Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 17:55
Se réinsérer par le secourisme

 

27/01/2015 Armée de Terre

 

Le 21 janvier, Terre Fraternité, l’Institut National des Invalides (INI) et l’Ordre de Malte - France (OMF) ont signé une convention-cadre formalisant une action originale au profit des blessés de l’armée de Terre.

 

Cette convention concerne la formation de formateur en secourisme pour des militaires en situation de handicap, du fait d’une blessure physique ou psychique survenue en service.

 

L’OMF s’engage à fournir l’équipe pédagogique ; l’INI met à disposition les locaux d’enseignement et héberge et nourrit les candidats à mobilité réduite et leurs accompagnants. Enfin, Terre Fraternité prend à son compte la rémunération des formateurs, ainsi que tous les frais de déplacement, hébergement et alimentation des stagiaires. La première session à laquelle participeront six militaires sélectionnés sur dossier à partir d’une liste de candidats présentée par la cellule d’aide aux blessés de l’armée de Terre (CABAT), se déroulera du 2 au 10 février. À découvrir bientôt en vidéo !

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 17:50
La cavalerie en manoeuvres

Cavalerie belge - sourrce RTBF.be

 

27.01.2015 MIL.be

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 17:45
Analyse d'échantillons dans un laboratoire mobile. (Archives / Photo Jürgen Braekevelt)

Analyse d'échantillons dans un laboratoire mobile. (Archives / Photo Jürgen Braekevelt)

 

26/01/2015 MIL.be

 

En un mois, le laboratoire belge B-Life a effectué 190 analyses d'échantillons dans la ville guinéenne de N'Zérékoré. Un grand nombre de patients ont pu quitter le centre de traitement du virus Ebola dans de bonnes conditions.

 

Dans leur combat contre le virus Ebola, les infirmiers et médecins prélèvent quotidiennement du sang et des échantillons de salive. Parfois, ils prennent également de l'urine, du lait maternel et de la sueur afin de mieux cerner l'évolution de la maladie.

 

La première équipe a achevé son séjour en Guinée. Une deuxième équipe est sur place depuis le samedi 24 janvier dernier.

 

Composante Médicale

B-FAST

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 17:45
US negotiating with Spain to have permanent Marine force for Africa

 

26 January 2015 defenceWeb (Reuters)

 

Spain has started negotiating with the United States to increase the number of US troops at an air base in the south of the country and host a permanent US Marine intervention force for Africa.

 

The Spanish government on Friday said it was ready to extend an agreement for troops to be stationed at Moron de la Frontera near Seville.

 

In March 2014, Spain agreed to an increase in U.S. troops to 850 from 500 at Moron to help support coalition operations against Islamist insurgents in north and west Africa. That agreement expires in April this year, Reuters reports.

 

The Spanish government approved negotiations to amend the two countries' 1988 defence accord, Deputy Prime Minister Soraya Saenz de Santamaria said after a cabinet meeting last week, according to Agence France Presse. Negotiations will discuss hosting the deployment indefinitely.

 

U.S. authorities have also used Moron as well as Spain's Rota naval base near Cadiz as part of an operation to combat the current Ebola epidemic in West Africa.

 

Moron Air Base has been used jointly by Spanish and U.S. air forces since 1953. It served as a springboard for U.S.-led coalition forces in the 1991 Gulf War.

 

The US Marine force was first stationed at Moron in April 2013 after a deadly attack on the US consulate in Benghazi, Libya, in 2012. Its temporary status was renewed last year.

 

Its duties in Africa include protecting embassies, rescuing military personnel and evacuating civilians or intervening in conflicts and humanitarian crises. The force is made up of 800 Marines plus air support, including MV-22 Ospreys.

 

Spanish newspaper El Pais reported that the new agreement could increase the strength of the contingent to 3,000 personnel if needed.

 

The force operates under the orders of the US military's Africa command, based in Germany.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 17:40
Ukrainian Armed Forces to use AN-70 military transport aircraft

The AN-70 is designed for aerial delivery and air transportation of troops and tangible assets, among other missions. Photo Antonov.

 

27 January 2015 army-technology.com

 

The Ukrainian Ministry of Defence (MoD) has signed an order to induct the AN-70 medium military freighter aircraft into service.

 

The decision is reportedly based on results obtained from joint state tests of the AN-70 and allows Antonov to start serial production of the aircraft and develop different modifications.

 

Powered by four Ivchenko Progress D-27 three-shaft propfan engines, the AN-70 is a short take-off and landing aircraft, and can be used for aerial delivery, air transportation of troops and tangible assets, as well as the provision of manoeuvres and troop activity.

 

Ukrainian Armed Forces state scientific test centre test pilot Mr Pakholchenko said: "The AN-70 is easy to be piloted at all difficult flight areas, including short take-off and landing.

 

"Optimal ergonomic decisions, applied in the crew cockpit, allow teaching an average pilot flying rather easy."

 

Antonov president general designer Mr Kiva said the company performed a modernisation of the AN-70 board equipment and power plant, before the final stage of joint state tests.

 

Developed as the AN-70T, AN-70TK and AN-112KC, the aircraft is scheduled to replace the Ukrainian military's obsolete AN-12 military transport aircraft fleet.

 

To date, Ukraine has received two AN-70 prototypes.

 

In addition to the Ukrainian Armed Forces, the aircraft has been ordered by the Russian Air Force. Volga-Dnepr has also signed a memorandum of understanding to purchase up to five commercial-standard AN-70Ts, as reported by Flightglobal.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 13:55
Le sémaphore de Bréhat : opérationnel 24 heures sur 24

 

27/01/2015 Sources : Marine nationale

 

Le 23 janvier 2015, le vice-amiral Emanuel de Oliveira, commandant la zone et de l’arrondissement maritimes Atlantique, a conduit l’inspection générale du sémaphore de l’île de Bréhat. Celle-ci a permis  de confirmer l’excellente tenue du sémaphore et sa grande disponibilité. L’amiral a pu mesurer son efficacité opérationnelle, notamment au profit du centre des opérations de la marine à Brest et du Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Corsen.

 

Le sémaphore de Bréhat : opérationnel 24 heures sur 24

 

24 heures sur 24, le sémaphore de Bréhat assure une veille visuelle, radar et radio dans sa zone. Il participe, à son niveau, aux missions permanentes de protection du territoire national confiées à la marine. À ce titre, il assure :

    Une surveillance de l’espace maritime, terrestre et aérien,

    Une veille des fréquences radioélectriques militaires et civiles,

    Une diffusion des renseignements recueillis vers les autorités.

    Le sémaphore de Bréhat réalise également d’autres missions de service public dans le cadre de l’action de l’Etat en mer :

    Sauvegarde de la vie humaine,

    Ecoute des fréquences de détresse,

    Diffusion d’informations relatives à la sécurité,

    Signalisation d’avis de coups de vent et de tempête,

    Participation aux opérations de sauvetage en mer,

    Prévention des pollutions maritimes,

    Concours aux missions des autres administrations,

    Observations météorologiques au profit de la marine nationale et de Météo France.

 

En 2014, le sémaphore de Bréhat a participé à 83 opérations de secours maritime.

 

Le sémaphore de Bréhat fait partie d’une chaine de 59 sémaphores répartis le long du littoral métropolitain (26 pour la façade atlantique, 19 pour la méditerranée et 14 pour la Manche et la mer du Nord). Les sémaphores dépendent organiquement des FOSIT (Formation Opérationnelle de Surveillance et d’Information Territoriale) de Brest, Toulon et Cherbourg.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 13:45
L’Afrique engage une guerre contre Boko Haram

 

26/01/2015 Par Igor Yazon, La Voix de la Russie-RIA Novosti


 

La décision de la Commission du bassin du lac Tchad regroupant le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad de former les forces collectives pour lutter contre le groupe Boko Haram a été adoptée fin 2014.

 

Malheureusement, aucun des quatre pays ne se hâtait de tenir la promesse de réserver à ces fins ses 700 soldats. Les commandos du groupe en ont profité ayant engagé l’offensive contre le territoire appartenant au Cameroun long de cent et large de 60 kilomètres entre le Nigeria, la rivière Shari, frontière naturelle du Tchad, et le littoral Sud du lac. Les commandos de Boko Haram ont pris d’assaut début janvier la ville stratégique de Baga dans le Nord-Est du Nigeria à 200 kilomètres de N’Djamena, capitale du Tchad. Leur succès a poussé enfin les pays voisins de la région à entreprendre les démarches décisives. Le sommet de 13 pays africains et non africains avec la participation des délégués de l’UA et de plusieurs organisations régionales s’est réuni le 20 janvier à Niamey, capitale du Niger. Le chef de la diplomatie tchadienne a dit en ouvrant la réunion :

" La situation sécuritaire au Nigeria et dans le bassin du lac Tchad s'est considérablement dégradée. La montée en puissance de Boko Haram traduit notre lenteur et notre incapacité à lui opposer une réponse robuste. Nous assistons, comme ce fut le cas au Mali, à la perte de souveraineté du Nigeria sur des pans entiers de son territoire et à l'exportation de la violence aux pays voisins ".

 

A la fin du sommet ses participants ont pris notamment la décision d’accélérer la mise en oeuvre de la force régionale, à laquelle participent le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad. Le Tchad a réagi le premier ayant envoyé au Cameroun une colonne de 400 blindés avec des soldats. Ainsi, une guerre réelle contre Boko Haram a commencé dans la région du lac Tchad. " Comment appréciez-vous la réunion à Niamey et la guerre contre les djihadistes nigérians ? " L’interlocuteur permanent de notre observateur Igor Yazon le géopoliticien belge Luс Michel, directeur général de l’ONG " Observation eurasienne pour la démocratie et les élections " (OEDE), animateur d’EODE-TV & AFRIQUE MEDIA, répond à da question dans une interview accordée par téléphone de Bruxelles.

" Le sommet à Niamey avait pour but d’approuver officiellement le recrutement des forces régionales pour prêter concours au Cameroun, principale cible de l’offensive de Boko Haram. La réunion a été ouverte. Les pays occidentaux, l’UE et l’Africom – Commandement militaire américain pour l’Afrique y ont pris part. Ces derniers entendaient conserver leur influence sur cette région africaine.

Qu’est-ce qui se produit dans ces pays ? Boko Haram très bien armé a dirigé ses détachements contre le Cameroun. Le Cameroun est aujourd’hui la cible de trois offensives : de la part des djihadistes, de la pression de certains groupes internationaux subordonnés à George Soros et enfin de l’offensive diplomatique. Le président Obama insiste sur les présidentielles et la démission de l’actuel leader Paul Biya en 2015. Il n’y aura pas cette année de présidentielles au Cameroun.

En ce qui concerne le Tchad, ce pays a la meilleure armée dans la région. Le pays est en guerre depuis plus de trente ans et le président Déby a créé une armée très forte. L’armée tchadienne était il y a deux ans l’alliée des Français dans leur guerre contre les djihadistes dans le Nord du Mali. Le Cameroun a lui aussi une bonne armée mais elle n’a pas d’expérience de lutte contre les méthodes de la guérilla employées par les djihadistes de Boko Haram.

Deux versions de recrutement des forces de réaction rapide sont envisagées en Afrique. Ainsi, la Guinée équatoriale a envisagé d’abord les forces régionales qui seraient ensuite transformées en forces continentales de réaction rapide. La Guinée équatoriale avait déjà proposé au Nigeria d’envoyer de telles forces mais Abuja a décliné son initiative, comme on prétend, sous la pression de Washington. Celui-ci impose à l’Afrique sa variante : la présence totale de l’Africom sur le continent.

Les alliés principaux des Etats-Unis : Kenya, Ouganda et Rwanda se prononcent pour ce scénario. Cependant, les Etats-Unis n’y avaient dans le passé récent qu’une base militaire : à Djibouti. Actuellement les Etats-Unis ont plus de trente bases et ont annoncé, selon l’ambassade américaine à Abuja, l’aménagement d’encore une base : la plus grande au Nigeria avec emploi de drones et de satellites dans l’ensemble de l’espace aérien du continent.

Bref, la lutte contre Boko Haram sera une entreprise très compliquée et prolongée ne fut-ce que pour cette raison que l’armée nigériane, l’armée du pays, le plus riche en Afrique, évite parfois les affrontements avec Boko Haram pour des motifs politiques en prévision des présidentielles qui auront lieu cette année au Nigeria. L’Europe pourrait sans doute aider l’Afrique dans la guerre contre les djihadistes.

Il convient d’évoquer la réaction bruyante des Français à l’attentat contre Charlie Hebdo. Ceux qui l’ont inspiré ont été identifiés en un jour. Un satellite suffirait pour détecter les déplacements ou les camps des djihadistes dans n’importe quel endroit du continent africain. Or, l’Occident n’y est pas intéressé : le regain d’activité des djihadistes lui permet de conserver sa présence sur le continent et d’influer sur les processus politiques et les autorités par crainte, en particulier, de concurrence de la part de la Chine ou même de la Russie qui reprend graduellement ses activités sur le continent. C’est pour ça qu’en rejoignant la guerre contre les djihadistes en Afrique, l’Occident les soutient volontairement ou involontairement en se réservant par là même l’Afrique avec ses richesses naturelles. "

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 13:20
photo Irving Shipbuilding

photo Irving Shipbuilding

 

27 January 2015 naval-technology.com

 

The Canadian Government has awarded a $2.3bn DeWolf-class arctic offshore patrol ships (AOPS) construction contract to Nova Scotia-based Irving Shipbuilding.

 

The agreement, which is for six vessels, marks the start of the construction phase of the national shipbuilding procurement strategy (NSPS).

 

Canada Public Works and Government Services Minister Diane Finley said: "I am pleased to be here to mark the award of this important contract.

 

"It will sustain an estimated 1,000 jobs right here in Halifax and many more at suppliers across Canada. This is further proof that our shipbuilding strategy is bringing jobs and prosperity to communities on our coastlines and across the country."

 

Designed to play a critical role in protecting Canada's offshore sovereignty in the Atlantic, Pacific and the Arctic, the new DeWolf-class AOPS will be equipped with advanced sensors and will operate and support the new Cyclone naval helicopters.

 

The vessels will be capable of operating in ice up to 1m thick and sustain operations for up to four months.

 

Canada National Defence Minister Rob Nicholson said: "Our government is committed to ensuring that the Canadian Armed Forces and the Royal Canadian Navy have the equipment needed to monitor and defend Canadian waters, and to contribute to international naval operations well into the 21st century.

 

"The AOPS will better enable the navy to assert and enforce sovereignty in Canadian waters, including in the Arctic."

 

Construction of an initial block for the first AOPS is scheduled to take place later this year, with full production starting in September.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 12:56
Crash du F-16: deux Alphajet et deux 2000D détruits, deux Rafale endommagés

 

27.01.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Le ministre de la Défense et le général Mercier seront à Albacete cet après-midi pour y rencontrer les personnels français présents sur la base, rencontrer des blessés et se recueillir devant les dépouilles des 9 aviateurs qui ont péri lors du crash du F-16 grec.

Trois capitaines, un lieutenant et cinq sous-officiers sont au nombre des morts français. Un navigatrice figurerait parmi les victimes.

Le crash de l'avion grec, probablement victime d'une avarie de réacteur et peut-être de commandes, a provoqué la destruction de deux Alphajet et de deux Mirage 2000D. Deux Rafale ont aussi été endommagés (voir ci-dessous).

 

Crash du F-16: deux Alphajet et deux 2000D détruits, deux Rafale endommagés

L'accident a eu lieu lors d'un entraînement organisé par l'Otan, le Tactical leadership Programme (TLP).

 

Des précédents:
- Décembre 2003: crash d'un Casa 235 sur le pic du Pioulou, en Ariège. 7 tués.
- Mai 2007: huit occupants d'un Twin Otter périssent dans l'accident de l'appareil, au Sinaï.
- Janvier 2009: huit militaires de l'armée de terre (l'équipage et cinq des six hommes du 13e RDP) meurent dans le crash de leur hélicoptère Cougar, au large Gabon.

Pour retrouver des circonstances assez similaires à celles de l’accident de lundi, il faut remonter au 28 mai 1954. Lors d’une répétition d’une présentation de voltige, un avion de chasse s’était écrasé à Oran, sur le parking de l’escadron où stationnaient de nombreux avions. Le pilote et deux mécaniciens sont tués; trois avions sont détruits et 14 sont endommagés.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 12:55
Un patrouilleur de haute mer dans l’ombre des SNLE

 

27/01/2015 Sources Marine nationale

 

Un dimanche de janvier, 22h. Le Commandant L’Herminier appareille de la base navale de Brest pour escorter un SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d’engins) de retour de patrouille. Quatre jours de mer dans des conditions difficiles. Une mission habituelle pour l’équipage. Une mission prioritaire également pour le commandement des opérations de la marine à Brest. La  crédibilité de la force océanique stratégique en dépend.

Cette mission de soutien à la FOST (force océanique stratégique) constitue aujourd’hui le quotidien de l’équipage de l’aviso Commandant L’Herminier. Une mission qu’il réalise depuis novembre dernier, à la suite d’une période d’entretien et d’un stage de remise en condition opérationnelle.

Du 14 avril au 11 octobre 2014, l’aviso Commandant L’Herminier a subi un arrêt technique majeur pour redonner du potentiel à ses installations et déployer le nouveau système de communication RIFAN 2. L’implication forte de l’équipage a permis de terminer cette phase d’entretien avec plusieurs jours d’avance sur le planning industriel.

Dès la fin de la période d’entretien, l’aviso Commandant L’Herminier a repris la mer pour retrouver sa disponibilité opérationnelle. Les créneaux d’entraînement individuel ont été particulièrement intenses : manœuvres AVIA avec le concours des flottilles 33F et 34F, exercices sécurité et de maîtrise des capacités opérationnelles avec le bâtiment de commandement et de ravitaillement Somme, mises en œuvre des procédures de lutte sous la mer ou encore tirs de tous calibres.

 

Un patrouilleur de haute mer dans l’ombre des SNLE

« Assurer la liberté d’action des SNLE »

 

La Marine nationale met en œuvre les moyens nécessaires pour assurer en permanence la protection et la sûreté des SNLE. Pour cela, un certain nombre d’unités, frégates ASM, avisos, chasseurs de mines, avions de patrouilles maritimes, vedettes de gendarmerie maritime, fusiliers marins et compagnies de l’Armée de Terre sont déployées, en mer, en l’air ou en alerte sous court préavis selon la situation des SNLE.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 12:50
NATO Tactical Leadership Programme (TLP)

 

 By Piet Luijken - Scramble.nl

 

When the Tactical Leadership Programme (TLP) started multi-national flying operations in 1979 at Jever in Germany, no one could have imagined how military aviation in Central Europe would change over the next decades. The TLP always reflected the political and military changes from scenarios of the "Cold War" to "hot" conflicts within a globalised world. While at the beginning the TLP mainly consisted of aircrew drawn from the former Second and Fourth Allied Tactical Air Forces in Central and Western Europe, the withdrawal of Canadian Forces from Germany by 1993 slowly lead to a growing participation of South European NATO Air Forces.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 12:30
Le général de Villiers avec le détachement Chammal en Jordanie

 

26/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 26 janvier 2015, le général de Villiers était en Jordanie dans le cadre d’une inspection de théâtre (ITH). Il s’est rendu auprès des équipages, mécaniciens et commandos de l’air déployés en Jordanie dans le cadre de l’opération Chammal.  Il a pu s’entretenir avec chacun d’entre eux et les féliciter pour le travail accompli  jour et nuit depuis le début de leur engagement opérationnel.

 

En deux mois, les équipages de Mirage 2000D ont effectué plus de 600 heures de vol dans des missions de reconnaissance armée. Complétant l’action des avions Rafale déployés dans le golfe arabo-persique, ils réalisent plusieurs missions visant à appuyer les FSI en réduisant le potentiel humain et matériel de Daech (destruction de pièces d’artillerie lourde, de mortiers, de mitrailleuses, de véhicules de type pick-up, de positions de combat, de dépôts de munitions, de réserves de carburant…).

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Le dispositif est structuré autour de neuf avions Rafale, six avions Mirage 2000D, un ravitailleur C-135 FR, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et la frégate anti-aérienne Jean Bart, intégrée dans le groupe aéronaval américain constitué autour du porte-avions USS Carl Vinson.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 19:55
photos Marine Nationale

photos Marine Nationale

 

26/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 26 janvier 2015, le groupe aéronaval Arromanches,articulé autour du porte-avions Charles de Gaulle, a franchi le canal de Suez et rejoint la zone maritime « océan Indien ».

 

Cette étape a été précédée d’une période d’une dizaine de jours en Méditerranée au cours de laquelle le groupe a effectué des opérations ainsi que des exercices avec les forces alliées présentes sur le théâtre. 

 

Après avoir accueilli le président de la République pour la cérémonie des vœux aux Armées, le groupe aéronaval, constitué en Task Force 473 (TF), a réalisé une courte période d’entraînement au sud de Toulon avant de mettre le cap à l’Est.

 

Rapidement rejointe par la deuxième force permanente maritime de l’OTAN, la SNMG2 [i], puis par le croiseur américain USS Cole, appuyée par des avions de patrouille maritime français et américain, la TF 473 a coordonné durant plusieurs jours l’action d’une force aéronavale imposante, rarement observée à une telle échelle ces dernières années sur le théâtre méditerranéen. Outre la sûreté du porte-avions Charles de Gaulle lors de son transit vers Suez, ce dispositif a contribué à la surveillance et à la sécurisation des espaces maritimes traversés et au renforcement de la connaissance du théâtre par le biais de missions de renseignement. Il témoigne de la vitalité du lien qui unit la marine nationale aux forces maritimes de l’Alliance ainsi que de la détermination de celle-ci à garantir la sécurité en Méditerranée face aux nombreux menaces et trafics qui la traversent.

 

Parallèlement à cette mission opérationnelle, le groupe aéronaval a poursuivi sa montée en puissance au cours de plusieurs exercices complexes (raid à longue distance du groupe aérien embarqué, protection du Charles de Gaulle contre la menace sous-marine, tactiques de combat naval de haute intensité, lutte contre la menace asymétrique) réalisés au sein de la force et en coopération avec les forces armées des pays européens du pourtour méditerranéen, notamment la marine italienne et les armées de l’air italienne et grecque. Lors de sa rencontre avec l’amiral commandant la Task Force 473, le contre-amiral Williamson, commandant américain de la SNMG2, a souligné l’importance d’exploiter ces opportunités d’échanges entre marines alliées : « Nous participons régulièrement à des exercices multinationaux en suivant des scénarios de temps de crise afin d’améliorer notre interopérabilité et nos tactiques et d’être prêts à agir tous ensemble si cela était nécessaire. »

 

Désormais en mer rouge, le groupe aéronaval comprend désormais le porte-avions Charles de Gaulle, son groupe aérien embarqué, la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, la frégate anti-sous-marine britannique HMS Kent, le pétrolier ravitailleur Meuse et un sous-marin nucléaire d’attaque, déployé en précurseur. La TF 473, sous les ordres du contre-amiral Chaperon, prépare un exercice bilatéral avec l’Arabie Saoudite en poursuivant sa progression vers l’océan Indien.

 

[i] Force navale de l’OTAN, la SNMG2 était composée à l’occasion du croiseur américain USS Vicksburg, des frégates turque Turgutreis et canadienne HMCS Fredericton et du ravitailleur allemand Spessart. La mission de cette force est d’assurer une permanence en Méditerranée afin de surveiller les navires impliqués dans des trafics liés au terrorisme international

Arromanches : le groupe aéronaval a rejoint la zone maritime « océan Indien »

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

26 janvier 2015. Source : Marine Nationale (CECMED)

 

Le patrouilleur hauturier L’Adroit a appareillé de la base navale de Toulon le mercredi 7 janvier 2015 pour près de 3 semaines de posture permanente de sauvegarde maritime (PPSM).

 

Il participe ainsi au volet maritime de Vigipirate, par la surveillance du trafic commercial en haute mer - en complément des moyens aériens de la Marine et des douanes - et par la surveillance des approches portuaires et côtières - en compléments de la chaîne sémaphorique et des moyens des administrations opérant en mer (gendarmerie maritime, douanes et affaires maritimes). Il est le moyen d’action hauturier capable d’intervenir sous faible préavis, aux ordres du Préfet maritime de la Méditerranée.

 

Au cours de sa patrouille, il exerce aussi les prérogatives de contrôle de l’Etat en mer dans les domaines de la surveillance de l’immigration, de la lutte anti-pollution, de la lutte contre les trafics illicites et de la police des pêches.

 

L’équipe de visite de l’Adroit

L’équipe de visite de l’Adroit

 

En lien avec le centre national de surveillance des pêches (CNSP) d’Etel, L’Adroit a contrôlé plusieurs navires et dérouté sur Port de Bouc un palangrier espagnol pêchant en haute mer, dans la « box CGPM » de la zone économique exclusive (ZEE) française, sans respecter les règlements européens sur la pêche.

 

 

Appontage d’un Super-Puma sur l’Adroit

Appontage d’un Super-Puma sur l’Adroit

 

Pendant sa mission, l’équipage s’entraîne dès que la situation opérationnelle le permet (tirs, entraînement de l’équipe de visite, lutte incendie et voie d’eau …). L’Adroit a notamment participé à l’entraînement à l’appontage d’un Super Puma de la base corse de Solenzara. Cet exercice réalisé avec l’armée de l’air a permis de renouveler la qualification des pilotes aux vues de leurs missions de sauvetage au large de la Corse.

 

Après dix jours de mer, l’équipage a fait relâche à Barcelone le vendredi 16 janvier. Première escale à l’étranger du bâtiment depuis 2013, ce séjour a été l’occasion pour le CF Regnier, commandant de L’Adroit, d’échanger avec le CV Fontanal Perez de Villamil, commandant de la base navale de Barcelone. Reparti le lundi 19 janvier de son escale espagnole, L’Adroit va sillonner le golfe du Lion encore une semaine avant de rentrer à Toulon.

 

L’Adroit, patrouilleur hauturier innovant, propriété de DCNS et mis à disposition de la Marine nationale depuis le 21 octobre 2011, a retrouvé en décembre 2014 sa qualification opérationnelle après plusieurs semaines d’entraînement. Il se prépare dorénavant à partir en opération Atalanta (mission européenne de lutte contre la piraterie en océan Indien) au printemps prochain.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:50
NATO Strategic Communications - SEDE

 

26-01-2015 SEDE

 

The Subcommittee will exchange views with Ambassador Jānis Kārkliņš, Director of the NATO Strategic Communications Centre of Excellence in Riga.

 

 

When: 29 January 2015

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:50
Priorité d'Airbus Helicopters en 2015 : au moins deux gros contrats militaires à l'export

Airbus Helicopters est actuellement engagé dans quatre campagnes majeures en Pologne, au Qatar, au Koweït et enfin en Corée du Sud (Crédits : NHI)

 

26/01/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Airbus Helicopters vise la signature d'au moins deux gros contrats militaires à l'export. Deux contrats qui permettraient de regonfler le carnet de commandes.

 

Pour Airbus Helicopters et son PDG, Guillaume Faury, qui va présenter son bilan 2014 mardi, la priorité des priorités en 2015 sera d'obtenir la signature de deux gros contrats militaires à l'export. Deux contrats qui permettraient de regonfler le carnet de commandes dans le domaine militaire en mal de très gros contrats ces dernières années. "Sinon nous allons consommer notre carnet et situation sera difficile, très difficile", explique-t-on à La Tribune. Logique avec des livraisons de 50 NH90 par an en moyenne.

"Il nous faut impérativement une très grosse affaire militaire ou deux grosses", assure-t-on. Bref, il y a urgence car le dernier gros contrat signé par Airbus Helicopters a été celui avec la France en 2013 (34 NH90). D'autant que la France et l'Allemagne ont réduit leur commande de Tigre (de 80 à 70 pour Berlin et de 80 à 60, dont 21 HAD neufs et 39 retrofités pour Paris) et de NH90 (122 à 80 pour Berlin). En 2014, Airbus Helicopters a réalisé une bonne année au niveau commercial dans un contexte compliqué pour tous les constructeurs. Le constructeur aurait engrangé environ 400 commandes l'an dernier.

En outre, Airbus Helicopters a livré fin 2014 les premiers exemplaires de son programme EC175 (entre 13 et 17 millions d'euros l'unités), le premier hélicoptère développé depuis le NH90. Plus de 60 EC175 sont en commande (64 au 11 décembre).

 

Deux campagnes au Moyen-Orient : Qatar et Koweït

Airbus Helicopters est actuellement engagé dans quatre campagnes majeures en Pologne, au Qatar, au Koweït et enfin en Corée du Sud. Sur les trois premières, Airbus Helicopters en vise deux sur trois. "On fera un bilan mi-2015", fait-on observer. L'une - Qatar - semble acquise puisque Doha a signé en mars 2014 une lettre d'intention en vue d'acheter 22 hélicoptères de transport militaire NH90 pour près de deux milliards d'euros. Dans le détail, il s'agit de 16 NH90 pour le transport tactique et de six exemplaires de la version de lutte anti-sous-marine ainsi que des heures d'entrainement  et des pièces de rechange. "On fait du sur-mesure avec le Qatar", précise-t-on. Airbus Helicopters vise désormais la signature d'un contrat début 2015.

Airbus Helicopters piste également un autre très grand contrat au Moyen-Orient : le Koweït, qui souhaite acquérir 24 hélicoptères de transport militaire (plus support, formation et entrainement) pour un montant estimé entre 800 millions et 1 milliard d'euros. Moins médiatisé et moins important que celui en Pologne, cette campagne revêt toutefois une importance pour le constructeur de Marignane dans le contexte actuel ainsi que pour la France, pour qui le Koweït avait été un grand partenaire dans les années 80 dans le domaine de la défense. Airbus Helicopters, qui propose le Caracal face au Black Hawk américain de Sikorsky, a reçu l'an dernier à, l'automne l'appel d'offre.

 

Une campagne majeure en Pologne

En Pologne, fin décembre, Airbus Helicopters, qui concourt avec le Caracal, a rendu son offre pour un contrat de livraison de 70 hélicoptères de transport évalué entre 2,5 milliards et 3 milliards d'euros. Tout comme ses deux rivaux, l'italo-britannique AgustaWestland avec le AW149, et l'américain Sikorsky (S-70), qui a longtemps joué un drôle de jeu en Pologne. Le ministère de la Défense polonais prévoit de signer un contrat définitif au second semestre 2015. Le constructeur européen, en partenariat avec le motoriste Turbomeca (groupe Safran), arrive avec un vrai projet industriel. En outre, le groupe Airbus ouvrira en février un centre de recherche et de développement en Pologne, a indiqué le PDG du groupe Tom Enders.

En outre, Airbus Helicopters, qui a signé en 2014 deux belles commandes en Indonésie (11 hélicoptères AS565 MBe Panther) et au Mexique (10 Panther navals pour 200 millions d'euros environ), attend en 2015 la commande d'une deuxième tranche de EC725. Le constructeur pourrait également obtenir en Malaisie une deuxième tranche de EC725 (entre 6 et 12), dont 7 à 8 exemplaires ont dû être livrés en 2014. Pour l'hélicoptère d'attaque Tigre, trois prospects sont encore possibles mais restent encore très hypothétiques à ce stade : Malaisie, Brésil et Mexique.

 

Un nouveau coup de maître en Corée du Sud?

C'est peut-être de Corée du Sud qu'Airbus Helicopters aura prochainement une très bonne nouvelle. Les Coréens préparent une nouvelle génération d'hélicoptère LCH/LAH pour répondre à ses besoins civils et militaires. Airbus Helicopters fonde de gros espoirs sur ce  programme qui passe par une coopération avec KAI, sélectionné par le ministère de l'industrie et de l'énergie et l'administration de l'acquisition des programmes de défense (DAPA) pour le développement du projet Light Civil Helicopter (LCH), un hélicoptère léger civil (15 millions de dollars par appareil), et Light Armed Helicopter (LAH), un hélicoptère de combat léger (20 millions de dollars). Le LCH /LAH seront issus d'une seule et même cellule de base. Ils remplaceront dans l'armée les MD500 et autres AH-1 Cobra encore en service. Les Coréens prévoient 1.000 unités de production pour le LCH et LAH, dont 600 unités pour l'export. Soit un programme évalué à 10 milliards de dollars.

Le constructeur de Marignane propose également un dérivé de l'hélicoptère Surion, fabriqué en coopération avec KAI (Korea Aerospace Industries), premier constructeur aéronautique coréen, pour le programme KMOH, la version navale du Surion (60 millions de dollars à l'unité). Séoul prévoit l'achat d'une première tranche de 12 appareils pour une cible estimée entre 40 et 60 hélicoptères.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:50
Operation EUFOR Althea in Bosnia - SEDE

 

26-01-2015 SEDE

 

The Subcommittee will exchange views with General Adrian Bradshaw, Head of Mission of Operation EUFOR Althea in Bosnia and Herzegovina.


When: 29 January 2015
 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:50
Nexter/Krauss-Maffei : un rapprochement à n'importe quel prix ?

"Dans cinq ans, nous aurons avancé dans le processus de développement d'un nouveau char lourd - qu'il s'appelle Léopard 3, Leléo ou Léoclerc, peu importe" (Frank Haun, PDG de Krauss-Maffei Wegmann (Crédits : Krauss-Maffei Wegmann)

 

25/01/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Krauss-Maffei Wegmann devra payer une soulte à l'Etat français pour détenir le co-contrôle de la future société commune franco-allemande. Pour favoriser ce rapprochement, Paris cherche à en diminuer le montant.

 

Lors de leur audition le 14 janvier dernier à l'Assemblée nationale, les PDG de Nexter et de Krauss-Maffei Wegmann (KMW) en cours de rapprochement, Philippe Burtin et Frank Haun, ont qualifié le versement par KMW d'une soulte de 500 millions d'euros pour obtenir le co-contrôle de la future société commune (50-50) d'une "rumeur qui ne se fonde sur rien de concret". Pour autant, "La Tribune" confirme que l'Agence des participations de l'Etat (APE) a été tentée en fin d'année dernière de demander aux 27 actionnaires familiaux de KMW de verser une telle soulte en raison d'une nette différence de valorisation entre les deux entreprises : 1,5 milliard pour KMW et 2 milliards pour Nexter.

 

Une volonté politique de diminuer le montant de la soulte

Aujourd'hui tout est mis en oeuvre en France pour diminuer, selon des sources concordantes, le montant de la soulte qui devra être versée par KMW à l'Etat français. Très créatives, les banques d'affaires y travaillent sous l'oeil bienveillant de Paris, qui ne veut toutefois pas altérer la valeur de Nexter. D'autant que le groupe public a réalisé en 2014 une bonne année avec un chiffre d'affaire en nette hausse à 1,04 milliard d'euros (contre 787 millions en 2013), dont 53 % à l'exportation, et 1,2 milliard de prises de commandes, selon les chiffres évoqués par Philippe Burtin. De son côté, KMW a réalisé un chiffre d'affaires de 750 millions d'euros et a engrangé plus de 1 milliard de prises de commandes.

En outre, le groupe d'armement public a profité dans le passé sur des programmes nationaux de marges allant jusqu'à 20 % et surtout a été recapitalisé à hauteur de 4,6 milliards d'euros au début des années 2000. Mais depuis 2006, Nexter a versé un milliard d'euros de dividendes à l'Etat, comme l'a rappelé Philippe Burtin lors de l'audition.

Une source proche du dossier confirme que KMW devra verser une soulte pouvant se monter à "plusieurs dizaines de millions" et que les Allemands en seraient d'accord. "Le dossier avance", a-t-elle même expliqué à La Tribune.

Ce qu'a confirmé Philippe Burtin : "Si les méthodes retenues par chaque société pour ce travail de prospective ont pu différer un temps, nous travaillons à leur rapprochement, et un échange de lettres datant du début du mois de décembre 2014 a marqué une convergence en ce sens".

 

La question des exportations préoccupe

Au-delà de la soulte, Frank Haun s'est attaché à rassurer les députés sur la question de l'exportation en Allemagne. "Les choses commencent à bouger en Allemagne, a-t-il affirmé. Ainsi, lorsque KMW a entamé des discussions avec le nouveau gouvernement allemand, il apparaissait qu'il y avait des réserves sur le projet KANT et sur les exportations. (...) En ce qui concerne la réglementation applicable aux exportations d'armements, je suis confiant dans nos chances d'aboutir à un accord, même si le compromis qui sera trouvé ne sera pas nécessairement à la hauteur de nos espérances de départ". Un compromis qui devrait intervenir avant la fin des négociations sur KANT prévues en avril.

Il a toutefois précisé que "si, dans le futur, l'on arrive à une solution aux termes de laquelle le contrôle de l'exportation d'un matériel conçu en commun relèvera du gouvernement français dès lors que la part allemande dans leur développement n'excédera pas 20%, cela signifie que la probabilité est forte que nous développions nos produits à 80% en France, alors que je souhaite rester à parité". Une solution qui devrait faire bondir outre-Rhin, politique et syndicats.

D'autant que Frank Haun a rappelé que le Qatar et Singapour sont actuellement les principaux clients export de KMW. Toutefois, il s'agit de contrats signés avant la mise en place de la coalition en Allemagne en novembre 2013 et non après...C'est ce qui fait toute la différence entre le contrat qatari qui est exécuté et le prospect saoudien (800 chars Leopard 2A7), qui est lui bloqué. Selon le PDG de KMW, la part d'exportation se situe depuis 15 ans entre 40% et 80% de son activité.

 

Un futur char lourd franco-allemand en commun

Pour l'heure, et en dépit des négociations pour se rapprocher, Nexter et KMW se livrent à une féroce concurrence sur les marchés export. Frank Haun en convient : "vous vous demandez peut-être pourquoi KMW n'achète pas d'ores et déjà des armes et des munitions à Nexter. La réponse est simple : parce que pour l'heure, nous sommes concurrents. Or, on ne se fournit pas auprès d'un concurrent. Mais dès lors que nous ne serons plus concurrents mais partenaires, KMW se fournira auprès de Nexter".

Les deux entreprises préparent plusieurs projets en commun de nouveaux matériels. "Le plus important, c'est la prochaine génération de chars lourds, a expliqué Frank Haun. Dans cinq ans, nous aurons avancé dans le processus de développement d'un nouveau char lourd - qu'il s'appelle Léopard 3, Leléo ou Léoclerc, peu importe : il sera développé en commun, et pourra commencer à équiper nos forces à l'horizon 2025-2030 pour remplacer les chars Leclerc et Léopard 2 dont la base technologique commence à dater. Renouveler ces matériels est indispensable : d'ailleurs, les Russes ne s'y trompent pas, et leurs travaux de développement en la matière avancent à plein régime. Pour ce faire, Nexter possède des technologies très intéressantes pour KMW, et vice-versa".

Pour l'heure, Nexter a laissé le champ libre à KMW sur le marché des chars lourds. Aujourd'hui le constructeur allemand est le seul producteur dans le monde occidental de chars lourds de combat modernes. Ainsi, 18 États ont acheté le Léopard 2. En outre, KMW développe et fabrique actuellement avec son partenaire allemand Rheinmetall "son petit frère, le Puma, que nous sommes en train de livrer à l'armée allemande, a expliqué Frank Haun. Cet engin est à la pointe de la technologie, en matière de protection, de mobilité et de résistance au feu".

 

De nouveaux produits en commun

Au-delà d'un char lourd, Frank Haun est "convaincu" que si le projet KANT se réalise, "nous aurons des véhicules communs, ce qui renforcera l'efficacité de nos forces armées, lorsqu'elles interviendront ensembles sur des théâtres d'opérations, et cela permettra d'économiser l'argent du contribuable".  Au-delà du char lourd, Frank Haun souhaite se développer dans trois secteurs qui lui "semblent particulièrement prometteurs" : l'artillerie entièrement automatisée, les munitions intelligentes et les armements lasers. "Autant de domaines dans lesquels les Américains ont du souci à se faire !".

Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui où les deux entreprises ont une gamme de véhicules en concurrence. Le véhicule à roues, le Dingo, qui est produit à plus de 1.000 exemplaires et est désormais utilisé par six pays, concurrence l'Aravis. Enfin, le véhicule Boxer à huit roues, le rival du VBCI est, selon le PDG de KMW, "aujourd'hui un véhicule très performant". Enfin, KMW est fabrique aussi des systèmes d'artillerie, comme l'obusier, le PZH 2000, "dont la performance dépasse largement celle de la concurrence, y compris américaine". Selon Philippe Burtin, "le VCBI a peut-être un avantage sur le Boxer, comme, à l'inverse, le Dingo en a peut-être un sur l'Aravis". En revanche, Frank Haun s'est bien gardé de juger les produits en question.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:20
CAE fera l'acquisition de la division Formation à l'aviation militaire de Bombardier

 

MONTRÉAL, CANADA-- 26 jan. 2015 - CAE

 

CAE fera l'acquisition de la division Formation à l'aviation militaire de Bombardier afin d'élargir son offre dans le domaine de l'intégration des systèmes de formation.Le programme d'entraînement en vol de l'OTAN au Canada (NFTC) fait partie de cette division

 

CAE et Bombardier ont annoncé aujourd'hui la signature d'un accord portant sur l'acquisition par CAE de la division Formation à l'aviation militaire de Bombardier pour une valeur d'environ 19,8 millions $CA. Cette transaction, qui est assujettie aux conditions de clôture habituelles et à l'approbation des autorités de réglementation, devrait se conclure au cours de l'année 2015.

Cette acquisition augmente considérablement les compétences principales de CAE à titre d'intégrateur de systèmes de formation (TSI) partout dans le monde, et élargit son offre dans le domaine du soutien de l'entraînement en vol des futurs pilotes militaires, y compris les pilotes de chasseurs de prochaine génération, de l'Aviation royale canadienne et de ses alliés. Une fois cette transaction conclue, CAE sera le maître d'œuvre responsable du programme d'entraînement en vol de l'OTAN au Canada (NFTC) qui fournit des pilotes militaires qualifiés aux clients dans le domaine de la défense.

« À titre d'intégrateur de systèmes de formation pour les forces aériennes du monde entier, CAE ajoute par le biais de cette acquisition une autre importante capacité et une occasion de croissance », a déclaré Marc Parent, président et chef de la direction de CAE. « Nous sommes heureux d'accueillir l'équipe Formation à l'aviation militaire de Bombardier au sein de CAE. Nous sommes également fiers d'exploiter maintenant l'un des plus prestigieux programmes au monde dans le domaine de l'entraînement des pilotes militaires et de fournir la formation complète requise, y compris le soutien au niveau de l'entraînement sur appareil, afin de former la prochaine génération de pilotes d'avion de chasse. Nous prévoyons élargir le programme NFTC, et tirer parti de nos nouvelles capacités dans les futurs programmes intégrés d'entraînement partout dans le monde. »

Le programme NFTC, qui est offert à Moose Jaw, en Saskatchewan et à Cold Lake, en Alberta, est conçu et exploité dans le cadre d'un partenariat avec le gouvernement du Canada. Le programme combine l'entraînement de base, l'instruction avancée et la formation sur avion de chasse d'entraînement dans le cadre du programme complet d'entraînement des pilotes. CAE exploitera les installations de la base NFTC, fournira l'instruction prévol en classe et la formation sur simulateur, et appuiera l'entraînement en vol dans ce système d'entraînement clé en main de renommée mondiale.

« Nous sommes honorés de répondre aux exigences en matière d'entraînement des pilotes de l'Aviation royale canadienne avec la gamme complète de services de CAE et de continuer à être son partenaire de choix en matière d'intégration des systèmes de formation », a déclaré Mike Greenley, vice-président et directeur général de CAE Canada - Défense et sécurité. « Alors que le Canada effectue une transition vers son programme d'avions de chasse de prochaine génération, nous avons saisi l'occasion d'élargir la présence et les capacités de CAE afin de mieux appuyer l'Aviation royale canadienne avec des solutions complètes dans les domaines de l'entraînement et du soutien en service. »

La division Formation à l'aviation militaire de Bombardier compte environ 200 employés qui travaillent sur le programme d'entraînement en vol de l'OTAN au Canada (NFTC). Le programme NFTC a été lancé en 2000 et l'espace aérien d'entraînement couvre une superficie de plus de 700 000 kilomètres à la base des Forces canadiennes (CFB) Moose Jaw et à la CFB Cold Lake. En plus de la formation en classe, sur ordinateur et sur simulateur, le programme NFTC fournit de l'entraînement en vol sur une flotte d'avions d'entraînement Beechcraft T-6 (CT-156 Harvard) et d'avions de chasse d'entraînement BAE Systems Hawk (CT-155 Hawk). Le programme NFTC assure également la maintenance et l'exploitation complètes des avions en vertu du programme de navigabilité du ministère de la Défense nationale du Canada. En plus de l'Aviation royale canadienne, d'autres partenaires de l'OTAN et alliés ont formé leurs élèves-pilotes et instructeurs à l'aide du programme NFTC, y compris le Danemark, le Royaume-Uni, Singapour, l'Italie, la Hongrie, l'Autriche, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

 

CAE est un chef de file mondial dans la fourniture de solutions de formation complètes, basées sur des technologies de simulation et des services intégrés de formation de classe mondiale. L'entreprise compte 8 000 employés dans plus de 160 sites et centres de formation répartis dans 35 pays. Notre vision est d'être le Partenaire de choix de nos clients et nous bâtissons des relations à long terme avec eux. Nous offrons à nos clients de l'aviation civile, de la défense et de la sécurité une gamme complète de solutions innovatrices composée de produits, de services et de centres de formation qui répondent aux besoins essentiels de leurs missions en matière de sécurité, d'efficacité et de préparation. Nous offrons des solutions similaires à nos clients des secteurs de la santé et des mines. CAE dispose du plus important parc de simulateurs de vol civils et militaires, soutenu par une large gamme de services après-vente, et répond aux besoins de ses clients depuis près de 70 ans. Nous disposons du plus grand réseau de services de formation au monde et offrons des services de formation civile, militaire et sur hélicoptère dans plus de 67 emplacements partout dans le monde et formons plus de 120 000 membres d'équipage civils et militaires chaque année. www.cae.com

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 15:49
L'EI chassé de Kobané, son échec le plus cuisant en Syrie

 

26 janvier 2015 15h36 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a été chassé de la ville syrienne de Kobané par les forces kurdes, sa plus grave défaite en Syrie où il contrôle de larges territoires depuis plus d'un an.

Cet échec intervient le jour même où un responsable militaire en Irak annonçait que la province de Diyala, dans l'est du pays, était libérée du groupe extrémiste.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé que les Kurdes contrôlaient désormais totalement Kobané, cette petite ville frontalière de la Turquie devenue le symbole de la résistance à l'EI depuis que les jihadistes y ont lancé un vaste assaut le 16 septembre.

La milice des YPG (Unités de protection du peuple kurde) a chassé tous les combattants de l'EI, a précisé l'ONG, qui dispose d'un large réseau en Syrie.

Il n'y a plus de combats dans la ville et les jihadistes se sont repliés dans les environs de Kobané, a précisé son directeur Rami Abdel Rahmane à l'AFP. Les Kurdes pourchassent encore des combattants cachés à l'extrémité-est de la ville, notamment dans le quartier de Maqtala.

Cette victoire annoncée à Kobané (Aïn al-Arab en arabe) fait suite à plus de quatre mois de violents combats menés par les forces kurdes avec le soutien prépondérant des frappes quotidiennes de la coalition internationale.

 

- Les jihadistes en fuite -

Les YPG n'ont pas formellement annoncé lundi la reprise de la ville, mais Mustefa Ebdi, militant kurde de Kobané, a affirmé à l'AFP que les combats avaient cessé et que les forces avançaient prudemment dans Maqtala par peur des mines et des voitures piégées.

Des combattants de l'EI ont été vus en train fuir sur des mobylettes de Maqtala, ils n'ont opposé aucune résistance, a-t-il poursuivi.

Les combats ont fait plus de 1.600 morts, dont plus de 1.000 dans les rangs jihadistes depuis la mi-septembre, selon les estimations.

Le revers à Kobané porte un coup d'arrêt à l'expansion territoriale que l'EI mène en Syrie depuis son apparition dans le conflit en 2013, estiment des experts.

Les forces kurdes, au départ sous-équipés, ont réussi à prendre l'avantage grâce à l'appui crucial de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, qui a fait de Kobané une priorité depuis le début des frappes aériennes en Syrie le 23 septembre.

17 frappes y ont été encore menées entre dimanche soir et lundi matin sur des positions des jihadistes, selon le Commandement de la coalition.

Le groupe continue toutefois de contrôler plusieurs dizaines de villages autour de Kobané.

 

- L'EI chassé de Diyala -

En Irak, les forces armées sont en contrôle total de toutes les villes, districts et cantons de la province de Diyala, dans l'est, a indiqué le général Abdelamir al-Zaïdi.

Grâce à la campagne de frappes qu'elle mène depuis août, la coalition estime avoir stoppé l'avancée de l'EI en Irak, mais les jihadistes conservent pour l'instant l'essentiel de leurs positions, notamment Mossoul, la deuxième ville du pays.

Par ailleurs, le président syrien Bachar al-Assad a dénoncé dans un entretien à une revue américaine le plan des Etats-Unis d'entraîner ses ennemis rebelles pour combattre l'EI, estimant qu'il s'agissait d'une chimère.

Pour Assad, ces rebelles sont une force illégale et seront traités par l'armée comme les autres insurgés, qualifiés de terroristes depuis le début de la révolte en 2011 contre son régime.

Washington, qui soutient l'opposition syrienne depuis le début de la révolte il y a quatre ans, entend former au Qatar, en Arabie saoudite et en Turquie plus de 5.000 rebelles triés sur le volet afin de combattre l'EI.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:55
Cyberdefense : les enjeux à venir.

 

23 janv. 2015 DICoD

 

Au sein du ministère de la Défense, plusieurs entités sont chargées de la #Cyberdefense. Parmi elles, le Centre d'analyse de lutte informatique défensive (Calid) assure une réaction rapide face aux menaces. Interview du lieutenant-colonel Dupuy, chef du Calid, lors du Forum international de la cybersecurite qui s'est déroulé à Lille les 20 et 21 janvier.

 

Les sites du ministère de la Défense ont subi dans les premières semaines de janvier des cyberattaques massives. Le lieutenant-colonel Dupuy, chef du Centre d'analyse de lutte informatique défensive (Calid) explique le rôle joué par ce dernier pour répondre rapidement et efficacement aux menaces.

La 7e édition du Forum international de la cybersecurite (FIC 2015) a été clôturé par Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:55
Exposition itinérante - La Mer en Guerre

 

16.01.2015 source premar-manche.gouv.fr

A l’occasion du centenaire de la 1ère Guerre mondiale, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord et le Service historique de la défense de Cherbourg ont souhaité s’associer pour présenter une exposition consacrée aux aspects maritimes souvent méconnus de la Grande Guerre en Manche – mer du Nord.

Lorsqu’on évoque la 1ère Guerre mondiale, le grand public retient généralement les mots clés que sont tranchées, chemin des Dames, Verdun… Beaucoup ignorent en revanche le rôle important joué par les marins civils et militaires en Manche et en particulier dans le détroit du Pas-de Calais.

Composée d’une douzaine de panneaux, l’exposition a vocation à être installée dans de nombreuses villes de la façade maritime. Elle aborde divers sujets comme la guerre des mines, les moyens navals en présence, les populations littorales, le monde de la pêche, le rôle de bases arrières des ports, la guerre sous-marines et dans les airs, et enfin la coopération internationale, tout particulièrement avec le Royaume-Uni. Elle sera complétée localement par des collections privées (accessoires, documents, uniformes…) en lien avec des institutions, associations et collectionneurs.

La première étape de La mer en guerre aura lieu à l’hôtel de ville de Dunkerque du 28 janvier au 6 février 2015.

Le vernissage de l’exposition se tiendra le 27 janvier à 17h, en présence du vice-amiral d’escadre Emmanuel Carlier, préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, et de M. Patrice Vergriete, maire de Dunkerque.

 

Mme Magali Lachèvre, conservateur du Service historique de la défense à Cherbourg, a rédigé l’exposition et la présentera à l’occasion de l’inauguration. Ses propos seront complétés par un exposé sur Dunkerque de M. Patrick Oddonne, président la société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie (SDHA), docteur en histoire et membre de la commission historique du Nord.

D’autres étapes sont d’ores et déjà prévues en février et mars à Arras et Boulogne-sur-Mer (dates précises à confirmer prochainement), et bien d’autres encore dans les mois et années à venir.

 

Voir le diaporama

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:55
Les journaux de bord des unités de la Marine font peau neuve !


26/01/2015 Marine Nationale

 

Le site des journaux de bord des unités de la Marine nationale adopte une nouvelle interface. Pour la découvrir, rendez-vous  sur jdb.colsbleus.fr !

Plus moderne et plus en adéquation avec le site www.colsbleus.fr, vous y retrouverez l’actualité des unités de la Marine nationale, relatée en images et directement depuis les bords, sur tous les océans du monde. Une façon de partager le quotidien des marins et de mieux comprendre leurs missions !

Vous pourrez toujours, si vous le souhaitez, commenter les articles postés par les unités et ainsi  adresser des messages aux équipages, dans le respect de la charte du site bien entendu.

Rendez-vous dès maintenant sur  jdb.colsbleus.fr !

Donnez-nous votre avis sur Facebook !

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:55
Forum de la Cybersécurité

 

26 janv. 2015 Armée de Terre

 

Les 20 et 21 janvier a eu lieu le forum international de la Cybersécurité au grand palais de Lille.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:50
Übung "Grantiger Löwe" - Panzertransport mit der Bahn


26 janv. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 01/2015 15E10901

 

Kampfpanzer Leopard, Schützenpanzer Marder, Transportpanzer Fuchs: die Brigadegefechtsübung „Grantiger Löwe“ ist ein Tummelplatz für Gefechtsfahrzeuge, die von der Deutschen Bahn zügeweise ins Übungsgebiet nach Bergen transportiert werden. Alles beginnt mit der Verladung am Bahnhof - Millimeterarbeit in der Nacht!

Musik: Radical Chunk von Alec Williams & Chieli Minucci (Universal Music)

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories