Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 07:30
Air strikes in Iraq (UK MoD)

 

Last updated: 10 November 2014 Ministry of Defence

 

British forces have continued to conduct air operations to assist the Iraqi government in its fight against ISIL.

 

This weekend saw the first air strike by a Royal Air Force Reaper remotely piloted air system (RPAS) as British forces continue to assist the Iraqi Government in their fight against ISIL.

A series of coalition missions were conducted near Bayji, north of Baghdad, where ISIL terrorists were laying improvised explosive devices.

The Reaper RPAS, using procedures identical to those of manned aircraft, successfully attacked the terrorists using a Hellfire missile.

UK Reaper continued to provide intelligence, surveillance and reconnaissance assistance to coalition aircraft which enabled them to conduct further strikes.

In addition, on Sunday morning, 2 RAF Tornado GR4s were tasked to investigate suspected ISIL activity near Al Anbar, west of Baghdad.

A single Brimstone missile was used to successfully destroy a shipping container used by the terrorists to store equipment to support extortion and control of the local population.

 

4 November - saw further action from Royal Air Force aircraft as they continue to assist the Iraqi Government in their fight against ISIL. Two Tornado GR4s, flying in support of Iraqi army units in the area surrounding Bayji north of Baghdad, used a Brimstone precision guided missile to successfully destroy an ISIL armed pick-up truck. Other RAF aircraft, including tankers, transport and surveillance platforms also continue to support coalition air operations.

3 November - over the weekend, 2 Royal Air Force Tornado GR4s were tasked to investigate ISIL activity near the scene of an earlier successful coalition air strike at Al Qaim, north-west of Baghdad. The aircraft, as part of the international coalition supporting the Iraqi government, identified and destroyed an ISIL armed vehicle using a single Brimstone missile. RAF Tornados were involved in further attacks this morning as a Brimstone missile was again used to attack a heavily armed ISIL pick up truck.

24 October - two Royal Air Force Tornado GR4s participated in a coordinated coalition air strike overnight (Thursday) at Jar Silah, west of Kirkuk. The aircraft, at the request of the Iraqi Government, used Paveway IV precision guided bombs to successfully attack a former Iraqi military base which ISIL were using as a logistics hub for operations in the area. Other RAF aircraft, including Voyager refuelling tankers, and Rivet Joint and Reaper surveillance platforms, also continue to support coalition air operations.

20 October - Early last week, 2 Tornado GR4s, while on an armed reconnaissance patrol, were tasked to attack an ISIL main battle tank which coalition forces had been tracking near Ramadi. Following extensive surveillance to ensure that there were no civilians nearby the tank was destroyed in a precision attack using a Brimstone missile.

19 October - RAF Tornados were involved in further successful airstrikes on ISIL terrorists who had attacked an Iraqi military convoy south of Fallujah. Brimstone missiles were used to hit the ISIL forces, including 2 trucks, ahead of additional attacks by other coalition forces in the area which were supported by UK Tornados. Video footage of the Ramadi mission is available on the Defence Imagery website

8 October 2014 - Tornado GR4 aircraft completed another round of air strikes in Iraq overnight. The Royal Air Force aircraft flew further missions to assist the Iraqi government in its fight against ISIL.

7 October 2014 - two Tornado GR4s were tasked to support the Iraqi Army. Brimstone missiles and Paveway IV guided bombs were used to conduct a successful precision attack on ISIL terrorists who were firing on Iraqi troops from a stronghold near Ramadi.

6 October 2014 - Tornado GR4s, flying from RAF Akrotiri, have continued their patrols over Iraq as part of the international coalition against ISIL.

5 October 2014 - two of our aircraft, flying in support of Iraqi security forces, successfully used Paveway IV precision-guided bombs to attack ISIL terrorists, fortified in a building near Ramadi, who were firing on Iraqi soldiers.

For more information see ISIL: UK government response page on GOV.UK

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 07:20
Pentagon Seeks Aircraft-based Drones for Future Missions

 

Nov. 11, 2014 By RAY LOCKER, USA TODAY – Defense News

 

The Pentagon is looking for ways to base multiple unmanned drones aboard larger aircraft, from which the drones will depart and return after they fly intelligence, surveillance and reconnaissance missions in hard-to-reach areas, according to a new request from the US Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA).

 

The request for information released over the weekend seeks drones that would be based on larger aircraft, such as B-52 or B-1 bombers or C-130 transport planes, to cite a few examples. The smaller drones would then fly from the larger planes, conduct their missions and return to the aircraft, which would then be able to fly away from potentially contested airspace.

 

“The agency envisions a large aircraft that, with minimal modification, could launch and recover multiple small unmanned systems from a standoff distance,” the request for information says.

 

Drones are continuing to play a larger role in US military and intelligence operations, including flights over Africa and the Middle East in search of terrorist groups.

 

DARPA’s latest request is part of a series of research programs aimed at developing aircraft and weapons that will enable US forces to cover large distances to get to coastal and other regions that are often protected by rival forces.

 

Earlier this year, DARPA released requests for long-range, anti-ship missiles that would break down the defenses of potential rivals such as China and Iran, as well as underwater drones that would be based aboard larger submarines. Another DARPA plan would enable multiple drones to communicate with each other autonomously without a central station on the ground.

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 20:50
photo SEDE

photo SEDE

 

11-11-2014 SEDE

 

The Subcommittee will debate the implementation of the 2013 European Council conclusions by the European Defence Agency with its Chief Executive Claude-France Arnould.

 

When : 20 November 2014


Further information Draft agenda and meeting documents

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 20:40
Kiev accuse l'OSCE de divulguer l'emplacement de ses troupes

 

KIEV, 11 novembre - RIA Novosti

 

Le Conseil de sécurité nationale et de défense d'Ukraine (SNBO) affirme que des représentants de la mission de suivi de l'OSCE dans le Donbass divulguent des informations sur l'emplacement des militaires ukrainiens, ce qui préoccupe Kiev, a déclaré mardi Andreï Lyssenko, porte-parole du SNBO.

 

"Kiev est préoccupé en apprenant que certains représentants de la mission de suivi spéciale de l'OSCE dans le Donbass rendent publiques des informations sur le déploiement d'unités militaires ukrainiennes. Nous espérons que la mission fera preuve d'impartialité et ne fera rien qui puisse compromettre sa crédibilité auprès de la société ukrainienne", a indiqué M.Lyssenko lors d'un point de presse.

 

Kiev a lancé en avril dernier une opération militaire d'envergure dans l'est de l'Ukraine contre les habitants révoltés par le coup d'Etat de février. Selon les Nations unies, au 31 octobre, le nombre de victimes du conflit a dépassé 4.000 personnes. Plus de 9.000 personnes ont été blessées.

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:55
photo ECPAD

photo ECPAD

 

11.11.2014 Par Aurélia Vertaldi – LeFigaro.fr

 

«Avoir les jetons», «No man's land», «Limoger» : tout un vocabulaire est né de la Grande Guerre, témoin de ce qu'ont vécu les millions de Poilus dans l'enfer du front. Le Figaro en a décortiqué quelques perles.

 

Les tranchées de la guerre 14-18 sont devenues, au fil des années, un creuset linguistique. Des hommes de tout âge, issus de milieux socio-culturels et de régions très disparates ont chacun, à leur manière, apporté une pierre à cet édifice linguistique. Régionalismes, langues étrangères ou jargons de tous les métiers ont façonné une langue que des millions de combattants ont utilisée dans l'enfer des tranchées.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:50
AviGuide - Head-Up Display


11 nov. 2014 Saab

 

New generation Head-Up Display for helicopters that allows an easy installation due to it compact on-axes solution. Increases the situational awareness and can be integrated with Enhanced Flight Vision System (EFVS).

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:50
Otan: début des exercices Trident Juncture en Estonie

 

TALLIN, 9 novembre - RIA Novosti

 

La phase active des exercices de forces de réaction rapides de l'Otan Trident Juncture  a débuté en Estonie et dans d'autres pays de l'Alliance, a annoncé dimanche l'état-major des Forces d'autodéfense estoniennes.

 

Les exercices qui devront prendre fin le 17 novembre, impliquent près de 1.500 militaires et spécialistes civils en provenance de 20 pays membres de l'Otan.

 

Selon le scénario des exercices, l'Estonie a été attaquée par une grande puissance adverse. L'Otan, en conformité avec l'article 5 de la charte de l'Alliance atlantique, qui considère une attaque contre un pays membre de l'Otan en Europe ou en Amérique du Nord comme une attaque visant l'ensemble de l'Alliance, expédie en Estonie sa Force de réaction rapide.

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:45
Séminaire La Corne de l’Afrique : Politique, Religion et Conflits, le 24 Novembre 2014


10/11/2014 IRSEM

 

L'Observatoire des Enjeux Politiques et Sécuritaires dans la Corne de l'Afrique, la Délégation aux Affaires Stratégiques (DAS) et l'Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) organisent, le 24 novembre 2014 à l'École militaire un séminaire sur le thème : "La Corne de l’Afrique : Politique, Religion et Conflits"

 
"La Corne de l’Afrique : Politique, Religion et Conflits"

- Religion et mobilisations dans la Corne de l’Afrique
- Reconfigurations étatiques sous tensions
- Interventionnismes en Somalie

Lundi 24 Novembre 2014
9h00 - 17h00

 

Programme du séminaire

 

Inscription préalable :
inscription.irsem@defense.gouv.fr

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:45
Paris et Tunis renforcent leur coopération pour contrer les djihadistes

 

11.11.2014 Par Marie-Amélie Lombard envoyée spéciale à Tunis – LeFigaro.fr

 

Le ministre français de l'intérieur était lundi à Tunis pour coordonner la lutte contre le terrorisme et prévenir le départ de ressortissants français ou tunisiens vers la Syrie et l'Irak.

 

La lutte contre le terrorisme était au centre du déplacement qu'a fait lundi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve en Tunisie. A plusieurs titres, Paris et Tunis sont en première ligne face à la menace djihadiste et au phénomène des départs de leurs ressortissants pour la guerre sainte en Syrie. Quelques chiffres l'illustrent. Les Français sont les plus nombreux parmi les Européens à rejoindre les rangs de l'Etat islamique ou d'Al Nosra. Au total, un millier d'entre eux ont réalisé ce projet ou tenté de le faire. Les Tunisiens forment, eux, le plus gros contingent parmi les combattants étrangers en Syrie. Selon les évaluations officielles, entre 2 000 et 3 000 Tunisiens sont concernés, parmi lesquels environ 500 ont trouvé la mort au Moyen-Orient et 500 sont revenus.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:40
BPC Vladivostok au premier plan et en fond (près des grues jaunes) son sister-ship, le Sébastopol.

BPC Vladivostok au premier plan et en fond (près des grues jaunes) son sister-ship, le Sébastopol.

 

BRUXELLES, 10 novembre - RIA Novosti

 

La question de livraison des porte-hélicoptères Mistral construits par la France pour Moscou doit être décidée "par les parties impliquées", a déclaré à RIA Novosti une source au sein de l'Alliance atlantique.

 

Auparavant, plusieurs médias occidentaux ont rapporté qu'un groupe de congressistes américains avaient adressé une lettre au secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg invitant l'Alliance à racheter à la France les porte-hélicoptères de classe Mistral commandés par la Russie, ou à les prendre à bail.

 

"Nous pouvons confirmer que le SG de l'Otan a reçu cette lettre. Il s'agit d'une affaire concernant les parties impliquées", a indiqué l'interlocuteur de l'agence s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

 

Selon la source, l'Otan "s'attend à ce que tous les alliés adoptent les décisions au niveau national en tenant compte du contexte actuel des relations entre l'Otan et la Russie".

 

L'idée d'acheter ou de prendre à bail les bâtiments de projection et de commandement (BPC) construits en France pour la Russie avait déjà été suggérée par des congressistes américains à l'ex-secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen. Formulée fin mai, cette initiative n'a pas trouvé d'écho au sein de l'Alliance atlantique. L'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Otan, Lewis Douglas, a alors déclaré que l'Alliance n'avait pas intérêt à acheter ces BPC.

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 14:56
Carte des opérations Oct. 2014 - source EMA

Carte des opérations Oct. 2014 - source EMA

 

11/11/2014 Par lefigaro.fr

 

Le projet de loi de finances rectificative, qui sera présenté mercredi, prévoirait de compenser les dépenses de l'Etat liées notamment aux interventions militaires.


Les opérations militaires au Mali, en Irak ou encore en Centrafrique sont la première cause du dérapage budgétaire que le gouvernement entend compenser par les mesures d'économies supplémentaires présentées mercredi, assurent Les Echos. Selon le site du quotidien économique, le projet de loi de finances rectificative «prévoirait de l'ordre de 2,2 milliards d'euros d'annulations de crédits cette année pour contenir l'évolution de la dépense de l'Etat». L'opération vise «à compenser le dérapage de certains budgets sous-dotés».

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 14:55
Onze novembre, histoire d’une commémoration nationale


source Mission Centenaire 14-18
 

Une journée particulière

À la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la cinquième année de guerre, les armes se sont tues. Un armistice signé dans un wagon placé dans la clairière de Rethondes a mis fin à ce que l’on nomme depuis 1915 la Grande Guerre. Dans les premiers jours de novembre 1918 les autorités allemandes ont fait savoir qu’elles désiraient négocier un arrêt des combats. Le 5, le centre de radio-télégraphie de la Tour Eiffel a reçu le texte de cette demande. Le 7, les plénipotentiaires allemands passent les lignes du front pour rejoindre le général en chef des armées alliées, le général Foch. La rencontre est fixée dans un wagon-restaurant aménagé en bureau pour l’état-major de Foch en septembre 1918. La forêt de Compiègne, sur des voies de chemin de fer utilisées pour les tirs à longue portée offre un endroit discret et accessible. L’abdication de Guillaume II le 9 novembre accélère la prise de décision et le 11 novembre vers 5h20 le cessez-le-feu est signé pour une durée de 36 jours. Le texte impose aux futurs vaincus deux mesures principales : la cessation des hostilités sur terre et dans les airs, six heures après la signature ainsi que l’évacuation des pays envahis.

L’annonce du cessez-le-feu sur le front, par sonnerie de clairon, donne naissance à des scènes d’émotion, de fraternisation, d’immense soulagement. Les soldats n’osent y croire. La nouvelle à peine connue, la liesse populaire s’empare des populations urbaines. Mais cette liesse, visible sur les documents photographiques et filmés ne doit pas tromper. Plus que la joie de la victoire, c’est le soulagement que les populations expriment : soulagement éprouvé à la fin d’un conflit particulièrement meurtrier, soulagement de ne plus avoir à lire les listes de soldats morts, disparus, blessés, soulagement de ne plus attendre dans l’angoisse la visite du maire et du curé.

Dans l’après-midi, vers 16 heures, Georges Clemenceau se rend à la Chambre des députés pour présenter les conditions d’armistice. Après de longues minutes d’applaudissements d’une chambre débout, le Président du conseil, ministre de la guerre, lit la convention signée le matin même. Le « père la victoire » devient en ce jour le soldat de l’idéal et peut proclamer «…en cette heure terrible, grande et magnifique, mon devoir est accompli… ». La fin de la guerre efface le débat politico-militaire qui avait cours pendant les jours précédents la signature. Faut-il continuer le combat, chasser les Allemands de Belgique, poursuivre l’armée allemande jusque sur son propre territoire comme le préconise le président Poincaré soutenu par le général Pétain ? Faut-il tenir compte de la situation d’épuisement des soldats et des populations, mettre fin le plus vite possible au conflit comme le voudraient Clemenceau et Foch ? Le soulagement de la fin des combats est ressenti partout en Europe occidentale.

Cette date devient rapidement un enjeu mémoriel dans une république qui multiplie depuis près de quarante années allégories, symboles, lieux de mémoire.

 

Une mise en mémoire originale

En 1919, le onze novembre est commémoré à sa date dans une discrétion relative. L’année a été marquée par une immense manifestation, le défilé de la victoire, le 14 juillet autour de l’Arc de triomphe et sur les Champs Elysée. D’autre part le 2 novembre, le premier jour des morts depuis la fin de la guerre est commémoré par les familles, dans une approche intimiste et privée. Les autorités ont tenu à ces commémorations familiales, recueillement de communautés en deuil, dans un esprit consensuel.

En 1920, la République qui fête son cinquantenaire donne véritablement naissance à une commémoration à dimension nationale. Une invention commémorative, proposée dès 1916 par le président du Souvenir français, décidée par le Parlement en 1918 et liée à l’un des effets majeurs de la guerre, la disparition des corps, se met en place : la célébration du soldat inconnu, héros anonyme d’une Nation, représentant du peuple des soldats, « le fils de toutes les mères qui n’ont pas retrouvé leur fils… » comme l’affirme le général Weygand. Le lieu d’inhumation fait débat, soulignant les tensions que produit cette construction mémorielle. De nombreux républicains proposent le Panthéon pour faire de tous les Poilus à travers un seul le grand homme auquel la Patrie se doit d’être reconnaissante. L’Arc de triomphe n’est choisi qu’à la suite d’une campagne de presse. Le lieu réunit les soldats de la Révolution, de l’Empire, des guerres du XIXe siècle dans un esprit de continuité historique des conflits auxquels les armées françaises participent depuis 1792.

Les commandants des différents secteurs militaires durent exhumer le corps d’un soldat assurément français, non-identifié, dans un endroit tenu secret. Le 10 novembre huit cercueils sont placés dans la citadelle de Verdun, haut lieu de la résistance de l’armée française en 1916 et champ de bataille par lequel presque tous les régiments français sont passés selon l’organisation des roulements mise en place par le général Pétain. Il revient à un soldat de France de choisir l’inconnu qui les représentera tous. Le soldat désigné dans un premier temps étant tombé malade, le sort désigne presque « par hasard » un jeune soldat de vingt-et-un ans, engagé volontaire, originaire de Normandie, Auguste Thin, du 132ème régiment d’infanterie, dont le père avait disparu dans les combats du fort de Vaux et qui fut lui-même gazé en Champagne en 1918. En présence du ministre des pensions André Maginot, il additionne les trois chiffres de son régiment, pour choisir ainsi le sixième cercueil en déposant un bouquet de fleurs.

Le cercueil élu fut transféré vers Paris et passa la nuit Place Denfert-Rochereau, en mémoire du défenseur de Belfort lors du conflit de 1870. Le lendemain matin le cortège fit un arrêt au Panthéon pour recevoir les hommages de la Nation lors d’une allocution de Poincaré au pied d’un bâtiment qui accueillit en même temps une châsse contenant le cœur de Gambetta, fondateur de la République cinquante ans plus tôt. Puis le cortège se rendit vers l’Arc de triomphe traversant Paris devant une foule immense. Déposé dans une chapelle ardente du monument, le soldat inconnu ne fut inhumé que le 28 janvier 1921. A l’Arc de triomphe, le soldat inconnu rejoint ceux de la Révolution française, ceux du premier Empire, ceux des conquêts coloniales, mêmes soldats citoyens portant au-delà des frontières les valeurs de la France, des Droits de l’Homme. Deux années plus tard le 11 novembre 1923, André Maginot, lui-même ancien combattant mutilé, alluma la flamme pour la première fois au son de la marche funèbre de Chopin.

 

L’hommage aux morts

Pour autant, en 1920, le 11 novembre n’était pas encore un jour férié. Le combat des anciens combattants allait durer encore deux ans pour faire de ce jour une journée entièrement dédiée à la commémoration de leurs camarades morts, disparus mais aussi commémorer les sacrifices de tous ceux qui étaient rentrés, vivants certes mais blessés, gazés, psychologiquement détruits et que la société en reconstruction ne parvenait pas à reconnaître, à intégrer. Le Parlement, trouvant que le nombre de jours fériés était déjà trop important refusa, discuta, ergota. Les associations d’anciens combattants finirent par décider députés et sénateurs à voter le 24 octobre 1922, le caractère chômé et commémoratif de la journée. Donc quatre années après la fin des hostilités, la France décida de se donner une journée nationale pour honorer ses morts. Les rituels de commémoration qui se mirent en place lors de cette journée en soulignent le caractère particulier. La Nation réunie se recompose dans chaque commune lors du cortège processionnaire qui de la maison communale rallie le monument aux morts souvent fraîchement inauguré. Les autorités, les familles des soldats tués, les anciens combattants, les enfants des écoles puis la population structurent des familles symboliques dans une cérémonie qui emprunte beaucoup aux rites funéraires. Une sonnerie aux morts arrivée tardivement en 1932, un appel des noms ponctué à chaque identité par la formule forte : « mort pour la France ». Mais au-delà des discours prononcés par les autorités locales, du mot du gouvernement toujours centré sur la valeur d’exemplarité du sacrifice et la nécessité de ne pas le rendre vain en lui donnant du sens et en poursuivant l’œuvre des poilus décédés, ce qui est sans doute le plus original et le plus important c’est la place particulière occupée par les drapeaux. Alors qu’ils symbolisent la Nation, des principes comme liberté, égalité, fraternité et qu’ils sont les objets de l’hommage dans les autres fêtes nationales dont le 14 juillet, ici ils s’inclinent montrant que c’est la Nation qui rend hommage aux morts. Si le 11 novembre est une journée commémorative qui a réussi, selon les termes d’Antoine Prost c’est parce que cette journée rend hommage non à des principes mais à des hommes, citoyens d’un Etat sauvé par leur sacrifice. Ainsi furent fixés durablement les  rituels commémoratifs du 11 novembre.

Dans les années qui suivirent, le 11 novembre trouva sa place comme date mémorielle fondamentale. La seconde guerre mondiale lui donna une dimension nouvelle. Suite aux interdictions prononcées par les autorités allemandes et françaises de procéder à des manifestations commémoratives en 1940, de trois à cinq mille étudiants et lycéens manifestent à Paris. Acte de résistance fortement réprimé avec de multiples blessés et des arrestations, cet événement fut rapidement connu par les résistances extérieures, relaté notamment par Radio-Londres. Le 11 novembre trouva à la sortie de la guerre une place associant les morts des deux guerres. En 1944, Winston Churchill et le général de Gaulle célèbrent les cérémonies du souvenir dans la capitale d’un pays qui n’est pas encore totalement libéré. L’année suivante, le chef du gouvernement provisoire utilise le 11 novembre pour honorer les morts résistants de la seconde guerre mondiale. 15 Français, hommes et femmes, représentant différentes armes mais aussi des prisonniers, des déportés morts pour la France furent portés le 10 novembre aux Invalides puis le lendemain conduits à l’Arc de triomphe pour présentation à la foule puis au Mont Valérien, leur dernière demeure, comme s’il rejoignaient les morts de la Grande Guerre faisant de cette période 1914-1945 une sorte de guerre unique.

Depuis 1945, les cérémonies du 11 novembre sont mises au service de la mémoire, de la paix et progressivement à celui de la réinsertion dans la Nation de ceux que la mémoire avait exclus, montrant que si ces soldats morts furent unis dans une communauté de destin, ils n’en formaient pas moins un corps social hétérogène unis par des valeurs au nom desquelles ils consentirent à se sacrifier pour donner tout son sens à la Nation.

 

Bibliographie sélective

AUDOIN-ROUZEAU Stéphane et PROCHASSON Christophe (dir.), Sortir de la Grande Guerre, le monde et l’après-1918, Paris, Tallandier, 2008

AUZAS Vincent, La commémoration du 11 Novembre à Paris : 1919-2012, thèse de doctorat en histoire, 2013

CABANES Bruno, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004

CRIVELLO Maryline, GARCIA Patrick, OFFENSTADT Nicolas, La concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix en Provence, Presses universitaires de Provence, 2006

DALISSON Rémi, 11 Novembre, Du Souvenir à la Mémoire, Paris, Armand Colin, 2013

FERRO Marc, Le 11 novembre 1918, Paris, Perrin, 2008

WINTER Jay, Entre deuil et mémoire. La Grande Guerre et l’histoire culturelle en Europe, Paris, Armand Colin, 2008

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 13:55
Le CEMA s’adresse aux attachés de défense étrangers

 

07/11/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le 6 novembre 2014 à l’Ecole militaire, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est exprimé devant les attachés de défense (AD) étrangers en poste à Paris à l’occasion du séminaire annuel qui leur est destiné.

 

Le CEMA a ouvert le séminaire avec un point sur les opérations. Il a fait part de son constat d’une situation sécuritaire qui se dégrade dans l’environnement proche et immédiat de l’Europe. Les menaces évoluant et se diversifiant, il a estimé qu’il est de plus en plus nécessaire de développer une logique de partage en matière de renseignement, de logistique ou encore de formation. Dans cet esprit, il a également estimé qu’il convient d’accroître les coopérations de Défense.

 

Ce séminaire a également permis d’expliquer la transformation des armées françaises aux AD et d’évoquer les deux enjeux majeurs que sont l’efficacité opérationnelle et le maintien de la cohérence capacitaire de l’outil de défense français. 

 

Enfin, le CEMA a souligné le rôle déterminant à ses yeux des attachés de défense dans les relations internationales militaires.

 

Le CEMA s’adresse aux attachés de défense étrangers

Regroupés au sein du corps des attachés militaires, navals et de l’air (CAMNA), les attachés de défense étrangers et leurs adjoints présents en France sont au nombre de 170 et représentent 97 pays.

 

Ce séminaire a donné l’occasion d’un contact direct entre les attachés et les plus hautes autorités militaires françaises, permettant ainsi, comme l’a souligné le CEMA,  « de partager une appréciation de la situation et de contribuer à la paix par le développement de coopérations efficaces ».

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 13:55
Aujourd'hui, le déminage est un business : un tiers des obus de 14-18 n'ont pas explosé..

 

10 novembre 2014 par Ludovic Dupin - L'Usine Nouvelle n° 3375

 

Le centenaire de la Grande Guerre n’est pas qu’une affaire de commémorations. Les conflits ont laissé des souvenirs explosifs dans le sous-sol français.

 

A chaque guerre, ses tristes souvenirs. Obus, grenades, bombes et autres engins de destruction restent encore très présents sur le territoire français, enfouis ici ou là. La guerre de 1870 a ainsi frappé le sud de Paris, quand les Prussiens ont assiégé les forts de Vanves et d’Issy-les-Moulineaux. La Grande Guerre a laissé des millions de munitions enterrées dans le nord-est : près de 30% du milliard d’obus tirés pendant le conflit n’ont pas explosé. Entre 1939 et 1945, les bombardements allemands, puis alliés, ont visé des villes et des points stratégiques (aéroport, ports, usines…). On retrouve même des boulets explosifs datant du Premier Empire !

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 13:55
Colloque " Espionnage et renseignement dans la première guerre mondiale " - 26 novembre 2014


07/11/2014 DMPA / IRSEM

 

L’académie du renseignement, en partenariat avec la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) et l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM) du ministère de la Défense organise, le 26 novembre 2014 à l’Ecole militaire, un colloque scientifique public sur le thème Espionnage et renseignement dans la Première Guerre mondiale.

 

Labellisé par la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, ce colloque, associant grands témoins contemporains du monde du renseignement, universitaires et chercheurs français et étrangers de renom, veut rendre hommage au métier de l’ombre qu’est le renseignement, durant une période - celle de la Grande Guerre - particulièrement riche pour son étude.

 

Inscription obligatoire avant le 21 novembre 2014 : dmpa-colloque.histoire@defense.gouv.fr

 

Invitation et programme

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 13:55
80 ans de solidarité en faveur de la communauté combattante

 

07/11/2014  Ministère de la Défense

 

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir, renaît pour redonner de l’espoir !

 

L’Œuvre Nationale du Bleuet de France est une œuvre caritative issue de la Première Guerre mondiale et dont l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG) assure la gestion depuis 1991. L’histoire de la création du Bleuet de France débute à Paris, au sein de l’Institution Nationale des Invalides où deux femmes de leur temps à l’écoute des souffrances de leurs contemporains: Charlotte Malleterre (fille du commandant de l’Hôtel National des Invalides) et Suzanne Leenhardt, infirmières au sein de l’Institution, souhaitent venir en aide aux mutilés de la Première Guerre. Elles créent alors, dès 1925, un atelier pour les pensionnaires des Invalides. Ils y confectionnent des fleurs de Bleuet en tissu pour les aider à reprendre goût au travail et à la vie et subviennent ainsi, en partie, à leurs besoins grâce au produit de la vente de ces fleurs. Bientôt cette belle initiative se développe et prend une dimension nationale: la Nation veut témoigner de sa reconnaissance et venir en aide à ses hommes qui ont sacrifié leur jeunesse à défendre la France. Le Bleuet est alors choisi pour incarner le symbole national du Souvenir, la Fleur des Morts pour la France. C’est pourquoi, il est décidé à l’occasion du 11 novembre 1934, de vendre, pour la première fois, les fleurs de bleuet fabriquées par les anciens combattants sur la voie publique à Paris: près de 128 000 fleurs seront vendues! C’est une vraie réussite suivie d’une véritable reconnaissance car, dès 1935, l’État décide de la vente officielle du Bleuet chaque 11 novembre.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, en 1957, l’État crée un deuxième jour de collecte chaque 8 mai. Aujourd’hui encore, à l’occasion de ces deux journées commémoratives, l’Œuvre Nationale du Bleuet de France organise des collectes sur la voie publique dans toute la France grâce à son réseau de 20 000 bénévoles. Les fonds collectés permettent de contribuer au maintien à domicile des anciens combattants et de leurs veuves, de participer au financement des études des pupilles de la Nation, mais encore de soutenir des militaires gravement blessés en opérations extérieures ou d’accompagner les familles endeuillées de nos soldats. Le Bleuet de France avec l’ONAC-VG, est aussi l’un des acteurs majeurs de la politique de transmission de la mémoire et des valeurs républicaines aux jeunes générations. Ce soutien se concrétise par le financement sur le plan national ou local de centaines de projets mémoriaux.

Plus que jamais, le Bleuet de France a besoin de votre appui pour promouvoir ses valeurs de mémoire et de solidarité.

Source: Bleuet de France

________

 

Pour en savoir plus :

Bleuet de France : www.bleuetdefrance.fr  

Le Bleuet en vidéo : www.youtube.com

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 13:55
Exercice Angers 2014 : le 6e RG au cœur de sa ville


07/11/2014 Valérian FUET - Armée de Terre

 

Du 12 au 15 novembre, près de 700 militaires investissent la ville d’Angers dans le cadre d’un entraînement opérationnel en terrain libre. L’occasion pour le 6e régiment du génie de mettre en œuvre et de partager ses différents savoir-faire techniques et tactiques avec la population angevine.

 

Tout au long des quatre jours, différents ateliers ouverts au public seront conduits dans l’agglomération angevine et ses environs :

 

Carte exercice Angers 2014 (format pdf, 2 MB).

 

Inscrit dans le cadre des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale et du 120e anniversaire de la création du 6e RG, l’exercice proposera également différentes animations ouvertes au public :
-    des ateliers pédagogiques au profit des écoles (du 12 au 15 novembre : Place Leclerc) ;
-    un concert de la fanfare de tradition du 6e RG (mercredi 12 – 20h30 : Grenier Saint Jean) ;
-    une conférence historique sur la grande guerre (jeudi 13 - 20h30 : Centre des congrès).


Plus d’information : www.angers.fr

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 13:55
Histoires filmées de la Grande Guerre – « Une journée calme dans la tranchée »

 

10.11.2014 ECPAD
 

Au lendemain de la bataille de la Marne, fin septembre 1914, les fantassins improvisent une défense en creusant des trous, qui, reliés entre eux, forment peu à peu un système de fortification permanent en rase campagne. La guerre de position, caractérisée par ce dispositif, dure jusqu’au printemps 1918, marqué par plusieurs offensives et la reprise de la guerre de mouvement. Ainsi, durant ces quatre années, les soldats construisent des tranchées, des plus simples au plus élaborées, s’y protègent, y surveillent l’ennemi également terré dans les tranchées d’en face, au-delà du no man’s land, tentent de parer les bombardements et les sapes, lancent des assauts en franchissant ses parapets. Surtout, la tranchée devient le lieu de vie du combattant : il y mange, dort, s’ennuie, s’occupe comme il peut, se lave, se soigne, se repose malgré le froid, la pluie, la peur…

Les images de tranchées, presque exclusivement filmées du côté français, abondent dans les films de la SCA-SPCA. Le montage présenté ici, réalisé à partir de ces documents d’archives, a choisi de ne montrer que des moments de calme, propices à la prises de vue voire à la mise en scène : l’approvisionnement, les repas, la toilette, la lessive, l’entretien des armes, un exercice d’assaut et d’alerte aux gaz.

Au mois de décembre, vous pourrez voir un épisode consacré à la poste aux armées.

 

Voir la vidéo 

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 12:55
photo du colonel B. Heluin (Kapisa, mandat Richelieu, 2011)

photo du colonel B. Heluin (Kapisa, mandat Richelieu, 2011)

 

10.11.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Dans le cadre des Jeudis de la Défense de la Zone de défense et de sécurité Ouest, une conférence débat aura lieu le 27 novembre, à Rennes, à l'ESPE (9, rue Pierre-Legrand) à 19h. Cette conférence est intitulée: "Journalisme de guerre Entre éthique et volonté d'informer, peut-on tout dire et tout montrer ?".

 

Participeront au débat, qui sera ponctué de reportages filmés par des journalistes de guerre:
- le colonel Yves Métayer, chef de la division opérations de l'Etat-major de la zone de défense de Rennes, projeté plusieurs fois à divers postes de commandement en opérations au Kosovo, en Afghanistan et au Mali 
- le lieutenant-colonel Franck Chevallier, conseiller en communication du général commandant les forces françaises en Afghanistan en 2013,
- et le rédacteur de ce blog (j'interviendrai en tant que journaliste du service Politique d'Ouest-France et d'animateur de Lignes de défense).

 

S'inscrire avant le 25 novembre 2014 à la cellule communication ZDS Ouest au 02 23 35 25 18

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 12:50
NATO Secretary General tours Afghanistan

 

10 nov. 2014 NATO

 

Jens Stoltenberg pays a visit to Afghanistan for the first time as head of NATO. The Secretary General met with President Ashraf Ghani and went to Kandahar, Herat, Mazar-e Sharif and the Afghan commando base in Kabul, to pay tribute to those who had been injured or lost their lives.

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 08:50
photo Wojciech Olkusnikphoto Wojciech Olkusnik

photo Wojciech Olkusnik

 

10.11.2014 Fondation Robert Schuman

 

La Pologne a adopté le 5 novembre une nouvelle stratégie de sécurité nationale pour répondre aux "menaces" apparues à ses frontières orientales, selon les dirigeants polonais. Selon le document adopté, publié sur le site de la présidence, la Pologne fait face dans son voisinage à "un risque de conflits à caractère régional ou local, susceptibles de l'impliquer indirectement ou directement". "Ces menaces pour la Pologne (...) peuvent être aussi bien d'ordre militaire que non militaire", selon ce document...

 

Lire la suite

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 17:55
Catamaran 2014 : un aviateur parmi les marins

 

29 Octobre 2014 Sources :  Marine nationale

 

La Marine nationale accueille, comme les autres armées, des officiers de liaison de l’armée de Terre ou de l’armée de l’Air. Cela permet de faciliter la compréhension et de renforcer les liens entre les trois armées qui travaillent ensemble au quotidien en opérations et sur le terrain.

 

Au sein de la force aéromaritime de réaction rapide (FRMARFOR) sont ainsi affectés plusieurs officiers de l’armée de Terre et un aviateur, chargé, pendant l’entraînement Catamaran, d’assurer la coordination entre les aéronefs Marine et ceux de l’armée de l’Air.

 

Ainsi, le lieutenant colonel A. assure le lien indispensable entre la force maritime, qui déploie des aéronefs et la Joint Force Air Composant Command (JFACC), structure de commandement de la composante aérienne basée à Lyon qui conçoit, planifie, programme et conduit les opérations aériennes au dessus du territoire. « Mon travail consiste à s’assurer de la bonne transmission et compréhension des informations à caractère opératif et tactique entre le JFACC et la task force 473 articulée autour du Charles de Gaulle. Nous ne travaillons pas forcément avec les mêmes outils, et j’apporte l’indispensable fluidité entre Marine nationale et armée de l’Air. Les impératifs des « marins du ciel » nous sont méconnus : strict respect des heures de vol pour les « pontées » (phases de catapultage ou d’appontage des aéronefs sur le porte-avions) ; contraintes de localisation du porte-avions au large…Par ailleurs, je suis le vecteur privilégié pour solliciter le concours de moyens de l’armée de l’Air et des moyens étrangers, concours qui a permis de jouer des séquences tactiques très intéressantes avec des AWACS, des aéronefs espagnols, suisses ou britanniques. Ces derniers ont apporté une vraie plus-value aux séquences aériennes de l’exercice ».

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 17:55
Drone n°4/11 - Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Préparation du DRAC par un binôme de la batterie de renseignement de la 9e brigade légère blindée de Marine appartenant au 11e régiment d'artillerie de Marine lors du camp régimentaire à Suippes - Crédits : J-B. Tabone/Armée de Terre

 

source Defense.gouv

 

Les hommes derrière les machines. Qui sont les hommes qui font voler les drones ? Voici un album sur les mécaniciens et opérateurs sans qui les drones n’existeraient pas…


http://bit.ly/ADAdrones

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 17:55
Hommage aux Bretons morts pour la France à Sainte-Anne d’Auray (16 Oct.)

Hommage aux Bretons morts pour la France à Sainte-Anne d’Auray - 16 octobre 2014 - photo ESCC - DIRCOM - Adc A.CARLO

 

17/10/2014 Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan

 

Un détachement du 2e bataillon de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr a participé à une cérémonie à Sainte-Anne d’Auray jeudi 16 octobre 2014 pour rendre un hommage aux Bretons morts pour la France en présence du ministre de la Défense.

 

C’est dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale que la délégation militaire du Morbihan, le service départemental de l’ONAC et le Souvenir Français se sont associés pour rendre cet hommage régional. A cette occasion, et en présence du général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’État-major de l’armée de Terre, monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a décoré le drapeau du 3e RIMa de la fourragère 14-18.

 

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 17:50
photo msz.gov.pl

photo msz.gov.pl

 

10.11.2014 source Fondation Robert Schuman

 

Le 6 novembre, la Haute représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini a fait sa première visite officielle en Pologne. Lors de sa visite, elle a rencontré le Ministre des affaires étrangères de Pologne, Grzegorz Schetyna, le président Bronisław Komorowski, le vice-Premier ministre ainsi que le ministre de la Défense Tomasz SiemoniakTomasz Siemoniak. Selon le ministre des affaires étrangères, cette visite a réaffirmé le rôle essentiel de la Pologne dans l'élaboration de la politique étrangère de l'UE. A Varsovie, Federica Mogherini a déclaré que les pays européens devaient rediscuter leur stratégie vis-à-vis de la Russie, compte-tenu du signal "très négatif" que constituent les élections organisées par les séparatistes dans les provinces orientales de l'Ukraine...

 

Lire la suite

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories