Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 07:20
Interoperability with intelligence community paramount for DCGS-A

 

 

May 21st, 2013 By Army News Service - defencetalk.com

 

This week, the Army Intelligence and Security Command conducted a demonstration of the Distributed Common Ground System – Army, for members of the press as well as members of Congress and their staff to help them better understand the system.

 

The top message coming out of the demonstration was that Distributed Common Ground System – Army, or DCGS-A, is compliant with the standards of the intelligence community, that includes the Army, the other services, the DOD intelligence agencies, and other federal government intelligence services as well.

 

Also a key message of Army intelligence community leaders at the demonstration was the idea that new tools and software packages could be added to the already robust DCGS-A “family of capabilities,” but only if they are compliant with the standards of the intelligence community, only if they are seamlessly interoperable.

 

The DCGS-A is part of a larger network of DCGS systems within the DOD, including one run by the Navy, the Marine Corps, and the Air Force.

 

The “system” connects Soldiers involved in intelligence gathering and analysis with each other, with those in the intelligence community of joint partners, and with the larger intelligence community of the U.S.

 

DCGS-A is already deployed to theaters worldwide, said Lt. Gen. Mary A. Legere, the Army’s deputy chief of staff, G-2.

 

“It is globally deployed,” Legere said. “This is not a system that is in the lab. This is a system that is supporting and has supported nine corps, 38 divisions and 138 brigade combat teams. It has been since its inception, fielded, and supporting both of the wars, as well as spreading out to other global theaters.”

 

Today, she said, DCGS-A is in Afghanistan and is used by Soldiers throughout the Middle East, as well as at units assigned to U.S. Africa Command, U.S. Army Pacific Command, “and anywhere you have Soldiers who are deployed.”

 

The DCGS-A is not a piece of software, or a piece of hardware. It’s really an “enterprise,” Legere said.

 

That is, there is now a collection of different software packages, only some developed by the Army, that are used by members of the intelligence community across the Army. All of those software packages can process intelligence that is shared in a way that they can all access it and process it without the complication of incompatible data.

 

Intelligence information produced by Army sensors, such as a Gray Eagle, a Global Hawk or a Shadow unmanned aerial system, or by human intelligence gatherers, are easily ingested into the DCGS-A system because they are all compliant with one standard. And the data, once inside the system, is easily shared, around the world and instantly, with users of DCGS-A.

 

The data, because it is compliant with a single standard, can be ingested and processed by any one of dozens of intelligence analysis software tools because all the data is compatible. Output from those tools also remains compatible and visible across the DCGS-A “enterprise,” across the intelligence assets of other services, and across the wider U.S. intelligence community.

 

Legere said DCGS-A is a “family of capabilities, [that] includes sensor controls and downlinks for data that connects our Soldiers to the joint intelligence platforms. It’s a common enterprise, it ensures all the data they see is viewable and is accessible so the Soldiers can collect, analyze, collaborate, re-task and redistribute intelligence.”

 

It’s not the Army, or one defense contractor that has built DCGS-A. Legere said more than 40 private sector industry partners across the U.S. are participants in development of the system, all of whom have adjusted their own independent products they brought to the table to fit within the DCGS-A environment, and within the environment of the larger U.S. intelligence community.

 

Legere said that there is better software available to be included within the DCGS-A enterprise, but that in order for such software pieces to be accepted and integrated, they must first be compliant with DCGS-A, which is in turn compliant with intelligence community standards.

 

“We take joint and intelligence community interoperability very seriously,” Legere said. “We work with the other DCGS programs [in the other services], so that nothing comes in on our hardware or software that would impede our ability to share or interact with our partners, their data or sensors.”

 

The general went on to say that Soldier safety, and winning the war fight is the No. 1 priority of the DCGS-A program, and data standards is key to ensuring that.

 

“Ultimately, every decision we make about our program is about our Soldiers and their commanders,” she said. “Sometimes we have to explain that that intelligence community standard, and that data access, may be more important than the thing that, quite frankly, seems easier, but creates issues.”

 

The Army didn’t create the intelligence community data standards, Legere said. But the Army does, as the largest “footprint” in any theater, have a responsibility for compliance with those standards, and like joining the Army itself, part of participation means compliance with standards.

 

“Other services count on the Army for this disciplined support,” she said. “And our industry partners who work with us understand we do not want to compromise interoperability in order to use their products.”

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:55
Libre-échange UE-USA: Paris veut exclure l'industrie de défense (ministre)

20.05.2013 Le Parisien (AFP)

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a affirmé lundi au européen à Strasbourg l'opposition de à l'inclusion du secteur de la défense dans les négociations de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis.
"Nous ne sommes pas favorables à ce que l'industrie de la défense entre dans l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis", a déclaré M. Le Drian devant la sous-commission Défense du Parlement européen.
"D'abord parce qu'on crée un précédent difficilement gérable. La Commission (européenne) n'a jamais inclus le secteur de la défense dans le périmètre des négociations commerciales avec des pays tiers. Ce serait une première", a-t-il expliqué.
De plus, "les affaires commerciales sont suivies dans le cadre du Conseil (européen) du Commerce et échappent donc à la compétence des ministres de la Défense", a-t-il ajouté.
Enfin, l'inclusion dans les négociations d'un accord de libre-échange porterait "atteinte à l'acquis que constitue le +paquet défense+ de 2009, qui n'est pas encore solidifié", selon le ministre. Ce paquet est un ensemble de directives prises au niveau européen dont l'un des objectif est l'élimination des barrières à la libre circulation des équipements de défense dans l'espace de l'UE.
Courant juin, la Commission doit demander aux Etats-membres un mandat pour ouvrir les négociations . Mais la , appuyée par d'autres pays, menace de ne pas accorder de mandat si l'exception culturelle n'était pas respectée.
Devant les euro-députés, M. Le Drian a de nouveau justifié l'achat par la France de deux drones aux Etats-Unis, une décision qui fait polémique.
"Il fallait trouver une réponse immédiate" à la "nécessité" pour la France de posséder des drones d'observation, dont le manque "a été constaté" lors de la récente intervention au Mali, a-t-il expliqué.
Le ministre a souhaité que les pays et industriels européens se mobilisent pour "élaborer ce que pourra être demain le drone de nouvelle génération". "Il y a des industriels capables de le faire", a-t-il ajouté.
Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a déploré lundi l'achat des drones américains, en affirmant que les industriels attendaient toujours le lancement d'un programme européen.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:55
Chargement d’un Tigre avec des roquettes. Kaboul 2009. Photo Frédéric Lert

Chargement d’un Tigre avec des roquettes. Kaboul 2009. Photo Frédéric Lert

21.05.2013 Par Frédéric Lert (FOB)

 

TDA Armements (filiale de Thales spécialisée dans les armements terrestres et aéroportés), prévoit le tir complet, avec guidage sur une tache laser, d’une roquette à précision métrique pour le mois de juillet prochain. L’idée de roquette guidée agite le Landerneau depuis plusieurs années de part et d’autre de l’Atlantique. Pour tous, il s’agit d’offrir un grand niveau de précision à un armement idéalement taillé en terme de puissance, mais dont la dispersion à l’impact cadre mal avec les exigences de précision des conflits actuels. Moins maniable qu’un missile, la roquette guidée promet en revanche d’être bien meilleur marché et bien plus disponible : plusieurs dizaines de projectiles pourront être emportées par hélicoptère…

 

TDA fournit déjà les roquettes de 68mm qui équipent les Tigre de l’Alat et qui ont été tirées à plusieurs milliers d’exemplaires en Afghanistan, en Libye et plus récemment au Mali. L’industriel a déjà développé des solutions innovantes pour ses roquettes, avec notamment depuis 2009 la transmission d’informations et la commande de mise à feu par simple induction : aucun branchement électrique n’est nécessaire une fois la roquette installé dans son tube. Le processus d’armement gagne en simplicité, en fiabilité et en rapidité. Toutes les roquettes aujourd’hui livrées à l’Alat bénéficient de ce système.

 

La roquette à précision métrique est le fruit d’un développement sur fonds propre de TDA qui bénéficie toutefois d’un PEA (Plan d’Etude Amont) de la DGA sur le développement d’une charge militaire muratisée à effet collatéral réduit. Les autres travaux de développement porte sur la fusée qui emporte le kit de guidage, le dispositif de mise à feu du propulseur et de la charge militaire. Le propulseur reste inchangé par rapport à une munition classique. Chaque roquette guidée se voit fournir un code laser unique ce qui autorise le tir simultané de plusieurs roquettes. Une innovation qui ira de pair avec la possibilité, sur le Tigre HAD, d’emporter jusqu’à cinq modèles différents de projectiles dans un même panier et de sélectionner précisément la munition devant être tirée. Le HAP n’offre actuellement que la possibilité de choisir le panier qui va tirer. Bien évidemment, un autre atout du Tigre HAD est de disposer d’un illuminateur laser dans son viseur de toit Strix, ce qui lui permettra de guider lui-même ses propres munitions.

 

Le tir du mois de juillet se fera à partir d’un Tigre HAP avec un guidage déporté et ne comprendra que deux roquettes dont la charge militaire sera remplacée par un système de télémétrie. Plusieurs centaines de tirs ont déjà été simulés sur un banc d’essais reproduisant tout le vol de la munition. TDA envisage une mise en service dans les forces à partir de 2018.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:35
North Korea Launches Sixth Projectile in Three Days

21 May 2013 By Joshua Lipes (RFA) – Pacific Sentinel

 

North Korea fired two projectiles into the ocean Monday, according to South Korean officials, defying warnings from the United Nations to refrain from escalating regional tensions after a series of launches over the weekend.

 

The South’s Joint Chiefs of Staff (JCS) confirmed the firings from two locations on North Korea’s east coast, Agence France-Presse reported, adding that it was unclear whether the tests involved guided missiles or rockets from multiple launchers.

 

“North Korea launched two projectiles on Monday—one in the morning and the other in the afternoon," a JCS spokesman said, speaking on condition of anonymity.

 

Monday’s launches were the sixth by North Korea in three days, after firing three missiles on Saturday and one on Sunday, all of which fell into the Sea of Japan—also known as the East Sea.

 

Some reports referred to the launched projectiles as missiles.

 

The two projectiles fired on Monday followed similar trajectories as the four previous launches over the weekend, officials at both the JCS and South Korean Defense Ministry said.

 

The weekend launches had drawn condemnation from United Nations Secretary General Ban Ki-moon, who warned Sunday of a “dangerous escalation” on the Korean Peninsula and urged Pyongyang to refrain from further actions.

 

Ban called for North Korea to return to negotiations in order to lower tensions in the region, which he said had heightened the risk of dangerous miscalculation.

 

South’s reaction

 

South Korea on Monday urged North Korea to stop firing missiles, saying that the launchings were raising tensions, regardless of whether they were intended to test new weapons or to demonstrate Pyongyang’s firepower.

 

The North's state-run Korean Central News Agency (KCNA) on Monday quoted an information bulletin by Pyongyang’s Secretariat of the Committee for the Peaceful Reunification of Korea which angrily responded to criticism of what it called a “regular military exercise to bolster up the country's defense capability.”

 

It dismissed calls to end its launches as “another unpardonable challenge to [North Korea] and an undisguised provocation driving the situation on the Korean Peninsula to an extreme phase.”

 

North Korea has accused South Korea and the U.S. of escalating tensions on the peninsula following a series of small- and large-scale joint military drills in recent months which have featured nuclear-capable B2 stealth bombers and the nuclear-powered aircraft carrier USS Nimitz.

 

Routine launch?

 

Test launches of short-range missiles by North Korea are fairly routine. The North last launched two such missiles into the sea in March.

 

Andrei Lankov, a North Korea expert at Kookmin University in Seoul, told RFA’s Korean Service that the recent launches were “nothing unusual.”

 

“The North Koreans have done it many times in the past, and are likely to do it again and again,” he said.

 

“Like any military force, the North Korean armed forces need to test their weapons and train their soldiers.”

 

He said that short-range missiles with conventional warheads “do not constitute any significant threat” and that the tests were likely not an attempt to draw attention from Washington or Seoul.

 

“If they need more tension, they are likely to resort to their old tactics of tension-building: bellicose rhetoric and, perhaps, long-range missile launches and nuclear tests,” Lankov said.

 

“Frankly, this seems to be much ado about nothing.”

 

Pyongyang launched a long-range rocket in December and conducted its third nuclear test in February.

 

Both tests were in violation of international sanctions that ban North Korea from developing missile or nuclear technology, prompting the U.N. Security Council to adopt even tougher measures against the country in March.

 

Pyongyang began issuing vitriolic war rhetoric after the new sanctions were imposed, raising ominous prospects of a nuclear conflict on the Korean peninsula.

 

Earlier launches

 

North Korea has launched five long-range missiles or rockets over the past seven years and last December placed a satellite in orbit.

 

Pyongyang claimed the satellite was part of peaceful research, but critics said the launch amounted to a banned ballistic missile test that marked a major advance for the North's illicit nuclear weapons program.

 

Following Monday’s launches, Chinese Foreign Ministry spokesman Hong Lei called for the full implementation of relevant U.N. Security Council resolutions against its ally North Korea and called for dialogue in order to maintain peace and stability on the peninsula.

 

Russian Foreign Minister Sergey Lavrov said at a news conference on Monday that North Korea had not “formally” breached any U.N. Security Council resolutions by test-firing short-range missiles over the last few days.

 

But he urged calm for the region and called for the resumption of aid-for-disarmament talks between the two Koreas, United States, China, Russia and Japan.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:30
L'armée israélienne réplique après avoir été la cible de tirs en provenance de Syrie sur le Golan

21 mai 2013 Romandie.com (AFP)

 

JERUSALEM - Des soldats israéliens ont ouvert le feu dans la nuit de lundi à mardi après avoir été pris pour cible par des tirs en provenance de Syrie, a indiqué l'armée dans un communiqué.

 

Au cours de la nuit, une patrouille de Tsahal a été la cible de tirs près de la frontière syrienne dans le plateau du Golan. Aucun blessé n'est à déplorer. Le véhicule a été endommagé. Les soldats de Tsahal ont répondu en ouvrant le feu avec précision et ont atteint la source des tirs, peut-on lire dans le communiqué.

 

Tsahal s'inquiète des récents incidents dans le nord du pays et a déposé une plainte auprès des forces des Nations-Unies en fonction dans la région, ajoute le texte.

 

Un incident du même type s'était déjà produit dans la nuit de dimanche à lundi lorsque des tirs en provenance de Syrie avaient touché un secteur du Golan occupé par Israël.

 

Selon les médias locaux, le point d'impact des tirs avait été à proximité d'une patrouille militaire israélienne.

 

L'armée israélienne, qui n'avait pas confirmé l'information, n'avait pas répliqué. A la suite de l'incident, Israël avait saisi la force d'observation des Nations Unies déployée dans la zone depuis 1974.

 

Depuis le début du conflit en Syrie, la situation s'est tendue sur le Golan, mais les incidents sont restés jusqu'à présent relativement limités, l'armée israélienne ayant pour consigne de riposter en visant l'origine du tir.

 

La semaine passée, des projectiles tirés de Syrie ont touché le mont Hermon, point culminant du Golan occupé par Israël, entraînant la fermeture aux visiteurs de ce site touristique habituellement fréquenté.

 

Israël, officiellement en état de guerre avec la Syrie, occupe depuis la guerre de 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan, qu'il a annexés, une décision que n'a jamais reconnue la communauté internationale

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:20
Deux drones américains Reaper pour la France ; le PDG de Dassault grimace (vidéo)

20/05/2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense globale

 

La France a totalement raté " le rendez-vous des drones ". Ce n'est pas un grincheux habituel mais le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui le répète après sa visite aux Etats-Unis les 17 et 18 mai.

Notre pays s'apprête donc à acheter rapidement deux MQ-9 Reaper Predator (photo US Air Force), un drone MALE (moyenne altitude longue endurance), disons gentiment, plus moderne que les Harfang de l'armée française... Si le Congrès américain donne son aval.

Ce lundi 20 mai, le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a déploré ce choix...

En mars, le général (2S) de corps aérien Thierry Delahaye nous disait : " En tant qu'utilisateur, je dirais qu'acheter sur étagères, ça marche. si je réfléchis avec un esprit de défense et en tant que français, je pense qu'il vaut mieux développer un projet dans le pays. Ça permet de garder un avantage économique et technologique. " Le cas des drones français ou européens reste donc un échec historique retentissant de la fin du XXe siècle... 

Inutile d'épiloguer sur les responsabilités. Les aviateurs se réfugient derrière les manques de crédits ; les industriels derrière le manque de perception de l'engin à l'époque ; les politiques derrière l'absence de vision stratégique. Bref, tout le monde a eu tort sur ce coup-ci.

Cassidian (Barracuda), filiale d'EADS, Dassault aviation (nEUROn) et BAE systems (Taranis) travaillent sur la conception d'un drone français ou plutôt européen. Pour l'instant, la France, qui a réaffirmé l'importance de cet outil dans le dernier Livre blanc de la Défense et de la sécurité nationale, n'a pas d'autres moyens que d'acheter des drones aux Etats-Unis, voire en Israël (avec l'Eitan de Israel Aircraft Industries). Ce sont les deux seuls pays qui en fabriquent. Point à la ligne.

 

Douze drones dans le Livre blanc

Si le Livre blanc préconise l'acquisition de douze drones de surveillance, la France s'apprête donc à en acheter deux très rapidement (avant la fin de l'année). Les Harfang ont joué leur rôle lors de l'opération Serval mais leur technologie est dépassée. Les Etats-Unis ont donné leur accord pour extraire de la ligne de production du fabricant General Atomics deux exemplaires de MQ-9 Reaper dans une version de surveillance non armée (environ 40 millions d'euros pièce à part accord particulier).

Car ce drone, de 11 m de long et de 20 m d'envergure, qui vole 27 heures jusqu'à 15 000 m d'altitude, peut transporter et tirer des missiles sol-air (voire deux missiles air-air ou deux bombes). L'US Air Force a largement utiliser sa puissance de feu en Afghanistan voire au Pakistan. Le Reaper, qui signifie moissonneur (ou faucheur), ne sera donc pas utilisé au maximum par l'armée française. Et de toute façon pas sur le sol national ou même européen. Ce produit intégralement américain n'est pas habilité à survoler nos contrées. Il devrait donc rejoindre le Sahel, basé à Niamey au Niger comme les Harfang durant l'opération Serval, ou au Tchad.

L'armée américaine compte 104 Reaper et l'US Air Force compte en acheter douze supplémentaires d'ici 2014. Pour l'instant, seuls les armées britanniques et turques possèdent des MQ-9 Reaper.

 

Le PDG de Dassault déplore

" Nous sommes inquiets. Voir acheter des drones américains sans avoir au même moment un réel lancement de programme européen ou franco-britannique ou franco-allemand, cela ne peut pas nous réjouir ", indique le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, présent au salon de l'aviation d'affaires à Genève : " A l'heure où on nous dit qu'il va falloir faire des efforts, qu'il va y avoir des restrictions sur certains programmes (militaires), on nous dit qu'on ne peut pas aller chercher la technologie (drones de surveillance) chez vous alors qu'elle existe. "

Le PDG de Dassault renvoie le ballon dans le camp du gouvernement. Pour un futur drone européen, " je n'ai pas vu de besoins communs exprimés vers nous (industriels) qui couvrent les besoins allemands, français, britanniques. Cette demande n'existe pas. Si elle existait, il n'y aurait pas de problème pour faire un drone entre les industriels. BAE systems, EADS et Dassault pourraient trouver un terrain d'entente dès lors que les pays auraient émis un besoin commun ".

Beaucoup moins simple qu'un achat sur étagères mais plus porteur pour l'indépendance stratégique, l'industrie, les emplois... Quand on se réveille en retard, il faut courir.

.

Voici une vidéo de l'US Air Force présentant le drone MQ-9 Reaper Predator...

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:00
Le drone de surveillance Predator B MQ-9 Reaper fabriqué par l'américain General Atomics. L'Hexagone pourrait acquérir d'ici à la fin de l'année deux de ces appareils pour des missions de renseignement. - photo General Atomics Aeronautical Systems

Le drone de surveillance Predator B MQ-9 Reaper fabriqué par l'américain General Atomics. L'Hexagone pourrait acquérir d'ici à la fin de l'année deux de ces appareils pour des missions de renseignement. - photo General Atomics Aeronautical Systems

21/07 par Yann VERDO - lesechos.fr

 

La France va acheter deux drones américains de surveillance. Jean-Yves Le Drian estime que la France a raté le rendez-vous des avions sans pilote.

 

Le pays du Rafale a-t-il raté le rendez-vous des drones, ces avions sans pilote dont l'usage a changé l'art de la guerre ? C'est du moins ce que pense le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui l'a déclaré sans ambages ce week-end au « Grand Rendez-vous Europe 1-iTélé-"Le Parisien" ».

 

Le ministre, qui avait rencontré son homologue américain, Chuck Hagel, vendredi à Washington, a confirmé être entré en négociations avec le Pentagone pour l'achat de deux drones de surveillance « Reaper » fabriqués par l'entreprise américaine General Atomics. Ces deux appareils devraient être livrés non armés à la France d'ici à la fin de l'année et seraient aussitôt déployés au Mali pour des missions de renseignement exclusivement, mais les experts soulignent qu'ils pourraient être aisément transformés en drones tueurs par la suite.

 

Le ministre a également confirmé que des négociations parallèles étaient en cours avec Israël, le seul autre pays construisant des drones avec les Etats-Unis. Il n'a pas précisé le nombre d'avions sans pilote dont l'armée française souhaiterait rapidement se doter auprès des deux puissances étrangères. Dans un récent Livre blanc, il était recommandé que la France, qui dispose actuellement de 4 drones d'observation, porte rapidement le nombre de ces engins à douze.

 

L'opération « Harmattan » engagée il y a deux ans en Libye et celle actuellement en cours au Mali ont clairement montré que l'armée française était dépendante des renseignements récoltés par les drones américains. La faute d'un virage stratégique mal négocié dans les années 1990, notamment en raison d'un manque de coopération sur ce sujet entre les industriels français. Résultat : ni Dassault Aviation ni EADS ne fabrique aujourd'hui leurs propres drones. Ceux utilisés actuellement au Mali ont été simplement adaptés aux besoins de l'armée française par EADS à partir de drones acquis dans les années 1990 auprès de l'armée israélienne.

 

Une solution d'urgence

 

Dans ce contexte, la commande passée auprès du Pentagone et celle en discussion avec Tel-Aviv apparaissent donc comme une solution d'urgence. Une position d'ailleurs pleinement assumée par Jean-Yves Le Drian qui a déclaré que Paris ne pouvait se permettre d'attendre dix ans de plus que nos champions industriels se décident enfin à agir ensemble. Et qui a mis publiquement la pression sur les dirigeants des groupes concernés pour qu'ils oublient leurs rivalités et travaillent de concert sur ce dossier. « Il faut aujourd'hui que, sur notre demande, les industriels français et européens se mettent en relation pour élaborer ce que pourra être demain le drone de nouvelle génération », a déclaré Jean-Yves Le Drian, ajoutant que celui-ci ne devrait pas être uniquement français mais franco-germano-britannique.

 

Aux Etats-Unis, première puissance militaire au monde, les drones ont changé le visage de la guerre. Soit grâce aux renseignements qu'ils permettent de collecter en zone ennemie, soit du fait de leur usage pour les « assassinats ciblés » de dirigeants d'Al-Qaida ou d'autres mouvements terroristes. Chaque mardi, Barack Obama rencontre ses experts du contre-terrorisme pour réviser la « kill list ». Seul le Congrès est informé des frappes effectuées, mais les observateurs indépendants estiment que le nombre d'activistes ainsi éliminés au Pakistan et au Yemen s'est fortement accru depuis 2009, date de l'arrivée à la Maison-Blanche de Barack Obama.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 05:55
Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a déploré lundi l'achat par la France de deux drones de surveillance américains, soulignant que les industriels européens, disposant de la technologie, attendent toujours le lancement d'un programme européen. - photo EDA 2013

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a déploré lundi l'achat par la France de deux drones de surveillance américains, soulignant que les industriels européens, disposant de la technologie, attendent toujours le lancement d'un programme européen. - photo EDA 2013

20.05.2013, Le Parisien (AFP)

 

L'achat de drones américains par l'armée française ne satisfait pas du tout le groupe Dassault Aviation. Son PDG, Eric Trappier, l'a fait savoir lundi, soulignant que les industriels européens, disposant de la technologie, attendent toujours le lancement d'une coopération européenne. «Nous sommes inquiets. Voir acheter des drones américains sans avoir, au même moment, un réel lancement de programme franco-britannique ou franco-allemand, cela ne peut pas nous réjouir», a-t-il déclaré en marge du salon de l'aviation d'affaires Ebace, à Genève (Suisse).

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a justifié dimanche l'achat par la de deux drones de surveillance aux Etats-Unis en expliquant que la avait «raté le rendez-vous des drones» et confirmé des discussions avec Israël pour l'achat d'autres appareils. Le ministre a par ailleurs insisté sur la nécessité de «se préparer à construire au niveau européen des drones d'une nouvelle génération susceptibles d'être les remplaçants des drones» qui sont sur le point d'être achetés.

«Bae Systems, et Dassault pourraient trouver un terrain d'entente»

Eric Trappier a souligné que, sur ce point, aucun besoin n'a pour l'heure été défini. «Je n'ai pas vu de besoins communs exprimés vers nous (industriels) qui couvrent les besoins allemands, français et britanniques. Cette demande n'existe pas», a-t-il commenté. «Si elle existait, il n'y aurait pas de problème pour faire un drone entre les industriels. Bae Systems, EADS et Dassault pourraient trouver un terrain d'entente dès lors que les pays auraient émis un besoin commun», a-t-il assuré.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 11:55
Les Fennec du « Parisis » et de l’«Alpilles » et un Super Puma en campagne d’instruction à Saint-Léocadie dans les Pyrénées

Les Fennec du « Parisis » et de l’«Alpilles » et un Super Puma en campagne d’instruction à Saint-Léocadie dans les Pyrénées

16/05/2013 Ltt Charline Redin - Armée de l'air

 

Du 13 au 17 mai 2013, les Fennec de l’escadron d’hélicoptères «Parisis» et de l’escadron d’hélicoptères «Alpilles»ont organisé conjointement une campagne d’instruction et d’entraînement au centre de vol en montagne de Saint-Léocadie dans les Pyrénées. Reportage, rotors tournants, à leurs côtés pour une semaine de sensations fortes dans les vallées escarpées françaises.

 

Patin droit posé sur le sol, puis le gauche. Après une heure et dix minutes de vol, le capitaine Jean-Baptiste Flamme, 29 ans, pilote d’hélicoptère dans l’armée de l’air, vient de poser un Fennec sur la piste du centre de vol en montagne (CVM) de Saint Léocadie dans les Pyrénées après avoir «appréhendé l’aérologie dans des vallées étroites». Pour ce pilote arrivé en octobre dernier à l’escadron d’hélicoptères 3/67 «Parisis» de Villacoublay, «le vol en montagne est un véritable aboutissement». Quelques minutes avant de décoller, l’instructeur qui l’accompagne à la machine, le commandant Sébastien Olié, lui avait prodigué les «bons conseils des anciens» : «Une crête, on ne l’attaque jamais de face mais toujours de côté. Il faut que tu t’habitues à travailler avec le relief».

 

Du 13 au 17 mai 2013, l’EH «Parisis» a organisé une campagne d’instruction et d’entraînement au CVM commune avec l’escadron 5/67 «Alpilles». «Nous venons deux fois par an nous entrainer à la spécificité du vol en montagne. Il s’agit d’un des fondamentaux pour les pilotes d’hélicoptères comme peut l’être le vol sous JVN (jumelles de vision nocturne) et le survol maritime. Nous avons sélectionné les trois derniers pilotes arrivés à l’escadron afin de poursuivre leur formation dans ce domaine», explique le lieutenant-colonel Jérôme Fleith, commandant l’EH «Parisis». Créé en 1964, le CVM est un centre unique en Europe, «ici la météo peut basculer à chaque instant», explique le lieutenant-colonel Fleith. Le microclimat annoncé en début de stage qui confirme 300 jours de soleil par an sur cette zone aura été trompeur : «La météo n’aura pas été clémente cette semaine, mais elle nous aura permis de nous entraîner dans des conditions difficiles dans un milieu hostile. C’est très formateur pour nos jeunes pilotes», tient à préciser le commandant de l’EH. Au programme de ces quelques jours pour les jeunes pilotes du « Parisis » et de «l’Alpilles» : des tenues de machine avec des vols stationnaires proches des cailloux et des rochers, des poser dans des environnements compliqués (fonds de vallées, zones escarpées, etc), du treuillage en zone montagneuse, des slings (soulever des charges dans des endroits complexes…). «Il y aura une montée en puissance dans la complexité des vols au fur et à mesure de la semaine. L’objectif est que les jeunes pilotes partent en se sentant plus à l’aise sur ce type de vol où le pilotage se fait à la sensation, analyse le commandant de l’EH. On cherche à développer leurs capteurs dans la sensation physique et dans le regard : sentir quand la machine monte, déterminer si une turbulence est dangereuse ou pas, être capable d’un coup d’œil de voir si on peut se poser ou pas… Il s’agit de leur faire développer une bibliothèque d’images mentales qui les aidera à analyser une situation rapidement. De l’expérience pour être concis !»

L'entraînement s'est fait dans des conditions difficiles formatrices pour les pilotes

L'entraînement s'est fait dans des conditions difficiles formatrices pour les pilotes

Le capitaine Flamme enchaîne les vols et la fatigue. Hier, il en a réalisé trois d’un peu plus d’une heure chacun : «Je suis très concentré car je ne suis pas habitué à évoluer dans cet environnement. On apprend énormément et tous les jours et nous renforçons notre endurance. Ce qui est enrichissant dans ce type de mission, c’est le travail en équipage avec le mécanicien embarqué. Sa présence est indispensable pour nous !». Cette campagne permet effectivement aux mécaniciens embarqués et qualifiés de  jouer le rôle de "Vigie" (observateurs). Ces derniers, harnachés à la machine, porte ouverte, passe la tête à l’extérieur de la machine pour guider le pilote afin de faciliter le poser des machines dans des zones encombrées. «Le travail avec les treuillistes des deux escadrons en zone montagneuse est  très formateur. Il s’agit d’un dialogue constant entre chacun des membres de l’équipage», ajoute le capitaine. Le sergent-chef Nicolas Villa, mécanicien et treuilliste à l’EH «Parisis» renchérit d’ailleurs : «Cette campagne dans les Pyrénées est une réelle plus value pour nous. Nous profitons de ces vols en montagne pour embarquer avec nous des mécaniciens non formés afin de leur expliquer notre travail de treuilliste. Ils seront plus à l’aise lorsqu’ils passeront leur qualification à leur tour».

 

Le CVM est placé sur la même altitude que la région de Kaboul. Son relief rappelle d’ailleurs les paysages afghans avec ses étroites vallées et ses plateaux d’altitude. Cet environnement impose aux pilotes d’hélicoptères de travailler en «limite de puissance, de piloter au moyen de références visuelles comme les effets de pentes, les fonds de vallées sans oublier des changements de météo assez radicaux», insiste le commandant Olié, chef des Opérations à l’EH «Parisis» et instructeur pour ce stage.

 

La campagne au CVM se terminera pour les hélicoptères Fennec vendredi 17 mai 2013,  «nous avons rempli l’ensemble de nos objectifs. Nos jeunes pilotes repartiront plus aguerris et auront gagner un peu plus de confiance en eux», conclut le lieutenant-colonel Fleith.

Treuillage en zone montagneuse

Treuillage en zone montagneuse

Partager cet article
Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 11:35
crédits LOCKHEED MARTIN

crédits LOCKHEED MARTIN

May 17, 2013 By Zachary Keck - Flashpoints

 

Despite growing questions concerning cost overruns and survivability in conflict, the U.S. Navy plans to send 11 littoral combat ships (LCS) to the Pacific region by 2022, the U.S. Navy’s Chief of Naval Operations, Jonathan Greenert, said this week, Xinhua and Jane’s reported.

Speaking at the International Maritime Defence Exhibition and Conference (IMDEX) in Singapore on Tuesday, Greenert told reporters that the Navy ultimately hopes to deploy four LCS to Singapore by 2022, with the remaining seven heading to Sasebo, Japan, where they will replace the mine countermeasures ships currently stationed there.

The LCS is a fast, maneuverable, and multi-mission surface ship that is designed most immediately to enable the U.S. Navy to operate a shallow vessel in coastal waters to deal with a number of different emerging asymmetric threats, including anti-access challenges.

The Navy first ordered LCS in 2004 and under the most recent 30-year shipbuilding plan will ultimately procure 52 vessels, down from the 82 it planned to purchase in early 2005. They come in the Freedom variant and Independence variant, which are being built by Lockheed Martin and General Dynamics, respectively.

The first LCS, the USS Freedom (LCS 1), left its home port in San Diego in March of this year and reached Singapore in the middle of last month to begin an eight-month deployment, its maiden overseas voyage. It was expected to participate in the IMDEX conference this week.

At the conference Greenert said that nations in the region had been impressed with the USS Freedom’s capabilities. Meanwhile, Lockheed Martin used IMDEX to pitch a multi-mission ship similar to the LCS to Southeast Asian nations, including Singapore.

Inside the U.S., however, the LCS program has lately come under increasing scrutiny. An internal U.S. Navy report written last year but leaked to the press this month questioned whether it was too lightly armed and manned to fulfill its declared missions. A report by Bloomberg News, which obtained a copy of the report, said:

“This review highlights the gap between ship capabilities and the missions the Navy will need LCS to execute. Failure to adequately address LCS requirements and capabilities will result in a large number of ships that are ill-suited to execute” the warfighting needs of regional commanders.

The report went on to note that the ship’s width may prevent it from utilizing certain ports and judged the decision to procure two LCS variants as creating unnecessary logistical and maintenance burdens.

Compounding the ship’s troubles, many of the planned ships are now running between eight and thirteen months behind schedule. This revelation has prompted criticism from some members of Congress, including Senator John McCain (R-AZ). At a Congressional hearing earlier this month, Sen. McCain noted: “The Navy plans for the Littoral Combat Ship to comprise over one-third of the nation’s total surface combatant fleet by 2028, and yet the LCS has not demonstrated to date any adequate performance of assigned missions…. We need to fix it, or find something else quickly.”

Navy officials have continued to defend the LCS, however. Speaking on board the USS Freedom on Saturday, Secretary of the Navy Ray Mabus said the program had started out as a mess but has since become one of the Navy’s best performing programs.

Calling LCS “an incredibly capable ship,” Mabus said that the ships are “going to be one of the most important crucial platforms in the United States Navy in the future.”

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 11:55
photo FOB

photo FOB

16.05.2013 par Frédéric Lert (FOB)

 

Sagem a présenté hier sur la base aérienne 120 de Cazaux l’utilisation combinée de la JIM LR et du télémètre illuminateur laser DHY 307 dans sa version légère (LW, pour Low Weight). C’est la rencontre sur un même support de deux stars de l’industrie française, la JIM LR (Jumelle Infrarouge Multifonctions « Long Range ») de Sagem et le DHY 307 LW de Cilas. La première est assemblée à Poitiers et le second à Orléans.

 

L’ensemble permet à un opérateur de combiner la télémétrie et l’illumination laser pour le guidage des armements air-sol avec toutes les capacités de la JIM LR (télémétrie, chercheur de nord, GPS, vision infrarouge, voir jour et fusion des voies jour et IR pour le décamouflage). Dans sa version LW, le DHY 307 pèse environ 4kg, soit deux fois moins que dans sa version précédente, pour un même niveau de performance.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 11:40
Moscou se dote du premier ABM numérique

MOSCOU, 15 mai - RIA Novosti

 

La Russie disposera prochainement du premier système numérique de défense antimissile (ABM). Il regroupera les missiles sol-air actuels (S-300, S-400), les radars et les systèmes de contrôle en un réseau commun à haut débit, écrit le quotidien Izvestia du 15 mai 2013.

 

Selon une source de l'état-major de la défense aérospatiale, la première "zone positionnelle intégrée" du nouveau système sera déployée à l’automne 2013 dans la région de Moscou.

 

Cette nouvelle configuration de l’ABM est basée sur le "système de contrôle automatisé de l'armement de l'armée de l'air et de la défense aérospatiale" conçu par la société Almaz Anteï.

 

"Les missiles sol-air et intercepteurs ainsi que les systèmes mobiles d'ABM et les radars seront connectés au centre commun de contrôle. Par la suite, tous les nouveaux systèmes antimissiles - tels que les S-500 – et les nouveaux radars seront intégrés à ce système", explique la source.

 

Selon elle, le système de contrôle automatisé regroupera les informations de tous les radars, des avions-radars de détection avancée et des moyens de détection spatiale. La liaison et l'échange d'informations seront assurés par les systèmes mobiles de transmission sans fil à haut débit de la société Mikran, basée à Tomsk.

 

Alexandre Konovalov, président de l'Institut des estimations stratégiques, explique que la mise en place d'un système de contrôle de l'ABM à haut débit permettrait à l'armée d'améliorer considérablement les capacités actuelles des armements russes.

 

"Le système d'information de tout système offensif est la clé de son succès. C'est pourquoi cette avancée est cruciale pour les forces armées russes. Ce n'est pas un hasard si la première zone positionnelle est déployée dans la région de Moscou. C'est le seul endroit en Russie où se trouvent les tous nouveaux missiles antiaériens S-400", explique Konovalov.

 

Toutefois, il souligne qu'avant de mettre en place un système global de défense antimissile sur l'ensemble du territoire russe, il faudra au moins achever la création de missiles sol-air performants.

 

"A l'heure actuelle la Russie dispose déjà de tels missiles mais ils ont de nombreuses failles. Notamment, il n'existe pas de couverture radar commune sur tout le territoire du pays", relève l'expert.

 

Dmitri Kornev, rédacteur en chef du site Military Russia, note à son tour que l'armée tente depuis les années 1950 de mettre en place un système de défense antiaérienne et antimissile commun mais, à chaque fois, sa mise en œuvre butait sur l'imperfection des canaux de transmission des informations des radars et des systèmes ABM vers les points de commandement.

 

"Les systèmes n'ont jamais été capables de traiter la grande quantité d'informations générées par les nombreux éléments qui lui étaient reliés. Dans les conditions actuelles ce problème est pratiquement résolu. Hélas, quant à la pertinence de la protection contre une attaque aérospatiale, elle ne fait que croître d'année en année", remarque Kornev.

 

Les premiers essais, concernant seulement certains éléments du système de contrôle automatisé se sont déroulés en 2012. Ceux du système complet sont prévus pour juin-juillet sur un polygone spécial. Ensuite, une zone expérimentale sera déployée dans la région de Moscou où sera testé à moindre échelle le fonctionnement de l'ensemble du système pour identifier les défauts éventuels associés à l'échange de données entre le point de commandement et la défense aérospatiale.

 

Le système de défense antiaérienne de Moscou S-25 Berkout a été installé dans les années 1950 afin de protéger la capitale contre l'aviation et les missiles. Plus tard le Berkout a été complété par le système A-35 avec des antimissiles nucléaires – destinés à exploser sur la trajectoire du missile ennemi pour le faire dévier ou le détruire.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 16:45
Le BPC Tonnerre et la frégate Georges Leygues croisent le navire-amiral de l’opération Atalante, la frégate portugaise Alvares Cabral

Le BPC Tonnerre et la frégate Georges Leygues croisent le navire-amiral de l’opération Atalante, la frégate portugaise Alvares Cabral

15 mai 2013 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Au cours de leur dernière patrouille pour le compte de la mission européenne de lutte contre la piraterie — Opération Atalante, le BPC Tonnerre et la frégate Georges Leygues, ont rencontré en mer le navire-amiral de l’opération, la frégate portugaise Alvares Cabral.

 

En conclusion de ce qui a été une mission réussie de lutte contre la piraterie pour les 2 bâtiments de la marine nationale, le commandant de la force européenne, le Commodore Jorge Novo Palma, voulait effectuer de brèves visites d’adieu pour saluer personnellement leur excellente participation.

 

Au cours de sa visite à bord du Tonnerre, le commandant de celui-ci, le capitaine de vaisseau Jean-François Quérat a indiqué que « au cours de sa participation à l’opération européenne, le groupe amphibie “Jeanne d’Arc”, composé du Tonnerre et du Georges Leygues, ont contrôlé et identifié près de 1.000 navires dans la zone d’opération. »

 

Il a poursuivi en soulignant que « comme nous n’avons pas arrêté de pirate présumé au cours de nos patrouilles, j’y vois une bonne indication de l’efficacité de la mission Atalante. Par la présence et la coopération de chaque unité de la force européenne, la dissuasion a été extrêmement efficace. La sécurité maritime dans la région s’est améliorée, pas seulement par la mission Atalante, mais aussi grâce à EUCAP Nestor, qui est une des missions de l’Union Européenne destinées à promouvoir la stabilité et la sécurité autour de la Corne de l’Afrique. »

 

Le commandant du Georges Leygues, le capitaine de vaisseau Romuald Bomont, a déclaré de son côté que « l’opération Atalante va rester un souvenir remarquable pour tout l’équipage, qui a travaillé extrêmement dur. Le succès commence par le travail d’équipe et le fait que le commandant de la force était présent à bord dans les derniers jours de notre participation, est une réelle marque de respect pour le travail de mon équipage. Elle souligne la cohésion à laquelle le commandant de la force est parvenue avec l’équipe “CTF 465”. »

 

Référence : Etat-major Atalante

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 16:35
NH90 : l'Australie et Eurocopter enterrent la hache de guerre

17/05/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Australian Aerospace, filiale d'Eurocopter en Australie, et le ministère de la Défense australien, après deux longues années de discussions, ont signé la semaine dernière un accord qui relance le programme NH90 appelé en Australie MRH90. Eurocopter livrera un MRH90 supplémentaire.

 

C'est un dossier qui empoisonnait depuis plusieurs années les relations entre Eurocopter et l'Australie, qui avait sollicité le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour obtenir son aide en vue de résoudre les problèmes des NH90 de l'armée australienne. Finalement, les deux partenaires - Australian Aerospace, filiale d'Eurocopter, et le Commonwealth - après deux longues années de discussions, ont signé la semaine dernière un accord qui relance le programme NH90 appelé en Australie MRH90. "Le programme a été remis sur les rails en Australie. Nous repartons sur des bases saines et les appareils volent de plus en plus", confirme à "La Tribune" le président d'Australian Aerospace et vice-président exécutif d'Eurocopter, Dominique Maudet, qui assistait à la signature de l'accord en présence des ministres de la Défense, Stephen Smith, et des Achats militaires, Mike Kelly.

 

Avec cet accord, Eurocopter échappe au paiement de pénalités d'autant qu'un échec des négociations n'était pas impossible. Le programme MRH90 va également sortir avant la fin de l'année 2013 de la "liste noire" des programmes à risques australiens (Government's Projects of Concern List). En contrepartie, la filiale hélicoptériste d'EADS fournira tant à l'armée de terre (Army) qu'à la Marine (Navy) australiennes des capacités supérieures pour leurs MRH90 à un prix abordable dans le cadre de nouvelles conditions contractuelles. Cet accord "reconnait et valide les solutions en terme d'amélioration des capacités de l'appareil, du coût d'exploitation, des solutions de support, des prochains retrofits et calendrier de production", explique-t-on chez Eurocopter.

 

L'Australie obtient un NH90 supplémentaire

 

Les deux parties sont convenues d'un certain nombre d'extensions ou d'améliorations de l'accord, parmi lesquelles la livraison d'un 47èeme MRH90 "dans le cadre du contrat renégocié", explique-t-on chez Eurocopter. "Les ministres ont déclaré que le programme MRH est maintenant remis sur les rails et, les temps difficiles derrière nous, nous pouvons avancer avec des objectifs clairs, en toute transparence et des engagements à respecter", souligne la filiale australienne d'Eurocopter dans un communiqué. Le patron d'Australian Aerospace, le Dr Jens Goennemann a estimé que les débats entre le Commonwealth et Austalian Aerospace avaient été "justes et efficaces".

 

"La conclusion positive de cet accord vient rappeler la solidité et l'ancienneté des liens entretenus avec le ministère de la Défense australien pour réussir à mettre en œuvre l'hélicoptère multi-rôle le plus moderne de sa catégorie", note-t-on chez Eurocopter, qui emploie plus de 1.200 personnes en Australie et en Nouvelle-Zélande. La filiale d'EADS a installé à Brisbane une chaine d'assemblage pour la fabrication de 43 des 47 hélicoptères multi-rôle MRH90 destinés à l'armée de terre et à la marine australienne (12 appareils en 2004, puis 34 en 2006) ainsi que des 9 NH90 vendus à la Nouvelle-Zélande en 2006. En outre, Australian Aerospace soutient 22 Tigre ARH, achetés en 2001, un appareil de reconnaissance armée ainsi que plus de 400 hélicoptères d'Eurocopter dans la région d'Australie-Pacifique. En outre, l'entreprise soutient les avions de reconnaissance de l'armée de l'air austalienne (RAAF), les AP-3C Orion et les avions de transports, Hercule C-130J.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 12:55
En 2012, les niveaux de disponibilité du Leclerc ont été particulièrement bas

17 mai 2013 par: Romain Mielcarek - ActuDéfense

 

Sable, température … et mauvaise organisation ont mis les disponibilités de chars Leclerc à rude épreuve. L’exercice franco-émirati Gulf 2012 a largement contribué à un éloignement significatif des taux visés.

 

Le député François Cornut-Gentille (UMP) faisait remarquer à la mi-février que les disponibilités du parc de Leclercs avait baissé en 2012. En 2011, 72,3% des chars lourds tricolores avaient été en capacité d’être utilisés, le reste étant principalement en situation de maintenance. L’année passée, l’objectif était fixé à 85% … pour en réalité baisser à 63%, selon les premiers chiffres – non définitifs.

 

Début mai, le ministère de la Défense répond officiellement : ce taux exceptionnellement bas de disponibilité des Lerclerc est conjoncturel. Il serait le fait de la participation de 26 chars à l’exercice Gulf 2012 au cours de l’été. Il a en effet fallut, en amont, immobiliser les blindés en question pour les préparer à ce déploiement. Une fois envoyés dans le Golfe, ce sont les conditions climatiques, à savoir le sable et les températures élevées, qui auraient mis le Leclerc a rude épreuve et causé des pannes.

 

Le ministère de la Défense confesse également des failles organisationnelles dans la gestion des délais de mise en condition qui ont contribué à ce faible niveau de disponibilité. Désormais, la planification de tels exercices devrait être préparée largement en amont, afin de mieux anticiper les maintenances.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 12:50
Airbus Military vise le succès planétaire pour l'A400M

17 mai 2013 Usinenouvelle.com (Reuters)

 

La filiale d'avions militaires d'Airbus (groupe EADS) compte livrer son premier appareil à l'armée de l'air française en juillet et table sur la vente de 400 A400M dans les 30 prochaines années, a indiqué jeudi 16 le président d'Airbus Military. Domingo Urena Raso espère voir l'appareil voler au salon du Bourget pour la première fois et voit grand pour l'avenir.

 

Airbus Military n'est nullement découragé par l'accouchement difficile de l'avion de transport militaire A400M et espère en faire un succès planétaire, a déclaré jeudi 16 mai son président.

 

La filiale d'avions militaires d'Airbus (groupe EADS) compte livrer son premier appareil à l'armée de l'air française en juillet et table sur la vente de 400 A400M dans les 30 prochaines années, a dit Domingo Urena Raso.

 

Développé avec la Belgique, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, le Luxembourg, l'Espagne et la Turquie pour un coût de plus de 20 milliards d'euros, le complexe programme A400M a subi un retard de plus de quatre ans, avec notamment de gros soucis de moteur, et un dépassement de coût de plusieurs milliards d'euros.

 

"L'A400M a connu des débuts un tout petit chahutés, c'est le moins qu'on puisse dire, mais ça progresse bien", a dit Domingo Urena Raso à quelques journalistes à Paris à l'approche du salon du Bourget, du 17 au 23 juin prochains.

 

"L'objectif est de livrer quatre avions cette année, 10 avions l'année prochaine et 21 l'année suivante", a-t-il ajouté.

 

L'armée française espère la livraison de son premier A400M avant le 14 juillet, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de la Défense.

 

L'appareil a obtenu en mars dernier son certificat de type civil complet, franchissant ainsi une étape essentielle avant la livraison du premier appareil à l'armée de l'air française.

 

IL POURRAIT VOLER LE 14 JUILLET

 

"L'objectif du ministère de la Défense, c'est la certification militaire pour le salon du Bourget et la livraison du premier avion à l'armée avant le 14 juillet", a déclaré jeudi le porte-parole du ministère de la Défense, Pierre Bayle, lors d'un point de presse.

 

"La livraison avant le 14 juillet permettrait que ce soit un équipage français qui pilote l'avion français au-dessus du défilé", a-t-il ajouté.

 

Ce double objectif a été qualifié de "tout à fait raisonnable" par Domingo Urena Raso, qui espère voir le mois prochain l'A400M voler au salon du Bourget pour la première fois et voit grand pour l'avenir.

 

"Je voudrais que cette année on vole au Bourget", a-t-il dit. "Il faut prouver que cet avion, qui a volé plus de 5.000 heures en essais, est très bon en termes de maturité. Les retours sur les essais sont très bons mais maintenant, il faut voir comment l'avion se comporte dans certains types de mission".

 

"L'objectif à l'exportation, c'est 400 avions dans les 30 prochaines années", a-t-il ajouté.

 

Le besoin urgent qu'a l'armée française d'un avion de transport militaire a été illustré récemment par le conflit au Mali.

 

Paris en a commandé 50 contre 53 pour l'Allemagne, a confirmé le président d'Airbus Military, qui a dit ne pas craindre une contraction de ces commandes malgré les difficultés économiques que traversent les pays de la zone euro.

 

"On n'a aucun signe de changement de commandes d'aucun pays", a-t-il dit, précisant que l'armée allemande devrait recevoir son premier A400M fin 2014.

Airbus Military vise le succès planétaire pour l'A400M
Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 12:50
First new Galileo satellite arrives at ESA for space testing

May 17, 2013 ASDNews Source : European Space Agency

 

The first satellite of Galileo’s next phase has arrived at ESA’s technical heart in the Netherlands for a rigorous set of tests to check its readiness for launch.

 

This first Galileo Full Operational Capability – FOC – satellite is functionally identical to the first four Galileo In-Orbit Validation satellites already in orbit, the operational nucleus of the full Galileo constellation, but has been built by a separate industrial team.

 

Like all the other 21 FOC satellites so far procured by ESA, the satellite’s prime contractor is OHB in Bremen, Germany and the navigation payload was produced by Surrey Satellite Technology Ltd in Guildford, UK.

 

This first FOC satellite arrived by road at ESTEC’s Test Centre in Noordwijk, the Netherlands, on 15 May to undergo a series of tests simulating different aspects of launch and space environment. The comprehensive test programme will validate the new design and all the satellites to follow.

 

A unique facility for Europe, ESA’s test centre has all the facilities needed to validate a satellite for launch under a single roof.

 

Thermal vacuum testing will simulate the temperature extremes the satellites must endure in the airlessness of space throughout their 12-year working lifetimes. Without any moderating atmosphere, temperatures can shift hundreds of degrees from sunlight to shadow.

 

Other activities on the schedule include shaker and acoustic noise testing – simulating the vibration and noise of launch – as well as electromagnetic compatibility and antenna testing, placing the satellite in chambers shielded from all external radio signals to reproduce infinite space and check that its various antennas and electrical systems are interoperable without harmful interference.

 

Each satellite will offer the full range of Galileo positioning, navigation and timing services, plus search and rescue message relays, their accuracy ensured by onboard atomic clocks kept synchronised by a worldwide ground network.

 

“The Galileo FOC satellites provide the same capabilities as the previous IOV satellites, but with improved performance, such as higher transmit power,” explains Giuliano Gatti, the Head of the Galileo Space Segment Procurement Office. “They are to all intents a new design that requires a full checkout before getting the green light for launch.

 

“By fully validating this satellite, the second flight model due to follow it here at beginning of June, and the third one due to arrive in ESTEC at middle of July, we gain full knowledge of their characteristics, and the further satellites in the series will require less rigorous functional testing.”

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 12:40
Un nouvel engin de déminage pour l'armée russe

MOSCOU, 17 mai - RIA Novosti

 

Le ministère de la Défense de la Russie devrait recevoir en 2014 son premier engin de déminage télécommandé UR-07M appelé à succéder aux légendaires UR-77, baptisés par les militaires "Zmeï Gorynytch" (dragon mythique à trois têtes) pour son principe de fonctionnement, écrit le quotidien Izvestia du 17 mai 2013.

 

Le nouveau modèle sera installé sur le châssis du véhicule blindé de combat d'infanterie BMP-3. Equipé d'une charge étendue de déminage UZP-06 et UZP-06D, il pourra se frayer un chemin dans les champs de mines sur un périmètre compris entre 340 et 1 000 mètres de long et de plusieurs dizaines de mètres de large. Sa nouvelle charge est capable de neutraliser tout type de mines.

 

"La charge de déminage est un long câble comportant des explosifs.

 

Le câble est fixé à un propulseur qui l'étend sur plusieurs centaines de mètres. Après le tir, le câble et ses charges tombent sur le sol, ces dernières explosent et détruisent les mines dans un rayon de plusieurs mètres. Au final, en quelques secondes on met en place un couloir de sécurité dans un champ de mines, ce qui permet de faire passer l'infanterie et le matériel. Les démineurs ont besoin d'une journée pour mener à bien une telle opération", a expliqué un officier qui a participé aux essais du UR-07M.

 

L'expert militaire indépendant Alexeï Khlopotov explique que l'armée a particulièrement besoin de ces "dragons" car ils permettent de lutter contre la principale menace passive : les champs de mines.

 

"Ce véhicule est nécessaire pour une grande guerre high-tech, lorsque l'ennemi peut installer des champs de mines à distance grâce à l'aviation et à l'artillerie. A présent, c'est le meilleur moyen de franchir rapidement un champ de mines", assure-t-il.

 

Les charges de déminage à distance sont apparues pour la première fois dans l'armée américaine pendant la Seconde guerre mondiale. Ces engins ont été activement utilisés au Vietnam et en Irak en 1991. Toutefois en 2003, l'armée américaine y avait renoncé en Irak, bien qu'ils aient fait partie des troupes offensives.

 

Aujourd'hui, tous les pays de l'Otan disposent de tels véhicules. Le premier engin de déminage à distance russe UR-67 a été mis en service en 1968.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 12:35
Missiles: la Corée du Nord possèderait deux fois plus de lanceurs (rapport)

SEOUL, 17 mai 2013 marine-oceans.com (AFP)

 

La Corée du Nord possèderait deux fois plus de lanceurs mobiles de missiles qu'estimé jusqu'à présent par le renseignement sud-coréen, révèle un rapport militaire publié vendredi par l'agence de presse Yonhap.

 

Pyongyang aurait ainsi 50 lanceurs de missiles de moyenne portée et 150 lanceurs de missiles de courte portée, et non pas 94 au total comme le pensait Séoul, croit savoir le Korea Institute for Defense Analyses (KIDA).

 

Selon cet organisme d'Etat, le Pentagone dispose des mêmes informations.

 

Un responsable de la défense américaine a indiqué début mai que le Nord avait retiré deux missiles de son site de lancement sur la côte est du pays dans un contexte de décrue des tensions sur la péninsule.

 

Tokyo et Séoul avaient accru leur défense antimissiles tandis que l'armée américaine avait déployé deux destroyers équipés d'armes antimissiles et de puissants radars pour contrer un possible lancement.

 

La péninsule coréenne a connu une de ses pires crises depuis plusieurs années, déclenchée par le tir réussi d'une fusée nord-coréenne en décembre et un 3e essai nucléaire en février auxquels la communauté internationale a répliqué par de nouvelles sanctions, entraînant la colère de Pyongyang.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:55
"L'échec du 6ème tir d'essai du missile balistique stratégique français M51 ne remet pas en cause la dissuasion" (Ministère français de la Défense).

17 Mai 2013 Par Marine & Océans

 

Le 16 mai dernier, lors de son point presse hebdomadaire, le ministère français de la Défense est revenu sur le contexte et les conséquences de l'échec, le 5 mai, du sixième tir d'essai du nouveau missile balistique stratégique M51 depuis le sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) Le Vigilant.

 

« La Direction générale de l'armement (DGA) et la Marine nationale, a rappelé le ministère, ont entrepris, le dimanche 5 mai 2013, le sixième tir d'essai d'un missile balistique stratégique M51 (dépourvu de charge nucléaire), à partir du sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) Le Vigilant depuis la Baie d'Audierne (Finistère). Après quelques dizaines de secondes de vol, pendant une des phases propulsées, le missile a détecté une anomalie et s'est « autodétruit » conformément aux procédures. Cette destruction n'a eu de conséquences ni pour la population, ni pour le sous-marin, ni pour son équipage ».

 

Les résultats de l'enquête resteront confidentiels

 

« Le ministère de la Défense a communiqué dès la survenue de l'incident. La préfecture maritime de Brest a déployé immédiatement un dispositif pour rechercher et récupérer les débris du missile et pour assurer la sécurité nautique de la zone (plusieurs navires de la marine, un bâtiment affrété par la DGA dédié à la récupération, des robots sous-marins, des plongeurs et des aéronefs). A la demande du ministre, une commission d'enquête a été mise en place dès le 7 mai par le Délégué général pour l'armement. Elle communiquera ses conclusions aux autorités au plus tôt après un travail minutieux d'analyse. En raison du secret de la Défense nationale qui couvre les activités opérationnelles et les essais des systèmes d'armes de la dissuasion, les résultats de cette enquête resteront vraisemblablement confidentiels ».

 

Cinq tirs d'essai réussis

 

« Le tir du 5 mai, poursuit le ministère, faisait partie de l'ensemble du processus permettant de remettre Le Vigilant dans le cycle opérationnel après son adaptation au M51, débutée en 2011. Cette opération complexe, programmée à l'occasion des grands carénages, comprend l'adaptation au M51 et l'installation d'un nouveau système de combat et d'un nouveau système de navigation. L'échec du 5 mai ne remet pas pour autant en cause la dissuasion : 5 tirs de M51 réussis et l'expérience d'une vingtaine d'années de tirs et de validations depuis les SNLE-NG permettent d'avoir confiance dans le système en service et de relativiser les conséquences de cet incident. Pour mémoire, le Livre blanc a réaffirmé que la dissuasion nucléaire était l'ultime garantie de la souveraineté de la France. Le président de la République a souhaité maintenir au niveau de stricte suffisance ses deux composantes, la composante océanique et la composante aérienne ».

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:50
photo BAE Systems

photo BAE Systems

16 May 2013 naval-technology.com

 

HMS Astute (S119), the UK Royal Navy's first of seven Astute-class nuclear-powered submarines, has successfully completed its final sea trials in the US, marking readiness for its maiden operational deployment by the end of 2013.

 

During the recent warm water and other trials, the new submarine validated its capability at sea temperatures of 25°C on the principal proving ground of sub-surface warfare, Atlantic Undersea Test and Evaluation Centre (AUTEC) on Andros Island in the Bahamas.

 

Following one of month testing at AUTEC, the submarine sailed to Kings Bay in Georgia, home of the US Navy's Atlantic-based ballistic missile submarines, to prepare for the final trials and stock-up before returning to Clyde.

 

In preparation for its first deployment, the vessel is required to undergo further operational sea training, and will then be handed over for frontline duties.

 

Built by BAE Systems, the vessel can cruise at a submerged speed of 29k, while carrying a crew of 98 and is armed with 36 torpedoes and missiles, including Tomahawk cruise missiles, Spearfish torpedoes and mines with six 533mm torpedo tubes.

 

Powered by a nuclear reactor to operate for 25 years without refuelling, the 93m-long, 11.3m-wide submarine will eventually replace existing Swiftsure and Trafalgar-class vessels.

 

The second submarine of the class, HMS Ambush (S120), is scheduled to be operational in 2014, the third submarine HMS Artful (S121) is yet to undergo final construction phase and the fourth boat, HMS Audacious (S122) is likely to enter service in 2018.

 

The fifth and sixth vessels, HMS Anson (S123) and HMS Agamemnon (S124), are expected to be commissioned in 2020 and 2022 respectively, while construction is due to start on the seventh submarine, HMS Ajax (S125).

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:50
Skeldar V-200

Skeldar V-200

16 May 2013 army-technology.com

 

Saab has successfully conducted flight testing of the Skeldar V-200 vertical lift unmanned aircraft system (UAS) in an effort to demonstrate its critical capabilities at various sites across Sweden and the US.

 

Carried out primarily to demonstrate land and sea-based operations of the UAS during both day and night conditions, the flight testing fully validated its convoy shadowing, use of electro-optical/infrared (EO/IR) sensor, as well as precision landing capabilities.

 

As well as highlighting the platform's ability to perform long-range operations using tactical hand-over between ground control stations (GCS), the fully autonomous flights also verified a heavy fuel engine for the UAS.

 

The upgraded next-generation variant of the original design aviation fuel engine has been delivered and cleared for flight testing, according to the company, which also conducted several customer demonstration flights of the UAS.

 

Saab Tactical UAS product area director Mikael Franzen said: "The combination of two alternative engine types, a modular payload design, and the ability to incorporate and utilise a variety of data link systems, provides a true multi-mission capability for the Skeldar V-200 and a flexibility that enables the customer to successfully meet their mission objectives on land or at sea," Franzen said.

 

The built-in safety functionality of the Skeldar V-200 system confirmed contingency behaviours in an event of link loss, including autonomous navigation in accordance to predefined parameters, as well as auto landing and shutdown during flight tests.

 

Featuring two air vehicles and a mobile UAS control station, the Skeldar V-200 is a medium range vertical takeoff and landing (VTOL) UAS designed for reconnaissance, surveillance and target acquisition (RSTA), light cargo transportation and electronic warfare missions.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:45
Treuillage en Alouette III sur le patrouilleur yéménite - photo Marine Nationale

Treuillage en Alouette III sur le patrouilleur yéménite - photo Marine Nationale

16/05/2013 Sources : EMA

 

Les 13 et 14 mai 2013, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme, engagé dans l’opération Enduring Freedom (OEF) dont la France assure le commandement depuis le 14 avril 2013, a patrouillé dans le Golfe d’Aden aux côtés d’un patrouilleur yéménite.

 

Cette patrouille avait pour objectif le renforcement de la coopération de la CTF150 avec la marine yéménite pour une meilleure connaissance de la zone et un accroissement de la capacité à agir ensemble contre la menace terroriste dans une zone vitale pour le trafic commercial mondiale. A l’occasion de cette action, et afin de faciliter les échanges avec le centre de commandement de la marine yéménite, deux officiers de liaison yéménites ont été embarqués à bord de la Somme. Durant deux jours, les deux officiers ont ainsi pu apporter à l’état-major de la CTF150 leur connaissance sur les habitudes des boutres et pêcheurs navigant le long de leurs côtes.

L'officier yéménite s'entraîne au tir à bord de la Somme - photo Marine Nationale

L'officier yéménite s'entraîne au tir à bord de la Somme - photo Marine Nationale

Cette patrouille menée aux côtés d’un bâtiment yéménite a été l’occasion de mener divers entraînement comme des tirs d'entraînement sur buts flottants et la mise en œuvre de l’équipe de visite de la Somme à bord du patrouilleur yéménite. La Somme a ravitaillé « à couple » le patrouilleur, confirmant ainsi la possibilité de patrouilles conjointes loin du port base du patrouilleur.

Ravitaillement par la Somme  du patrouilleur yéménite - photo Marine Nationale

Ravitaillement par la Somme du patrouilleur yéménite - photo Marine Nationale

Enfin l’Alouette III a effectué un treuillage sur le bâtiment yéménite. Au terme de ces deux journées, l’interopérabilité du BCR Somme avec la marine yéménite pour la réalisation de missions confiées dans le cadre de la CTF150 a été confirmée.

 

Actuellement, trois bâtiments français sont engagés dans OEF, le BCR Somme, la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm et le chasseur de mines tripartite (CMT) Pégase. L’action de la CTF 150 s’inscrit dans le cadre des résolutions du conseil de sécurité de l’ONU prises au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Elle entretient une connaissance très précise des mouvements maritimes dans sa zone d’opération, ce qui lui permet de dissuader et de lutter contre le terrorisme et ses réseaux de soutien, principalement les trafics d’armes et de drogue dans le nord de l’océan Indien, de la mer Rouge au détroit d’Ormuz. Cette zone qui couvre les façades maritimes de la corne de l’Afrique et du Moyen-Orient ainsi qu’une partie de l’océan Indien représente un intérêt majeur et voit la majorité du trafic maritime mondial transiter. La présence permanente de bâtiments de la coalition contribue ainsi à la libre navigation des personnes et des biens.

Le CV Martinet et les deux officiers de liaison yéménites - photo Marine Nationale

Le CV Martinet et les deux officiers de liaison yéménites - photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:45
photo Frédéric Lucas - Marine nationale

photo Frédéric Lucas - Marine nationale

16/05/2013 Sources : EMA

 

Le 14 mai 2013, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre et la frégate anti-sous-marine (FASM) Georges Leygues ont achevé leur participation à l’opération européenne de lutte contre la piraterie Atalante entamée le 12 avril 2013.

 

La frégate de surveillance (FS) Nivôse (engagée depuis le 10 avril), la frégate type la Fayette (FLF) Guépratte (engagée depuis le 10 mai) et un avion de surveillance maritime Falcon 50 (depuis le 13 mai) poursuivent dans cette mission.

 

Durant leur mandat, le Tonnerre et le Georges Leygues, qui forment la mission Jeanne d’Arc, ont patrouillé le long des côtes de la Corne de l’Afrique. A bord du BPC, les officiers élèves ont pu poursuivre leur formation pratique, au plus près des réalités opérationnelles. Pour la durée de sa mission, le Tonnerre a embarqué une équipe de protection embarquée (EPE), constituée d’une dizaine de militaires estoniens. Lors de patrouilles sur la côte est de l’Afrique, la brigade de protection du BPC a contrôlé et visité divers embarcations. Ces friendly approach ont permis de recueillir des éléments d’information importants sur l’activité des pirates le long des côtes somaliennes, mais également de donner des conseils aux équipages pour se protéger des attaques.

photo Frédéric Lucas - Marine nationale

photo Frédéric Lucas - Marine nationale

Lors de son escale à Port-Victoria [lien vers la brève] aux Seychelles, du 22 au 24 avril, le BPC Tonnerre a accueilli à son bord de nombreuses autorités : l’ambassadeur de France  aux Seychelles, le ministre seychellois des Affaires Etrangères, le ministre du Tourisme et de la Culture et le chef de la mission EUCAP Nestor. Le 24 avril, les représentants des deux opérations européennes engagées dans le cadre de la sécurisation des approches maritimes dans la Corne de l’Afrique, l’amiral Dupont, commandant adjoint de la force navale Atalante et l’amiral Launay, commandant la mission de renforcement régional EUCAP Nestor ont été reçus par le président de la République des Seychelles.

photo Frédéric Lucas - Marine nationale

photo Frédéric Lucas - Marine nationale

Le BPC a participé, le 26 avril, à un entraînement de lutte contre la piraterie avec le patrouilleur seychellois Topaz. Cet entraînement avait pour objectif s’entrainer à coordonner une action conjointe de lutte contre la piraterie dans les eaux seychelloises. Il a également permis de mettre au profit des garde-côtes seychellois l’expertise des membres de la mission européenne EUCAP Nestor. Cette mission, lancée par l’Union européenne en 2012, a pour but d’assister et de conseiller l’ensemble des pays de la région, notamment la république des Seychelles sur des problématiques juridiques, stratégiques et opérationnelles en matière de piraterie. Elle est implantée aux Seychelles depuis le 24 avril 2013.

 

Le 11 mai 2013, le commodore Jorge Novo Palma, commandant la Task Force 465 (TF 465) à bord de la frégate lance-missiles portugaise Alvarès Cabral, s’est rendu à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre et de la frégate anti-sous-marine (FASM) Georges Leygues. Lors de cette rencontre en mer, il a notamment tenu à saluer le travail réalisé par ces deux bâtiments qui forment la mission Jeanne d’Arc. Durant leur participation à l’opération de lutte contre la piraterie Atalante, la FASM Georges Leygues et le BPC Tonnerre ont patrouillé dans l’ensemble de la zone d’opération et identifié près de 1 000 bateaux.

 

L’opération Atalante a pour mission d’escorter les navires du Programme alimentaire mondiale (PAM), de participer à la sécurité du trafic maritime et de contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes. La France participe à l’opération Atalante avec le déploiement permanent d’au moins une frégate de la marine nationale. Le dispositif peut être renforcé ponctuellement par un avion de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL 2) ou de surveillance maritime Falcon 50 ou par un avion E3F.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:45
Mali: Point de situation sur l'opération Serval

17/05/2013 Sources : EMA

 

Point de situation sur les opérations de la force Serval depuis le 9 mai 18h jusqu'au 16 mai 18h.

 

Au cours de ces 7 derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 120 sorties, principalement consacrées aux opérations de transport dans le cadre de la relève de la brigade Serval.  Une trentaine de sorties ont été dédiées à l’appui feu des opérations, une soixantaine aux missions de transport, la trentaine de sorties restantes étant consacrées au soutien des opérations (ravitaillement et renseignement).

Mali: Point de situation sur l'opération Serval

Le 11 mai a eu lieu le transfert d’autorité (TOA) entre le général Barrera et le général Kolodziej à la tête de la brigade Serval, déployée sur la plateforme opérationnelle de GAO. La relève des éléments composant le GTIA 2 est en cours à Tessalit et à Gao. Parallèlement à ces mouvements de relèves, le désengagement se poursuit. Un premier convoi de VBCI est arrivé à Bamako le 15 mai. Il repartira prochainement pour Abidjan.

 

Au centre du pays, sur la boucle du Niger, les unités de la force Serval ont poursuivi leurs opérations de sécurisation dans la région de Gao. La plus significative, l’opération Chaillol, conduite les 13 et 14 mai dans les collines de Bargui, avait pour objectif de poursuivre l’action contre les groupes terroristes entre Gao et Bourem. Cette opération n’a pas révélé de présence terroriste mais a permis de saisir et de détruire un important stock de munitions composé de plus de 150 obus de tous calibres, de plusieurs centaines de fusées et d’une dizaine de propulseurs de roquettes.

 

Sur les autres positions françaises, les opérations de patrouille et de reconnaissance se poursuivent sans pour autant donner lieu à des accrochages avec les terroristes.

Mali: Point de situation sur l'opération Serval

Enfin, la montée en puissance de la force africaine continue. Le bataillon logistique de la MISMA, essentiellement armé par des militaires ivoiriens, poursuit sa mise en condition à Bamako avant d’être déployé en soutien des opérations.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories