Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:45
photo ECPAD

photo ECPAD

 

18/08/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du  4 au 13 août 2015, la force Barkhane a mené une opération au nord-ouest du Mali dans la région de Tombouctou. Cette opération tripartite baptisée « Aneto » fut conduite en coopération avec les forces armées maliennes (FAMa) et en collaboration avec la mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

 

En liaison avec les militaires maliens, les soldats de Barkhane ont effectué des contrôles de zone et des reconnaissances de villages au cours desquels ils ont pris contact avec les chefs locaux. Ceux-ci ont pu renseigner les soldats sur la situation sécuritaire notamment sur la présence de groupes armés terroristes dans la région. En plus de marquer la présence des forces de sécurité dans cette région, ANETO a été l’occasion de prendre contact et effectuer des aides médicales auprès de la population locale (AMP). C’est ainsi que, en parfaite coordination, les médecins maliens et français ont ausculté et soigné plus de 400 personnes, adultes et enfants. 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:40
BPC Vladivostok - photo RP Defense

BPC Vladivostok - photo RP Defense

 

26.08.2015 LeFigaro.fr (AFP)

En sa qualité de porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll a annoncé ce midi que la non-livraison des deux navires de guerre Mistral à la Russie était inférieure à un milliard d'euros. 


Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:30
photo EMA

photo EMA

 

24/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 18 août 2015, la Force Commander Reserve (FCR) et un contingent des Forces Armées Italiennes de la FINUL ont terminé un cycle d’une semaine d’instructions et d’entraînements en communs.

 

En tant que force de réaction rapide (QRF, quick reaction force), la FCR a pour mission d’appuyer en cas de besoin, les 39 contingents de la FINUL stationnés dans le Sud Liban. Chaque contingent utilise des matériels et des procédures singulières et les différences culturelles peuvent être importantes. Les périodes d’entraînement conjoints sont donc essentielles pour conserver un bon niveau d’interopérabilité.

Suite de larticle

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:20
L-ATV JLTV – photo Oshkosh Defense

L-ATV JLTV – photo Oshkosh Defense

 

26 août 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Le Pentagone a annoncé mardi avoir choisi le constructeur américain Oshkosh pour fabriquer le futur successeur du célèbre Humvee, le véhicule à tout faire de l’armée américaine, dans le cadre d’un contrat initial de 6,7 milliards de dollars.

 

Le Pentagone a ainsi écarté le géant de l’aéronautique et de l’armement Lockheed Martin et AM General, le fabricant du Humvee.

 

Le processus de sélection du futur « véhicule léger tactique » a été mené par l’armée de terre américaine (US Army), conjointement avec le corps des Marines, selon un communiqué de l’US Army.

 

La production est prévue pour commencer au premier trimestre 2016. L’armée de terre et les Marines doivent acheter 17.000 véhicules dans une première phase du contrat d’un montant de 6,7 milliards de dollars, selon le communiqué.

 

Le Pentagone devra confirmer une nouvelle tranche en 2018.

 

Au total, l’armée de terre prévoit d’acquérir environ 49.099 de ces véhicules jusqu’en 2040 et les Marines 5.500, selon le communiqué.

 

Le montant total du contrat passerait alors à 30 milliards de dollars, selon des estimations du Pentagone publiées par la presse américaine.

 

Le nouveau véhicule doit remplacer à peu près un tiers des Humvee en service dans l’armée de terre.

 

Oshkosh est un constructeur de camions et de matériels spécialisés militaires et civils (engins militaires, camions de pompiers, transport de béton ou de déchets), originaire de Oshkosh dans le Wisconsin (nord).

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 16:20
DHC-6 Twin Otter 440 SQN

DHC-6 Twin Otter 440 SQN

 

05/08/2015 Armée de l'air

 

Du 12 au 23 juillet 2015, des équipages de l’escadron de transport 3/61 “Poitou” se sont rendus à Yellowknife, capitale des territoires du Nord-Ouest, au Canada.

 

Lors de ce déplacement, les équipages français ont évalué la façon dont l’aviation royale canadienne emploie ses DHC-6 Twin Otter, avion de transport et de soutien logistique, sur des terrains austères en Arctique.

 

Après quelques briefings au sol par les instructeurs du 440 SQN, escadron de transport «Vampire», les équipages français ont pu réaliser plusieurs vols en compagnie de leurs homologues canadiens. Le déplacement a également permis d’échanger avec les équipages de  C130 canadiens opérant au profit du Commandement des Forces Spéciales Canadiennes au sujet des opérations en cours, des procédures employées et des programmes de modernisation respectifs.

 

Découvrez ci-dessous les opérations menées par le 440 SQN et les forces armées canadiennes en zone arctique.

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 15:55
Où vont accoster les deux Mistral russes ?  - photo Grigory Sysoev Sputnik

Où vont accoster les deux Mistral russes ? - photo Grigory Sysoev Sputnik

 

26/08/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Egypte, Afrique du Sud, Brésil, Canada, Inde, Malaisie, Singapour... Une dizaine de pays sont intéressés par les deux Mistral initialement destinés à la Russie.

 

Les deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC), de type Mistral, destinés initialement à la Russie, intéressent une dizaine de pays, qui veulent acquérir ce type de navire de guerre. Parmi les pays cités régulièrement dans la presse figurent Singapour, l'Inde, le Brésil, l'Egypte, l'Arabie Saoudite,le Canada et le Brésil... A cette liste, il faut rajouter désormais la Malaisie, qui souhaite depuis une dizaine d'années s'offrir un tel bâtiment. Deux autres pays ont également exprimé un intérêt, selon nos informations, pour les Mistral russes : les Emirats Arabes Unis et l'Afrique du Sud. Selon un responsable français s'exprimant sous couvert d'anonymat et cité par les agences Reuters et AFP, les discussions sont "assez avancées".

Mandaté par Bercy, le groupe naval DCNS est chargé de la vente des Mistral. D'autant que la France va récupérer la propriété des deux Mistral une fois réalisé le remboursement des deux bâtiments à la Russie. Le projet de loi entérinant l'accord intervenu début août entre Paris et Moscou après la décision de la France de ne pas livrer deux navires de guerre Mistral à la Russie a été présenté ce mercredi en conseil des ministres. Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a précisé à l'issue du conseil le remboursement des deux bâtiments sera "inférieur à un milliard d'euros".

"Ce sera présenté de manière précise devant les parlementaires et ça comprend le remboursement de toutes les avances qui avaient été faites par les Russes", a-t-il déclaré devant la presse lors de son compte-rendu du Conseil des ministres. Ce projet de loi était "nécessaire parce qu'il y avait un traité international avec des conséquences budgétaires", a relevé Stéphane Le Foll, réaffirmant que "le coût pour la France est inférieur à un milliard d'euros" et que "le chiffre précis sera présenté devant les parlementaires".

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 14:55
"Questions Stratégiques" - un MOOC sur les grands enjeux de notre époque

 

26.08.2015 source CSFRS

 

Début des cours le 14 septembre 2015

 

Le Conseil Supérieur de  la Formation et de la Recherche Stratégique vous informe de l'ouverture des inscriptions au premier MOOC (Massive Open Online Courses) ou CLOM (Cours en Ligne Ouvert et Massif) portant sur les questions stratégiques. Les cours seront diffusés en partenariat avec le CNAM sur sur la plateforme FUN à compter du 14 septembre prochain et pour une durée de 7 semaines.

 

Ils réunissent une quarantaine de professeurs issus de nombreux horizons de la communauté stratégique. Ils ont pour objectif de sensibiliser les apprenants aux questions stratégiques et de mettre en évidence les facteurs déterminants de l’analyse de situation et de la prise de décision stratégiques. Ces cours sont gratuits, ouverts à tout public et sans prérequis.

 

Vous trouverez ci-dessous le lien permettant d'accéder à une présentation plus détaillée avec notamment les noms des différents intervenants, le programme proposé ainsi qu'un film de présentation.

 

Pour toute autre précision complémentaire

 

Inscrivez-vous !

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 07:45
photo EMA / Armée de Terre / ECPAD

photo EMA / Armée de Terre / ECPAD

 

05/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 20 juillet au 1er août 2015, le groupement tactique désert Est (GTD-E) Chimère et les forces armées nigériennes ont mené l’opération Kounama 4 dans la région de la passe de Salvador. S’inscrivant dans la lignée des précédentes opérations Kounama, cette quatrième opération avait pour objectif de perturber les flux des groupes armés terroristes transitant au Nord-Niger.

 

Les militaires français, au nombre de 200, accompagnés de 50 soldats nigériens, ont été engagés dans cette opération débutée dans la nuit du 20 au 21 juillet 2015 par le largage de 90 parachutistes du 8e Régiment de parachutistes d'infanterie de Marine (RPIMa) et du 35e Régiment d'artillerie parachutiste (RAP). Profitant de ce mode de mise en place discret et offrant un effet de surprise maximum, les hommes du GTD-E ont installé un dispositif de surveillance en profondeur des mouvements de groupes armés terroristes dans la zone.

Après plusieurs jours en autonomie aux confins du Nord-Niger, les parachutistes ont été rejoints par une colonne routière (peloton blindé du 3e Régiment de hussards, éléments de soutien du GTD-E et des forces armées nigériennes) précédemment partie de la base avancée temporaire de Madama.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terre / ECPADphoto EMA / Armée de Terre / ECPAD

photo EMA / Armée de Terre / ECPAD

Partager cet article

Repost0
26 août 2015 3 26 /08 /août /2015 07:30
photo EMA

photo EMA

 

04/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 28 juillet 2015, la Force Commander Reserve (FCR) a simulé dans l’enceinte du camp de Dayr Kifa un exercice MASCAL, mettant en scène l’explosion d’un missile Milan à l’intérieur d’un véhicule blindé léger (VBL). Les blessés fictifs ont été pris en charge par les différentes équipes médicales arrivées sur zone avec l’appui d’une équipe d’alerte comprenant les prévôts et les pompiers.

 

Le plan MASCAL (Mass Casualties) est une procédure déclenchée pour faire face à un afflux massif de blessés sur un théâtre d’opération extérieure. Un incident est qualifié de MASCAL dès que le nombre de blessés dépasse les capacités de prise en charge du poste médical concerné. La mise en œuvre de cet exercice consistait à entraîner le poste médical de l’unité, le centre opérations, la cellule de crise et tous les acteurs du contingent français. Les équipes ont coordonné leurs efforts pour secourir les victimes fictives et organiser leur évacuation vers les hôpitaux libanais les plus proches. Les plus gravement touchés ont été évacués par hélicoptère.

 

Suite de l’article

photo EMA
photo EMA
photo EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 19:30
Op. Inherent Resolve - SITREP August 25, 2015

 

August 25, 2015 by CJTF-OIR Release # 20150825

 

Military Airstrikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA – On Aug. 24, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted five airstrikes using fighter and remotely piloted aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 31 airstrikes coordinated with the government of Iraq using attack, bomber, fighter, fighter-attack and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hasakah, two airstrikes destroyed an ISIL bunker, an ISIL fighting position and an ISIL structure.
• Near Al Hawl, one airstrike destroyed nine ISIL fighting positions.
• Near Ar Raqqah, one airstrike struck an ISIL tactical unit.
• Near Washiyah, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL vehicle.

 

Iraq

• Near Al Baghdadi, three airstrikes struck an ISIL large tactical unit and destroyed six ISIL rocket rails, an ISIL artillery piece, an ISIL building, an ISIL heavy machine gun, an ISIL mortar system, an ISIL rocket system, an ISIL weapons cache and an ISIL vehicle.
• Near Bayji, two airstrikes struck one large and one small ISIL tactical units and destroyed an ISIL excavator, an ISIL fighting position and an ISIL vehicle.
• Near Fallujah, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed four ISIL rocket systems.
• Near Kisik, two airstrikes struck an ISIL tactical unit and an ISIL sniper firing position and destroyed an ISIL fighting position and an ISIL heavy machine gun.
• Near Mosul, five airstrikes struck five ISIL tactical units and destroyed an ISIL fighting position and an ISIL vehicle.
• Near Sinjar, four airstrikes struck three ISIL tactical units and destroyed two ISIL fighting positions and an ISIL armored vehicle.
• Near Sultan Abdallah, one airstrike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL fighting position.
• Near Tal Afar, one airstrike struck and suppressed an ISIL heavy machine gun firing position.
• Near Tuz, 12 airstrikes struck an ISIL tactical unit and six ISIL staging areas and destroyed 57 ISIL fighting positions and three ISIL vehicles.

 

Airstrike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria and the wider international community.

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted airstrikes in Iraq include Australia, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, United Kingdom and United States. Coalition nations which have conducted airstrikes in Syria include Bahrain, Canada, Jordan, Saudi Arabia, United Arab Emirates and the U.S.

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:50
The First Conference of States parties to the Arms Trade Treaty, Cancun-Mexico, 24-27 August 2015

 

24/08/2015 source EEAS

 

Illicit arms flows fuel conflicts and instability, support criminal activities and result in a terrible human toll. According to the UN, 750 000 people die every year of armed violence, much of it caused by illicit arms trafficking.

 

The Arms Trade Treaty (ATT), adopted in 2013 by the UN and entered into force in December 2014, aims at further regulating international arms trade based on the principles of greater responsibility and transparency. So far, 130 UN States have signed it and 72 ratified. The ATT therefore now needs to be fully implemented and to gain universal applicability in order to be truly effective and prevent arms being diverted to the illicit market and falling into the wrong hands. In this respect, the EU has launched a substantial assistance programme supporting States that wish to receive assistance in strengthening their controls over arms transfers, in compliance with the ATT. The EU also continues to encourage States not yet party to the Treaty to accede to it.

 

The EU has actively supported the adoption and entry into force of the Treaty. All EU Member States have signed the Treaty and 26 have so far ratified it. The EU is now looking forward to the first Conference of ATT States Parties which is taking place in Cancun on 24-27 August 2015 under Mexican chairmanship. It is the opportunity to lay solid foundations for the ATT regime, by notably adopting its rules of procedure and financial rules, agreeing common reporting arrangements and establishing the ATT Secretariat. The EU and its Member States are committed to contributing to a substantive outcome for the Cancun Conference.

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

04/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 1er août 2015, après une année passé à la tête des quelque 3000 soldats français de l’opération Barkhane, le général de division Jean-Pierre Palasset a passé le commandement du dispositif militaire français au Sahel au général de division Patrick Brethous.

 

Lancée le 1er août 2014 depuis son poste de commandement basé à N’Djamena, l’opération Barkhane a pour mission de lutter contre les groupes armés dans la bande Sahélo-Saharienne. Elle agit dans une logique de partenariat avec les pays du G5 Sahel (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali et Mauritanie), de soutien à la force des Nations Unies (MINUSMA) et de réponse ciblée face à une menace transfrontalière.

 

Après avoir commandé le centre de planification et de commandement des opérations (CPCO) durant 2 ans, le général de division Patrick Brethous a pris le commandement de la force Barkhane pour un an.

 

L’opération Barkhane regroupe 3000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:45
photo EMA

photo EMA

 

10/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 1er août 2015, sur la base aérienne de Niamey au Niger, a eu lieu une relève d’avion ravitailleur de type C135 et de son équipage, sans affecter la conduite des opérations de la force Barkhane dans la bande sahélo-saharienne.

 

Perpétuellement en alerte et souvent sollicité dans des délais très brefs, le groupement de ravitaillement en vol de Niamey a pour mission essentielle de ravitailler en vol les avions de chasse dans le cadre de leurs opérations sur la bande sahélo-saharienne, leur permettant ainsi d’optimiser leur rayon d’action.

L’avion ravitailleur C135 assure ce type de mission quotidiennement ; il est également en mesure de conduire des missions de transport stratégique de fret ou d’évacuation sanitaire.

 

Suite de l’article

photo EMAphoto EMAphoto EMA
photo EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

05/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Le bataillon logistique de la force Barkhane, baptisé BATLOG Charente, conduit en cette saison des pluies de réelles performances afin de mener ses missions à bien : ravitailler les différents sites de la force française au Mali pour leur permettre d’être opérationnels.

 

En atteignant la plateforme désert relais (PfDR) de Kidal le 29 juillet 2015 au soir après 4 jours de piste, les hommes du capitaine Arnaud ont réalisé un véritable exploit logistique. Initialement partis le 24 juillet 2015 afin de ravitailler en carburant le détachement de Kidal, les véhicules du BATLOG Charente ont été immobilisés peu après leur départ au Nord de Gao. Les sables gorgés d’eau et des lacs naturels formés à la suite de pluies diluviennes, bloquaient en effet toute progression. Le convoi a alors été contraint de faire marche arrière et de regagner la plateforme opérationnelle désert (PfOD) de Gao le 25 juillet.

 

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terrephoto EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 16:35
Et si le Rafale atterrissait en Malaisie et en Inde? - photo Dassault Aviation

Et si le Rafale atterrissait en Malaisie et en Inde? - photo Dassault Aviation

 

25/08/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le ministre de la Défense s'envole dimanche en Malaisie et au retour il s'arrêtera en Inde, selon plusieurs sources concordantes. Il pourrait participer à la cérémonie de signature du contrat des 36 Rafale à New Delhi.


 

Après les signatures des contrats Rafale au premier semestre en Egypte et au Qatar, le constructeur de l'avion de combat tricolore Dassault Aviation pourrait très vite avoir deux autres bonnes nouvelles en Malaisie et en Inde. Dans le cadre d'une visite du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à Kuala Lumpur, où il atterrira ce dimanche, l'armée de l'air malaisienne pourrait annoncer en privé au ministre sa préférence pour le Rafale dans le cadre d'un appel d'offre de 18 appareils.

En tout cas, la visite ne sera pas l'occasion d'une signature d'un contrat, sauf coup de théâtre. Car la Malaisie, qui est un pays très francophile en matière de vente d'armes, est actuellement secouée par une série de scandales. Le ministre de la Défense sera accompagné d'une délégation parlementaire de haut niveau, notamment Patricia Adam et Jean-Pierre Raffarin, respectivement président de la commission de la défense de l'Assemblée nationale et du Sénat, qui vont voyager dans l'avion présidentiel de François Hollande.

 

Mistral en Malaisie?

Ce qui est sûr, c'est que les aviateurs malaisiens ne jurent que par l'avion de combat français, selon plusieurs sources interrogées. Et cela tombe bien, Kuala Lumpur dispose d'un budget ad hoc, selon nos informations, et ont un vrai besoin opérationnel dans le cadre d'un renouvellement de sa flotte de combat, notamment de ses MiG 29, qui ont beaucoup déçu les Malaisiens par le manque de fiabilité de la maintenance. Les Français ont jusqu'ici effectué une très bonne négociation avec Kuala Lumpur, notamment pour les offset.

Le ministre devrait évoquer un autre sujet brûlant, selon des sources concordantes : la possible revente d'un Bâtiment de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, initialement destiné à la Russie, à la marine malaisienne, qui s'est déjà offert des corvettes Gowind et des sous-marins Scorpène fabriqués par DCNS. La Malaisie évoque déjà depuis une dizaine d'année l'achat d'un tel bâtiment pour sa marine. Enfin, DCNS pousse aussi la vente de deux sous-marins Scorpène supplémentaires à la Malaisie, qui en possède déjà deux. Les marins malaisien en sont d'ailleurs très satisfaits. Ce qui ne serait pas superflu compte tenu des tensions en Mer de Chine. D'une façon générale, la France souhaite une coopération bilatérale très poussée entre les deux pays dans le domaine naval.

 

Signature du Rafale en Inde?

A son retour de Malaisie, le ministre fera un crochet en Inde, où il pourrait assister à la signature du contrat des 36 Rafale, selon des sources concordantes, même si certains observateurs restent encore très prudents compte tenu de la légendaire inertie indienne. La délégation française sera de retour mardi soir prochain en France. En avril, la France et l'Inde ont conclu un accord visant à acheter au plus vite 36 Rafale. Cette annonce a été faite à l'Élysée par le Premier ministre indien, Narendra Modi, en présence du président de la République François Hollande. L'appel d'offre concernant la vente de 126 Rafale prévue dans le cadre du contrat MMRCA a été par ailleurs abandonné.

"J'ai demandé au président (François Hollande) la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l'Inde", avait annoncé en avril à l'Elysée Narendra Modi lors d'une conférence de presse commune avec le chef de l'Etat français. Le Premier ministre, qui s'exprimait en hindi, avait précisé que les termes et conditions du contrat n'étaient pas finalisés. "Nos fonctionnaires vont discuter de ces aspects plus en détail et poursuivre les négociations", a-t-il précisé, selon la traduction de son intervention.

L'Inde est également intéressée par le Mistral. Et ce d'autant que l'Inde et la Russie sont très proches. L'achat de deux BPC russifié pourrait être une très bonne porte de sortie pour Paris et Moscou... à condition que les Russes ne mettent pas des bâtons dans les roues des Français

Partager cet article

Repost0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 11:35
photo Bundeswehr

photo Bundeswehr

 

24 août 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 07/2015 15E18804

 

Ohne sie geht nichts in Kabul: die Männer vom Transportzug sind jeden Tag unterwegs auf den Straßen der afghanischen Hauptstadt. Ob Material, Feldpost oder Personen, sie bringen alles sicher ans Ziel. Wir haben den Transportzug begleitet.

 

Partager cet article

Repost0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 11:30
photo EMA

photo EMA

 

21/08/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Alors que dans quelques semaines, l'opération Chammal entrera dans sa deuxième année, les forces aériennes françaises engagées dans l'opération ont franchi une nouvelle étape. Un avion de patrouille maritime Atlantique 2 a procédé à un tir de bombe guidée laser le 19 août 2015. Quelques jours plus tôt, le 17 août 2015, les aéronefs français engagés dans Chammal ont réalisé la 200ème frappe française, après avoir dépassé les 1000 missions aériennes en juillet 2015.

 

Le 19 août 2015, l'Atlantique 2 a rejoint une patrouille mixte de Mirage 2000 vers 22h, heure de Paris. Ensemble ils ont participé à une mission planifiée qui a permis la neutralisation d'un bâtiment du groupe terroriste Daech, qui était utilisé pour des opérations de transit, de commandement et de contrôle de ses opérations.

Ce premier tir de l'ATL2 s'inscrit dans un large panel de missions aériennes ordonnées par le CAOC aux moyens aériens des différents pays de la coalition Inherent Resolve.

 

Suite de l'article

 

 

photo EMAphoto EMA
photo EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 16:55
Le BPC Vladivostok à Saint-Nazaire - photo RP Defense

Le BPC Vladivostok à Saint-Nazaire - photo RP Defense

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait déjà indiqué que le montant exact de la somme versée par la France à la Russie serait "communiqué au Parlement", soulignant qu'il serait inférieur au prix d'achat initial de 1,2 milliard d'euros.

 

14/08/2015 Par latribune.fr

 

Contredisant clairement les propos du "Canard Enchaîné", le ministre des Finances a démenti que la non-livraison à la Russie des deux navires Mistral coûterait 2 milliards d'euros. Il promet de dévoiler le chiffre exact dans quelques semaines.

"C'est inexact, ça arrive d'ailleurs au Canard de dire des choses inexactes."

Michel Sapin, interrogé ce vendredi sur France Inter à propos de l'article du "Canard Enchaîné" estimant que le coût total de la rupture du contrat de vente des portes-hélicoptères Mistral à la Russie pourrait atteindre les 2 milliards d'euros, a réagi ainsi:

 "Tous les chiffres seront donnés, ils seront totalement transparents, c'est normal, nous devons cette transparence", a assuré Michel Sapin, confirmant que le Parlement français serait saisi sur ce dossier à la rentrée.

Et le ministre des Finances de préciser: "Vous aurez tous les chiffres qui seront donnés aux parlementaires lorsque le traité [c'est-à-dire l'accord entre Paris et Moscou pour résoudre la question des Mistral, Ndlr] sera adopté", a-t-il promis. Il a précisé que ce texte "sera adopté en conseil des ministres d'ici à la fin août". [...] Ce sont des chiffres qui sont inférieurs à un milliard".

 

Maintenance, commission... des coûts annexes faramineux, selon le Canard

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait déjà indiqué que le montant exact de la somme versée par la France à la Russie serait "communiqué au Parlement", soulignant qu'il serait inférieur au prix d'achat initial de 1,2 milliard d'euros.

Mais le Canard Enchaîné, estime qu'il faut ajouter, au remboursement de la note à Moscou, plusieurs coûts annexes. Et notamment:

  • Les coûts dus au taux change défavorable à la France. La Russie avait, à l'époque, versé 40 milliards de roubles. La France doit désormais lui rembourser près de 65 milliards de roubles.
  • 450 millions d'euros de contrats auxquels Thales et Safran doivent renoncer: la construction de deux nouveaux navires était en effet une option du contrat initial.
  • 400 millions perdus dans la maintenance des navires.
  • 200 millions d'euros consacrés à la remise aux normes des navires.
  • 350 millions de commission réclamés par la Direction des constructions navales (DCNS).

Partager cet article

Repost0
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 16:45
Barkhane : Point de situation au 14 août 2015

 

14/08/2015   Sources : État-major des armées

 

Le 1er août 2015, après une année passée à la tête des 3500 soldats français de l’opération Barkhane, le général de division Jean-Pierre Palasset a passé le commandement du dispositif militaire français au Sahel au général de division Patrick Brethous.

 

Du 20 juillet au 1eraoût 2015, le GTD-E Chimère et les forces armées nigériennes ont mené l’opération Kounama4 dans la région de la passe de Salvador. S’inscrivant dans la lignée des précédentes opérations Kounama, cette quatrième opération avait pour objectif de perturber les flux des GAT transitant au Nord-Niger. Elle souligne à nouveau la complémentarité des moyens aériens et terrestres déployés dans la BSS. En effet, une colonne routière et 3 avions tactiques appuyés par un drone, deux Rafale et un ravitailleur, ont participé à cette opération aéroportée qui a mobilisé 200 militaires français et 50 nigériens.

 

En outre, les militaires de la force Barkhane conduisent en cette saison des pluies de réelles performances afin de mener leurs missions à bien, en particulier le bataillon logistique baptisé BATLOG Charente pour ravitailler les différents sites de la force française au Mali afin de leur permettre de rester opérationnels.

Partager cet article

Repost0
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 16:30
Les Etats-Unis vont accélérer leurs ventes d'armes aux pays du Golfe

"Nous sommes tombés d'accord pour accélérer certaines ventes d'armes qui sont nécessaires et qui ont pris trop de temps par le passé", a déclaré John Kerry lors d'une conférence de presse au Qatar.

 

04/08/2015 Par latribune.fr

 

Les États-Unis vont "accélérer" leurs ventes d'armes aux pays arabes du Golfe, a annoncé lundi le secrétaire d'État John Kerry, les monarchies s'inquiétant des ambitions régionales de leur rival iranien chiite et de l'accord sur le nucléaire.

 

Déjà très présents militairement, les États-Unis vont "accélérer" leurs ventes d'armes aux pays arabes du Golfe, a annoncé lundi le secrétaire d'État John Kerry, les monarchies sunnites s'inquiétant des ambitions régionales de leur rival iranien chiite et de l'accord sur le nucléaire. "Nous sommes tombés d'accord pour accélérer certaines ventes d'armes qui sont nécessaires et qui ont pris trop de temps par le passé", a déclaré John Kerry lors d'une conférence de presse au Qatar.

John Kerry était à Doha pour rassurer ses homologues des monarchies du Golfe sur les bienfaits de l'accord international sur le nucléaire iranien pour la sécurité de la région. Il a participé à une réunion exceptionnelle des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) : Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar. "Nous sommes tombés d'accord pour engager des formations très particulières (...) pour échanger et partager des renseignements", a poursuivi le chef de la diplomatie américaine.

 

Missiles balistiques

Il a également évoqué une poursuite des discussions entre les États-Unis et leurs alliés du Golfe, engagées à Camp David en mai, sur l'intégration des systèmes de missiles balistiques des pays de la région, ainsi que "l'augmentation du nombre d'exercices" militaires conjoints. "Ce sont quelques exemples de la manière dont nous pensons que la sécurité de la région peut être renforcée et la coopération améliorée", a plaidé John Kerry au côté du ministre des Affaires étrangères du Qatar, Khaled al-Attiya.

Ce dernier, parlant au nom de son pays, a assuré que l'accord sur le nucléaire iranien était "la meilleure option parmi d'autres". Les monarchies du Golfe, conduites par l'Arabie saoudite, ont accueilli avec prudence l'accord historique conclu le 14 juillet à Vienne entre l'Iran et les grandes puissances du groupe 5+1 (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni, Allemagne), sous l'égide de l'Union européenne.

D'une durée de dix ans, le compromis doit garantir que Téhéran ne se dotera pas de la bombe atomique en échange d'une levée progressive et conditionnelle des sanctions internationales qui étouffent son économie. Mais les puissances sunnites redoutent que leur rival chiite ne cherche dorénavant à élargir encore son influence dans le monde arabe et à s'imposer comme la puissance régionale.

 

- "un bon accord" -

Un diplomate américain s'est félicité que le chef de la diplomatie saoudienne, Adel al-Jubeir, ait "exprimé publiquement la satisfaction du gouvernement saoudien devant un bon accord". Mais le même Adel al-Jubeir avait dénoncé la semaine dernière des "déclarations agressives" émanant de responsables iraniens, après que Téhéran a accusé Bahreïn, allié de Ryad, d'exacerber les tensions en portant des accusations infondées contre Téhéran. Dimanche au Caire, John Kerry avait déjà assuré que le règlement avec l'Iran renforcerait la sécurité des pays arabes, inquiets des ambitions de Téhéran. Des propos quelque peu contradictoires avec la volonté des États-Unis d'accélérer les ventes d'armes dans les pays du Golfe.

Au même moment, dans une déclaration télévisée, le président iranien Hassan Rohani affirmait que l'accord nucléaire allait créer un "nouveau climat" régional afin de régler des conflits armés comme au Yémen et en Syrie. Poids lourd du Golfe, l'Arabie saoudite dirige une coalition arabe qui mène depuis fin mars au Yémen des frappes aériennes contre les rebelles chiites Houthis, afin d'empêcher cette rébellion soutenue par l'Iran de s'emparer de tout le pays. En Syrie, l'Iran est le principal allié régional du régime du président Bachar al-Assad, alors que l'Arabie saoudite soutient l'opposition.

 

La Syrie évoquée

John Kerry a rencontré à Doha ses homologues russe et saoudien, Sergueï Lavrov et Adel al-Jubeir, pour parler essentiellement du conflit syrien. A l'issue de cette réunion tripartie inédite, Sergueï Lavrov a dénoncé comme "contre-productives" les mesures supplémentaires annoncées par Washington pour défendre ses alliés combattant en Syrie. John Kerry s'est envolé en soirée pour Singapour.

Partager cet article

Repost0
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 16:30
Chammal : Point de situation au 14 août 2015

 

14/08/2015  Sources : État-major des armées

 

Les avions de l'opération Chammal, patrouilleur maritime Atlantique2, Mirage2000 D&N et Rafale, ont réalisé cette semaine 17 missions en relation avec le CAOC (1) du Qatar et suivi en conduite par le JOC (2) Chammal. Certaines de ces missions ont pu être réalisées conjointement avec les autres forces aériennes de l'opération Inherent Resolve dont Chammal est la participation française.

 

Les missions de reconnaissance armée ont conduit à la destruction de caches d'armes de Daech, de plusieurs véhicules et de positions armées à partir desquelles le groupe terroriste autoproclamé opérait des manœuvres de harcèlement des forces de sécurité irakiennes. Au total, le bilan de ces missions aériennes fait état de 6 objectifs détruits.

 

En Irak, dans le secteur de Bagdad, le détachement d’instruction opérationnel n°13 poursuit un stage de 8 semaines en techniques commando auprès des militaires de l’ICTS, l’Iraqi Counter-Terrorism Service, et le détachement Advise & Assist continue sa formation au profit des officiers de l’état-major de la 6thInfantry Division.

 

1  CAOC, Combined Air Operation Centre: centre interalliés des opérations aériennes

2  JOC, Joint operation centre : centre d'opérations interarmées

Partager cet article

Repost0
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 16:45
FFDj : Patrouille nomade autonome (Juillet 2015)

 

13/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 25 au 31 juillet 2015, le 3e escadron du 5e Régiment interarmes d’outre-mer (RIAOM) a effectué une patrouille nomade autonome jusqu’au Monument Bernard, aux confins Ouest du territoire djiboutien. Ce monument avait été restauré l’année précédente par le 5e RIAOM en hommage à l’administrateur Bernard et à ses 17 tirailleurs tombés lors d’un rezzou le 17 janvier 1935.

 

Articulée en un détachement interarmes, cette patrouille a évolué dans un environnement interarmées. En effet, composée de 50 soldats et de 15 véhicules, elle était armée par deux pelotons de cavalerie renforcés d’une équipe médicale, d’un élément du génie et d’un contrôleur aérien avancé qui a coordonné un ravitaillement en vivres par avion dans le désert du Grand Bara.

Cette patrouille nomade autonome répondait à trois objectifs : reconnaître deux chantiers où le régiment mènera des actions civilo-militaires, participer à la mise en condition opérationnelle de l’escadron blindé du 5, et rencontrer des autorités civiles et militaires. L’escadron s’est notamment emparé tactiquement du col de Rakoubyel, ce qui a été l’occasion d’une démonstration au ministre de la Défense, monsieur Le Drian, alors en visite à Djibouti.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 16:55
BPC Sebastopol

BPC Sebastopol

 

12/08/2015 Par latribune.fr

 

Le Canard Enchaîné a estimé que les effets cumulés de la rupture de la vente des portes-hélicoptères Mistral pourraient coûter 2 milliards d'euros à la France. Un chiffre très supérieur à celui avancé par le gouvernement français.

 

Calcul d'apothicaire ? Le Canard Enchainé s'est en tout cas lancé dans un savant calcul sur le coût total de la rupture du contrat de vente des portes-hélicoptères Mistral à la Russie. Le journal satirique a ainsi découvert que la facture pour la France pourrait atteindre les 2 milliards d'euros, soit loin du 1,2 milliard qu'aurait dû rapporter cette vente et que Jean-Yves le Drian avait promis de ne pas dépasser.

 

350 millions d'euros de commission pour DCNS

Ainsi, au remboursement de la note à Moscou, il faut ajouter plusieurs coûts annexes. Par exemple, la Direction des constructions navales (DCNS) réclame 350 millions d'euros de commission. Une opération théoriquement confidentielle, mais bien réelle.

La France perd 400 millions d'euros de contrats de maintenance des navires. Un contrat conséquent puisqu'il s'étalait sur 30 ans. Près de 200 millions d'euros seront également consacrés à la remise aux normes des navires pour pouvoir les vendre à un autre pays.

De nombreux contrats secondaires ont été perdus par des entreprises françaises. Mais surtout, l'espoir de la construction de deux nouveaux navires qui était une option du contrat initial, représente un vrai manque-à-gagner pour les entreprises françaises. Même si les navires suivants devaient être construits en Russie, il n'empêche que les équipements de pointe restaient français. Ainsi, Thales et Safran doivent renoncer à 450 millions d'euros de contrats.

 

Taux de change défavorable

Autre surcoût, le taux change défavorable à la France puisqu'entre la signature du contrat et aujourd'hui, le rouble s'est effondré. La Russie avait, à l'époque, versé 40 milliards de roubles. La France doit désormais lui rembourser près de 65 milliards de roubles.

Enfin, les documents assurant le transfert de technologie ont déjà été envoyés, soit près de 150.000 pages. Désormais, la Russie est capable de fabriquer, au moins en grande partie, ses propres Mistral.

Partager cet article

Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 16:55
Rafale photo S. Fort - Dassault Aviation

Rafale photo S. Fort - Dassault Aviation

Après le "contrat du siècle" annulé par l'Inde, l'autre projet de livraison de 36 Rafale par Dassault semble à son tour compromis.

 

12/08/2015 Par latribune.fr

 

Le contrat portant sur la vente de 36 Rafale entre Dassault Aviation et l'Inde achoppe sur des divergences liées au prix unitaire de l'appareil et sur la volonté de Delhi d'obtenir pour ce contrat des "offsets" (investissements sur place de la valeur d'une partie du contrat).

 

La vente de Rafale en Inde a de nouveau du plomb dans l'aile. Après l'annonce du gouvernement indien de casser l'appel d'offres qui devait offrir à Dassault le "contrat du siècle" (126 Rafale dont 108 construits en Inde), le pays est désormais en désaccord avec l'industriel français sur le projet de vente de 36 avions de combat de Dassault Aviation. Pourtant, en avril dernier, le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait annoncé que ce contrat devait être réalisé "sur étagère", c'est-à-dire que les avions seraient construits en France, pour être livrés le plus rapidement possible.

 

Des négociations qui devaient être bouclées en "un mois ou deux"...

Mais, selon deux sources (des responsables du secteur indien de la défense) citées par Reuters, les deux parties sont désormais en désaccord sur le prix unitaire des avions et sur la volonté de l'Inde d'obtenir pour ce contrat-là aussi (cf. celui des 126 Rafale, aujourd'hui caduc), des "offsets" (une partie de la valeur du contrat devra être transformée en investissements et emplois sur place, en Inde).

Le 16 mai, le ministre indien de la Défense, Manohar Parrikar, avait déclaré que les négociations sur le prix du contrat seraient bouclées en "un mois ou deux". Mais les discussions ont achoppé sur l'insistance de l'Inde à obtenir ses Rafale à un prix inférieur aux quelque 200 millions de dollars (180 millions d'euros) l'unité, prix qui avait servi de base aux négociations antérieures avec Dassault Aviation, ont déclaré les deux responsables militaires.

"Puisqu'il n'y a pas de transferts de technologies, le prix qui était sur la table pendant les négociations commerciales n'a plus lieu d'être", a déclaré l'un des responsables, tenu au courant des nouvelles négociations.

En effet, contrairement au précédent contrat, celui des 126 Rafale, issu d'un appel d'offres très disputé et remporté par Dassault Aviation -avant qu'il ne soit cassé-, cette commande de 36 aéronefs ne prévoit pas de production en Inde, pour ne pas retarder la livraison.

 

Débat sur les "offsets"

Les deux responsables indiens ont également indiqué que les discussions achoppaient aussi sur la condition posée par New Delhi en vertu de laquelle les fabricants d'armes doivent investir sur place une partie de la valeur de tout contrat supérieur à 50 millions de dollars (45 millions d'euros), une forme de transfert compensatoire désigné couramment par le terme "offset".

Ces pratiques d'offsets sont monnaie courante dans les contrats d'armement avec les pays émergents, où, pour décrocher des commandes, les groupes de défense occidentaux doivent investir en technologies et en emplois.

Dans ce cas précis, ont précisé les deux responsables, l'Inde veut que Dassault Aviation investisse au moins 30% de la valeur du contrat par le biais notamment de l'achat de composants pour sa production en France, mais aussi par l'installation d'usines en Inde et par de la formation aux emplois de haute technologie.

   | A lire : Défense, le quitte ou double des transferts de technologies

La France s'est dite prête à satisfaire les demandes d'offsets mais a souligné qu'il lui faudrait du temps pour mettre en place un réseau de distribution en Inde pour ses composants, par exemple, renchérissant le coût du contrat, a déclaré l'un des responsables.

L'Inde, confrontée à la montée en puissance militaire de la Chine et du Pakistan, accuse 19 années de retard dans son programme national de construction d'avions de combat légers, la certification finale du premier avion n'étant prévue que pour mars 2016.

Car, en dépit de sa volonté de fabriquer localement, l'Inde peine à développer ses propres programmes.

   | Lire : "Make in India" : quand New Delhi ne joue pas vraiment le jeu (fév. 2015)

Partager cet article

Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 07:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

12/08/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 3 au 5 août 2015, le groupement de transmissions (GTRS) basé sur le camp militaire Kosseï de N’Djamena, au Tchad, a déployé un poste de commandement opératif de circonstance afin de valider ce concept, entraîner les équipages et ajuster les moyens déployés.

 

Mis en œuvre au plus près des forces déployées sur le terrain, le poste de commandement (PC) de circonstance a pour particularités d’être réduit, mobile et très réactif. Il doit permettre au commandant de la force Barkhane de conduire une phase particulière de l’engagement ou encore de suivre le déroulement d’une action localisée et limitée dans le temps.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories