Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:40
Russian Navy's Project 20380-class lead ship, Steregushchy

Russian Navy's Project 20380-class lead ship, Steregushchy

8 May 2013 naval-technology.com

 

The Russian Navy is set to receive its third Steregushchy-class (Project 20380) corvette, Boiky, on 16 May from St Petersburg's Severnaya Verf shipyard.

 

Built at Severnaya Verf, Boiky has completed sea trials and was put through a series of final tests at the shipyard to validate its capabilities, as reported by RIA Novosti.

 

Designed by Almaz Central Marine Design Bureau, the Steregushchy-class corvette has a displacement capacity of 2,000t, is capable of reaching a speed of 27k, and can accommodate a crew of 100, including helicopter maintenance personnel.

 

The corvette is armed with Kh-35 missiles, 3M-54 Klub missiles and Arsenal A-190 100mm naval gun, as well as two 30mm six-barrelled AK-630M automatic gun mounts, fitted with two quadruple torpedo tubes for Paket-E/NK anti-torpedo missiles.

"The ship provides artillery support for beach landings and can also destroy enemy surface ships, submarines and aircraft."

 

Featuring stealth technology to reduce secondary radar fields, as well as acoustic, infrared, magnetic and visual signatures, the ship provides artillery support for beach landings and can also destroy enemy surface ships, submarines and aircraft.

 

Powered by a combined diesel and diesel (CODAD) propulsion system, the 20380-class vessels are fitted with Sigma combat information management system, Zarya-ME sonar suite, TK-25E-5 ECM system and PK-10E decoy system.

 

The first corvette, Steregushchy, is already in service with Russia's Baltic Fleet, while the second ship, Soobrazitelny, joined the navy in 2011.

 

The fourth vessel Stoyky was rolled-out at St Petersburg's Severnaya Verf shipyard in May 2012 and is scheduled to enter service in November, following a series of sea trials.

 

Around 30 Steregushchy-class ships are being considered for procurement by the country in a bid to safeguard oil and gas transportation routes in the Black and the Baltic seas, as well as protect its coastal waters.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:35
Musudan and the Rodong-B

Musudan and the Rodong-B

SEOUL, 8 mai - RIA Novosti

Plusieurs missiles balistiques de types Scud et Nodon restent déployés sur la côte est de la Corée du Nord en état d'alerte, rapporte mercredi le journal sud-coréen Chosun Ilbo citant une source au sein du ministère de la Défense.

"Le Nord aurait retiré les missiles Musudan des rampes de lancement, mais cela pourrait être une ruse: des missiles Scud et Nodon restent stationnés sur la côte orientale, et nous pouvons supposer qu'ils sont en état d'alerte maximal", a indiqué l'interlocuteur du quotidien.

Mardi 7 mai, le régime de Pyongyang a de nouveau brandi la menace d'une guerre nucléaire en réaction aux exercices conjoints américano-sud-coréens. Ainsi, le Commandement du front sud-ouest de la Corée du Nord a menacé d'une réplique immédiate "si un seul obus ennemi retombait dans ses eaux territoriales".

La péninsule coréenne connaît un net regain de tension ces dernières semaines. Début mars, Pyongyang, en signe de protestation contre les exercices conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, a résilié tous les accords de non-agression et de dénucléarisation conclus avec Séoul et a annoncé l'annulation de l'armistice conclu à l'issue de la guerre de Corée (1950-1953).

Pyongyang a également promis qu'il se comporterait "selon les lois du temps de guerre" en cas de démarches hostiles, ce qui pourrait dégénérer en "guerre d'envergure", voire en "guerre nucléaire". De son côté, la Corée du Sud a annoncé la mise au point d'un plan de frappe préventive en cas de menace directe pour sa sécurité.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:35
Austal: Response to Australian Defence White Paper and future Submarine Skills Industry Plan

08 May 2013 Pacific Sentinel
 

Austal has welcomed today’s release of Australia’s 2013 Defence White Paper and the Future Submarine Industry Skills Plan, noting that they foreshadowed a more conducive climate for Australian naval shipbuilding – including two significant patrol boat acquisition programs that lie firmly within Austal’s field of expertise.
 
Austal Chief Executive Officer Andrew Bellamy said the announcements indicated the Government had recognised that naval shipbuilding was a strategic capability that could and should be retained and enhanced through increased co-ordination between Defence and industry.
 
“It is very encouraging that the Government has expressed a commitment to, at the very least, consider balancing the shipbuilding program to provide greater stability as well as providing specific measures to aid the retention of critical skills,” he said.
 
“We believe a coordinated, long-term approach to naval shipbuilding would benefit both Defence and industry. More consistent and more predictable work would enable companies like Austal to deliver increasingly better value to the Commonwealth and foster the retention and development of the excellent skills that exist in our industry. It would also help mitigate the risks and costs associated with adjusting to meet the large variations in demand which are traditionally associated with naval shipbuilding.”
 
Most specifically to Austal, Mr Bellamy said the company’s existing capabilities in Western Australia could be particularly beneficial to the planned acquisition of new patrol boats for the Royal Australian Navy and the Pacific Maritime Security Program, which were outlined in the Defence White Paper.
 

 

“Our success with patrol boat programs for state, Australian and international governments shows that we already have the world-class engineering, manufacturing and management skills and facilities, and a portfolio of proven designs that can readily be applied to both these new projects,” Mr Bellamy said.
 
“The fact that we can undertake construction of these vessels here in Australia, with Australian technology, and supported by a significant existing supply chain largely made up of Australian small and medium enterprises, means these programs can directly support the retention and enhancement of the nation’s naval shipbuilding capabilities.
 
Cape class Patrol Boat (File Photo)
“Provided the timing allows for continuing production from the current Cape Class Patrol Boat construction program, this would be perfectly in line with the recommendations of the Future Submarine Industry Skills Plan.
 
“This is a tremendous opportunity for the Commonwealth, for Austal and our employees, and for the diverse industry that supports Australia’s defence and maritime security capabilities.”
 
As one of Australia’s principal naval shipbuilding companies, Austal was represented on the Expert Industry Panel by Andrew Bellamy.
 
“As an Australian-headquartered, globally operating naval prime contractor, Austal was very pleased to contribute to this important initiative,” Mr Bellamy said. “We look forward to reviewing the Skills Plan in detail and contributing to subsequent implementation actions.”
 
Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:35
Delegation of US Army's JIEDDO visits Pakistan Army GHQ

May 8, 2013 terminalx.org

 

Rawalpindi - May 7, 2013: US delegation headed by Director Joint Improvised Explosive Device Defeat Organization (JIEDDO), Lieutenant General Michael D Barbero visited General Headquarters on 6th May 2013 to discuss Counter Improvised Explosive Device (IED) cooperation framework between Pakistan Army’s Counter IED Organization (CIEDO) and JIEDDO.

 

Lieutenant General Barbero called on Chief of General Staff, Lieutenant General Rashad Mehmood and discussed matters related to IEDs and measures required to minimize the effects of this menace. Thereafter, Director JIEDDO held bilateral talks with Director General Military Operations and Chairman CIEDO. Bilateral talks were focused on Counter IED efforts of both militaries, further collaboration at regional level and ways to improve the existing cooperation aspects.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:35
The solid-fuelled Agni-5 missile

The solid-fuelled Agni-5 missile

May 8, 2013 Ajai Shukla – business-standard.com

 

New Delhi - Ending worldwide speculation about the futuristic Agni-6 missile, the Defence R&D Organisation (DRDO) has briefed Business Standard about the direction of India's ballistic missile development programme after the Agni-5 enters service, probably in 2015.

 

DRDO chief Dr VK Saraswat, and missile programme chief Dr Avinash Chander, say the Agni-6 project has not been formally sanctioned. However, the missile's specifications and capabilities have been decided and development is proceeding apace. Once the ongoing Agni-5 programme concludes flight-testing, the defence ministry (MoD) will formally okay the Agni-6 programme and allocate funding.

 

Chander says the Agni-6 will carry a massive three-tonne warhead, thrice the weight of the one-tonne warhead that Agni missiles have carried so far. This will allow each Agni-6 missile to launch several nuclear warheads -Multiple Independently Targetable Re-entry Warheads (MIRVs) - with each warhead striking a different target. Each warhead - called Maneuverable Reentry Vehicle (MARV) - performs evasive maneuvers while hurtling down towards its target, confusing enemy air defence missiles that are trying to destroy them mid-air.

 

The DRDO is at an advanced stage of developing these warhead technologies. But the difficult challenge is building a booster rocket that can propel a three-tonne payload to targets 5000 kilometres away. This weighs almost as much as the satellite payload carried by the Indian Space Research Organisation's much larger and heavier Global Satellite Launch Vehicle (GSLV).

 

"Our ballistic missiles must be compact and road mobile, even the Agni-6 with its heavy payload. We will do this by building the first stage with composites, fitting the Agni-6 with India's first composite 40-tonne rocket motor. This is a technical challenge but we have good capability in lightweight composites," says Chander.

 

The road mobile Agni-6 would also have stringent limits on its length. "It must be carried on a standard size trailer that can move from one part of the country to another, turn on our roads, cross our bridges and climb our heights. As the payload weight increases, we will require more advanced technologies to keep the missile's length constant," explains Chander.

 

Coaxing higher performance from smaller rockets becomes especially important in submarine launched ballistic missiles (SLBMs), which can be no longer than 13 metres so that they can fit into the cramped confines of a submarine. Even long-range SLBMs that can fly 14,000 kilometres, like the Chinese JL-2, are built no longer than 13 metres. The DRDO faces this challenge as it develops the K-4 SLBM for the country's Arihant-class nuclear-propelled ballistic missile submarines (SSBNs).

 

Eventually the Agni-6 will be no taller than the Agni-5, i.e. about 17 metres, says Chander. It will, however, be heavier and thicker - slightly over two metres - which will cater for the different shape of the MIRV payload.

 

"The timeframe for developing a new missile system is about five years and the DRDO has mostly achieved this in the Agni programme," says Chander. Calculating five years from April 2012, when the Agni-5 had its debut launch, the first test of the Agni-6 could happen in 2017.

 

The DRDO says the Agni-6 will have a longer range than the 5,000-kilometre Agni-5, but is not mentioning figures. "The MARVs and MIRVs will give us extended range. I will not be able to tell you how much because that is secret," Saraswat told Business Standard.

 

Ballistic calculations, however, suggest that at least some of the MIRV warheads on the Agni-6 would reach at least 6,000 kilometres. In a missile that travels 5,000 kilometres, the last MIRV warhead released flies an extra 1,000 kilometres.

 

Currently, the DRDO is readying for the second test next month of the Agni-5 Intermediate Range Ballistic Missile. This will be fired in the same configuration as its debut test a year ago, in order to establish the missile's reliability. A third test by end-2013 will see the missile fired from a canister.

 

"We will conduct at least five-six more Agni-5 tests before the missile enters operational service. After the repeat test this month or the next, we will conduct two test firings from a canister. Then the military units that will operate the Agni-5 will conduct two-three test firings as part of the induction process. Even after induction, the users conduct test firings as part of the Strategic Forces Command training plan," says Avinash Chander.

 

The Agni-5 is a three-stage, solid-fuel missile but its first stage consists of a metallic rocket motor, while the second and third stages have composite motors.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:30
Boeing 737 AEW&C de la Royal Australian Air Force

Boeing 737 AEW&C de la Royal Australian Air Force

May. 8, 2013 By BURAK EGE BEKDIL – Defense News

 

ANKARA — Turkey has imposed sanctions on Boeing for major delays in the US company’s spy plane program, a top Turkish official said. But Turkish leaders are not disclosing the penalties, citing commercial secrecy.

 

Turkish Defense Minister Ismet Yilmaz said major delays in Turkey’s multibillion-dollar program for the purchase of four airborne early warning and control (AEW&C) aircraft from Boeing were due to the company’s failure in developing the system as well as other uncontrolled events within the program.

 

Under a July 23, 2003, contract, priced at more than US $1.6 billion, Boeing was to develop and deliver four AEW&C aircraft to the Turkish Air Force in 2008. The program involved the delivery of the 737-700 airframe, ground radar and control systems, ground control segments for mission crew training, mission support and maintenance support.

 

Yilmaz said April 8 that Turkey has paid Boeing only for work completed and has imposed legal sanctions for the delays considered the company’s failure.

 

“Compensation for the delays and other legal sanctions are being imposed [as part of Boeing’s contractual obligations],” Yilmaz said.

 

GTC Iletisim Danismanligi, a public relations firm that handles media queries for Boeing in Turkey, referred questions to Turkey’s procurement authorities.

 

Defense procurement officials said neither Turkey nor Boeing is required to disclose the clauses deemed as “commercial secrecy” in the original contract, including the compensation for delays. The generic compensation in any major Turkish defense contract is 0.03 percent per day, but different contracts can have lower or higher percentages and different rules of application.

 

“In the case of Boeing’s delays, there has been an agreement as to how the company should compensate for the delays,” a senior procurement official said. He did not say how much or whether the payment would be in cash or in the form of parts and maintenance supplies because “disclosing that would mean a breach of the contract.”

 

Procurement officials also said that the “force majeure” Yilmaz mentioned in his official explanation essentially referred to delays outside Boeing’s control, such as a now-defunct Israeli blockade of some of the parts in the program.

 

A clampdown by the Israeli Defense Ministry on the delivery of subsystems for the Turkish AEW&C program was only recently removed. Elta, the Israeli maker of the electronic support measures (ESMs) systems for the 737-700 serial, had since autumn 2011 been lobbying to remove the MoD licensing block preventing the delivery of the systems to Turkey.

 

Elta is a subcontractor of Boeing in this program and was building the ESMs for four aircraft under a subcontract worth more than $100 million.

 

The ESM is a passive, purely defensive system that does not enhance the firepower of the Turkish Air Force. The AEW&C system as a whole can be used offensively to direct fighters to their targets or defensively in order to counter attacks by enemy forces in the air and on the ground.

 

However, defense analysts agree that the ESM is a defensive subsystem.

 

The Israeli MoD, in December 2011, refused to allow Elta and Elbit, another Israeli company, to complete deliveries of long-range aerial photography systems to the Turkish Air Force.

 

The clampdown on the Boeing-led program marked the first Israeli government decision to force a US weapons-maker to fail to fulfill its contractual commitments to a third country governmental buyer — and at a time when the program itself faced major delays.

 

The 737-700 aircraft are to be used as part of Turkey’s NATO capabilities.

 

An airborne early warning and control system is an airborne radar system designed to detect aircraft, ships and vehicles at long ranges, and to control and command the battle space in an air engagement by directing fighter and attack aircraft strikes. Used at a high altitude, the radars on the aircraft allow the operators to distinguish between friendly and hostile aircraft hundreds of miles away.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:30
Syrie: Israël ne compte pas intervenir (ministre)

TEL AVIV, 8 mai - RIA Novosti

Israël n'envisage pas d'intervenir dans le conflit syrien mais reste prêt à utiliser la force pour empêcher le transfert d'armes aux extrémistes, a déclaré mercredi le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon.

"Nous avons défini les "lignes rouges" auxquelles nous ne renonçons pas. Nous ne nous ingérons pas dans la guerre civile syrienne, mais nous avons bien exprimé nos intérêts", a indiqué le ministre israélien.

Parmi ces "lignes rouges" M.Yaalon a cité le transfert d'armes aux groupes radicaux, ainsi que toute tentative de "porter atteinte à la souveraineté israélienne".

Le ministre a également mis en garde les Syriens contre de nouveaux tirs sur le territoire l'Etat hébreu, évoquant une éventuelle riposte militaire du Tsahal. Lundi et mardi dernier, trois obus de mortier tirés à partir du territoire syrien ont explosé dans la partie du plateau du Golan occupée par Israël, sans faire de victime ni dégât.

La semaine dernière, les médias ont fait état de raids de l'aviation israélienne visant des cibles sur le territoire syrien, dont un dépôt de missiles iraniens destinés au groupe libanais Hezbollah ainsi qu'un convoi transportant des missiles du même type. L'agence syrienne officielle Sana a pour sa part accusé Israël d'avoir attaqué un centre de recherches situé près de Damas. Le premier ministre Yaalon a quant à lui refusé de commenter ces informations.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:30
Syrie/armes chimiques: les services spéciaux russes et US coopéreront

MOSCOU, 8 mai - RIA Novosti

 

Les services spéciaux russes et américains coopéreront pour élucider les cas de recours aux armes chimiques en Syrie, a déclaré mardi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

 

"Nous nous sommes mis d'accord (…), nos services spéciaux coopéreront de façon encore plus étroite afin de comprendre clairement ce qui ce passe avec les rapports faisant état de cas d'utilisation d'armes chimiques ou d'autres matières toxiques en Syrie", a annoncé M.Lavrov à l'issue de négociations avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry en visite à Moscou.

 

Selon le chef de la diplomatie russe, la Russie est "dans la même mesure que les Etats-Unis préoccupée par un possible recours aux armes chimiques en Syrie".

"Il s'agit d'un sujet très difficile et très sensible, et il faut être absolument sûr qu'on ne se laisse pas emporter par des rumeurs et des provocations délibérées", a ajouté le ministre.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:25
A maritime version of the Hermes 450 is already on offer from Elbit Systems

A maritime version of the Hermes 450 is already on offer from Elbit Systems

26 Apr 2013 By Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - The Brazilian navy has begun to evaluate unmanned air systems for its missions. The two current options are the Elbit Systems Hermes 450 and Israel Aerospace Industries Heron 1, both of which are already in service in Brazil in other configurations.

 

Elbit and IAI have already developed maritime versions of these two types equipped with a maritime search radar and electro-optical/infrared sensors, and Brazil's navy now wants to field its own maritime configuration.

 

The Brazilian air force's Horus squadron is operating its first two Hermes 450 systems from Santa Maria air base in Rio Grande do Sul, while the nation's federal police flies the Heron 1 from the Parana district. The type is mainly performing missions as part of an effort to fight drug trafficking.

 

According to the Brazilian police, four bases will be equipped with UAS by 2014.

 

Meanwhile, in preparations for Brazil hosting the 2014 World Cup and 2016 Olympics, the nation's defence ministry has dispatched 7,500 troops to its northwestern borders with Peru and Bolivia in an effort to stop cross-border crime.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 15:45
Zuma wants African Standby Force operational

08 May 2013 by defenceWeb/SA News

 

South African President Jacob Zuma has called for the creation of an African Standby Force (ASF) as a rapid deployment instrument that would go to places on the continent where conflicts erupt and violence flares.

 

He sees the creation of a rapid deployment unit as helping to create a stronger African Union (AU) that would be able to ensure the promotion of peace and stability on the continent.

 

The President, who is also Commander-in-Chief of the SA National Defence Force, said the need for an intervention brigade had become more crucial following conflicts in Mali and the Central African Republic (CAR), as well as continuing instability in the eastern part of the DRC.

 

In late march, Seleka rebels in the CAR killed 14 South African soldiers as they moved on the nation’s capital of Bangui and subsequently overthrew President Francois Bozize’s regime.

 

"It is crucial to build a stronger and well-resourced African Union to take forward the promotion of peace, security and the socioeconomic advancement of the continent,” Zuma said. "Part of the capacity needed by the AU is the establishment of the African Standby Force for rapid deployment in crisis areas without delays.”

 

Zuma’s call follows a report by the AU specialised defence technical committee indicating the rapid deployment capability (RDC) of its standby force was non-existent.

 

The committee met in Addis Ababa earlier this month to discuss the continental body’s response to the escalation of violence in Mali late last year that erupted into full-scale fighting and saw France deploy troops in an attempt to restore peace.

 

The report noted: “The Malian crisis highlighted the need to expedite operationalisation of the RDC and, more generally, to accelerate the establishment of the ASF”.

 

All told the AU defence technical committee is of the opinion the RDC is yet to be operational. Efforts to make the ASF and it RDC reality go back as far as 2002 when the AU Peace and Security Architecture was established. It is designed as a set of institutions and standard to facilitate conflict prevention.

 

Immediate past US military Africa Command (Africom) commander, General Carter F Ham in March pointed out Mali as an example of why Africa needed to invest in a standby capability.

 

“If Africa could have deployed a standby force, Mali might be in a different situation today.”

 

Even more outspoken on the lack of any deployable capability to speedily deal with conflict situations was top South African defence analyst Helmoed Romer Heitman.

 

He is on record as saying: “The ‘Standby Force’, comprising five regional brigades, was intended to intervene promptly and quickly to prevent a troubled situation becoming a crisis, or at least to be on the scene quickly enough to hold the line until other forces can be deployed to deal with the situation decisively. It was not intended to ‘stand by’ and watch things unravel”.

 

Zuma was speaking after the signing of a number of co-operation agreements between Nigeria and South Africa at Tuynhuys in Cape Town following a meeting with his Nigerian counterpart Goodluck Jonathan. One of the nine agreements signed covers defence co-operation between the two countries, generally accepted as Africa’s economic powerhouses.

 

Zuma said that Jonathan was in agreement over the need for better military capacity. South Africa and Nigeria signed nine agreements and memoranda of understanding on Tuesday, paving the way for co-operation in the areas of defence, gas exploration and power generation.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 14:45
Africom gets crisis response force

07 May 2013 by defenceWeb

 

The US military’s Africa Command (Africom) now has access to a crisis response force in the form of the Special-Purpose Marine Air-Ground Task Force, Crisis Response (SP-MAGTF CR). This will respond to events like the deadly 2012 attack on the US consulate in Libya.

 

According to the US military, SP-MAGTF CR will provide limited defence crisis response in support of US embassies in the Africom area of responsibility, will support non-combatant evacuation operations, humanitarian disaster relief operations, search and rescue and provide recovery capabilities.

 

Some of its core assets are six MV-22B Osprey tiltrotor aircraft and two KC-130J air refuelling tankers. These recently deployed from Marine Corps Air Station New River in North Carolina to Moron air base in Spain, on April 27. The Ospreys can carry 20-24 personnel with combat equipment over 325 nautical miles at three times the speed of a helicopter.

 

SP-MAGTF CR comprises a rotational contingent of approximately 500 Marines, sailors and support elements sourced from a variety of Marine Corps units. It will report to the head of Africom, Army General David Rodriguez.

 

“The intent for the crisis-response force is just that. … It’s to move in and offset whatever challenges there are to our national interests,” Marine Lieutenant General Richard Tryon, deputy commandant for plans, policies and operations told the Marine Corps Times last month.

 

The SP-MAGTF CR could respond to events like the September 11, 2012, attack on the US consulate in Benghazi that resulted in the deaths of Ambassador Chris Stevens and three other Americans.

 

SP-MAGTF CR should not be confused with SP-MAGTF Africa, a unit based at Sigonella in Italy which advises, assists and trains militaries in Africa.

 

The SP-MAGTF CR may also support Marine expeditionary units and Fleet Anti-Terrorism Support Teams (FASTs).

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 14:35
Germany To Sell Tanks to Indonesia

May. 8, 2013 Defense news (AFP)

 

BERLIN — Germany has agreed to sell 164 used tanks to Indonesia, the government confirmed Wednesday, after the Dutch parliament last year rejected a similar request over human rights concerns.

 

Chancellor Angela Merkel’s government has given the green light to Duesseldorf-based weapons maker Rheinmetall AG to sell the tanks to Jakarta, said an economics ministry spokeswoman.

 

She said the total price tag was about €3.3 million ($4.3 million), suggesting that the more than 100 Leopard 2 battle tanks and other tracked vehicles are second-hand military equipment.

 

Merkel’s national security council decides on arms export licenses in closed meetings and usually stays tight-lipped about them until details are released in annual defense export reports.

 

But the government was forced to release information about the Indonesia deal after a formal request by opposition Greens party lawmaker Katja Keul, who published the response on her website.

 

The shipment includes 104 Leopard 2 tanks and 50 Marder 1A2s infantry fighting vehicles, as well as ammunition. Among the 10 other tanks are vehicles used in mountain terrain, mobile bridge layers and armored earth movers.

 

Indonesia, Southeast Asia’s biggest economy and the world’s most populous Muslim majority country, had first requested the tanks in 2012 during a visit by Merkel, pledging not to use them against its own people.

 

Opposition parties in Indonesia’s former colonial power the Netherlands had stopped a proposed tank deal with the country, citing the risk Jakarta would use them to suppress ethnic and religious minorities.

 

Merkel spokesman Steffen Seibert on Wednesday defended the export and called Indonesia an “important partner country” that had received German defense goods before.

 

“Indonesia has, in the view of the German government, since about 1998 undergone a deep political change toward a democratic political system,” he said. “The reform efforts of the Indonesian government are continuing.”

 

He recalled that Merkel had, during a March visit to Berlin by Indonesian President Susilo Bambang Yudhoyono, praised his archipelago nation as a “role model” for religious diversity.

 

The Merkel government has promoted weapons sales to countries it considers strategic partners and also recently approved controversial arms shipments to Saudi Arabia, Qatar and the United Arab Emirates.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:55
Le contrôle du renseignement français : une mission impossible ?

mai 6, 2013 par MGN Abou Djaffar & Zone d’Intérêt

Les services de renseignement sont méconnus des Français, et font souvent l’objet d’une publicité négative prenant la forme de rumeurs et de scandales, signes de potentiels dysfonctionnements. Relayée par un excellent cinéma parodique (Les Barbouzes, Le Grand Blond, Opération Corned Beef), cette méconnaissance des services par le public peut être reliée aux relations complexes qui existent entre la communauté du renseignement et les institutions de la République. Nombre des représentants de la nation et de hauts fonctionnaires sont ainsi parfaitement ignorants du fonctionnement et des missions des différents services nationaux, tandis que la législation succincte en vigueur apparaît aujourd’hui comme imparfaite.

Les dix dernières années ont vu se succéder plusieurs initiatives pour réformer l’encadrement du renseignement en France, telles que la création d’une délégation parlementaire au renseignement, sans pour autant remédier à ses lacunes. Alors que travaille encore la commission d’enquête parlementaire sur le fonctionnement des services de renseignement, initiée en juillet 2012, deux blogueurs d’AGS, un ancien des services (Abou Djaffar) et un passionné de renseignement (Zone d’Intérêt), se posent quelques questions sur l’avenir du renseignement français et sur son contrôle.

Les services de renseignement, en tant qu’organisations discrètes et autonomes, ont-ils vraiment besoin d’un soutien politique et de communiquer auprès du public pour mener à bien leurs missions ?

De part la nature sensible et intrinsèquement secrète de certaines de leurs missions, telles que la lutte contre le terrorisme ou le contre-espionnage, les services de renseignement n’ont pas pour vocation première de communiquer sur leurs actions, notamment afin de protéger leurs sources et leurs méthodes. Néanmoins, les services ne peuvent pas se priver de toute communication puisqu’ils doivent être en mesure de faire comprendre aux décideurs politiques et au parlement – qui sont leurs donneurs d’ordres et leurs financeurs – la nature précise de leurs missions, au risque de recevoir des orientations ministérielles ou des budgets inadéquats. Ils ont également la responsabilité d’informer régulièrement les citoyens sur leur rôle, leurs objectifs et leurs résultats, afin de respecter le cadre démocratique qu’ils ont pour mission de préserver et qui justifie leur existence même. Établir des liens avec la population facilite également la coopération des citoyens avec les services, puisqu’ils perçoivent mieux la nature et l’utilité de leurs actions. Communiquer auprès des institutions et du public est donc un impératif d’efficacité pour les services, mais force est de constater qu’ils font trop peu d’efforts en ce domaine et laissent leur image se dégrader, au fil de révélations inexactes et de scandales.

Pendant des décennies, et singulièrement à partir des indépendances africaines, le pouvoir a pris l’habitude de pratiquer la diplomatique parallèle ou d’employer des réseaux politiques afin de régler des crises qui semblaient hors de portée des capacités des services. Au Liban, dans les Balkans, au Maghreb ou dans les anciennes possessions françaises en Afrique, ces réseaux, parfois dangereusement proches de l’illégalité, quand ils n’étaient pas franchement employés à des tâches inavouables, ont longtemps gêné l’action des services. Plus que de l’ignorance, il y eut surtout de la méfiance pour des services finalement très légalistes, et une arrogance très parisienne qui faisait penser que quelques affairistes pouvaient faire mieux que des centaines de professionnels.
Cette attitude, qui conduisit des présidents ou des ministres à imposer des missions infaisables dans les délais impartis, a même été interprétée par certains observateurs comme une volonté parfaitement assumée de tenir en coupe réglée une communauté qui aurait pu menacer le pouvoir, en France, absolu, du chef de l’Etat. Cette attitude, absurde dans un pays qui ne pratique guère le coup d’Etat et dont les services sont fidèles, explique en grande partie pourquoi la représentation nationale est tenue à l’écart des services.

Comment moderniser le contrôle démocratique du renseignement français tout en protégeant des informations sensibles ? Les services sont-ils prêts à jouer le jeu ?

La France ne peut pas se contenter d’un cadre institutionnel qui repose sur le huis clos des ministères et sur de trop rares auditions parlementaires. Il est nécessaire d’établir une législation claire permettant aux administrations du renseignement de rendre des comptes, mais également d’exprimer leurs attentes et leurs points de vue, auprès de véritables organes de contrôle issus du parlement. Traditionnellement, les directions des services de renseignement font un usage abusif du secret, afin de sélectionner les interlocuteurs à qui ils rendent compte et éviter que les informations qu’ils fournissent soient utilisées pour restreindre leur liberté d’action. Toutefois, à d’autres niveaux hiérarchiques – en particulier chez les analystes – la volonté de faire comprendre aux élus et à la population la teneur de leur travail et la complexité du monde est un souhait très répandu.

Les parlementaires sont à même d’exploiter des informations classifiées, ce qu’ils font déjà dans les commissions des Affaires étrangères et de la Défense nationales, les services ne peuvent donc pas se réfugier derrière des questions d’accréditations, en particulier du fait des lois qui obligent leurs détenteurs à une discrétion stricte. Auprès du public, l’absence d’information sous prétexte de protection de la sûreté nationale ne tient pas vraiment non plus, puisque certains rapports d’information peuvent être rédigés sans révéler d’éléments sensibles qui ne concernent que les aspects opérationnels du renseignement.

En refusant de commenter des opérations de guerre ou des crises majeures, la communauté du renseignement, à laquelle personne ne demande de dévoiler des secrets en public, laisse la parole libre à un écosystème parasite de faux experts, anciens aigris ou notoirement incompétents, qui polluent le débat, alimentent la presse en analyses bâclées et contribuent à brouiller, sinon le message, du moins la vision de la situation. Le rôle des services n’est évidemment pas de relayer la parole de l’Etat, et encore moins de participer à des actions de propagande interne, mais leur compréhension du monde, qui inspire en partie la diplomatie nationale, devrait ponctuellement être présentée au public.

Par crainte de la lumière comme par incapacité (qui pour parler en public sans provoquer la honte boulevard Mortier ou à Levallois ?), et par refus dogmatique de ce qu’un directeur de la DGSE appelait avec mépris l’influence (« L’influence, je n’y crois pas »), les services se contentent de passer une tête dans quelques écoles ou universités choisies et de donner des conseils techniques à des étudiants parfois meilleurs qu’eux.

Ce refus d’un autre âge de la part de certains responsables (pas tous, évidemment) contribue à entretenir le public et une bonne partie des élus dans une ignorance de plus en plus gênante alors que les évolutions du monde placent les services plus que jamais en première ligne.

Un vrai dialogue devrait donc s’instaurer entre les services, le public et les institutions, fondé sur un présupposé d’intégrité des fonctionnaires du renseignement et sur l’acceptation d’un parlement capable de rendre compte aux citoyens, sans pour autant entraver l’action des services.

De quelle façon le parlement peut-il s’assurer d’avoir accès aux informations pertinentes pour contrôler les services de renseignements ? Quels sont les outils à mettre en place ?

Le renseignement, en tant que discipline, possède ses propres codes et des méthodes et procédures que les parlementaires doivent s’approprier par une initiation au sein des différents services, et par le conseil d’experts issus de la communauté du renseignement, mais également de la société civile et du milieu universitaire, dans une recherche de pluralité.

Les liens entre les organes de contrôle et les services doivent être constants, ce qui passe par la présence d’agents de liaison auprès du parlement, afin de pouvoir informer régulièrement les élus sur l’évolution des problématiques et des menaces. Le parlement doit également avoir à sa disposition une équipe de qualité dédiée à l’information parlementaire sur les questions de renseignement, capable de produire des rapports et des notes, y compris sur les aspects les plus techniques. La capacité du parlement à contrôler le renseignement passe par des auditions élargies, au-delà des seuls directeurs de services, en diversifiant les profils et le niveau hiérarchique des spécialistes auditionnés. Les contrôleurs du renseignement doivent également disposer d’un pouvoir d’enquête, leur permettant de se rendre dans les services et de consulter les documents nécessaires à leurs travaux, en particulier lorsque des dysfonctionnements sont rapportés.

Quelle place donner aux citoyens dans le contrôle du renseignement et comment les intéresser à ces questions ?

Le grand public se montre souvent intéressé par le milieu du renseignement, comme l’illustrent certains succès de librairie et l’audience des reportages qui y sont consacrés, mais subit l’idée reçue selon laquelle le renseignement ne devrait pas leur être ouvert. Dans les écoles et les universités, étudiantes et étudiants font parfois preuve d’une curiosité et d’une pertinence dans leurs questionnements qui font cruellement défaut à leurs parents. Sans doute sont-ils conscients du monde qui s’annonce.

L’absence d’information des services de renseignement auprès des citoyens les pousse, au final, vers une littérature où l’offre majoritaire est généralement médiocre et inexacte, ce qui renforce des clichés sulfureux et une certaine méfiance envers les professionnels du renseignement. Il est nécessaire d’établir de réels canaux de communication et la communauté du renseignement doit notamment se rendre plus accessible aux demandes de la presse. Une première tentative d’ouverture au monde universitaire a été lancée en 2010 avec la création de l’Académie du renseignement, mais elle n’offre toujours pas l’accès nécessaire aux chercheurs pour étudier le fonctionnement des services, alors même que d’autres institutions sensibles, telles que les armées, s’ouvrent. Il est essentiel pour l’information des citoyens de publier un rapport annuel d’information digne de ce nom sur les activités des services de renseignement, qui inclue un compte-rendu détaillé des travaux de la commission de contrôle et des extraits substantiels des auditions réalisées au cours de l’année. Un tel rapport doit également être en mesure d’établir des indicateurs de résultats et d’expliquer les grandes orientations administratives, techniques et budgétaires des services de renseignement. Au-delà d’un simple exercice comptable, ce rapport serait un outil de sensibilisation du public aux enjeux du renseignement, et offrirait l’opportunité aux professionnels d’informer les citoyens sur les problématiques et les risques qui sont au cœur de leur travail.

Est-il vraiment possible de contrôler les interceptions de communications ? Renseignement et respect de la vie privée peuvent-ils être compatibles ?

Les interceptions de communications, comme la surveillance des communications internet ou les écoutes téléphoniques, sont des actes techniques qui reposent avant tout sur l’accès à des dispositifs spécifiques dont l’acquisition et l’usage sont encadrés par la loi. En ce qui concerne les services de renseignement, les interceptions de communications font l’objet d’un contrôle de la Commission Nationale de Contrôle des Interceptions de Sécurité (CNCIS), qui n’a toutefois pas le pouvoir d’empêcher une interception qu’elle juge irrégulière et qui ne rend pas de rapport public de ses activités. Les services de renseignement doivent être en mesure d’accéder à des communications privées afin de mener leur mission de protection de la sécurité nationale, toutefois les interceptions ne doivent pas sortir du cadre de la stricte nécessité opérationnelle et ne doivent pas devenir une solution de facilité pouvant mener à la constitution de larges bases de données issues des communications des citoyens.

Le cadre réglementaire des interceptions doit être précisé, en concertation avec des associations et des représentants de la société civile, en particulier dans le contexte de multiplication et de diversification des modes de communication liées à internet. La CNCIS doit être en mesure d’analyser plus finement les demandes d’interceptions – près de 300 par jour – et doit rendre un rapport public pour informer les citoyens sur l’évolution du nombre d’interceptions et éviter les dérives inflationnistes. La commission de contrôle devrait également être en mesure d’émettre des réprimandes en cas d’abus manifeste et d’entamer des procédures judiciaires si nécessaire.

Il est nécessaire de renforcer la confiance des citoyens dans les services de renseignement, en sanctionnant systématiquement les abus dans les interceptions de communications, y compris lorsqu’ils ont lieu à de hauts niveaux hiérarchiques et en mettant un terme aux interceptions ordonnées dans un contexte informel, hors des procédures réglementaires.

Sans jamais essayer de justifier des intrusions insupportables dans la sphère privée, les services doivent pouvoir, sereinement, expliquer la raison des dispositifs qu’ils utilisent. Qu’il s’agisse de renseignement technique ou humain, rien ne devrait pouvoir être fait hors du mandat de la défense de l’Etat et du peuple. Services administratifs soumis à des lois et des règlements, les différentes organisations chargées de recueillir et d’analyser du renseignement en France sont, comme les autres administrations du pays, soumises au facteur humain, à des pressions financières et à des dysfonctionnements. Si ceux-ci sont rares, ils sont potentiellement plus graves et peuvent parfois donner le sentiment d’une politisation excessive (mais hélas inévitable), voire de dérives inquiétantes. La création de relations de confiance entre ces services et la sphère politique serait la marque d’une évolution démocratique positive, et la garantie d’un fonctionnement amélioré dans les années qui viennent. De même, et sans livrer de secrets, une communication plus ambitieuse à l’égard des citoyens pourrait, enfin, donner le sentiment que la population n’est plus infantilisée. On peut toujours rêver.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:55
photo RP Defense

photo RP Defense

08 mai 2013 par Romain Mielcarek

Les réserves n’ont pas toujours les moyens de leurs ambitions. Le Livre blanc rappelle tout de même leur importance pour le bon fonctionnement des armées.

Dans sa partie consacrée aux ressources humaines, le Livre blanc évoque le rôle des réserves. Le texte rappelle à quel point la réserve est une composante cruciale pour le bon fonctionnement du modèle des armées. Il rappelle également que ces hommes et ces femmes sont un vecteur précieux du lien entre l’institution et le reste de la Nation.

Le document donne quelques éléments sur le profil du réserviste opérationnel qui doit être favorisé. Si les contrats prévoient un engagement minimum de cinq jours pour être noter (il n’y a en réalité pas de contrainte majeure), le Livre blanc précise ici des objectifs qui doivent être pris en compte dès le recrutement : « il convient d’attirer en priorité des femmes et des hommes disposés à y servir au minimum vingt jours par an et pendant plusieurs années. » Parmi eux, le texte rappelle que certains seront amenés à servir sur des durées plus longues allant de 90 à 120 jours. Pour parvenir à ces objectifs, il faudra « consacrer les ressources budgétaires adaptées aux actions de formation et d’entraînement » et « pouvoir financer les déploiements opérationnels de ces réservistes ».

Pour parvenir à ces objectifs, qui ne sont pas aujourd’hui atteints dans beaucoup d’unités où l’on peine à fidéliser les réservistes, une meilleure réflexion sur la prise en compte des problématiques des entreprises doit être réalisée. Le Livre blanc réclame aussi une simplification des procédures d’engagement notamment sur le plan administratif.

Valoriser les compétences rares

La réserve opérationnelle doit aussi progresser dans sa capacité à engager des compétences spécifiques. Le Livre blanc réclame ainsi la montée en puissance de certaines composantes qui sont aujourd’hui déficitaires et de profiter de ce que peut proposer la réserve dans ces domaines. L’exemple donné, qui est en ce moment au coeur de l’actualité, est celui de la cyberdéfense qui est en train de mettre en place une telle structure, reposant en partie sur des réservistes. On pourra noter d’autres domaines, notamment dans le secteur des actions sur l’environnement, avec les opérations civilo-militaires qui peuvent toujours profiter de certains talents : ingénieurie, marketing, connaissances ethnologiques spécifiques …

Le document évoque enfin la réserve de disponibilité, très rarement prise en compte. Elle se compose des anciens militaires soumis à une obligation de disponibilité pendant une durée de cinq ans. Mobilisables en cas de crise majeure, ils sont beaucoup moins nombreux aujourd’hui qu’avant la professionnalisation des armées. Leur disparition progressive est l’un des moteurs principaux du développement de la réserve opérationnelle. Leurs compétences restent aujourd’hui peu utilisée, en dehors de quelques volontaires qui se dirigent de fait vers la réserve opérationnelle. Le Livre blanc appelle à une rénovation de cette composante.

Les réservistes citoyens, enfin, doivent continuer à être utilisés comme un vecteur favorable du lien armée-Nation. Ces civils, souvent issus d’institutions ou de couches de la société propices à cette relation (mairies, Education nationale, associations …), peuvent apporter certains atouts aux armées. Le document évoque une piste intéressante, celle des quartiers difficiles et des zones rurales isolées, où ces relais pourraient permettre de faire entrer l’esprit de Défense et la connaissance des enjeux qui y sont liés.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:50
Poland rejoins NATO AGS programme

17 Apr 2013 By:   Bartosz Glowacki – FG

 

Warsaw - Poland has confirmed its intention to formally rejoin NATO's Alliance Ground Surveillance (AGS) programme as a core nation, with the alliance's managing organisation now preparing the relevant documents for its reinclusion.

 

Warsaw was involved in the early stage of the AGS project, but in early 2009 decided to leave the collaborative effort, citing financial problems.

 

Announcing its decision following a 21 March meeting, Poland's defence ministry says: "Joining AGS will be very significant for increasing Poland's meaning and strengthening its position in NATO structures."

 

It expects to re-enter the programme in early 2014, contributing 4.5% of the total AGS funds, or roughly €71 million ($93 million) until 2017.

 

Polish companies including Bumar Elektronika, Netline, Transbit and Wojskowy Instytut Lacznosci are expected to participate in the programme, providing radar equipment, component manufacturing and maintenance activities.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:50
BAE Systems toujours prudent pour 2013

08.05.2013 Romandie.com (AWP)

 

Londres (awp/afp) - Le groupe de défense britannique BAE Systems a confirmé mercredi ses prévisions prudentes pour l'année 2013, sous la pression des économies budgétaires en Europe et aux États-Unis, qui pourraient s'améliorer en cas de finalisation d'un important contrat en Arabie Saoudite.

 

Le numéro un européen du secteur indique toujours tabler sur une progression "modeste" de son bénéfice par action sous-jacent en 2013, une prévision qui reste sujette aux incertitudes concernant le budget de la défense aux États-Unis, où le groupe est très implanté.

 

Le résultat par action pourrait cependant augmenter d'environ 3 pence en cas de finalisation d'un important contrat avec l'Arabie saoudite.

 

Ce pays avait signé en 2007 avec le Royaume-Uni un contrat pour l'achat de 72 avions de combat Eurofighter Typhoon auprès de BAE Systems. Mais dans le cadre de ce programme nommé "Salam", les deux parties négocient actuellement une augmentation du prix des 48 appareils qui restent à livrer.

 

Les discussions avec le royaume sont toujours en cours même si les livraisons ont repris en avril, indique dans un rapport d'activité BAE Systems, dont le projet de fusion avec l'européen EADS a capoté l'an dernier.

 

"Nous continuons à croître sur nos marchés internationaux et avons consolidé nos solides prises de commandes enregistrées en 2012 avec 2,3 milliards de livres de commandes hors des États-Unis et du Royaume-Uni jusqu'à présent cette année", a souligné le directeur général, Ian King.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:50
Maritime Heron UAV  photo Israel Aerospace Industries

Maritime Heron UAV photo Israel Aerospace Industries

2 May 2013 By Arie Egozi – FG

 

Tel Aviv - A European project intended to prove the feasibility of using satellite communications to enable unmanned air system operations in non-segregated airspace completed a 6h flight from San Javier air base in Spain on 24 April.

 

Performed using a maritime surveillance variant of the Israel Aerospace Industries Heron, the demonstration involved the beyond line of sight control of the air vehicle, with satellite communications maintained between an operator in its ground control station and air traffic controllers.

 

Funded by the European Defence Agency (EDA) and European Space Agency, the Desire programme test was conducted by an international consortium led by Spain's Indra, and also included AT-One, CIRA, SES ASTRA and Thales Alenia Space.

 

The Heron's satellite data link was engaged after take-off, while the aircraft was still in segregated airspace, before it entered class-C airspace at 20,000ft (6,100m) under the supervision of Spanish air navigation service provider Aena.

 

During the trial, a manned aircraft from the Spanish air force academy approached the UAS, simulating frontal and 90˚ collision trajectories. "The pilots of the two aircraft followed the separation instructions issued by the air traffic controllers, demonstrating the safe operation of remotely-piloted aircraft, even in an emergency situation," the EDA, ESA and Indra say in a joint statement.

 

Land and maritime surveillance information was also relayed to the ground control station during the mission.

 

"All the information collected in these tests will be analysed and compared with the safety requirements being established by the European Aviation Safety Agency and the operational requirements being set by Eurocontrol," the programme partners say.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:35
Problem in Nirbhay cruise missile identified: Antony

May 08, 2013, zeenews.india.com

 

New Delhi: Scientists have identified the problem in Nirbhay cruise missile, which led to its malfunction during the first test flight last month, and corrective design is being implemented, Defence Minister AK Antony on Wednesday said.

 

In a written reply in Rajya Sabha, he said, "Scientists have identified that Inertial Navigation System has malfunctioned and corrective design/modification are being implemented."

 

On whether the missile achieved only partial success, Antony said, "Yes. Except for covering the full range by flying in all way points, all the objectives set for the cruise missile functionality have been met fully."

 

Maintaining that the missile had a perfect launch with the navigation systems correctly touching the "first way point", he said, "Deviation was observed while going to second way point. When the deviation extended the safety limit, mission abort command was issued from the ground and the destruction mechanism inside the missile was activated."

 

In reply to a separate question, the Minister said DRDO has proposed to set up a missile testing centre and a launch pad at Machilipatnam in Andhra Pradesh at an estimated cost of Rs 1200 crore.

 

"The proposal is at a very initial stage. So far, only proposal for requirement for land has been initiated with the Government of Andhra Pradesh."

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:35
Le porte-avions américain USS Nimitz arrivera samedi 11 mai en Corée du Sud

08/05/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Le porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Nimitz (97.000 tonnes), arrivera le 11 mai prochain dans le port de Busan, en Corée du Sud, pour des manœuvres navales conjointes avec la marine sud-coréenne.

Le USS Nimitz a quitté le port de San Diego, aux États-Unis, le 19 avril dernier et il est entré dans la zone d’opération de la 7e flotte américaine le 3 mai.

Le Nimitz restera trois jours au port de Busan, puis participera aux manœuvres navales conjointes en mers de l’Est et du Sud.

L’escadre du USS Nimitz comprend, notamment, 77 aéronefs, le destroyer Aegis Samson, le croiseur doté de missiles guidés Princeton.

Le USS Bremerton (Photo: WikiCreativeCommons)

La Corée du Sud et les États-Unis ont par ailleurs commencé lundi 7 mai un exercice naval anti-sous-marins d’une durée de cinq jours, destiné à détecter, pister et détruire des sous-marins ennemi.

Les États-Unis ont déployé pour cet exercice le sous-marin nucléaire d’attaque de classe Los Angeles USS Bremerton (6.900 tonnes), deux destroyers Aegis et des avions de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine pour cet exercice. La Corée du Sud a de son côté mobilisé six navires dont un destroyer de 4.500 tonnes, des sous-marins de 1.800 tonnes, des avions anti-sous-marins (P-3C) et des hélicoptères Lynx.

Bien qu’il s’agisse d’un exercice de routine organisé tous les ans,le Commandement du front sud-ouest de la Corée du Nord a toutefois menacé mardi 7 mai d’une réplique immédiate «Si un seul obus ennemi retombe dans [ses] eaux territoriales».

Les autorités militaires nord-coréennes ont également menacé, rapporte l’agence officielle nord-coréenne KCNA, de faire des îles sud-coréennes situées dans la zone frontalière en mer Jaune une «mer de feu» en disant que «si les ennemis prennent des contre-mesures imprudentes, nos missiles déployés sous le Commandement du front sud-ouest engageront une action immédiate et les cinq îles situées en mer Jaune seront transformées en mer de feu.»

Le porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense, Kim Min-seok, a pour sa part déclaré lors d’un point de presse, selon ce que rapporte l’agence sud-coréenne Yonhap, que «les manœuvres conjointes sont de nature défensive et que «les exercices conjoints coréano-américains se déroulent plusieurs fois par an et existent depuis la création du Commandement des forces combinées Corée du Sud-États-Unis, en 1978.», ajoutant «Le Commandement combiné continuera ces exercices tout comme un élève n’abandonne pas ses études pour un examen. Les troupes militaires qui ne font pas d’exercices n’ont pas de raison d’être».

Quant à la venue du porte-avions à propulsion nucléaire USS Nimitz, le ministère de la Défense sud-coréen a expliqué qu’«un porte-avion américain à propulsion nucléaire vient chaque année en Corée du Sud à cette période où nous effectuons des exercices conjoints », ajoutant que «le niveau d’alerte militaire élevé sera maintenu pendant la visite de la présidente Park aux États-Unis.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:30
Photo by Eliahu Hershkovitz

Photo by Eliahu Hershkovitz

May 8, 2013: Strategy Page

 

Israel says it does not want to get involved in the Syrian rebellion and only launched two recent air strikes on Syria to prevent Iranian weapons from being moved to southern Lebanon, where Hezbollah could use them against Israel. The Syrian rebels have been asking NATO, or anyone, to provide them with air support. So far NATO is not willing and pro-rebel Arab states believe they are not able.

 

The two weapons involved here were Pantsir-S1 anti-aircraft systems and Fateh-110 long range rockets. The Pantsir-S1 anti-aircraft system missiles would make it more difficult (but not impossible) for Israeli aircraft and helicopters to operate over Hezbollah controlled territory. These Russian systems, which are mounted on an 8x8 truck, were bought by Syria with Iranian money and some were shipped to Iran. Each Pantsir-S1 vehicle carries radar, two 30mm cannon, and twelve Tunguska missiles. The 90 kg (198 pound) Tunguska has a twenty kilometer range while the Pantsir-S1 radar has a 30 kilometer range. The missile can hit targets at up to 8,400 meters (26,000 feet) high. The 30mm cannon are effective up to 3,200 meters (10,000 feet). The vehicles used to carry all the Pantsir-S1 can vary, but the most common one used weighs 20 tons and has a crew of three.

 

The longer ranged Fateh-110 rockets are also a serious matter. Three years ago Israel told Syria that if Hezbollah used the new Fateh-110 missiles that they were receiving from Syria Israel would bomb Syria. The three ton, solid fuel, ballistic missiles have a range of 250 kilometers and carries a half ton warhead. These longer range missiles, that can reach all of Israel’s major cities, are a primary target for Israeli forces in any future war with Hezbollah.

 

Syria responded to these Israeli attacks by threatening retaliation, but there’s not much Syria can do at this point except make threats. Meanwhile Israeli troops are increasingly seen training near the Lebanese and Syrian borders. Israel believes Iran might order Hezbollah to attack Israel in order to help the beleaguered Assad government in Syria. This would be a desperation measure, but the Israelis are preparing for the worst.

 

Egypt has condemned Israeli air strikes in Syria but has otherwise sought to keep things quiet on the Israeli border and especially in Gaza. Egypt is still concerned about anti-Egyptian Islamic terrorists in Sinai, and the sanctuary some of those terrorists seem to still enjoy in Gaza. Egypt also revealed that in the last two years it has discovered 276 smuggling tunnels from Gaza and destroyed 56 percent of them. This is an improvement on the Mubarak government that was deposed two years ago. Now the Egyptians are making more efforts to halt the smuggling of weapons and terrorists in and out of Gaza via the tunnels.

 

Responding to Israeli pressure, Hamas has shifted more of its security forces to shutting down the smaller and more radical Islamic terrorist groups and suppressing popular demonstrations against Hamas rule in Gaza.  Israeli officials revealed that they have been quietly holding regular meetings with Hamas to discuss security matters and coordinate efforts against groups that continue to launch rocket and mortar attacks on Israel.

 

May 7, 2013: In Sinai police arrested a man suspected of being an informant for Israel. This is the sixth such arrest in the last month.

 

In Syria, near the Israeli border, four UN peacekeepers were seized by Islamic radical rebels in the area. The rebels said they did this to prevent nearby Syrian soldiers from harming the peacekeepers. This appears to be another attempt to intimidate the peacekeepers, who are supposed to keep an eye on what’s going on near the Israeli border (which the UN watches as part of the peace deal with Syria after the 1973 war.)

 

May 5, 2013: Israeli warplanes destroyed several targets in Syria. One was a weapons development compound outside Damascus and this triggered much larger explosions indicating that the Israeli missile had set off weapons (perhaps Fateh-110 rockets and their warheads) being stored there.

 

May 3, 2013: Israeli warplanes destroyed several targets in Syria.

 

May 2, 2013: In Gaza Islamic terrorists fired two rockets at Israel, at the same time Hamas was arresting more Islamic terrorists believed responsible for ceasefire violations. Near the Gaza border Egyptian police seized 40 new BMW automobiles on trailers that were apparently about to be smuggled into Gaza (via bribes). Police received a tip that a major Egyptian businessman, heavily involved with smuggling goods into Gaza, was going to sneak the cars into Gaza (where there is a growing market for luxury goods. All that foreign aid doesn’t just go for food and medicine.)

 

April 30, 2013:  An Israeli air strike in Gaza killed an Islamic terrorist (Haitham Ziyad al Mishal) who was apparently behind the firing of two rockets at the southern Israel city Eilat on April 17th. Mishal was known as an expert on building and firing rockets as well as organizing rocket attacks. Mishal was one of the guys Hamas was trying to calm down and not keep breaking the Hamas ceasefire with Israel. Hamas did not express much happiness at the death of Mishal. This air attack was technically in response to a mortar shell being fired into Israel from Gaza yesterday but was a single missile fired at Mishal as he was on a motorcycle in sparsely populated northern Gaza.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:30
Signature d’un accord de coopération sécuritaire entre le Maroc et la Palestine

8 mai 2013 Guysen News International

 

Le ministre de l’Intérieur marocain, Mohand Laenser, et son homologue palestinien, Said Abou Ali, ont signé hier à Rabat, un accord de coopération dans le domaine sécuritaire entre les deux pays.   Cet accord intervient en application des orientations de Mohammed VI et du président Mahmoud Abbas visant à raffermir davantage les liens de fraternité qui unissent le Maroc et la Palestine, a affirmé M. Abou Ali, dans une déclaration à la presse.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:20
Kafka et les chars que l’US Army ne veut pas mais qu’elle aura

01.05.2013 F de St V / Mars Attaque

 

Le département de la Défense (DoD) pourrait dépenser jusqu’à 436 millions de $ (environ 330 millions €) sur les 2 prochaines années fiscales pour acheter de nouveaux chars lourds Abrams (à 7,5 millions de $ l’unité). Des chars que l’US Army ne veut pas.

PDA 30a (6)

« Si nous avions eu le choix, nous aurions utilisé cet argent différemment » a plusieurs fois déclaré le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Ray Odierno, au Congrès et dans la presse. Rien n’y a fait, les chars seront commandés et reçus. Comme en 2012, où 255 millions de $ avaient été dépensés pour 42 chars. Dingue, non ?

 

Du complexe militaro-industriel au complexe politico-industriel ?

Le 17 janvier 1961, à trois jours de la fin de son second mandat, le président des États-Unis Dwight David Eisenhower prononce un discours devenu depuis célèbre. Il y met en garde ses compatriotes contre « l’acquisition d’une influence injustifiée, qu’elle soit recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel ».

Le futur retraité rappelle néanmoins l’absolue nécessité du développement de cet attelage militaro-industriel pour que « la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble ». Un demi-siècle plus tard, le 15 décembre 2011, le sénateur John Mc Cain note au Congrès que le conseil de l’ancien président n’a pas été suivi et que le monstre froid a depuis bien évolué. L’ancien pilote de l’US Navy durant la guerre du Vietnam, actuel élu de l’Arizona, indique que ce système serait devenu un « military-industrial-congressional complex » relevant par cette formule la connexion de cet ensemble avec la branche législative du pouvoir politique américain. Une harmonie entre les trois branches du triangle Défense – Industrie – État pas toujours garantie.

Suite à l’absence d’accord au Congrès, les coupes automatiques (sequestration) affectent depuis le 1er mars le budget fédéral américain pour tenter de réduire le déficit public. Le DoD doit trouver 42 milliards de $ d’économies d’ici la fin du mois de septembre, en plus des 487 milliards de $ à économiser sur 10 ans, suite au Budget Control Act voté en août 2011. Le budget de la Défense américain part de si haut, me direz-vous… Et pourtant, à très court terme, le niveau opérationnel des unités non-déployés sur les théâtres prioritaires (Corée du Sud et Afghanistan) devrait être affecté par une baisse des crédits d’entraînement. De nombreux contractuels, ayant pour certains un rôle vital dans le soutien (maintenance, administration, renseignement, etc.) des opérations, devraient être mis au chômage partiel (« furlough »). Le lancement de programmes jugés indispensables devrait être rétardé, tandis que d’autres, jugés pourtant non prioritaires, seront lancés…

 

Fiscalement, le Congrès fait la pluie et le beau temps

L’achat d’Abrams non désiré n’est, pour une fois, pas de la faute des militaires, qui ont généralement tendance à demander toujours plus. Cette fois-ci, ils veulent dépenser autant de précieux dollars des contribuables américains, mais autrement. Or le Congrès est en embuscade et ne voit pas la chose de la même façon.

Via les 2 phases (plus ou moins distinctes) de l’autorisation d’un programme et de l’appropriation des fonds nécessaires, le Congrès a la haute main sur le budget fédéral (cf. cette étude de Maya Kandel / IRSEM). Par un truchement plus ou moins habile, il peut décider d’accorder des sommes à certains programmes et obliger à les lancer, bien qu’ils n’aient pas été proposés dans le budget prévisionnel d’un département ou d’une agence. Le pouvoir de contrainte est de facto largement supérieur à celui d’acceptation ou de refus d’une loi de finances annuel ou triennal soumise aux votes du Parlement français. Aux États-Unis, un programme, après avoir été débattu lors d’auditions au sein d’une commission (dans ce cas, celle des forces armées), est validé en session plénière, perdu au milieu d’un nombre important d’autres programmes dont l’immense majorité n’a pas retenu l’intérêt des votants.

Il n’est donc pas rare que des programmes désignés comme des « pets projects » (« projet de compagnie » ou programmes soutenus par un membre d’une commission car intéressant sa circonscription) passent discrètement. Manque de chance, celui des chars Abrams fait du bruit, et cela depuis plus de 2 ans.

 

Puisque l’US Army vous dit qu’elle n’en a pas besoin

La première variable prise en compte dans le lancement d’un programme est l’intérêt opérationnel. Le char Abrams (dans ses différentes versions) doté d’un canon de 120 mm est l’arme de la réassurance en cas de conflit majeur. Utilisé récemment en Irak lors des deux dernières guerres du Golfe et à quelques unités dans le sud de l’Afghanistan (par l’USMC), il est déployé notamment en Corée du Sud, fer de lance de 70 tonnes d’une dissuasion conventionnelle face à une possible agression de la Corée du Nord. Les 22 derniers chars américains de ce type ont quitté le continent européen le 18 mars 2013, laissant cet espace vide de chars américains pour la première fois depuis 69 ans.

Consommateur en carburant (alors que le prix du baril a explosé) et relativement peu engagés, l’US Army en conserve en nombre (plus de 8.000) mais en garde une majorité sous cocon (plus de 3.000 dans le désert en Californie), prêts à resservir. Aujourd’hui, avec le nombre et le type de brigades (d’infanterie, lourde ou Stryker) visés, l’US Army se satisfait de son parc de chars lourds en activité (de 3 ans de moyenne d’âge) et de sa composition (2/3 des 2.400 chars au standard M1A2SEPv2, le dernier). Elle conserve un certain nombre de chars d’une version ancienne (M1A1 : tableaux de bord non colorisés, électronique moins performantes, communications moins fiables, moindre protection, etc.), plus simples à utiliser pour des unités de la Garde nationale et de la Réserve, qui bénéficient de moins de jours d’entrainement. Sans oublier les quelques 400 chars (principalement au standard M1A1) du Corps des Marines.

 

Des intérêts supérieurs et/ou particuliers variables

Une autre variable est prise en compte dans la délivrance de crédits publics, avec encore plus d’acuité ces derniers temps : une certaine préférence nationale économique pour garantir un niveau d’emploi suffisant aux citoyens américains. En effet, la réduction des budgets de la Défense de 42 milliards de $ d’ici septembre 2013 pourrait conduire, selon des études commanditées par les acteurs industriels concernés, à la suppression d’un million d’emplois dans le secteur américain de la Défense. Ainsi, les élus du Congrès n’hésitent pas à défendre avec force les emplois de leurs circonscriptions qui pourraient être menacés si des industriels américains ne recevaient pas des fonds publics ou si des industriels non américains remportaient des contrats face à des acteurs américains. En effet, plus de 360 districts sur les 435 que compte le découpage électoral américain hébergent des industries de l’armement ou des sous-traitants directs de ces quelques géants de l’armement.

C’est l’axe majeur de la défense, et du lobbying à 11 millions de $ en 2012, sans compter les dons aux membres influents du Congrès, du maitre d’œuvre industriel concerné, General Dynamics. Ce consortium émarge à la 4ème ou 5ème place (selon les années) parmi les plus importantes entreprises du secteur de la défense américaine. Détenue par le gouvernement mais opérée par General Dynmacis (GOCO : governement owned, contractor operated), la chaine d’assemblage de Lima (« Lima Army Tank Plant » dans l’Ohio, dernière chaine de chars lours aux USA) de la filiale Land Systems est le 5ème employeur de la ville avec quelques 700 employés (contre 1.100, il y a encore 2 ans). Une fermeture de la chaine aurait des conséquences directes sur ces emplois, et indirectes sur la chaine de sous-traitants (environ 560, employant 18.000 personnes en 2011). C’est le cas, par exemple de Verhoff Machine and Welding (aussi dans l’Ohio) qui réalise notamment les sièges de ces chars, et dont les commandes sont déjà passées de 20 millions de $ en 2011 à 7 millions de $ en 2012. 25 employés ont du être licenciés.

Ainsi, les représentants (Républicains et Démocrates) des districts concernés, qu’ils soient ou non des adeptes de la réduction des dépenses publiques (« deficit hawks »), montent au créneau. C’est le cas principalement des républicains Jim Jordan et Rob Portman représentant le 4ème district de l’Ohio et du sénateur démocrate Sherrod Brown du 13ème district. Les 40 sous-traitants présents en Pennsylvanie ont aussi trouvés leur défenseur en la personne du sénateur Robert Casey, par exemple. En avril 2012, une lettre signée par 173 membres du Congrès avait été envoyée au secrétaire à la Défense d’alors, Leon Panetta. Le débat dépasse bien le bipartisme, tous unis pour défendre l’emploi américain.

 

Investissements publics et maintien des compétences

Troisième facteur, ces quelques 300 millions € doivent permettre pour General Dynamics de maintenir encore deux années des compétences industrielles. Pas tant celles des bureaux d’études (les plus critiques du fait de la haute valeur ajoutée d’ingénieurs aux compétences rares à retrouver), mais celles de l’outil de production (ouvriers qualifiés, qui, au chômage, n’hésiteront pas à aller voir ailleurs). Or, des crédits de R&D sont déjà alloués aux bureaux d’études de GD pour la réalisation de la nouvelle version du char Abrams qui doit être livrée à partir de 2017 et que l’US Army attend. Ces crédits d’études pourraient même être augmentés si ces 300 millions ne sevraient pas acheter des chars neufs.

Malgré les contrats à l’exportation encore à honorer (pour compléter les parcs en Égypte (1.000 chars, produits et assemblés en partie sur place), en Irak (140), au Koweit (218), en Arabie Saoudite (370), voir peut-être demain en Grèce), les chaines d’assemblage de Lima devront fermées sans de nouvelles commandes. En effet, le nombre de chars à produire ne permettra pas une rentabilité à court terme. Outils de « la diplomatie du char lourd made in USA » pour influencer les équilibres de puissance dans certaines régions du monde, les contrats de vente à l’export de ces Abrams ne suffisent pas à garantir une cadence minimale. Commandés, les 4 à 5 chars par mois destinés à l’US Army viendraient aider à remplir les chaines d’assemblage, en plus des 5 par mois pour l’Arabie Saoudite et des 4 pour Égypte. La production serait néanmoins bien loin du seuil maximal estimé à 70 unités par mois.

Aux difficultés présentés par l’industriel de réouvrir une chaine de production après 2017 suite aux pertes de compétences jugées irrémédiables, le général Odierno rétorque que 2,8 milliards de $ pourraient être économisés (ou en partie réattribués) sans commandes d’ici là de nouveaux chars lourds. En effet, la fermeture des chaines d’assemblage est estimée à seulement 600 millions de $ environ. Les fermer n’est pas sans conséquence notamment si de futurs clients, en nombre suffisant, se font connaître d’ici là et permettent de remplir le plan charge de l’industriel qui tiendrait jusqu’en 2017 via les contrats à l’exportation. Encore faut-il que ces contrats soient remportés. D’où l’agressivité actuellement de General Dynamics, et des industriels américains en général, sur les appels d’offres internationaux.

 

En guise de conclusion

Pour le secrétaire à la Défense Chuck Hagel, il est donc nécessaire de se battre pied à pied sur chacun des programmes jugés non indispensables ou trop couteux par les armées. Alors même que le DoD est à la recherche d’économies pour financer d’autres agrégats (pour reprendre un terme français) : Infrastructures, Petits équipements, Carburants, Activités opérationnelles, etc. En somme, tout ce qui permet, hors Programmes à effets majeurs ou PEM (les grands programmes), de s’entraîner et de disposer de forces opérationnelles, en plus d’être équipées. De garantir la cohérence et l’efficacité d’un système finalement.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:55
Aqmi/menaces: la vigilance renforcée

08/05/2013 Par Lefigaro.fr avec AFP

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a indiqué aujourd'hui que les mesures de précaution ont été renforcées après les menaces d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) contre la France, tout en soulignant que ces menaces ne devaient pas non plus être exagérées.

 

"Toute menace d'Aqmi doit être prise au sérieux", a-t-il déclaré sur RMC-BFMTV, mais "la médiatisation des messages est une arme dont se servent les responsables d'Aqmi pour provoquer l'inquiétude". "Il faut donc être vigilant, mais il ne faut pas non plus exagérer cette déclaration qui intervient à un moment où Aqmi a subi de sérieux revers au Mali", a poursuivi le ministre.

 

"Donc, précaution", a-t-il déclaré : "C'est ce que fait Manuel Valls en assurant Vigipirate renforcé en France. C'est ce que nous faisons dans nos ambassades. Laurent Fabius a donné des consignes très précises pour assurer la sécurité de nos ambassades, on a vu que c'était nécessaire après ce qui s'est passé en Libye", où l'ambassade de France à Tripoli à été la cible d'un attentat le 24 avril. Selon M. Le Drian, le ministère de la Défense assure pour sa part "une vigilance très précise sur l'ensemble des lieux" où se trouvent les forces françaises.

 

Dans une vidéo mise en ligne mardi, le chef du Conseil des notables d'Aqmi exhorte les musulmans "dans le monde entier" à "attaquer les intérêts français partout", en raison de "l'agression" dont la France se rend à ses yeux coupable au Mali. "Nous sommes dans l'après-guerre, mais la guerre n'est pas finie. Nous sommes dans une phase de transition", a affirmé le ministre de la Défense à propos de la situation au Mali, où les forces françaises poursuivent leurs opérations.

 

"Toute la communauté internationale souhaite que le Mali puisse procéder à des élections pour assurer une gouvernance du futur, mais ça passait obligatoirement par la libération du territoire, et c'est aujourd'hui acté grâce à l'action remarquable de nos forces", a-t-il affirmé. La France soutient l'organisation d'une élection présidentielle en juillet au Mali, pour redonner une légitimité démocratique aux autorités de Bamako.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:55
07.05.2013 Par ministere de la defense
 
Au sommaire de ce numéro de mai 2013 :

Sujets :

« Le VBCI vu par ses utilisateurs » ;
« Mali : la bataille de l’Amatettaï » ;
« Présentation du centre de formation opérationnelle santé (CeFOS) ».

Grand angle :

« Le groupe militaire de haute montagne (GMHM) forme les commandos de montagne ».

Les plateaux de ce numéro de mai 2013 ont été réalisés avec la Patrouille de France .
Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:50
Bridge Section of HMS Queen Elizabeth Put into Place

The 700 tonne navigation bridge of the future aircraft carrier HMS Queen Elizabeth is lowered into place at Rosyth Shipyard in Scotland.

The construction of the Royal Navy’s new Aircraft Carrier took a huge step forward, as the Defence Secretary Philip Hammond MP witnessed the installation of the ship’s navigation bridge.

Nearly two thirds of the ship has now been built and the structure is due to be completed by the end of this year. The Carrier is then expected to leave the dockyard in 2014 before beginning her sea trials with the Royal Navy.

The forward island fitted houses the bridge where the captain and navigation crew will operate. The enormous steel section was built in Portsmouth and transported by barge to Fife, where the Carriers are being assembled. Both HMS Queen Elizabeth and her sister ship HMS Prince of Wales will have two island sections which will provide independent control of navigation and air traffic control operations.

-------------------------------------------------------
© Crown Copyright 2013
Photographer: Aircraft Carrier Alliance

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories