queen's Dragoon Guards Battle Group moves to a firing position [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
A soldier from the Queen's Dragoon Guards Battle Group
A soldier from the Queen's Dragoon Guards Battle Group on a foot patrol [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
Soldiers build a 5-bay medium girder bridge
Soldiers from 37 Armoured Engineer Squadron build a 5-bay medium girder bridge for armoured vehicles to use [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
AS90 self-propelled gun
An AS90 self-propelled gun from 26th Regiment Royal Artillery firing 155-millimetre shells [Picture: Corporal Wes Calder RLC, Crown copyright]
Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 12:45
« Doumba »: exercice de synthèse pour les Waraba

8 juin 2013 EUTM Mali

 

Du 4 au 6 juin 2013, le bataillon « Waraba » des forces armées maliennes a effectué un exercice de synthèse baptisé « Doumba », clôturant un cycle de formation de 10 semaines entamé le 2 avril 2013 dans le cadre de la mission EUTM Mali. Comprenant 5 phases au total (reconnaissance, conquête d’un objectif, contrôle de zone, coup d’arrêt, offensive), cet exercice, effectué dans la région de Koulikoro, a permis aux instructeurs de la mission EUTM Mali d’attester la capacité opérationnelle du bataillon Waraba, désormais remis à la disposition des forces armées maliennes. Cet exercice a été marqué par la visite du général Ibrahim Dembélé, chef d’état-major général des armées du Mali, ainsi que du général François Lecointre, commandant la mission EUTM Mali, venus constater sur le terrain le niveau atteint par le bataillon Waraba.

 

Fort de 715 hommes, le bataillon « Waraba » (« les lions » en langue bambara), commandé par le lieutenant-colonel Yacouba Sanogo, est composé de trois compagnies d’infanterie et d’unités d’appui spécialisées dans le domaine de l’arme blindée cavalerie, de l’artillerie et du génie.

 

Reportage photo

« Doumba »: exercice de synthèse pour les Waraba
Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 12:35
An Indian Air Force Hawk AJT - Photo BAE Systems

An Indian Air Force Hawk AJT - Photo BAE Systems

07 June 2013 by Saurabh Joshi - stratpost.com

 

These aircraft are part of a batch of 57 Hawks ordered jointly by the Indian Navy and Indian Air Force (IAF) for around 700 million pounds, the first 17 of which will go to the navy.

 

The Indian Navy is set to receive the first four of its order of 17 Hawk Advanced Jet Trainer (AJT) aircraft next month.

 

The aircraft, manufactured under license by Hindustan Aeronautics Limited (HAL) will be delivered to INS Dega at Visakhapatnam and will eventually take over the role of the eight Kiran Mk II training aircraft operated by the Indian Navy at INS Hansa at Goa.

 

These aircraft are part of a batch of 57 Hawks ordered jointly by the Indian Navy and Indian Air Force (IAF) for around 700 million pounds, the first 17 of which will go to the navy.

 

The second of eight Boeing P-8I Long Range Maritime Reconnaissance (LRMR) aircraft will also be delivered to the Indian Navy’s base INS Rajali next month. The first aircraft was delivered last month.

 

The IAF also plans to acquire an additional 20 aircraft for their Surya Kiran aerobatic team.

 

The delivery of a 2004 IAF order of 66 Hawk aircraft to the IAF was completed last year, with 42 being license-produced by HAL.

 

A Kiran Mk II of the Indian Navy’s Sagar Pawan aerobatic team crashed at Hyderabad during the Indian Aviation 2010 air show on in March, 2010, killing both crew members.

 

The first ten of the IAF order for 75 Pilatus PC-7 Mk II aircraft in an order worth around USD 600 million, were delivered last month, which will replace the indigenous HAL HPT-32 basic trainer aircraft, grounded last year following a number of crashes.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 12:30
ELM-2022A multirole radar  - Elta Systems

ELM-2022A multirole radar - Elta Systems

6 Jun 2013 By Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - Israel Aerospace Industries is in the final stages of delivering a multirole persistent surveillance radar system mounted on an aerostat platform to a foreign customer, with acceptance testing having recently been completed.

 

The tethered aerostat solution will enable the operator to detect low flying and surface targets at the radar's maximum range by mitigating the curvature of the earth and terrain-masking limitations.

 

Developed by IAI subsidiary Elta Systems, the sensor is based on the ELM-2022A multirole radar. It detects and automatically tracks maritime and airborne targets, ranging in size from small periscopes to large maritime vessels in high sea states and in high-density coastal environments, the company says. The radar includes a ground moving target indication mode for detection in designated areas of interest.

 

An electro-optical/infrared sensor payload is also installed on the aerostat and integrated with the radar, allowing enhanced identification capabilities.

 

The system can be operated locally or remotely and be deployed to different areas of interest as a primary sensor or temporary gap-filler.

 

"This novel concept, which allows for multisensor, multirole target detection and management, will be one of the first operational multimode aerostat platforms of its kind," says Elta president Nissim Hadas. "It follows IAI/Elta's tradition of innovation and provides the customer with high performance, cost-effective solutions."

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 12:20
Sikorsky Receives U.S. Navy Award to Build Four CH-53K Operational Test Helicopters

June 06, 2013 sikorsky.com

 

  STRATFORD, Connecticut - Sikorsky Aircraft Corp. has received a $435 million U.S. Navy contract to build four production-representative CH-53K heavy lift helicopters for the U.S. Marine Corps. Designated as System Demonstration Test Articles (SDTA), the four aircraft will enable the Marines to conduct operational evaluation of the new helicopter system in support of Initial Operational Capability in 2019.

 

 

“The four SDTA aircraft are based on the configuration of the fourth and final flight test aircraft currently being assembled on the prototype production line,” said Dr. Michael Torok, Sikorsky’s CH-53K Program Vice President. “We truly appreciate the high level of confidence the Navy and Marine Corps have shown to the CH-53K team as we move forward with this important next phase of the program.”

 

The Navy has included the SDTA helicopters as an additional line item under the existing $3.5 billion System Development and Demonstration (SDD) contract initially awarded to Sikorsky in April 2006. The contract schedule requires that Sikorsky deliver the first SDTA aircraft in 39 months, and the fourth by the end of March 2017, when the Marines will begin operational evaluation. The contract’s cost-plus-incentive fee arrangement incentivizes Sikorsky to deliver early. Sikorsky will perform final assembly of the SDTA aircraft at the company’s Florida Assembly and Flight Operations facility in West Palm Beach.

 

To date, Sikorsky has delivered two of the seven SDD CH-53K aircraft – the Ground Test Vehicle and the Static Test Article – into the test program, and is finalizing assembly of the four flight test aircraft and the Fatigue Test Article. First flight of a CH-53K prototype aircraft is expected in late 2014.

 

Once the SDTA aircraft enter operational evaluation in 2017, the Marine Corps will verify the CH-53K helicopter’s capability to carry 27,000 pounds over 110 nautical miles under “high hot” ambient conditions, nearly tripling the external load carrying capacity of the current CH-53E Super Stallion™ helicopter.

 

Technology enablers for increased lift include three 7,500-shaft-horsepower GE38-1B engines; a split torque transmission design that more efficiently distributes engine power to the main rotors; fourth-generation composite rotor blades for enhanced lift; and a composite airframe structure for reduced weight.

 

"The SDTA contract represents an exciting and significant milestone in our program," said Col. Robert Pridgen, the Heavy Lift Helicopters program manager for the Naval Air Systems Command. "We are well on our way to making the CH-53K a reality for our Marines and our Naval fleet. The capability this aircraft brings, in every clime and place, is critical to sustaining the future missions of the Marine Air/Ground Task Force. The future of heavy lift is bright."

 

Per the current program of record, the Navy intends to order an additional 196 CH-53K aircraft as part of a separate production contract to stand up eight operational squadrons and one training squadron to support the Marine Corps’ operational requirements. Eventual production quantities would be determined year-by-year over the life of the program based on funding allocations set by Congress and the U.S. Department of Defense acquisition priorities.

 

Sikorsky Aircraft Corp., based in Stratford, Conn., is a world leader in helicopter design, manufacture, and service. United Technologies Corp., based in Hartford, Conn., provides a broad range of high technology products and support services to the aerospace and building systems industries.

 

This press release contains forward-looking statements concerning opportunities for development, production and sale of helicopters. Actual results may differ materially from those projected as a result of certain risks and uncertainties, including but not limited to changes in government procurement priorities and practices, budget plans, availability of funding and in the type and number of aircraft required; challenges in the design, development, production and support of advanced technologies; as well as other risks and uncertainties, including but not limited to those detailed from time to time in United Technologies Corporation’s Securities and Exchange Commission filings.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 11:55
EDA-R : Le nouveau moyen de connecter la mer et la terre

07/06/2013 Marine nationale

 

En novembre 2011, la flottille amphibie accueillait son premier Engin de débarquement amphibie rapide (EDA-R). En un an et demi, le connecteur terre-mer de nouvelle génération a fait ses preuves à la mer, depuis les bâtiments de projection et de commandement (BPC) français comme lors d’interactions avec les moyens d’autres marines, américaine et britannique notamment.

Tour à tour catamaran ou chaland, c’est sa capacité de mutation qui fait de l’EDA-R un engin atypique et novateur. A l’instar de tout bâtiment de la Marine, l’admission au service actif marque le point de départ de la montée en puissance. Celle des EDA-R peut commencer…

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 11:50
Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 11:50
Entraînement franco-suisse, deux Super Puma sur la base de Payerne

Entraînement franco-suisse, deux Super Puma sur la base de Payerne

07/06/2013 Armée de l'air

 

Du 3 au 7 juin 2013, l’escadron de transport, d'entraînement et de calibration (ETEC 65) de Villacoublay s’est rendu sur la base aérienne de Payerne, en Suisse. L’occasion de réaliser des entraînements conjoints avec leurs homologues suisses sur leur hélicoptère de prédilection, le Super Puma.

 

Cet échange franco-suisse est une opportunité pour l’équipage du Super Puma français déployé de s’aguerrir au vol en montagnes. «Nos collègues suisses évoluent sur le même hélicoptère que notre escadron, explique le capitaine F., pilote et chef du détachement. Nous avons eu la possibilité de croiser les équipages des deux nations et d’apprendre de nos techniques respectives». Peu habitué à évoluer dans ces conditions, les pilotes d’hélicoptères de l’ETEC ont profité de cet exercice pour réaliser des posers jusqu’à 12 000 pieds.

 

Pour la première fois, les Super Puma de l’ETEC ont intégré le dispositif de l’exercice Joint Warrior, organisé en Écosse, en avril 2013. L’escadron participera de nouveau à la deuxième édition de cet entraînement britannique, en octobre prochain.

Un Super-Puma suisse de la base aérienne de Payerne

Un Super-Puma suisse de la base aérienne de Payerne

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 11:50
Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 11:45
République Centrafricaine : réarticulation du dispositif

07/06/2013 Sources : EMA

 

Depuis le 6 juin, compte tenu de l’évolution de la situation en République de Centrafrique (RCA), le dispositif militaire a été réarticulé avec le désengagement de la compagnie parachutiste du 8e RPIMa vers Libreville, d’où elle reste toutefois en alerte.

République Centrafricaine : réarticulation du dispositif

Entre le 22 et le 24 mars, 300 militaires en provenance de Libreville (une compagnie du 8eRPIMa et une compagnie du 3eRIMa, en mission de courte durée au Gabon (FFG)) avaient été déployés à Bangui en renfort des 250 militaires du détachement Boali, afin d’être en mesure d’assurer la sécurité des ressortissants français si la situation l’éxigeait.

 

La compagnie du 8eRPIMa est retournée au Gabon le 6 juin. 400 militaires français restent actuellement déployés en RCA.

 

Par ailleurs, dans le cadre classique des relèves, la compagnie motorisée du 3eRIMa a été relevée le 6 juin par le 16eBC de Bitche à Bangui. La compagnie parachutiste du 8eRPIMa sera quant à elle relevée à Libreville dans les prochaines semaines par le 1erRCP de Pamiers.

 

La France est présente dans le cadre de l’opération Boali en RCA depuis 2002. Cette opération vise à apporter un soutien logistique, administratif, technique et si besoin opérationnel à la MICOPAX (Mission de consolidation de la paix en République Centrafricaine). Les militaires français restent en mesure d’assurer la sécurité des ressortissants français si la situation l’exige.

République Centrafricaine : réarticulation du dispositif
Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 12:55
Mission Jeanne d’Arc 2013 : Bilan à mi-parcours avant une nouvelle phase du déploiement

07.06.2013 Marine nationale

 

Le groupe amphibie composé du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre et de la frégate anti-sous-marine (FASM) Georges Leygues, arrive à mi-parcours et entame une nouvelle phase de la mission Jeanne d’Arc 2013. Retour sur les actions conduites par le groupe auquel sont intégrés 133 officiers-élèves, dont dix médecins, onze commissaires, huit administrateurs et dix-huit élèves étrangers, qui effectuent leur premier déploiement opérationnel de longue durée avec les enseignes de la promotion École navale 2010.

Coopérations bilatérales et projection de force interarmées

Parti de Brest le 6 mars dernier, le groupe a conduit des actions de coopération bilatérale significatives au travers de manœuvres amphibies mettant en œuvre, outre les deux bâtiments, le groupe tactique embarqué (300 militaires de la 6ème BLB et du 2èmeREI), un détachement de la flottille amphibie, un sous-groupement aéromobile (ALAT) et un détachement de l’aéronautique navale (22S). Cette capacité amphibie interarmées a été mise en œuvre à Portsmouth dans le cadre de l’exercice Gant de fer, lors de l’exercice franco-libanais Cèdre Bleuau nord de Beyrouth, à l’occasion encore de l’exercice franco-jordanien Mercy au nord d’Aqaba et de Tonnerre d’Acier, un exercice amphibie mené conjointement avec les Forces Françaises stationnées à DJibouti (FFDJ), en collaboration avec l’US Air Force et les Forces Armées Djiboutiennes (FAD). Ces actions conjointes ont permis de mettre en avant, outre toute la valeur du concept d’emploi des BPC, le savoir-faire du groupe dans le domaine des opérations amphibies et sa capacité à œuvrer efficacement en interarmées et en coopération avec des armées étrangères. Ces interactions constituent parallèlement un terrain de formation privilégié pour les officiers-élèves embarqués. C’est dans ce contexte interarmées, interallié et international qu’ils auront à conduire leurs missions demain.

Action européenne 

À l’ouvert de l’océan Indien, le groupe amphibie a basculé dans une nouvelle phase de son déploiement en rejoignant le 12 avril l’opération européenne de lutte anti-piraterie Atalante, aux côtés de la frégate de surveillance (FS) Nivôse et du patrouilleur de surveillance océanique (PSO) L’Adroit. Ce deuxième temps de la mission s’est inscrit dans les objectifs de sécurisation du trafic maritime, de dissuasion et de répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes. En particulier, quatre « friendly approachs » (approches amicales) ont été conduites sur des boutres au large de la Somalie. Ces interventions permettent d’expliquer aux pêcheurs et marins de commerce de la zone, la raison d’une présence militaire et de sensibiliser les équipages aux attaques de pirates qui y sévissent. A cette occasion sont ainsi rappelées les bonnes conduites à appliquer (« Best Management Practices ») au titre du volet prévention de la mission Atalante.

Avec 3 attaques à ce jour en 2013 contre 35 attaques en 2012, 176 en 2011 et 174 en 2010. La baisse des chiffres de la piraterie traduit le succès de l’action de la force européenne, conjointement à celles engagées sous d’autres mandats (OTAN, nationaux, …).

L’action maritime du groupe a trouvé son prolongement en escale à Port-Victoria lors de sa relâche opérationnelle. Le BPC Tonnerre a notamment apporté son concours au premier exercice de lutte contre la piraterie organisé avec les gardes-côtes seychellois par l’antenne locale d’EUCAP NESTOR, inaugurée à l’occasion de l’escale du groupe. Par cette antenne, EUCAP NESTOR contribue au développement des capacités maritimes seychelloises. Cette mission de l’UE, moins connue qu’Atalante, est placée sous la direction de l’Amiral (2s)  Launay et complète, avec la mission EUTM Somalia, l’approche globale qu’adopte l’Union Européenne pour la corne de l’Afrique. Là encore, les officiers-élèves ont pu tirer profit de leur pleine intégration aux équipages des deux bâtiments pour appréhender in situ l’action de la force européenne, au plus proche des réalités opérationnelles.

À mi- parcours : même mission, nouvelle phase

À présent, le groupe amphibie poursuit son déploiement de l’océan Indien jusqu’à la mer de Chine méridionale afin d’honorer deux missions. La première vise à développer nos partenariats et à mener des actions de coopérations bilatérales afin d’appuyer l’action diplomatique française. La seconde consiste à apporter un concours au soutien à l’exportation des industries de défense grâce à la démonstration ou à la présentation in situ de nos matériels militaires.

Ce volet du déploiement met en exergue une fonction inhérente aux bâtiments hauturiers de la marine nationale, celle d’ambassadeur[1]. Il s’inscrit également dans la fonction connaissance et anticipation, reprise et appuyée dans le nouveau Livre blanc de 2013, en ouvrant un accès géographique à cette région du globe vers lequel le centre de gravité s’est déplacé. Plus que jamais, les officiers-élèves sont au cœur du sujet.

[1] Le meilleur des ambassadeurs,  Hervé Couteau-Bégarie.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 12:20
Color Photo Of English Port Activity Prior To D-Day

6/7/2013 Strategy Page

 

General view of a port in England; in foreground, jeeps are being loaded onto LCTs - in background, larger trucks and ducks are being loaded onto LSTs. June 1944.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 12:20
M142 High Mobility Artillery Rocket System

6/2/2013 Strategy Page

 

U.S. Marines with Romeo Battery, 5th Battalion, 11th Marines (5/11), Regimental Combat Team 7 fire rockets from a M142 High Mobility Artillery Rocket System (HIMARS) on Camp Leatherneck, Helmand province, June 1, 2013. Marines with 5/11 are deployed to Afghanistan in support of Operation Enduring Freedom. (U.S. Marine Corps photo by Sgt. Anthony L. Ortiz)

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:50
Le Hammerhead (vue d'artiste) pourrait voler dès la fin de cette année. Crédit Piaggio

Le Hammerhead (vue d'artiste) pourrait voler dès la fin de cette année. Crédit Piaggio

07/06/2013 Par Guillaume Steuer - air-cosmos.com

 

Voici venu le nouveau Male italien. "A vrai dire, le Hammerhead se situe plutôt dans une catégorie intermédiaire, entre drones Male (moyenne altitude longue endurance) et Hale (haute altitude)", s'empresse de préciser Fabrizio Giulianini, pdg de Selex ES. L'électronicien italio-britannique est en effet partenaire de l'avionneur Piaggio sur ce nouveau projet d'avion sans pilote, le P.1HH Hammerhead. Un appareil dérivé du célèbre turboprop Piaggio Avanti et dont une maquette à l'échelle 1 sera présentée pour la première fois à l'occasion du salon du Bourget.

 

"Notre avantage principal par rapport à la concurrence est la rapidité à laquelle nous pouvons répondre à la demande du marché", explique le patron de Selex ES. Etant donné que la plateforme de base est déjà largement éprouvée, il est prévu un calendrier d'essais assez agressif. Un premier vol assez court doit être effectué en fin d'année 2013, et de premières livraisons pourraient avoir lieu dès 2015 si des clients se montrent séduits par la formule.

 

De son côté, Piaggio expliquait récemment que le Hammerhead devrait afficher une endurance d'environ 16h avec un plafond pratique de 45.000 pieds, en emmenant un total de 900 kg de charge utile. Selex ES pourrait notamment intégrer un radar issu de la gamme Seaspray, ainsi qu'un capteur optronique. En revanche, selon Selex ES, il n'est pas prévu d'en dériver une version "optionnellement piloté", l'espace gagné par le retrait du cockpit étant occupé par de l'équipement.

 

Dans le domaine des drones tactiques, Selex ES continue par ailleurs de commercialiser son Falco, qui a déjà été vendu à quatre clients différents. L'électronicien est également le seul à avoir déjà intégré et testé en vol un radar non américain (le Seaspray 7500E) sur un drone MQ-9 Reaper, ce qui le place naturellement en tête des candidats à une future "européanisation" de cet engin, en cas d'achat groupé par plusieurs pays occidentaux.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:50
Kosovo : visite du nouveau SACEUR à DOG 31

08/06/2013 Sources : EMA

 

Le 6 juin 2013, le général américain Philip Breedlove, nouveau commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR) a visité la Kosovo Force (KFOR) dans le cadre de sa tournée des théâtres d’opérations sur lesquels est engagée l’OTAN.

 

Le général Breedlove a été accueilli à Novo-Selo par le colonel Woods, commandant le Battle Group multinational  Est (MNBG-E) et par le lieutenant-colonel Crider, commandant le poste de commandement avancé (Forward Command Post, FCP) du MNBG-E, où il a assisté à un point de situation complet de cette zone de responsabilité.

 

Après avoir visité plusieurs emprises de la KFOR en compagnie du général allemand Volker Halbauer, commandant la KFOR (COMKFOR), il s’est rendu au poste administratif de Brnjak (DOG 31), poste frontière entre la Serbie et le Kosovo, actuellement sécurisé par l’escadron d’éclairage et d’investigation (EEI) français. Le général Breedlove a effectué le tour des installations (postes de garde, d’observation, de contrôle de véhicule, zone de vie) et a tenu à féliciter les soldats français de l’EEI pour la remarquable qualité du travail accompli.

 

Actuellement armé par le 4e escadron du 1errégiment de chasseurs (1e RCH) de Thierville-sur-Meuse, l’EEI est placé sous le commandement tactique du MNBG-E. Il effectue des rotations sur l’ensemble des postes de la zone de responsabilité du BMNG-E, dans le but de surveiller, d’interdire et dissuader tout trafic illégal à travers cette frontière.

 

La KFOR participe au maintien d’un environnement sûr et sécurisé au profit de l’ensemble de la population du Kosovo, en collaboration avec la mission des Nations unies au Kosovo (MINUK), la mission de l’Union européenne (EULEX). Environ 320 militaires français sont actuellement engagés dans l’opération TRIDENT, nom de la participation française à la KFOR.

Kosovo : visite du nouveau SACEUR à DOG 31
Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:50
BFA : mission d’assistance en Allemagne

07/06/2013 Sources : EMA

 

Depuis le 5 juin 2013, une soixantaine de militaires français de la brigade franco-allemande (BFA) opèrent en soutien des forces de sécurité civile allemandes afin d’apporter assistance et protection aux populations suite à d’importantes inondations en Allemagne.

 

Issus d’une section française du 110erégiment d’infanterie (110eRI) et d’un peloton de transport du bataillon franco-allemand de commandement et de soutien (BCS), les militaires français renforcent les moyens allemands de la BFA déjà déployés depuis le 3 juin.

BFA : mission d’assistance en Allemagne

Après avoir été déployés comme force d’intervention de réserve sur les rives fragilisées du Danube, les éléments de la BFA ont désormais rejoint les rives de l’Elbe, dans l’est de la Saxe, à la frontière tchèque, où le besoin était prioritaire.

 

La mission principale de la section d’infanterie française est de renforcer la digue en confectionnant des sacs de sable et d’ériger des barrières afin d’arrêter l’eau.

 

Le peloton de transport du BCS, parti de Müllheim le 6 juin dans la nuit, s’est quant à lui chargé de livrer près de 850 lits en Bavière, dans la région de Passau, avant de rejoindre le détachement à Pülswerda. Déployé avec une trentaine de soldats, le peloton devrait alors participer au chargement et à la livraison du sable sur les zones à risques de l’Elbe.

BFA : mission d’assistance en Allemagne
Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:45
Tunisie : Les terroristes auraient quitté Jebel Chaambi

 

07.06.2013 Par L'Economiste Maghrébin

 

Le major Mokhtar Ben Nasr, porte-parole officiel du ministère de la Défense, a déclaré  aujourd’hui 7 juin sur Express FM,  que les groupes terroristes retranchés à Jebel Chaambi auraient quitté les lieux, depuis l’explosion de la première mine.

 

Il a par ailleurs évoqué la possibilité qu’ils aient pu bénéficier de soutiens extérieurs pour s’enfuir et se cacher ailleurs.

 

Le porte-parole du ministère de la Défense a souligné que l’armée s’emploie, à l’heure actuelle,  à déminer le site, à le sécuriser définitivement  pour  qu’il ne serve plus de refuge aux terroristes.

 

Revenant sur l’explosion, hier,  de la 5e mine qui a fait deux morts parmi les militaires, Mokhtar Ben Nasr a fait savoir qu’il s’agit d’une mine artisanale, plus puissante que celles qui ont explosé antérieurement, ce qui laisse envisager un « tournant dangereux ».

 

Appelant à l’union sacrée contre le terrorisme, il a fortement nié toute infiltration de l’armée par des éléments acquis aux thèses terroristes, soulignant qu’il s’agit d’une « guerre de longue haleine » et que l’Armée tunisienne est bien outillée et bien formée pour la contrer.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:45
Déby : «La Libye est au bord de l'explosion»

07/06/2013 Par Tanguy Berthemet – LeFigaro.fr

 

INTERVIEW - Le président tchadien met en garde contre l'afflux de djihadistes venus du Mali et redoute une déstabilisation des pays voisins.

LE FIGARO - Le Niger est atteint par la crise malienne. Redoutez-vous que le Tchad soit affecté?

 

Idriss DÉBY -Je crois que la situation actuelle au Sahel ne doit pas être une surprise pour qui que ce soit. Dès le départ de la guerre en Libye, nous savions que les conséquences seraient dramatiques pour les pays voisins, mais aussi pour la Libye elle-même. Nos craintes étaient tirées de notre connaissance des hommes, de la culture, de l'organisation sociale de ce pays. C'est pour ça que j'avais demandé, en son temps, une formule qui puisse permettre de faire partir Kadhafi tout en permettant aux Libyens de se réconcilier et de mettre en place des institutions. Cela a été pris pour le plaidoyer d'un ami de Kadhafi. Mais je savais les conséquences de cette guerre. Personne ne s'est préparé.

Sans doute de bonne foi, même la France pensait qu'après Kadhafi, la Libye allait avoir un régime démocratique et organisé. C'était vraiment méconnaître la société libyenne. Le Mali a été le premier pays touché par les problèmes libyens, mais, il ne faut pas se leurrer, nous, les pays du Sahel, nous allons tous être touchés. Le Mali et le Niger hier, demain cela va être le Tchad. Et aucun de nos pays ne peut s'en sortir seul face à cette armada.

 

Selon vous, les djihadistes ont pu se reformer après leur défaite au Mali. La Libye est-elle le nouveau maillon faible de la région?

Hier, ils n'avaient pas de terrain. Maintenant ils en ont un: c'est la Libye tout entière. Hier, ils n'avaient pas d'armes, maintenant ils les ont toutes. Ils n'ont même pas besoin de fabriquer des trucs artisanaux. Hier, ils se cachaient. Aujourd'hui, ils s'affichent et ils disent qu'ils imposeront la charia en Afrique. La Libye est évidemment dans la tourmente mais nous sommes tous exposés ; nous avons tous nos faiblesses. Les djihadistes, je le confirme, sont en mesure de refaire ce qu'ils ont fait au Mali. Peut-être pas de la même manière, ils vont certainement changer de stratégie. Ils ont des camps d'entraînement dans le Djedel Akhdar et des brigades qui se constituent à Benghazi, Tripoli, à Sebha au vu et au su de tout le monde. La situation évolue de la façon la plus négative possible pour la Libye, mais aussi pour nous.

 

Pensez-vous alors que, comme au Mali, si le gouvernement libyen le demande, il faut intervenir en Libye?

Intervenir, c'est trop dire, mais nous avons intérêt à ce que la Libye soit stable et réconciliée. Malheureusement à l'horizon je ne vois pas dans les trois ou quatre années à venir une Libye stabilisée à moins d'un miracle. Comme le disait François Hollande, la guerre au Mali vient de Libye et elle se reconstitue en Libye et c'est l'affaire de toute la communauté internationale. Car la liaison peut être vite faite entre Boko Haram au Nigeria et les groupes dans le nord du Niger. Cela n'est pas rassurant et nous ne sommes pas préparés pour ce genre de situation. Le terrorisme peut frapper quand il veut, même au Tchad.

 

Que faut-il faire?

La Libye est au bord de l'explosion. Je n'ai pas du tout de solution mais on ne peut pas regarder cette situation, la laisser évoluer et nous exploser à la figure. La communauté internationale doit aider les autorités légitimes de la Libye. C'est un pays qui n'a pas d'armée, pas d'institution, pas de société civile pour garantir la paix. Un pays qui est mis en coupe réglée par des brigades qui vont jusqu'à contrôler Tripoli. Tous les radicaux islamistes sont aujourd'hui en Libye.

 

Ces groupes ont des liens avec Aqmi?

Il n'y a pas de doute, il y a des liens. La communauté internationale doit se réveiller pour sauver la Libye sinon tout ce que l'on a fait au Mali ne servira à rien.

 

C'est la raison pour laquelle vous avez engagé le Tchad si lourdement au Mali?

Non, ce n'est pas pour le Tchad que j'ai engagé. J'ai engagé l'armée tchadienne, avec le soutien de la classe politique et du peuple tchadien, pour aller aider un pays frère. Si le président français n'avait pas eu le courage d'engager des soldats français, il faudrait imaginer Bamako sous l'emprise des djihadistes. Nous avons été aux côtés des Français pour décapiter cette menace. Abou Zeid est mort. Mais il y aura d'autres Abou Zeid.

 

Le MNLA est encore présent au nord du Mali. Quelle attitude faut-il avoir vis-à-vis de ce mouvement, avec lequel les troupes tchadiennes ont eu des relations tendues?

Le MNLA n'a pas été très coopératif avec nous. Il faut le reconnaître. Ils connaissent très bien les membres rescapés de l'Adrar des Iforas et des autres villes, comme Tombouctou ou Gao. Une grande majorité a trouvé refuge à Kidal et dans les autres villes du Nord. Nos amis du MNLA auraient dû être coopératifs et le travail serait terminé depuis longtemps. Je ne porte pas un jugement négatif sur le MNLA. Il y a des problèmes internes. Nous espérons, que, avec l'appui de la France et de la communauté internationale, les élections se tiendront sur tout le territoire, c'est-à-dire aussi dans l'Azawad, le pays touareg. Sinon ce serait une acceptation de la division du Mali.

 

Ces dernières semaines, plusieurs personnes, dont des députés et des journalistes, ont été arrêtées au Tchad. Plusieurs ONG ont protesté, parlant d'arrestations arbitraires…

Les ONG sont dans leur rôle. Mais le Tchad est un pays souverain, démocratique avec une justice indépendante. Nous souhaitons que la justice fasse la lumière le plus rapidement possible sur ce qui s'est passé. J'avoue que je ne sais pas car j'étais hors de N'djamena. Je crois que l'intervention du Tchad au Mali ne devrait pas être, pour une petite minorité de mes compatriotes, une occasion pour déstabiliser le Tchad. C'est vrai que certains partis politiques n'étaient pas d'accord. Est-ce pour cela? Y a-t-il d'autres mobiles? Avant on savait qui soutenait le désordre au Tchad. C'était Kadhafi. Là je n'ai pas compris cette conspiration qui n'était pas un coup d'État, mais plutôt une tentative d'organiser un printemps arabe.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:40
prototype ballistic missile from the Plesetsk Cosmodrome

prototype ballistic missile from the Plesetsk Cosmodrome

MOSCOU, 7 juin - RIA Novosti

 

La Russie a testé jeudi un nouveau missile balistique intercontinental que le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine a qualifié vendredi de "tueur de bouclier antimissile".

 

"Les Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN) ont effectué le 6 juin, à 21h45 heure de Moscou, le lancement d'essai d'un prototype du nouveau missile balistique intercontinental depuis une rampe de tir mobile installée sur le polygone central de Kapoustine Iar, dans la région d'Astrakhan", a indiqué le service de presse des RVSN dans un communiqué.

 

Le tir a été un succès, l'ogive du missile a atteint le polygone "Balkhach" au Kazakhstan à l'heure prévue, selon le service de presse.

 

"Nous avons suivi avec attention le tir de jeudi soir. Tout s'est bien passé, nous avons testé un missile balistique intercontinental que je qualifie de "tueur de la défense antimissile". Aucun moyen du bouclier antimissile américain ne pourra empêcher ce missile à détruire sa cible", a indiqué le vice-premier ministre Rogozine lors d'une conférence à Moscou.

 

Selon lui, la Fédération de Russie cherchera à se doter d'armes et de matériel permettant d'éviter les guerres de 6e génération (utilisant des armes de haute précision) dans le cadre de son programme public de rééquipement de l'armée. Moscou créera des armes et des techniques de défense aérospatiale susceptibles de surmonter tous les systèmes de la défense antimissile et de préserver l'équilibre dans le monde.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:40
Su-35’s Cobra – source combatace.com

Su-35’s Cobra – source combatace.com

MOSCOU, 7 juin - RIA Novosti

 

Le chasseur russe dernier cri Soukhoï Su-35, dont la présentation en Europe se tiendra dans le cadre du salon du Bourget-2013, décollera pour la France la semaine prochaine, rapporte vendredi le service de presse du groupe Soukhoï.

 

Selon le groupe, le programme de présentation du chasseur inclut plusieurs figures de voltige aérienne telles que des tonneaux, des renversements, des vrilles, ainsi que le célèbre Cobra de Pougatchev.

 

Le Soukhoï Su-35 est un chasseur polyvalent hautement manœuvrable de génération 4++. Sa vitesse maximale atteint 1.400 km/h près du sol et 2.400 km/h en altitude. Son plafond opérationnel est de 18.000 mètres. L'appareil est capable de détecter des cibles volantes à plus de 400 km. Ces caractéristiques permettent au Su-35 de résister efficacement aux chasseurs de génération 5 F-35 et F-22A.

 

Le Cobra de Pougatchev est considéré comme l'une des manœuvres les plus exigeantes et difficiles à effectuer durant les spectacles aériens.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:35
Le général Nguyên Chi Vinh. Photo : VNA

Le général Nguyên Chi Vinh. Photo : VNA

07/06/2013 vietnamplus.vn

 

Le 4e Dialogue stratégique de la défense Vietnam-Chine a une signification importante, car les deux pays célèbrent cette année les dix ans de la signature de leur accord de coopération bilatérale dans la défense.

 

C'est ce qu'a souligné le général Nguyên Chi Vinh, vice-ministre de la Défense lors d'une interview accordée au correspondant de la VNA à Pékin (Chine) sur les contenus de ce Dialogue tenu mercredi dans la capitale chinois.

 

Il s'agit d'une bonne occasion pour le Vietnam et la Chine de passer en revue le processus de coopération ces dix dernières années et de définir certains points importants.

 

Premièrement, les deux parties ont affirmé la justesse de l'Accord de coopération dans la défense Vietnam-Chine. Ces derniers temps, cet accord a aidé à promouvoir la coopération bilatérale dans la défense tant en ampleur qu'en profondeur.

 

Deuxièmement, les relations dans la défense entre les deux pays sont devenues un des liens très importants dans les relations de partenariat stratégique intégral Vietnam-Chine.

 

Troisièmement, le Vietnam et la Chine ont défini les orientations de coopération pour la période 2013-2016 et jusqu'à 2020 avec des contenus plus complets et concrets.

 

Plus particulièrement, Vietnam et Chine ont officiellement inauguré une ligne téléphonique directe entre leurs deux ministères de la Défense.

 

Concernant les avantages et difficultés dans la construction de la confiance stratégique entre les deux pays dans l'avenir, le général Nguyên Chi Vinh s'est félicité que le concept de construire la confiance stratégique entre les responsables des deux armées avait été lancé par le général Shi Jian Guo en marge du 12e Dialogue Shangri-La. Cela contribuera à cultiver aussi la confiance stratégique entre les deux Partis et les deux Etats pour la coopération au développement.

 

C'est la première fois que les deux parties fixent la tâche concrète qui est de construire la confiance stratégique dans la défense et la sécurité, a-t-il dit.

 

Pour atteindre cet objectif, les deux parties doivent s'appuyer sur deux questions importantes. Primo, assurer la paix dans les régions frontalières, en mer, pour créer environnement pacifique et amical. Secundo, cette confiance doit être bâtie en suivant les contenus de coopération concrets.

 

Dans le dialogue stratégique de la défense, les deux pays ont déterminé des tâches concrètes, dont appronfondir les contenus de coopération actuels et promouvoir de nouveaux contenus concernant la prochaine participation du Vietnam aux opérations de maintien de la paix de l'ONU.

 

Le ministre chinois de la Défense Chang Wanquan a affirmé que la Chine était prête à partager ses expériences en la matière avec le Vietnam, en souhaitant que les deux parties élargissent les contenus de coopération et exploitent au maximun les atouts disponibles entre les deux ministères de la Défense.

 

S'agissant des perspectives de signature d'une convention de non recours à la force ou menace d'y recourir concernant les deux Marines, le général Nguyên Chi Vinh a affirmé que la proposition du Vietnam de ne pas recourir à la force ou menacer d'y recourir en Mer Orientale manifestait que le Vietnam faisait preuve de calme dans le règlement des problèmes dans cette zone maritime sur la base de la coopération et de l'assurance des intérêts légitimes et égaux. La partie chinoise a pris note de cette proposition du Vietnam et l'étudiera sérieusement.

 

Le ministre chinois de la Défense Chang Wanquan a également dit que les deux pays ont donné des déclarations communes sur le non recours à la force dans le règlement des litiges en Mer Orientale. Dans l'immédiat, les deux armées doivent observer absolument ces engagements, a conclu le général Nguyên Chi Vinh. - VNA

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:35
Chief of Defence Staff of the French Armed Forces Admiral (ADM) Edouard Guillaud calling on Minister for Defence Dr Ng Eng Hen. (Photo MINDEF)

Chief of Defence Staff of the French Armed Forces Admiral (ADM) Edouard Guillaud calling on Minister for Defence Dr Ng Eng Hen. (Photo MINDEF)

 

 

07/06/2013 Sources : EMA

 

Technology and doctrine are 2 faces of the same coin and they mutually interfere: doctrine is the seed for development of new technologies and technology sets conditions for what can be done, therefore influencing doctrine.

 

These 2 domains are in constant evolution: any technological or doctrinal reluctance to change leads to failure; the winner is the one who anticipates, who puts his opponent off guard and adapts himself faster to ever changing conditions.

 

This is a constant challenge for defence and security leaders, whether in America, in Europe or Asia, as long as they are committed in international security and stability.

 

In my short brief, I will begin with generic considerations, then set a French perspective, followed by the challenges as I see them, ending with what future we have to address.

 

***

 

The generic considerations will be seen through 3 acknowledgements which are universally shared.

 

The 1st acknowledgement is about technology. It is that military equipment is increasingly complex and hopefully increasingly efficient. Of course, this has positive and negative consequences.

 

The 1st positive consequence is that, through technology, any assessment is quicker, more accurate and safer; this relates to environment, communication and action. In Libya, for instance, thanks to tactical and satellite-based links, the combined action of our aircraft, helicopters, UAVs, ships and submarines was coordinated in real time – meaning a complete loop within a few seconds, not minutes.

 

The 2nd benefit of technology is the increased efficiency of any force. This allows a reduced volume of deployed forces. In Mali, just a few thousand well-equipped and mobile soldiers were enough to reconquer the northern part of the country – of course, they had good combat support and combat service support. Another example: on 13th January 2013, 4 Rafale combat aircraft taking off from mainland France stroke 21 targets from a stand-off distance, with 21 hits.

 

But technology has its negative consequences.

 

The cost of military equipment is sky-rocketing, which implies downsizing of the armed forces: affordability and sustainability are at stake in the long run! And yet, quality does not always replace quantity: to seize or control a town, you still need to deploy thousands of soldiers (remember Fallujah 2004). There is a threshold between quality and quantity, which cannot be defined once and for all.

 

The second negative consequence is that complexity implies a difficulty in fully mastering any new equipment. In addition, fleet reduction creates new constraints on training.

 

The life cycle of armament programs should not be counted in years, but in dozens of years: in the 50s, the life span of a jet fighter was 15 to 25 years; the life span of the Rafale will be twice as much. Today, most of our major pieces of equipment have been designed during the Cold War, for high-intensity combat; almost none of them have actually been used to fulfill the very mission they had been designed for. This is the time when doctrine finds its full significance, to support this necessary adaptation to real life and to real use.

 

Doctrine is my 2nd acknowledgement. As we know, on a regular basis, doctrines are challenged by new technologies. Missile defence versus nuclear deterrence is the perfect example of this.

 

Moreover, a single item can be read in different ways. This is, for instance, the case for RPAs, the use of which is also linked to legal and ethical factors. For the same reason, the cyberwar is faced to the same challenge with one more difficulty: a complete porosity between civilian and military environments.

 

By the end of the day, the challenge mainly lies into the multiple aspects and consequences of new technologies. This requires understanding the risks and the threats, but also shaping the answers, through a systemic analysis.

 

My 3rd acknowledgement is the linkage between the two: relevant technologies and doctrines are 2 necessary prerequisites for military success, but they are not sufficient by themselves.

 

One example: in order to reach the desired military end state, the full life cycle of any ammunition must be coherent from the correct storage facility to the successful delivery on target, through the adequate launcher system correctly manned.

 

All this implies to have adapted combat and support capabilities, but also intelligence and command capabilities: the role of the individual is of paramount importance at all levels.

 

As a consequence, we need to have an efficient operational and logistic organisation and, what is even most important, we need to have enough personnel, both in terms of quantity and quality. They need to be well-recruited, well-educated and well-trained. All these aspects of a military capability need to be taken into account: with given equipment and doctrine, they make the difference.

 

Moreover, technology-minded does not mean technology-addict. In other words, we need to be cold-blooded towards technology. Seeing everything and knowing everything is not achievable through technology only. It is true of intelligence and systemic analysis, where only individuals can go to contact, perceive and feel. Robots, although useful, will not replace totally existing equipment; the man in the loop will always be the ultimate factor. In my personal view, this is good news!

 

***

 

A country’s capability approach is determined by its military culture and by the level of ambition it has for its defence.

 

It is our legacy that France is overseas and on all oceans. We have Defence and Co-operation agreements with many countries. As a permanent member of the United Nations Security Council, France is both one of the major stakeholders and shareholders of international security.

 

Our armed forces must be able to act on various theatres, often at the same time, to carry out missions over the entire spectrum, all the way from high-intensity to peace-keeping.

 

Our ambition is to conduct operations sometimes autonomously, most of the time within a coalition, but always abiding by international laws. As a founding member of NATO and the European Union, France plays a leading role in both organisations. This position is key in terms of interoperability: intelligence, command, combat capabilities, support, logistics, individual and collective training.

 

The technical and doctrinal consequences are quite obvious and have been made clear through our latest White Paper: we have chosen a full-fledged, expeditionary military tool, and we want to master most necessary techniques and technologies to have a sustainable range of capacities and capabilities.

 

What are the current challenges?

 

Many armed forces used to have versatile capabilities leading to a “high-end” only vision of operations, to face all situations and threats with the required level of reactivity. The basic idea was “he who can do the most can do the less”. But today, this vision is barely sustainable, financially wise.

 

Moreover, the “versatile” items or equipment are either too powerful or powerless when faced in irregular courses as terrorism or guerrilla warfare. In asymmetrical or hybrid conflicts – which should be the dominant type of future engagements – the increasingly “transverse” nature of risks and threats require that we find “transverse” answers to them. No one can do that alone, because of the range of the needed competences, and costs.

 

The military assets on which to put emphasis are reactivity for command structures and intelligence gathering, agility and flexibility of forces and mastering, and control of the military effects, such as accuracy and lethality.

 

 ***

 

The idea of “exact technological requirement” has become of paramount importance; the point is to elaborate our doctrines through a seamless and constantly evolving process.

 

There are three domains in which I consider that progress can be made:

 

To better anticipate the requirements, we need to increase our efforts on prospective thinking: we need to be more open-minded to other disciplines, working in hubs that associate doctrinal centres, ops experts, armament engineers, industrialists and so on.

 

To adapt more quickly, we have to reinforce our reactive adaptation processes in the industrial, doctrinal and budget fields. Shortening the lessons learned loop is also part of it.

We have to rethink the way we launch our procurement programs. The real issue is: should technologies be guaranteed nationally or shared with others? It is a major stake and a real responsibility for any country and moreover for a nuclear and space power.

 

 

To conclude, in an ever changing world, facing ever more complex situations, we have to adapt ourselves ever more faster. This implies that we know better how to use the linkage between new technologies and evolving doctrines. This is not only “best value for money” but also “best potential for money”…

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories