Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 20:55
Radar de nouvelle génération : Ground Master (GM) 400

Radar de nouvelle génération : Ground Master (GM) 400

 

03/12/2014 Armée de l'air

 

Jeudi 27 novembre 2014, la base aérienne 367 de Guyane a inauguré un radar de nouvelle génération : le Ground Master (GM) 400.

 

Premier de sa catégorie à être déployé en France, ce radar fournira une couverture beaucoup plus étendue que son prédécesseur, le Centaure installé sur le site du Centre de contrôle militaire de Kourou depuis 25 années. L’arrivée du GM 400 s’inscrit dans la modernisation générale des moyens concourant à la posture permanente de sureté (PPS) et à la défense aérienne du centre spatial guyanais.

 

De plus, la rénovation prochaine du centre de contrôle permettra d’élaborer et de transmettre une situation aérienne de très haute qualité au centre national des opérations aériennes (CNOA). Des possibilités offertes par le programme du système de commandement et de conduite des opérations aériennes (SCCOA). En effet, le SCCOA comprend, entre autres, l’ensemble des radars de surveillance et de défense aérienne du territoire, et ne cesse de renouveler et d’accroître progressivement ses capacités depuis vingt ans.

Radar de nouvelle génération : Ground Master (GM) 400

Radar de nouvelle génération : Ground Master (GM) 400

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 17:50
Galileo Satellite Recovered and Transmitting Navigation Signals

 

Dec 03, 2014 defense-aerospace.com

(Source: European Space Agency; issued Dec 03, 2014)

 

Europe’s fifth Galileo satellite, one of two delivered into a wrong orbit by VS09 Soyuz-Fregat launcher in August, has transmitted its first navigation signal in space on Saturday 29 November 2014. It has reached its new target orbit and its navigation payload has been successfully switched on.

A detailed test campaign is under way now the satellite has reached a more suitable orbit for navigation purposes.

 

Recovery

The fifth and sixth Galileo satellites, launched together on 22 August, ended up in an elongated orbit travelling up to 25 900 km above Earth and back down to 13 713 km.

A total of 11 manoeuvres were performed across 17 days, gradually nudging the fifth satellite upwards at the lowest point of its orbit.

As a result, it has risen more than 3500 km and its elliptical orbit has become more circular.

 “The manoeuvres were all normal, with excellent performance both in terms of thrust and direction,” explained Daniel Navarro-Reyes, ESA Galileo mission analyst.

 “The final orbit is as we targeted and is a tribute to the great professionalism of all the teams involved.”

The commands were issued from the Galileo Control Centre by Space Opal, the Galileo operator, at Oberpfaffenhofen in Germany, guided by calculations from a combined flight dynamics team of ESA’s Space Operations Centre, ESOC, in Darmstadt, Germany and France’s CNES space agency.

The commands were uploaded to the satellite via an extended network of ground stations, made up of Galileo stations and additional sites coordinated by France’s CNES space agency.

Satellite manufacturer OHB also provided expertise throughout the recovery, helping to adapt the flight procedures.

Until the manoeuvres started, the combined ESA–CNES team maintained the satellites pointing at the Sun using their gyroscopes and solar sensors. This kept the satellites steady in space but their navigation payloads could not be used reliably.

In the new orbit, the satellite’s radiation exposure has also been greatly reduced, ensuring reliable performance for the long term.

 

A suitable orbit

The revised, more circular orbit means the fifth satellite’s Earth sensor can be used continuously, keeping its main antenna oriented towards Earth and allowing its navigation payload to be switched on.

Significantly, the orbit means that it will now overfly the same location on the ground every 20 days. This compares to a normal Galileo repeat pattern of every 10 days, effectively synchronising its ground track with the rest of the Galileo constellation.

 

The navigation test campaign

The satellite’s navigation payload was activated on 29 November, to begin the full ‘In-Orbit Test’ campaign. This is being performed from ESA’s Redu centre in Belgium, where a 20 m-diameter antenna can study the strength and shape of the navigation signals at high resolution.

“First, the various payload elements, especially the Passive Hydrogen Maser atomic clock, were warmed up, then the payload’s first ‘signal in space’ was transmitted,” said David Sanchez-Cabezudo, managing the test campaign.

“The satellite-broadcast L-band navigation signal is monitored using the large antenna at Redu, with experts from OHB and Surrey Satellite Technology Ltd – the payload manufacturer, based in Guildford, UK – also on hand to analyse how it performs over time.”

The first Galileo FOC navigation signal-in-space transmitting in the three Galileo frequency bands (E5/E6/L1) was tracked by Galileo Test User Receivers deployed at various locations in Europe, namely at Redu (B), ESTEC (NL), Weilheim (D) and Rome (I). The quality of the signal is good and in line with expectations.

The Search And Rescue (SAR) payload will be switched on in few days in order to complement the in-orbit test campaign.

 

The way forward

The same recovery manoeuvres are planned for the sixth satellite, taking it into the same orbital plane but on the opposite side of Earth.

The decision whether to use the two satellites for Navigation and SAR purposes as part of the Galileo constellation will be taken by the European Commission based on the test results.

 

About Galileo

 

Galileo is Europe’s own global satellite navigation system. It will consist of 30 satellites and their ground infrastructure.

The definition phase and the development and In-Orbit Validation phase of the Galileo programme were carried out by the European Space Agency (ESA) and co-funded by ESA and the European Union. This phase has created a mini-constellation of four satellites and a reduced ground segment dedicated to validating the overall concept.

 

The four satellites launched during the IOV phase form the core of the constellation that is being extended to reach Full Operational Capability (FOC).

 

The FOC phase is fully funded by the European Commission. The Commission and ESA have signed a delegation agreement by which ESA acts as design and procurement agent on behalf of the Commission.

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 17:40
Russia's Angara Space Rocket Tests to End in 2020: Defense Ministry

A Russian-built Angara medium-lift rocket launches on its maiden test flight from the Plesetsk Cosmodrome on July 9. 2014. Credit Russian MoD

 

Dec 01, 2014 (Sputnik News)

 

Moscow - Tests of new Russian ecologically clean space rocket Angara will end in 2020, Russia's Aerospace Defense Forces commander Lt. Gen. Alexander Golovko said Saturday.

 

"It is planned to end the flight tests of the Angara Space Rocket Complex in 2020. During this time we will have to build another launching site in the launching complex," Golovko said in an interview with Krasnaya Zvezda newspaper.

 

In July, Russia conducted a successful maiden launch of its new light-class Angara-1.2PP rocket, the first new orbit-capable rocket developed by Russia since the fall of the Soviet Union.

 

The heavy Angara rocket is expected to make its maiden flight from the Plesetsk Cosmodrome in northwestern Russia on December 25.

 

The Angara family of space-launch vehicles is designed to provide lifting capabilities of between 2,000 and 40,500 kilograms into low Earth orbit. It has been in development since 1995.

 

Russian Space Agency Roscosmos said that new Angara rocket would give Russia an independent access to the space, and a possibility to advance to a new technological development level. Angara will put heavy space vehicles into the geostationary orbit. All parts used for rocket development have been produced in Russia. Apart from the above, ecologically clean fuel will be used in the rocket, including oxygen and kerosene.

 

Angara is designed to complement Russia's Soyuz rocket, currently the only vehicle in the world capable of taking astronauts to the International Space Station, while heavy Angara will replace Proton rocket family, which has been previously used to put space vehicles into the low Earth orbit.

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:50
Airbus Group et Safran lancent leur Joint-Venture

 

Amsterdam / Paris, le 3 décembre 2014Safran

 

Airbus Group et Safran annoncent la création de leur nouvelle Joint-Venture nommée Airbus Safran Launchers.

 

Avec un effectif initial de 450 personnes, Airbus Safran Launchers sera opérationnelle le 1er janvier 2015. Elle a pour objectif de maintenir le niveau exceptionnel de qualité et de fiabilité d’Ariane 5, tout en développant une famille de lanceurs spatiaux de nouvelle génération destinée à conforter le leadership de l’Europe dans l’industrie spatiale. La nouvelle entreprise réunira l’expertise d’Airbus Group et de Safran dans le domaine des lanceurs spatiaux sur leurs principaux sites industriels en France et en Allemagne. Le siège de la société sera situé à Issy-les-Moulineaux, près de Paris.

Cette création concrétise l’annonce faite en juin dernier par Airbus Group et Safran de leur intention de regrouper leurs activités Lanceurs respectives pour accroître la compétitivité et garantir la rentabilité de la filière européenne des lanceurs spatiaux face à une concurrence internationale accrue.

Airbus Group et Safran saluent la décision prise hier par l’Agence spatiale européenne (ESA) sur le développement et la production du nouveau lanceur Ariane 6. Les deux industriels avaient émis une proposition ambitieuse, dont l’approbation était essentielle au succès de la Joint-Venture. Cette proposition suppose de fait un accord de principe pour le transfert à la Joint-Venture des actions Arianespace détenues par le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) français.

« Avec cette Joint-Venture, l’industrie affirme son leadership et son profond engagement à garantir durablement l’accès autonome de l’Europe à l’espace. On se souviendra de la Conférence ministérielle de l’ESA qui s’est tenue hier comme de celle ayant scellé l’avenir de la nouvelle famille de lanceurs Ariane pour les prochaines décennies. Elle aura ouvert également un nouveau chapitre dans la manière dont l’Europe mène et gère ses ambitions spatiales. Si nous voulons contrer avec succès la concurrence internationale grandissante et éviter le risque de voir le secteur spatial européen marginalisé, beaucoup reste à faire. C’est pourquoi nous espérons que cette Conférence ministérielle de l’ESA serve de catalyseur pour transformer la manière dont les agences spatiales institutionnelles opèreront et interagiront avec l’industrie à l’avenir », a déclaré Tom Enders, CEO d’Airbus Group.

« La création d’Airbus Safran Launchers juste après la tenue de la Conférence ministérielle est plus qu’un symbole, c’est la marque de notre forte volonté et de notre capacité à nous mobiliser et tenir nos engagements d’industriels. C’est ce que nous continuerons à réaliser pour que nous tous, industriels et Etats européens, soyons en mesure de poursuivre l’incontestable succès du programme Ariane, en continuant de garantir à l’Europe un accès à l’espace indépendant, fiable et compétitif. J’en suis convaincu, Airbus Safran Launchers deviendra un fleuron mondial dans le domaine des lanceurs, capable de profiter de la croissance du marché et de mieux servir les clients institutionnels et commerciaux ; l’Europe a en effet tous les atouts pour faire la course en tête en matière de technologies, dont les retombées irrigueront tout comme par le passé l’ensemble du secteur aéronautique et spatial », a déclaré Jean-Paul Herteman, Président-directeur général de Safran.

Jean-Paul Herteman et Tom Enders remercient également leurs équipes qui, au cours de ces derniers mois, ont préparé l’établissement de cette nouvelle entreprise en un temps record. Avec le soutien des clients et des actionnaires, la plupart des procédures de consultation et d’approbation réglementaires ont pu être réalisées, auprès notamment des autorités de la concurrence, d’Arianespace et des Comités d’entreprise des Groupes, afin de valider cette création, dont la finalisation (closing) est prévue le 31 décembre 2014 à l’issue des dernières formalités.

La signature de la création d’Airbus Safran Launchers lance la première phase opérationnelle de la société. Dans un deuxième temps, toutes les activités Lanceurs d’Airbus Group et de Safran seront intégrées à la Joint-Venture.

****

Airbus Group est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et des services associés. En 2013, le Groupe - qui comprend Airbus, Airbus Defence and Space et Airbus Helicopters - a enregistré un chiffre d’affaires de 57,6 milliards d’euros (retraité) avec un effectif d’environ 138 000 personnes (retraité).

Safran est un groupe international de haute technologie, équipementier de premier rang dans les domaines de l’Aéronautique et de l’Espace (propulsion, équipements), de la Défense et de la Sécurité. Implanté sur tous les continents, le Groupe emploie 66 300 personnes pour un chiffre d’affaires de 14,7 milliards d’euros en 2013*. Composé de nombreuses sociétés, Safran occupe, seul ou en partenariat, des positions de premier plan mondial ou européen sur ses marchés. Pour répondre à l’évolution des marchés, le Groupe s’engage dans des programmes de recherche et développement qui ont représenté en 2013 des dépenses de 1,8 milliard d’euros. Safran est une société cotée sur NYSE Euronext Paris et fait partie de l’indice CAC 40.
* Le chiffre d’affaires 2013 retraité des impacts IFRS11 s’établit à 14,4 milliards d’euros.

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 16:50
L'Europe décide de construire une nouvelle fusée, Ariane 6

 

02.12.2014 LeFIgaro.fr

 

Les ministres européens de l'Espace sont parvenus aujourd'hui à Luxembourg à un accord "historique" pour construire Ariane 6, une nouvelle fusée plus compétitive qui devrait voler dès 2020, a annoncé la secrétaire d'Etat française à la Recherche Geneviève Fioraso.

L'Europe s'est engagée sur un budget global pour ses lanceurs de 8 milliards d'euros sur dix ans dont la moitié pour Ariane 6, une somme qui inclut la construction d'un nouveau pas de tir à Kourou (Guyane). L'objectif est de faire face à une concurrence accrue sur le marché des lancements de satellites.

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:50
Council at Ministerial Level for the European Space Agency (ESA) in Luxembourg on 2 December

 

27 November 2014 ESA - PR N° 43–2014

 

The next Council at Ministerial Level (C/M 14) for the European Space Agency (ESA) takes place in Luxembourg on 2 December. The main topics for decision are reflected in three Resolutions: the Resolution on Europe’s access to space, which recognises the strategic and socio-economic value for Europe to maintain an independent, reliable and affordable access to space for institutional and commercial European customers and underlines the new governance principles related to the exploitation of Europe’s next launcher, Ariane 6, and of the evolution of Vega, Vega-C; the Resolution on Europe’s space exploration strategy, addressing ESA’s three destinations (low-Earth orbit (LEO), Moon and Mars) and, for the LEO destination, in particular the International Space Station (ISS) Programme; and, finally, the Resolution on ESA evolution.

 

Europe's access to space

 

Space activities require independent access to space, so the decision to be taken on Europe’s next-generation launcher is of fundamental importance. Ariane 5, with its roots planted in the Ministerial meeting in 1985, is a remarkable European success story: it has now had more than 60 successful launches in a row, it has secured over 50% of the commercial market for launch services and has generated direct economic benefits in Europe exceeding 50 billion euros.

 

However, the world launch service market is changing rapidly, in both supply and demand.

 

On the supply side, new non-European launch service providers are now present in the commercial market at highly competitive prices, providing a challenge to the cost model of Ariane 5.

 

On the demand side, satellites are also changing. The commercial market, consisting mostly of telecommunication satellites, favours the introduction of electric propulsion, which could reverse the decades-long trend of higher and higher tonnages and will require new orbit injection strategies.

 

At the same time, there is an increasing number of European institutional payloads with the advent in particular of the Galileo and Copernicus constellations, providing a fairly stable market for recurrent launches of medium-sized satellites.

 

In response to these rapid changes, the ESA Executive and European launcher industry have defined a modular Ariane 6 in two configurations to serve the medium and heavy launch segments as from 2020, and a Vega upgraded launch system (Vega C) to serve the small launch segment. Ariane 6 will profit from the best re-use of Ariane 5 Midterm Evolution results and investments and from the common use of a solid rocket motor (P120C) as both first stage of Vega C and strap-on booster for Ariane 6.

 

In Luxembourg, Ministers will therefore be asked to take decisions on the development of Ariane 6 and Vega C which, through modularity and flexibility, will be able to satisfy the European institutional market requirements and to compete on the world-wide market.

 

These development decisions are associated with a new governance of the European launcher sector allocating increased responsibilities to industry and with a decision point by Participating States in 2016 on the continuation of Ariane 6 on the basis of a set of technical and financial criteria, including respective commitments for the exploitation phase.

 

The budget required from Member States for completion of Ariane 6 and Vega C development programme is 3.8 billion  Euro.

 

ISS exploitation and space exploration

 

Within the three destinations of exploration (LEO, Moon, Mars), the operation and utilisation of the International Space Station is an essential element.

 

In addition to the invaluable research activities which are conducted on board the ISS, the Station yields a wealth of experience for ESA and its international partners that will be crucial as we plan the next stages of human exploration.

 

The decisions to be taken in December by Ministers relate to supporting ESA’s ISS exploitation activities for the next three years (to the end of 2017), at a cost of €820 million, as well as supporting its research activities (ELIPS Programme) with additional funding.

 

As a contribution to the ISS common operation costs, ESA is developing NASA’s new Multi-Purpose Crew Vehicle Service Module, drawing upon the expertise gained with the ATV. Funding to complete the MPCV-ESM development is included in the €820 million to be funded at C/M14.

 

Regarding the “Moon destination”, ESA is proposing preparatory elements of a contribution to Russia’s Luna-Resource Lander (planned for launch in 2019) and Lunar Polar Sample Return (planned for launch in the early 2020s) missions; a full decision on this programme would be sought at the Ministerial in 2016.

 

Regarding the “Mars destination”, ESA’s ambitious ExoMars programme, involving two missions to Mars in 2016 and 2018, is also on the table for further subscription in order to ensure the implementation of the ExoMars programme. In addition, the Mars Robotic Exploration Preparation Programme (MREP-2) is proposed for further subscriptions, allowing for the adequate preparation of future exploration activities, leading to a broad Mars Sample Return mission in which Europe should be involved as a full partner.

 

ESA evolution

 

The third topic on the agenda for Ministers, the Evolution of ESA, focuses on the vision to enable ESA to maintain its role as one of the world-leading space institutions, addressing its key relationships with its partners and its efficiency.

 

The main partners of ESA are: its Member States, the scientific communities, industry, the European Union, European non-Member States and the non-European States. These relationships are intricately interrelated and driven by the common objectives of achieving a competitive European space sector and ensuring maximum return on public investment in space.

 

The previous Ministerial Council in 2012 decided to establish a High-Level Forum involving industry, the Member States and the ESA Executive. This has met twice and made a number of recommend-ations to the ESA Director General. The most important of these is to request that industry be given a greater degree of responsibility in ESA R&D programmes, with a commensurate change in risks and rewards sharing. The Forum also proposed that ESA increase its presence in the development of space services and be prepared to be an economic actor in the upstream space sector.

 

Since 2012, measures have been taken to strengthen ESA’s relationships with its Member States, seeking better coordination and cooperation of space programmes in Europe through the sharing of information on national space-related programmes. Ministers are invited to go further in this area to achieve mutual further benefits.

 

ESA’s relationship with the EU both in programmes and in setting the context in which the European space sector operates is vitally important for Europe. C/M 12 mandated the Director General to elaborate and assess scenarios together with the European Commission for responding to a series of objectives on how this relationship might develop.

 

After intense discussions among delegations of Member States, Ministers are invited to confirm the preference of Member States for a relationship between ESA and the European Union which keeps ESA as an independent, world-class intergovernmental space organisation and makes ESA the long-term partner of choice of the EU for jointly defining and implementing the European Space Policy together with their respective Member States.

 

Following the conclusion of the Ministerial Meeting, the adopted Resolutions will be made public on ESA’s web site.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 21:50
Jean-Jacques Dordain, ESA Director General - photo ESA

Jean-Jacques Dordain, ESA Director General - photo ESA

 

01/12/2014  Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Nommé en 2003, Jean-Jacques Dordain achèvera son troisième mandat l’année prochaine. Johann-Dietrich Wörner, le patron du DLR, le Cnes allemand, est sur les rangs.

Pour Jean-Jacques Dordain, la conférence ministérielle des Etats membres de l’Agence spatiale européenne, l’ESA, ces lundi et mardi à Luxembourg, sera la dernière d’une longue carrière au service de l’Espace. Nommé à la tête de l’Agence en 2003, le Français achèvera son troisième mandat l’année prochaine. On connaîtra le nom de son successeur le 18 décembre prochain.

A ce stade quatre candidats sont en lice. Trois sont de la maison : l’Allemand Volker Liebig, en charge des programmes d’observation ; le Belge Eric Morel de Westgaver, directeur en charge de l’Industrie, des achats des services juridiques ; et le Hollandais Gaele Winters, responsable des lanceurs et du siège de l’agence à Paris. Le dernier candidat est externe, il s’agit de Johann-Dietrich Wörner, le patron du DLR, l’équivalent du Cnes outre-Rhin.

Compte tenu du poids de Berlin dans le budget de l’ESA, la direction devrait logiquement échoir à Allemand après avoir été assurée pendant douze ans par un Français.

 

Article(s) associé(s)

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:50
Ariane 6 : l’Europe à la veille d’une décision historique

 

30.11.2014 Alain Ruello et Thibaut Madelin - lesechos.fr

 

Les ministres de l’Espace vont donner le top départ du projet ce mardi.Le premier tir du lanceur européen est prévu en 2020.
 

Après le vrai-faux départ de Naples fin 2012, les ministres de l’Espace des Etats membres de l’Agence spatiale européenne (ESA) devraient donner le top départ ce mardi à Luxembourg au lancement d’Ariane 6. Les propos de Sigmar Gabriel, le ministre de l’Economie outre-Rhin, jeudi, à l’occasion de la remise du rapport Enderlein-Pisany-Ferry, ont effacé les derniers doutes, s’ils en étaient, sur la volonté de l’Allemagne de suivre la France pour doter Ariane 5 d’un successeur. Montant de la facture : 4 milliards d’euros sur dix ans, pas de tir inclus. « Ce n’était pas un choix évident pour nos deux économies il y a encore quelques mois (...). Nous avons su évoluer parce que c’est notre intérêt mutuel », a-t-il déclaré en compagnie du ministre de l’Economie, Emmanuel Macron.

L’Europe spatiale est donc à la veille d’une décision historique, comme lors de la conférence ministérielle de Rome en 1985 quand furent jetées les bases d’Ariane 5. Le lanceur, depuis, a fait du chemin au point d’avoir mis en orbite plus de la moitié des satellites commerciaux dans le monde, affirme Airbus.

Mais, voilà, la donne a changé depuis deux ans : la montée en puissance des satellites à propulsion électrique et surtout l’arrivée fracassante de l’américain Space X et de ses lancements à prix cassés, ont mis l’Europe au pied du mur. « La version actuelle d’Ariane 5 n’est pas en mesure de répondre à toutes les attentes en matière de réduction de prix à long terme », reconnaît Airbus dans la lettre spécialisée TTU. Dit autrement, le lanceur européen est trop cher et trop peu flexible.

Fin 2012 à Naples, lors de la précédente réunion ministérielle de l’ESA, le constat avait été mis sur la table. Les Etats membres avaient alors pris une double décision : poursuivre les travaux d’Ariane 5 ME, une évolution d’Ariane 5, et enclencher ceux d’Ariane 6 en s’assurant que le maximum de technologies soient communes aux deux projets.

 

Apres discussions

Le schéma avait ses vertus, mais il s’est heurté à une double résistance : celle des opérateurs de satellites, qui refusaient la configuration retenue pour Ariane 6, et celle de Berlin, pour des raisons de charge industrielle, de budget et des considérations techniques. Le déclic est venu en juin quand Airbus et Safran ont décider de regrouper leurs actifs dans les lanceurs dans une JV, pour baisser les coûts et proposer une nouvelle configuration.

Déclinée en deux versions, celle-ci a généré pas mal de débats entre la France qui l’a poussée à fond et l’Allemagne qui préférait en passer d’abord par la case Ariane 5 ME. Geneviève Fioraso n’a pas ménagé sa peine pour convaincre son homologue allemande, jusqu’à ce qu’un compromis soit trouvé entre Paris et Berlin, les deux principaux bailleurs du lanceur européen (50 % et 22 % respectivement, « Les Echos » du 14 novembre). L’accord entre Airbus et OHB a aussi contribué à lever l’opposition de Berlin (lire ci-contre).

« Notre objectif a toujours été de trouver un bon accord, car il y a une signification énorme pour les sites de recherche et l’industrie, en Allemagne comme en France, explique aux « Echos » Brigitte Zypries, secrétaire d’Etat au ministère de l’Economie allemand. Beaucoup de questions sont réglées  ; d’autres doivent encore être traitées, mais cela fait l’unanimité parmi les Etats signataires » .

 

Ariane 6 : l’Europe à la veille d’une décision historique

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 17:40
Les Forces russes de défense aérospatiale identifieront tout objet spatial

 

29.11.2014 Par La Voix de la Russie

 

Les troupes de la défense aérospatiale de la Russie identifieront de manière garantie tous les objets spatiaux, ainsi que les manœuvres effectuées dans l'espace, a déclaré samedi le commandant adjoint des Forces de défense aérospatiale russes, Anatoli Nestetchouk.

 

Nestetchouk a expliqué que les experts pourraient détecter et identifier des objets spatiaux au cours des 24 heures.

 

Nestetchouk a également déclaré que le groupe spatial du système d'alerte précoce pour les attaques de missiles de Russie avait détecté en 2014 tous les lancements de missiles balistiques réalisés depuis les territoires étrangers.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 12:50
Austria joins EU Satcom Market

 

Brussels - 27 November, 2014 European Defence Agency

 

On 23 November 2014 Austria became a contributing member of EDA’s EU Satcom Market pooled procurement initiative, thus joining Belgium, Finland, France, Germany, Greece, Italy, Luxembourg, Poland, Romania, and the United Kingdom.

 

Commercial satellite communications are used by all nations to provide extra capacity on top of their own military and governmental satellite communications. The EU Satcom Market provides a flexible and cost-effective way of doing this, with the European Defence Agency (EDA) acting as the central purchasing body for all participating countries.

 

A growing intiaitive

 

Commenting on Austria joining the project, Claude-France Arnould, EDA Chief Executive, underlined: “Since the launch of the project, 20 orders have been processed through this procurement cell, for a total value of about two millions euros. Member States are already forwarding their requirements for 2015 and it is expected that their interest and usage will increase significantly”.

 

Mag. Gerald Klug, the Minister of Defence and Sports in Austria, also reflected on this new cooperation effort undertaken through EDA: "The main task of the European Defence Agency is to identify synergies that increase the efficiency of projects and thus reduce costs. The EU Satcom Market shows how money can be saved through joint efforts."

 

Cost-effective

 

EDA is acting as the central purchasing body towards a single economical operator and is managing a single order on behalf of the contributing nations. With the EU Satcom Market, they are provided with a simple and cost-effective solution, especially for occasional use.

 

More services are being offered to users as the project evolves: mobile satellite, morale and welfare as well as managed services will be added in the coming weeks. Additional Member States also consider joining the project.

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 17:55
Le forum innovation DGA comme si vous y étiez


20/11/2014 DGA

 

Le forum innovation DGA comme si vous y étiez grâce à une visite virtuelle. Cet événement majeur de la recherche et de l’innovation duale s'est déroulé le 20 novembre à l'école polytechnique de Palaiseau.

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 08:20
Le X-37B se pose comme un avion après près de deux années en orbite au tour de la Terre – photo Boeing

Le X-37B se pose comme un avion après près de deux années en orbite au tour de la Terre – photo Boeing

 

26 octobre 2014 par Aerobuzz.fr

 

Le X-37B s’est posé le 22 octobre sur la base de Vandenberg (Californie) après 674 jours passés en orbite. En trois missions, cet engin spatial sans pilote construit par Boeing et mis en œuvre par l’US Air Force, totalise désormais plus de jours en orbite (1.367) que les navettes spatiales de la NASA en 135 missions (1.334 jours). Reste que le projet X-37B demeure l’un des plus secrets du Pentagone.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 17:35
La Chine lancera de nouveaux satellites maritimes de surveillance en 2019

 

BEIJING, 8 octobre (Xinhua)

 

La Chine lancera une nouvelle "constellation" de satellites maritimes de surveillance en 2019 pour surveiller les bateaux, les plates-formes pétrolières, les catastrophes maritimes et les ressources terrestres.

 

D'après Lin Mingsen, directeur adjoint du Service national de l'application des satellites à l'océan, la "constellation HY-3" comprendra une série de satellites équipés de la technologie de radar à synthèse d'ouverture qui seront "capables de fonctionner pendant la journée ou la nuit... et dans toutes les conditions météorologiques."

 

Ces satellites pourront voir un objet d'un mètre de long depuis l'espace et de produire des images de la surface de la terre ou de l'océan en haute définition, a indiqué M. Lin.

 

"Ils vont jouer un rôle important dans le renforcement de la protection des droits maritimes de la Chine, l'application et la supervision de la loi maritime, la surveillance de ses eaux littorales, les secours maritimes et la réduction des catastrophes maritimes," a ajouté M. Lin

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 11:55
Caroline Laurent est nommée directrice de la stratégie de la DGA

 

20/10/2014 DGA Actualité

 

Caroline Laurent a été nommée directrice de la stratégie de la Direction générale de l’armement (DGA) en Conseil des ministres le 15 octobre 2014. Elle prendra ses fonctions le 1er décembre prochain, date à laquelle elle sera élevée aux rang et appellation d’ingénieure générale hors classe de l’armement (4 étoiles).

 

Dès la fin de ses études, elle intègre en 1987 la direction des Missiles et de l’Espace de la DGA où elle occupe successivement des postes de management de projets techniques, de recherche dans les domaines satellitaire, océanographique et reconnaissance spatiale.

 

En 1994 et 1995 elle participe à l’élaboration de la politique spatiale française et elle est responsable des programmes de recherche dans le spatial pour le ministère de l’Industrie.

 

En 2001 Caroline Laurent prend la direction du programme de télécommunications militaires Syracuse.

 

De 2007 à 2011 elle dirige l’unité de management de l’ensemble des programmes aéronautiques : avions de transport, de mission, de formation ainsi que les avions de chasse en service, et représente la France au comité directeur international du programme A400M. 

 

Depuis 2011 elle dirige l’unité de management « Espace et Systèmes d’Information Opérationnels». Elle pilote à ce titre une équipe de 450 personnes et conduit toutes les opérations d'armement et les études amont relatives à la maîtrise de l'Information, les capteurs spatiaux de renseignement, les systèmes de télécommunications et de commandement.

 

Caroline Laurent est diplômée de l’Ecole polytechnique (promotion 1982), de l’Ecole nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace (1987) et ancienne auditrice du Centre des hautes études de l’armement (2004-2005). Elle est chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre national du Mérite et décorée de la médaille de l’Aéronautique. Elle est titulaire d’un brevet de pilote. Caroline Laurent est mariée et mère de 5 enfants de 24 à 14 ans.

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 07:55
Premier colloque sur les enjeux juridiques liés aux activités aériennes et spatiales

 

16 octobre Aerobuzz.fr

 

La première édition du Paris-Saclay Air & Space Law International Colloquium, aura lieu les 30 et 31 octobre 2014, à Paris, au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Organisé par l’Institut de Droit de l’Espace, de l’Aéronautique et des Télécommunications de l’université Paris-Saclay, il traitera des grands enjeux juridiques liés au secteur aéronautique et spatial.

 

Les enjeux juridiques liés aux activités aériennes et spatiales sont tout à la fois multiples et en perpétuelle évolution. Si les industries spatiale et aéronautique sont confrontées à des problématiques propres à leur domaine et disposent d’un ensemble de règles juridiques spécifiques, la tendance démontre qu’elles doivent faire face à des défis communs.

 

Ce colloque vise à réunir les experts internationaux de ces deux secteurs, pour débattre des quatre problématiques majeures qui ont marqué l’année 2014 :
∙ Sécurité des activités aéronautiques et spatiales ∙ Nouvelles applications et enjeux juridiques
∙ Défis institutionnels
∙ Enjeux environnementaux

Il apparaît ainsi possible de dégager, au-delà de l’autonomie et de la spécificité de chacun de ces secteurs, des lignes de force qui vont assurément irriguer les évolutions du droit aérien et spatial au cours du XXIème siècle.

 

Contact :
- Paris Saclay Air & Space Law International Colloquium
- 54, bd Desgranges 92330 Sceaux
- contact [at] pasl.fr
- Site internet du colloque

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:50
Contre 1,3 milliard d'euros, Airbus fournira les futurs satellites météorologiques de l’Europe

 

21 octobre 2014 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Le groupe aéronautique et spatial Airbus a décroché le contrat de fabrication de 6 satellites pour un montant de 1,3 milliard d’euros. Ces satellites de nouvelle génération amélioreront la prévision du temps. Les sites de Toulouse et de Friedrichshafen se partagent l’essentiel de la charge industrielle.

 

Le contrat de la décennie en matière de satellites ! Les dirigeants d’Airbus Defence & Space ne cachaient pas leur joie après la signature officielle du contrat le 16 octobre dernier pour un montant de 1,3 milliard d’euros par ses deux clients, l’agence spatiale européenne (ESA) et l’organisation européenne pour l’exploitation de satellites météorologiques (Eumetsat).

 

L’industriel livrera 6 satellites météorologiques de nouvelle génération (dits MetOp-SG), soit 3 paires de deux satellites complémentaires qui se relaieront durant 21 ans pour offrir des services de météo dès 2021. "Cela nous permettra d’obtenir des données météorologiques plus précises tout en gagnant une journée supplémentaire de prévision", se félicite Alain Ratier directeur général d’Eumetsat. Le dirigeant évalue le bénéfice socio-économique pour l’union européenne à 5 milliards d’euros par an notamment grâce à une meilleure prévision et anticipation des catastrophes naturelles qui conduira à une meilleure protection des individus, des biens et des infrastructures.

 

La genèse du programme a été relativement courte. Les deux agences européennes ont commencé a travaillé ensemble en 2012, Eumetsat définissant le contenu de la mission météorologique, l’ESA se chargeant du développement des satellites. "La compétition a été dure mais limpide. L’offre du groupe Airbus était la plus compétitive sur le plan technique, financier et contractuel", explique-t-on du côté de l’agence spatiale européenne.

 

Le couple franco-allemand

 

Opposé au tandem Thales Alenia Space-OHB, Airbus Defence & Space a joué la carte franco-allemande. "Nos équipes de Toulouse et de Friedrichshafen ont fonctionné comme une seule et même entité. Nous avons mobilisé jusqu’à une cinquantaine de personnes pour bâtir notre proposition", explique Eric Béranger, directeur des programmes de Space Systems, filiale d'Airbus Defence & Space. Le constructeur s’est appuyé sur sa plateforme technique Astrobus qu’il considère comme "un couteau suisse" capable de s’adapter à un large spectre de missions satellitaires, comme les missions d’observation de la Terre (programme Spot) ou de météo .

 

Le site de Toulouse sera chargé de fabriquer les 3 satellites dits de la série A dotés d’instruments optiques et de sondeurs atmosphériques et Friedrichshafen les 3 complémentaires de la série B dotées d’instruments micro-ondes. Pour les sites industriels, cela correspond environ à une charge de travail de 10 ans pour 150 ingénieurs et techniciens.

 

Une facture totale de 4 milliards d’Euros

 

La répartition de travail répond au principe du retour géographique : chaque pays récupère une charge industrielle correspondant à son investissement dans le programme. La France et l’Allemagne ont contribué à hauteur de 27% chacun. "Des industriels dans tous les pays membre de l’agence bénéficieront de ce programme", a toutefois précisé Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’ESA. Ainsi Airbus travaillera avec une centaine de partenaires sous-traitants présents dans les différents pays membres de l’agence européenne en particulier l’Italie et l’Espagne .

 

Il est à noter qu’en fin de vie après 7 années de service environ, les satellites quitteront leur orbite pour se désintégrer durant leur rentrée atmosphérique. "Deux tiers du carburant emporté par les satellites permettra de les désorbiter", a expliqué Jean Jacques Dordain. Au total, la facture pour Eumetsat s’élève à environ 4 milliards d’euros. Outre l’achat des satellites, l’agence devra financer des infrastructures au sol, payer les lanceurs, exploiter les satellites, et traiter les données durant plus de 20 ans…

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 11:50
Ariane 5 - 62 successful launches in a row


17 oct. 2014 Airbus DS

 

Ariane Flight VA220 launched successfully on 16th October from Kourou, French Guiana, lifting Intelsat 30 and ARSAT-1 into orbit.

 

Demonstrating the exceptional reliability of the European heavy launcher

 

Ariane 5 has been successfully launched from Kourou, French Guiana, for the 62nd time in a row, once again confirming the reliability of the European launcher developed and built by Airbus Defence and Space, the world’s number two space technology company.

The required performance for this, the 220th Ariane flight – for which Arianespace conducted the launch operations – was to transport 10,083 kg into geostationary transfer orbit, including 9,293 kg for the two satellites on board. The remaining mass was for the SYLDA dual launch system and the satellite integration hardware.

“The 62nd successful launch in a row confirms the outstanding industrial capabilities of the teams at Airbus Defence and Space, the prime contractor for the Ariane programme since 2003, and our ability to use our experience to implement the industrial organisation for future European launchers,” said François Auque, Head of Space Systems. “We would like to thank Arianespace, for their success in commercialising the launches and operating the range of European launcher systems at the Guiana Space Centre, as well as our trusted and dependable industrial and institutional partners for our joint success for more than 10 years.”

Airbus Defence and Space has been the prime contractor for the European Ariane 5 launcher, one of the largest and most ambitious space programmes in the world, since 2003. The company oversees an industrial network that brings together more than 550 companies (more than 20% of which are SMEs) in 12 European countries. Space Systems also manages the entire industrial supply chain, from the manufacture of equipment and stages to the complete integration of the launcher in French Guiana, in line with the customer’s specifications. Drawing on the expertise the company has acquired and the investments it has made over a period of more than 10 years, Ariane 5 has become the most reliable commercial launcher on the global market and has increased its geostationary orbit payload capacity by almost two metric tonnes. Representing cutting-edge European expertise, the Ariane 5 launcher has been specially designed to inject heavy payloads into orbit.

 


About Defence and Space

Airbus Defence and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defence and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defence enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year.

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 16:20
A2100 Satellite Dual Launch Animation


15 oct. 2014 Lockheed Martin

 

Two Lockheed Martin A2100 satellites can be launched to orbit aboard a single rocket using a unique side-by-side dual configuration that cuts launch costs without sacrificing payload capability. Side-by-side launch is the only GEO dual configuration that accommodates large earth-facing antennas aboard each satellite.

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:40
La Russie crée un système spatial uni

 

14.10.2014 Oleg Nekhaï - La Voix de la Russie

 

La Russie crée un système spatial uni (SSU) en vue de détecter les lancements des missiles balistiques. Selon le ministre de la Défense de Russie Sergueï Choïgou ce système sera un axe prioritaire de développement des forces de dissuasion nucléaire.

 

Le SSU remplacera les moyens d'alerte avancée développés dès l'époque soviétique. En l'occurrence il ne s'agit pas d'une modernisation, mais de la mise en place d'un système nouveau possédant des caractéristiques plus performantes. Les premiers satellites du nouveau système spatial d'alerte avancée seront lancés l'année prochaine. Avant la Russie disposait de capacités réduites pour détecter les lancements balistiques. Les observations ont été menées par des satellites géostationnaires au-dessus de certaines zones de l'océan mondial. A l'heure actuelle le contrôle des lancements est essentiellement effectué par des stations radar, note le directeur du Centre d'études socio-politiques Vladimir Evseev :

 

« Cette situation est inacdmissible car un groupe spatial détecte le premier les tirs des missiles balistiques. Cela augmente le temps pour prendre la décision. En plus, il complète le système de radars et fournit les données pour déterminer la trajectoire du missile balistique. A l'heure actuelle, les impératifs sont plus amples ».

 

Il s'agit de détecter non seulement les lancements, mais aussi des tirs d'essais. Aujourd'hui tout ne se réduit plus aux seuls Etats-Unis qui possèdent des silos de lancement et dont les sous-marins nucléaires de la classe Ohio patrouillent des zones déterminées de l'océan mondial. La zone de contrôle doit être étendue car il y a des Etats qui développent leur propre système ABM avec l'aide des Etats-Unis et d'où des missiles balistiques peuvent être tirés. Notamment depuis Israël dans le cadre des tests du système de défense antimissile. A l'heure actuelle un tel système a été mis en place au Japon et est développé en Corée du Sud. Leurs tests demandent de lancer diverses cibles qui sont, de fait, des missiles balistiques. C'est pourquoi il faudra placer sous contrôle une zone importante du globe, estime Vladimir Evseev.

 

« Détecter le lancement d'un missile balistique n'est pas l'essentiel, il est facile de le répérer grâce à la flamme pendant la phase active. Il importe d'établir la trajectoire. Car cela permet de définir combien le lancement menace la Russie. Il y a eu des cas quand des missiles balistiques nord-coréens tombaient dans la zone économique exclusive de la Russie en Extrême-Orient. Il faut évidemment suivre les Etats qui développent les missiles balistiques de portée intermédiaire ».

 

De tels Etats ne sont pas nombreux, néanmoins leur territoire doit être surveillé. Compte tenu de la possibilité de leurs missiles d'atteindre le territoire de la Russie.

 

Le SSU regroupera des satellites de génération nouvelle ainsi que des postes de commandement modernisés en charge de gérer le groupe orbital, de réceptionner et de traiter l'information en régime automatique. L'infrastructure terrestre du SSU subit déjà testée. Le travail est mené sur le satellite de génération nouvelle. D'après certains données il a été baptisé Toundra et il doit être mis en orbite avant la fin de 2014. Les satellites nouveaux suivront la trajectoire non seulement des engins balistiques, mais aussi des missiles tactiques et opérativo-tactiques d'où qu'ils soient lancés.

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 11:50
Thales TWTs for Space applications


10 oct. 2014 Thales Group

 

Thales, a world-class leader in Satellite Communications Uplinks and Downlinks has an unrivalled legacy in Satcom and Space applications. We propose a complete range of space TWTs designed for advanced applications.

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 15:55
Le CNES et l’ONERA renforcent leur coopération

 

 

Paris, le 10 octobre 2014 – CP 124-2014

 

Une réunion entre le CNES et l’ONERA (centre français de recherche aérospatiale) s’est tenue le mercredi 8 octobre au siège du CNES, en présence de Jean-Yves Le Gall et de Bruno Sainjon, présidents respectifs des deux établissements. Cette rencontre avait notamment pour objet de passer en revue les projets communs résultant du renforcement de la coopération entre le CNES et l’ONERA et de préciser la feuille de route pour les années à venir.

 

Il s’agissait de la première réunion à ce niveau organisée depuis la signature en 2012, de l’accord-cadre qui régit les relations entre le CNES et l’ONERA.

 

La coopération entre les deux organismes revêt une importance toute particulière. Elle porte notamment sur les domaines des lanceurs, des systèmes orbitaux et de l’environnement spatial. Le CNES et l’ONERA sont par ailleurs partenaires sur la mission de physique fondamentale Microscope, qui a récemment franchi une étape importante avec la livraison par l’ONERA au CNES de l’instrument T-SAGE, véritable cœur du futur micro-satellite dont l’objectif est de valider la théorie de la relativité générale.

 

L’accord cadre de 2012 prévoit en particulier la mise en œuvre par le CNES et l’ONERA de Programmes d’Intérêt Commun (PIC). Dans le domaine des lanceurs, le Comité de pilotage technique réuni ce même jour a décidé du lancement, avec démarrage effectif avant fin 2014, de 6 PIC qui permettront d’améliorer la compréhension de phénomènes complexes dans la conception des lanceurs.

 

 

 

A cette occasion, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a déclaré :

« Je suis particulièrement satisfait de cette réunion, qui a été des plus fructueuses en ce sens qu’elle permet de faire entrer dans une nouvelle dynamique la coopération entre le CNES et l’ONERA, laquelle est amenée à prendre de l’ampleur et à produire des résultats concrets qui profiteront à l’ensemble du secteur spatial».

De son côté, Bruno Sainjon, Président directeur général de l’ONERA a souligné:

« Je retiens de cette rencontre la nécessité de renforcer l’esprit de cet accord entre le CNES et l’ ONERA par des actions concrètes , car c’est par la mise en cohérence de nos actions de recherche amont que la France et l’Europe demeureront toujours des acteurs majeurs dans le domaine spatial».

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 11:20
Lockheed Martin and Northrop Grumman Deliver Payload for Fourth SBIRS Missile Defense Early Warning Satellite

 

SUNNYVALE, Calif., Oct. 8, 2014 -- Lockheed Martin & Northrop Grumman

 

Prime contractor Lockheed Martin (NYSE:LMT) and payload provider Northrop Grumman (NYSE:NOC) have delivered the payload for the fourth Geosynchronous Earth Orbit (GEO) satellite of the U.S. Air Force's Space Based Infrared System (SBIRS).

The payload, delivered on Sept. 30, will now be integrated with the SBIRS GEO-4 satellite bus in final assembly, integration and test at Lockheed Martin's Sunnyvale, California satellite manufacturing facility.

The SBIRS program delivers timely, reliable and accurate missile warning and infrared surveillance information to the President of the United States, the Secretary of Defense, combatant commanders, the intelligence community and other key decision makers. The system enhances global missile launch detection capability, supports the nation's ballistic missile defense system, expands the country's technical intelligence gathering capacity and bolsters situational awareness for warfighters on the battlefield.

The SBIRS GEO-4 payload includes highly sophisticated scanning and staring sensors, which will provide the satellite with improved infrared sensitivity and a reduction in area revisit times over the legacy constellation. The scanning sensor will provide a wide area surveillance of missile launches and natural phenomena across the earth, while the staring sensor will be used to observe smaller areas of interest with superior sensitivity.

"The completion of this payload is a critical milestone keeping us on schedule for delivering the SBIRS GEO-4 satellite to the Air Force in 2016," said Louie Lombardo, director of Lockheed Martin's SBIRS Follow-on Production (SFP) program. "This payload delivery -- the third of four payload deliveries for the SBIRS SFP program in the past 15 months -- further demonstrates that SBIRS is in the regular cadence of full production."

"This is an unprecedented production rate of sophisticated infrared payloads for operational deployment," said Anne Ostroff, vice president of the Military/Civil Space and Ground business area, Northrop Grumman. "The performance of payloads on-orbit has been excellent and demonstrates unique capabilities that are needed to address current and evolving threats."

The SBIRS architecture includes a resilient mix of satellites in GEO, hosted payloads in Highly Elliptical Orbit (HEO), and ground hardware and software. The GEO-1 and GEO-2 satellites have been launched and both received Air Force Space Command Operational Acceptance in 2013, with performance that matches, and in some cases exceeds, requirements. GEO-3 recently completed acoustic testing and is currently undergoing thermal vacuum testing. In June 2014, the Air Force contracted Lockheed Martin for full production of GEO-5 and GEO-6.

The SBIRS team is led by the Remote Systems Directorate at the U.S. Air Force Space and Missile Systems Center. Lockheed Martin is the SBIRS prime contractor, while Northrop Grumman is the payload provider. Air Force Space Command operates the SBIRS system.

 

 

Northrop Grumman is a leading global security company providing innovative systems, products and solutions in unmanned systems, cyber, C4ISR, and logistics and modernization to government and commercial customers worldwide.

 

Headquartered in Bethesda, Maryland, Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs approximately 113,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The Corporation's net sales for 2013 were $45.4 billion.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 12:20
Northrop Grumman Debuts Three Low-Cost Terminals to Protect Nation's Warfighters, Advance Military Satellite Communications

 

REDONDO BEACH, Calif. -- Oct. 6, 2014 – Northrop Grumman

 

Delivering on its commitment to protect the nation's warfighters with secure, affordable satellite communications in an increasing threat environment, Northrop Grumman (NYSE:NOC) will feature three variants of protected low-cost terminals (LCTs) at MILCOM 2014.

 

The annual conference is being held Oct. 6-8 at the Baltimore Convention Center and attracts military and government experts to discuss the latest advances in protected communications. The company's exhibit – No. 403 – will feature three extremely high frequency LCTs that deliver rapid, jam-resistant connectivity for tactical missions at the same cost as unprotected military communication terminals:

 

-- Protected communications on the move (P-COTM) are rugged terminals with low-profile vehicle antennas that address unmet, near-term requirements to expand Army communication networks. The terminals are critical beyond-line-of-sight nodes that provide protected connectivity through Milstar and Advanced Extremely High Frequency satellites.

 

--Airborne terminals are an extension of the hardware and software of P-COTM designed for special operations aircraft. The terminals are readily extendable into other manned and unmanned applications and are scheduled to be demonstrated in 2015.

 

--TCS Protected ULTRA terminals are packaged in airline-checkable transit cases that can be set up within 10 minutes to support modular quick-change feeds and upgrade kits. The terminals are significantly smaller and lighter than current protected communication alternatives.

 

The LCT variants are a result of a joint investment by Northrop Grumman, Lockheed Martin and TeleCommunication Systems to provide secure, assured command and control to the tactical warfighter. The technology advancement can be produced at a cost significantly below currently fielded protected communication terminals, and will be available for fielding within the next two years.

 

The company also will participate in a panel, "Supporting the Warfighter with Assured Military SATCOM," Monday, Oct. 6 at 2:30 p.m.in Room 314. The Northrop Grumman panelist will be Tim Frei, vice president, communication systems.

 

Learn more about Northrop Grumman programs to be featured at the conference by visiting the online media kit at MILCOM 2014 Media Kit.

 

Northrop Grumman is a leading global security company providing innovative systems, products and solutions in unmanned systems, cyber, C4ISR, and logistics and modernization to government and commercial customers worldwide. Please visit www.northropgrumman.com for more information.

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 17:20
Les Américains prévoient des ogives nucléaires pour détruire les astéroïdes menaçant la Terre

 

4 octobre 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

On nage en plein film de science-fiction: certaines ogives nucléaires américaines, qui devaient être démontées l’année prochaine, verront leur vie utile prolongée et pourraient servir dorénavant à défendre la Terre contre les «astéroïdes tueurs», rapportait le très sérieux quotidien économique et financier américain Wall Street Journal.

 

Cette information se retrouvait un peu perdue au milieu d’un rapport touffu de 67 pages du Government Accountability Office (GAO), l’organisme d’audit, d’évaluation et d’investigation du Congrès des États-Unis chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral américain, dit le quotidien.

Le rapport, intitulé «Nuclear Weapons, Actions Needed by NNSA to Clarify Dismantlement Performance Goal» portait sur le programme de la National Nuclear Security Administration, qui gère l’arsenal d’armes atomiques des États-Unis, pour démanteler l’arsenal nucléaire américain.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 12:56
Geospatial Intelligence: la 2e saison du séminaire démarre le 7 octobre

 

03.10.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense


Pour la seconde année est proposé un séminaire intitulé "Geospatial Intelligence et information géographique numérique Représentation cartographique et révolution numérique" dont l'entrée est toujours gratuite et ouverte à tous.

Comme la saison passée, il s'agit d'un séminaire mensuel sous la direction du Professeur Boulanger (Professeur à l’Institut français de géopolitique, Université Paris VIII) se déroulant à l'ENS en partenariat avec Airbus DS.

Après le succès de l'année dernière, les séances auront désormais lieu dans l'amphithéâtre Rataud (entrée au 45, rue d'Ulm) qui comprend une centaine de places.

 

La première séance aura lieu mardi 7 octobre. L'intervenant sera le directeur du renseignement militaire (DRM), le général Christophe Gomart, qui présentera son projet de réforme autour de la création du CRIG : "La Direction du renseignement militaire, centre interarmées du Geospatial Intelligence".

 

Le planning de l'année qui commence:

•4 novembre : « L’observation spatiale : un outil stratégique pour la géographie et le renseignement » par Jean-Daniel Testé (Directeur du Centre interarmées de l’Espace, Ministère de la Défense).

•2 décembre : « Nouveaux acteurs, nouvelles pratiques ... comment se projeter (ne serait-ce qu’) à 5 ans ? » par Thierry Rousselin (Directeur de la stratégie, Magellium).

•13 janvier : « Le concept GEOINT américain et la spécificité nationale industrielle française » par Alexandre Papaemmanuel (Responsable Grand Compte, Fonction renseignement, Airbus Defense and Space) et Éric Morel (Directeur Geoint France, Airbus Defense and Space).

•3 février : « Le tournant de la géographie descriptive et géométrique vers les bases de données intelligentes » par Alain Zumsteeg (Département géographie physique, Direction générale de l’armement, Ministère de la défense).

•3 mars : « Les expertises dans le domaine du Geoint et les synergies industrielles » par Philippe Larde (Responsable du département Géospatial Intelligence, Thales Communications and Security).

•7 avril : « Geospatial Intelligence : vers une approche dynamique de la cartographie » par Vincent Caillard (chef de projet GEODE 4D, Direction des programmes Defense et Espace, Institut national de l’information géographique et forestière).

•5 mai : « Geospatial Intelligence et pouvoir de décision pour un grand groupe français : le cas de Total » par Paul-David Régnier (Responsable clients globaux /Total marketing & Services).

 

Pour en savoir plus, consulter la page dédiée sur le site de l'ENS.

photo ECPAD

photo ECPAD

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories