Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 21:48
ATK receives DARPA research contract

ARLINGTON, Va., April 24 (UPI)

 

Research on technologies to provide surveillance data to U.S. troops using small, quickly launched satellites is being conducted by ATK.

 

The work has been commissioned by the U.S. Defense Advanced Research Projects Agency for its Space Enabled Effects for Military Engagements program.

 

ATK said it is working with Logos Technologies, Inc. and the University of Southern California's Information Sciences Institute on the research.

 

"This award allows ATK to demonstrate our ability to deliver on every aspect of design, development and integration for low-cost, low-risk flight systems," said ATK Space Systems Division Vice President and General Manager Tom Wilson.

 

"We have proven ourselves as an industry leader in developing cost-effective spacecraft systems and tactical intelligence, surveillance and reconnaissance programs through the success of the military's TacSat-3 and ORS-1 programs. Our team is prepared to provide similar innovative solutions to DARPA in its mission to provide large global coverage to warfighters at lower cost."

 

ATK said it plans to take algorithms for image processing used on unmanned aerial vehicles and transfer them for use on the SeeMee satellites.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 21:35
BAE Australia LHD training center

BAE Australia LHD training center

CANBERRA, Australia, April 24 (UPI)

 

The Australian navy, in collaboration with BAE Systems, has opened a training facility for Landing Helicopter Dock ships.

 

The facility, in New South Wales, was officially opened by Minister for Defense Materiel Mike Kelly.

 

"The opening of this training facility is another example of the effective collaboration between the Defense Materiel Organization, Royal Australian Navy and BAE Systems Australia," he said.

 

"This facility will train over 700 ADF (Australian Defense Force) personnel to safely operate and maintain the LHDs in anticipation of acceptance by (the) navy of Australia's first LHD NUSHIP Canberra in early 2014 and the acceptance of NUSHIP Adelaide the following year."

 

The training facility will feature simulated training suites, LHD ship fitted equipment and classrooms.

 

Redevelopment of an existing government site for the training facility took six months and cost about $5.1 million.

 

"The facility has the potential for follow-on training and through-life support training and to manage and conduct other future training for the ADF," the Department of Defense said.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 20:40
source Almaz-Anteï

source Almaz-Anteï

MOSCOU, 24 avril - RIA Novosti

 

Le nouveau système russe de défense antiaérienne de courte portée Morfeï sera adopté par les forces armées du pays en 2015, a annoncé mercredi aux journalistes à Moscou le vice-ministre russe de la Défense, le général Oleg Ostapenko. 

 

"Le Morfeï n'a pas d'analogue. Je crois que les premiers prototypes de ce système équiperont l'armée russe en 2015", a indiqué le vice-ministre.

 

En août 2011, le co-président du conseil d'experts pour la défense aérospatiale de l'époque Igor Achourbeïli avait déclaré que le nouveau système serait déployé en 2013.

 

Le système Morfeï est développé depuis 2007 par le Bureau d'études du groupe russe Almaz-Anteï. D'une portée maximale de 5 km, ce système est destiné à protéger des sites militaires.

 

La caractéristique unique du Morfeï, qui le distingue des systèmes similaires, réside dans la configuration de son radar. Réalisé en forme de dôme, ce dernier est capable de détecter les cibles dans toutes les directions sans devoir pivoter, indiquent ses concepteurs.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:46
Chine : Livre Blanc sur la Défense entre ambiguïté et transparence

 

24 avril 2013 par François Danjou - questionchine.net

 

Le 16 avril dernier Pékin a publié son 8e Livre Blanc sur la défense. En Chine comme ailleurs l’exercice est ambigu. Tandis que le titre appelle à la transparence, le contenu ne l’est qu’en partie. Où qu’ils soient, les pouvoirs politiques n’entendent pas présenter la vérité objective de leur système de défense, avec leurs forces et leurs faiblesses, et encore moins dévoiler leurs secrets les plus sensibles. En réalité, les Livres Blancs sur la défense proposent toujours une image policée conforme à celle que les États entendent donner de leurs forces armées, à l’intérieur comme à l’extérieur.

 

Leur publication, avant tout politique, vise à affirmer la légitimité, la cohérence et l’efficacité des systèmes militaires destinés à mettre en œuvre la violence d’Etat face aux menaces identifiées, ainsi que les conditions et les modalités de son déclenchement. L’extrême sensibilité de leur objet induit nécessairement une part d’ombre plus ou moins vaste.

 

En Chine, où la culture militaire est enracinée dans les préceptes de Sun Zi, qui prônent l’ambiguïté, la déception et les approches obliques, les réticences à la transparence sont encore plus fortes qu’ailleurs. Elles sont renforcées par la persistance de faiblesses tactiques et technologiques, dont Deng Xiaoping disait lui-même qu’elles fondaient l’essentiel de l’opacité du système de défense chinois peu désireux de dévoiler ses lacunes.

 

Mais l’exigence de transparence est en Chine comme ailleurs le nouveau mantra du pouvoir soucieux de donner des gages de bonne gouvernance. C’est un fait, et l’APL a sacrifié à cette mode. Mais elle n’y consent qu’avec mesure et sans aller trop loin dans l’abandon des ambiguïtés. Ses révélations sont soigneusement calibrées, soit qu’elles concernent des informations déjà connues des experts, soit qu’elles viennent en appui d’une stratégie de long terme visant à réaffirmer le rôle crucial de sa dissuasion nucléaire et à contrôler complètement sa zone d’intérêt stratrégique immédiate.

 

Pour la première fois en effet le Livre Blanc communique la structure des forces stationnées dans les sept régions militaires, révèle les effectifs de l’armée de terre (850 000 h), de la marine (235 000 h, organisée en trois flottes du Nord, de l’Est et du Sud), de l’armée de l’air (398 000 h, implantés dans chaque région militaire), sans oublier la Seconde Artillerie.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:45
Source Elbit Systems Ltd

Source Elbit Systems Ltd

HAIFA, Israel, April 24 (UPI)

 

An unidentified country in Africa has placed a $40 million order with Elbit Systems Ltd. of Israel for its Wise Intelligence Technology System.

 

Elbit says the WiT system for intelligence analysis and cyberdefense and will be integrated with data sources such as the company's open source Intelligence solution and PC surveillance systems for covert intelligence gathering.

 

"We are proud to be selected to supply this unique system, which is already field-proven, fully operational and customizable," said Yehuda Vered, general manager of Elbit Systems Land and C4I.

 

"Elbit Systems is a world leader in the fields of intelligence analysis and cyberdefense, with proven solutions highly suitable for countries, armies and critical infrastructure sites.

 

"We hope that additional customers will follow in selecting our highly advanced and cutting-edge systems in these fields as their preferred solution."

 

WiT supports every stage of the intelligence process -- collection of data from multiple sources, databases and sensors; processing of the information; supporting analysis and evaluation of the information and its dissemination.

 

Elbit said the system will be supplied to the country within two years.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:45
Le Cours Supérieur Interarmées de Défense devient Ecole Supérieure Internationale de Guerre de Yaoundé

24/04/2013 Par Ingrid Alice Ngounou d'Halluin - journalducameroun.com

 

Le chef de l’état en tant que chef des armées a décidé du changement de nom, qui manifeste une volonté de mutation de cette école

 

Crée par décret présidentiel le 13 janvier 2005, le Cours Supérieur Interarmées de Défense (Csid), nouvellement Ecole Supérieure Internationale de Guerre de Yaoundé (Esigy) a fait du Cameroun l’un des rares pays africains à délivrer un enseignement militaire de qualité. Elle accueille chaque année des stagiaires camerounais et étrangers qui bénéficient d’une formation reconnue de haute facture avec l’appui de la France. Ce pays alloue depuis la création de l’école, un support financier de plus de 120 millions de FCFA et y affecte un officier supérieur breveté du collège interarmées de défense.

 

L’école a pour missions de délivrer le Brevet d'Etudes Militaire Supérieures, après des enseignements militaires supérieurs, des officiers supérieurs des trois armées (terre, air, marine) et de la gendarmerie, afin qu’ils soient aptes à assumer de hautes responsabilités au sein des états-majors. Le recrutement se fait sur concours ouvert à l’intention des diplômés d’état-major, officiers d’armées et de la gendarmerie. Conformément au décret N°2005/015 du 13 janvier 2005, le Csid est placé sous l'autorité d'un commandant, assisté d'un commandant en second, exerçant les fonctions de directeur de l'enseignement, officier nommé par décret présidentiel. L'enseignement général de défense dispensé au Csid intègre la stratégie, la géopolitique, le droit, les relations internationales, le management, la communication, l'économie... Cet enseignement vise à enrichir la culture générale des officiers stagiaires, à approfondir leur réflexion sur la défense et l'institution militaire, à développer l'ouverture vers des instances extérieures, civiles et militaires, nationales et internationales. L'enseignement opérationnel, quant à lui, a pour objectif de donner aux stagiaires les connaissances indispensables à la planification et à la conduite des opérations interarmées nationales ou multinationales.

 

Pour faire évoluer ce centre et l’adapter aux exigences stratégiques actuelles, une réflexion est en cours, a mentionné Edgard Alain Mebe Ngo’o, ministre délégué à la présidence chargé de la défense lors du colloque annuel de l’institution, le 23 avril 2013 à Yaoundé

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:35
La Chine veut se doter d'un deuxième porte-avions plus grand que le premier (Chine nouvelle)

 

PEKIN, 24 avr 2013 marine-oceans.com  (AFP)

 

La Chine va se doter de plusieurs porte-avions et le deuxième devra être plus grand et capable d'accueillir plus de chasseurs que le premier, a indiqué un haut responsable militaire chinois cité mercredi par l'agence Chine nouvelle.

 

"Nous espérons que le prochain porte-avions sera plus grand et qu'il pourra transporter plus d'avions", a expliqué le contre-amiral Song Xue, chef d'état-major adjoint de la Marine chinoise, aux attachés militaires de 64 pays, selon l'agence officielle chinoise.

 

Ceux-ci étaient reçus mardi pour le 64e anniversaire de la fondation de la marine de l'Armée populaire de libération.

 

En septembre dernier, la Chine a mis en service son premier porte-avions, le Liaoning, construit à partir de la coque d'un navire destiné à l'origine à la Marine soviétique, le Varyag, qui n'avait jamais été achevé.

 

Cette mise en service était intervenue en pleine crise des relations entre Pékin et Tokyo autour de la souveraineté d'îles - appelées Diaoyu en chinois et Senkaku en japonais - en mer de Chine orientale.

 

Le contre-amiral a expliqué que la Marine chinoise mettait actuellement en place un groupe aérien composé d'au moins deux escadrilles pour le Liaoning, comprenant à la fois des chasseurs, des avions de reconnaissance, des appareils antisousmarins et de brouillage électronique, ainsi que des aéronefs à décollage vertical.

 

Il a précisé que le Liaoning était placé sous le commandement direct du quartier général de la Marine et ne dépendait d'aucune de ses trois flottes en particulier.

 

Le responsable a d'autre part déclaré que des informations de presse selon lesquelles ce deuxième porte-avions chinois serait construit à Shanghai étaient inexactes.

 

Des essais d'atterrissage et de décollage ont déjà été effectués par des chasseurs J-15 à bord du Liaoning, mais le contre-amiral Song a indiqué que d'autres essais aériens été nécessaires avant que ces chasseurs-bombardiers dérivés du modèle russe Sukhoï Su-33 soient opérationnels.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:30
L'armée s'empare d'une localité stratégique près de Damas

24 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

BEYROUTH - L'armée syrienne a réussi mercredi à prendre le contrôle d'une localité stratégique à l'est de Damas après des semaines de combats acharnés avec les rebelles, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

Les forces du régime se sont emparées de la localité d'Otaybé après des semaines de violents combats durant lesquelles elles ont utilisé des chasseurs-bombardiers, des chars, de l'artillerie et des lance-missiles, a affirmé son directeur Rami Abdel Rahmane.

 

Après avoir essayé des dizaines de fois de rentrer dans la localité, les rebelles s'en sont retirés à l'aube après une résistance féroce. Il s'agit d'une localité très stratégique car elle ouvre la porte au régime vers la Ghouta orientale, banlieue agricole devenue fief de la rébellion dans la périphérie de Damas, a-t-il précisé.

 

C'est aussi un verrou pour la transmission d'armes et de munitions aux rebelles.

 

Toujours dans la province de Damas, à Jaramana, banlieue habitée par des chrétiens et des druzes et considérée comme pro-régime, au moins sept civils ont été tués et 30 blessés, dont six grièvement, lorsque deux obus de mortier se sont abattus près de la municipalité et de deux écoles, selon l'OSDH.

 

L'agence officielle Sana a avancé le même bilan.

 

Dans le nord du pays, de violents combats ont éclaté pour la première fois à l'aube à l'intérieur de l'aéroport militaire de Mennegh dans la région d'Alep, un des principaux bastions de l'armée dans le Nord, a rapporté l'OSDH.

 

Les rebelles, qui assiègent l'aéroport depuis des mois, y sont entrés pour la première fois à l'aube, a déclaré à l'AFP M. Abdel Rahmane, ajoutant que des combats acharnés se poursuivaient dans l'enceinte de l'aéroport où les rebelles ont pris le contrôle de bâtiments.

 

Mardi, les rebelles avaient pris une importante position militaire à l'extérieur de l'aéroport, leur permettant de s'infiltrer dans son enceinte. En outre, neuf membres des comités de défense (supplétifs de l'armée) qui venaient en renfort d'un village proche avaient été tués par des combattants kurdes.

 

Une source militaire a, elle, affirmé que les rebelles étaient parvenus à effectuer mardi soir une incursion à l'intérieur de l'aéroport mais avaient été repoussés.

 

Les insurgés ont tenté à plusieurs reprises de prendre d'assaut l'aéroport de Mennegh au cours de violents combats qui ont fait des dizaines de morts.

 

En début d'année, les rebelles se sont lancés dans la bataille des aéroports d'Alep pour priver le régime de son principal atout, visant l'aéroport international, ceux militaires de Jarrah et de Kouweiris à l'est, celui de Mennegh au nord et de Nairab au sud. Ils ont pris pour le moment le contrôle de Jarrah.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:50
Skynet-5 - illustration Astrium.

Skynet-5 - illustration Astrium.

16 April 2013 eads.com

 

        Anik G1 launch and Skynet 5D service entry give Astrium Services world’s only commercially owned X-band milsatcom constellation with near-global coverage

        Thanks to leased Anik G1 hosted payload, Astrium Services will extend its X-band coverage over the Americas and Pacific Ocean

        Fourth Astrium built and operated Skynet 5 satellite, 5D, entered service on 2 April

 

Astrium, Europe’s leading space technology company, will soon be able to offer near-global coverage in X-band with the successful entry into service of Skynet 5D and the launch of its hosted payload on Telesat’s Anik G1 satellite.

 

Evert Dudok, CEO of Astrium Services said: “We are the only operator in the world providing near-global coverage reserved exclusively for government and military usage. Reaching from 180 degrees West to 135 degrees East with 75 X-band transponders our constellation has a total of 2.2 GHz - and we now offer more available capacity for our customers.”

 

Astrium Services has a 15 year contract with Telesat for the exclusive use of the X-Band hosted payload. The Anik G1 satellite launched on 16 April from Baikonur is due to be positioned at 107.3 degrees West. It will provide the first commercial X-band coverage across North and Latin America, with substantial coverage of the Pacific Ocean reaching out to Hawaii and Easter Island.

 

On 2 April, Astrium successfully brought its Skynet 5D satellite into service following its launch on an Ariane 5 in December 2012. It has been positioned over the Middle East at 53 degrees East – taking the place of Skynet 5B – becoming Astrium Services’ most active milsatcom satellite. Its larger fuel tanks will enable it to be repositioned more frequently to meet operational needs. The Skynet fleet now comprises eight satellites: Skynet 5A, 5B, 5C and 5D, combined with three Skynet 4 satellites (C, E and F) and one NATO IV satellite (see below for orbital positions). The 10 UHF channels on Skynet 5D have already been fully sold to customers including Harris CapRock and the Netherland’s Ministry of Defence.

 

Skynet 5 is a highly successful PFI (Private Finance Initiative) programme worth £4Bn, signed in October 2003 with the UK Ministry of Defence. Through the Skynet concession, Astrium Services operates the Skynet military satellite constellation and the ground network to provide all Beyond Line of Sight (BLOS) communications to the UK Ministry of Defence. The PFI has enabled Astrium Services to also provide Skynet-based communication services to other government institutions including the UK Cabinet Office and armed forces from other nations such as US, Canada, Australia and also to NATO.

 

Colonel Justin Hodges, Deputy Head for the Beyond Line of Sight team at the MOD’S Defence , Equipment and Support Organisation said: “Entry into service of the Skynet 5D is yet another significant milestone in this successful programme. It marks the culmination of a decade of hard work by the MOD’s ISS Networks Team and Astrium to provide additional communications capacity for the Armed Forces.”

 

 

Satellite orbital positions:

 

•Skynet 4C – 1 degree West

•Skynet 4E – 33 degrees East

•Skynet 4F – 34 degrees West

•NATO IVB – 35 degrees East

•Skynet 5A – 6 degrees East

•Skynet 5B – 25 degrees East

•Skynet 5C – 17.8 degrees West

•Skynet 5D – 53 degrees East

•Anik G1 – 107.3 degrees West

 

 

About Astrium

 

Astrium is the number one company in Europe for space technologies and the third in the world. It is the only global company that covers the full range of civil and defence space systems, equipment and services.

 

In 2012, Astrium had a turnover over €5.8 billion and 18,000 employees worldwide.

 

Its three business units are: Astrium Space Transportation, the European prime contractor for launchers, orbital systems and space exploration; Astrium Satellites, a leading provider of satellite system solutions, including spacecraft, ground segments, payloads and equipments; Astrium Services, the Space services partner for critical missions, providing comprehensive fixed and mobile solutions covering secure and commercial satcoms and networks, and bespoke geo-information services, worldwide.

 

Astrium is a wholly owned subsidiary of EADS, a global leader in aerospace, defence and related services. In 2012, the Group – comprising Airbus, Astrium, Cassidian and Eurocopter – g

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:45
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

24 avril 2013 Par RFI

 

La France vient officiellement de passer le relais aux forces burkinabè à Tombouctou. Première grande ville du Nord à passer entièrement sous le contrôle des forces ouest-africaines de la Misma. C’est donc à présent la Mission internationale de soutien au Mali qui commande les opérations dans la ville et dans le secteur, via le bataillon burkinabè.

 

Les soldats français étaient 450 à Tombouctou, ils sont remplacés par 650 Burkinabè, arrivés il y a deux semaines. Deux semaines pendant lesquelles la passation a été organisée. Capitaine Dorian, officier adjoint de l’escadron français d’aide à l’engagement s'explique :

 

« La première chose était d’accueillir nos frères d’armes, de leur montrer le dispositif que nous avions pris pour la sécurité de l’aéroport puis de la ville de Tombouctou avec l’armée malienne. Ensuite, pour ce qui est de la sécurité de la ville, nous avons participé avec eux et avec les forces armées maliennes à des patrouilles conjointes, pour leur montrer les quartiers et un certain nombre de choses ».

 

Malgré deux attaques survenues en un mois, le capitaine français juge la situation sécuritaire satisfaisante. Le commandant Gilles commande le bataillon burkinabè de Tombouctou. Après Markala et Djabialy au mois de janvier, c’est la première fois qu’il prend le relais des Français et il se sent prêt :

 

« La tâche n’est pas impossible même si elle est grande. Nous avons les capacités aussi bien personnelles que matérielles pour accomplir notre mission. En liaison avec la force Serval et nos frères maliens, nous allons être en mesure d’accomplir notre mission ici, rassurer la population et pouvoir contrer toutes sortes de menaces qui pourraient se présenter dans la ville ».

 

A la fin de la semaine, il ne restera plus qu’une trentaine de soldats français à Tombouctou qui assureront la coordination avec l’opération Serval et conseilleront le commandement burkinabè

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:40
Drone Altius - SOURCE humanoides.fr

Drone Altius - SOURCE humanoides.fr

MOSCOU, 23 avril - RIA Novosti

 

L'Armée de l'air russe créera des unités de drones d'ici trois à cinq ans, a annoncé mercredi son commandant Vladimir Chamanov dans une interview exclusive à RIA Novosti.

 

"A mon avis, nous accomplirons cette tâche d'ici trois ou cinq ans", a indiqué le général Chamanov.

Orlan-10 UAV

Orlan-10 UAV

"Nos artilleurs, sapeurs et notre défense antiaérienne ont déjà des unités de drones. Des équipes dotées de petits drones portatifs seront ensuite mises en place au sein des unités d'assaut vertical et de l'infanterie de l'air", a ajouté le général.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:30
MIM 104 Patriot System der Bundeswehr photo Darkhone

MIM 104 Patriot System der Bundeswehr photo Darkhone

MOSCOU, 24 avril - RIA Novosti

 

Les batteries de missiles anti-aériens Patriot déployées dans le sud-est de la Turquie en vue de protéger le pays contre d'éventuelles attaques depuis le territoire syrien ne remplissent pas leur mission, rapporte le journal syrien Watan citant des experts en la matière.

D'après l'analyste du think-tank turc EDAM Aaron Stein, le rayon d'action des missiles implantés en Turquie ne couvre pas une importante partie du sud-ouest de la Turquie et ne permet pas de protéger la province du Hatay, limitrophe de la Syrie.

Selon M.Stein, les batteries de Patriot ne peuvent protéger que les villes où elles sont stationnées, ainsi que leurs alentours immédiats.

"Le Hatay, qui accueille des réfugiés syriens et a été à plusieurs reprises visé par les forces du régime syrien, en dépit de sa position dangereuse, n'est pas protégé contre les missiles chargés d'agents chimiques, qui peuvent être tirés depuis la Syrie", a indiqué l'expert.

Pour sa part, l'expert américain Michael Vice, qui s'est rendu dans la région la semaine dernière, a indiqué au quotidien que l'Allemagne et les Pays-Bas avaient été "réticents" à envoyer leurs militaires à la frontière syro-turque, et que la seule mission de ces derniers consistait à protéger les infrastructures de l'Otan dans la base aérienne d'Incirlik.

En février dernier, les forces de l'Otan ont achevé le déploiement de missiles Patriot acheminés des Etats-Unis, des Pays-Bas et d'Allemagne sur le territoire turc. L'Alliance a installé les missiles sur demande d'Ankara qui avait exprimé son inquiétude face à une éventuelle frappe balistique en provenance de Syrie.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 17:45
photo ECPAD

photo ECPAD

24/04/2013 Sources : EMA

 

Du 16 au 19 avril 2013, le GTIA 2, en coordination avec les forces armées maliennes (FAM) a conduit l’opération Obiou dans l’Est de Gao. Cette action, engageant près de 700 soldats, avait pour but de sécuriser la région de Semit, de désorganiser et de poursuivre la destruction des groupes terroristes dans la zone.

 

Dès le 1er avril, une compagnie malienne a quitté Gao pour se positionner à hauteur du village de Tagelaten, au Nord de la vallée de Semit, afin de contrôler la zone. De leur côté, les éléments français du GTIA2ont mené une reconnaissance de la zone de Semit. Cette première action de l’opération s’est poursuivie par la fouille, en appui d’une deuxième compagnie de l’armée malienne, du village de Semit. Au bilan, 9 pick up ont été découverts et neutralisés et plus de 1000L de gasoil et d’essence ont été trouvés.

Opération Serval : opération Obiou dans l’Est de Gao

Opération Serval : opération Obiou dans l’Est de Gao

L’opération s’est poursuivie dans l’oued d’In Saloua à la recherche de caches d’armes ; Le GTIA 2 a fouillé les villages d’InZekouan, deTin Echreut et de Teyskot où deux campements de groupes terroriste sont été localisés. Les fouilles réalisées par le GTIA 2 ont permis de découvrir d’importants stocks de munitions comprenant des roquettes de 130 mm et de 107 mm, des caisses d’obus de 23 mm et de 60 mm, 2 fusils mitrailleurs de calibre 7.62 mm, des pièces de mitrailleuses de calibre 12.7 mm, 7 roquettes PG7, 5 armes légères,une pièce d’artillerie, des munitions et des grenades. D’autres matériels tels qu’un groupe électrogène, une bouteille d’oxygène, un fût de 200 litres de gasoil et quelques effets d’habillement ont également découverts.

Cette opération conjointe des forces françaises et maliennes s’inscrit dans le cadre de la nouvelle phase opérationnelle débutée il y a quelques semaines au Mali qui a pour but de sécuriser la zone et de poursuivre les actions d’affaiblissement visant à désorganiser durablement les groupes terroristes.

Opération Serval : opération Obiou dans l’Est de Gao

Opération Serval : opération Obiou dans l’Est de Gao

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 17:35
Le dirigeant Kim Jong-Un lors d’une visite d’une installation militaire, le 20 mars 2013 (Photo: Archives/KCNA)

Le dirigeant Kim Jong-Un lors d’une visite d’une installation militaire, le 20 mars 2013 (Photo: Archives/KCNA)

 

 

24/04/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Le régime du leader nord-coréen Kim Jong-un a lancé la construction d’obstacles antichars à sa frontière avec le Sud, ont rapporté mercredi matin plusieurs médias chinois.

 

 

La chaîne Beijing TV a ainsi diffusé une vidéo montrant des militaires nord-coréens en train de mettre en place de grands blocs en béton à la frontière avec le Sud. Selon les informations de la télévision chinoise, ces obstacles sont destinés à empêcher le passage de chars et d’autres véhicules militaires sud-coréen en cas de conflit ouvert.

 

Des experts chinois estiment qu’il s’agit là d’une mesure «inhabituelle» pour le régime nord-coréen, ce qui laisserait supposer que Pyongyang se prépare bel et bien à la guerre.

 

La péninsule coréenne connaît un net regain de tension ces dernières semaines.

 

Depuis le succès du troisième essai nucléaire du pays, les sanctions des Nations Unies ont ravivé la colère du régime qui a menacé les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon d’une guerre thermonucléaire. De son côté, la Corée du Sud a annoncé la mise au point d’un plan de frappe préventive en cas de menace directe pour sa sécurité.

 

Début mars, Pyongyang, en signe de protestation contre les exercices conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, a résilié tous les accords de non-agression et de dénucléarisation conclus avec Séoul et a annoncé l’annulation de l’armistice conclu à l’issue de la guerre de Corée de 1950-1953.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 17:25
Brazil's Embraer, AgustaWestland drop helicopter plans

Apr. 24, 2013 – Defense News (AFP)

 

SAO PAULO — Top Brazilian plane maker Embraer and Italy’s AgustaWestland have dropped joint-venture talks to produce the Anglo-Italian company’s helicopters in the South American country.

 

A brief Embraer statement on Wednesday said the two companies jointly decided “to terminate negotiations without reaching an agreement for the establishment of a joint venture in Brazil.”

 

It gave no explanation for why the talks collapsed.

 

Last January, Embraer said it signed a memorandum of understanding with AgustaWestland, a unit of Italy’s Finmeccanica, to create a joint venture “which could lead to the production of AgustaWestland helicopters in Brazil to be marketed for both commercial and military use in Brazil and Latin America.”

 

The companies then said preliminary studies had shown strong market potential for helicopters to serve Brazil’s growing offshore oil and gas sector, as well as for executive transport and military craft.

 

Embraer is the world’s third largest commercial aircraft maker while AgustaWestland is a leader in a number of helicopter markets

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 17:20
MH-60R TOFT cockpit

MH-60R TOFT cockpit

April 24, 2013. David Pugliese - Defence Watch

 

News release from CAE:

 

TAMPA, FLORIDA–(Marketwired – April 24, 2013) – (NYSE:CAE)(TSX:CAE) – CAE USA today announced that the United States Navy has declared an updated MH-60S “Sierra” operational flight trainer (OFT) as ready-for-training at Naval Air Station (NAS) North Island near San Diego, California.

 

This MH-60S OFT, originally manufactured by Lockheed Martin, was completely upgraded by CAE to add new technologies and ensure concurrency with other MH-60S training devices as well as the operational MH-60S helicopters.

 

“We were able to complete this major technology refresh on the original MH-60S operational flight trainer on-schedule while working closely with the Navy to ensure minimal training downtime,” said John Lenyo, President and General Manager, CAE USA. “CAE is very proud of the partnership we have established with the Navy on both the MH-60S and MH-60R training programs, and will continue to leverage our experience and world-class simulation technologies to help the Navy lower risk, reduce costs and most importantly, prepare helicopter aircrews for mission success.”

 

The technology refresh and updates to the fixed-based MH-60S OFT included the addition of motion seats, upgraded image generator visual system, and a new Barco CD2260 visual display system. CAE also performed significant engineering updates to re-architect the hardware and software computing designs to bring this MH-60S OFT to a common architecture with the Navy’s suite of CAE-built MH-60S training devices.

 

CAE is currently the prime contractor responsible for the design and manufacture of MH-60S OFTs and weapons tactics trainers (WTTs), as well as MH-60R tactical operational flight trainers (TOFTs), for the U.S. Navy. CAE began work on the MH-60S training program in June 2004. At that time, CAE won a competitive procurement to design and manufacture MH-60S OFTs and WTTs. Prior to CAE’s involvement on the MH-60S training program, the Navy had already procured two MH-60S OFTs, including the first MH-60S OFT that CAE has now updated. Since June 2004, CAE has designed and manufactured seven additional MH-60S OFTs as well as five MH-60S WTTs for the U.S. Navy.

 

CAE is a global leader in modelling, simulation and training for civil aviation and defence. The company employs approximately 8,000 people at more than 100 sites and training locations in approximately 30 countries. CAE offers civil aviation, military and helicopter training services in more than 45 locations worldwide and trains approximately 100,000 crew members yearly. In addition, the CAE Oxford Aviation Academy offers training to aspiring pilot cadets in 11 CAE-operated flight schools. CAE’s business is diversified, ranging from the sale of simulation products to providing comprehensive services such as training and aviation services, integrated enterprise solutions, in-service support and crew sourcing. The company applies simulation expertise and operational experience to help customers enhance safety, improve efficiency, maintain readiness and solve challenging problems. CAE is now leveraging its simulation capabilities in new markets such as healthcare and mining. More information can be found at http://www.cae.com.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

24/04/2013 Sources : EMA

 

Du 20 au 21 avril, l’équipage du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre, engagé dans l’opération européenne de lutte contre la piraterie Atalante a mené divers entrainements afin de maintenir sa condition opérationnelle et d’entraîner l’équipage à faire face différentes menaces pouvant mettre en péril la survie du bâtiment.

 

Cette séquence a débuté par un exercice de maîtrise des capacités opérationnelles (MACOPEX).Il visait à entrainer l’ensemble du bord au traitement et à l’évacuation de blessés lorsque le navire est loin des côtes. Ce fut l’occasion de déployer et de tester la mise en œuvre de l’antenne chirurgicale aérotransportable (ACA) embarquée à Djibouti.

 

Puis, un important exercice de lutte contre la piraterie a été organisé en coordination avec l’état-major de la TF 465 embarqué, à bord de la frégate lance-missiles portugaise NRP Alvares Cabral. Le scénario avait pour objectif de conduire une interpellation de pirates après la mise en œuvre des principaux moyens embarqués à bord et de reproduire le parcours de rétention. Un skiff (petite embarcation rapide) est repéré par un l’hélicoptère Alouette III du BPC. L’information est alors transmise au « central opérations », à la passerelle du Tonnerre et à la Task Force 465. L’équipage est alors rappelé au poste de combat et deux embarcations de drome opérationnelle (EDO) avec à leur bord une équipe de visite sont envoyées sur zone pour appréhender les présumés pirates. Les hélicoptères de l’armée de terre Gazelle et Puma décollent tandis que l’Alouette III reste sur zone. Devant la résistance des présumés pirates, le Puma effectue des tirs de semonce puis des tirs d’arrêt.

 

Le bord, en contact permanent avec le chef de la Task Force 465, donne les autorisations d’emploi de la force depuis le moment où les présumés pirates sont repérés jusqu'à la phase de rétention. Ces présumés pirates sont ensuite pris en charge et placés en rétention sur le BPC Tonnerre avant d’être remis au pays en charge du traitement judiciaire.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

En complément de ces entrainements, l’équipage, l’équipe de protection embarquée estonienne et les officiers élèves ont effectué plusieurs exercices de tirs.

Depuis le 12 avril 2013 , le BPC Tonnerre a rejoint l’opération Atalante de lutte contre la piraterie, au large de la corne de l’Afrique aux côtés du Georges Leygues avec qui il forme le groupe Jeanne d’arc, du Nivôse, et de l’Adroit. L’opération Atalante a pour mission d’escorter les navires du Programme alimentaire mondial (PAM), de participer à la sécurité du trafic maritime et de contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes. La France participe à l’opération Atalante avec le déploiement permanent d’au moins un bâtiment de la marine nationale. Le dispositif peut être renforcé ponctuellement d’un avion de patrouille maritime, le plus souvent un Atlantique 2 (ATL 2), d’un Falcon 50 ou d’un Awacs.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:55
Masseret patron de l’IHEDN

23/04/2013 X. B. - republicain-lorrain.fr

 

Comme annoncé (lire RL du 26/01), Jean-Pierre Masseret succède à Olivier Darrason, ancien député UDF, à la présidence de l’IHEDN (Institut des hautes études de la Défense nationale). Ex-secrétaire d’État à la Défense chargé des Anciens combattants, patron de l’UEO entre 2006 et 2008, le président du conseil régional de Lorraine est de longue date un passionné des questions stratégiques. Sa nomination à la tête de l’IHEDN n’aurait guère étonné les observateurs, si ce n’était son âge. À 68 ans, il n’aurait pu accéder à une telle fonction sans une modification des statuts de l’institut, l’âge butoir étant jusque-là fixé à 65 ans. Un décret signé du Premier ministre y a donc mis bon ordre. Ainsi relifté, l’article R.132-20 du code de la défense repousse la limite fatidique à 73 ans et offre un sursis appréciable au nouvel installé.

 

Sentant le vent de la polémique, Jean-Pierre Masseret ironise à l’intention de ceux qui pointent là un nouveau fromage de la République, résultant d’un petit arrangement entre amis : « On vit de plus en plus vieux. J’ai toute ma tête, je grimpe toujours le Ventoux à vélo, je trouve cette polémique inacceptable et pour tout dire bien dans l’air du temps ».

 

Rappelant que la modification statutaire a bénéficié d’un avis favorable du Conseil d’État, Jean-Pierre Masseret croit utile de préciser le caractère « honorifique » de cette fonction « non rémunérée » et « sans aucun avantage en nature ».

 

Justifiant sa candidature par son « intérêt » pour les enjeux de défense, le patron de la Lorraine considère que sa nomination offre à la Région une corde supplémentaire.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:54
EDA Hosts EUMC Informal Meeting

Brussels | Apr 24, 2013 European Defence Agency

 

The European Defence Agency today hosted an informal meeting of the EU Military Committee (EUMC) to discuss key projects and programmes in the run up of the European Council: Air-to-Air Refuelling, RPAS, cyber defence and SESAR.

 

Ways to implement the code of conduct on Pooling and Sharing have also been addressed, as well as the use of the capability development plan to identify and implement the capability priorities. Exchanges will continue during the meeting of Chiefs of Defence scheduled for 16 May 2013.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:50
STAR*BRICKS screenshot

STAR*BRICKS screenshot

Bonn, le 23 avril 2013 cassidian.com

 

    STAR*BRICKS : gain de temps et d'argent lors de la création et du développement de simulations extrêmement complexes

    VeSA et HochZeN comblent d'importantes lacunes dans la conduite d'opérations mobiles au profit des forces armées

 

« Les services informatiques, moteurs d'applications flexibles », tel est le thème choisi par Cassidian pour présenter ses systèmes de simulation et d'entraînement, ainsi que ses solutions destinées à la conduite d'opérations mobiles, à l'occasion du salon de l'armement AFCEA, qui se tiendra à Bonn les 24 et 25 avril 2013 dans la salle polyvalente de Bad Godesberg.

 

« La gamme de produits Cassidian dans le domaine des systèmes de commandement et d'information comble d'importantes lacunes dans la conduite d'opérations mobiles au profit des forces armées. Nos systèmes de simulation et d'entraînement innovants répondent aux exigences des exercices militaires actuels et contribuent à former au mieux nos clients à leurs missions », a déclaré Bertram Gorlo, Directeur commercial Allemagne de Cassidian.

 

Cassidian présentera pour la première fois son logiciel STAR*BRICKS® à l'occasion du salon AFCEA. Ce logiciel breveté de formation en ligne ouvre une nouvelle voie pour la simulation de systèmes de mission et de procédures de formation extrêmement complexes. Contrairement aux solutions développées jusqu'ici, STAR*BRICKS s'appuie sur des modules de formation appelés « bricks ». Ces modules, qui opèrent indépendamment les uns des autres, sont des microsimulations de systèmes individuels ou de composants d'aéronef, tels que la cabine de pilotage, les divers calculateurs ou une simple vis. Associés, ils reproduisent un système complet de manière très réaliste. Les divers modules peuvent être échangés et combinés par simple glisser-déposer sur l'interface utilisateur. L'utilisateur est ainsi en mesure de préparer très rapidement des scénarios d'entraînement sans avoir besoin de connaissance informatique spécifique. De plus, le temps et les coûts requis pour l'extension des scénarios d'entraînement restent limités, puisque seuls des modules individuels doivent être développés ou créés. STAR*BRICKS s'adresse aussi bien aux clients civils que miliaires et est compatible avec la plupart des systèmes d'exploitation courants. Le logiciel fonctionne sur PC, smartphone et tablette.

 

Dans le domaine de la conduite des opérations mobiles des forces armées, Cassidian expose sur le salon AFCEA des produits de pointe destinés aux soldats en mission.

 

Le nouveau système de commandement ultramobile VeSA (Vehicle Situation Awareness) allie les technologies logicielles d'échange et de création d'informations tactiques les plus modernes et un concept de commande permettant à l'équipage des véhicules de convoi et de patrouille d'obtenir très rapidement une représentation complète de la situation sur le théâtre d'opérations. Conçu à partir d'interfaces standardisées, le logiciel VeSA peut être exploité sur les équipements de dernière génération.

 

HochZeN (Hochmobile zellulare Netzwerke) est un système de chiffrement adapté aux communications voix et données des forces armées dans le cadre de leurs missions de convoyage et de patrouille, ainsi qu'aux missions requérant un système mobile. Il s'appuie sur les normes de radiocommunication TETRA (Terrestrial Trunked Radio) et LTE (Long Term Evolution). Outre la connexion des systèmes existants et futurs par le biais d'interfaces standardisées, HochZeN propose également une liaison satellite. Sur le salon AFCEA, Cassidian présente le système dans sa configuration de base. Dans sa configuration finale, HochZeN sécurisera les communications dans un rayon d'une dizaine de kilomètres.

 

Visitez le stand de Cassidian sur le salon AFCEA : Z6

 

A propos de CASSIDIAN (www.cassidian.com)

Cassidian, la division de défense d'EADS, est un leader mondial en matière de solutions de défense et de sécurité. L'entreprise fournit des systèmes de défense sophistiqués pour l'ensemble de la chaîne fonctionnelle: des capteurs aux avions de combat et drones en passant par les systèmes de commandement. Dans le domaine de la sécurité, Cassidian équipe ses clients dans le monde entier de systèmes de surveillance des frontières, solutions de cyber sécurité et de communication sécurisée. En 2012, Cassidian a réalisé un chiffre d'affaires de 5,7 milliards d'euros avec un effectif de quelque 23 000 employés.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:45
Ethiopia says preparing to pull troops out of Somalia

24 April 2013 defenceWeb (Reuters)

 

Ethiopia will withdraw its troops from Somalia soon, its prime minister said, voicing frustration with the Mogadishu government and African Union peacekeeping forces that are also battling Islamist militants there.

 

After waging an ill-fated war in Somalia in 2006-2009, Ethiopia in 2011 once again rolled troops into Somalia to fight al Qaeda-allied al Shabaab, opening a third front alongside Kenyan troops and an African Union mission.

 

At the time Ethiopia pledged to stay in the war-ravaged country until Somali government could ratify a new constitution and its ragtag military was able to fend off the Islamist threat on its own, Reuters reports.

 

However, last month Ethiopian troops unexpectedly withdrew from Hudur, the capital of Bakool province near the Ethiopian border, enabling al Shabaab to retake the dusty town.

 

Hailemariam Desalegn, who replaced Ethiopia's long-serving Prime Minister Meles Zenawi in September, stopped short of announcing a full withdrawal but voiced concern with the pace of progress in Somalia, recovering from two decades of civil war.

 

"It has taken them (African peacekeepers and Somalia) a year already and they repeatedly assure us each month but fail to deliver so we pulled out," said Hailemariam, referring to pledges by African Union's Amisom force to replace Ethiopian troops.

 

"The main issue now is to accelerate our complete withdrawal towards our border. This is what we are fulfilling," he told Ethiopia's parliament.

 

Hailemariam said Addis Ababa was paying for its military mission in Somalia from its own coffers and Western diplomats say financial issues are one of the main reasons behind Ethiopia's discontent, along with strained relations with Mogadishu and Amisom.

 

African countries which sent troops into Somalia under the Amisom banner are compensated by the African Union but Ethiopian troops do not operate within that framework.

 

Al Shabaab has been greatly weakened since late September when Kenyan troops forced it to withdraw from the port of Kismayu, its last major urban stronghold.

 

But analysts say they doubt Ethiopia is set for a full withdrawal and Hailemariam suggested Ethiopia could continue its fight against al Shabaab, but in other parts of Somalia.

 

"Somalia is one of Ethiopia's main security interest zones, so I don't think they would change policy drastically," said one Nairobi-based Western diplomat.

 

"It's in Ethiopia's own interest that Somalia stays in tact and that gains achieved are not lost once again."

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:45
Réunion des ministres de la Défense de l'Angola et de la Namibie

23/04/13 portalangop.co.ao

 

    Luanda - La 18éme réunion de la Commission mixte de défense et sécurité Angola/Namibie, au niveau des ministres, aura lieu mercredi à Luanda, afin de prévoir les actions futures d'intérêt bilatéral, selon une note de presse rendue publique mardi.

 

    Des experts des deux pays sont réunis depuis lundi pour préparer la réunion des ministres

de la Défense.

 

    La réunion sera précédée par d'autres visites au mémorial "Agostinho Neto", au Musée national d'histoire militaire et à la nouvelle cité de Kilamba.

 

    Le but de la réunion de la Commission mixte a pour but de prévoir les activités futures d'intérêt commun dans les domaines de la lutte contre la criminalité transfrontalière, l'immigration illégale et le trafic d'armes, de drogues et de marchandises.

 

    Les experts discutent de nouvelles mesures pour décourager le vol de voitures et de bétail, la falsification de documents, entre autres malversations, qui ont le plus d'impact sur la frontière commune.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:45
Crédits photos: A. Roiné/ECPAD/EMA et R. Nicolas-Nelson/EMA/Armée de l’air

Crédits photos: A. Roiné/ECPAD/EMA et R. Nicolas-Nelson/EMA/Armée de l’air

24.04.2013 Par Guillaume Belan (FOB)

 

S’il est encore bien tôt pour dégager les retours d’expériences de l’engagement français dans l’opération Serval au Mali, quelques leçons peuvent cependant être dégagées. L’exercice à chaud est évidemment incomplet et périlleux, mais reste intéressant, particulièrement dans cette période de choix budgétaire et capacitaire. FOB se plonge dans ce délicat travail, à travers plusieurs thèmes. Le premier : les forces étaient-elles prêtes ?

 

Une opex sans préparation spécifique : une première !

 

Le théâtre malien s’est ouvert dans une période de désengagement français. Liban, Côte d’Ivoire ou encore Afghanistan : l’ensemble des opérations extérieures françaises se fermaient. Outre un désengagement humain et logistique, l’une des conséquences de ces retraits est que les préparations dédiées aux déploiements fermaient également leurs portes. Dans le langage militaire, cela s’appelle une MCP ou mise en conditionavant projection. L’armée de terre avait développé des MCP différenciées selon les théâtres : on ne se prépare pas de la même manière si l’on va au Liban ou en Afghanistan, la mission et l’environnement n’ont rien à voir. Pour l’Afghanistan par exemple, un entraînement de 6 mois dans une FOB (base avancée) spécialement créée pour cette mission (Camp de Canjuers) était imposé.

 

Or, depuis le durcissement des opérations vécues à partir de 2007,l’armée française n’est jamais partie en opération sans cet entraînement spécifique. Le temps politique a toujours laissé le temps aux militaires d’anticiper et de se tenir fin prêt.

 

Pour le Mali, rien de tout cela ! Bamako était à quelques heures de tomber aux mains des djihadistes. Serval a été lancé dans l’urgence, pas le temps pour une MCP! 5 heures après la décision présidentielle, les premières Gazelles frappaient les pick-up d’AQMI. Une première dans l’histoire militaire moderne française !

 

Une armée mature et décomplexée

 

Or force est de constater que les troupes françaises se sont remarquablement comportées. Pourquoi ? Première explication, l’expérience afghane était encore « chaude ». Toutes les unités de l’armée de terre y sont passées, parfois même plusieurs fois.

 

Et l’Afghanistan, surtout après 2008, a été un théâtre exigeant. Beaucoup de soldats y ont connu leur baptême du feu.

 

Plus largement, l’armée de terre française, de par les engagements de ces dernières années, est devenue une armée professionnelle mature et décomplexée ! Car souvenons-nous, il n’y a pas si longtemps, une dizaine d’années, soit avant l’Afghanistan, aucun soldat français, ou presque, n’avait connu le feu ! Les Balkans, premier théâtre d’opération important depuis la guerre froide, avec des conditions d’engagements tellement contraignantes, a suscité bien plus de frustrations que de réels combats… L’Afghanistan puis la Côte d’Ivoire et enfin la Libye sont venu changer cela. Les invariants d’une guerre, les fondamentaux oubliés d’engagements ont été retrouvés ! Le soldat a recouvré son métier : mener des opérations avec usage du feu.

Crédits photos: A. Roiné/ECPAD/EMA et R. Nicolas-Nelson/EMA/Armée de l’air

Crédits photos: A. Roiné/ECPAD/EMA et R. Nicolas-Nelson/EMA/Armée de l’air

Deuxième explication : les formations des écoles de l’armée sont bonnes ! La force déployée au Mali a été un amalgame d’unités qui ne se connaissaient pas, une construction imposée par l’urgence, qui a parfaitement marché ! Un escadron Licorne, une compagnie Epervier et une compagnie d’infanterie d’alerte Guépard, qui n’avaient jamais travaillé ensemble ont parfaitement mené une action coordonnée. Un montage complexe, mais rapide, avec de bons résultats ! D’autant plus que les matériels (postes radio…) n’étaient souvent pas les mêmes entre les unités…

Reconnaissons là, la qualité de la formation française. Un « cadre » de l’armée française, sur une durée de vie professionnelle de 35 ans, ne passe pas loin d’un tiers de sa carrière, soit entre 5 à 10 ans à l’école ! Serval est un bon révélateur : cette formation n’est pas vaine !

À l’heure de la réflexion sur une rationalisation des diverses formations et écoles, c’est une des leçons à méditer…

Crédits photos: A. Roiné/ECPAD/EMA et R. Nicolas-Nelson/EMA/Armée de l’air

Crédits photos: A. Roiné/ECPAD/EMA et R. Nicolas-Nelson/EMA/Armée de l’air

Par ailleurs, les États-majors français commençaient à envisager l’éventualité d’une opération au Mali. Celle-ci ne devait pas se réaliser dans ces conditions d’urgence, mais la mission EUTM était en marche et les responsables militaires sentaient venir ce théâtre. Pour preuve, la doctrine française était quasiment prête ! Tous les soldats à l’heure de partir pour Tombouctou avaient dans leurs bagages un Cahier du Retex sur « Les rebellions touarègues au Sahel » (publié en janvier) pour bien appréhender le théâtre et les acteurs ainsi qu’un ouvrage de doctrine d’engagement en zones désertiques (publiés par le CDEF). Bref, de quoi lire pour savoir faire et comprendre à quoi s’attendre…

Enfin, rappelons que l’opération Sabre au Sahel était active depuis des années. Très discrètement mais aussi très massivement (plusieurs centaines de forces spéciales lors de l’opération Serval, soit le plus fort engagement de l’histoire des FS), les unités du COS étaient à l’œuvre dans la région…

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:45
De Crem confirme le déploiement supplémentaire d'un contingent de 50 militaires belges au Mali

22 Avril 2013 sudinfo.be (Belga)

 

Le ministre belge de la Défense, Pieter De Crem, a réitéré lundi la disponibilité de la Belgique de fournir un contingent d’une cinquantaine de militaires pour assurer, à partir de la fin du mois de juin, la protection des instructeurs européens déployés au Mali pour encadrer l’armée locale.

 

 

M. De Crem a rencontré lundi après-midi à Paris son homologue français, Jean-Yves Le Drian, pour évoquer la situation au Mali, la défense européenne et la coopération militaire bilatérale entre les deux pays, avant de gagner Luxembourg - où ces thèmes seront à nouveau largement abordés mardi entre les ministres européens de la Défense lors de leur réunion semestrielle.

 

Lors de cet entretien d’une heure, dans une atmosphère qualifiée de «cordiale», M. De Crem a notamment confirmé la disponibilité du gouvernement belge à fournir un peloton - soit une trentaine d’hommes, renforcés avec des moyens logistiques - pour contribuer, avec d’autres pays, à la protection des formateurs de la mission de formation et de conseil à l’armée malienne (EUTM) que l’Union européenne vient de lancer au sein de l’académie militaire de Koulikoro, une localité située à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Bamako.

 

Cette participation à l’EUTM devrait débuter vers la mi-juin, comme convenu le 13 mars au sein du conseil ministériel restreint, a précisé l’entourage du ministre.

 

Deux hélicoptères belges Agusta A109 médicalisés sont déjà affectés à l’EUTM depuis le 22 mars, après avoir été engagés durant deux mois dans l’opération française Serval dirigée contre les groupes islamistes armés occupant le nord du Mali. Ils opèrent depuis Bamako.

 

M. Le Drian a pour sa part expliqué à son homologue belge les plans français pour la fin de l’opération Serval et son remplacement par une force de l’ONU, la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), qui comprendra environ 11.200 hommes.

 

L’Assemblée nationale française a autorisé lundi la prolongation de l’opération Serval, qui verra toutefois ses effectifs allégés à 1.000 hommes à la fin de l’année - contre 4.000 encore aujourd’hui.

 

MM. Le Drian et De Crem ont également évoqué le sommet européen de décembre prochain, qui sera consacré à la relance de «l’Europe de la défense». Ils ont convenu que cette discussion entre les chefs d’État et de gouvernement des 27 (28 avec l’adhésion prévue de la Croatie en juillet) devrait se renouveler chaque année «avec une obligation de résultats», selon la même source.

 

Les ministres belge et français de la Défense ont enfin évoqué la coopération militaire bilatérale, en convenant de «continuer» les projets en cours.

 

Tous les pilotes militaires belges sont ainsi formés en France depuis près d’une dizaine d’années - même des changements sont prévus, comme le regroupement de la formation des pilotes de chasse à Cazaux (sud-ouest) après l’abandon de Tour (centre). Les deux pays coopèrent aussi étroitement pour l’introduction des nouveaux hélicoptères moyens de type NH90, la version belge de cet appareil dans sa variante de transport tactique (TTH) étant très proche des Caïman acquis par l’armée française.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 16:45
New African Military Profile: Djibouti

24 April 2013 by Guy Martin - defenceWeb

 

latest addition to defenceWeb on African Militaries: a profile of the Djibouti Armed Forces. Click here to access the analysis.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories