Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 18:30
RAF Reaper strike on ISIL boat 2 September 2015


8 sept. 2015 Defence HQ

 

An RAF Reaper attacks ISIL boat loaded with hundreds of mortar and rocket rounds.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 17:45
Les USA visés par une menace terroriste en Afrique du Sud

 

08 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Johannesburg - L'ambassade des Etats-Unis en Afrique du Sud a publié mardi un avertissement contre une menace terroriste visant les intérêts américains dans ce pays d'Afrique australe.

 

Des extrémistes pourraient viser des intérêts américains en Afrique du Sud, y compris des installations gouvernementales américaines et d'autres installations pouvant être associées aux intérêts économiques des Etats-Unis, selon le texte publié sur le site internet de l'ambassade américaine à Pretoria.

 

Il n'y a pas d'élément supplémentaire sur le moment ou les cibles éventuelles qui pourraient être visées, ajoute l'ambassade qui appelle ses ressortissants à la vigilance. Prenez les mesures adéquates pour améliorer votre sécurité personnelle, conseille l'ambassade.

 

Le porte-parole du ministère sud-africain de la Sécurité publique, Brian Dube, interrogé par l'AFP, a dit être informé de l'avertissement, mais s'est refusé à tout commentaire.

 

La semaine dernière, les Etats-Unis avaient publié une alerte sécuritaire générale en prévision de la commémoration des attentats du 11-Septembre, mais la mise en garde de mardi est plus spécifique.

 

L'Afrique du Sud, économie la plus industrialisée du continent noir, a échappé jusqu'à présent aux attaques de militants islamistes, qui frappent plusieurs autres pays africains, essentiellement en Afrique de l'Est et de l'Ouest.

 

Selon l'analyste Ryan Cummings, basé au Cap (sud), la dernière mise en garde terroriste publiée par les Etats-Unis en Afrique du Sud remonte à 2009.

 

On n'associe pas immédiatement l'Afrique du Sud à l'extrémisme islamique, qui est le moteur du terrorisme international contre les intérêts américains, a-t-il déclaré à l'AFP. Mais il y a des preuves que l'Afrique du Sud sert de sorte de passerelle ou de plaque tournante potentielle pour la logistique et les finances de mouvements terroristes, a-t-il ajouté.

 

En février, le Conseil de sécurité de l'ONU avait mis en garde l'Afrique du Sud contre des groupes terroristes susceptibles d'utiliser son territoire comme une base opérationnelle.

 

En 2013, les autorités sud-africaines avaient révélé qu'une Britannique, Samantha Lewthwaite - surnommée la veuve blanche car son mari faisait partie des kamikazes des attentats de Londres de 2005 - , s'était procurée frauduleusement un passeport sud-africain. Cette jeune femme est toujours activement recherchée dans le monde. Elle est poursuivie au Kenya pour détention d'explosifs et organisation d'attaques terroristes.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 17:30
Vols vers la Syrie : Moscou demande à Athènes et Sofia de s'expliquer

 

08 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - La diplomatie russe a réclamé mardi des explications à la Bulgarie, qui a interdit le survol de son territoire à des avions russes en route pour la Syrie, et à la Grèce, qui a annoncé que les Etats-Unis lui avaient demandé de prendre la même décision.

 

Si quelqu'un, et dans ce cas précis il s'agit de nos partenaires grecs et bulgares, a des doutes, alors bien entendu il doit nous expliquer quel est le problème, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, cité par l'agence de presse russe Interfax.

 

La Bulgarie, pays membre de l'Otan, a déclaré mardi avoir refusé à un nombre non précisé d'avions russes de traverser son espace aérien à la fin de la semaine dernière.

 

Cette décision fait suite à des informations lundi selon lesquelles les Etats-Unis ont demandé à la Grèce, également membre de l'Otan, de ne pas autoriser les avions russes effectuant des livraisons en Syrie à survoler son territoire.

 

S'il est avéré qu'ils prennent des mesures restrictives ou d'interdiction à la demande des Américains, alors cela soulève des questions sur leur droit souverain à prendre des décisions sur le passage par leur espace aérien d'avions d'autres pays, comme la Russie, a noté M. Bodganov.

 

Si la Grèce n'a pas encore donné de réponse officielle, le ministère bulgare des Affaires étrangères a dit fonder son refus sur des informations dignes de confiance selon lesquelles le chargement déclaré n'était pas celui qu'il y avait en réalité.

 

Depuis plusieurs jours, les Américains notamment s'inquiètent d'une éventuelle augmentation de la présence russe en Syrie, sans que ces craintes ne soient étayées par des preuves définitives.

 

Samedi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait appelé son homologue russe Sergueï Lavrov pour lui faire part de l'inquiétude des Etats-Unis quant à un éventuel engagement militaire de Moscou en Syrie.

 

Pour sa part, la Russie se borne à répéter qu'elle fournit depuis longtemps des armes au régime du président syrien Bachar al-Assad.

 

Mardi, Mikhaïl Bogdanov a rappelé que des experts et des instructeurs russes formaient en effet des soldats de l'armée syrienne.

 

Par ailleurs, la Russie n'a pas prévu de changer quoique ce soit en ce qui concerne sa seule base en Syrie, celle située à Tartous, ville côtière et deuxième port de ce pays, a ajouté M. Bogdanov.

 

Les conditions de fonctionnement de cette base et ses objectifs sont depuis longtemps connus et je n'y vois aucun problème, a affirmé le vice-ministre.

 

Cette base logistique se trouve à Tartous depuis déjà plusieurs décennies et il n'y pas de questions à se poser, et personne n'en posera, a-t-il martelé.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 17:30
L'armée turque entre sur le sol irakien: une première depuis quatre ans

 

08.09.2015 Romandie.com (ats)

 

L'armée turque est entrée mardi sur le sol irakien pour la première fois en quatre ans après une série d'attaques des rebelles du PKK. Ces attentats ont provoqué la mort de plus de 30 soldats ou policiers et plongé un peu plus la Turquie dans la violence. Deux jours après une première embuscade à l'explosif dans laquelle 16 soldats ont péri à Daglica (sud-est), le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a réalisé une opération similaire mardi à l'aube contre un minibus de la police, cette fois dans la province d'Igdir, aux confins des frontières avec l'Arménie, l'Iran et l'Azerbaïdjan. Bilan: treize morts et un blessé.

 

Courte durée

Depuis dimanche soir, les chasseurs F-16 et F-4 de l'aviation turque ont pilonné à plusieurs reprises les bases arrière du mouvement rebelle dans les montagnes du nord de l'Irak et des membres des forces spéciales sont entrés en Irak. "Les forces de sécurité turques ont franchi la frontière irakienne dans le cadre du droit de poursuite visant des terroristes du PKK qui ont commis les récentes attaques", a déclaré une source gouvernementale turque, sans préciser la durée de cette opération. "C'est une mesure de courte durée pour empêcher la fuite des terroristes", a toutefois assuré cette source anonyme. Les frappes aériennes et le raid des forces spéciales ont provoqué la mort de "près de cent terroristes" du PKK, selon l'agence de presse Dogan citant des sources militaires. La précédente incursion de l'armée turque sur le sol irakien, un phénomène courant dans les années 1990 contre les bases arrière de ce mouvement rebelle kurde dans les montagnes, remontait à 2011.

 

Discours ferme d'Erdogan

Dans un discours très ferme, le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a promis mardi de débarrasser son pays du PKK. "Nous n'avons pas abandonné et nous n'abandonnerons pas cette nation à trois ou cinq terroristes", s'est exclamé M. Erdogan. "Si Dieu le veut, la Turquie, qui a surmonté de nombreuses crises, réussira à se débarrasser de la peste terroriste", a-t-il insisté. L'opération réalisée par le PKK à Daglica a été la plus meurtrière depuis la reprise il y a près de deux mois des affrontements entre l'armée et ce mouvement rebelle. Ces heurts ont fait voler en éclats les discussions de paix engagées à l'automne 2012 pour mettre un terme à un conflit ayait fait quelque 40'000 morts depuis 1984.

 

Douaniers et ouvriers libérés

Fin juillet, le gouvernement turc a ordonné des frappes aériennes contre les bases du PKK en représailles à des attaques rebelles contre ses forces de sécurité. Les violences sont depuis quotidiennes. Mardi encore, un policer a été tué à Tunceli (est). Le PKK a toutefois annoncé mardi avoir libéré un groupe de 20 agents des douanes et d'ouvriers turcs d'une entreprise de travaux publics qui avaient été enlevés dans l'est de la Turquie il y a près d'un mois. Ils devaient regagner leur pays dans la soirée. Selon le dernier comptage de la presse favorable au gouvernement, les affrontements ont entraîné la mort d'une centaine de soldats ou de policiers et d'un millier de rebelles.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:55
photo R. Pellegrino - DICoD

photo R. Pellegrino - DICoD

 

08/09/2015 CNE Laetitia Périer – Ministère de la Défense

 

Le lundi 7 septembre 2015, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a rendu visite au Régiment d’infanterie chars de marine (RICM) à Poitiers (Vienne). A cette occasion, il a annoncé la création d’un renforcement du régiment qui va compter un escadron supplémentaire à partir de juillet 2016.

 

Lundi 7 septembre, Jean-Yves Le Drian a rendu visite aux forces de l’armée de Terre, à Poitiers (Vienne), où il a rencontré les militaires du Régiment d’infanterie chars de marine (RICM) appartenant à la 9e brigade d’infanterie de marine (9e BIMa).

 

A cette occasion, le ministre a annoncé un renforcement du RICM qui va compter un escadron de plus à partir de juillet 2016. Le régiment des Marsouins, qui compte déjà 800 hommes et femmes dans ses rangs, va accueillir 60 soldats supplémentaires. Cette augmentation des effectifs est en concordance avec la priorité donnée à l’armée de Terre : la Force opérationnelle terrestre va ainsi passer de 66 000 à 77 000 personnes au cours des deux prochaines années.

 

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:55
The Future of Warfare: Afghanistan and Beyond


07/09/2015 IRSEM

 

L’IRSEM a le plaisir de vous convier à sa rentrée académique 2015.

La demi-journée sera ouverte par une conférence prononcée par Theo Farrell, Professor of War in the Modern World au King's College de Londres, sur : The Future of Warfare: Afghanistan and Beyond

 

Cette conférence en anglais se déroulera
le lundi 28 septembre 2015 à 13 h à l’École militaire,
Amphithéâtre Lacoste,
5 place Joffre, Paris 75007.

 

Elle sera suivie d’un forum de la relève stratégique qui se déroulera en deux parties :

  • deux tables rondes seront consacrées aux perspectives professionnelles des docteurs en sciences humaines et sociales traitant des questions de défense.(Amphi Lacoste)

  • un « salon » qui permettra aux doctorants actuellement soutenus par le ministère de la défense de présenter leurs thématiques et travaux de thèses.(Pavillon Joffre)

A partir de 17H00, un cocktail réunissant tous les participants sera servi et clôturera la demi-journée.

 

Inscription obligatoire

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:55
Le CF CORD'HOMME, commandant le TCD Ouragan passe en revue les hommes du commando Trépel, pendant l'opération d'évacuation des ressortissants français d'Anjouan (septembre 1975).

Le CF CORD'HOMME, commandant le TCD Ouragan passe en revue les hommes du commando Trépel, pendant l'opération d'évacuation des ressortissants français d'Anjouan (septembre 1975).

Le CF CORD'HOMME, commandant le TCD Ouragan passe en revue les hommes du commando Trépel, pendant l'opération d'évacuation des ressortissants français d'Anjouan (septembre 1975). source net marine


08.09.2015 source SHD
 

8 septembre 1494 : débarquement et bataille de Rapallo (Italie). Le futur Louis XII fait débarquer ses troupes à Rapallo en les appuyant depuis la mer. Il conquiert ensuite Gênes permettant l’entrée du gros de l’armée française dans la péninsule. Ce serait l’une des premières opérations de débarquement interarmées connue de l’histoire.

Lire Lettres de Charles VIII concernant la victoire de Rapallo (10 septembre 1494). 

 

8 septembre 1514 : bataille d'Orcha (actuelle Biélorussie). Le grand-duché de Moscou tente d'envahir la Lituanie mais se fait battre de manière très nette par l'alliance du grand-duché de Lituanie et du royaume de Pologne.

 

8 septembre 1855 : prise de la redoute de Malakoff (campagne de Crimée). Le général de Mac Mahon mène lui-même les colonnes d’assaut des zouaves au combat et met fin à l'interminable siège de Sébastopol, ainsi qu’à la meurtrière campagne de Crimée, qui a vu pour la première fois (depuis plusieurs siècles) s'allier la France (Napoléon III) et l'Angleterre, aux côtés de la Turquie face à la Russie (Nicolas Ier). Pour la petite histoire, la légende raconte que le commandant du corps expéditionnaire, le général Pélissier, s’inquiétant de voir son subordonné trop exposé lui aurait enjoint à plusieurs reprises de se retirer, ce à quoi Mac Mahon lui aurait finalement répondu par télégraphe : « J’y suis, j’y reste ! ». Les Russes en se retirant de la redoute l’avait minée et s’apprêtaient à la faire exploser avec Mac Mahon et ses forces d’assaut lorsque les sapeurs français en creusant pour améliorer les défenses des zouaves ont fort heureusement mais involontairement coupé les lignes de mise à feu russes. NB : le général puis Maréchal Mac Mahon sera en 1873 un des premiers présidents de la République française.

 

8 septembre 1923 : catastrophe maritime américaine (Honda point - Californie). Après des manœuvres au large de San Francisco, 14 destroyers américains font route au Sud, en longeant la côte californienne  pour rejoindre leur base à San Diego. Naviguant à 20 nœuds et en colonne, ils se fient au navire de tête qui malgré le brouillard ne ralentit pas sa cadence, y compris lorsqu'il vire à bâbord croyant emprunter le chenal de Santa Barbara. Il s'échoue sur la côte. Le commandant échoué pense avoir heurté une ile et non la côte, estimant mal , à nouveau, sa position. Il ordonne aux navires qui le suivent de virer pour pense-t-il éviter l'ile, mais les envoi sans le savoir sur la côte. La moitié du convoi s'échoue. 23 marins disparaissent.

 

8 septembre 1943 : opération Starkey (au large de Calais). Exercice naval allié ayant une triple vocation : préparer réellement le débarquement en Normandie (Overlord). Faire croire que c’est une véritable opération et ancrer dans l’esprit des Allemands que c’est autour de Calais (et non pas en Normandie) que le débarquement aura lieu. Fixer en France un maximum de troupes ennemies alors que l’effort allié a lieu en Sicile et en URSS à ce moment-là.

 

8 septembre 1944 : première V2 sur Paris. « La première V2 ou Vergeltungswaffe (Vengeance) est lancée depuis la Belgique par les Allemands contre Paris (Maisons-Alfort). La V2 est l’ancêtre des missiles balistiques et des lanceurs spatiaux. L’impact de cette arme, comme la V1, est d’ordre psychologique. La V1 et la V2 ont alimenté la propagande de Joseph Goebbels, mais ne permettront pas de changer l’issue de la guerre ». DGRIS.

 

8 septembre 1975 : évacuation de ressortissants à Anjouan (Comores). Le TCD Ouragan avec le commando Trepel évacuent des ressortissants français mis en danger par les coups de main qui suivent la déclaration d’indépendance de l’Etat comorien (6 juillet 1975).

 

8 septembre 1994 : les Alliés quittent Berlin. Après 49 ans d'occupation de la ville, les Alliés quittent Berlin. Divisée en 4 secteurs d'occupation (US, GB, F et URSS), juste après la Seconde Guerre Mondiale, l’ancienne capitale du Reich devient le symbole de l'affrontement Est-Ouest naissant. En 1948, les soviétiques tentent vainement d'asphyxier la zone ouest au cours d'un blocus de plusieurs mois. En aout 1961, la construction du "mur de la honte" débute, partageant en deux, non seulement Berlin mais toute l'Europe.  28 ans plus tard, le 9 novembre 1989, le mur tombe entrainant la réunification de l'Allemagne (1990) et la chute du bloc soviétique (1991). Berlin est à nouveau capitale de l’Allemagne.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:50
photo MIL.be

photo MIL.be

 

7/09/15 – 7sur7.be (Belga)

 

Aucun des 54 chasseurs-bombardiers F-16 en service en Belgique n'a encore atteint le seuil des 6.000 heures de vol, alors que la durée de vie maximale fixée par le constructeur, le groupe américain Lockheed Martin, est de 8.000 heures, a indiqué le ministre de la Défense, Steven Vandeput, en réponse à une question parlementaire.

L'appareil ayant accumulé le plus d'heures de vol était, au 31 mai dernier, le FA-94, un monoplace livré le 31 janvier 1985 et faisant partie de la commande initiale passée en 1975 pour 116 avions (96 F-16A monoplaces et 20 F-16B biplaces). Il comptait 5.811 heures de vol et était en service au 10e wing tactique de Kleine-Brogel (Limbourg), a précisé M. Vandeput (N-VA) en réponse à une question écrite du député Sébastian Pirlot (PS).
 

Sute de l'article

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:50
photo 2 Bataillon de Commandos - MIL.be

photo 2 Bataillon de Commandos - MIL.be

 

25/08/15 – 7sur7.be (Belga)

 

L'armée belge organise du 7 au 11 septembre un important exercice en provinces de Luxembourg et de Namur, qui rassemblera près de 1.600 militaires des composantes Terre, Air et médicale pour les préparer à participer l'an prochain à la force de réaction rapide de l'Otan, ont indiqué mardi des responsables militaires.

 

Le programme de cette semaine d'exercice, baptisé "Active Trip", prévoit des sauts en parachute depuis quatre avions de transport C-130 Hercules, l'engagement de deux chasseurs-bombardiers F-16, des évacuations médicales - notamment menées avec des hélicoptères - et des attaques fictives sur des objectifs en terrain civil, a précisé le major Olivier Dourte, de l'état-major de la composante Terre lors d'une conférence de presse à Bastogne.

 

Forces spéciales

Ces 1.500 militaires, dont des membres des forces spéciales, utiliseront plus de 300 véhicules légers, mais aucun blindé lourd. Ils seront appuyés par un drone, a précisé l'officier. "Active Trip" vise à préparer un contingent militaire à participer tout au long de l'année 2016 à la force de réaction rapide de l'Otan, la "NATO Response Force" (NRF), capable de se déployer à bref délai partout dans le monde.

 

Groupement tactique

C'est dans ce cadre que la Belgique fournira en 2016 à la NRF un millier d'hommes, dont un "battle group" (groupement tactique) de 600 hommes, bâti autour du 2ème bataillon commando de Flawinne, sous les ordres du lieutenant-colonel Vincent Piérard. Cette unité sera intégrée au sein de la nouvelle force très réactive de l'Alliance atlantique, la VJTF (pour "Very High Readiness Joint Task Force"), une brigade d'environ 5.000 hommes commandée par l'Espagne.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:50
photo BMZ

photo BMZ

 

03 septembre 2015 par  Philippe Corvisier - electroniques.biz

 

Spécialiste de la conception de packs d'accumulateurs spécifiques, conformes aux cahiers des charges de ses clients, BMZ a ouvert cette année une filiale en France.

 

Spécialiste de la batterie lithium-ion sur-mesure depuis plus de 20 ans, l'allemand BMZ (Batterien-Montage-Zentrum) a ouvert une filiale en France. Créée en 1994, suite à la reprise de l'activité "pack maker" de Saft GmbH, BMZ adresse aujourd'hui trois marchés principaux : les vélos à assistance électrique (40%), l'électroportatif (30%) et le secteur médical (10%). Pour le reste, la société est présente dans les secteurs de la défense, de l'industrie, de l'électroménager, de l'automobile et de l'aérospatiale.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:50
Third helicopter tactics instructor course launched

 

Linton-on-Ouse, United Kingdom - 02 September, 2015 European Defence Agency

 

The third iteration of the prestigious Helicopter Tactics Instructor Course (HTIC) has just started at RAF Linton-on-Ouse, United Kingdom. The course aims to provide selected helicopter instructors with the tactical skills and knowledge to then deliver tactical training within their own organisations and throughout the Helicopter Exercise Programme events, such as Italian Blade exercise and Cold Blade exercise.

 

The 2015 HTIC is for the first time delivered under an EDA Category B programme, with its own approved programme arrangement signed in March 2015 by Germany, Sweden and the United Kingdom. Additional EDA participating Member States have already shown interest in joining the programme in the near future.

The 2015 course is delivered by the EDA Chief Instructor, and a cadre of instructors from Sweden and the UK. 18 trainee instructors from Austria (OH-58), Sweden (UH-60 and NH-90) and the UK (CH-47) will be challenged to deliver high-end performances across the three main strands of the course, which will culminate in the planning and delivery of the complex Composite Air Operations (COMAO). 

The successful graduates will obtain Bronze or Silver HTI qualifications, corresponding to their experience and skill level. These qualifications are recognised by all the Member States involved in the helicopter programme. The instructors are expected to deliver courses themselves in the future, thus increasing their experience and competence. 33 more instructors from Austria, the Czech Republic, Denmark, Sweden and the UK have already graduated from the previous two courses held in 2013 and 2014.

The ground and simulator phase of HTIC runs until 18 September and starts with the theory, giving a comprehensive introduction to Electronic Warfare and its application for rotary platforms in a hostile environment. Next, it moves on to look at Evasion Training against a range of ground and air threats and the tactics applicable to rotary tasking in non-permissive environments. The theory is then put into practice in the EDA tactics trainers and, finally, the live flying phase, which will be delivered from 28 September to 17 October 2015 at Vidsel range, Sweden. 

 

More information

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:45
Algeria: The Quiet Revolution Gets Louder

 

September 5, 2015: Strategy Page

 

A power struggle in the government has finally gone public with the August 27 arrest of Abdelkader Ait Ouarab. This is a big deal because this is the guy who led the counter-terror campaign in the 1990s that defeated the Islamic terrorists. Ouarab continued serving until he retired (apparently under pressure) in late 2013. All this internal strife has been going on, quietly, for over a decade. Things heated up in early 2013 when president Abdelaziz Bouteflika had a stroke and was disabled. Pro-reform members of the senior leadership pushed for Bouteflika to resign followed by free elections The Bouteflika family and corrupt officials who had benefitted from Bouteflika rule got organized and resisted. No one wanted a civil war, but the two sides were sharply divided and compromise was not possible. By late 2013 it was clear that most Algerians wanted the government to clean up the rampant corruption and that there was support for that on the inside led by several senior Intelligence officers. Most of the corrupt officials and their civilian allies belong to the extended family of the elderly (nearly 80) president Bouteflika. Then there were the clans of several other families that led the country after freedom was achieved in the 1960s and have dominated government and the economy ever since. The Bouteflikas were apparently slow to realize that their most dangerous political enemies were the senior people in the intelligence and security agencies who were keen on cleaning up the corruption. There were also a lot of military officers who favored anti-corruption reforms. Fortunately for Bouteflika many senior military commanders were corrupt, some because they felt refusing the economic perks offered when they achieved high rank would be seen as disloyal. Bouteflika always believed the loyalty of the military was essential to keeping his corrupt crew in power. Yet by late 2013 many Bouteflika loyalists noted the split within the military and began moving more of their assets out of the country, just in case. That’s because if there’s another large-scale uprising and the military refuses to suppress it (or, worse, splits or falls apart because of disagreements among officers) the current government is done. Bouteflika also realizes that most of the troops are keen on anti-corruption efforts. In short, it’s a dangerous time in Algeria and now it’s out in the open.

 

There have been hints of trouble recently. In late July local media revealed that the government had unexpectedly replaced three of the most powerful generals in the military (the heads of counter-intelligence, the Republican Guard and presidential security). This was immediately linked with two other odd events. First there was the large number of troops showing up at the presidential residence on July 16th. Whatever was going on there was never made public. Finally there is the fact that president Bouteflika has not spoken or appeared in public for months and many Algerians believe he is dying or at the very least not getting any better.

 

Since early 2014 the government has denied that there was a feud raging between the intelligence services and the corrupt senior politicians. For over a year there have been rumors of senior people in the intelligence and security agencies who are keen on cleaning up the corruption and pressuring the government to support this effort. There were also a lot of military officers who favor the anti-corruption drive and the government responded by accusing the reformers of being disloyal and plotting a coup. That’s a possibility now, despite efforts to persuade the Bouteflika clan to do the right thing and let the people decide. Right now Algerians are finding out that the key men in the counter-terror forces are being forced out. Not just the older ones who are eligible for retirement but younger ones who are not. This provides leaders for any future rebellion against the corrupt government and the Bouteflikas are running out of options.

 

Meanwhile the fight against Islamic terrorists continues with over 60 of them killed so far this year compared to about a hundred in all of 2014. Many Algerians fear that dismissing many key counter-terrorism leaders will eventually reduce the effectiveness of operations against Islamic terrorists. The national leadership seems more concerned about maintaining their power and ability to plunder the national wealth for personal benefit. The government also appears incapable of dealing with the financial crises. Oil and gas income has fallen by nearly half since 2011. That’s about $30 billion less each year. Oil and gas are nearly all (97 percent) of the country's export revenues, and 40 percent of GDP. The 2015 budget keeps spending levels largely the same and to do that over $30 billion has to come out of the reserves. This cannot continue for long as Algeria only has $158 billion in reserves and not much in the way of credit for big loans to cover budget deficits. These shortages make the corruption more of an issue. For example, corrupt officials enable over $40 billion in untaxed goods to be smuggled in each year. While the army and police concentrate on the small operators bringing goods in overland in the south or from Morocco, the big money is in bribed officials allowing shiploads to come in untaxed. The government is going through the motions of cracking down but most Algerians believe this is all for show. 

 

August 31, 2015: In Jijel Province (365 kilometers east of the capital) soldiers have lately been capturing more smugglers with weapons, lots of ammo and even rifle cartridge reloading equipment. Many of these smugglers are bringing in people in addition to the usual cheap fuel and food. In the west, on the Moroccan border, soldiers shot a smuggler crossing the border illegally.

 

August 28, 2015: West of the capital soldiers ambushed Islamic terrorists and killed one. Weapons and documents were seized.

 

August 27, 2015: The government arrested former (until late 2013) counter-terrorism chief Abdelkader Ait Ouarab. Also known as “General Hassan” he ran the DRS (main intelligence agency). Ouarab was charged with possessing illegal firearms, withholding information and insubordination. East of the capital troops found an Islamic terrorist hideout that was used to store and build bombs. Several bombs were seized along with weapons and ammo. This was part of a week-long operation that has so far left five Islamic terrorists dead and large quantities of weapons, ammo and equipment seized.

 

August 25, 2015: In the last three days troops on the Mali and Niger borders have killed or arrested over 120 smugglers and seized large quantities of weapons, ammunition and other goods.

 

August 23, 2015: Tunisian border guards were ambushed by Islamic terrorists near the Algerian border. One border guard was killed and three wounded. This appears to be part of an effort by one of the major Islamic terror groups in Tunisia to get the security forces to back off. That has not been working so far and the Islamic terrorists have suffered heavy losses recently.

 

August 22, 2015: In the northeast (Skikda province, 500 kilometers east of the capital) troops clashed with a group of Islamic terrorists and killed two of them. The army has a major search operation going on in the province because of reports that a group of armed Islamic terrorists (as many as 30) were in the area.

 

August 18, 2015:  In the east, across the border in Tunisia, Islamic terrorist landmines killed two Tunisian soldiers.

 

August 14, 2015: In the northeast (Skikda province) Islamic terrorists ambushed an army patrol and killed two soldiers.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:45
Cérémonie d'hommage au capral Baptiste Truffaux

 

07/09/2015 Armée de Terre

 

Le vendredi 4 septembre 2015, les honneurs funèbres militaires ont été rendus au caporal Baptiste Truffaux du 21e régiment d’infanterie de marine, dans l’enceinte du camp Lecocq à Fréjus.

 

Le marsouin de 1re classe Truffaux est décédé le 27 août 2015 dans l’accomplissement de sa mission au service de la France alors qu’il participait à la protection de son unité dans le cadre de l’opération BARKHANE, au Mali.

 

Au cours de cette cérémonie, le 1re classe Truffaux a été élevé au grade de caporal et décoré de la médaille de la défense nationale échelon or, à titre posthume.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:45
Nigeria: The New Guy Turns On The Lights

 

September 7, 2015:  Strategy Page

 

The military continues to chase down remaining Boko Haram groups in the northeast, especially northern Borno State and its huge Sambisa Forest. The northeast in general is a thinly populated area with many places to hide. Aerial reconnaissance has proved to be a key tool in finding Boko Haram, along with tips from civilians (often local self-defense groups). For example air force bombers recently hit a Boko Haram camp that was using solar panels (seen from the air) for electricity. Boko Haram is at a disadvantage here because they need electricity to keep their communications working. Batteries alone will not get it done and any electricity producing device (generators, solar panels) are easy to spot (especially when using heat sensors) from the air. The military prefers air strikes because getting ground troops to a remote site can take hours and the element of surprise is lost. Moreover the Islamic terrorists are using more landmines and booby traps around their camps, even the temporary ones. These kill troops every week and will be a long term problem in these remote areas as civilians hunt and forage in these areas. 

 

Several large (often over a hundred gunmen) Boko Haram groups have become, in effect, nomads. They are constantly on the move, staying in one place a few days and moving on. They live by raiding and looting and the army keeps chasing after them, occasionally catching up. That results in a brief battle as the Islamic terrorists flee, scattering if need be. These groups still try to occupy towns and use the place as a base but that is getting more difficult because the military regularly patrols remote towns and villages to make sure the Islamic terrorists have not shown up and taken over.

 

Since 2009 Boko Haram violence has left nearly 20,000 dead mainly in three majority Moslem states in the northeast. A thousand of those deaths have occurred in the hundred days since president Buhari (who said he would crush Boko Haram) took power. Accompanying those deaths have been at least 75,000 new refugees forced to flee their homes. Over two million Nigerians have been driven from their homes by the violence so far and over 50,000 have fled to neighboring countries. Boko Haram has tried using neighboring countries for more secure bases but Boko Haram violence there has caused over 100,000 people in Niger, Chad and Cameroon to flee their homes and that triggered a very violent and largely effective counter-terrorism effort. 

 

President Buhari, being a retired army officer, ordered a number of military reforms as soon as he took office four months ago. One of these involved the punishment given out to thousands of soldiers who “mutinied” in 2014 in response to the corruption and incompetence of many officers. Buhari ordered the review of 5,000 trials (courts martial) of soldiers in late 2014 and early 2015 that resulted in the accused being dismissed from the military. As suspected some 60 percent of these prosecutions involved soldiers protesting bad leadership. These soldiers had their convictions reversed and were offered the jobs back. Most appear of have accepted and rejoined the army.

 

In the south the navy has been ordered to respond more quickly to complaints of oil pollution caused by gangs that steal and refine oi. For decades gangs have punched holes into pipelines and gathered oil for use in crude illegal refineries that produce low grade kerosene. This has become more popular and the process causes a lot of pollution for people living in the Niger River Delta. The hole punched in the pipeline to take oil ends up letting more oil into the water. The refining process puts more pollutants into the waterways. In response to the order from the new president the navy has increased the use of air patrols and quick reaction teams. When a crude (and portable) refinery is spotted the nearest quick reaction force is alerted, given the GPS coordinates and speeds to the refinery (via thousands of kilometers of waterways in the Delta) before it can be moved. Oil companies believe over 100,000 barrels of oil a day are being stolen by thieves who tap into oil pipelines. That’s several billion dollars a year in lost oil revenue. In the past much of what the government did receive from oil production was stolen by politicians and civil servants. While many people in the Delta only get benefit from all the oil via oil thieves (who hire locals and spend a lot of the cash locally), far more Delta residents suffer from the pollution and generally lawless behavior of all those gangs.

 

The impact of some new anti-corruption measures are still unclear. Such is the case with the traditional influence of senior state officials in the appointment of the federal cabinet ministers. In the past this was how a new president developed widespread support at the state level. Buhari, as promised, is doing it differently and apparently ignoring the candidates favored by state officials. While this will produce less corrupt federal officials it will also antagonize elected officials and political party leaders in the states. This could get ugly, even though most states have considerable popular support for eliminating corruption.

 

Buhari still remains very popular, in large part because he has quickly produced some results that everyone can experience. Since taking office a hundred days ago electricity production has nearly doubled. Buhari did this by quickly eliminating corrupt practices (and officials) who were crippling efforts to eliminate chronic and growing electricity shortages (which provided many lucrative opportunities for corrupt officials and businesses). Keeping it up will prove more difficult as the corruption is extensive and a lot of very powerful people are determined to preserve their illegal privileges. As far as the corrupt crowd are concerned Buhari has won a few battles at the beginning of a long war.

 

September 4, 2015: In the northeast (Borno) a Boko Haram suicide bomber attacked a rural market and killed thirty people. This happened in Gwoza, a town the army had recently chased Boko Haram out of.

 

September 1, 2015: In the northeast (Borno State) Boko Haram attacked two villages and left at least 26 dead. The Islamic terrorists were seeking supplies and this is how they go about it. Across the Borno State border in Cameroon two Boko Haram suicide bombers (apparently female) attacked a crowded market and killed at least twenty people. Meanwhile Cameroon has forced some 12,000 Nigerian refugees to return home. This is a process begun in July. In part this is because Boko Haram has supporters (not all of them voluntary) among the refugees and these refugees assist Boko Haram in carrying out terror attacks in Cameroon.

 

August 31, 2015: In the northeast (Borno) a group of Boko Haram gunmen on horseback killed about 80 civilians over the weekend while raiding three villages.

 

August 29, 2015: In the northeast (Borno) troops found and seized a Boko Haram bomb making workshop. Also taken were two well-known and wanted Boko Haram leaders. In neighboring Chad ten Boko Haram men were executed by firing squad a day after they were convicted of carrying out an attack that killed 38 people in the Chad capital. This is to send a warning to Boko Haram that operating in Chad is very dangerous. Many Boko Haram appear to have figured that out already and fewer of these Islamic terrorists are being encountered inside Chad.

 

August 26, 2015: In the northeast (Borno) two Boko Haram suicide bombers attacked a checkpoint outside the state capital (Maiduguri). One soldier died, along with the two suicide bombers. Further north in Borno two Boko Haram suicide bombers attacked an army camp just across the border in Chad. The attack failed to harm any of the soldiers. Chad has been working hard to shot down Boko Haram operations along the Nigeria border and to prevent Boko Haram from getting any further into Chad.

 

August 25, 2015: In the northeast (Borno) a Boko Haram group killed 28 people while raiding two villages. Elsewhere in the northeast (the Yobe State capital Damaturu) a Boko Haram suicide bomber (a 14 year old girl) was stopped at a check point where she detonated her explosives and killed six people. 

 

August 24, 2015: A part of the new anti-corruption campaign the president (a retired general) has ordered all military weapons purchases since 2007 to be reviewed and prosecutions started if any were found to be corrupt. Some certainly were because officers and soldiers have long complained about not being able to get needed weapons or ammo of finding the stuff they were given defective. The previous president was unhappy with the American refusal to provide high tech weapons because of the corruption in the Nigerian military. The new president wants to eliminate that problem and prosecuting past misbehavior will discourage more such bad behavior.

 

August 23, 2015: In the northeast (Borno) Boko Haram ambushed an army convoy that included the army chief-of-staff. One soldier was killed along with ten Islamic terrorists. Another five Boko Haram gunmen were captured.

 

August 22, 2015: Senior military officers from Nigeria, Cameroon, Chad, Niger and Benin met in Chad and made the final arrangements for the new force of 8,700 troops that is being assembled for another major international operation against Boko Haram. The neighboring countries want to end the Islamic terrorist threat coming out of Nigeria and this coalition force has been expanded (with 800 troops from Benin) since it first went into action earlier in the year. The new force is supposed to go into action by the end of September.

 

August 21, 2015: President Buhari suspended the head of the immigration department after it was discovered that a wanted (by Lebanon) Sunni Islamic terrorist cleric (Ahmad al Assir) had been issued a Nigerian visa. This was discovered when the cleric was arrested in Lebanon on the 15th while trying to fly to Nigeria on a fake Palestinian passport containing a valid Nigerian visa. It is suspected that some corrupt immigration officials have been selling a lot of visas to criminals.

 

August 19, 2015: Nigeria arrested another 22 suspected Boko Haram members among the 12,000 Nigerian refugees being sent back by Cameroon. It was not disclosed how many Boko Haram members have been found so far among these refugees.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:40
Space: The Russian Aerospace Force

 

September 7, 2015: Strategy Page

 

A year after China did so in August Russia has announced the formation of an Aerospace Force by taking existing air force units, air-defense (against aircraft or missiles) units and various “space forces” that, until 2011, were united as the Space Force. The new organization is based on the idea that there should be no distinction between lower air space and orbital space. If it flies, it now belongs to the Aerospace Force. One exception is the ICBM missile forces, which will remain, as they have for decades, as the separate “Strategic Rocket Forces.” The only practical reason for the Russian Aerospace Force is that it saves money by eliminating some headquarters and duplicated support services.

 

In mid-2014 the Chinese military announced it was organizing a fifth service (in addition to army, navy, air force, strategic weapons force), the Aerospace Force. This one will concentrate on operations in space and is more like the pre-2011 Russian Space Force. The Chinese Aerospace Force controls satellites, launchers and ground based units that can jam or otherwise electronically interfere with enemy satellites and space vehicles. The United States had had discussions about forming an Aerospace Force but the Army, Navy and Air Force are very reluctant to give up any of these space oriented capabilities to what would be a new service. Currently the U.S. Air Force considers itself the aerospace force and few consider it an issue worth arguing about anymore.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:35
GSAT geostationary communication satellite - photo ISRO

GSAT geostationary communication satellite - photo ISRO

 

Sep 07, 2015 (IANS)

 

Chennai, India - The Indian space agency on Sunday said it had successfully positioned the country's military communication satellite GSAT-6 in its orbital slot.

 

According to Indian Space Research Organisation (ISRO), GSAT 6 has been successfully positioned in its orbital slot of 83 degrees East and co-located with INSAT 4A, GSAT 12, GAAT 10 and IRNSS1C on Sunday morning, after carrying out four drift arresting manoeuvres.

 

The satellite was launched by India's heavy rocket geosynchronous satellite launch vehicle-Mark II (GSLV) and put into geo transfer orbit (GTO) on August 27.

 

One of the advanced features of GSAT-6 satellite is its antenna - the largest satellite antenna realised by ISRO and utilised for five spot beams over the Indian mainland, which exploit the frequency reuse scheme to increase frequency spectrum utilisation efficiency.

 

The satellite provides communication through five spot beams in S-band and a national beam in C-band for strategic users.

 

The satellite's life expectancy is nine years.

 

ISRO is planning to launch 2,200 kg INSAT-3DR meteorological satellite next July with its GSLV rocket.

 

According to ISRO, with two back-to-back successful missions carrying indigenous cryogenic stage, the GSLV has matured into a reliable launch vehicle and has paved the way for its future operational missions, providing India self-sufficiency in launching higher capacity satellites into geosynchronous transfer orbit (GTO).

 

The 2016 July launch would be followed by the GSAT-9 satellite launch in May 2017.

 

The prestigious Chandrayaan-2 Mission is designated to be launched by GSLV in 2017-18 time frame.

 

According to ISRO, the GSLV is well on its way towards international and commercial operations.

 

Work is already in progress on the joint effort with NASA for the launch of NISAR satellite into a polar orbit by 2020-21. This mission will demonstrate the versatility of the GSLV for launch into various orbits.

 

While technical criticalities of the complex GSLV system have been overcome, challenges are being taken up for improving the payload capability from the present 2,117 kg to the design target of 2500 kg, ISRO said.

 

Detailed studies are in progress, addressing the various ways of achieving this target, said the Indian space agency.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:35
Chengdu JF-17 Xiaolong (Thunder) combat aircraft

Chengdu JF-17 Xiaolong (Thunder) combat aircraft

 

September 5, 2015: Strategy Page

 

In April, May and June of 2015 Japanese fighters had to take off and intercept intruders 173 times. Chinese aircraft were the cause 66 percent of the time otherwise they were usually Russian. During the same three months in 2014 there were 340 Japanese fighter sorties to deal with intruders and 70 percent of the time the intruders were Chinese. In 2013 Japanese aircraft went up over 300 times to confront Chinese aircraft (often recon aircraft) coming too close to Japanese air space. Thus 2013 was the first year Chinese intrusions exceeded Russian ones. This has been coming for several years. In 2011 nearly 43 percent of the sorties were for Chinese aircraft. That's almost three times as many Chinese intrusions as in 2010. Russian aerial activity has been declining for years and this is believed due to the difficulty and expense of keeping elderly Russian aircraft operational. Russia cannot afford to replace its Cold War era aircraft.

 

Although Russian warplanes continue to be a nuisance off the coast Japan considers Russian activity much less threatening. The Russian aircraft are flying more training missions in the Pacific and the Japanese have come to understand how it is nearly impossible for Russian pilots getting out to sea without showing up on a Japanese radar or coming close to Japanese air space. That’s because there is a lot of Japanese airspace off the east coast of Eurasia, so Russian warplanes out there cannot avoid passing close to Japanese air defense radars. China does not have this problem.

 

In 2011, the 355 Japanese anti-intrusion sorties were up 17 percent over the previous year, while in 2010, sorties were up 29 percent. They have continued to climb. All this should be measured against Cold War activity, which peaked in 1984 with 944 interception sorties. After the Cold War ended in 1991 (when there were 488 sorties), the number of intrusions fell through the 1990s, but since 2000 have increased.

 

These intrusions have been increasing sharply since 2008. Initially the Japanese launched many aircraft for each intrusion. For example, in 2008 a Russian Tu-95 entered Japanese airspace near an uninhabited island about 600 kilometers south of Tokyo. Although the Russian aircraft was in Japanese airspace for only about three minutes the Japanese launched 22 aircraft to intercept. This force included two AWACs aircraft and twenty fighters. No Russian aircraft entered Japanese airspace without permission again until 2013 and the Russians apologized for that one. But as the intrusions increased, the number of interceptors sent out for each incident decreased.

 

The Japanese believe that one cause for this increased activity is more electronic and maritime patrol aircraft are available to the Chinese who have a desire to gather as much information as possible about their strongest potential foe in the area. But the main reason is the dispute with China over the Senkaku Islands near Okinawa. China and Japan both claim these uninhabited islets, which are 320 kilometers southeast of the Chinese mainland, 167 kilometers northeast of Taiwan, and 426 kilometers southwest of Japan (Okinawa, which China also has claims on). The Senkaku Islands and have a total area of 6.3 square kilometers. Taiwan also claims the Senkakus, which were discovered by Chinese fishermen in the 16th century and taken over by Japan in 1879. They are valuable now because of the 380 kilometer economic zone nations can claim in their coastal waters. This includes fishing and possible underwater oil and gas fields.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:30
Les F-16IQ de la Force Aérienne Irakienne effectuent leurs premières frappes aériennes

 

8 Septembre 2015 defens'aero

 

Après une livraison reportée en raison de l'instabilité de l'Irak et leurs arrivées le 15 Juillet 2015 sur la base aérienne de Balad, dans le centre du pays, les premiers F-16IQ de la Force Aérienne Irakienne (Al Quwwat al Jawwiya al Iraqiya) ont effectué leurs premières frappes aériennes contre des positions de l'Organisation Etat Islamique.

En effet, selon les déclarations du commandant de la Force Aérienne Irakienne M. Anwar Hama Amin, et comme le rappelle le très sérieux blog AeroHisto, les premières missions aériennes se sont déroulées le Mercredi 02 Septembre 2015 dans le Nord de l'Irak, et plus précisément dans les provinces de Kirkouk et de Salaheddin.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 16:30
photo Mil.be

photo Mil.be

 

4/09/15 – 7sur7.be (Belga)

 

La composante Air ira, pour la première fois de son histoire, s'entraîner cet automne aux Émirats arabes unis (EAU) pour participer notamment à un cours avancé organisé par la force aérienne émiratie, de plus en plus engagée dans des opérations à l'étranger, a-t-on appris vendredi de source militaire.

 

Les bases aériennes de Florennes et de Kleine-Brogel déploieront ainsi huit chasseurs-bombardiers F-16 et, par rotations, quelque 45 pilotes sur la base émiratie d'al Dhafra, proche d'Abou Dhabi, du 11 octobre au 19 novembre pour trois périodes d'entraînement "dans un environnement le plus proche possible des théâtres d'opération actuels", a précisé l'état-major de la composante Air, dans une référence à l'Irak.

 

Une partie de ces pilotes - six - participeront au 25ème "Advanced Tactical Leadership Course" (ATLC), un cours de haut niveau organisé du 25 octobre au 19 novembre par l'"Air Warfare Center" de la force aérienne émiratie.

 

Le but de l'ATLC est d'améliorer les connaissances tactiques et les qualités de leader des équipages engagés lors de vols en grandes formations multinationales - appelées en jargon "Composite Air Operations", COMAO). Les participants à ce cours proviendront des Émirats, d'Égypte, d'Arabie saoudite, de France - qui dispose d'une base permanente à al-Dhafra -, de Grande-Bretagne, des États-Unis et, pour la première fois, de Belgique.

 

Afin de rentabiliser ce déploiement aux Émirats, la composante Air a décidé d'organiser en parallèle à l'ATLC trois "block trainings" à Al Dhafra pour permettre à une quarantaine d'autres pilotes de maintenir leurs qualifications, dont le premier se déroulera du 11 au 23 octobre.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:55
Maquette motorisée de l’A400M dans la grande soufflerie S1MA de l’Onera photo Onera Airbus

Maquette motorisée de l’A400M dans la grande soufflerie S1MA de l’Onera photo Onera Airbus

 

08/09/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Dans un rapport au vitriol, la Cour des comptes critique la gestion, la gouvernance ainsi que le manque d'implication de l'ONERA dans le domaine de l'aéronautique civile. Mais son nouveau patron Bruno Sainjon est en train de remettre en tension le centre de recherche de l'aérospatial français.

Trop tard ou trop tôt. Le rapport de la Cour des Comptes sur l'ONERA, qui couvre la période 2008-2013, tombe plutôt à plat... Car depuis l'arrivée le 30 mai 2014 du nouveau PDG, Bruno Sainjon, cet organisme public de recherches est en train de se réveiller et de retrouver un réel dynamisme. Pour autant, ce rapport n'est pas non plus inutile. Notamment il montre l'incapacité de l'État à valoriser un bijou technologique, envié dans le monde entier et, surtout, il pointe son manque de vision dans la recherche et, par conséquent, dans l'avenir de la filière aérospatiale civile et militaire française, en réduisant considérablement sa subvention au fil des années.

Depuis 2010, le budget de l'ONERA a pris le bouillon, passant de 257,9 millions d'euros à 207 millions en 2014, selon les derniers chiffres disponibles. Soit une chute de près de 20%, essentiellement liée à la réduction de la subvention accordée à l'ONERA, qui est tombée à 96,4 millions (contre 123,9 millions en 2010). Elle représentait 46,6% de son budget, contre 48% en 2010. Et ce contrairement à ce qu'affirme la Cour des comptes, qui estime que "les financements publics sont relativement stables, au moins ceux de la DGA". Une remarque qui a fait bondir le PDG de l'ONERA dans sa réponse aux sages de la rue Cambon;

"Cette observation est inexacte, c'est même précisément la baisse des moyens publics qui explique en grande partie la situation financière actuelle de l'ONERA", qui traine effectivement en 2014 un déficit de 16 millions d'euros, a expliqué Bruno Sainjon. Dans le budget initial 2015, le conseil d'administration de l'ONERA a voté un déficit de 3 millions d'euros.

En 2015, son budget prévisionnel s'élève à 228,9 millions. A suivre...

 

La DGAC a lâché l'ONERA

Parmi les critiques soulevées par la Cour des Comptes, les relations très distantes entre la direction générale de l'aviation civile (DGAC) et l'ONERA. Ce qui s'est notamment traduit par l'arrêt par la DGAC d'une subvention à l'ONERA à partir de 2001 (contre 3,8 millions en 2010). De même, elle a réduit pratiquement à zéro son activité contractuelle avec l'ONERA, qui est passée de 24 millions d'euros 2010, à 0,3 million en 2014.

Pourquoi une telle défiance? Selon la Cour des comptes, "les causes sont multiples : réduction du budget de la DGAC, volonté de la DGAC de cibler son soutien et d'encadrer l'utilisation de sa subvention afin d'éviter une contrariété potentielle aux règles du commerce international et du droit de la concurrence, perte de pertinence de l'ONERA aux yeux de la DGAC et dégradation des relations". Pourtant l'ONERA travaille sur ce que seront les avions du futur, et plus précisément sur le programme "Nova" (Next-generation Onera Versatile Aircraft), qui pourrait remplacer les actuels moyen-courriers. Il est destiné à transporter 180 passagers à 900 km/h sur une distance de 5 à 6.000 km. Par ailleurs, les relations avec la DGAC sont en train de se réchauffer...

En outre, la DGAC estime, selon la Cour des Comptes, que l'Office "ne s'est pas adapté aux évolutions profondes du secteur de l'aéronautique civile depuis les années 1980, notamment l'émergence de nouveaux sujets structurants : gestion de l'énergie, avionique, cockpit et navigation, nouveaux procédés de production". Enfin, elle "regrette la faible participation de l'ONERA aux programmes européens et aux initiatives locales".

Bruno Sainjon fait pourtant part dans sa réponse à la Cour des Comptes des succès remportés récemment par l'ONERA dans le cadre de trois appels d'offres lancés au titre du programme européen Cleansky 2 pour un montant de plus de 30 millions d'euros étalés sur huit ans. Tout comme il rappelle l'implication de l'ONERA "beaucoup plus affirmée" dans le Conseil pour la recherche aéronautique et civile (CORAC).

 

Pourquoi un tel désintérêt de l'État?

Dans sa réponse à la Cour des Comptes, le Premier ministre, Manuel Valls, assure pourtant que "l'action de la tutelle a été conduite dans un souci de préservation de la position de l'ONERA". On a vu mieux comme soutien financier à un organisme public... Car quand l'État le veut, les subventions suivent. Comme le montrent les dotations aux Établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST), CNRS inclus, qui sont passées de 4,9 à 5,7 milliards d'euros entre 2008 et 2014.

Dans une interview accordée en juin à La Tribune, Bruno Sainjon avait tenté d'expliquer le désintérêt de l'Etat vis-à-vis de l'ONERA : "travailler majoritairement sur des sujets de défense n'incite pas à une communication tous azimuts. Et surtout la recherche fondamentale même à visée applicative n'a pas été mise en évidence ces dernières années. Pourtant sans la science et la recherche, il n'y a pas de technologie ni de programme". C'est vrai que l'ONERA est complètement sorti des radars de la plupart des responsables politiques français. A tel point que la plupart d'entre eux ne savent pas ce que cet organisme fait exactement. Un peu désolant...

 

L'ONERA au cœur des enjeux aéronautiques

En dépit des critiques de la Cour des Comptes sur son isolement, l'expertise de l'ONERA a été à plusieurs reprises plébiscitée dans de nombreux domaines, dont certains liés à une actualité très brûlante. Ainsi, en avril dernier, un consortium piloté par l'Office a été sélectionné par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) pour la lutte anti-drone. En 2014, l'ONERA, à la demande de la direction générale de l'armement (DGA), a commencé à travailler sur le projet d'étude amont DEMPERE, dont l'objectif est de développer un démonstrateur de simulation numérique destiné à évaluer le degré de perturbation d'un radar par les parcs éoliens.

En outre, l'ONERA s'est récemment rapproché de plusieurs organismes de recherche à la fois concurrents et partenaires. Ainsi, l'Etat a mandaté l'ONERA comme pilote de la nouvelle filière aéronautique Carnot, baptisée AirCar (Air Carnot) et financée pendant six ans à hauteur de 10,5 millions d'euros. L'objectif de ce consortium multidisciplinaire et complémentaire sera de comprendre les besoins des PME et ETI de la filière aéronautique afin de booster leur capacité d'innovation et répondre ainsi au mieux aux besoins industriels.

Par ailleurs, l'ISAE-SUPAERO et l'Office ont renforcé en mars dernier leur coopération en signant une convention de partenariat scientifique créant deux équipes de recherche communes (ERC). Enfin, le Cetim et l'ONERA ont renforcé leur coopération en vue de développer une offre technologique commune, innovante et performante dans le contexte de ré-industrialisation de la France et des enjeux liés à la filière matériaux.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:50
Zutendaal reserve air base, ca 2009 (Via GoogleMaps)

Zutendaal reserve air base, ca 2009 (Via GoogleMaps)

 

03/09/2015 deredactie.be


Le ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA) a confirmé mercredi soir que la Belgique a donné son accord aux Etats-Unis pour une éventuelle réutilisation de la base militaire de Zutendaal, dans le Limbourg, pour entreposer du matériel militaire conventionnel dans le cadre de l’Otan.

 

"La Défense a donné une réponse positive à la demande des Etats-Unis" d'utiliser à nouveau le dépôt de Zutendaal pour "pré-positionner" du matériel, a déclaré Steven Vandeput à l'agence de presse Belga, en marge d'une réunion des ministres européens de la Défense à Luxembourg. La date-limite pour une réponse à Washington était le 1er septembre, a précisé le ministre belge de la Défense, confirmant une information publiée par le journal régional Het Belang van Limburg.

La Défense attend désormais une décision définitive des Etats-Unis, a ajouté le ministre, soulignant que la Belgique se présentait ainsi comme "un partenaire fiable" de Washington et de l'Otan.

 

Durant la Guerre froide, la base de Zutendaal - construite au départ comme un aérodrome de réserve de l'Otan - faisait partie d'un vaste réseau de dépôts militaires de l'US Army en Europe. Au plus fort de la confrontation est-ouest, l'armée américaine avait lancé un vaste programme de dépôts militaires en Belgique, en retrait par rapport au Rideau de fer. Mais ce programme s'était rapidement réduit comme une peau de chagrin après la chute du Mur de Berlin, en novembre 1989.

Les Américains avaient quitté Zutendaal en 1999. Il s’agissait d’un dépôt abritant le matériel organique d'une division de renforcement rapide (POMS, dans le jargon militaire), tout comme à Grobbendonck, en province d'Anvers, qui avait fermé ses portes en septembre 1995, quatre ans avant la base limbourgeoise.

Les installations avaient été reprises l'année suivante par l'armée belge, qui y stocke des archives, du matériel roulant - comme des chars Léopard déclassés en passe d'être ferraillés, ainsi qu'une usine de démantèlement de munitions. Environ 140 personnes y travaillent actuellement. Mais le nombre d'emplois pourrait croître, a fait valoir Steven Vandeput.

Selon le quotidien Het Belang van Limburg, les Américains ont demandé de pouvoir utiliser 70.000 m2 de surface de stockage à Zutendaal dans le cadre des "mesures de réassurance" décidées par l'Otan en faveur des alliés est-européens, inquiets de l'attitude russe depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Le Secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, avait annoncé en juin dernier que les Etats-Unis allaient déployer 250 blindés à titre "provisoire" dans six Etats européens pour aider à "contrer les menaces terroristes extérieures, ainsi qu'à contenir la Russie".

Ce déploiement "provisoire" de 250 blindés de différents types - des chars M-1 Abrahams, des véhicules de combats M2 Bradley et des obusiers automoteurs - a lieu dans les Etats baltes, ainsi qu'en Bulgarie, en Pologne et en Roumanie. Ni la Belgique, ni l'Allemagne, située plus à l'ouest, n'avaient alors été mentionnées.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:45
EDA supports EUTM Mali to enhance medical facilities

 

Brussels - 08 September, 2015 European Defence Agency

 

The European Defence Agency (EDA) provided technical, contractual and administrative support to the EU Training Mission (EUTM) Mali regarding the procurement of a biomedical incinerator to be installed in Koulikoro.

 

The requirement for the new equipment, to meet European standards in case of an EBOLA outbreak, was identified by the operation. EDA´s support was requested in May 2015 and the award decision was signed by the former Operation Commander, Brigadier General Alfonso García-Vaquero Pradal in July 2015. The contract, with a budget of 59.000€, includes transportation and on-site maintenance. The incinerator should be operational by mid-September.

This is the first case conducted under the EDA-Athena cooperation arrangement signed on 27 February 2015 which aims at facilitating direct procurement support to CSDP military operations.

EDA supports CSDP operations and missions to meet their operational needs. Based on the combination of industry knowledge, in-house technical expertise and experience in procurement, the Agency helps operations to optimize procurement procedures in order to save resources.

 

More information:

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:32
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

08.09.2015 Par Nathalie Guibert - lemonde.fr

 

Deux avions Rafale équipés d’appareils photo et vidéo ont effectué mardi 8 septembre un premier vol de reconnaissance au-dessus de la Syrie, a annoncé le ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, conformément aux annonces de François Hollande dans sa conférence de presse de rentrée, lundi. Un avion C-135 ravitailleur français a également participé à cette mission afin de fournir du carburant aux avions.

 

Alors que d’autres vols de reconnaissance sont prévus pour les prochains jours, le président français a annoncé lundi que, dans un second temps, « selon les informations recueillies, le renseignement collecté, nous serons prêts à faire des frappes » contre l’Etat islamique (EI). Le chef de l’Etat a avancé la légitime défense pour expliquer ce virage de la stratégie française, qui avait refusé jusqu’à présent de procéder à des bombardements en Syrie :

 

« C’est depuis la Syrie que sont organisées les attaques contre plusieurs pays, notamment le nôtre. »

 

Seront visés les centres de commandement, les camps d’entraînement et la logistique de l’organisation terroriste ; ce que les militaires nomment les « centres de gravité » de l’adversaire. Selon la défense, il ne s’agira pas d’une « campagne de frappes massive », mais de coups ciblés. En dévoilant ces orientations, M. Hollande a rejeté toute intervention au sol. Ecartée depuis le début de la guerre par les puissances occidentales parties prenantes du conflit, elle forme un projet « inconséquent et irréaliste », a tranché le président à l’adresse des personnalités de la droite française qui la réclament.

 

Lire aussi : François Hollande ouvre la voie à des bombardements en Syrie contre l’Etat islamique

 

La décision présidentielle revient à étendre l’opération « Chammal », menée depuis un an en Irak, en intégrant davantage la coalition dirigée par les Etats-Unis. Les Rafale basés aux Emirats arabes unis vont mener ces premières missions, les Mirage 2000 stationnés en Jordanie étant certes plus proches, mais réservés à l’attaque. Il n’est pas annoncé pour l’heure de moyens supplémentaires, dont l’armée de l’air, déjà engagée au maximum de ses capacités en France et à l’étranger, serait bien en peine de disposer. Quelque 800 militaires sont ainsi déployés pour Chammal, dans les opérations aériennes et les missions de conseil de l’armée irakienne et des peshmergas (combattants kurdes). Une soixantaine de spécialistes sont incorporés dans les états-majors de la coalition, à Tempa (Floride), au Koweït, à Bagdad, et surtout au quartier général des opérations aériennes d’Al-Udeid, au Qatar. En Irak, la France a mené quelque 200 raids aériens, soit 5 % du total, depuis septembre 2014.

 

«  Autonomie de décision et d’action »

 

« En Syrie, nous voulons connaître ce qui se prépare contre nous. » M. Hollande a admis que la participation actuelle de la France à la coalition internationale ne lui permettait pas de disposer du renseignement nécessaire. C’est pour ­conserver la sacro-sainte « autonomie de décision et d’action » française et, demain, espérer peser dans le règlement de la crise syrienne, que Paris veut s’investir davantage en Syrie. Le premier objectif des opérations de reconnaissance sera de mettre à jour la cartographie du conflit syrien, que Paris avait réalisée entre 2012 et 2013 avec ses alliés américains et britanniques quand il s’agissait de préparer des frappes contre les armes chimiques de Bachar Al-Assad. Puis il s’agira de pouvoir discuter des cibles, dans les « boîtes » et les « corridors » aériens attribués aux avions de chasse français par l’état-major de la coalition.

 

Le président français a affirmé qu’il faisait « des choix ». Dans ce volet militaire, le choix consiste à toucher un ennemi prioritaire quand, hier, Paris en visait deux sans discrimination, le groupe djihadiste et le régime syrien : en se joignant à la campagne contre l’EI dans le ciel souverain de la Syrie, M. Hollande s’inscrit ainsi dans une coordination de fait scellée entre les forces américaines et celles de Damas. Pour que les Rafale puissent voler, il faut qu’un accord avec M. Assad – armé par la Russie – garantisse que ses très performants missiles sol-air ne tirent pas, ou, solution alternative, que les Etats-Unis ouvrent chacune des missions françaises avec des systèmes de brouillage dont ne disposent pas les Français. Les MiG syriens ne seront pas des cibles s’ils ne menacent pas les appareils de la coalition. En clair, chacun devra éviter la confrontation s’il veut marquer des points face à l’EI.

 

Lire le point de vue : « Une opération terrestre s’impose au Moyen-Orient »

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 14:30
photo EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

 

08/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Les premiers vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie ont débuté le 8 septembre 2015.

 

C’est une patrouille de Rafale qui a décollé depuis son terrain de stationnement dans le golfe arabo-persique pour effectuer la première mission « ISR » au-dessus du territoire syrien. La mission du 8 septembre a duré plus de 6h30 ce qui a été rendu possible grâce au concours d’un avion ravitailleur C 135. Avec leurs pods "RECO NG" accrochés sous l'appareil et permettant la prise de vue à grande vitesse de jour comme de nuit et la surveillance vidéo, les Rafale ont pu acquérir du renseignement sur le groupe terroriste Daech et renforcer la capacité d’appréciation autonome de la situation de la France. Ces missions aériennes sont réalisées dans le cadre de l’opération de la coalition contre DAECH qui mène la mission Inherent Resolve. Elles viennent en complément des vols de l'opération française Chammal sur l'Irak. A l’instar des vols conduits en Irak, les vols français sont intégrés dans l'Air Task Order, le plan de vol de tous les avions de la coalition, élaboré au CAOC (1) d'Al Udeid au Qatar, où sont déployés des militaires français de l'opération Chammal.

 

Suite de l’article

 

(1) CAOC : Combined Air Operation Centre, centre interalliés des opérations aériennes

photo EMA / Armée de l'Air
photo EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Airphoto EMA / Armée de l'Air

photo EMA / Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 16:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

04/09/2015 Sources : État-major des armées

 

Suite à la tempête du 31 août, le Préfet du Tarn et Garonne a demandé aux armées d’intervenir au profit de la communauté d’agglomérations de Montauban pour faire face à l’ampleur des dégâts., les sapeurs parachutistes du 17eRGP ont ainsi été engagés par l’état-major de l’officier général de la zone de défense sud-ouest (OGZDS-SO) pour aider le désenclavement de la ville. Ils participent, depuis le 2 septembre, au rétablissement et à la sécurisation des axes routiers et des espaces publics.

 

Lire l’article

photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories