Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 16:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

by

 

A submarine may be subject to enemy action, mechanical failure, accidental damage or collision that results in it being immobilised. In these circumstances the crew will need to escape or be rescued quickly. The UK, Norway and France maintain the NATO Submarine Rescue System (NSRS) to provide timely and effective rescue.

This is another Think Defence Project, greatly expanded and updated from various posts, collected on a single page.

 

Click to read more…

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 16:30
Yémen: les rebelles libèrent six étrangers, dont trois Américains

 

20 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Sanaa - Les rebelles chiites Houthis au Yémen ont libéré dimanche trois Américains, deux Saoudiens et un Britannique qui étaient détenus depuis environ six mois, a déclaré un responsable rebelle et une source des services de sécurité.

 

Les six personnes ont embarqué à bord d'un avion militaire d'Oman venu chercher à Sanaa une délégation rebelle qui doit avoir des consultations avec l'émissaire de l'ONU pour le Yémen à Mascate, selon ces sources.

 

Aucune information n'a été donnée par les dirigeants de la rébellion à Sanaa ni sur l'identité de ces personnes, ni sur les raisons pour lesquelles elles étaient retenues au Yémen.

 

Parlant à des journalistes à l'aéroport de Sanaa, un porte-parole de la rébellion, Mohammed Abdessalam, a refusé de confirmer de façon catégorique la libération des étrangers, estimant toutefois possible qu'ils soient remis aujourd'hui aux autorités omanaises.

 

Fin mai, un Américain parmi plusieurs détenus au Yémen avait été libéré et accueilli au sultanat voisin d'Oman où se tenaient alors des discussions entre Washington et les Houthis. Il s'agissait du journaliste indépendant Casey Coombs qui travaillait au Yémen depuis 2012.

 

Oman, qui occupe une place charnière entre les monarchies sunnites du Golfe et l'Iran chiite, allié des Houthis, a déjà joué un rôle de médiateur dans la crise au Yémen et des affaires d'otages.

 

Le sultanat avait notamment contribué à la libération en août de la Française Isabelle Prime, enlevé en février à Sanaa.

 

Washington a fourni un soutien logistique et des renseignements à la coalition arabe sous commandement saoudien qui mène depuis mars des frappes aériennes contre les Houthis, maîtres de Sanaa depuis un an.

 

Cependant, les Américains, invoquant l'aggravation de la crise humanitaire au Yémen, ont multiplié les appels ces derniers mois en faveur d'un règlement politique.

 

Le 4 septembre, le Washington Post a affirmé que trois Américains étaient encore détenus par les rebelles au Yémen et a identifié l'un d'eux comme étant Scott Darden, 45 ans, employé d'une entreprise de logistique basée en Louisianne.

 

Le journal avait également mentionné la détention d'un Américain non identifié de 54 ans, originaire du Michigan, et d'un autre de 35 ans, professeur d'anglais au Yémen converti à l'islam.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 16:20
MQ-9 Reaper-ER photo General Atomics

MQ-9 Reaper-ER photo General Atomics

 

20.09.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le 15 septembre, General Atomics Aeronautical Systems a annoncé le premier déploiement opérationnel de son Reaper Extended Range (Reaper ER). Un appareil qui peut rester en vol pendant 33 heures au lieu des 27 heures actuelles.

L'USAF avait exprimé en 2013 le besoin de drones armés ou de surveillance aux capacités accrues. 38 appareils doivent être modifiés

Selon General Atomics (lire ici), le kit comprend deux bidons sous les ailes et une nouvelle hélice à quatre pales. Les capacités d'emport (armement et équipement ISR) restent inchangées. 

Selon Defense Updates, GA-ASI cherche aussi à améliorer les performances des appareils dédiés à l'ISR dont l'autonomie pourrait être portée à 42 heures, en remplaçant les ailes actuelles de 20m par des ailes de 24m.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:55
204 ans. Joyeux anniversaire la BSPP !

 

19/09/2015 Ministère de la Défense

 

La brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) est née à la suite d’un bal tragique à l’ambassade d’Autriche. En juillet 1810, un incendie s’y déclare et l'empereur Napoléon 1er y échappe de peu. L’insuffisance du système de sécurité de l’époque persuade le monarque de réorganiser et de professionnaliser la lutte contre le feu à Paris. Par décret impérial du 18 septembre 1811, il confie cette mission à un corps militaire, le bataillon de sapeurs-pompiers de Paris.

 

L’introduction des pompes à incendie à Paris en 1699 pose la première pierre de ce qui va devenir par la suite le corps des gardes-pompes de la capitale. Cette organisation connaît des hauts et des bas mais sa taille ne cesse pourtant d’augmenter. À cette époque, la tactique d’attaque des feux est rudimentaire. Seules la connaissance et  l’intrépidité des ouvriers du bâtiment, parmi lesquels sont recrutés les gardes-pompes, guident les actions de sauvetage et d’extinction.

 

Après la Révolution, les gardes-pompes prêtent spontanément serment au nouveau régime. Le Directoire, le Consulat et l’Empire n’apportent que peu de modifications à l’organisation. Napoléon, alors Premier consul, sent bien la nécessité de réformer ce corps, mais une première réorganisation en 1801 ne porte pas ses fruits. L’incendie meurtrier à l’ambassade d’Autriche  en juillet 1810, lors des festivités de son mariage avec

 

Marie-Louise, rappelle à l’empereur  toute l’importance du bon fonctionnement du service d’incendie dans la capitale. Malgré le courage et le dévouement des gardes-pompes que l’on accuse, parfois à tort, de multiples défaillances, le service de lutte contre les incendies laisse apparaître ses faiblesses : retards, matériel insuffisant et peu fiable, personnel mal entraîné et responsables incompétents.

 

Les chefs de l’ancienne organisation sont licenciés et le corps des gardes-pompes est supprimé. Après cette catastrophe, l’empereur  réorganise ce service public en créant le premier corps militaire de sapeurs-pompiers, composé des sapeurs du génie de la garde impériale dédiés à la défense contre l’incendie des châteaux impériaux.

 

Voulue par l'empereur Napoléon 1er, la création par un décret impérial le 18 septembre 1811  du bataillon de sapeurs-pompiers de Paris présente un caractère original et innovant, consacrant le passage d'une organisation civile et communale à un corps militaire. Ce choix d'un statut aussi atypique pour ce service public fait écho à la création, onze ans plus tôt, de la préfecture de Police de Paris, instance juridico-administrative tout aussi singulière.

 

Ainsi, et dès sa création, ce corps militaire est placé sous l'autorité du préfet de Police de Paris, responsable de la sécurité de la capitale. Ce statut militaire et cette subordination à un préfet se sont ensuite imposés, après un long cheminement, comme la conséquence logique de l'esprit du décret de 1811. Aujourd'hui, la spécificité militaire assure toujours aux habitants de la capitale et des trois départements de la petite couronne un niveau sans égal de disponibilité et de performance des protecteurs de la cité.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:50
Dutch air force chief dissatisfied with U.S. Army helicopter plan

A U.S. Army CH-47 Chinook helicopter is one of the vehicles that may be replaced by the Future Vertical Lift program. U.S. Army photo

 

LONDON, Sept. 15 (UPI)

 

The U.S. military's Future Vertical Lift program to develop new battlefield helicopters does not impress the top air force chief in the Netherlands.

Royal Netherlands Air Force (RNLAF) commander Lt. Gen. Alexander Schnitger spoke at a rotorcraft panel at the Defence and Security Equipment International exhibition in London on Sept. 14, and voiced his disappointment with the ongoing U.S. efforts to create the next generation of helicopters.

"So far I am not impressed or convinced that the current plans are advanced enough to survive use past 2030," Lt. Gen. Shnitger said.

 

read more

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:50
Defence budgets in Europe: downturn or U-turn?

 

The year 2014 was dubbed a ‘game-changer’ for European security. Is 2015 going to be a game-changer for European defence spending? After Germany, the Netherlands, Poland, the Czech Republic, Slovakia, Romania and the Baltic states, France has now announced it is planning to raise national defence spending from 2016 onwards.

The significance of such commitments should not be downplayed. Defence expenditure has been shrinking in Europe for the best part of two decades, and public spending has fallen sharply with the onset of the financial crisis in 2008. The current efforts to boost defence budgets do more than simply buck the trend: they look like they will have a visible effect on real spending over coming years in some key European states. Yet such reports should also not be overblown: what this buys Europe in terms of output is as yet uncertain. In parallel, some European countries have in fact embarked on further cuts. As such, the overall picture as yet far from clear.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:50
Defence spending 2014: the EU picture

 

Back in 2012, when NATO Secretary-General Anders Fogh Rasmussen said that “there is a price to pay for security, but the cost of insecurity can be much higher,” there were few who fully grasped just how accurate his warning was. For many years, European defence budgets have largely been spiralling downward following decisions which now seem somewhat unwise given the rapid deterioration of Europe’s security environment.

That said, there was arguably little to indicate that heavy investments in the military were necessary, and the financial crisis did its bit, too, to dampen enthusiasm for military spending.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:50
Putting numbers on capabilities: defence inflation vs. cost escalation

 

Imagine a world without weapons: no battle tanks, no combat helicopters, no nuclear submarines – a world at peace, presumably. This world might soon come true if we believe what US aerospace businessman Norman R. Augustine famously predicted in 1983, namely that “in the year 2054, the entire [US] defence budget will purchase just one aircraft”.

Very little has changed since then: costs for defence equipment are still skyrocketing while, in parallel, our defence budgets have largely slid into a downward spiral. The world, however, has hardly become more peaceful – especially in Europe’s neighbourhood. As a result, a better understanding by policymakers of the relation between (cripplingly) expensive capabilities and complex security challenges appears to be much in need.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:50
European defence collaboration – Back to the future

 

With the EU facing increasingly hostile environments to its east and south, defence collaboration is once again back at the centre of European integration efforts. In December 2013, the European Council held a debate on defence for the first time since the entry into force of the Lisbon Treaty.

In its conclusions, the European Council identified priorities for stronger cooperation: improving EU rapid response capabilities, enhancing the development of military capabilities, and bolstering Europe’s defence industry. After decades of defence cutbacks across the continent, there are a growing number of shortfalls in European military capabilities.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:35
Countering terrorism: an area for EU-China cooperation?

 

Ever since the release of the 2013 ‘EU-China 2020 Strategic Agenda for Cooperation’, counter-terrorism officially features in bilateral meetings. The section on peace and security, for instance, states the need to ‘hold special consultations on issues of anti-terrorism at an appropriate time’– and talks were indeed held at the October 2014 ASEM meeting. The EU statement released after that summit declared that China and the EU ‘reviewed the situation in the Middle East, northern Africa and the Sahel […] and agreed to increase cooperation to counter the common threat of extremism and terrorism in these regions’.

Despite such statements, however, no concrete roadmap for bilateral cooperation in this area has yet materialised. Although normative differences continue to represent a serious obstacle to greater cooperation, they are not insurmountable given the common

 

Download document

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:35
Militant Attack and Support Zones in Afghanistan: April - September 2015 - ISW

 

Sep 18, 2015 - Institute for the study of war
 

Taliban elements and other militant groups are conducting operations across Afghanistan, including spectacular attacks against major population centers and U.S. bases. The Haqqa­ni Network, a Taliban aligned-group, continues to pressure the ANSF and NATO forces with spectacular attacks in Kabul and Khost. Taliban elements are also conducting numerous ground assaults to seize district centers, especially in northern and southern Afghanistan. These campaigns comprised the 2015 warm weather from April 2015- September 2015. There have been several notable developments following the announcement of the death of Mullah Omar onJuly 29. First, Taliban militants have claimed control of two district cen­ters in Helmand on August II and August 26. Second, ISIS's Wilayat Khorasan have claimed control of seven district centers in Nangarhar over the course of July and September. Third, Taliban infighting has escalated as different factions compete and express varying positions on who should lead the Taliban movement.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 11:30
75 rebelles entraînés par les Etats-Unis entrés en Syrie depuis la Turquie

 

20 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - 75 rebelles syriens entraînés en Turquie par les Etats-Unis pour combattre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) sont entrés en Syrie, a indiqué dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

75 nouveaux combattants entraînés dans un camp près de la capitale turque (Ankara) sont entrés en Syrie dans la province d'Alep (nord) entre vendredi et samedi matin, a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de cette ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources dans ce pays en guerre.

 

Le groupe doté d'armes légères et de munitions est entré en Syrie à bord d'un convoi de véhicules, sous la protection des forces aériennes de la coalition internationale qui combat l'EI, selon l'OSDH. Les 75 rebelles doivent collaborer avec deux groupes soutenus par les Etats-Unis, dont la Division 30.

 

Washington a commencé au printemps à former et équiper des rebelles syriens décrits comme modérés pour combattre l'EI en Syrie mais le programme n'a pas réussi à décoller.

 

Le commandant des forces américaines au Moyen-Orient, le général Lloyd J. Austin, a récemment reconnu que seuls quatre ou cinq rebelles syriens formés et équipés par Washington combattaient effectivement sur le terrain. Seuls 54 avaient été formés. Des sénateurs républicains avaient alors qualifié ce programme d'entraînement de rebelles syriens d'échec total et de blague.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 07:55
Le programme pour les journées européennes du patrimoine de la BSPP

 

source BSPP
 

Les 19 et 20 septembre, les sapeurs-pompiers de Paris vous attendent nombreux pour vous faire découvrir quelques-unes de leurs plus anciennes casernes : Chaligny, Port-Royal et Sévigné ! Ces centres de secours vous proposeront une visite guidée avec présentation des engins de secours, découverte de l’univers des sapeurs-pompiers de Paris, leur quotidien et quelques anecdotes historiques !

 

Centre de secours Chaligny : 26, rue de Chaligny, 75012 Paris

Métro : Reuilly Diderot

De 9h30 à 19h   

 

Centre de secours Port-Royal : 55, boulevard de Port Royal, 75013 Paris

Métro : Port-Royal

De 10h à 18h   

 

Centre de secours Sévigné : 7, rue de Sévigné, 75004 Paris

Métro : Saint-Paul

De 10h à 18h

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 16:40
Missile balistique intercontinental Topol-M photo RIA Novosti. Alexander Kriazhev

Missile balistique intercontinental Topol-M photo RIA Novosti. Alexander Kriazhev

 

September 19, 2015: Strategy Page

 

On August 22nd Russia conducted another successful test of its RS-12M (RS-24/ Topol-M) ICBM. While this is an older (late 1980s) ballistic missile design it is still in service. Only about a hundred were built and 72 are installed in silos. As is Russian (and American) custom some silo based ICBMs are periodically fired for quality control purposes. The Russians used to fire the test missiles from their actual combat silos but now follow the American method of moving the missile to a test launch site. In this case it was Kapustin Yar in southern Russia. The RS-12M test sent the missile 10,000 kilometers to a missile testing site rented in Kazakhstan. The test warhead his its target area.

 

Originally the RS-12M ICBM was going to replace hundreds of older liquid-fueled ICBMs. But the end of the Cold War in 1991 and the sharp cuts in defense spending wrecked that plan. Since then an upgraded version of the RS-12M ICBM was developed and this one is replacing those older Cold War era ICBMs. Russia believes RS-24 is a worthy successor to the venerable, reliable and aging RS-18s. Reinforcing that attitude is a string of successful RS-24 test firings. Russia began deploying RS-24s in 2010. In 2013 the program to replace RS-18s with RS-24s accelerated, indicating a high degree of confidence in the RS-24 and enough cash to retire the RS-18s and build RS-24s to replace them. The 106 ton RS-18 is a 24.5 meter (76 foot) long missile that uses storable liquid fuel, meaning that the missile is inherently more complex than a solid fuel missile. But that also means you don’t require hours of preparation to fuel the missile. The RS-18 entered service in 1975, and it wasn't until the 1980s that Russia began producing reliable solid fuel rocket motors large enough for ICBMs like the 45 ton RS-12M. The last RS-18s were manufactured in 1990 and Russia expects each RS-18 to last 30 years if well maintained, regularly refurbished and needed badly enough.

 

The RS-18 was developed as a "light" ICBM, in effect, a competitor for the U.S. Minuteman series. The RS-18 was the first Russian ICBM to carry MIRV (multiple independently targeted reentry vehicles). The current RS-18 carries six warheads and has a range of 10,000 kilometers. RS-12M has a max range of 11,000 kilometers. Russia is also extending the life of its heavier (217 ton) RS-20 ICBMs to 30 years. This missile carries ten warheads and is also being converted to launch satellites. Eventually RS-12M will probably replace this one as well.

 

In 2009 Russia announced that the latest version of the Topol series, the RS-24, had entered service. The RS-24 appears to be a slightly heavier version of the 46 ton RS-12M1/M2. The RS-24 is being deployed in silos as well as on wheeled vehicles. The RS-24 carried more warheads (up to ten) than the Topol-M. The Russians developed the RS-24 to enable them to use all the additional warheads to penetrate American missile defenses.

 

At one point Russia planned to develop a liquid-fuel ICBM to replace its RS-18 and RS-20 (SS-18) ICBMs. The prototype was built but not tested. Russia had also announced plans to replace the old liquid-fuel missiles with the Topol M and this plan is apparently being implemented with the RS-24. This depends on being able to avoid cut to the defense budget despite sanctions and low oil prices. As Russia learned in the 1980s, economic fundamentals win in the end. The Soviet Union dissolved in large part because it was broke.

 

It was never explained why Russia is sticking with liquid-fuel technology for the Cold War era “heavy” missiles. It might have something to do with the liquid-fuel missiles being able to lift heavier loads, making it possible to use them to also launch satellites. The liquid fueled missiles weighed 100-220 tons and had warhead weights of 5-9 tons. In contrast, all American ICBMs (including those launched from subs) are solid fueled and have a warhead weight similar to the RS-12M (about a ton). Russian SLBMs (Sea Launched ICBMs) also have the one ton warhead.

 

Russia continues to test launch older RS-18 and RS-20 ICBMs. Russia still has over a hundred (out of a 1980s peak of 360) RS-18s in service and expects to keep some of them active into the next decade or until replaced by the new design. The test firings for most of the last decade have been successful, and other quality-control tests have come back positive. Despite the post-Cold War collapse of the Russian military, cash and quality personnel kept going to the missile forces, which are the final defense of the largest nation on the planet.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 11:55
Snecma installe un nouveau banc d’essais à Istres

 

18/09/2015 Armée de l'air  - Economie et technologie

 

Un nouveau banc d'essai a été installé sur la base aérienne 125 d'Istres pour assurer le développement des nouveaux moteurs de la société Snecma du groupe Safran.

Nouveau banc d'essais de Snecma

 

L’implantation historique, dès 1962, du centre d’essais en vol de Snecma sur la base aérienne d’Istres au sein de la direction générale de l’armement (DGA), a permis le développement des moteurs de tous les avions de combat de Dassault Aviation (Mirage F1, Alphajet, Mirage 2000, Rafale) et dernièrement et jusqu’en 2012, celui du TP400 de l’A400M d’Airbus.

 

Le premier banc d’essais déjà existant a également été adapté pour accueillir le Silvercrest, moteur du futur Falcon 5X de Dassault Aviation. « Avec l’aide du ministère du Logement, de l'Égalité des territoires et de la Ruralité, de la région, du département, de Ouest-Provence et du pôle Pégase, nous avons ainsi choisi d’implanter à Istres ce second banc à l’air libre », précise un porte-parole de Snecma.

 

Ce nouveau banc de plus de 100 tonnes s’articulera autour d’un pylône de 18 mètres de hauteur. Il disposera d’une structure inédite à deux têtes, qui permettra d’installer des moteurs d’architectures différentes et sera équipé d’un système d’acquisition de données de 1 200 lignes de mesure (à travers 9 200 mètres de fibre optique) : consommation de carburant, comportement dynamique et mécanique, acoustique, etc. Pour optimiser le recueil et l’analyse des données d’essais, un nouveau bâtiment de contrôle de 660 m2 sera implanté à proximité du banc.

 

Opérationnel pendant au moins 30 ans, ce nouveau banc intégrera des innovations inhérentes à la haute technicité des moteurs qui y seront testés (pièces composites, carter tournant, pales contrarotatives, réducteurs, mesures sans contact, télémesure…).

Lancement officiel des travaux du nouveau banc

Snecma installe un nouveau banc d’essais à Istres
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 07:56
Les experts de la cyberdéfense se donnent rendez-vous à Paris

 

03/09/2015 Ministère de la Défense

 

Le premier colloque international #CyberDef 2015 organisé par le ministère de la Défense se tiendra le 24 septembre à Paris. Il réunira des hauts responsables de la cyberdéfense, des experts internationaux et des universitaires.

 

Le 24 septembre sur le site de l’École militaire (Paris) se tiendra le premier colloque international #CyberDef 2015 organisé par le ministère de la Défense avec le soutien d’industriels français. La thématique abordée pour cette première édition,  « la cyberdéfense au cœur des opérations », illustre l’investissement du ministère de la Défense dans ce domaine de lutte. Elle permettra de mieux cerner les implications et les enjeux de la présence du cyber dans les opérations militaires.

#CyberDef 2015 rassemblera les hauts responsables de la cyberdéfense, les experts internationaux issus d’une vingtaine de pays alliés, les responsables de la Défense, les experts universitaires, les représentants d’organisations internationales (Otan, Union européenne) et les entreprises du monde entier, afin de croiser les expériences et les connaissances de chacun.

 

Des challenges pour évaluer le niveau de connaissance des futurs ingénieurs

Le colloque s’articulera autour de conférences plénières portant sur l’évolution des menaces et sur la place du combat numérique dans le cadre d’opérations militaires, ainsi que d’ateliers sur l’interopérabilité entre partenaires, la formation et l’entraînement à la gestion de crise cyber. Des experts de plusieurs pays animeront l’ensemble de ces travaux.

À cette occasion, la Direction générale de l'armement (DGA) et l’État-major des armées (EMA Cyber) lancent, pour la première fois en 2015, deux challenges destinés aux étudiants d’écoles d’ingénieurs civils et militaires. Il s’agit d’évaluer le niveau de connaissance des futurs ingénieurs civils et militaires, tester leurs aptitudes à lutter contre les attaques informatiques et commencer à fédérer un réseau international de futurs experts en cyberdéfense.

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 07:55
Retrouvez l’armée de l’air aux Journées européennes du patrimoine 2015



 18/09/2015 Armée de l'air

 

De nombreuses bases aériennes ouvrent les portes de leur patrimoine culturel à l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2015, les 19 et 20 septembre prochains. Le thème retenu cette année est "Le patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir".

 

Pour cette 32e édition, la Défense, deuxième acteur culturel de l’État, invite le public à découvrir plus d’une centaine de sites et de hauts lieux du patrimoine militaire français qui proposent, pour l’occasion, de nombreuses visites, ateliers pédagogiques et expositions de matériel. En 2014, les édifices militaires ont accueilli plus de 200 000 visiteurs.

À cette occasion, des bases aériennes et des détachements air vous proposeront des visites historiques. 

Pour de plus amples informations sur les activités proposées consultez le site du ministère de la Culture et de la Communication.

Rendez-vous sur les bases aériennes !

Base aérienne 102 de Dijon

  19 et 20 septembre 2015
  Le samedi de 14h à18h et le dimanche 10h-12h et 14h-18h
  - Visite des 3 espaces du musée de la base avec son Mirage 2000 Cristal
  - Remise d'une plaquette souvenir sur l'histoire de la BA 102
  - Présentation du Mirage III des "Chevaliers du ciel"

Base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac

  19 et 20 septembre 2015
  - Visites guidées en bus de la base aérienne à travers ses monuments d’infrastructure
  - Visites guidées de l’espace "traditions"
  - Exposition statique d’une vingtaine d’avions mythiques de chasse et de transport pour faire revivre l’épopée industrielle et technologique qu’a connue la région Aquitaine de la période post-seconde guerre mondiale, soit 1945, aux années 90. Chacun des avions sera associé autant que possible à une automobile de la même époque de préférence de marque française.

Base aérienne 115 d'Orange

  Samedi et dimanche de 09h à 12h et de 13h30 à 17h
  Visite du musée de la base dénommé « Musée Caritat »
  Le musée se trouve sur la base, en zone vie tout près de l’entrée base et est donc facile d’accès au public.

Base aérienne 118 de Mont-de-Marsan

  - Exposition statique d’aéronefs
  - Visite de l’Espace Patrimonial Rozanoff (musée de la base aérienne et du centre d'expertise aérienne militaire)
  - Exposition dynamique par l’équipe cynophile

  Sur inscription uniquement au 05 58 46 78 53

Élément air rattaché 279 de Chateaudun

  19 et 20 septembre de 9h30 à 17h

  Baptêmes de l'air à l'Aéro-club Jean Fournier
  Entrée libre avec pièce dʼidentité

Base aérienne 702 d'Avord

  Musée de la base aérienne 702 d’Avord
  Route de Bourges - 18520 Avord
  Informations au : 02 48 68 41 65
  Courriel: lescopains.avord@orange.fr
  • Horaires des visites :
  Samedi : de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
  Dimanche : de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
  ● Durée de la visite : 1h30
  Point de départ de la visite : entrée principale de la base aérienne
  Visite gratuite, commentée par groupe composé de 28 personnes
  ● Public concerne : adultes et enfants
  Partiellement accessible aux personnes à mobilité réduite
  Pas d’inscription préalable

Base aérienne 709 de Cognac-Châteaubernard

  Le musée aéronautique de la BA 709 est ouvert au public les 19 et 20 septembre :
  - Horaires : 10h00 – 12h00 et 14h00 – 18h00
  - Description des animations des Journées européennes du patrimoine :
  1- Visite commentée du musée aéronautique : histoire de la base aérienne 709 depuis sa création en 1938 à nos jours.
  2- Expositions d’avions anciens et divers objets aéronautiques
  3- Exposition de véhicules et matériels de la seconde guerre mondiale.
  4- Exposition de tenues de pilotes
  5- Exposition de maquettes et peintures sur le thème de l’aéronautique
  Réservation préalable : 05. 45.32.73.56 (heures ouvrables)
  Pièce d’identité obligatoire

Base aérienne 722 de Saintes

  Afin de faire découvrir ses missions au public, l’école organise pendant ces 2 jours des visites à partir de 13h30 avec au programme :
  - Visite de la salle «traditions», véritable musée de notre école ;
  - Visite du Hangar aéronautique et de l’atelier des moteurs ;
  - Présentation de l’Armée de l’air et de l’historique des promotions des élèves techniciens.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 22:35
Attack Copters Wipe Out Chinese Tanks in Simulated Battle

 

September 18, 2015 by Robert Beckhusen - War is boring

 

War game underlines armor's weakness

 

Recently, a Chinese tank company with the Nanjing Military Region went on the attack. The mission — punch through an enemy defense, press forward and eliminate any resistance along the way.

This was, of course, an exercise. And the exercise was going well. The armored beasts busted through their objective … when two enemy helicopters armed with anti-tank missiles arrived.

Within moments, the helicopters effectively “destroyed” the whole company, according to a July 25 article in the Chinese military newspaper Jiefangjun Bao Online. The paper noted the helicopter counter-attack “set off an uproar in the brigade.”

The U.S. Army’s Foreign Military Studies Office took note of the exercise in its monthly journal OE Watch. “It was … apparent that commanders were not staying abreast of recent changes in warfare,” the journal stated.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 21:40
Basel al-Assad International Airport

Basel al-Assad International Airport

 

18 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Washington - Les Russes ont déployé quatre avions de combat en Syrie, a indiqué vendredi un responsable américain à l'AFP.

 

Les Etats-Unis ont observé la présence de quatre avions de combat au sol près de Lattaquié (ouest), un fief du régime de Bachar al-Assad, a indiqué cette source.

 

Ce nouveau renforcement de la présence militaire russe intervient alors les Etats-Unis et la Russie ont repris un dialogue militaire sur la situation en Syrie.

 

Le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter, qui n'avait jamais eu de contact avec son homologue russe Sergueï Choïgou depuis son entrée en fonction en février 2015, s'est entretenu avec lui pendant près d'une heure vendredi matin.

 

Les deux ministres ont notamment convenu de poursuivre les discussions entre militaires sur les moyens d'échanger des informations sur les activités des différentes parties en Syrie, pour éviter tout incident.

 

Les Etats-Unis s'alarment depuis des semaines de la montée en puissance militaire russe en Syrie afin de renforcer son aide au régime du président Bachar al-Assad, alors que les Américains pilotent depuis un an une coalition internationale contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

 

Le Pentagone avait indiqué plus tôt avoir observé l'apparition près de Lattaquié, de matériel et de troupes russes, laissant penser que l'armée russe est en train d'installer une base aérienne avancée.

 

Les Russes ont déjà déployé sur place au moins quatre hélicoptères militaires, sept chars, une dizaine de véhicules blindés de transport de troupes, selon le Pentagone.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 16:50
Une université européenne de la Défense, avec quels pays ? Dans quels objectifs ?

L’Ecole royale militaire (belge) pourrait être le coeur de l’université européenne de défense prônée par Jean Marsia, qui vient de défendre une thèse à l’ULB (crédit : ERM)

 

by Bruxelles2

 

(BRUXELLES2) Comment approfondir l’Europe politique ? Avec qui faire l’Europe de la Défense ? Comment créer un esprit de corps européen ? C’est en quelque sorte à ces questions fondamentales que s’est attaqué Jean Marsia. Cet ancien colonel de l’armée belge, et ancien conseiller d’Elio di Rupo (quand il était Premier ministre), a trouvé une réponse : la création d’une université européenne de la Défense. Un projet ambitieux qu’il a décrit dans une thèse qui vient d’être soutenue à Bruxelles (1). En voici quelques éléments principaux

 

Une Europe politique toujours bloquée

Pour l’auteur, l’Europe de la défense est inséparable de l’Europe politique. Or celle-ci est aujourd’hui bloquée. « L’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, le 1er décembre 2009, n’a pas effacé l’échec, en 2005, du traité constitutionnel. En mars 2012, j’ai eu l’opportunité de faire remarquer à Herman Van Rompuy que le Conseil européen n’avait plus discuté de la défense depuis 2005. » Un nouveau processus s’est mis en place. Il a conduit les 28 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne à fixer, en décembre 2013, un plan d’action et un nouveau rendez-vous en juin 2015. « Mais en juin dernier, le Conseil européen a reporté l’examen des questions de défense au second semestre 2016. L’Europe politique et l’Europe de la défense à 28 sont toujours bloquées. »

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 16:50
BattleView 360 ‘See-through’ Armored Vehicle System Makes DSEI Debut


18.09.2015 by BAE Systems
 

BAE Systems has used advanced fighter jet technology to create a situational awareness system that allows armored vehicle crews to ‘see through’ their vehicles in real time, and gives commanders a complete view of the battlespace.

The system, called BattleView 360, will be on display on the CV90 tracked vehicle at the DSEI exhibition in London this week. BattleView 360 is highly adaptable and is being designed to seamlessly integrate with multiple existing vehicle types, systems, and radios.


At its core, BattleView 360 is a digital mapping system that collates, displays, and tracks the positions of all surrounding features of interest in two- or three-dimensional modes. This allows a vehicle commander to make rapid and informed decisions and communicate plans and instructions to other vehicles. The displayed imagery helps crews identify friendly and enemy forces, and can be used to generate safer routes out of the view of the enemy.


“Knowing what is going on around you has always been a challenge for armored vehicle crews inside noisy machines with limited visibility,” said Peder Sjölund, technology manager at BAE Systems Hägglunds, a subsidiary of BAE Systems, Inc. in the United States. “BattleView 360 builds on years of work across BAE Systems to improve situational awareness and integrate information so that crew workload is reduced and they can make fast, yet effective, decisions. The result is increased battlefield effectiveness and survivability.”

 

The head-worn part of the system can be synced to vehicle cameras to provide a ‘see-through’ capability in both visual and infrared. It can also be used by dismounted soldiers to relay information back to the vehicle. In a complete battlespace picture environment, the display can be integrated onto other vehicles or even unmanned aerial systems. BattleView 360 employs a head-down touch-screen display to allow commanders to quickly assess information and make quick and efficient decisions for targeting or other purposes. It also allows the commander to view the display of other crew members, such as a gunner.


Investment in advanced technologies for the land domain is a key focus for BAE Systems. Similar investment in an intelligent turret technology is being carried out by BAE Systems Combat Vehicles (U.K.) business. Both the U.K. and Swedish programs are vehicle agnostic and the technology can be integrated with new or existing vehicles via an electronic architecture.
 

BattleView 360’s head-down system features include:

  • Displaying Blue Force positions

  • Route planning

  • UAV route planning

  • Route progress monitoring

  • Polygon sketching

  • Line sketching

  • Dead ground display

  • Red ground display (ground that can be seen by hostile forces)

  • Best route for self-calculation

  • Best route for hostile-calculation

  • Area of uncertainty from last hostile sighting

 

For multimedia, please visit: https://resources.baesystems.com/?c=5828&k=f17ac7a0b2

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre


18.09.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Après un avis pour un Super-Puma au profit des régiments d'hélicoptères de combat en métropole (voir mon post ici), voici un avis de marché à bons de commande relatif à "l’affrètement d’un hélicoptère bimoteur avec équipage et mécaniciens pour mettre en oeuvre des rotations afin d’assurer le transport de fret et de passagers, de jour comme de nuit selon une disponibilité de sept jours sur sept 24 heures sur 24" en RCA.

Les candidats ont jusqu'au 25 septembre pour répondre. Durée du marché: six mois renouvelable deux fois par reconduction expresse.

L'affrêteur retenu devra répondre aux besoins du ministère de la Défense avec un préavis de 24 heures. Les acheminements se feront au départ et à l’arrivée de Bangui. Les principales destinations sont: Bouar, Ndele, Bambari, Kaga Bondoro, Sibut et Bria. L'avis précise que: "outre ces destinations, les vols pourront desservir d’autres destinations en République Centrafricaine, y compris des terrains sommaires et des zones de posé hélicoptère (ZPH), en fonction des besoins de la Force Sangaris".

Sangaris (900 hommes) disposerait actuellement de 7 hélicoptères (2 Gazelle, 3 Puma, 2 Tigre), après le départ de 3 Puma fin mai et en attendant le retour des Fennec

L'avis prévoit quatre types d’hélitransport :
- hélitransport de passagers : transporter jusqu’à 15 personnes minimum (VIP et civils de toute nationalité, combattants, équipe spécialisée, etc…). 
- Hélitransport de fret ; participer au soutien logistique des forces Sangaris déployées sur le pays,
- Hélitransport combiné : combiner les deux types d’hélitransport précédant.
- Hélitransport particulier : en situation de tension ou de crise, participer à l’évacuation de ressortissants civils sur l’ensemble du pays. L’hélicoptère doit pouvoir transporter des passagers ou du fret (eau, nourriture sèche, pièce de rechange, munitions, carburant et fret IATA ou autre) ou un mixte des deux.

 

Réflexion. Ce marché relève de la politique de la rustine: on bouche les trous au coup par coup. Un avion à Gao, un autre à Ouga, un hélico ici. Rien de mieux pour engendrer une guéguerre des opérateurs qui s'écharpent pour ces micro-marchés, au risque de faire voler des avions et des équipages "pas au top". On n'oubliera pas que dans les critères d'attribution, le prix, c'est 65% de la note finale.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 16:40
Ukraine’s other war

 

Ukraine is fighting two wars simultaneously. The most obvious is the hybrid conflict in the east, fuelled and sustained by Russia. But while the ‘hot phase’ in this arena is over, at least for now, Ukraine is also engaged in a war against itself.

It is locked in a struggle against its own dysfunctionality and endemic levels of corruption which will affect millions, from low-level policemen and fire inspectors to oligarchs and leading politicians. And while Ukraine can cope with the existence of an almost frozen conflict in the Donbas, there is no possibility of accepting the status quo with regard to the latter war.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 12:30
source War is boring

source War is boring

 

September 17, 2015 Paul Iddon - warisboring.com

 

The Kurdish militants are expert mountain fighters and have fought off worse

 

The Turkish government talks tough. “You cannot discourage us from our war on terror,” Prime Minister Ahmet Davutoglu said earlier this month. “Those mountains will be cleared of these terrorists. Whatever it takes, they will be cleared.” Davutoglu was referring to the bombing campaign against the Kurdistan Workers Party, or PKK, in the Qandil Mountains. Turkish air force F-4 and F-16 fighter-bombers are hitting suspected PKK targets in the Qandil Mountains, and dozens of soldiers on both sides have died since the fighting erupted in July. But it’s hard to imagine Turkey expelling the PKK. The Qandil Mountains are an ideal sanctuary, stretching westward from the Iraq-Iran border about 30 kilometers into Turkish territory. The Turkish military is certainly not unfamiliar with them.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 11:55
De nouveaux simulateurs à Lanvéoc-Poulmic

 

02/09/2015 Sources : Marine nationale

 

Les simulateurs d’entraînement du CESSAN (Centre d’Entraînement à la Survie et au Sauvetage de l’Aéronautique Navale) de la base d’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic ont été complètement rénovés.

 

Le mercredi 26 août 2015, après 2 jours de contrôles, les nouveaux simulateurs ont été validés par le directeur du centre, le capitaine de corvette Patrick Rivière, en présence des autorités de la BAN et des représentants des services contractants.

 

Ce programme de rénovation a été piloté par le  (NATO Support Agency) organisme de soutien OTAN basé au Luxembourg. L’entreprise canadienne qui a installé ces équipements spécifiques est bien connue du centre puisqu’elle a fourni un nouveau simulateur de cabine immergée en 2012.

 

Le CESSAN va dès lundi prochain pouvoir former les stagiaires aux différents exercices de survie en cas de crash ou d’évacuation d’aéronefs en mer dans des conditions de réalisme inégalées. Vent, pluie, effets sonores et visuels viennent désormais renforcer le réalisme des systèmes d’entraînement à la survie qui ont été entièrement rénovés lors de ce chantier, faisant du CESSAN, le centre de survie maritime doté du système le plus avancé de simulation au monde.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories