Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:20
USS Gerald R. Ford (CVN 78) tests EMALS


16 juin 2015 by US Navy

 

NEWPORT News, Va. (June 15, 2015) Pre-commissioing Unit Gerald R. Ford (CVN 78) conducts dead-load testing of the The Electromagnetic Aircraft Launch System (EMALS) . (U.S. Navy video/Released)

Electromagnetic Aircraft Launch System (EMALS)

The Electromagnetic Aircraft Launch System (EMALS) is a complete carrier-based launch system designed for CVN 78 and all future Gerald R. Ford-class carriers. The launching system is designed to expand the operational capability of the Navy’s future carriers. The mission and function of EMALS remains the same as traditional steam catapult; however, it employs entirely different technologies. EMALS uses stored kinetic energy and solid-state electrical power conversion. This technology permits a high degree of computer control, monitoring and automation. The system will also provide the capability for launching all current and future carrier air wing platforms – lightweight unmanned to heavy strike fighters.

EMALS delivers: • Necessary higher launch energy capacity • Substantial improvements in system weight, volume and maintenance • Increased reliability and efficiency • More accurate end-speed control

EMALS is funded by the CVN 21 program and will be forward fit only for U.S. Ford-class carriers, beginning with Gerald R Ford (CVN 78).

Aircraft Launch and Recovery Equipment (ALRE) engineers, logisticians and program analysts at NAWCAD Lakehurst have provided integral EMALS support since EMALS’ inception in 1982. The team at Lakehurst provides EMALS life-cycle acquisition management in support of the ALRE Program Office (PMA 251) to include program management, systems engineering, financial analysis, logistics and test and evaluation.

Furthermore, Joint Base McGuire-Dix-Lakehurst is home to a land-based, ship-representative EMALS, allowing for the testing of hardware and software aspects of the system.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

12 Juin 2015 Marine nationale

 

Du 1er au 5 juin, un détachement de la flottille amphibie (FLOPHIB) composé d’un engin de débarquement amphibie rapide (EDA-R) et d’une équipe de reconnaissance de plage (ERP) a été déployé le long des côtes corses.

 

Cette mission avait un double objectif : valider un déploiement en autonome de l’EDA-R et réaliser des reconnaissances de plages en vue de l’entraînement Corsican Lion 2015. Grâce à une préparation minutieuse et un investissement de l’ensemble du détachement, ces objectifs ont été atteints.

 

Cinq plages ont été reconnues par l’ERP, qui ont ainsi mis à jour les dossiers de plage associés. Ces dossiers, regroupés dans une base de données mondiale (BDD) tenue à jour par la flottille, sont essentiels pour la planification d’une opération amphibie. Il est nécessaire de vérifier et mettre à jour régulièrement ces informations pour permettre aux armées françaises de disposer des données les plus exactes et précises possibles.

 

L’EDA-R a quant à lui conduit une navigation isolée en effectuant une traversée « Continent-Corse » en seulement quelques heures grâce à de bonnes conditions météorologiques lui permettant d’exploiter pleinement sa vitesse et son endurance. Habitué des déploiements avec un bâtiment de projection et de commandement (BPC), cette mission a été l’occasion pour cet engin d’agir de manière autonome. Coutumier des opérations amphibies, l’EDA-R a cette-fois ci été employé dans un tout autre domaine, servant de vecteur de projection en « Shore to Shore » et de bâtiment de soutien à l’ERP.

 

photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Au cours de cette mission, trois escales ont été effectuées à Calvi, Ajaccio et Bonifacio, permettant de faire découvrir l’EDA-R à la population locale, et d’accueillir la préparation militaire Marine d’Ajaccio ainsi que des guetteurs de la formation opérationnelle de surveillance et d’information territoriale (FOSIT) de la Méditerranée.

 

Enfin cette mission aura permis de renforcer l’entraînement, la cohésion et la préparation opérationnelle du détachement, tout en élargissant encore le spectre d’emploi des EDA-R, offrant ainsi de nouveaux horizons à la FLOPHIB.

 

La FLOPHIB est une unité de la Force d’Action Navale basée à Toulon et composée de 110 marins. Héritière des DINASSAUT d’Indochine, la FLOPHIB met en œuvre l’ensemble de la batellerie embarquée à bord des BPC ou des transports de chalands de débarquement (TCD) pour la conduite des opérations amphibies. Les moyens de la flottille sont constitués de 4 EDA-R, 10 chalands de transport de matériel (CTM) et 3 ERP composées de plongeurs fusiliers et commando.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

11 Juin 2015 Marine nationale

 

Du 28 mai au 4 juin 2015, la frégate Aquitaine a été engagée en mer Méditerranée, au large de Toulon, dans un entraînement de grande ampleur dénommé Global Sea Trial (GST). Cette manœuvre était destinée à évaluer la capacité de la tête de série des frégates multimissions (FREMM) à faire face, dans la durée, à des menaces multiples et de haute intensité. Il s’agissait bien d’une évaluation d’ensemble, concernant autant les aspects technico-opérationnels que les aspects humains liés à la résistance de l’équipage confronté à un rythme soutenu d’événements imprévus. Cette évaluation sera complétée, après l’admission au service actif de la frégate, par une période opérationnelle plus approfondie conduite par la force d’action navale (FAN).

 

Pour accroitre le réalisme des séquences, le Jean de Vienne, le Tonnerre, le La Fayette, le Guépratte et le Commandant Bouan ont pris part à ces manœuvres, permettant par la même occasion de réaliser la séquence trimestrielle d’entraînement mutuel des unités Gabian. Les 3 autres forces ont également participé avec le concours d’avion de patrouille maritime, du détachement Caïman Marine à bord, de commandos marine et d’un sous-marin.

 

« L’Aquitaine est un nouveau bâtiment, il y a forcément beaucoup d’attentes vis-à-vis de cette unité, mais aussi beaucoup de fierté à voir son équipage monter en puissance pour conduire le bâtiment jusqu’à son admission au service actif. Au terme d’une semaine intense, l’Aquitaine a mis en évidence de remarquables capacités à utiliser des outils nouveaux et à maîtriser les dernières technologies pour conduire le panel très large des missions qui seront confiées aux FREMM » témoigne le capitaine de vaisseau Guillaume Fontarensky, chef de la division entraînement de la force d’action navale.

 

Le réalisme poussé de cet entraînement a amené l’équipage de l’Aquitaine à donner le meilleur de lui-même pour exploiter toutes les possibilités offertes par le bâtiment, ses senseurs et ses armes (dont le missile de croisière naval) dans un environnement complexe et évolutif. Mais les efforts consentis ont été récompensés par des résultats tout à fait satisfaisants.

 

Le bilan très positif de cet entrainement de synthèse est un jalon supplémentaire franchi en vue de son admission au service actif.

 

L’Aquitaine est la première des frégates multimissions (FREMM). Ces navires furtifs de nouvelle génération, polyvalents, endurants et souples d’emploi, doté d’automatismes poussés et d’un équipage à effectif optimisé sont destinés à constituer l’ossature de la flotte de surface française dans les années à venir.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:55
Commémoration Camerone

 

16/06/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Ordre du jour du général d’armée Pierre de Villiers,chef d'état-major des armées (Aubagne, le 30 avril 2015)

 

Officiers, sous-officiers, caporaux-chefs, caporaux et légionnaires,

 

Il est des moments où le courage parle plus haut qu’ailleurs. Ce fut le cas le 30 avril 1863, à Camerone.

 

Ce jour-là, après des heures d’un combat inégal, une poignée de légionnaires écrivaient en lettres de sang l’une des plus belles pages de l’histoire militaire. Les braves de Camerone, en se sacrifiant pour la mission et pour le respect de la parole donnée, offraient à la Légion Etrangère ses lettres de noblesse.

 

152 années ont passé depuis cette épique bataille, mais le mouvement des âmes que soulève l’évocation de ce haut fait d’armes demeure profond. Il nous touche intensément, nous qui sommes rassemblés autour de cette voie sacrée qu’encadrent les képis blancs.

 

Nous sommes venus commémorer Camerone et, à travers ce fait d’armes fondateur, célébrer la Légion Etrangère dans la victoire.

 

Camerone, c’est le creuset d’une troupe d’élite qui contribua à donner à la France ses plus grands titres de gloire : la campagne du Mexique bien sûr ; mais aussi les deux guerres mondiales que vous avez choisi de commémorer cette année ; les combats d’Indochine, puis d’Algérie, ceux de tous les conflits majeurs qui ont suivi et dans lesquels la France a été engagée.

 

Aujourd’hui, nous commémorons ces combats, ceux qui les ont menés et les valeurs qui leur sont rattachées.

 

Commémorer Camerone, c’est commémorer le courage, le culte de la mission, le respect des anciens ; c’est rendre hommage à la cohorte des légionnaires, connus ou anonymes, qui ont donné tant de victoires à la France et une immortelle gloire à la Légion étrangère.

 

Commémorer Camerone, c’est croire que l’honneur et la fidélité sont encore des valeurs qui rassemblent.

 

Commémorer Camerone, c’est donner à la jeunesse d’aujourd’hui un formidable message d’Espérance pour l’avenir.

 

Tournés vers ce monument aux morts de la Légion, rendons hommage et souvenons-nous de tous ces légionnaires morts au combat. Ils ont servi un drapeau qui n’était pas celui qui les avait vu naître, mais celui qui les a vu mourir.

 

Légionnaires, en toutes ces années de combats, vous avez forgé la prestigieuse réputation de la Légion Etrangère. Vos drapeaux n’ont pas de plis assez amples pour contenir tous vos titres de gloire ; un seul nom, celui de Camerone, suffit à dire au monde la valeur de vos armes.

 

Vous avez été de tous les combats, de tous les engagements de notre pays. Aujourd’hui, l’histoire continue, l’aventure se poursuit ; dans les sables, la latérite et la rocaille des théâtres d’opération, vous marchez d’un même pas vers de nouvelles victoires. L’exigence de votre entraînement quotidien, votre cohésion et vos forces morales vous porteront vers de nouveaux succès.

 

Camerone vous a légué plus qu’une mystique. Cette bataille vous a donné la force de la victoire. Soyez fiers de vos anciens ; soyez fiers de votre glorieux passé ; soyez fiers de ce que vous êtes ; soyez fiers de ce que vous faites.

 

A vous tous, ici réunis, légionnaires de tous grades, appartenant à de prestigieux régiments, j’exprime toute ma confiance.

 

Je sais pouvoir compter sur votre courage, votre professionnalisme et votre attachement aux valeurs du combat de Camerone. Ces valeurs sont l’honneur de la Légion Etrangère pour continuer à porter haut les couleurs des armées pour le succès des armes de la France.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:50
EDA magazine: Aerospace special issue


source European Defence Agency
 

The latest issue of European Defence Matters, the official magazine of the European Defence Agency, is now available. Timed to coincide with the 51st edition of the International Paris Air Show, it focuses on European military aerospace issues.

 

This eighth issue of European Defence Matters covers a wide variety of aerospace-related topics ranging from air-to-air refuelling, satellite communications, implementation of the Single European Sky or remotely piloted aircraft systems. It includes interviews with EDA experts and key players in the area such as Général Denis Mercier, French air force Chief of Staff, or Fernando Alonso, Head of military aircraft with Airbus Defence & Space.

In addition to our European aerospace feature story, this issue also includes an exclusive opinion piece from High Representative and Head of the Agency Federica Mogherini, who shares her thoughts on the future of European defence. 

 
Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:45
photos D. Payet - 5e RIAOM

photos D. Payet - 5e RIAOM

 

16/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 5e régiment interarmes d’outre-mer (RIAOM) a honoré ses deux unités en mission courte durée le 11 juin 2015 sur la place d’armes de Gabode 3 avant leur retour en France fin juin-début juillet 2015. La plupart des soldats de la 1e compagnie et de la 6e compagnie d’appui se sont vus remettre les brevets de l’école du désert. Après un ordre du jour du colonel Despouys, chef de corps, les commandants d’unités ont remis leur fanion avant de défiler devant le régiment et les troupes américaines assistant à la cérémonie.

 

Trois militaires américains ont été mis à l’honneur en présence du colonel Kriesel, chef d’état-major (chief of staff CJTF HOA - commandement des forces militaires américaines dans la corne de l’Afrique). La médaille de la défense nationale, échelon argent, avec agrafe troupes de marine a en effet été remise, à titre exceptionnel, par le colonel Despouys, chef de corps du 5e RIAOM, au nom du ministre de la Défense, à trois soldats du 404e bataillon d’actions civilo-militaires pour avoir porté secours à un militaire français.

 

Le 14 février 2015, sur la route menant à Djibouti, le soldat de 1ère classe Thibaut du 1er Régiment de Spahis en mission au 3e escadron du 5e RIAOM, a heurté de plein fouet un pick-up, alors qu’il circulait en quad. Le sergent-chef Geoffrey, le sergent Robert, et le caporal-chef Roma passant sur le même axe ont été les premiers témoins du violent accident. Mettant d’abord hors de danger le militaire français, ils ont ensuite participé aux premiers secours. La qualité des gestes effectués et la réactivité dont les 3 militaires américains ont fait preuve ont contribué à sauver la vie du soldat français.

 

Cette action est un exemple de la remarquable fraternité d’arme qui règne entre militaires américains et français. Elle s’exprime également au cours des nombreuses activités réalisées en commun. Ces deux dernières années, le 5e RIAOM a mené huit exercices interalliés avec les bataillons 1.63, 2.16 et 1.77, ainsi qu’avec les 22e et 24e Marine Expeditionary Unit. D’autre part, les militaires français ont partagé leur expertise du combat en zone désertique et 262 soldats américains ont été brevetés à l’Ecole du désert.

 

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. A ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. Par ailleurs, dans le cadre de leurs activités de coopération opérationnelle, les Forces françaises stationnées à Djibouti soutiennent leurs partenaires africains dans le renforcement de leurs capacités militaires et dans le maintien de leur aptitude à participer aux opérations de maintien de la paix. Plusieurs fois par an, les FFDj participent ainsi à la formation de militaires africains dont les pays ont des accords bilatéraux avec la France.

photos D. Payet - 5e RIAOMphotos D. Payet - 5e RIAOMphotos D. Payet - 5e RIAOM
photos D. Payet - 5e RIAOM

photos D. Payet - 5e RIAOM

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 08:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

16/06/2015 par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le processus de rapprochement entre les deux groupes français et allemand dans l'armement terrestre - Nexter et Krauss-Maffei Wegmann - est très avancé. La signature de l'opération est attendue le 13 juillet.

 

Après une année de négociations, le processus de rapprochement à 50-50 entre Nexter et Krauss-Maffei Wegmann (KMW), deux groupes français et allemand spécialisés dans la fabrication d'armements terrestres (chars, véhicules blindés, artillerie, munitions...) est désormais très proche de son épilogue. Selon plusieurs sources concordantes, la France vise une signature le 13 juillet, voire le 14 juillet. Ce qui serait une date très symbolique pour un tel rapprochement. "La date est tenable, ce qui n'était pas le cas il y a encore quelques semaines encore", explique-t-on à la Tribune. "Nous y tenons beaucoup", précise une autre source proche du dossier interrogée.

 

Pas de soulte versée

Pour cette opération de rapprochement -  baptisée Kant pour "Krauss-Maffei Wegmann And Nexter Together", ça sent bon, très bon même... D'autant que les négociations se sont accélérés ces dernières semaines durant lesquelles le dossier a bien avancé. Notamment l'équilibre exigé entre Paris et les actionnaires familiaux de KMW  - le 50-50, qui est une condition suspensive à l'accord - est respecté grâce l'ingéniosité des banquiers d'affaires. Ainsi, ni KMW, ni Nexter ne verseront une soulte.

L'État français avait été tenté en début d'année de demander aux 27 actionnaires familiaux de KMW (100%) de verser une soulte de 500 millions afin de respecter le principe intangible de co-contrôle entre l'Etat français et de la famille Bode de la future holding, qui chapeautera Nexter Systems et KMW.

 

Ingénierie financière

Comme attendu, les négociateurs ont fait preuve d'imagination pour respecter la valeur des deux entreprises tout en évitant le versement d'une soulte, qui aurait pu être in fine le point bloquant de l'opération. L'État français, qui détient 100% de Nexter, s'est notamment un dividende plus important que prévu. C'est également le cas pour KMW mais à un degré moindre. En revanche, compte tenu de la valeur d'entreprise supérieure de Nexter à celle de KMW, l'État français a sorti de l'opération les crédits d'impôts que devait obtenir Nexter à l'avenir.

Bref de l'ingénierie financière subtile comme les banquiers d'affaires savent le faire. Pour autant, l'écart entre les deux valeurs d'entreprise s'est resserré ces dernières semaines en raison des succès à l'exportation de KMW. A tel point que Paris a accéléré le processus de rapprochement pour éviter de payer une soulte aux actionnaires du groupe allemand, indique-t-on à La Tribune..

 

Un leader européen

Une fois le rapprochement acté, les deux sociétés vont créer un leader européen dans le domaine de l'armement terrestre avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 1,7 milliard d'euros (795 millions pour KMW et 787 millions pour Nexter en 2013). Devant Rheinmetall (1,5 milliard en 2013) mais derrière BAE Systems (3,5 milliards pour l'ensemble de ses activités y compris nord-américaines) et surtout le leader mondial, l'américain General Dynamics (6,1 milliards). "Nexter Systems et KMW, ensemble, seront plus forts, et deviendront même le premier acteur au niveau européen, le quatrième au niveau mondial", avait assuré en juillet 2014 le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 07:55
[Salon du Bourget] JT "Direct Défense", mardi 16 juin 2015



16 juin 2015 par Ministère de la Défense

 

En direct du salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget, le JT « Direct Défense » propose chaque jour la découverte des dernières innovations et des entreprises du secteur de la défense ainsi que des rencontres passionnantes au détour du stand du Ministère de la Défense.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 07:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

16/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 27 mai au 4 juin 2015, le détachement d’assistance opérationnelle (DAO) « commando » de l’unité de coopération régionale des éléments français au Sénégal (EFS) a accueilli 5 militaires sénégalais du bataillon de commandos.

 

Durant un peu plus d’une semaine, ces stagiaires sénégalais ont suivi une instruction opérationnelle d’initiation aux techniques commandos dont l’objectif était de les préparer au mieux à leur futur passage au centre national d’entraînement commando (CNEC) à Montlouis-Collioure en France pour un monitorat (2ème niveau) ou pour le centre commando de Kara, au Togo.

 

La plupart des techniques commandos telles que le franchissement (escalade et rappel), le C4 (combat au corps à corps commando), l’emploi des explosifs, les techniques de combat, le secourisme au combat et l’aisance aquatique ont été abordées durant cette formation. Pour certains stagiaires partant au CNEC dès la mi-juin 2015, cette formation aura été des plus bénéfiques.

 

Depuis 2011, les EFS constituent un « pôle opérationnel de coopération à vocation régionale » en Afrique de l’ouest. A ce titre, ils conduisent des actions de coopération militaire opérationnelle bilatérale et régionale visant à accompagner les États africains dans le renforcement de leur sécurité collective. Majoritairement tournés vers la coopération militaire opérationnelle en Afrique de l’Ouest, les EFS ont par ailleurs la capacité d’accueillir, de soutenir et de commander une force projetée, comme cela a été le cas lors du lancement de l’opération Serval en janvier 2013.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 07:25
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

16/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 8 juin 2015, la 1ère compagnie du 33e régiment d’infanterie de Marine (RIMa) a appareillé de Fort-de-France en Martinique à bord du bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville pour être déployée pendant plus de 3 semaines en Guadeloupe et sur les îles de Marie-Galante, des Saintes et de la Désirade.

 

Ce déploiement vise un triple objectif : régalien tout d’abord, puisqu’il est réalisé au titre de la mission de protection du territoire national qui consiste, pour les forces de souveraineté, à maintenir la sécurité et à assurer la préservation des intérêts de la France contre toute forme d’agression extérieure dans leur zone de responsabilité.

 

Objectif opérationnel ensuite, car il s’agit d’entretenir la capacité d’intervention des forces armées aux Antilles (FAA) sur cette île française de la Caraïbe. A tout moment, en cas de crise, les FAA doivent être en mesure de projeter des hommes et du matériel pour les moyens civils, notamment dans le cadre de missions de secours d’urgence aux populations. Ainsi, sur les îles de la Guadeloupe et de ses dépendances, la 1ère compagnie du 33e RIMa poursuivra cette préparation permanente par des reconnaissances et des marches pour parfaire la connaissance du terrain, et s’entraînera quotidiennement conformément aux standards de l’armée de Terre.

 

Enfin, cette présence du  33e régiment d’infanterie de Marine des FAA en Guadeloupe permettra de contribuer au rayonnement des armées, en entretenant la proximité avec la nation. Régulièrement, les marsouins du 33 s’associent aux services locaux dans le cadre d’activités municipales.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 16:30
photo Airbus DS

photo Airbus DS

 

16/6/2015 by Airbus DS

 

The Ministry of Interior of Saudi Arabia has purchased in open competition, and after carrying out a complete evaluation, four C295W aircraft to enhance its capabilities. The C295W has been chosen based on its demonstrated excellent operational capabilities in hot and severe conditions and its proven affordable maintenance and operational costs.

 

“We are very proud that the C295W is joining the Airbus A330 MRTT Multi-Role Tanker Transport and CN235 transports previously ordered by Saudi Arabia. We greatly appreciate the confidence shown in the C295W by a nation with long expertise in operating military aircraft in desert conditions”, said Antonio Rodríguez Barberán, Head of Commercial for Military Aircraft.

 

Together with the previous orders received from Algeria, Egypt, Jordan and Oman, this new order from Saudi Arabia cements the C295’s position as the market-leading medium transport and patrol aircraft in the Middle East and North Africa region.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 11:55
La FREMM Provence est arrivée à Brest

 

12 Juin 2015 par Marine nationale

 

Le 12 juin 2015, la FREMM Provence est arrivée à Brest, son port-base, sous les jets des remorqueurs de la Base Navale et les vedettes des marins-pompiers, venus lui souhaiter la bienvenue.

 

La Provence a accosté à 10h30 sous le regard de la garde d’honneur représentant les unités brestoises, du Groupe de Transformation et de Renfort et de l’état-major de la Force d’action navale (FAN) de Brest.

 

Dans les semaines à venir, elle continuera ses essais à la mer en vue de son admission au service actif, courant 2016. L’équipage sera, quant à lui, préparé, entraîné et testé par les entraîneurs de la FAN brestoise, durant les trois semaines de sa mise en condition opérationnelle. La Provence partira ensuite pour un déploiement longue durée (DLD) de six mois, qui permettra de contrôler les comportements du bâtiment et de son équipage dans différentes situations et de valider les jalons nécessaires à son opérabilité.

La FREMM Provence est arrivée à Brest
Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 11:50
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

15/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Dans le cadre de son escale à Limassol du 4 au 9 juin 2015, la frégate de défense aérienne (FDA) Forbin a conduit diverses activités de coopération avec les forces armées chypriotes.

 

Le premier jour, le capitaine de vaisseau Tourneux, commandant le Forbin, a accueilli à bord le chef d’état-major des forces navales chypriotes, le capitaine de vaisseau Pohanis, à l’occasion d’un déjeuner officiel.

 

Cela a été l’occasion d’échanges constructifs sur les actions de coopération entre les deux marines. Par ailleurs, une présentation des capacités du Forbin a été réalisée au profit de plusieurs membres des forces armées chypriotes.

 

Le 8 juin 2015, une délégation du Forbin a pu se rendre sur le camp militaire Georgios Katsari, près du village d'Asgata (entre Limassol et Larnaca) qui abrite le commandement des batteries côtières de la composante navale de la garde nationale chypriote.

Le capitaine de frégate Solomonides, commandant de la force des batteries côtières, a reçu les cinq marins du Forbin qui ont pu visiter le site, les entrepôts de stockage des missiles et assister à une démonstration de mise en place d'un missile sur son camion lanceur suivie d'une séquence de tir depuis le camion de commandement de la batterie.

 

Les batteries de missiles constituent une composante majeure de la garde nationale chypriote.

 

Par ailleurs, les membres d’équipage du Forbin ont profité de la présence de la corvette allemande Erfurt, en escale à Limassol, pour partager leur expérience de la zone Méditerranée orientale avec les marins d’outre-Rhin.

 

A l’issue de cette escale à Chypre, le Forbin a repris sa mission opérationnelle en Méditerranée orientale.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 11:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

12/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 6 juin 2015, le commandant de la force Sangaris est allé, avec plusieurs autorités centrafricaines et françaises, à la rencontre des habitants de Boda, pour constater les progrès accomplis dans le processus de paix et de reconstruction.

 

Accompagné du ministre résident de la ville de Boda, de l'ambassadeur de France et du ministre conseiller à la présidence centrafricaine, le général Gillet a été accueilli par les autorités et les principaux acteurs locaux. Après avoir visité un camp de réfugiés, la délégation s'est entretenue avec le comité des sages, les représentants religieux, les chefs de villages, les délégués du commerce local, les artisans miniers et les ONG, sur les thèmes de la sécurité, de la réconciliation et du développement. L'objectif était d'évaluer les progrès réalisés et d'identifier les problèmes résiduels qui pourraient entraver l'accomplissement du processus de paix. « C'est la quatrième fois que je viens à Boda. Je constate à chaque fois l'évolution que connaît cette ville grâce à la détermination de la population à vouloir reprendre une vie normale. Il y a beaucoup à faire encore pour que le calme revienne. Nous allons engager tous les moyens possibles pour reconstruire la ville et aider la population. Il faut que "Boda la belle" redevienne "Boda la belle" » a déclaré monsieur Malinas, ambassadeur de France en Centrafrique, lors de ces entretiens.

 

Depuis que les éléments français de Sangaris ont quitté cette ville, il y a près de huit mois, une compagnie congolaise de la MINUSCA a pris le relais afin de sécuriser la région et aider les habitants à continuer à œuvrer pour la cohésion sociale, le développement et le retour de la paix.

 

Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimale en République centrafricaine et à appuyer la mission de l’ONU, désormais pleinement opérationnelle.

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:55
DCNS dévoile une version améliorée de son sous-marin classique Scorpène 2000

 

8 juin 2015 Portail des Sous-Marins

 

Lors d’un salon naval à Rotterdam, DCNS a dévoilé une version améliorée de son sous-marin classique Scorpène 2000.

Xavier Mesnet, directeur marketing pour les sous-marins, a expliqué que cette nouvelle version du Scorpène 2000 montre comment DCNS intègre les dernières technologies (comme des piles à combustible de 2è génération, le déploiement et la récupération de drône, la bouée multifonction Vipère...) ainsi que les exigences du client sur ses projets.

Le nouveau Scorpène 2000 présente un kiosque et un arrière modifié. Selon Marie Nicod, architecte naval de DCNS, la seule partie qui n’ait pas été modifiée est l’avant. Grâce à sa largeur, le kiosque peut accueillir jusqu’à 8 mâts. Le sous-marin est équipé de barres de plongée en croix de St-André pour une meilleure manœuvrabilité, ainsi que de stators à pales fixes : ils réduisent les pertes provoquées par l’hélice et augmentent ses performances.

DCNS peut adapter les Scorpène 2000 aux spécifications du client, y compris sa taille et ses formes. Cette version du Scorpène 2000 peut employer tous les types d’armes : torpilles, missiles anti-navires et anti-aériens, missiles de croisière, drones et nageurs de combat.

 

Le Scorpène 2000 pour l’Australie ?

La principale force du Scorpène 2000 par rapport à ses concurrents, est qu’il dépasse leurs capacités en terme de vitesse, d’autonomie et d’armement. Selon DCNS, d’importantes innovations donnent au sous-marin des performances réellement remarquables : une vitesse de 14 nœuds en transit, une autonomie de 3 mois ou 18.000 nautiques.

La vitesse de transit est 40% plus élevée que celle de ses concurrents. Plus vite un sous-marin peut rejoindre sa zone d’opérations, plus longtemps il peut y rester.

Autre facteur important pour le client potentiel : la possibilité d’intégrer des systèmes et des armements qui ne sont pas fournis par DCNS. Depuis l’Agosta 90B vendu au Pakistan, les sous-marins de DCNS ont une architecture ouverte. L’installation de systèmes de combat et d’armes conçus par d’autres fournisseurs ne présente aucune difficulté technique.

 

Référence : Navy Recognition (Etats-Unis)

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:35
Le Japon et les Philippines mèneront un exercice militaire conjoint en Mer de Chine méridionale

 

2015-06-12 CRI online

 

Le Japon et les Philippines ont décidé de mener conjointement un exercice militaire du 23 au 24 juin sur la Mer de Chine méridionale, selon les médias japonais. Malgré le fait que ce soit un exercice de sauvetage, le Japon enverra un avion d'observation anti-sous-marin P-3C qui sert normalement à collecter des informations, un vaisseau et un avion de la part des Philippines y participeront également. Les spécialistes ont indiqué que cet exercice vise à renforcer la coordination entre l'armée d'autodéfense japonaise et l'armée des Philippines.

 

Le Japon a affirmé que le but de l'exercice serait d'imiter un sauvetage lors d'une catastrophe, mais la participation d'un avion d'observation anti-sous-marin provoque l'interrogation du public. Le spécialiste des affaires militaires Du Wenlong a indiqué que l'exercice militaire conjoint du Japon et des Philippines apporterait des influences négatives sur la situation en Mer de Chine méridionale. Selon lui, le Japon a besoin d'excuses pour entrer dans la Mer de Chine méridionale, et que les Philippines satisfont leur demande. « Si ces deux pays venaient à fréquemment mener des actions militaires dans la région, ça aura pour résultat d'installer les forces militaires japonaises en Mer de Chine méridionale. Ils ont déjà des contacts entre armées, comme des alliés, et ils signeront probablement des accords. Ainsi la présence des militaires japonais en Mer de Chine méridionale sera normalisée. Ce qui augmentera les tensions en Mer de Chine méridionale et orientale, et gênera la Chine. »

 

Le Japon et les Philippines ont mené un exercice militaire conjoint sur la zone maritime entre la baie Manila et la baie Subic le 12 mai dernier. Le président philippin Benigno Aquino a visité la semaine dernière le Japon et lors de son entretien avec le premier ministre japonais Shinzo Abe, les deux parties sont parvenues à un consensus sur le renforcement des relations militaires entre les deux pays. Dans le communiqué conjoint publié après leur entretien, ils ont déclaré qu'ils renforceraient leur coopération sur la sécurité et mèneraient plus d'exercices militaires conjoints entre l'armée d'auto-défense japonaise et l'armée maritime des Philippines.

 

Selon Lv Yaodong, directeur du bureau des recherches des affaires étrangères de l'Institut des études japonaises relevant de l'Académie des sciences sociales de Chine, le Japon commence à déployer ses forces sur la Mer de Chine méridionale. « La coopération militaire entre les Philippines et le Japon est passé d'une simple sécurité maritime à de vraies relations militaires aujourd'hui. Au lieu de se concentrer sur la défense, le Japon cherche à servir de coordinateur et de montrer sa puissance militaire dans toute la région Asie-Pacifique. »

 

Selon les analystes, l'intention japonaise est évidente : adoucir la pression en Mer de Chine orientale en augmentant les tensions sur la Mer de Chine méridionale. Lv Yaodong a indiqué que la situation compliquée en Mer de Chine méridionale se détériorait à cause de l'intervention du Japon. « Cette intervention cause effectivement une escalade dans l'affaire de la Mer de Chine méridionale. Ce qui prouve que le gouvernement d'Abe essaie d'améliorer la puissance de l'armée d'auto-défense japonaise ou d'abandonner la politique de défense en profitant du changement de la situation sécuritaire dans la région. Cela n'aidera pas à la résolution de l'affaire de la Mer de Chine méridionale et nuira à la paix et la stabilité de la région. »

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:20
USS Jason Dunham starts at-sea phase of BALTOPS 2015


10 juin 2015 U.S. Navy timelapse video

 

GDYNIA, Poland (June 8, 2015) The guided-missile destroyer USS Jason Dunham (DDG 109) moves away from the guided-missile cruiser USS Vicksburg (CG 69) while pulling out of port in Gdynia, Poland. Jason Dunham is participating in exercise Baltic Operations (BALTOPS) 2015. BALTOPS is an annually recurring multinational exercise designed to enhance flexibility and interoperability, as well as demonstrate resolve of Allied and partner forces to defend the Baltic region. (/Released)

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 04:55
Exercice «SARTHE 2015» pour le 2e RIMa

 

15/06/2015  Gabriel Boyer - Armée de Terre

 

Le 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa) du Mans a organisé un exercice tactique de préparation opérationnelle dans son département du 8 au 10 juin 2015. Pendant ces 72h, trois compagnies du régiment ont été évaluées.

 

350 marsouins, 40 véhicules (VBCI VPC, PPLD, VAB,…), 2 sections du 6e régiment de génie, 2 hélicoptères Gazelle du 3e régiment d’hélicoptères de combat et un NH90 du 1er régiment d’hélicoptères de combat ont pris part à cet exercice en terrain libre. Le but était d’évaluer toutes les unités du 2e RIMa susceptibles d’être projetées à la fin de l’année 2015.Malgré les opérations intérieures auxquelles prennent part les marsouins, un haut niveau d’entraînement a été maintenu au cours de ces derniers mois. L’exercice a permis « de valider une année de transformation du régiment » comme le souligne le colonel Georgin, chef de corps du régiment.

D’Auvours à Thorée-les-Pins, en passant par Sillé-le-Guillaume et la Flèche, les marsouins du 2e RIMa ont sillonné les routes à bord de leurs VBCI pendant ces 3 jours. Aptes à manœuvrer et combattre en zone urbaine et dans la campagne sarthoise, leurs savoir-faire ont été testés sur des actions spécifiques comme le contrôle de zone, la reconnaissance d’axes, la coopération avec les hélicoptères de combat, l’escorte de convois, l’évacuation de ressortissants, le secourisme et le soutien logistique.

Un passage par le centre d’entraînement au combat début juillet achèvera un cycle de formation et d’évaluation pour les soldats du 2e RIMa, avant leurs prochaines échéances opérationnelles du second semestre 2015.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 17:01
Le Salon du Bourget a ouvert ses portes

 

15/06/2015 Armée de l'Air

 

La 51e édition du Salon international de l’Aéronautique et de l’Espace se déroule au Parc des expositions du Bourget du 15 au 21 juin 2015. M. François Hollande, président de la République, accompagné de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a officiellement inauguré l’édition 2015.

 

La Patrouille de France a ouvert le bal des démonstrations en vol par un passage au-dessus du salon. Le programme s’est ensuite poursuivi avec de nombreux aéronefs, dont les présentations en vol du Rafale et de l’A400 M.

Tous les deux ans, le salon réunit l’ensemble des acteurs de l’industrie aéronautique mondiale autour des dernières innovations technologiques. Les quatre premiers jours du salon sont réservés aux professionnels. Le grand public pourra y accéder du vendredi au dimanche.

 

Temps forts de la première journée :

- Une cérémonie a été organisée devant le Pavillon de la Défense pour récompenser les actes d’héroïsme de cinq aviateurs de l’US Air Force qui se sont illustrés lors de la tragédie d’Albacete.

- Le chargement d’un véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI) en configuration lourde à bord de la soute d’un A400M Atlas.

 

Les matériels exposés : 

- Le Rafale, ainsi que certains de ses équipements (SCALP, AASM, nacelle Damoclès, nacelle Reco NG),

- Le système de défense sol-air Mamba avec ses missiles Aster 30,

- L’A400M Atlas.

 

Les présentateurs :

- Présentateur Rafale,

- Équipe de voltige de l’armée de l’air,

- Patrouille de France.

 

Le plus grand salon au monde

  • 2 215 sociétés exposantes venues de 44 pays,
  • 285 délégations officielles venues de 102 pays,
  • 139 000 visiteurs professionnels dont 20% visitent exclusivement le salon du Bourget.

 

Une couverture médiatique exceptionnelle

  • 3 100 journalistes internationaux présents (venus de 62 pays).
  • L'événement aérospatial le plus médiatisé au monde (10 000 reportages quadri média).
Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 17:00
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

15/06/2015 Armée de l'air

 

Lundi 15 juin 2015, cinq mécaniciens de l’US Air Force ont été récompensés pour avoir porté assistance, au péril de leurs vies, aux aviateurs français frappés par le drame d’Albacete (Espagne).

 

Une cérémonie militaire s’est déroulée lors de l’ouverture du salon aéronautique du Bourget, sous la présidence de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, en présence de Mme Deborah Lee James, secrétaire de l’US Air Force, du général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) et du général Frank Gorenc, chef du commandement aérien allié et de l'armée de l'air des États-Unis en Europe et en Afrique.

Le Staff Sergent Greggory Swarz a été décoré de la Légion d’honneur des mains du ministre de la Défense. Quatre autres mécaniciens ont quant à eux été récompensés par la médaille de la Défense nationale échelon or : le sergent John Escalante, le sergent Elie Gordon, le sergent Jonathan MacNelly et le caporal Matthew Jeffers.

« Nous voulions montrer la reconnaissance de l’armée de l’air pour les actes d’héroïsme de ces aviateurs américains, témoigne le général Mercier. Nous avons bénéficié de la présence du général Gorenc et de Mme Deborah Lee James. C’est une illustration parfaite de la longue amitié qui unit nos deux armées de l’air. Nous avons eu maintes fois l’opportunité d’opérer ensemble depuis la création de l’escadrille La Fayette dont nous célébrerons le centenaire l’année prochaine. »

 

Des actes héroïques

Le 26 janvier 2015, un F16 grec participant au stage Tactical Leadership Programme (TLP) s’écrase sur la base aérienne d’Albacete, peu après son décollage. Sur le tarmac, des aviateurs français sont heurtés de plein fouet. Neuf d’entre eux décèdent, tandis que plusieurs sont grièvement blessés. N’écoutant que leur courage, des militaires des nations alliées portent secours aux victimes. Au péril de leur vie, ils extraient plusieurs personnes des flammes. À lui seul, le Staff Sergent Greggory Swarz sauve trois aviateurs français.

Empreint d’humilité, il déclare être « extrêmement honoré par cette distinction.  » Le mécanicien américain ne parle pas d’héroïsme : « Dans une telle situation, je n’ai fait que réagir instinctivement comme n’importe quel être humain. J’étais vraiment effrayé, j’entendais des explosions autour de moi. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir. J’ai simplement agi comme j’aurais aimé qu’on le fasse si je m’étais retrouvé prisonnier des flammes. »

 

Histoire d’un sauvetage

Le Staff Sergent Greggory Swarz se souvient parfaitement de cette tragique journée de janvier. Il nous en livre le récit : « Je réalisais une opération de maintenance sur un avion de chasse américain, lorsque j’ai entendu une grosse explosion. J’ai entendu des cris autour de moi et j’ai vu des militaires courir. Il y avait des flammes immenses sur la zone occupée par les Français. Je me suis précipité. C’est alors que j’ai aperçu des silhouettes à travers la fournaise. J’ai pu extraire un premier aviateur français, puis un second. Je suis ensuite retourné en secourir un troisième, dont la main avait été sectionnée. J’ai immédiatement utilisé la ceinture de mon treillis pour stopper l’hémorragie. En raison de la fumée et de la fatigue qui commençait à me gagner, je suis tombé plusieurs fois au sol. J’ai appelé à l’aide et c’est à ce moment-là que mes collègues m’ont prêté main forte. » 

 

Des liens continus depuis l’accident

Suite au drame d’Albacete, le Staff Sergent Swarz est resté en contact avec les blessés. « Pas un jour ne se passe sans que je pense à eux. J’ai régulièrement eu des nouvelles grâce à la compagne d’une des victimes dont l’état était grave. Quelques semaines après l’accident, l’un deux m’a même envoyé une lettre qui m’a beaucoup ému. »

Le sergent Greggory Swarz, appartient à la 492nd Aircraft Maintenance Unit. Il est mécanicien spécialisé dans les systèmes électroniques. Son unité est stationnée sur la base de Lakenheath en Angleterre. Il est né en Sicile, où il a grandi jusqu’à ses 12 ans. Il a ensuite déménagé au Portugal, puis aux États-Unis où il s’est engagé dans l’US Air Force.

 

Des aviateurs français bientôt à l’honneur

Lors de cette cérémonie, le général Mercier a également confié qu’une cérémonie serait prochainement organisée pour rendre hommage à des aviateurs français qui se sont illustrés par des actes d’héroïsme.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

12/06/2015 Armée de Terre

 

Le 6 juin 2015, une action de solidarité s’est déroulée sur la place de la République à Metz. Cet événement avait pour objectif, grâce à la mobilisation du public lorrain pour sa communauté militaire, de récolter des fonds qui seront intégralement reversés au profit de l’association pour le développement des œuvres d’entraides dans l’armée (ADO).

 

La journée a été entièrement consacrée à la présentation des matériels de la Défense, tels que le Caïman et le César. C’était également l’opportunité pour l’armée de Terre de participer aux opérations de recrutement, ce qui explique la présence de plusieurs chefs de corps de la zone de Défense.

 

Le poser et le décollage d’un hélicoptère Tigre sur la place de la République a été le point d’orgue de cette journée, dédiée à la solidarité et à l’appel aux dons, qui s’est cloturée par un concert de l’arme blindée de cavalerie avec pour thème la 2nde guerre mondiale.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:50
BALTOPS amphibious landing exercise in Sweden


13 juin 2015 by NATO TV video/Released

 

RAVLUNDA, Sweden (June 13, 2015) A combined landing force from Finnish, Swedish, United Kingdom and United States Marines disembark from Polish, UK and U.S. amphibious ships to conduct an amphibious landing rehearsal during BALTOPS 2015, June 13. Vice Adm. James G. Foggo III, commander of U.S. 6th Fleet, provides comments about the exercise at the end of the video.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:50
NATINAMDS : Plus fort ensemble

 

15/06/2015 Armée de l'Air

 

La France est au cœur des opérations actuelles menées par l’Otan. Avec le système NATINAMDS, l’armée de l’air participe aux transformations dans le domaine de la défense aérienne et antimissile e l’Alliance.

 

« Un pour tous, tous pour un ! » Le célèbre adage d’Alexandre Dumas illustre bien l’esprit de solidarité animant l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan). Depuis la création de l’Alliance en 1949, les nations membres s’engagent à se protéger mutuellement, autour d’un principe de « défense collective ».

Membres de l’Otan depuis plus d’une décennie, les pays baltes se sont montrés particulièrement préoccupés par les troubles secouant l’Ukraine depuis la fin 2013. À la demande de l’Alliance, et avec l’accord du gouvernement polonais, des avions de chasse français ont ainsi été déployés sur la base polonaise de Malbork, le 28 avril 2014. En application de mesures dites de « réassurance », les aviateurs français ont assuré une permanence opérationnelle au-dessus des espaces aériens lituanien, letton et estonien, c’est-à-dire la capacité d’intercepter un aéronef intrus sous faible préavis, 24 heures/24 et 7 jours/7. En quatre mois de mission, les avions de chasse français ont cumulé 500 heures de vol, en 424 sorties aériennes, interceptant quatre aéronefs.

Cette mission de police du ciel (NATO Air Policing) fait partie du système de défense aérienne et antimissile de l’Otan, appelé NATINAMDS (NATO Air and Missile Defence System). Ce dispositif comprend­ un réseau de systèmes interconnectés permettant la surveillance et la détection des aéronefs, ainsi que leur interception par des systèmes d’armes aériens ou de surface.

Les travaux portant sur le NATINAMDS ont débuté dans les années 1970, avec la mise en place d’une structure intégrée, combinant les moyens nationaux à ceux de l’Otan. L’Alliance­ a ainsi développé un système de commandement et conduite (C2) dédié aux opérations aériennes. Appelé système de commandement et de conduite aérien (Air Command and Control System - ACCS), ce dernier doit prochainement entrer en service dans l’armée de l’air et interviendra no­tamment dans la planification, l’exécution et la coordination des opérations aériennes.

En plus de la police du ciel, NATINAMDS comprend le développement d’une capacité de défense antimissile balistique. D’ici 2020, l’Alliance s’engage à mettre en place une couverture de l’ensemble des pays européens membres de l’Otan. Officiellement lancée lors du sommet de Lisbonne en 2010, cette capacité a atteint un seuil intérimaire en 2012.

Pour la France, l’intégration au NATINAMDS s’accompagne de problématiques techniques et procédurales. L’équation consiste à rejoindre ce dispositif intégré, tout en préservant notre souveraineté nationale en matière de défense aérienne, ainsi que l’efficacité et la réactivité de notre chaîne de commandement et de conduite.

Le corpus réglementaire nécessaire à l’exécution de la mission d’Air Policing doit prochainement être adopté. Dans le cadre du NATINAMDS, il est précisé que le commandement opérationnel des moyens de défense aérienne est conservé au niveau national. Le contrôle opérationnel est, quant à lui, accordé au cas par cas à l’Otan par un transfert d’autorité des moyens d’interception, sous le contrôle du centre national des opérations aériennes (CNOA). La possibilité de refuser et d’annuler ce transfert est conservée en toutes circonstances. Par ailleurs, le rôle central du CNOA est conforté, garantissant la maîtrise par la France de toute interception réalisée au-dessus du territoire national au nom de l’Otan.

Une série d’exercices, appelés Ratest, organisés en mars et en juin 2015 ont permis de tester l’application de ces mesures, ainsi que la coordination interministérielle et interalliée. Une évaluation réelle de grande ampleur est programmée au cours du 2e trimestre.

 

Retrouvez "L'armée de l'air en opérations" dans le hors-série 2015 ; disponible également en anglais.  

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 16:35
Exercise Talisman Sabre: Gearing up for the War Games

 

10 juin 2015 by NZDF

 

The run-up to Exercise Talisman Sabre begins at Wellington, where the Navy's HMNZS Canterbury will be taking two of our newest NH90 helicopters and around 45 military vehicles to Australia.
The exercise involves 30 000 troops from the ADF, the US military and NZDF and Japan's Self Defence Force.
 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 15:55
Métier : Mécanicien navigant sur avion de transport

 

15 juin 2015 par Armée de l"Air

 

Découvrez en images le métier de mécanicien navigant sur avion de transport (C-160 Transall). Images réalisée pendant l'exercice EATTC 15 sur la base aérienne d'Orléans.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories