Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:55
Contre-attaque

14 janvier 2015 par Michel Goya

L’Histoire tend à montrer que ce n’est bien souvent que lorsque la Patrie est en danger que la France consent à se transformer, comme s’il lui fallait obligatoirement toucher le sol pour pouvoir rebondir plus fort et casser les freins qui l’empêchaient de s’élever. L’épreuve qu’elle subit aujourd’hui, épisode le plus violent sur notre sol d’une guerre qui dure depuis maintenant plus de vingt ans et durera sans doute au moins aussi longtemps, est au moins le révélateur de certaines forces et faiblesses de notre nation. Il peut être aussi le début d’une transformation, sans doute obligatoire si nous voulons vraiment triompher de ce fléau.

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:55
Le programme Descartes

 

12/01/2015 DGA - Equipement

 

Le programme Descartes vise à moderniser l’ensemble des réseaux informatiques et téléphoniques d’infrastructure du ministère de la défense (métropole et outre-mer). Cette modernisation était rendue nécessaire au vu de l’obsolescence des équipements actuels (téléphonie en particulier), du fait de l’augmentation constante des besoins en débits, mais également de la nécessité de renforcer la sécurité des systèmes informatiques.

 

Il comporte une partie dite « d’usage général » conçue de manière à rejoindre les initiatives interministérielles en la matière, et une partie dite « résiliente », hautement sécurisée, fonctionnant même en cas de crise grave en particulier au profit des missions de dissuasion nucléaire, de commandement de l’organisation territoriale interarmées de défense et de la posture permanente de sécurité aérienne.

 

La LPM prévoit la réalisation et le déploiement de ces deux composantes, de même que les communications dédiées au contrôle aérien.

Note RP Defense : voir Information / communication / espace

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:25
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population

 

14/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) ont conduit durant toute l’année 2014 des opérations de lutte contre les trafics de stupéfiants ainsi que des opérations d’assistance et de secours à la population, souvent en coopération avec les nations riveraines de l’arc antillais.

 

En 2014, les forces armées aux Antilles ont ainsi conduit 7 interceptions de drogue contribuant au bilan de près de 1,9 tonnes de drogue saisies en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone. Ce bilan, très positif, est le résultat d’une coordination sans faille de l’ensemble des forces armées aux Antilles et de leur socle capacitaire. Forts de leurs entraînements conjoints, marins, terriens et aviateurs ont renforcé leur aguerrissement tout au long de l’année, se tenant prêts à intervenir sur la totalité de leur spectre opérationnel, avec le soutien d’organismes à la pointe, tels que la base navale ou le groupement de soutien de la base de Défense des Antilles. Une bonne coordination a été effectuée avec l’ensemble des autres acteurs, étatiques et civils mais aussi avec nos partenaires régionaux. La capacité de coordination interministérielle et multinationale, indispensable à l’exercice des missions les plus délicates, a été déterminante.

 

Placés sous le commandement du centre des opérations de l’état-major interarmées chargé de planifier et conduire les opérations de lutte contre le narcotrafic, les deux frégates de surveillance basées aux Antilles, le Ventôse et le Germinal, leur hélicoptère embarqué et les moyens des détachements terrestres ont prouvé leur grande efficacité permettant aux FAA d’obtenir des résultats très positifs dans le domaine de la lutte contre les trafics illicites. En 2014, les forces armées aux Antilles ont ainsi conduit 7 interceptions de drogue contribuant au bilan de près d’1,9 tonne de drogue saisie en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone.

 

La deuxième mission des FAA est de planifier et être en mesure de participer aux opérations d'assistance aux populations de la Caraïbe en cas de catastrophe naturelle. Dès le début de l’année 2014, les FAA ont livré du fret humanitaire destiné aux populations de Sainte-Lucie et Saint-Vincent et les Grenadines frappées par de graves intempéries durant la nuit de Noël 2013. Sur demande de concours de la Préfecture de la Martinique et de la Guadeloupe, les forces armées aux Antilles sont également intervenues à plusieurs reprises en appui des équipes municipales et des services de l’Etat au profit de la population antillaise pour évacuer des algues sargasses qui menaçaient la santé publique en raison de fortes émanations de gaz toxiques. Enfin, les FAA ont engagé depuis le pôle aéronautique étatique du Lamentin un avion CASA de l’armée de l’Air opérant sur le théâtre Antilles-Guyane afin de soutenir les opérations de sauvetage dans les îles du Nord après le passage du cyclone Gonzalo, mi-octobre.

 

Ces opérations, les forces armées aux Antilles les conduisent souvent en coopération avec d’autres forces armées de la région. Poursuivre le développement d'échanges maritimes avec les nations œuvrant dans la zone Caraïbe, entretenir une coopération de proximité permettant d'améliorer la lutte contre les trafics illicites et développer l'interopérabilité dans le domaine du secours aux populations en cas de catastrophe naturelle sont au cœur des préoccupations des FAA. En complément de leurs réunions d’échanges régulières, elles ont ainsi accueilli, en 2014, quatre détachements militaires étrangers, conduit un détachement d’instruction opérationnel, réalisé quatre entraînements à la mer avec nos alliés américains, britanniques, néerlandais et mexicains et mené une opération commune de lutte contre le narcotrafic avec nos partenaires colombiens.

 

Pour mener à bien ces opérations, une préparation opérationnelle permanente est nécessaire car l’excellence opérationnelle est longue à acquérir. Son entretien exige une alternance de périodes bien marquées, dédiées à la préparation opérationnelle générique, à la mise en condition avant projection ou déploiement et à la remise en condition opérationnelle après l’engagement. 24 stages d’aguerrissement et de préparation opérationnelles ont été conduits par le centre d’aguerrissement de l’outre-mer et de l’étranger, 78 sorties sur le terrain ont été réalisées dans le cadre des missions communes de l’armée de Terre par le DTA 33, et un stage de mise en condition opérationnelle encadré par les entraîneurs de la force d’action navale a qualifié l’ensemble des unités Marine des forces armées aux Antilles.

 

Toutes ces opérations ne pourraient avoir lieu sans un soutien logistique sans faille, dans des domaines aussi variés que l’infrastructure de Défense, les systèmes de télécommunication, le maintien en condition opérationnelle ou encore le soutien financier. Les unités de soutien telles que le groupement de soutien de la base de Défense des Antilles, la direction des infrastructures de la Défense, le service de soutien de la Flotte, la base navale, la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information ou encore le centre médical interarmées ont toutes été engagées dans un seul but : la réussite de la mission.

 

L’ensemble de ces actions sont conduites par les 1 200 hommes et femmes, civils et militaires qui servent au quotidien les forces armées aux Antilles.

 

L’année 2014 était également marquée par le centenaire de la Première Guerre Mondiale. Les FAA, très engagées dans les actions de commémoration, se sont naturellement investies cette année pour célébrer ce centenaire. De la reconstitution du D-Day de Normandie avec une barge de débarquement du bâtiment de transport léger Dumont d’Urville, à la cérémonie simultanée en Guadeloupe et en Martinique des « 100 villes, 100 héros, 100 drapeaux », les forces armées ont rendus hommage à leurs anciens, aux côtés des vétérans antillais et des jeunes Cadets de la Défense. Un véritable symbole de la transmission de la mémoire et de l’esprit de Défense.

 

2014 a donc été une année riche en activités et 2015 sera, à n’en pas douter, un nouveau défi que toutes les unités des forces armées aux Antilles sont impatientes de relever.

FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la populationFAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population
FAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la populationFAA : 2014, une année tournée vers les opérations de protection et de secours à la population

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 21:55
Le 501e RCC en rotation expérimentale Symphonie

 

14/01/2015 Camille Pégol - Armée de Terre

 

Du 1er au 12 décembre, le centre d’entraînement au tir interarmes (CETIA) de Suippes a organisé  une rotation au profit du 501e régiment de chars de combat (501e RCC) qui a mis en œuvre un sous-groupement tactique interarmes (SGTIA) à dominante blindée (XL).

 

Dans le cadre de l’expérimentation du complexe de tir Symphonie, le 501e RCC a été désigné « corps leader » pour l’organisation d’une rotation à dominante blindée. L’ossature principale du SGTIA XL était armée par le 4e escadron de chars Leclerc. Le renfort infanterie était assuré par le régiment de marche du Tchad (RMT). Le soutien artillerie provenait du 40e régiment d’artillerie (40e RA).

 

La rotation s’est déroulée en deux phases : une semaine d'apprentissage et d'entraînement et une semaine d'évaluation opérationnelle.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 21:55
L’armée de l’air a contribué à la protection de la marche républicaine


 14/01/2015 Arrmée de l'air

 

Dimanche 11 janvier 2015, un dispositif particulier de sûreté aérienne (DPSA) a été activé sur demande du Premier ministre pour protéger la grande marche républicaine qui a réuni plus d’un million de personnes(1) dans les rues de la capitale. Sans compter la présence de 44 chefs d’État et de gouvernement, donnant à cet événement un caractère sans précédent.

 

Pour appliquer les mesures actives de sûreté aérienne (MASA), trois Fennec de l’escadron d’hélicoptères 3/67 « Parisis » ont volé avec à leur bord des tireurs embarqués de l’escadron de protection de Villacoublay et du commando parachutiste de l’air n°20 (CPA 20). Un avion radar E-3F d’Avord assurait, quant à lui, la surveillance de l’espace aérien et la coordination des moyens en vol, depuis le ciel parisien. À Creil, les Mirage 2000-5 de la permanence opérationnelle étaient en posture d’alerte renforcée.

Deux jours plus tôt, dès le vendredi, le centre national des opérations aériennes avait établi une zone interdite temporaire (ZIT) de survol au dessus de Dammartin-en-Goële pour permettre aux forces de police et de gendarmerie engagées de mener leurs opérations. Un Fennec MASA du «Parisis» était en vol aux côtés des moyens du GIGN pour faire respecter cette ZIT.

Chaque jour, les aviateurs sont sur le pont pour assurer la posture permanente de sûreté aérienne. Pour des événements sensibles (14 Juillet, sommets internationaux, coupe du monde…), sur demande du Premier ministre, l’armée de l’air active un DPSA avec plusieurs centaines d’aviateurs mobilisés sur le terrain pour intervenir en quelques minutes en cas de menace potentielle.

 

(1) Entre 1,2 et 1,6 millions (sources SIG)

L’armée de l’air a contribué à la protection de la marche républicaine

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 20:00
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

14 Janvier 2015 Source : Marine nationale

 

Le Président de la République a choisi le Charles de Gaulle pour présenter ses vœux aux armées. Arrivé sur le porte-avions en début d’après-midi le 14 janvier, il a effectué une visite de différentes installations du bord. Il a également pu rencontrer les marins qui viennent de quitter Toulon pour la mission Arromanches qui les conduira en océan Indien et dans le golfe Arabo-Persique.

 

Le groupe aéronaval composé du porte-avions Charles de Gaulle et du groupe aérien, de la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, de la frégate anti-sous-marine Montcalm qui sera relevée par la frégate britannique HMS Kent, du pétrolier ravitailleur Marne relevé d’ici quelques jours par son sistership Meuse, et d’un sous-marin nucléaire d’attaque, a quitté Toulon le 13 janvier pour mener la mission Arromanches.

 

« Une grande nation a des institutions solides, l’armée en est une. L’appareillage de notre porte-avions est un acte qui a du sens, il est le symbole de notre indépendance et la manifestation de notre capacité militaire et politique». François Hollande, président de la République.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 19:59
Armées : revoir la réduction des effectifs, mais avec quel argent ?

En présentant ses voeux aux armées, François Hollande a déclaré que "la situation exceptionnelle que nous connaissons doit conduire à revenir sur le rythme de réduction des effectifs qui avait été programmé pour les trois prochaines années dans le cadre de la loi de programmation militaire". photo EMA

 

14/01/2015 Par Jean Guisnel - Défense ouverte / LePoint.fr

 

Après les attaques en France, François Hollande a émis le souhait de "réduire le rythme" de la réduction des effectifs dans l'armée.

 

En présentant ses voeux aux armées sur le porte-avions Charles de Gaulle en partance pour le Golfe arabo-persique, François Hollande a changé de pied sur les affaires militaires. Il a déclaré que "la situation exceptionnelle que nous connaissons doit conduire à revenir sur le rythme de réduction des effectifs qui avait été programmé pour les trois prochaines années dans le cadre de la loi de programmation militaire". Il a ainsi logiquement reconnu qu'il ne pouvait pas continuer de demander des efforts opérationnels incessants aux militaires aussi bien à l'extérieur des frontières que, depuis la semaine dernière après les attentats de Paris, à l'intérieur de l'Hexagone. Le plan Vigipirate dans sa phase actuelle, inédite par son ampleur, concerne 10 000 militaires, alors que les armées ont perdu 7 881 postes budgétaires en 2014. En six ans, 34 000 postes doivent passer à la trappe !

 

Nécessités budgétaires

On a bien compris dans les propos de François Hollande qu'il ne renonce aucunement à l'objectif de réduction qu'il s'est fixé, mais qu'il propose seulement d'en "réduire le rythme". D'ailleurs, en confiant sa feuille de route au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, avant un Conseil de défense décisif le 21 janvier, il lui a demandé "des propositions d'ici la fin de la semaine, en tenant compte évidemment des nécessités budgétaires". Or ces "nécessités" budgétaires sont d'abord des difficultés, qui se trouvaient très loin d'être tranchées avant que les attentats se produisent. Pour ralentir les réductions d'effectifs, encore faudra-t-il trouver l'argent nécessaire. Rappelons que ces baisses d'effectifs ont été employées au financement des augmentations salariales des militaires demeurant à leur poste. Et c'est là que le bât blesse. Car s'il fallait réduire les achats de matériels pour conserver les effectifs nécessaires au plan Vigipirate, ce serait un marché de dupes... Dont le budget des armées pour 2015 pourrait être la première victime.

 

7 % du budget 2015 non financé

Concrètement, le budget de la Défense voté par le Parlement pour l'année 2015 (31,4 milliards d'euros) n'est pas tenable actuellement. 7 % de son montant ne sont pas financés, c'est énorme ! Le problème vient des "ressources exceptionnelles", ou REX, un pactole de 2,4 milliards produit par la vente de propriétés foncières (pas de problème de ce côté-là), pour 200 millions d'euros. Et par celles de fréquences radio aux opérateurs télécom, pour 2,2 milliards. Or cet argent ne sera pas disponible cette année, et sans doute pas en 2016 ni même en 2017. Le Drian joue gros sur cette affaire, car il est aussi peu probable aujourd'hui qu'hier que Bercy crache au bassinet pour boucler le budget, au cas où le pactole des fréquences ne serait pas au rendez-vous à temps, ou avec les montants escomptés. La seule solution, c'est que François Hollande règle le problème. Le veut-il ? Ce n'est pas sûr.

 

Sociétés de projets

Pour pallier ce problème budgétaire de l'année 2015, une vieille idée a été recyclée par Jean-Yves Le Drian. Il s'agirait de vendre des matériels militaires de grande valeur (navires, avions, hélicoptères, satellites, etc.) à des sociétés privées, qui les reloueraient ensuite aux armées. À ce compte, il serait possible d'atteindre les sommes espérées des ventes de fréquences. François Hollande a accepté cette innovation, mais le problème est à Bercy, qui s'est fait tordre le bras et est entré en résistance. Le Drian s'accroche, mais ne convainquait pas du tout les chefs militaires - avant la semaine dernière - quand il assurait que les promesses de François Hollande seraient tenues. De plus, cette solution de financement exotique a déjà été retoquée en 2004 pour l'achat des frégates FREMM. En 1988, la mise en place par le ministre André Giraud d'un emprunt d'État pour acquérir des frégates de type Floreal avait finalement été abandonnée.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 19:55
Arrivée de l'A400M à l'AIA de Clermont-Ferrand

Arrivée de l'A400M à l'AIA de Clermont-Ferrand

 

14/01/2015 Armée de l'air - Economie et technologie

 

C’est une première de plus à mettre au crédit de l’Atlas ! Lundi 12 janvier 2015, un A400M de l’armée de l’air a débuté sa première visite de maintenance, au sein de l’atelier industriel de l’aéronautique (AIA) de Clermont-Ferrand (63).

 

Cette opération s’inscrit dans le cadre d’un contrat de maintenance prévoyant la visite d’une douzaine d’appareils, d’ici à la fin 2017. Pendant 18 mois, l’AIA bénéficiera, dans ses locaux, du soutien du constructeur Airbus, avant d’accéder à une totale autonomie sur l’appareil.

 

La prise en charge de l’Atlas par l’AIA de Clermont-Ferrand représente un enjeu fort pour l’établissement auvergnat. En effet, cet avion de transport ouvre des perspectives inédites, telles que la réparation des éléments composites qui constituent plus de 30% de la masse de l’avion ou le remplacement de la documentation papier par des tablettes et des supports numériques. Pour accueillir ce nouveau gros porteur, les opérateurs de l’AIA ont dû se former en amont à la pratique de l’anglais technique.

 

Créé en 1939, l’AIA de Clermont-Ferrand est composé d’environ 1300 personnes. Ses missions principales consistent en la maintenance des aéronefs et de leurs équipements (Rafale, Mirage 2000, Alphajet, hélicoptères, C160, C130, Atlas), en la réalisation de modifications et de rénovations d’aéronefs, ainsi qu’en des installations spéciales au profit des forces.

 

L’AIA de Clermont-Ferrand est un des sites dépendant du service industriel de l’aéronautique (SIAé), aux côtés de ceux de Bordeaux, de Cuers-Pierrefeu, d’Ambérieu, de Bretagne et de la direction centrale à Paris. Le SIAé est un acteur majeur de la maintenance aéronautique militaire, responsable du maintien en condition opérationnelle des principaux aéronefs des forces armées françaises.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 18:55
photo EMA

photo EMA

 

14/01/2015 Par LeFigaro.fr avec Reuters et AFP


Lors de ses voeux aux Armées, prononcés depuis le porte-avion Charles-de-Gaulle François Hollande a déclaré qu'il fallait revoir et adapter le rythme de réduction des effectifs des forces armées compte tenu de la situation exceptionnelle de la France. "Je demande au ministre de la Défense (Jean-Yves Le Drian) de me faire des propositions d'ici la fin de la semaine, en tenant compte évidemment des nécessités budgétaires", a ajouté le chef de l'Etat lors de ses voeux aux Armées. Il tiendra un Conseil de Défense sur la question des effectifs mercredi et "prendra aussitôt la décision".

La loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit quelque 24.000 suppressions de postes dans les armées, dont 7 500 en 2015.

Le président a confirmé l'allègement du dispositif militaire français en Centrafrique, qui sera réduit à 1000 soldats, tandis que la mission de l'Onu sera renforcée.

François Hollande a, par ailleurs, une nouvelle fois déploré que la communauté internationale ne soit pas intervenue militairement en Syrie à la fin de l'été 2013 comme le souhaitait la France.

Le porte-avions, qui va faire route vers l'Irak, permettra "si nécessaire" de "mener des opérations en Irak avec encore plus d'intensité et d'efficacité" dans le cadre des frappes françaises contre l'organisation Etat islamique (EI), a affirmé le chef de l'Etat.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 17:55
"La réduction des effectifs dans les armées doit être revue et adaptée" (Hollande)

Votée en décembre 2013, la loi de programmation prévoit 190 milliards d'euros de crédits sur la période 2014-2019.

 

14/01/2015 latribune.fr (avec AFP) 

 

Le président de la République a justifié cette annonce par la "situation exceptionnelle" créée par les récents attentats. La loi de programmation prévoyait la suppression de 34.000 postes entre 2014 et 2020.

 

Les effectifs des armées française devraient être en partie épargnés, suite aux attentats survenus la semaine dernière. "Je demande au ministre de la Défense (Jean-Yves Le Drian) de me faire des propositions d'ici à la fin de la semaine, en tenant compte évidemment des nécessités budgétaires", a annoncé François Hollande lors de ses vœux aux armées. Le chef de l'Etat tiendra un conseil de défense sur cette question des effectifs mercredi 21 janvier et "prendra aussitôt la décision".

La "situation exceptionnelle que nous connaissons doit conduire à revenir sur le rythme de réduction des effectifs qui avait été programmé pour les trois prochaines années dans le cadre de la Loi de programmation militaire", a-t-il expliqué.

 

Une suppression de 34.000 postes prévue initialement

Votée en décembre 2013, la loi de programmation militaire prévoit 190 milliards d'euros de crédits sur la période 2014-2019, avec un budget annuel maintenu à 31,4 milliards d'euros jusqu'en 2016, à hauteur de 1,5% du PIB, et en légère progression ensuite.

Mais pour maintenir un dispositif militaire cohérent en période de crise, le texte prévoyait la suppression de 34.000 postes dans les armées en six ans (2014-2019) dont 7.881 en 2014.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 17:55
De Serval à Barkhane : quelles évolutions du dispositif français au Sahel ?


Rencontre avec un journaliste de terrain

Thomas Hofnung - Ancien journaliste à Libération

Jeudi 29 janvier 2015 - 19h30 à 21h00

École militaire - Amphithéâtre Desvallières



Informations : afrique@anaj-ihedn.org


À l’opération Serval lancée au Mali le 11 janvier 2013 pour « appuyer l’armée malienne face à l’agression terroriste qui menace toute l’Afrique de l’ouest » a succédé, le 1er août 2014, dans l’ensemble de la bande sahélo-saharienne, l’opération Barkhane. Dans le cadre de cette opération, 3 000 soldats français, répartis sur cinq États, sont déployés et conduits par un poste de commandement unique basé au Tchad. L’opération Barkhane marque une véritable rupture avec Serval dans la mesure où elle prend en compte la dimension régionale du terrorisme. Les forces françaises sont ainsi amenées à travailler en étroite coopération avec les armées burkinabé, malienne, mauritanienne, nigérienne et tchadienne.

Thomas Hofnung, ancien journaliste chargé de l’Afrique au service étranger de Libération, qui s’est rendu dans la région à plusieurs reprises, nous offre un témoignage d’observateur sur les enjeux de l’opération Barkhane quelques mois après sa mise en place, examinant à la fois ses succès et ses limites. Ce sera également l’occasion de s’interroger sur le rôle du journaliste de terrain qui se doit d’informer et d’éclairer ses lecteurs sur les enjeux d’une opération extérieure française ainsi que sur les conditions dans lesquelles un journaliste travaille dans une zone encore en proie à une certaine instabilité.

Informations : afrique@anaj-ihedn.org

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 17:50
MOD publishes equipment plan and welcomes NAO report

 

13 January 2015 Ministry of Defence and Philip Dunne MP

 

The MOD has published its third annual update to the defence equipment plan.

 

An independent audit found the cost of the department’s 11 biggest equipment programmes fell by £397 million in the past year.

The defence equipment plan is an annual update to Parliament on the MOD’s spending plans over the next decade.

The update sets out plans to spend around £163 billion on new equipment and support over the next 10 years.

The document sets out plans to spend around £40 billion on submarines, around £15.4 billion on land equipment such as tanks and armoured vehicles, and around £11.1 billion on helicopter capabilities.

Also today, the National Audit Office (NAO) has published its third assessment of the affordability of the equipment plan, which this year has been merged into one document with the MOD’s Major Projects Report.

Across the sample of projects that are reviewed by the Major Projects Report, this year represents the MOD’s best cost performance since 2005 and the best time performance since at least 2001.

A Royal Navy Merlin helicopter
A Royal Navy Merlin helicopter (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Dave Jenkins, Crown copyright]

Minister for Defence Equipment, Support and Technology Philip Dunne said:

This equipment plan sets out our plans to spend around £163 billion on new equipment and support over the next 10 years.

For the third successive year it is realistic and affordable and provides excellent value for money to the taxpayer across the coming decade as evidenced by our success in securing savings in Equipment Support, which we have been able to factor in to the 10 year plan.

In addition I welcome the NAO report which recognises the progress we are continuing to make.

We have reduced costs by almost £400 million in our major projects and enjoyed our best performance on cost since 2005 and time since 2001.

There is always more we can do, but I am delighted the great strides the department has made have been recognised.

The Government had to take difficult decisions to balance the Defence budget as part of its long term economic plan, and this is what has led to a position where it is now able to invest significantly in equipment.

The NAO report recognises the progress we are continuing to make, including the relative stability of forecast project costs, as well as highlighting areas where we must continue to improve and refine our processes.

In order to ensure we have the flexibility to meet any unexpected costs, the MOD retains a central contingency provision of £4.6 billion over 10 years and around £8 billion of additional headroom in the later years of the decade.

Today’s report builds on Lord Levene’s Defence Reform findings published in December last year which said the right attitudes and behaviours are increasingly in place in the Head Office and the MOD’s management board has already come to be considered among the best in Whitehall.

The report also provided a positive assessment of progress in Defence Equipment and Support where reforms augur well for the future.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 15:55
Nexter/Krauss-Maffei : les quatre points durs qui pourraient entrainer l'échec de l'opération

Le char allemand Leopard sera-t-il la tête de gondole de la future société formée par Nexter et Krauss-Maffei Wegmann? - Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

14/01/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le rapprochement entre les deux groupes d'armements terrestres français et allemand, Nexter et Krauss-Maffei Wegmann, traverse des turbulences. Notamment, l'Etat français pourrait demander à KMW de payer une soulte de 500 millions d'euros pour garder le co-contrôle.

 

Ça passe ou ça casse. On va savoir dans les prochains mois si le rapprochement dans le domaine de l'armement terrestre entre Nexter et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann va être un échec... ou si l'un des deux groupes aura finalement cédé en rase campagne à l'autre pour réussir coûte que coûte cette opération. Un rapprochement qui est actuellement dans un moment critique. Nexter, en passe d'être privatisé, et l'allemand KMW donneraient naissance au leader européen de l'armement terrestre.

La venue à Paris du PDG de KMW va peut-être permettre d'éclaircir toute ou partie des points durs recensés de cette opération, notamment sur l'éventuelle soulte que devraient verser les actionnaires de KMW à l'Etat français. Frank Haun va rencontrer les ministres de l'Economie et de la Défense, Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian, et sera auditionné mercredi matin à l'Assemblé nationale devant les députés de la commission de la défense, dont certains seraient sceptiques sur la réussite de cette opération. Bref, l'opération Kant n'est pas un long fleuve tranquille pour les deux PDG, Philippe Burtin et Frank Haun.

 

1) KMW contraint de payer une soulte de 500 millions?

C'est LE point bloquant de l'opération. Si la valorisation des deux entreprises est toujours en cours et est attendue le 30 janvier, l'Agence des participations de l'Etat (APE) serait pourtant d'ores et déjà très tentée de demander aux 27 actionnaires familiaux de KMW (100 %) de verser une soulte de 500 millions afin de respecter le principe intangible de co-contrôle entre l'Etat français et de la famille Bode de la future holding, selon nos informations. Car Nexter, remis au carré par Luc Vigneron puis Philippe Burtin, vaudrait aujourd'hui 2 milliards d'euros, selon des critères d'évaluation très classiques (résultats des trois derniers exercices et prévisions pour les quatre prochains) tandis que la valorisation de Krauss-Maffei s'élèverait à 1,5 milliard d'euros.

Or, selon des sources concordantes, pour Frank Haun, il n'en est pas question. Le PDG de KMW se laisserait jusqu'au printemps pour trouver une issue à ce point bloquant, faute de quoi il changerait son fusil d'épaule. De son côté, Nexter aurait recruté à la hâte un spécialiste des fusions-acquisitions pour résoudre de tels problèmes. A suivre mais la précédente fusion franco-allemande entre Aerospatiale/Matra et DASA incite aussi à la plus grande prudence, les intérêts français ayant été largement galvaudés pour des raisons politiques. A l'APE, qui a d'autres dossiers plus importants à traiter (elle doit gérer notamment la cession de 5 à 10 milliards d'euros d'actifs en 2015), de trouver ou pas un compromis équitable.

 

2) Des produits qui restent concurrents

Juré, craché : les deux industriels choisiront le meilleur produit qui répond le mieux aux besoins du client à l'exportation, avait expliqué à plusieurs reprises Philippe Burtin. Or si ce dernier est prêt à jouer le jeu, notamment dans les chars lourds en laissant le champ libre au Leopard, Frank Haun n'est pas prêt à renoncer à proposer sur les marchés export le Boxer, concurrent du VBCI, dans les blindés à huit roues (30 tonnes), pourtant plus cher.

Le concept du Boxer qui est révolutionnaire - plusieurs types de cabine blindée interchangeable peuvent être montés très rapidement sur une plateforme unique -, n'a pourtant pas convaincu, y compris jusqu'à l'armée allemande, qui a commandé le même nombre de cabines et de plateformes.

 

3) Y a-t-il un pilote dans l'avion?

"Il existe une volonté importante au niveau politique de réussir cette opération mais la France ne met pas les moyens et/ou ne fait pas l'effort pour atteindre cet objectif", assure-t-on à La Tribune. Avec toute la volonté du monde, Philippe Burtin n'a pas toutes les marges de manœuvre pour négocier avec KMW, notamment pour résoudre les problèmes liés aux opérations de valorisation. Frank Haun s'est plaint d'avoir perdu la relation privilégiée qu'il avait avec David Azéma, le prédécesseur de Régis Turrini, explique-t-on à La Tribune. Faut-il toutefois rappeler que ce dernier reste le garant des intérêts de l'État à travers la gestion du portefeuille des participations de l'APE.

 

4) Les syndicats dans le brouillard

Des deux côtés du Rhin, il existe une volonté de cacher la copie aux syndicats. Du coup, les organisations syndicales sont aujourd'hui à cran. Philippe Burtin a pourtant accepté une expertise indépendante cofinancé par Nexter. Or pour l'heure comme le souligne la CFDT Nexter, "rien n'arrive au cabinet d'expertise Syndex et encore moins aux élus". "La direction use de multiples raisons pour retarder le lancement" de cette expertise, regrette la CFDT. Côté allemand, des syndicats ont créé un site internet, qui fait l'inventaire des craintes des salariés... Et tout y passe.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 12:30
Entre 3.000 et 5.000 Européens sont partis faire le djihad

 

14 janvier 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Le directeur d’Europol a estimé mardi qu’entre 3.000 et 5.000 Européens étaient partis faire le djihad dans des pays comme la Syrie et qu’ils pourraient représenter une menace de retour chez eux.

 

« Nous parlons de quelque 3.000 à 5.000 citoyens de l’UE (Union européenne) », a déclaré Rob Wainwright, interrogé à Londres par la commission des Affaires intérieures du Parlement britannique sur le nombre de personnes qui ont quitté l’Europe pour aller se battre aux côtés de mouvements islamistes.

 

Selon lui, ces personnes, des jeunes hommes en majorité, représentent, s’il y reviennent, un danger pour la sécurité de leur pays d’origine.

 

« Clairement, nous avons affaire à un grand nombre, principalement de jeunes hommes, qui ont le potentiel de revenir et le potentiel, ou l’intention et la capacité, de mener des attaques comme celles de Paris la semaine dernière », a-t-il dit.

 

« C’est certainement la menace terroriste la plus sérieuse à laquelle l’Europe doit faire face depuis le 11-Septembre », a-t-il mis en garde.

 

Selon lui, Europol a déjà rassemblé les noms de 2.500 suspects auprès des services des différents pays de l’UE.

 

Dans un entretien avec l’AFP à Bruxelles mardi, le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, a déclaré que, selon les données en sa possession, près de 3.000 Européens se sont enrôlés dans les groupes djihadistes en Syrie ou en Irak, dont 30% sont revenus dans les pays de l’UE.

 

Pour M. Wainwright, « le problème ne concerne pas seulement la Syrie ou l’Irak mais aussi d’autres zones de conflits, d’autres réseaux terroristes à travers le monde » comme l’Afrique ou la péninsule arabique.

 

Il a aussi souligné que « les médias sociaux constituaient un outil de recrutement » ainsi qu’un « outil de propagande ». Internet est utilisé de manière « bien plus agressive, bien plus imaginative » qu’avant, a-t-il souligné.

 

« Nous devons avoir une collaboration plus proche et plus productive entre les autorités et les entreprises technologiques », a-t-il ajouté, se faisant l’écho d’une revendication au niveau national britannique mais aussi français.

 

« Tandis que les services de sécurité se sont assez justement concentrés prioritairement sur les combattants qui reviennent de Syrie et d’Irak, les événements à Paris la semaine dernière montrent qu’il y a clairement une menace de la part des cellules dormantes », a encore souligné le directeur d’Europol.

 

Saïd Kouachi, un des deux frères responsables de l’attentat contre le magazine satirique français Charlie Hebdo, a fréquenté une université fondamentaliste au Yémen avant de s’entraîner au maniement des armes avec Al-Qaïda. En 2013, il a participé, armes en main, avec de nombreux autres étudiants étrangers, à la défense du centre salafiste de Dammaj, dans le nord du Yémen, attaqué par des miliciens chiites.

 

Son frère Chérif a fait partie de la « filière des Buttes-Chaumont » à Paris, qui visait à envoyer des djihadistes dans les rangs de la branche irakienne d’Al-Qaïda, dirigée à l’époque par Abou Moussab al-Zarkaoui. Formé en France au maniement de la kalachnikov, il avait toutefois été interpellé en 2005, juste avant de s’envoler pour l’Irak

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:56
 Remise officielle du nouvel insigne au CFA


13/01/2015 Armée de l'Air

 

Mardi 13 janvier 2015, le général Serge Soulet, commandant les forces aériennes (CFA) de nouvelle génération arbore pour la première fois le nouvel insigne du nouveau commandement issu de la fusion du CFA et du commandement du soutien des forces aériennes.

 

Après la première session du comité stratégique (COSTRAT) de l’année 2015, sur la cité de l’air et base aérienne 117 de Balard, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) a remis officiellement l’insigne au général Soulet, en présence de l’ensemble des hautes autorités militaires siégeant au COSTRAT.

« Cet insigne marque une étape importante de la réorganisation et de la transformation de notre armée de l’air », assure le général Mercier. Le CEMAA a ainsi souligné l’importance de cette remise qui est séquencée en trois phases : la remise au général Soulet, à ses brigadiers dès le lendemain, puis à l’ensemble du personnel du CFA le 15 janvier.

« Je suis très ému car c’est le symbole d’une naissance d’un commandement, explique le général Soulet. J’espère que tout mon personnel se retrouvera derrière cet insigne. » Des insignes ont été également créés pour deux brigades du nouveau commandement : la brigade aérienne des systèmes d’armes aériens et la brigade aérienne d’appui à la manœuvre aérienne. Le personnel pourra arborer l’insigne du commandement ou celui de sa brigade.

« Depuis le 1er septembre 2013, nous vivons une formidable aventure, très exigeante pour le personnel du commandement  mais qui porte en elle autant de résultats concrets que de germes pour notre avenir commun, a annoncé le général Soulet dans le numéro double décembre-janvier 2015 du magazine Air Actualités. Le bilan intermédiaire se révèle très positif s’agissant tant du résultat obtenu par nos forces engagées dans les missions permanentes et d’intervention que des processus, rénovés et innovants, qui irriguent notre quotidien d’état-major organique. »

 
 Remise officielle du nouvel insigne au CFA

Description de l'insigne

Le nouvel insigne est en acier brossé et représente un rapace armé d’un glaive d’or et surmonté d’une étoile. L’ensemble domine un globe terrestre stylisé. Il fédère ainsi les symboliques des six brigades aériennes qui composent le commandement des forces aériennes. Le choix de l’acier, métal unique, évoque la rusticité et la noblesse du combattant. L’étoile d’or qui surplombe l’insigne exprime le commandement exercé par le CFA sur ses unités. Le rapace rappelle la force et la puissance aérienne. L’œil rouge marque sa précision. Le globe terrestre évoque aussi bien les unités outre-mer que la mobilité des forces. Enfin, le glaive d’or dressé incarne traditionnellement les unités de combat et l’emploi conscient et maîtrisé de la force.

Héraldique

« Rondache d’argent à un globe terrestre du même issant de la pointe, une aigle contournée et éployée également d’argent, allumée de gueules, dépassée au chef et enserrant une épée d’or, brochant, une étoile dépassée du second métal au chef. »

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:56
Journée nationale du réserviste - 27 Mars 2015

 

Source Marine Nationale

 

La prochaine Journée nationale du réserviste aura pour thème "Réservistes : les compétences les plus diverses de la Nation pour son armée". L'objectif de cette journée est de favoriser les rencontres entre la population civile et les réservistes militaires pour faire connaître la réserve, obtenir l'adhésion des employeurs et contribuer au recrutement des forces armées.

 

Retrouvez toutes les informations au sujet de cette nouvelle édition sur www.defense.gouv.fr/reserves

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:55
Crédits C. Luu Marine nationale

Crédits C. Luu Marine nationale

 

12 Janvier 2015 Source : Marine nationale

 

Du 15 au 18 décembre 2014, cinq brigades de protection (BP) de la force d’action navale, représentant les pétroliers ravitailleurs et bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne, Meuse, Var et les avisos Cdt Bouan et Cdt Birot ont mutualisé leurs moyens humains et matériels pour effectuer une sortie commune sur le camp des Garrigues de Nîmes (30).

 

La sortie s’appuyait sur un programme d’entraînement et de qualifications très dense afin de mettre à l’épreuve la résilience des marins en les soumettant aux conditions hivernales.

 

De l’arrivée le lundi matin, avec la perception des locaux attribués pour le séjour, au retour le jeudi soir à Toulon, l’enchaînement des exercices s’est fait sans temps mort. La qualité des installations du camp a permis d’effectuer des tirs techniques au FAMAS, à l’AANF1, au HK USP avec une indéniable plus-value par rapport aux séances pouvant être effectuées à la mer. Chaque BP a également suivi une séance de mise en œuvre des explosifs et une séance de jet de grenades offensives.

 

Les deux premières nuits passées sur le terrain de manœuvre ont été l’occasion de découvrir le relief et la végétation locale, selon que sa section se trouvait en topographie de nuit ou en bivouac en zone ennemie.

 

La dernière soirée, animée autour d’un scénario de crash d’hélicoptère allié en territoire hostile, a plongé chaque chef de BP et ses hommes dans un scénario d’infiltration et prise d’objectif par le feu.

 

Après une nouvelle nuit dans le froid, la mission s’achève en matinée avec la « pacification » du village de combats urbains de « Mastac » tenu par l’ennemi où chacun a pu restituer les gestes du combattant enseignés durant la semaine par les BS fusiliers, animateurs de circonstance, de chaque bâtiment.

 

Les présences d’un entraîneur de la section entraînement/protection toulonnaise en qualité d’observateur, et d’un photographe, montrent l’ampleur et l’engouement pris par ce type de sortie et font espérer que l’année 2015 puisse voir encore de nombreux marins s’entraîner à combattre dans la garrigue nîmoise.

Vérification de l'ANF1 - Crédits C. Luu Marine nationale

Vérification de l'ANF1 - Crédits C. Luu Marine nationale

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:55
Le général de brigade aérienne (2s) Jean-Loup Chrétien et ses « Rêves d’étoiles » au CIN de Brest

 

9 Janvier 2015 Marine nationale

 

Le mardi 16 décembre 2014, le capitaine de vaisseau Vincent le Coguiec, commandant le Centre d’instruction naval de Brest, a reçu le célèbre scientifique et spationaute Jean-Loup Chrétien. Le conférencier a partagé sa passion de l’espace devant un public issu de l’Ecole de maistrance, de l’Ecole des mousses et du Lycée naval, et des personnalités civiles et militaires de la région brestoise.

 

Général de brigade aérienne en deuxième section, Jean-Loup Chrétien a quitté la NASA en 2001. A de nombreuses reprises, il s’est distingué dans le domaine spatial. Il est notamment le 1er français à avoir contemplé la Terre depuis un scaphandre. Il a effectué trois missions spatiales et totalise 43 jours et demi dans l’espace. Toujours actif, il est membre de l’Académie de l’Air et de l’Espace, de l’Association des Explorateurs de l’Espace, de l’Association des Astronautes européens et de l’International Academy of Aeronautics.

 

L’exposé du spationaute s’est déroulé en trois temps. Le public a tout d’abord regardé un extrait de film intitulé « 40 ans de rêves, 50 minutes de rêves ». Aux travers d’images d’archives de l’armée de l’air française, des agences spatiales russes et américaines, l’auditoire a découvert l’essor de l’aéronautique et la marche vers les étoiles. Jean-Loup chrétien a ensuite présenté l’état actuel de l’aventure spatiale. Au cours de son exposé, il n’a pas manqué de rappeler aux jeunes apprentis marins l’importance du travail en équipe et la confiance mutuelle qui doit y régner afin de réussir dans un environnement difficile voire hostile. Enfin, il a s’est soumis au traditionnel exercice en répondant aux nombreuses questions d’un public fasciné par l’expérience du spationaute.

 

À l’issue de la conférence de jeunes élèves de l’École de maistrance ont poursuivi l’échange avec Jean-Loup Chrétien, cet explorateur « insatiable et infatigable », selon ses propres termes, ravi de les avoir fait rêver de la 3ème dimension.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:35
The DRDO Puts Out A Glowing 'Year Gone By'


03.01.2015 source Livefist
 

Here's all the good stuff DRDO did in 2014 packed into one glowing self-assessment. Some interesting data and nuggets if you've got the patience to sift through it. For instance, this is the first public official document to state the range class of the Nirbhay cruise missile. Text in full:
 

With increasing numbers of military systems indigenously designed and developed for the Indian armed forces being produced by Indian industries, the Defence Research and Development Organization (DRDO) continued on a path of building self-reliance. About 55% of the requirements for our defence forces are being met indigenously, largely with the technologies developed by DRDO, contributing greatly to nation’s economy. The production value of DRDO developed systems inducted or cleared for acquisition (excluding strategic systems) crossed Rs 1,70,000 crore.

 

The year 2014 witnessed yet another series of accomplishments with enormous potential to further enhance the level of self-reliance in defence technologies.

 

 

 

The 4000 km range road mobile nuclear capable ballistic missile AGNI-4, was successfully flight tested twice. The flight on 20th January, last among the development flights paved the way for flight on December 2 by the armed forces. Agni 4 is equipped with state of the art Avionics, 5th generation On Board Computer and distributed architecture. The missile is equipped with latest features to correct and guide it for in-flight disturbances. Its highly advanced Inertial Navigation System ensures high accuracy. It’s re-entry heat shield, capable of withstanding high temperatures that may reach as high as 4000 degree centigrade and above during reentry of missile in earth’s atmosphere, makes sure that the inside temperature remain less than 50 degree centigrade.

 

With Agni 1, 2, 3 and Prithvi already in India’s arsenal, Agni 4 further extends the reach and enhances effective deterrence capability. Besides, practice cum training launches of strategic missiles already inducted, such as Agni-1, Agni-2, P-II and Dhanush were carried out by armed forces.

 

Nirbhay, the 1000-km class long range sub-sonic cruise missile was successfully flight tested on the 17th October 2014. The flight lasted for over one hour and met all the mission objectives with missile following the predefined trajectory with very high accuracy throughout its path.

 

Maiden flight of PDV exo-atmospheric interceptor on 27th April 2014 was a significant milestone in the direction of developing a two layered Ballistic Missile Defence system. In addition to the interceptor itself, the two stage target for mimicking a "hostile Ballistic Missile approaching from more than 2000 km away" too was specially developed for the mission.

 

Productionisation and induction of Akash, the medium range air defence system with multi-target, multi directional capability was another remarkable achievement. Several squadrons of Akash (AF) have been inducted, with specified number of missiles from each production lot undergoing comprehensive flight tests in various operational modes before acceptance of the lot. Akash (army) has been accepted and is undergoing induction process. LRSAM, the long range surface to air missile was successfully tested against a flying target in Israel on 10 Nov 2014.

 

Successful trials of Helina, a “lock- on before Launch (Fire & Forget)” third generation Antitank Guided missile that can attack in both direct and top attack mode was integrated with advanced light helicopter (ALH). The missile with capability to defeat futuristic armors underwent successful field trials on 27th Jun 2014.

 

ASTRA-BVR (Beyond Visual Range) air-to-air missiles was successfully tested from a Su-30MKI by the Indian Air Force, demonstrating interception of an electronically simulated target at long range. The series of tests conducted have demonstrated the aerodynamic characteristics of the missiles and its repeatability, robustness and endurance capability as a weapon system.

 

A 1000-kg class guided glide bomb was designed developed and successfully tested. The bomb, after getting released by the aircraft and guided by onboard navigation system is capable of gliding accurately to its target even 100 km away.

 

Over thirty missions such as launches of strategic and tactical guided missiles kept the Integrated Test Range, the only one in the country, heavily engaged with activities throughout the year.

 

A four km long Rail Track Rocket Sled (RTRS) Penta Rail Supersonic Track, a national test facility was established and made operational bringing India among a handful of countries in the world now possessing this unique test facility. The RTRS will facilitate testing and evaluation of a wide range of critical systems such as payload for manned missions of ISRO, the navigation system for missiles and aircrafts, proximity fuses for advanced warheads, fuses for armament systems parachutes for payload delivery, arrester systems for aircraft such as LCA.

 

Even as the total number of flights of all the LCAs put together crossed 2800 mark, The Light Combat Aircraft -LCA program witnessed yet another milestone on November 8 when Tejas trainer PV6, the two-seater version of Tejas LCA for Air Force, in its first flight took to the skies and became the 16th Tejas variant to have flown as part of the program. Having absorbed all the major design modifications undertaken during the flights of earlier aircrafts PV6 is the final prototype leading to series production of trainer and has the capability to deliver all ‘air-to-air’ and ‘air-to-ground’ weapons deliverable by the single seat counterpart.

 

In another landmark event, LCA (Navy) Prototype 1 (NP1), the first indigenously designed and developed 4th plus generation combat aircraft designed to operate from the decks of air-craft carriers, took-off majestically from ski-jump facility of Shore Based Test Facility at INS Hansa in Goa on 20th December. The special flight control law mode of LCA-Navy allows hands-free take-off from the ramp and automatically puts the aircraft in an ascending trajectory. It is designed with stronger landing gears to absorb forces exerted by the ski jump ramp during take-off, to be airborne within 200 m as against 1000m required for normal runways. The Shore Based Test Facility (SBTF) created to replicate the aircraft carrier with a Ski Jump for take-off and arresting gear cable for arrested landing, became operational for R&D as well as pilot training.

 

Two AEW&C aircraft having fitted with the indigenous radars and other equipment such as data links, mission system controller, data handling and display system; have been flying. A wheeled version of Nishant UAV named Panchi has been realized and had it’s maiden flight on Dec 24 after series of high speed taxi trials.

 

An expendable 450 Kgf thrust class Gas Turbine engine ‘Manik’ was developed for 1000 km class subsonic cruise missile [Nirbhay] and is undergoing endurance tests.

 

An advanced Parachute System meeting stringent requirements of Human Space Program (HSP-II) was designed developed and successfully evaluated by DRDO. The system developed for India’s manned space missions was successfully proven with the recovery of Moon Mission Crew Capsule flown into space by the GSLV Mk-III on 18th December. The parachute deployment system functioned perfectly and achieved the required descent rate.

 

A Heavy Drop System (P-16) for dropping form IL76 heavy lift aircraft was developed and is undergoing user assisted trials. The system consisting of a platform system suitably designed for harnessing & mounting of variety of payloads of 16 Ton class and a highly advanced parachute system to drop loads. The load typically consists of military stores such as vehicles (including BMP class), supplies and ammunition.

 

The first indigenously designed and developed Inflatable Radom to serve as a shelter to provide controlled environment for effective and continuous 24x7 functioning of sensitive systems such as RADARs for civil and military applications was installed. The inflatable structure consists of hemispherical envelope of coated fabrics with airlock tunnel, centrifugal air blowers, packaged air conditioners, electrical control system and emergency generator.

 

Phase-IV of user trials of Arjun Main Battle Tank Mk-II, that included Trench crossing and step climbing capabilities, were successfully completed. Development of Arjun Catapult 130mm Self-Propelled Artillery Gun, a blend of 130 mm SP Art Gun with Arjun chassis has been completed as per GSQR. DRDO's internal trial validation has been completed and the Arjun Catapult is ready for Users trials. User demo trials of Pinaka Mk-II rockets with enhanced range were successfully conducted.

 

Successful User Assisted Technical Trials (UATT) of CBRN Unmanned Ground Vehicle (UGV) and Multi-Purpose Decontamination System (MPDS) were carried out. User and DGQA trials of BMCS (Bi-modular charge system) using both Soltam and Bofors guns were completed. The trials included validation of manufacturing process. Dynamic trials of 120 mm Penetration-cum-Blast (PCB) ammunition for MBT Arjun Mk II were conducted successfully.

 

A man-portable modular military bridging system suitable for rapid deployment in mountainous regions and capable of bridging gaps up to 35 m successfully completed user assisted technical trials. The modules weighing less than 18 kg each allow the bridge to be constructed from near-bank without any access to far-bank. A 35m bridge can be launched in about one hour.

 

Three major radar systems namely Aslesha, 3D Tactical Control Radar (TCR) and Troop Level Radar (TLR) / Troop Control Center (TCC) successfully completed the evaluation of the First Of Production Model (FOPM) and are under production.

 

NABHRATHNA, a Flying Test Bed (FTB) based on a Dornier aircraft acquired from HAL was realized. The FTB serves as a test bed platform for evaluation of airborne Radars. FTB sorties with Synthetic Aperture Radar (SAR) & Maritime Patrol Airborne Radar (MPAR) have been taken up successfully.

 

A series of secure communication systems based on Software Defined Radio, ranging from hand held sets to aircraft and ship based systems have been developed. The compact systems are capable of operating on multiple frequency bands, avoiding need for multiple systems. Dhruva-3, the latest in series of indigenous High Performance Computing Systems designed for solving mission critical Defence R & D applications and one of the fastest computing facilities in the country became operational.

 

Microwave Power Module (MPM), a compact transmitter employing a micro travelling-wave tube (micro-TWT) and a compact high efficiency electronic power conditioner was designed, developed and led to production with indigenous travelling-wave tube. The MPM has been incorporated in the indigenous Flight Level Radar (FLR) and Troop Level Radar (TLR).

 

ALTAS was realized with establishment of Towed array SONAR technology with 100% indigenous capabilities with two production centers. The system is designed to detect and identify submarines and underwater weapons. First technical trial on ALTAS has been conducted with satisfactory results.

ABHAY and HUMSA-UG compact sonars, ideal for fitment on smaller platforms for surveillance purposes, having advantages of reduced installation and maintenance load on the technical personnel were installed on two platforms and are undergoing technical trials. The hull mounted sonar HUMSA-NG has been installed onboard INS Kolkata and INS Komorta. Varunastra, the heavy weight torpedo and Maareech, the decoy system for defence against torpedo attacks successfully completed 10 and 12 sets of user evaluation trials respectively.

 

Development of indigenous materials is vital for successful development of military systems and some remarkable ones are mentioned: Enhanced protection level of Kanchan armour for MBT Arjun Mk-II was achieved without any weight penalty. Armour for Wheeled Armoured Platform, was successfully developed.

 

A challenging task of developing seven types of critical turbine parts, namely high pressure turbine blades, vanes, convergent-divergent starter nozzles, inner and outer shroud rings, integrally cast low pressure turbine rotor blisks and low pressure nozzle guide vane stator blings was completed for the development of the small turbofan engine.

 

The life sciences labs of DRDO continued with vigor, DRDO’s efforts to develop soldier support systems and processes to help the soldiers perform effectively in diverse and harsh conditions of terrain and climate encountered in the country.

 

Submarine Escape Set 120 M to assist safe escape from underwater vessels from depths upto 120 meters is undergoing trials. Mark I version of Submarine Escape Set is already in production.

 

‘Telemedicine System’ has been accepted for induction in Indian Navy. The system capable of exchange of vital medical information and advice in a secure manner through multiple channels (including satcom) will be installed in various IN ships as well as remote naval units.

 

A light weight Helicopter Oxygen System MkII has been developed and is undergoing user trials. Integrated Life Support System (ILSS) as LRU (line replaceable units) for ‘Tejas’ light combat aircraft has undergone certification processes. Integration and successful testing under all simulated flight profiles up to height ceiling of LCA was completed in high altitude test chamber. ILSS consists of systems such as Onboard Oxygen Generating System, Back up Oxygen System, Emergency Oxygen System, Oxygen Sensor, Electronic Control Unit, Breathing Gas Management Solenoid Valve and Quick Disconnect Coupling.

 

HAPO Bag MK-II, a lifesaving equipment for management of ‘High Altitude Pulmonary Odema’ was accepted by user for induction; MkI is already in production. Oxygen enrichment shelters for extreme altitude were designed developed, installed and handed over to the armed forces for prevention and management of Acute Mountain Sickness.

 

Computerized Pilot Selection System (CPSS) has undergone series production leading to installation at various Air Force Service selection Boards. Other Rank Trade Allocation System (ORTAS) Battery has been handed over to the users. Computerized Cognitive Battery item bank for the selection of officers has been handed over to Coast Guard Selection Board.

 

‘DEFENDER’, a DEPA impregnated mosquito net was accepted by users and is under production. As a part of the Jammu & Kashmir flood relief operations, DFRL Mysore supplied around 5 Tonnes of food materials.

 

The year 2015 awaits many more successes on the path of enhancing self-reliance in military systems.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:25
BATRAL Dumont d’Urville Crédits S. Ghesquière  Marine Nationale

BATRAL Dumont d’Urville Crédits S. Ghesquière Marine Nationale

 

13 Janvier 2015 Source : Marine nationale

 

Le 16 décembre 2014, dans le cadre de son arrêt technique majeur (ATM), le bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville est entré au bassin de Radoub de Fort-de-France. Ce mouvement, toujours délicat pour un équipage, voit le bâtiment se poser sur une ligne de tins dans le bassin pour être mis au sec.

 

Au préalable, pendant une semaine, l’ensemble du bord s’était attelé à préparer le bâtiment pour cet événement important et en avait profité pour commencer immédiatement les premiers travaux ne nécessitant pas d’être au sec.

 

Cet arrêt technique majeur avec passage au bassin permet d'assurer le maintien en condition opérationnelle du bâtiment. L’occasion notamment d’effectuer les visites des deux moteurs de propulsion et de leur redonner du potentiel. Un décapage de la coque et des extérieurs par jet d’eau à très haute pression, des travaux de tôlerie correctifs, puis une mise en peinture sont également prévus pour entretenir les œuvres-vives et les œuvres-mortes du bâtiment. D’autres interventions encore sont prévues.  Au total, ce sont plus de 600 lignes travaux qui vont être effectuées par le bord, par les ateliers militaires de la base navale sous la houlette du service de soutien de la Flotte ou encore par l’industriel maître d’œuvre et ses sous-traitants locaux.

 

Cet arrêt technique majeur du BATRAL est le dernier programmé avant le retrait du service actif du bâtiment prévu en 2017 avec l’arrivée du bâtiment multi-missions. Il devrait s’achever au printemps 2015. Après sa sortie du bassin, le Dumont d’Urville et son équipage réaliseront des essais à quai et à la mer afin de valider la fin de l’arrêt technique avec la base navale. Ils entameront ensuite une période d’entraînements à la mer pour permettre à l’équipage de reprendre ses marques et d’être prêt à remplir parfaitement toutes les missions qui leurs seront ordonnées.

 

À voir: Diaporama

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:20
MEADS Ready For Transition to European Follow-On Programs
 

ORLANDO, Fla., Jan. 7, 2015 – Lockheed Martin

 

The tri-national Medium Extended Air Defense System (MEADS) program enters 2015 as a candidate for next-generation air and missile defense requirements in both Germany and Poland.

MEADS is a primary candidate for the German Taktisches Luftverteidigungssystem (TLVS), a new generation of air and missile defense that requires a flexible architecture based on strong networking capabilities. MEADS is also expected to become the basis of a national defense system in Italy. Formal decisions are expected from Germany and Italy early this year, and a follow‐on plan is being developed for transition.

In December, the Polish Armament Inspectorate also announced that MEADS International will participate in technical discussions for the Narew short-range air defense system. The Narew system will be capable of destroying aircraft, helicopters, unmanned aerial vehicles and cruise missiles.

“We have built and tested a new generation of networked air and missile defense radars, launchers and battle managers,” said MEADS International executive vice president Volker Weidemann. “MEADS is now ready for continuation programs in Germany and Italy, and for Poland’s Narew program.”

In December 2014, the MEADS program completed a formal contract review with evaluators from Germany, Italy and the United States. The review completed a recent series of achievements that began with a successful first-ever dual-intercept test at White Sands Missile Range in 2013.

  •  In March 2014, the MEADS Mode 5 Identification Friend or Foe subsystem gained final certification for including Mode 5 (L2) capability.
  • In July 2014, at Pratica di Mare Air Force Base in Italy, MEADS demonstrated unique capabilities to network with other systems and radars, share a common integrated air picture, dynamically match interceptors to targets, and to move workload among battle managers.
  • In August 2014, a MEADS Multifunction Fire Control Radar also demonstrated capabilities related to tracking and canceling of jammer signals; searching, cueing and tracking in ground clutter; and successful target classification.

The U.S. Army Aviation and Missile Research, Development and Engineering Command has also held a separate review to respond to interest within the Department of Defense in leveraging MEADS technology. MEADS represents a $4 billion effort to develop, implement and prove next-generation air and missile defense system technology.

“The nations recognize the need for a more versatile capability in air and missile defense,” said NAMEADSMA general manager Gregory Kee. “MEADS is designed to be flexible, agile and lethal against the evolving threats our adversaries are developing.”

MEADS is designed to defend up to eight times the coverage area with far fewer system assets with significantly reduced demand for deployed personnel and equipment and for airlift. MEADS is also designed for high reliability and needs fewer personnel to operate.

MEADS International, a multinational joint venture headquartered in Orlando, Florida, is the prime contractor for the MEADS system. Major subcontractors and joint venture partners are MBDA in Italy and Germany, and Lockheed Martin in the United States.

The MEADS program management agency NAMEADSMA is located in Huntsville, Alabama.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:20
UCLASS credits USNI

UCLASS credits USNI

 

7 Jan 2015 By: Stephen Trimble - FG

 

Washington DC - The US Navy has decided to embed its future unmanned surveillance and strike aircraft in the same air wing that operates the Northrop Grumman E-2C/D, an airborne command and control platform.

The decision settles a philosophical debate within the navy over who should have command over the unmanned carrier launched airborne surveillance and strike (UCLASS) aircraft during operations.

Options under review as late as August included operating UCLASS aircraft as a standalone unit, as a detachment to a wing of Lockheed Martin F-35C fighters or as a detachment to a wing that includes the E-2C/D.

Naval officials quietly announced their decision in a little-noticed directive released last month. That notice, dated 18 December, says a new UCLASS unit called the “fleet introduction team” will be established on 1 October.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 07:50
SpyLite - photo BlueBird

SpyLite - photo BlueBird

 

12 Jan 2015 By: Arie Egozi - FG

 

The Greek police force has purchased an additional number of unmanned air systems made by Israeli company BlueBird.

In 2013 the Greek police purchased one of the company's SpyLite UAS to help meet its obligations to Frontex, the European Agency for the Management of Operational Cooperation at the External Borders of the Member States of the European Union.

 

Read more

ThunderB Small Tactical UAV  - photo BlueBird

ThunderB Small Tactical UAV - photo BlueBird

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 07:35
photo HAL

photo HAL

 

12 Jan 2015 By: Greg Waldron - FG

 

A Hindustan Aeronautics (HAL) Tejas Mk1 light combat aircraft (LCA) has flown for the first time with an Indian-developed electronic warfare (EW) suite and a radar warning receiver (RWR).

The equipment was produced by India’s Defence Avionics Research Establishment (DARE), and was able to detect radar signals during the flight, says the country's defence ministry in a statement.

The EW suite also carries a radar jammer, which the ministry says allows the pilot to “jam” various radar frequency bands.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 20:55
Crédits militaires 2015 : les industriels très inquiets

Deux matériels ont été identifiés pour le plan de location de matériel du ministère de la défense : l’avion de transport militaire A400M (photo Armée de l'Air) et les frégates multi-missions Fremm

 

08/01 Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Le Gifas craint que la loi de programmation militaires ne s’écroule, compte tenu de l’urgence à trouver 2,2 milliards sur le budget 2015. Les industriels sont prêts à soutenir le projet à l’étude de location de matériel.

 

« Un sujet de préoccupation demeure, c’est la loi de programmation militaire. Notre industrie est duale, mais si le costume doit être resserré, à un moment donné les priorités changeront », a averti ce jeudi Marwan Lahoud, le président du Gifas, le syndicat professionnel du secteur, lors d’une rencontre avec la presse.

Costume resserré ? La formule fait référence aux propos du chef d’Etat major des armées, le général Pierre de Villiers quand il parle de la loi de programmation militaire, la LPM : les 190 milliards d’euros crédits prévus sur la période 2014-2019 ont été calculés au plus juste pour satisfaire aux ambitions de la Nation telles que revues dans le dernier livre blanc de la défense. Qui plus est, le respect de la trajectoire budgétaire, qui a déjà été rabotée d’un demi milliar d, dépend de deux paramètres structurants : l’exportation du Rafale et les recettes dites exceptionnelles (ou REX) dont le montant a été porté à 7,6 milliards d’euros sur la période.

 

A400M et Fremm loués

Pour le Rafale, il y a urgence. Pour économiser sa trésorerie tout en garantissant à Dassault une cadence minimale de production, le ministère de la défense table sur 40 exportations, dont 7 dès 2016 ! Il faut donc qu’un contrat soit signé ce semestre. En Inde, malgré la volonté affiché de New Delhi et de Paris d’accélérer les choses, les négociations butent toujours sur la question de la responsabilité industrielle de HAL, le partenaire auto-désigné de Dassault pour construire les appareils sur place . Avec le Qatar, le dossier est actif et très avancé, mais nul ne peut prévoir quand cela pourra déboucher, admet un industriel impliqué.

La prise de position de Marwan Lahoud avait trait plus précisément aux recettes exceptionnelles. Cette année, il faut en trouver 2,2 milliards sur les 31,4 milliards d’euros de budget total de la défense. Faute de pouvoir disposer du produit de cession des fréquences de la TNT avant longtemps ou d’avoir pu puiser dans les crédits du Programmant des investissements d’avenir (PIA), le gouvernement a mis à l’étude un plan de location de matériel.

Le schéma est simple sur le papier, mais très complexe sur le plan juridique : il s’agit de capitaliser une ou plusieurs sociétés dites « de projet » à partir du produit de cession de participations de l’Etat . L’apport d’investisseurs privés n’est pas exclu. Cette ou ces sociétés rachèteraient ensuite à l’armée des matériels au moment de leur livraison ou déjà en service, pour les lui louer derrière. Deux matériels ont plus particulièrement été identifiés : l’avion de transport militaire A400M et les frégates multi-missions Fremm.

 

La menance du veto de Bercy

Et là encore, il y a urgence. Compte tenu du niveau de son report de charges (entre 3,5 et 4 milliards), c’est-à-dire de toutes ses factures en cours non financées, la Défense risque la cessation de paiement à l’été si l’argent n’est pas trouvé d’ici là. Des groupes de travail interministériels planchent sur le projet depuis quelques semaines, aidés de consultants, pour définir l’architecture générale des sociétés de projet et leurs modalités juridiques et financières.

Le point d’achoppement est clair depuis le début : pour voir le jour, le schéma ne doit pas être « consolidant ». En clair : il ne doit pas alourdir les déficits publics et/ou la dette, faut de quoi Bercy mettra son veto catégorique. La probabilité que ce soit le cas n’est pas nulle, reconnaît un bon connaisseur du dossier. Ce sera alors à François Hollande d’arbitrer. Des plans B ont été imaginés, mais ils s’avèrent encore plus complexes...

La question devrait être tranché d’ici à un mois. Mettant en avant l’exemple des société de location d’avions de ligne, Marwan Lahoud, par ailleurs directeur général délégué à la stratégie et à l’international d’Airbus Group, a redit que l’industrie était prête à apporter son soutien au dispositif.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories