Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 07:30
"The World Seeks Inexpensive Precision Munitions”

 

7/2/2015 Amir Rapaport - israeldefense.com

 

On the eve of the year when IMI is to be sold, CEO Avi Felder speaks about the privatization project, a cooperative with Rafael and the lessons derived from Operation "Protective Edge": “Urban wars will continue”

 

At the outset of 2015, Avi Felder faces a series of unusual challenges: completing the structural revision within IMI, assimilating the lessons of Operation Protective Edge with regard to the Company’s product range, and above all – facilitating the privatization of IMI, after some elements possessing secret information on the manufacture of rocket engines have been separated from it, and a new company, "Tomer" has been established.

Felder is confident that the coming year will end with IMI, one of Israel’s longest running government companies, under a different ownership, either private or public.

“2015 will be a year at the end of which we should emerge as a privatized company under private, or more precisely non-government ownership,” says Felder.

 

Does the fact that the Knesset has been dissolved and elections will be held next March change the privatizing plans?

“The train has already left the station. The process will not stop because of the elections. The Government Companies Authority is in charge of this process. We assist it in order to comply with all of the terms. So far, the Company has complied with 100% of the plan prescribed for it. I assume this compliance will remain the same. Later on, the process will be more technical and not one that calls for decisions that could be influenced by the elections.”

 

Where are we in the process right now?

“In January 2015, an advertisement will be published, calling for companies that would like to participate in the purchase to submit their bids. Subsequently, the regulator should approve the companies included in the bidding and it is planned that by the end of March or in early April at the latest, those companies will receive a detailed RFP and submit their responses to it. By the end of the year, the process will be concluded. We are currently working on the establishment of information rooms, to be opened in late March, for the benefit of the bidders, so that they may use the information to make a decision regarding the tender without compromising details that may adversely affect our on-going competitive position vis-à-vis the companies that may eventually purchase us. At the same time, other processes are progressing as well. During that period, IMI will be split into ‘IMI Systems’ – which would accept all of the Company’s assets and activities, and the residual IMI, which will keep all those things that I refer to as the ‘sins of the past’ – contaminated soil, environmental issues and so forth. The State will assume responsibility for the employees’ pension debts. The split should take place around March. That’s the general direction.

“At the information rooms, the potential buyers will receive all of the information in the most transparent and clear manner that would still protect the Company, as in the end, only one buyer will be selected. In any case, according to the decision of the ministerial committee, IMI Systems will be privatized as a single ‘block’ – it will not be broken down, but sold with all of the production plants and subsidiaries.

“At the same time, we are still working on the establishment of ‘Tomer’ – on the basis of our ‘Givon’ plant (the Rocket Systems Division). Just before IMI is handed over to the buyer, ‘Tomer’ will be separated from it. At this time, we are cooperating with IMOD on the characterization of ‘Tomer’. This plant will deal with all aspects of rocket engines and propulsion, and would sell the engines to IMI just as it is currently done by Givon. It will be a government company – 100% owned by the State of Israel.”

 

Will the other knowledge centers be privatized?

“Yes. Only the Rocket Systems Division will still be owned by the State of Israel. All of the rest is for sale. We are also working intensively on the relocation of ‘IMI Systems’ to the Negev, which is to take place immediately following the privatization. By 2022 we would no longer be in Ramat HaSharon. To accomplish the relocation to the Negev within seven years – that is a challenge in itself. The relocation process will consist of several phases. Now we are working on the planning of the area we will transfer to. We are considering which activities should be located there. We intend to evaluate what IMI would look like in the coming years, and ensure that some space will be reserved for future development in the context of the relocation to the Negev.”

 

Will the buyer be required to relocate to the Negev? Will he not be able to change his mind about it?

“There is an agreement, and it will happen. The Government of Israel decided to privatize the Company. In April 2014, 12 contracts were signed between the Company and the trade union and the employees – and the Ministry of Finance and Ministry of Defense. These contracts specified everything that had been agreed – the retirement agreement, the agreement regarding the relocation to the Negev – all of these agreements are elements of the privatization process. Now, we take all of those framework agreements and break them down into details, and most importantly – we execute them!”

According to Felder, out of 3,700 IMI employees in early 2014, 700 have already agreed to retire by the end of the year. 500 additional employees will retire over the next few months, and 380 will transfer to ‘Tomer’ after the privatization. At the same time, 250 new employees have been recruited for all positions – from production workers to engineers and marketing managers.

 

At the bottom line, is the company offered for sale healthy and profitable?

“Yes.”

 

What is your backlog of orders?

“We are entering the coming year with a backlog of orders of about eight billion NIS. As far as I can remember, this is a record for the Company. It gives us solid working prospects for the next four years. Beyond that backlog, we are taking into account an internal growth of something like 10% a year. The Company will be profitable in 2016.”

 

Does the backlog include Givon?

“Yes, but not in considerable numbers – around 200-300 million NIS, as over there they have many things that come in over the year and are executed promptly. The backlog also includes our subsidiary ‘Ashot Ashkelon Industries’, which has a backlog of orders of 900 million NIS. ‘Ashot’ is a profitable company with 15% holdings on the Tel-Aviv Stock Exchange, and it will remain profitable.”

 

What is the ratio between foreign and domestic business?

“About 40% of IMI’s sales are to IMOD and 60% to overseas clients.”

 

Investments & Structural Change

 

Avi Felder says that apart from the preparations for the tender, IMI is undergoing some major changes: “We are investing in the purchasing of machines for the production floors in all of the Company’s plants, and have launched a three-year plan for upgrading the Company’s IT system. We have not made any investments in infrastructure for many years, owing to the budget restrictions we were under.

“Another major change is the completion of the establishment of the business administrations within the Company. In 2014 we initiated the establishment of business administrations for infantry, armored forces, engineering, artillery, air and HLS. The function of these administrations is to deal with project management, system engineering and marketing, and be client-driven. In my view, the administrations are the locomotives of the Company. In 2015, these locomotives will pull out and start off.”

 

How long will "IMI Systems" remain independent?

“I do not know. I assume that a wise and reasonable buyer will continue to operate ‘IMI Systems’ as a business entity and lead it to new horizons. Even under the new ownership, the Company will operate under government regulation, as it operates today.

“There is no difference in the regulative work, regardless of whether it is a private or a government company, small or large.”

 

In the event that the buyer turns out to be Elbit Systems, will IMI be merged into the group?

“Elop remained Elop even under Elbit’s ownership, and Elisra also remained a separate company. I cannot step into the buyer’s shoes, whoever he may be, he is committed to a certain period of time when ‘IMI Systems’ will continue to be a company. In any case, I do not foresee any dramatic changes initially. In such a process, when a buyer enters a company, he will first of all familiarize himself with it.

“IMI, in particular, is like an aircraft carrier. It is not a small company. The buyer will have to study all of its obscurities, familiarize himself with its engine. Subsequently, he will have to determine whether he can create a synergy with other activities. In my opinion, this stage will take a reasonable amount of time.”

 

Regardless of the Privatization, has your product range changed over the last five-year period?

“Yes. I think that the similarity between our products today and the range of products we had five years ago is only in the names of the activities, but not in the products. In the field of infantry, for example, we have introduced over the last few years the MPRS system for firing rifle grenades with a high degree of precision, a high-accuracy mortar shell and a new hand grenade with improved safety devices. In the armored forces field, we introduced the 120mm APAM-MP-T M329 tank cartridge, 105mm APAM-MP-T M117/1 tank cartridge and 120mm HE-MP-T M339 tank cartridge. The latter cartridge was used operationally for the first time during Operation Protective Edge, and proved to be a fantastic success.

“Another activity which has developed significantly is artillery rockets. In that field, too, we have introduced a range of completely new products. We now have rockets to ranges of 40 to 250 kilometers, with a CEP of a few meters.”

You surprised everyone with your Predator Hawk guided artillery rocket to a range of 250 km, which you unveiled at the KADEX exhibition in Kazakhstan last summer

“As far as I am concerned, it was no surprise. Anyone who is familiar with our capabilities only asks us ‘when will you introduce the next rocket’.”

 

What can you say about the sales of the Extra rocket to a range of 150 km?

“This rocket has already been sold to several countries around the world, having passed several perfect trials. This is one example of the change the Company underwent. This deal was signed and delivered very quickly. We fully accomplished our objectives and our clients were satisfied, and even more importantly – satisfied clients come back. In this context, the Predator Hawk is an example of a satisfied client who came back.

“It is important to understand further that we are not just talking about the rocket itself, but rather about a layout of rockets. We sell a complete battalion or brigade, fully equipped from head to toe – the rockets for the launchers, the command centers, the ammunition, the meteorology, the UAV as well as a training and instruction package. The nice thing about the clients who purchased such layouts is that they currently use the rockets without us, in their training exercises.

“In the air category, we introduced the MPR-500 bomb, which was also used operationally for the first time during Operation Protective Edge. As far as we know, it was also tremendously successful.”

 

What are the sales of this bomb like, apart from sales to the IDF?

“We have had a few sales transactions as well as distribution agreements with some major corporations in the global market – these cooperative alliances apply to manufacturing as well as to sales. For obvious reasons, I cannot name the corporations with whom we entered those agreements.”

 

What about the continued manufacturing of "loitering weapons", after you developed the Delilah in the last decade?

“It is not our field. We have had no presence in the world of loitering weapons after the Delilah.”

 

Where do you stand in the field of active defense?

“We are currently engaged in a dialog with Rafael with the intention establishing a cooperative alliance on the issue of active defense. IMOD convened both Rafael and us recently, and at this time both companies are cooperating with the aim of developing the best system for IDF.”

According to Felder, the intention is to combine between Rafael’s Trophy system and IMI’s Iron Fist system, so that the interceptor will be made by IMI, the radar will be made by IAI (as in the Trophy system) and Rafael will serve as the primary contractor and integrator of the project. “We are currently working on the agreement between the companies,” said Felder. “The ownership structure for the project has not been finalized yet, but the general direction is a partnership.”

 

A partnership with 40% for Rafael, 30% for IAI and 30% for IMI?

“That is the general direction.”

 

Technologically, can a combination of the Iron Fist and Trophy systems really work?

“The engineers of these companies can do anything. All you have to do is just provide them with a suitable working environment.”

 

Will the system be available for the future Namer (Merkava) APCs?

“That is for IDF to decide.”

 

Will it be relevant to export sales as well?

“Provided we receive export permits.”

 

Generally, in your view, has the transition to the manufacture of precision munitions proved itself?

“Without a doubt, Operation Protective Edge proved to IMI that our development directions were correct. The entire subject of precision guided munitions suitable for urban warfare, on which we have been focusing all these years, has proven itself. The emphasis has been on inexpensive precision munitions that clients can afford. Every two years we prepare a strategic plan for five years ahead. After Operation Protective Edge we set up a team to check whether we are on the right track or need to make adjustments. We came to a sweeping conclusion that the trends were correct. Naturally, some adjustments were required, but no substantial changes.”

 

What about the fields of cyber and HLS?

“These are new activities which we entered recently. HLS had already existed (within IMI), on the basis of the IMI Academy for Advanced Security & Anti-Terror Training. The Academy provides an excellent basis for soaring and reaching better places. Thus far, the Company has not dealt with it very intensively, but the establishment of the HLS administration is a clear indication of the fact that we want to go in that direction, and take advantage of suitable products that we already have and of the Company’s marketing and integration capabilities.

“We established the cyber element for two reasons: firstly, to defend our products. Obviously, you cannot sell anything today without cyber defense. Secondly, we expanded our cyber defense activity on the basis of a more comprehensive perspective.”

 

Did you identify a business potential in this field?

“Certainly.”

 

And what about the more traditional fields of activity? Upgrades for armored still a business potential there?

“There is business in all of those fields. In the field of armored vehicle upgrades we are currently engaged in several projects around the world. In small arms ammunition, our sales to the IDF provide the primary basis for us, but we also sell to retail chains in the USA. In the USA we are regarded as manufacturers of premium ammunition. Our ammunition has excellent reputation. This market is twice as large as the military market, and is very stable.” Felder noted that IMI will once again participate in the SHOT Show, to be held in Las Vegas in January 2015.”

Regarding the new infantry vehicle, Combat Guard, developed by IMI, Felder said: “We developed one vehicle prototype that we showcased at the exhibition in Paris, and received a very serious response. We regard infantry mobilization as one of the legs the Company stands on. We are also involved in the Namer APC, the Body Guard and another off-road vehicle designated Wildcat. The advantage of these off-road vehicles is that they can operate on any terrain, under any conditions. For these vehicles, we also developed weapon systems that can promptly engage any threat based on identification data provided by the active defense system.”

 

In your view, has the era of wars between regular military forces ended?

“I always say – the unexpected is the only expected element in wars. I assume the military is being prepared so as to provide a solution to any potential scenario, and we attempt to be present at any niche that may prove attractive to the client. The primary characteristic of the battlefield today is the fact that it is constantly changing.”

 

What trends do you see evolving in the global defense market in the coming year?

“We regularly analyze the global trends. You see the defense budget in the USA, which once was at the highest level and is now being maintained at a certain level. The budgets in Europe have decreased drastically, with the exception of Russia – where the budget has increased by approximately 50%. China has also increased its budget by 50%. The budgets have moved eastward. The increase in the Russian and Chinese budgets has led to a boost in defense expenditure in the entire region. The drop in oil prices has also had a profound influence on the market.

“Generally, Israeli industry and the entire defense industry of Israel are at the technological top. We must retain that by investing in R&D, which yields a very high added value.”

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 07:20
Hellfire Away

 

source Strategy Page


An AGM-114B Hellfire missile is launched from an MH-60S Seahawk helicopter, attached to Helicopter Sea Combat Squadron Eight (HSC-8), during a live fire exercise in San Clemente, Calif., Feb. 4, 2015. HSC-8 provides vertical lift Search and Rescue, Logistics, Anti-Surface Warfare, Special Operations Forces Support, and Combat Search and Rescue capabilities for Carrier Air Wing Eleven (CVW-11) in support of the USS Nimitz (CVN-68) and Carrier Strike Group Eleven (CSG-11) operations. (U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 2nd Class Daniel M. Young/Released)

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 06:55
Rafale : un avion de combat ultrapolyvalent par excellence

 

12/02/2015 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

À la fin des années 1980, l'armée de l'air et la marine avaient exigé un appareil capable de remplacer pas moins de sept types de chasseur. Pari tenu pour le Rafale.

 

L'ultrapolyvalence. C'est sans doute la plus grande des qualités de l'avion de combat français. Lors du lancement du programme, à la fin des années 1980, l'armée de l'air et la marine avaient exigé un appareil capable de remplacer pas moins de sept types de chasseur. Pari tenu: le Rafale, qui a effectué son premier vol d'essai le 19 mai 1991, est capable de remplir toutes les missions auparavant dévolues à plusieurs avions: défense aérienne, reconnaissance, attaque de précision air-sol et air-mer, missions nucléaires… C'est aussi un appareil omni-rôle, capable d'accomplir plusieurs tâches au cours d'une même mission, en combinant par exemple attaque au sol et combat aérien ou encore tir air-air longue distance pendant une phase de pénétration à basse altitude. L'avion est également interopérable, c'est-à-dire apte à combattre au sein d'une coalition amie en suivant des procédures communes.

Dès le départ, l'armée de l'air et la marine fixent à 286 le nombre de Rafale dont elles ont besoin pour assurer leurs missions. Le chasseur a été pleinement opérationnel dans la marine en 2004 avec la Flottille 12F, puis en 2006 dans l'armée de l'air. Depuis, le Rafale a été plusieurs fois déployé en Afghanistan, en Libye, au Mali et plus récemment en Irak, où il remplit ses missions avec succès. Il est l'avion de combat des armées françaises des trente prochaines années.

 

Technologies «critiques»

Le Rafale a été développé en trois versions à partir d'une même plateforme et d'un même système d'armes: un monoplace capable de décoller d'un porte-avions (le Rafale M), doté d'un train d'atterrissage renforcé et d'une crosse d'appontage ; un monoplace (le Rafale C) et un biplace (le Rafale B) qui opèrent à partir d'une base terrestre. Les trois chasseurs utilisent 80 % de composants communs.

L'appareil se distingue par sa conception aérodynamique basée sur une aile delta, sa taille moyenne, son agilité et son concentré de technologies dites «critiques». L'avion de combat est en effet le produit industriel le plus complexe à mettre au point. Le Rafale a bénéficié de toutes les innovations technologiques récentes. Son cockpit est équipé d'un système de commandes électriques 100 % numérique. Motorisé par Safran, il est équipé de deux turboréacteurs M88-2 qui développent 7,5 tonnes de poussée chacun, soit un rapport de poussée sur masse élevé. Le Rafale pèse 10 tonnes à vide et peut emporter dans ses réservoirs internes - principalement dans les ailes - 4,7 tonnes de kérosène F34 au standard Otan. L'avion compte 14 points d'emports pour des armes lourdes et des réservoirs extérieurs d'une capacité additionnelle de 6,8 tonnes de carburant, pour un total de 9,5 tonnes. En résumé, il est capable d'emporter près de 1,5 fois son poids…

Ce chasseur bénéficie de plusieurs premières technologiques. Dès le départ, il est équipé d'un radar RBE2 à balayage électronique à antenne fixe conçu par Thales. Seuls les chasseurs américains bénéficient également de ce type de radar ultrasophistiqué qui permet de regarder partout. Le Rafale est aussi doté d'une nouvelle version du RBE2 à antenne active qui améliore ses performances. Autre saut technologique, la présence des matériaux légers tels que les composites (30 % de la cellule de l'avion et 70 % de la surface extérieure) qui allègent l'appareil et lui permettent de gagner en discrétion. Le reste de la cellule est composé à 60 % d'aluminium et à 10 % de titane.

En janvier 2014, le ministre de la Défense a notifié le contrat de développement du nouveau standard (F3R) du Rafale pour un total d'un milliard d'euros. Après quatre ans de travaux et de tests en vol, le chasseur élargira ses compétences dans deux domaines principaux: le combat aérien et le ciblage d'objectifs terrestres mobiles. Il va en effet intégrer le nouveau missile air-air longue portée Meteor, développé par MBDA pour six clients européens (France, Suède, Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne et Italie). Mais, grâce à sa conformité à la norme Otan Stanag 1760, l'avion français peut aussi être équipé d'armes spécifiées par le client.

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 05:50
Schengen Area as of 1 july 2013

Schengen Area as of 1 july 2013

 

13.02.2015 Par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) - Le Monde.fr

 

S’il n’y avait eu les négociations sur la guerre en Ukraine et la résurgence de la crise grecque, c’est le dossier de la lutte contre le terrorisme qui aurait essentiellement occupé les chefs d’Etat et de gouvernement réunis jeudi 12 février à Bruxelles. Il s’agissait initialement, lors de ce sommet informel, de publier une déclaration commune rappelant « les valeurs, la liberté et la tolérance des Européens, ainsi que leur unité », comme le soulignait une source diplomatique française.

 

Le texte publié jeudi rappelle dès lors les grands principes et fixe des objectifs : une meilleure détection et une meilleure identification des terroristes ; une lutte accrue contre le financement des réseaux ; une politique de prévention censée endiguer la radicalisation — notamment sur Internet — ; une meilleure coordination des actions locales et nationales dans les prisons et les écoles ; des contacts accrus avec les pays tiers du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord, du Sahel ou des Balkans, etc.

Au-delà des principes, des problèmes politiques concrets étaient posés. La France insistait notamment sur la nécessité de permettre le contrôle « systématique » de toutes les personnes entrant ou sortant de l’espace européen sans passeport de Schengen, ressortissants de pays tiers ou de l’Union. Paris demande en conséquence une révision du code Schengen, même si celui-ci permet déjà des contrôles renforcés dans certaines situations. La Commission est réticente, craignant une remise en cause du principe de la liberté de circulation et estimant que les dispositions actuelles sont suffisantes.

 

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 05:30
Contrat historique pour le Rafale en Égypte

 

12/02/2015 par Véronique Guillermard, Service infographie du Figaro


Le Caire commande 24 avions de combat ainsi qu'une frégate, pour 5 milliards d'euros. Le contrat sera signé lundi au Caire par le président égyptien al-Sissi.

 

C'est par un communiqué de l'Élysée que la nouvelle a été officialisée. «Les autorités égyptiennes viennent de me faire savoir leur intention d'acquérir 24 avions de combat Rafale et une frégate multimissions (FREMM), ainsi que les équipements associés, a annoncé François Hollande, jeudi dans la soirée. Ces équipements permettront à l'Égypte d'accroître sa sécurité et de jouer tout son rôle au service de la stabilité régionale.» Le Rafale «remporte son premier contrat export. La signature interviendra lundi au Caire», a encore précisé le président de la République, qui a demandé à son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de le signer «au nom de la France».

La cérémonie aura lieu en présence du président égyptien al-Sissi, ainsi que les PDG des trois entreprises concernées: Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation (le groupe Dassault est propriétaire du Figaro), constructeur du Rafale, Hervé Guillou, PDG de DCNS, fabricant des frégates, ainsi qu'Antoine Bouvier, PDG du missilier MBDA.

La commande égyptienne est valorisée à 5 milliards d'euros. Il s'agit d'un contrat historique à plusieurs titres. Il restera dans les annales pour la rapidité de sa conclusion. Il aura fallu trois mois à peine pour le ficeler. Le président al-Sissi est en effet désireux de renforcer au plus vite sa défense aérienne, composée de Mirage 5 et 2000, car l'Égypte fait face à un environnement sécuritaire très dégradé à ses frontières. D'un côté la Libye, livrée aux mains de milices tribales, est devenue un nouveau foyer de Daech ; de l'autre, dans le désert du Sinaï, l'armée égyptienne lutte contre des intrusions de djihadistes venus de Syrie. Les premiers Rafale seront livrés rapidement et pourront «défiler» en août prochain, lors de l'inauguration de l'extension du Canal de Suez.

L'histoire retiendra aussi que l'Égypte est pour la seconde fois le premier client export d'un chasseur français. C'était déjà le cas en 1981 avec le Mirage 2000. Ensuite, cette commande rompt avec une longue série de déconvenues. Cela faisait quinze ans que la France tentait, en vain, de vendre le Rafale à l'exportation (les derniers contrats export remontent à l'an 2000, avec l'Inde pour des Mirage 2000 H et avec la Grèce pour des Mirage 2000-5 Mark 2). Des Pays-Bas au Maroc, en passant par la Corée du Sud ou encore plus récemment le Brésil, le Rafale n'avait jamais été choisi, alors qu'il sortait toujours premier des évaluations menées par les armées étrangères.

En janvier 2012, la tendance s'est spectaculairement inversée, avec l'annonce par New Delhi du choix du Rafale pour moderniser son armée de l'air. L'Inde est alors entrée en négociations exclusives avec la France pour signer «le contrat du siècle», portant sur la livraison de 126 appareils pour quelque 10 milliards d'euros. Sur ce total, 18 appareils doivent être livrés depuis la France et les autres assemblés en Inde, dans le cadre d'un transfert de technologie aussi inédit que complexe. Depuis, les négociations se poursuivent avec l'Inde, en parallèle avec d'autres pays intéressés par le Rafale, notamment le Qatar.

 

Contrat historique pour le Rafale en Égypte

Mais avec l'Égypte, cliente historique de Dassault Aviation, il s'agit bien d'un contrat en bonne et due forme. Cette première victoire à l'export, qui pourrait en enclencher d'autres, constitue une très bonne nouvelle pour l'industrie aéronautique française. Et au premier chef pour Dassault Aviation et ses partenaires au sein du team Rafale, l'électronicien de défense Thales et le motoriste Safran, mais aussi les 500 entreprises sous-traitantes et les 7000 salariés français du programme. Le contrat égyptien va en effet profiter à de nombreux bassins d'emploi en France.

«C'est un grand honneur et je suis très fier. Mes pensées vont aux hautes autorités égyptiennes, que je remercie pour leur confiance. Nous allons pouvoir amplifier notre partenariat avec l'Égypte», affirme Éric Trappier. «C'est aussi un succès pour l'équipe France, qui a bien travaillé, chacun - politiques, autorités, militaires, industriels - dans son secteur de jeu. Je salue aussi l'extrême rapidité de la prise de décision de l'Égypte», se réjouit le PDG de Dassault Aviation pour qui ce premier contrat export du Rafale est «mérité». «J'espère qu'il en appellera d'autres dans les mois à venir.»

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 19:55
Pour assurer le budget de Défense, faut-il louer du matériel militaire ?

La FREMM « Aquitaine » pourrait être louée à la Marine nationale après son achat par une société de projet. photo DCNS

 

12/02/2015 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord.

 

Un amendement de la loi Macron sur la croissance et l’activité doit autoriser ce jeudi les sociétés de projet pour financer par une sorte de leasing des avions de transport A400 M et des frégates.

 

D’abord, si le président de la République martèle la sanctuarisation des 31,4 milliards d’euros pour le budget de la Défense, il semble vain d’y revenir. Mais entre les frères ennemis de la Défense et du Budget, c’est la façon d’y parvenir qui diffère.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 19:55
Avec les aumôniers militaires, le CEMA rencontre les soldats de l’op. Sentinelle à Paris

 

12/02/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 10 février 2015, le général de Villiers, chef d’état-major des armées est de nouveau allé à la rencontre des soldats engagés à Paris dans le cadre de l’opération « Sentinelle ».

 

A cette occasion, il était accompagné des quatre aumôniers en chefs des armées ou de leur représentant. Particulièrement symbolique, ce déplacement avec les aumôniers militaires témoigne des valeurs de cohésion, de respect et du sens de l’intérêt général qui caractérisent les armées françaises, au-delà des convictions personnelles qui peuvent animées chacun des militaires.

 

Après un point de situation présenté par un état-major tactique stationné au fort de Vincennes, le CEMA et les aumôniers se sont rendus place de la Nation où patrouille des éléments du 13e bataillon de chasseurs alpins (BCA). Sur place, il a eu la surprise de retrouver une compagnie qu’il avait croisée 7 mois auparavant, à Bambari, en République centrafricaine, au lendemain d’un violent accrochage qui avait opposé la force Sangaris à des bandes armées. Cette rencontre vient là encore rappeler symboliquement le lien qui unit les opérations extérieures et la protection intérieure.

 

REPERE AUMONERIE MILITAIRE

 

Environ 230 aumôniers d’active servent au sein des armées.

Présents en garnison, les aumôniers des cultes catholique, protestant, israélite et musulman accompagnent aussi les militaires en opérations extérieures comme à l’occasion des missions sur le territoire national.

Les missions et les statuts des aumôneries militaires françaises s’inscrivent dans le cadre de la loi de 1905 concernant la séparation des églises et de l’Etat. Cette loi promeut la laïcité tout en garantissant la liberté religieuse. Dans ce cadre, les aumôniers militaires se voient confier la mission d’assurer le soutien religieux du personnel de la défense et de la gendarmerie au sein des armées et formations rattachées, ainsi que le conseil au commandement.

Une stricte équité est appliquée dans les possibilités offertes, au sein des armées, de pratiquer les différents cultes.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 19:45
Après le feu des djihadistes en Irak, les Forces spéciales canadiennes près de Boko Haram en Afrique

Un membre du Régiment d'opérations spéciales du Canada enseigne à un sergent comment utiliser correctement un inclinomètre pour déterminer la vitesse du vent, à Agadez, au Niger, le 21 février 2014. (Archives/Spc. Timothy Clegg/US Army)

 

11 février 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Après avoir essuyé le feu des djihadistes de l’EI sur la ligne de front en Irak, voilà que les Forces spéciales canadiennes se retrouvent maintenant dangereusement près des combattants du redoutable groupe islamiste Boko Haram en Afrique.

 

«Oui, je peux confirmer que le CSOR (le Régiment d’opérations spéciales du Canada) est ‘teamé‘ [fait équipe, ndlr] cette année avec des forces du Niger, mais ne ne lutte pas contre Boko Haram dans la ville de Diffa», a bien confirmé à 45eNord.ca le Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN).

Le Niger a été récemment le théâtre de violents combats entre les troupes gouvernementales et les extrémistes islamistes du groupe sanguinaire Boko Haram dans la ville de Diffa, qui se trouve sur la frontière avec le Nigeria.

Les forces spéciales canadiennes, pendant ce temps, s’entraînent avec les troupes du Niger à la périphérie de la ville en préparation «à l’exercice FLINTLOCK 15, […], un exercice financé par les États-Unis et dirigé par une nation africaine», précise le COMFOSCAN.

Les membres du groupe Boko Haram, eux, ont pris d’assaut une prison à Diffa le week-end dernier et ont pu se frayer un chemin dans une partie de la ville de 50.000 personnes lundi. Une voiture piégée a également explosé dans la ville, tuant cinq personnes et en blessant grièvement cinq autres.

L’armée du Niger a certes repoussé les insurgés de la ville, mais c’était tout de même la troisième attaque de Diffa en quatre jours.

Diffa est à environ cinq kilomètres de la frontière nigériane. Boko Haram, qui contrôle des régions frontalières au du Nigeria et dispose de 4.000 à 6.000 des hommes armés aguerris.

Le groupe a tué des milliers de personnes au cours des ans et cherche maintenant, à l’instar du groupe État islamique en Irak et en Syrie, à établir un émirat islamique dans le nord du Nigeria. Boko Haram a également mené des raids sur les pays voisins et a aussi choqué l’opinion internationale en 2014 avec l’enlèvement, non encore résolu, de 276 écolières à Chibok, au Nigeria.

La menace est réelle. Des milliers de personnes ont déjà fui la ville de Diffa et le gouvernement du Niger a conseillé à ceux qui restent de rester dans leurs maisons pendant les combats.

Les Forces spéciales canadiennes se trouvent donc, par le plus malheureux des hasards, encore une fois au mauvais endroit au plus mauvais moment… Vont-ils, après avoir essuyé les tirs des djihadistes en Irak alors qu’ils accompagnaient les forces irakiennes sur la ligne de front, se retrouver dans une situation semblable en Afrique, et, qui plus est, à l’occasion d’un exercice?

 

FLINTLOCK 15

FLINTLOCK est un exercice organisé et sponsorisé par le United States Africa Command (AFRICOM) depuis 2005 dans le nord et l’Afrique de l’Ouest pour «améliorer la capacité de sécurité des forces militaires régionales». Environ 1.000 militaires de plusieurs nations y prennent part chaque année. En 2015, l’exercice est organisé et hébergé par le Tchad.

FLINTLOCK 15 se déroulera du 16 février au 9 mars 2015.

La seule unité de forces spéciales canadiennes qui va y participer est le Régiment d’opérations spéciales du Canada (ROSC).

Selon le Commandement des opérations spéciales du Canada, les raisons de prendre part aux exercices FLINTLOCK sont simples: c’est une «excellente occasion pour le ROSC de se former dans un environnement austère, tout en continuant à construire l’interopérabilité et les relations avec les alliés, et en soutenant le gouvernement des initiatives du Canada dans la région du Sahel».

Plus de 1.200 personnels seront impliquées dans l’exercice Flintlock 15 au Tchad, avec des antennes au Niger, au Nigeria, au Cameroun et en Tunisie.

Les participants sont du Burkina Faso, du Danemark, du Canada, de France, d’Allemagne, d’Italie, de Mauritanie, des Pays-Bas, de Belgique, de Suède, de Norvège, du Sénégal, d’Espagne, du Royaume-Uni, du Mali, de République tchèque, d’Estonie, de Lituanie et des États-Unis.

 

La situation dans la région

Pendant ce temps, la guerre contre Boko Haram devrait s’accélérer dans les prochaines semaines. Le Nigeria a reporté son élection présidentielle jusqu’au 28 mars et se prépare maintenant à attaquer Boko Haram et à détruire ses bases.

En outre, le Tchad, le Bénin, le Cameroun, le Niger et le Nigeria ont convenu d’établir une force multinationale de 8.700 hommes pour venir à bout de Boko Haram.

Les soldats du Tchad, eux, ont déjà engagé la lutte contre Boko Haram dans le nord du Nigeria.

Dans le passé, la mission d’entraînement FLINTLOCK a déjà dû être annulé en raison d’un conflit dans la région où elle devait se dérouler. En 2012, FLINTLOCK, qui devait avoir lieu au Mali, a été annulée en raison de la poursuite des combats dans ce pays. Mais il semble, cette fois, qu’il n’est pas question d’annulation.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 19:30
Obama: la coalition est à l’offensive et l’EI sera vaincu

 

12 février 2015 45eNord.ca

 

Barack Obama a demandé mercredi au Congrès américain d’avaliser la guerre contre le groupe Etat islamique en Irak et Syrie pour trois ans, tout en promettant que les Etats-Unis n’enverraient pas leurs soldats combattre dans une opération terrestre d’envergure.

 

Le président américain, dans une déclaration, a engagé une offensive politique pour convaincre des élus sceptiques de soutenir sa stratégie pour vaincre les djihadistes de l’EI.

«Se débarrasser de ces terroristes va prendre du temps, surtout dans les zones urbaines. Mais notre coalition est à l’offensive. L’EI est sur la défensive et l’EI va perdre», a-t-il lancé.

Barack Obama souhaite pouvoir engager les forces spéciales, mais il veut rassurer les Américains qu’aucune «nouvelle intervention terrestre d’envergure au Moyen-Orient» ne sera lancée, écartant ainsi le spectre d’une nouvelle guerre d’Irak après celle qui a coûté la vie à près de 4.500 soldats américains entre 2003 et 2011.

Il avait transmis peu avant une requête au Congrès, sous la forme d’une résolution «pour autoriser l’usage limité des forces armées américaines contre l’Etat islamique en Irak et au Levant», un document que le Congrès devra amender et, espère la Maison Blanche, adopter à la plus grande majorité possible dans les prochains mois.

Barack Obama n’a évidemment pas attendu l’autorisation parlementaire pour commencer cette guerre contre les jihadistes. Les avions américains les bombardent depuis le 8 août en Irak, et depuis le 23 septembre en Syrie. Selon le président américain, plus de 2.000 frappes aériennes ont été menées. Environ 1.830 militaires assistent déjà les forces irakiennes sur le terrain.

Six mois d’opérations militaires conduites en vertu des pouvoirs de commandant en chef de Barack Obama, et fondées officiellement sur les autorisations votées par le Congrès contre l’Irak (2002) et Al-Qaïda (2001), un lien pour le moins ténu.

Depuis six mois, de nombreux élus, démocrates et républicains, dénonçaient une guerre illégale et exhortaient le Congrès à assumer son rôle constitutionnel de déclarer les guerres. La dernière déclaration de guerre formelle date de la Seconde Guerre mondiale, mais le Congrès a depuis autorisé l’usage de la force à plusieurs reprises, notamment au Liban (1983) et en Irak (1991).

Le nouveau document abrogerait l’autorisation de 2002 contre l’Irak, et donnerait une base juridique à la guerre contre l’EI, en fixant les paramètres suivants:

– l’autorisation courrait trois ans;

– elle vise le groupe EI et «les forces et personnes associées»;

– elle ne comporte par de contraintes géographiques, reconnaissant le fait que l’EI «a annoncé son intention de saisir plus de territoires» que la Syrie et l’Irak;

– elle interdirait des «opérations durables de combats terrestres offensifs».

Les forces spéciales pourraient ainsi être ponctuellement déployées, par exemple «si nos renseignements font état d’une rencontre entre des dirigeants de l’EI et nos partenaires n’ont pas la capacité de les viser», a expliqué Barack Obama.

C’est cette clause, trop vague pour les uns et trop restrictive pour les autres, qui devrait être la plus débattue au Congrès.

 

«Ne pas répéter les erreurs du passé»

 

Les républicains, traditionnellement attachés à l’idée d’un exécutif fort, sont majoritairement hostiles à toute restriction concernant le déploiement de troupes au sol, pour ne pas informer l’ennemi des plans militaires américains et afin de parer à toute éventualité dans un conflit qui s’annonce long.

«Toute autorisation d’usage de la force militaire doit donner à nos chefs militaires la flexibilité et le pouvoir nécessaires pour réussir et protéger notre peuple», a déclaré John Boehner, le président républicain de la Chambre des représentants. «Je suis inquiet que la demande du président ne remplisse pas cette condition».

Barack Obama «doit expliquer pourquoi il cherche à lier ses propres mains en limitant des pouvoirs qu’il a déjà clamés», a dit Mac Thornberry, président de la commission de la Défense de la Chambre.

A l’inverse, de nombreux démocrates traumatisés par la guerre d’Irak, que beaucoup avaient approuvée avant de le regretter, souhaitent interdire strictement le déploiement de troupes de combat.

«Nous avons la responsabilité d’agir contre l’EI», a indiqué le sénateur démocrate Patrick Leahy, «mais nous devons le faire sans répéter les erreurs du passé, et sans voter d’autorisation illimitée, qui pourrait se transformer en justification légale pour de futures actions contre des ennemis inconnus, dans des endroits inconnus, à une date inconnue».

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 18:45
photo Guy Martin - defenceWeb

photo Guy Martin - defenceWeb

 

12 February 2015 by Kim Helfrich - defenceWeb

 

The week starting February 23 will see SANDF Joint Operations headquarters become a hive of high level activity when planning for the African Union Amani Africa II field training exercise gets underway.

 

The exercise was originally set to take place in Lesotho last October but was put on hold due to changes in the mountain kingdom’s political situation. The AU said at the time it hoped to stage the exercise in South Africa in March 2015.

 

A joint communique issued earlier this month by the AU/UN following a joint task force (JTF) meeting of the two bodies in Addis Ababa said South Africa will at some time this year host the Amani Africa ll field training exercise.

 

“The JTF agreed to continue to co-operate in the area of peacekeeping based on the principles of shared responsibility, value addition and complementarity. In this regard, the meeting welcomed the ongoing UN review of peace operations and progress in the operationalisation of the African Standby Force (ASF) and the African Capacity for Immediate Response to Crises (ACIRC),” the communique stated.

 

Joint Operations Captain (SAN) Jaco Theunissen told defenceWeb the exercise would take place in October and “the most likely venue” would be the SA Army Combat Training Centre at Lohatla in the Northern Cape.

 

“This is not cast in stone and depending on the requirements decided on for the exercise the location could change to another with infrastructure more suitable for the scenario,” he said, adding the exercise dates would also be finalised during the five day planning session in Thaba Tshwane.

 

Last year the SA National Defence Force’s annual force preparation exercise Seboka at Lohatla took on a different image when it became South Africa’s most visible training preparation yet for the African Capacity for Immediate Response to Crises (ACIRC), a standby force to serve until such time as the long-awaited Au African Standby Force (ASF) can be mobilised and deployed.

 

Indications are the South African exercise will focus on airlift and communication capabilities to and from AU headquarters in Addis Ababa. There are also expected to be smaller tactical exercises with objectives put to troops on the ground during which command and control of forces as well as inter-operability between forces from different countries will be tested.

 

The phrase “Amani Africa” means “peace in Africa” in Kiswahili and is the over-arching name given to exercises aimed at developing the ASF to full operational capability.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 18:45
BSS : point de situation du 12 février

 

12/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 1er février 2015, trois Mirage 2000D ont quitté la base aérienne 133 de Nancy pour rejoindre la plateforme aéronautique du Détachement ait (DETAIR) de Niamey. Ces trois avions de chasse appartiennent à la 3ème escadre de la base aérienne 133 de Nancy et remplacent les trois précédents aéronefs arrivés sur le théâtre au mois de septembre dernier.

 

Dans quelques jours, après une très rapide mise en condition opérationnelle, ils participeront à la lutte contre le terrorisme dans l’opération Barkhane. Ils effectueront notamment des missions d’appui aérien au profit des troupes engagées sur le terrain et de bombardement d’objectifs préétablis ou d’opportunités.

 

Du 5 novembre 2014 au 26 janvier 2015, une équipe de l’action civilo-militaire de la force Barkhane a travaillé dans plusieurs villes du nord du Niger, pour y restaurer des pompes et permettre aux populations de reprendre une activité agricole.

 

Des militaires nigériens ont assisté la force française durant toute la durée des opérations, matérialisant le partenariat noué entre les deux armées. Des contacts ont été pris, puis développés avec les chefs coutumiers et religieux de la région afin de maintenir à long terme le dialogue avec la population.

 

Du 1erau 7 février 2015, près de 120 militaires de la force Barkhane ont conduit une opération de reconnaissance dans la région de Tessalit. Ils ont reconnu les points hauts et les éventuelles zones de départ de tirs indirects des groupes armées terroristes, permettant la découverte et destruction de deux têtes de roquettes de 122 mm. Le DLAO 5 a poursuivi cette action par un contrôle de zone bipartite aux côtés du bataillon tchadien de la MINUSMA à proximité d’un point d’accès de la ville de Tessalit.

 

L’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes dans la bande sahélo-saharienne.

BSS : point de situation du 12 févrierBSS : point de situation du 12 février

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 18:40
Jason Kenney , Ministre de la Défense Nationale - photo TW

Jason Kenney , Ministre de la Défense Nationale - photo TW

 

12 février 2015 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca

 

Le nouveau ministre de la Défense nationale a affirmé mercredi que le Canada pourrait décider de se joindre aux États-Unis dans la formation de forces ukrainiennes.

 

Jason Kenney a fait écho aux commentaires du premier ministre Stephen Harper, disant en entrevue au réseau anglais de Radio-Canada que «toutes les options étaient sur la table» en ce qui a trait aux actions contre l’intervention russe dans l’est de l’Ukraine.

 

«S’il y a consensus que nous pourrions jouer un rôle en matière de formation, alors nous serions ouverts à le faire», a dit le ministre Kenney, tout en ajoutant qu’«aucune décision n’avait encore été prise».

 

Le commandant de l’armée américaine en Europe, le lieutenant-général Ben Hodges, a affirmé mercredi, lors d’une visite sur la base de l’OTAN de Szczecin, dans le nord-ouest de la Pologne, qu’un bataillon de soldats américains entraînerait trois bataillons d’Ukrainiens à Lviv, une ville de l’ouest.

 

La formation ne commencera pas avant mars, mais M. Hodges a indiqué qu’ils allaient «les entraîner à des tâches de sécurité, à des missions médicales, (leur montrer) comment opérer dans un environnement où les Russes brouillent (les communications) et comment se protéger de l’artillerie russe et rebelle».

 

«Il est absolument évident, sur la base des quantités de munitions et du type d’équipement, qu’il y a une intervention directe de l’armée russe dans le secteur de Debaltseve», a souligné le général, évoquant la localité stratégique située entre Donetsk et Lougansk où de violents combats ont lieu. «S’ils prennent Debaltseve, je crains qu’ils ne se tournent vers Marioupol», a-t-il ajouté.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 18:30
La FREMM Normandie au port de Toulon - photo Marine Nationale

La FREMM Normandie au port de Toulon - photo Marine Nationale

 

12 February 2015 by defenceWeb

 

The French Navy is supportive of tentative plans to sell its FREMM frigate Normandie to Egypt at short notice, with the vessel to be delivered before August.

 

The vessel, built by DCNS, is currently undergoing sea trials. French Navy chief Admiral Bernard Rogel said earlier this week that Normandie could be handed over to Egypt later this year if its transfer does not affect French Navy operations.

 

"Just for now it's not a done deal," Rogel said. "Everyone is talking about it, so it's no secret that today we are working on a request from Egypt, the purchase of a multimission frigate with a very quick delivery, for the summer 2015," he told the French defence journalists association.

 

In order for this to happen, the French Navy would have to extend the life of one of the F70 anti-submarine frigates due to be replaced by the FREMMs (this would be the Motcalm, due to be decommissioned this year), and DCNS would have to deliver six FREMMs by 2018.

 

"There should not be an overall impact on the Navy, which is already very extended," Rogel said. "The shipbuilder must be able to guarantee we will have four FREMM frigates by 2016 and six FREMM frigates by 2018. I have been seriously told that could be done. With those conditions, the Normandie can be sold," he said.

 

The speeded up schedule necessitated by a sale to Egypt goes against the French government’s plans of slowing down FREMM deliveries in order to feel less of a financial impact, Defense News reports.

 

The French ministry of defence is facing a 2.2 billion euro budget shortfall this year, and as a result is considering selling and leasing back up to six Airbus A400M Atlas transport aircraft and two or three FREMM frigates. The money from the sales would go to the defence budget while the defence ministry would lease back the equipment from state-owned companies. France’s defence procurement budget faces a 5.5 billion euro shortfall between 2014 and 2019.

 

French defence procurement head Laurent Collet-Billon on Monday said that France plans to later extend the sale and leaseback model to other equipment like C295 transport aircraft and military helicopters.

 

Egypt is currently negotiating the sale of 24 Dassault Rafale fighter jets as well as the FREMM and Mica and Aster 15 missiles from MBDA in a combined deal worth five to six billion euros. A French source on Tuesday said the deal was imminent.

 

Egypt is keen to acquire the Rafales and FREMM in time for the planned opening of a new waterway for the Suez Canal in August. It also hopes to get the Rafales from French military stocks.

 

Last year Egypt ordered four DCNS Gowind corvettes worth around 1 billion euros from France, with options for two more.

 

France has eight FREMM frigates on order plus three options. The first of class, Aquitaine, was commissioned in November 2012 while the third vessel, Provence, was launched in September 2013 with sea trials beginning in September last year. The fourth vessel, Languedoc, is due for delivery in 2016.

 

The multirole FREMM frigates have been designed for several roles, including anti-air, anti-ship and anti-submarine warfare. They feature Herakles multifunction radar, Aster surface-to-air missiles, MdCN cruise missiles, Exocet MM40 anti-ship missiles, MU90 torpedoes and an Otobreda 76 mm gun. Each vessel is 142 metres long, has a beam of 20 metres and displaces 6 000 tonnes.

 

Although there is accommodation for 145 personnel, the standard complement is 108 including the helicopter crew - the frigate has an aft helicopter hangar and deck able to accommodate medium helicopters like the NH90, EH101 and Cougar.

 

The FREMM's hybrid CODLOG (COmbined Diesel eLectric Or Gas) power package combines electric motors for low-speed silent-mode propulsion and a gas turbine for high-speed mechanical propulsion, with a maximum speed in excess of 27 knots. This gives a range of 6 000 nm at 15 knots.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:56
Le CEMA avec le DICoD - photo Armée d'Aujourd'hui

Le CEMA avec le DICoD - photo Armée d'Aujourd'hui

 

11/02/2015 Sources : Etat-major des armées

 

A la tête des armées depuis un an, le général d’armée Pierre de Villiers fait face à une actualité très dense : intervention sur plusieurs théâtres extérieurs, renforcement spectaculaire de Vigipirate, engagement dans une profonde transformation. Pour préserver la disponibilité opérationnelle, en accord avec le ministre, il a convaincu le président de la République qu’il fallait « desserrer l’étau » des effectifs.    

 

Mon Général, en 2013, les armées françaises ont déployé Serval en quelques semaines, en 2015 elles ont déployé plus de 10 000 hommes en 3 jours pour Vigipirate, les armées françaises ont bien prouvé leur disponibilité ?

 

Vous avez raison. Le récent déploiement de plus de dix mille hommes sur le territoire national montre la formidable réactivité de nos armées et leur grand professionnalisme.

La vitesse est la clef du succès. Le plus grand défi, c’est en fait l’accélération du temps. La dimension temporelle a changé la donne ces dernières années. Elle est au centre de toutes les décisions politiques et militaires. Depuis la rédaction du Livre Blanc, le facteur temps s’impose avec de plus en plus de force. C’est pourquoi, face à la dégradation générale du contexte sécuritaire, nous devons accroître notre capacité à déployer des forces à un endroit donné dans un délai de plus en plus court.

Dans le processus de transformation dans lequel nous sommes engagés, nous devrons veiller à conserver cette capacité.

 

Par rapport au Livre Blanc, avez-vous eu le sentiment que les armées étaient au maximum des hypothèses d’emploi ?

 

Nous sommes aujourd’hui au contrat maximal du Livre Blanc. J’ai dit au président la veille de ses vœux aux armées, en accord avec le ministre : « ce que les armées font aujourd’hui, elles ne seront plus capables de le faire dans deux ans, si nous maintenons les déflations à leur rythme actuel et avec la cible de 34.000 ». Nous sommes heureux, avec le Ministre, d’avoir été entendus. Il a annoncé lors de ses vœux que la trajectoire serait revue, me disant à la fin de son discours : « J’ai été plus vite que prévu…». Le conseil de défense du 21 janvier a confirmé la décision du président, en diminuant le rythme et la cible des déflations.

Car même si toutes les hypothèses étaient envisagées par le Livre Blanc, il n’était pas prévu que les trois armées soient mobilisés à ce niveau-là en cours de LPM. Nos armées sont en RCA, à Barkhane, au Levant, trois théâtres majeurs. Ce sont des théâtres de guerre. Nous sommes aujourd’hui au-delà des scénarios les plus contraignants, dont nous savions que le facteur difficile serait la durée. C’est pour cela que j’ai demandé qu’on desserre l’étau des effectifs et ce travail sera fait dans le cadre de l’actualisation de la LPM avant l’été.

 

Ne sommes-nous pas engagés dans trop d’opérations à la fois ?

 

Non, beaucoup de ces opérations sont liées. Il faut avoir conscience du lien étroit qui existe entre la défense de l’avant, ce que nous faisons en opérations extérieures, et la protection de nos concitoyens sur le territoire national. En agissant au Sahel ou au Levant, en y combattant les groupes terroristes, nous luttons contre le développement de sanctuaires terroristes à partir desquels ils pourraient venir nous frapper. Le lien est fort entre sécurité intérieure et sécurité extérieure ; nous devons frapper l’adversaire avant qu’il ne vienne à nous. Par ailleurs, si nous sommes leader dans la BSS, nous intervenons comme équipier dans une coalition au Levant. Dans ces combats, la coordination et le partage du fardeau sont importants. C’est pour cela que les relations internationales militaires sont primordiales et que je rencontre régulièrement mes homologues africains, européens et nord-américains, sur ces sujets. Nos Alliés et nos partenaires savent qu’ils peuvent compter sur nous.

 

Les armées françaises vont donc se battre sur tous les fronts ?

 

Nos armées sont présentes sur l’ensemble de leurs missions : la dissuasion nucléaire, les missions permanentes de souveraineté, les opérations extérieures, la protection du territoire national. Elles se battent sur différents fronts et dans les trois milieux traditionnels, auxquels il faut désormais rajouter le cyberespace. Nous consacrons des moyens importants à la cyberdéfense pour que la France reste à la pointe de ce combat, car la crédibilité de notre défense est également en jeu dans ce domaine. 

 

Des missions nouvelles, des chantiers nouveaux, comment allez-vous concilier ce surcroît de charge avec la nécessaire transformation des armées ?

 

Je crois qu’il faut d’abord expliquer pourquoi nous nous transformons. La transformation n’a de sens que par le but qu’elle vise.

Pour l’indépendance de notre pays, il est nécessaire de concilier deux impératifs : la réduction de la dépense publique et le maintien d’un outil de défense à même de faire face aux menaces d’un monde instable. Pour tenir compte de ces deux impératifs, un nouveau modèle d’armée et de nouveaux contrats opérationnels ont été fixés dans le Livre Blanc. Ils sont ancrés dans une programmation budgétaire et capacitaire sur la période 2014-2019.

Avec des moyens en diminution, nous avons dû lancer une profonde réforme pour maintenir un modèle d’armée complet, réactif et performant. Nous ne ferons pas mieux avec moins, mais il est possible de faire autrement. C’est l’objet du plan stratégique et du projet que j’ai baptisé « Cap 2020 ». Les décisions du conseil de défense du 21 janvier vont donner la respiration nécessaire à ce projet, dont la feuille de route est l’ordre aux armées, directions et services.

 

Quelles sont les priorités fixées dans l’ordre aux armées, directions et services (OADS) pour 2015-2017 ?

 

La première est de réussir nos opérations, de garantir notre performance opérationnelle. La deuxième, est de réussir la manœuvre des ressources humaines en pensant autrement notre modèle RH. C’est un vrai défi et je suis très attaché à la réussite de cette manœuvre car derrière toute décision, il y a une femme ou un homme et sa famille. C’est une chose que j’ai en permanence en tête. La troisième est de capitaliser sur les bonnes pratiques en donnant du sens aux multiples réformes entreprises. C’est le moral des troupes qui est en jeu. Et pour réussir, outre la pédagogie, nous avons besoin de nous appuyer sur ce qui nous rassemble : nos valeurs par exemple de courage, de cohésion, le sens du bien commun. C’est tous ensemble que nous pourrons réussir à construire l’armée de demain.

J’ajoute que le contexte nouveau demande un effort sur les réserves. Il nous faut pour elles un vrai projet novateur. Nous partageons cette conviction avec le ministre, et le Président nous a entendus puisqu’il en a parlé lors de ses vœux. Il faut que nous réfléchissions ensemble à un projet d’optimisation de l’utilisation des réserves dans le cadre de nos capacités actuelles.

 

Au-delà des structures et des hommes, il y a des moyens financiers. Cette transformation sous forte pression budgétaire est-elle risquée ?

 

Lors de mon audition au Parlement sur le projet de loi de finances 2015, j’ai tenu un discours de vérité en disant qu’il n’y avait « plus de gras » dans nos armées, s’il y en a jamais eu ! En tant que premier des militaires, il est de mon devoir de dire les choses sans minimiser les difficultés, sans dramatiser à l’excès non plus ! Mon discours reste le même quel que soit l’auditoire.

Je vous l’ai dit, la réduction des dépenses publiques est aussi une condition de notre indépendance. Mais la réalité de la menace a confirmé que l’on ne peut pas faire plus en matière de réductions, sans remettre en cause nos capacités opérationnelles. Le chef des armées nous a entendus. Sur le plan des ressources, le Président a réaffirmé la sanctuarisation du budget de la défense. Pour les armées c’est essentiel, les décisions du conseil de défense vont garantir le renouvellement de nos équipements prévu par la LPM, dès cette année. Si les objectifs budgétaires fixés par la LPM sont ainsi respectés ; les risques sont maîtrisables. C’est à cela que nous travaillons avec les chefs d’états-majors d’armées avec lesquels nous formons une équipe extrêmement soudée. La transformation est un défi. Pour y faire face, notre force c’est le collectif !

 

L’Etat-Major des armées a lancé en janvier le site interne « Transformons notre armée ».  La logique de la transformation des armées n’est pas bien perçue ?

 

La transformation n’est pas toujours bien comprise, elle est même parfois anxiogène. Je me rends régulièrement sur le terrain, et je m’en rends compte. J’ai donc décidé la création de ce site pour que tous puissent connaître et comprendre la transformation. Il s’agit d’un outil pour tous, mais aussi pour le commandement de proximité. Sur le terrain, le chef joue un rôle primordial. Oui, il faut un discours de vérité, il ne faut rien cacher, mais il ne faut pas baisser les bras. Ensemble, il faut être convaincus, rester soudés, faire preuve de courage et de volonté, faire au mieux avec les moyens qui nous sont donnés. Le site « Transformons notre armée » contribue à diffuser cet état d’esprit.

 

Vous avez passé Noël avec les soldats de l’opération Sangaris et de Barkhane. Sont-ils confiants ou inquiets de l’évolution des armées ?

 

Je rencontre régulièrement les soldats déployés en opérations. Je ne conçois pas autrement ma fonction de CEMA. Les hommes et les femmes que je rencontre sont remarquables de courage et d’abnégation. Ils sont enthousiastes et leur moral est excellent. Ils montrent un grand sens du service et je peux vous dire que j’ai une grande admiration pour eux. Nous avons une belle jeunesse militaire ! L’engagement opérationnel est la raison d’être de nos armées. C’est pour cela que nous concentrons nos efforts sur les opérations ; les soldats qui y sont engagés ont les moyens de leurs missions. Ces efforts pour les opérations sont assumés, même s’ils ont parfois pour conséquence moins de moyens en métropole. La vie en garnison s’en trouve affectée et le moral s’en ressent parfois, mais tous ceux que je rencontre comprennent cette priorité aux opérations : c’est notre raison d’être.

C’est pourquoi, je veux redire que dans une période marquée par tant de bouleversements, les Français peuvent compter sur leur armée. Nos armées sont craintes par nos adversaires, admirées par nos Alliés : elles sont au rendez-vous ! Par nos engagements sur les théâtres d’opérations comme sur le territoire national, nous défendons notre pays. Je sais que toutes les femmes et les hommes de nos armées, directions et services s’engagent avec détermination dans les opérations les plus dures comme au sein de nos garnisons dans lesquelles nous devons mettre en œuvre une transformation difficile mais nécessaire. Je ne méconnais aucune des difficultés. Ne perdons jamais de vue qu’en ces temps difficiles, il nous appartient d’œuvrer ensemble, pour que ne soit jamais démentie la valeur opérationnelle de nos armées. C’est notre vocation, c’est notre ambition, c’est notre honneur pour le succès des armes de la  France !

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:55
Le BPC Dixmude et la FLF Aconit en entraînement SPARTIATE

 

12 Février 2015 Source : Marine nationale

 

Du mardi 3 au jeudi 5 février 2015, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude a pris le large en vue d’un entraînement SPARTIATE, préalable au départ en mission Jeanne d’Arc 2015.

 

Cette montée en puissance opérationnelle, qui précède une mission de près de 5 mois, permet de mesurer et de renforcer la combativité et l’endurance du bâtiment, mis sous pression en compagnie de son escorteur et maintenant fidèle protecteur, l’Aconit.

 

Durant 3 jours, le scénario et les différentes perturbations injectées par nos mentors et entraîneurs ont laissé peu de répit à l’équipage. Les marins ont conduit une succession d’actions en stade d’alerte élevée, le plus souvent au poste de combat, de jour comme de nuit, avec motivation et sans connaître au préalable les évolutions du scénario. La montée en puissance des attaques et sinistres (impact missiles…), des exercices menés au plus près de la réalité (avarie matérielle et traitement des blessés) impliquaient une gestion bien rodée des hommes, des procédures et des réparations.

 

Le programme de cet entraînement SPARTIATE 2015 s’articulait autour de nombreux exercices au nom de baptême barbare en –EX (pour « exercices ») : tirs envers des cibles complexes (GUNEX), lutte contre des aéronefs hostiles (ADEX), visite de bâtiment suspecté de trafic (VISITEX) ou encore opération d’évacuation de ressortissants (RESEVAC). Des activités denses et variées que l’équipage aura enchaînées au prix d’un un rythme soutenu dans des conditions météorologiques peu favorables en ce mois de février. Le groupe, qui constitue la mission Jeanne d’Arc, est maintenant paré pour son déploiement opérationnel.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:50
Serie ABC-Übung Teil 2: Kampfmittelentsorgung



12 févr. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 02/2015 14E30003

 

Granaten und Bomben mit chemischen Kampfstoffen aus dem Ersten und Zweiten Weltkrieg haben Jahrzehnte im Boden überdauert. In Deutschland besitzt nur die GEKA die Erlaubnis, chemische Munition zu vernichten. Sie kümmert sich um die Hinterlassenschaften aus zwei Weltkriegen. Wie diese Granaten und Bomben entsorgt werden, zeigt der zweite Teil unsere Serie.

Teil 1 der Serie: Spüren nach Kampfstoffen
http://www.youtube.com/watch?v=J72uQQ...


Musik:
Fate Calls von Daniel Backes & Peter Moslener (Universal Music)
Stormy Waters von Lhomnet (Universal Music)
Electronic Night von Bon Holroyd (Universal)
Ticking Machine von Daniel Backes & Peter Moslener (Universal)

 

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:50
La Doctrine britannique en visite au CDEF

 

12/02/2015 CDEF/Comm/Cne Colli

 

Le 11 février 2015, le général Richard Toomey, commandant le Directorate Land Warfare  (DLW) à Warminster, s’est rendu à Paris, Ecole militaire, afin de rencontrer son homologue, le général Jean-Jacques Toutous, directeur du Centre de doctrine d’emploi des forces (CDEF).

 

Les présentations ont permis de proposer à notre partenaire un panel d’informations synthétique sur le périmètre du CDEF et les travaux en cours en matière de Doctrine et de Retour d’expérience ainsi que quelques éclairages sur l’armée de Terre. Le général Toomey a présenté un point de situation concernant les travaux du DLW, avec un focus particulier sur le nouveau document Army new doctrine of Integrated Action , concept Capstone qui vient compléter la Manoeuvrist approach  et qui constitue en quelque sorte la déclinaison de l’approche globale pour les forces terrestres britanniques. Son éclairage sur la façon dont le DLW parvient à rendre sa doctrine vivante et attrayante fut également très instructif.

 

Il a été convenu de densifier les échanges.

 

Qu’est-ce que le DLW ?

 

La Doctrine britannique en visite au CDEF

Le Directorate Land Warfare,  subordonné au Commander Land Forces  (CLF) (équivalent du Commandant des Forces Terrestres), se trouve à Warminster. Il est l’organisme miroir du CDEF et tout comme lui traite de Doctrine, de Retex et de « Recherche opérationnelle ».

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:50
Picture: Corporal Mark Webster RLC, UK MoD

Picture: Corporal Mark Webster RLC, UK MoD

 

Source UK MoD

Soldiers from the Queen’s Royal Hussars are conducting a major live-firing exercise at the Hohne ranges in Germany. The exercise is part of regiment’s annual training, which also involves the transportation of heavy armour. Pictured, a Challenger 2 Main Battle Tank being loaded on to train transports in Sennelager.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:50
Déplacement du chef d’état-major de la Marine en Norvège

 

12 Février 2015 Source : Marine nationale

 

Du 3 au 5 février l’amiral Rogel s’est rendu en Norvège pour une visite officielle à l’invitation de son homologue le contre-amiral Lars Saunes.

 

A cette occasion, les perspectives sur l’emploi des forces sous-marines, le corps de garde-côtes et la force de guerres des mines lui ont été présentée. Il a également effectué la visite d’un chasseur de mine, d’une frégate et d’un sous-marin norvégien.

 

Les deux marines interagissent et coopèrent régulièrement, ce qu’illustrent la participation récente du Primauguet et du Latouche-Tréville au cours de qualification des commandants de sous-marins norvégiens ou encore les embarquements croisés entre forces sous-marines.

 

Par ailleurs, les Norvégiens mènent une réflexion sur le renouvellement de leur flotte pour laquelle l’expérience française présente un intérêt certain.

 

Déplacement du chef d’état-major de la Marine en Norvège

Au cours de leurs entretiens, les deux CEMM ont également évoqué les sujets d’intérêt et les opportunités d’entrainement commun. La Norvège et la France conscients de ce que les flux maritimes sont devenus les principales artères de l’économie, partagent les mêmes préoccupations de sécurité et de défense, particulièrement dans le Grand Nord où le partage de connaissance et de savoir-faire entre ces deux marines représente une plus-value importante.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre


10.02.2015 MINUSCA

 

As part of its contribution to the restoration of the State authority throughout the country and in accordance with its mandate of protection of civilians, the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA), supported by the French Force Sangaris, retook on this Tuesday 10 February 2015 public buildings, which were illegally occupied in Bria (Haute Kotto Prefecture in the Centre of the country) by armed ex-Séléka elements of the Popular Front for the Renaissance of the Central African Republic (FPRC).

The efforts to regain control of these state-owned buildings were immediately countered by the hostile armed group, which caused the resolved response of international forces.
 

The operation, which took place after the repeated refusal of the armed group to peacefully evacuate the premises, aimed at ending the existence of a parallel administration in Bria and to further ensure the protection of civilians.
 

The goal of the initiative was to support the holding of popular consultations in Bria, to give citizens the opportunity to speak freely about what they think is the root causes of the Central African crisis and to share their vision of the future.

"By taking actions in Bria, international forces confirm their determination to put all their resources in place to protect the Central African people and to support the transitional government in its efforts to restore the authority of the State, to continue the process of national reconciliation in order to organize fair, regular, transparent and open elections" said the Special Representative of the Secretary-General for Central African Republic and Head of MINUSCA, Babacar Gaye.
 

International Forces reiterate their call to all armed groups to integrate the Brazzaville process in order to have the opportunity to freely express their deep concerns and aspirations, and to be part of the national reconciliation, the only guarantee of lasting peace in the Central African Republic.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:20
Department of the Navy - Open for Business


12 févr. 2015 US Navy

 

An overview of the Department of the Navy's buying activities and small business programs.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 16:55
photo Laurent Guichardon MBDA

photo Laurent Guichardon MBDA

 

Monday, 2nd February 2015 : by MBDA

 

The French Defence Procurement Agency (Direction Générale de l’Armement) successfully carried out the first firing of MMP (Missile de Moyenne Portée or Medium Range Missile), the successor to the Milan weapon system. Carried out at the DGA Techniques Terrestres site in Bourges (central France), the firing test served to confirm MMP’s excellent accuracy in locking onto a target at a distance of more than 4,000m and that was hidden from view at launch. This success is the result of the coordinated efforts of both state (DGA and French Army) and industrial (MBDA France) participants.

 

MMP is a high technology, new generation missile forming one of the French MoD’s new programmes within the Military Planning Act 2014-2019 aimed at modernising the French Army.

 

This versatile missile, conceived by MBDA France, is currently in its development phase following the notification of a development contract by the DGA on 3rd December 2013. It will enable the armed forces to neutralise, with a high level of precision, the many different types of target that might be confronted during operations, ensuring that collateral damage is kept to a minimum and at the same time maximizing the safety of the operator. The delivery date of the system to the French Army is scheduled for 2017.

 

Further test firings have already been programmed by the DGA Techniques Terrestres to take place during the first quarter of 2015.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 16:45
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

12/02/2015 Sources : État-major des armées

 

A Bangui, la situation sécuritaire est calme. Les consultations populaires se sont déroulées sans difficulté et sont quasiment achevées dans la majeure partie des arrondissements de la capitale.

 

Les relèves se sont poursuivies et le GTIA Picardie, majoritairement armé par le 1errégiment d’infanterie (1er RI), a été relevé par le GTIA Turco, constitué par le 1er régiment de tirailleurs.

 

A Bria, la force Sangaris a appuyé une opération de la MINUSCA le 10 février visant à restaurer l’autorité de l’Etat dans la ville pour y permettre le déroulement du processus de consultations populaires. Au cours de cette opération à laquelle les soldats de Korrigan et plusieurs hélicoptères ont participé, les bâtiments publics occupés par des hommes armés du Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC) ont été libérés. Cette opération, ainsi que l’intervention quelques jours plus tôt de Sangaris sur une colonne de véhicules armés au Sud de N'Délé, a permis d’affirmer la détermination des forces internationales, face aux opposants des consultations populaires voulues par l’Etat de transition, dont la préparation et la tenue sont sécurisées par les militaires de Sangaris.

 

En Bamingui-Bangoran, les consultations populaires se sont achevées dans de bonnes conditions. La présence massive et continue des forces internationales a de toute évidence facilité la tenue de réunions auxquelles les groupes armés ont été mis en échec.

 

La semaine a également été marquée par la réarticulation des forces à Bambari, dont le contrôle de la base, jusqu’ici par les forces françaises, a été transféré à l’ONU. La force a achevé sa réarticulation hors de la ville, sur l'aérodrome, à partir duquel elle continuera d'appuyer l'action du contingent congolais de la MINUSCA.

 

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner la montée en puissance progressive de la mission de l’ONU.

photo Armée de Terre et ECPADphoto Armée de Terre et ECPADphoto Armée de Terre et ECPAD
photo Armée de Terre et ECPAD

photo Armée de Terre et ECPAD

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 14:55
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

Armement "L'Allemagne est l'Allemagne : les Allemands sont formidables, ils adorent les rapprochements, mais quand ils se sentent plus forts" (Hervé Morin, ancien ministre de la Défense)

 

11/02/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

"La France se prépare une fois encore à travailler pour le roi de Prusse". Comme l'a souligné le député Yves Fromion (UMP, Cher), le rapprochement entre Nexter et le groupe allemand Krauss-Maffei Wegmann suscite beaucoup de méfiances, notamment sur l'exportation.

A l'Assemblée nationale, le débat a été long et intense lundi soir sur la privatisation du groupe public d'armements terrestres Nexter en vue de son rapprochement avec le groupe allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW). Des débats qui ont porté en grande partie sur les problématiques d'exportations pour le futur groupe en raison des positions restrictives de l'Allemagne dans ce domaine, notamment vers les pays de la péninsule arabique, en particulier vers l'Arabie Saoudite. Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a été "très clair sur ce point" et a assuré qu'en "aucun cas les pouvoirs publics allemands ne pourront bloquer des exports décidés par la filiale (Nexter, ndlr) qui restera en France".

"La politique d'export est arrêtée par la holding" (qui va chapeauter les entreprises KMW et Nexter, ndlr) mais,"durant les cinq premières années, les exportations de Nexter seront décidées par Nexter".

L'opposition a pointé du doigt cette interrogation. Ainsi, Pierre Lellouche (UMP, Paris), favorable à cette opération, a toutefois expliqué que notre "gêne tient à la position de votre ami politique, monsieur le ministre, le vice-chancelier actuel, Sigmar Gabriel, qui a récemment posé un certain nombre de conditions aux exportations d'armes allemandes. Il ne faudrait pas que cette union aille à l'encontre de nos objectifs en matière de politique étrangère et qu'elle compromette nos marchés d'armement à l'exportation". De son côté, Hervé Morin (UDI, Eure) a rappelé que "personne ne peut oublier que les Allemands nous ont empêchés de vendre, il n'y a pas si longtemps, le missile Milan dans un pays du Golfe". Berlin n'a pas empêché la vente du Milan mais sa livraison en raison de la fabrication de certains sous-systèmes en Allemagne.

 

L'exportation, une "sensibilité politique" à Berlin

Pour autant, Emmanuel Macron a bien conscience que la politique d'export allemande présente une "sensibilité politique, mais l'option prise ici est de développer des synergies à la fois stratégique et commerciale avec notre partenaire allemand sans qu'il puisse y avoir à ce stade de blocage, mais en continuant à définir une politique commune et en traitant cette sensibilité, qui est certes une réalité, mais qui, pour être franc, pose aujourd'hui davantage plus de problèmes pour Airbus que pour ce projet commun".

Berlin a toutefois interdit à KMW d'exporter des chars de combat Leopard vers l'Arabie Saoudite, qui figure parmi les clients de Nexter à l'exportation. Mais a donné l'autorisation d'exporter 146 patrouilleurs fabriqués par le chantier naval Lürssen, dont un des sites est dans la circonscription d'Angela Merkel (Wolgast), et destinés au ministère de l'Intérieur saoudien (1,4 milliard d'euros).

En outre, répondant à André Chassaigne (président du groupe GDR, Puy-de-Dôme), qui s'opposait à cette opération - "cette fusion est vouée à l'échec car il n'y a pas de marché européen de la défense" -, le ministre de l'Économie lui a expliqué que "si nous avions la chance que le budget de la défense permette de passer des commandes et d'assurer la stabilité de Nexter, peut-être pourrions-nous nous offrir le luxe d'une réflexion différente, mais si vous privez aujourd'hui Nexter de ses capacités à exporter, vous le tuez".

 

KMW et Nexter se concurrencent à l'export

Pour sa part, Jean-Frédéric Poisson (UMP, Yvelines) soulève un autre problème dans le cadre de la politique d'exportation du futur groupe. Il rappelle que "les capacités d'exportation des deux entreprises ne sont absolument pas les mêmes. Entrer dans un contrat ou dans un échange avec un tel déséquilibre augure mal de la solidité future du groupe". Le carnet de commandes de KMW, qui exporte 80% de son chiffre d'affaires, s'élève à 4 milliards d'euros tandis que celui de Nexter, qui dépend à 80% des commandes nationales, à 2 milliards, hors programme Scorpion.

En outre, le blindé à roues VBCI (8x8), l'un des espoirs de Nexter à l'exportation mais jusqu'ici assez vain, se retrouve souvent face au Boxer de KMW. Le véhicule de transport de troupes tout-terrain à quatre roues motrices, l'Aravis, qui a remporté un succès à l'exportation (Arabie Saoudite), est quant à lui confronté au Dingo. Enfin dans l'artillerie, KMW, plutôt absent de ce segment de marché, oppose toutefois au Caesar, l'un des best-sellers de Nexter à l'export (Arabie Saoudite, Thaïlande et Indonésie), son PzH 2000 allemand (Grèce et Qatar), un redoutable rival.

Emmanuel Macron a tenté de rassurer mais s'est un peu pris les pieds dans le tapis. "Au-delà des complémentarités évidentes et de la non-superposition entre une artillerie chenillée et une artillerie à roues, la complémentarité géographique que nous examinons aujourd'hui dans le cadre de la préparation de l'opération par les deux sociétés montre bien que les VBCI et les Boxer ne relèvent pas des mêmes marchés internationaux, ni des mêmes doctrines d'emploi. Ainsi, le VBCI équipe le Qatar, les Émirats arabes unis et le Danemark - et hier le Canada -, qui ne sont pas les marchés vers lesquels s'oriente le Boxer. L'analyse que font aujourd'hui Jean-Yves Le Drian et la société est donc qu'il n'y a pas de risque de cannibalisation d'une entreprise par l'autre en termes de capacité à l'export, mais plutôt une complémentarité". Notons que le VBCI n'équipe malheureusement pas les pays cités par Emmanuel Macron.

 

"La France se prépare une fois encore à travailler pour le roi de Prusse"

Lors du débat de lundi mais celui du 19 janvier, les députés ont montré une certaine méfiance vis-à-vis de l'Allemagne. Ainsi, l'ancien ministre de la Défense, Hervé Morin a souligné que "l'Allemagne est l'Allemagne : les Allemands sont formidables, ils adorent les rapprochements, mais quand ils se sentent plus forts". Et de rappeler : "on l'a souvent vu dans l'industrie navale, où aucun rapprochement n'a été possible car DCNS est plus puissante que les entreprises allemandes : à chaque fois, nous nous heurtons donc à un obstacle".

Le 19 janvier, Yves Fromion (UMP, Cher), qui préconise d'abord un rapprochement franco-français (Thales-Nexter ou Renault Trucks-Nexter), estimait que "nous sommes face à une décision politique délibérée qui favorise la mainmise de l'industrie allemande sur GIAT, donc sur Nexter. Rappelons-nous comment les Allemands ont torpillé le rapprochement entre EADS et BAE, où ils ne trouvaient pas leur compte. Je crains que la France ne se prépare une fois encore à travailler pour le roi de Prusse, et il ne s'agit pas d'un vain jeu de mots !". Ce qu'a réfuté le ministre de l'Economie lundi : "il n'y a pas de mainmise du camp allemand, bien au contraire".

 

Le calendrier de l'opération

Selon le calendrier donné par Emmanuel Macron, "il est prévu de poursuivre durant trois mois les expertises techniques, qui seront suivies de trois à cinq mois de négociations, puis de trois à quatre mois devant le régulateur. Il s'agit, je le répète, d'un rapprochement au niveau de la holding, assorti pendant cinq ans d'une stabilité de l'actionnariat".

Et de rappeler que pour qui est de l'actionnariat, "les deux parties s'engagent à une stabilité de cinq ans, qui permettra aussi de voir comment fonctionne - ou non - cette première phase. Il nous faudra alors être très pragmatiques : si la première phase, qui consiste à mettre au niveau de la holding la stratégie commerciale et la stratégie de lancement, devait conduire à des impasses ou à un échec, l'intégralité des décisions opérationnelles et structurantes et de la production restant au niveau des filiales, et donc dans chaque pays, il serait possible, à l'issue de ces cinq ans et avant une décision qui viserait éventuellement à regrouper davantage d'actifs au niveau de la holding commune, de revenir en arrière".

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 12:55
Visite du gouverneur militaire de Lyon à Vigipirate

 

11/02/2015 ASP Bourceret – Armée de Terre

 

Le 4 février 2015, le général de corps d’armée Pierre Chavancy, gouverneur militaire de Lyon, s’est rendu sur le terrain, aux côtés des soldats engagés dans l’opération SENTINELLE.

 

Il s’agissait d’une visite particulière, puisqu’elle s’inscrivait au lendemain de l’agression des soldats à Nîmes. Il a pu s’assurer de la bonne adéquation du matériel fourni, des formations des militaires et de leurs expériences avec les impératifs de la mission Vigipirate.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories