Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 16:50
Diplomatic Clearances for Military Transport Aircraft Officially Launched
Brussels | Jun 03, 2013 European Defence Agency
 

The European Defence Agency launched, using its website, a diplomatic clearances portal for military transport aircraft. The portal implements the technical arrangement signed by thirteen Member States (Belgium, Bulgaria, Cyprus, Czech Republic, Germany, Greece, Italy, Lithuania, the Netherlands, Romania, Slovakia, Sweden and Norway) for common provisions and harmonised procedures for overflights and landings. The arrangement enables Member States to operate without the need to submit diplomatic clearances requests for each flight, including support to on-going operations and transportation of IATA/ICAO compliant dangerous goods. This simplified mechanism is a significant step forward to more flexible and effective military airlift operations in Europe. The portal allows Member States to easily exchange the necessary information.

 

Presented to defence ministers in November 2012, the agreement improves the freedom of movement of EU military registered transport aircraft transiting national boundaries within the EU. The existing disparate requirements to obtain diplomatic clearances to land or overfly an EU member state cause delays and hampers swift airlift operations. This legacy mechanism needed updating to 21st century’s requirements, especially with a view to the future implementation of the Single European Sky (SES) in the coming years, where a route driven system will evolve into a trajectory driven system.

“The new diplomatic clearances agreement radically changes the way Member States deal with the issue. It allows substantial human and financial resource savings whilst making military transport operations more swift and efficient”, says Peter Round, Capabilities Director of the European Defence Agency.

The technical arrangement was implemented on 1 June and is still open for signature for all other EU member states and Schengen area signatories. Six additional Member States (Estonia, Finland, France, Latvia, Luxembourg and Spain) indicated their willingness to sign the technical arrangement soon.

 

Diplomatic clearances portal

The new mechanism provides annual diplomatic clearance numbers for up to 95% of the daily military transport missions executed above the territories of the signing countries. It also harmonises the requirements for requests and notifications of diplomatic clearances. Finally, a common diplomatic clearance form has been created.

The diplomatic clearances portal on EDA’s website (http://eda.europa.eu/DICPortal) is the backbone of the new arrangement. Its main purpose is to provide transparency on national policies and procedures for granting diplomatic clearances for transport aircraft. The portal will also list annual clearance numbers to be used as well as restrictions nations might have regarding certain areas or routings.

 

Background and way forward

The European Air Transport Fleet partnership signed by 20 Member States in 2011 under the auspices of the European Defence Agency is looking at improving the availability of military airlift in the EU and developing concrete solutions to increase its efficiency and effectiveness.

The EDA ad hoc working group for Diplomatic Clearances that developed this technical arrangement will continue to work on different diplomatic clearance issues, including harmonisation of clearances for EU military transport aircraft outside the EU and clearances for air-to-air refuelling (AAR) operations in the European sky.

 

More information:

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 16:50
EDA at Paris Air Show
Paris | Jun 03, 2013 European Defence Agency
 

Several of the Agency’s flagship projects are in the air domain: air-to-air refuelling, air traffic insertion of Remotely Piloted Aircraft Systems, military air transport activities, SESAR impact on the armed forces, as well as military airworthiness and governmental satellite communications. For the latter two the Agency organises high-level seminars during the Internal Paris Air Show “Le Bourget”.

 

Military Airworthiness

The high-level military airworthiness seminar will take place on 18 June and will feature speakers from the European Defence Agency, the European Aviation Safety Agency, the European aerospace industry as well as national Ministries of Defence. 
The seminar will address the political implications of the harmonisation of military airworthiness, areas for closer cooperation with EASA, as well as the impact of harmonisation on current and future military airworthiness activities. Representatives from governmental, industrial and national military airworthiness authorities’ are invited to participate in the seminar. 
The seminar will take place in the VIPARIS Conference Centre, Hall 2C, Salle 1, from 3 PM to 7 PM (including networking cocktail). For more information click here
 

Governmental Satellite Communication

The high-level seminar on governmental satellite communication will take place on 19 June 2013 and is split between a seminar in the morning with keynote speakers and a dedicated workshop in the afternoon for government representatives only. 
Military Satellite Communication (MILSATCOM) has been recognised as a very promising domain for Pooling & Sharing as synergies can mitigate the huge financial impact generated by the growing demand for resilient space-based communication in operations. The option to pool resources in the domain of MILSATCOM is particularly pertinent to the replacement of the current generation of space assets owned by France, Germany, Italy, Spain and the United Kingdom, whose entire phase-out expected between 2018 and 2025 offers a unique opportunity to consider the establishment of a common initiative. In this perspective, the Agency has drafted a “Secure Telecom by Satellite” (SECTELSAT) concept presented to the Defence Ministers in April 2013. 
The seminar will take place in the Auditorium (VI Paris Conference Centre) from 9 AM to 5.30 PM. For more information regarding the draft programme and how to register, click here.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 16:45
Terrorist attacks in Niger: not another Mali

03 June 2013 Tobias Koepf - iss.europa.eu

On 23 May, terrorists carried out two suicide attacks in northern Niger which targeted a camp of the Niger armed forces in the city of Agadez and a uranium site run by the French nuclear company Areva in the city of Arlit. During the attacks, around 20 people (most of them Niger soldiers) were killed.

Responsibility for the attacks was claimed by the terrorist group Movement for Oneness and Jihad in West Africa (MUJAO), one of the three Salafi-jihadist groups that seized control of northern Mali after the military coup in Bamako in March 2012 only to be driven out of Mali following the French military intervention - Operation Serval - in January 2013.

The attacks raised concerns that they could mark the beginning of a descent into chaos in the country, similarly to what happened in Mali one year ago. And at first glance, Niger is indeed suffering from some of the same problems that caused the turmoil in Mali.

Download document

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:55
Sagem croit au succès de son drone Patroller

03 juin 2013 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Si le ministre de la Défense privilégie pour l'instant d'autres fournisseurs, le fabricant français a démontré les performances de son dernier drone à l'étranger notamment au Qatar ou au Kazakhstan. Exposé au prochain Bourget, le Patroller vise également le marché de la sécurité civile.

 

Fabrique-t-on des drones militaires de surveillance en France ? Oui, à Montluçon en Auvergne ! Qui l'eut cru ? Et pourtant, en pleine terre bourbonnaise, dans le hall d'intégration de l'usine de Sagem, trois drones tactiques dont deux portant déjà la cocarde tricolore, sont en cours d'assemblage à différents stades d'avancement, ils vont bientôt effectuer leur premier vol de contrôle et rejoindre les rangs de l'armée française pour remplacer les modèles abimés lors du conflit afghan. Mais ces Sperwer, drones reconnaissables par leur voilure en forme d'aile delta, conçus dans les années 90, ne correspondent plus aux exigences actuelles des armées. Trop petits, ces drones dits tactiques sont désormais limités: aussi bien au niveau de leur autonomie (moins de 10 heures de vol) que de leur charge utile limitée à environ 60 Kg. Des performances qui restreignent de fait leur mission de renseignement. Aujourd'hui, toutes les armées du monde et les forces françaises y compris, rêvent de drones stratégiques ultra-performants dits "MALE" (pour Moyenne altitude longue endurance) voire "HALE" (Haute altitude longue endurance) capables de voler une trentaine d'heures et d'embarquer jusqu'à 2 tonnes de charge utile.

 

3 000 vols

 

Les Sperwer ont toute même fait les beaux jours de Sagem : ce modèle a été produit en série et vendu à 140 exemplaires. Aucun autre fabricant européen ne peut en dire autant. "Ce drone a été développé sur fonds propres. La conception et la fabrication sont totalement françaises ou presque, ainsi que le support en opération. Nous n'avons pas attendu de commandes de l'Etat pour le produire. D'ailleurs la France n'a été que notre quatrième client", explique Patrick Durieux, directeur commercial de l'activité drones de Sagem. Les Pays-Bas, la Suède, la Norvège, la Grèce et le Canada ont largement exploité les Sperwer en Afghanistan. En neuf ans de conflit, ces appareils ont cumulé plus de 3 000 vols. "Nous avons assuré le support en exploitation durant toute cette période. Cela nous confère une expérience unique en Europe dans le domaine des drones", explique le responsable de Sagem.

Grâce à ce savoir-faire, la filiale du groupe Safran veut réitérer ce succès avec son nouveau drone, le Patroller. Un premier exemplaire opérationnel est visible à l'usine de Montluçon à côté de la ligne d'assemblage des Sperwer. Pour le concevoir, Sagem a pris en compte l'expérience accumulée en Afghanistan. Les deux appareils n'ont plus rien à voir. Ainsi le nouveau drone appartient à la famille des MALE légers d'environ 1 tonne plutôt que des drones tactiques. Ses performances ont été démultipliées. Le Patroller s'appuie sur une cellule d'avion piloté, le S-15 de l'avionneur allemand Stemme. Cette plateforme de 18 m d'envergure et déjà certifiée EASA, est capable de voler jusqu'à une trentaine d'heures avec des pointes à 300 km/heure tout en étant relativement silencieuse. 

 

Conception européenne

 

A l'intérieur du cockpit et sous ses ailes, l'appareil peut transporter environ 250 kg de charge utile. Soit une grande variété de capteurs (caméra thermique, équipement optronique, radar, détecteur de balises, systèmes d'écoutes électromagnétiques...) et même des roquettes ou des missiles tactiques. Sa chaîne d'image, 100% Sagem (des capteurs embarqués jusqu'à la station sol en passant par le traitement informatique) permet de distinguer avec netteté des cibles à 3 km de distance. Pour compléter la panoplie de l'avion espion, le Patroller intègre d'autres équipements fournis par des partenaires européens : la transmission par Thales ou Zodiac, le radar par l'italien Selex (groupe Finmecannica), le système de guerre électronique par Thales, l'armement par MBDA...

"Ce drone est de conception européenne sous maîtrise française. On maîtrise 100% les problèmes techniques et on peut réagir très vite pour apporter des évolutions. A contrario, passer un fournisseur non européen, c'est prendre le risque d'acheter des boites noires", explique Patrick Durieux de Sagem. Toutefois, ces performances ne rivalisent pas avec les véritables drones MALE lourds d'environ 5 tonnes qui intéressent actuellement l'armée française, que seuls General Atomics avec son Reaper et l'israélien IAI avec le Heron TP sont capables de fournir. 

Sagem nourrit toutefois d'autres espoirs. Dans la catégorie des drones MALE légers, l'armée française teste avec les forces britanniques le Watchkeeper de Thales. Et tant que la décision d'achat final n'est pas prise, le fabricant français ne désespère pas de faire valoir les qualités de son appareil. Par ailleurs, le Patroller a d'autres débouchés possibles que les forces tricolores. D'autant plus qu'il a été développé sur les fonds propres du groupe comme le Sperwer. Sa polyvalence en termes de capteurs embarqués lui permet de remplir des missions de sécurité territoriale et civile (surveillance des frontières, sauvegarde maritime, détection de départ de feu, surveillance des grands événements...). Le coût d'une heure de vol de drone est en effet moindre, comparée à celle d'une surveillance effectuée par pilote. Et comme pour le Sperwer, Sagem mise également sur les marchés exports. "Le Patroller répond assez bien au cahier des charges qui sortent à l'export notamment au Moyen-Orient, en Asie, en Pologne, au Kazakhstan". Le Patroller a déjà été démontré fin avril au Qatar. Au Bourget, le constructeur ne manquera pas de mettre en avant son appareil sans pilote espérant y séduire les clients potentiels.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:55
Cyberdéfense : Jean-Yves Le Drian annonce un renforcement des moyens et des compétences du ministère de la Défense

03/06/2013 Ministère de la Défense

 

Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense, s’est exprimé sur la « nouvelle donne stratégique » élevée au rang de « priorité nationale » par le Livre blanc sur la sécurité et la défense nationale que constitue la cyberdéfense, en ouverture d’un colloque consacré à cette question et organisé à l’occasion du 40e anniversaire de l’école des transmissions de Rennes, lundi 3 juin 2013. A cette occasion, il a précisé l’ampleur de l’effort financier et humain prévu par Livre blanc dans ce domaine.

 

« Le cyberespace possède un potentiel riche en opportunités, mais est aussi lourd de risques et de menaces », a indiqué le ministre de la Défense lors de son intervention. Outre la question du cyber-espionnage, les atteintes aux systèmes d’informations peuvent poser une question de souveraineté majeure en cas de prise de contrôle ou de paralysie de secteurs vitaux pour l’État.

 

C’est pourquoi le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale a pris toute la mesure de ce qui se présente comme une  nouvelle donne stratégique et développe une doctrine alliant prévention, réaction et capacité offensive.

 

L’ambition de cette politique de sécurité est d’être en mesure d’identifier l’origine des attaques, d’évaluer les capacités offensives des adversaires potentiels et l’architecture de leurs systèmes, et de pouvoir ainsi les contrer.

 

Celle-ci se traduira par une organisation opérationnelle de défense visant à protéger les systèmes d’information de l’État, des opérateurs d’importance vitale et des industries stratégiques, coordonnée sous l’autorité du Premier ministre et du SGDSN. Elle sera accompagnée d’une capacité de réponse gouvernementale, face à des agressions de nature et d’ampleur variées, composée de moyens diplomatiques, juridiques ou policiers, voire militaires, si les intérêts stratégiques nationaux sont menacés.

 

Jean-Yves Le Drian a également annoncé l’adaptation du modèle d’armée à cet enjeu, à travers la mise en place d’une chaîne de commandement opérationnelle spécifique, unique, centralisée et intégrée au commandement interarmées des opérations. Le ministère de la Défense renforcera les capacités et des moyens humains consacrés à la cyberdéfense (plusieurs centaines de postes supplémentaires d’ici 2019), en particulier au profit du renseignement, de l’ingénierie et de la capacité opérationnelle. La création d’une capacité de réserve, à la fois opérationnelle et citoyenne, mobilisable pour traiter une crise informatique majeure est également décidée par le Livre blanc et sera inscrite dans la prochaine loi de programmation militaire.

 

Au niveau de la formation, le ministère de la Défense soutient en parallèle l’idée de création d’un pôle d’excellence autour des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, où la première chaire de cyberdéfense et cybersécurité a été inaugurée en novembre 2012, en partenariat avec Sogeti et Thalès.

 

Le ministre de la Défense a également précisé que serait renforcée la base industrielle de technologies de défense et de sécurité nationale par un soutien à la R&D et la mise en place d’une politique industrielle coordonnée (les crédits consacrés aux études amont dans le domaine de la cyberdéfense passeront notamment de 10 à 30 millions d’euros par an), ainsi que par un accompagnement à l’innovation technologique.

 

Dans cette perspective, la section maîtrise de l’information de la DGA devra constituer un vivier de plusieurs centaines d’experts de très haut niveau, avec un recrutement permettant d’accroître progressivement de 50 % environ les ressources actuelles. Il s’agira de couvrir tous les domaines d’expertise techniques de la cybersécurité : cryptologie, microélectronique, architecture d’équipements de sécurité et de systèmes, analyse de composants logiciels et matériels, etc.

 

Le ministre de la Défense a enfin salué les efforts de l’Union européenne de se doter d’une stratégie en la matière. Il a rappelé l’importance de cette démarche, en juste complémentarité avec les efforts de l’Otan dont le ministre aura l’occasion de s’entretenir cette semaine lors de la réunion des ministres de la Défense à Bruxelles, en valorisant notamment les centres d’excellences déjà existants, à l’image de celui de Tallin, en Estonie

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:50
HDMS Esbern Snare conducting mission at sea. Photo FMT Koninklijke Ten Cate nv.

HDMS Esbern Snare conducting mission at sea. Photo FMT Koninklijke Ten Cate nv.

3 June 2013 naval-technology.com

 

TenCate Advanced Armour has been awarded a contract by the Royal Danish Navy to provide a ballistic protection system for small calibre gun mounts operators onboard the second Absalon-class support ship Esbern Snare (L17).

 

Under the contract, the company will supply advanced armour for use by the Danish Navy during naval anti-piracy operations along the Horn of Africa.

 

Designed to be lightweight and deployable by two personnel within 15 minutes, the ballistic protection features mission specific equipment with modular capabilities and can be configured to meet the high number of threats encountered in counter-piracy mission areas.

 

The advanced naval vessel armour system provides protection level from Nato STANAG 4569 level I to IV, and can also be customised to meet specific requirements.

 

The TenCate Advanced Armour protection solution has been developed to meet user requirements; it can be installed on the new vessel structure or deployed on an ad-hoc basis to provide additional protection for existing ships.

 

The Royal Danish Navy currently operates two Odense Steel Shipyard-built Absalon-class vessels for naval warfare, land attack, strategic sealift missions or as a command platform.

 

Capable of cruising at a top speed of 23k, the 137m-long Absalon-class vessels are equipped with six Terma decoy launchers and are powered by two MTU 8000 diesel engines in a combined diesel and diesel configuration.

 

The 6,300t ships are armed with Harpoon Block II surface-to-surface missiles, RIM-162 Raytheon evolved sea sparrow missiles (ESSM), Eurotorp MU 90 lightweight torpedo and a twin or triple torpedo launcher on both sides of the weapons deck.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:50
Ruag nomme Markus Zoller CEO de la division Defence

 

 

03.06.2013 Romandie.com (AWP)

 

Zurich (awp) - Le groupe de technologie et d'armement Ruag a nommé Markus Zoller au poste de CEO de sa division Defence et membre de la direction de groupe. Il prendra sa fonction dans le courant du quatrième trimestre 2013 et poursuivra la stratégie de l'entreprise au niveau de la croissance internationale et des relations avec le client principal, le Département fédéral de la défense (DDPS).

 

Ces dernières années, M. Zoller a occupé diverses fonctions de responsabilité au sein d'entreprises internationales comme ABB, Alstom et Siemens. Dernièrement, il était conseiller indépendant et a, à ce titre, dirigé et développé diverses PME.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:45
3SDL to provide ISTAR training to BATUK

3 June 2013 army-technology.com

 

3SDL has received a contract from the UK Ministry of Defence (MoD) for delivery of intelligence, surveillance, target acquisition, and reconnaissance (ISTAR) training to the British Army Training Unit Kenya (BATUK).

 

Awarded after successful completion of a short notice requirement for ISTAR support to British Army Foundation Training (FT) in Kenya during fiscal 2012/13, the contract involves supply of comprehensive ISTAR support to BATUK during the Askari Thunder exercises in Kenya, and Wessex Storm exercise in the UK over the one year, starting this month.

 

Under the contract, the company will supply a full range of live ISTAR emulation, including DH3, H450, MQ-9 Reaper and close air support (CAS) aircraft, along with MX15HDi sensor, three DA42 multi-purpose platforms (MPPs), and remotely operated video enhanced receiver (ROVER) compatible datalinks with remote viewing terminal (RVTs).

 

In addition, Joint Air Land Organisation accredited CAS qualified crews, and highly experienced ground liaison officers (GLOs) will be embedded in BATUK exercise control and deployed Battlegroup/Brigade Headquarters, to help ensure the ISTAR requirements of the target audience are fully addressed at all times.

 

Operating from Wilson Airfield in Nairobi, the DA42 MPPs will normally fly a single six-hour mission every day or night during BATUK scenarios, each requiring a combination of ISTAR and CAS platforms.

 

Besides coordinating the on-task time, the GLOs will provide RVTs to BATUK exercise control, the Battlegroup/Brigade HQs and the ground troops to show the live FMV feed, which is also recorded by the company and provided to the training audience for analysis and debriefing missions.

 

The ISTAR package will fully support the UK's 16 Air Assault Brigade, which is readying for deployment to Kenya for Exercise Askari Thunder in 2014.

 

3SDL has already provided similar training to the brigade using identical equipment as part of Joint Warrior 13-1 Exercise last month.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:40
RAC MiG to design Skat-based unmanned combat air vehicle

Jun. 3, 2013 by Zach Rosenberg – FG

 

Washington DC - RAC MiG has signed a research and development contract to build an unmanned combat air vehicle (UCAV) based on its previous Skat design.

 

The deal, reported by news agency RIA Novosti, is for an autonomous system which requires minimal oversight once in flight. The Skat - a stealthy flying wing design - is the most sophisticated Russian UAV known. The country has had mixed success with developing unmanned systems, and has in the past purchased systems from Israel.

 

"We signed a R&D contract for UCAVs on 15 May," says RAC MiG director general Sergei Korotkov. "The contract requirements include a mock-up for a future UCAV for the defence ministry. We are already ahead on this, based on our Skat programme."

 

The Skat system was first unveiled in 2007.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:35
BPC russe Vladivostok

BPC russe Vladivostok

VLADIVOSTOK, 3 juin - RIA Novosti

 

Le Japon est préoccupé par les futures livraisons de porte-hélicoptères de classe Mistral à la Russie, a déclaré lundi à Singapour le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera.

"Cette décision rompt l'équilibre des forces en Extrême-Orient", a souligné M. Onodera lors de négociations avec son homologue français Jean-Yves Le Drian en marge d'une réunion des ministres de la Défense des pays d'Asie-Pacifique participant au 12e Dialogue Shangri-La.

Deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral sont en construction pour la Russie sur les chantiers navals de Saint-Nazaire, en France. Le premier navire, "Vladivostok", sera livré en 2014 et le second, "Sébastopol", en 2015. Les deux bâtiments de guerre feront partie de la Flotte russe du Pacifique.

Le Dialogue Shangri-La a été institué à Singapour à l'initiative de l'Institut international d'études stratégiques. Ce forum doit son nom à l'hôtel Shangri-La dans lequel il s'est tenu pour la première fois en 2002. Il s'agit d'une rencontre consacrée à la sécurité en Asie-Pacifique. Le Dialogue Shangri-La réunit des experts et des responsables politiques et militaires de 28 pays, dont la Russie, la Chine, le Japon, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:30
L’armement des rebelles syriens dépendra des négociations, indique Hague

3 juin 2013 Guysen News International

 

La décision de Londres de fournir des armes aux rebelles syriens dépendra de l’évolution des négociations de paix, a déclaré lundi le chef de la diplomatie britannique William Hague, cité lundi par le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le secrétaire au Foreign Office a assuré que la Grande-Bretagne considérait comme prioritaires les efforts des Etats-Unis et de la Russie pour organiser une conférence de paix à Genève, même s’il n’est « pas excessivement optimiste ».

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:30
L'Iran intensifie sa production d'uranium enrichi (AIEA)

VIENNE, 3 juin - RIA Novosti

 

L'Iran viole les résolutions de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et du Conseil de sécurité de l'Onu en augmentant le nombre de centrifugeuses en fonction et les volumes d'uranium enrichi, a déclaré lundi à Vienne le directeur général de l'AIEA Yukiya Amano.

"Le nombre de centrifugeuses installées par l'Iran ne cesse de croître, tout comme sa production d'uranium enrichi. Ces activités vont à l'encontre des résolutions adoptées par le Conseil des gouverneurs de l'AIEA et le Conseil de sécurité des Nations unies", a indiqué M.Amano.

Les Etats-Unis et d'autres pays occidentaux reprochent à l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert du programme nucléaire qu'il prétend réaliser à des fins pacifiques. Téhéran affirme que ses activités nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité. L'Iran fait actuellement l'objet de sanctions décrétées par quatre résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:20
US Marine Corps to receive HDT ArctiX shelter

3 June 2013 naval-technology.com

 

The US Marine Corps Systems Command (MCSC) has awarded a contract to HDT Global's (HDT) Expeditionary Systems Group division to deliver its HDT ArctiX shelter systems.

 

Under the contract, the company will supply HDT Base-X expeditionary shelter family, the HDT ArctiX shelter to allow the US MCSC to operate in austere cold weather locations.

 

HDT Expeditionary Systems Group USMC/Joint Programs business development vice-president Mike Stolarz said: "The HDT ArctiX shelter system gives the USMC the capability to perform their mission, particularly when facing extremely harsh, cold environments."

 

"The HDT ArctiX shelter system gives the USMC the capability to perform their mission, particularly when facing extremely harsh, cold environments."

 

HDT Expeditionary Systems Group president Andy Hove said that the HDT ArctiX shelter was a part of a broad shelter system product offering to the military.

 

The ultra-lightweight, rapidly deployed shelter has been designed to provide necessary infrastructure to operate in severe cold weather regions for US military and allied forces.

 

Capable of accommodating up to 15 marines, the shelter can be integrated with the HDT Global-built Marine Corps SHC thermoelectric heater to offer comprehensive protection from harsh environmental conditions for military personnel.

 

The SHC is a self-powered, liquid-fuel burning and ducted convective heater and features a thermoelectric generator for combustion and air handling.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:20
US Army engineers push the T-72 tank target for systems check at Condron Army Airfield on White Sands Missile Range in New Mexico, US. Photo: courtesy of John Andrew Hamilton, ATEC.

US Army engineers push the T-72 tank target for systems check at Condron Army Airfield on White Sands Missile Range in New Mexico, US. Photo: courtesy of John Andrew Hamilton, ATEC.

3 June 2013 army-technology.com

 

US Army engineers have developed a new mobile, remotely operated tank target to serve as foreign surrogate for cost-effective testing or training of a wide range of military equipment, including advanced sensors or weapon systems.

 

Designed to represent the Russian T-72 main battle tank (MBT), the target has been jointly manufactured by the Army Program Executive Office for Simulation, Training, and Instrumentation - Program Manager Instrumentation, Targets and Threat Simulators-Targets Management Office, as well as the Army Test and Evaluation Command's Systems Engineering Directorate.

 

Developed from a set of simple plastic targets generally used for acquisition and gunnery exercises, the target also features heating units to support heat sensing equipment testing, as well as metal stripping, foil and plating for visibility on radars.

 

The remotely operated system is mounted on a light utility vehicle chassis similar to those used by golf course and park maintenance personnel for enhanced realism.

 

Targets Management Office programme manager Eric Hoffman said the system currently represents a T-72 tank, and will closely resemble an actual T-72 radar cross section and infrared (IR) signature, following completion of development programme.

 

Originally produced at the White Sands Missile Range, the target can also be used to represent other armoured vehicles, including the Russian BMP infantry combat vehicle, or the BTR amphibious armoured personnel carrier, by replacement of the outer shell.

 

 

The target is now being shipped to the Edwards Air Force Base (AFB) in California, US, for planned evaluation that will confirm it is an appropriately accurate representation of the intended vehicles, prior to deployment for validation of a new system.

 

However, the new systems will not be restricted to the forthcoming testing at the Edwards AFB.

 

"The nice thing about this is that this is going to give WSMR and the Target Management Office the ability to do this here on site at White Sands," Hoffman said.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 12:20
Le Frankfurt am Main de classe Berlin, à Québec en juin 2012 (Photo: Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Le Frankfurt am Main de classe Berlin, à Québec en juin 2012 (Photo: Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

03/06/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Le gouvernement du Canada a annoncé dimanche avoir finalement choisi quelle sera la conception pour les futurs navires de soutien interarmées de la Marine royale canadienne.

 

Dans le cadre de la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale, la sélection de la conception des navires de soutien interarmées a été effectuée au moyen d’un processus d’évaluation, avec la participation de plusieurs ministères et de tierces parties constituées d’experts-conseils, qui s’est fondé sur trois catégories de critères, soit:

  • la capacité opérationnelle,
  • la viabilité financière,
  • et les risques relatifs au calendrier et aux coûts liés à la construction des navires

Le processus a par ailleurs été surveillé par le cabinet de vérification KPMG. Les conseils quant aux coûts de la construction ont été fournis par la société First Marine International, un cabinet de spécialistes en construction navale.

 

Les choix

L'intérieur du Frankfurt am Main (Photo: Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

L’intérieur du Frankfurt am Main (Photo: Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

 

Deux options viables pour les navires ont été commandées: une conception existante et une nouvelle conception créée par l’entreprise BMT Fleet Technology.

Selon des analyses et des évaluations effectuées par des représentants du gouvernement et des spécialistes militaires, la conception de navire standard éprouvée de l’entreprise ThyssenKrupp Marine Systems Canada a été jugée la meilleure option pour la Marine royale canadienne ainsi que pour les contribuables canadiens. Il s’agit de la classe de navire utilisée par la marine allemande. 45eNord.ca avait d’ailleurs visité le navire Frankfurt am Main l’an dernier.

En interview pour 45eNord.ca, le contre-amiral Pat Finn, chef d’état-major du groupe des matériels des Forces armées canadiennes, a indiqué que les coûts de la conception existante seront 15% moins élevés que si l’on avait choisi la nouvelle conception de BMT Fleet Technology. S’il reste encore quelques années avant de voir le premier des deux ou trois navires qui seront construits, il est clair pour l’amiral que la Marine gardera «autant que possible» le design du navire tel quel. «On va regarder certains aspects, certains systèmes de défense qu’on va modifier, mais la conception du navire en lui-même va rester le même.»

S’il n’y a pas encore d’urgence à remplacer les NCSM Preserver et NCSM Protecteur actuels, qui ont cependant 45 ans, les coûts d’exploitation de ces navires continuent de monter année après année au fur et à mesure que leur âge avance.

 

Et maintenant?

Une fois que ThyssenKrupp Marine Systems Canada a préparé l’ensemble de conception, le Canada acheminera la conception à la société Vancouver Shipyards Co. Ltd aux fins d’examen. Une fois cet examen achevé, le Canada obtiendra la licence requise pour la conception des navires. Cette dernière permettra au Canada de se servir de la conception et de faire construire, d’exploiter et d’entretenir les navires de soutien interarmées, ici même, au Canada.

La conception sera acheminée à l’entreprise Vancouver Shipyards Co. Ltd. afin de l’élaborer entièrement et de la rendre prête pour l’étape de la production. Ce processus est semblable à celui suivi lors de l’élaboration de plans de construction détaillés d’un architecte avant la création d’un bâtiment. Ces travaux d’élaboration de conception seront menés par l’entreprise Vancouver Shipyards Co. Ltd., conformément au contrat de définition qui doit faire l’objet de négociations entre le Canada et ce chantier naval. Ces travaux accroîtront les compétences techniques et les connaissances du personnel du chantier, qui seront maximisées au fur et à mesure que d’autres navires seront construits à cet endroit.

Les navires de soutien interarmées, qui seront construits au chantier naval de l’entreprise Vancouver Shipyards Co. Ltd., fourniront du carburant, des munitions, des pièces de remplacement, de la nourriture et de l’eau aux groupes opérationnels maritimes déployés. Ils procureront également une base principale pour l’entretien et l’exploitation d’hélicoptères, une capacité de transport maritime et de l’appui aux forces déployées à terre.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 11:55
11ème Université d'été de la Défense 9 & 10 septembre 2013 à Pau
 

 

Patricia ADAM

députée du Finistère,
Présidente de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées

Les 9 et 10 septembre se tiendra la 11e édition de l’université d’été de la défense. C’est à Pau, au pied des Pyrénées, que se réuniront les participants de cette édition 2013. Jean-Louis Carrère et moi avons fait le choix de placer nos travaux sous le double signe des enjeux nationaux et européens. L’université de Pau mettra l’accent sur l’apport des forces terrestres à la politique de défense de notre pays. Cette décision a été prise de longue date. Depuis lors, nous avons été rattrapés par l’actualité. L’opération Serval au Mali, en cours depuis le 11 janvier, a démontré si besoin en était l’utilité mais aussi la réactivité de la force terrestre. Cet évènement sera le fil rouge de notre rencontre, moins par souci de coller à l’actualité qu’en raison des réflexions auxquelles nous appelle l’année 2013. La stratégie nationale sort actualisée des travaux de la commission du livre blanc de la défense. La loi de programmation militaire, qui sera examinée à l’Assemblée nationale quelques jours après l’université d’été, fixera les moyens de la politique de défense. Plus encore qu’à l’habitude, les parlementaires seront au cœur d’une réflexion sur la définition du point d’équilibre entre la stratégie et les moyens. Ce point d’équilibre se définira en tenant compte des contraintes particulières d’une période difficile économiquement. Pour autant, le Président de la République l’a publiquement exprimé, notre pays ne renonce pas à jouer un rôle dans le monde et en Europe. C’est donc face à une triple attente de réalisme, d’ambition pour notre pays et de volontarisme pour l’Europe que nous convions tous ceux qui se reconnaissent comme membres de la communauté de défense à participer à des travaux destinés à éclairer les perspectives stratégiques des années à venir.

 

Jean-Louis CARRERE

sénateur des Landes,
Président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces Armées

C'est avec un très grand plaisir que la Gascogne accueille les 11ème universités d'été de la défense. Depuis des siècles cette terre est une pépinière de soldats dont les exploits, parfois tonitruants, ont marqué l'histoire militaire de notre pays. Napoléon ne disait-il pas « Donnez-moi une armée de vrais Gascons et je traverserai cent lieues de flammes ! ». En choisissant Pau pour y tenir nos universités nous avons voulu placer nos réflexions sous le regard attentif de ceux qui ont fait l'histoire de notre pays. De tout temps pour vaincre il a fallu que la valeur des hommes soit soutenue par une technologie de pointe, des équipements performants, un soutien sans faille et une doctrine d'emploi. Sans cet ensemble la France ne pourrait maintenir son influence sur la scène mondiale. C'est bien tout l'enjeu de cette année 2013 au cours de laquelle un nouveau Livre blanc a été adopté et une loi de programmation militaire présentée dont le budget pour 2014 constituera la première annuité. Le Parlement, Sénat et Assemblée nationale, s'est mobilisé pour convaincre qu'il ne fallait pas baisser la garde. Ces universités seront l'occasion d'affirmer notre engagement et notre vigilance pour que les arbitrages rendus soient respectés. Nous avons voulu les placer aussi sous le signe de l'Europe pour affirmer notre conviction que c'est l'Union européenne toute entière qui risque d'être déclassée au niveau international sans un sursaut en faveur d'une défense de nos intérêts communs. Nous en avons la conviction, sans partage, sans mutualisation, voire, à terme, sans interdépendance, l'Europe se fera dicter par d'autres son avenir. Les obstacles sont nombreux : pacifisme, faux semblants des "dividendes de la paix", crise économique et financière, fausse sécurité du "parapluie américain", rivalités commerciales. Nous devons les surmonter. Le conseil européen de décembre 2013 est à ce titre un rendez-vous décisif.

 

Martine LIGNIERES-CASSOU

Députée-Maire de Pau

Pau a toujours entretenu un lien très fort avec le monde de la Défense. Accueillir ces Universités est un grand honneur qui fait écho à cette part de notre identité.
C'est d'abord la qualité de vie et la beauté de notre territoire qui constituent la première richesse de Pau, porte des Pyrénées. Seconde ville d'Aquitaine, résolument tournée vers l'Espagne, Pau est le grand carrefour du piémont pyrénéen à la croisée des chemins entre  entre Toulouse, Bordeaux et Saragosse.
Elle est une ville-jardin, riche de ses paysages. Lamartine disait que si Naples est la plus belle vue de mer, Pau est la plus belle vue de terre : admirez les Horizons palois, un site classé qui offre un panorama unique sur la Chaîne des Pyrénées depuis le cœur de ville. 
Ville d'Art et d'Histoire, nous sommes détenteurs d'un riche patrimoine historique, culturel et gastronomique.  Cette singularité, ces valeurs, nous en faisons une force pour nous projeter dans le futur. Vous découvrirez une ville en pleine métamorphose, notamment dans son cœur urbain.
Pau,  ville universitaire, est un territoire d'excellence et d'innovation qui rayonne dans le grand sud-ouest. Nos filières économiques font de notre agglomération un espace attractif et dynamique.  Aéronautique, technologies de l'information et de la communication, géo-sciences,  mais aussi filières équine et agroalimentaire : autant de points forts qui sont de puissants leviers de développement et d'emploi … sans oublier bien sûr nos régiments.
Nous saurons vous faire partager nos atouts et vous donner le meilleur des accueils.

 

Général d'armée Bertrand RACT-MADOUX
Chef d'Etat-major de l'armée de Terre

En cette année 2013, marquée fortement par la Défense, il revient à l’armée de Terre d’accueillir les 11e universités d’été de la Défense, les 9 et 10 septembre prochain. Elles se dérouleront à Pau, dans une région qui offre un remarquable cadre d’expression interarmées. Se côtoient en effet, sur ce territoire, forces terrestres, forces spéciales et forces aériennes, autant de composantes impliquées dans le combat aéroterrestre et particulièrement concernées par les évolutions actuelles de notre défense.
Ces journées s’inscriront également dans la perspective du nouveau Livre Blanc sur la Défense et la sécurité nationale. Entre ambitions et réalisme, les travaux de la loi de programmation militaire offriront, à la lumière des opérations en cours, en Afrique ou ailleurs, un support particulièrement propice aux réflexions qui seront menées pendant ces deux jours.

 

Toutes les informations

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 11:50
source Eurocontrol

source Eurocontrol

03.06.2013 CESA

 

En 1999, la Commission européenne met en lumière dans un communiqué l’urgence d’une réforme de la gestion du trafic aérien. Les nombreux retards, de nature opérationnelle et logistique, décriés par les compagnies aériennes et les passagers menaçant de s’accentuer grandement dans les cinq prochaines années, la Commission se penche sur le sujet. En cause, une saturation de l’espace aérien liée à la nécessité d’assurer la sécurité des vols, les techniques utilisées ne pouvant garantir la sécurité que d’un nombre limité d’avions dans un espace donné « sur base parfois de méthodes artisanales » . Pour répondre à ces nouveaux besoins, la création d’un Ciel unique européen est lancée. Quels en sont les teneurs et les enjeux ? (I) Si l’espace militaire et l’entraînement des forces restent une prérogative des États, l’utilisation de l’espace aérien est une préoccupation partagée par les civils et les militaires qui doivent travailler ensemble. Mais les préoccupations et les enjeux de ces deux « mondes » semblent parfois très éloignées. Avec le développement de l’Europe de la Défense, se pose ainsi la question de la mise en place d’un ciel militaire européen tenant compte de toute la spécificité de l’aviation militaire, notamment française, à travers l’exemple du drone Harfang (II).

Télécharger l’intégralité de l’article en pdf

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 11:50
A Protector remote weapon station mounted on an M1126 Stryker vehicle. Photo TSGT Mike Buytas, USAF.

A Protector remote weapon station mounted on an M1126 Stryker vehicle. Photo TSGT Mike Buytas, USAF.

3 June 2013 army-technology.com

 

Protector RWS system

 

Kongsberg Group has been awarded a contract by Ðuro Ðakovic to supply its M151 12.7mm calibre Protector remote weapon stations (RWS) to the Croatian Army.

 

Valued at $17.03m, the order forms part of a contract signed between Ðuro Ðakovic and the Croatia defence ministry for the acquisition and installation of Protector systems on the national army's AMV 8x8 armoured combat vehicles.

 

After signing the contract, Croatian defence minister Ante Kotromanovic said the continued cooperation with Ðuro Ðakovic on combat armoured vehicle project represents another step in the ministry's efforts to build a small, but modern and mobile army.

 

"This is another confirmation that the Croatian Government and the Ministry of Defence remain firmly dedicated to continuously supporting the Croatian defence industry as one of the most potent Croatian export industries," Kotromanovic said.

 

Ðuro Ðakovic management board president Vladimir Kovacevic said the contract reaffirms the long-lasting successful cooperation that exists between the company and the defence ministry.

 

"We are happy that the armed forces are continuing the equipment and modernisation of their existing technology relying on Croatian producers as much as possible," Kovacevic added.

"We are happy that the armed forces are continuing the equipment and modernisation of their existing technology relying on Croatian producers as much as possible."

 

Manufactured by Kongsberg Defence and Aerospace, M151 Protector is a combat proven system, and is designed to enhance military troop protection and combat capabilities by enabling target acquisition and engagement from safer distances in the battlefield.

 

Equipped with a stabilised firing platform, a fire control system and control grips, the system can be mounted to an array of platforms, including the M249 and M240machine guns, Browning M2, MK19 40mm automatic grenade launcher and Javelin anti-tank guided missile (ATGM) amongst others.

 

The system is currently operational with Australia, Canada, Czech Republic, Finland, France, Ireland, Kuwait, Luxembourg, Netherlands, Norway, Portugal, Slovenia, Sweden, Switzerland, as well as the US and the UK.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 11:45
France offers help to secure Libya's border

02 June 2013 By RFI

 

France has offered to work with Libya to seal its boders to Islamist fighters fleeing Mali, Defence Minister Jean-Yves Le Drian said Sunday.

 

Security officials say the vast deserts of southern Libya are becoming the latest safe havens for Al-Qaeda-linked fighters driven out of Mali by the French-led offensive against Islamist militias.

 

"France is available to bring contributions to the sovereign tools of the Libyan state, especially on securing the borders," Le Drian told a press conference after attending a security conference in Singapore.

 

But he repeated President François Hollande’s assurance, in an interview with RFI, France 24 and TV5, that France it will not take military action Libya without UN backing.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 11:35
Afghanistan: une rallonge de 150 millions de dollars pour la location d'avions

03.06.2013 par P. CHAPLEAU Lignes de Défense

 

Trois sociétés US se sont vu accorder une rallonge totale de près de 150 millions de dollars pour un an (du 1er juin 2013 au 31 mai 2014) dans le cadre de la fourniture d'avions (et des personnels et de toutes les prestations périphériques) pour le compte de l'US Transportation Command. Les avis en anglais figurent en fin de ce post.

 

Pour l'année à venir, la part d'AAR Airlift Group s'élève à 98 millions de dollars, celle de Berry Aviation à 30 et celle d'Evergreen à 24,5. Cette extension porte la valeur cumulée de ce contrat à 493,3 millions de dollars (respectivement 307,6, 106,8 et 78,9 millions de dollars).

 

Il s'agit de fournir des appareils pour le transport des personnels et du fret sur le théâtre afghan. Ce contrat peut encore être reconduit une année (2014-2015).

 

Les avis:

AAR Airlift Group Inc., Palm Bay, Fla., is being awarded a $97,946,397 option year modification (0001/0002) on an indefinite delivery/indefinite quantity contract (HTC711-10-D-R016 ) for fixed wing aircraft, personnel, equipment, tools, material, maintenance and supervision necessary to perform passenger and cargo air transportation services. Total cumulative face value of the contract is $307,603,230. This modification adds the third option of the basic contract with four option periods. Work will be performed in Afghanistan, and the option will start June 1, 2013, to be completed by May 31, 2014. Type of appropriation is fiscal 2013 Army Operations and Maintenance funds, and will not expire at the end of the current fiscal year. There were seven proposals received. The contracting activity in U.S. Transportation Command, Directorate of Acquisition, Scott Air Force Base, Ill.

Berry Aviation Inc., San Marcos, Texas, is being awarded a $29,933,251 option year modification (0002) on an indefinite delivery/indefinite quantity contract (HTC711-10-D-R018) for fixed wing aircraft, personnel, equipment, tools, material, maintenance and supervision necessary to perform passenger and cargo air transportation services. Total cumulative face value of the contract is $106,882,869. This modification adds the third option of the basic contract with four option periods. Work will be performed in Afghanistan, and the option will start June 1, 2013, to be completed by May 31, 2014. Type of appropriation is fiscal 2013 Army Operations and Maintenance funds, and will not expire at the end of the current fiscal year. There were seven proposals received. The contracting activity is U. S. Transportation Command, Directorate of Acquisition, Scott Air Force Base, Ill.

Evergreen Helicopters of Alaska, Anchorage, Alaska, is being awarded a $24,482,759 option-year modification (0001/0002) on an indefinite-delivery/indefinite quantity contract (HTC711-10-D-R017) for fixed wing aircraft, personnel, equipment, tools, material, maintenance and supervision necessary to perform passenger and cargo air transportation services. The total cumulative face value of the contract is $78,904,939. This modification adds the third option of the basic contract with four option periods, and the option will start June 1, 2013, to be completed by May 31, 2014. Work will be performed in Afghanistan. Type of appropriation is fiscal 2013 Army Operations and Maintenance funds, and will not expire at the end of the current fiscal year. There were seven proposals received. The contracting activity is U.S. Transportation Command, Directorate of Acquisition, Scott Air Force Base, Ill.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 11:35
Chinese patrols in Asian seas ‘legitimate’: general

June 3rd, 2013 defencetalk.com (AFP)

 

Chinese warships will continue to patrol waters where Beijing has territorial claims, a top general said Sunday, amid simmering rows with neighbouring countries over the South China Sea and islands controlled by Japan.

 

Lieutenant General Qi Jianguo, deputy chief of the general staff of the People’s Liberation Army, defended the patrols as legitimate and said his country’s sovereignty over the areas could not be disputed.

 

“Why are Chinese warships patrolling in East China Sea and South China Sea? I think we are all clear about this,” Qi told the annual Shangri-La Dialogue security conference in Singapore.

 

“Our attitude on East China Sea and South China Sea is that they are in our Chinese sovereignty. We are very clear about that,” he said through an interpreter.

 

“So the Chinese warships and the patrolling activities are totally legitimate and uncontroversial.”

 

Qi was responding to a question from a delegate after giving a speech in which he sought to assure neighbouring countries that China has no hegemonic ambitions.

 

“China has never taken foreign expansion and military conquering as a state policy,” he said.

 

One delegate however said there appeared to be growing regional scepticism over China’s peaceful intentions because it was inconsistent with moves to send naval patrols to waters where other countries also have claims.

 

China is locked in a territorial dispute with Brunei, Malaysia, the Philippines and Vietnam in the South China Sea.

 

The four states have partial claims to islands but China says it has sovereign rights to nearly all of the sea, including areas much closer to other countries and thousands of kilometres from the Chinese coast.

 

China also has a dispute with Japan over the Senkaku islands, which Beijing calls the Diaoyus, in the East China Sea.

 

“I do hope the statements of the good general today will be translated into action,” Philippine Defense Secretary Voltaire Gazmin told reporters.

 

He said Qi’s remarks about China having no hegemonic ambitions were “far from what is happening” in the sea.

 

Manila last month protested at what it called the “provocative and illegal presence” of a Chinese warship near Second Thomas Shoal, which is occupied by Philippine troops.

 

Among the other moves that have caused alarm were China’s occupation of a shoal near the Philippines’ main island last year, and the deployment in March of Chinese naval ships to within 80 kilometres (50 miles) of Malaysia’s coast.

 

Competing claims have for decades made the area — home to rich fishing grounds and vital global shipping lanes and believed to sit atop vast natural gas deposits — one of Asia’s potential military flashpoints.

 

China and Vietnam fought in 1974 and 1988 for control of islands in battles that left dozens of soldiers dead.

 

The US-China strategic rivalry also loomed large during the conference, with US Defense Secretary Chuck Hagel on Saturday accusing Beijing of waging cyber espionage against the United States.

 

But General Qi on Sunday allayed concerns that China had dropped a pledge not to be the first to use nuclear weapons in a conflict.

 

Omission of the “no-first-use” pledge in a recent defence white paper had created ripples in military circles and sparked speculation that China may have abandoned the policy.

 

Qi also distanced his government from claims by some Chinese scholars that the Ryukyu Islands, which include Okinawa, do not belong to Japan.

 

“This is only an article of particular scholars and their views on these issues… it does not represent the views of the Chinese government,” he said.

 

Maritime disputes and the risks of conflicts that could hurt Asia’s economic growth were a running theme during the three-day conference that ended Sunday.

 

“Asia holds great promise for ourselves and the world but continued peace and prosperity in this region are neither fait accompli nor automatic,” Singapore Defence Minister Ng Eng Hen told the conference.

 

“Instead, if we are to continue to enjoy stability and progress, we must work effectively in unison to strengthen areas of common interests.”

 

The Philippines’ Gazmin defended Manila’s move unilaterally to bring its territorial dispute with China before a UN tribunal after China refused to take part.

 

“We hope that the arbitration tribunal will issue a clarification in accordance with international law that will direct China to respect our sovereign rights,” Gazmin told the forum.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 10:55
Suivez les vainqueurs du Recce Meet 2013

16/05/2013 Armée de l'Air

 

Du 2 au 4 avril 2013, des équipages des escadrons 2/33 « Savoie », 2/30 « Normandie-Niemen », 1/7 « Provence », 1/91 « Gascogne » et les 11e et 12e flottilles ont participé à un challenge « reco »baptisé« Recce Meet ».

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 10:55
Baptême d’un AUF 1 du 40e RA, « Brigadier-chef Marcillan », en présence des parents du sous-officier mort pour la France - Crédits : 40e RA

Baptême d’un AUF 1 du 40e RA, « Brigadier-chef Marcillan », en présence des parents du sous-officier mort pour la France - Crédits : 40e RA

03/06/2013 CNE Heyraud/40e RA - Armée de Terre

 

« Brigadier-chef Marcillan », c’est ainsi qu’a été nommé un matériel majeur du 40e régiment d’artillerie (40e RA) de Suippes le 24 mai 2013. Ce sous-officier est tombé pour la France sur le sol afghan le 9 juin 2012.

 

Le régiment a ainsi perpétué la funeste et noble tradition du baptême d'une pièce d'artillerie du nom de militaires morts dans l'accomplissement de leur mission. Les parents de notre camarade étaient présents lors de cette cérémonie, à quelques jours du premier anniversaire de son décès.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 10:55
Une relance parlementaire française pour l’Europe de la défense ?

02 juin 2013, par François Chauvancy - Défense et sécurité

 

L’Europe de la défense fait l’attention d’une grande attention… au moins en France comme toujours. Elle était loin d‘être absente du Livre blanc comme l’a rappelé le président de la République lors de son discours le 24 mai à l’Ecole militaire, « La défense de la France est aussi la sécurité de l’Europe ». Il me semblait donc utile de faire un état de cette défense de l’Europe. La diffusion par l’Assemblée nationale d’un rapport sur l’Europe de la défense le 9 avril 2013 donne cette opportunité.

Document dense, intéressant, il répond bien sûr au souhait du gouvernement de relancer l’Europe de la défense. Le rapport a été soutenu par une « petite loi » parlementaire le 4 mai 2013 qui en a déduit un certain nombre d’objectifs. Il reconnaît cependant que les instances sont trop en retrait pour un objectif finalement bien ambitieux.

 

Vers une référence permanente à l’approche globale dans la gestion des crises

Ce rapport constate que les instances en charge de l’Europe de la défense peinent à trouver leur place, que les missions devraient s’inscrire clairement dans le cadre d’une approche globale de prévention des conflits, que les coopérations capacitaires, industrielles et technologiques devaient être soutenues, enfin qu’une coopération structurée permanente devrait être développée dans le sens des conclusions du conseil européen des 13 et 14 décembre 2012.

Sur son organisation largement développée, il est rappelé que le Haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, jusqu’en novembre 2014 Catherine Ashton, a d’importantes responsabilités. Il dispose d’un droit d’initiative qu’il peut exercer seul ou avec la Commission. Cependant, son travail a fait l’objet de bien des critiques, y compris dans sa communication (cf. B2, ce 30 mai, boycott des photographes). Elle est assistée du Service européen d’action extérieure (SEAE) qui fait office de service diplomatique européen et emploie quand même 1 670 agents (budget 2012) sans tenir compte des « agents locaux » dans les délégations (en tout, 3600 agents enfin 2011).

Je retiendrai surtout que ce rapport fait référence à une approche globale ou « intégrée » des conflits, contenue dans le traité de Lisbonne, pour assurer une meilleure coordination des différentes institutions dédiées à l’action extérieure de l’Union européenne.

Un concept militaire sur ce thème a été diffusé en janvier 2011 et définit cette approche globale qui « vise à la prévention ou au règlement durable et rapide d’une crise par la synergie des actions réalisées par les différents intervenants dans les domaines de la gouvernance, de la sécurité et du développement économique et social.

Elle allie collaboration entre acteurs partageant la même vision finale et coordination avec les acteurs présents sur le théâtre. Elle nécessite, dès que possible, une appropriation par la nation hôte et les représentants locaux de la solution recherchée. Elle favorise les conditions permettant de satisfaire au plus vite les aspirations légitimes de la population. Enfin, elle cherche à associer les acteurs régionaux à cet effort. »

 

Une insatisfaction globale

Ce rapport a rappelé l’objectif ambitieux d’une défense commune inscrit dans le Traité de Lisbonne en vue de parvenir à la « définition progressive d’une politique de défense commune qui peut conduire à une défense commune » lorsque le Conseil européen l’aura décidé à l’unanimité.

Outre la clause de défense mutuelle (comme dans la charte de l’OTAN), les missions comportent désormais les « actions conjointes en matière de désarmement », les « missions de prévention des conflits » et les « opérations de stabilisation à la fin des conflits ». Il est par ailleurs précisé que « toutes ces missions peuvent contribuer à la lutte contre le terrorisme, y compris par le soutien apporté à des pays tiers pour combattre le terrorisme sur leur territoire ». L’intervention paraît bien exclue du champ de l’Europe de la défense, laissant la place à l’OTAN, aux interventions ad hoc ou nationales

Cependant cette volonté est entravée non seulement par le respect nécessaire des souverainetés nationales mais aussi par la multiplicité des organismes créés au fur et à mesure des années et que le rapport liste. Je ne retiendrai que les références au peu de poids du corps européen et de la brigade franco-allemande qui, à titre ou à un autre, auraient pu servir au Mali. Ce rapport fait d’ailleurs largement référence à l’échec de l’engagement de l’Union européenne au Mali sans enseignement si je me fie à ce coup de gueule de B2 mais aussi à sa proposition sur une obligation d’engagement des états membres ce 28 mai.

Ne parlons pas des « battle group » évoqués aussi dans ce rapport pour leur inutilité en terme d’emploi (cf. la mise en alerte du BG britannique). Un séminaire international sur leur efficacité sera organisé à Londres en octobre 2013. On peut s’étonner de cet activisme britannique et se poser la question des arrière-pensées devant un outil qui ne sert à rien aujourd'hui.

Un point positif est cette expression au moins publique de meilleurs rapports entre civils et militaires comme en témoigne cette passation de commandement ce 29 mai 2013. La cérémonie de passation des pouvoirs entre le nouveau chef de l’état-major de l’UE, le général autrichien Wolfgang Wosolsobe et son prédécesseur, le général néerlandais Ton van Osch, a eu lieu en présence du personnel civil du SEAE. Là encore tout est symbole.

Considérons cependant l’aberration dénoncée (plus diplomatiquement) au sein de ce rapport d’avoir nommé une Britannique à la tête de la diplomatie européenne d’autant que les critiques négatives du Royaume-Uni n’ont jamais cessé à l’encontre de l’Union européenne. Je pourrai ajouter que, certes d’une importance limitée mais tout est symbole, la Turquie est toujours une nation associée au Corps européen et fournit des forces à l’opération européenne Eufor Althéa en Bosnie-Herzégovine. Comment les Européens peuvent-ils être crédibles en rendant illisible leur identité ?

 

Des actions discrètes sur des théâtres de conflit

L’ensemble des opérations militaires et civiles, passées ou en cours sont évoquées. On y découvre l’échec d’Eufor-Lybie décidée début avril 2011 et qui a pris fin à la mi-novembre 2011 sans avoir débuté. Le feu vert des Nations Unies n’a jamais été donné. L’Union européenne affiche son incapacité à s’affirmer.

Dans les missions civiles, on découvre EUJUST LEX en Irak. Cette opération civile de gestion de crise a débuté sur le terrain en juillet 2005, avec pour objectif de renforcer la primauté du droit en Irak et d’y promouvoir une culture de respect des droits de l’homme. Les Européens ont ainsi formé au cours des sept dernières années plus de 5 000 personnels au système pénal irakien dont il faudra évaluer l’efficacité. Sont déployées en Palestine EUDAM Rafah et EUPOL COPPS (cf. B2 ce 1er juin 2013). En Afghanistan, EUPOL fournit au sein des PRT (tiens, tiens, la France est pourtant contre ? Voir aussi mon billet du 4 mars 2012) une expertise en matière d’opérations civiles de maintien de l’ordre ainsi que des compétences spécialisées en matière d’État de droit.

Cependant, les opérations en Afrique montrent un glissement – positif à mon avis- vers des opérations réellement dans l’esprit de l’approche globale. Je pourrais même écrire que relire David Galula et sa théorie de la contre-insurrection trouve ici tout son sens avec l’intégration des civils et des militaires dans un même état-major. Certes le contexte est différent mais la gestion de crise, sinon la sortie de crise, font face à des situations qui se rapprochent de ce type de conflit par certains aspects.

En Afrique, l’Union européenne est engagée dans EUCAP SAHEL Niger depuis 2012 pour appuyer la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme. Grâce à ses éléments de liaison, la mission vise à renforcer la coordination régionale avec le Mali et la Mauritanie. A partir de l’expertise militaire intégrée, ce type de mission de renforcement des capacités des forces de sécurité et de défense a vocation à être proposé aux autres États de la région. « L’habillage » d’une opération civile reste de rigueur !

De même, EUCAP NESTOR dans la Corne de l’Afrique est une mission civile menée dans le cadre de la PSDC, dotée d’une expertise militaire. Pour lutter contre la piraterie, son objectif vise à renforcer les capacités maritimes des États de la Corne de l’Afrique et de l’Océan indien occidental, essentiellement Djibouti, le Kenya, les Seychelles, la Somalie et la Tanzanie. Fin juillet 2012, l’amiral français Jacques Launay a été nommé chef d’EUCAP NESTOR, donc un militaire, autre signe encourageant au titre de l’efficacité et du pragmatisme ?

 

En guise de conclusion

Pour conclure sur ce rapport qui préparera les universités de la défense des 9 et 10 septembre 2013, se posent les problématiques des moyens et du financement. Pour les opérations militaires, le mécanisme de financement européen Athéna Créé en 2004 n’atténue que très légèrement le principe selon lequel les opérations militaires et de défense sont à la charge des États membres qui les mènent. Ces dépenses, divisées entre les États selon une clé de répartition en fonction de leurs PIB respectifs, ne couvrent qu’environ 10% du coût total d’une opération militaire, le reste demeurant à la charge exclusive des États participant à celle-ci.

La proposition 23 de la « petite loi » parlementaire du 4 mai 2013 trouve ici toute sa justification : « une part des crédits affectés par certains États à la sécurité de l’Europe ne soit pas prise en compte dans le calcul des déficits budgétaires des États plafonnés à 3 % ou que soit créé un mécanisme de dédommagement tenant compte de l’effort particulier de certains États pour le financement d’un bien public européen ».

Par ailleurs, paradoxe en cette période de réduction des capacités militaires, ce rapport regrette la diminution significative de la contribution de la France aux missions PSDC car « elle est de nature à entamer la crédibilité de notre pays vis-à-vis de ses partenaires européens ».

C’est aussi le souhait de maintenir la synergie civilo-militaire. La volonté européenne pourra être testée avec le lancement de l’opération civile EUBAM en Libye ce 27 mai pour l’assistance au contrôle de la frontière de la Libye dont je distingue peu l’expertise militaire dans une zone à risques et au contact de la zone de conflit du Sahel. Comment exclure une approche militaire dans cette gestion de crise ?

Enfin la réflexion sur la mutualisation par les rapporteurs de ce rapport mérite d’être soulignée en guise d’alerte à toutes les tentations : « Afin de préserver les souverainetés nationales, les droits et devoirs associés aux différents degrés possibles de mutualisation doivent être clairement définis. La mutualisation peut bien sûr générer des économies d’échelle, augmenter notre efficacité commune, maintenir notre interopérabilité, combler des trous capacitaires.

Mais elle peut aussi entraîner une perte de capacité nationale par la perte d’une capacité mutualisée, puis abandonnée par l’Europe (…). C’est pourquoi, quels que soient les impératifs budgétaires, elle doit toujours être envisagée avec une certaine prudence. »

Je conclurai en évoquant la possibilité pour chacun de s’informer régulièrement sur l’évolution de l’Europe de la défense par les lettres bimestrielles de la représentation militaire française de l’Union européenne (http://www.rpfrance.eu/-Lettres-de-la-Representation-.html).

Note RPDefense : à propos de mutualisation, voir l'approche Pooling & Sharing de l'Agence Européenne de Défense.

« Pooling & Sharing » : le rôle moteur de l'AED
Partager cet article
Repost0
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 07:55
De SPONTEX 13 à SKREO 13 : un mois d’entraînement en Atlantique pour le Siroco

2 juin 2013 Par TCD Siroco

 

Le Siroco a participé pendant le mois de mai 2013 à deux exercices en océan Atlantique. Spontex 13 fut ainsi l’occasion pour l’équipage du Siroco de s’entraîner dans le domaine de la lutte anti-sous-marine avec la présence d’un état-major de force navale à bord.

Outre les nombreux exercices où le Siroco constituait une unité précieuse protégée par les escorteurs face à une menace sous-marine constante, des entraînements à la lutte asymétrique (contre des menaces de type embarcation rapide ou avions) au cours d’une mission d’évacuation de ressortissants ont permis au TCD de parfaire ses capacités d’autodéfense dans une opération amphibie.

Artilleur à la 12,7 face à une menace terroriste

Siroco sous menace aérienne

Un ravitaillement à la mer avec le pétrolier allemand Frankfurt am Maina clôturé cet exercice le 22 mai. Puis, le Siroco est allé mouiller devant Morgat, en baie de Douarnenez, avec les cinq autres bâtiments français et allemands. Ce groupe d’unités de surface a constitué la Force navale franco-allemande, sous le commandement du contre-amiral Jean-Baptiste Dupuis. Cette activation coïncidait avec la commémoration du cinquantième anniversaire de la signature du traité de l’Elysée, qui réconciliait la France et l’Allemagne.

RAM avec le FRAM

Le 23 mai, l’amiral Rogel, chef d’état-major de la marine, son homologue allemand, le major général des armées allemand et des parlementaires des deux pays sont venus à bord du Siroco pour découvrir comment les deux marines travaillent ensemble dans des exercices de haut niveau. Des présentations pour ravitaillement à la mer, une navigation en formation et un exercice de lutte anti-aérienne leur ont permis de constater l’excellence des relations entre la marine Nationale et la Bundesmarine.

FNFA en formation

Cette journée s’est terminée par le sauvetage d’un plaisancier britannique tombé à la mer à quelques nautiques de la force. Il a été récupéré sain et sauf par la frégate allemande Bremen et déposé à Brest.

En soirée le Siroco accostait au port militaire de Brest pour commencer le chargement logistique en vue de l’exercice suivant, SKREO 2013.

Cet exercice fut l’occasion de mettre en œuvre les capacités des forces avancées, essentielles dans une opération amphibie. Avec le Siroco au cœur du dispositif, les commandos marine ont ainsi pu mener des incursions à terre et préparer la plage et le chenal d’accès en coopération avec les marins du groupement de plongeurs démineurs (GPD) de la Méditerranée. Cette phase critique, conduite avec le soutien d’un Caracal détaché par l’armée de l’Air et la participation de plongeurs du Génie ainsi que d’observateurs des Emirats Arabes Unis, a permis au détachement du RICM de débarquer à proximité de Vannes dans une zone sécurisée pour mener leur opération en profondeur.

CTM 13 - vhl RICM

Caracal

Après de nombreux débarquements et réembarquements, nos membres d’équipage temporaires nous ont quitté les 28 et 29 mai en baie de Quiberon, après la visite du contre-amiral Olivier Coupry, commandant la force des fusiliers marins et commandos, mais aussi ancien commandant du Siroco En cinq semaines de déploiement le Siroco a atteint ses objectifs. Le succès des deux exercices SPONTEX, marqué par la commémoration des 50 ans de la réconciliation franco-allemande et SKREO 2013, événement fondateur par l’ampleur des forces avancées déployées, donnent au Siroco, la fierté d’avoir accompli la mission. Il cingle désormais vers Toulon.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories