Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 10:55
Allocations de thèses - DGRIS


27/07/2015 DGRIS - Ministère de la Défense

 

Suivant les préconisations contenues dans le dernier Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale en matière de soutien à la recherche stratégique, le ministère de la Défense met en place en 2015 un nouveau dispositif de financement d’allocations de thèses Relations Internationales et stratégie.

Ce dispositif vise à contribuer à régénérer le vivier de la recherche universitaire dans les domaines de la défense et de la sécurité.

A cette fin,  il finance des laboratoires universitaires pour leur permettre de recruter des doctorants, via des contrats doctoraux, pour une durée de trois ans et un salaire mensuel net de 1 550€.

.

Les allocations de thèses Relations Internationales et stratégie se déclinent en deux programmes :

     1. Programme « thématique »

Ce programme cible les thématiques prioritaires pour le ministère, tout en offrant un cadrage suffisamment souple pour laisser une liberté de proposition aux candidats et aux écoles doctorales. Ce programme pourra financer jusqu’à 6 allocations par an, pour une durée de 3 ans.

     2. Programme « innovation »

Ce programme vise à favoriser l’approche innovante, en sélectionnant des sujets libres, tant au niveau de la thématique d’études que de la démarche méthodologique ou de la dimension transdisciplinaire. Ce programme pourra financer jusqu’à 3 allocations par an, pour une durée de 3 ans.

.

Modalités pratiques

Les dossiers de candidature pour les programmes "thématique" et "innovation" sont téléchargeables ci-dessous, ainsi que sur le site de l’IRSEM.

Les dossiers doivent être remplis par le(s) directeur(s) de thèse et le candidat doctorant pour le 30 septembre 2015 au plus tard.

La sélection se déroulera en deux phases, au cours du mois d’octobre 2015 :

  1. Pré-sélection sur dossiers
  2. Sélection sur entretiens des candidats retenus

.

Dossiers de candidature

Programme "innovation"  
Dossier de candidature Pour en savoir plus : exemple de convention
   
Programme "thématique"  
Dossier de candidature Pour en savoir plus : exemple de convention

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 09:50
photo EDA

photo EDA

 

25 juillet 2015 par Henri Weill - Ainsi va le monde !

 

Claude-France Arnould, directrice exécutive de l'Agence européenne de défense (AED) depuis 2011, vient d'être nommée ambassadrice de France auprès du royaume de Belgique. Cette diplomate avait, précédemment, dirigé les affaires internationales et stratégiques au Secrétariat général de la défense nationale. Elle remplace à ce poste un fils de légionnaire, Bernard Valéro.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 08:35
photo RAF

photo RAF


27 juil. 2015 by Royal Air Force

 

Royal Air Force and Indian Air Force (IAF) aircraft are ‘dogfighting’ in a major airpower training exercise in the skies above Britain.

For Exercise Indradanush the IAF has flown their Russian built Flanker jet fighters, along with transport and tanker aircraft, across three continents to train with their RAF counterparts. Designed to reinforce the strategic relationship and enhance the mutual operational understanding between the two air forces, pilots and ground forces from both nations are participating in a series of increasingly complex training scenarios

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 07:50
Opinion: Merkel Must End Devil's Pact with America

Enough is enough: American spying on Germany is killing the friendship between the countries. - source Spiegel DPA

 

July 07, 2015 By Markus Feldenkirchen - Spiegel.de

 

Following the latest revelations about surveillance by the United States on the German government and media, it is high time for Chancellor Angela Merkel to take action against the systematic spying.

 

The German-American friendship no longer exists. It may still remain between citizens of both countries, but not between their governments. Perhaps it has always been an illusion, perhaps the United States pulled away over the course of time. But what binds these two nations today cannot be considered friendship. Openness and fairness are part of the essence of friendship, which is about mutual respect and trust. A quarter century after the United States helped the German people restore their national unity, little remains of this friendship.

As new documents from WikiLeaks and reporting by SPIEGEL show, the NSA has been systematically spying on much of the German government. America's spies not only listened in on Chancellor Angela Merkel's private conversations about sensitive political issues. The NSA also bugged ministries, ministerial offices and other government agencies. Not even journalism is sacred to the Americans -- at least not in Germany. American spies monitored at least one SPIEGEL colleague in Berlin -- spies who represent a country that considers itself a guarantor of freedom of the press, one of the cornerstones of a liberal democracy.

Today we know: The friendly smile worn by Angela Merkel's hosts in Washington all these years has been insincere at best.

Sept. 11 is not a good enough excuse for what has transpired. The terrorist attacks were horrendous, and a turning point for America and the world. It was understandable that the administration in Washington believed that they needed to protect their country against future attacks. Just as friends and family need support after going through a sudden, traumatic experience, the Allies were prepared to show their support for their friend.

But what has come to light has nothing to do with the attacks of Sept. 11 and the fight against terrorism. The US began systematically spying on the German government at least since 1999 (perhaps even earlier); in other words, two years before the attacks on New York and Washington. It is questionable that the German Agricultural Ministry's fisheries department, which the NSA also spied on, had anything to do with Osama bin Laden or al-Qaida.

 

Unscrupulous

It wasn't security of the Western world that concerned the Americans. Instead they pursued their own interests, unscrupulously vying for slight political advantages in diplomatic dealings and in the struggle for economic prosperity. The reference to the terrorist threat has long become a fig leaf for habitual and brazen espionage.

In the US, the complaints, such as the ones formulated in this editorial, are taken as naive and twee. They are considered laughable. However, if naivety means that one has not yet given up the belief in fairness as the basis for the partnership, then one should be naive. It is also better than the pathetic act that Merkel's administration has put on for years with regards to the NSA: feigned public outrage over America's tactics.

The German government has engaged in a devil's pact with the US and its Orwellian spying machine. This may have been done out of fear -- fear of not receiving the potentially imperative information about a planned attack. But through her silence, Merkel has made the German government complicit. She allowed the law to be broken. She also permitted the principles that characterize open, democratic societies to be compromised.

The German government had the wrong priorities. There is no guarantee of security. Fear of an attack is no reason to sacrifice legal principles.

The chancellor must show Washington a clear sign of resistance. Germany must free itself from this pact with the NSA. In the future, it must write the rules for its cooperation with intelligence agencies itself -- which may mean that certain information will no longer be shared.

It would not be the end of cooperation between the two countries, particularly not on the issues of trade and foreign policy. Germany and America will have shared interests in certain matters. But currently, there's little room in the relationship for more than that.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 07:50
photo MinDefFr

photo MinDefFr


27.07.2015 LeFigaro.fr (AFP)

L'accord de rapprochement entre le groupe d'armement public français Nexter et son homologue privé allemand KMW sera signé mercredi après-midi au ministère de la Défense, a-t-on appris ce soir de sources proches du dossier.

La signature de cet accord marquera le terme de la négociation entamée le 1er juillet 2014 entre les deux groupes, la clôture de l'opération restant suspendue à plusieurs conditions, dont la promulgation de la loi Macron.

Cette loi, définitivement adoptée par le Parlement le 10 juillet, autorise la privatisation de Nexter, encore détenu à 100% par l'Etat français, mais la publication au Journal officiel n'interviendra qu'après examen par le Conseil constitutionnel.

Le rapprochement des deux fabricants de chars d'assaut se traduira en effet par la création d'une nouvelle entité, détenue à parité par la France et par la famille Bode-Wegman, propriétaire de KMW.

L'opération doit consister en l'apport de 100% des titres des sociétés de tête des deux groupes à cette nouvelle entité, qui se positionnera parmi les leaders de la défense terrestre en Europe, derrière l'américain General Dynamics et le britannique BAE Systems.

Nexter, constructeur du char Leclerc, et KMW, fabricant du char Leopard, emploient chacun environ 2.700 personnes dans leurs pays respectifs. Le groupe public français a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 1,05 milliard d'euros, tandis que la société familiale allemande a enregistré 795 millions d'euros de ventes en 2013. 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 07:45
photo RFI

photo RFI

 

28-07-2015 Par RFI

 

L’armée tchadienne a affronté lundi 27 juillet des éléments de Boko Haram près de la ville de Baga Sola sur la rive nord du Lac Tchad. Un affrontement qui ressemble à une grande contre-offensive de l’armée tchadienne contre les islamistes, qui attaquent depuis samedi plusieurs îles du Lac Tchad.

 

Lire l‘article

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 07:35
Afghanistan: les talibans prennent une base militaire dans le nord-est

 

27-07-2015 Joël Bronner correspondant à Kaboul - RFI

 

En Afghanistan, après trois jours de combats, une base militaire du nord-est du pays est tombée en fin de semaine entre les mains des talibans. Une victoire militaire qui profite à l'insurrection alors que les combats se poursuivent à travers le pays. A la suite de cette opération, plus de cent militaires ont été libérés par les talibans.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 07:30
État islamique, PKK : la Turquie prise au piège

 

28/07/2015 Par Armin Arefi - Le Point.fr

 

Miné par les cellules djihadistes sur son sol et hanté par la perspective d'un État kurde en Syrie, Ankara s'est résigné à entrer en guerre.

 

À peine le monde a-t-il salué le revirement de la Turquie dans la lutte contre l'organisation État islamique (EI) qu'Ankara est retombée dans ses contradictions. Au soir même des premières frappes aériennes contre les djihadistes de l'EI en Syrie, après l'attentat-suicide meurtrier qui a frappé le pays à Suruç, l'armée turque a attaqué la base arrière du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en Irak. Depuis, les autorités turques ont arrêté sur leur sol au moins 900 individus, aussi bien des partisans de l'EI que des membres du PKK. Or, les combattants kurdes demeurent pourtant le premier adversaire des djihadistes sur le terrain. Et l'allié privilégié de la coalition internationale anti-EI.

"Cela symbolise toute l'ambiguïté turque depuis trois ans en Syrie", souligne Jean Marcou, directeur des relations internationales de l'Institut d'études politiques de Grenoble et coéditeur du site de l'Observatoire de la vie politique turque. "À savoir que la Turquie pourchasse autant les djihadistes que les combattants du PKK." "L'État turc n'avait pas le choix", rétorque un haut diplomate turc. "Ankara devait riposter à l'EI après l'attentat de Suruç, mais aussi l'attaque djihadiste contre un poste frontalier de l'armée dans la région de Kilis (Sud, un sous-officier tué). Pour ce qui est du PKK, l'État devait réagir après l'assassinat de deux policiers à leur domicile de Ceylanpinar (Sud-Est)".

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 07:30
Une «zone protégée» entre la Turquie et la Syrie

 

27-07-2015 Jérôme Bastion correspondant à Istanbul - RFI

 

Trois jours après le début des frappes aériennes turques contre le groupe Etat islamique en Syrie du nord, la Turquie et Washington ont annoncé s’être mis d’accord sur la mise en place, le long de la frontière turque, d’une zone «protégée», d’où le groupe EI serait totalement absent, et qui pourrait abriter des éventuels réfugiés. Ce projet est la contrepartie de l’ouverture des bases aériennes turques à l’aviation américaine pour aller bombarder les positions des jihadistes.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 07:30
Les Kurdes de Syrie coupent une route stratégique pour les jihadistes

 

27-07-2015 Par RFI

 

Selon l'observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les milices des Unités de protection du peuple se sont emparées de la ville de Sarrine. Cette localité permet de contrôler une route située entre les villes de Raqqa et d'Alep. C'est une nouvelle victoire des forces kurdes syriennes, face aux combattants de l'organisation Etat islamique.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

25/07/2015 Armée de Terre

 

Le 16 juillet ont eu lieu les premiers largages d’expérimentation opérationnelle à partir de l’A400M sur la zone de saut d’Orléans Bricy sous la responsabilité du groupement « Aéroporté » de la section technique de l’armée de Terre (STAT) en liaison avec l’équipe de marque des avions de transport tactiques A400M (EMATT A400M).

 

91 sauts  en ouverture retardée ont été réalisés par l’issue axiale en 3 heures de vols.  Outre les parachutistes du groupement, les expérimentateurs provenaient du 1er régiment de hussards parachutistes (1er RHP), de l’armée de l’Air et de la direction générale pour l’armement (DGA). Menée avec le soutien de la base aérienne 123, cette expérimentation a permis de préparer les procédures de largage et confronter aux besoins opérationnels les procédures livrées par Airbus. Cette première campagne n’est que le début d’un très long travail qui permettra de livrer aux armées l’ensemble des capacités d’aérolargage.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:55
Jean-Yves Le Drian vu par... (extraits)

 

25 juillet 2015 Nathalie RAULIN , Christophe FORCARI et Laure BRETTON - Libération.fr

 

ANALYSE : Dans l'armée, mais aussi à droite, chez les industriels et bien sûr en Bretagne, le ministre de la Défense, future tête de liste aux régionales, récolte d'abord des compliments.

 
[...]

L’armée

Du général étoilé à l’officier de terrain, tous marchent du même pas pour saluer Jean-Yves Le Drian comme «un vrai patron». «Il commande, a mis tout le monde au pas. Du coup, la haute hiérarchie militaire l’adore», constate un député de l’opposition, membre de la commission de la Défense. «Il a obtenu des choses qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait été capable de décrocher», reconnaît, admiratif, un général habitué du ministère. Avec un argument décisif  : l’engagement sans précédent des forces armées militaires sur différents des théâtres d’opérations extérieurs et intérieurs.

«Après les efforts budgétaires et humains, les restructurations menées par l’armée comme aucune autre administration, il était impossible d’aller plus loin, au risque de mettre à mal notre outil de défense», résume l’entourage du ministre. Outre une promesse de «sanctuarisation» du budget de la Défense, il a notamment obtenu, depuis les attentats de janvier, la réduction des baisses d’effectifs prévues et 3,8 milliards d’euros de rallonge pour financer les nouvelles missions dont la sécurité intérieure et 10 000 nouveaux contrats pour de futures recrues, principalement dans l’armée de terre. Cette remise à niveau de la LPM prévoit également l’acquisition de nouveaux hélicoptères et un renforcement des dotations destinées aux forces spéciales devenues clefs de voûte des interventions contre le terrorisme islamique. A l’état-major, les hauts gradés saluent  un ministre qui, «sans en demander plus qu’il n’en faut, a très bien compris nos demandes».

In fine, seul le général Puga, chef d’état-major particulier du président de la République, un survivant de l’alternance de 2012, a de quoi regretter les années Sarkozy puisqu’une partie du pouvoir est repartie à l’hôtel ­de Brienne – alors que jusque-là, ce catho tradi à la réputation d’homme de clan et de coteries pouvait se vanter d’avoir l’oreille du chef suprême des armées. Et Le Drian a tenu à mettre les choses au clair, redoutant que ce général minimise ses demandes auprès de François Hollande. D’où une explication de gravure «franche et cordiale». «Vous lui cachez des choses [au chef de l’Etat, ndlr]. Vous ne lui dites pas la vérité», l’aurait souffleté le ministre de la Défense. «Depuis leurs relations restent fraîches mais sans plus», résume un proche du ministre. Celles avec Pierre De Vi­lliers, le chef d’état-major des armées, sont à l’inverse radieuses. «Ils ont tous deux l’humilité des très bons. Ce sont deux hommes de l’Ouest et deux taiseux. Ils fonctionnent très bien de concert», confie-t-on à l’Etat-Major. Surtout, sur les grands choix tactiques et les décisions d’envois de troupes, «il n’y a pas une feuille de papiers à cigarettes entre eux».

Ramener de l’ordre et rassurer les troupes, Jean-Yves Le Drian s’est employé à le faire dès son arrivée en signant l’arrêt de mort du système de réglements des soldes Louvois. Certains militaires se voyaient percevoir leurs soldes avec retard et sur des bases de calculs erronées. «Quand vous êtes sur le terrain, en Opex [opérations extérieures, ndlr], c’est important de savoir que vos familles vont recevoir la solde sans problème», explique le général Barrera, le patron de l’opération Serval au Mali. Jean-Yves Drian y a gagné son galon de «popotier» en chef.

 

Les industriels

Jean-Yves Le Drian lâche une bordée d’injures. Son ami Alain Bauer vient de l’avertir : en cette fin novembre 2014, Jean-Bernard Levy s’apprête à quitter la présidence de Thales qu’il occupe depuis tout juste un an pour celle d’EDF. Le ministre de la Défense tombe des nues. Personne à l’Elysée ou à Bercy n’a jugé bon de l’informer d’un départ qui déstabilise un fleuron de la défense et menace le pacte d’actionnaires entre l’Etat et Dassault chez Thales. De fait, averti du départ de Levy par les médias, l’homme fort des Dassault, Charles Edelstenne, voit rouge… «Pour résoudre un problème sur EDF, Bercy en a crée deux : avec Thales et avec Dassault», regrette un proche du ministre.

Dès son installation à l’hôtel de Brienne, en 2012, Le Drian avait pourtant clairement marqué son territoire : «Je suis le ministre des industries de la défense, avait-il claironné. Les décisions se prendront dans mon bureau et sous l’autorité du Premier ministre». Le message était clair : plus question de laisser l’Elysée trancher les dossiers industriels, comme c’était le cas sous l’ère Sarkozy. D’abord dubitatifs, les industriels avaient peu à peu pris la chose au sérieux. Car pour asseoir sa crédibilité sur des champions comme EADS, Thales, Dassault Aviation, Safran, DCNS, Nexter et quelques 4000 PME, Le Drian n’hésite pas à manier le bâton. Six mois après avoir critiqué devant les députés l’étalement du programme Fremm [programme de renouvellement des «frégates multi-missions», ndlr], Patrick Boissier, le patron de DCNS, fleuron de l’industrie navale française, s’était vu signifié son congé en cours de mandat… L’état-major de Dassault avait lui déjà compris le topo. De retour d’un déplacement à Abu Dhabi en octobre 2012, le ministre lâchait que la vente du rafale «empoisonnait nos rapports» avec les Emirats : «Les Rafale attendront.», avait-il ajouté. De quoi imposer le silence aux industriels. Et permettre à l’élu breton de tester sa méthode. D’entrée de jeu, il lance un plan de soutien aux PME, pour gagner le temps qu’il faut pour remplir les carnets de commandes des mastodontes du secteur. S’emploie à trouver au constructeur de blindés, Nexter, en difficulté, un partenaire étranger : le mariage avec l’allemand KNW devrait être conclu fin juillet.

Mais c’est à l’export que Le Drian sait devoir marquer des points s’il veut redynamiser une industrie plombée par la baisse des commandes de l’Etat. Début 2013, le comité des exportations de défense (COMED) qu’il met en place réunit autour d’une même table à Brienne, représentants de la direction générale de l’armement, industriels, diplomates et militaires. Objectif : s’accorder sur des argumentaires de vente des équipements français. Un travail de fond apprécié des chefs d’entreprise. Fort du soutien du Président et des performances du matériel français sur les théâtres d’opérations extérieurs (Mali, Centrafrique…), Le Drian s’impose en interlocuteur fiable au Moyen et Proche Orient. «Sissi [le président égyptien, ndlr] va nous acheter des Rafale ! Tu verras, tu verras !», jure t-il un soir d’hiver à son directeur de cabinet incrédule. A la fin du printemps, le ministre signe la vente d’une frégate multimission FREMM construite par DCNS à l’Egypte et surtout de 84 Rafale, à l’Egypte au Qatar, et à l’Inde…Pour Le Drian, c’est plus qu’il n’en faut pour respecter les objectifs de la Loi de programmation militaires jusqu’en 2018 et donner une bouffée d’oxygène à l’industrie. Et le jackpot est pour Dassault, qui en oublie ses bisbilles avec l’Etat sur le pilotage de Thales. Provisoirement.

 

[...]

 

Lire l'article

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:50
photo Undersea Defence Technology

photo Undersea Defence Technology

 

20/07/2015 par SITTA

 

La 28ème édition du salon UDT « Undersea Defence Technology » s’est déroulée à Rotterdam (Pays Bas), du 3 au 5 juin 2015 au palais des congrès « Ahoy ».

 

Ce salon a vocation à rassembler les sociétés majeures de la lutte sous la mer et de découvrir les dernières innovations en matière de défense et de technologies de ce domaine.

 

Le salon UDT Europe 2015 a attiré soixante six exposants provenant de quatorze pays incluant notamment, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Turquie, la Suède, le Royaume-Uni et la Norvège.

 

Forte de ses compétences industrielles reconnues à l’export et maîtrisant de nombreux savoir-faire, l’industrie navale française était notamment représentée par les sociétés DCNS et Alseamar. Ces dernières, se sont distinguées par l’affluence dans leurs stands tout au long de la manifestation et l’intérêt suscité par les professionnels du domaine maritime.

 

Rendez-vous est déjà pris pour la prochaine édition du salon « UDT Europe » qui se tiendra à Oslo (Norvège) du 1erau 3 juin 2016.

 

Parmi tous les matériels exposés au cours de cette édition, il convient de retenir :

 

Sous-marin A26 (Saab – Suède)

 

photo Saab

photo Saab

Prenant en compte le déplacement des conflits depuis la haute mer vers les zones littorales, Saab propose le A26, un sous-marin équipé d’un système de propulsion AIP et capable d’accomplir un large spectre de missions. Si les solutions proposées par le constructeur suédois permettent à l’A-26 de tenir la haute mer et d’y accomplir des missions de lutte anti-sous-marine et antisurface, des solutions innovantes lui confèrent une capacité à opérer près des côtes. Les missions d’acquisition du renseignement, de guerre des mines entrent dans ce cadre et sont facilitées par l’emploi d’un ROV (Remotly operated vehicle) mis en œuvre par le biais d’un sas situé en partie avant du sous-marin : le Saab’s Multimission Portal. Ce sas permet également la mise en œuvre de nageurs de combat, ouvrant ainsi le champ des opérations spéciales. Posé sur le fond de l’océan, le sous-marin devient indétectable grâce à la forme de carène au design Stealth et son revêtement anéchoïde. L’encapsulage des auxiliaires les plus bruyants, le montage sur des berceaux découplés, la réduction de la vitesse de circulation des fluides dans les circuits internes du bâtiment, garantissent la maitrise du niveau de bruit. Fidèle à Kockums, l’AIP modernisé reprend la technologie de type Stirling, éprouvée et jugée très sure, et contribue à la discrétion du sous-marin ainsi qu’au confort de l’équipage. La résistance aux dommages de combat a fait l’objet d’une attention particulière. Le choix des matériaux, leur usinage et l’assemblage garantissent répondent aux exigences les plus sévères.

 

Propulsion AIP, qualités manœuvrières remarquables et discrétion acoustique poussée, endurance de 45 jours, sonars et senseurs optoélectroniques et électromagnétiques performants font notamment de l’A26 un excellent outil qui autorise la mise en application d’une politique navale de défense tant en haute mer qu’aux abords du littoral.

 

Softwares pour gliders et ROV (Seebyte – Royaume Uni).

 

CoPilot software - photo SeeByte

CoPilot software - photo SeeByte

S’appuyant sur son expérience dans les domaines Oil & Gas, la société SeeByte, dont le siège se trouve en Ecosse à Edimbourg, propose des solutions logicielles qui s’adaptent à tous les types de ROV et Unmanned Maritime System (UMS). Les softwares développés permettent, en premier lieu, le planning des missions et l’optimisation du déroulement de celles-ci. Si les logiciels assurent le contrôle de l’immersion, du cap et de la poussée des moteurs, la société SeeByte dote également les UMS d’une capacité logicielle de discrimination des obstacles sous-marins. Grace aux éléments programmés, la machine est alors capable d’appréhender le milieu dans lequel elle évolue, de réagir en temps réel et de modifier de façon autonome sa trajectoire pour éviter l’obstacle tout en poursuivant sa mission.

 

Les logiciels implantés par Seebyte prennent en charge les différents de senseurs existants pour permettre la collecte des données. Ces données sont géoréférencées et stockées de façon optimale pour permettre leur traitement ultérieur à terre.

 

Les interfaces de maintenance simplifiées laissent une certaine latitude aux opérateurs et donne à la plateforme, qui utilise les solutions Seebyte, une grande souplesse d’emploi et réduit les périodes d’indisponibilité au profit des opérations.

 

19 marines dans le monde utilisent actuellement les solutions informatiques proposées par Seebyte.

 

Véhicule sous marin à vocation spéciale (Ortega - Pays Bas)

 

Ortega Mk. 1A

Ortega Mk. 1A

Né de l’esprit d’un designer venu du constructeur automobile Volvo, le véhicule Ortega Mk. 1A est un submersible destiné aux forces spéciales. Equipé d’un ballast permettant d’ajuster la flottabilité, capable de parcourir 41 miles nautiques à la vitesse maximale de 6 nd, la motorisation électrique confère à ce véhicule sous-marin une grande discrétion. Une conception qui fait appel aux matériaux composites ainsi qu’une forme de carène atténuant les réflexions des ondes sonar adverses le rendent quasi-indétectable. Sa capacité d’emport s’établit à 150 kg de matériel.

 

L’appareil respiratoire du pilote, en combinaison de plongée, est intégré au véhicule sous-marin. Trois autres modèles sont à l’étude : le Mk. 1B biplace, le Mk. 1C triplace et une version cargo. Le modèle biplace, et plus encore la version triplace développée à la demande des forces spéciales, atteint 125 milles nautiques d’autonomie. Le véhicule peut être abandonné sous l’eau pendant plusieurs semaines, alors même que les forces spéciales accomplissent leur mission.

 

Ce véhicule suffisamment rustique et léger, pour être aérotransporté, peut être équipé en option d’un sonar 3D facilitant l’accomplissement de la mission. L’intégration d’un ROV, commandé depuis ce submersible, est également à l’étude.

 

Munitions à super cavitation (DSG Technology - Norvège).

 

photo DSG Technology

photo DSG Technology

La société DSG, implantée au Royaume Uni, propose des munitions évoluant sous l’eau à grande vitesse selon les principes de la super cavitation. La forme de l’ogive permet à la munition de contrôler l’évolution de l’enveloppe de gaz qui l’entoure, et ainsi de gagner en vitesse et en portée sous l’eau. Les portées maximales sont de 2 200 m dans l’air et 60 m dans l’eau.

 

Ce type de munitions, d’un calibre compris entre 5,56 et 12,7 mm, peut être utilisé dans des armes standard, sans qu’aucune modification ne soit nécessaire. Destinées initialement aux forces spéciales, ces munitions font preuve d’une grande polyvalence : le franchissement du dioptre peut s’effectuer dans les deux sens et ces munitions peuvent donc être tirées depuis le milieu sous-marin vers une cible située en surface ou, à l’inverse, depuis la surface vers un but immergé. Les applications sont multiples. A vocation anti-personnel ou anti matériel, elles peuvent constituer un système de défense anti-torpilles ou de lutte contre les mines de proximité (hard kill), voire d’avertissement face à un sous-marin (soft kill). Des munitions de plus fort calibre, de 20 et 30 mm, sont en cours de développement.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:20
500 millions $ en contrats à Rheinmetall Canada


27 juil. 2015 par 45e Nord.ca

 

Annonce de contrats pour l'équipement intégré du soldat et le radar moyenne portée.

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 05:55
Drop n’ Drone photo  Airborne Concept

Drop n’ Drone photo Airborne Concept

 

- Par

 

 

Depuis leur apparition, les drones partent systématiquement en opération depuis le sol. Et bien plus pour très longtemps. Voici « Drop n’ Drone » mis au point par la Start-Up Airborne Concept. Un drone capable d’être largué à 4000 mètres d’altitude depuis un avion ou un hélicoptère grâce notamment à une rotation automatique de l’aile. Arnaud Le Maout, Président d’Airborne Concept : « Sa position initiale est quasiment tubulaire de manière à éviter qu’il prenne de l’incidence et qu’il puisse heurter l’empennage de l’avion par exemple. Et une fois qu’il est en descente stabilisée, il y a une rotation automatique de l’aile qui libère le parachute stabilisateur. Le démarrage des moteurs se fait alors instantanément et ensuite il part faire sa mission. » Et pour l’atterrissage c’est un deuxième parachute qui se déploie.

 

 

Suite de l'article

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 07:55
Pour les questions stratégiques… Suivez le MOOC !


17/07/2015 SGA/COM

 

L’Observatoire économique de la Défense (OED), au sein de la DAF, intervient dans une 
formation en ligne sur les Questions Stratégiques proposée par le Conseil supérieur de la 
formation et de la recherche stratégique (CSFRS)

 

Dans une volonté constante d’innovation, le secrétariat général à l’administration (SGA) entre de plain-pied dans le monde de la communication 2.0, en prenant part pour la première fois à un MOOC.

Plutôt qu’en temps réel dans une salle, les questions stratégiques seront traitées en ligne dans un MOOC (Massive online open courses) gratuit et accessible à tous. Les vidéos seront disponibles dès le 14 septembre 2015 sur la plateforme FUN (France université numérique).

Parmi les quarante chercheurs, enseignants et personnalités intervenantes – dont entre autres le général (2S) Abrial (ancien CEMAA), Bernard Kouchner (ancien ministre des affaires étrangères) & Eric Danon (ancien ambassadeur) - Jean-Michel Oudot (SGA/DAF) proposera un cours sur l’économie de la défense où il comparera les efforts de défense en France et au Royaume-Uni à travers les arbitrages entre les considérations politiques et économiques.

 

 

Suite de l'article

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 16:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

21/07/2015 Armée de Terre

 

En 1914-1915, l’Argonne est le théâtre de féroces affrontements entre Français, alliés et Allemands. La Légion étrangère participe à ces combats en y engageant le 4e Régiment de marche du 1er Etranger, dit « Légion garibaldienne ». Les 27 et 28 juin 2015, grâce à l’association Argonne 2015, plusieurs cérémonies de commémoration ont rendu hommage à ces hommes morts pour la France.

 

Suite de l'article

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 15:55
Baptême de la 54e promotion de l’ÉMIA - Promotion Lieutenant Nungesser

 

Source Promotion lieutenant Nungesser

 

Le samedi 25 juillet 2015, en présence du général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, la 54e promotion de l’École militaire InterArmes (EMIA) a reçu son nom de baptême au cours de la prestigieuse cérémonie nocturne du triomphe des Écoles de St Cyr Coëtquidan (ESCC). « Cette promotion portera le nom de lieutenant Charles Nungesser ». Ces mots prononcés par le général Antoine Windeck, commandant les ESCC et la base de défense de Vannes-Coëtquidan, scellent à jamais le nom de la 54, la promotion lieutenant Nungesser. Les élèves sont heureux et fiers de porter le nom de cet extraordinaire héros de guerre, d’autant que ce fut leur premier choix !

 

« Insigne promotion »

Jeune officier, que tu portes ou regardes cette insigne, sache que :

Sa forme est celle de la France en deuil, en l’honneur de ses héros disparus ;

L’épée représente ton héritage d’officier, gardien des valeurs chevaleresques ;

La légion d’honneur est ton exemple : la force, la gloire et le sacrifice de tes anciens ;

La hongroise, symbole des hussards auxquels appartenait ton parrain ;

Le coeur noir était son blason, celui qui inspirait la terreur dans le coeur de l’ennemi ;

Le drapeau, celui de sa patrie et de la tienne, était le symbole de son escadron ;

Les côtes françaises et américaine, aux couleurs de ton école symbolisent son ultime aventure ;

L’ensemble repose sur un fond blanc pareil à son célèbre avion.

Baptême de la 54e promotion de l’ÉMIA - Promotion Lieutenant Nungesser

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 11:50
Federica Mogherini appoints new chairmen for EDA Steering Boards


Brussels - 13 July, 2015 by EU Defence Agency
 

Federica Mogherini, Head of the European Defence Agency, appoints three new chairmen for the EDA Steering Boards in National Armaments Directors, Capability Directors and R&T Directors compositions.

 

Following consultations, the three new chairs are:

  • National Armaments Directors: Deputy Minister Daniel Koštoval (CZ), with effect from 1 September 2015;
  • Capability Directors: Lt Gen Erhard Bühler (DE), with effect from 1 January 2016;
  • R&T Directors: Dr Bryan Wells (UK), also from 1 January 2016.

“I first want to thank the outgoing chairs for their outstanding contribution to the work of the Agency”, said Jorge Domecq. “At the same time, I am confident that the professional experience and personal qualities of our incoming chairs will make them excellent chairmen. The Steering Boards at the level of National Armaments Directors, R&T Directors and Capability Directors provide important decision-making forums. The Agency is at the service of its Member States: their input is vital to planning cooperative defence projects.”

 

Deputy Minister Daniel Koštoval started his career in Czech Ministry of Foreign Affairs in 1996. Between 1998 and 2002 he worked at NATO in Brussels before moving to Moscow and Washington. In October 2011 he became first Director of the Security Policy Department and then Director General of the Section of Non-European Countries at the Czech Ministry of Foreign Affairs. He was appointed First Deputy Minister of Defence in April 2013 and State Secretary in the Ministry of Defence in February 2014. He has held his current position as Deputy Minister – Head of the Defence Policy and Strategy Division at the Ministry of Defence since January 2015.

 

Lieutenant General Erhard Bühler joined the German Federal Armed Forces in 1976. Between 1984 and 2006 he held command positions within the armed forces as well as senior posts at the German Ministry of Defence before becoming Deputy Chief of Staff V in 2006. In 2013, he was appointed Commander of the NATO Joint Warfare Centre in Stavanger. He has held his current position of Director Defence Plans & Policy and Head of the Directorate General for Planning in the Federal Ministry of Defence in Bonn since August 2014. Lieutenant General Bühler also served in two combat missions. In 2004 he deployed to Prizren as Commander of the 9th German Kosovo Force Contingent and from 2010 to 2011 he served as NATO Commander KFOR in Pristina.

 

Dr Bryan Wells joined the UK Ministry of Defence in 1988. He served as Assistant Private Secretary to the Secretary of State for Defence 1989-1992, and has held a range of other posts, including NATO and European Defence Policy 1997-1999, and Counter-Proliferation and Arms Control 2002-2008. During 1999-2002 he was on secondment to the Department of Justice. Dr Wells joined UK Defence Science and Technology in 2008. His responsibilities include the provision of strategic policy advice on all aspects of the Ministry’s science and technology programme.

 

More information:

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 11:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

22/07/2015 Armée de l'air

 

Des militaires des forces armées de la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) et de la gendarmerie ont été décorés par le ministre de la défense nationale malgache le 16 juillet 2015.

 

En appréciation des services rendus en coopération avec Madagascar, le ministre de la défense nationale malgache a décoré 23 militaires français des FAZSOI et de la gendarmerie, dont quatre aviateurs de l’escadron de transport 50 « Réunion ». Ces récompenses témoignent de l’excellence des relations entre l’armée malgache et les FAZSOI.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 11:40
Russie: nouvelle doctrine navale en réponse à l’expansion de l’OTAN

Le Président russe Vladimir Poutine rencontre des responsables de la marine pour parler de la nouvelle édition de la doctrine militaire pour la marine. (Présidence russe)

 

26 juillet 2015  45eNord.ca  (AFP)

 

Renforcer les positions stratégiques de la marine russe en mer Noire ainsi que maintenir une présence dans l’Atlantique et la Méditerranée figurent parmi les principales orientations de la nouvelle «doctrine navale» de la Russie, actualisée pour tenir compte à l’expansion «inadmissible» de l’OTAN à ses frontières.

 

Diffusé dimanche sur le site Internet du Kremlin (en russe, ndlr), ce document a été rendu public quelques mois après une nouvelle doctrine militaire réagissant déjà au renforcement des capacités de l’Alliance atlantique en Europe centrale, dans un contexte de tensions inédites depuis la fin de la Guerre froide entre Moscou et les Occidentaux en raison de la crise ukrainienne.

Son pendant naval, long de 46 pages, souligne également «le caractère inadmissible pour la Russie des projets de déplacement des infrastructures militaires de l’Alliance vers ses frontières».

Le texte fixe notamment l’objectif de «développer les infrastructures» de la Flotte de la mer Noire en Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014 par la Russie. Toujours pour la région de la mer Noire, il prévoit «la reconstitution accélérée et complète des positions stratégiques de la Russie, le soutien à la paix et à la stabilité».

Le vice-premier ministre Dmitri Rogozine a relevé «l’accent mis sur l’Atlantique et l’Arctique». «Notre attention portée à l’Atlantique se justifie par l’élargissement de l’OTAN à l’Est», a-t-il indiqué aux agences de presse russes.

Concernant l’Atlantique justement, la nouvelle doctrine vise à «garantir une présence militaire navale suffisante de la Russie dans la région». Le même but est poursuivi en Méditerranée, avec un déploiement «de manière permanente».

Pour l’Arctique, où les autorités russes misent sur la production d’hydrocarbures, il s’agit de «réduire les menaces sur la sécurité nationale et [de]garantir la stabilité stratégique». Le document prévoit de «développer les forces de la Flotte du Nord».

«Ces changements montrent que la Russie accorde une attention particulière au renforcement de son potentiel naval dans l’Arctique et l’Atlantique pour contrer l’OTAN», a commenté l’expert militaire Alexandre Golts sur la radio Echos de Moscou. Mais «sans renforcement décisif des capacités de la Flotte, tout cela n’a pas de sens», a-t-il cependant nuancé.

L’OTAN, qui accuse Moscou d’avoir envoyé des soldats dans l’est de l’Ukraine, a décidé en février de consolider la défense de son flanc oriental en créant une nouvelle force de 5 000 hommes rapidement mobilisable, baptisée «fer de lance», et six centres de commandement et de contrôle en Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne et Roumanie.

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 16:30
photo DCNS

photo DCNS

 

25.07.2015 45eNord.ca (AFP)
 

L’Égypte est en discussions avec la France pour acheter deux nouvelles corvettes, a indiqué samedi une source diplomatique française à l’AFP après des entretiens au Caire du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

 

Le groupe naval français DCNS a déjà conclu un contrat estimé à un milliard d’euros pour la livraison de quatre corvettes Gowind de fabrication française à l’Égypte.

Il y a une offre pour deux corvettes supplémentaires. Les discussions sont en cours, a affirmé la source diplomatique sous le couvert de l’anonymat à la sortie d’une réunion entre M. Le Drian, le président Abdel Fattah al-Sissi et son homologue égyptien Sedki Sobhi.

Le ministre français a débuté samedi une visite de deux jours au Caire, quelques jours après la livraison des trois premiers avions de combat Rafale français à l’Égypte.

En début d’année, Le Caire a acheté à la France 24 Rafale et une frégate multi-missions, en demandant à ce qu’ils soient livrés le plus vite possible. Trois des Rafale et la frégate ont rallié mardi l’Égypte, pilotés par des pilotes égyptiens ayant reçu un entraînement en France.

Des entraînements pour la marine sont également envisagés et ont été discutés, selon un communiqué des services du Premier ministre égyptien, Ibrahim Mahlab.

Les 24 Rafale (16 biplaces et 8 monoplaces) font partie d’une commande de 5,2 milliards d’euros( 7,45 milliards $ CAD) incluant également la frégate et des missiles, destinée à l’armée égyptienne.

Celle-ci mène depuis deux ans des opérations à grande échelle dans la péninsule du Sinaï pour tenter d’enrayer les attaques jihadistes visant les forces de l’ordre, qui se sont multipliées depuis que l’ex-chef de l’armée et actuel président Sissi a destitué en 2013 l’islamiste Mohamed Morsi.

Les discussions entre M. Le Drian et les responsables égyptiens ont aussi porté sur la crise en Libye voisine, alors que Le Caire craint l’ouverture d’un nouveau front sur son flanc ouest.

Profitant du chaos qui règne en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, le groupe EI s’est implanté dans l’est du pays près de la frontière égyptienne.

« Nous avons souligné notre soutien pour la médiation menée par (l’envoyé spécial de l’ONU) Bernardino Leon », a indiqué la source diplomatique, en allusion aux efforts destinés à trouver une solution négociée au conflit.

Il incombe maintenant au Congrès national, le Parlement non reconnu par la communauté internationale, d’accepter l’accord proposé par M. Bernardino pour avancer vers une solution et former un gouvernement d’union, a-t-elle ajouté.

En février, Le Caire avait envoyé ses avions bombarder les positions de l’EI en Libye après que l’organisation djihadiste y a revendiqué la décapitation d’une vingtaine de travailleurs égyptiens coptes.

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

22/07/2015 Armée de l’Air

 

Le 7 juillet 2015 la commission des titres d’ingénieur (CTI) a émis un avis favorable au renouvellement de l’accréditation de l’École de l’air à délivrer un diplôme d’ingénieur.

 

La CTI est un organisme chargé, en partenariat avec l’Éducation nationale, d’évaluer toutes les formations d’ingénieurs et de promouvoir le titre et le métier d’ingénieur en France comme à l’étranger. C’est elle qui accrédite toutes les écoles d’ingénieurs françaises souhaitant obtenir l’habilitation à délivrer un titre d’ingénieur diplômé. L’avis de la CTI est celui sur lequel le ministère de la Défense se fonde pour prononcer la décision d’habilitation pour l’École de l’air.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 11:55
L’artillerie dans les guerres de contre-insurrection

 

20/07/2015 armée de Terre

 

Dans cet ouvrage, le général Benoit Royal démontre l’importance et l’efficacité de l’artillerie dans les guerres de contre-insurrection.

 

S’appuyant sur des dizaines de témoignages, il retrace les solutions existantes mais surtout révèle que la guerre peut se gagner en suivant des modes opératoires innovants. Parmi ceux-ci, l’artillerie fait figure d’arme à l’efficacité redoutable. Pour preuve, sur les derniers théâtres d’opérations extérieures, elle représentait 7 % des effectifs tout en étant à l’origine de près de la moitié des morts et des blessés adverses. Fulgurant.

 

L’artillerie dans les guerres de contre-insurrection

Général Benoit Royal (sous la direction)

Editions Economica

144p., 15 €

ISBN : 978-2-7178-6804-3

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 11:50
photo EDA

photo EDA


Brussels - 22 July, 2015 EU Defence Agency
 

The recent European Council acknowledged the importance of hybrid warfare for EU Member States. In this interview we address the topic with EDA project officer Axel Butenschoen *.

 

  • How does hybrid warfare differ from “conventional” warfare? Is it really something new?

From an academic point of view we have to state that a broadly accepted definition of “hybrid warfare” does not exist yet. One reason could be that by nature the characteristics of this new type of threat is evolving nearly on a daily basis. However, amongst analysts there are common elements describing this phenomenon of new threats by “violent threats that are simultaneously carried out by state- and non-state actors along all conventional and unconventional lines of operation within a not exclusively military but also diplomatic, information and economic dimensions of conflict in order to achieve a political goal”. From my perspective all the individual elements, for example information warfare, cyber-attacks, conventional military aggressions and destabilisation operations are individually well known but the synchronized, combined approach adds a new dimension to our understanding of aggression.

 

Read more

 

* Axel  Butenschoen is Project Officer for Capability Development Plan within the European Defence Agency.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories