Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:30
INS Sindhurakshak File Photo K.R. Deepak

INS Sindhurakshak File Photo K.R. Deepak

May 27, 2013, zeenews.india.com

 

Cairo: India's submarine INS Sindhurakshak received help from Egyptian Navy when it encountered extreme bad weather and rough sea on its way back home after mid-life up-gradation in Russia.

 

The Sindhurakshak, a Russian Kilo Class submarine built in 1997 at Admiralteiskie Verfi shipyard in St Petersburg, underwent mid-life up-gradation.

 

The Egyptian Navy towed the submarine to Port Said along the coast of the Mediterranean Sea in March, sources said.

 

Welcoming the gesture, Indian ambassador to Egypt Navdeep Suri praised the professional handling by the Egyptian Navy.

 

In thank you cable to Egypt's Defence and Military Production Minister Gen Abdel-Fattah el-Sisi, Suri said, "(Egyptian) Naval troops towed the submarine in a professional way to a safe Egyptian port", the official MENA news agency reported.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:30
The Gulf Military Balance Volume II: The Missile and Nuclear Dimensions

May 28, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Center for Strategic and International Studies; issued May 27, 2013)

 

No single aspect of US and Iranian military competition is potentially more dangerous than the missile and nuclear dimensions, and the possibility Iran will deploy long-range, nuclear-armed missiles.

At one level, Iran’s current missile and rocket forces help compensate for its lack of effective air power and allow it to pose a threat to its neighbors and US forces that could affect their willingness to strike on Iran if Iran uses its capabilities for asymmetric warfare in the Gulf or against any of its neighbors. At another level, Iran’s steady increase in the number, range, and capability of its rocket and missile forces has increased the level of tension in the Gulf, and in other regional states like Turkey, Jordan, and Israel. Iran has also shown that it will transfer long- range rockets to “friendly” or “proxy” forces like the Hezbollah and Hamas.

At a far more threatening level, Iran has acquired virtually every element of a nuclear breakout capability except the fissile material needed to make a weapon. This threat has already led to a growing “war of sanctions,” and Israeli and US threats of preventive strikes. At the same time, the threat posed by Iran’s nuclear programs cannot be separated from the threat posed by Iran’s growing capabilities for asymmetric warfare in the Gulf and along all of its borders.

While negotiations continue and still have some promise, Iran has also acquired most of the technology to design a fission warhead or bomb small enough to be carried by a fighter-bomber or long-range missile. This does not mean it has a rapid break out capability to actually deploy a nuclear weapon. It will need to test a basic device, then test weapons designs, and finally actually deploy a weapon.


Click here to reach the report’s home page, on the CSSI website.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:30
Royal Thai Air Force Visits Israel

27.05.2013 Lilach Gonen - iaf.org.il

 

The Royal Thai Air Force has a strong bond with the IAF: six months ago, two IAF pilots flew to Thailand for a training visit to the royal force's bases. Last week, aerial Thai air crew members arrived in Israel for a visit to IAF bases

 

The IAF has developed many strong bonds with allies across the seas: one of the important relationships is with the Royal Thai Air Force. Accordingly, ten Thai air crew members arrived in Israel last week for a special visit around the country and IAF bases. "We came here to observe the IAF's activities, their air crew qualification process, and the technological advancements", said Colonel Napaj Dofatmia, commander of the delegation and deputy commander of the operational formation of the Royal Thai Air Force. "Regardless, this is our first visit to Israel and it completely changed my entire perception of the country. I imagined Israel in a very different way".

 

Once every two years, two IAF air crew members of the combat formation are sent for a visit to Thailand, in order to conduct various seminars for small groups of Thai air crew members. Their arrival in Israel is a reciprocal visit. Members of the Thai delegation visited Hatzerim and Nevatim airbases and were impressed by the IAF's Aviation Academy. "This visit is a chance for us to see things we have never seen before", added commander of the delegacy, "There are many cultural differences between both forces, yet many things to learn from one another".

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:30
Le Liban, front arrière du conflit syrien

 

28 mai 2013 Par Sami Boukhelifa - RFI

 

Le Liban est profondément divisé. Ce mardi 28 mai 2013, trois soldats ont été tués dans l’est du pays. Depuis plusieurs jours, opposants et partisans du régime de Bachar el-Assad s’affrontent violemment. Dimanche, deux roquettes ont explosé dans le sud de Beyrouth, dans un fief du Hezbollah. Le mouvement chiite libanais est officiellement engagé aux côtés de l’armée régulière syrienne.

 

Le Liban est entraîné malgré lui dans la guerre civile qui fait rage chez son voisin syrien : tirs de roquettes à Beyrouth, violents combats à Tripoli (nord du Liban), le pays du Cèdre est devenu ces derniers mois le front arrière du conflit syrien. Selon le spécialiste Didier Billion, directeur adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), le conflit syrien a bel et bien traversé la frontière.

 

« Les lignes de clivages communautaires qui existent en Syrie se reproduisent partiellement au Liban. De ce point de vue, les affrontements qui ont lieu entre sunnites et chiites depuis plusieurs mois à Tripoli, au Liban, sont l’immédiate expression de la crise syrienne », analyse cet expert.

 

« Une menace pour le pays tout entier »

 

Mais dans ce pays, la majorité de la population veut à tout prix éviter de sombrer dans le confessionnalisme. Lors de son discours du samedi 25 mai, Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a certes promis la victoire aux partisans de Bachar el-Assad, mais il a surtout tenu à clarifier la situation avec la communauté sunnite.

 

Le chef chiite du mouvement de résistance libanais a voulu « rassembler ». Hassan Nasrallah a justifié l'engagement de son parti aux côtés de Damas par une volonté de combattre les groupes radicaux qui sévissent en Syrie et qui pourraient menacer le Liban.

 

« Ces groupes ne représentent pas seulement un danger pour le Hezbollah ou pour les chiites libanais, ils sont une menace pour le pays tout entier », affirme le chef du Hezbollah qui vise par ses propos les rebelles extrémistes à l’image des combattants du Front al-Nosra. « Ce sont des takfiri, des fondamentalistes prêts à éliminer tous ceux qui ne partagent pas leur point de vue religieux ou politique. Ils considèrent qu’ils ont le droit de tuer, violer ou encore d'accaparer les biens de ceux qui ne partagent pas leur vision. »

 

Le Liban tiré « dans la mauvaise direction »

 

Ces propos n’ont apparemment pas convaincu certains membres de la communauté sunnite libanaise. Pour seule réponse, ils ont d’ailleurs tiré deux roquettes contre un quartier du Hezbollah à Beyrouth. Pourtant, selon Didier Billion, chercheur à l’IRIS, il y a une part de vrai dans le discours de Nasrallah.

 

« Le chef du Hezbollah prétend être le défenseur de la souveraineté libanaise. Ce n’est pas faux, mais on ne peut pas prendre pour argent comptant ses propos, parce qu’il n’est pas le seul garant de la stabilité du Liban », explique le chercheur.

 

Profondément marqués par leur propre guerre civile (1975-1990), les Libanais connaissent les limites à ne pas franchir, selon François Burgat chercheur au CNRS (Centre national de la recherche scientifique). « Jusqu’à présent, la population et la classe politique libanaise ont fait preuve d’un certain réalisme. Cette sagesse, qui a maintenu le Liban à l’écart de la crise, va peut-être perdurer et sauver le pays d’un nouvel affrontement », espère ce spécialiste.

 

Pour François Burgat, même si la crise syrienne fait tache d’huile au Liban, il est peu probable qu’elle prenne les mêmes proportions. Toutefois, le chercheur du CNRS ne minimise pas totalement les risques. Il le reconnaît : « Les événements de ces derniers jours tirent le Liban dans la mauvaise direction ».

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:20
The “Spartan Team” has reappeared to market the C-27J Spartan to Canada’s Fixed-Wing Search and Rescue Replacement Program, which finally looks to be set for launch. (Alenia photo)

The “Spartan Team” has reappeared to market the C-27J Spartan to Canada’s Fixed-Wing Search and Rescue Replacement Program, which finally looks to be set for launch. (Alenia photo)

May 28, 2013 defense-aerospace.com

(Source: Alenia Aermacchi; issued May 27, 2013)

 

Team Spartan Signs Teaming Agreement for Royal Canadian Air Force’s FWSAR Program

 

OTTAWA --- Alenia Aermacchi, General Dynamics Canada, and DRS Technologies Canada Ltd. (TCL) have signed a comprehensive teaming agreement to compete for the Royal Canadian Air Force’s (RCAF) upcoming Fixed-Wing Search and Rescue Replacement Program.

 

The team will offer a market variant of the C-27J Spartan, Alenia Aermacchi’s best-selling medium tactical military aircraft. The offering will leverage Alenia Aermacchi’s international success with the C-27J, General Dynamics’ system integration experience, and DRS’ training expertise.

 

Alenia Aermacchi will serve as the prime contractor and will provide the green aircraft platform, including engineering support and avionics. The aircraft will be modified, missionized, and supported in Atlantic Canada by General Dynamics Canada. DRS TCL will provide long-term training support for the fleet. General Dynamics Canada will act as the team’s mission system integrator. It will be responsible for modifying the aircraft to accept high tech sensors and the computers that manage them, increasing the search and rescue crew’s ability to detect rescue targets. In addition, it will serve as the In-Service Support (ISS) integrator for the C-27J.

 

In close collaboration with Alenia Aermacchi, it will work with the RCAF to maintain the high level of fleet availability demanded by search and rescue operations. The DRS training development team will design, oversee and manage the creation and maintenance of all courseware and training aids for the duration of the contract. The training will support the operational mandate of the FWSAR fleet by making maximum use of electronic learning and simulation to optimize availability of the FWSAR aircraft for operational employment.

 

“This teaming agreement reaffirms our commitment to the Canadian market and to providing the Royal Canadian Air Force with the most capable, best value solution for the fixed-wing search and rescue replacement program,” said Ben Stone, President and Chief Executive Officer of Alenia Aermacchi North America. “Alenia is exceptionally proud to be working with these two Canadian defence companies who collectively have over 100 years of experience supporting Canadians and Armed Forces around the world. Our team has the right experience, expertise, and platform to best support Canada’s search and rescue program.”

 

The agreement will support new long-term, high-tech jobs, across Canada as well as investments in infrastructure and technology, making it an outstanding economic stimulus for Canada’s aerospace sector. Additionally, Team Spartan is well-positioned to strengthen the Canadian economy as its two Canadian companies have a history of tapping into the skills and resources of Canadian suppliers, developing Canada’s industrial base, and supporting research and development at the country’s leading universities.

 

David Ibbetson, General Manager, General Dynamics Canada spoke about the incremental value Team Spartan will create through this relationship: “The FWSAR program sets a high standard for Industrial Regional Benefits (IRB) requirements. As a company with an exemplary track record for delivering on their IRB commitments, General Dynamics Canada will continue to engage with local industry and suppliers on this opportunity, missionizing this aircraft in Canada and supporting it proudly for years to come as it plays a critical role bringing distressed citizens to safety. With Alenia’s C-27J as the platform, and working with local Canadian companies, we will set the standard for search and rescue capability.”

 

Steve Zuber, Vice President and General Manager of DRS Technologies Canada commented, “Canada has some of the most rugged and sparsely populated terrain on the planet and Canadians deserve the very best fixed-wing search and rescue aircraft available in the world today. The made-in Canada training solution will provide high quality aerospace jobs for Canadians and, more importantly, will ensure Canada’s search and rescue crews will be ready for the demanding job of keeping Canadians safe.”

 

Team Spartan continues to reach out to local aerospace and defence companies to identify service and product providers as well as potential subcontractors to complement the Team Spartan solution and drive economic benefit to the Canadian industrial base.

 

With an established Canadian presence for more than 60 years with employees in Ottawa, Calgary and Halifax, General Dynamics Canada is Canada’s largest defence electronics company.

 

DRS Technologies Canada Ltd. designs, manufactures and supports a broad range of military communications, electro-optics, surveillance, and sensor signal processing systems for naval and ground applications as well as electronic warfare threat simulation and training systems ranging from computer-based training to high-power threat simulators.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:20
US Navy to name next two Arleigh Burke-class ships

 

28 May 2013 naval-technology.com

 

The US Navy will name its next Arleigh Burke-class guided missile destroyers (DDGs) USS Paul Ignatius (DDG 117) and USS Daniel Inouye (DDG 118), navy secretary Ray Mabus has announced.

 

"For decades to come, the future USS Paul Ignatius and USS Daniel Inouye will represent the United States and enable the building of partnerships and projection of power around the world," Mabus said.

 

USS Paul Ignatius will be named to honour Paul Ignatius, who served as secretary of the navy from 1967 to 1969 and as assistant secretary of defence under US President Lyndon Johnson, while USS Daniel Inouye will be named to honour former senator Daniel Inouye of Hawaii.

 

As part of the US Navy's DDG 51-class programme continuation ships, the 509ft-long DDG 117 and DDG 118 ships will support a variety of missions ranging from peacetime presence and crisis management to sea control and power projection.

 

Capable of conducting air, surface and subsurface battles simultaneously, the vessels will be armed with weapon control systems, including Mk99 mod 3 missile fire control systems, GWS34 mod 0 gun fire control system and Mk116 mod 7 fire control system for anti-submarine systems.

 

The ships, powered by four GE LM 2500 gas turbines, will have a beam of 59ft and feature Aegis combat system, which combines the ship's sensors and weapons systems to engage anti-ship missile threats, as well as a SPY-1D multi-function phased array radar.

 

 

The ships will also be armed with Raytheon Tomahawk cruise missiles, evolved Sea Sparrow missile (ESSM), Boeing Harpoon surface-to-surface missiles, and Lockheed Martin ASROC vertical launch anti-submarine systems.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:20
BAE will continue provision of support services for the US Army SMDC's Future Warfare Center. Photo BAE Systems.

BAE will continue provision of support services for the US Army SMDC's Future Warfare Center. Photo BAE Systems.

28 May 2013 army-technology.com

 

BAE Systems has been awarded a contract extension to continue the provision of support services for the US Army Space and Missile Defense Command's (SMDC) Future Warfare Center (FWC).

 

Covering supply of research, engineering, and technical services, the $85m contract modification has been awarded as part of the agency's Concepts and Operations for Space and Missile Defense Integration Capabilities (COSMIC) programme.

 

Services provided under the contract will be used for development and understanding of missile defence methods and technologies.

 

BAE Systems Mission Support Solutions senior director Tom White said the latest contract continued the company's long-standing relationship with the Space and Missile Defense Command.

 

"The support we provide to the Future Warfare Center helps accelerate the development and fielding of Space and Missile Defense capabilities and forces," White said.

 

A wide range of engineering and technical services, including the development and integration of electronic systems for surveillance and reconnaissance missions, have been provided by the company under COSMIC indefinit-delivery indefinite-quantity (IDIQ) contract since October 2006.

 

Work is scheduled to be carried out at the company's facilities in Alabama and Colorado over the next two years.

 

FWC is responsible for development of the army's space and missile defence doctrine and concepts, evaluation of requirements, and vertical integration of doctrine, organisations, training, materiel, personnel, and facilities activities across ballistic missile defence systems elements.

 

Additional responsibilities include the management of high-performance computer centres, threat scenario design, command and control engineering, as well as advanced concept technology demonstration programmes.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:20
X-47B Carrier Suitability Testing Spring 2013 - video

Northrop Grumman's X-47B completing carrier suitability testing at NAS Patuxent River in Spring, 2013.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:20
robopocalypse-image source technewsdaily.com

robopocalypse-image source technewsdaily.com

May 28, 2013 defense-unmanned.com

(Source: United Nations Human Rights Council; issued April 28, 2013)

 

Report of the Special Rapporteur On Extrajudicial, Summary Or Arbitrary Executions, Christof Heyns


Lethal autonomous robotics (LARs) are weapon systems that, once activated, can select and engage targets without further human intervention. They raise far-reaching concerns about the protection of life during war and peace. This includes the question of the extent to which they can be programmed to comply with the requirements of international humanitarian law and the standards protecting life under international human rights law.

Beyond this, their deployment may be unacceptable because no adequate system of legal accountability can be devised, and because robots should not have the power of life and death over human beings. The Special Rapporteur recommends that States establish national moratoria on aspects of LARs, and calls for the establishment of a high level panel on LARs to articulate a policy for the international community on the issue.


Click here to read the report (22 PDF pages) on the OHCHR website.


(EDITOR’S NOTE: This report will be discussed at the United Nations Human Rights Council in Geneva on May 29, 2013.)

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 15:55
Deux Rafale de la flottille 12F viennent juste de quitter la piste de la BAN de Landivisiau pour le premier créneau d’entraînement de l’exercice Air Defense Week 13 le 21 mai

Deux Rafale de la flottille 12F viennent juste de quitter la piste de la BAN de Landivisiau pour le premier créneau d’entraînement de l’exercice Air Defense Week 13 le 21 mai

28/05/2013 Marine nationale

 

Depuis le 21 mai et jusqu’à la fin du mois, l’entraînement «Air Defense Week» réunit sur la base de l’aéronautique navale de Landivisiau les forces suisses, britanniques et françaises. Air Defense Week est un entraînement interarmées de défense aérienne, de maîtrise de l’espace, de détection et d’attaque autour des frégates française Cassard et britannique HMS Diamond.

 

Premier entraînement de ce type depuis 2008, cet exercice permet d’éprouver la coordination et l’interopérabilité des forces et des équipements, dans un environnement stratégique où la coopération interalliées et interarmées est de plus en plus nécessaire. Les forces armées évoluent dans un environnement lors des engagements réels.

 

La Marine nationale a déployé à cette occasion la frégate anti-aérienne Cassard, le groupe aérien embarqué avec 12 Super Étendard Modernisé, 12 Rafale Marine et 1 Hawkeye et des avions de patrouille maritime Atlantique 2.

 

Les entraînements, interrompus pour préserver l’environnement riverain de la base pendant le week-end, ont repris dès lundi matin et se poursuivront jusqu’à la cérémonie de clôture, le 30 mai

Briefing opérationnel tri-national de l'entraînement Air Defense Week

Briefing opérationnel tri-national de l'entraînement Air Defense Week

À la fin de la première semaine d’entraînement, le lieutenant de vaisseau Matthieu Boulinguez, responsable opérations de la planification et de la conduite de l’exercice, et «Teddy», chef des opérations du détachement suisse, tirent un premier bilan.

 

(Question au LV Boulinguez) Pouvez-vous nous dire quel était l’objectif de cette semaine du point de vue du GAÉ (groupe aérien embarqué)?

 

«Ce type d’entraînement est capital pour le GAÉ, afin de maintenir un niveau 100 % opérationnel pendant l’arrêt technique actuel du porte-avions. L’opération fait d’ailleurs suite aux exercices d’appui aérien « Gallic Marauder » organisés au pays de Galles en mars par le GAÉ, et au déploiement «Joint Warrior» en Écosse, centré sur la projection de puissance. Cette semaine, nos pilotes se concentrent sur les missions air-air, la protection des forces navales, et les scénarios d’attaque.»

 

Comment se passe l’organisation des entraînements dans le cadre de cette coopération internationale et interarmées?

 

«Au moment de lancer les invitations aux forces suisses et britanniques, nous avons demandé à nos partenaires quels étaient leurs besoins d’entraînement réels. Nous avons organisé ensemble la répartition des forces sur les 4 vols journaliers de niveau de difficulté divers.

Par exemple, il y a des entraînements à 2 contre 2, qui sont parfaits pour les jeunes pilotes, mais aussi des scénarios plus complexes, avec une vingtaine d’avions mobilisés pour simuler une attaque contre une frégate. Nous conservons une grande souplesse pour que chacun et chaque délégation y trouve son compte.»

 

L’armée de Terre prend également part à cet entraînement de défense aérienne. Quelles sont ses activités?

 

«Grâce à la liaison 16 mise en place sur la base de Landivisiau, l’armée de Terre, les chasseurs et les bâtiments bénéficient d’un réseau commun. L’armée de Terre s’est déployée avec ses stations NC1 reliées au radar Martha. Son entraînement est centré sur le maniement des missiles sol/air Mistral, grâce aux aéronefs qui circulent dans leur volume de portée.»

 

Quel bilan tirez-vous des vols de ces premiers jours et quelles sont vos attentes pour la suite?

 

«Le bilan est très positif. Notamment sur la disponibilité globale des appareils et la réalisation des sorties prévues, qui sont excellents. Le retour des flottilles et des bâtiments engagés est également très satisfaisant : chacun a le sentiment de retirer de ces entraînements ce qu’il était venu y chercher.

Concernant le reste de la semaine, nous allons profiter de la confiance consolidée par les premiers vols communs pour renforcer l’interopérabilité et la synergie des forces des différentes armées britannique, suisse et française.»

             

Un F18 suisse se prépare sur la piste alors qu’un Rafale Marine décolle en arrière plan dans le cadre de l’entraînement Air Defense Week

Un F18 suisse se prépare sur la piste alors qu’un Rafale Marine décolle en arrière plan dans le cadre de l’entraînement Air Defense Week

(Question à «Teddy») Teddy, quelles sont les raisons qui ont poussé la Suisse et 7 de ses chasseurs F18 à participer à cette semaine d’exercice?

 

«Tout d’abord, nous avons beaucoup de jeunes pilotes et une volonté de perfectionner notre capacité de défense et de combat aérien dans un profil de vol différent du profil habituel suisse : au dessus de la mer.

Nous avions l’habitude de travailler avec l’armée de l’Air française, mais c’est la première fois depuis 2003 que nous rejoignons des exercices d’une telle ampleur également avec la Marine. L’expérience est fructueuse.»

 

Quel est votre ressenti sur ce début d’exercice et vos attentes pour la suite?

 

«Les premiers jours de vol ont donné lieu à beaucoup d’échanges entre français, britanniques et suisses. Les pilotes suisses peuvent apporter une expertise forte concernant la défense aérienne, leur domaine de prédilection, et retirer beaucoup d’expérience de ces exercices maritimes.

Dans les jours qui suivent, nous allons continuer à améliorer l’interopérabilité et la coordination entre les participants.»

 

Un hélicoptère Sea King du détachement anglais présent sur la base de Landivisiau pour l’exercice Air Defense Week 13 participe au premier créneau d’entraînement le 21 mai

Un hélicoptère Sea King du détachement anglais présent sur la base de Landivisiau pour l’exercice Air Defense Week 13 participe au premier créneau d’entraînement le 21 mai

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 15:50
Nexter 155/52-calibre wheeled CAmion Equipé d'un Système d'ARtillerie (CAESAR) - photo ECPAD

Nexter 155/52-calibre wheeled CAmion Equipé d'un Système d'ARtillerie (CAESAR) - photo ECPAD

28 May 2013 army-technology.com

 

A request for information (RFI) has been issued by the Danish Defence Acquisition and Logistics Organization (DALO) seeking a new 155mm self-propelled gun for replacement of the national army's ageing M109A3 155mm self-propelled howitzer fleet.

 

Primarily aimed at replacing the army's remaining 32 M109A3 howitzers, the RFI is seeking 15 new weapons that can either be wheeled or tracked, and should support installation of a self-defence weapon, as reported by Shephard.

 

Capable of carrying a crew of five, the weapons should be able to achieve a range of at least 40km firing extended range ammunition, and a burst rate of six rounds per minute.

 

The RFI seeks submission of bids for between nine and 21 systems by 17 June, while evaluation of the responses resulting in selection of three or four manufacturers is scheduled to take place throughout July.

 

Short-listed candidates will proceed to a comprehensive evaluation programme that will complete in late 2013 or early 2014, followed by the signing of the procurement contract in the middle of the same year.

 

The contract will also feature a ten-year support, spare parts and maintenance package.

 

Likely contenders include BAE Systems Bofors' 155/52calibre wheeled Archer, Krauss-Maffei Wegmann-built 155/52calibre tracked Panzerhaubitze 2000 (PzH 2000), and Nexter 155/52-calibre wheeled CAmion Equipé d'un Système d'ARtillerie (CAESAR), amongst others.

 

DALO reportedly discussed the production and acquisition of Archer with Norway and Sweden, but withdrew in 2007 before signing a co-operation agreement.

 

Around 48 Archer systems, including 24 units each for Sweden and Norway, are currently being manufactured by BAE Systems Bofors.

 

The Danish Artillery Regiment features one artillery battalion and an ISTAR battalion, which is also responsible for training recuits.

 

In addition, the regiment deployed M/10 120mm towed mortars in support of the Danish troops serving with the International Security Assistance Force (ISAF) in Afghanistan.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 14:50
Soldiers of the Dutch 11th Airmobile Brigade during an exercise in Zaragoza, Spain stay low to the ground after being dropped by a CH 47 Chinook helicopter. (Ministerie van Defensie)

Soldiers of the Dutch 11th Airmobile Brigade during an exercise in Zaragoza, Spain stay low to the ground after being dropped by a CH 47 Chinook helicopter. (Ministerie van Defensie)

May 28, 2013 defense-aerospace.com

(Source: TheTrumpet.com; published May 27, 2013)

 

Dutch Paratroopers Integrated Into German Army (excerpt)


A brigade of Dutch paratroopers will be integrated into a new German division of rapid reaction forces, German newspaper Rheinische Post reported on May 22. The 11th Airmobile Brigade—a mobile force of 4,500 troops that is equipped with light vehicles, mortars and anti-aircraft systems—will join 8,600 German soldiers to form the new division under German command.

With paratroopers and special forces, as well as combat and transport helicopters, the group is designed to respond quickly to new threats and help evacuate endangered German and Dutch citizens. Until now, only Britain and America had a similar type of military structure.

The Dutch brigade could be deployed anywhere in the world within 20 days. The new force will presumably have a similar sort of response time.

The Dutch De Telegraaf newspaper revealed that drastic cuts to the Dutch military budget were partially responsible for the merger. The Dutch forces won’t leave their bases in the Netherlands, but the joint procurement and training with Germany will save money.

The merger is seen as a major step for the Netherlands. However, the Netherlands has only one Airmobile Brigade. If it needs to deploy troops in a hurry, it will only be able to do so with German cooperation.

This is not the first Dutch-German initiative. The I. German/Dutch Corps is made up of one Dutch and one German division. The corps is a high-readiness land force designed to be able to deploy within 20 to 30 days.

Many nations, particularly Britain, have been reluctant to pool their military resources. But with Britain shifting toward the fringes of the EU, military cooperation among the other states is becoming more feasible. (end of excerpt)


Click here for the full story, on TheTrumpet website.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 14:50
Le premier vol du demonstrateur neuron - Rafale photo Dassault Aviation 01.12.2012

Le premier vol du demonstrateur neuron - Rafale photo Dassault Aviation 01.12.2012

28/05/2013 Mer et Marine

 

Les premières manœuvres d’un UCAS (Umanned Combat Air System) sur un porte-avions américain ouvrent la voie au développement de futurs drones de combat embarqués. Une évolution désormais considérée comme naturelle pour les marines disposant d’une force aéronavale. Pour l’heure, seuls les Etats-Unis se sont lancés dans cette technologie, le programme X-47B, porté industriellement par Northrop Grumman, constituant un indéniable succès.  Même si l’aviation embarquée pilotée a encore de belles années devant elle et n’est pas prête de tirer sa révérence au profit d’engins contrôlés à distance, les militaires savent très bien que les systèmes de drones ne peuvent que se développer à l’avenir. En Europe, la question se pose de plus en plus sérieusement, notamment dans le cadre des réflexions et travaux initiés autour de la succession des actuels avions de combat, comme le Rafale, qui interviendra vers 2030/2040.

 

Le X-47B américain (© : US NAVY)

 

Le X-47B américain (© : US NAVY)

 

Le Neuron, premier UCAS européen

 

Bien moins avancés que les Etats-Unis dans ce domaine, les Européens rattrapent actuellement une partie de leur retard en matière d’UCAS. Piloté par la Direction Générale de l’Armement, le programme de démonstrateur Neuron, conçu et réalisé par un consortium international emmené par Dassault Aviation, a vu s’envoler fin 2012 le premier UCAS européen. Mais ce projet est pour le moment purement expérimental et ne répond pas à un besoin opérationnel. Son objectif est, uniquement, d’entretenir et développer les capacités européennes sur des systèmes complexes, comme le pilotage à distance, une furtivité très poussée et la mise en œuvre d’armements par un drone. Il vise, aussi, à construire une coopération intelligente entre pays, le choix des industriels impliqués dépendant de leurs compétences et non de considérations politiques. En cela, le travail mené autour du Neuron par Dassault et ses partenaires Alenia Aermacchi (Italie), Saab (Suède), EADS/CASA (Espagne), HAI (Grèce) et RUAG (Suisse) est présenté comme très concluant. Alors que le Neuron en est aujourd’hui à une phase d’étude de sa furtivité et volera de nouveau pour aboutir au tir d’une bombe en Italie, le premier UCAS européen n’est pas conçu pour embarquer sur un porte-avions. On ne le verra donc jamais sur le Charles de Gaulle, même pour une campagne d’essais.

 

Le Neuron (© : DASSAULT AVIATION)

 

La nouvelle coopération franco-britannique

 

La navalisation d’un drone de combat pourrait, en revanche, naître d’une nouvelle coopération franco-britannique initiée suite aux accords de Lancaster House, en 2010, et confirmée en 2012 par le gouvernement français. A ce titre, Dassault Aviation et BAE Systems ont été chargés d’oeuvrer ensemble pour développer un UCAS répondant aux besoins des forces armées. L’engin bénéficiera du retour d’expérience du Neuron, mais aussi des travaux effectués par BAE Systems sur son propre design de drone de combat, le Taranis, qui n’a toujours pas volé. Cette coopération franco-britannique doit déboucher sur un nouveau démonstrateur ayant cette fois une vocation opérationnelle. Alors que les échanges entre industriels ont débuté, notamment pour déterminer les compétences apportées par les uns et les autres, les militaires doivent, dans les prochains mois, exprimer un besoin opérationnel qui déterminera les capacités, et donc les caractéristiques, du futur drone. Dans ce cadre, il ne serait pas étonnant que la possibilité de navaliser le démonstrateur soit demandée. Les Français pourraient, ainsi, le tester sur le Charles de Gaulle. Pour le moment, rien n’est décidé, mais il serait étonnant que Paris se prive d’une telle opportunité. Comme ce fut le cas pour le Rafale, la France pourrait en effet profiter d’un même programme pour développer une plateforme commune aux forces aériennes et aéronavales.

 

Le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

 

Apte au tremplin, aux catapultes et aux brins d'arrêt

 

Pour le Royaume-Uni, il y a également un intérêt, même si les contraintes ne sont pas les mêmes. Ainsi, la Marine nationale dispose d’un porte-avions à catapultes et brins d’arrêt, ce qui implique un drone du type du X-47B américain, doté d’une structure et d’un train avant renforcés, ainsi que d’une crosse d’appontage. Les Britanniques, en revanche, font construire de nouveaux porte-avions appelés à mettre en œuvre le F-35B, un appareil à décollage court et appontage vertical. Reste que techniquement, les deux concepts de mise en œuvre ne sont pas rédhibitoires. En effet, un drone pouvant être catapulté est aussi en mesure de décoller au moyen d’un tremplin. Les porte-avions britanniques devraient en revanche, pour accueillir un UCAS, être dotés d’une piste oblique avec brins d’arrêt. Ce ne sera pas le cas au moment de leur mise en service mais cette option a été intégrée lors des études et le design des futurs HMS Queen Elizabeth et HMS Prince of Wales leur permet, en cas de besoin, d’embarquer les équipements nécessaires à la récupération d’appareils dotés d’une crosse d’appontage.

 

En termes de calendrier, le programme d’UCAS franco-britannique pourrait être lancé en 2014, avec pour objectif de faire voler le démonstrateur vers la fin de la décennie ou au début des années 2020. Les financements inhérents à seront normalement inscrits dans la nouvelle loi de programmation militaire qui couvrira la période 2014-2019.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 13:55
photo EMA

photo EMA

28/05/2013 Jean Guisnel / Défense ouverte  - Le Point.fr

 

Dans son rapport annuel, le général Bertrand Ract-Madoux, chef d'état-major de l'armée de terre, dresse un constat très sévère des réformes en cours.

 

Le moral des 134 000 personnels (dont 10 000 civils) de l'armée de terre est en berne. En chute, au plus bas depuis cinq ans. Dans son rapport sur le moral établi à partir de tables rondes réunies par les 101 chefs de corps de l'armée de terre en décembre 2012, son chef d'état-major (CEMAT), le général Bertrand Ract-Madoux, ne masque pas la réalité. Dans la synthèse dont nous avons eu connaissance et qui a été envoyée le vendredi 24 mai à ses grands subordonnés, il laisse augurer des temps difficiles en appelant l'armée de terre à serrer les dents, et les rangs : "Face aux difficultés à venir et aux incertitudes, il importe plus que tout de conserver notre sérénité et de préserver la cohésion de l'armée de terre." Il constate que l'armée de terre se lasse du "contexte de réformes permanentes, de réductions successives du format, d'anticipations de nouvelles réorganisations [qui] amène beaucoup d'entre nous à penser que la Défense n'est plus un enjeu prioritaire du pays".

 

Perception négative

 

Pour connaître la manière dont les chefs militaires perçoivent le moral de leurs troupes, un seul document fait autorité : le "rapport sur le moral". Celui du chef d'état-major de l'armée de terre est généralement le plus significatif, car cette armée est la plus nombreuse, déploie le plus d'hommes sur le terrain en cas d'opérations extérieures et compte dans ses rangs les pertes les plus élevées, de très loin ! Dans ce document de six pages, Bertrand Ract-Madoux explique d'entrée de jeu que "la baisse du moral de l'armée de terre en 2012 résulte du sentiment accru de diminution du pouvoir d'achat, de dégradation des conditions quotidiennes d'exercice du métier des armes et de détérioration de la capacité opérationnelle". Et le général d'ajouter qu'il "note aussi que le moral a été affecté par le désengagement sans précédent des théâtres d'opérations, les dysfonctionnements du calculateur [de paye] Louvois et les incertitudes liées aux travaux préparatoires du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale". Depuis, le Livre blanc a été rendu, et on présume qu'il n'a pas nécessairement amélioré le moral... Le rapport explique les difficultés actuelles de l'armée de terre par plusieurs facteurs, le premier demeurant la "perception négative" des réformes de 2008.

 

"Prise de pouvoir de l'administration"

 

C'est un thème d'insatisfaction récurrent dans les armées : les réformes de 2008 initiées et mises en place par le contrôle général des armées et le secrétariat général pour l'administration du ministère de la Défense, dans le cadre notamment de la RGPP (Révision générale des politiques publiques), ont eu souvent des conséquences désastreuses. La mise en place trop rapide des bases de défense ou la suppression de dizaines de milliers d'emplois sont aujourd'hui vécues douloureusement par les personnels. Le cavalier Ract-Madoux envoie un gros coup de canon contre les concepteurs de cette modernisation ratée : "Les conséquences des réformes du soutien commun engendrent un ressenti négatif. La réorganisation de l'administration générale et des soutiens ne s'est ainsi toujours pas traduite par des repères humains, techniques et procéduraux aussi clairs qu'attendus, les tâches administratives à accomplir sont décrites comme plus nombreuses et plus complexes, elles sont perçues comme une prise de pouvoir de l'administration sur le domaine opérationnel." On sait que ces critiques sont bien ancrées dans les armées, où l'on entend régulièrement les considérations ici reprises sous la plume du Cemat évoquant "la rigidité administrative, le manque de souplesse et la perte de réactivité" de la nouvelle organisation.

 

Le système Louvois, cause majeure d'exaspération

 

Le basculement irresponsable vers le désastreux logiciel de paye Louvois, à l'origine de milliers de bulletins de solde défaillants, fait l'objet de développements particulièrement sévères : "les dysfonctionnements du calculateur constituent indubitablement l'un des événements majeurs de l'année 2012 et marquent toujours les esprits. Je suis bien au fait des graves répercussions financières et humaines dont beaucoup ont souffert. Cette situation a généré une réelle exaspération au point que la crainte d'être affecté par un dysfonctionnement s'est largement diffusée à l'ensemble d'entre nous. Vous percevez ainsi ce calculateur comme le symbole de l'échec de la réorganisation de l'administration générale et du soutien commun, et vous doutez de la capacité du commandement à concevoir et à mener à bien ce type de réforme." Le Cemat, qui a pris ses fonctions en septembre 2011, précise qu'il a pris connaissance des problèmes de Louvois "au début de l'année 2012", qu'il a dès lors signalé ces problèmes au ministère et engagé "la résolution des difficultés individuelles, dans la mesure de ses attributions".

 

Le général rend néanmoins hommage au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, qui a engagé "la mobilisation des énergies" dès septembre 2012, ce qui a permis "une amélioration qui s'est traduite par une certaine embellie du taux de satisfaction au début de l'année 2013". Et là, le chef militaire, dont les troupes n'ont pas le droit d'être syndiquées, sort une petite banderole pour réclamer la satisfaction des justes revendications de ses subordonnés : "Le respect des droits individuels de chacun par l'administration figure au nombre de mes préoccupations majeures. J'observe l'évolution de la situation avec une attention d'autant plus forte que tout retour au dispositif antérieur semble impossible."

 

Un métier qui reste "exaltant"

 

Les motifs de mécontentement ne sont pas les seuls à remonter les strates hiérarchiques. Il existe des points positifs, les origines de cette satisfaction demeurant intangibles : "L'exercice du métier militaire demeure exaltant [...], il n'est pas affecté par les difficultés actuelles et [...], sans conteste, les activités opérationnelles restent stimulantes." Et le Cemat note pour s'en réjouir que "la mise en service de matériels et d'équipements modernes, ainsi que la qualité de la préparation avant la projection sont perçues positivement. Ils témoignent concrètement de la réelle plus-value des efforts accomplis depuis ces dernières années dans le domaine opérationnel." Évoquant une "dynamique positive" et la "légitime fierté" que les militaires français tirent de la réussite des opérations extérieures, le Cemat signale au politique à quel point il apprécie les hommages rendus à répétition lors des moments pénibles que traverse l'armée de terre, quand elle subit des pertes : "L'armée de terre exprime également sa satisfaction de voir les plus hautes autorités de l'État lui manifester sa reconnaissance pour les risques encourus en opérations, les efforts et les sacrifices consentis."

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:50
Thales awarded milestone Royal Navy services contract

28 May 2013 Thales UK

 

Thales UK has today signed a 10-year contract with the Ministry of Defence (MOD), worth up to £600M, for the in-service support of the Royal Navy’s major sensor systems.

 

The new Sensors Support Optimisation Project (SSOP) builds on the proven success of Thales’s Contractor Logistics Support contract, originally signed in 2003, which has provided support to the Royal Navy’s sonar and electronic warfare systems for the past 10 years.

 

Under the terms of SSOP, the in-service support contract has now been extended to include all of the Royal Navy’s submarine visual systems, including periscopes for the Vanguard and Trafalgar Class submarines and the non-hull-penetrating optronic masts for the Astute Class submarines, previously supported under separate contract arrangements with Thales UK’s optronics business in Glasgow.

 

This means Thales is now providing significant in-service support to the ‘eyes and ears’ of the submarine fleet, as well as across the major surface sonar and electronic warfare systems.

 

The contract will be run through the Equipment Support Delivery Team, which is a joint MOD/Thales UK team based in Abbey Wood, Bristol. This team is augmented by several Thales and J+S Ltd waterfront engineers in the Royal Navy’s three naval bases (Portsmouth, Plymouth and Faslane), who together ensure that specialist technical advice and support is delivered whenever it is needed to ensure the continued availability of the sensor systems, both at home and overseas.

 

Philip Dunne, Minister for Defence Equipment, Support and Technology, signed the contract during a visit to Thales’s facility in Crawley today.  He said: “This contract is good news for the Ministry of Defence and UK industry. Not only will it secure a number of jobs across the UK whilst delivering savings but will also provide essential support for the combat equipment that helps give the Royal Navy’s fleet of ships and submarines a vital technological edge wherever they are based in the world.”

 

Victor Chavez, CEO of Thales UK, said: “This contract recognises the value that can be achieved and the savings that can be delivered through a long-term services agreement. It also reflects the successful way in which Thales UK has delivered the required outputs over the past ten years. This project refines that approach to optimise performance over the next ten years, and reinforces our positive well-established relationship with the Royal Navy.”

 

During the previous support contract, the levels of equipment availability have improved significantly and substantial overall savings in the cost of support have been achieved. The new SSOP contract builds on this experience and success, from the outset delivering further savings to the MOD whilst continuing to deliver high levels of available and serviceable equipment.

 

The new contract secures employment for 230 Thales employees and a further 300 people within the extended supply chain across the UK.

 

Major suppliers to Thales include J+S Ltd (Barnstaple, Devon), MacTaggart Scott (Loanhead, Scotland), Atlas Elektronik UK (Newport, South Wales and Winfrith, Dorset), Parkburn Ltd (Telford, Shropshire), AB Precision (Poole) Ltd (Dorset), and Defence Support Group (Sealand, Flintshire).

 

Thales UK will support the project from its sites in Templecombe, Cheadle Heath, Glasgow and Crawley, where ongoing development of these important systems will enable yet further improvements to be made in the levels of capability and availability.

HMS Trafalgar, pictured during Tomahawk missile trials - photo US DoD

HMS Trafalgar, pictured during Tomahawk missile trials - photo US DoD

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:50
Syrie: la levée de l'embargo augmentera la menace terroriste dans l'UE (Iran)

 

MOSCOU, 28 mai - RIA Novosti

 

La levée de l'embargo sur les livraisons d'armes à l'opposition syrienne, décidée ce mardi par l'Union européenne, augmentera le risque de terrorisme en Europe, a annoncé l'agence de presse IRNA, citant le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Abbas Araqtchi.

 

"Il s'agit d'une démarche très dangereuse en ce qu'elle rapproche de plusieurs milliers de kilomètres les terroristes syriens du territoire de l'UE", a déclaré M. Araqtchi aux journalistes, précisant que la levée de l'embargo augmenterait la menace terroriste en Europe.

 

Selon le porte-parole, cette décision de l'UE témoigne de la double attitude des responsables politiques européens envers le terrorisme. Elle constitue également "une démarche destructive à la veille de la conférence +Genève 2+", a souligné le diplomate.

 

La levée de l'embargo sur les armes pour les rebelles syriens a été décidée ce mardi par l'Union européenne. Toutefois, dans l'attente d'une éventuelle conférence de paix "Genève 2", aucun pays ne livrera d'armes au cours des prochaines semaines.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:40
No Sale For MiGs

May 28, 2013: Strategy Page

 

Hungary has been trying to sell of its fleet of 24 MiG-29s for the last two years, without much success. Now it will try auctioning them off, along with 21 replacement engines, for a minimum price of $43 million. Bids must arrive by June 14th and if no one offers the minimum it will try again with an even lower price. An earlier effort to find a buyer went nowhere and the obstacle was believed to be price. At less than $2 million each the MiGs appear to be a real bargain. Appearances can be deceiving.

 

Hungary received 28 MiG-29s in 1993, in payment of $800 million Russia owned Hungary. That came out to about $29 million per aircraft, each with about 14 years of service left in them. But Hungary found the aircraft expensive to maintain. Despite that, half of them were refurbished to extend their service life. In the meantime, two aircraft crashed, and now those that were not refurbished are being cannibalized for spare parts. Hungary has taken its MiG-29s out of service and bought Swedish Gripens. This is a superior fighter and easier and cheaper to operate.

 

But not everyone is fed up with the MiG-29. Although many nations (Algeria, Hungary, Malaysia, Lebanon) are refusing, or retiring, MiG-29s, Syria has been eager to get them. That's because Syria is broke, and patron Iran is becoming less generous (because of its own economic problems, including more sanctions) with subsidies for military equipment. In 2010 Russia announced that it was selling another 24 (or more) MiG-29s to Syria (which already has about fifty of them). Syria would also like to get its existing MiG-29s upgraded, but may not be able to afford that. That sale and upgrades are on hold until the current civil war in Syria is over.

 

Other nations are backing away from MiG-29s because of reliability and durability problems. Several times in the last year, Russia has had MiG-29s grounded because of crashes, and suspicion that there might be some kind of fundamental design flaw. All aircraft were eventually returned to flight status. This has not helped sales, and most export customers prefer the larger Su-27 (and its derivatives like the Su-30).

 

The MiG-29 entered Russian service in 1983, as the answer to the American F-16. Some 1,600 MiG-29s have been produced so far, with most (about 900) exported. The biggest customer, India, received its first MiG-29s in 1986, with deliveries continuing into the 1990s. The 22 ton aircraft is, indeed, roughly comparable to the F-16, but it depends a lot on which version of either aircraft you are talking about. Then there are the notorious reliability problems. Compared to Western aircraft, like the F-16, the MiG-29 is available for action about two thirds as often.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:40
S-300 pour la Syrie: Moscou s'abstient de tout commentaire

MOSCOU, 28 mai - RIA Novosti

 

Moscou refuse de commenter les informations selon lesquelles les missiles sol-air russes S-300 destinés à la Syrie auraient déjà été livrés, a déclaré mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov lors d'une conférence de presse.

 

"Je ne peux ni confirmer, ni démentir les informations sur le stade de ces livraisons. Je peux seulement vous dire que nous n'abandonnons pas ces dernières. Nous comprenons les préoccupations et les signaux qui nous sont envoyés à ce sujet en provenance de plusieurs capitales. Nous voyons que ce problème préoccupe plusieurs de nos partenaires. Nous n'avons pas de raisons de réviser notre position dans ce domaine", a indiqué le vice-ministre.

 

Il a ajouté que les livraisons de batteries de missiles russes S-300 à la Syrie visaient à empêcher une ingérence militaire extérieure dans le conflit qui ravage ce pays.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:35
La Marine chinoise tape sur les nerfs de ses voisins

MOSCOU, 28 mai - RIA Novosti

 

La Chine a organisé ses plus grandes manœuvres militaires depuis trois ans, près des îles Paracels et Spratleys revendiquées par six pays, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta du 28 mai 2013.

En 2010, Pékin avait mené des exercices similaires pour contrarier les USA. A l'époque l'Amérique avait riposté en envoyant dans la mer Jaune le porte-avions George Washington pour des manœuvres conjointes avec la Corée du Sud.

Cette fois l'envoi des navires chinois visait à mettre en garde les Etats-Unis et leur allié – les Philippines. Ces dernières se servent en effet des protestations diplomatiques pour pousser Pékin à renoncer aux revendications de l'archipel des Spratleys (les Nansha en chinois). Et Washington, qui soutient les Philippines, a envoyé dans la région litigieuse son porte-avions Nimitz.

Le colonel chinois à la retraite Yue Gang pense que ces manœuvres visent à monter aux Philippines que Pékin maintiendra une position intransigeante dans le litige territorial.

Cependant Pavel Kamennov, expert à l'Institut russe de l'Extrême-Orient, pense que ces exercices ne sont pas associés uniquement au conflit en mer de Chine méridionale. "Pendant le 18ème congrès du parti communiste chinois, le secrétaire général Xi Jinping a donné la directive de transformer la Chine en puissance maritime. Elle l’est déjà grâce à sa flotte commerciale mais étant donné que le président américain Barack Obama a déclaré que l'Asie-Pacifique deviendrait le centre des efforts militaires des USA, la Chine devait réagir de façon appropriée", analyse-t-il.

Pour l'instant, la Chine est en retard sur les Etats-Unis dans des secteurs tels que les systèmes de surveillance, des communications, de contrôle et d'interaction entre divers armements. Mais elle dispose déjà de toutes les armes d'une marine moderne – flotte sous-marine, sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE), destroyers dotés de missiles guidés surface-surface. Une partie est d'origine russe.

Sur fond de confrontation potentielle entre deux grandes puissances, la politique de Taïwan concernant le litige maritime paraît un facteur insignifiant. Mais ce n'est pas le cas. Les autorités de l’île ont annoncé que la souveraineté de l'archipel des Spratleys leur revenait.

Auparavant les pêcheurs taïwanais travaillaient dans les eaux proclamées zone économique exclusive par Taïwan et les Philippines. Mais les militaires philippins ont violemment réprimé cette pratique en ouvrant le feu sur une goélette taïwanaise. Un pêcheur a été tué. Taïwan a exigé des excuses et a rappelé qu'il contrôlait la plus grande île de l'archipel, où se situe une unité militaire taïwanaise.

Les Etats-Unis ont déclaré qu'ils regrettaient de voir leurs deux partenaires militaires se quereller et Pékin a approuvé les actes de Taïwan.

Taïwan ne renonce pas à sa politique autonome. Il a passé un accord avec le Japon afin que les pêcheurs taïwanais puissent pêcher dans la zone économique japonaise autour des îles Senkaku, en mer de Chine orientale, également revendiquées par la Chine. Cette fois, Pékin n’a pas approuvé.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:30
La levée de l'embargo UE sur les armes, une menace pour la conférence sur la Syrie

 

28 mai 2013 Romandie.com (AFP)

 

MOSCOU - La Russie regrette la levée par l'UE de l'embargo sur les livraisons d'armes aux rebelles syriens, qui porte un préjudice direct aux efforts pour une conférence internationale, a déclaré mardi la diplomatie russe.

 

Cela porte un préjudice direct à la possibilité d'organiser une conférence internationale, a dit le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, cité par l'agence Itar-Tass.

 

L'embargo est levé en dépit de toutes les déclarations de l'UE en faveur d'un règlement basé sur la déclaration de Genève (de juin 2012), et en dépit de l'accord sur la nécessité d'organiser une conférence internationale sur la Syrie, a ajouté M. Riabkov.

 

Cela va à l'encontre de la politique de l'UE elle-même, a-t-il ajouté.

 

C'est une manifestation de deux poids-deux mesures, a déclaré ce responsable de la diplomatie russe.

 

Les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé lundi soir à Bruxelles de lever l'embargo sur les armes pour les rebelles syriens.

 

Les 27 ont cependant convenu de ne pas livrer d'armes aux rebelles pour l'instant, pour ne pas nuire aux efforts de règlement politique.

 

L'initiative d'une nouvelle conférence internationale baptisée Genève-2 et rassemblant notamment représentants du gouvernement syrien et de l'opposition a été lancée début mai par les responsables des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry.

 

La question était au centre de nouveaux entretiens lundi soir à Paris entre le secrétaire d'Etat américain et le ministre russe, dont le pays est le principal soutien du régime de Damas.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:30
Divisions in Brussels: EU Allows Syrian Arms Embargo to Expire

May 28, 2013 By Christoph Sydow - spiegel.de

 

EU foreign ministers meeting in Brussels Monday failed to reach an agreement on extending the arms embargo on Syria. Beginning Saturday, member countries will be permitted to supply weapons and other military support to rebels, but all previous economic sanctions will remain in place.

 

The discussions were heated and lasted well into the night. For hours, European Union foreign ministers meeting in Brussels on Monday fought over whether to lift a ban on supplying weapons to Syria's beleaguered rebels. The negotiations were broken off at several points, and press conferences were delayed.

 
In the end, the foreign ministers were unable to agree on an extension of the EU arms embargo and thereby resolve disputes over whether to arm the rebels. As a result, the embargo will automatically expire this Friday at midnight.

 

Without an embargo, EU member states will be able to decide for themselves whether they wish to unilaterally supply weapons to opponents of Syrian President Bashar Assad, as German Foreign Minister Guido Westerwelle said late Monday following the negotiations in Brussels. Nevertheless, Westerwelle added that the EU states had committed to follow strict criteria in making weapons transfers. He referred to a previous agreement stipulating that member states should block exports of weapons and other military equipment if these threatened to prolong armed conflict. Extending or amending the embargo would have only been possible with the unanimous support of the members states.

 

Despite failing to agree on the embargo, the ministers signed a deal that will keep all other sanctions in place for another year. These include curbs on trade as well as freezing the assets of and imposing travel bans on Assad and senior Syrian officials. According to Westerwelle, the states had committed themselves to make new and separate decisions on each of the sanctions.

 

A Fatal Signal from Brussels

 

The EU divisions send a fatal signal on the matter, though. They show that Europe does not speak with a single voice when it comes to the most important foreign policy and security issues. Indeed, the discord in Brussels makes European appeals to the Syrian opposition to unite behind a common and universally accepted leadership seem ridiculous.

 

In recent weeks, the UK and France, the EU's biggest military powers, led the push to lift the sanctions. Backers of arming the rebels want to increase pressure on Assad in the run-up to the Syria peace conference scheduled for June in Geneva, which aims to end the two-year conflict that has claimed over 70,000 lives.

 

Following the meeting, British Foreign Secretary William Hague told reporters that it was "important for Europe to send a clear signal to the Assad regime that it has to negotiate seriously, and that all options remain on the table if it refuses to do so." His support of lifting the sanctions, he added, should therefore be seen as part of the diplomatic efforts to resolve the conflict.

 

The Czech Republic, Finland and, in particular, Austria had taken strong positions against allowing the embargo to expire. One reason that Austria opposes arming the rebels is that it currently has 380 soldiers stationed on the Golan Heights to monitor the UN ceasefire between Israel and Syria. Last month, several UN soldiers from the Philippines were abducted and held for days. Now Vienna is threatening to withdraw its UN troops from the region.

 

Those who back arming the rebels hope that doing so will strengthen moderate forces among the rebel groups. For months, radical Islamist groups, such as the al-Qaida-aligned Al-Nusra Front, have been receiving arms from Saudi Arabia and Qatar. At a meeting of the "Friends of Syria" held last week in Amman, Jordan, Gen. Salem Idriss, the head of the Free Syrian Army (FSA), delivered an impassioned and emotional speech to foreign ministers from the United States, Turkey, Germany and eight other European and Arab countries, pleading with them to quickly arm the rebels, lest their chances of defeating Assad's regime grow even grimmer.

 

Vague Intentions

 

However, it is unlikely that the near future will bring any change in the military imbalance between the rebels and Syrian government troops, who have made advances in recent weeks. So far, the UK and France have been the only European states to publicize their willingness to supply the rebels with military support. Yet it remains completely unclear exactly what form this would take. Among other things, London has floated the idea of sending military advisers to rebel-controlled areas of Syria. Already months ago, Paris called for arming the rebels, but President François Hollande's government has refrained from specifying what exactly it might send.

 
"While we have no immediate plans to send arms to Syria," British Foreign Secretary Hague said after the summit ended, "it gives us the flexibility to respond in the future if the situation continues to deteriorate."

 

Meanwhile, although President Barack Obama continues to oppose arming the rebels, US Senator John McCain, a leading Republican proponent of doing just that, made a surprise visit to Syria on Monday, crossing into the country from Turkey to speak with leaders of the FSA. They asked him to increase US support, including heavy weapons, a no-fly zone and airstrikes on Syrian government and Hezbollah forces, according to the Daily Beast.

 

Russia, which is co-sponsoring the peace talks in Geneva with the United States, continues to stand by Syria, its closest ally in the Arab world. On Tuesday, Russian Deputy Foreign Minister Sergei Ryablov reportedly criticized the EU's failure to extend the arms embargo, saying that it inflicts "direct damage" on the conference's chances at hammering out a peaceful solution to the conflict.

 

-- with wire reports

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:30
S-300 antiaircraft missile system source israel-defence

S-300 antiaircraft missile system source israel-defence

28 mai 2013 Romandie.com (AFP)

 

JERUSALEM - Israël saura quoi faire si la Russie livre des systèmes de défense anti-aériens de type S-300 à la Syrie, a prévenu mardi le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon.

 

Les livraisons n'ont pas eu lieu, et j'espère qu'elles n'auront pas lieu. Mais, si par malheur, ils (les S-300) arrivent en Syrie, nous saurons quoi faire, a affirmé M. Yaalon à l'issue d'une réunion de la commission de la Défense et des Affaires étrangères du Parlement.

 

Selon la radio militaire, M. Yaalon faisait allusion à de nouveaux raids aériens que pourrait lancer Israël, comme il l'a déjà fait au début du mois près de Damas. Ces attaques visaient, selon des responsables israéliens, à empêcher des transferts d'armes au Hezbollah chiite libanais.

 

Moscou a défendu mardi la livraison à Damas de S-300, des systèmes sol-air sophistiqués capables d'intercepter en vol des avions ou des missiles téléguidés, comme un facteur de dissuasion contre une intervention extérieure en Syrie.

 

Nous considérons cette livraison comme un facteur de stabilisation, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

 

Des mesures de cette sorte dissuadent en grande partie certains esprits échauffés d'envisager des scénarios dans lesquels le conflit prendrait un tour international avec la participation de forces étrangères, a-t-il ajouté, au lendemain de la levée par l'Union européenne de l'embargo sur les livraisons d'armes aux rebelles syriens. Cette décision a été critiquée par Moscou, au moment où les efforts portent sur l'organisation d'une conférence internationale.

 

Il est question d'une livraison d'armes défensives au gouvernement du pays, pour la défense des infrastructures et des armées contre le recours à des moyens dont, pour autant que je sache, les rebelles et les forces d'opposition ne disposent pas, a souligné M. Riabkov, en allusion à une intervention étrangère.

 

L'installation d'un tel système compliquerait toute nouvelle frappe israélienne en Syrie, et tout projet des États-Unis ou de leurs alliés d'établir une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Syrie ou d'intervenir pour sécuriser ou démanteler des armes chimiques.

 

Le 14 mai, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait tenté de convaincre le président Vladimir Poutine lors d'une rencontre en Russie de ne pas livrer ces équipements.

 

M. Netanyahu a également évoqué la possibilité que ces S-300 tombent dans les mains du Hezbollah chiite liibanais, ce qui pourrait remettre en cause la liberté de manoeuvre de l'aviation israélienne dans l'espace aérien libanais.

 

Le président Poutine avait pour sa part mis en garde M. Netanyahu contre tout acte qui déstabiliserait davantage la situation en Syrie.

 

La Syrie avait réagi aux raids aériens israéliens en avertissant qu'elle répliquerait immédiatement et de façon douloureuse à toute nouvelle attaque d'Israël contre son territoire.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:30
Russia-EU source acus.org

Russia-EU source acus.org

MOSCOU, 28 mai – RIA Novosti

 

Moscou espère que les Européens s'abstiendront de livrer des armes à la Syrie, a déclaré mardi Alexandre Grouchko, ambassadeur de Russie à l'Otan, lors d'un duplex à RIA Novosti.

 

"Nous espérons que nos collègues européens ne livreront pas d'armes en Syrie car il est important de comprendre aujourd'hui que l'unique solution à la crise syrienne passe par le dialogue politique avec les parties belligérantes", a souligné le représentant russe.

 

La levée de l'embargo sur les armes pour les rebelles syriens a été décidée ce mardi par l'Union européenne. Toutefois, dans l'attente d'une éventuelle conférence de paix "Genève 2", aucun pays ne livrera d'armes dans les prochaines semaines.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:30
Missiles russes pour la Syrie: empêcher une ingérence extérieure (Moscou)

MOSCOU, 28 mai - RIA Novosti

 

Les livraisons de batteries de missiles russes S-300 en Syrie visent à empêcher une ingérence militaire extérieure dans le conflit qui ravage ce pays, a déclaré mardi le à Moscou le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

"Nous estimons que de telles démarches dissuadent certaines têtes brûlées d'envisager le scénario selon lequel le conflit syrien pourrait revêtir un caractère international avec la participation de forces extérieures", a indiqué le vice-chef de la diplomatie russe.

Auparavant, le quotidien New York Times, citant des fonctionnaires américains, a annoncé que la Russie avait livré à la Syrie des missiles antinavires dotés d'un système de pointage sophistiqué.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a alors répondu que Moscou respectait ses engagements internationaux dans ses livraisons d'armes en Syrie. Selon lui, les armes fournies à Damas par Moscou "ne rompent pas l'équilibre des forces" dans la région et ne donnent aux autorités syriennes "aucun avantage" dans leur lutte contre les rebelles.

Pour sa part, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a estimé que l'éventuelle apparition au Proche-Orient de missiles S-300 constituait un facteur d'instabilité pour la région.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:30
Syrie: un nouveau compromis entre le Kremlin et l'Occident?

MOSCOU, 28 mai - RIA Novosti

 

La situation autour de la Syrie s'aggrave et se complexifie, écrit le quotidien Vedomosti du 28 mai 2013.

La revue britannique Sunday Times a annoncé hier, se référant à un haut fonctionnaire russe, la cessation des livraisons de missiles sol-air S-300 en Syrie à la demande d'Israël. Une source du gouvernement israélien a réfuté l'existence d'un accord entre le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre Benjamin Netanyahou. Aucun démenti ou confirmation officiel de cette information n'a encore suivi.

Les fuites anonymes et leurs démentis ne font que confirmer le rétablissement d'un dialogue et, par conséquent, de négociations politiques entre les camps du conflit syrien et leurs alliés étrangers. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d'Etat américain John Kerry ont évoqué vendredi dernier la situation dans le pays et la conférence internationale sur la Syrie. Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a déclaré hier que le gouvernement était prêt à participer aux négociations, tout comme les représentants de l'opposition.

Il y sera question des conditions de règlement de la crise et d'un éventuel transfert du pouvoir. Cela signifie que le Kremlin ne soutient plus inconditionnellement le régime de Bachar al-Assad. Quelles pourraient être les conditions d'un nouveau compromis ? Il existe plusieurs options. Selon les experts du monde arabe, Moscou et Washington ont renoncé à la confrontation en raison du faible contrôle exercé sur les autorités syriennes et l'opposition armée. Les deux camps souhaitent neutraliser les islamistes radicaux au sein de l'opposition et parmi les faucons d'Assad. Dans ce sens, les liens entre la Russie et les islamistes modérés pourraient servir. Le Kremlin veut sauver la face dans le conflit et assurer à Assad et son entourage un refuge sûr, ainsi que des garanties d'immunité, de participation à la vie politique à terme et de conservation de l'influence dans le monde arabe pour ses partisans. Ce sera difficile, compte tenu du nombre de victimes de la guerre civile et de l'exaspération mutuelle.

Il existe également d'autres options : les USA et l'Occident pourraient assouplir leurs positions concernant le programme nucléaire de l'Iran et faire des concessions sur le bouclier antimissile (ABM). Même si les experts estiment que c'est improbable, Moscou pourrait exiger des partenaires de renoncer au soutien des ONG impliquées dans la campagne contre les agents étrangers, suite à l'adoption d'une loi sur le contrôle des organisations financées depuis l'étranger en Russie.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories