Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:35
RNZAF Ice Survival Training


4 mars 2015 NZ Defence Force

 

RNZAF survival instructors have been working closely with Antarctica New Zealand field trainers during a six day course.

The intense course gives Air Force crews hands on experience in Antarctica survival techniques.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:30
Paveway IV Now On Arab Typhoons In Syria

 

February 27, 2015: Strategy Page

 

In late 2014 Britain certified (configured and tested) their Paveway IV smart bomb to operate from their new Typhoon fighter bombers. The Paveway IV was developed in Britain and is not used by the U.S. Air Force or Navy. Introduced in 2008, over a thousand 500 pound (228 kg) Paveway IVs have been dropped in combat so far. These were dropped by the older Tornado fighter-bomber. Saudi Arabia, the one export customer for Paveway IV has used them on their Typhoons recently against targets in Syria.

 

In the U.S. JDAM and other GPS-only weapons are much more popular, although some Paveway I, II, III type bombs are still used. The original Paveway laser guided smart bombs were developed in the United States but a British manufacturer obtained a license to develop a variant (Paveway IV) that met standards the Royal Air Force wanted (like GPS and inertial guidance in addition to the original laser guidance). The JDAM is a later and cheaper guided bomb design that uses GPS rather than laser. Paveway was developed in the 1960s, when there were no GPS satellites but lasers were new and it was now possible to use laser guidance in a bomb. GPS did not become available until two decades after the first Paveway entered service.

 

The U.S. and Britain jointly develop more upgrades for the Paveway IV. These include a low explosive model (to limit collateral damage), another model has a penetrator cap (to hit underground bunkers) which is a novel feature for a 228 kg bomb. There are also improvements in the American anti-jamming technology as well as the laser seeker technology.

 

The Paveway system is actually a kit that is attached to an unguided bomb. The 50.5 kg (111 pound) Paveway kit contains guidance electronics, computers, and battery powered winglets. But to work the carrying aircraft must have a fire control system that enables the pilot to get the GPS data (received from troops on the ground) into the Paveway IV equipped bomb.

 

Once attached to a one ton, half ton, or quarter ton bomb, the Paveway IV can achieve precise (within a meter or less) accuracy using a laser designator. Now there is also GPS guidance to land within ten meters (31 feet) of the aiming point. The U.S. firm that manufactures the Paveway bombs, Raytheon, has produced over 250,000 kits so far, of which about twenty percent have been used in combat with great success.

 

Earlier versions of Paveway did not have GPS. Most just only had laser guidance. Britain has since added GPS to Paveway IV. While more accurate, laser guidance requires that someone on the ground or in the air be shining a laser on the target. The Paveway then homes in on the reflected laser light (of a particular frequency). GPS guided bombs can hit the target under bad weather conditions and only have to worry about jamming of the GPS satellite signal.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:30
«Washington a donné les clefs de l’Irak à l’Iran»
 

4 mars 2015 Marc SEMO - liberation.fr

 

La chercheuse Myriam Benraad analyse l'enjeu de la présence iranienne aux côtés de l'armée irakienne et des milices dans la reconquête de Tikrit, contrôlé par l'Etat islamique.

 

Depuis trois jours, les forces gouvernementales irakiennes ont lancé une vaste offensive dans les environs de Tikrit, une ville à mi-chemin entre Bagdad et Mossoul tombée en juin aux mains de l’Etat islamique. Appuyées par des miliciens chiites et des tribus sunnites, les forces armées, composées d'environ 30 000 hommes, étaient à plus d’une vingtaine de kilomètres de la ville mercredi.

Spécialiste de l’Irak et du monde arabe, la politologue Myriam Benraad, chercheuse associée au CERI-Science-Po de Paris vient de publier Irak, la revanche de l’histoire (éd. Vendémiaire). Elle analyse les enjeux de cette offensive et de la présence de l'Iran aux côtés des Irakiens.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:25
CZ-11W Light Attack Helicopter

CZ-11W Light Attack Helicopter

 

March 3, 2015: Strategy Page

 

China is making a major effort to become the largest exporter to Latin America (South America and the Caribbean). One of the major offerings is not cheap consumer goods but military equipment. This stuff is not only cheaper than anything the Americans have but is also sold without any restrictions. Over the last few decades the United States has added a growing list of conditions to its military exports. All these are directed at withholding weapons from any nation who that does not meet current American standards for political correctness. China has long ignored that sort of thing sold to anyone (openly or clandestinely) to anyone who could pay. China also realizes (as do most South American military leaders) that these countries do not need the best (as in American) weapons just something as good as or a little better than what their neighbors have.

 

China is so eager to get into and dominate the Latin American market that it is willing to ignore the credit worthiness problems. Thus China has offered Argentina armored vehicles, warplanes and warships on easy terms. China also wants to open factories in Argentina to produce Chinese military equipment. All this in a country that, over the last few decades, has stumbled from one fiscal crises to another and is now a pariah to most foreign investors. But China sees a long term opportunity and wants to sustain spectacular growth in trade with Latin America. This grew from $18 billion a year in 2002 to nearly $300 billion now. That is still a third of the trade the United States does with Latin America but it is still impressive growth. It will take deals like the one with Argentina to keep the growth going.

 

China isn’t going blind into Argentina. Back in 2011 China licensed an Argentinian firm to build military versions (CZ-11Ws) of the Chinese Z-11 helicopter. Despite a Western arms embargo, China was able to buy Honeywell LTS101-700D-2 engines for its Z-11 light helicopter. Normally, American military grade equipment cannot be sold to China, but the Z-11 is considered a civilian helicopter. This despite the fact that there is a military version, which is armed with four anti-tank missiles, two 12.7mm machine-guns or four rocket launchers. The 2.2 ton Z-11 can carry up to six people, cruises at 259 kilometers an hour and has an endurance of 4-5 hours. There was no such embargo on Argentina, so they will be able to buy American equipment for their Chinese designed helicopter gunships. However, because of the way American export laws work, these Argentinian gunships could not be sold back to China. Argentina planned to build about 40 CZ-11Ws. That deal was eventually cancelled, in part because the Americans would not play along and China got tied up in the Argentinian bureaucracy. China did not consider all that a failure but rather a learning experience and are proceeding more confidently into the new deal.

 

Before the 2011 Chinese helicopter deal Argentina sought, for the first time, to buy Russian military equipment in the form of two Mi-17 helicopters. The main reason for this 2010 move was price. American or European helicopters would cost more than twice as much. Russia also offers lower rates for training pilots and mechanics. Russia is keen on establishing good relations with new South American customers, and has been increasingly successful selling weapons in this region during the last two decades. This deal fell apart because the Russians were put off by the fiscal anarchy rampant in Argentina and the poor prospects of ever getting paid.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:20
Commando, Shadow And Talon Fly Together


source Strategy Page

From left, an MC-130J Commando II and an MC-130P Combat Shadow both from the 17th Special Operations Squadron along with an MC-130H Combat Talon II from the 1st Special Operations Squadron conduct a heritage formation of three MC-130 variants off the coast of Okinawa, Japan, Jan 26, 2015. The 353rd Special Operations Group performed the unique formation to commemorate the arrival of the MC-130J Commando II, the retirement of the MC-130P Combat Shadow and the continuing mission of the MC-130H Combat Talon II. (U.S. Air Force photo by Senior Airman Maeson Elleman)

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:20
Flight Crew: First Navy Reservist F-35 Flight Instructor


4 mars 2015 US Navy

 

Selected as the first Navy Reservist to be qualified as an F-35 instructor, Elliott "Hemo" Clemence shares his experience as a developmental test pilot with Lockheed Martin and how his civilian career launched him to the forefront of the future fleet.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:55
photo S. Randé - Dassault Aviation

photo S. Randé - Dassault Aviation

 

04/03/2015 Pascal Rabiller – LaTribune.fr

 

François Hollande est venu à Mérignac visiter l’atelier d’assemblage du Rafale dont il est le premier président de la République à avoir accompagné une signature de contrat à l’export. Au pied des Rafale en cours d’assemblage, le président a prononcé un discours pendant lequel il a fait part de son espoir de voir l’industrie et l’économie française décoller.

 

C'était une première.

Pour la première fois depuis sa création, le site Dassault de Mérignac a reçu un président de la République française. C'était à 14h pile, une arrivée en Falcon présidentiel, saluée par un passage au ralenti d'un Rafale suivi d'une remise des gaz aussi spectaculaire que tonitruante, quelques centaines de mètre au-dessus des têtes de la délégation. Pas un de ceux qui prendront prochainement la direction de l'Égypte dans le cadre du tout premier contrat export signé il y a quelques semaines. Non, les trois premiers exemplaires qui seront livrés à l'Égypte, sans vraiment le savoir, c'est dans l'atelier d'assemblage des Rafale, le Hall A, que le président de la République les a croisés.

En effet, les trois premiers exemplaires de la commande signée pour 24 exemplaires seront livrés dès cet été. Il s'agit de trois Rafale qui sont actuellement en cours d'assemblage, qui étaient initialement prévus pour l'armée française, mais qui prendront la direction du Caire.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:40
Des milliers de soldats russes dans l’est de l’Ukraine, selon Washington

 

4 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

La secrétaire d’Etat adjointe accuse les Russes de « financer, alimenter commander et contrôler la guerre »

 

Les Etats-Unis ont affirmé mercredi que des milliers et des milliers de soldats russes et leurs équipements militaires étaient présents dans l’est de l’Ukraine en appui aux séparatistes pro-Moscou qui se battent contre les forces de Kiev.

 

Je dirais que ce sont des milliers et des milliers, a répondu la secrétaire d’Etat adjointe pour l’Europe, Victoria Nuland, interrogée par une commission du Congrès américain sur le nombre de troupes russes qui seraient actuellement dans l’Est ukrainien rebelle.

 

Depuis décembre, la Russie a transféré des centaines de matériels militaires, y compris des chars, des véhicules blindés (…) de l’artillerie lourde. L’armée russe a sa propre structure de commandement dans l’est de l’Ukraine, qui va des officiers-généraux à des officiers moins gradés, a encore détaillé Mme Nuland.

 

Elle a toutefois refusé d’en dire plus sur le nombre de troupes russes qui seraient dans l’est de l’Ukraine, invoquant le fait que son audition devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants n’était pas à huis clos, mais classée non confidentielle.

 

Comme le président (américain Barack Obama) l’a dit il y a peu de temps, ils (les Russes) financent la guerre, l’alimentent, la commandent et la contrôlent, a encore accusé la plus haute responsable de la diplomatie américaine pour l’Europe, une diplomate très en pointe sur le conflit ukrainien et les accusations d’implication militaire de Moscou.

 

Mardi, Barack Obama, François Hollande et Angela Merkel avaient promis une réaction forte de l’Occident en cas de rupture majeure du cessez-le-feu dans l’est rebelle pro-russe de l’Ukraine et appelé à renforcer le rôle de l’OSCE pour surveiller cette trêve.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:25
bateau "Da Dan Xia" - photo Ulf Kornfeld

bateau "Da Dan Xia" - photo Ulf Kornfeld

 

Pékin, 4 mars 2015 Marine & Océans (AFP)

 

Après l'immobilisation par la Colombie d'un navire battant pavillon chinois et transportant des stocks d'armes non déclarées à destination de Cuba, Pékin a répliqué mercredi qu'il s'agissait d'une "cargaison de matériaux militaires ordinaires".

 

Le bateau "Da Dan Xia", avait été intercepté samedi dernier dans la baie du port de Carthagène (côte des Caraïbes) avec à son bord un important stock de munitions et quelque 100 tonnes de poudre, ont rapporté mardi les autorités colombiennes.

 

Le commandant du navire, Wu Hong, a par ailleurs été interpellé et devait être déféré devant un juge pour répondre de l'accusation de trafic d'armes.

 

Mais Mme Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a dénoncé mercredi une telle procédure, assurant que le bateau respectait bien les lois chinoises et internationales.

 

"Le navire transportait une cargaison de matériaux militaires ordinaires pour Cuba. Il n'y avait à bord aucune substance +sensible+", a-t-elle dit lors d'un point presse régulier.

 

"Il s'agit d'une coopération commerciale militaire absolument normale" qui "n'enfreint pas les lois et règlements chinois, pas plus que les obligations internationales auxquelles la China a souscrit", a poursuivi Mme Hua.

 

La Chine est le quatrième plus gros pays fournisseur d'armements dans le monde, selon l'Institut international de recherche sur la paix de Stockolm (Sipri).

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:20
Tomahawk Synthetic Guidance Flight Test


4 mars 2015 NAVAIRSYSCOM

 

A synthetically guided Tomahawk cruise missile successfully hits a moving maritime target Jan. 27 after being launched from USS Kidd (DDG 100) near San Nicolas Island in California. The missile altered its course toward the target after receiving position updates from surveillance aircraft. (U.S. Navy video)

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:20
AGM-86 ALCM - photo USAF

AGM-86 ALCM - photo USAF

 

3 Mar 2015 By: Stephen Trimble - FG

 

Washington DC - The US Air Force will consider a supersonic engine among three propulsion options now under review for the long range standoff (LRSO) missile, according to an acquisition notice released on 26 February.

The LRSO is expected to replace the Boeing AGM-86 air launched cruise missile, a subsonic weapon powered by a Williams F107 turbofan engine.

The USAF is considering two subsonic engine options – a derivative of an existing engine with 5% greater fuel efficiency and an advanced engine offering up to 20% better fuel efficiency, according to the request for information released by the LRSO branch of the Air Force Life Cycle Management Center.

A third option under review is a supersonic engine that would be sized comparably to “existing small core expendable engines”, the acquisition document says.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 22:30
Syrie: les rebelles lancent une offensive virulente à Alep

 

04/03/2015 Par LEXPRESS.fr (AFP)

 

Au moins 34 personnes sont mortes dans l'attaque contre un QG des services de renseignements de l'armée de l'air à Alep.

 

Une violente attaque à Alep. Des rebelles syriens ont lancé une offensive contre le QG des services de renseignement de l'armée de l'air dans cette ville divisée. Les combats ont fait au moins 34 morts, 20 membres des forces gouvernementales et 14 rebelles. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne, les rebelles ont déclenché une puissante charge explosive souterraine contre le bâtiment, avant de lancer un assaut. Dans la soirée, les insurgés n'étaient pas parvenus à prendre le contrôle du bâtiment, alors que des combats se poursuivaient.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 21:55
Drones malveillants : de nouvelles parades expérimentées par l'État d'ici à fin mars

 

04/03/2015 Par Christophe Cornevin – LeFigaro.fr

 

Outre l'installation de moyens radars passifs ou actifs, les experts du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) vont faire tester des techniques de brouillage, de leurrage GPS ou encore des «jets de matière», via notamment des canons à eau.

 

Alors que plusieurs vols suspects de drones ont été aperçus dans la nuit de mardi à mercredi dans le ciel parisien, portant à soixante le nombre de survols interdits observés depuis octobre dernier, les experts du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) explorent toutes les parades pour lutter contre ce phénomène.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 19:40
Les BPC russes à Saint Nazaire - photo F. Dubray - Ouest-France

Les BPC russes à Saint Nazaire - photo F. Dubray - Ouest-France

 

3 Mars 2015 rusnavyintelligence.com

 

Tandis que la livraison du premier BPC russe, le Vladivostok, reste suspendue à une amélioration sensible de la situation en Ukraine orientale, le second BPC en cours de construction au chantier naval STX de Saint-Nazaire, le Sébastopol, se prépare pour ses premiers essais en mer.

 

Le BPC Sébastopol devrait réaliser son premier cycle d'essais en mer entre le 16 et le 22 mars prochain, avec un objectif de livraison fixé à octobre 2015. Le 12 février dernier - jour de la signature de l'accord de Minsk 2 par les chefs d'Etat et Premiers ministre du "format Normandie" - le Sébastopol, qui est achevé à 96%, a été immatriculé pour la première fois sur le système d'identification automatique AIS comme un navire battant pavillon français.

 

L'équipage russe du Vladivostok est, pour sa part, revenu à Cronstadt le 2 mars après des congés. Les marins russes avaient en effet été formés à manœuvrer le BPC en France, entre juin et décembre 2014, avant de rentrer à Saint-Pétersbourg à bord du navire école Smolny. Le second équipage, celui du Sébastopol, reste pour le moment à la base navale de Vladivostok.

 

Rappelons que la construction des infrastructures destinées à accueillir les BPC se poursuit à Bolchoï Kamen, près de Vladivostok. Selon différentes sources, l'immobilisation du premier BPC coûterait entre €2,5 millions est €5 millions par mois en frais de port, de gardiennage, de maintenance et de carburant, une somme déboursée par DCNS ou par l'Etat. Enfin, il convient de rappeler que dans l'hypothèse d'une livraison des Mistrals, ces derniers passeraient entre un an et un an et demi à Saint-Pétersbourg où ils devraient recevoir leur armement, puis effectuer de nouveaux essais, avant d'entrer dans le cycle opérationnel.

 

Sources : flotprom, lenta, flot.com.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 18:45
EU Mission for Security Sector Reform (EUSEC) RD Congo extended

 

1/3/2015 European Union Ref: CL15-501EN

 

Summary: 1 March 2015, Brussels - The Council of the European Union today extended the mandate of the EU mission to provide advice and assistance for Security Sector Reform in the Democratic Republic of the Congo (EUSEC RD Congo) until 30 June 2015.

 

This decision extends the transition period, during which the mission will have a reduced staff and will focus on preparing the transfer of most of its duties to a major programme to support defence reform in the Democratic Republic of the Congo under the 11th European Development Fund.

 

From 30 June 2015 until 30 June 2016, EUSEC RD Congo will be preserved as a CSDP "Micro- mission”, maintaining the EU's support to the Congolese military authorities for activities which cannot be supported from the European Development Fund, such as strategic advice and support to military schools.

 

The mission will continue assisting the Congolese authorities on the implementation of reforms in the Congolese army (FARDC) by providing advice at the strategic level as well as further support to administrative modernisation, setting up of an effective human resource management system for the army, and building a permanent high quality military education system including schools for both officers and non-commissioned officers.

 

EU SEC RD Congo's headcount will be reduced from 1 October 2014 from 41 currently to 30 personnel and will be further cut as tasks are passed on. A budget of €4.6 million is available until 30 June 2015.

 

EUSEC RD Congo has supported since 2005 the Congolese authorities in rebuilding an army that could guarantee security throughout the whole country, permitting the conditions necessary to stabilisation, restoration of state services and economic and social development. In close cooperation and coordination with other actors in the international community, the mission is focusing its efforts on activities that directly contribute to the structural stabilisation of the FARDC and the improvement of its operational capabilities, in accordance with the principles of good governance and respect for human rights, integrating all actions in the gender perspective.

 

To date, the mission's accomplishments include the support to the legal framework for the reform of the army, helping to set up a nationwide basic military education system for officers and non- commissioned officers, and the establishment of both a biometric census and a payment system for all personnel of the FARDC. EUSEC RD Congo has contributed to more transparent financial procedures in the FARDC and to modernising the management of military arms and munitions stockpiles.

 

Colonel Jean-Louis Nurenberg has been the Head of Mission since October 2012. Currently, 10 EU Member States and the United States of America contribute to the mission.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 18:45
Ebola : bilan des actions de l'armée française

 

04/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Mis en place depuis trois mois dans le cadre de la lutte contre Ebola, le centre de formation des soignants (CFS) et le centre de traitement des soignants (CTS) de Conakry en Guinée, construits par les forces armées françaises, ont dressé un premier bilan.

 

Ouvert début décembre 2014, près de 200 soignants ont été formés par sept médecins formateurs guinéens au sein du CFS, supervisés par un médecin et un infirmier du service de santé des armées françaises. Leur mission touche à sa fin puisque dans quelques semaines, l'institut Bioforce prendra le relais et étendra la formation de riposte contre les épidémies en général, dont Ebola.

 

Le CTS, opérationnel le 23 janvier 2015, a pris en charge dix-huit soignants dont six ayant contractés la maladie Ebola. Trois d'entre eux sont sortis guéris les 16 et 23 février derniers, et les trois autres sont toujours suivis par les équipes médicales militaires du CTS, sous traitement favipiravir, recommandé par l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM). Deux d'entre eux sortiront guéris en fin de semaine. Le premier décès du virus Ebola au CTS a été relevé le 1ermars suite à une insuffisance rénale, symptomatique du virus.

 

Par ailleurs, la diversité des partenaires de la lutte contre le virus Ebola venus visiter le CTS montre l'intérêt porté à ce concept inédit et efficace. Cette semaine, la visite de plusieurs organisations sanitaires internationales, comme le Centre de Contrôle et de Prévention des maladies (CDC), l'Institut Pasteur, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Médecin Sans Frontière (MSF) ou encore l'ambassade Japonaise en Guinée, suggère que la totalité ou du moins une partie de ce concept pourrait être réutilisée dans d'autres contextes de crise sanitaire.

 

Depuis l'été dernier, l'armée française prend pleinement part à l'action intergouvernementale française pour la lutte contre le virus Ebola, coordonnée par une Task Force interministérielle en Guinée. Cette participation a d'abord consisté à s'intégrer à la coordination de la Task Force Ebola, à mettre à disposition des capacités d'évacuation sanitaire et d'hospitalisation de patients contagieux au sein de l'hôpital d’instruction des armées françaises Bégin et à viabiliser une piste sommaire en Guinée. A l'heure actuelle, le CFS est actif et le CTS pleinement opérationnel avec une expertise réelle et des résultats positifs. 130 militaires dont plus de 70 soignants volontaires des organismes relevant du service de santé des armées et une vingtaine de militaires du 2e régiment de dragons participent pleinement à cette mission.

Ebola : bilan des actions de l'armée françaiseEbola : bilan des actions de l'armée française
Ebola : bilan des actions de l'armée française

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 18:35
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air


04/03/2015 Cne Karim Djemaï - Armée de l'Air

 

Lancé dans son premier tour autour du monde, l’A400M Atlas s’est posé, pour la première fois de son histoire, sur le parking du détachement air 190 de Tahiti Faa’a, dans la soirée du lundi 2 mars.

 

L’avion de transport tactique avait pourtant décollé le 3 mars de la base aérienne 186 de Tontouta en Nouvelle-Calédonie… Ce décalage horaire inhabituel s’explique par le franchissement de la ligne de changement de date. Cette ligne imaginaire, tirée à la surface de la Terre, longe approximativement le 180e méridien, situé légérement à l’est des îles Tonga et Samoa. Une fois traversée vers l’Est, il convient de changer de date et de retrancher un jour.

Au cours de son vol entre la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française, l’équipage de l’Atlas s’est également posé sur l’aéroport de Wallis, avant de redécoller aussitôt vers Tahiti. Le but de ce poser consistait à valider le terrain de Wallis et tester la compatibilité de la piste avec les caractéristiques de l’appareil. 

 

Curiosité locale pour le « petit » nouveau de l’armée de l’air

Une fois arrivée en terre polynésienne, l’Atlas a, comme à chacune des étapes de son tour du monde, remporté un très large succès.

Emmenées par le contre-amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, commandant supérieur des forces armées de la Polynésie française (FAPF), les troupes militaires de l’île se sont pressées pour apercevoir l’« imposant petit dernier » arrivé dans l’armée de l’air. Certaines des plus hautes autorités civiles étaient également présentes, comme M. Lionel Beffre, haut commissaire de la République en Polynésie française.

 
photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Airphoto Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Zoom sur les FAPF

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

En raison de l’éloignement géographique et de la dispersion des cinq archipels polynésiens (Marquises, Tuamotu, la Société, Gambier et Australes), les forces armées de Polynésie française (FAPF) constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre Pacifique, en coordination avec les forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC). Sur le détachement air 190 de Tahiti Faa’a, l’armée de l’air met en œuvre deux avions de transport tactique Casa CN235, au sein de l’escadron de transport 82 « Maine ».

Plus d’informations sur le site de l’état-major des armées.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:55
 photo  Dassault Aviation - S. Randé

photo Dassault Aviation - S. Randé

 

04.03.2015 Dassault Aviation
 

Wednesday, March 4th, the French President visited the Mérignac Dassault Aviation site where he was welcomed by Eric Trappier, Serge Dassault, Charles Edelstenne and Olivier Dassault.

Accompanied by Jean-Yves Le Drian, French Defence Minister, François Hollande was notably shown the Rafale production line as well as the latest technological innovations in terms of support.

The head of state, also Chief of the French Armed Forces, gave a speech to the staff, local dignitaries, military authorities and the press.

François Hollande then met with engineers, foremen and workers.

Speaking just a few days after signing the first Rafale export contract, this unprecedented event for the company represents an exceptional new moment in the history of Dassault Aviation.

 

 

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:55
photo  Dassault Aviation - S. Randé

photo Dassault Aviation - S. Randé


04.03.2015 Dassault Aviation
 

Mercredi 4 mars, le président de la République s’est rendu dans l’établissement Dassault Aviation de Mérignac où il a été accueilli par Eric Trappier, Serge Dassault, Charles Edelstenne et Olivier Dassault.

Accompagné par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, François Hollande s’est notamment fait présenter la chaîne Rafale ainsi que les dernières innovations technologiques en matière de soutien.

Le chef de l’Etat, également chef des armées, a prononcé un discours devant le personnel, les élus locaux, les autorités militaires et la presse.

François Hollande s’est ensuite entretenu avec quelques ingénieurs, agents de maîtrise et compagnons.

Intervenant quelques jours après la signature du premier contrat Rafale export, cet événement, sans précédent pour la société, constitue un nouveau moment exceptionnel dans l’histoire de Dassault Aviation.

 

Galerie photo : Visite du Président de la République à Mérignac

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:55
Société de projets: Michel Sapin leur reconnaît publiquement des "inconvénients"

 

04.03.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Jean-Yves Le Drian à Bordeaux, Emmanuel Macron absent, Manuel Valls silencieux sur la question, c'est donc à Michel Sapin qu'il est revenu de répondre à la question poil-à-gratter de François Cornut-Gentille sur les REX et les sociétés de projet.

On verra ici la vidéo de la question et de la réponse de Michel Sapin lors des questions d'actualité de ce mercredi. Le ministre des Finances s'exprimait publiquement pour la première fois (ou l'une des rares fois) sur ce sujet grave de l'enveloppe budgétaire militaire.

"Le gouvernement, c'est son travail, réfléchit aux solutions qui permettraient de compenser un décalage de ressources exceptionnelles si ce décalage s'avérait exact (...). Les sociétés de projet constituent une réponse", a reconnu Michel Sapin. Mais, a-t-il nuancé, "les sociétés de projet présentent aussi un certain nombre d'inconvénients et il n'est donc pas interdit de s'interroger sur d'autres solutions".

Quels inconvénients? Quelles solutions? Allez savoir... C'est ce que l'on appelle faire du sur-place, tourner en rond, jouer contre la montre etc. C'est aussi pratiquer l'art de l'understatement quand on connaît l'hostilité de Bercy face à l'hérésie des sociétés de projet.

 

Réactions. François Cornut-Gentille estime que Michel Sapin "a une nouvelle fois esquivé la question et s’est refusé à tout engagement ferme".

Jean-François Lamour estime que "la déclaration du ministre confirme une situation de blocage avérée, résultant de l’affrontement de deux lignes différentes au sein même du Gouvernement, alors que le dispositif des sociétés de projet a été conçu pour répondre à l’urgence et est censé être opérationnel dans les prochains mois" et demande "instamment au Gouvernement de clarifier sa position au plus vite, alors que nous aborderons bientôt l’actualisation de la loi de programmation militaire".

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:55
A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

A400M (photo Armée de l'Air) - FREMM (photo DCNS)

 

04/03/2015 Lepoint.fr (AFP)

 

Le gouvernement cherche des solutions pour respecter la loi de programmation militaire et plus précisément les crédits prévus pour la défense en 2015.

 

Le ministre des Finances Michel Sapin a assuré mercredi que le gouvernement étudiait d'"autres solutions" de financement pour la défense que le système de cession-location prévu dans la loi Macron, sans néanmoins exclure ce dernier.

La loi de programmation militaire comprend en effet une part de crédits budgétaires et une part de recettes exceptionnelles, à hauteur de 2,2 milliards d'euros, qui pourraient ne pas être débloquées assez tôt. "Aujourd'hui, un risque pèse, même s'il n'est pas certain, sur le calendrier de perception des ressources exceptionnelles et notamment celles prévues en 2015", a expliqué le ministre à l'Assemblée nationale en réponse au député UMP François Cornut-Gentille.

Il a ajouté que "le gouvernement, c'est son travail, réfléchit aux solutions qui permettraient de compenser un décalage de ressources exceptionnelles si ce décalage s'avérait exact".

 

"Les sociétés de projet constituent une réponse"

La partie "ressources exceptionnelles" de la loi de programmation militaire devait provenir de la vente aux enchères de fréquences très haut débit (700 mégahertz) aux opérateurs de téléphonie mobile, mais cette vente n'est pas prévue avant le mois de décembre 2015.

Aussi le gouvernement a-t-il ajouté dans la loi Macron la possibilité de créer des "sociétés de projet" qui achèteront certains matériels militaires pour les relouer ensuite aux armées afin d'éviter tout retard de paiement. "Les sociétés de projet constituent une réponse et, conformément au souhait du président de la République, toutes les dispositions, y compris législatives via la loi Macron, sont prises pour permettre la mise en oeuvre de ce dispositif", a détaillé Sapin. Mais, a-t-il nuancé, "les sociétés de projet présentent aussi un certain nombre d'inconvénients et il n'est donc pas interdit de s'interroger sur d'autres solutions".

Ces sociétés de projets doivent être abondées à hauteur de 2,2 milliards d'euros par le biais du portefeuille géré par l'Agence des participations de l'État (APE). Selon Bercy, elles pourront l'être grâce aux futures ouvertures de capital, prévues dans la loi Macron, des aéroports de Lyon et Nice.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:50
L'armée belge va recruter 25 spécialistes en cybersécurité

 

03/03/15 Le Vif (Belga)

 

Le service de renseignement de l'armée, le SGRS, a obtenu l'autorisation de recruter 25 spécialistes en cybersécurité réclamés depuis des mois par les responsables de ce service, a-t-on appris mardi de bonne source.

 

Le ministre de la Défense, également chargé de la Fonction publique, Steven Vandeput, a obtenu de son collègue du Budget, Hervé Jamar, l'autorisation de recruter ces 25 personnes au profit du Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS), en dépit du blocage des engagements dans la fonction publique fédérale décidé à la fin de l'an dernier.

 

La Défense va donc pouvoir engager des experts en matière de cybersécurité pour poursuivre le développement de son "Cyber Security Operations Center", a-t-on indiqué dans l'entourage de M. Vandeput (N-VA). Ces spécialistes seront affectés à des tâches d'analyse de la menace et des risques cybernétiques, de gestion du système de surveillance des réseaux et de détection des intrusions (IDS), à la recherche de logiciels malveillants (malwares), complexes et ciblés, ainsi qu'au soutien à la protection des réseaux informatiques de la Défense, qui véhiculent de nombreuses informations "classifiées" (secrètes) de plusieurs degrés.

 

Le patron du service de renseignement militaire, le lieutenant-général Eddy Testelmans, avait récemment réclamé des moyens supplémentaires pour le SGRS, en soulignant, lors d'une audition en commission de la défense de la Chambre, que son service allait fonctionner en 2015 en "mode survie", tout en restant capable de remplir la plupart des tâches qui lui sont confiées.

 

"Cela (ces économies imposées par le gouvernement) ne peut durer des années", sans affecter les capacités du SGRS, avait-il prévenu. Il avait souligné qu'il ne pourrait en 2015 procéder au moindre investissement pour moderniser le matériel de son service ni recruter aucun des 24 spécialistes prévus en matière de cyber-sécurité.

 

"Cela va faire mal pour la cybersécurité", avait-il dit en rappelant le projet de créer un Centre belge pour la Cybersécurité (CCSB), réaffirmé dans l'accord gouvernemental de l'équipe Michel 1er. "Nous sommes déjà trop peu pour répondre aux missions" qui sont confiées par le ministre de la Défense et le chef de la Défense (CHOD), avait dit le général, en citant des "manques" dans les domaines ICT (technologies de la communication) et de la programmation informatique.

 

De plus, 20% des spécialistes du SGRS (alias département d'état-major renseignement et sécurité, ou Acos IS) partiront à la retraite d'ici cinq ans. Le général Testelmans avait exprimé ses besoins totaux en personnel à une centaine de personnes "pour répondre aux nouveaux défis" et "de le faire de façon plus moderne" en plaidant pour le recrutement de "geeks" de l'informatique, notamment pour scruter les réseaux sociaux et les sources ouvertes de renseignement.

 

Son collègue de la Sûreté de l'État, Jaak Raes, a dressé un tableau assez similaire de l'état de son service, lui aussi touché par le blocage des recrutements décidé le 1er septembre dernier par le précédent gouvernement. L'an dernier, le SGRS avait imaginé de mettre sur pied un "jeu" baptisé "Capture the flag" pour recruter - en interne à la Défense - dix spécialistes en matière de cyberdéfense.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:50
Suisse : Les exportations d’armes reprennent l’ascenseur

 

27.02.2015 laliberte.ch

 

La Suisse a exporté davantage de matériel de guerre l’an dernier. Des armes, des munitions et équipements pour une valeur de 563,5 millions de francs ont été vendus à d’autres pays, soit une hausse de 102,3 millions par rapport à 2013, année marquée par un fort recul. A noter l’augmentation importante des livraisons à l’Indonésie.

 

Ce pays d’Asie du Sud-Est a commandé pour plus de 121 millions de matériel de guerre. En 2013, la demande avoisinait les 157 000 francs. Cette commande - des systèmes de défense aérienne et leurs munitions ainsi que des armes légères - fait de l’Indonésie le second plus gros client de l’industrie de l’armement suisse.

 

C’est ce qui ressort des statistiques relatives aux exportations de matériel de guerre publiées hier par le Secrétariat d’Etat à l’économie (seco). L’Allemagne reste le plus gros demandeur (186,9 millions, contre 123,5 millions en 2013).

 

La Suisse a en outre livré de l’armement aux Emirats arabes unis et au Bahreïn pour 14 millions chacun. Mais dans ces pays où les livraisons d’armes sont controversées, le matériel helvétique importé est constitué de munitions et de pièces de rechange pour des systèmes de défense aérienne suisses, a expliqué Simon Plüss, chef de secteur contrôles à l’exportation.

 

La Russie et l’Ukraine, actuellement en conflit, ont importé du matériel de guerre suisse pour respectivement 536 000 et 10 000 francs.

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:50
Élèves français à l’École Navale allemande

 

02.03.2015 Ecole Navale

 

Les EFENA, élèves français à l’École Navale allemande, sont des jeunes élèves officiers recrutés post baccalauréat afin de suivre le cursus de formation au sein de la Bundesmarine.

Cette formation s’articule en deux phases :
- après une rapide incorporation à l’École navale, les élèves suivent un premier cycle de formation de quinze mois à l’École Navale allemande à Murwik (frontière avec le Danemark). Ils apprennent les rudiments des techniques de combat et suivent des cours de manœuvre et de navigation. Cette première phase de la formation est ponctuée par deux embarquements sur le voilier école Gorch Fock et sur une frégate lors d’un déploiement ;

- les élèves poursuivent ensuite leur cursus au sein de l’université de la Bundeswher à Munich ou Hambourg. A l’issue de quatre années de formation, ils obtiennent le diplôme de Master et rejoignent la France pour rallier l’École d’Application des Officiers de marine et participer à la mission « Jeanne d’Arc ».

Tous les ans, un élève rejoint ce cursus qui nécessite une forte capacité d’adaptation (du fait de l’enseignement en langue allemande) et d’une grande détermination, le cycle de formation à l’université allemande étant très sélectif.

L’échange annuel avec les cadres qui gèrent la scolarité et l’administration des élèves (Attaché naval, École navale et Service de recrutement de la Marine) permet de resserrer les liens entre ces élèves placés en autonomie et la Marine Nationale.

Les EFENA ont également leur pendant à l’École navale qui accueille chaque année un élève allemand au sein des promotions de "bordaches".

Partager cet article

Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:45
Amani Africa ll work session

Amani Africa ll work session

 

04 March 2015 by Kim Helfrich – defenceWeb

 

Lesotho’s political instability has seen South Africa step into the breach to host the next stage of preparation for the much delayed African Standby Force (ASF).

 

The field training exercise Amani Africa ll was originally supposed to have been hosted by Lesotho last October but this was put on hold as a result of political turmoil in that country. South Africa was proposed and accepted as an alternate venue.

 

This saw a four day long technical work session at the Army College in Thaba Tshwane. It started last Thursday and ended on Tuesday.

 

A core planning team composed of an AU (African Union) element and the Southern Africa Development Community (SADC) came to South Africa’s military capital for the work session. It was led by Major General (ret) Samaila Lliya of Nigeria, Exercise Amani Africa ll Exercise Director. His support team included Brigadier General Paulo Francisco of Angola, Amani Africa ll Chief of Staff.

 

The planning session for Amani Africa ll, set down for the SA Army Combat Training Centre in October/November this year, was chaired by Rear Admiral (JG) Patrick Duze from the SA National Defence Force’s Joint Operations Division. SANDF officers representing the force’s arms of service and divisions also attended.

 

“SADC is hosting the Exercise, originally planned to have been conducted in the Kingdom of Lesotho late last year. Unfortunately, the political and security situation in Lesotho affected implementation of Exercise Amani Africa II timelines. This meant some critical activities planned for the host country to pave the way for the conduct of Amani Africa ll could not be undertaken in 2014 which necessitated a change of date,” Captain (SAN) Jaco Theunissen of Joint Operations said.

 

“South Africa has offered to host the Amani Africa ll field training exercise. This will pave the way for implementation of the remainder of the exercise cycle activities. SADC has requested the exercise be conducted in October/November.”

 

The planning session saw five main activities successfully undertaken. They were a political strategic retreat; AU, regional economic communities (RECs) and regional member states planning meeting; drafting a main events list and a main incident list; an evaluation seminar and strategic and mission headquarters training sessions.

 

“All objectives set for the technical work session were met and planning is well underway for a purposeful field training exercise that will be conducted efficiently and effectively,” Theunissen said adding the work session was one of the exercise activities that could not be staged in the original host country due to the unstable political situation in the mountain kingdom where voters went to the polls last week.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories