Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:35
China Creates A Sovereign Presence

 

September 25, 2015: Strategy Page

 

Aerial and satellite photos indicate that Chinese military construction efforts on Woody Island (one of the disputed Paracel Islands) are largely complete. The garrison consists of a battalion of naval infantry (not quite marines but close) and a 2,300 meter long air strip. This is long enough to support warplanes and commercial transports as large as Boeing 737s (which China has a lot of). A school building was completed in 2013 for the 40 children of officials and their families stationed there. There is an artificial harbor that can handle ships of up to 5,000 ton displacement. This harbor is heavily used because there is no local water supply and much of the water still has to be brought in along with fuel for all the vehicle (land, sea and air) as well as the generators. While there is some recreational fishing going on, the two thousand people on the island require regular food deliveries from the mainland.

 

In addition to the military garrison there is also a civilian rescue detachment equipped with helicopters and small boats. This detachment is largely for the waters around Woody Island and a few smaller islands that amount to about 13 square kilometers of land. That is expected to increase by 10-20 percent via dredging.

 

Construction continues on facilities for the capital of Sansha, a new Chinese municipality (city). Sansha is actually Woody Island and dozens of smaller bits of land (some of them shoals that are under water all the time) in the Paracels and the Spratly Islands to the south. In fact, the new "city" lays claim to two million square kilometers of open sea (57 percent of the South China Sea). China has said it has completed similar construction projects in the South China Sea but satellite photos reveal this to be untrue.

 

China claims the South China Sea and all islands (and near islands like reefs) as Chinese property. To reinforce these claims of sovereignty China is occupying uninhabitable islands and creating new ones by dredging sand from reefs and shoals to create new uninhabitable islands. Like Woody Island, these new islands will be staffed with troops and government employees and be supplied, at great expensive, from the mainland.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:35
Special Operations: South Korea Threatens The North

 

September 29, 2015: Strategy Page

 

South Korea recently confirmed that it is organizing six special operations teams that are being trained to attack and destroy key targets inside North Korea. Apparently the North Koreans had figured this out and there were a growing number of rumors in South Korea as well. This revelation represents a major change in special operations in Korea because since the 1950s it was North Korea constantly sending commandos and spies into South Korea where not all of them were quickly caught or caught at all. At the same times it has always proved nearly impossible to get foreign agents into North Korea, which had been turned into the ultimate police state after World War II. Since the 1990s the lack of Russian aid (which kept North Korea afloat since the 1950s) caused the North Korean military to gradually (and almost imperceptibly) fall apart. This was accelerated by growing and corruption, even within the secret police and other security agencies. As a result South Korea considers North Korea vulnerable and is preparing to take advantage of that during the next military emergency. If nothing else it causes the North Koreans to spend a lot more on protecting their nuclear weapons.

 

Meanwhile North Korea, which has long maintained elite commando forces, tries to keep up appearances. In North Korea special operations troops are still carefully selected, then paid, housed and fed better and given access to better equipment. About twelve percent of the million North Korean military personnel are in these elite units. But the benefits have eroded so much that even the elite troops are now suffering food and fuel shortages as well as aging equipment.

 

Since North Korean conscripts still serve for at least six years, there’s enough time to train even draftees to special operations levels of capabilities. Service in these units are sought after because not only do they mean better treatment while in the military but better career opportunities after military service. Most of these North Korea special operations troops are similar to U.S. rangers, marines, paratroopers or special reconnaissance troops (U.S. Marine Force Recon and army LURPS).

 

There are also some 30,000 snipers, organized into ten Sniper Brigades. This is a rather unique use of snipers, and given shortages of ammunition in the north, it's uncertain how well these troops, no matter how well selected, are at sniping. If you want to maintain your shooting skills, you have to fire thousands of rounds a year. The same applies for all elite troops, although a lot of the training just consists of physical conditioning and combat drills. For snipers, this consists practicing staying hidden. This can be accomplished, if you can keep the troops well fed and housed. This is no longer the case with many of the Special Forces, and morale is suffering.

 

At the apex of North Korean Special Forces there are about five thousand commando and U.S. Special Forces type troops. These are meant to get into South Korea and go after key targets and people. Again, the North Koreans have trained for half a century to do this, but have not been able to actually put these troops to the test much. There have been thousands of small operations in the south over the last half century. In the 1960s there was a low level war going on, as the North Koreans sent dozens of small teams south each year. Over a hundred American troops were killed or wounded, and many more South Korean soldiers and police. Yet, the North Koreans had little success.

 

While the top special operations units are still well cared for, more and more reports come out of the north about many less skilled special operations troops complaining about less, or at least lower quality, food and other problems (like less access to electricity year round, and heat during the Winter.) More of these troops are deserting and heading for China, where they can be more easily interviewed. Some have made it all the way to South Korea, where the extent of their numbers and preparations has pushed South Korean commanders to increase their security preparations, and train more troops to deal with all these commandos in war time.

 

While the North Korean special operations troops are grumbling about not getting all the training resources (ammo and fuel) they need, they remain a highly motivated and generally loyal force. The government uses these troops to insure the loyalty of the rest of the military, and more and more elite troops are being used to assist the secret police in going after dissidents and corrupt officials. This is probably hurting the North Korean special operations forces more than anything else. The troops are getting a close look at the corruption and contradictions in North Korea. The troops generally live in closed bases and don't get out much. But now that they do, they see a North Korea that is unpleasant, and not as swell as their commanders told them it was. It turns out those letters they were getting from home were not exaggerating how bad things were. And the trend has been down for so long, it's hard to assure the troops that there's any way up.

 

South Korea has fewer (about 20,000) special operations troops but they are trained and equipped to a higher (Western) standard. Meanwhile South Korea has improved its air defenses along the DMZ. For over half a century North Korea has prepared to fly small single engine transports into South Korea by coming in so low the radar could not pick it up. South Korea can now detect such low flying aircraft and has weapons on the DMZ to quickly shoot down intruders. The pilots of these aircraft are not as skilled as they used to be, especially for low altitude night flying, because fuel shortages have sharply cut training time in the air.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:35
CH-47F Chinook helicopter

CH-47F Chinook helicopter


28.09.2015 by Livefist
 

It's a phrase thrown about often in this business, but in the compulsively bumpy world of Indian aviation procurement, there are few occasions when an item chosen for the armed forces is a certain, unequivocal game-changer. The Indian government's decision to clear a deal for 15 Boeing Ch-47F Chinook heavy lift helicopters steps far from the slapdash, frequently fallible procurement paths the armed forces have taken all too often. For one thing, the Chinook won a competition. Two, the government's decision to close the deal comes nearly three years of negotiations later -- an indication, perhaps and hopefully, that India has closed the best deal it could for the product. But now that the decks are truly cleared for a direct commercial sale contract between the Indian MoD and Boeing Defense, it's useful to examine sentiments within the Indian Air Force, which will operate the Chinooks possibly from its Chandigarh base, but possible closer to the country's capital too. Here are five reasons why the CH-47F Chinook in IAF colours (as detailed for the first time by artist Saurav Chordia above) could be a true game-changer in Indian service:

 

1. The IAF has had a troubled run with its spare heavylift rotory wing capability. Of the four Mi-26 Halos it bought in the eighties, three remain (one was written off after a severe crash-landing five years ago). But even before the accident, the platform has had typically severe serviceability issues that have mostly seen only one in the air at any given time -- not the worst of scenarios for such a small fleet, but grossly less than what the IAF wanted from these machines. Replaced with a full-sized fleet of new generation helicopters will give IAF planners the kind of heavylift rotory wing flexibility they've never had before. Squadron-sized numbers (and, of course, newer circumstances) will shore up serviceability and put more numbers in pilots' hands. The last few years have demonstrated that the ability to have more than one of these helicopters in the air at any given time is the difference, quite literally, between life and death. More numbers of heavylift copters in aero-bridge operations during humanitarian relief or disaster reconstruction work will be crucial.

 

2. Trials in 2010-11 convinced the IAF in no small measure that the tandem rotor capability would enormously boost what they were already doing with the conventionally framed Mi-26, especially in high-altitude operations. A comparison of what the tandem rotored Chinook could do in terms of landing approach capability, centre of gravity envelope etc., as opposed to the aerodynamic, performance and safety constraints on the CH-53 Super Stallion/Mi-26 proved to be too substantive to ignore. In simple terms, the IAF was convinced the Chinook could get more done, cleaner and safer.

 

3. The Chinook is substantially smaller and with a lower payload capacity than the Mi-26, but a higher degree of loading/unloading flexibility (especially rear loading) coupled with  a significantly greater number of cargo/troops/equipment configurations convinced the IAF that switching to the tandem rotor machine made more sense than explore the very capable Mi-26T2, that sports better engines, avionics and safety features than the variant the IAF currently operates. The Chinook's performance with under-slung cargo also won the IAF over.

 

4. The Chinook's flying qualities, agility in the air, significantly lower rotor diameter and landing flexibility will allow the IAF to fly it where it couldn't have even thought of taking the Mi-26. High altitude border areas, along narrow ridges and valleys, to deliver equipment, humans or materials for construction, road-building/repair, communications infrastructure building, disaster relief, casualty evacuation or any of the several other mission profiles the Chinook is built for. Why is that a game-changer? Because the IAF cannot satisfactorily deliver heavy payloads to precise sites even now. If not fully in some areas, tandem rotor operations will close the gap significantly, allowing the IAF to deliver closer to sites of requirement than ever before.

 

5. The Chinook is only the second heavylift helicopter the IAF will have ever operated. Unlike the Mi-26  that has performed strictly a troop/cargo transport role, the Chinook will obviously have a special missions profile as well. While the IAF has been looking at the MH-47 special operations configuration, the CH-47F variant it has chosen will definitely be used for special operations training and exercises, and will necessarily integrated with the larger joint special forces orbat. The IAF, a master at finding innovative new uses for its kit, could throw up several surprises behind the stick of a Chinook.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:35
A drone found crashed in South Korea (Photo: Korean Ministry of Defense)

A drone found crashed in South Korea (Photo: Korean Ministry of Defense)

 

September 29, 2015: Strategy Page

 

The growing availability of small, inexpensive UAVs that can (and are) used by criminals and Islamic terrorists has led to the development of several Anti-UAV Defense Systems (AUDS). These systems consist of multiple sensors (visual, heat, radar) to detect the small UAVs and a focused radio signal jammer to cut the UAV off from its controller and prevent (in most cases) the UAV from completing its mission. The detection range of AUDS is usually 10 kilometers or more and jamming range varies from a few kilometers to about eight.

 

AUDS can be defeated. For example a user can send a small UAV off on a pre-programmed mission. This can be to take photos or deliver a small explosive. No one has tried, at least successfully, using armed micro-UAVs yet but North Korea has been caught using small recon UAVs flying under automatic control.

 

If these UAVs are still detected they have to be destroyed via ground or air-to-air fire. This the South Koreans and Israelis have had to do several times. The Israelis were dealing with Palestinian Islamic terrorist groups using small UAVs, often Iranian models. South Korea and Israel has responded by adding more sensor systems, especially new radars that can detect the smallest UAVs moving at any speed and altitude. An American firm has demonstrated a high-powered laser that can take down small UAVs several kilometers away.

 

North Korea had been interested in UAVs since the 1970s but had never bought or built a lot of them. In the late 1980s North Korea acquired some of China’s first generation UAVs (ASN-104s). These were 140 kg (304 pound) aircraft with a 30 kg (66 pound) payload and endurance of two hours. Very crude by today’s standards but it took real time video and higher resolution still photos. In the 1990s the North Koreans produced some ASN-104s, apparently by just copying the Chinese ones they had. In the 1990s North Korea got some Russian DR-3 jet powered UAVs. These were faster but less useful than the ASN-104s. Attempts to use the DR-3 as the basis for a cruise missile design failed. In the 1990s North Korea also got some Russian Pchela-1T UAVs. These were very similar to the ASN-104s and that means not very useful at all. The Chinese and Russians used these first generation UAVs mainly for correcting artillery fire and this is what North Korea was seen doing with them, particularly North Korean coastal artillery.

 

In 2014 South Korea was alarmed to discover three North Korean UAVs that had crashed in South Korea. It was soon discovered that North Korea was using modified versions of the commercial Chinese SKY-09P UAV. North Korea gave the SKY-09Ps a new paint job (to make it harder to spot), a muffler (to make it less detectable) and installed a different camera. The SKY-09P was used via its robotic mode, where the SKY-09P flew to pre-programmed GPS coordinates, taking digital photos over selected areas and returned with those photos stored on a memory card. The SKY-09Ps found in South Korea had GPS coordinates in their guidance system showing they originated and were to return to a location in North Korea. The memory cards showed pictures of South Korean government (mainly military) facilities.

 

Thus the most successful UAV the North Koreans ever used turned out to be a Chinese commercial model, the SKY-09P. This is a 12 kg (26 pound) delta wing aircraft with a wingspan of 1.92 meters (6.25 feet), propeller in the front and a payload of three kg (6.6 pounds). It is launched via a catapult and lands via a parachute. Endurance is 90 minutes and cruising speed is 90 kilometers an hour. When controlled from the ground it can go no farther than 40 kilometers from the controller. But when placed on automatic it can go about 60 kilometers into South Korea and return with photos. These things cost the North Koreans a few thousand dollars each. While South Korea says they detected two of the three crashed North Korea UAVs no other details were provided. The Chinese manufacturer denied selling anything to North Korea, but the North Koreans typically use a third party for purchases like this.  

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:30
Liban: Session d’entraînement « warm up »

 

29/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 14 au 29 septembre 2015, les pelotons et sections de la Force Commander Reserve (FCR) au Liban, commandés par le 3e régiment de hussards, ont participé à une session d’entraînement appelé le warm-up.

 

L’objectif : valider la capacité des patrouilles à conduire leur mission en sûreté dans l’ensemble de la zone d’action de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Briefing avant mission, application des réactions standardisées face à des incidents tactiques (STIRs), mais aussi exercices de réaction face à une attaque avec engins explosifs improvisés ou mise en œuvre des transmissions, tels ont été les points clefs abordés par les casques bleus français. Ceux-ci ont ainsi pu confirmer pendant cet entraînement leurs savoir-faire opérationnels acquis lors de leur mise en condition avant projection au Liban.

 

Équipés de Véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) et de Véhicules blindés légers (VBL), les soldats de la FCR ont ensuite débuté un cycle quotidien de missions de reconnaissance, effectuées le plus souvent conjointement avec les Forces armées libanaises (FAL). Le contingent français entretient une coopération étroite avec les FAL, qui se trouve renforcée par ces missions conjointes et les entraînements mutuels.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL, avec près de 900 soldats déployés en permanence. La grande majorité d’entre eux arme le FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant la FINUL et est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Le volet naval de cette mission comporte en permanence plusieurs frégates déployées en force constituée (la Task Force448). Leur mission : surveiller les approches maritimes du Liban et empêcher l’introduction d’armes par la mer.

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:30
Image ISIS source dailymail.co.uk

Image ISIS source dailymail.co.uk

 

September 16, 2015: Strategy Page

 

For intelligence experts cell phones and social networks are the best of assets and the also something of a curse. This was seen recently as more Russian troops and heavy weapons began showing up in Syria. At first the Russians tried to deny it, but they were done in by their own troops posting (on Russian social networks) photos of their presence in (and travel to) Syria. The Russian censors got most of those posts removed but not before they were seen by Western media and intelligence agencies and filed away. All this was good news for the Western intel people and bad news for their Russian counterparts. This sort of thing has been going on for over a decade and despite increasingly strenuous efforts to get the troops to be discreet there are always enough who disobey to give the real or potential enemy what they are looking for.

 

All this is yet another side effect of cellphone cameras, which have become a major source of military intelligence and this is especially true with counter-terrorism operations. For example in mid-2015 the United States revealed how a picture an Islamic terrorist took of himself with his cellphone (a selfie) revealed the location of an ISIL (Islamic State in Iraq and the Levant) headquarters, which was promptly bombed. Such incidents are more common with poorly trained irregulars, but even well trained troops have problems with “cellphone discipline”. This problem is a 21st century one and it has been getting worse.

 

Incorporating cameras into cell phones first showed up in 2000 and the practice quickly spread. This proved to be very popular and as such phones became cheaper, and their cameras more capable military intelligence agencies warned that troops were taking a lot of pictures, especially when in combat zones and making those photos public. This was leading to a lot of pictures going public that could reveal military secrets. Efforts to ban troop use of cellphones in combat zones or inside classified areas had some success, but that only reduced the flood of useful (to intelligence experts) cellphone photos. It has proved nearly impossible to eliminate the problem. This became a major problem because of improved technology. Thus because cellphone networks entered the 3rd generation (3G) about the same time cellphone cameras were introduced it became very easy to quickly distribute pictures. The 3G networks enabled cellphone users to take photos and immediately send them to someone else, or post them to a website. By 2010 social networks were growing in popularity and cellphone users competed to take and post photos of all sorts of things, often getting newsworthy photos into circulation well before the traditional media. Cellphones with 3G capabilities became so cheap that even many Islamic terrorists and most military personnel had them.

 

No country is immune to the problem. Israel, with the highest proportion of Internet savvy people in the world continues to have the problem because so many of their troops on active duty are actually reservists called up for the normal (but infrequent) bit of active duty. Changing cell phone and social network habits isn’t easy, despite the risk of getting caught and punished (often spending a week or two in jail, plus the bad publicity). China tried to ban all cell phones for troops on active duty outside their base. It worked for a bit and then it didn’t. Some troops knew better but found ways to post photos anonymously. Even the revelations that troops have been killed because of posting certain pictures to the web has not reduced the number of military people doing it.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:30
source almasdarnews.com

source almasdarnews.com

 

30.09.2015 Le Monde.fr

 

Les Etats-Unis font une « pause » dans la formation et l’équipement de rebelles syriens modérés, le temps d’une révision de ce programme, a annoncé le Pentagone mardi 29 septembre. Pour l’instant, seule une petite centaines de combattants a été formée, selon les chiffres du Pentagone, contre un objectif fixé à 5 000 par an.

« Nous avons fait une pause » dans l’acheminement des recrues vers les centres d’entrainement de Turquie et de Jordanie, a déclaré le porte-parole du Pentagone Peter Cook. Mais l’armée américaine « continue de recruter » de futurs candidats, dans l’optique d’une reprise prochaine des formations, a-t-il précisé, ajoutant que le programme continue pour ceux qui l’ont déjà commencé.

Ce programme de formation et d’équipement de rebelles syriens lancé au début de l’année par les Etats-Unis, doté de 500 millions de dollars, devait concerner environ 5 000 rebelles par an pour combattre en Syrie le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

L’armée américaine a en outre reconnu que certains de ces combattants avaient remis la semaine dernière une partie de leur équipement et munitions au Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda. Il s’agissait d’obtenir leur passage dans une zone contrôlé par celui-ci.


Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 06:30
Syrie: Assad doit partir sous peine d'être chassé par la force militaire

 

29 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Nations unies (Etats-Unis) - Le président syrien Bachar al-Assad doit quitter le pouvoir sous peine d'en être chassé par la force militaire, a mis en garde mardi à New York le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir.

 

S'exprimant devant la presse en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, M. Jubeir a également rejeté les initiatives diplomatiques de la Russie, alliée de la Syrie, pour une coalition internationale de lutte contre le groupe Etat islamique.

 

Il n'y a pas d'avenir pour Assad en Syrie, a martelé le ministre saoudien des Affaires étrangères, dont le pays est l'ennemi de Damas et qui fait au contraire partie de la coalition militaire pilotée depuis un an par les Etats-Unis.

 

Il y a deux options pour un règlement en Syrie. Une option est un processus politique au cours duquel il y aurait un conseil de transition du pouvoir, a expliqué M. Jubeir.

 

L'autre option est une option militaire qui se terminerait également par la destitution de Bachar al-Assad, a encore menacé le ministre saoudien.

 

Il ne s'est pas attardé sur les détails de l'option militaire évoquée mais il a rappelé que Ryad appuyait déjà les forces de rebelles modérés syriens qui se battent contre l'armée de Damas et contre les jihadistes de l'Etat islamique.

 

L'Assemblée générale des Nations unies est monopolisée par la crise syrienne et a été le théâtre lundi d'une confrontation entre les présidents américain Barack Obama et russe Vladimir Poutine, notamment sur le sort du chef de l'Etat syrien.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 03:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

30.09.2015 Romandie.com (ats)

 

Un raid aérien mené par l'aviation française a fait au moins 30 morts et de nombreux blessés dimanche dans un camp d'entraînement de l'Etat islamique (EI), rapporte mardi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Le camp était situé dans l'est de la Syrie.

Parmi les victimes figurent des membres des Lionceaux du califat, formé par des adolescents de 14 à 18 ans, a précisé Rami Abdelrahman, directeur de l'ONG basée à Londres et qui dispose d'un large réseau de médecins et de militants à travers la Syrie.

François Hollande avait annoncé dimanche que six appareils avaient détruit un camp d'entraînement de l'EI près de Deïr az Zour. Il s'agissait des premières frappes françaises en Syrie.

 

Nouvelle donne

M. Hollande n'avait alors pas exclu d'autres frappes dans les prochaines semaines, assurant que le raid en question n'avait pas fait de victimes civiles. L'attaque avait été menée grâce aux renseignements recueillis au cours de vols de reconnaissance au-dessus du pays et aux "informations fournies par la coalition".

M. Hollande avait invoqué "la légitime défense" pour expliquer ces frappes. La France, qui participe aux opérations de la coalition anti-EI en Irak, s'était jusqu'ici interdite d'intervenir en Syrie, par crainte de conforter le président Bachar al-Assad. Mais la crise des réfugiés et les menaces terroristes ont changé la donne.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 18:25
photo EMA

photo EMA

 

29/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 5 au 19 septembre 2015, le 33e Régiment d’infanterie de Marine (33e RIMa) a accueilli 60 élèves-officiers et 4 cadres de République Dominicaine. Durant deux semaines intensives, les cadets dominicains ont suivi un stage de formation au combat en forêt tropicale au Centre d’aguerrissement de l’outre-mer et de l’étranger (CAOME).

 

Au programme, des exercices de commandement en situation de fatigue et de stress, et des formations aux techniques de survie en zone hostile. Pour ce faire, les stagiaires ont été déployés sur trois sites complémentaires du CAOME :

• Le site du fort Desaix, composé des pistes collectives et individuelles et d’un site d’escalade afin de tester l’esprit d’équipe et les techniques de franchissement ;

• Le site de la forêt de Cœur Bouliki pour l’apprentissage de la vie en forêt tropicale et du combat en jungle ;

• Le site du François pour la navigation, les raids nautiques, le parcours d’audace aquatique et le parcours mangrove.

 

Réputé dans toute la Caraïbe pour son exigence physique et ses infrastructures, le CAOME a notamment accueilli en 2014 quatre détachements militaires étrangers. Militaires canadiens, cadets dominicains, policiers saint-luciens ou militaires dominiquais se sont ainsi forgé le corps et l’esprit dans ce centre de formation commando pour résister en toutes circonstances.

 

Ce stage d’aguerrissement des cadets dominicains s’inscrit dans le cadre plus large des actions que conduisent les forces armées aux Antilles avec la République Dominicaine dans le but de renforcer encore la coopération entre nos armées, d’améliorer les capacités opérationnelles et tactiques des forces et leur interopérabilité avec nos partenaires. Cela permet une meilleure coordination entre les forces armées en cas de crise, comme lors d’une opération de secours après une catastrophe naturelle par exemple. Forte d’une armée de 30 000 hommes, la République Dominicaine constitue la 2èmepuissance militaire de l’arc antillais après Cuba. La France et la République Dominicaine ont des préoccupations communes notamment en matière de défense, de sécurité et d’environnement.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le théâtre Caraïbes, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

photo EMAphoto EMA
photo EMAphoto EMA

photo EMA

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 18:20
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

29/09/2015 Sources : CEAM

 

Avec une quinzaine de nations et plus de 1500 militaires engagés, la campagne "Bold Quest" est un rendez-vous annuel unique au monde, permettant de valider les capacités opérationnelles interarmées et interalliées. Ces dernières mettent en œuvre des réseaux de données tactiques, dédiés notamment à la mission complexe de Digital Aided Close Air Support (DACAS - appui aérien numérisé). Pour l’occasion, la France a déployé à El Paso (Texas, États-Unis) deux Rafale, ainsi que plus de 135 spécialistes, dont 90 aviateurs et une quarantaine de militaires de l’armée de terre.

 

Des moyens complets déployés

Toute la chaîne de commandement est représentée. Celle-ci intègre tout d’abord cinq équipes JTAC (Joint Terminal Attack Controller - équipes spécialisées dans l’appui aérien rapproché) issues des forces spéciales et conventionnelles de l’armée de l’air et de l’armée de terre. Différents systèmes de remontée et de présentation des informations, tels qu’ALLIANCE, BULDOG et ATLAS, sont également mis en œuvre au sein de structures de commandement appelées TOC (Tactical Operations Center) et ASOC (Air Support Operations Center). Enfin, "Bold Quest" pousse le réalisme jusqu’à inclure la participation de vecteurs aériens réels, comme les Rafale français.

Pour les militaires français, le programme s’annonce chargé, avec un large panel de missions air-sol complexes à réaliser, de type SCAR (Strike Coordination and Reconnaissance – coordination de frappe et reconnaissance), DACAS, ainsi que des vols testant la chaîne Air Land Integration (coordination entre les forces aériennes et terrestres).

 

Une planification rigoureuse

La campagne "Bold Quest" représente plus d’une année de préparation, concrétisée par un premier vol Rafale effectué, lundi 28 septembre 2015. Pour participer à cette campagne, cet appareil a subi quelques modifications permettant d’augmenter ses capacités opérationnelles déjà bien complètes. Dès le convoyage vers les États-Unis, une capacité SATCOM a ainsi été mise en œuvre avec succès. L’évolution majeure réside toutefois tout particulièrement par l’implémentation au sein du Rafale d’une messagerie de type VMF (Variable Message Format). Des tests rigoureux menés par une équipe américaine ont confirmé une intégration parfaitement conforme à la norme. Ainsi, le Rafale a pu être autorisé à effectuer les missions DACAS dès le début de la phase «réelle» de "Bold Quest", appelée LIVEX. Ces tests itératifs doivent en effet être validés avant de pouvoir passer aux phases ultérieures.

 

Des enjeux opérationnels importants

"Bold Quest" doit permettre d’atteindre de nombreux objectifs opérationnels. Pour l’armée de terre, l’effort est porté sur la numérisation et l’acquisition des objectifs, au travers d’un programme appelé NUMACQ. L’interopérabilité des appuis feux est aussi testé via les systèmes ASCA (Artillery System Cooperation Activities) et MIP (Multilateral Interoperability Program).

Les forces spéciales travaillent, pour leur part, à valider le fonctionnement d’une chaîne «bout en bout», reliant ses équipes JTAC et les effecteurs, via une plateforme appelée «C2 C160».

Concernant l’armée de l’air, la cohérence de la gestion de la 3e dimension est à l’honneur, avec notamment l’échange des informations entre les commandos au sol et les avions de chasse, via le système ALLIANCE relié par liaison 16.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air


28.09.2015 Armée de l'Air
 

Lundi 21 septembre 2015, le général André Lanata a pris ses fonctions de chef d'état-major de l'armée de l'air (CEMAA), succédant ainsi au général Denis Mercier. Il a été élevé aux rang et appellation de général d’armée aérienne par la même occasion.

 

La prise d’armes s’est déroulée le matin sur la base aérienne (BA) 107 de Villacoublay. « J’ai souhaité une cérémonie sobre et simple, confie le général Lanata. Une cérémonie sur une de nos bases aériennes [...] car c’est sur nos bases aériennes que bat le cœur de l’armée de l’air. »

 

Dans son allocution, le nouveau CEMAA a exprimé sa fierté d’être à la tête d’une « armée de l’air formidable, constituée d’hommes et de femmes dont (il) salue l’engagement exceptionnel au quotidien. » Et de poursuivre : « L’armée de l’air, je suis né avec. J’ai grandi avec. Je m’y suis engagé et les fonctions que j’occupe à partir d’aujourd’hui trouvent leur source dans ce même engagement. L’armée de l’air m’a construit et fait progresser au fil des inestimables expériences opérationnelles, professionnelles et surtout humaines. [...] J’ai besoin de vous tous pour animer ce mouvement qui transforme notre armée de l’air en un système de combat toujours plus performant au service des Français : vous les aviateurs, vous les commandants de base, vous les commandeurs. Gardez à l’esprit, en ce 21 septembre, que plus que jamais nous restons tous Unis pour “Faire Face. »

Le général Lanata avait précédemment occupé le poste de sous-chef d’état-major « plans » à l’état-major des armées. De son côté, le général Denis Mercier rejoindra l’Otan au poste de Supreme Allied Commander Transformation (SACT) à Norfolk, où il succédera au général Jean-Paul Paloméros à l’un des deux commandements militaires les plus élevés de l’Alliance.

 
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:55
L'armée de Terre présente ses capacités à l'IHEDN

 

25/09/2015 armée de Terre

 

Le 23 septembre, le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, a invité les auditeurs de l’Institut des hautes études de la Défense nationale (IHEDN) et les stagiaires de l’Ecole de guerre (EG) à une présentation des capacités de l’armée de Terre au centre d’entraînement aux actions en zone urbaine (CENZUB) de Sissonne (Aisne).

 

A travers une démonstration dynamique, le CEMAT a dévoilé son modèle « Au Contact », porteur d’une ambition nouvelle pour l’armée de Terre. Modernité, réactivité, réversibilité, adaptabilité… Autant de capacités qui participent à la sécurité des Français, tant en métropole qu’à l’étranger. 20 ans après la professionnalisation, l’armée de Terre peut aujourd’hui capitaliser sur une maturité qui lui permet d’adapter son organisation à un environnement nouveau.

 

 

Au contact de la population, au contact de l’adversaire sur le territoire national et en opérations extérieures; découvrez la nouvelle armée de Terre.

Dans cette deuxième vidéo, découvrez la suite de la nouvelle organisation de l’armée de Terre, au contact des populations et de l’adversaire tant sur le territoire national qu'en en opération extérieure.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:55
Offensive en Champagne (1915)

 

27/09/2015 Bernard Edinger - armée de Terre

 

La grande offensive de Champagne du 25 septembre au 9 octobre 1915 devait percer le front allemand. Elle se solda par des pertes terribles dans nos rangs pour des gains négligeables. Mais l’héroïsme et la détermination de nos troupes ne sauraient être oubliés.

 

A la fin de la bataille, l’armée française comptait près de 28.000 morts, 100.000 blessés et 54.000 prisonniers pour un gain maximum sur le terrain de quatre kilomètres. Les Allemands, bien préparés pour le combat défensif, n’avait eu que la moitié des pertes en comparaison.

 

Nos troupes réussirent à prendre d’assaut les premières lignes de tranchées allemandes mais durent ensuite se présenter à découvert sur des crêtes glissantes de terres crayeuses pour tenter d’approcher les deuxièmes lignes de l’ennemi. « La canonnade est effroyable : on hurle à l’oreille de son voisin et il n’entend pas. La terre tremble » devait écrire à sa famille le sergent René Duval du 9 e régiment de Zouaves.

 

« La compagnie en avant de nous se déploie en tirailleurs sur la crête et part à l’assaut. Nous les voyons tomber comme des mouches. Ce sont nos amis. Leur capitaine est tué ainsi que de nombreux gradés. Ils disparaissent de l’autre côté de la crête vers l’ennemi et nous ne savons plus ce qu’ils deviennent. Les mitrailleurs à coté de nous perdent vingt-cinq hommes sur trente. Un brancardier a la boite crânienne enlevée, c’est affreux, caisses de cartouches, mitrailleuses, cadavres gisent pêle-mêle. » Le sergent Duval est tué deux jours après avoir écrit cette lettre.

 

Deux millions d’hommes prirent part à la bataille de part et d’autre. Parmi eux, Blaise Cendrars, poète suisse devenu Français par la suite, qui y laissa son bras droit en servant dans les rangs de la Légion étrangère.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:50
photo UK MoD

photo UK MoD

 

29 September 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Earl Howe

 

15 British veterans were presented with France’s highest honour for their role in liberating the country in the Second World War.
 

A group of 15 British veterans have received France’s highest honour today for their role in the liberation of the country during the Second World War.

French Veterans Minister Jean-Marc Todeschini presented the Légion d’honneur to the veterans, many of whom took part in the D-Day landings in June 1944.

RAF code breaker Bernard Morgan, 91, was among those to receive the medal.

Mr Morgan said: “I feel very honoured to be considered for the Légion d’honneur, and to receive it from the French government.”

Mr Morgan described landing on Gold Beach at 6.30pm on 6 June 1944, aged 20, in his diary at the time:

I shall never forget seeing the beach littered with many dead bodies, some of whom had been shot or drowned and others carried in by the incoming tide. A very sad sight, never to be forgotten by a young 20-year-old airman seeing his first dead body.

The first night on land was a nightmare. We slept or tried to sleep, underneath our vehicles for some protection from continuous cross fire from the heavily fortified Atlantic Wall, which was blistering with guns. All night the sky was lit by tracers and heavy gunfire. We were glad to have survived a memorable day and felt very lucky to be alive.

The former Sergeant volunteered to join the RAF on his 18th birthday but was not called up until July 1942. He served in the Code and Cypher Section of 83 Group Control Centre, part of the 2nd Tactical Air Force, from September 1943 until the end of the war.

While his boat was on its way to Normandy, D-Day was put back a day because of the bad weather. They arrived off the coast too soon and were seven miles off the coast of Normandy on the night of 5 June.

Bernard Morgan - photo UK MoD

Bernard Morgan - photo UK MoD

Mr Morgan, who is said to have been the youngest RAF Sergeant there, said:

Behind us were the British and Allied battle ships firing at the Germans, and they were firing back. We were under that canopy. For two hours during the night I had to man a bren gun on the deck.

I was very frightened sat on that deck. We didn’t know what expect. It was a lottery whether your landing craft would go up in smoke.

Minister of State for Defence in the House of Lords, Earl Howe, said:

It is a pleasure today to mark the courageous contributions of British D-Day veterans, who fought to keep Britain, France and their allies safe.

On behalf of the Government I would like to thank the French people for their decision to recognise so generously the sacrifices of British men and women who fought to liberate their country more than 70 years ago.

We know that everyone involved is doing their very best to ensure that veterans receive their awards as soon as possible and I am delighted that we are now seeing the results of this work.

Jean-Marc Todeschini, French Minister of State for Veterans and Remembrance, said:

It is my honour to be presenting these British World War II veterans with the Légion d’honneur, and I do so with a great deal of respect and gratitude.

To these men, France owes its liberation. We will never forget their bravery over 70 years ago, which led to freedom and peace in France and across Europe.

Thomas Hassall was 18 when he landed on Juno beach on the evening of D-Day.

Mr Hassall, now 89, said:

I think it is a very great honour, not only for me but for the fellows that didn’t come back. And for my friends that I made on the way; I receive it on their behalf as well.

I am not a chap who likes a fuss but I appreciate everything that has been done.

Mr Hassall – then a Private – was one of the first reinforcements to arrive in France on 6 June 1944 in the largest amphibious assault in history. He added:

It is only in recent years that I’ve been able to talk about this now. It seems to come easier as time passes

He remembered jumping off the landing craft into water up to his elbows.

Mr Hassall said:

My biggest memory is coming out of the water, scrambling up the damaged vehicles and tanks.

It appeared to me that it was organised chaos. Each unit had to find their own way. We landed and assembled in a field and shells and mortars were raining down, causing us to dive into the ditch.

We were just concerned with keeping ourselves going. All I remember is this grass field – I can see it now, just beyond the landing area. You just had to get on with it.

Mr Hassall and his West Yorkshire regiment were transferred to the fourth Battalion Lincolnshire Regiment three days later and spent the rest of the campaign on the front line, advancing and digging in. Their main objective was to move up the coast with the Canadian tanks to free up the ports so the British could land equipment. He also fought in the Battle of Arnhem, Operation Market Garden and was part of the first section to cross the river into Arnhem.

The ceremony was the latest in a number of special commemorations that have taken place since the 70th anniversary of D-Day in June 2014, when President François Hollande pledged to honour all those British veterans who had served in France during the war.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:50
photo Marine Nationale / OTAN

photo Marine Nationale / OTAN

 

22/09/2015 Sources : Marine nationale

 

À l’heure où, dans le monde, de nombreuses nations acquièrent, développent ou réactivent une force sous-marine, les marines de l’OTAN poursuivent leur coopération.

 

Après une préparation dans le port sicilien de Catane, la frégate anti-sous-marine Jean de Vienne a appareillé le 13 septembre pour l’entraînement opérationnel OTAN de lutte anti sous-marine (ASM) Dynamic Manta 2015. Il s’agit du plus vaste entrainement ASM en Méditerranée. Il mobilise d’importants moyens : cinq bâtiments de surface, quatre avions de patrouille maritime, des hélicoptères et surtout jusqu’à sept sous-marins. Neuf nations y participent : France, Grande-Bretagne, Allemagne, États-Unis, Canada, Italie, Grèce, Espagne et Turquie. La marine nationale met en œuvre une frégate ASM, le Jean de Vienne avec son hélicoptère Lynx de la flottille 34F, deux avions de patrouille maritime Atlantique 2 et un sous-marin nucléaire d’attaque.

 

Pendant une dizaine de jours de mer, les simulations s’enchaînent selon divers scénarios-types : protection de bâtiment précieux (HVU - high value unit), couverture d’une zone contre une intrusion sous-marine en temps de crise ou encore exercices sous-marin contre sous-marin.

 

Ce rendez-vous est essentiel car il permet aux marines de l’OTAN de s’entrainer conjointement dans un domaine de lutte très complexe où la coordination et la bonne compréhension mutuelle sont décisives.  Les scénarios permettent de tester des tactiques de lutte qui ont été discutées en profondeur au préalable entre experts nationaux.

 

C’est l’occasion pour le Jean de Vienne de valoriser le savoir-faire de la marine nationale en ASM et de porter quelques-unes de ses innovations tactiques.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:45
photo EMA / Arméé de Terre

photo EMA / Arméé de Terre

 

24/09/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 21 septembre 2015, la force Sangaris s’est rassemblée sur le camp de M’Poko à Bangui pour la cérémonie officielle de transfert d’autorité.

 

Après la revue des troupes et la montée des couleurs, le général Pierre Gillet a alors procédé à la lecture de l’ordre du jour avant de transmettre officiellement le commandement de l’opération  Sangaris au colonel Nicolas Guisse. Le ministre de la Défense centrafricaine, madame Koyara, et monsieur Malinas, ambassadeur de France, ont assisté à la cérémonie aux côtés des représentants de la communauté internationale - notamment la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine) et l’EUMAM (mission militaire européenne).

 

Sur le plan opérationnel, les objectifs visés par le plan de campagne stratégique ont été atteints durant ce mandat. Le général Pierre Gillet achève une mission de six mois marquée par la stabilisation de la situation sécuritaire dans le pays et l’atteinte de la pleine capacité opérationnelle de la MINUSCA en avril 2015. Parallèlement à la montée en puissance de la MINUSCA, Sangaris s’est progressivement réarticulée pour atteindre son format actuel de force de réaction rapide – en appui des Casques bleus.

 

Environ 900 militaires sont déployés dans l’opération Sangaris aux côtés des 10 500 militaires et policiers de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, elle vise dorénavant à appuyer la MINUSCA, chargée de protéger les populations civiles et d’appuyer la mise en œuvre de la transition en République centrafricaine.

photo EMA / Arméé de Terrephoto EMA / Arméé de Terrephoto EMA / Arméé de Terre
photo EMA / Arméé de Terre

photo EMA / Arméé de Terre

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:45
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

 

29/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 14 au 22 septembre, le Groupement tactique désert Est (GTD-E) et les forces armées nigériennes étaient engagées au Nord du Niger dans la région de la passe de Salvador. L’opération Kounama 6 avait pour objectif d’appuyer nos partenaires nigériens dans leur mission de contrôle de zone. Sur le plan opérationnel, ces actions visent directement à entraver la liberté de mouvement des Groupes armés terroristes (GAT) et à tarir leurs flux logistiques.

 

Le déploiement des forces françaises dans cette zone d’opération a nécessité une importante manœuvre aéroterrestre. Appuyées par des aéronefs, les troupes au sol ont progressé en appui des forces partenaires tandis que simultanément, une centaine de parachutistes s’est infiltrée par les airs. Ce dispositif a permis au GTD-E d’être déployé dans la durée et ainsi de mener en permanence des actions de contrôle de zone et de surveillance aux côtés des forces armées nigériennes. Au cours de l’opération Kounama 6, une vingtaine de plots logistiques a été découverte.

 

Cette opération souligne la complémentarité des moyens aériens et terrestres déployés dans la bande sahélo-saharienne et notamment dans le cadre d’opérations aéroportées. Elle vise a tarir les flux logistiques des groupes armés terroristes pour empêcher leur liberté de manœuvre.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA / ECPADphoto EMA / ECPADphoto EMA / ECPAD
photo EMA / ECPADphoto EMA / ECPAD
photo EMA / ECPADphoto EMA / ECPADphoto EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:45
Exercice maritime bilatéral Oxide 2015

 

29.09.2015 ambafrance-rsa.org

 

Les forces françaises basées à la Réunion participent à l’exercice Oxide 2015 du 9 septembre au 2 octobre à Richards Bay avec les forces armées sud-africaines.

 

Le but de cet exercice est de renforcer notre coopération et de développer notre interopérabilité afin de faire face plus efficacement aux enjeux régionaux de sécurité.

 

A l’occasion de sa quatrième édition, cet exercice a pris une dimension interarmées. La marine sud-africaine a ainsi engagé trois bateaux, le SAS Protea (bâtiment océanographique), le SAS Isaac Dhyoba (Offshore Patrol Vessel) et le sous-marin SAS Queen Modjadji. La France a déployé la frégate de surveillance Floréal.

Un C130 BZ et un CASA 235 ont participé à des opérations de parachutages de forces spéciales sud-africaines et de commandos français. Un C 47 TP a réalisé des missions de sauvetage en mer et de surveillance maritime. En complément, un Oryx et le Panther du Floréal ont déposé des équipes d’inspection et évacué des blessés dans le cadre d’opérations de sauvetage en mer.

 

La frégate de surveillance Floréal :

Le Floréal est une frégate de surveillance, dont la mission est de faire respecter la souveraineté de l’Etat français dans les espaces maritimes éloignés de la métropole. A ce titre, elle intervient dans les opérations de lutte contre la piraterie et les trafics, de police des pêches, de surveillance du trafic commercial et de sauvetage en mer.

Long de 93,50m, large de 14m, il déplace 2800 tonnes. Le Floréal est armé d’un canon de 100mm, de deux canons de 20mm et de quatre mitrailleuses de 12,7mm. Un hélicoptère de type Panther est embarqué en permanence.

 

VIP day :

A l’occasion du VIP day de l’exercice Oxide qui s’est tenu le 24 septembre, madame l’Ambassadrice Elisabeth Barbier, le Lieutenant-general Mgwebi (chef des opérations interarmées), le Lieutenant-general Msimang (chef d’état-major de l’armée de l’air), le Vice-Amiral Hlongwane (chef d’Etat-major de la marine), le Lieutenant-general Nyembe (Chef des Renseignements Militaires) et le Général de Brigade Reignier (commandant supérieur des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien FAZSOI) ont pu assister à une démonstration des capacités des forces engagées. Pendant plus d’une heure, les participants ont présenté l’ensemble du spectre des missions qui sont jouées durant cet exercice.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:40
Platform-M, le robot combattant russe

 

29 septembre 2015  Par Thierry BERTHIER Chaire de Cybersécurité & Cyberdéfense Saint-Cyr – Thales

 

En une semaine, la Russie de V. Poutine a réalisé un tour de force en s’imposant à la table de discussion au sujet de l’avenir de la Syrie, sous couvert de lutte contre le terrorisme. Une autre raison de s’intéresser à la Russie, Platform-M, le robot combattant. De quoi s’agit-il ?

 

LES autorités russes viennent d’annoncer très officiellement que l’unité de robots de combat Platform-M a été intégrée pour la toute première fois à un dispositif opérationnel déployé à l’occasion d’une campagne d’exercices militaires. Cette unité composée exclusivement de robots a participé à l’ensemble des exercices qui ont eu lieu mi-juin 2015 dans la région de Kaliningrad et a donné entière satisfaction. Platform-M est une plate-forme robotisée « télécommandée » de combat dédiée au renseignement, à la détection et à la neutralisation de cibles fixes et mobiles. Très polyvalente, elle peut être utilisée en soutien, en appui feu, en défense d’une base militaire, ou dans une mission plus offensive de prise de contrôle d’une zone urbaine tenue par l’ennemi. Ces robots sont apparus publiquement le 9 mai 2015 à Kaliningrad lors des défilés de la grande parade militaire célébrant la victoire russe de 1945.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:30
Turquie : plus de 30 rebelles kurdes tués dans une opération en Irak

 

29 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Ankara - L'armée turque a tué plus de trente combattants kurdes au cours d'une opération dans le nord de l'Irak où sont retranchés des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a annoncé mardi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

 

Nous avons mené une opération transfrontalière au cours de la nuit. Plus de 30 terroristes ont été tués, a déclaré le chef de l'Etat dans un discours télévisé.

 

Le président Erdogan a ajouté qu'il n'y aurait aucun relâchement dans les opérations menées contre les repaires du PKK dans le sud-est de la Turquie et le nord de l'Irak. Nous n'arrêterons pas. Il n'y aura pas de pause, a-t-il dit.

 

Il a affirmé que 2.000 terroristes ont été tués jusqu'à présent, dans le pays et à l'étranger.

 

Un bilan récemment établi par la presse favorable au gouvernement faisait état de près de 150 soldats ou policiers et environ 1.100 rebelles du PKK tués dans ces violences.

 

La Turquie a la compétence et la volonté de parler à l'organisation terroriste dans un langage qu'elle comprend, a poursuivi M. Erdogan.

 

L'offensive lancée par le pouvoir d'Ankara depuis la rupture de la trêve avec le PKK, en juillet, s'est heurtée à des actions du groupe armé kurde d'une violence inouïe depuis les années 1990.

 

Certains critiques accusent le président Erdogan de vouloir provoquer un sursaut nationaliste pour retrouver lors des prochaines élections législatives le 1er novembre, la majorité absolue que son parti islamo-conservateur AKP a perdue en juin.

 

L'aviation turque avait déjà mené début septembre des frappes d'envergure contre des camps du PKK dans plusieurs régions du nord de l'Irak, et les forces terrestres y avaient mené une incursion à la poursuite des rebelles kurdes turcs.

 

Après deux ans et demi de cessez-le-feu, des affrontements meurtriers ont repris en juillet entre forces de sécurité turques et rebelles kurdes dans le sud-est du pays. Les attaques du PKK et les opérations militaires de représailles se succèdent depuis à un rythme presque quotidien.

 

Le conflit kurde a fait quelque 40.000 morts depuis 1984.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:30
Syrie: Fabius accuse Moscou de parler beaucoup mais de ne pas frapper l'EI

 

29 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Nations unies (Etats-Unis) - Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a critiqué mardi ceux qui parlent beaucoup mais qui n'ont pas engagé un avion dans la lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique en Syrie, invitant Moscou à combattre l'EI concrètement plutôt que médiatiquement.

 

Il faut quand même regarder qui fait quoi. La communauté internationale tape Daech (acronyme arabe de l'EI). La France tape Daech. Les Russes, pour le moment, pas du tout. Si on est contre les terroristes, il n'est pas anormal de frapper les terroristes, a déclaré M. Fabius lors d'une conférence de presse à New York.

 

Cette charge intervient au lendemain du discours devant l'Assemblée générale de l'ONU du président russe Vladimir Poutine, qui a prôné une large coalition antiterroriste pour défaire les jihadistes de l'Etat islamique.

 

La Russie, qui n'exclut pas de futures frappes contre l'EI, a récemment renforcé son dispositif militaire dans un fief du régime sur la côte ouest de la Syrie.

 

Sur le fond, ce qui est important dans la lutte contre Daech ce n'est pas la frappe médiatique, c'est la frappe réelle. L'équation est assez simple: ceux qui sont contre Daech, c'est ceux qui frappent Daech, a encore insisté le ministre français.

 

La France fait partie de la coalition anti-EI pilotée par les Etats-Unis en Irak et en Syrie. Paris a opéré sa première frappe en Syrie dimanche, à la veille de l'ouverture de l'Assemblée générale de l'ONU.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

29/09/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Dans la nuit du 23 au 24 septembre 2015, la frégate de surveillance Ventôse de la Marine nationale est intervenue à 60 milles nautiques à l’Ouest de Sainte-Lucie pour intercepter un Go Fast suspecté de trafic de stupéfiants. Lors de la poursuite, le rejet à la mer de ballots de drogue a pu être observé.

 

Trois ballots comportant 84 kilogrammes de cocaïne ont été récupérés. L’estimation de la cargaison totale du Go Fast est de 250 kilogrammes de cocaïne pure. En Europe, cette cocaïne serait coupée en moyenne 5 fois et représenterait donc 1 250 000 sachets de 1 gramme. Le 25 septembre 2015, la drogue récupérée a été remise à l’antenne Caraïbes de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) pour destruction. Le même jour, les 7 présumés narcotrafiquants ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête judiciaire, sous l’autorité du procureur de la République.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:20
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

25/09/2015 Sources : Marine nationale

 

Le chef d’état-major de la marine, l’amiral Bernard Rogel s’est rendu aux Etats-Unis pour assister à la prise de fonction du nouveau Chief of Naval Operations (CNO),l’amiral John M. Richardson. Il a également été reçu au Pentagone où il a pu s’entretenir avec le secrétaire d’Etat à la marine, M. Ray Mabus, et avec l’amiral Michelle Howard, le numéro deux de la marine américaine (VCNO).

 

L’amiral Bernard Rogel, qui avait rencontré l’ancien CNO, l’amiral Jonathan Greenert à de nombreuses reprises, lors de déplacement en France, aux Etats-Unis ou de rencontres multilatérales, tenait particulièrement à assister à son adieu aux armes et à son départ du service actif. Les deux hommes ont noué une relation forte, à l’image de la coopération existant entre l’US Navy et la Marine. Elles savent pouvoir compter l’une sur l’autre. L’année dernière, la frégate Jean Barta assuré le rôle de chef de la défense aérienne du carrier strike groupe (CSG) américain constitué autour du porte-avions USS Rooseveltpuis le groupe aéronaval français a assuré l’intérim complet d’un CSG et une frégate américaine a été intégrée au GAN français. Ces déploiements conjoints démontrent la capacité d’agir ensemble au niveau stratégique et l’interopérabilité accrue des deux marines. Les pilotes français de l’aéronautique navale sont en outre formés aux Etats-Unis et sont les seuls à pouvoir apponter sur un porte-avions américain.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 15:45
Opex Afrique - crédits EMA

Opex Afrique - crédits EMA

 

29-09-2015 par RFI

 

Lors de son intervention devant le sommet consacré au renforcement des opérations de maintien de la paix de l'ONU, François Hollande a annoncé que la France allait former plus de 100 000 soldats africains d'ici 2020 de sorte que l'Afrique puisse assurer sa propre sécurité.

 

En marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, les Etats-Unis avaient organisé un sommet sur les moyens de renforcer les 16 missions de l'ONU dans le monde, où servent déjà 125.000 soldats, policiers et civils venus de plus de 120 pays. La multiplication des conflits, notamment en Afrique, fait que le réseau des missions « n'arrive plus à répondre » à une demande croissante, a assuré le président Obama.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories