Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 11:35
photo CNS

photo CNS

 

Jul 28, 2015 Source: Xinhua News Agency

 

Beijing  - The rocket will serve the final chapter of China's three-step -- orbiting, landing and returning -- lunar program and the building of manned space stations.

 

Chinese scientists on Friday successfully tested the power system of a Long March-5 carrier rocket scheduled for flight in 2016.

 

Development of the rocket, the fifth-generation launch vehicle of the Long March family, has entered a "runoff" phase, according to the State Administration of Science, Technology and Industry for National Defense.

 

The rocket will have a payload capacity of 25 tonnes to low Earth orbits, or 14 tonnes to geostationary transfer orbit, about twice the current capacity. The would-be capacity will be equivalent to that of mainstream carrier rockets now in use around the world.

 

The rocket will serve the final chapter of China's three-step -- orbiting, landing and returning -- lunar program and the building of manned space stations.

 

The Long March rocket family has completed more than 200 missions since 1970, when a Long March-1 rocket sent China's first satellite, Dong Fang Hong 1, or "the East is Red", into Earth orbit.

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

23.07.2015 source SHD

 

23 juillet 1242 : bataille de Saintes (près d’Angoulême). Juste après la bataille de Taillebourg, le 21 juillet, le roi d’Angleterre Henri III se replie à Saintes. Victorieux à Taillebourg, Louis IX récidive à Saintes et oblige l’armée anglaise à fuir. En plus de démontrer le courage et les qualités guerrières du jeune Louis IX, les victoires de Taillebourg et Saintes annoncent la reprise en main des grands feudataires par le roi de France.

 

23 juillet 1952 : le colonel Nasser renverse Farouk 1er  (Egypte). A la tête du mouvement des « Officiers libres », Nasser renverse la monarchie égyptienne en profitant d’une période d’émeutes grandissantes sur fond de revendications populaires, religieuses et antibritanniques. Officier ayant bien combattu contre les Israéliens en 1948, il est un héros dans l’armée l’égyptienne et s’impose très vite comme seul dirigeant de l’Etat égyptien. Il s’éloigne progressivement de la tutelle britannique et finit par nationaliser la compagnie gérant le canal de Suez. Cela déclenche la crise internationale de Suez de 1956.

 

23 juillet 1970 : accord franco-allemand pour l’Alphajet. Les gouvernements français et allemand sélectionnent le projet des avionneurs Dassault-Breguet-Dornier. L’Alphajet équipe la patrouille de France et l’école de chasse (BA 705 – Tours) mais aussi plusieurs pays étrangers dans des versions combat.

 

23 juillet 1972 : début de la télédétection des ressources de la Terre (Etats-Unis). Le premier satellite voué à la télédétection des ressources terrestres est mis en orbite par la NASA. ERTS1 (rebaptisé plus tard Landsat1) est déjà équipé d’un scanner multi spectral. Il reste 5 ans en orbite. Depuis, 7 satellites ayant la même vocation ont été lancés par les Américains. La France dispose du programme SPOT (5 satellites depuis 1986).

 

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 07:35
China's Beidou navigation system more resistant to jamming

 

Jul 01, 2015 Spacewar.com (XNA)

 

Beijing - China has made breakthroughs in the anti-jamming capability of its Beidou satellite navigation system (BDS), the People's Liberation Army (PLA) Daily said Thursday.

 

The new technology, developed by Wang Feixue and his team from the National University of Defense Technology, has made the satellites 1,000 times more secure, the newspaper said.

 

In March, China launched the 17th BDS satellite, the first step in expanding the regional system to a global one.

 

The first BDS satellite was launched in 2000 to provide an alternative to foreign satellite navigation systems. In December 2012, the system began to provide positioning, navigation, timing and short message services to China and some parts of the Asia Pacific.

 

The BDS global network will have 35 satellites, five of which will be in geostationary orbit. The complete network should be installed by 2020.

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 11:25
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

03/07/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 22 juin 2015, les forces armées en Guyane (FAG) ont été engagées dans le dispositif Titan pour participer à la sécurisation des approches terrestres, maritimes et aériennes du centre spatial Guyanais (CSG), chargé d’assurer le lancement de fusées spatiales.

 

Opérant à son 5e lancement depuis 2012, le tir Vega a nécessité la présence de près de 250 militaires Terre-Air-Mer pour un déploiement de 24h. Aucun tir ne peut être effectué sans ce  dispositif de sécurisation interministériel. Il requiert donc la présence conjointe des forces armées en Guyane, des gendarmes et d’une agence de sécurité mandatée par le centre spatial guyanais. A chaque phase de vulnérabilité du lanceur et afin de coordonner tous  les moyens, un centre de coordination et de commandement, nommé Uranus est mis en place.

 

Pendant la phase de tir, en salle Jupiter, le commandant supérieur des FAG a siégé aux côtés du Préfet de Guyane, et de la Haute Autorité de Défense Aérienne (HADA) qui pouvait déclencher les mesures actives de sûreté aérienne (MASA). A terre, les légionnaires du 3e REI (régiment étranger d’infanterie) patrouillaient dans les environs du CSG pour empêcher toute présence humaine. En mer, un patrouilleur de la Marine nationale, la Capricieuse, ainsi qu’une vedette de gendarmerie maritime, l’Organabo, patrouillaient au large du CSG pour interdire le survol de la zone.  Assistés par un hélicoptère et un avion CASA de l’armée de l’Air, ces navires reconduisaient les bateaux de pêche hors de la zone interdite. Enfin, les militaires permanents du centre de contrôle militaire basé à Kourou (en lien direct avec la haute autorité de défense aérienne) ont assuré l’observation de l’espace aérien pour prévenir toute pénétration de la zone interdite.

 

En complément des missions au-dessus de la zone du CSG, deux exercices ont eu lieu avec les deux hélicoptères de type Fennec de la Base Aérienne 367.

 

Ainsi, le 22 juin 2015 à 22h51, le lanceur Vega a pu quitter Kourou en toute sécurité et permettre la mise en orbite du satellite Sentinel-2A, deuxième satellite de l’ambitieux programme d’observation de la terre, Copernicus. En 2014, 11 lancements ont été effectués et depuis le début de l’année, 5 tirs ont été assurés avec succès grâce aux conditions optimales et exigeantes de sécurité garanties par les FAG par le biais du dispositif Titan.

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, comme la mission Harpie de lutte contre l’orpaillage illégal ou POLPECHE pour la lutte contre la pêche illégale, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral spécifique et sa forêt équatoriale.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 11:50
photo EDA

photo EDA

 

Brussels - 26 June, 2015 European Defence Agency

 

The European Defence Agency has just launched a €1 million, 18-month feasibility study to prepare a future cooperative governmental satellite communications (Govsatcom) programme.

The study will be delivered by a consortium led by Euroconsult with Airbus Defence & Space, CGI, Istituto Affari Internazionali, Hisdesat and SpaceTec Partners working as subcontractors. This work is expected to be complemented by other studies funded by the European Space Agency (ESA). Some synergies are also expected with the work currently performed by the European Commission.

“This study will help us to find new ways to cooperate in a complex institutional setting”, EDA Chief Executive Jorge Domecq stated upon signing the study contract. “Considering that Govsatcom capabilities are inherently dual-use, one of the main objectives will be to identify an efficient, innovative and sustainable cooperation model in particular by implementing synergies with the Commission. This will certainly be reflected by a genuine governance of the system”, he added. 

“Government satellite communications are evolving, due to changes in operational requirements and to the availability of innovative and cost effective solutions serving these,” stated Euroconsult CEO Pacome Revillon. ”The international consortium combines expertise across the full satellite communications value chain, while the project governance will guarantee the independence and neutrality of the results. All partners are fully committed to delivering a study that lays the groundwork for future European capability,” he added. 

Govsatcom was identified in December 2013 by EU Heads of State and Government as one of four priorities for capability development, along with air-to-air refuelling, remotely piloted aircraft systems and cyber defence. 

Under the lead of Spain, a common staff target harmonising the needs of military users was adopted by all EDA Member States in 2014. Based on this commonly-agreed document, a preparation phase started ahead of the launch of a full-scale cooperative project. By the end of 2016, a business case including more detailed technical requirements as well as a through-life management plan should allow Member States to assess various options in terms of cooperation models and system architectures. These findings will be to a large extent supported by the outcome of the feasibility study.

 

More information:

Partager cet article

Repost0
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 11:50
Athena Mechanism joins EU SatCom Market


Brussels - 18 June, 2015 European Defence Agency
 

Athena Administrator Hans-Werner Grenzhäuser today signed the declaration to join the EU SatCom Market, an ad hoc project of the European Defence Agency.

 

Speaking about the cooperation, Hans-Werner Grenzhäuser said: “As part of the ongoing efforts to improve the procurement process of the different operations, I am convinced that Athena will benefit from its participation in this already existing mechanism with several other EU Member States being able to pool the purchase of satellite communications and related services through the European Defence Agency.
EDA Chief Executive Jorge Domecq added: “With Athena now part of the EU SatCom Market project, CSDP military operations will benefit from an easier procurement process thanks to the framework already in place, instead of using ad hoc outsourcing. The foreseen additional use of this pooled procurement initiative will increase the pooling and sharing effect, while making the project more attractive to the service providers.

 

EU SatCom Market

Within the EU SatCom Market project, EDA acts as the central purchasing body on behalf of the contributing members. It purchases the services from a commercial provider. Airbus Defence & Space holds the current contract. Since May 2013, more than 20 orders have been placed for a total value of almost €4 million. So far, Austria, Belgium, Cyprus, Finland, France, Germany, Greece, Italy, Luxembourg, Poland, Portugal, Romania, and the United Kingdom are part of the EU SatCom Market.
The project uses a ‘pay-per-use’ model, so members do not have to contribute with a regular fee, instead they only pay for what they order. Under the arrangement with Athena all present and future EU-led military operations will be able to draw this option to cover their SatCom requirements.
 

The Athena Mechanism

Athena is the mechanism established to administer the financing of the common costs of European Union operations having military or defence implications governed by Council Decision 2015/528/CFSP. The Council Decision allows for arrangements to be signed with union bodies to facilitate procurement in operations in the most cost-effective manner.

 

More information

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:50
Earth Observation


22 juin 2015 by Airbus DS

 

The most comprehensive range of Earth observations systems available today.
Discover the complete Airbus Defence and Space Earth observation portfolio.

For more information

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 10:55
Chronique culturelle du 17 Juin 2015 - SHD


17.06.2015 par SHD
 

17 juin 1696 : bataille de Dogger bank (Mer du Nord). Le corsaire français Jean Bart capture un convoi d'une centaine de navires marchands, chargés de blé, après avoir défait leur escorte hollandaise. Pris en chasse par une escadre de l'amiral britannique Benbow, Jean Bart se cache au Danemark puis passant au travers de tous les pièges tendus en Mer du Nord et dans la Manche, rejoint triomphalement Dunkerque.

 

17 juin 1734 : mort du maréchal de Villars (Turin). Héros de Maastricht (juin 1673), Seneffe (aout 1674), Friedelinghen (octobre 1702), Denain ( juillet 1712), il meurt à 82 ans en rentrant victorieux d’une campagne en Italie. Louis XIV l’avait remarqué à Maastricht lors de ses débuts :  « Il semble que dès que l’on tire en quelque endroit, ce petit garçon sorte de terre pour s’y trouver ». Puis le maréchal de Créqui : « Jeune homme, si Dieu te laisse vivre, tu auras ma place plus tôt que personne ».

 

17 juin 1778 : combat naval de Roscoff (Baie de Goulven). La frégate française La belle poule est attaquée sans sommations par la frégate anglaise Arethusa. Celle-ci est finalement vaincue et ramenée à Brest. Cet affrontement pousse Louis XVI à déclarer la guerre à l’Angleterre dans le cadre de ce que l’on va appeler la guerre d’indépendance américaine.

 

17 juin 1940 : premier acte de résistance de Jean Moulin (Chartres). Préfet d'Eure et Loir lors de l'arrivée de la Wehrmacht à Chartres, Jean Moulin refuse de signer un rapport que les Allemands ont préparé pour faire attribuer la mort de civils à l'aviation française et aux troupes africaines. Comprenant l'intention, Moulin refuse de signer. Passé à tabac, il tente de se suicider pour ne pas faiblir. Au sujet de Jean Moulin, voir l'excellent dossier que lui consacre Le Figaro Histoire n°8 "Jean Moulin, un héros très secret".

 

17 juin 1944 : prise de l’ile d’Elbe. Surveillant la portion de Méditerranée entre la Corse et l’Italie, l’ile est tenue par les Allemands et ne peut rester comme une menace dans le dos des alliés qui ont passé la ligne Gustav. Le bataillon de choc (Cdt Gambiez), et les commandos d’Afrique, lors de l’opération Brassard, débarquent sur l’ile et prennent d’assaut les batteries côtières. La 9ème Division d’Infanterie coloniale débarque quelques heures plus tard et parachève la libération de l’ile. Les combats sont durs : 250 français périssent contre 700 Allemands durant les deux jours d’affrontement.

 

17 juin 1953 : l'armée rouge réprime une insurrection populaire (Berlin-Est). Quelques mois après la mort de Staline, les ouvriers est-Allemands se mettent en grève puis créent une insurrection rassemblant 60 000 manifestants dans Berlin-Est. Appelés en renforts, les chars soviétiques écrasent la révolte : plus de 80 morts et des milliers d'arrestations.

 

17 juin 1967 : explosion de la première bombe H chinoise (désert du Takla-Makan – Chine). La Chine teste avec succès sa première bombe à fusion nucléaire (ou bombe H) à peine 3 ans après sa première bombe à fission (bombe A). La France a testé les siennes en 1960 (A) et 1968 (H). Pour les Américains, 1945 et 1952. Pour les Soviétiques, 1949 et 1953.

 

17 juin 1985 : le colonel Baudry dans l’espace (Etats-Unis – Floride). Patrick Baudry décolle du Kennedy center à bord de la navette Discovery et passe 7 jours dans l’espace. C’est le deuxième spationaute français (le premier étant le général Jean-Loup Chétien).

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 07:55
photo Starnav

photo Starnav

 

15 juin 2015 par Pascal Simon  - Ouest-France

 

La petite société de Chicheboville (Calvados) accompagne la délégation de Normandie AeroEspace au Salon international de l'aéronautique et de l'espace.


Quel rapport entre le navigateur Christophe Colomb et un missile balistique de sous-marin nucléaire ? Les étoiles ! Comme le découvreur de l'Amérique, certaines technologies militaires utilisent toujours les astres pour tracer leur route. On appelle cela la « navigation stellaire ».

C'est l'une des spécialités de la société Starnav, implantée dans le petit village de Chicheboville, à 20 km au sud-est de l'agglomération caennaise. Seulement quelques dizaines de mètres carrés de bureaux mais une petite équipe de cerveaux bien faits. « J'ai créé Starnav en janvier 2007, je venais de quitter l'armée », explique Georges Lamy-au-Rousseau, ingénieur en mécanique des fluides.

 

Une alternative au GPS

 

Après avoir servi dans les Balkans, il rejoint la direction générale de l'armement (DGA) et fait une thèse de doctorat sur la visée stellaire. A son compte depuis huit ans, il décline avec son équipe cette spécialité. Entre autres. « De nombreuses applications sont possibles sur terre à partir des algorithmes de reconnaissance de motifs d'étoiles. »

Un savoir-faire qu'utilise notamment Starnav en développant des interfaces homme-machines sans contact. Comme le système Heapilot qui permet notamment aux personnes handicapées, même sans l'usage de leurs mains, de faire fonctionner un ordinateur et de surfer sur Internet.

Starnav a aussi développé un sextant automatique, capable de donner instantanément la position en observant les astres. « Aujourd'hui, la plupart des navigateurs ou plaisanciers utilisent le système américain du GPS pour se repérer dans le monde. Et si un jour, ce système s'arrête ou ne fonctionne plus ? Il y a déjà eu des défaillances, indique Georges Lamy-au-Rousseau. Sans GPS, qui, aujourd'hui, est capable d'établir sa position avec un sextant ? Plus grand monde. C'est un principe vieux comme le monde autour duquel nous proposons un système totalement innovant. »

 

photo Starnav

photo Starnav

L'un des derniers systèmes du catalogue de Starnav est le « Rapace », « un système de réglage des armes permettant d'aligner parfaitement l'organe de visée d'une arme avec le lieu d'impact réel », explique Georges Lamy-au-Rousseau. Les spécialistes parlent de « tir de confiance ». Un système qu'il est allé présenter en avril, près de Bordeaux, au Salon international des forces spéciales (Sofins 2015).

Ce système, Starnav le présentera aussi cette semaine au Bourget, lors du Salon international de la défense et de l'aéronautique. « Nous accompagnons la délégation de Normandie AeroEspace (Nae). C'est une formidable vitrine. » Nae regroupe une centaine d'entreprises de Haute et de Basse-Normandie dont toute ou partie de l'activité est liée à l'industrie aéronautique. Avec sa navigation stellaire, Starnav compte bien se faire une place au soleil...

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:50
Airbus DS va produire 900 satellites pour connecter le monde à Internet

 

16/06/2015 vipress.net

 

A l’occasion du salon du Bourget, Airbus Defence and Space, numéro deux mondial de l’industrie spatiale, a dévoilé avoir été sélectionné par OneWeb en tant que partenaire industriel pour la conception et la fabrication de sa flotte de plus de 900 microsatellites, pesant chacun moins de 150 kilos. Le lancement de la constellation est prévu début 2018 en orbite basse pour offrir un accès internet bon marché à l’ensemble des habitants de la planète.

 

La conception et la fabrication des dix premiers satellites sera conduite sur le site d’Airbus Defence and Space à Toulouse, tandis que la production de série sera mise en place dans une usine dédiée aux Etats Unis.

 

Le montant du contrat n’a pas été dévoilé, mais, selon le quotidien Les Echos, ce marché pourrait représenter 1,4 milliards de dollars.

 

Une étude américaine que vient de publier NSR estime qu’au cours de la prochaine décennie le marché des nano et microsatellites (moins de 100 kg, selon la terminologie de NSR) pourrait représenter plus de 2500 unités. D’ici à 2024, ce marché devrait représenter plus de 4,7 milliards de dollars pour la production de ces microsatellites et 1,2 milliard pour les services de lancement associés. L’étude « Nano and Microsatellite Markets » cible des applications dans l’observation de la Terre, la science, le positionnement, etc.

 

« Ce partenariat ouvre un nouveau chapitre de l’histoire spatiale. Etre sélectionné par One Web pour produire plusieurs petits satellites par jour a été une source d’inspiration pour le développement de modes de conceptions innovants et de processus de productions d‘applications spatiales de haute performance, à très grande échelle et à des coûts extrêmement compétitifs », s’est félicité François Auque, Directeur général de Space Systems.

 

« En combinant innovation, techniques de production à grande échelle de son A350 et expérience des systèmes spatiaux ultra-fiables et performants, Airbus va nous permettre de développer le système OneWeb en un temps record pour fournir des liaisons internet fiables à nos clients », a déclaré Brian Holz, Directeur des systèmes spatiaux de OneWeb.

 

Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette division est le numéro un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 13 milliards d’euros avec un effectif de plus de 38 000 employés.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:50
Military Satellite Communication : a sovereign and indispensable system

 

16 juin 2015 by Thales

 

Thales connects all the armed forces to maximize efficiency and operational superiority.
We provide the autonomy to decide, configure and control, covering all the theatres of operation.

Milsatcom / Flexible and resilient: the indispensable tool of the armed forces.

 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 17:50
photo Armée de Terre.

photo Armée de Terre.

 

10 juin 2015 par  Pascal Coutance -electroniques.biz/

 

Manuel Valls devrait autoriser aujourd'hui même la vente à Airbus et à Safran des 34% que détient le Cnes dans Arianespace.

 

Selon notre confrère Les Echos, le premier ministre Manuel Valls devrait donner ce jour son feu vert pour la vente à Airbus et à Safran des 34% que détient le Cnes (Centre national d’études spatial) dans Arianespace. Suite à cette transaction qui devrait rapporter entre 100 et 200 millions d’euros à l'Etat, toujours selon Les Echos, la société Airbus Safran Launchers (ASL) qui avait été créée il y a un an pour regrouper les activités des deux groupes dans le domaine des lanceurs spatiaux en prévision du rachat des parts du Cnes, détiendra 75% d’Arianespace, à en croire le journal économique.

 

Si la transaction s’opère comme prévu, tout l’enjeu sera pour Airbus et Safran de mettre sur orbite le projet Ariane 6, un lanceur qui succèdera à Ariane 5 dès 2020 (si le calendrier est respecté) et qui sera surtout moins cher que son prédécesseur, notamment parce qu’il sera 100% réutilisable. L’objectif étant pour l’Europe de conserver son indépendance en matière de lancement de satellites face à la concurrence acharnée de l’américain SpaceX, entre autres…

Partager cet article

Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:50
La baie propulsive réutilisable « Adeline » crédits: Airbus DS

La baie propulsive réutilisable « Adeline » crédits: Airbus DS

 

07 juin 2015 par Hassan Meddah – UsineNouvelle.com

 

Depuis 2010, le maître d’œuvre d'Ariane travaille sur des concepts de lanceurs réutilisables. Contrairement à SpaceX, Airbus imagine récupérer les deux étages principaux de la fusée. L'enjeu: baisser les coûts d'exploitation d'Ariane de l'ordre 30%.

 

Airbus cachait bien son jeu...dans un garage. Aux Mureaux dans les Yvelines, une poignée d'ingénieurs d'Airbus travaillent dans un hangar isolé, loin des installations où sont assemblés les éléments de l'étage principal d'Ariane 5. Et ce depuis 5 ans, dans le plus grand secret du reste des équipes afin d’éviter toute fuite. Leur mission: préparer un lanceur réutilisable dans le but de faire baisser drastiquement les coûts d'exploitation d'Arianespace.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:25
photo 3e REI

photo 3e REI

 

28-05-2015 par 3e REI Réf : 233 | 537

 

 

A l'occasion du lancement VA 223 (Ariane 5) du 27 mai 2015, le général américain John W. RAYMOND, commandant l'US Air Force Space Command était en visite au Centre Spatial Guyanais (CSG).

 

Afin d'évaluer la possibilité de lancement de certains satellites américains à partir de lanceurs européens depuis Kourou, le colonel WALTER, commandant le 3e REI, a présenté au général RAYMOND les savoir-faire du régiment dans la protection des installations du CSG.

 

Accompagné d'une délégation composée notamment du Général de division aérienne ADAM (COMSUP), du Général Jean-Daniel TESTE (CCG du Commandement Interarmées de l'Espace) et du Général de ROQUEFEUIL (conseiller défense du directeur du CNES), le commandant de l'US Air Force Space Command a suivi une patrouille de la 2e compagnie du 3e REI.

 

Impressionné par les moyens déployés par la "French foreign Legion" et par le professionnalisme de ses soldats, le général RAYMOND a tenu à féliciter chaque légionnaire personnellement.

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:40
The Curse Of GLONASS

 

May 28, 2015: Strategy Page

 

A recent cell phone photo from inside a Russian Su-24 fighter cockpit was meant to show the fighter refueling with a Russian Il-76 aerial tanker. But it also showed an American commercial (Garmin) handheld GPS device sitting in handmade cradle placed in front of the pilot. Such improvised GPS receivers were common in Western warplanes in the late 1990s, before they all got GPS built into their navigation systems. Russia has not been able to upgrade the navigation systems on all their older aircraft and improvisations like this are allowed, but not officially publicized.

 

The Russian Air Force is adapting as best it can to two decades of sharply reduced budgets. That means the elderly Su-24 (first introduced in the mid-1970s) has had to wait longer than expected for a replacement. So far Russia has only been able to buy 60 of the new Su-34 light bombers to replace the Su-24. The Su-34 had its first flight in 1990 and finally entered service in early 2014. While most nations using Su-24s have retired them by now mainly because it was so expensive to operate and maintain them. With all the budget shortages the Russians improvised, because even the refurbished Su-24s usually lacked built in satellite navigation devices. That’s because Russia wanted its air force to have its forces use a Russian built satellite navigation system. This is called GLONASS and without much publicity was Russia was quick to copy the American GPS system even before the Cold War ended and the Soviet Union collapsed in 1991.

 

GLONASS was at full strength (24 satellites) in 1995. But the end of the Cold War meant the end of the regular financing for GLONASS. Maintaining the system required launching replacement satellites every 5-7 years. With no money that was not possible and by the end of 2002 only seven GLONASS birds were still operational. However, the Russian economy recovered at about the same time. This made possible rebuilding the GLONASS network. By the end of 2007 there were 18 GLONASS satellites active. Russia had 24 GLONASS satellites in orbit by 2011, and the system was fully operational in 2012. It is widely used in Russia and most smart phones adapted for the Russian market have GLONASS.

 

The money for GLONASS is coming from a Russian government that does not want to be dependent on the American controlled GPS system. But the money is only there because of high oil prices. Most GLONASS receivers in use are actually combined GPS/GLONASS receivers. Russia has put billions of dollars into GLONASS since 2012 to keep the system fully operational. The problem now is money, because of the lower oil prices and growing economic sanctions there may not be enough money to maintain the satellite network. GLONASS will be probably be declared an essential system and the money found. But something will have to be sacrificed and new aircraft for the Russian Air Force is more vulnerable to cuts than GLONASS.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:25
Les FAG sécurisent le 223e lancement d’une fusée Ariane

 

02/06/2015 Sources : EMA

 

Du 20 au 27 mai 2015, les forces armées en Guyane (FAG) ont été engagées pour la sécurisation des abords terrestres, maritimes et aériens du centre spatial Guyanais, chargé d’assurer le lancement de fusées spatiales. Parmi les moyens déployés, des aéronefs de l'armée de l'air.

 

À l’occasion de chaque tir (Ariane, Soyouz ou Vega), la sécurité du centre spatial guyanais (CSG) est assurée par les militaires des FAG. Ils agissent dans le cadre du dispositif Titan pour lequel près de 300 militaires des trois armées sont déployés.

 

Les aviateurs permanents du centre de contrôle militaire, basés à Kourou et en lien direct avec la haute autorité de défense aérienne (HADA) qui peut déclencher les mesures actives de sureté aérienne (MASA), ont scruté l’espace aérien pour prévenir toute pénétration de la zone interdite de survol.

 

Dans les airs, un hélicoptère et un Casa de l’armée de l’air, ont assisté un patrouilleur de la marine nationale et une vedette de gendarmerie maritime, patrouilllant au large du centre spatial pour interdire l'accès aux côtes. Trois bateaux de pêche ont d'ailleurs été reconduits hors de la zone interdite. À terre, les légionnaires ont patrouillé dans les environs du centre pour empêcher toute présence humaine.

 

Ainsi, le 27 mai 2015 à 18h16, la 223e fusée de type Ariane 5 a pu quitter Kourou en toute sécurité et permettre la mise en orbite de deux satellites de télécommunications.

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’État dans des missions à caractère interministériel, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

Les FAG sécurisent le 223e lancement d’une fusée Ariane

Partager cet article

Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 16:20
photo GATR

photo GATR

 

May 21, 2015: Strategy Page

 

U.S. SOCOM (Special Operations Command) has sponsored work on lighter and more powerful portable satellite dishes for decades. What SOCOM operators need the most are back packable gear that can send video, especially during a stakeout (a common activity for Special Forces operators) of a target for missile armed warplanes or UAVs overhead. The latest breakthrough is GATR, a 26.3 kg (58 pound) 1.2 meter (47 inch) satellite dish in an inflatable sphere. This gear can upload 2 mbps (one million bits per second, about 100,000 bytes per second) and download 5 mbps. This is the lightest back packable dish with that kind of bandwidth. SOCOM has bought nearly a hundred of these so far. Most of the time SOCOM operators can get by with lighter satellite communications, with much lower bandwidth.

 

For example in 2012 SOCOM bought $170 million of new satellite communications gear with a max download speed of 1 mbps. What was most important about this gear was that it was portable (via hummer or backpack) and provided Special Forces operators with high speed satellite communications using 60 cm (24 inch) satellite dishes. Special Forces operators need these communications tool for when they are out in the hills, out beyond cell phones and most wireless forms of communication. Satellite phones have been used for over a decade but these devices have limited data capacity (about 25,000 bits per second).

 

Typical portable systems like this weigh less than 15 kg (33 pounds) and can be carried in two suitcases or in a backpack. This gear can operate off battery power and are rugged enough to survive water, sand, extreme temperatures, and other hard knocks. These systems allow a Special Forces team to access multiple live video feeds, as well as downloading complex maps and other images. All this is heavily encrypted to make eavesdropping very difficult. Set up time is less than ten minutes and the small dish will automatically locate and lock onto the desired satellite. This equipment has been available for over two decades but they have become smaller, cheaper, faster, more rugged, and reliable every year. Most importantly, they do not require a communications specialist to set up or operate. SOCOM has several thousand of these portable systems.

Partager cet article

Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 10:20
photo CCH Serpillo

photo CCH Serpillo

 

01/06/2015 Source: État-major des armées

 

Du 25 au 28 mai 2015, le commandant de l’US Air Force Space Command, le Lt. Gen. John W. “Jay” Raymond, était en Guyane, et a rencontré à cette occasion les forces armées en Guyane (FAG).

 

Cette visite organisée par le Commandant interarmées de l’espace (CIE) et le Centre National des Etudes Spatiales (CNES), était centrée sur les activités du Centre Spatial Guyanais (CSG). Ce fut l’occasion de présenter le dispositif Titan, mission de sécurisation principale des FAG. Ce dispositif, déployé 24 heures avant un tir, vise à contrôler les espaces d’approche aérienne, maritime et terrestre du CSG. Les FAG sont alors mobilisées pour permettre le décollage des lanceurs Ariane V, Soyouz et Vega dans des conditions optimales de sécurité. Le dispositif Titan est impératif, aucun lancement ne peut être effectué sans l’engagement des militaires des FAG.

 

Le 27 mai 2015, au CSG, la délégation a assisté au 65e succès d’Ariane 5, qui a mis sur orbite géostationnaire deux satellites : le satellite de télécommunication mexicain SKYM-1, et l’américain DirectTV-15 pour la télévision HD.

 

La Guyane représente des enjeux uniques pour la France et l’Europe, principalement dans le domaine spatial. 2 100 militaires des trois armées, essentiellement répartis sur l’île de Cayenne et Kourou, composent les FAG. A 7 000 km de la métropole, les FAG garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

photo CCH Serpillo
photo CCH Serpillophoto CCH Serpillo

photo CCH Serpillo

Partager cet article

Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 16:25
Lancement réussi du satellite franco-italien Sicral2

 

28/05/2015  Economie et technologie

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, se félicite du succès du lancement dimanche 26 avril 2015 du satellite franco-italien de télécommunications militaires Sicral 2 (Sistema Italiano per Comunicazioni Riservate ed Allarmi). Sicral 2 a été mis en orbite depuis Kourou par une fusée Ariane 5 à 22h00, heure de Paris.

 

Jean-Yves Le Drian a déclaré : « Cette réussite consolide la coopération franco-italienne dans le domaine spatial et contribue à renforcer les capacités opérationnelles européennes. Elle est le fruit de l’excellent niveau technologique de l’industrie spatiale européenne. »

 

Sicral 2 est cofinancé par la France et l’Italie. Le montant de la part française de cet investissement est de 120 M€. Dans le cadre de cette coopération, la direction générale de l’armement (DGA) est l’interlocuteur français du ministère de la Défense italien qui assure la maîtrise d’ouvrage du programme. Thales Alenia Space a développé Sicral 2 en cotraitance avec Telespazio. L’assemblage du satellite a été effectué par Thales Alenia Space sur son site de Cannes (Alpes-Maritimes). Ce projet a mobilisé 170 emplois à forte valeur ajoutée à Cannes et à Toulouse.

 

Sicral 2 vient compléter les capacités nationales actuelles, constituées des deux satellites militaires Syracuse IIIA et IIIB, lancés en 2005 et 2006, ainsi que le satellite franco-italien de communications civilo-militaire Athena-Fidus lancé en 2014. Cette constellation permet de répondre, en toute autonomie, aux différents besoins des forces armées pour des télécommunications à longues distances, sécurisées et résistantes à la menace de guerre électronique. La relève de ces capacités en France sera assurée au début de la prochaine décennie par le programme Comsat NG qui sera lancé pendant l’actuelle loi de programmation militaire 2014-2019.

 

Sicral 2, plateforme dont la durée de vie est prévue pour 15 ans, embarque trois charges de télécommunications séparées : deux pour l’Italie et une pour la France. La charge française utilise la bande de fréquences SHF, permettant l’emploi des stations au sol fixes et des terminaux déployables du système Syracuse.

Partager cet article

Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 12:25
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

28/05/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 20 au 27 mai 2015, les forces armées en Guyane (FAG) ont été engagées pour la sécurisation des abords terrestres, maritimes et aériens du centre spatial Guyanais (CSG), chargé d’assurer le lancement de fusées spatiales.

 

A l’occasion de chaque tir (Ariane, Soyouz ou Vega), la sécurité du centre spatial guyanais est assurée par les militaires des FAG. Ils agissent dans le cadre du dispositif Titan. Près de 300 militaires des trois armées y sont déployés.

 

A terre, les légionnaires du 3e REI patrouillent dans les environs du CSG pour empêcher toute présence humaine. En mer, un patrouilleur de la marine nationale, la Capricieuse, ainsi qu’une vedette de gendarmerie maritime, la Mahury, patrouillent au large du CSG pour interdire l’accès aux côtes.  Assistés par un hélicoptère et un avion CASA de l’armée de l’Air, ces navires ont reconduit trois bateaux de pêche hors de la zone interdite.

 

Enfin, les militaires permanents du centre de contrôle militaire basés à Kourou (en lien direct avec la haute autorité de défense aérienne (HADA) qui peut déclencher les mesures actives de sureté aériennes (MASA)) ont assuré l’observation de l’espace aérien pour prévenir toute pénétration de la zone interdite.

 

Ainsi, le 27 mai 2015 à 18h16, la 223e fusée de type Ariane 5 a pu quitter Kourou en toute sécurité et permettre la mise en orbite de deux satellites de télécommunications.

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

Partager cet article

Repost0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 11:50
Satellite Communication Solutions by Thales


19 mai 2015 by Thales

 

Thales delivers military satellite communication systems to armies all around the world. With a comprehensive portfolio of land, naval and air terminals together with its fully secured “System 21” modem solution, Thales is able to meet the most stringent requirements in terms of sovereignty, security, integration, quality of services.
Discover Thales’ know how in the integration of state of the art satcom solutions for high data rate on-the-move communication systems for all types of platforms.

Partager cet article

Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 16:20
Lancement du drone spatial «secret » X37-B de l' US Air Force pour une nouvelle mission

Une fusée Atlas V lance avec succès la mission AFSPC-5 de la station de la US Air Force à Cap Canaveral Air Force, en Floride, le 20 mai 2015. (courtoisie/United Launch Alliance)

 

21 mai 2015 45eNord.ca (AFP)

 

L’US Air Force a annoncé avoir réexpédié dans l’espace sa petite navette spatiale automatique pour un quatrième vol expérimental.

 

Lors de son dernier vol, la petite navette X37-B (près de 9 mètres de long, 4,5 mètres d’envergure) était restée 674 jours en orbite, avant de retourner sur la Terre et de se poser comme un avion, de manière totalement autonome.

 

L’US Air Force n’a jamais donné beaucoup de détails sur les missions de cet engin spatial, alimentant les spéculations sur son utilisation actuelle et future.

 

Des experts ont ainsi estimé que la navette était en fait utilisée comme un avion-espion, voire qu’elle pourrait être utilisée à l’avenir comme un « bombardier spatial », capable d’aller dans l’espace avant de revenir frapper sur la terre.

 

Selon l’Air Force en tout cas, la quatrième mission a pour but de poursuivre la mise au point de la navette, de tester des nouveaux matériaux avancés pour la NASA et d’essayer un nouveau système de propulsion dans l’espace, économe en énergie et qui repose sur l’ionisation d’un gaz noble, le xénon.

 

« Il y a des capacités opérationnelles dont nous ne discutons pas », a reconnu un porte-parole de l’US Air Force, le capitaine Chris Hoyler, qui s’est refusé à tout commentaire sur l’éventuelle présence à bord d’instruments de surveillance.

 

Le porte-parole a déclaré que la durée de la mission serait décidée pendant le vol, en fonction notamment de l’avancement des tests pratiqués à bord.

 

La navette a été lancée mercredi 20 mai depuis Cap Canaveral en Floride (sud-est) avec une fusée Atlas V, utilisée pour les lancements militaires américains.

 

Les deux premières missions de la navette, lancée pour la première fois en 2010, avaient duré respectivement 225 et 469 jours.

Partager cet article

Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 12:56
Les crédits accordés à l’armée ne bénéficieront pas forcément à l'industrie européenne

 

20.05.2015 Par Nathalie Guibert et Dominique Gallois - lemonde.fr

 

Les armées françaises vont bénéficier de moyens supplémentaires, humains et matériels. La décision a été prise par François Hollande après les attentats terroristes de janvier, qui ont tué 17 personnes à Paris. C’est l’objet du projet de révision de la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019, examiné en conseil des ministres mercredi 20 mai.

Ce sont ainsi 3,8 milliards d’euros de ressources financières qui viendront s’ajouter, de 2016 à 2019, dans l’enveloppe de la LPM, votée en décembre 2013 (190 milliards d’euros courant sur cinq ans). Dans ce surplus de crédits, 1 milliard d’euros sera consacré à l’achat de nouveaux équipements.

« C’est une excellente nouvelle pour toutes les entreprises de défense, surtout pour les plus petites d’entre elles à l’équilibre fragile», a relevé Marwan Lahoud, président du Conseil des industries de défense (Cidef).

Reste qu’il n’est pas dit que ce surplus de contrats profite aux industriels français et/ou européens du secteur. Une partie de l’enveloppe supplémentaire pourrait en effet être utilisée pour acheter du matériel auprès de l’industrie américaine.

 

L’armée de l’air veut des avions américains

C’est le cas par exemple dans le domaine des avions de transport militaire et de ravitaillement. L’armée de l’air et les forces spéciales réclament en effet l’achat de quatre C-130 de l’américain Lockheed Martin (dont deux destinés à ravitailler en vol les hélicoptères).

Cette acquisition « sur étagère » se ferait au détriment de l’A400M d’Airbus, en raison des retards du programme de l’avion européen et de son incapacité, dans sa version actuelle, à larguer des parachutistes ou à effectuer du ravitaillement en vol.

L’avionneur européen a promis des modifications pour répondre aux besoins. Des tests sont menés depuis un an, et un calendrier de mise en oeuvre de ces modifications sera présenté au début de l’été.

La Direction générale de l’armement soutient Airbus en arguant d’un coût exorbitant des quatre avions américains, évalué à environ 800 millions d’euros. Un argument battu en brèche chez les militaires, comme chez les parlementaires, qui jugent cette facture gonflée, l’estimant à 240 millions d’euros.

La décision est suspendue à la proposition d’Airbus, explique-t-on au ministère de la défense. La réponse de l’avionneur dépendra aussi des résultats de l’analyse des boîtes noires de l’A400M, qui s’est écrasé à Séville début mai.

 

La francisation des drones américains abandonnée

En raison de l’urgence, la « francisation » des équipements des drones de surveillance américains Reaper, déployés au Sahel, a par ailleurs été abandonnée. Le nouveau projet scelle l’achat d’un système de détection américain ROEM (renseignement d’origine électromagnétique), réclamé par l’armée de l’air.

Cette mise aux normes françaises avait pourtant fait l’objet d’un engagement en 2014 lors de l’achat, en urgence, de drones aux États-Unis plutôt qu’en Europe. Thales était sur les rangs.

Malgré tout, la nouvelle enveloppe de 1 milliard d’euros prévoit l’acquisition de sept hélicoptères d’attaque Tigre supplémentaires et de six NH90 spécialisés dans le transport de troupes, appareils fabriqués par Airbus Hélicoptères.

S’y ajoute l’achat de deux patrouilleurs pour la marine. Ou encore l’accélération de projets déjà prévus, comme le troisième satellite d’observation Musis, fabriqué, à Toulouse, par Airbus Defence and Space (Thales Alenia Space fournissant l’optique) alors qu’il est financé aux deux tiers (200 millions d’euros) par les Allemands.

 

Lire aussi : Défense : le gros de l’effort reporté à l’après-2017

Lire aussi : À la France les satellites d’observation, à l’Allemagne les drones

Partager cet article

Repost0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 16:55
Du 15 AU 21 juin 2015, l’ONERA vous accueille au Salon du Bourget

 

20.05.2015 - ONERA

 

Acteur majeur de la recherche et technologie aéronautique et spatiale en France, l’ONERA sera présent au salon du Bourget.

 

Vous êtes institutionnel, industriel, journaliste, étudiant ou encore passionné par l’aéronautique ? Venez découvrir nos compétences et domaines d’excellence sur notre stand, situé dans le hall 2A (n° C271). Notre équipe vous accueillera du 15 au 21 juin, de 8 h 30 à 18 h 00. Si vous souhaitez prendre rendez-vous préalablement à votre visite, contactez-nous par email : rdv . bourget2015 @ onera . fr.

 

Au travers du thème, « l’ONERA pense et teste les ruptures de demain », le centre français de recherche aéronautique et spatiale mettra en avant ses innovations technologiques et sa capacité à concevoir des systèmes complexes pour l’aéronautique du futur, civile ou militaire. A cette occasion, l’ONERA présentera trois thématiques d’intérêt stratégique, économique et environnemental :

 

    Une aéronautique plus verte. L’ONERA participe à la conception de nouveaux moteurs et de nouvelles configurations d’avions pour réduire la consommation, les émissions polluantes, et le bruit.

    Performance et maîtrise des drones. L’ONERA présente ses savoir-faire pour la conception de drones innovants et la lutte contre les drones malveillants.

    Du concept au démonstrateur en vol. L’ONERA illustre sa capacité à travailler en synergie avec des agences de recherche et des industriels, les PME en particulier, pour la réalisation de démonstrateurs industrialisables.

 

Sans technologie pas de programme. Mais sans recherche, pas de technologies. Deux exemples démontrent l’apport des compétences de l’ONERA en termes d’innovation et la nécessité d’investir en recherche, pour continuer à transmettre à l’industrie les technologies validées qui lui permettront de conforter son avance.

Partager cet article

Repost0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 12:50
Thales recent history in Military Satcom Solutions


13 mai 2015 by Thales

 

Since 2002, Thales has been delivering military satellite communications systems to armies all around the world. With a comprehensive portfolio of land, naval and air terminals together with an full integrated system offering, Thales is able to meet the most stringent requirements in terms of sovereignty, security, integration, quality of services.


Discover Thales’ know how in the integration of state of the art satcom solutions for high data rate on-the-move communication systems for all types of platforms.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories