Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:50
EuroHawk: Implications for Germany and NATO

June 5, 2013 defense-unmanned.com

(Source: International Relations and Security Network; issued June 3, 2013)

 

The End of the German Euro Hawk Programme – The Implications for Germany and NATO

 

Germany’s decision to cancel its purchase of Euro Hawk UAVs has turned into a major political scandal for the Merkel government. Justyna Gotkowska warns that it may also have serious consequences for NATO’s Alliance Ground Surveillance (AGS) program.

 

 

On 14 May, the German Ministry of Defence announced it would be withdrawing from the planned purchased of the Euro Hawk unmanned aerial vehicles. The reasons given for this were the difficulties and high costs of introducing the system to general air traffic in Germany and Europe.

 

Germany abandoning one of its largest armament programmes has turned into an unprecedented scandal over the procurement of armament and military equipment in Germany. This concerns both the costs incurred (between 600 and 800 million euros) and the manner in which the programme was being run by the Ministry of Defence. The opposition is capitalising on this scandal in the run up to the election to the Bundestag scheduled for September 2013. Dismissals at the German Ministry of Defence should not be ruled out, either.

 

The scandal may also have adverse consequences for one of NATO’s most important programmes, Alliance Ground Surveillance (AGS). This may lead to further delays in the implementation of the programme and an increase in costs resulting from the adjustment of the commissioned system to new European regulations.

 

The German Euro Hawk programme

 

Euro Hawk was one of Germany’s largest armament programmes over the past few years and was one of the flagships of German-US armament co-operation programmes. As part of this programme, whose estimated cost was approximately 1.3 billion euros, Germany was to buy five unmanned aerial vehicles (UAVs). Euro Hawk was to be used for signals intelligence (SIGINT). As an unmanned HALE (high altitude long-endurance) system it was supposed to be able to carry out surveillance missions over large spaces at a flight level of up to 18 km (above commercial aircraft flights) and with a flight duration of up to approximately 30 hours. The Euro Hawk programme was initiated in 2001 by the SPD/Green Party government. The contract for the development of the Euro Hawk system was signed in 2007 by the CDU/CSU/SPD government, Germany received the prototype in July 2011 during the present CDU/CSU/FDP coalition.

 

The construction of the Euro Hawk is based on the Global Hawk RQ-4B Block 20 produced by the US company Northrop Grumman. The Euro/Global Hawk (length: 14.5 m, wingspan: 40 m) is currently among the world’s largest military UAVs. The construction of the Global Hawk RQ-4B Block 20 was adjusted to meet the German needs. The UAV was equipped with SIGINT sensors manufactured by Germany’s Cassidian, part of EADS company. The costs of the prototype, including SIGINT sensors, and of testing it since July 2011 and the costs of adjusting the Jagel military airbase probably reached between 600 and 800 million euros (according to some estimates, this figure reached 1 billion euros).

 

In mid-May this year, the German Ministry of Defence announced it would be entirely withdrawing from the Euro Hawk programme, i.e. the purchase of the remaining four UAVs and the operational use of the prototype. The reasons given for this decision included great difficulties and enormous additional costs (500–600 million euros) linked to the procedure of admitting the UAV for use in German general airspace outside the segregated airspace (i.e. strictly defined areas). This will be necessary if this kind of UAV is to be used in Germany (and in Europe) due to the fact that German (and European) airspace is used intensely.

 

According to information from the German MoD, the problems concerned lacks in the technical documentation provided by the US company. The press reported that there were probably also some technical problems with the prototype, namely problems maintaining contact between the UAV and the ground control station, as well as Northrop Grumman’s unwillingness to provide sensitive technical data and the lack of an automatic anti-collision system.

 

The end of the Euro Hawk programme - the consequences for Germany

 

The winding up of the Euro Hawk programme due to difficulties with admitting its use in general air traffic has provoked one of the biggest scandals of the past few years in the field of armament and military equipment procurement in Germany. The costs incurred and the procedures applied and also the manner in which the programme had been organised by the German Ministry of Defence have caused outrage among the general public.

 

Firstly, the ministry paid a huge price for the construction of a prototype, probably without having reserved the right to recoup at least part of the money, due to the provisions of the contract signed with the Euro Hawk consortium (formed by Northrop Grumman and Cassidian). Furthermore, given its desire to use the SIGINT sensors, which were developed for the Euro Hawk system, the ministry must buy new platforms (most likely, manned aircraft).

 

Secondly, information on possible problems with Euro Hawk being admitted to use in the general airspace was probably available already before the contract concerning the prototype development was signed, and at least since 2011. Nevertheless, this did not lead either to the programme being interrupted or to the contract with the consortium being amended.

 

Thirdly, due to the contract provisions which guaranteed Northrop Grumman the right to refuse to disclose information to any third parties, the Ministry of Defence restricted the Bundesrechnungshof (the Federal Court of Auditors) access to part of the programme’s documentation. It thus prevented a financial audit of the programme, which is contrary to German law.

 

Although all German governments since 2001 have been involved in the development of the programme, starting with the SPD/Green Party coalition, the responsibility for the scandal over the Euro Hawk programme is pinned primarily on the present defence minister, Thomas de Maiziere (CDU). Until recently, he had the reputation of being one of the best ministers in Chancellor Angela Merkel’s cabinet. The opposition has been capitalising on this issue in their campaign ahead of the election to the Bundestag. Dismissals at the Ministry of Defence cannot be ruled out, either.

 

The consequences for NATO’s AGS programme

 

Germany’s withdrawal from the Euro Hawk programme due to problems with UAVs being admitted to general air traffic may also have implications for NATO and one of its most important programmes, Alliance Ground Surveillance (AGS).

 

The goal of the AGS programme is to enable NATO to conduct airborne surveillance operations, such as detecting and tracking stationary and moving objects in real time in any weather conditions. The AGS system will consists of five Global Hawk RQ-4B Block 40 and ground control station based in Sicily, Italy. According to the schedule, the system will achieve operational capability in 2015–2017. Fourteen countries, including Germany participate in the AGS programme, the estimated cost of which is 1.3 billion euros (Poland is planning to re-join it). The German contribution is 483 million euros. Germany also planned (no contracts have been signed as yet) to buy an additional four Global Hawk RQ-4B Block 40 with similar capabilities to NATO’s AGS.

 

After the cancellation of the Euro Hawk programme questions have appeared in discussions in Germany as to the possible problems Global Hawk system could have with gaining access to general airspace in Italy (certification of NATO’s Global Hawks) and in Germany (certification of the German Global Hawks). Furthermore, no uniform European legal regulations exist concerning the use of military UAVs in European general airspace. The first steps have been taken in this direction. So far, there is only one document which provides non-binding guidelines from the EUROCONTROL organisation which defines the minimum requirements, rules and criteria for flights of UAVs, including the Global Hawk system. Pursuant to this document, they should meet the same safety criteria as those applicable to manned aircraft.

 

As a consequence of the Euro Hawk scandal, those German politicians who deal with military issues – from the opposition (the SPD and the Green Party) and the government coalition (the FDP and even CDU) alike, are insisting that funding be withdrawn from all programmes involving UAVs. This concerns both the German contribution to the AGS programme and the German MoD’s plans to buy a further four Global Hawks.

 

Firstly, until it becomes clear whether the UAVs will be admitted to use in general airspace in Germany. Secondly, until European regulations concerning the use of UAVs in general airspace in Europe are introduced.

 

If the current or future German government backs these demands, this may spell a further delay in the process to achieve operational capability for NATO’s AGS system and perhaps also an increase in the costs due to the possible need to adjust the system to new European regulations.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:50
Des drones inutilisables vont-ils faire sauter le ministre allemand de la défense?

05/06/2013 Thomas Schnee – L’Expansion

 

Le ministère allemand de la défense a mis 6 ans pour réaliser que des drones achetés aux Etats-Unis n'auraient pas le droit de voler en Europe. Un scandale à 550 million d'euros. Thomas de Maizière, le ministre préféré d'Angela Merkel, essaye de sauver sa tête.

 

Achèteriez-vous une voiture si on vous explique qu'elle ne pourra être homologuée pour circuler sur les routes? Certainement pas. C'est pourtant ce qu'a fait le ministère allemand de la Défense en signant, en 2007, un contrat avec le constructeur américain Northrop Grumman. Dans ce contrat d'un montant évalué à 1,3 milliard d'euros, Northrop s'est engagé à livrer 5 drones de type Global Hawk, le plus gros de tous les drones de surveillance jamais construit.

 

Une perte sèche de 550 millions d'euros

Le premier appareil-test, rebaptisé Euro Hawk, a atterri en Allemagne l'été dernier pour y subir diverses modifications, comme sa mise aux normes européennes ou l'installation d'un système de surveillance mis au point par EADS. A cette date, l'Allemagne a déjà déboursé plusieurs centaines de millions d'euros pour ce programme d'armement. Mais quelques mois plus tard, c'est le coup de théâtre: le ministre fait savoir que les coûts de certification étant trop élevés (600 millions d'euros), l'Allemagne se désengage du programme. Pour le budget de la défense, la perte sèche est de 550 millions d'euros ! Une somme qui permettrait de créer près de 50 000 places de crèches, fait ironiquement remarquer le magazine Der Spiegel.

Pour la chancelière Angela Merkel, l'affaire tombe mal. Elle implique directement le ministre de la Défense Thomas de Maizière, son plus fidèle collaborateur et successeur potentiel. Elle éclate aussi 4 mois avant les élections législatives, alors même que la Chancelière est en pleine campagne électorale et fait tout pour convaincre les Allemands qu'avec elle, leur argent est bien gardé. Depuis l'annonce du ministre, le 14 mai dernier, le "scandale Euro Hawk" occupe en effet plus la une des journaux allemands. Outre-Rhin, tout le monde se demande évidemment pourquoi le bataillon d'experts de la Luftwaffe et du ministère n'a pas prévu ce scénario, ce qui aurait permis d'arrêter les frais beaucoup plutôt.

 

Le ministre charge ses secrétaires d'Etat

C'est donc pour répondre à cette question et justifier tant l'attitude de ses services que la sienne que Thomas de Maizière a promis de tout dire en ce mercredi 5 juin. Et c'est un ministre fatigué mais décidé qui est apparu devant la presse à la mi-journée, entre deux auditions parlementaires. La ligne de défense qu'il a adoptée se résume brièvement : il ne savait rien. Il est donc responsable mais pas coupable ! M. de Maizière a ainsi expliqué que ses deux secrétaires d'Etat Rüdiger Wolf et Stéphane Beemelmans ne l'avaient jamais informé de la gravité des problèmes du dossier Euro Hawk. Et ce n'est qu'en mai 2013 qu'il aurait découvert le pot aux roses.

Ce choix tactique, qui implique que l'un ou l'autre secrétaire d'Etat pourrait bientôt jouer le rôle de fusible, montre que M. de Maizière n'a pas abandonné l'espoir de conserver son maroquin ministériel. Mais le rapport que la Cour fédérale des comptes a également décidé de publier aujourd'hui enfonce le clou. A la décharge du ministre, les contrôleurs fédéraux rappelle qu'il est entré en fonction en mars 2011. Il n'est donc ni l'auteur, ni le seul responsable de cette gabegie. Pourtant, à cette date, les graves problèmes liés à la certification ont déjà été signalés à maintes reprises par les experts de la Luftwaffe.

Malgré cela, les services ministériels ont continué à " pousser " le dossier comme si de rien n'était, explique le rapport qui considère qu'une intervention plus précoce aurait pu avoir lieu. Surtout, la Cour fédérale des comptes dépeint les lenteurs, pesanteurs et aberrations du fonctionnement d'une administration ministérielle et militaire qui a pourtant récemment fait l'objet d'une grande réforme, cette fois-ci sous l'entière responsabilité de ... Thomas de Maizière qui va avoir bien du mal à sortir indemne du scandale Euro Hawk.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:50
Military Green 2013: Series of Focused Workshops
Brussels | Jun 05, 2013 European Defence Agency
 

The anticipated follow-up to Military Green 2012 takes on a different form altogether. Last year’s bash formed part of the Commission’s Sustainable Energy Week gathering hundred and fifty attendants with the aim to raise awareness on the bigger picture of climate, environment and energy while exhibiting and demonstrating technological opportunities to reduce the footprint. The low key 2013 edition looks instead to develop roadmaps to deliver tangible results drawing on civil-military synergies.

 

Addressing energy and environment is essential to sustaining defence and crisis management capabilities. Recent operations have clearly shown that energy supply in theatre is an Achilles’ heel. Time and again adversaries have targeted fuel convoys, compromising the operational effectiveness and causing unnecessary loss of life. 

 

Increasing energy efficiency reduces vulnerability and additionally cuts costs, not only in theatre but also at home during preparations. Introducing better water and waste management as well as the use of more responsible materials and munitions provides a good base for post-conflict reconstruction while contributing to sustainable development. Furthermore, understanding how climate change affects international security supports developing capabilities that can prevent potential future disasters and conflicts.

 

Following a strategic Government-only meeting earlier this year a number of areas were identified as quick wins, requiring little or moderate efforts. To launch the harvesting of these low hanging fruit it was decided to conduct a set of expert workshops to identify challenges, opportunities and a viable collaborative way forward. Topics that will be covered are:

 

6 – 7 June 2013

  • Climate change and loss biodiversity as threat-multipliers to international security
  • Increasing awareness on the impact of the EU directives
  • Exploring new business models that make it attractive for all stakeholders (supplier, buyer, user and environment) to reduce the footprint

 

13 – 14 June 2013

  • Catalysing the introduction of alternative fuels
  • Integrating novel alternative and renewable energy supply technologies for land installations
  • Eco-design – designing to endure environmental conditions responsibly

Key stakeholders have already been invited to attend. Should you be interested in attending and there are seats available this is possible. Just send us an e-mail to gem2(a)eda.europa.eu and let us know what topics you are interested in and we will assess if it is feasible.

 

More information: 

  • A leaflet on Military Green can be found here.
  • More information on the Military Green 2012 conference and outcome is available here.
Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:45

5 June 2013 Last updated at 19:23 GMT BBC Africa

 

Malian soldiers have clashed with secular separatist Tuareg fighters near the northern town of Kidal, army and rebel spokesmen have told the BBC.

Kidal has been held by the National Movement for the Liberation of Azawad (MNLA) since February, when Islamist militants fled the city.

Thomas Fessy reports from neighbouring Senegal.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:45
Mali: l’armée se bat avec le MNLA

5 juin, 2013 - 17:29 GMT BBC Afrique

 

L’armée malienne a pris le contrôle mercredi de la localité d’Anefis, à une centaine de km de Kidal dans le nord du Mali, après des combats avec les rebelles touareg du MNLA, le Mouvement national de libération de l'Azawad.

 

10 membres du MNLA ont été tués, selon l’armée malienne, un bilan que récuse le MNLA, évoquant 2 morts dans ses rangs.

 

Il s’agit des premiers combats entre l’armée malienne et la rébellion touareg depuis l’intervention militaire française et africaine en janvier pour chasser les combattants islamistes du nord du Mali.

 

L'armée malienne affirme vouloir reprendre à terme la ville de Kidal, occupée depuis fin janvier par le MNLA, accusé d’exactions contre ses habitants noirs.

 

L’armée souhaite contrôler Kidal avant la tenue de l'élection présidentielle prévue pour le 28 juillet.

 

Les combats à Anefis ont commencé vers 6:30 mercredi matin, selon le maire d’Anefis, Izga Ag Sidi.

 

“Un convoi d’au moins 300 véhicules de l’armée est arrivé la nuit dernière. Nous avons ordonné à nos hommes de quitter Anefis pour faire en sorte que la bataille se déroule en dehors de la ville pour épargner les vies de la population d’Anefis”, a déclaré à l’agence AP un responsable du MNLA Ibrahim Ag Mohamed Assaleh.

 

"L'armée malienne (...)a décidé de régler la situation par la guerre et le gouvernement malien assumera toutes les conséquences", a déclaré à l'AFP Mahamadou Djeri Maïga, vice-président du MNLA.

 

Selon le MNLA, des combats ont également eu lieu à Amassine, à une centaine de km à l’ouest de Kidal.

 

Les forces maliennes "continuent leur progression" en direction de Kidal, a déclaré le porte-parole de l’armée malienne, le lieutenant-colonel Souleymane Maïga.

 

Soutien diplomatique de la France

 

La France a appelé les "groupes armés" du Nord à "déposer les armes".

 

Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a déclaré à Paris que "le pouvoir malien demande l'intégrité du Mali et il a raison".

 

Les combats entre l’armée malienne et le MNLA interviennent alors que des négociations se déroulent à Ouagadougou sous l'égide de la médiation burkinabè entre représentants du MNLA et Tiébilé Dramé, émissaire du régime de transition malien.

 

Le MNLA, qui occupe Kidal depuis le départ des islamistes armés chassés fin janvier par l'intervention militaire française au Mali, refuse, depuis, la présence de l'armée et de l'administration maliennes dans la ville.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:35
Les officiers de la Marine indienne arrivent au port de Tien Sa. Photo : Le Lam/VNA

Les officiers de la Marine indienne arrivent au port de Tien Sa. Photo : Le Lam/VNA

04/06/2013 VietnamPlus

 

Trois navires de la Marine indienne avec 150 officiers et marins à leur bord, dirigés par le commandant adjoint de la Flotte de l’Est de la Marine indienne, le contre-amiral Ajit Kumar, ont jeté l'ancre mardi matin à Dà Nang (Centre) pour une visite de cinq jours au Vietnam.

 

Lors de ce séjour, ces équipages rendront une visite de courtoisie aux autorités locales, aux commandements de la Ve zone militaire et de la IIIe zone navale, avant de visiter plusieurs sites pittoresques des provinces du centre du pays.

 

Des formations, des échanges d’expériences professionnelles et des activités sportives sont également prévues. -VNA

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:30
Syrie: Londres attend l'enquête de l'ONU sur les armes chimiques

05 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

LONDRES - Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a déclaré mercredi que les Nations unies devaient vérifier indépendamment les soupçons d'utilisation d'armes chimiques en Syrie, sur lesquels la France a annoncé mardi avoir des certitudes.

 

Mardi matin, un porte-parole du gouvernement britannique a déclaré que les résultats d'analyses d'échantillons physiologiques prélevés en Syrie, et testés en Angleterre, avaient révélé la présence de gaz sarin. Ces éléments de preuve ont été transmis aux Nations unies il y a plus d'une semaine, a précisé ce porte-parole.

 

Cela ne nous dit rien, évidemment, sur l'ampleur ou la fréquence de cette utilisation mais, pour nous, c'est une preuve très solide qu'il (le gaz sarin: NDLR) a été utilisé en plus d'une occasion, a déclaré sur BBC radio le chef de la diplomatie britannique.

 

C'est extrêmement inquiétant, c'est pourquoi nous avons fait part au secrétaire général des Nations unies de plusieurs incidents lors desquels il y a eu un usage présumé d'armes chimiques, a ajouté le ministre.

 

William Hague a néanmoins insisté sur le fait qu'il ne s'empressait pas de tirer d'autres conclusions sur ce sujet, ajoutant: La prochaine étape est une enquête des Nations unies.

 

Je pense que tout le monde sera d'accord, surtout après toutes les controverses sur l'Irak, qu'il est important pour nous d'avoir une vision aussi indépendante que possible, c'est pourquoi les Nations unies doivent conduire cette enquête, a-t-il fait valoir.

 

Le 10 mai, le Premier ministre David Cameron avait déclaré sur la BBC avoir des preuves croissantes de l'utilisation d'armes chimiques, probablement par le régime (syrien de Bachar al-Assad, NDLR).

 

Mardi matin, le porte-parole du gouvernement britannique a également indiqué que selon les estimations britanniques, l'utilisation d'armes chimiques en Syrie est très probablement du fait du régime de Damas.

 

Il a ajouté que le Royaume-Uni n'avait pas à ce jour de preuve de l'utilisation par l'opposition syrienne d'armes chimiques.

 

Il a rappelé que Londres demandait au président Assad d'accorder aux enquêteurs de l'ONU un accès immédiat et sans restriction au territoire syrien. Assad a constitué des stocks d'armes (chimiques), a formé des unités militaires à leur utilisation, et continue de contrôler ces unités. Il lui revient donc la responsabilité urgente de mettre un terme à leur utilisation (...) et de permettre une enquête complète et sans entraves.

 

Mardi, la France a affirmé avoir la certitude que le régime syrien a utilisé à au moins une reprise du gaz sarin en Syrie, assurant que toutes les options étaient désormais sur la table pour la communauté internationale. Mercredi, le président français François Hollande a ajouté que ces éléments de preuves obligent la communauté internationale à agir.

 

Le sarin est un puissant gaz neurotoxique, inodore et invisible. Outre son inhalation, le simple contact avec la peau de ce gaz bloque la transmission de l'influx nerveux et entraîne la mort par arrêt cardio-respiratoire. La dose létale est d'un demi-milligramme pour un adulte.

 

Le conflit en Syrie a fait depuis mars 2011 plus de 94.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), et provoqué le déplacement de 4,25 millions de personnes. Dans son dernier rapport présenté mardi à Genève, la commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a relevé que les crimes de guerre et crimes contre l'humanité étaient devenus une réalité quotidienne.

 

Une réunion préparatoire à une conférence internationale sur la Syrie aura lieu le 25 juin, a annoncé mercredi l'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakdhar Brahimi.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:25
photo Jean Ponsignon AerobuzzFr

photo Jean Ponsignon AerobuzzFr

05/06/2013 L'Expansion.com

 

La présidente du Brésil, Dilma Roussef, pencherait en faveur du F 18 de Boeing pour équiper son armée de l'air à l'issue d'une recontre avec le vice-président américain Joe Biden. Ce qui signerait le glas des espoirs de Dassault et de son Rafale.

 

Coup dur pour le Rafale. Encore favori au Brésil il y a un an, l'avion de combat de Dassault verrait ses espoirs de contrat s'éloigner au profit du F-18 de Boeing. La rencontre mardi du vice-président américain Joe Biden et de la présidente brésilienne Dilma Roussef aurait été déterminante, croit savoir l'agence de presse Reuters, qui cite des responsables brésiliens anaonymes.

 

Le Brésil craignait que le Congrès américain ne s'oppose au contrat afin d'éviter tout transfert de technologie militaire en direction du pays le plus peuplé d'Amérique Latine dont les positions sur l'Iran ou le Venezuela ont parfois énervé certains parlementaires US. Mais Joe Biden aurait donné des assurances qu'il n'en serait rien. Résultat, un contrat portant sur 36 avions de chasse pour un montant de quatre milliards de dollars semble bien parti pour tomber dans l'escarcelle de Boeing. Des commandes supplémentaires pourraient même s'y s'ajouter.

 

Les sources de Reuters ont toutefois précisé que la présidente brésilienne n'avait pas encore pris de décision définitive. Le calendrier exact de l'annonce n'est pas non plus connu. Dassault et le suédois Saab, également sur les rangs, ne sont donc pas officiellement hors course. Mais l'Inde apparaît plus que jamais comme le plus sûr espoir du Rafale pour décrocher enfin son premier contrat à l'étranger.

 

Problème, la négociation était au point mort en mai. La vente de quelque126 appareils achoppait sur le refus du français d'assumer la responsabilité des appareils assemblés sur place dans le cadre d'un transfert de technologie. Le contrat, évalué entre 12 et 20 milliards de dollars, stipule que les 18 premiers exemplaires doivent être construits en France et les 108 restants assemblés sous licence en Inde.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:25
NATO Rules Out Colombia Membership

Jun. 4, 2013 Defense News (AFP)

 

BRUSSELS — Colombia cannot be considered for NATO membership but the alliance is exploring ways of boosting ties with the country, a NATO official said Tuesday after an uproar in Latin America over the possibility.

 

Colombia “does not meet the geographically limited membership criteria,” the official said, noting that the NATO Treaty “states that membership is open to states in the North Atlantic area.”

 

At the weekend, Colombian President Juan Manuel Santos said his country would sign a cooperation agreement this month with the North Atlantic Treaty Organization with a view ultimately to membership.

 

On Monday, a senior US State Department official, Roberta Jacobson, said “our goal is certainly to support Colombia as being a capable and strong member of lots of different international organizations, and that might well include NATO.”

 

This appeared to go too far for Colombia’s neighbors, with Bolivian President Evo Morales calling the move a “provocation” and a threat to “anti-imperialist” countries such as Bolivia, Venezuela, Nicaragua or Ecuador.

 

The NATO official said Tuesday the military alliance was “aware of Colombia’s interest to develop cooperation with NATO” but that there was “no immediate plan for establishing a formal partnership.”

 

Instead, “we are exploring the possibility of carrying out specific activities together,” the official said, citing an accord to allow the exchange of classified information with Colombia.

 

“The accord would be a precursor for any possible future cooperation with Colombia that allies develop through NATO,” the official added.

 

NATO counts 28 members in Europe and North America but has a string of security cooperation and partnership accords with many countries, such as Australia and Mongolia, but none in Latin America.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:20
AMRDEC conceptual renderings of potential future JMR configurations

AMRDEC conceptual renderings of potential future JMR configurations

Jun. 6, 2013 by Dave Majumdar – FG

 

Washington DC - EADS North America is withdrawing from the US Army's Joint Multi-Role/Future Vertical Lift (JMR/FVL) programme.

 

"We will withdraw from further consideration for the JMR/FVL concept development effort," writes Sean O'Keefe, chief executive officer of EADS North America in a letter addressed to Heidi Shyu, assistant secretary of the army for procurement. "We deeply regret the fiscal necessity to make this decision."

 

O'Keefe says that EADS faces financial constraints in light of the Congressional sequestration law that automatically cuts projected US defence outlays by 10% every year for 10 years and the implementation thereof.

UH-72A Lakota photo US Army

UH-72A Lakota photo US Army

Sequestration forced the army to reduce funding for the EADS UH-72A Lakota. The army had planned to buy 31 UH-72As in Fiscal 2014 and 10 the following year, but instead now plans to buy only 10 during the next fiscal year that begins on 1 October.

 

O'Keefe says that his company will focus its efforts on the army's armed aerial scout programme, however the service has yet to decide if it will proceed with that procurement.

 

Analyst Dan Goure of the Lexington Institute says that it makes perfect sense for a company like EADS to withdraw from the JMR/FVL project given that budgets are declining and there is uncertainty about how much money will be available going forward. "Why would a company put scarce talent, even if it was being paid fully for the effort-but the government wants them to put in their own money and effort-why would they do that when the chances are increasingly dim for any kind of production programme," he says.

 

Moreover, foreign-owned entities like EADS North America and AgustaWestland have not had experienced a positive track record in prior dealings with the Pentagon, Goure says. "So why spend the time, effort and money on a long-shot?" he asks.

 

But it will not just be foreign companies that opt out of bidding for US defence tenders as the flow of cash starts to ebb, even big US defense prime contractors may start carefully weighing the opportunity cost submitting a proposal to the Pentagon. "This I think is the leading edge," Goure says. "You're going to see this happen more and more and more from defence companies including US primes."

 

The bottom line is that in many respects the US government is an extremely demanding customer and the cost of doing business with it may simply not be worth it, Goure says. There are other business areas for companies to invest in that generate far better returns on the dollar, he says.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 06:20
Aide: House Approps Bill Has Funds for US East Coast Missile Site

Jun. 5, 2013 - By JOHN T. BENNETT – Defense News

 

WASHINGTON — A US House subcommittee wants to give the Pentagon $70 million next year to begin construction of a controversial missile shield, moving it one step closer to becoming reality.

 

A House Appropriations Committee aide told Defense News on Wednesday that the 2014 defense appropriations bill prepared by its defense subcommittee contains $70.2 million for the GOP-proposed site, which last year was partially blocked by Senate Democrats.

 

If included in the final version of the 2014 defense appropriations act, the monies “would, in theory, be spent this year,” the aide said.

 

If adopted in the final bill, the Pentagon would have the funds to begin erecting the site. The Pentagon is completing a congressionally mandated study of potential sites, with several under consideration in the northeast United States.

 

Senate Democrats last year slowed the East Coast plan, rejecting GOP’s effort to include it in 2013 defense authorization legislation. Instead, Republicans and Democrats opted to order the study of potential sites.

 

But an actual appropriation would give the Defense Department funds to begin moving dirt and installing missile interceptors. Senate Democrats say there is no requirement for the system, and charge it would be too expensive in an era of declining Pentagon budgets.

 

It remains unclear whether Democrats will block the plan again this year. Some Democrats, including the No. 3 Senate Democrat, Sen. Chuck Schumer of New York, already are lobbying for part of the shield in their home states.

 

If erected, the site could provide an unexpected boost for US firms that make missile interceptors, radars and other missile defense components.

 

The House Armed Services Committee is expected to take up at least one amendment on Wednesday or early Thursday morning that would give the East Coast site congressional approval, sources say.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 05:35
Afghanistan: l'Otan dévoile la mission post-ISAF "Soutien résolu"

BRUXELLES, 5 juin - RIA Novosti

 

La mission de l'Otan qui succèdera après 2014 à la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan sera baptisée "Soutien résolu", son concept a été approuvé mercredi par les ministres de la Défense de l'Alliance, a annoncé le secrétaire général du bloc Anders Fogh Rasmussen.

 

"La mission sera appelée "Resolute Support" ("Soutien résolu")", a déclaré M.Rasmussen devant les journalistes à Bruxelles.

 

Et d'ajouter que cette mission de formation, de conseil et d'aide aux forces de sécurité nationales afghanes ne serait pas une mission de combat.

 

Selon les médias occidentaux, les effectifs de cette future mission post-ISAF en Afghanistan seraient de l'ordre de 12.000 hommes. A l'heure actuelle, environ 66.000 militaires américains servent en Afghanistan, constituant l'essentiel de l'ISAF.

 

La Russie a déclaré à maintes reprises vouloir savoir quelles tâches seraient accomplies par l'Otan en Afghanistan après 2014, quand les forces de sécurité afghanes seront pleinement responsables de la sécurité sur l'ensemble du territoire du pays.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 22:20
D-Day - we shall remember

05.06.2013 DDay-Overlord


D-Day - 1 | UK | 20:10 | Des parachutistes américains de la 101ème division aéroportée se préparent avant d'embarquer à bord des avions.

American paratroopers of the 101st Airborne prepare themselves before boarding.

 

source DDay-Overlord

 

101st Airborne Division History

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 21:35
Crédits photo Thomas Goisque - 2012-2013

Crédits photo Thomas Goisque - 2012-2013

05.06.2013 Armée de Terre
 

Un titre mystérieux pour ce bel ouvrage, sublimé par l’écriture poétique de l’écrivain-voyageur Sylvain Tesson qui souligne le souffle magique des photos de Thomas Goisque. Plus de 100 photos, 100 regards sur les soldats français en Afghanistan que les auteurs « ont côtoyé au quotidien dans leur mission, dans le temps dilaté de la vie au camp, dans la tension de l’accrochage ». Venez découvrir l'ensemble de cette œuvre à la Galerie Nabokov du 1er au 8 juin, 26 place Dauphine, île de la cité, Paris 1er .Éditions Albin Michel. www.thomasgoisque-photo.com

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 20:55
1er RS : Passation de commandement au 1er escadron

04.06.2013 1er Régiment de Spahis

 

Le 1er escadron est aux mains du capitaine Yann MONSEGU depuis le 30 mai dernier. C’est au cours d’une cérémonie sur la place d’armes du quartier Baquet que le capitaine Maxime LAUDET a rendu avec beaucoup d’émotion son commandement après deux années passées à la tête du 1er, dont 4 mois dernièrement en mission à Djibouti. Son successeur connaît bien la maison puisqu’il a toujours servi au 1er escadron d’abord comme chef de peloton puis comme officier adjoint. « L’escadron est entre de bonnes mains » comme l’a souligné le capitaine LAUDET qui devait dans quelques jours rejoindre son nouveau poste à Paris.

 

Le reportage photo

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 20:20
Phantom Badger photo Air et Cosmos

Phantom Badger photo Air et Cosmos

22/05/2013 Par François Julian- air-cosmos.com

 

Après l'avion fonctionnant à l'hydrogène ou l'aile volante du futur, la prochaine création des Phantom Works, le laboratoire de recherche de Boeing, n'est autre qu'un... véhicule tout-terrain militaire. Bien sur il ne s'agit pas de n'importe quel tout-terrain, puisque ce 4x4 a été spécialement conçu pour être utilisé depuis la soute d'un V-22 Osprey, par les forces spéciales américaines.

 

Baptisé Phantom Badger (blaireau fantôme), il n'existe pour le moment qu'à l'état d'un prototype qu'Air&Cosmos a pu voir en avant-première, lors d'une visite dans les installations de Boeing à Saint Louis dans le Missouri. Le constructeur américain affirme avoir répondu à un appel d'offres (RFP) du Pentagone, baptisé ITV pour Internally Transportable Vehicle  et dont la principal exigence est de concevoir un véhicule suffisamment compact pour pouvoir loger dans les entrailles de l'hélicoptère convertible, ce qu'aucun véhicule militaire américain actuellement en service ne peut faire.

 

Pour mémoire, la soute du V-22 mesure 7,4 m de long, pour une largeur et une hauteur de 1,8 m. Boeing s'est donc associé à une société baptisée MotoSports Innovation (MSI) dont la spécialité est la préparation de véhicules pour les célèbres courses de Nascar. Sur le plan technique le Phantom Badger se présente comme tout-terrain compact, de conception simple et robuste, faiblement blindé et dont la plage arrière peut être aménagée de diverse manière grâce à une structure tubulaire démontable où peut notamment être fixé une mitrailleuse de 12,7 mm.

 

L'engin est essentiellement fabriqué avec des matériaux légers, à savoir de l'aluminium pour le châssis et de la fibre de verre pour la carrosserie. Il est propulsé par un moteur diesel pouvant également être alimenté au kérosène JP-8. Pour l'heure, le Phantom Badger a déjà fait l'objet de d'essais à Fort Bragg et dans le désert de l'Arizona. Si Boeing n'a pas d'ambition particulière dans le domaine des véhicules terrestres, le constructeur s'estime néanmoins être le mieux placé pour concevoir un véhiculé taillé sur-mesure pour le V-22. Cela serait également un bon moyen de dynamiser les chances de l’hélicoptère sur les marchés exports...

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 19:55
Stef approvisionne les Armées Françaises

3 juin 2013, par Gilles Solard - strategieslogistique.com

 

Le prestataire logistique du froid a ouvert à Nemours une base unique pour fournir l’équivalent de 45 millions de repas par an.

 

En 2005, STEF et Geodis s’étaient associés dans un GIE pour répondre au marché de l’Economat des Armées. Sept ans plus tard, le GIE s’est vu reconduire la prestation de distribution logistique des vivres en métropole. Racheté auprès de Picard en 2011 et réhabilité, l’entrepôt de Nemours a permis de réunir sur un seul site toutes les opérations de stockage, de préparation de commandes et d’expédition réalisées jusque là sur les sites de Stef Bondoufle (91) et Stef Salon de Provence (13). L’Economat des Armées propose dans son catalogue 1924 références de produits, répartis sous 6 familles : épicerie, boissons, surgelés, beurre-oeuf-fromage, produits carnés frais et 5e gamme.

 

Après passation de commandes via un portail informatisé, les marchandises sont livrées depuis le site Stef Nemours par le GIE Stef/Geodis pour la région parisienne et via 14 hubs régionaux Stef répartis sur le territoire pour le reste de la France. Plus de 395 points de livraison sont gérés dans ce dispositif : bases militaires des trois armées, services de santé des armées et points de restauration comme l’Assemblée Nationale, le ministère de l’Agriculture ou l’Ecole Polytechnique. Sachant que Geodis assure le transport aval dédié, le transport amont ambiant, le contrôle de gestion et le pilotage du transport alors que Stef réalise l’approvisionnement, l’administration des ventes, l’entreposage, le transport aval non dédié et le transport amont des surgelés.

 

Une équipe pluridisciplinaire du GIE assure la gestion administrative et le suivi du plan d’amélioration continue pour améliore la prestation. "Nous sommes très fiers de ce partenariat public-privé exemplaire qui assure un taux de service aux destinataires finaux comparable, voire même supérieur aux standards du marché de la logistique", affirme Jean-Pierre Sancier, directeur général de STEF. Le site de 7000 m2 en tri-températures dispose d’un volume d’entreposage de 62 000 m3 avec une capacité de stockage de 8 500 palettes pour 50 collaborateurs.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 19:50
photo Armée de l’Air

photo Armée de l’Air

05/06/2013 Par Léo Barnier - air-cosmos.com

 

Le Salon international de l'Aéronautique et de l'Espace (SIAE), alias le salon du Bourget, est un rendez-vous incontournable pour Airbus. De fait, l'avionneur européen va une fois encore déployer les grands moyens pour y assurer sa visibilité, notamment avec l'A400M et l'A380 qui seront de la partie du 17 au 23 juin.

 

Comme Air & Cosmos le révélait le 30 mai, deux A400M prendront part au salon. L'avion d'essais MSN 006 réalisera les démonstrations en vol, tandis que le MSN 8 – destiné à l'armée de l'Air – sera présent sur l'exposition statique. Cet appareil doit d'ailleurs faire son premier vol dans les tout prochains jours.

 

Du côté de l'A380, c'est le premier exemplaire destiné à la compagnie britannique British Airways qui assurera le "show" pour les premiers jours du salon. Il sera ensuite relayé par l'appareil d'essais d'Airbus. Des vols de démonstration sont ici encore prévus afin d'impressionner les foules.

A400M C295 photo Airbus Military

A400M C295 photo Airbus Military

En plus de son célèbre "Atlas", Airbus Military profitera du salon pour présenter le 100e bimoteur de transport C295 produit. L'appareil en question sera livré à un client pendant le salon, tout comme un appareil long-courrier A330 et un moyen-courrier A320 Sharklet, doté d'ailettes marginales. Un Airbus Corporate Jet ACJ318 complètera l'exposition statique de l'avionneur européen.

 

Enfin une maquette à l'échelle 1:1 du cockpit et d'une section de cabine du tout nouvel A350 sera présentée sur le chalet EADS (rangée A).

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 19:20
King Air Emarss Crédit Boeing

King Air Emarss Crédit Boeing

05/06/2013 Par François Julian- air-cosmos.com

 

 annonce que le premier vol de l'avion de surveillance et de reconnaissance Emarss (Enhanced Medium Altitude Reconnaissance and Surveillance System) a eu lieu le 22 mai dernier.

 

Ce premier vol, réalisé à partir du site de Beechcraft à Wichita, a duré 4 heures.

 

Cet avion fait partie d'un premier lot de quatre avions destiné à l'US Army dans le cadre de la phase EMD (Engineering, Manufacturing and Development, ou ingénierie, fabrication et développement) du programme. En octobre dernier Boeing avait déjà fait voler un appareil prototype destiné à la phase de réduction de risque.

 

Le programme Emarss prend pour base un biturbopropulseur Beechcraft King Air 350, auquel ont été ajoutés des capteurs optroniques vidéo, des capteurs Comint, une liaison de données tactique et une capacité « de guidage de précision aéroporté ».

 

Le King Air est l'une des plateformes favorites des forces américaines pour la conception d'avions multimissions, comme le MC-12W Liberty en service au sein de l’US Air Force depuis 2009.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 18:55
Inauguration de la salle des huit colonnes

Inauguration de la salle des huit colonnes

05/06/2013 Armée de l'air

 

Lundi 3 juin 2013, Catherine Maunoury, directrice du musée de l’air et de l’espace du Bourget, a reçu Monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, à l’occasion de l’inauguration de la salle des huit colonnes restaurée. Cet événement coïncidait avec le retour, après leur rénovation, de trois Fouga Magister sur l’esplanade du Bourget.

 

Plus de 350 personnes sont venues admirer le terme d’un chantier de près de 18 mois. En effet, la salle des huit colonnes a été restaurée en vue de lui rendre son aspect originel de 1937. À cette époque, cette salle gérait les arrivées et les départs alors que le bâtiment abritait les opérations des compagnies aériennes. «Soixante seize ans plus tard, en pénétrant à notre tour dans cette salle si élégante (…) nous pouvons et, même nous devons, retrouver l’esprit de ces pionniers qui souffle entre ces colonnes, a confié Madame Maunoury. Ce n’est pas la nostalgie qui nous anime, mais la volonté d’accomplir les missions du musée, celle de transmettre à nos visiteurs (…) ces mêmes qualités et valeurs pour relever les défis de demain».

 

À cette occasion, l’armée de l’air a prouvé son attachement au musée avec le passage de la Patrouille de France (PAF) en clôture de cet événement. Un survol réalisé au-dessus des trois Fouga, comme un clin d’œil aux anciens avions utilisés par la PAF.

 

 

Passage de la patrouille de FrancePassage de la patrouille de France

Passage de la patrouille de FrancePassage de la patrouille de France

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 18:55
25e congrès des transporteurs aériens militaires sur la base de Lyon

05/06/2013 Armée de l'air

 

Jeudi 30 mai 2013, le 25e congrès de l’association nationale du transport aérien militaire (ANTAM) s’est tenu sur la base aérienne 942 de Lyon Mont-Verdun. À cette occasion, une cérémonie commémorative a mis à l’honneur l’un des chefs de groupement de transport opérationnel de l’opération Serval menée au Mali.

 

Au cours de cette journée, les 85 participants du 25e congrès de l’association nationale du transport aérien militaire, accompagnés du général Thierry Caspar-Fille-Lambie, commandant la défense aérienne et les opérations aériennes (CDAOA), ont visité des structures opérationnelles clés de l’armée de l’air situées sur la base aérienne de Lyon. Il s’agit de la brigade aérienne des opérations, du centre national des opérations aériennes et du centre d’analyse et de simulation pour la préparation aux opérations aériennes. Ils se sont ensuite rendus dans l’ouvrage enterré de la base aérienne afin d’assister à une présentation des différentes phases de l’opération Serval menée au Mali depuis mi-janvier. Parmi les orateurs, le général Caspar-Fille-Lambie était entouré du commandant du centre d’instruction des équipages de transport et du chef de l’escadron de transport «Poitou» de la base aérienne 123 d’Orléans.

Mise à l’honneur de l’un des chefs de groupement de transport opérationnel de l’opération Serval menée au Mali

Mise à l’honneur de l’un des chefs de groupement de transport opérationnel de l’opération Serval menée au Mali

Lors de la cérémonie commémorative qui a marqué cette 25e édition du congrès de l’ANTAM, le lieutenant-colonel Éric Le Bras qui a occupé, pendant l’opération Serval, la fonction de chef du groupement de transport opérationnel d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, a été récompensé au nom du chef d’état-major des armées. Issu de l’école d’enseignement technique de l’armée de l’air de Saintes à son entré dans l’armée de l’air, le lieutenant-colonel Le Bras est aujourd’hui chef de la composante avion de la brigade aérienne d’appui et de projection du commandement des forces aériennes.

Présentation du CASPOA aux 85 participants

Présentation du CASPOA aux 85 participants

Un point sur l’ANTAM

25e congrès des transporteurs aériens militaires sur la base de Lyon

L’ANTAM regroupe le personnel appartenant ou ayant appartenu au transport aérien militaire. Elle vise à maintenir les liens d’amitié et de solidarité entre ses membres, à perpétuer les traditions et à contribuer à la sauvegarde du patrimoine historique des unités.

 

Il y a plus de 70 ans, la première organisation de transport aérien militaire est née avec les lignes aériennes militaires (LAM). C’est, en effet, le 28 août 1941, que le général de Gaulle, prenant conscience de la nécessité de constituer un réseau de lignes aériennes pour relier les territoires de la France libre, créé les LAM, à Damas, en Syrie, et nomme le colonel de Marmier à cette tâche. Les premières missions régulières de transport se développent, ainsi que des missions spéciales comme le ravitaillement en vivres et en munitions de la colonne Leclerc.

source ANTAM

source ANTAM

Depuis cette date, les équipages de transport ont participé à toutes les crises et à tous les conflits impliquant la France. Ils ont été présents sur tous les théâtres d’opérations, comme aujourd’hui au Mali.

Mise en place des hommes et des matériels de l’opération Serval sur l’aéroport de Bamako.le 13 janvier 2013

Mise en place des hommes et des matériels de l’opération Serval sur l’aéroport de Bamako.le 13 janvier 2013

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 18:50

5 juin 2013 belgiandefence

Une guerre civile s'annonce dans la ville fictive de Baltonia. Depuis l'élection du président, le désordre politique grandit, mettant ainsi en péril la sécurité des citoyens. Tel est le scénario de Crazy Trip : un exercice d'évacuation à grande échelle de la Brigade Légère qui s'est déroulé du 27 au 31 mai. Le Westhoek et la Province de Namur ont servi de théâtre d'opérations

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 18:50
Microélectronique : feu vert des autorités publiques pour la poursuite du programme Catrene jusqu'en 2015

05/6/2013 Jacques Marouani, ElectroniqueS

 

Les pouvoirs publics encouragent aussi les industriels à travailler sur un nouveau programme qui devrait prendre la suite de Catrene au-delà de 2015.

 

Les pouvoirs publics des pays européens prenant part au programme Catrene, dédié à la micro et nanoélectronique dans le cadre de l'initiative Eureka, ont donné leur feu vert pour la poursuite de ce programme jusqu'en 2015. Ils encouragent aussi les industriels à travailler sur un nouveau programme qui devrait prendre la suite de Catrene au-delà de 2015.

 

Ce feu vert a été donné à la suite de la publication du rapport final d'évaluation de ce programme.

 

L'évaluation à mi-parcours du programme Catrene, lancé en Octobre 2012 par les pouvoirs publics, notamment à l'initiative de la France, de l'Allemagne et des Pays-Bas, a permis de faire un bilan des résultats obtenus jusqu'ici (en termes d'avancées technologiques et d'impacts économique et sociétal) et d'envisager les possibilités de façonner un nouvel instrument au sein d'Eureka pour la micro- et la nanoélectronique.

 

Le 26 avril dernier, le rapport final d'évaluation a été remis et discuté lors d'une réunion commune à Stockholm et a été approuvé par les autorités publiques sans y apporter de modification.

 

"Les recommandations formulées dans le rapport nous fournissent les outils nécessaires qui nous permettront de progresser. Elles soulignent les zones où le programme Catrene est fort et les zones où il a besoin d'être amélioré", a déclaré Enrico Villa, président de Catrene.

 

Un premier rapport conjoint des groupes de travail sur la façon de mettre en œuvre les recommandations qui découlent de cette évaluation sera préparé d'ici novembre 2013.

 

Les ressources de Catrene sont d'environ 2 500 personnes par an, équivalant à environ 4 milliards d'euros pour le programme complet.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 18:30
TULPAR  (Otakar - Turquie)

TULPAR (Otakar - Turquie)

05/06/2013 SITTA

 

La 11ème édition du salon IDEF s’est déroulée du 7 au 10 mai 2013 à Istanbul dans l’enceinte du centre d’exposition TUYAP.

 

Ce salon, riche en nouveautés, issues pour la plupart de l’industrie d’armement turque, accueillait de très nombreux participants de différentes nationalités (États-Unis,Royaume-Uni, Bulgarie, Pakistan, Chine, France, Azerbaïdjan, Allemagne) qui ont profité de l’événement pour exposer les dernières innovations de leur industrie de défense.

 

Le reportage

MBRLT 300 (Rocketsan-Turquie) photo SITTA

MBRLT 300 (Rocketsan-Turquie) photo SITTA

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 18:20
60+ Nations Sign UN Arms Trade Treaty

04/06/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

Some 60 nations have approved a new United Nations global arms treaty, covering the supply of tanks, artillery, armoured vehicles, combat aircraft, battleships and more.

 

The UN's Arms Trade Treaty opened for signatures on 3 June and, so far, the uptake has been considerable, with a total of 61 countries now having given it their blessing. They include Argentina, which was quick to move, but not the United States, although Washington's signature is expected imminently.

 

On the other hand, it is not anticipated that China and Russia are in any rush to sign the Arms Trade Treaty and may not ever do so.

 

Arms Trade Treaty

 

The Arms Trade Treaty has been in development for more than six years but was adopted by the United Nations General Assembly two months ago. At that point, 154 nations gave it their support but three nations - North Korea, Iran and Syria - voiced opposition and there were 26 abstentions, including Egypt, India, China and Russia.

 

The Arms Trade Treaty is the first significant global effort to try and halt the illegal weapons trade responsible for heightened violence and extremist actions in many parts of the world.

The countries which ultimately ratify it will be obliged to set up strict arms sales controls.

 

UN Arms Treaty Signatures

 

According to Ban Ki-moon - the United Nations Secretary General - the rapid flow of first-day treaty signatures emphasises how "the world has finally put an end to the 'free-for-all' nature of international weapons transfers". He added: "The treaty...will make it harder for weapons to be diverted into the illicit market, to reach warlords, pirates, terrorists and criminals or to be used to commit grave human rights abuses or violations of international humanitarian law."

 

The UN Arms Trade Treaty has seven sponsor nations, namely Argentina, Australia, Finland, Kenya, Japan, Costa Rica and the UK. "It is vital that the treaty comes into force as soon as possible and is effectively implemented", these seven said, in a statement issued on 3 June.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories