Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:50
Cyber defence exercise for decision makers


Prague - 22 June, 2015 European Defence Agency
 

From 16 to 18 June 2015, the European Defence Agency (EDA) together with the Czech National Security Authority (NBU) organised an exercise for Comprehensive and Strategic Decision Making on Cyber Security and Defence in Prague. The exercise was opened with keynote speeches from the Director of the NBU, Mr Dušan Navrátil and the Estonian Ambassador to the Czech Republic, H.E. Mr. Sten Schwede. The Estonian Ambassador to NATO, H.E. Mr. Lauri Lepik, visited the exercise on 17 June.

 

The exercise execution was supported by the Estonian based European Cyber Security Initiative (ECSI), a Non-Governmental Organisation aiming at improving cyber security across Europe, as well as representatives from the Estonian and Portuguese governments, the EU Military Staff and CERT-EU.

The tabletop exercise aimed at training senior decision makers from the public and private sectors to comprehensively deal with complex cyber attack scenarios. The methodological concept of the exercise, that refers back to an Estonian initiative, was initially piloted with the Portuguese government in May 2014. The exercise in Prague served as a first proof-of-concept. In total 57 representatives from the Czech government, the Czech private sector and observers from Austria, Estonia, Slovakia, ENISA and CCD COE participated. 

Participants expressed their appreciation of the exercise in general. In particular they valued the realistic scenario and concept as well as the pragmatism in transferring a complex issue into a coherent training concept. They also agreed that the exercise addressed an existing gap in the training and exercise landscape. 

A second proof-of-concept exercise will be organised with the Austrian government in September 2015 in Vienna

 

More Information:

Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:50
Italy hosts multinational helicopter exercise


Viterbo, Italy - 23 June, 2015 by European Defence Agency
 

More than 30 helicopters and 1000 military personnel have gathered 80 kilometers north of Rome for Italian Blade 2015, this year’s largest military rotary-wing exercise in Europe. Crews from seven different countries have started training together yesterday using joint procedures and tactics during missions of increasing complexity.

After three successful live-flying events hosted by Portugal from 2012 to 2014, the EDA-developed Helicopter Exercise Programme (HEP) has moved to Italy this year. More than 1000 military personnel and 30 helicopters coming from seven nations are taking part in Italian Blade 2015. The exercise is delivered by the Italian Army Aviation in Viterbo, about 80 km north of Rome. 
During two weeks, helicopter crews as well as ground forces will take part in joint missions during which efforts will be made to maximise interoperability between all assets involved. They will fly and operate in conditions likely to be faced in future operations, while promoting cooperation in helicopter training through the integration of multinational elements in the air and on the ground.
 

Mentor team

A mentor team of six instructors from Germany, the Netherlands, Sweden and the United Kingdom will support multinational crews in the preparation and execution of complex missions. The team will be managed by an EDA Chief Instructor, serving officer of the UK Royal Air Force, who will ensure consistency of the output as well as proper exchange of lessons learned during other EDA-organised training events, namely the Helicopter Tactics Course (HTC) and the Helicopter Tactics Instructor Course (HTIC), which also contribute to increasing the overall availability of European military helicopters.
 

More information

Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:50
High-level Group of Personalities on defence research issues statement


Brussels - 18 June, 2015 European Defence Agency
 

The European Commission has recently set up a high level group of politicians, academics, think tankers and CEOs from research technology organisations and defence industry to advise on how the EU can support defence research programmes relevant to the Common Security and Defence Policy (CSDP).

 

Working on a tasking from the December 2013 European Council, the European Defence Agency is bringing its expertise to this work strand through the organisation of workshops with the Commission and the discussion of modalities related to the future Pilot Project on CSDP Research.

The High-level Group is chaired by Commissioner Elżbieta Bieńkowska and supported by the High Representative, Commission Vice-President and Head of the European Defence Agency Federica Mogherini – who has been represented by EDA Chief Executive Jorge Domecq in the Group of Personalities. It is expected to make recommendations for a long-term vision for EU-funded CSDP-related defence research in support of European defence cooperation.

While the Group will report in full in early 2016, it offers now the following considerations as a preliminary contribution in the run up to the June 2015 European Council.

 

Official Statement by the Group of Personalities on defence research

 

The EU's security role and the need for a strong EDTIB

To ensure its long-term security, the EU and its Member States need political will and determination underpinned by a broad set of relevant instruments, including strong and modern military capabilities. These will enable the EU to live up to its responsibilities as a security provider and to be a relevant and reliable partner at global level. Investing today in future-oriented defence research programmes is crucial to developing the capabilities that will be required tomorrow.

It is widely recognised that Europe needs to retain robust military capabilities in its Member States, which, however, can no longer afford to sustain a full range of defence industrial assets on a purely national basis. Years of defence spending cuts by EU countries risk producing a net loss of combined military and industrial capabilities. And while defence-related research is pivotal in maintaining the technological edge that ensures military advantage, European investment in defence R&D has declined by more than 29 % since 2006 – and by more than 27 % in R&T.

The European defence industry needs therefore to become more integrated and more sustainable in order to maintain critical mass and global competitiveness, to remain an equal and attractive partner internationally, and to generate the key defence technologies needed to ensure Europe’s long-term operational autonomy. A common understanding of the capability-driven research areas that should be developed cooperatively - and of the ways to identify and select them - will be required, taking into account all existing processes at EU level.

The role of future collaborative programmes in addressing capability gaps

Cooperative defence research programmes will clearly be essential for sustaining and fostering key military capabilities in Europe and addressing well-known shortfalls. Currently, however, only 8% of national defence budgets are spent on collaborative projects.

The Preparatory Action and its follow-on programme can contribute significantly to the development of crucial military capabilities for Europe and help ensure the sustainability and competitiveness of the European defence industrial sector - from prime contractor level through to SMEs - thus also underpinning the Union’s long-term security.

The Preparatory Action should therefore pave the way to a substantial and ambitious CSDP-related defence research programme in the next EU multi-annual funding framework, thus making a quantitative and qualitative difference to the current situation and demonstrating the added value of a permanent EU scheme.

 

Key principles for EU-funded CSDP-related defence research

The future research programme must be clearly defence-oriented, coherent with and complementary to existing national defence research efforts, and must take fully into account the unique aspects of the defence sector in its governance principles and modalities.

It must help address specific capability needs stemming from the evolving security environment, avoid duplications, and catalyse collaborative research efforts.

The Preparatory Action needs to properly test the effectiveness and relevance of EU-funded defence research and the appropriateness of the proposed governance model. As such, it should be endowed with appropriate and credible means – preferably up to the maximum budget allowed by the legal framework.

 

Members

  • Fernando Abril-Martorell, CEO Indra;
  • Carl Bildt, former Prime Minister and Minister of Foreign Affairs;
  • Antoine Bouvier, CEO MBDA;
  • Håkan Buskhe, CEO of Saab;
  • Paul de Krom, former secretary of State for Social Affairs and Employment, President and CEO of TNO, a Dutch organization of applied scientific research
  • Tom Enders, CEO Airbus Group;
  • Michael Gahler, MEP, EP rapporteur for Commission's communication on defence;
  • Elisabeth Guigou, President of the Foreign Affairs Commission in l'Assamblée Nationale, former Minister of European Affairs, of Justice and of Employment;
  • Ian King, Chief Executive BAE Systems;
  • Bogdan Klich, former Minister of Defence, member of Polish Senate;
  • Mauro Moretti, CEO Finmeccanica;
  • Reimund Neugebauer, President of the "Frauenhofer-Gesellschaft", application-oriented research organisation;
  • Arndt Schoenemann, Managing Director of Liebherr-Aerospace Lindenberg GmbH, Chairman of ASD Supply Chain and SME Group;
  • Teija Tiilikainen, Director of Finnish Institute of International Affairs;
  • Nick Witney, former EDA Chief Executive, senior policy fellow with the European Council on Foreign Relations (ECFR).
 

More information

Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:50
EDA tests Sharing of Spare Parts project during multinational exercise


Veszprém, Hungary - 24 June, 2015 by European Defence Agency
 

Earlier this month, at the Bakony Combat Training Centre in Hungary, the European Defence Agency attended exercise Capable Logistician 15. The event was coordinated by the Multinational Logistic Coordination Centre (MLCC) and supported by Hungary as host nation. Capable Logistician 15 provided the EDA with an opportunity to test its Sharing of Spare Parts (SoSP) mechanism and to prove the effectiveness of its operational procedures.

 

Sharing of Spare Parts (SoSP) is an initiative aimed at establishing a multinational framework for the request and provision of Mutual Logistic Support (MLS) in peacetime and during the execution of operations. MLS focuses on unforeseen and temporary shortages of common supplies as well as on in-service support for standard or specific equipment.

In this respect, Capable Logistician 15 offered a realistic scenario in which to simulate the lack of an appropriate level of logistic support - which in turn may have affected the operational effectiveness of a unit in the field. The unavailability of spare parts (in this simulated event, a transmission gear for land vehicles) has often caused serious problems in operations, especially where there is a particularly long logistic chain, where there are security considerations, or where similar collaborative solutions are not feasible or convenient.

The simulated application of the SoSP scheme allowed the exchange of spare parts between two units in the field which were using the same land vehicles.

 

More information

Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:20
L’A-10 en statique au salon du Bourget – photo Frédéric Lert (Aerobuzz.fr)

L’A-10 en statique au salon du Bourget – photo Frédéric Lert (Aerobuzz.fr)

 

22 juin 2015 par Frédéric Lert – Aerobuzz.fr

 

L’US Air Force a de nouveau amené un A-10 à Paris. Sans doute la dernière fois que l’avion y sera vu sous les couleurs américaines. En attendant une vente à l’export ?

 

Inutile de présenter le A-10, tout le monde le connaît. L’avion est venu pour la première fois au salon du Bourget en juin 1977. Il n’en était pas reparti, ayant été détruit (et son pilote tué) dans un accident au cours de sa présentation en vol. Trente-huit plus tard, l’avion était encore là la semaine dernière, venu dans les fourgons de l’US Air Force aux côtés des inoxydables F-15 et F-16…

Au cours des 38 années écoulées, le A-10 a monté la garde devant le rideau de Fer avant d’aller semer vigoureusement ses obus de 30mm à l’uranium appauvri dans les sables irakiens et la rocaille afghane. Aucun doute là-dessus, le A-10 a la générosité des fromages du terroir qu’on nous montre à la télé. Malgré son aura de vétéran, l’avion est aujourd’hui au centre d’un vigoureux débat entre l’US Air Force et le Congrès américain.

 

Suite de l’article

Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 07:45
photo SGC K. Congini - FFDj

photo SGC K. Congini - FFDj

 

20 juin 2015 par Tomi Oladipo – BBC Afrique

 

Djibouti, un pays de 23 200 km2 situé sur la mer Rouge, abrite déjà des bases militaires des Etats-Unis et de la France, l'ancienne puissance coloniale, mais l'intérêt de la Chine pour ce pays est de plus en plus évident.

 

La stabilité de Djibouti dans une région agitée est l'un de ses plus grands atouts.

 

Djibouti se trouve sur le détroit de Bab el-Mandeb, une voie vers le canal de Suez qui est l'une des routes maritimes les plus fréquentées du monde.

 

Djibouti offre aussi un port maritime vital pour l'Ethiopie son voisin enclavé , et c'est encore plus important maintenant qu'un chemin de fer entre leurs deux capitales est achevé.

 

Des projets d'infrastructures gérés par des Chinois, dont des aéroports et des ports maritimes, sont présents ici comme ailleurs en Afrique.

 

Mais c'est la proximité de Djibouti avec des régions en crise en Afrique et au Moyen-Orient qui fait que ce pays est stratégique pour l'installation des bases militaires des superpuissances militaires.

 

Pendant des années, la Somalie, au sud-est, a été un foyer de troubles aux implications mondiales, avec les pirates de la mer et les militants d'al-Shabab qui constituent une grave menace pour la région.

 

Le Yémen, actuellement en guerre, est à moins de 30 kilomètres au nord-est, de l'autre côté du détroit de Bab-el-Mandeb.

 

C'est également un accès facile vers le Moyen-Orient sans avoir à y être basé.

 

Ces crises ont justifié des interventions internationales et la nécessité de disposer de bases militaires à proximité.

 

Djibouti accueille la plus grande base militaire américaine permanente en Afrique, le Camp Lemonnier, qui héberge plus de 4000 hommes - qui font partie pour la plupart de la Force conjointe combinée dans la Corne de l'Afrique.

 

Le récent voyage en Afrique du Secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui comprenait une escale à Djibouti, soulignait l'importance de cette petite nation, par rapport même aux puissances du continent les plus en vue .

 

Même si la France et le Japon lancent également des opérations depuis l'aéroport international de Djibouti-Ambouli, ce sont les ambitions militaires de la Chine qui attirent l'attention.

 

Le Président djiboutien Ismaël Omar Guelleh a récemment révélé à l'agence de presse AFP que les négociations étaient en cours entre les deux pays sur la création de la première base navale officielle de la Chine à l'étranger.

 

Pékin a refusé de confirmer ou de démentir ces informations, mais cette amitié grandissante n'est pas vue d'un très bon oeil par les Américains.

 

Un membre du Congrès américain a protesté avant la visite de John Kerry à Djibouti, disant que les intérêts américains dans la région pourraient être compromis par la présence croissante et "inquiétante"de la Chine.

 

C'est encore plus flagrant si la base chinoise est établie dans la région d'Obock au nord, où elle éclipserait de petites installations militaires américaines qui s'y trouvent déjà.

 

La Chine y aura même accès à un aéroport, qui serait déjà en construction par une entreprise chinoise, bien sûr, selon la publication de renseignement La Lettre de l'Océan Indien.

 

La principale base américaine restera au Camp Lemonnier, le bail a été récemment renouvelé pour 10 années supplémentaires.

 

La Chine a récemment déployé une force de 700 hommes pour protéger ses intérêts pétroliers au Soudan du Sud. C'est un signe qu'elle est soucieuse de protéger ses échanges avec l'Afrique qui représentent deux cents milliards de dollars.

 

Cela vaut aussi pour lutter contre les attaques de pirates sur les routes commerciales cruciales entre l'océan Indien et la mer de Chine du Sud.

 

Les ressortissants chinois travaillant sur des projets d'infrastructure dans la région bénéficieraient également de la proximité d'une base militaire dans la région.

 

Des centaines d'entre eux ont été récemment évacués du Yémen déchiré par la guerre, ainsi que de la Libye en 2011 face à l'escalade de la violence.

 

Mais les Américains ne sont pas convaincus que Pékin n'a pas d'arrière-pensées.

 

Ils payent 63 millions de dollars par an en loyer pour leur base et ce sera 100 millions de dollars pour les Chinois, en plus de leurs projets d'infrastructure en cours de sorte qu'il n'est pas difficile de réaliser pourquoi Djibouti va au delà des rivalités des puissances mondiales et profite de son rôle lucratif de propriétaire.

Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 06:51
Comment l'Agence européenne de défense veut relancer la coopération

Défense L'Agence européenne de défense étudie actuellement un projet de fonds d'investissement au sein de l'Agence où les Etats pourraient verser de l'argent destiné à des programmes réalisés en coopération (ici l'A400M, le dernier grand programme européen en coopération - photo Armée de l'Air)

 

25/06/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les chefs d'Etat et de gouvernement se réunissent les 25 et 26 juin à Bruxelles pour évoquer les questions de défense. Afin de relancer la coopération entre les pays membres, l'Agence européenne de défense travaillent sur des incitations fiscales et sur la création d'un fonds destiné à financer les programmes européens.

 

Et si l'Agence européenne de défense (AED) avait trouvé la martingale pour inciter les Etats membres et les industriels de l'armement européens à lancer à nouveau des programmes en coopération. Et au-delà à consolider une industrie encore beaucoup trop dispersée face aux géants américains et à la montée en puissance progressive des industriels des pays émergents. En tout cas, le nouveau directeur de l'AED, Jorge Domecq, pourrait avoir trouvé l'argument qui fait mouche auprès des industriels européens, y compris du PDG d'Airbus Group, Tom Enders, toujours très critique - à raison parfois - vis-à-vis des programmes en coopération.

Sur quoi travaille précisément l'AED ? Sur quatre projets très incitatifs pour les industriels, qui sont à des stades de maturation très différents. Des projets qui font partie de la feuille de route de l'AED validée par les ministres de la Défense des Etats membres. L'un d'entre eux pourrait voir le jour très rapidement : l'exemption de la TVA - soit 21 % - pour des programmes lancés dans le cadre de l'AED. Le conseil européen du 25 et 26 juin pourrait acter cette incitation très importante", selon Jorge Domecq, qui espère que ce dispositif sera "en place en septembre-octobre 2015".

 

Un fonds d'investissements pour des programmes en coopération

L'AED étudie actuellement un projet de fonds d'investissement au sein de l'Agence où les Etats pourraient verser de l'argent destiné à des programmes réalisés en coopération. "Ce qui permettraient de disposer d'une plus grande continuité budgétaire dans l'exécution des programmes, estime le directeur de l'Agence européenne de défense. Car il arrive parfois que des pays, qui souhaitent lancer un programme en coopération, n'ont pas les budgets en même temps". Ce fonds donnerait également une visibilité à l'industrie. Ce projet est en discussion avec les Etats membres. L'AED est également en train d'étudier comment des programmes civils et militaires en coopération pourraient faire l'objet de prêts de la Banque européenne d'investissements (BEI).

Enfin, Jorge Domecq examine la possibilité de faire bénéficier les industriels européens de la défense du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) lancé par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et destiné à mobiliser 315 milliards d'euros au cours des trois prochaines années. Ce fonds "pourrait aider quelques programmes qui ont un impact dans le domaine civil", explique le patron de l'AED, qui compte trouver "d'autres incitations". Ces dispositifs, espère-t-il "devraient intéresser les industriels. Ce type d'incitations fiscales favorisera les coopérations entre les pays membres".

 

Lire également "L'Europe n'a plus de temps à perdre sur la défense" (Jorge Domecq, directeur de l'Agence européenne de défense)

Repost 0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 06:50
"L'Europe n'a plus de temps à perdre sur la défense" (Jorge Domecq, Agence européenne de défense)

"Le mot d'ordre doit être la coopération dans le secteur de la défense", a assuré le directeur de l'Agence européenne de la défense (AED) - photo EDA

 

25/06/2015 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

Les questions de défense seront abordées lors du Conseil européen qui se tiendra les 25 et 26 juin à Bruxelles. En dépit d'une actualité dense, le directeur de l'Agence européenne de défense, Jorge Domecq, recommande dans une interview accordée à La Tribune à l'Europe d'aller vers plus de coopération.

 

Le sommet européen qui doit être consacré aux questions de défense sera-t-il parasité par les questions d'actualités sur la Grèce, Daech et les problèmes migratoires en mer Méditerranée ?
Il est important que l'Europe doive se rendre compte qu'elle n'a plus de temps à perdre sur les questions de défense. Chaque année qui passe, se pose effectivement la question du poids de l'industrie de la défense européenne, comme partenaire sur la scène internationale. Pourquoi ? Pour être un contributeur à un monde plus stable et un monde en paix, l'Europe doit avoir des capacités opérationnelles. Et pour détenir de telles capacités, l'Europe doit avoir une industrie qui produise toutes les capacités opérationnelles et surtout qui les produise de façon autonome, et non comme une franchise. Si l'Europe perd des capacités industrielles et technologiques dans les cinq à dix ans à venir, le poids de l'Europe comme partenaire intéressant pour d'autres pays, y compris nos alliés, va faiblir. L'Europe deviendra alors un contributeur secondaire. Nous avons donc besoin d'avancer dans les domaines capacitaires et d'avancer dans une plus grande intégration de l'industrie pour qu'elle soit plus compétitive et qu'elle dispose d'un poids technologique à la hauteur des futurs besoins de la défense européenne.

 

Êtes-vous confiant sur les conclusions du sommet ?
On verra. Mais j'espère que le sommet servira à maintenir l'attention sur les questions de défense. Il serait également bien d'obtenir une réaffirmation des chefs d'Etat et de gouvernement de vouloir aller de l'avant sur ces questions. Déjà 16 pays de l'OTAN, dont douze pays de l'Union européenne, ont décidé d'augmenter leurs dépenses de défense C'est très important que des pays arrêtent de couper leurs dépenses de défense.

 

L'Europe ne devrait-elle pas avoir une défense commune, les menaces étant en grande partie communes à tous les pays européens ?
Absolument. Les menaces actuelles au sud et à l'est de l'Europe impliquent une mise en commun des moyens européens. Mais pas seulement. Avec la crise économique actuelle, le mot d'ordre doit être la coopération dans le secteur de la défense. C'est un must. Nous ne pouvons plus considérer en tant qu'Européens que nous avons le choix même si nous retardons les décisions. Il faut absolument avancer dans la coopération entre Européens. Mais peut-être pas à 28 sur tous les dossiers. Les pays européens doivent dépenser plus efficacement qu'aujourd'hui leurs ressources dédiées à la défense. Par exemple, l'Europe ne peut pas dépenser la moitié de l'argent que les États-Unis mettent chaque année dans la défense et n'obtenir que 15% de leur résultats.

Repost 0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 16:50
photo Nato

photo Nato

 

22 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - L'Otan va décider cette semaine de renforcer sa force de réaction rapide en portant sa capacité à 30.000 à 40.000 hommes, soit plus du double de sa taille actuelle, a annoncé lundi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

 

Les ministres de la Défense de l'Otan vont prendre la décision de renforcer la puissance et les capacités de la Force de réaction rapide de l'Otan jusqu'à 30.000 à 40.000 hommes, plus du double de sa taille actuelle, a déclaré M. Stoltenberg, alors que les ministres doivent se retrouver mercredi et jeudi au siège de l'Alliance à Bruxelles.

 

L'alliance, dominée par les Etats-Unis, avait créé en 2002 cette force de réaction rapide, dotée de quelque 13.000 hommes avec la capacité de se déployer beaucoup plus rapidement que les forces principales.

 

Mais la crise en Ukraine et l'intervention de Moscou pour soutenir les séparatistes pro-russes ont démontré que cette force pourrait ne pas être suffisamment rapide, dans un contexte sécuritaire qui a largement évolué, a souligné M. Stoltenberg.

 

En septembre, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Otan ont donc approuvé une structure plus légère et encore plus rapide, la force fer de lance, composée de 5.000 hommes et capable de se déployer dans un délai se comptant en jours et non en mois.

 

M. Stoltenberg a estimé que le renforcement de cette force très rapide progressait à bon rythme.

 

Il a ajouté que l'Otan allait accélérer son processus décisionnel pour faire face aux nouveaux défis, avec notamment la création au sein de sa structure de commandement d'un nouveau quartier général pour coordonner les questions de logistique.

 

En conséquence, le commandant suprême de l'Otan aura plus de responsabilités en matière de déploiement, afin que l'alliance de 28 Etats membres puisse répondre plus rapidement, a-t-il expliqué. Ceci ne remet toutefois pas en cause le contrôle des politiques sur les militaires, a souligné M. Stoltenberg.

 

Il s'agit de décisions importantes, qui font partie de l'adaptation de l'Otan à un nouvel environnement sécuritaire, a estimé le secrétaire général, en soulignant l'importance pour les pays membres de se conformer à leur engagement de septembre dernier d'augmenter leurs dépenses militaires pour qu'elles atteignent 2% de leur Produit intérieur brut (PIB).

Repost 0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 16:20
photo Lockheed Martin

photo Lockheed Martin

 

24 Jun 2015 By: Beth Stevenson – FG

 

The UK and USA have carried out the first short take-off test of the Lockheed Martin F-35B Lightning II during a ground-based test at Patuxent River Naval Air Station in Maryland, USA on 19 June.

 

This marks the start of the first phase of testing to certify the UK’s short take-off and vertical landing F-35B as capable of take off and landing from an aircraft carrier. The work is being controlled by the F-35 Pax River Integrated Test Force (ITF), assigned to the Air Test and Evaluation Sqn 23.

 

Test aircraft BF-04 took off on a ski-jump, demonstrating the F-35B’s ability to integrate into the UK’s future operations. The UK has selected the ski-jump approach as opposed to the catapult and arresting gear approach favoured by the USA in its carrier operations.

 

The UK’s new carriers – HMS Queen Elizabeth and HMS Prince of Wales – are shorter and contain an upward slope ramp at the bow, curved to allow for the F-35B to launch upward and forward at the same time. This allows the aircraft to take off with more weight and at a lower speed than a horizontal launch permits, the UK Ministry of Defence says.

 

"Friday’s F-35B ski-jump was a great success for the joint ski-jump team,” says Peter Wilson, BAE Systems test pilot and ski-jump project lead.

 

“As expected, aircraft BF-04 performed well and I can’t wait until we’re conducting F35 ski-jumps from the deck of the Queen Elizabeth carrier. Until then, the de-risking that we’re able to achieve now during phase I of our ski jump testing will equip us with valuable data we’ll use to fuel our phase II efforts.”

 

This follows a test on 12 June during which Royal Air Force test pilot Sqn Ldr Andy Edgell released two inert Raytheon Paveway IV precision-guided bombs from F-35B test aircraft BF-03.

 

The 500lb dual mode weapons were dropped over the Atlantic Test Ranges at Pax River, marking the first weapons separation test of the Paveway by the ITF. The passive bombs safely separated from an internal weapons bay within the F-35B, Lockheed Martin says, and maintained the stealth characteristics of the aircraft throughout

Repost 0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

23/06/2015 Armée de l'air

 

Elevé au rang de la grand’croix de la Légion d’honneur par le président de la République le 20 mai 2015, le colonel Charles Flamand a présidé la cérémonie commémorative de l’appel du 18 juin 1940 sur la base aérienne d’Istres.

 

Le colonel Flamand a présidé une cérémonie empreinte d’émotions et de surprises, afin de commémorer l’appel du 18 juin 1940.

Après les honneurs au drapeau et les remises de décoration, une centaine d’enfants de l’école primaire Raoul Ortollan d’Istres a chanté La Marseillaise puis Le Chant des Partisans.

A l’issue de la cérémonie, de longs échanges ont eu lieu entre le colonel et les élèves, très curieux de son parcours militaire : « Avez-vous connu le général de Gaulle ? » a demandé l’un des enfants. Question à laquelle le colonel Flamand a répondu « Oui, je l’ai rencontré deux fois », au grand étonnement de tous.

Repost 0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 07:55
Au contact, un nouveau modèle pour l’armée de Terre

 

23/06/2015 CES Pelissier de Feligonde – Armée de Terre

 

Une journée « Au contact » de l’armée de Terre était organisée le 28 mai 2015 sur le campus de l’école Polytechnique, à Palaiseau, pour un public d’élus, d’industriels, de hauts fonctionnaires, de journalistes et d’étudiants.

 

Trois séquences se sont succédées : une séquence de présentation du modèle Au contact effectuée par le CEMAT et son comité stratégique, et deux séquences consacrées aux missions de l’armée de Terre, « Vous défendre là-bas » et « Vous protéger ici ». Particulièrement rythmée, entre clips d’introduction, présentations denses, entretiens et témoignages, cette rencontre a également permis d’établir de riches échanges avec les participants.

 

Loin d’être une simple présentation du nouveau modèle d’organisation de l’armée de Terre, cette rencontre marquait la volonté du général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, d’associer les décideurs civils à la nouvelle direction prise par l’armée de Terre, en renouvelant ses liens avec le monde civil autour d’un projet où chacun a son rôle à jouer.

 

Explications en images

Repost 0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 07:55
La base aérienne d’Orléans-Bricy accueille son septième A400M

 

23/06/2015 Armée de l'air  

 

L’appareil a été livré à l’armée de l’air le 21 juin 2015 et a rejoint la base aérienne d’Orléans-Bricy.

 

Le 19 juin 2015, la Direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné le septième exemplaire de l’avion de transport militaire A400M Atlas, livré deux jours plus tard sur la base aérienne d’Orléans-Bricy. Ce nouvel Atlas, dont le numéro de série est MSN19, dispose d’une première capacité de largage de parachutistes en chute libre par la rampe arrière de l’appareil, ce qui n’est pas le cas des précédents modèles.

Repost 0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 07:50
Drame d’Albacete : cérémonie d’hommage

 

23/06/2015 Armée de l'air

 

Le 26 janvier 2015, un F-16 grec s’est écrasé au décollage sur le parking avions de la base aérienne d’Albacete en Espagne, faisant 11 morts dont 9 aviateurs français. Jeudi 18 juin 2015, les familles des victimes ont pu se rendre sur les lieux du drame pour une cérémonie de commémoration.

 

Les familles des victimes ont été accueillies par le général de corps aérien (GCA) Serge Soulet, commandant les forces aériennes (CFA), représentant le chef d’état major de l’armée de l’air (CEMAA).

Venues depuis Nancy par avion militaire spécialement affrété, les familles ont été conduites sur le parking avions, lieu où s’est produit l’accident, pour un moment de recueillement.

Une cérémonie d’hommage s’est tenue en présence de M. Pedro Morenés, ministre de la défense espagnol, M. Jérôme Bonnafond, ambassadeur de France en Espagne, ainsi que de représentants de toutes les nations associées au programme d’entraînement de l’OTAN (Tactical Leadership Program - TLP), auquel les victimes participaient. Le ministre a également remis des décorations à des aviateurs espagnols, américains et italiens pour leurs actions héroïques et de solidarité lors du drame.

 

Après la cérémonie, tous les aviateurs se sont retrouvés pour l’inauguration d’un mémorial, représenté par un obélisque, symbole ancestral du souvenir, sur lequel les noms des neuf victimes françaises ont été inscrits. Orné de trois ondes représentant l’Honneur, la Mémoire et la Paix, il symbolise le fait que « ceux qui ont sacrifié leur vie reposent avec Honneur, qu’ils reposent affectueusement dans notre Mémoire, et qu’ils reposent pour toujours en Paix ». La place du mémorial a été baptisée Place du Commandant Tison, dont la plaque fut dévoilée par le ministre et par l’épouse du défunt.

 

Enfin, le général Soulet a transmis les remerciements du CEMAA et de toute l’armée de l’air au commandant de la base d’Albacete, au chef du TLP et à tout leur personnel.

Drame d’Albacete : cérémonie d’hommage
Drame d’Albacete : cérémonie d’hommage
Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:55
la Patrouille de France dans le ciel du Bourget  - photo R. Senoussi DICOD

la Patrouille de France dans le ciel du Bourget - photo R. Senoussi DICOD


22/06/2015 photographe Rym Senoussi  -  DICOD

 

Vendredi 19 juin 2015, la 51e édition du Salon du Bourget s'est ouvert au grand public jusqu'au dimanche 21 juin. Des expositions statiques d'aéronefs et des démonstrations aériennes étaient au programme.

 

Voir le diaporama

Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:45
Mali: la France accentue son soutien à la Minusma

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ici avec Christophe Sivillon, chef du bureau Minusma à Gao. photo Minusma

 

22-06-2015 Par RFI

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian est arrivé, ce lundi 22 juin, au Mali, 48 heures après la signature de l'accord de paix et de réconciliation par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA). Lors de son discours, à Gao, le ministre français de la Défense a annoncé le renforcement du soutien de la France à la Mission des Nations unies au Mali (Minusma).

 

Lire l’article

Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:20
Le DoD a diffusé son "Law of War Manuel"


16.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

C'est une première pour le ministère américain de la Défense (le doD): il vient de publier son "manuel de droit de la guerre" (1204 pages à télécharger ici).

 

Comme le dit son préfacier, ce manuel a des prédécesseurs (aussi bien américains qu'étrangers, comme le Manual of the Law of Armed Conflict du Ministry of Defence britannique de 2004) mais l'effort est inédit puisque cet ouvrage reflète la position du DoD et non plus d'une armée spécifique (du genre de l'Army Field Manuel 217-10).

 

Dans son chapitre IV, ce manuel dresse la liste des "acteurs" et y inclut les mercenaires, les journalistes, les ONG, les équipages civils des navires affrêtés, les personnels (armés on non) des ESSD etc.

 

On notera aussi le chapitre XVI sur les cyber-operations.

 

Bien sûr, ce n'est pas un livre de chevet (sauf pour les juristes qui ont des insomnies) mais c'est sacrément intéressant pour cerner la posture intellectuelle US quant au droit de la guerre.

Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:20
photo Chris Flahive - US Air Force

photo Chris Flahive - US Air Force

 

June 23, 2015: Strategy Page

 

The U.S. Air Force recently reduced its UAV operations by eight percent because it was unable to train enough new operators. Part of the problem is stress, as it has been discovered that the intensity of watching the ground constantly was more stressful to pilots (operators who control the UAV and fire weapons) and sensor operators (who constantly scour the ground below) than for their counterparts who go into the air than anticipated. Earlier in 2015 the air force sought to deal with problem by asking Congress for more money to pay bonuses to attract more UAV operators and keep the overworked ones it has. Most of the $35,000 a year in bonus money was to be “flight pay” for air force pilots who volunteer or are persuaded to serve as UAV operators. This was the solution that did not work and many in Congress were reluctant to just throw money at the problem when the air force had an easier and cheaper solution for this; allow enlisted (sergeants) airmen be used to operate UAVs and allow them to make a career out of it. The air force used to do this, during World War II when it was still part of the army. But that was changed during World War II and the air force refuses to consider going back to what worked in the past, even though it works fine for the other services and some other countries.

 

Congress, which is being asked to supply more money to persuade officer pilots to keeping doing work many don’t really want, ordered its own investigation of the matter. This GAO (Government Accounting Office, the investigative arm of Congress) effort interviewed and surveyed a representative sample of UAV operators and found that current problems were real. UAV operators were overworked and the air force was unable to get as many as it needed. This meant that existing crews had to work longer hours (60 or more a week). This caused a lot of stress. UAV operators each spend about 1,200 hours a year controlling UAVs in the air, versus 450 hours for army helicopter pilots and even less for air force pilots in the combat zone. The problem is that UAV operators (all of them pilots of manned aircraft) get none of the enjoyable aspects of flying (operating a jet, especially a fighter) and a lot more of the drudgery (constantly monitoring instruments and what is going on below). Operators did report that the air force had addressed a lot of the earlier problems (poor training, loss of career opportunities, especially promotions). The main problem was that few UAV operators wanted to be UAV operators. And those few who did choose it as a career were just as worn down by the grind as everyone else.

 

By 2013 UAV operators were nearly nine percent of all air force pilots, triple the percentage in 2008. By 2015 UAV activity had increased ten times over the last decade. The air force was and is unable to get enough manned aircraft pilots to “volunteer” to do a three year tour as a UAV operator and cannot train non-pilot officers fast enough to be career UAV operators. A lot of pilots are getting out of the air force in part because of the prospect of another three year tour with UAVs. At this point UAV operators leave the air force at three times the rate of pilots of manned aircraft. Worst of all, UAV operators are not shown the same respect as pilots who go into the air aboard their aircraft. All this would go away if the air force allowed NCOs (sergeants) to be operators of the larger UAVs but the air force leadership is very hostile to that idea. Despite the GAO study, the head of the air force continues to insist that all UAV operators be pilots.

 

Currently, only the army allows enlisted troops to handle larger UAVs. The U.S. Air Force has consistently and publicly rejected growing calls to even try this out. NCOs are eager for this kind of work and often are better at it than officers who are experienced pilots of manned aircraft. This is believed to be caused by the fact that operating a UAV is more like using a consumer-grade flight simulator game than flying an actual aircraft. The NCOs often have lots of experience with video games and get better the more they actually operate UAVs. This is especially true with the widely used Raven.

 

Another argument in favor of NCO pilots is the fact that most special operations troops (Special Forces, SEALs and pararescue) personnel are NCOs. These troops undergo much more strenuous selection and training than pilots and are quite satisfied with being an “operator” all the time without any mandatory detours in the name of being “well rounded.” The air force leadership is not swayed by this, for them there is something undefinably wrong about putting NCOs in the pilots seat. The air force brass shall not be swayed, even these NCO pilots never leave the ground.

 

Commanders closer to the action believe NCOs could do the job and that would eliminate the shortages and morale problems with officers doing it. In large part this is because of expectations. NCOs know what they are getting into and consider operating UAVs as a step up and a rational career choice. This is nothing new and the controversy over NCOs or officers being pilots began at the start of World War II, when the army air force (there was no separate air force yet) and navy both had enlisted pilots. These men were NCOs ("flying sergeants" or "flying chiefs" in the navy) selected for their flying potential and trained to be pilots. Not leaders of pilots but professional pilots of fighters, bombers, and whatnot. Officers trained as pilots would also fly but in addition they would provide the leadership for the sergeant pilots in the air and on the ground. This worked quite well and many countries continued using NCO pilots throughout the war.

 

The “officer only” began in the United States during World War II as the Army Air Corps changed into the mighty AAF (Army Air Force, 2.4 million troops and 80,000 aircraft at its peak). Back then the capable and persuasive AAF commander general Hap Arnold insisted that all pilots be officers. Actually, he wanted them all to be college graduates as well, until it was pointed out that the pool of college graduates was too small to provide the 200,000 pilots the AAF eventually trained. But Arnold forced the issue on officers being pilots and the navy had to go along to remain competitive in recruiting. When the air force split off from the army in 1947, the army went back to the original concept of "flying sergeants" by making most pilots "Warrant Officers" (a sort of super NCO rank for experienced troops who are expected to spend all their time on their specialty, not being diverted into command or staff duties).

 

Many air force pilots envy the army "flying Warrants" because the Warrant Officers just fly. That's what most pilots want to do; fly a helicopter or aircraft, not a desk. But a commissioned officer must take many non-flying assignments in order to become a "well rounded officer." Many air force pilots don't want to be well rounded officers, they want to fly. So a lot of them quit the air force and go work for an airline. But often they stay in the air force reserve and fly warplanes on weekends and get paid for it. This is considered an excellent arrangement for the many pilots who take this route.

 

But now the air force has this growing force of UAVs, which are piloted from the ground. Increasingly, as the flight control software improves, the pilots do less piloting and more "controlling" (sending a few orders to the airborne UAV and letting the software take care of the details). Initially, the fighter and transport pilots ordered to perform UAV duty were not happy about it. In addition to losing flight pay, they were not flying. While guiding a Predator or Global Hawk from the ground could have its exiting moments, there was no hiding the fact that you were sitting on the ground staring at a computer screen most of time. Worse yet, you couldn't "feel" the aircraft in flight. Pilots know well that this aspect of flying is one of the most enjoyable, exciting, and useful aspects of their job. Being a UAV jockey had none of the fun, challenge, or extra pay of real flying. The air force finally decided to give the UAV pilots flight pay and promise them they could go back to "real aircraft" after two or three years of UAV work. That meant the air force had to constantly find and train new pilots to volunteer for UAV duty.

 

A fifteen week training course is used to train air force pilots to operate UAVs. Since qualified pilots are taking this course the washout rate is only two percent. Some pilots are even volunteering to stay with the UAVs, even though the air force, for a long time, considered UAV controller work a "temporary assignment." Only recently did UAVs become a distinct "community" in the air force, with an official job description. That helped a bit, but most of the pilots of manned aircraft still avoid UAV duty.

 

 

Unlike the traditional "pilot and crew" arrangement for aircraft, larger UAVs, like the Predator and Reaper, are operated by a team. Typically each of these UAVs is attended to by a pilot and two sensor operators (NCOs), who monitor what the cameras and other sensors are picking up. Because a Predator is often in the air for 24 hours at a time, and is often flying over an active battlefield and is looking real hard for specific stuff, the "crew" has to be changed every 4-6 hours to avoid fatigue. Moreover, each Predator unit might have several UAVs in the air at once. The new software means that eventually each shift will need only one pilot for up to four airborne Predators and up to eight sensor operators. The pilots also operate the weapons, if any of the Predators are carrying missiles. But most of the time Predators fly missions without using missiles. That is less the case with the larger Reapers, which are considered combat aircraft because of the large range of weapons they can carry (including smart bombs).

 

The core of all this is the fact that software is replacing a lot of pilot functions and, eventually, taking the place of human pilots. Many larger UAVs already have the ability to take off, follow a predetermined course, carry out a mission, and then land, all by itself (or "autonomously"). One can make a case for officers being in charge here but as commanders of the autonomous UAVs, not their operators. This is the ultimate solution and probably one reason why the air force keeps insisting that UAV pilots be officers. Flight control and pattern analysis software takes a lot of the work out of operating a UAV. The pattern analysis software can spot what is being looked for on the ground and is rapidly approaching the point where it does the job better than human observers. Thus the future is seen to be officers commanding several UAVs, each largely “operated” by software. Each officer would then be assisted by one or two NCOs to help deal with any situations requiring human intervention. The trouble is that sort of software is not here yet and not be for another five or ten years. In the meantime the air force brass are just going to have to take the heat.

Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 07:20
Blast Gauge: pour mesurer les effets d'une explosion sur l'organisme et guider le traitement


18.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

L'US Army vient de passer commande de dispositifs Blast Gauge à la société Blackbox Biometrics (lire  ci-dessous). Ce contrat porte à 16,4 millions de dollars le montant des achats effectués par l'US Army.

 

Le Blast Gauge (modèle 6) est une petite (moins de 30g) jauge d'explosion qui mesure l'exposition aux ondes de surpression d'un combattant (mais aussi d'un démineur ou même d'un chien de sauvetage) aux explosions; ses données permettent de guider le triage et le traitement, assurant ainsi une grande rapidité de réaction. Ce dispositif peut s'adapter sur le casque, l'épaule ou la poitrine.

 

L'annonce US:
"Blackbox Biometrics Inc.,* Rochester, New York, has been awarded a maximum $9,371,520 firm-fixed-price contract for concussive force monitoring devices. This was a sole-source acquisition using justification commercial Federal Acquisition Regulation part 12. Location of performance is New York, with a June 9, 2016, performance completion date. Using service is Army. Type of appropriation is fiscal 2015 through fiscal 2016 defense working capital funds. The contracting activity is the Defense Logistics Agency Land and Maritime, Columbus, Ohio (SPE7M9-15-C-0034)."

 

Ce matériel est distribué en France par la société CLDS Conseil, de Monaco (info@cldsconseil.com ). Le Blast Gauge aurait été évalué par le ministère de la Défense, mais pas encore par celui de l'Intérieur.

Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:55
Centenaire du RICM



22 juin 2015 par Armée de Terre

 

Issu des bataillons coloniaux du Maroc, le régiment d'infanterie chars de marine (RICM), basé à Poitiers et régiment le plus décoré de France, a commémoré ses 100 ans d'existence. Les Pictaviens, attachés à leur régiment, se sont déplacés en nombre pour assister à cette grande cérémonie militaire. 
A cette occasion, un spectacle sons et lumières a été projeté sur la façade de l’hôtel de ville pour accompagner les traditions militaires qui ont rayonné au cœur de la ville. Des traditions qui, depuis des siècles, permettent à l’armée de Terre d’être au contact de sa population.

Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:55
Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:55
Bientôt 33 unités nouvelles dans l'armée de terre


22.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

19+10+2+2= 33. C'est le nombre d'unités que l'armée de terre pourrait créer dans le cadre de la mise en place de sa nouvelle maquette. Ces unités vont absorber, en grande partie, les 11 00 postes qui ont été préservés dans le cadre des décisions présidentielles.

19: c'est le nombre de compagnies qui vont être créées dans les régiments d'infanterie.

10: dix escadrons de plus pour les cavaliers.

2: deux compagnies du génie vont renforcer les capacités de l'arme.

2: dans la seconde phase de la mise en œuvre de la maquette, deux unités vont être (re)créées. Va être mis sur pied un régiment interarmes qui devrait être basé à Mourmelon et qui servira pour l'expérimentation de Scorpion. L'autre décision, qui a déjà fuité, verra une unité prestigieuse renaître de ses cendres, être associée à l'une des brigades existantes. On en reparle sous peu...

 

Enfin, à la future brigade aéromobile pourrait être adjoint un "bataillon". Création? 33 ou 34 donc

Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:50
The Gurkhas: 200 Years of Service


18 juin 2015 by NATO

 

For 200 years, the Gurkhas have served with the British Army. Their numbers currently stand at around three and a half thousand.

While the UK has recently hosted ceremonies to mark the anniversary, soldiers from the 2nd Battalion Royal Gurkha Rifles have been in Latvia taking part in Exercise Saber Strike, which involves 6000 military personnel from 13 nations.

Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:50
Earth Observation


22 juin 2015 by Airbus DS

 

The most comprehensive range of Earth observations systems available today.
Discover the complete Airbus Defence and Space Earth observation portfolio.

For more information

Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:45
Djibouti: 6% de l'activité de la firme KBR effectués à Chabelley Airfield


22.06.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

90+6+4= 100. Voici des chiffres sont très relatifs qui concernent les activités de KBR à Djibouti. La firme US vient de se voir notifier la prolongation d'une année de son contrat de facility management. La facture annuelle s'élève à près de 60 millions de dollars, ainsi que le précise l'avis du Pentagone ci-dessous.

 

Kellogg Brown and Root Services Inc., Houston, Texas, is being awarded a $59,654,219 modification under a previously awarded indefinite-delivery/indefinite-quantity contract (N62470-13-D-3008) to exercise Option 2 for base operations support services at Camp Lemonier, Djibouti, and affiliated operational sites within the eastern Africa area of responsibility. The work to be performed provides for public safety (security operations, emergency management, and fire/emergency services), air operations, ordnance, supply operations, laundry services, morale welfare and recreation, galley (food services), housing (bachelor quarters), facility support (facilities investment, janitorial services, grounds maintenance, pest control, refuse collection, and roads), utilities (electrical generation, wastewater treatment, and water operations), base support vehicles equipment, and environmental services. After award of this option, the total cumulative contract value will be $166,830,480. Work will be performed at Camp Lemonnier, Djibouti (90 percent); Chabelley Airfield, Djibouti (6 percent); and Manda Bay, Kenya (4 percent), and work for this option is expected to be completed in June 2016. No funds will be obligated at time of award. Fiscal 2015 operation and maintenance, (Navy) contract funds in the amount of $59,654,219 for recurring work will be obligated on individual task orders issued during the option period. The Naval Facilities Engineering Command, Atlantic, Norfolk, Virginia, is the contracting activity.

 

L'avis est intéressant parce qu'il détaille les trois sites où intervient KBR: Camp Lemonnier, Chabelley Airfield (près de Djibouti) et Manda Bay, au Kenya. Les autres avis (voir ici et ici) ne citaient que Djibouti (95%) et le Kenya (5%). Désormais Chabelley Airfield est spécifié. Je rappelle que cette piste accueille depuis 2013 les drones US (voir mon premier post sur ce sujet ici).

Sur ce site, KBR va donc effectuer 6% des prestations du marché. L'indication est ténue mais elle dénote une présence humaine marginale (sécurité incendie, restauration etc) qui n'est certainement à mettre en parallèle avec l'activité opérationnelle qui, elle, est certainement plus importante. Une photo du CNES de mars 2015 montre six drones sur le tarmac (trois Predator et trois Reaper visiblement).

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories