Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 17:30
A Vega launch vehicle takes flight. Photo: Arianspace

A Vega launch vehicle takes flight. Photo: Arianspace

 

EVRY, France, March 19 By Richard Tomkins (UPI)

 

Arianespace reports it will launch two Earth Observation Satellites of the military of the United Arab Emirates in the coming years. The low-orbit Falcon Eye satellite being built by Airbus Defense and Space and Thales Alenia Space will be sent aloft on Vega, or Soyuz, launchers from the Guiana Space Center in 2018 and 2019 under a contract received from Airbus DS, the company said. No information as to the value of the contract received was disclosed.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 12:50
Cours pilote du CESD : Les enjeux de l’espace pour la PSDC

 

18.03.2015 IHEDN

 

Dans le cadre de ses activités au sein du Collège européen de sécurité et de défense (CESD), l’IHEDN a organisé un cours spécialisé consacré aux enjeux de l’espace pour la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC), qui s’est tenu à Bruxelles du 10 au 12 mars 2015.

 

Durant ces trois journées, 25 auditeurs ont été formés aux enjeux de l’espace, en matière de défense et de sécurité.

 

Les interventions, rythmant ce cours, ont été conçues de sorte à donner la parole à 15 conférenciers, représentant l’ensemble des acteurs institutionnels en charge d’activités dans le domaine spatial.

 

Les interventions du Commandement interarmées de l'espace (CIE), de l’état-major des armées et du Centre national d’études spatiales (CNES) ont permis de présenter la position française en matière de doctrine spatiale et de développement capacitaire. Un créneau fut également retenu pour l’intervention de groupes industriels leaders dans le domaine spatial. 

 

La direction des programmes de navigation par satellite européen de la Commission européenne (DG Marché intérieur), l’Agence spatiale européenne (ESA) et le Centre satellitaire de l’Union européenne (EU SATCEN) se sont également exprimés.. 

 

Madame Claude-France ARNOULD, envoyée spéciale pour l’espace au sein du Service européen pour l’Action extérieure (SEAE) a clôturé ce cours.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 13:20
Long March 2C carrier rocket launch photo Xinhua News

Long March 2C carrier rocket launch photo Xinhua News

 

19.03.2015 sputniknews.com

 

Le Pentagone est préoccupé par les progrès de Moscou et Pékin dans le domaine d'armes antisatellites.

 

Le ministère américain de la Défense est profondément préoccupé par les progrès réalisés par Moscou et Pékin dans la mise au point d'armes antisatellites, annonce jeudi l'hebdomadaire The Diplomat. Selon le secrétaire américain adjoint à la Défense en charge des acquisitions, de la technologie et de la logistique, Frank Kendall, le leadership des Etats-Unis est particulièrement vulnérable dans l'espace compte tenu des progrès réalisés par la Russie et la Chine dans la mise au point d'armes antisatellites. Selon l'hebdomadaire, il s'agit d'armes capables d'effectuer des attaques électromagnétiques et de tirer des missiles antisatellites. En 2007, la Chine a déjà testé avec succès un missile antisatellite. Le Pentagone soupçonne la Russie de mettre au point un "chasseur de satellites", un appareil capable de détecter et de détruire les satellites adverses.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 11:50
Critical space technologies for European strategic non-dependence

 

Brussels - 19 March, 2015 European Defence Agency

 

The European Space Agency (ESA), the European Commission (EC) and the European Defence Agency (EDA) agreed on a list of actions for strategic non-dependence in the area of critical space technologies. The list was elaborated in a joint task force together with the relevant Member States organisations, industry and academia and contains 39 non-dependence actions in technology domains such as materials, electronic or photonic components, green propellants or complex structures.

 

One of the key objectives of the European Space Policy is to ensure non-dependence on critical technologies. This requires significant efforts in a large array of domains such as skills, sustainable European industrial capabilities, appropriate public policies and regulations as well as forward-looking research and technology.

Europe’s ability to get access to  key enabling technologies is crucial to both space and defence capabilities. Considering the similarities between the defence and space domains, since 2009, ESA, EC and EDA have run the European non-dependence process through a joint task force for critical technologies. Its objective is to map key technology needs and to identify priority actions to be implemented within European or national programmes. 

On 13 February 2015, the 3rd European non-dependence process results were presented to Member States and industry. The final list of urgent actions for the time frame 2015-2017 was finalised on 18 March 2015.

From October 2014 to February 2015 the joint task force together with the relevant Member States organisations, industry and academia conducted a consultation process to find consensus on the most urgent research actions. The current action list contains 39 non-dependence actions in technology domains such as materials, electronic or photonic components, green propellants or complex structures. It promotes synergies between ESA, EC and EDA activities and serves as input for the upcoming H2020 Space workplan.

This succesful joint process illustrates the commitment of both Member States and European institutional actors in securing those key technologies that reinforce Europe’s supply chain and thus its strategic independence and security.

 

(c) Pictures: ESA, European Commission

More information:

Partager cet article

Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 17:20
Unfurlable Mesh Antennas from Harris Successfully Deploy on US Navy's 3rd MUOS Satellite

 

Mar 17, 2015 ASDNews Source : Harris Corporation

 

Two unfurlable mesh antenna reflectors developed by Harris Corporation have successfully deployed onboard the third Mobile User Objective System (MUOS) satellite built by Lockheed Martin. This represents the fifth and sixth successful Harris reflector deployments in the planned 5-satellite MUOS system. The announcement was made during Satellite 2015 being held March 16-19 at the Walter E. Washington Convention Center in Washington, D.C.

The MUOS satellite constellation operates like a smart phone network in the sky, vastly improving current secure mobile satellite communications for warfighters on the move. Unlike previous systems, MUOS provides users and on-demand, beyond-line-of-sight capability to transmit and receive high-quality, prioritized voice and mission data, on a high-speed IP-based system. Once fully deployed, MUOS will be compatible with, but provide 16-times the capacity of the legacy UHF satellite system.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 15:35
Credits : Airbus DS

Credits : Airbus DS

 

17 March 2015 Ministry of Defence and Philip Dunne MP

 

The UK will move one of its communication satellites to the Asia Pacific region for the first time to deliver protected and secure satellite communications services.

 

Defence Minister Philip Dunne confirmed at the Langkawi International Maritime & Aerospace (LIMA) exhibition in Malaysia, that Airbus will reposition one of the Skynet 5 satellites, providing the UK with secure communications and a greater ability to support regional humanitarian and peacekeeping operations.

As part of a multi-million pound investment, Airbus Defence & Space – which operates the satellite on behalf of the UK Government – will also build a ground station in Australia. The move represents significant export opportunities for the UK as any spare communication capacity will be sold.

Defence Minister Philip Dunne, said:

Today’s announcement that Airbus will be moving one of the UK’s Skynet 5 satellites to the eastern Asia-Pacific region is clear proof of how much our relationships with our international allies matter.

This is the first time that we have had a secure communications capability in the region, and shows the depth of our commitment to our allies and partners in the region, including Malaysia, in humanitarian and peacekeeping operations.

The Skynet 5 is a private finance initiative contracted to Airbus Defence & Space, who own and operate the Skynet 5 secure communications satellites and the ground network which provide all Beyond Line of Sight (BLOS) communications to the UK Ministry of Defence.

As part of the contract, NATO and other allied governments are able to use Skynet services to augment their existing communication services. It is intended that the Skynet satellite will be in position by the middle of 2015.

A range of world leading British technologies are being exhibited at LIMA as the United Kingdom looks to strengthen industrial ties with Malaysia in the defence and security sectors.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 12:50
Galileo Satellites Orbit - credits : ESA

Galileo Satellites Orbit - credits : ESA

 

Mar 13, 2015 ASDNews Source : European Space Agency (ESA)

 

The sixth Galileo satellite of Europe’s navigation system has now entered its corrected target orbit, which will allow detailed testing to assess the performance of its navigation payload.

Launched with the fifth Galileo last August, its initial elongated orbit saw it travelling as high as 25 900 km above Earth and down to a low point of 13 713 km – confusing the Earth sensor used to point its navigation antennas at the ground.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:55
Leclerc - CERES (photo Armée de Terre / CNES)

Leclerc - CERES (photo Armée de Terre / CNES)

 

13 mars 2015 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Avec trois satellites pour des missions de renseignements d’origine électromagnétique dont la réalisation a été confiée à Airbus Defence et à Thales, et 200 chars Leclerc rénovés dont le marché a été attribué à Nexter, ces trois industriels de la défense vont bénéficier globalement de 780 millions d’euros de contrats.

 

La direction générale de l’armement (DGA) vient de notifier deux contrats aux industriels de la défense, l'un pour la première phase de réalisation du système Ceres (satellites pour des missions de renseignements) à Airbus Defence and Space et à son co-traitant Thales, l'autre pour la rénovation du char Leclerc dont va bénéficier Nexter.

 

Le système spatial Ceres de recueil de renseignement électromagnétique permettra à la France de collecter, à l’horizon 2020, sans contrainte juridique de survol et en tout temps, du renseignement d’origine électromagnétique (ROEM) sur des zones inaccessibles par les capteurs de surface. Le budget couvrant la réalisation et la mise en orbite de Ceres est de l’ordre de 450 M€.

 

La maîtrise d’ouvrage du programme Ceres est assurée par la DGA. Le Cnes (Centre national d'études spatiales) agit en tant que maître d’ouvrage délégué.

 

La DGA vient par ailleurs de notifier à la société Nexter Systems le marché de rénovation du char Leclerc. Cette commande constitue la troisième opération lancée par le ministère de la Défense dans le cadre du programme Scorpion destiné à moderniser les forces de contact de l’armée de terre.

 

D’un montant d’environ 330 M€, le contrat prévoit la livraison à partir de 2020 de 200 chars Leclerc rénovés et de 18 dépanneurs de char DCL rénovés.

 

Grâce au développement d’interfaces spécifiques pour le nouveau système de radio tactique Contact et le système d’information et de commandement Scorpion (SICS), le char Leclerc rénové pourra collaborer efficacement en réseau avec toutes les composantes des futurs GTIA (groupes tactiques interarmes) « Scorpion ».

Partager cet article

Repost0
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 12:21
Polar Epsilon 2 Radarsat-2 source ADGA

Polar Epsilon 2 Radarsat-2 source ADGA

 

March 11, 2015 By David Pugliese – Defense News

 

VICTORIA, British Columbia — Canada's military for years has had a wishlist of billions of dollars of new equipment designed to support Arctic operations. But this year it is actually moving ahead on those acquisitions, first with new patrol ships and then by upgrading utility aircraft for operations in the country's northern regions.

 

The first steel will be cut on the Royal Canadian Navy's Arctic offshore patrol ships in September. Five ships will be constructed by Irving Shipbuilding of Canada, while Lockheed Martin is handling onboard combat systems in the CAN $3.5 billion (US $3.4 billion) project.

 

This year will also see the release of a request for bids on an upgrade program for the Royal Canadian Air Force's CC-138 Twin Otter aircraft, which are used for utility transports in the Arctic. The project is expected to cost $20 million to $49 million.

 

"The CC-138 Twin Otter will undergo a life extension program to ensure the fleet remains safe and operationally effective until the UTA [utility transport aircraft] enters service," Air Force spokesman Maj. James Simiana said.

 

The UTA is a proposed new fleet of transport aircraft for the Arctic but isn't expected to be ready to replace the 40-year-old Twin Otters until 2025.

 

In the meantime, the upgrade will replace the Twin Otter's wing boxes and install cockpit voice/flight data recorders, improving supportability with a new supply chain of parts, according to the Air Force.

 

In addition, high frequency radios and aircraft spares will be acquired and training devices will be improved.

 

The Air Force expects the upgrade contract to be awarded in 2016, with final delivery of the modernized Twin Otters in 2020.

 

Navy League of Canada analyst Norm Jolin said the focus for new Arctic equipment shouldn't be weapon systems but the austere environment. Much of the Arctic is still uncharted and despite global warming, the region is often inaccessible, said Jolin, a retired Royal Canadian Navy captain.

 

"Up in the north, it's still about survival," he said.

 

With that in mind, the Canadian Army plans to outfit individual soldiers with new winter warfare equipment, including snowshoes, skis and toboggans. Up to $49 million will be spent on that gear with deliveries to begin in 2021.

 

Further into the future, the Army plans to purchase up to 100 all-terrain vehicles capable of operations in the snow. The vehicles would replace tracked BV-206s purchased in the 1980s. The program is estimated to cost between $100 million and $249 million, but the military doesn't expect to go to industry for bids until after 2021.

 

Increasing the Canadian government and military's presence in the resource-rich Arctic is a key defense platform for Conservative Party Prime Minister Stephen Harper. In January, he named Julian Fantino as associate defense minister with a focus on Arctic issues.

 

Harper contends that the increased military and government presence is needed because oil, gas and minerals in the Arctic are critical to the country's economic growth. The types of incidents the Canadian Forces would most likely have to respond to in the Arctic, Jolin said, would be a major environmental disaster or a search-and-rescue operation, such as aiding a commercial cruise ship that has capsized after hitting an uncharted obstacle.

 

"The biggest thing will be coordination, so you'll want to have the ability to mount a command post, have good radios and radars, good surveillance," he said. "It's about command and control, power generation and communications."

 

To meet the communications and surveillance needs, Canada's military plans to take part in two space programs to support Arctic operations.

 

The government will fund the construction of two polar communications and weather satellites. An analysis of various options for the project is expected to start this year, with a request for proposals to be issued to industry in 2018. A contact will be awarded in 2020.

 

The two spacecraft, which will provide the backbone of military and government communications in the Arctic as well as weather forecasting, are estimated to cost $1.5 billion.

 

The Canadian military also has an increased surveillance capability planned for the Arctic, dubbed Polar Epsilon 2. The system will use the data produced by the Canadian government's Radarsat Constellation Mission (RCM) spacecraft currently under design. The RCM satellites are scheduled for launch in 2018.

 

Polar Epsilon 2 will involve the construction of ground infrastructure and systems to collect and process data from the three RCM satellites. The project is estimated to cost between $100 million and $249 million. A contract is expected to be awarded in 2017, with delivery of the systems two years later.

 

The building of other Arctic infrastructure is also underway. In 2013 the Canadian Forces opened a $25 million Arctic Training Centre in Resolute Bay. Canada has also just started work on a naval refueling facility on Baffin Island, Nunavut, Department of National Defence spokeswoman Dominique Tessier said.

 

Originally the plan was to build a deep-water port at Nanisivik, but because of the high costs of construction in the Arctic that has been scaled back to a $130 million refueling site for the Royal Canadian Navy. The site will be used to support the new Arctic offshore patrol ships.

 

Early preparation work for construction began in September 2014, Tessier said. Full operational capability of the facility is planned for 2018, she added.

 

"This upcoming construction season [in] 2015 will involve jetty recapitalization and site material preparation," Tessier said.

 

Subsequent construction seasons in the north, from 2016 to 2018, will see construction of tank farm and road upgrades.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 08:55
Constellation de satellite Elisa. crédits CNES PHOTON REGY Michel

Constellation de satellite Elisa. crédits CNES PHOTON REGY Michel

 

Les satellites Elisa ont contribué à la préparation du programme CERES pour fournir à la Défense la capacité de localiser et caractériser les radars au sol depuis l’espace

 

12/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Avec la mise en service en 2020 de trois satellites CERES (Capacité de renseignement électromagnétique d'origine Spatiale), la France va entrer dans le club très, très fermé des pays possédant une telle technologie. A ce jour, seuls les États-Unis, la Russie et la Chine disposeraient de tels outils ultra-perfectionnés.

 

De grandes oreilles dans l'espace. Avec la mise en service en 2020 de trois satellites espions CERES (Capacité de renseignement électromagnétique d'origine Spatiale-ROEM), la France va entrer dans le club très, très fermé des pays possédant une telle technologie. A ce jour, seuls les États-Unis, la Russie et la Chine disposeraient de tels outils ultra-perfectionnés qui vont lui permettre de maîtriser les systèmes de télécoms et de radars ennemis. Car les satellites CERES ont la capacité de localiser et d'identifier les signaux émis par les systèmes adverses. Ce qui permettra de cartographier les centres de télécommunications et les radars dans les zones de conflit, et d'évaluer leur niveau d'activité, y compris "sur des zones inaccessibles par les capteurs de surface", a précisé la Délégation générale de l'armement (DGA), maître d'ouvrage du programme.

Ce programme permettra par exemple de préciser le danger que représentent les radars ennemis afin de garantir la suprématie des avions français, ou encore de déterminer l'architecture des réseaux de communication adverses. En d'autres termes, la France pourra envoyer en toute indépendance ses avions qui pourront entrer en premier sur un théâtre d'opérations extérieures, contrairement à la Libye où l'aide des États-Unis avait été précieuse. Le programme CERES, découpé en plusieurs tranches conditionnelles, est s'élève à 450 millions d'euros, selon la DGA. Le ministère de la Défense a notifié un contrat portant sur la production des satellites à Airbus Defence & Space, en tant que chef de file, et Thales.

 

Jean-Yves Le Drian conscient des atouts du spatial militaire

Conscient de ces enjeux et malgré les tensions qui pèsent sur le budget de la défense, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a fait "le choix d'inscrire dans la loi de programmation militaire (LPM) un niveau d'ambitions élevé, avait-il expliqué le 13 février à Cannes chez Thales Alenia Space (TAS). Ce niveau n'est pas superflu. Il est adapté aux besoins de sécurité de la France, comme à ses responsabilités internationales, dans un contexte où notre environnement stratégique se durcit et où les menaces abondent".

Du coup, le ministère de la Défense a dû consentir un effort financier qui correspond, sur la durée de la LPM, à un total de 2,4 milliards d'euros pour les programmes spatiaux, qui "visent à conforter quatre capacités essentielles" : l'imagerie sécurisée optique, infrarouge et radar, avec les satellites CSO, les communications de grande élongation, avec SICRAL 2 et bientôt COMSAT NG,  l'écoute des signaux électromagnétiques avec la réalisation de CERES et la surveillance de l'espace extra-atmosphérique, pour laquelle la France propose la mise en place d'un programme européen. Et de rajouter alors : "l'ampleur des investissements qui sont nécessaires pour conserver un outil industriel, avec le niveau d'excellence que j'ai pu constater aujourd'hui, n'est cependant plus accessible à une seule nation".

 

Airbus Defence & Space, chef de file de CERES

En attendant de trouver des partenaires européens dont les budgets de la défense sont  plombés par trop d'économies, c'est Airbus Defence & Space qui a été sélectionné en tant que chef de file par la direction générale de l'armement (DGA) pour réaliser les trois satellites CERES. Pourquoi Airbus DS? Parce que les équipes du groupe européen ont déjà réalisé les démonstrateurs Essaim et Elisa, ce qui "démontre la qualité de notre savoir-faire et de nos technologies", a estimé le directeur général de Space Systems, François Auque, qui a précisé que "Airbus Defence and Space confirme sa position de maître d'œuvre de tous les systèmes spatiaux français de renseignement".

Airbus Defence and Space assure la responsabilité du segment spatial formé des trois satellites. Thales et plus particulièrement Thales Systèmes Aéroportés (TSA) est responsable de la charge utile et du segment sol utilisateurs. Le système comprend un segment sol de contrôle et un segment sol utilisateurs. Les deux industriels assurent conjointement la maîtrise d'œuvre de l'ensemble du système. Par ailleurs, Thales Alenia Space (TAS) intervient comme sous-traitant du groupe européen pour la fourniture de la plate-forme.

Pour concevoir et réaliser CERES, Airbus DS et Thales vont s'appuyer sur l'expérience acquise en commun avec les démonstrateurs Essaim et Elisa. Le premier, mis en orbite en 2004 par Ariane 5, était un système de plusieurs microsatellites, destinés à analyser l'environnement électromagnétique de la Terre à sa surface. Et plus précisément à expérimenter le recueil de renseignements électromagnétiques dans le domaine des télécommunications. Mis en orbite en décembre 2011 à 700 km d'altitude, Elisa était un démonstrateur technologique qui visait à démontrer la capacité à localiser et caractériser des radars au sol depuis l'espace.

 

Trois satellites qui chassent en meute

CERES est un système composé de trois satellites positionnés à proximité les uns des autres et destinés à la détection et la localisation des émissions électromagnétiques au sol. C'est l'utilisation simultanée des trois satellites positionnés en triangle qui permet de localiser l'émission. "Quand un radar émet un signal, chacun des satellites reçoit ce signal à un instant légèrement différent, explique un spécialiste. C'est en croisant les informations recueillies par chacun et comparant l'heure de réception d'un même signal que l'on peut situer l'emplacement de l'émetteur. En faisant l'exercice pour chaque paire de satellites (satellite 1/satellite 2 - satellite 1/satellite 3 - satellite 2/satellite 3), on aboutit à une localisation très précise. D'où la nécessité de disposer de trois satellites travaillant conjointement", avait expliqué en avril 2014 le CNES dans un communiqué.

Les satellites CERES ont naturellement une capacité de surveillance étendue à toutes les zones du monde observables par satellite sans contraintes d'accès. Au-delà des applications purement militaires, le programme, conçu pour pouvoir analyser les différents types d'émissions, permettra, en plus de déterminer l'architecture de systèmes en réseaux, tel des réseaux de communication, de suivre, en fonction des caractéristiques des signaux, l'évolution du niveau des performances des matériels des forces adverses. "Il pourra donc détecter la prolifération de matériels sophistiqués dans une zone d'intérêt, si besoin est", souligne un spécialiste.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 07:55
Airbus DS to build CERES signals intelligence satellites for French defence

 

12 March 2015 Airbus DS

 

Airbus Defence and Space, the world’s second largest space company, has been selected by the DGA (Direction générale de l’armement) to build the three CERES satellites, which will provide France with its first operational SIGINT capability.

 

“The fact that the DGA has entrusted Airbus Defence and Space with the construction of the CERES satellites demonstrates the quality of our expertise and technology, acquired through our successful development of the ESSAIM and ELISA demonstrators,” said François Auque, Head of Space Systems. “Signals intelligence is flagged as a top priority in the French Defence and National Security white paper. Airbus Defence and Space, which started working with Thales through CERES, is proud to provide France with its industrial and technological expertise, thus confirming its position as the prime contractor for all French space-based intelligence systems.”

 

The CERES (Capacité de Renseignement Electromagnétique Spatiale or Space Signal Intelligence Capacity) system comprises three closely positioned satellites that are designed to detect and locate ground signals, along with ground control and user ground segments. CERES is due to enter service in 2020.

 

Airbus Defence and Space has been entrusted with the space segment comprising the three satellites, while Thales is responsible for the payload and the user ground segment. The two manufacturers are the joint prime contractors for the entire system. In addition, Thales Alenia Space acts as a subcontractor to Airbus Defence and Space in supplying the platform.

 

Intelligence is one of four priorities identified by the white paper. The 2014-2019 Military Planning Law has translated this priority into programmes and funding, which include signals intelligence and one of its operational uses, the CERES programme.

 

This satellite system will give France a capability that few countries possess. In designing and building CERES, Airbus Defence and Space and Thales will draw on the experience they acquired jointly from the ESSAIM and ELISA demonstrators.

 

Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defence and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defence enterprises. It employs more than 38,000 employees generating revenues of approximately €13 billion per year.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 07:55
satellite Ceres  Crédits CNES - DGA

satellite Ceres Crédits CNES - DGA

 

March 12, 2015 by Thales Group

 

Contract to build space signals intelligence system for the French military awarded to Thales and Airbus Defence and Space.

 

The French defence procurement agency (DGA) has selected Thales and Airbus Defence and Space as co-prime contractors for the design and construction of France's future military spaced-based signals intelligence (SIGINT) system, which is due to enter service by 2020.

 

In addition to its role as overall system co-prime contractor, Thales has responsibility for the mission payload on board the satellites and for the user ground segment in charge of programming the satellites and the data processing.

 

CERES (Capacité de Renseignement Electromagnétique d’origine Spatiale) will provide the French armed forces with an operational space-based SIGINT capability. Three closely positioned satellites will detect and locate radiocommunications and radars. The system also includes a ground control segment, to be provided by the French space agency CNES, and the user ground segment.

 

Airbus Defence and Space will have responsibility for the space segment, comprising the three satellites that will integrate the SIGINT payloads. Thales Alenia Space will supply the platform under subcontract to Airbus Defence and Space.

 

Intelligence is one of four priorities identified by the French defence white paper, and funding was earmarked for SIGINT, including the CERES programme, under the 2014-2019 defence spending plan.

 

 

"This satellite system will be one of the most sophisticated in the world, giving France a capability that few nations possess. To design and build CERES, we will be drawing on the experience and expertise acquired on the ESSAIM and ELISA demonstrators."

Pierre Eric Pommellet, Thales Executive Vice-President, Defence Mission Systems

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 18:55
Vitesse des courants océaniques en cm/s dérivée des données GOCE

Vitesse des courants océaniques en cm/s dérivée des données GOCE


12.03.2015 par ONERA
 

Un an après que le satellite GOCE (ESA) eut fini sa mission dans l'atmosphère, les scientifiques ont révélé les progrès réalisés dans la compréhension des courants océaniques.

 

Grâce au gradiomètre, instrument au coeur de la mission ESA GOCE (2009‐2012) intégrant six chaines accélérométriques développées et réalisées par l’ONERA, les scientifiques ont obtenu des cartographies de variations de gravité d’une précision incomparable. Les résultats ont été présentés fin 2014 à l’UNESCO à l’occasion du 5e workshop international des utilisateurs des données GOCE.

Des informations ont été obtenues dans de nombreux domaines comme la circulation des océans, l'unification des référentiels géodésiques ou certains mouvements profonds de la Terre…

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 17:50
Skynet 5 satellite

Skynet 5 satellite

 

12 March 2015 by Airbus DS - (defenceWeb)-

 

The UK Ministry of Defence has selected the company to provide satellite airtime for air and ground tracking of ground assets and helicopters.

 

The UK Ministry of Defence (MOD) has selected Airbus Defence and Space to provide satellite airtime for air and ground tracking of ground assets and helicopters on a worldwide basis. The contract is for the provision of Iridium Short Burst Data and Iridium Rudics Data Minutes for the MOD's established Asset Tracking System (ATS), Helicopter ATS (HeATS) and Ground ATS (GrATS).

 

The UK ATS meets operational command situational awareness requirements by providing the location of tracked ground and air assets in near real-time. The strategic importance of the ATS requires reliability across all of its components, including the satellite airtime provided by Airbus Defence and Space to transmit GPS data from assets in the field.

 

"This service further extends our close co-operation with UK MOD, beyond the Skynet satellite network. Remote tracking and monitoring of critical assets is a rapidly expanding area, and we are delighted to be able to support ATS," said Paul Millington, head of Government Communications UK Airbus Defence and Space.

 

Airbus Defence and Space is a unique satellite services provider with complete control over its own fleet of military satellites and teleports, but also an end-to-end service provider for both military and commercial fixed VSAT (very small aperture terminal) and mobile bandwidth and network services.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 17:20
photo US Army

photo US Army

 

March 12, 2015: Strategy Page

 

The U.S. Army is sending the latest version of its electronic troop location and communications system, JBC-P (Joint-Battle Command Platform) to troops to use during training and special exercises to specifically test the new features of JBC-P. This new version was eagerly awaited by troops who had used earlier models. The most welcome improvement was much faster (almost instantaneous) updates of information. The satellite signals are now encrypted and work no matter the weather, temperature of distance. While every vehicle is equipped with one of these devices, Individual troops on the ground now have a smartphone type device that allows them to chat and quickly shows on the display the location of nearby JBC-P users and has a zoom capability similar to Google Earth. Troops can quickly update enemy locations, bombs or otherwise dangerous areas. These smartphones are typically worn on the forearm for easy use in combat. The purpose of all these improvements is to enable troops arriving (by land or air) in an area where contact with the enemy is expected to immediately go into action knowing where everyone (on foot or in vehicles) is and where they are moving to.

 

These location devices and their subsequent improvements have changed the way American troops fight. The location devices allow brigade, battalion and company commanders to see, in real time where there troops are and what they are doing. The latest JBC-P version gives squad and platoon level operations instant awareness of their situation whenever there is a clash with the enemy or a patrol or raiding party looking for the enemy. This makes a big difference in the effectiveness of the operation, reduces friendly casualties as well as accidental injuries to nearby civilians.

 

There have been regular upgrades in these devices since first introduced as Blue Force Tracker (BFT) in 2003. In early 2013 the previous upgraded device, JCR (Joint Capabilities Release), was sent to Afghanistan for use in combat. JCR is part of an effort to link everyone in a combat brigade electronically while in the combat zone and, most importantly, while in combat. The new JCR version equipped individual troops as well as vehicles. Commanders could use a handheld device or laptop to view BFT locations. The commanders app could also be used to take data from troops about enemy locations or where minefields or other obstacles are and post it, so that everyone else with JCR equipment can see and share it. JCR also included better encryption and improved reliability.

 

This all is part of an effort that began in 2003 to perfect the “battlefield Internet”. All of this goes back to the American 1990s era Force XXI Battle Command Brigade-and-Below (FBCB2) project. Back in 2003, parts of FBCB2 (mainly BFT) were quickly issued to the troops for the 2003 invasion of Iraq. BFT is a GPS/satellite telephone device that was suddenly in thousands of combat vehicles. Anyone with a laptop, satellite data receiver, the right software, and access codes could then see where everyone was (via a map showing blips for each BFT user). The spectacular success of BFT got the attention of generals everywhere.

 

Over the next five years the U.S. Army built new versions of the BFT. Because this hasty (all the stuff was still in development) experiment was a huge success, the United States proceeded to add more of this capability and then produced and distributed 50,000 additional BFT devices by 2008.

 

There were some problems, however. The biggest hassle was the delay (often up to five minutes) between getting updated data from the satellite. Another big problem was that stationary icons, placed on BFT user screens to indicate enemy troops or dangers (like minefields or roadside bombs), didn't get updated accurately or in a timely fashion. Once the troops begin to encounter a lot of roadside bombs that don't exist (although BFT showed them), they began to lose faith in the system. Fixing this wasn’t easy, and several different solutions were tried before a stable solution was found.

 

The army eventually fixed the major complaints and in 2011 BFT2 was sent to the troops. This version has a ten second (or less) delay between satellite updates. New software cleared away inaccurate icons indicating where the enemy is or may be. The BTF2 network allowed users to send more information to each other, including attachments. This enabled BFT2 to be used in automated command and control systems that work more effectively because they can pass more information, more quickly, between the headquarters and the troops.

 

Currently, the army and marines have over 130,000 BFT tracking devices (plus thousands of laptops, special vehicle mounted computers and tablet type computers commanders on foot, all equipped to display BFT data for commanders). Since 2011 the army has found that that the BFT2 upgrade was over 40 times faster than the original BFT and transmitted data 30 times faster. This allowed BFT2 users to send each other pictures and documents. But while BFT2 took a long time to perfect, the army upgraded other aspects of FBCB2 as well and this led to JCR.

 

BFT and the battlefield Internet was not the first time radical technology sneaked up on the military. Portable radio, first widely used during World War II, radically changed how commanders operated, especially at the tactical level. But the current revolution is different in that the signals can easily be encrypted and carry visual, as well as speech, data. Thus commanders at all levels can eliminate face-to-face meetings, and just video conference, or talk freely about plans. But even Instant Messaging has become a powerful tool because many times a few short text messages are all that is needed to solve problems.

 

Finally, the Internet provided, for the military, many new ideas on how to efficiently handle information. The Internet has been militarized much faster than anyone expected. That has led to the military adopting new database and visualization tools as well. In a single decade the way commanders run their units and battles has changed more than it has in the past half century.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 16:50
Premier système spatial européen de renseignement d'origine électromagnétique

 

12/03/2015 DGA (Direction Générale de l’Armement)

 

Le ministère de la Défense lance la réalisation du premier système spatial européen de renseignement d’origine électromagnétique

 

La Direction générale de l’armement (DGA) vient de notifier la première phase de réalisation du système CERES  (CapacitE RoEm Spatiale) à Airbus Defence and Space et à son co-traitant Thales. Ce système spatial de recueil de renseignement électromagnétique permettra à la France de collecter à l’horizon 2020, sans contrainte juridique de survol et en tout temps, du Renseignement d’origine électro magnétique (ROEM) sur des zones inaccessibles par les capteurs de surface. Le budget couvrant la réalisation et la mise en orbite de CERES est de l’ordre de 450 M€.

 

Cette nouvelle étape  du programme permet de lancer la réalisation des trois satellites et du  segment sol utilisateur. Le développement de CERES bénéficie des avancées technologiques effectuées au cours des dix dernières années avec les démonstrateurs technologiques ELISA et ESSAIM.

 

Avec CERES, la France conforte sa place parmi les rares pays maîtrisant le recueil de ROEM depuis l’Espace et de leader européen en ce domaine.

 

La maîtrise d’ouvrage du programme CERES est assurée par  la DGA. Le CNES agit en tant que maîtrise d’ouvrage déléguée pour l’acquisition du segment sol de contrôle et des services de lancement.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 16:55
photo Thales Alenia Space

photo Thales Alenia Space

 

11 mars 2015 12:36 par Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, et Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports, ont réuni lundi 9 mars, les chefs de projet des trois plans de la Nouvelle France Industrielle du secteur aéronautique et spatial : « Dirigeables & Drones », « Avion électrique » et « Satellite à propulsion électrique ».

 

Après la table-ronde « Usine du futur » organisée le 14 novembre dernier sur le site d’Aerolia à Méaulte dans la Somme et la réunion du 19 décembre sur six plans de la transition énergétique et écologique, la troisième réunion de travail portant les "34 plans de la Nouvelle France Industrielle, a porté sur les trois thématiques dédiées au secteur aéronautique et spatial : « Dirigeables & Drones », « Avion électrique » et « Satellite à propulsion électrique ».

 

A l’occasion de cette réunion, Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, et Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports, ont salué le travail réalisé par les chefs de projet présents.

 

A propos des drones, il est nécesaire de structurer cette filière en pleine expansion (multiplication par 13 du nombre d’opérateurs en 2 ans et déjà 2 500 emplois). Un conseil pour les drones civils a été mis en place en début d’année. Des travaux sont engagés sur le volet réglementaire, la feuille de route technologique et le développement export de la filière française. Un projet technologique fédérateur pourrait être lancé avant la fin de l’année 2015.

 

Concernant les dirigeables , deux projets ont été labellisés à ce stade, le projet de dirigeable stratosphérique « Stratobus » porté par Thales Alenia Space et le projet de dirigeable charges lourdes « DCL » de Flying Whales. L’année 2015 sera décisive pour boucler le tour de table financier de ces deux projets.

 

Dans le domaine de l'avion électrique, la version 1.1 de l’e-Fan devrait effectuer la traversée de la Manche quelques jours avant le salon du Bourget, qui verra la présentation de la maquette à l’échelle 1 de la v2 de l’e-Fan. L’Etat a décidé, fin 2014, d’apporter son soutien à la conception préliminaire de l’e-Fan à hauteur de 5,1 M€ sur 18 mois.

 

Enfin, pour ce qui est du satellite à propulsion électrique, les champions français de la filière spatiale, qui doivent faire face à la concurrence américaine, obtiendront un soutien de l’Etatà hauteur de 73M€. Le lancement du satellite E172B, qui viendra valider la nouvelle plateforme Eurostar d’Airbus D&S et le moteur à propulsion électrique de Snecma (groupe Safran) est planifié pour avril 2017 au plus tard.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 12:55
Fabrice Brégier, Président et directeur exécutif d’Airbus, lors de la présentation du Bizlab. photo Airbus SAS

Fabrice Brégier, Président et directeur exécutif d’Airbus, lors de la présentation du Bizlab. photo Airbus SAS

 

09/03/2015 Par Laurence Boffet - france3-regions.francetvinfo.fr

 

Accélérer la mise sur le marché des idées innovantes, c'est l'objectif du Bizlab présenté ce lundi par Airbus à Toulouse. Cette structure qui réunira des start'ups et des entrepreneurs et des salariés d'Airbus se veut un accélérateur mondial de business pour l’industrie aéronautique et spatiale.

 

Un laboratoire de l'innovation

Innover pour mieux faire face à l'intensification de la concurrence dans l'industrie aéronautique et spatiale, c'est l'objectif de l'avionneur européen. Pour Fabrice Brégier, son président et directeur exécutif, "les idées nouvelles et l’innovation sont essentielles au maintien du leadership d’Airbus dans le secteur aéronautique. Le défi consiste à accélérer le processus de transformation des idées les plus prometteuses en projets concrets".

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 12:50
3D image of SES-10 satellite in space

3D image of SES-10 satellite in space

 

March 06, 2015 --(BUSINESS WIRE)

 

LUXEMBOURGSES (NYSE Paris:SESG) (LuxX:SESG) a annoncé aujourd’hui la commande des services de lancement d’Arianespace pour son nouveau satellite tout-électrique SES-15. Il s’agit du 41e lancement signé par SES avec Arianespace. SES a également officiellement signé le contrat de son nouveau satellite SES-14 à Airbus Defence and Space. La commande a déjà été annoncée le 16 février.

 

    « SES-14, un satellite, particulièrement innovant, est le second satellite tout électrique que SES nous commande en moins d’un an, démontrant une fois de plus sa réactivité dans un marché en pleine évolution»

 

La cérémonie des deux signatures s’est déroulée au siège de SES à Betzdorf au Luxembourg, sous le haut patronage de M. François Hollande, Président de la République française, de Son Altesse Royale le Grand-Duc Henri de Luxembourg et de M. Xavier Bettel, Premier ministre du Luxembourg. Les contrats ont été signés, respectivement, par M. Martin Halliwell, Chief Technology Officer (CTO) de SES, M. Stéphane Israël, Président Directeur Général d’Arianespace, et M. Francois Auque, Directeur Général de Space Systems chez Airbus Defence and Space,

 

SES-15 sera lancé par Ariane 5 au deuxième trimestre 2017 depuis le Centre Spatial Guyanais, Port Spatial de l'Europe, à Kourou en Guyane française et opérera à la nouvelle position orbitale 129 degrés Ouest pour l’Amérique du Nord.

 

SES-14 devrait être lancé au quatrième trimestre 2017 et opérera à 47,5/48 degrés Ouest afin de saisir les opportunités de croissance sur les marchés dynamiques, les segments commerciaux porteurs et les services de vidéo en plein essor sur les continents américains et dans la zone Nord-Atlantique.

 

Martin Halliwell, CTO de SES, a déclaré : « Arianespace et SES ont développé depuis plus de vingt-cinq ans un partenariat exceptionnel. SES-15 n’est pas seulement le 41e contrat de lancement signé avec Arianespace, il est aussi le deuxième satellite tout-électrique dont le lancement est confié à Arianespace après avoir confié le contrat de lancement de SES-12 à Arianespace en janvier 2015. Les contrats avec Arianespace et Airbus Defence and Space illustrent bien le rôle important que jouent l’industrie aérospatiale européenne ainsi que l’industrie française pour nous afin de réaliser notre stratégie et atteindre nos buts de croissance à travers les marchés et secteurs. »

 

Stéphane Israël a souligné : « Pour la deuxième fois depuis le début de l’année 2015 SES choisit Arianespace pour le lancement de ses satellites, aussi bien pour le renouvellement et l’expansion de sa flotte, avec SES-12 et SES-15. Ces deux satellites tout-électriques, les premiers de la flotte SES, confirment les évolutions technologiques à l’œuvre dans le secteur des satellites de télécommunications. La confiance de SES envers Arianespace montre qu’Ariane 5 répond aux besoins qui en résultent. Merci à SES pour cette impulsion nouvelle donnée au partenariat qui nous unit depuis plus de 25 ans avec un 41e contrat que nous sommes particulièrement fiers d’annoncer en présence des plus hautes autorités de nos deux pays. »

 

« SES-14, un satellite, particulièrement innovant, est le second satellite tout électrique que SES nous commande en moins d’un an, démontrant une fois de plus sa réactivité dans un marché en pleine évolution », s’est réjoui François Auque, Directeur général de Space Systems/Airbus DS. « Nous sommes heureux de mettre à leur disposition le meilleur de notre innovation technologique, tant au niveau de la charge utile que de la plateforme. Sur SES-14 comme sur SES-12 commandé en juillet dernier, le gain de masse apporté par la propulsion électrique nous permet d’implanter sur un seul satellite deux missions de grande capacité qui représentent l’équivalent de deux satellites conventionnels. SES-14 est le 12ème satellite Eurostar commandé par SES à Airbus Defence and Space. Neuf de ces satellites sont en service opérationnel et deux sont en cours de construction.»

 

A propos de SES-14

SES-14 est un satellite hybride offrant une couverture à faisceau large sur les bandes C et Ku ainsi qu’une couverture de type HTS (High Throughput Satellite) sur les bandes Ku et Ka sur le continent américain et dans la zone Nord-Atlantique. Le satellite reposera entièrement sur la propulsion électrique et sera équipé d’un système de propulsion électrique à plasma pour la mise en orbite et les manœuvres orbitales. Le système de propulsion électrique permet une réduction significative du poids du satellite, autorisant le transport de charges utiles plus lourdes. Le nouvel engin spatial offrira également un processeur numérique transparent (DTP - Digital Transparent Processor), augmentant la flexibilité au niveau de la charge utile et permettant ainsi de proposer des solutions de bande passante personnalisées aux clients de SES.

Les faisceaux larges du satellite SES-14 de la bande Ku offriront une capacité augmentée pour les services de vidéo en diffusion directe par satellite (Direct-to-Home, DTH) et indirecte pour les réseaux câblés (Direct-to-Cable) sur le continent américain. Enfin il permet de soutenir les services VSAT existants sur les deux bandes. Les faisceaux à spots multiples sur les bandes Ku et Ka apporteront une capacité haut débit additionnelle et conviennent parfaitement aux applications de données à fort trafic comme les services de backhaul mobile, maritimes et aéronautiques.

 

A propos de SES-15

SES-15, d'une masse au lancement de 2,3 tonnes, sera positionnée à 129 degrés Ouest, une nouvelle position orbitale pour desservir l’Amérique du Nord. Le nouveau satellite emportera une charge utile hybride, offrant des faisceaux larges additionnels sur la bande Ku ainsi qu’une capacité de type HTS (High Throughput Satellite) sur les bandes Ku et Ka. Le satellite sera équipé d’un système de propulsion électrique pour la mise en orbite et les manœuvres orbitales. D’une durée de vie de 15 ans, ce satellite multi-applications offrira de nouvelles capacités et une couverture au-dessus des principales voies aériennes à travers les continents américains ainsi que d’autres applications au profit des gouvernements, des réseaux VSAT et du secteur maritime.

 

A propos d’Arianespace

Arianespace est le leader mondial de lancement de satellites. Créée en 1980, Arianespace met au service de ses clients, institutionnels et commerciaux, 3 lanceurs (Ariane, Soyuz et Vega) et comptabilise aujourd’hui plus de 250 lancements. Fort du soutien de ses 20 actionnaires et de l’Agence Spatiale Européenne, Arianespace est le seul opérateur au monde à pouvoir lancer, depuis le Centre Spatial Guyanais, tous types de charges utiles vers tous types d’orbites. Au 6 mars 2015, 221 lancements d’Ariane, 36 lancements de Soyuz (10 au centre Spatial Guyanais et 26 à Baikonur avec Starsem) et 4 lancements de Vega ont été réalisés. La société, dont le siège social se situe à Evry, est également implantée à Kourou (avec l’Etablissement de Guyane au Centre Spatial Guyanais), à Washington, Tokyo et Singapour. http://www.arianespace.com, http://www.arianespace.tv

 

A propos d’Airbus Defence and Space

Airbus Defence and Space est une division du groupe Airbus, née du regroupement des activités de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette nouvelle division est le numéro un européen de l’industrie spatiale et de la défense, le numéro deux mondial de l’industrie spatiale et fait partie des dix premières entreprises mondiales du secteur de la défense. Elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 13 milliards d’euros avec un effectif de 38 000 employés. Pour plus d’information : www.airbusdefenceandspace.com.

 

A propos de SES

SES (NYSE Paris:SESG) (LuxX:SESG) est le leader mondial des opérateurs satellites avec une flotte de plus de 50 satellites géostationnaires. L’entreprise fournit des services de communication par satellite aux télédiffuseurs, aux fournisseurs de contenus et d’accès Internet, aux opérateurs de réseaux fixes et mobiles, ainsi qu’aux entreprises et organisations gouvernementales du monde entier. Au sein de l’industrie de la radiodiffusion, SES a établi, depuis de nombreuses années, des relations commerciales durables grâce à la qualité de ses services et son exigence d’excellence dans le secteur de radiodiffusion. Issues d’horizons culturels divers, les équipes régionales de SES sont présentes partout dans le monde et travaillent en étroite collaboration avec les clients, afin de satisfaire leurs besoins particuliers en matière de services et de largeur de bande satellitaires. SES détient une participation dans O3b Networks, un réseau satellitaire de la nouvelle génération combinant la portée des satellites avec la vitesse de la fibre. Pour plus d’information, rendez-vous sur : www.ses.com.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 12:50
Les défis de la conquête des milieux extrêmes : l’espace et le monde sous-marin.

photo Jacques TONARD Marine nationale

 

27 Février 2015 Mme Isabelle Duvaux-Bechon (ESA), M Christophe Lasseur (ESA), LV Thierry MAGUET (FSM) - Marine Nationale

 

À l’occasion des Journées Sécurité Sous-Marins (JSSM) qui se sont déroulées à Toulon les 2 et 3 février, et dont le thème était cette année la gestion de l’atmosphère en milieu confiné, Mme Isabelle Duvaux-Bechon et M Christophe Lasseur de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), ont présenté les enseignements tirés de la Station Spatiale Internationale, offrant ainsi une occasion d’identifier certaines similitudes entre deux environnements qui peuvent paraître assez dissemblables de prime abord.

 

Les défis de la conquête des milieux extrêmes : l’espace et le monde sous-marin.

Les 2 et 3 février se sont déroulées à Toulon les Journées de réflexion sur la Sécurité des Sous-Marins (JSSM). Les conférences et tables rondes organisées à cette occasion visaient toutes à consolider la démarche « maitrise des risques » dans laquelle les forces sous-marines sont résolument engagées, notamment dans les domaines bien connus (sécurité nucléaire, plongée, générale, nautique), mais également dans le domaine transverse du facteur humain. Cela a aussi été un moment privilégié de partage du retour d’expérience au sein des forces sous-marines mais également avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA), invitée de cette édition 2015.

 

L’une des caractéristiques du marin est de partir loin et longtemps. Ainsi, depuis que l’Homme navigue sur les océans, il a su trouver des solutions pour augmenter  son autonomie, et par voie de conséquence les distances parcourues. Avec la navigation sous-marine, née au tournant du XXème siècle, est apparue une autre notion liée à « l’atmosphère » qui est venue s’ajouter aux aspects nutritifs et énergétiques*. Les premiers vols habités, qui découlèrent de la conquête spatiale entamée, il y a maintenant plus d’un demi-siècle, se sont vus confrontés aux mêmes défis technologiques.

 

S’il existe des similitudes flagrantes entre la navigation sur sous-marin nucléaire et les voyages dans l’espace, les contraintes absolues et les solutions retenues ne sont pas toujours identiques.  Pour ce qui est des similitudes : missions longues, pour les astronautes (typiquement 6 mois dans la station spatiale en orbite à 400 km  au-dessus de la Terre, beaucoup plus longtemps quand il s’agira d’aller vers Mars) comme pour les sous-mariniers (notamment sur Sous-marin Nucléaire lanceur d’engins).

 

Les défis de la conquête des milieux extrêmes : l’espace et le monde sous-marin.

Dans le cas des sous-marins, l’eau, élément dans lequel évolue le bateau apporte des solutions d’approvisionnement en eau potable grâce aux bouilleurs, comme en régénération de l’air respirable par électrolyse. L’énergie nucléaire qui propulse nos sous-marins, fournit une autonomie énergétique quasi-inépuisable. Les seules limitations apparaissent d’ordres humain (les effets physiologique et psychologiques sur l’équipage) et alimentaires (stock de vivres). Les astronautes quant à eux, ne peuvent rien tirer de leur environnement, sauf une énergie illimitée par leurs panneaux solaires. Tout doit donc être envoyé de la Terre ou obtenu par recyclage. Pour autant, même si elle est contenue dans des bouteilles, la production d’oxygène reste possible à partir de l’électrolyse de l’eau.

 

L’importance des repas pour le moral est essentielle dans les deux mondes. Favoriser le recyclage et éviter le gaspillage est un leitmotiv des missions spatiales. Les astronautes doivent se contenter de produits lyophilisés, en conserve ou sans préparation. Toutefois, ils peuvent bénéficier de quelques produits de spécialité nationale : les français ont régulièrement eu la chance de se faire livrer des boîtes de conserve (aux normes spatiales) élaborées par des grands chefs. Astronautes et sous-mariniers peuvent faire face à des problèmes de contamination chimiques et microbiologiques qui doivent être détectés et résolus rapidement pour les garder en bonne santé.

 

Les défis de la conquête des milieux extrêmes : l’espace et le monde sous-marin.

Autre point commun, les astronautes comme les sous-mariniers sont des multi-spécialistes qui ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour le quotidien, les problèmes ou les urgences (même si les centres de contrôle au sol sont là pour aider les astronautes en temps réel – qui ne sont que 6 à bord de la station internationale). Dans les deux cas, un long entraînement est nécessaire pour permettre d’utiliser au mieux les équipements, remplir la mission (scientifique pour les astronautes, dissuasion et soutien pour les sous-mariniers), être capable de réagir aux situations d’urgence qui pourraient devenir dramatiques, par l’acquisition d’automatismes de mise en sécurité. Il y a la possibilité de rentrer relativement rapidement en cas d’urgence vitale, non immédiate pour la station, plus le temps d’acheminer une équipe de secours à terre ou en mer à l’arrivée.

 

Différence notable toutefois, les astronautes sont presque en permanence en communication avec le sol (sauf zones non couvertes au-dessus des océans par exemple), que ce soit avec les stations de contrôle, leur famille, les enfants ou le grand public (twitter), voire le chef de leur Etat, et ont un rôle important de relations publiques. On est loin du « famili » hebdomadaire de 40 mots reçus des familles des équipages de SNLE et de l’impossibilité d’émettre pour ces derniers (les SNA peuvent transmettre hors opérations un mot hebdomadaire vers leurs familles).

 

Les défis de la conquête des milieux extrêmes : l’espace et le monde sous-marin.

La mise en place d’un cycle jour-nuit de 24 heures pour pallier l’absence de référence claire extérieure (16 heures de « jour » par 24h sur la station, nuit permanente pour les sous-marins) vise à compenser une partie des effets psychologiques et physiologiques induits. En termes de rythmes de travail, là où les sous-mariniers fonctionnent par « quart », les astronautes suivent un horaire terrestre classique de travail de « jour », (pas de travail la nuit) et ont le dimanche comme jour de congé (et font le ménage de la station le samedi). Le sport qui est très important pour garder la forme chez les sous-mariniers (et ne pas prendre de poids), est utilisé pour contrebalancer les effets de la micro-gravité en permettant d’éviter une trop grande perte musculaire (et aussi trop perdre de poids !) pour les astronautes qui doivent en faire au moins 90 minutes par jour.

 

Quelques enseignements techniques issus des études menées au profit de la Station Spatiale Internationale pourraient être utilisés au profit des sous-marins. Par exemple, ce qui concerne les paramètres physiologiques ou de confort, les procédures d’urgence, les études ou considérations psychologiques de sélection des équipages ou de gestion des conflits, la détection rapide des contaminations… Et pourquoi pas aussi, étudier la possibilité comme pour les vols d’exploration de longue durée d’utiliser les algues pour produire de l’oxygène (première expérimentation sur la Station spatiale prévue en 2016).

 

Les défis de la conquête des milieux extrêmes : l’espace et le monde sous-marin.

Lorsque l’Homme est confronté à de grands défis technologiques il sait faire preuve d’adaptation s’il s’en donne les moyens. Ainsi dans quelques décennies sera-t-on sûrement capable de lancer une mission habitée vers Mars, très certainement en coopération internationale, et les agences spatiales s’y préparent déjà en étudiant les technologies nécessaires d’où sortiront de nombreux enseignements qui seront également utiles pour les activités terrestres (production, stockage et économie d’énergie, production de nourriture, eau et atmosphère, recyclage, automatisation, robotique…), ce qui permettra d’optimiser les investissements nécessaires.

 

* En 1624, sous le règne de Jacques 1er d’Angleterre, la première plongée d'un sous-marin dans la Tamise mettait déjà en évidence le problème de la régénération de l'air.

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:20
AN-PRC-155 Manpack - source GD

AN-PRC-155 Manpack - source GD

 

March 5, 2015: Strategy Page

 

In January the U.S. launched the third (of four) MUOS (Mobile User Objective System) communications satellites. As a result about 70 percent of earth’s surface is now covered by the new MUOS military communications system. MUOS gives military users cell-phone-like capabilities anywhere in the world. Eventually four MUOS communications satellites operating in 36,000 kilometer stationary (geosynchronous) orbits will provide superior satellite phone service worldwide. This will also include encrypted communications that will work despite being in forests or most buildings. In effect, MUOS can replace cell phone towers in any area on the planet once the signals from one of the four satellites are aimed at the area of operations. The complete system is supposed to be active by 2016. The first satellite went up in early 2014. The four ground stations (one for each satellite) are in Sicily, North America, Hawaii, and Australia.

 

Yet sometimes newer isn’t better. Such was the case with trying to get the infantry to give up their existing PRC-117/150 manpack (carried) radio for the new MUOS compatible PRC-155 radio. “PRC” means “portable radio,” and while the PRC radios have been getting lighter since World War II (when they weighed more than twice as much as the PRC-155), range and interference remained a problem. Thus although the PRC-155 had lots of neat new features field tests brought forth lots of complaints from potential users (infantry who have to carry and use the PRC-155). For starters the PRC-155 weighs 50-100 percent more than the older models. It has less than half the range (three kilometers versus seven) and the batteries last only six hours (versus over 30), The PRC is subject to overheating and the user interface is considered inferior.

 

The 6.4 kg (14 pounds, one third of that is batteries) PRC-155 radios are used in vehicles and carried by infantry. This is the latest vehicle/manpack radio design and is replacing the PRC-150, which were widely adopted in the last decade, initially by SOCOM (Special Operations Command). The army wants to buy over 50,000 of them. The big selling point for the PRC-155 is MUOS upgrade kits (some additional hardware and software). Most of PRC-155s will have the MUOS add-on kit. With this kit the PRC-155 is equipped to provide Internet-like capabilities on the battlefield and MUOS gives access to a world-wide net. This is a big deal for ground troops because existing radios often had their range greatly reduced by terrain (hills or many tall buildings) or weather (electric disturbances high up). A satellite link eliminates this problem and ground troops have been asking for this for a long time. Sat links are still expensive and a rationed resource.

 

But when the infantry were asked to try out the PRC-155 many concluded that the negatives were not worth it. Moreover the delays in getting the PRC-155 to the troops forced the military to seek out an off-the-shelf design (the AN/PRC-117G) in the 1990s. This is a 5.45 kg (12 pound) radio that can be carried or installed in vehicles. About a third of its weight is the battery. It has a maximum output of 20 watts and handles FM, UHF, and VHF signals, including satellite based communications. On the ground max range is 20 kilometers (depending on hills and the antenna used). These cost about $40,000 each. There is an improved AN/PRC-117G (the MNVR) that cost $56,000 each. That includes development costs (for the wish list of tweaks and upgrades the military wants). The U.S. has been using the AN/PRC-117 since the late 1990s as an interim radio and found it a solid piece of equipment.

 

The AN/PRC-117 is based on a commercial design (the Falcon series) that several foreign armed forces and many civilian operations use. The AN/PRC-117 has been regularly upgraded in that time (going from version A to the current G). The upgraded Falcon (PRC-150) appealed to SOCOM (Special Operations Command) which proceeded to buy half a billion dollars' worth of AN/PRC-150 radios. These cost about $2,500 each and all of them were delivered on schedule. The 4.6 kg (ten pounds, without batteries) radios are very flexible (are used in vehicles or backpacks) and are able to use several different types of transmission (including bouncing signals off the ionosphere, for longer range or just to get a signal out of a built up area). Digital transmissions allow for data to get through under poor atmospheric conditions or when in a built up area. The radios also have good encryption and the ability to send and receive all forms of digital data. These radios are also now used by the army.

 

A similar situation occurred back in the 1990s, when SOCOM realized it needed a new personal radio for its troops and an army “new radio technology” program (JTRS) was supposed to take care of that but did not. Rather than wait SOCOM got together with a radio manufacturer, told them what they needed, and within two years they had MBITR (which soon got official sanction as AN/PRC-148). When the rest of the army saw MBITR many troops bought them with their own money. After Iraq army units began buying the AN/PRC-148 on their own. Soon, over 100,000 MBITR radios were in use.

 

Some elements of the JTRS (which was cancelled in 2011) survived in the form of radios like the PRC-155. While this radio was acceptable for use in vehicles, it did not make it when troops had to carry it. The military is determined to make the PRC-155 work. By early 2015 about 1,200 PRC-155s have been delivered to the U.S. Army for troop use. Now that three MUOS birds are up there American soldiers in most parts of the world can actually sample the advantages of the PRC-155, along with the disadvantages they already know about.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 18:25
Sicral 2, the French-Italian defense and security telecom satellite, reaches Guiana Space Center launch site

 

Rome, March 4, 2015Thales Group,

 

The Sicral 2 telecommunications satellite, a joint undertaking of the Italian Ministry of Defense and the French defense procurement agency DGA (part of the Ministry of Defense), has arrived at the Guiana Space Center in French Guiana for an Ariane 5 launch on April 15.

After being developed at the Thales Alenia Space plants in Rome, l’Aquila, Cannes and Toulouse, the satellite has been integrated in Rome and Turin facilities and then underwent environmental tests at the company's plant in Cannes. The satellite will now undergo final tests and pre-launch procedures at the Guiana Space Center.

Sicral 2 is one of the basic building blocks in Italian-French defense cooperation. It is a technological state-of-the-art system, designed to bolster the military satellite communications capabilities already offered by Italy's Sicral 1 and Sicral 1B satellites, and by the Syracuse system in France.

Sicral 2 is a joint program funded by the Italian and French Ministries of Defense, with shares of 68% and 32%, respectively, as part of a broader Framework Agreement between the two countries. This agreement also involves the countries' space agencies and recently led to the launch of the dual-use broadband communications satellite, Athena-Fidus.

The satellite weights 4360Kg with a power of 7KW. It will host a UHF and SHF payload for the Italian mission,  a SHF payload for the French mission as well as a payload for remote control, Telemetry and Ranging with use of Expanded Spectrum modulations.

Thales Alenia Space is the main industrial partner in the Sicral 2 program. In line with its role on the Sicral 1 and Sicral 1B missions, Thales Alenia Space was responsible for the space segment, the system ground segment architecture and the development of the mission control and communication center. Telespazio is involved in the ground segment for the design, realization, integration and testing phases of the Satellite Control Center in Vigna di Valle and Fucino.

Moreover, Telespazio took an active role in the development of Sicral 2, contributing part of the development costs and receiving in turn the use of part of the satellite’s transmission capacity. It will enable it to offer satellite communications to the armed forces of NATO member countries. Telespazio is also responsible for satellite launch service from Kourou, for early orbit services (LEOP – Launch and Early Orbit Phase) and for satellite first In-Orbit Tests (IOT) from Fucino.

The Sicral 2 system will strengthen strategic and tactical satellite telecommunications for both France and Italy, guaranteeing interoperability with existing satellite resources, NATO allies' terminals and national telecommunications networks.
 

About Thales Alenia Space:

Thales Alenia Space, a joint venture between Thales (67%) and Finmeccanica (33%), is a key European player in space telecommunications, navigation, Earth observation, exploration and orbital infrastructures. Thales Alenia Space and Telespazio form the two parent companies' “Space Alliance”, which offers a complete range of services and solutions. Because of its unrivaled expertise in dual (civil/military) missions, constellations, flexible payloads, altimetry, meteorology and high-resolution optical and radar instruments, Thales Alenia Space is the natural partner to countries that want to expand their space program. The company posted consolidated revenues in excess of 2 billion euros in 2014, and has 7,500 employees in six countries. www.thalesaleniaspace.com

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:20
Un satellite militaire américain explose après "une soudaine hausse de température"

Defense Meteorological Satellite Program (DMSP) - photo LM

 

04/03/2015 Par Victor Garcia - lexpress.fr

 

Alors qu'il se trouvait en orbite autour de la Terre, un satellite de l'US Air Force, a explosé, laissant derrière lui une cinquantaine de débris. Les premiers rapports pointent du doigt un dysfonctionnement des batteries. Mais d'autres théories émergent.

 

Il avait 20 ans, et s'appelait DMSP-F13. Mais ce satellite météorologique de l'US Air Force a terminé sa vie dans une tragique explosion, laissant derrière lui un champ d'au moins 46 débris. En cause: une "soudaine hausse de la température", apparemment provoquée par un dysfonctionnement des batteries, selon un astrophysicien de CelesTrak, qui se charge de "traquer les éléments orbitaux". 

L'incident s'est produit le 3 février dernier, mais n'a été rapporté par le commandement de l'armée de l'air que le 27 du même mois. "La soudaine hausse de température a été suivie par une baisse d'altitude incontrôlable", a expliqué l'organe militaire américain. Et alors que les techniciens essayaient de "sécuriser l'appareil" en désactivant tous les systèmes non-essentiels, les radars des militaires ont alors détecté "un champ de débris autour du satellite". 

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 12:50
Ariane 6 : les industriels veulent une rallonge de près de 1 milliard d'euros

Il manque plus de 800 millions d'euros pour boucler le développement d'Ariane 6, selon le PDG d'Airbus Safran Launchers, Alain Charmeau (Crédits : ESA)

 

03/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Il manque plus de 800 millions d'euros pour boucler le développement complet d'Ariane 6, selon le PDG d'Airbus Safran Launchers, Alain Charmeau. C'est ce qu'il a écrit dans un courrier adressé fin janvier au directeur général de l'agence spatiale européenne, Jean-Jacques Dordain.

 

La douche froide... Moins de deux mois après la célébration début décembre du lancement d'Ariane 6 au Luxembourg, le PDG d'Airbus Safran Launchers (ASL), Alain Charmeau, a adressé le 27 janvier au directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA) Jean-Jacques Dordain un courrier, dont "La Tribune" s'est procuré une copie, pour lui demander des comptes. Car le patron de la nouvelle société commune entre Airbus et Safran dans le domaine des lanceurs explique dans ce courrier qu'il manque "plus de 800 millions d'euros" pour le développement complet du futur lanceur européen. Soit un écart entre 3,41 milliards d'euros, c'est-à-dire le montant plafond engagé par ASL pour développer Ariane 6, et 2,54 milliards, la somme que l'ESA destine aux industriels pour développer le futur lanceur européen.

"Il y a un écart de plus de 800 millions d'euros entre le coût plafond engagé par Airbus Safran Lauchers et ses partenaires industriels pour le développement du système de lancement Ariane 6, et notre compréhension du budget disponible pour les contrats de développements industriels", écrit notamment Alain Charmeau.

Le coût du développement d'Ariane (3,41 milliards d'euros, dont 3,21 milliards de coûts non-récurrents) a été communiqué à l'ESA par Airbus et Safran pour la première fois le 27 octobre 2014 afin de "préparer la conférence ministérielle du Luxembourg", rappelle le PDG d'Airbus Safran Launchers. Puis, ce montant a été à nouveau confirmé par les industriels le 16 janvier dernier. Avec ce montant, les industriels s'engagent à développer Ariane 6 jusqu'à sa mise en service opérationnelle, en incluant les investissements de production. Cette somme couvre également le développement complet du moteur P120C, qui propulsera la prochaine version du lanceur italien, Vega-C, selon les exigences de l'ESA.

 

Alain Charmeau appelle à "une clarification"

C'est pourquoi le patron d'ASL estime qu'une "clarification pour combler cet écart serait très utile à court terme pour que l'industrie puisse préparer sa proposition attendue (en avril 2015, ndlr) pour le développement complet du système de lanceur Ariane 6, dans les deux mois prochains". Soit février et mars. Mais pour l'heure, selon nos informations, l'ESA n'a pas encore répondu à ce courrier. Pourquoi cet écart? Selon une source industrielle, Jean-Jacques Dordain aurait minoré de 20% le coût de développement d'Ariane 6 lors de la conférence ministérielle au Luxembourg.

Que propose ASL pour combler cet écart ? Alain Charmeau évoque une augmentation de 5% de la contribution des Etats membres, qui financent le programme Ariane 6. Une fois obtenu cet effort, les industriels seraient quant à eux prêts à combler une petite partie du trou "s'il y a vraiment un business case" (étude d'opportunité en français), estime une source industriel proche du dossier. Et, selon Alain Charmeau, l'augmentation de la contribution des Etats membres sera "un effort clé" afin d'ouvrir de nouvelles discussions entre les différents industriels européens participant au programme Ariane 6. Objectif, signer un accord avant mi-2016.

Les industriels proposent à l'ESA des "évolutions dans la distribution géographique des activités industrielles" d'Ariane 6. "Cependant, la complexité supplémentaire de la nouvelle organisation industrielle demandée, y compris des chaînes de production en double par exemple, sera prise en compte, estime Alain Charmeau. (...) Devant une telle situation et gardant à l'esprit le calendrier très serré pour préparer l'offre industrielle attendue avant avril 2015, je pense qu'il est extrêmement important pour l'ESA et ASL d'examiner ensemble les différentes possibilités(...) pour qu'Ariane 6 soit un programme réussi conformément aux attentes des ministres des pays de l'ESA".

Partager cet article

Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 20:55
UNEXO accompagne les dirigeants d'ARMOR MECA dans leurs projets de développement

 

02.03.2015 fusacq.com


Entreprise costarmoricaine basée à Pleslin-Trigavou, Armor Méca est spécialisée dans l'usinage de haute précision pour l'industrie de l'aéronautique principalement. A la tête de la société depuis 2008, Olivier et Sébastien Colas ont sollicité UNEXO pour les accompagner dans leurs projets de développement. 

Armor Méca est spécialisée dans l'usinage de haute précision de tout type d'alliage, à destination de l'aéronautique, la défense, le spatial, et l'énergie. Cette PME familiale emploie 100 salariés et a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 12 MEUR.

Parmi les clients d'Armor Méca se trouvent des grands noms du secteur aéronautique et notamment le groupe Airbus dont le premier contrat a été signé avec Armor Méca en 1988.

Pour accroître sa compétitivité et répondre aux attentes de ses clients, l'entreprise a déménagé en 2013 dans un nouveau bâtiment de 5000 m² et investit dans l'extension du parc machine. 

L'OPERATION & LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT

Olivier et Sébastien Colas ont succédé à leur père Bernard Colas à la direction de l'entreprise en 2008. Ce tandem complémentaire et très dynamique a sollicité UNEXO pour les soutenir dans leurs projets de développement. 

En effet, le secteur de l'aéronautique est en forte croissance, les carnets de commandes des donneurs d'ordre sont pleins pour les prochaines années.

Les dirigeants d'Armor Méca souhaitent pouvoir continuer à répondre aux commandes de plus en plus nombreuses de leurs clients. Ils projettent de construire un deuxième bâtiment sur le site de Pleslin-Trigavou pour doubler leur surface de production, et étudient les opportunités de s'implanter à l'étranger via une croissance externe.

Olivier et Sébastien Colas suivent aussi les évolutions de l'impression 3D, qui pourrait être un autre axe de développement pour Armor Méca. Et pour allier travail et passion, ils misent sur le golf et sur le décollage à l'international de leur marque de putter, Argolf. 

« Notre ambition pour le groupe est de franchir un nouveau palier de croissance avec comme objectif à horizon 2016 de doubler notre chiffre d'affaires. Dans ce contexte, nous avons engagé une démarche pour renforcer les fonds propres de l'entreprise afin d'afficher une structure financière renforcée et accroitre notre visibilité vis-à-vis de nos donneurs d'ordre. Nous avons sollicité cette intervention auprès d'UNEXO, d'une part pour sa qualité d'écoute, son expertise et sa vision de l'accompagnement, et d'autre part parce qu'il s'agit de la filiale de capital investissement du Crédit Agricole, partenaire financier à nos côtés depuis la reprise de la société de notre père en 1987 et banque avec laquelle nous avons toujours eu d'excellentes relations de confiance mutuelle. » commente Olivier Colas.  

Mélanie Hébert, directeur de participations chez UNEXO : « Olivier et Sébastien Colas impulsent depuis plusieurs années une dynamique de transformation et de croissance forte chez Armor Méca. Nous sommes fiers de pouvoir les appuyer dans une nouvelle étape de leur développement, aux côtés du Crédit Agricole des Côtés d'Armor, partenaire de longue date du groupe. » 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories