Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 08:55
Le général Creux rencontre les aviateurs de Cazaux

 

08/12/2014 Armée de l'air

 

Mercredi 26 novembre 2014, le général Antoine Creux, major général de l’armée de l’air (MGAA) s’est rendu sur la base aérienne 120 de Cazaux.

 

Après une présentation du site par le colonel Laurent Thiebaut, commandant de la base aérienne cazaline, il s’est entretenu avec les présidents de catégories, les représentants du personnel civil et ceux du conseil de la fonction militaire. Accompagné du général Philippe Roos, sous-chef activité de l’état-major de l’armée de l’air, le MGAA s’est ensuite rendu au cœur des principales unités de la base.

 

Il a rencontré les spécialistes de la recherche et du sauvetage au combat (RESCO) de l’escadron d’hélicoptères 1/67 « Pyrénées », puis les aviateurs du centre d’expertise SN-NRBC (sécurité nucléaire - nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique), unité d’expertise notamment dans la doctrine, la formation en matière de défense NRBC et de prévention-intervention de sécurité nucléaire. Enfin, il a visité l’escadron d’entraînement 2/2 « Côte d’Or », qui assure principalement le rôle de plastron pour les unités aériennes opérationnelles de l’armée de l’air et la marine.

 

Ces passages au sein des unités lui ont ainsi permis de rencontrer et de s’entretenir avec le personnel militaire et civil, français et étranger.

 

Chaque année, le MGAA visite une dizaine de bases aériennes. Ces déplacements s'inscrivent en effet dans sa volonté d'avoir un aperçu concret de l'activité quotidienne sur le terrain.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 08:55
M. Guenichot et M. Papon

M. Guenichot et M. Papon

 

08/12/2014 Armée de l'air - Economie et technologie

 

Le 3 décembre 2014, le lien armée-nation était une nouvelle fois à l’ordre du jour sur la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac. Une convention a en effet été signée entre l’association nationale des officiers de réserve de l’armée de l’air (ANORAA) et l’université de Bordeaux 1. Un partenariat prometteur pour un projet novateur : la conception du premier avion à propulsion musculaire français.

 

Soutenant activement le monde étudiant et ayant à cœur de promouvoir la culture aéronautique et en particulier les projets innovants, l’ANORAA s’est rapprochée de l’université bordelaise. À travers ce partenariat, le commissaire de réserve Jean-Luc Guenichot, président de l’association, et M. Éric Papon, vice-président de l’université de Bordeaux, ont pour projet de concevoir et fabriquer le premier avion à propulsion musculaire d’origine française, qui concourra l’année prochaine à l’unique compétition internationale pour ce type d’appareil : l’Icarus Cup Human Power Aircraft (HPA).

 

Soutenus par l’institut de maintenance aéronautique, les étudiants assureront le développement et la conception de matériaux de hautes technologies en collaboration avec un ingénieur spécialiste de l’aéronautique de l’ANORAA. Ce dernier accompagnera les élèves ingénieurs dans cette aventure humaine en leur apportant son expertise et un suivi de projet.

 

 

Matériaux pour avion à propulsion musculaire (HPA)

Matériaux pour avion à propulsion musculaire (HPA)

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 08:55
Visite du CEMAT au 501e RCC

 

05/12/2014 Armée de Terre

 

Le 3 décembre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, s’est rendu au 501e régiment de chars de combat.

 

Cette première visite de commandement dans les forces a été l’occasion pour le CEMAT d’échanger avec les différentes catégories de personnel autour d’une table ronde. Après avoir effectué un point de situation, il est revenu sur les différentes problématiques actuelles et a profité de la présence de jeunes engagés volontaires pour souligner l’importance de l’instruction et de l’aguerrissement.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 08:50
Notification du contrat franco-britannique de soutien des A400M Atlas

 

08/12/2014 Sources : DGA

 

Le premier contrat commun de maintien en conditions opérationnelles (MCO) des avions militaires A400M Atlas a été signé entre les ministères de la Défense français et britannique. Une signature qui marque le début d'une coopération sans précédent dans le monde du soutien aéronautique.

 

Ce contrat couvre le MCO des avions et inclut la mise en place d’un stock partagé de pièces de rechanges et des services d’ingénierie de maintenance au profit des deux armées de l’air. « Cette signature est l’aboutissement de plusieurs années de discussions franco-britanniques fructueuses, souligne le secrétaire d’État britannique Philip Dunne. C’est un jalon important pour notre coopération croissante, au cœur des accords conclus sous couvert du traité de Lancaster House portant sur la coopération en matière de défense et de sécurité. Et d'ajouter : ce contrat de soutien commun est un autre exemple de coopération au sein d’un véritable programme multinational qui verra la fourniture de 170 avions A400M au profit de sept pays partenaires dans les prochaines années. »

 

Les mécaniciens français et britanniques piocheront dans cette réserve unique de pièces détachées pour assurer le maintien en condition opérationnelle de l’appareil. Une révolution dans le monde du soutien aéronautique. « L’intention est de développer plus encore les activités de coopération initiales dans le domaine du MCO quand c’est faisable et que ceci génère un gain en coût/efficacité, précise Laurent Collet-Billon, délégué général pour l'armement. Le contrat qui vient d’être signé démontre sous le leadership franco-britannique, la valeur ajoutée d'une approche commune du soutien. Il ouvre la voie à nos partenaires sur l’A400M pour avancer plus loin dans cette direction. »

 

À ce jour, Airbus Defence and Space a délivré les sept premiers avions A400M sur les 170 commandés par les nations partenaires du programme A400M. Parmi eux, cinq avions sont déployés sur la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy, qui attend son sixième appareil d'ici début 2015. Le premier A400M britannique a, quant à lui, été officiellement reçu par la Royal Air Force le 17 novembre 2014 sur la base aérienne de Brize Norton.

 

Retrouvez très prochainement un dossier consacré à l'Atlas dans le prochain numéro d'Air actualités.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 08:45
ORYX : Un succès méconnu (1992 – 1994)


14/02/2014  - CDEF/DREX/M. Antonin TISSERON

 

Novembre 2013 -  En Somalie, l’opération Oryx, qui débute en décembre 1992, est la première opération de stabilisation menée par la France en Afrique. Elle préfigure largement les engagements des années à venir.

 

Un an après l’offensive victorieuse contre les troupes de Saddam Hussein pour libérer le Koweït, la communauté internationale s’engageait en Somalie pour y rétablir la paix. Cet engagement américain ne saurait toutefois résumer à lui seul l’intervention internationale de 1992-1995. Des soldats pakistanais, malais, italiens, marocains, … et français sont présents sur place, sous mandat de l’ONU dans le cadre des opérations ONUSOM I (24 avril 1992-26 mars 1993), Restore Hope  et ONUSOM II (26 mars 1993-2 mars 1995).
L’opération Oryx, qui démarre en décembre 1992 avec l’envoi de 2 000 hommes en Somalie et se termine un an plus tard avec le départ des dernières forces combattantes. Cette opération comporte deux grandes phases, une première avec l’intervention des forces françaises dans le Bakool (région stratégique frontalière avec l’Éthiopie) et une seconde durant laquelle les éléments français prennent en charge dans l’ONUSOM II la région de Baydoa, plus vaste que le Bakool.

Le bilan de l’opération Oryx est considéré comme positif.

 

Sommaire

Chapitre I - La somalie, la violence et le chaos
 1.1 Le régime de Siyad Barre et sa chute
 1.2 L’heure des chefs de guerre
 1.3 L’entrée des Nations unies sur le théâtre somalien
 1.4 L’UNITAF et la stratégie française

 Chapitre II - L’opération française Oryx
 2.1 De Mogadiscio à Huddur
 2.2 Soldats « au service de la population »
 2.3. Redéploiement du dispositif
 2.4 La relève et le départ

Chapitre III - Satisfecit  français et enseignements
 3.1 Un bilan jugé positif
 3.2 Connaissance du terrain et forces prépositionnées
 3.3 Révélateurs tactiques
 3.4 Dépendances et interdépendances

Chapitre IV - Les errements de l’action internationale
 4.1 Une succession de maladresses
 4.2 Cacophonie en Somalie
 4.3 Les dérives de l’opération internationale
 4.4 La Somalie au départ de l’ONUSOM

 

ORYX : Un succès méconnu (1992 – 1994) (format pdf, 2 MB).

 

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 08:20
Les Messins commémorent la libération

 

08/12/2014 Armée de Terre

 

Le 70e anniversaire de la libération de Metz a été célébré le 22 novembre.

 

Deux cérémonies ont été organisées, au mémorial américain de Bellecroix puis Place d’armes, en centre-ville. Deux détachements du 3e régiment de hussards et du 16e bataillon de chasseurs y ont participé, accompagnés d’une délégation de vétérans américains. De nombreux Messins de tous âges étaient présents pour célébrer cet événement et rendre hommage aux soldats d’hier et d’aujourd’hui. Au cours d’échanges, jeunes et anciens, civils comme militaires, ont pu constater que les valeurs ayant conduit à la libération de la ville sont encore partagées aujourd’hui.

22 novembre 2014 - Commémoration du 70ème anniversaire de la Libération de Metz par la IIIème Armée américaine en présence notamment du Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants et à la Mémoire, Jean-Marc Todeschini. Crédit photos: Gregory Dufour pour le Comité du Souvenir français de Metz-Ville

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 17:35
Un pilote de Harrier raconte sa guerre d’Afghanistan

 

6 décembre 2014 par Bruno Rivière – Aerobuzz.fr

 

Dans « Cauchemar en Afghanistan » (éditions JPO), le major Michael Franzak du corps des Marines des Etats-Unis, raconte avec franchise et simplicité son année passée à faire la guerre dans le ciel afghan aux commande de son Harrier… Une année de cauchemar.

 

C’est sur la base aérienne américaine de Bagram, coincée entre les massifs montagneux de l’Hindou Kouch dont les sommets s’élèvent à près de 7000 mètres, et à quelques dizaines de kilomètres au nord de Kaboul, que l’escadron d’attaque VMA-513 va stationner pendant un an, entre la fin de 2002 et la fin de 2003. Avec leurs six jets de combat mono-réacteur AV-8B Harrier, les « Flying Nightmares  » (cauchemars volants) – surnom de l’escadron – les pilotes américains vont multiplier les missions quotidiennes de surveillance, de reconnaissance et d’attaque.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 13:50
Des drones anti-drones ?

 

08.12.2014 electronique-eci.com

Les débats sur la sécurité des centrales nucléaires ont bien montré que personne n’avait pu empêché les intrusions de drones. La sécurité des sites sensibles reste donc une question d’actualité et le développement de drones anti-drones est d’ores et déjà à l'étude.

 

Pendant le salon Electronica fin Novembre à Munich, IMST GmbH exposait un drone équipé d'un radar et Siegfried Schulze, responsable du Développement de cette société nous expliquait que des recherches de plus en plus nombreuses étaient lancées pour “contrer” les drones survolants des zones aériennes interdites.

Ainsi il serait envisageable d’intercepter un drone non autorisé ? “ Il faut tout d’abord l’identifier et détecter la liaison radio qu’il utilise, puis l’arrêter avant qu’il ne pénètre dans la zone interdite. Notre technologie de radar 3D haute precision exposée à Munich a été développée pour l’anti-collision et le contrôle de vol mais pourrait aussi être utilisée pour localiser très précisément d’autres drones, connaître leur vitesse et leur direction de vol. Par ailleurs, nous développons aussi un capteur et d’autres solutions radar pour déterminer les signatures acoustique, thermique et EMI de n’importe quel drone pour éviter notamment toutes les fausses alertes possibles dues par exemple à un vol d’oiseaux.” explique Siegfried Schulze. L’idée est d’enregistrer les signatures de tous les drones commercialisés connus et de les mémoriser dans une base de données permettant une identification physique fiable. Des unités d’identification incluant le radar, une caméra vidéo et différents types de capteur pourraient être installées à la périphérie des sites à protéger. Sur la détection d’un drone non autorisé, un drone d’interception s’approcheraitsuffisamment de l’intrus pour brouiller la réception de son signal GPS. " Lorsque l'unité centrale d'un drone ne reçoit plus de commande de radio ou de signal GPS, le drone plane sur place jusqu'à ce que la communication soit rétablie ou qu’il n’y ai plus de batterie. " explique Siegfried Schulze. « On peut même imaginer un petit drapeau popping up disant "votre drone est en état d'arrestation" en connaissant exactement le drone utilisé puis prendre la main sur le système de pilotage. »

Selon le responsable de la société IMST GmbH, le drone développé actuellement par l’Université d’Aix-La-Chapelle RWTH pour le projet européen AVIGLE pourrait constituer un bon prototype. Ce drone associe en effet l’avantage de pouvoir décoller verticalement, puis grâce à son aile pivotante, offre les performances d’un avion classique. Les spécifications du projet AVIGLE sont un temps maximal de vol d’une heure pour une charge utile de 1,5 kg avec une vitesse pouvant atteindre 40 m/s. Le but spécifique d’AVIGLE est de construire un environnement de réalité virtuelle 3D basé sur l’acquisition d’images en temps réel et leur transmission au “cloud” via un réseau radio haute performance.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 13:35
Entraînement commando en Nouvelle-Calédonie

photo A.DUCLAY  - EMIA-NC

source FANC

 

Exercice de mise en place et de récupération d'une équipe commando appartenant au centre d'instruction nautique commando de Nouméa par un équipage PUMA de l'escadron de transport 52, le 3 décembre 2014 dans la perspective de l'exercice Kaori 2014.

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:56
Défense. La France donne un coup de jeune à ses blindés

Le ministre de la Défense a donné le coup d'envoi d'un ambitieux programme de modernisation des véhicules de combat de l'armée de Terre, baptisé Scorpion. Montant : cinq milliards d'euros. - photo Armée de Terre

 

07 décembre 2014 Ouest-France entreprises

 

Ils tiennent par la peinture et mériteront bien de prendre leur retraite ! Mais les vénérables VAB (véhicules de l'avant-blindé) et les AMX-10RC devront patienter au moins jusqu'en 2018 pour voir arriver la nouvelle génération de blindés de l'armée de terre qui équiperont deux brigades interarmes « à l'horizon 2025 », selon le ministère de la Défense.

 

Ces véhicules seront issus du programme Scorpion dont Jean-Yves Le Drian a annoncé le lancement lors de son déplacement à Varces, au 93e régiment d'artillerie de montagne.

 

Le montant de l'appel d'offres associé atteindra environ 2 milliards d'euros et la production sera franco-française, associant Nexter (46 % de la valeur du contrat), Renault Trucks Defense (37 %) et Thales (17 %).

 

Le fossé se creuse

 

Le programme Scorpion prévoit la commande de 1 722 Griffon, des véhicules blindés multirôles (VBMR) pour remplacer les VAB, et 248 engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC) Jaguar pour remplacer les AMX-10 RC et les Sagaie. Scorpion prévoit également la modernisation de 200 chars Leclerc avant 2025.

 

Mais entre les ambitions affichées il y a déjà plus de six ans et la réalité, le fossé se creuse. Ainsi, la loi de programmation militaire (2014-2019) ne prévoit que la livraison de 92 VBMR et des « commandes » non spécifiées de EBRC.

 

Quant au projet de loi de finances 2015, il annonce la commande du « système d'échange d'informations terrestre de Scorpion ». L'effort n'est cependant pas modeste : « Ce sont près de 752 millions d'euros que j'engage aujourd'hui, au titre de la tranche ferme de ce marché, pour couvrir les travaux de développement de ces deux véhicules », a précisé Jean-Yves Le Drian.

 

La visite du ministre aux troupes de montagne lui a aussi permis de faire le point sur le remplacement du calamiteux logiciel de soldes Louvois. « Le système Louvois est comme un cancer pour nos forces. Il faut l'empêcher de croître, le circonscrire, le soigner [...]. Mais il ne faut pas seulement soigner, il faut aussi guérir. »

 

D'où le développement d'un programme Louvois 2. Trois groupements, Sopra, Atos-Steria, Accenture-CGI, ont proposé des prototypes et l'un d'eux sera retenu au premier semestre 2015.

 

« Pendant toute l'année 2016, soit l'intégralité d'un cycle budgétaire, ce système sera éprouvé. Nous ne sauterons pas dans l'inconnu une deuxième fois », a expliqué le ministre de la Défense. Une bascule définitive pourrait intervenir au premier semestre 2017.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:55
Automobile et aéronautique, même combat !

Jean-Marc Champeyroux, Responsable de programme Sagem-Valéo « All weather condition sensor » ; (à droite) Philippe Goujeon, Collaborative Project Manager « Valeo Comfort & Driving Assistance ». photo A. Paringaux / Safran

 

30 novembre 2014 par Pascal Coutance - electroniques.biz/

 

Depuis peu, certains acteurs de l'aéronautique et de l'automobile ont réalisé qu'ils avaient tout intérêt à travailler ensemble. Preuve de la convergence entre ces deux secteurs phares de l'économie française, l'accord signé entre Valeo et Safran en septembre 2013 a donné lieu à une première réalisation concrète présentée lors du dernier Mondial de l'automobile, en l'occurrence une clé de voiture intelligente sur smartphone. Baptisée InBlue et présentée en première mondiale à Paris, cette clé transforme un smartphone en clé connectée pour non seulement déverrouiller, verrouiller et démarrer sa voiture, mais aussi pour accéder à distance aux données du véhicule comme sa géolocalisation ou son niveau de carburant. Ce dispositif permet également l’auto-partage grâce à l’envoi d’une clé numérique à la personne de son choix.

 

Il ne s'agit là que d'une première étape puisque l'accord entre Valeo et Safran prévoit des développements dans le domaine de l'assistance au pilotage et du véhicule autonome avec des thématiques telles que le suivi de la vigilance des conducteurs, la vision à 360 degrés, la conduite sécurisée dans des conditions météorologiques extrêmes, notamment dans le brouillard, et la "robotisation/dronisation" des véhicules.

 

Authentification d'accès, cryptographie, réalité augmentée, vision infrarouge, dronisation des véhicules, autant de technologies issues de l'aéronautique qui sont à même de trouver leur place dans l'automobile de demain, en particulier pour rendre les véhicules plus autonomes. Et si l'on ajoute à cela la possibilité, en mettant en oeuvre des plates-formes communes à l'automobile et à l'aéronautique, d'obtenir des économies d'échelle, nul doute que ce type d'accord va se multiplier dans les années à venir.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:55
Au cœur des forces spéciales

 

07/12/2014 Armée de Terre

 

La compagnie de commandement et de transmissions des forces spéciales est devenue un outil incontournable de la brigade des forces spéciales Terre. Ces « opérateurs de l’extrême » agissent dans toutes les configurations, quel que soit le milieu, dans un seul but : transmettre le « vert action ». Voici leur quotidien.

 

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:55
Photo BProduction

Photo BProduction


26 nov. 2014  Ecole des Pupilles de l'Air

 

Découvrez la vidéo qui retrace le Grand défi sportif de l'EPA et de l'APF!

Partagez l'émotion de cette aventure humaine!

Pour rappel:
En 2014, le partenariat entre l'EPA et l'Institut d'Education Motrice APF s'est traduit par la réalisation d'un projet d'envergure basé sur un défi sportif. Préparé sur l'année scolaire 2013-2014 avec le soutien de la fondation du Crédit Social des Fonctionnaires, il a vu son aboutissement en mai 2014.

Le défi consistait à rallier le mémorial de la Résistance de Vassieux-en-Vercors depuis l'Ecole des pupilles de l'air, en suivant les lignes naturelles du Vercors et en utilisant différents modes de déplacement en fonction des possibilités de chacun.

L'objectif de ce projet était de promouvoir l'inclusion des personnes handicapées dans la société. Il s'agissait de rassembler des jeunes valides et non valides afin de réaliser ensemble un défi sportif qui, de prime abord, paraissait irréalisable, qui était jugé dans les références de chacun impossible, mais qu'il était possible d'atteindre collectivement par l'effort et la solidarité.

« Notre idée est irréalisable, il ne nous reste qu'une chose à faire, la réaliser ! »
Pierre-Georges Latécoère (père de l'Aéropostale)

Se déroulant sur trois journées du 26 au 28 mai 2014, il s'agissait d'un défi sportif mais aussi et avant tout humain. A travers cette expérience, l'accent était mis sur la personne et non le handicap, car tous ont traversé ensemble une épreuve physique conséquente les amenant à se dépasser chacun à leur niveau. Elle a favorisé une résilience collective au service des résiliences individuelles.

Le groupe mixte était composé de jeunes de 15 à 25 ans atteints de déficience motrice avec ou sans troubles associés ; et de jeunes de 17 à 21 ans élèves en classe préparatoire à l'enseignement. Pour nos élèves, tous issus d'une classe préparatoire à l'enseignement supérieur créée dans le cadre du Plan égalité des chances, le bénéfice était double : vivre une aventure humaine extraordinaire, et participer au management d'un projet complexe.

Réalisation: BProduction http://www.bproduction.fr/

  • Musique

"La Marseillaise" de Orchestra Sinfonica di fiati dello Stato Moldavo, Silvano Frontalini, Orchestra Sinfonica di fiati dello Stato Moldavo, Silvano Frontalini (Google PlayiTunes)

 

Reportages photos

Grand défi sportif EPA - APF [Jour 1]

Grand défi sportif EPA - APF [Jour 2]

Grand défi sportif EPA - APF [Jour 3]

 

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:20
USS New Orleans Leaves BAE Shipyards

 

Dec 8, 2014 ASDNews Source : US Navy

 

Amphibious transport dock ship USS New Orleans (LPD 18) departed BAE Systems Shipyard for Naval Base San Diego after a five-month planned maintenance availability (PMA), Dec. 3.

The "Big Easy" spent the summer and fall undergoing an extensive maintenance period, receiving more than $16 million in repairs and upgrades to equipment and systems throughout the ship.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 11:55
Scorpion c’est parti!

Signature du contrat Scorpion en présence des 3 PDG, du DGA et des officiers de programmes. Derrière une présentation 3D des programmes en grandeur réelle, effet garanti! (G Belan)

 

8 décembre, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

C’est à Varces chez les chasseurs alpins (27ème Brigade d’Infanterie Montagne) que le Ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a officiellement lancé vendredi 5 décembre le programme Scorpion, qualifié d’ « enjeux de demain ». Scorpion, c’est le renouvellement des capacités de contact de l’armée de terre. Un programme qui va remplacer les VAB, AMX10RC et Sagaie hors d’âge. Deux véhicules ont été officiellement lancés et baptisés : le VBMR (Véhicule Blindé Multirôle), rebaptisé le Griffon et l’EBRC (Engin Blindé Reconnaissance et de Combat), appelé Jaguar. Mais pas seulement, Scorpion c’est aussi la mise en réseau et le passage de l’armée de terre au combat collaboratif, grâce notamment au système SICS (Système d’Information au Combat Scorpion).

 

Enfin !

 

Les premières études ont été lancé en 2005, avec le démonstrateur BOA (Bulle opérationnelle aéroterrestre), puis ce fut le marché d’architecture TNS-MARS (Thales Nexter Sagem), les démonstrateurs de mobilité BMX ainsi que le développement de la tourelle de 40 mm CTA (cased telescoped). 200 millions d’euros et presque 10 après, Jean-Yves le Drian a remis le marché à un groupement momentané d’entreprises pour le développement des deux nouveaux véhicules : EBMR et EBRC, pour un montant de 752 millions d’euros. S’il ne s’agit pour l’instant que d’un programme de développement, il est majeur en ce qu’il marque le lancement de la première étape de la phase 1 de Scorpion. Au total , Scorpion étape 1 court jusqu’en 2023 et représente un investissement de 5 Milliards d’euros. Avec l’étape 2, post-LPM, Scorpion représente pas moins de 8,7 Milliards d’euros !

 

GME Scorpion

 

Le groupement d’entreprise (solidarité d’entreprises sur la durée du programme) comprend Nexter, Renault Trucks Défense (RTD) et Thales. Nexter, mandataire est également le « design authority » de l’EBRC Jaguar, réalisant la caisse, protection et les aménagements. Thales est en charge de la partie vétronique et communication et de certaines fonctions (Version observation d’artillerie du VBMR). RTD est lui en charge de la partie mobilité : moteur, boite de vitesse, roues… et tourelleau (7.62 et 12.7 mm). Les véhicules seront assemblé à Roannes à partir de 2017. L’export du Jaguar sera assuré par Nexter et celui du Griffon par RTD et Nexter. Le GME sera basé à Satory, dans des bureaux dédiés de 700 m2 et organisés pour du travail en plateaux.

 

Communalités ?

 

Les deux véhicules seront dotés de briques technologiques communes : vétroniques, pneumatiques, systèmes d’armes (tourelleau…). Mais il s’agit bien de deux véhicules fondamentalement différents. L’un est un char léger et l’autre un transporteur multi-fonctions.

 

LE VBMR Griffon (crédits: Thales/Nexter/RTD)

LE VBMR Griffon (crédits: Thales/Nexter/RTD)

 

Le Griffon, 6X6 de la classe des 24,5 tonnes PTAC (réserve de masse de 1,5 tonne) sera décliné en plusieurs versions grâce à des kits additionnels (génie, PC, artillerie, Medevac….). Il sera doté d’un tourelleau de 7.62 ou 12.7 mm. Remplaçant les VAB, le besoin total est de 1722, dont les premiers seront livrés avant la fin de la période LPM (2018-2019). Un VBMR 4X4 léger (classe des 10 tonnes) sera acquis sur étagère à l’horizon 2021.

 

L’EBRC Jaguar (Thales/Nexter/RTD)

L’EBRC Jaguar (Thales/Nexter/RTD)

 

Le Jaguar, remplaçant des AMX10RC et ERC90 Sagaie, sera lui aussi un 6X6 mais basé sur un châssis différent (l’écart des essieux n’est pas le même que sur le VBMR). Avec un PTAC de 25 tonnes (700 kg de réserve) , il sera le char léger de l’armée de terre, alliant puissance de feu (missiles MMP), protection et mobilité. La tourelle habitée 2 hommes met en œuvre le tout nouveau calibre de 40 mm CTA (Cased Telescoped), très innovant et compact, il permet une élévation à 45°. Il sera propulsé par un moteur RTD 490 chevaux contre 400 pour le Griffon, soit un rapport poids/puissance de près de 20 chevaux la tonne. 248 Jaguar doivent être commandés.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:56
Présentation du programme Scorpion (video - Armée de Terre)


5 déc. 2014  Armée de Terre

 

Intégré dans le projet armée de Terre 2020, SCORPION vise à renouveler, à compter de 2018, les capacités médianes du combat de contact autour de deux plateformes : le VBMR (Véhicule Blindé Multi Rôle) GRIFFON et l’EBRC (Engin Blindé de Reconnaissance et de Combat) JAGUAR. Ce projet cible également l’unique système d’information du combat SCORPION (SICS) pour la mise en réseau de tous les systèmes produisant un effet tactique sur le terrain.
SCORPION intègre également la rénovation du char LECLERC et prend en compte d’emblée (facteur innovant) le système de préparation opérationnelle (simulation) et le soutien.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:55
Les risques d’obsolescence dans les équipements militaires liés au règlement REACH

 

par Patrice Lefort-Lavauzelle - AEPD

 

REACh est le règlement européen n°1907/2006 sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques.

REACh rationalise et améliore l’ancien cadre règlementaire de l’Union européenne sur les produits chimiques. La base industrielle et technologique de défense (BITD) est particulièrement touchée par ce règlement qui vise un nombre toujours plus important de substances dangereuses.

Les principaux objectifs de REACh sont d’assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement contre les risques liés aux substances chimiques, de promouvoir des méthodes d’essais alternatives et de renforcer la compétitivité et l’innovation en incitant à rechercher de nouvelles substances moins nocives pour la santé et l’environnement.

Les principales obligations prévues par REACh sont :

- La procédure d’enregistrement pour les fabricants et importateurs.

- La procédure d’évaluation.

- La procédure d’autorisation.

- La procédure de restriction.

- La transmission d’information tout au long de la chaine d’approvisionnement.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:55
Les tireurs d’élite s’exercent dans les Alpes

 

06/12/2014 Armée de Terre

 

Du 1er au 4 décembre, les tireurs d’élite longue distance de la 27e brigade d’infanterie de montagne se sont réunis à plus de 2 000 mètres d’altitude, pour un exercice dans le secteur du camp des Rochilles, dans le grand champ de tir des Alpes.

 

Cette semaine organisée par le 13e bataillon de chasseurs alpins leur a permis d’échanger leurs techniques et leurs savoir-faire sur le tir en montagne. Ce type d’exercice est indispensable pour les tireurs d’élite puisqu’il leur permet d’entretenir et de perfectionner les fondamentaux du tir en montagne, milieu dans lequel il faut prendre en compte les températures négatives et les vents importants.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:45
Les parachutistes du GTD-Est sur la zone d'escale de N'Djamena au Tchad

 

06.12.2014 Crédit : Etat-major des armées / armée de Terre

 

13 novembre 2014 à 3h20, sur la zone d'escale de N'Djamena au Tchad, les parachutistes du groupement tactique Désert Est (GTD-Est) règlent leurs équipements avant de les revêtir. Le GTD-Est va être embarqué à bord d'un C130 Hercule en vue d'effectuer un saut au-dessus du Tchad. Le C130 va ainsi effectuer trois largages sur les terres arides de ce pays.

 

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:35
Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son

Le PM Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son. Source: VNA

 

07/12/2014 Vietnam+

 

Le Premier ministre Nguyen Tan Dung a rendu visite samedi à la Compagnie générale Ba Son relevant du ministère de la Défense, l'un des chantiers navals de l'armée qui a achevé la construction de deux corvettes russes Molniya 1241.8, et en construit quatre autres actuellement.

 

Le succès de la construction de ces corvettes Molniya a marqué un jalon important de l'histoire du secteur de la construction navale militaire et, plus généralement, de l'industrie de la défense du Vietnam, a estimé M. Nguyen Tan Dung. Cela prouve que le Vietnam peut maîtriser totalement les technologies et techniques modernes en ce domaine, a-t-il souligné.

 

Nguyen Tan Dung rend visite à la Compagnie générale Ba Son

Il a également annoncé que le Parti, l'Etat, le gouvernement et le ministère de la Défense préconisent de développer l'industrie nationale de la défense afin d'élever la combatitivité de l'armée, notamment des armées navale et aérienne, et ce, au service de l'édification d'une armée révolutionnaire régulière, bien exercée et de plus en plus moderne.

 

Afin de maintenir la paix et la stabilité, nous devons nous affermir sur le plan politique, de l'économie et de la défense en développant une industrie de la défense et en maîtrisant progressivement les technologies militaires modernes, a-t-il souligné. -VNA

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:30
Premier vol opérationnel des Mirage 2000D sur le théâtre irakien (6 déc.)

 

06/12/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le matin du 6 décembre, deux avions Mirage 2000D ont décollé de Jordanie pour leur première mission de reconnaissance armée  au-dessus de l’Irak.

 

Neuf semaines après le début de l'opération Chammal, les armées françaises ont déployé un détachement de chasse en Jordanie avec le soutien des autorités du pays. Ce dispositif permet d'adapter l'engagement français dans la lutte contre Daech en réduisant les délais de transit des avions de chasse jusqu’à la zone d’opérations. Le détachement est actuellement articulé autour de trois Mirage 2000D, arrivés en Jordanie le 28 novembre. Trois autres appareils complèteront ce détachement dans les jours à venir.

 

Parallèlement, les Rafale déployés dans le golfe arabo-persique (GAP) vont poursuivre leurs missions en les orientant principalement sur le renseignement dans la profondeur. Ils pourront cependant renforcer à tout moment la capacité de frappe de la France.

 

Les militaires de la force Chammal poursuivent quotidiennement leurs missions de reconnaissance armée et de renseignement, afin d'appuyer l’action des forces armées irakiennes au sol.

 

Lancée le 19 septembre 2014 sous contrôle du contre-amiral Beaussant, commandant la zone océan Indien (Alindien), l’opération interarmées Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:30
Liban : le maire de Tarbes visite les soldats du 1er RHP et du 35e RAP

 

05/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 27 au 30 novembre 2014, monsieur Gérard Tremege, maire de Tarbes, monsieur Roger-Vincent Calatayud et monsieur Michel Forget, adjoints au maire, ont rendu visite au contingent français situé à Deyr Kifa, au sud Liban. Constituée principalement du 1er Régiment de hussards parachutistes et du 35e Régiment d’artillerie parachutiste de Tarbes, la FCR (Force Commander Reserve) est composée de près de 900 militaires dont actuellement près de 200 Tarbais.

 

Le maire et ses adjoints ont pris part à de nombreuses activités leur permettant de mieux appréhender l’environnement et les missions complexes des soldats français de la FINUL (Force intérimaires des nations unies au LIBAN.

 

Sur le camp de 9.1 et de 9.10, le maire et ses adjoints ont  également découvert les capacités opérationnelles et les spécificités des missions menées par la FCR à l’occasion d’une présentation des équipements majeurs et de leur emploi sur le théâtre et lors d’une patrouille effectuée avec un peloton du 1erescadron. A la rencontre des soldats tarbais, le maire s’est exprimé face à ses concitoyens afin de témoigner l’attachement et le soutien de la ville de Tarbes à ses soldats.

 

Hussards et artilleurs parachutistes retrouveront leur garnison au printemps prochain.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est le cinquième contributeur de la FINUL avec près de 900 soldats. La grande majorité d’entre eux arme la FCR qui est directement placée sous les ordres du général commandant le FINUL et qui est en mesure d’agir au profit de tous les contingents déployés sur l’ensemble de la zone d’action de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701.

Liban : le maire de Tarbes visite les soldats du 1er RHP et du 35e RAP

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:30
La Syrie accuse Israël d’avoir mené deux raids près de Damas

 

08.12.2014 par 45eNord.ca (AFP)
 

La Syrie a accusé dimanche Israël d’avoir mené deux raids contre des secteurs tenus par le régime près de Damas, l’accusant d’apporter un «soutien direct» aux rebelles et djihadistes.

 

Ailleurs dans le pays déchiré par plus de trois ans de guerre civile, les forces pro-gouvernementales ont repoussé un assaut des djihadistes du groupe État islamique (EI) dans la province orientale de Deir Ezzor, et resserraient l’étau sur des positions rebelles dans le secteur d’Alep (nord).

Dimanche après-midi, «l’ennemi israélien a attaqué deux régions sécurisées (gouvernementales) de la province de Damas : le secteur de Dimas (nord-ouest) et celui de l’aéroport international de Damas», a accusé l’armée syrienne dans un communiqué diffusé à la télévision, précisant que les raids n’avaient causé que des dégâts matériels.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a indiqué dimanche soir qu’il demandait au Secrétaire général Ban Ki-moon et au Conseil de sécurité de l’ONU d’imposer des sanctions contre Israël. Le ministère a qualifié ces raids de « crime atroce contre la souveraineté de la Syrie», selon l’agence de presse officielle SANA.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Dimas est un site militaire et l’aéroport de Damas est en partie civil et en partie militaire.

«Cette agression directe par Israël a été menée pour aider les terroristes en Syrie après que nos forces eurent remporté d’importantes victoires à Deir Ezzor, Alep et ailleurs», a ajouté l’armée. «Cela apporte la preuve du soutien direct d’Israël au terrorisme en Syrie».

Dans la terminologie du régime, le mot «terroriste» englobe tous les rebelles, qu’il s’agisse des modérés ou des djihadistes.

Les autorités israéliennes n’avaient pas réagi dans l’immédiat.

 

Un assaut de l’EI repoussé

L’armée et l’aviation israéliennes ont mené plusieurs attaques contre des positions militaires depuis le début de la révolte contre le régime syrien en mars 2011.

L’aviation israélienne a aussi visé en Syrie des infrastructures appartenant au puissant mouvement libanais chiite Hezbollah ou des armes lui étant destinées. Le Hezbollah – qui soutient militairement le président syrien Bachar al-Assad – et Israël s’étaient livrés une guerre dévastatrice et meurtrière en 2006.

L’annonce de ces raids survient alors que les forces pro-gouvernementales syriennes ont connu plusieurs succès ces dernières 24 heures.

Elles ont réussi dimanche à repousser une attaque de l’EI contre un important aéroport militaire situé à Deir Ezzor, selon l’OSDH, qui a précisé que plus de 100 djihadistes et 59 combattants pro-régime avaient été tués.

D’après l’OSDH, plusieurs jihadistes ont souffert de «suffocation» en raison de l’utilisation par l’armée de chlorite.

L’aéroport militaire de Deir Ezzor est considéré comme la seule voie de ravitaillement alimentaire des forces gouvernementales dans l’Est syrien. C’est de là que les avions et hélicoptères de l’armée décollent pour des raids contre les djihadistes et rebelles dans plusieurs régions de Syrie.

 

Rencontres diplomatiques

Par ailleurs, l’armée avançait dimanche dans la province d’Alep, selon l’OSDH, qui a précisé qu’au moins 24 rebelles et jihadistes avaient été tués au nord-est de la ville éponyme. «L’armée (…) a pris le secteur de Breij», a déclaré à l’AFP le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane.

Cela signifie que l’armée resserre l’étau sur les rebelles à l’est d’Alep: «il y a une menace très réelle que la route d’approvisionnement de l’opposition soit coupée», a-t-il précisé.

Alep, deuxième ville de Syrie, est divisée depuis juillet 2012 entre secteurs loyalistes à l’ouest et secteurs rebelles à l’est. Ces derniers sont menacés depuis début octobre d’être totalement assiégés par l’armée.

Toujours à Alep, des rebelles ont fait exploser un tunnel près d’une ancienne mosquée, affirmant viser des positions de l’armée, selon l’OSDH.

La télévision officielle a indiqué que les rebelles avaient fait exploser la mosquée de Sultaniyeh. Selon l’OSDH, la mosquée n’a pas été endommagée mais 12 soldats ont été tués dans l’explosion.

Le conflit en Syrie a commencé en mars 2011 par un mouvement de contestation pacifique qui s’est ensuite transformé en rébellion armée. Celle-ci a été largement éclipsée ces derniers mois par la montée en puissance de groupes jihadistes, notamment l’EI.

Alors que les combats ont fait plus de 200.000 morts, le ballet diplomatique a repris pour tenter de mettre un terme aux violences.

L’émissaire de l’ONU en Syrie, Staffan de Mistura, discutera dans les prochains jours à Gaziantep, en Turquie, avec les chefs rebelles d’Alep d’un «gel» des combats dans cette ville.

La Russie, qui entend relancer le processus de paix, recevra de son côté mercredi une délégation d’opposants syriens tolérés par le président Assad, après des personnalités du régime fin novembre.

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, se rend lui lundi à Téhéran pour une conférence sur l’extrémisme et la violence à laquelle doit également participer Ibrahim al-Jaafari, son homologue d’Irak où l’EI sévit également.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:25
FAA : visite de commandement du chef de la division emploi de l’EMA

 

05/12/2014 Sources EMA

 

Du 18 au 21 novembre 2014, les forces armées aux Antilles (FAA) ont accueilli le vice-amiral Hervé de Bonnaventure, chef de la division emploi des forces de l’état-major des armées (EMA), accompagné d’une délégation de l’EMA.

 

La division emploi des forces appuie le sous-chef opérations dans l'exercice de la tutelle des COMIA, COMFOR et COMSUP. Cette visite avait donc pour objectif de faire le point sur la réorganisation du dispositif des FAA et du plan d’actions mis en œuvre par le COMSUP. Les discussions ont notamment porté sur l’environnement capacitaire des FAA et sur de nouvelles propositions d’optimisation fonctionnelle.

 

Le vice-amiral Hervé de Bonnaventure et sa délégation, composée de représentants des domaines « opération », « infrastructure » et « finances », sont allés à la rencontre du personnel des FAA. Militaires et civils ont ainsi présenté in situleur mission, dans le cadre de la préparation à la gestion de crise, de la lutte contre le narcotrafic, de la protection des emprises, de l’action de l’Etat en mer et du soutien opérationnel.

 

Le nouveau dispositif vise à prendre en compte au mieux les enjeux de sécurité et de défense propres à l’environnement de nos territoires d’outremer. Tout en continuant à remplir leurs missions spécifiques, qui sont d’assurer la protection du territoire et des intérêts nationaux outre-mer, les forces de souveraineté voient ainsi le caractère régional de ces missions renforcé.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées de premier plan sur la zone Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:25
FAA : stage de préparation à l’engagement en forêt équatoriale pour la 2e compagnie du Détachement Terre Antilles – 33e RIMa

 

05/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 18 au 20 novembre 2014, les 96 soldats de la 2e compagnie du Détachement Terre Antilles – 33e RIMa (DTA 33) ont participé à un stage de préparation à l’engagement en forêt équatoriale, organisé par le centre d’aguerrissement de l’outre-mer et de l’étranger (CAOME) des forces armées aux Antilles (FAA).

 

En vue de leur engagement prochain en renfort des forces armées en Guyane (FAG) dans la lutte contre l’orpaillage illégal, l’objectif était de tester la résistance à la fatigue des militaires de la composante terrestre des FAA dans le cadre d’une instruction spécifique.

 

 Au programme de ces trois jours : parcours nautique et parcours mangrove, orientation et déplacement en forêt équatoriale primaire, instruction technique au passage à gué avec installation d’aide au franchissement, apprentissage du procédé tactique particulier du « dispositif de surveillance et d’interception » d’individus, et évacuation sanitaire par brancard de fortune formé d’une bâche, de sacs et de cordage.

 

 Dans le cadre du dispositif de « théâtre » Antilles-Guyane, les militaires du DTA 33 peuvent être amenés à renforcer ponctuellement les FAG, notamment pour l’opération de lutte contre l’orpaillage illégal Harpie, ou pour des missions de sécurisation du centre spatial guyanais lors des campagnes de lancement.

 

 Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le « théâtre » Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

FAA : stage de préparation à l’engagement en forêt équatoriale pour la 2e compagnie du Détachement Terre Antilles – 33e RIMa
FAA : stage de préparation à l’engagement en forêt équatoriale pour la 2e compagnie du Détachement Terre Antilles – 33e RIMa
FAA : stage de préparation à l’engagement en forêt équatoriale pour la 2e compagnie du Détachement Terre Antilles – 33e RIMa

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories