Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:30
Liban : entrainements conjoints entre les EOD et les FAL

08/06/2013 Sources : EMA

 

Du 28 au 29 mai et du 4 au 5 juin 2013, l’équipe EOD (Explosive Ordnance Disposal) de la Force Commander Reserve (FCR), a conduit des entrainements conjoints avec une quinzaine de  militaires spécialistes Génie/EOD des Forces Armées Libanaises (FAL).

 

Ces entrainements ont pour objectif d’améliorer les connaissances et savoir-faire des militaires libanais dans le domaine de la destruction d’engins explosifs.

 

L’équipe EOD, ou en français NEDEX : Neutralisation, Enlèvement et Destruction des Explosifs était composée de trois sous-officiers du 1er Régiment Etranger de Génie (1e REG), et d’un officier-marinier plongeur-démineur.

 

Durant ces sessions d’entrainements conjoints, les militaires français et libanais ont partagé leurs connaissances techniques en matière d’investigation, de déminage, de sécurisation de munitions et de dépollution de zone, ainsi que leurs techniques de neutralisation d’engins explosifs.

Liban : entrainements conjoints entre les EOD et les FAL

Des exercices de destruction de colis piégé,  de neutralisation d’une munition non-explosée et  de déminage d’une zone polluée ont ensuite été conduits.

 

L’équipe EOD de la FCR, en alerte permanente, a pour mission d’intervenir au profit des forces françaises, aussi bien sur les emprises militaires françaises que sur les points d’intérêt stratégiques mais également des intérêts de la France, comme l’ambassade ou les navires français accostant en territoire libanais.

 

Dans le cadre de la résolution 1701, la Force Commander Reserve (FCR) participe à la montée en puissance des Forces Armées Libanaises (FAL), au cours d’exercices, de patrouilles et d’entraînements communs réguliers.

Liban : entrainements conjoints entre les EOD et les FAL
Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 10:55

7 juin 2013 Armée de Terre

 

Le 16 bataillon de chasseurs stationné a Bitche (57) a réceptionné ses premiers VBCI. Le convoi ferroviaire est arrivé en gare militaire du camp de Bitche le vendredi 31 au soir. Treize engins ont été débarqué, un 2e convoi devrait arrivé fin juin et livrera les 16 derniers engins. Le 16 BC est la 3e unité de combat a être équipé de la triade FELIN-VBCI-NEB.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 10:55
Un Mirage 2000-5 de la base aérienne 116 de Luxeuil

Un Mirage 2000-5 de la base aérienne 116 de Luxeuil

07/06/2013 Par Raoul Advocat – France 3 Franche-Comté

 

Deux jours après le crash d'un avion de chasse, l'enquête se poursuit. Il faut retrouver les munitions embarquées par l'appareil. 240 obus disséminés au sol.

 

Un pilote sain et sauf. Avec une simple entorse à la cheville. L'épave de son avion à Montcourt, en Haute-Saône. Les deux réservoirs supplémentaires de kérosène largués, dans les Vosges. Un crash sans doute provoqué par l'impact d'un oiseau, dans le réacteur. Un accident rarissime.

 

Après l'enchaînement des faits, place à la recherche des munitions du Mirage. Il y aurait près de 240 obus, disséminés dans la zone du crash. A récupérer d'urgence L'enquête se poursuit. Elle devrait durer une semaine.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 10:55
Nexter prépare le véhicule blindé polyvalent de demain

Nexter a réalisé un démonstrateur de la tourelle T40 CTAS qui équipera l’EBRC à l’aide d’une plate-forme d’une taille proche de ce futur engin blindé de reconnaissance et de combat. Photo Patrice Desmedt

 

07 juin 2013 Par Patrice Desmedt Usinenouvelle.com

 

Nexter Systems est déjà prêt pour proposer à l’armée française son futur engin blindé de reconnaissance et de combat (EBRC), un véhicule à roues 6x6 polyvalent. Sa conception modulaire permettra à Nexter de réaliser des économies d’échelle tout en proposant aux armées de différents pays un véhicule adapté à leur besoins, et à leurs moyens.

 

La loi de programmation militaire pour les années 2014-2019 ne devrait être votée qu’au cours de l’été par l’Assemblée nationale. Cela n’empêche pas Nexter Systems d’avoir une idée déjà précise de l’engin blindé de reconnaissance et de combat (EBRC) que l’armée de terre ne devrait pas manquer de commander avant la fin de la décennie pour remplacer les vieillissants AMX 10RC et ERC 90, lancés en 1977. Le dialogue est constant entre Nexter et les membres de l’état-major, dont certains ont participé aux récents conflits, en Afghanistan et au Mali. Et le dernier Livre blanc de la sécurité et de la défense nationale, rendu public en avril 2013, confirme que la France est susceptible de participer à tout type de conflit dans des zones géographiques diverses.

 

"Les blindés sur roues présentent le meilleur compromis, explique le général d’armée Bertrand Ract-Madoux, chef d’état-major de l’armée de terre. Il y a trente ans, la France était en pointe dans ce domaine. Depuis, pays après pays, même les plus ardents défenseurs de la chenille ont adopté des véhicules à roues. Le programme Scorpion est essentiel pour l’armée française." Les blindés à roues ont prouvé leur efficacité, avec leur mobilité, leur vitesse de déplacement et leur masse raisonnable permettant l’acheminement par avion, le tout avec une puissance de feu et une protection significatives. Le programme Scorpion (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation), lancé en 2010, doit assurer la modernisation des unités de combat au sol, au sein desquelles les véhicules blindés de la cavalerie joueront un rôle clé.

 

L’EBRC de Nexter sera un blindé compact à roues de type 6 x 6, relativement léger (entre 20 et 25 tonnes), doté d’un canon de 40 mm à munition télescopé qui permet d’utiliser des projectiles de plus faible dimension et un chargement automatique sur le côté, un élément important pour un véhicule de dimensions restreintes. La tourelle permettra de lever le canon jusqu’à un angle de 45 degrés pour traiter des cibles en hauteur, alors que les chars sont conçus uniquement pour des combats au sol.

 

Elément important, l’EBRC sera  modulaire afin de s’adapter aux besoins des différentes armées. A partir d’une cellule de base à prix serré, il est possible d’ajouter des éléments comme des missiles, flash bang, système fumigène, brouilleur d’ondes. De même, le système informatique embarqué reposera sur des micro-ordinateurs et un câblage Ethernet, pour faciliter l’intégration et assurer une réelle évolutivité. Cette modularité a été prise en compte dès les premières études, pour ensuite mettre en place les solutions industrielles afin de profiter au maximum d’une fabrication en nombre qui permettra une baisse des coûts.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 10:45
chef d'état-major général des armées du Mali, le général de brigade Ibrahima Dahirou Dembélé

chef d'état-major général des armées du Mali, le général de brigade Ibrahima Dahirou Dembélé

2013-06-07 20:19 French.news.cn

 

BAMAKO, 7 juin (Xinhua) -- Le chef d'état-major général des armées du Mali, le général de brigade Ibrahima Dahirou Dembélé et son staff se sont rendus vendredi à Anefis pour trouver une solution au blocage par la France de la progression des forces maliennes sur Kidal.

 

Après la reprise, mercredi dernier, de la localité de Anefis, située à 108 kms de Kidal par les Famas, (forces armées maliennes et de sécurité), l'état-major français a ordonné à ses troupes d' arrêter la progression des forces maliennes en direction de Kidal.

 

Cette directive française a été très mal appréciée par les troupes maliennes à Anefis et leur chaine de commandement opérationnel. Le Chef d'état-major général des armées du Mali et ses conseillers militaires sont donc arrivés à Anefis pour dit-on "comprendre les raisons du refus de la France à voir l' armée malienne entrée à Kidal".

 

Le général Ibrahima Dahirou Dembélé avait rencontré jeudi dans la soirée l' ambassadeur de la France et le commandement de Serval pour discuter de la question.

 

La seule option qui vaille pour l' instant au près des forces maliennes, "est que les militaires francais les accompagnent au cours de leur progression sur Kidal, Tessalit et Tinzawaten, sinon il ne serait pas question de les bloquer une fois encore et une fois de trop", explique un officier de la force spéciale malienne.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 17:45
43 000 litres d'eau par jour pour les soldats de Serval à Bamako et Gao

06.06.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense
 

Quand on parle de "liquide", ça ne veut pas systématiquement dire "espèces sonnantes et trébuchantes"; ça peut vouloir dire tout simplement '"eau". Une fois n'est pas coutume, ce post ne parlera pas du budget des Armées et de la Défense au régime sec.

Le ministre de la Défense a donné quelques chiffres sur l'approvisionnement en eau des soldats de l'opération Serval. Un des aspects les plus critiques de l'aventure malienne.

Dans sa réponse à François Cornut-Gentille qui avait demandé des précisions sur les moyens et procédures adoptées pour fournir en eau les troupes engagées sur le théâtre d’opération malien, Jean-Yves Le Drian précise que "les premiers militaires envoyés au Mali dans le cadre de l’opération SERVAL ont été dotés d’une autonomie en eau de 10 jours (60 à 100 litres d’eau en bouteilles par combattant perçus auprès des groupements de soutien des bases de défense ou en zone de ravitaillement et d’accueil)."

Et de poursuivre : "Afin de simplifier et de réduire le coût de la logistique, la direction centrale du service du commissariat des armées a très rapidement souhaité mettre en place un soutien local permettant d’assurer une grande partie de la dotation initiale des militaires arrivant sur le théâtre d’opérations (7 jours d’autonomie sur les 10 requis), de compléter régulièrement le stock des troupes et de constituer une réserve de sécurité, tout en préservant la couverture des besoins de la population. Au titre de contrats conclus avec des fournisseurs principalement implantés en Côte d’Ivoire, 50 000 litres d’eau ont ainsi été acheminés tous les deux jours à Bamako, dès le 31 janvier 2013, et 36 000 litres tous les deux jours à Gao, à compter du 14 février dernier, après la constitution d’un stock initial de 72 000 litres le 8 février."

Enfin, il est précisé dans le texte du ministre qu’ "une réserve de 30 000 à 50 000 litres d’eau a en outre été constituée auprès de négociants locaux à Niamey, au Niger, dès le 23 janvier 2013".

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:50
Royal Marines specialist mountain leaders guide a commando company through the Himalayan mountain range in India [Picture: Petty Officer Dave Husbands, UK MoD]

Royal Marines specialist mountain leaders guide a commando company through the Himalayan mountain range in India [Picture: Petty Officer Dave Husbands, UK MoD]

6 June 2013 Ministry of Defence

 

The Royal Marines elite mountain leaders branch has introduced a new course, available to all marine-level ranks.

 

The Royal Marines want to show that the world of mountain leaders goes far beyond climbing, mountain training, clambering out of holes in ice or building makeshift snow shelters.

Joining the mountain leaders cadre also opens up the world of reconnaissance and information-gathering in the brigade patrol troop; the small, specialist team which goes in ahead of the main Royal Marines force.

A Royal Marines commando conducting vertical assault training
A Royal Marines commando conducting vertical assault training in Cyprus (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Si Ethell, Crown copyright]

Typically the mountain leaders branch, which traces its roots back to the cliff assault unit in the Second World War, has been the domain of corporals and above.

But the Corps is now expanding the branch to all marine-level ranks as it introduces the mountain leader 3 course; the most experienced being mountain leader 1.

The new course sees marines taught how to carry out surveillance and vertical assaults, spending 2 weeks in Glencoe for practical mountain training, and take part in 2 exercises where they practise close target reconnaissance and guiding attack troops to their objectives.

Royal Marines conducting a helicopter embarkation drill
Royal Marines conducting a helicopter embarkation drill during a cold weather warfare course in Norway (library image) [Picture: Petty Officer (Photographer) Sean Clee, Crown copyright]

Major Ads Rutherford, in charge of mountain leader instruction at the Commando Training Centre in Lympstone, Devon, explains:

Military mountaineering is different because everything we do is orientated to having an effect on the ground in terms of combat operations.

We teach guys to work in cold weather conditions which range from 3°C to -30°C, as well as desert and jungle. We teach them to own the environment in which they operate so they can exploit the unique capability they have for UK defence.

A Royal Marines commando scales a cliffside
A Royal Marines commando scales a cliffside during vertical assault training in Cyprus (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Si Ethell, Crown copyright]

What is perhaps less well known outside the Corps, however, is that mountain leaders are also taught specialist communication skills and how to be reconnaissance operators – skills vital in the patrol troop.

The troop – part of the Surveillance and Reconnaissance Squadron, based at Stonehouse in Plymouth – has seen action in every major Royal Marines operation from the first Gulf War to Afghanistan.

They’re taught how to parachute – demonstrated recently over south-west Scotland during the Joint Warrior exercise, how to drive a multitude of vehicles, how to provide first aid, and how to escape or evade capture.

A company of Royal Marines conducts vertical assault training
A company of Royal Marines conducts vertical assault training in Cyprus (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Si Ethell, Crown copyright]

Colour Sergeant Lee Waters, who runs the mountain leader 3 course at Lympstone, said:

We can see everything, hear everything, and get an understanding of exactly what is going on in our area.

It’s become a very important part of the training for mountain leaders. It’s no longer just about the climbing and tactics.

Now we concentrate massively on the end product and making sure from the marine-level right up to the mountain leader 1s that all have a thorough understanding of how important their role is and how time-sensitive information is treated.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:50
L’Armée suisse s’entraîne à surmonter un incident en collaboration avec l’Allemagne et l’Autriche

Berne, 07.06.2013 - news.admin.ch

 

L’exercice « ALPENDREIECK » permet aux troupes sanitaires de trois armées de s’exercer à la collaboration à Kempten (DEU). L’accent est principalement mis sur le personnel, le matériel et les processus engagés. L’Armée suisse prend part à l’exercice qui se déroule du 3 au 14 juin 2013 en engageant 41 spécialistes et trois systèmes.

 

Pour la première fois, les trois domaines sanitaires des armées allemande, autrichienne et suisse ont l'occasion de tester en direct la compatibilité de leurs organisations en matière de gestion de blessés et de soins chirurgicaux d'urgence dans un centre de secours. L'exercice « Alpendreieck » est dirigé par le service sanitaire central de la Bundeswehr allemande.

L'Armée suisse y participe avec 41 personnes, parmi lesquelles se trouvent des médecins, des soldats sanitaires, des chauffeurs et du personnel professionnel militaire. Au niveau du matériel, il est prévu qu'un poste de secours sanitaire (ESM 2), des véhicules sanitaires légers, des chars sanitaires et le gestionnaire de poste de secours sanitaire avec le stylo numérique destiné à la gestion des données des patients soient engagés.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:45
 En attendant les négociations avec les touaregs, l’armée malienne poursuit sa progression vers Kidal

06.06.2013 par: Romain Mielcarek - Actudéfense

 

Après de violents combats au sud de Kidal, l’armée malienne ne serait plus qu’à quelques dizaines de kilomètres de la ville. En attendant les négociations qui doivent se dérouler à Ouagadougou vendredi, les rebelles se retranchent dans leur dernier bastion.

Après de violents combats dans le secteur d'Anefis, l'armée malienne ne serait plus qu'à quelques dizaines de kilomètres de Kidal. ©DR

Après de violents combats dans le secteur d’Anefis, l’armée malienne ne serait plus qu’à quelques dizaines de kilomètres de Kidal. ©DR

L’armée malienne progresse vers Kidal, la dernière ville occupée par les touaregs dans le nord du Mali. Mercredi, de violents combats ont opposés les forces gouvernementales à ces rebelles à Anefis, bourgade située à une centaine de kilomètres au sud. Selon le colonel Didier Dacko, commandant malien de l’opération, militaires et combattants du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) se sont affrontés pendant deux heures. Souleymane Maïga, le porte-parole de l’armée, annonce un bilan contesté par ses adversaire de deux morts de son côté et de dix tués et une trentaine de prisonnier parmi les touaregs.

Le MNLA, qui dénonce une «agression», se serait replié vers Kidal. Les touaregs assurent avoir capturer une douzaine de Maliens. Ces combats, au cours desquels les armées française et africaines ont évité d’intervenir, ont été dénoncé par la communauté internationale. Washington, par exemple, exhorte les deux camps à éviter l’escalade de la violence et de la vengeance en attendant les négociations qui doivent se dérouler vendredi.

L’armée malienne poursuit sa progression vers Kidal. Jeudi 6 avril, en cours de matinée, elle se situerait à quelques dizaines de kilomètres de son objectif. Les militaires assurent, depuis mardi, être en position et en mesure de reconquérir Kidal. Ils appellent les derniers rebelles à déposer les armes avant leur arrivée pour faciliter l’entrée dans la ville.

Difficiles négociations

En ralliant les jihadistes d'AQMI et du Mujao, les rebelles touaregs ont achevé leur rupture avec les populations noires du nord-Mali. ©DR

En ralliant les jihadistes d’AQMI et du Mujao, les rebelles touaregs ont achevé leur rupture avec les populations noires du nord-Mali. ©DR

Vendredi, les autorités du gouvernement de transition malien doivent rencontrer les représentants des deux mouvements touaregs basés à Kidal. Blaise Compaoré, le président du Burkina Faso, doit accueillir les émissaires à Ouagadougou. Le médiateur de la Cédéao pour la crise malienne rencontrera d’abord chacun des acteurs avant que des pourparlers en face à face ne soient menés. Les touaregs seront représentés par des leaders du MNLA et du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), une autre organisation moins radicale qui contrôle une partie de Kidal.

Bamako dénonce des «épurations ethniques» menées par les rebelles touaregs à Kidal. Le MNLA aurait mené une vague de violence contre les populations noires de la ville, arrêtant ou expulsant plusieurs dizaines de personnes accusées d’être des agents de renseignement du gouvernement. Cette rencontre doit permettre de trouver d’ici lundi un accord entre les deux camps pour assurer la tenue des élections nationales le 28 juillet prochain.

Les touaregs dénoncent la faible prise en compte de leur population dans le nord du pays. Ils réclament plus d’autonomie et désignent Kidal comme leur capitale. Leur volonté d’indépendance reste en opposition avec les mandats internationaux qui réclament la réunification totale, sécuritaire et politique, du Mali. S’ils sont nombreux dans la moitié nord du pays, les touaregs restent minoritaires et peinent à s’intégrer pleinement avec les autres ethnies à la peau noire de cette région. Leur ralliement aux jihadistes, lors de la conquête de l’Azawad, n’ont rien fait pour favoriser la bonne entente entre ces différentes communautés.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:35
Un officier indien tué au Cachemire par des tirs de l'armée pakistanaise (armée indienne)

07 juin 2013 Romandie.com  (AFP)

 

SRINAGAR (Inde) - Les forces armées pakistanaises ont tué par balle un officier de l'armée indienne, vendredi, près de la frontière disputée avec le Pakistan, dans la région du Cachemire, a déclaré le commandement de l'armée indienne.

 

Un officier a été tué par l'armée pakistanaise près du secteur de Poonch, a indiqué à New Delhi un officier supérieur de l'armée à l'AFP. Tout à coup, il y a eu des tirs depuis l'autre côté de la frontière, et notre officier a été tué, a-t-il précisé, sous couvert de l'anonymat.

 

Le militaire tué, Bachan Singh, était stationné dans la région de Poonch, à 200 kilomètres au sud-ouest de la capitale du Cachemire indien, Srinagar.

 

Un autre officier de l'armée indienne au Cachemire, Rajesh Kalia, a indiqué que cette dernière attaque n'a pas pour l'instant été déclarée comme une violation du cessez-le-feu car l'enquête est en cours.

 

L'Inde et le Pakistan, deux puissances nucléaires fortement militarisées, se sont livré trois guerres depuis leur indépendance concomitante en 1947 de l'empire britannique. Deux de ces conflits portaient sur le Cachemire, région divisée en deux mais revendiquée par chaque pays.

 

La région a été récemment le théâtre d'accrochages militaires entre l'Inde et le Pakistan.

 

La situation au Cachemire indien, où une insurrection séparatiste née voici plus de vingt ans a nettement diminué en intensité ces dernières années, s'est de nouveau tendue après l'exécution en février d'un séparatiste local.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:35
Les talibans afghans revendiquent l'attentat qui a tué 7 soldats géorgiens

 

 

07 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

KANDAHAR (Afghanistan) - Les rebelles talibans ont revendiqué vendredi l'attaque suicide menée la veille contre une base militaire géorgienne dans la province afghane du Helmand (sud), qui a coûté la vie à sept soldats géorgiens de la force internationale de l'Otan dans le pays (Isaf).

 

L'attaque a été revendiquée par un porte-parole des insurgés, Yousuf Ahmadi, dans un communiqué publié sur un site internet taliban.

 

Le général Irakli Dzneladze, chef d'état-major de l'armée géorgienne, avait annoncé jeudi que sept soldats avaient péri lorsqu'un terroriste kamikaze a fait sauter un camion chargé d'explosifs à l'extérieur de la base. Neuf autres soldats ont été blessés, avait-t-il ajouté.

 

L'attaque a eu lieu vers 16H00 locale (11H30 GMT), a indiqué à l'AFP Sayed Mulook, commandant de l'armée afghane dans la province du Helmand, une place forte des talibans.

 

Suite à l'attentat, le Premier ministre (géorgien Bidzina Ivanishvili) a demandé au ministre de la Défense (Irakli Alasania) d'interrompre une visite officielle à Bruxelles et de se rendre en Afghanistan, où il est arrivé (jeudi) soir, a indiqué à l'AFP Manana Tokmajishvili, conseiller du Premier ministre géorgien.

 

M. Alasania a rencontré son homologue afghan Bismillah Khan Mohammadi, qui lui a adressé ses condoléances et les deux hommes ont discuté de la situation en Afghanistan, a précisé le ministère géorgien de la Défense dans un communiqué.

 

Le ministère ajoute que M. Alasania s'est rendu à la base militaire pour rencontrer les militaires blessés et qu'une journée de deuil a été décrétée vendredi en Géorgie.

 

Le patron de l'Isaf, le général américain Joseph Dunford, a également présenté ses condoléances aux familles des victimes.

 

Aussi triste ce moment soit-il pour les Géorgiens et les forces de la coalition, il ne saurait nous détourner de nos efforts visant à donner au peuple afghan stabilité et sécurité, a déclaré le général dans un communiqué.

 

Au total, 30 militaires géorgiens ont été tués depuis le début de l'intervention internationale en Afghanistan fin 2001, dont trois le 13 mai dernier, déjà dans une attaque suicide contre une de leurs bases dans le sud.

 

La Géorgie, avec 1.500 militaires déployés dans la province méridionale de Helmand, est le plus important contributeur non membre de l'Otan à la force internationale en Afghanistan, selon le ministère de la Défense.

 

Le pays caucasien a annoncé son souhait de maintenir des soldats en Afghanistan pour assister l'armée afghane lorsque l'Otan aura transféré toute la responsabilité de la sécurité du pays aux forces afghanes à la fin 2014.

 

L'Otan s'est engagée à accepter en son sein la Géorgie, sans toutefois donner de date pour cette adhésion. Le souhait de Tbilissi d'intégrer la coalition occidentale a provoqué la colère de la Russie voisine qui considère l'expansion de l'Otan à ses portes comme une menace.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:30
source  channel 4

source channel 4

Jun. 6, 2013 – Defense News (AFP)

 

WASHINGTON — The United States is evaluating information received from France which Paris has billed as proof that chemical weapons have been used in Syria, a US official said Thursday.

 

“I can confirm for you that we have received the information from the French,” State Department spokeswoman Jen Psaki told reporters, after French officials said they had evidence that sarin gas had been used in Syria.

 

“We will take a close look at this, just like we take a close look at any information that’s provided, and we always recommend that any country provide information as well to the UN for their full investigation.”

 

But Psaki warned the US did not intend to “evaluate or litigate in public” whatever information it has received from Paris.

 

“We are still looking into finalizing the facts, looking into confirming the facts,” she said, denying that the close inspection of the French information was pouring doubt on its credibility.

 

“We’re doing our own due diligence on this,” Psaki stressed.

 

US President Barack Obama has said that any use of chemical weapons in the Syria conflict, now in its third year, would violate a US “red line.” But amid mounting reports such arms have been used, Washington has proceeded cautiously.

 

Amid mounting pressure for the US to act, Secretary of State John Kerry called on France on Wednesday to share its evidence of chemical weapons use.

 

French Foreign Minister Laurent Fabius personally called Kerry on Monday and informed him that all the information at France’s disposal would be transmitted to Washington.

 

France has described the evidence of sarin use as a development that obliges the international community to act.

 

But memories remain strong in the United States about the false evidence that former Iraqi leader Saddam Hussein had stockpiled chemical weapons, which was used to justify the 2003 US invasion of Iraq.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:30
L'armée libanaise dénonce un complot pour entraîner le pays dans la guerre

07 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

BEYROUTH - L'armée libanaise a mis en garde vendredi contre un complot visant à entraîner le Liban dans une guerre absurde après la multiplication des violences liées au conflit en Syrie voisine, avertissant qu'elle recourrait à la force pour y mettre fin.

 

Le commandement de l'armée (...) appelle les citoyens à se méfier des complots visant à faire revenir le Liban en arrière et à l'entraîner dans une guerre absurde, a-t-il indiqué dans un communiqué, prévenant qu'il répondrait aux armes par les armes.

 

Le commandement de l'armée a tenté au cours des derniers mois d'oeuvrer avec fermeté, détermination et patience pour empêcher le Liban de se transformer en un champ de bataille pour les conflits régionaux et éviter le transfert des événements syriens dans ce pays, poursuit le communiqué militaire.

 

Mais ces derniers jours, certains groupes semblent déterminés à créer des tensions au niveau de la sécurité (...) sur fond de divisions politiques au Liban concernant les développements militaires en Syrie, ajoute le texte, sans désigner explicitement l'une ou l'autre partie.

 

Le Liban est profondément divisé entre d'une part un camp farouchement hostile à Damas et appuyant la rébellion, et d'autre part un camp partisan du régime syrien de Bachar al-Assad et mené par le Hezbollah chiite, qui participe aux combats en Syrie.

 

L'armée appelle les citoyens à exprimer leurs opinions politiques concernant les évènements au Liban ou en Syrie par des moyens pacifiques et démocratiques et à ne pas être entraîné derrière des groupes qui veulent utiliser la violence comme moyen pour parvenir à leurs fins.

 

L'armée répondra aux armes par les armes et n'épargnera aucun effort pour éviter que des innocents payent le prix de plans politiques qui veulent la destruction du Liban.

 

Il s'agit du communiqué le plus ferme depuis le début de la révolte en Syrie il y a plus deux ans, alors que de nombreux incidents frontaliers entre le Liban et son grand voisin, ainsi qu'entre Libanais pro- et anti-Assad, ont fait craindre un débordement de la crise.

 

Le communiqué a été publié au lendemain de trois attaques contre des soldats libanais dans le nord et l'est du Liban et plus d'une semaine après que trois militaires ont été tués par des hommes armés à la frontière.

 

Jeudi, l'armée a été la cible de tirs à Tripoli, deuxième ville du Liban, alors qu'elle saisissait des stocks d'armes dans les deux quartiers rivaux de Bab el-Tebbaneh (sunnite, comme la plupart des rebelles syriens) et Jabal Mohsen (alaouite, branche du chiisme à laquelle appartient le président Assad).

 

Ces quartiers s'affrontent régulièrement sur fond du conflit syrien, au prix de dizaines de morts, l'armée se déployant à chaque fois pour tenter d'imposer un cessez-le feu.

 

Mercredi soir, deux hommes armés, dont un Syrien, ont été tués dans des échanges de tirs avec l'armée libanaise à l'entrée de la localité d'Aarsal dans l'est du Liban près de la frontière syrienne, selon l'armée.

 

Aarsal est une localité sunnite appuyant la rébellion et servant de point de passage, selon des sources de sécurité, pour les réfugiés, les armes et les rebelles entre Liban et Syrie.

 

La tension politique est à son comble au Liban en raison de l'implication du Hezbollah dans les combats en Syrie, où il a joué un rôle déterminant pour la reprise de Qousseir, fief rebelle depuis plus d'un an.

 

Le Liban a connu une guerre civile dévastatrice de 1975 à 1900 et une tutelle syrienne de 30 ans imposée par le régime du clan Assad.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:30
JAS Gripen photo Ernst Vikne

JAS Gripen photo Ernst Vikne

Jun. 6, 2013 – By BURAK EGE BEKDIL -  Defense News

 

ANKARA — Turkey has selected Saab to help shape its plans to design, develop and manufacture its first national fighter jet.

 

Ankara has already drafted three models, one of which likely will become its first indigenous fighter, although some analysts said Turkey should have opted for an unmanned model.

 

“After lengthy negotiations with Saab, we have come to the conclusion to go ahead with this company to finalize our feasibility studies,” a senior procurement official familiar with the national fighter program said.

 

He said that the Swedish aerospace and defense group already has assisted with the three models Turkish engineers have drafted, and these would be presented to top management at the country’s arms procurement agency, the Undersecretariat for Defense Industries (SSM), as well as to the Air Force.

 

“We are working to make that presentation in September or October,” the official said.

 

The Saab group’s office here did not respond to questions by press time.

 

An official from Tusas Aerospace Industries (TAI), the local prime contractor for the program, said that one of the three drafts is a twin-engine stealth aircraft and the other two are single-engine models, also stealthy.

 

The procurement official said the program has two problems to overcome.

 

“We need to pick up the right engine manufacturer with which we should be able to work out a long-term relationship. That will be essential. Also, we need to know that a meticulously devised cost-benefit analysis should prove this is a feasible program,” he said.

 

A government official said the final decision on whether to launch the manufacturing phase would be made by Prime Minister Recep Tayyip Erdogan.

 

“A lot will depend on the findings of the cost-benefit analysis in progress now,” the official said. “We would accept a certain margin that will make the Turkish fighter reasonably more expensive than available options. But if we find out that we could only manufacture a fighter, say, [at a cost] 40 to 50 percent more expensive than a proven, off-the-shelf buy option, then the prime minister would probably drop the idea.”

 

According to a draft plan, the country is aiming for a maiden flight for its national fighter jet in 2023, the Turkish Republic’s centennial. Production would commence in 2021, and deliveries to the Air Force are planned between 2025 and 2035. The aircraft would remain in service until 2060.

 

“This is a long-term plan, and given technological developments in the global aerospace scene, the Turks should perhaps have gone for an unmanned fighter,” a London-based Turkey specialist said.

 

Earlier, TAI signed a technical assistance deal with Saab to carry out conceptual design work. This followed an August 2011 deal signed with SSM to begin the conceptual design work for the fighter and trainer jets that Turkey hopes to build.

 

Designing the first Turkish fighter, according to defense analysts, is a necessary but not critical step.

 

“What is crucial here is whether this project would enable Turkey to earn capabilities to successfully integrate avionics, electronics and weapon systems into the chosen platform,” the London-based analyst said.

 

Saab produces the JAS 39 Gripen, a lightweight, single-engine multirole fighter. Saab has cooperated with other aerospace companies in marketing the aircraft and has achieved moderate success in Central Europe, South Africa and Southeast Asia. More than 240 Gripens have been delivered or ordered.

 

In 2010, Sweden awarded Saab a four-year contract to improve the Gripen’s equipment, integrate new weapons and lower operating costs. Last August, Sweden announced it planned to buy 40 to 60 Gripen NGs. The Swedish order followed Switzerland’s decision to buy 22 E/F variants of the jet.

 

For its fighter program, dubbed TF-X, Turkey hopes to copy the method devised to co-produce T-129 attack helicopters with Italian-British AgustaWestland.

 

“We think this model has worked successfully and could be a template for our fighter program,” the TAI official said.

 

Turkey also plans to buy the F-35. But Turkish officials said they wanted to develop a fighter jet with another country to reduce Turkey’s dependence on Washington.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 15:55
Toulon : sortie de bassin du porte-avions Charles de Gaulle

07/06/2013 DCNS Goup

 

Le 3 juin 2013, dans la base navale de Toulon, le porte-avions Charles de Gaulle est sorti du grand bassin Vauban. Le navire était entré au bassin au mois de janvier dernier dans le cadre d’un arrêt technique intermédiaire mené par DCNS, maître d’œuvre des opérations.

 

Cette phase de modernisation programmée, appelée IEI (Indisponibilité pour Entretien Intermédiaire) a pour but la rénovation de certaines installations. Durant ce passage au bassin, DCNS a réalisé l’entretien de la carène du navire et modernisé de nombreuses installations du porte-avions : systèmes de navigation et de combat, stabilisation de la plateforme…

 

Les travaux se poursuivent désormais à quai après cette étape, comme en témoigne Franck Bouffety, directeur des programmes MCO porte-avions chez DCNS : « Cette date marque notamment la fin des travaux d’entretien sur la coque, partie immergée du navire. Après cette phase au bassin, DCNS poursuit les travaux à quai avant la phase d’essais à la mer et de remontée en puissance des installations. »

 

Le porte-avions reprendra la mer au début de l’été pour une série d’essais de bon fonctionnement des installations, suivis d’une période de mise en condition opérationnelle.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 15:55
EATT13: Interview with Lieutenant Colonel Jose Almodovar
Brussels | Jun 07, 2013 European Defence Agency
 
 

Lieutenant Colonel Jose Almodovar from the Spanish Air Mobility Command is the Exercise Director of the second European Air Transport Training (EATT13) in Zaragoza, Spain. The flying event which will last from 9 to 21 June will unite 350 personnel from eight countries. 

 

1. What is your role in EATT13?

I have been designated by the Spanish Air Mobility Command, where I work as the Deputy Chief in the Air Transport Section, as the Exercise Director (EXDIR) for the European Air Transport Training 2013 (EATT13). My role as EXDIR, once the designing and planning phases were concluded, is to control and command the different cells involved in the EATT13 organisation. 
 

2. What is the importance of the EATT13 for European Air Transport?

Managing military budgets is quite difficult and complex for all European countries; joint operations are more common. Consequently, European projects and initiatives in this area must be focused on carrying out multinational air transport training programmes with Pooling & Sharing as a priority, followed by the standardisation of procedures, tactics, techniques, and cross-servicing activities.
We can affirm that EATT13 is a clear example of this kind of initiative; the motto is “Training together to operate together” with the aim to increase interoperability of European aircrews and fleets based on common procedures. The objective is to create a European Advanced Air Tactical Transport Course (EAATTC) similar to the American one, and following the philosophy of the Tactical Leadership Programme (TLP). 
 

3. How is this project supported by Spain?

Spain is the Host Nation (HN) and the Spanish Air Force is in charge of leading the activities, the planning process and the coordination of the air transport aircraft from eight different nations, with the main support of the European Air Transport Command (EATC), the European Air Group (EAG), the Joint Air Power Competence Center (JAPCC) and, the most important support, the air transport units participants and their Senior National Representatives (SNRs).
 

4. What are the keys to EATT13's success?

First of all, the multinational team has already been working very hard for more than one and a half years to design, plan and execute this multinational training programme; secondly, the great support of Spain, as Host Nation, of the Spanish Air Force, as host air force and of the Zaragoza Air Base, as a multiplication factor to achieve EATT13’s goals; and finally, the flexibility of the event, which allows that air missions are planned to achieve the tactical training requirements of all participating crews. 

 

More information:
EATT 2012 photo EDA

EATT 2012 photo EDA

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 15:50

7 juin 2013 belgiandefence

 

Les Journées des Troupes de Manœuvre se sont clôturées le mercredi 5 juin 2013 par la parade de fin de formation des futurs chefs de peloton et de section. Ils ont été félicités par les plus hautes autorités de la Composante Terre, réunies pour l'occasion au camp Bastin, à Arlon

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

06/06/2013 Par Guillaume Steuer - air-cosmos.com

 

Il n'y a plus que 30 Mirage 2000-5F dans l'inventaire français.

 

C'est la hantise des pilotes de monoréacteurs : hier en fin d'après-midi, un Mirage 2000-5F rattaché à l'escadron EC-1/2 "Cigognes" et ayant décollé de Luxeuil s'est écrasé à une trentaine de kilomètres de sa base d'attache après une collision avec un volatile qui, "avalé" par l'entrée d'air de l'avion, a entraîné une surchauffe du réacteur M53. Le pilote, qui jouait le rôle de plastron à basse vitesse pendant une mission d'entraînement, s'est éjecté après avoir largué ses deux bidons de carburant qui sont apparemment tombés dans un jardin. Il est en bonne santé.

 

Pour l'EC-1/2 "Cigognes", il s'agit là du deuxième Mirage 2000-5F perdu en moins d'un an. Le précédent l'avait été en octobre 2012 ; peu après un décollage en patrouille de quatre avions et par mauvais temps, l'appareil s'était écrasé sur la commune de Froideconche, à proximité de Luxeuil. Les conclusions de l'enquête ne sont pas connues et il n'est pas certains qu'elles soient rendues publiques, car le sujet est sensible : le pilote, qui s'était tué dans l'accident, était en effet un Taïwanais en échange dans l'escadron.

 

Suite à ces deux accidents, l'armée de l'Air ne compte plus que 30 Mirage 2000-5F en inventaire. Il s'agit de cellules anciennes mais rénovées au cours des années quatre-vingt-dix avec un système d'armes très performant, exclusivement dédié à la défense aérienne. Ces avions se sont notamment illustrés pendant l'opération "Harmattan", assurant dès les premières heures le respect de la "No Fly Zone" décrétée au-dessus du territoire libyen.

 

Des travaux sont aujourd'hui en cours pour déterminer de quelle manière ces avions pourraient être prolongés au-delà de 2018, date à laquelle il était jusqu'alors prévu de les retirer du service. Car contrairement aux autres Mirage 2000 français, leur armement (le missile Mica) ne sera pas frappé d'obsolescence à court terme et ces avions pourraient donc continuer de jouer un rôle utile en assurant les missions de protection du territoire national, à un coût inférieur à celui d'un Rafale.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
Eurocopter et EADS se donnent de l'air avec le programme "Eurosud"

07 juin 2013 Par Jean-Christophe Barla (Provence-Alpes-Côte d'Azur) - Usinenouvelle.com

 

Près de 11 000 mètres carrés de bureaux sur trois bâtiments ont été inaugurés le 6 juin à Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Ce programme "Eurosud", d'un coût de 22 millions d'euros, héberge à la fois des sous-traitants d'Eurocopter et des services partagés d'EADS.

 

Eurocopter poursuit la réorganisation de son site historique de Marignane (Bouches-du-Rhône). Joseph Saporito, directeur exécutif d'Eurocopter, en charge de la "global supply chain", et Jean-François Petithomme, directeur des sites France et opérations d'EADS, ont inauguré le 6 juin le programme "Eurosud", implanté juste en face de l'enceinte de l'hélicoptériste, sur la commune de Vitrolles.

 

Conçu par Cardete Huet Architectes Sud-Est, construit par le groupe Lazard et financé par EADS Real Estate, ce projet d'un coût total de 22 millions d'euros accueille plus de 750 personnes sur trois immeubles de bureaux. L'un abrite les services partagés d'EADS (formation, recrutement, administration du personnel...) dont une partie était jusqu'alors installée à Aix-en-Provence. Ce bâtiment comprend notamment une trentaine de salles de formation, aptes à recevoir 250 stagiaires par jour. Les deux autres sont occupés par les équipes de dix-sept sous-traitants d'Eurocopter, soit 400 personnes (bureaux d'études, supply chain...) auparavant localisées à l'intérieur de son site.

 

"Eurocopter compte 800 sous-traitants. Certains ont besoin d'une proximité avec nous, en matière d'échanges de données, de moyens industriels... Eurosud est un symbole de la synergie instaurée avec eux", explique Joseph Saporito. Le programme a été édifié et livré en dix-huit mois. Malgré sa réalisation, Eurocopter manque encore de place en Provence pour faire face à ses projets de développement. Directeur des sites France, Gérard Goninet souligne d'ores et déjà qu'il reste "des zones de bonne facture tout autour du site et donc des opportunités à saisir, dès lors que les acteurs du territoire sont prêts à nous aider".

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
Le commando Kieffer, les oubliés de la France libre (contribution)

06.06.2013 Thomas CASAUX - Défense globale

 

On ne va pas refaire l’histoire, tout le monde la connaît. Le 6 juin 1944 les Alliés lancent l’opération Overlord et font débarquer 175 000 soldats en Normandie. Parmi cette marée humaine qui s’engouffre sur les plages normandes, 177 hommes méritent l’attention. Le commando Kieffer.

 

Cette note a été réalisée par Thomas Casaux, étudiant en master I de relations internationales à l'université catholique de Lille, qui collabore à ce blog dans le cadre d'un stage.

 

« Messieurs les Français, passez les premiers »

 

Il est 7 h 55 quand la barge 527 accoste sur la plage de Sword Beach (à Colleville-Montgomery à l'est du dispositif allié). La rampe s’abaisse, le capitaine de corvette Philippe Kieffer donne l’ordre de débarquer. Ça y est, les seules forces françaises participant au débarquement de Normandie foulent le sol français.

 

Ils sont les premiers à débarquer dans ce secteur. Les Britanniques les font passer en tête de convoi. Ils auraient eu ces mots « Messieurs les Français, passez les premiers ». Ce moment, les 177 hommes du commando français en ont rêvé depuis le funeste mois de juin 1940. Les voilà lancés dans la reconquête de leur pays.

 

Ils se sont entrainés pendant des mois à la demande du général de Gaulle dans la rudeur des Highlands écossaises dans le  château d'Achnacarry pour être prêts le jour J (lieu de formation des bérets verts, les commandos britanniques). Ils sont destinés à réaliser des opérations éclairs sur le territoire français à l’image du raid sur Dieppe le 19 aout 1942 auquel ils participent aux côtés de Britanniques et de Canadiens.

 

« A ce moment précis, la terre et la mer semblaient soulevées par un grondement de tonnerre : bombes de mortier, sifflements d'obus, jappements agaçants de mitrailleuses, tout semblait concentré sur nous. » Commandant Kieffer

 

Leur premier objectif est La Brêche, une position près d’Ouistreham. Après l’avoir prise et détruit le canon de 50 mm qui pilonnait la plage, ils foncent sur la ville avec leurs frères d’armes britanniques et s’emparent de l'ex-casino, ce qui leur permet de contrôler rapidement Ouistreham (ce moment rappellera des souvenirs à ceux qui ont vu le film Le Jour le plus long). C’est une des premières villes françaises à être libérées.

 

A cet instant, sept Français sont tombés au champ d’honneur et soixante sont blessés, soit 40% des effectifs. Ils s’enfoncent alors dans les terres, traversent Saint-Aubin d'Arquenay pour atteindre leur objectif final : le Pegasus bridge à Bénouville. Ils y font la jonction avec les troupes aéroportées britanniques. En fin de soirée, les hommes de Kieffer se portent jusqu'à Amfreville, pris sans difficultés. A la tombée de la nuit, les commandos s'installent en position défensive avec le sentiment du devoir accompli. Il faut maintenant consolider la tête de pont pour protéger la construction du port artificiel d'Arromanches. Le commando français combat jusqu’au 27 aout 1944 avant d’être renvoyé en Angleterre. Seuls 24 commandos ne furent pas blessés pendant la bataille de Normandie.

Le commando Kieffer, les oubliés de la France libre (contribution)

Certes, les 177 hommes du commando Kieffer ne pèsent pas lourd face aux 175 000 soldats débarqués ou face aux 852 Américains tombés à Omaha Beach pour libérer l’Europe. Mais qu’importe le nombre, c’est le symbole qui prévaut. Avec le commando Kieffer, le débarquement de Provence d’août 1944 et l’épopée de la 2e division blindée du général Leclerc, la France combattante est rentrée chez elle.

 

Pour leur rendre hommage, Nicolas Sarkozy baptisera le sixième commando de marine, créé en 2008, « le commando Kieffer ».

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
213e lancement de la fusée Ariane V

213e lancement de la fusée Ariane V

06/06/2013 Sources EMA

 

Du 4 au 5 juin 2013, près de 350 militaires des forces armées en Guyane (FAG), ont été déployés à terre, en mer ou dans les airs pour assurer la protection externe du Centre Spatial Guyanais (CSG) à l’occasion du 213e lancement de la fusée Ariane V.

 

Principale mission des FAG, la mission Titan s’effectue sur une zone inhospitalière de près de 750 km² composée à près de 80% de forêt primaire. Elle consiste, avec l’appui des légionnaires du 3erégiment étranger d’infanterie (3e REI) et du centre de contrôle militaire (CCM), à protéger les principaux points d’intérêts vitaux ainsi que les alentours du CSG.

 

Pour la partie terrestre, placée sous les ordres du chef de corps du 3e régiment étranger d’infanterie (3eREI), le cœur de la mission se déroule en forêt. Aguerris par une formation spécifique de vie en « jungle », près de 230 militaires dont les légionnaires du 3e REI (un PC régimentaire, une compagnie d’infanterie et une section de recherche régimentaire (SRR)) et leurs véhicules ont été déployés. Chaque section assure des missions de contrôle de zone, fixes et mobiles, lors de patrouilles à pied, en quad ou même en Kayak.

 

Un dispositif anti-aérien (missiles Mistral) a été mis en place tout autour du CSG. Il a pour mission de détruire, sur ordre ministériel, tout aéronef qui s’introduirait dans la bulle de protection du lanceur. Un Puma a été également déployé pour appuyer si nécessaire la projection d’un élément des forces terrestres ou des forces de l’ordre et de participer à la collecte de renseignements.

 

En mer, le patrouilleur P400 La Capricieuse et une vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) de la Marine Nationale ont assuré la protection des approches maritimes du plateau de lancement, dissuadant toute tentative d’intrusion par une embarcation. Un Falcon 50, déployé en renfort, a également veillé depuis le ciel à ce qu’aucun aéronef ou navire ne soit sous la trajectoire de la fusée.

 

Pour le volet aérien, deux hélicoptères Fennec ont été déployés dans le cadre du Dispositif Particulier de Sûreté Aérienne (DPSA) sous contrôle du Centre de Contrôle Militaire (CCM) implanté dans le périmètre du CSG. Ces deux hélicoptères se tenaient prêt à intercepter  toute intrusion aérienne dans la zone d’interdiction de survol.

 

Le 5 juin 2013, à 18h52 heure locale, le 213e lancement de la fusée Ariane 5 s’est déroulé sans difficulté.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

06.06.2013 Boursier.com

 

AFI KLM E&M (Groupe Air France KLM) a signé un contrat avec Marshall Aerospace and Defence Group pour l'assister dans son étude de modernisation de 14 Hercules C-130 appartenant à l'Armée de l'Air Française.

 

Marshall Aerospace and Defence Group fait équipe avec AFI KLM E&M pour bénéficier de son expérience de la collaboration avec le Ministère français de la Défense, ainsi que de sa capacité en développement engineering. Le MRO assurera un rôle de conseiller auprès de Marshall Aerospace and Defence Group dans ses relations avec les autorités françaises, ainsi que d'assistant dans la constitution du dossier de certification technique. "Marshall Aerospace and Defence Group est un opérateur de premier plan et cette collaboration peut être le début de relations plus étroites avec AFI KLM E&M. Ensemble, nous souhaitons concevoir la meilleure offre possible afin de mériter une fois encore la confiance de l'Armée de l'Air française", commente Jean-Marc Salomon, Responsable des Ventes Grands Comptes,

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:45
source LdDef

source LdDef

6 juin 2013 Affia Marie - Le Democrate

 

Fondée en 1979, l’Association des Journalistes de Défense (Ajd) regroupe près de 150 journalistes professionnels et spécialistes des questions de défense et de sécurité et une cinquantaine de membres associés et partenaires issus du secteur stratégique et industriel de la défense. Trois ans après la crise postélectorale, l’AJD est en Côte d’Ivoire depuis lundi dernier pour rencontrer les forces républicaines et les nouvelles autorités ivoiriennes qui en si peu de temps, ont pu ramener la cohésion au sein de la population ivoirienne. Selon Bruno Fanucchi, président de cette association, ils sont en Côte d’Ivoire pour faire le point de la situation sécuritaire et donner des indications positives sur l’évolution du brigandage et des coupeurs de route.Pour rappel la délégation de l’Ajd profitera de son séjour en Côte d’Ivoire pour aller au contact des troupes, visiter les unités et échanger avec la hiérarchie des Frci.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:35
Afghanistan : création du détachement logistique multifonctions

06/06/2013 Sources : EMA

 

Le 5 juin 2013, lors d’une cérémonie sur l’aéroport international de Kaboul (KAIA), le général Philippe Adam, commandant les forces françaises en Afghanistan a procédé à la création du détachement logistique multifonctions (DLMF).

 

La création de ce DMLF, qui fait suite à la dissolution du bataillon logistique  le 29 mai dernier, s’inscrit dans une démarche de réorganisation du dispositif du fait de l’avancement du désengagement des matériels du théâtre afghan, de la diminution des besoins de soutien spécifique, alors que plus de 85% du matériel est maintenant désengagé.

 

Le DLMF, composé d’environ 130 militaires, a pour mission d’assurer la gestion de la vie courante des forces françaises présentes en Afghanistan (EPIDOTE, hôpital médico-chirurgical de KAIA, insérés dans les états-majors de l’ISAF, force protection, état-major et appuis). Il participe également au soutien de l’homme dans ses aspects techniques et logistiques (maintenance, munitions, matériels du commissariat, bureau postal…).

 

Moins de 1 000 militaires français sont actuellement engagés en Afghanistan où ils assurent la poursuite du désengagement logistique des forces françaises, le commandement de l’aéroport de KAIA, le fonctionnement de l’hôpital médico-chirurgical à Kaboul et des missions de formation au profit de l’armée nationale afghane.

Afghanistan : création du détachement logistique multifonctions
Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 11:25
Chile to buy surplus U.S. armored amphibious vehicles

SANTIAGO, Chile, June 6 (UPI)

 

Chile will buy surplus U.S. stock of a dozen AAV7 armored amphibious vehicles for its new sea-borne Amphibious Expeditionary Brigade, defense industry media reported.

 

Officials say the vehicles are being acquired from excess inventory of U.S. stockpiles but will be upgraded before they are put into service. The cost of the AAV7 acquisition was not mentioned.

 

The upgrade is likely to be carried out by BAE Systems' Global Combat Systems unit, Defense Market Intelligence and Chile's Defense and Military blog reported. Independent comment on the acquisition and upgrade was not immediately available.

 

The first of the AAV7s is set to be delivered in 2014 after the upgrade, likely to involve installation of more powerful engines. Chile's purchase includes 10 AAVP7 A1 troop transports, one AAVC7 command vehicle and one AAVR7 recovery vehicle, the reports said.

 

Manufactured by U.S. Combat Systems, the AAV-7A1 is the current amphibious troop transport of the U.S. Marine Corps.

 

The vehicles, once commissioned, will be part of a 1,400-strong brigade Chile operates aboard its Sargento Aldea multirole assault ship, acquired from France in a $80 million deal. The Sargento Aldea previously operated in the French navy as the Foudre and served allied forces in NATO Yugoslavia operations in 1992-93 and French military action in Ivory Coast.

 

Analysts said the tracked AAV7 could work well with the Sargento Aldea and other Chilean navy vessels but might not be suitable for peacekeeping missions requiring faster, wheeled vehicles.

 

It was not immediately clear if the BAE upgrade would extend to weaponry.

 

A standard AAV7 is usually equipped with a .50-caliber machine gun and a 40mm grenade launcher.

 

Chile is also looking into acquiring new helicopters, landing craft and other hardware for its armed forces.

 

The Chilean military, recently spotlighted for its alleged failure to spend enough of its allocations channeled through the copper export tax and other financial instruments, is aiming to catch up with military advances made by South American neighbors Brazil and Argentina.

 

However, the military is also hamstrung by low response to its recruitment drive. Chile's economic growth has opened new career opportunities and turned the military into an employer of last resort.

 

The armed forces enlistment numbers are set to be the lowest this year since 2007, the Santiago Times reported.

 

The number of Chileans volunteering to join the military is down 21 percent from 2012 and is the lowest since the rules on military service were reformed in 2007, the newspaper said on its website.

 

"The explanation for the decrease is similar to previous years, as we have been a country with full employment and a wide range of educational opportunities," Armed Forces Undersecretary Alfonso Vargas told La Tercera newspaper. "There has been a strong competition that has changed the landscape."

 

Chile's economy has continued to grow by more than 5 percent each year since 2009 and the average unemployment rate is 6.4 percent, the Santiago Times said, citing 2012 data.

 

The military announced new incentives including higher pay, bonuses and scholarships as part of the effort to reverse falling recruitment.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories