Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 16:30
Les trois premières Rafale sous les cocardes égyptiennes photo A. Pecchi.- Dassault Aviation

Les trois premières Rafale sous les cocardes égyptiennes photo A. Pecchi.- Dassault Aviation

 

St-Cloud, le 20 juillet 2015 – Dassault Aviation

 

La cérémonie officielle de réception par la République Arabe d’Égypte de ses trois premiers Rafale s’est tenue aujourd’hui au Centre d’essais en vol de Dassault Aviation, à Istres, sous le patronage de Son Excellence M. Ehab Badawy, ambassadeur d’Égypte en France, et en présence d’Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation.

Cette première livraison intervient à peine cinq mois après la décision prise par l’Égypte d’acquérir 24 Rafale, 16 biplaces et 8 monoplaces, pour doter son armée de l’air d’un chasseur polyvalent de dernière génération, capable de répondre à ses besoins opérationnels et de lui permettre d’assurer, en toute souveraineté, sa position géostratégique dans la région.

Dans le même temps, un premier groupe d’utilisateurs égyptiens a été formé en France. Les pilotes égyptiens, entrainés dans l’armée de l’Air, convoieront jusqu’au Caire les trois premiers Rafale dès le lendemain de la cérémonie.

« Ce contrat constitue un nouveau jalon de la coopération qui lie Dassault Aviation et l’Égypte depuis les années 70, soit plus de quarante ans d’un partenariat exemplaire placé sous le signe de l’engagement et de la confiance mutuelle. Après le Mirage 5, l’Alpha Jet et le Mirage 2000, le Rafale est le 4ème avion Dassault à voler sous les cocardes égyptiennes, et l’Égypte, tout comme elle l’avait été pour le Mirage 2000, est le premier client export du Rafale. Nous nous réjouissons de ce partenariat qui a su dans le temps démontrer sa solidité et pérenniser les liens historiques qui unissent nos deux pays. Je remercie, au nom de Dassault Aviation et de ses 8000 salariés, de ses partenaires Thales et Snecma et des 500 entreprises sous-traitantes, les autorités égyptiennes pour la confiance qu’elles nous témoignent encore une fois, ainsi que les autorités et les Forces armées françaises, sans le soutien desquelles ce succès n’aurait pas été possible » a déclaré Eric Trappier.

 

A propos de Dassault Aviation

Avec plus de 8 000 avions militaires et civils livrés dans plus de 90 pays depuis 60 ans et représentant plus de 28 millions d’heures de vol, Dassault Aviation dispose d’un savoir-faire et d’une expérience reconnus dans la conception, le développement, la vente et le support de tous les types d’avion, depuis l’appareil de combat Rafale jusqu’à la famille de business jets haut de gamme Falcon en passant par les drones militaires. En 2014, le chiffre d’affaires de Dassault Aviation s’est élevé à 3,68 milliards d’euros.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 15:45
Algérie : Aqmi revendique la mort de 14 soldats

 

19/07/2015 Le Point.fr (AFP)

 

Le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique a revendiqué la mort dans une embuscade de 14 soldats de l'armée algérienne, au sud-ouest d'Alger.

 

Le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué la mort dans une embuscade de 14 soldats de l'armée algérienne, au sud-ouest d'Alger, dans un communiqué non authentifié diffusé samedi soir sur internet. Le quotidien El-Khabar avait annoncé samedi après-midi la mort de 11 militaires.

 

Propagande web

« Les cavaliers de l'islam ont pu, au soir du premier jour de l'Aïd, tuer 14 soldats lors d'une embuscade tendue à une section de l'armée dans la zone de Djebel Louh », dans la préfecture d'Ain-Defla, selon le communiqué à l'en-tête d'Aqmi. Les assaillants ont réussi à s'échapper « sains et saufs après avoir pris les armes » des soldats tués, ajoute le texte.

Si elle était confirmée, cette attaque serait la plus meurtrière contre des soldats de l'Armée nationale populaire algérienne (ANP) depuis plus d'un an. En avril 2014, une quinzaine de soldats avaient été tués dans une autre embuscade en Kabylie, région montagneuse à l'est d'Alger. Les assaillants ont réussi à prendre la fuite après avoir attaqué une unité de l'armée qui se rendait vers un poste avancé au coeur du maquis, selon le journal. La région d'Ain-Defla fut dans les années 90 l'un des principaux fiefs des groupes armés islamistes, mais a retrouvé le calme depuis une décennie. Les violences impliquant les islamistes armés ont considérablement baissé d'intensité ces dernières années en Algérie.

Certaines régions notamment Boumerdès, Tizi Ouzou, en Kabylie, à l'est de la capitale, continuent cependant d'enregistrer des attaques attribuées à des groupes se réclamant d'Aqmi ou de l'organisation jihadiste État islamique (EI). Selon le ministère de la Défense, 102 islamistes armés ont été tués, capturés ou se sont rendus aux forces de sécurité durant le premier semestre de 2015. L'armée a notamment tué fin mai 25 islamistes près de Bouira (120 kilomètres au sud-est d'Alger), dans une zone où opère l'EI qui avait revendiqué notamment l'enlèvement suivi de la décapitation d'un randonneur français en septembre dernier au coeur des montagnes du Djurdjura, en Kabylie.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 12:55
Budget de la Défense. Le Parlement vote les crédits supplémentaires


17.07.2015 Ouest-France
 

Le projet de révision de la loi de programmation militaire qui prévoit une augmentation du budget de la Défense a été définitivement adopté par le Parlement français.

 

Le Parlement français a adopté définitivement vendredi le projet de révision de la loi de programmation militaire (LPM), qui prévoit d'augmenter de 3,8 milliards d'euros les crédits sur la période 2016-2019 pour faire face aux menaces.

Après les députés, les sénateurs ont entériné vendredi le texte mis au point par une commission mixte paritaire (CMP) Assemblée-Sénat. Tous les groupes ont voté pour ce projet de loi, à l'exception des élus Front de gauche qui ont voté contre et d'écologistes qui se sont abstenus.

 

Renforcer les moyens contre le terrorisme

Ce texte, présenté par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a pour objet de renforcer les moyens de lutte contre le terrorisme à l'intérieur et à l'extérieur du territoire français après les attentats de janvier à Paris.

Les crédits supplémentaires vont permettre de préserver 18 750 emplois sur les 34 000 qui devaient initialement disparaître et de déployer 7 000 hommes avec la capacité de « monter » en quelques jours à 10 000 dans le cadre du « contrat de protection » des sites comme les écoles, les lieux de culte, les sites industriels sensibles.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 12:35
La cote du gouvernement japonais baisse suite aux lois de défense

 

19.07.2015 Romandie.com (ats)

 

La cote de popularité du gouvernement japonais de Shinzo Abe est au plus bas depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, a révélé dimanche un sondage. Il a été réalisé après le vote de lois de défense controversées.

 

Le gouvernement ne recueille que 35% d'opinions favorables, en baisse de 7 points en seulement deux semaines, contre 51% d'opinions négatives, selon cette enquête. Elle a été publiée par le journal Mainichi Shimbun, dont la ligne est très critique à l'égard de M. Abe, ouvertement nationaliste.

 

La chambre basse a adopté cette semaine des textes rendant possible, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, l'envoi à l'extérieur des Forces d'autodéfense - le nom officiel de l'armée - pour venir en aide à un allié, en premier lieu les Etats-Unis.

 

Les projets de loi doivent à présent passer devant la chambre haute mais la chambre basse peut passer en force si nécessaire.

 

Pour ses opposants, l'initiative de Shinzo Abe va à l'encontre de l'article 9 de la Constitution, qui bannit le recours à la guerre, et ruine 70 ans de pacifisme. Actuellement, l'armée nippone ne peut agir que dans le cas d'une offensive externe sur le territoire japonais.

 

Quelque 60'000 personnes, selon les organisateurs, avaient participé à une manifestation devant le parlement mercredi soir et des échauffourées avaient éclaté. Les manifestations sont pourtant généralement de faible ampleur et très tranquilles au Japon.

 

"Le mécontentement populaire envers ces lois sur la défense se renforce. La façon dont le gouvernement et le parti majoritaire ont conduit ce dossier explique la baisse de popularité du gouvernement", selon le Mainichi dont le sondage corrobore une précédente enquête d'opinion de Kyodo News.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 10:55
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

07/07/2015 Sources : État-major des armées

 

Opérateur unique des systèmes d'information et de communication de la Défense, la Direction Interarmées des Réseaux d'Infrastructure et des Systèmes d'Information (DIRISI) est en première ligne sur le déménagement à Balard. Avec la mise en place d'un centre d'opération SIC dédié, cette bascule est conduite comme une véritable opération militaire.

 

L'installation à Balard constitue une opération d'ampleur inédite... et un véritable défi, puisqu'il s'agit de de réinstaller, en quelques semaines, plus de 9 000 usagers, sans interrompre le service informatique et sans oublier de transférer les sauvegardes et les logiciels.

 

Au cœur de cette manœuvre, la bascule du centre de planification et de commandement des opérations (CPCO) a constitué la phase la plus critique.

 

Dans une situation marquée par l'importance de l'engagement opérationnel de nos forces, l'enjeu était de garantir la bascule de la conduite stratégique des opérations de l'Ilot Saint Germain vers le Pôle Opérations de Balard, sans discontinuité du commandement !

 

Pour réaliser cette prouesse, plus de 1000 hommes et femmes de la DIRISI, civils et militaires, sont quotidiennement engagés dans la manœuvre Balard... week-end compris pour nombre d'entre eux : 300 opèrent directement sur le site de Balard et 700 dans le reste de la France, notamment dans les centres nationaux de mise en œuvre et d'appui à distance.

 

Interlocuteur privilégié des occupants de Balard pour toutes les demandes relevant du domaine SIC, le Service Desk de Maisons-Laffitte (SDK MLF) s'est lui aussi adapté pour relever le défi du déménagement et faciliter l'installation des usagers en leur garantissant un service ininterrompu.

 

S'appuyant sur le renfort du « SDK » de METZ, le SDK de MLF a procédé à une réorganisation interne, créant un plateau dédié, armé par 20 opérateurs.

 

Habituellement en charge des bases de défense (BdD) de la région parisienne, d'Orléans et d'Evreux, l'action du SDK de MLF a été concentrée sur l'Ile-de-France durant la phase de déménagement, le SDK de Rennes prenant le relais pour les BdD situées hors de ce périmètre. Son rôle est de préparer l'arrivée des usagers et de les accompagner pendant les 48 heures suivant leur installation.

 

Tout au long de l'opération Balard, le personnel de la DIRISI est mobilisé pour garantir un accompagnement optimal afin d'assurer la continuité des missions et la meilleure qualité de service possible.

 

REPÈRE

Le Service Desk (SDK) de Maisons-Laffitte (MLF) est l'un des quatre centres de service qui constituent le Centre National d'Appui à Distance (CNAD) des SIC de la Défense. En assistant quotidiennement les usagers du ministère, ces centres constituent des maillons essentiels de l'efficacité opérationnelle de la DIRISI. Ils sont, 365 jours par an et 24 heures sur 24, le point d'entrée unique des appels téléphoniques et des demandes d'intervention SIC, au profit de tous les usagers « défense ».

Dans le cadre de la bascule de commandement à Balard, il réalise ainsi plusieurs opérations techniques avant le déménagement. Elles permettent de récupérer les données et logiciels dont l'utilisateur disposait sur son site de départ. Dès les nouveaux postes installés à Balard, les équipes peuvent commencer à y basculer les sauvegardes. Celles-ci sont vérifiées avec soin et des correctifs y sont éventuellement apportés jusqu'à la veille du départ de l'usager pour ses nouveaux locaux. A son arrivée, et pour 48 heures, l'utilisateur dispose d'un guichet unique, armé par le personnel du centre interarmées des réseaux d'infrastructure et des systèmes d'information (CIRISI) Balard. Il est chargé de faciliter l'installation et de régler les problèmes éventuellement rencontrés. Au-delà de ce délai le SDK redevient l'interlocuteur privilégié des usagers.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 16:45
Saab promotes tactical advantages of ‘Soft kill’ technology in combat

 

17 July 2015 by defenceWeb

 

Success in modern combat is less about adding more armour and weight, and more about moving towards the increased self-protection afforded by automated integrated survivability solutions, according to Saab Grintek Defence, which spoke about soft kill technology at the recent Land Forces Africa conference.

 

These solutions allow for regaining the initiative through quick action and agility that minimise chances of loss and maximise chances of successful counter actions, or allow disengagement from the immediate threat situation, according to Saab Grintek Defence.

 

This trend moves away from adding conventional armour that tries to absorb impact, a historical trend that has been superseded by evolutions in modern threat management.

 

One such solution offered by Saab Grintek Defence is the Land Electronic Defence System (LEDS), consisting of an array of threat detectors that provides hemispherical threat warning against all known laser based threats. LEDS-50 provides the ideal solution for combat forces as it can deploy an array of effectors, including multispectral smoke screening, in less than 1.2 seconds after it has detected a laser threat. It is an affordable retrofit or can be included in design specifications for new equipment, according to Saab.

 

Furthermore, it provides visual and audio warnings, classifies the threat, as well as moving the turret and or remote weapon station (RWS) of the combat vehicle in the direction of the threat.

 

“The system offers up to 99 percent interruption probability against laser beamrider anti-tank threats, for example the AT-14 Kornet, and reduces the hit probability of the missile by up to 80 percent,” explained Ferreira, Product Manager, Land Self-Protection Systems, Saab Grintek Defence. “Firing this kind of ‘soft kill’ multi-spectral smoke gives users the valuable time they need to regain the initiative and effectively respond against the threat by combining tactics and effectors without being seen visually or thermally by the attacker.”

 

When integrated to a vehicle’s Battle Management System (BMS), the LEDS-50 analyses the enemy’s attack cycle, alerts occupants that they have been targeted, and then deploys the smoke screen or other appropriate effectors that prevents the enemy from effectively engaging the vehicle. It is also able to identify the direction of the threat, and classify it, inputting enemy information about encounters into a common situational awareness picture, adding a tactical benefit to its basic laser warning capability.

 

LEDS meets the requirements for the full spectrum of land and amphibious operations regardless of global theatre, and is fully NATO compliant, Saab pointed out.

 

When combining battle management information with GPS data, a real time picture emerges of threat presence relative to own forces, making it quicker and simpler to devise a defensive response.

 

“Asymmetric opponents, for example ISIS, makes use of commercial equipment like golfing or hunting lasers to boost the accuracy of their weapons,” Ferreira says. “This enhances their first round kill probability against targets that do not have laser warning and effective fast counter measures.

 

“At present, more than 70 percent of anti-armour threats are laser related, and this type of threat is becoming more prevalent in asymmetric warfare as was seen recently by the deployment of AT-14 Kornet and TOW anti-tank missile systems by ISIS in Iraq.”

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 16:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

17/07/2015 Sources EMA

 

Du 6 au 10 juillet 2015, les équipes cynophiles de la Force Commander Reserve (FCR) se sont entraînées avec deux de leurs homologues des Forces armées libanaises (FAL) sur le camp de Dayr Kifa. Issu du régiment du Mont Liban, ces deux militaires libanais cynophiles ont démontré leurs compétences en termes de détection de mines antipersonnel et antichars.

 

Marqué par la guerre civile de 1975 où l’usage des mines antipersonnel a laissé des stigmates, le Liban a développé un savoir-faire spécifique dans le domaine de la détection cynophile.  Sur ce pays d’une superficie à peine plus grande que l’Alsace (10 452 km2), 60 millions de m2 sont encore infestés par les mines, ce qui a amené le gouvernement à conduire une campagne de déminage qui devrait s’achever en 2021.

Particulièrement aiguisés, les FAL ont donc pu échanger leur savoir-faire avec les contingents français de la FCR dans les domaines relatifs à la détection des mines antipersonnel et antichars, et au dressage très strict des « chiens mines ».

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 16:30
photo JJ Le Bail - Marine Nationale

photo JJ Le Bail - Marine Nationale

 

17/07/2015 Sources EMA

 

Le 17 juillet 2015, un avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale a de nouveau survolé la Méditerranée centrale à des fins de renseignement sur le trafic de dans cette zone. Depuis le 3 juillet, la France apporte une contribution opérationnelle à l’opération EUNAVFOR MED, lancée le 22 juin par l’Union européenne.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 11:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

17/07/2015 armée de Terre

 

Le centre d’entraînement de l’infanterie au tir opérationnel – 122e régiment d’infanterie (CEITO - 122e RI) a organisé pour la première fois sur le camp du Larzac un rallye mortier 81 mm LLR* du 21 au 25 juin 2015.

 

Cette épreuve a permis d’évaluer les savoir-faire techniques et tactiques de six groupes mortier de régiment d’infanterie. Durant une semaine, ils se sont confrontés lors des différents ateliers et ont partagés leurs experiences.

Pour cette première édition, c’est le groupe du 92e régiment d’infanterie (92e RI) qui a remporté la victoire. Le lieutenant-colonel Dubon leur a remis la coupe et le bouclier, symbole du rallye.

Le groupe du 16e bataillon de chasseur termine lui deuxième. Il reçoit la coupe des mains du colonel Faivre, chefs de la division des études et de la prospective de l’école d’infanterie de Draguignan. Le groupe du régiment de marche du Tchad finit troisième.

 

*Le mortier de 81 mm léger long renforcé (81 mm LLR) modèle F1 équipe, à raison de deux pièces, le groupe mortier de la 4e section des compagnies de combat de l’infanterie. Il est servi par une équipe de 5 hommes (chef de pièce, pointeur, tireur-chargeur, pourvoyeur, artificier).

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 10:55
Dissolution du 1er Régiment d’Artillerie de Marine (1e RAMa)

 

06/07/2015 Armée de Terre

 

Le 30 juin 2015, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), le général d’armée Jean-Pierre Bosser, a présidé la cérémonie de dissolution du 1errégiment d’artillerie de marine (1er RAMa) au quartier Corbineau de Châlons-en-Champagne.

 

Cette fermeture de régiment a été réalisée en présence de tous les régiments de la 1reBM, des anciens chefs de corps du régiment, et du chef de corps du 1erRAMA, le colonel Malod, qui rend ainsi définitivement son régiment, après un commandement de deux ans.

 

A travers l’ordre du jour, le CEMAT évoque la tristesse d’une page qui se tourne, un moment chargé d’émotions pour les militaires, et insiste sur la fierté de voir le chemin de chacun d’entre eux se poursuivre à travers diverses mutations.

 

La dissolution du 1er RAMa en images :

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

16/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Fort de 900 hommes, le dispositif de la force Sangaris,désormais recentré sur la capitale centrafricaine, Bangui, poursuit l’appui à la MINUSCA.

 

Ainsi, du 11 juin au 4 juillet 2015, les militaires français ont appuyé la MINUSCA dans une opération de contrôle de zone dans la région de Kaga Bandoro. Quelques jours seulement après son arrivée sur le théâtre, le groupement tactique interarmes (GTIA) Centurion, a engagé 200 hommes aux côtés du bataillon pakistanais déployé dans cette ville du Nord de la Centrafrique. Sur un terrain rendu difficile en saison des pluies et face à un adversaire furtif évoluant dans son milieu, les militaires ont mené des missions de reconnaissance de zone et d’axes. Pour mener à bien cette opération, ils ont utilisé tous les moyens de la force (des Véhicules blindés de combat d’infanterie - VBCI, des Véhicules de l’avant blindé - VAB, des blindés ERC 90 et des Véhicules blindés légers - VBL) et ceux qui lui sont associés (hélicoptères Puma, Gazelleet Tigre, commandos parachutistes).

 

Le 14 juillet a été célébré à Bangui par une prise d’armes qui s’est déroulée sur le camp de M’Poko et présidée par le général Gillet, commandant la force Sangaris.

 

Depuis le 1erjuillet 2015, environ 900 militaires sont déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 10 800 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangarisvise dorénavant à appuyer la MINUSCA, chargée de maintenir le niveau de sécurité atteint dans le pays.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 11:55
Le GICAT structure une offre globale pour répondre à la protection des sites sensibles

 

source GICAT

 

Face à une menace prégnante, imprévisible et en évolution permanente, les entreprises doivent mettre en œuvre une complémentarité intelligente de moyens actifs et passifs sous contraintes budgétaires de plus en plus fortes pour assurer la protection de leurs installations sensibles.

Les derniers événements sur les sites SEVESO d’Air Products de Saint-Quentin-Fallavier, de LyondellBasell à Berre-l'Etang ainsi que le vol d’explosifs sur la site militaire de Miramas n’ont fait que confirmer ces craintes.

En complémentarité d'une protection humaine indispensable, le GICAT a structuré une offre technologique permettant de répondre aux besoins des institutions et des grands opérateurs privés.
 
S’appuyant sur l’expertise de grandes entreprises ayant de nombreuses implantations industrielles et sur le savoir-faire de ses sociétés adhérentes, le GICAT a produit une brochure capacitaire « Protection de sites ». Elle propose des solutions de sûreté et de sécurité pour préserver et maintenir la continuité du service rendu en fonction du type de site, des risques et des menaces, qu’ils soient d’origines humaines (malveillance, sabotage, attaques de toute nature…) ou non (risques naturels, industriels, fonctionnels…).
 
Cette approche capacitaire s’étend également à d’autres domaines : Gestion des foules, Cybersécurité, et Situations d'urgence.



A propos du GICAT
Le GICAT est le groupement professionnel qui rassemble aujourd’hui près de 330 sociétés françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres : principaux maîtres d’œuvres industriels, équipementiers, systémiers et un tissu de PME dynamiques et innovantes qui constituent environ 60 % de ses membres adhérents. Le GICAT fédère l’offre du secteur, nourrit sa réflexion, représente les intérêts de la profession, promeut l’offre française et la dynamise à l’export. Pour cela il conduit une politique active d’échanges avec les principaux interlocuteurs institutionnels et industriels concernés par le domaine.

Depuis 2011, le GICAT a progressivement étendu son périmètre et ses actions au domaine de la sécurité terrestre et aéroterrestre, en cohérence avec les attentes du marché et des enjeux. Il soutient notamment activement ses membres à l’export en les accompagnant sur des salons à l’étranger et en promouvant leur savoir-faire à travers des brochures capacitaires (Gestion des foules, Situations d’urgence, etc.) - www.gicat.fr

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 10:55
Colloque Cyber : Intervention du CEMAA

Colloque Cyber : Intervention du CEMAA

 

08/07/2015 Marie Broyer - Armée de l'air

 

Mercredi 1er juillet s’est tenu le colloque « Regards croisés sur la Cyb’Air : un état d’esprit ! ». En présence d’autorités militaires et d’acteurs oeuvrant dans le domaine du cyber, ces conférences avaient pour but de partager les enjeux et actions menées.

 

Si le domaine du cyber concerne une grande partie des entreprises, il demeure un théâtre d’opération à part entière au sein des armées. «Il y a énormément de différences mais aussi beaucoup de similitudes entre l’espace cyber et l’espace aérien.» a d’ailleurs déclaré le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air. À l’instar du domaine aérien, le domaine du cyber se compose de flux, dans lesquels les données se substituent aux aéronefs. Il est alors nécessaire de pouvoir détecter les comportements anormaux, et les actes hostiles.

 

Pour ce faire, il est important de sensibiliser le personnel aux différents dangers présents dans le domaine cyber. Un thème majeur, qui a donné lieu à une table ronde, lors de laquelle ont été dégagées des solutions. Parmi lesquelles : initier aux dangers de l’espace cyber non seulement les utilisateurs des systèmes (contributeurs), mais également les échelons supérieurs (direction générale), pour une meilleure gestion des crises. «La multiplication des exercices de gestion de «cybercrise» est devenu obligatoire à notre époque», rappelle l’un des intervenants.

 

Le cyber est dans l’air

Simplifier dans le cyber

 

Autre point mis en évidence lors de ce colloque, la simplification des structures. «Dans cette démarche de simplification, il y a un aspect fort : celui de pouvoir regrouper les gestions des opérations aériennes, et de partager l’information en temps réel.» a précisé le général Denis Mercier. Pour ce faire, une nouvelle organisation du soutien a été peu à peu mise en place sur les bases aériennes : c’est le projet Smart Base. Le but est de regrouper la gestion dans le domaine du soutien, et d’obtenir ainsi une organisation simplifiée. A terme, le travail se fera davantage à distance. Le chef d’état-major de l’armée de l’air a également rappelé qu’il est aujourd’hui possible d’obtenir des informations en temps réel, représenter en 3D des positions des forces sur le terrain.

 

Le cyber, nouveau domaine de combat, est donc un théâtre en pleine expansion. L’armée de l’air, traditionnellement liée aux technologies, ne cesse d'étudier les menaces et de proposer des solutions. «Notre ambition est de pouvoir travailler sur le domaine du cyber avec tout ceux qui sont intéressés» a conclu le général Mercier. Une ambition, mais aussi un état d’esprit à part entière car l’armée de l’air est aujourd’hui dans une logique de partenariats avec les entreprises qui, traditionnellement, ne travaillent pas avec elle :  «Nous souhaitons faire connaitre l'armée de l'air à ceux auxquels elle n'est pas familière».

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 07:45
photo Marine Nationale (archives)

photo Marine Nationale (archives)

 

08/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le patrouilleur hauturier L’Adroit a conduit le 30 juin 2015 un Passex (entraînement commun à la mer) avec le bâtiment de la marine marocaine de type Floréal, le Mohammed V.

 

A 9h17, pour démarrer l’exercice, un feu s’est déclenché dans la cafétéria de la frégate marocaine. Ne pouvant contenir l’incendie qui se propageait aux locaux avoisinants, une demande d’assistance a été demandée. Le patrouilleur français a envoyé sur la frégate un groupe d’attaque de trois pompiers lourds avec leur équipement, des manches et un ventilateur de désenfumage. Sur place, les marins français se sont mêlés aux équipes marocaines pour venir à bout du sinistre et partager les savoir-faire respectifs. Un exercice complexe qui demandait de s’adapter rapidement à un environnement inconnu et une organisation de la sécurité différente.

 

 Une fois ce premier exercice terminé, les deux bâtiments ont conduit plusieurs présentations de ravitaillement à la mer afin de pratiquer la procédure phonie et pavillon et s'entraîner à ces manœuvres toujours délicates.

 

 L’Adroit a ensuite repris sa route vers la Méditerranée pour une dernière patrouille avant de rejoindre Toulon, après près de quatre mois de déploiement autour de l’Afrique.

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 11:40
SNLE Severodvinsk  (projet 885 Iassen)

SNLE Severodvinsk (projet 885 Iassen)

 

13.07.2015 sputniknews.com

 

Selon la revue américaine, The National Interest, la Russie souhaite revoir l’oganisation et les capacités de sa flotte, en modernisant les sous-marins de l'époque de la guerre froide et en projetant la création de nouveaux modèles.

 

La revue a publié un top-5 des sous-marins russes les plus performants.

 

Le projet 971 Chtchouka B (code Otan: Akula) occupe la première place de la liste. C'est l'un des sous-marins nucléaires les plus perfectionnés de la marine russe. Malgré qu'il soit moins silencieux par rapport à ces "homologues" européens, le projet 971 Chtchouka B est d'autant plus performant depuis une série de modernisations, nous pouvons citer également les modèles de la classe Akula: K-152 Nerpa, K-157 Vepr, K-335 Gepard.
 
Le sous-marin à propulsion diesel-électrique du projet 877 Paltus (classe Kilo selon l'Otan) est en deuxième position. Très discret à faible allure, ce sous-marin peut se révéler d'une efficacité redoutable. En situation de combat, le Kilo ne peut rivaliser en vitesse avec un sous-marin nucléaire d'attaque, aussi doit-il autant que possible rester furtif. Des bâtiments du projet 877 Paltus sont en service dans la marine russe, en outre, ils ont connu un certain succès à l'exportation et ont été construits pour plusieurs pays, notamment, pour la Chine, l'Inde, l'Iran mais pas que.
 

Le sous-marin diesel du projet 636 Varchavianka (Improved Kilo, selon le code de l'Otan) occupe la troisième place. Baptisé "trou noir" par les experts de l'OTAN pour sa discrétion, le sous-marin diesel-électrique polyvalent du projet 636 Varchavianka appartient à la 3e génération de sous-marins.

 
La quatrième place du classement est attribuée, selon The National Interest, à une nouvelle classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de 4e génération du projet 955 Boreï. Le premier sous-marin, le Iouri Dolgorouki, ainsi que tous les autres modèles de la classe Boreï sont dotés de 16 missiles balistiques intercontinentaux Boulava et de 6 tubes pour les torpilles. Les sous-marins du projet 955 Boreï sont capables de fournir à la marine russe l'équipement technique nécessaire pour les années à venir.
 
Le SNLE polyvalent de 4e génération du projet 885 Iassen occupe la dernière place du top-5. Les sous-marins nucléaires d'attaque du projet 885 Iassen ont un déplacement de 8.600/13.800 tonnes d'eau et peuvent plonger à 600 mètres de profondeur. Selon les spécialistes, ce sont "les sous-marins les plus modernes et les moins bruyants de fabrication russe". Dotés de missiles supersoniques de croisière de type Oniks et Kalibr et de torpilles, ces sous-marins pourront détruire des cibles terrestres à une distance de 1.500 km des côtes.

 
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 16:45
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

10/07/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 29 juin 2015, les navires de commandement de la CTF150 et de l’opération européenne Atalante (TF465), deux forces navales impliquées dans des opérations de sécurité maritime dont les zones de patrouilles couvrent l’océan Indien, ont effectué une rencontre à la mer dans le golfe d’Aden.

 

Dans le cadre de la coopération entre les Task Forcesdéployées en océan Indien et en mer Rouge, des interactions à la mer ont eu lieu le 29 juin 2015 entre le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var, qui embarque actuellement le commandant français de la Combined Task Force 150 (CTF150), et le transport de chalands de débarquement (TCD) Galicia, navire-amiral de la force européenne de lutte contre la piraterie, déployée dans le cadre de l’opération Atalante.

 

Alors qu’il patrouillait dans le golfe d’Aden, le BCR Varest venu à la rencontre du TCD Galicia, engagé dans des opérations de sécurité maritime et de lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes. Au cours de cette rencontre, des membres de l’état-major de la CTF150 ainsi que de l’équipage du BCR Var ont été transférés en zodiac (EDO) vers le Galicia. Après une visite du bord, les marins français et alliés ont participé à des réunions de travail avec leurs homologues de l’opération Atalante, afin d’évoquer les opérations en cours dans la région, les risques pesant sur le commerce maritime et les trafics en haute mer dans le golfe d’Aden.

 

L’amiral espagnol commandant la TF465, le contre-amiral Gomez Fernandez de Cordoba, a été accueilli sur le bâtiment français par son homologue, le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF150. Les deux officiers ont ainsi pu évoquer leurs missions respectives et partager leur appréciation de situation sur les trafics et les activités illégales conduites dans leur zone de responsabilité.

 

Commentant ces échanges, le capitaine de vaisseau Crignola a déclaré : « Si nos domaines de compétences sont distincts, l’opération Atalante se concentrant sur la lutte contre la piraterie et la CTF150 opérant dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, nous avons néanmoins de nombreux points communs, qu’il s’agisse de notre zone de responsabilité, de nos modes d’actions ou des problématiques auxquelles nous sommes confrontés quotidiennement. Nous partageons également le même objectif qui est d’assurer la sécurité du trafic maritime dans la région. Ainsi, nos deux Task Forces travaillent ensemble depuis longtemps et ce type de rencontre à la mer est toujours un bon moyen d’approfondir notre coopération et d’échanger sur la situation maritime régionale ».

 

Au cours de cette rencontre, les bâtiments français et espagnol ont également mené plusieurs interactions, incluant des manœuvres en hélicoptère effectuées avec l’un des Sea King embarqués à bord du Galicia, ainsi qu’un ravitaillement à la mer. Plus tôt dans le mois, une rencontre à la mer avait déjà eu lieu entre le Var et le Galicia, dans le cadre de la coopération maritime entre ces deux forces navales.

 

La force européenne Atalante a pour mission d’assurer la protection des bateaux du programme alimentaire mondial (PAM), de la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), ainsi que des bateaux vulnérables qui peuvent transiter dans la région, et de prévenir les actes de piraterie.

 

Pour sa part, la CTF150, placée sous commandement des Combined Maritime Forces (CMF), est chargée de lutter contre le terrorisme et contre les trafics qui participent à son financement. Elle rassemble une coalition de 18 nations qui fournissent des moyens navals et aériens pour assurer la permanence de la mission. Elle est l’une des trois Task Forces des CMF, sous commandement américain, avec la CTF151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, trente nations sont engagées dans la coalition.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationalephoto Marine Nationale
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

09/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Au rythme de la montée en puissance de la MINUSCA, la force Sangaris poursuit le resserrement de son dispositif débuté en juin 2015. Elle compte désormais 900 soldats. S’appuyant sur des moyens robustes et un dispositif recentré sur l’emprise  de M’Poko à Bangui, le format de Sangaris permet d’offrir une capacité rapide de réaction au profit des forces de l’ONU. La force s’articule autour d’un poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT), d’un groupement tactique interarmées (GTIA) et d’unités d’appui et de soutien (transport, logistique, renseignement et sous-groupement aéromobile – SGAM – disposant de 7 hélicoptères dont 2 TIGRE).

 

900 militaires sont déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 10 800 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise dorénavant à appuyer la MINUSCA, chargée de maintenir le niveau de sécurité atteint dans le pays.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 11:55
"La 5°compagnie de retour dans nos rangs"

 

09-07-2015 par 2e REI Réf : 374 | 1498

 

Lundi 15 juin 2015, au cœur des magnifiques Jardins de la Fontaine de Nîmes, le 2e régiment étranger d’infanterie a recréé la 5e compagnie de combat lors d’une cérémonie de prise de commandement. Cette compagnie avait été dissoute un an auparavant.

 

En présence de M. Jean-Paul Fournier, Sénateur-Maire de Nîmes, le capitaine Foulques-Romain de SAMIE a reçu le commandement de la compagnie des mains du chef de corps du 2e Etranger, le colonel Valéry PUTZ.

 

Ce renforcement d’effectif répond aux nouveaux besoins de l’Armée de Terre en matière d’engagements opérationnels, notamment sur le territoire national. Dans les prochaines semaines, de nombreux légionnaires viendront progressivement gonfler les rangs de la 5e compagnie avec un seul objectif en tête : être prêts à servir en tout temps et en tout lieu avec honneur et fidélité dans leur nouvelle unité.

 

Créée une première fois en 2000, la 5ecompagnie de combat du 2e REI s’était déjà illustrée sur de nombreuses opérations intérieures et extérieures (Côte d’Ivoire) ainsi que lors de missions courtes durées (Gabon et Nouvelle-Calédonie).

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 16:45
Opération Barkhane : l’armée de l’air à l’honneur dans le Sahel

 

08/07/2015 Armée de l'air

 

Mercredi 1er juillet 2015, les deux détachements air de la force Barkhane basés respectivement à Niamey et à N’Djamena ont célébré la journée de l’aviateur en mettant à l’honneur leurs matériels et personnels.

 

À N’Djamena une présentation statique de la flotte de la force Barkhane a permis à de nombreuses personnes de se faire présenter différentes aéronefs durant toute la matinée. Un avion de chasse Rafale, un hélicoptère de manœuvre de type Caracal et un avion Casa médicalisé dit Casa nurse ont suscité le plus grand intérêt des soldats de Barkhane venus les découvrir pour certains et les revoir pour d’autres.

 

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

08/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le lieutenant Claire est officier de chargement au 519e groupe de Transit maritime de Toulon, actuellement déployée en mission de courte durée aux FFCI. Issue de la promotion Saint Cyrienne Capitaine de Cacqueray, elle est rentrée en 2012 à l’école d’application du train à Bourges avant d’être affectée en août 2013 au 519.

 

Lire l'article

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 18:51
Summer Break - @RPDefense
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 17:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

07/07/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 29 juin 2015, à Dakar. Deux mois plus tôt, quasiment jour pour jour, le Commandant l’Herminier avait relevé au même endroit son compatriote toulonnais le Commandant Bouan, terminant pour sa part la mission Corymbe 128. En cette moite journée de fin juin 2015, le Commandant l’Herminier a rejoué la scène, rôles inversés : débarquement de matériel, TOA (Transfert of Authority)…

 

Au cours des 78 jours (dont 58 à la mer) écoulés loin des côtes bretonnes, les marins de l’aviso ont pu mener à bien 12 exercices à la mer (PASSEX) avec 8 marines différentes (Congo, Côte d’Ivoire, Togo, Bénin, Gabon, Cameroun, Guinée Equatoriale et aussi le Portugal), notamment au cours de l’exercice Nemo 15.2qui profita à la majeure partie des États africains riverains du golfe de Guinée.

 

Un exercice grand format de deux jours avec deux patrouilleurs congolais se déroula lors de l’escale à Pointe-Noire. Durant ce PASSEX, le Commandant l’Herminier eut alors l’occasion de démontrer à une mission parlementaire embarquée à bord (composée de membres de la commission de la Défense Nationale) toute l’étendue du savoir-faire de la Marine Nationale et de ses marins.

 

Outre ces exercices, le Commandant l’Herminier a effectué trois patrouilles au large du Nigéria, au cœur des plateformes pétrolières, afin d’y montrer la présence vigilante de la France et de dissuader d’éventuels actes de piraterie, encore fréquents dans la zone. De nombreux navires de commerce ont également pu bénéficier de la présence rassurante du bâtiment par le biais de prises de contact radio et de la transmission de bulletins sécuritaires.

 

Des opérations inopinées ont également émaillé cette mission Corymbe 129 : les militaires ont mené une visite à bord d’un navire de pêche sans pavillon et en action de pêche illicite, avant d’être réquisitionnés quelques semaines plus tard pour pister et repositionner un navire suspecté de trafic de stupéfiants, puis rester en soutien de l’intervention de la marine ghanéenne.

 

Les 8 courtes relâches opérationnelles effectuées dans les ports africains d’Abidjan, Dakar, Pointe-Noire, Port-Gentil et Lomé furent l’occasion d’y dispenser une dizaine de PIO (Période d’Instruction Opérationnelle) qui bénéficièrent à 135 marins des pays visités. Des rencontres officielles eurent lieu à chaque escale, permettant d’accueillir à bord de nombreuses autorités locales (militaires ou civils) et de consolider les liens avec les militaires français présents au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Gabon. Dans cette dernière optique, un exercice conjoint fut conduit par la brigade de protection (BP) du bord avec le détachement lagunaire d’Abidjan, et un séjour au centre d’aguerrissement des forces françaises stationnées au Gabon eut lieu à Libreville.

 

Les relations avec les marines alliées européennes furent également soignées par le biais de deux rencontres d’opportunité à la mer avec le patrouilleur portugais Figueira da Foz au cours desquels un PASSEX d’envergure (évolutions tactiques, entraînement au ravitaillement, tirs, transferts de personnel, opération de visite) fut conduit avec un succès et une satisfaction partagés.

 

Les fréquents contacts avec les autres unités françaises dans la zone aboutirent notamment à une rencontre avec le patrouilleur hauturier l’Adroit et à des manœuvres de ravitaillement à la mer.

 

En définitive, c’est une mission bien engagée et déjà étoffée d’un programme d’activités chargé que le Commandant l’Herminier lègue aujourd’hui à sa relève, brestoise également : l’aviso Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff, qui reprend le flambeau jusque fin août 2015, date à laquelle s’achèvera la Corymbe 129.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 17:45
CTF150 : Poursuite des opérations de contrôle du Surcouf dans le golfe arabo-persique

 

07/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 18 juin 2015, la frégate Surcouf, engagée au sein de la CTF 150, a réalisé des opérations d’approach and assist auprès de deux boutres dans le golfe arabo-persique.

 

L’équipe de visite du Surcouf a mené une première opération d’approche auprès d’un boutre indien dans la matinée. Les marins français ont engagé une discussion avec l’équipage, qui était visiblement familiarisé avec les missions et les activités de la force multinationale dans la zone. Le boutre transportait des denrées alimentaires à destination de la Somalie.

 

Peu de temps après, dans l’après-midi, un nouveau boutre a été approché. L’équipage de l’embarcation, de nationalité somalienne, a invité l’équipe de visite à son bord. Ces derniers transportaient des barils d’essence depuis la Somalie jusqu’au Yémen. Une discussion a été engagée, ce qui a permis d’obtenir du renseignement précieux sur la situation maritime dans la zone de responsabilité du Surcouf.

 

A l’issue de ces visites, le Surcouf a continué sa route, poursuivant sa mission de surveillance et de protection en océan Indien.

 

Depuis le 6 avril 2015, la France assure le commandement de la Task Force dont la mission est de lutter contre le terrorisme international et les activités illégales qui participent à son financement. Dans ce cadre, les bâtiments militaires placés sous son contrôle participent à la surveillance de la zone, à la collecte de renseignements sur les trafics et conduisent des opérations de sécurité maritime. Avec deux bâtiments français déployés au sein de la CTF-150, la France démontre toute son implication dans la lutte contre le terrorisme international, et sa volonté de participer à la sécurisation des espaces maritimes dans la région de l’océan Indien, aux côtés des pays partenaires investis dans la coalition.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 17:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

07/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 17 juin, la FLF Surcouf, engagée en opérations au sein de la CTF 150 dans des opérations de sécurité maritime en océan Indien, s’est entraînée avec la frégate nippone Ikazuchi. Cette dernière embarque le commandement de la Combined Task force 151, force jumelle de la CTF150, engagée dans des missions de lutte contre la piraterie, dans la même zone de responsabilité que le Surcouf.

 

Les hélicoptères français et japonais ont saisi l’opportunité de cette rencontre à la mer afin de réaliser des manœuvres communes, effectuant notamment des séries Touch and Go(ou « posé-décollé ») sur les plateformes hélicoptère des deux bâtiments. Ainsi, l’hélicoptère nippon Seahawk SH60 a apponté à 4 reprises sur le pont d’envol du Surcouf. Au même moment, le Panther français effectuait des manœuvres similaires sur la frégate japonaise.

 

Ces exercices interalliés sont primordiaux pour améliorer la fluidité des manœuvres aviation entre des marines dont les procédures et le matériel sont parfois différents. Ces exercices permettent, d’une part d’améliorer l’interopérabilité de nos forces et d’autre part, de renforcer les liens qui unissent nos deux nations.

 

Depuis le 6 avril 2015, la France assure le commandement de la Task Force dont la mission est de lutter contre le terrorisme international et les activités illégales qui participent à son financement. Dans ce cadre, les bâtiments militaires placés sous son contrôle participent à la surveillance de la zone, à la collecte de renseignements sur les trafics et conduisent des opérations de sécurité maritime. Avec deux bâtiments français déployés au sein de la CTF-150, la France démontre toute son implication dans la lutte contre le terrorisme international, et sa volonté de participer à la sécurisation des espaces maritimes dans la région de l’océan Indien, aux côtés des pays partenaires investis dans la coalition.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

06/07/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 25 mai au 8 juin 2015, au cours d’une nomadisation, le détachement d’hélicoptères Fennec (DETFENNEC) de l’opération Sangaris a passé le cap des 800 vols cumulés depuis son déploiement sur le théâtre centrafricain.

 

Rattachés au sous-groupement de renseignement multicapteurs (SGRM), ces hélicoptères de combat de l'armée de l'Air sont engagés sur l’ensemble du théâtre d’opération pour effectuer des missions d’appui-renseignement et d’appui-feu au profit des troupes au sol, mais également des missions de reconnaissance et d'évacuation sanitaire. Ces appareils multifonctionnels ont été une nouvelle fois déployés en autonomie totale (concept de nomadisation) sur le terrain avec les capteurs au sol. "Par cette manœuvre, nous démontrons une fois encore notre capacité de projection tactique, au plus prêt de l’intérêt renseignement, en interopérabilité avec nos camarades de l’armée de Terre. Ceci revêt le double avantage de renseigner la force sur des régions rarement visitées et d’appuyer les troupes au sol dans leur progression", explique le commandant Cédric, chef du DETFENNEC.

 

L'intégration d'un élément "Air" dans une manœuvre "Terre" est aussi un challenge pour les mécaniciens, amenés à intervenir sur les hélicoptères dans des conditions de travail rustiques : Lors de ce type de projection, nous devons rapidement nous approprier notre environnement qui diffère largement de notre espace habituel de travail. Entretenir une machine en pleine campagne exige beaucoup de vigilance. Nous devons gérer la fatigue car de notre réactivité dépend la remise en ligne de vol rapide de l’hélicoptère, et ce, tout en gardant à l’esprit la sécurité des vols, insiste le caporal-chef Matthieu, un des mécaniciens du détachement. C'est une riche expérience, tant sur le plan humain que professionnel. Au-delà des défis qu'impose le terrain, passer une semaine avec mes camarades de l'armée de Terre m'a permis d'apprendre davantage sur leur quotidien. Cela m'a également donné l’occasion d'aller à la rencontre de la population centrafricaine.

 

Présent en RCA depuis le 5 décembre 2013 et stationné sur le camp de M’Poko, ce détachement est constitué de 18 personnels incluant les pilotes, les mécaniciens et le spécialiste chargé d'exploiter le renseignement. Il a atteint, au début du mois de juin 2015, le nombre de 800 vols, soit l'équivalent de 1 700 heures de vol en 19 mois de présence, ce qui a généré plus de 1 000 comptes rendus d'informations prises sur le terrain. Avant de quitter le sol de Bangui fin juin 2015, le détachement a effectué son dernier vol au-dessus de la capitale le 14 juin 2015.

 

Au 1er juillet 2015, environ 900 militaires seront déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 10 800 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise dorénavant à appuyer la MINUSCA, chargée de maintenir le niveau de sécurité atteint dans le pays.

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories