Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 16:50
Airbus : Recentrer les activités de défense, des cessions en vue

 

20-09-2014 lemaghrebdz.com

 

Airbus Group va se concentrer sur les avions militaires, les missiles et les activités spatiales et les systèmes et services associés dans le cadre de la révision de son portefeuille d'activités de défense, qui passera également par des cessions, notamment dans les activités de communication.

 

"Suite à l'évaluation exhaustive et détaillée de son portefeuille d'activités, Airbus Defence and Space a défini les activités Espace (lanceurs et satellites), Avions militaires, Missiles ainsi que les systèmes et services associés comme ses cœurs de métier", annonce Airbus Group dans un communiqué. "La division continuera à investir dans ces secteurs afin de renforcer sa position de leader", précise-t-il. Le second volet de cette restructuration, qui intervient dans le cadre de la revue stratégique d'Airbus Group engagée en 2013, porte sur la cession d'activités de communication, de participations et filiales. Airbus Defence and Space, la branche née au 1er juillet du regroupement des activités défense de l'ex-EADS, prévoit ainsi "de céder certains secteurs d'activité ne correspondant pas à ses objectifs stratégiques et pour lesquels un meilleur développement serait possible dans des structures différentes". Airbus Defence and Space comprend les anciens Cassidian, Astrium et Airbus Military et constitue le deuxième pilier d'Airbus Group aux côtés de l'avionneur Airbus. Elle emploie à ce jour quelque 40 000 salariés pour un chiffre d'affaires annuel d'environ 14 milliards d'euros.

Le groupe n'avance pas de calendrier mais précise que le volume d'activité des entités à céder avoisine les 2 milliards d'euros, selon un porte-parole.

 

"Conséquence logique"

 

"Il s'agit tout d'abord des activités de communications commerciales et parapubliques (dont les radiocommunications mobiles professionnelles ainsi que des services commerciaux de communication par satellite), qui auront de meilleures perspectives de croissance en intégrant d'autres structures industrielles", précise le groupe. Parmi les actifs mis en vente figurent également certaines filiales et participations, dont Fairchild Controls, Atlas Elektronik, Rostock System-Technik, AvDef et ESG. Le conglomérat industriel allemand ThyssenKrupp a indiqué par la voix de son patron Heinrich Hiesinger avoir pris acte de l'intention d'Airbus de vendre sa part dans leur co-entreprise Atlas Elektronik, et qu'il allait "étudier toutes les options", y compris s'en porter acquéreur.

"Nous avons un droit de préemption, nous avons pris acte des annonces (d'Airbus) et nous étudions toutes les options, mais il n'y a pas encore de décision", a déclaré un porte-parole du groupe, rapportant des propos de M. Hiesinger. "Enfin, indique Airbus, toutes les alternatives industrielles seront explorées pour les secteurs Sécurité et Électronique de défense de la division afin d'assurer leur croissance future et la création de valeur". Autrement dit, cela passera par des partenariats ou des cessions. "Les décisions concernant le portefeuille d'activités d'Airbus Defence and Space sont la conséquence logique de la revue stratégique d'Airbus Group de 2013", a déclaré Tom Enders, P-DG d'Airbus Group, cité dans le communiqué. Elles permettront "de nous recentrer encore plus sur les cœurs de métier du groupe que sont l'aéronautique et l'espace", a-t-il ajouté. "Au vu du contexte budgétaire tendu dans nos pays et de la concurrence croissante sur les marchés mondiaux, l'examen de notre portefeuille d'activités apparaît comme un élément essentiel pour le développement futur de notre division défense et espace et l'amélioration de sa compétitivité", a fait valoir de son côté Bernhard Gerwert, patron d'Airbus Defence and Space. "Toutes ces décisions respecteront bien entendu les accords de sécurité nationale et feront l'objet de discussions franches et ouvertes avec les représentants du personnel", a-t-il assuré. Côté syndical en France, on estime que ces mesures "ne constituent pas une casse énorme, elles ne concerneraient en France que 200 personnes environ, essentiellement à Elancourt", a indiqué un responsable sous couvert de l'anonymat. Le périmètre exact des activités touchées en France ne sera connu que lors d'un comité d'entreprise mercredi à Elancourt, a-t-il précisé. L'ex groupe EADS, qui emploie quelques 144'000 salariés, se compose désormais de trois divisions: Airbus (aviation commerciale), Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) et Airbus Defence and Space (ADS) qui regroupe les anciennes divisions Cassidian (défense), Astrium (espace) et l'activité avions de transport militaire d'Airbus. Pour sa partie Espace, le groupe a déjà entrepris en juin 2014 un rapprochement avec le groupe français Safran dans les lanceurs, notamment la fusée Ariane.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 16:45
La Russie vend 12 hélicoptères au Nigéria

 

PRETORIA, 19 septembre - RIA Novosti

 

La Russie livrera six hélicoptères Mi-17 et six hélicoptères Mi-35 au Nigéria, a annoncé vendredi à Pretoria Sergueï Goreslavski, directeur général adjoint de l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport).

 

"En août dernier, nous avons signé un contrat important avec le Nigéria sur la livraison d'hélicoptères Mi-35 et Mi-17. Le contrat porte sur 12 appareils, six de chaque type", a indiqué M.Goreslavski lors du salon international de la défense Africa Aerospace and Defence 2014 qui se déroule en Afrique du Sud.

 

Selon lui, le premier lot d'hélicoptères arrivera au Nigéria dans un an.

 

M.Goreslavski n'a pas précisé le montant du contrat.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 16:45
12ème UED: Le Mali à l’honneur à travers Karim Kéïta

 

22 Septembre malijet.com

 

Le Mali était à l’honneur à Bordeaux pendant les journées de l’Université d’été de la Défense de Bordeaux. En effet, le président de la Commission Défense de l’Assemblée Nationale française a invité son homologue de l’Assemblée Nationale du Mali, l’Honorable Karim Keita, à participer du 8 au 9 septembre à cette douzième édition dédiée à l’Armée de l’Air.

 

Le Maire de Bordeaux Alain Juppé et le Président du Conseil Régional d’Aquitaine, Alain Rousset, ont chaleureusement accueilli les invités. A noter aussi la présence de Jean Yves le Drian, Ministre de la Défense français, qui n’a pas manqué de souligner, dans son discours, la pertinence du thème de cette Université à savoir «Agir et réagir» au regard du contexte de crises multiformes dans lesquelles la France intervient en tant que locomotive au sein de l’Union Européenne.

 

Cette Université d’été, à l’instar des autres, avait pour objectif de réunir le monde de la défense, à savoir industriels privés tels que Dassault Aviation, les PME, les armées, le Ministère de la Défense, les parlementaires (Patricia Adam Députée du Finistère et Présidente de la Commission Défense) Sénateurs, décideurs européens et partenaires étrangers pour préparer l’avenir en étant proactifs. L’Université d’été représente le moment privilégié pour approfondir la réflexion, la collaboration et le partenariat.

 

Cette année, une place particulière a été donnée aux Africains et c’est dans ce cadre que l’Honorable Karim Keita, Président de la Commission Défense du Mali, était présent de même que ses pairs du Niger, du Burkina Faso ainsi que le Sénégalais Cheikh Tidiane Gadio, ancien Ministre des Affaires Etrangères  et Président de l’Institut Panafricain de Stratégie (IPS).

 

L’Université d’été c’est aussi le lieu de montrer par des démonstrations sur une base militaire aérienne que malgré la crise, l’industrie militaire française reste compétitive, innovante et experte. Le Président de la Commission Défense a participé à ces expositions dynamiques qui démontrent l’aptitude des armées à conduire, en temps réel, leurs missions sur les théâtres d’opérations extérieures.

 

En plus des expositions, des forums, des ateliers et plénières ont ponctué le rythme de cette douzième Université d’été auxquels l’Honorable Keita a pris part. Il a participé notamment àl’atelier : Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye, Mali, Centrafrique perspectives de dix ans d’engagement. Cet atelier était co-présidé par Jean Louis Carrere, Sénateur, Président de la Commission Affaires Etrangères et de la Défense Nationale, et Philippe Nauche Député, Vice-président de la Commission Défense. L’objectif de cet atelier fut de tirer les leçons et faire un effort de prospective pour anticiper les évènements. La plupart de ces interventions françaises ont été déclenchées dans l’urgence sans concertation véritable et une préparation opérationnelle suffisante.

 

L’honorable Karim Keita a pris la parole plusieurs fois durant cet atelier pour mettre l’accent sur la nécessité de nouer un véritable partenariat entre le Mali et la France, il a notamment évoqué l’idée de forces spéciales maliennes : «il nous faut des forces spéciales dans l’esprit du commando Kieffer comme ce fut le cas chez  vous pendant la deuxième guerre mondiale». Il a expliqué les difficultés au sein des forces armées maliennes, notamment sur le plan du renseignement et de l’anticipation. Il a, en outre, saisi cette occasion pour remercier et saluer la France pour son intervention au Mali : «Je profite de cette opportunité d’être dans la même salle que différents chefs d’état-major, de directeurs centraux ainsi que de collègues parlementaires pour remercier la France pour  son action salutaire au Mali».De leur côté, les Français se disent prêts à poursuivre leur mission au Mali à travers Barkhane et sont satisfaits de la décision prise en janvier 2013 d’intervenir pour stopper l’avancée des groupes terroristes.

 

L’honorable Karim Keita a aussi participé au Forum sur la problématique du Golf de Guinée et la prévention des conflits. Cette région dispose de ressources pétrolières, minérales et halieutiques importantes ; cependant des multiples menaces entrainent une forte insécurité. Lors des échanges, l’Honorable Karim Keita a mis en exergue la nécessité de renforcer les armées africaines pour qu’elles puissent assurer la sécurité sur le continent ainsi que les architectures sécuritaires notamment en les dotant de moyens tels que des documents d’identités sécurisés ainsi que des solutions biométriques pour le contrôle des frontières. Pour le Président de la Commission Défense une «AFIS» police peut se révéler plus efficace que des armes dans la lutte et la prévention du terrorisme.

 

Avant de se rendre au siège d’Interpol à Lyon, le Président de la Commission Défense s’est rendu à l’Ecole de Guerre de Paris pour y rencontrer deux Maliens qui y poursuivent une formation. Il s’agit des Colonels Abass Dembélé et Elisée Dao.

 

Source : Commission de défense de l’Assemblée Nationale

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 16:20
Elephant walk

 

U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Samantha Krolikowski/Released

 

KC-135 Stratotankers taxi to the runway during an operational readiness exercise Aug. 22, 2014, at Fairchild Air Force Base, Wash. The exercise allowed 92nd and 141st Air Refueling Wing Total Force Integration units to test and evaluate their capabilities to provide responsive aerial refueling and operational support for military missions worldwide.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 15:31
Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien

 

20/09/2014 Sources : Etat-major des armées

 

Le 20 septembre 2014, les armées ont participé à l’acheminement de près de 10 tonnes d’équipements de première nécessité au Kurdistan irakien, au nord de l’Irak.

 

Il s’agit de la quatrième opération de transport de fret humanitaire à destination de l’aéroport international d’Erbil. Trois rotations ont déjà été réalisées les 10, 13 et 21 août 2014. Avec cette nouvelle livraison effectuée par un Airbus A310 de l’escadron de transport 3/60 Esterel, ce sont quelque 70 tonnes d’aide humanitaire qui auront été livrées au Kurdistan irakien.

 

Parti le 19 septembre à 20h00 de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaule, l’avion français a atterri à Erbil à 01h00 où il a déchargé son fret humanitaire principalement constitué de couvertures, de tentes et de kits « hygiène ». Cette cargaison a été prise en charge par les responsables du centre de crise du ministère des affaires étrangères en lien avec des autorités irakiennes et des organisations non-gouvernementales.

 

L’A310 a quitté Erbil vers 04h00 après avoir embarqué un peu plus de 135 réfugiés ayant fui l’offensive de Daech dans le nord de l’Irak. Ces réfugiés ont été accueillis à 09h00 à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaule par monsieur Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères et du développement international (MINAEDI).

 

L’aide humanitaire livrée par les armées françaises à Erbil est l’un des volets du soutien que la France apporte à l’Irak. Les frappes effectuées hier en appui des forces armées irakiennes dans leur lutte contre Daech, constituent le volet militaire de ce soutien évoqué par le Président de la République le 15 septembre dernier lors de la conférence internationale qui s’est tenue à Paris à l’initiative de la France.

Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien
Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien
Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien
Irak : quatrième mission d’appui humanitaire au Kurdistan irakien
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 14:56
Crédits France 3 - Languedoc Roussilon

Crédits France 3 - Languedoc Roussilon

 

20/09/2014 Par Jean-Marc Huguenin - France3

 

Le centre national d'entraînement commando de Collioure, dans les Pyrénées-Orientales, met ses compétences au service des élèves de l'Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN) qui viennent d'achever un stage de cohésion.

 

Lire l’article & video

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 14:55
Ralf Tech, l’esprit commando

 

19.09.2014 par Sam Bonjean - estrepublicain.fr

 

Montbéliard._ Le parfum du secret… De tout temps, les amateurs de montres ont réservé un accueil particulier aux modèles initialement conçus pour les militaires. D’un côté, il y a la charge émotionnelle que revêt l’objet, de l’autre une certaine forme de crédibilité. Si les professionnels de l’armée ont choisi tel modèle c’est bien parce qu’il répondait aux exigences drastiques requises. Ce qui confère au garde-temps ainsi adoubé un petit supplément d’âme. Une plus value, un gage de qualité.

Depuis des lustres, les horlogers ont compris tout l’intérêt qu’ils pouvaient retirer de ces associations. Les exemples sont légions.

Aujourd’hui, c’est le tour de Ralf Tech, la petite entreprise française dont les montres sont assemblées à La Joux et dont certains modèles sont développés dans le Doubs. Mais, secret défense oblige, il n’est pas possible d’être plus précis.

Toujours est-il que la marque créée par Frank Huyghe, « fournisseur des Forces Spéciales françaises depuis 2010 et particulièrement des nageurs de combat », comme il aime à le rappeler, a vécu un grand moment, le 23 juillet dernier. L’école de plongée de la marine nationale, basée à Saint-Mandrier, remettait le 1.000e certificat de nageur de combat.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:58
Général Sainte-Claire Deville - photo La Voix du Nord

Général Sainte-Claire Deville - photo La Voix du Nord

 

20.09.2014 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord.

 

Le général de corps d'armée Arnaud Sainte-Claire Deville s'est adressé ce matin, au quartier Kléber à Lille, au personnel du commandement des forces terrestres, dont il a pris la tête le 1er août en remplacement du général Bertrand Clément-Bollée.

Il nous avait reçu plus tôt dans la semaine pour évoquer cette continuité dans l'action (il a été chef d'état-major du CFT de 2010 à 2012). Et comme ses prédécesseurs, il attend avec impatience les concrétisations budgétaires de la Loi de programmation militaire...

 

[...]

Opération Barkhane

« Par rapport à Serval, l’environnement reste le même avec de grandes étendues désertiques. On n’a donc pas fondamentalement changé la préparation opérationnelle spécifique avec sur place, deux GTIA de force conventionnelle, le fuseau est sur le Tchad et le fuseau ouest, essentiellement le Mali. Qui interagissent avec les forces spéciales.

Irak-Syrie

« Il y a un certain nombre de sommets. Nous sommes à l’écoute. On planifie, on réfléchit mais sans aller au-delà pour le moment. Nous ferons ce que nous dirons de faire nos autorités politiques. Des matériels ont été livrés mais il n’y a pas de formateurs des forces terrestres en Irak. Des gens des forces spéciales oui mais pas de forces terrestres… »

[...]

 

Lire l'interview

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:55
Crédits ADC J-R. Drahi SIRPA Terre

Crédits ADC J-R. Drahi SIRPA Terre

 

source blog du risque et de la protection contre les dangers NRBCe

 

RAPPEL DE LA DOCTRINE DE L’ÉTAT


La doctrine de prévention et de réponse au terrorisme nucléaire, radiologique, biologique, chimique ou par explosifs massifs comporte dix objectifs se rapportant à l’organisation, à la planification, à la formation, à la prévention, à la détection, à la protection de la population et des cibles potentielles, à l’intervention et à la réhabilitation.
 

Suite de l'article

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:45
Photo MINUSMA Marco Dormino

Photo MINUSMA Marco Dormino

 

19 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Ndjamena (Tchad) - Le Tchad a dénoncé vendredi le traitement discriminatoire réservé à ses troupes au Mali, accusant la Mission de l'ONU (Minusma) de les utiliser comme bouclier, après la mort de dix de ses soldats en trois semaines dans le nord du pays.

 

Au Mali, des responsables du contingent tchadien ont exprimé les mêmes doléances, accusant la force de l'ONU de les traiter comme du bétail pour les jihadistes.

 

Le gouvernement tchadien constate avec regret que son contingent continue à garder ses positions au nord Mali et ne bénéficie d'aucune relève. Pire, notre contingent éprouve des difficultés énormes pour assurer sa logistique, sa mobilité et son alimentation, affirme-t-il dans un communiqué.

 

Selon le gouvernement, le contingent tchadien est utilisé comme bouclier aux autres forces de la Misnusma, positionnées plus en retrait.

 

Nous en avons marre ! La Minusma considère nos troupes comme du bétail pour les jihadistes. Ils nous considèrent vraiment comme des +moutons à sacrifier+. A Aguelhok, nos troupes dorment souvent dans leurs voitures, a déclaré au Mali un officier tchadien devant deux journalistes, dont celui de l'AFP.

 

A la date du 24 août, il n'y avait même pas une radio à Aguelhok pour communiquer avec les autres localités. C'est grave. Nous nous demandons si c'est parce que nous sommes des noirs que nous n'avons pas droit aux mêmes mesures de protection que les autres troupes, a ajouté cet officier.

 

Un autre officier tchadien a dénoncé une grande défaillance dans la chaîne de commandement de la Minusma.

 

Même la manière d'annoncer la mort des Tchadiens est différente de l'annonce des autres morts, a-t-il estimé, affirmant que les blessés de la dernière attaque jeudi avaient été trimbalés entre Aguelhok et Tessalit sans aucune coordination.

 

Le dernier mot reviendra à Ndjaména, mais si ça continue, nous allons plier bagages, a prévenu cet officier.

 

Dénonçant une situation de précarité et de discrimination, le gouvernement tchadien interpelle les responsables de la Minusma et les invite à un traitement juste et équitable de tous les contingents mobilisés dans cette opération.

 

Un délai d'une semaine est accordé à la Minusma pour opérer les relèves nécessaires et mettre à la disposition du contingent tchadien tous les moyens destinés à l'accomplissement de sa mission, selon le communiqué.

 

Passé ce délai, le Tchad se réserve le droit de prendre les mesures qui s'imposent, prévient-il, sans toutefois préciser de quelles mesures il s'agit.

 

Cinq soldats tchadiens de la Minusma ont été tués jeudi par l'explosion d'un engin improvisé au passage de leur véhicule dans le nord du Mali.

 

Un autre avait déjà été tué et quatre blessés par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule le 14 septembre dans la même zone d'Aguelhok, près de la frontière algérienne, moins de deux semaines après une attaque toute proche qui avait tué quatre Casques bleus tchadiens.

 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré vendredi outré, appelant les groupes armés maliens réunis à Alger à collaborer avec la Minusma dans la prévention de ces attaques lâches, conformément à leur engagement du 16 septembre.

 

Le Tchad est en première ligne dans la lutte contre les groupes islamistes armés du Nord Mali depuis son engagement en janvier 2013, d'abord aux côtés de la force française Serval puis au sein de la force onusienne.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:30
Syrie: 18 jihadistes de l'EI tués lors de combats contre les Kurdes

 

20 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - Au moins 18 jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont été tués dans la nuit de vendredi à samedi dans des combats avec les forces kurdes près de la ville syrienne d'Aïn al-Arab, à la frontière avec la Turquie, a indiqué une ONG.

 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des affrontements violents étaient toujours en cours samedi dans ce secteur du nord de la Syrie où le groupe ultra-radical a pris le contrôle de 60 villages kurdes en deux jours, dont 40 vendredi.

 

Un Chinois figurerait parmi les 18 jihadistes tués, selon l'OSDH.

 

Cette avancée jihadiste a poussé des milliers de Kurdes à trouver refuge en Turquie, qui a ouvert sa frontière vendredi.

 

La ville d'Aïn al-Arab, dans la province d'Alep, et connue sous le nom de Kobané en langue kurde, est la troisième ville kurde de Syrie. Si les jihadistes s'en emparaient, ils contrôleraient alors une large part de la frontière nord avec la Turquie.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 12:30
Quelque 45'000 Kurdes de Syrie réfugiés en Turquie pour fuir l'EI

 

20.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Quelque 45'000 Kurdes de Syrie se sont réfugiés en Turquie depuis jeudi pour fuir les combats entre Etat islamique (EI) et combattants kurdes, a annoncé samedi le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus. Et les 49 Turcs otages des jihadistes en Irak ont pu être rapatriés.

 

"A l'heure où je vous parle, 45'000 Kurdes de Syrie ont franchi la frontière et sont entrés en Turquie en huit points de passage différents", a déclaré M. Kurtulmus à la presse.

 

La Turquie a été contrainte vendredi d'ouvrir sa frontière pour accueillir en urgence quelques milliers de Kurdes de Syrie poussés à l'exode par l'avancée d'EI autour de la ville syrienne d'Aïn al-Arab (Kobané en langue kurde).

 

Après avoir un temps refuser l'entrée de ces réfugiés, les autorités turques ont finalement laissé entrer à la mi-journée une cohorte de plusieurs milliers de personnes qui se pressaient devant la localité turque de Dikmetas, essentiellement des femmes, des enfants et des personnes âgées.

 

Otages turcs libérés

 

Par ailleurs, les 49 Turcs aux mains des jihadistes de l'Etat islamique dans le nord de l'Irak ont pu être rapatriés samedi par les services de renseignement turcs, après plus de trois mois de captivité, lors de ce que le président Recep Tayyip Erdogan a appelé une opération secrète de sauvetage.

 

Les ex-otages, parmi lesquels le consul général de Turquie à Mossoul, des enfants de diplomates ainsi que des militaires, avaient été faits prisonniers au consulat de Mossoul le 11 juin, lors de l'avance éclair des jihadistes de l'Etat islamique. Ils sont arrivés samedi matin à Sanliurfa, dans le sud de la Turquie.

 

Le pape menacé

 

Les menaces de membres supposés de l'Etat islamique hors du Proche-Orient attisent par ailleurs les craintes d'attaques et d'attentats.

 

En Italie, la sécurité a été renforcée place Saint-Pierre, après l'interception par des services de renseignements étrangers d'un message menaçant évoquant une possible attaque au Vatican, selon le quotidien "Il Messaggero" samedi.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:56
Remise du fanion de l'escadron de transport 1/61 "Touraine" par le CEMAA

Remise du fanion de l'escadron de transport 1/61 "Touraine" par le CEMAA

 

19/09/2014 Armée de l'air

 

L’escadron de transport 1/61 «Touraine» a officiellement été réactivé sur la base aérienne 123 «Capitaine Charles Paoli» d’Orléans-Bricy, au cours d’une cérémonie militaire présidée par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) le 17 septembre. Le lieutenant-colonel Benoît Paillard a officiellement pris le commandement de cette unité mise en sommeil durant l’été 2012.

 

Le «Touraine» se réveille ainsi, en étant équipé d'A400M Atlas. Sa capacité logistique initiale a d’ailleurs été déclarée au profit de l’EATC (European Air Transport Command).

 

«Vous avez brillamment mis vos unités sur la voie des qualifications opérationnelles de l’A400M, (…) a déclaré à cette occasion le général Mercier. De nombreuses missions ont ainsi été menées récemment par vos appareils non seulement vers l’Est, au profit des opérations aériennes en Irak, mais aussi aux quatre coins du monde : île de la Réunion, en Guyane, en Norvège. Voyez comme nous prenons vite l’habitude de ce nouveau confort logistique…»

 

Depuis son arrivée dans l’armée de l’air à l’été 2013, l’A400M Atlas poursuit sa montée en puissance au sein d’une équipe de marque chargée de mener les expérimentations au profit des forces. Appelée Multinational Entry into Service Team, cette unité du centre d’expériences aériennes militaires (CEAM) est également stationnée sur la base aérienne d’Orléans.

 

Avion de transport militaire tactique doté d’une allonge stratégique, l’A400M est sans équivalent sur le marché mondial. Équipé de quatre turbopropulseurs, il est conçu pour transporter jusqu’à 37 tonnes de matériel et réaliser l’ensemble des missions de transport, notamment les liaisons inter et intra-théâtre, les poser d’assaut sur terrains sommaires, l’aérolargage de personnel et de matériel y compris à très grande hauteur, le ravitaillement en vol ou les évacuations sanitaires.

 

Au cours de cette cérémonie, la lieutenant-colonel Soléne Le Floch a, quant à elle, reçu le commandement du centre d’instruction des équipages de transport (CIET), devenant à cette occasion la première femme à la tête de cette unité de formation.

 

«Les défis ne manqueront pas, ni pour le «Touraine», ni pour le CIET. Restez unis au sein de votre escadron pour y faire face, suivant les 4 axes d’effort du plan stratégique: modernisation, simplification, développer les partenariats et valoriser les aviateurs», a également déclaré le général Mercier.

 

Et pour approfondir vos connaissances sur l'A400M, consultez notre web-documentaire.

L’escadron de transport «Touraine» renaît sur A400M
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:55
Journées européennes du patrimoine 2014 : rendez-vous sur les bases aériennes

 

19/09/2014 armée de l'Air

 

De nombreuses bases aériennes ouvrent les portes de leur patrimoine culturel à l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2014, les 20 et 21 septembre prochains.

 

Pour cette 31e édition, la Défense, deuxième acteur culturel de l’État, invite le public à découvrir dans toute la France plus d’une centaine de sites et de hauts lieux du patrimoine militaire qui proposent, pour l’occasion, de nombreuses visites, ateliers pédagogiques et expositions de matériel.

À cette occasion, les bases aériennes de Dijon, de Bordeaux-Mérignac, de Saint-Dizier, d'Orange, de Luxeuil, de Mont-de-Marsan, de Cazaux, d’Ambérieu, de Salon-de-Provence, d'Avord, de Cognac, de Saintes et de Drachenbronn vous proposeront des visites historiques. Rendez-vous sur vos bases aériennes !

 

Pour de plus amples informations sur les activités proposées consultez les guides suivants :

- Programme en région

- Programme en Île-de-France

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:55
Le Haut Comité d’évaluation de la condition militaire se renouvelle

 

19/09/2014 Ministère de la Défense

 

Le décret du Président de la République portant nomination au Haut Comité d’évaluation de la condition militaire en date du 4 septembre 2014 vient de confier un nouveau mandat de quatre années à neuf personnalités.

 

La composition du HCECM désormais la suivante :

 

PRÉSIDENT

Monsieur Bernard Pêcheur

Président de section au Conseil d’État, président de la section de l’administration

 

VICE-PRÉSIDENT

Monsieur Denis Prieur

Conseiller d ’État, président adjoint de la section de l’administration

 

MEMBRES

 

Amiral (2esection) Pierrick Blairon

Conseiller maître en service extraordinaire à la Cour des Comptes

 

Madame Martine de Boisdeffre

Conseiller d’ État, présidente de la Cour administrative d’appel de Versailles

 

Madame Isabelle Delarbre

Directeur des Achats, Total Marketing Service

 

Monsieur Dominique Olivier

Chef d’entreprise

 

Madame Véronique Rouzaud

Directrice des ressources humaines groupe AREVA,

membre du comité exécutif du groupe AREVA

 

Monsieur  Jean-Luc Tavernier

Direction général de l’INSEE, membre de droit

 

Général d’armée (2e section) Bernard Thorette

Ancien chef d’état-major de l’armée de terre,

Conseiller d’État en service extraordinaire

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:50
Pilotes français de la Royal Air Force honorés à Paris

 

19/09/2014 Actus Air

 

Lundi 15 septembre 2014, jour anniversaire de la bataille d’Angleterre, l’ambassadeur britannique de France, Sir Peter Ricketts, a accueilli les familles des onze pilotes de l’armée de l’air française qui s’enfuirent de France pour combattre au coté de la Royal Air Force (RAF – armée de l’air britannique) pendant la bataille d’Angleterre en 1940.

 

La cérémonie fut organisée par le Yorkshire Air Museum & Allied Air Forces Memorial d’Elvington, York et s’est déroulée à l’ambassade britannique de Paris où les 41 nouvelles médailles britanniques de la Seconde Guerre mondiale furent présentées  par l’Air Vice-Marshal Malcolm Brecht, dont neuf médailles de la bataille d’Angleterre.

 

À cette occasion, l’ambassadeur a présenté et a remis les médailles de la Seconde Guerre mondiale que les familles n’avaient jamais reçues.

 

Plus tard dans la journée, une cérémonie officielle a été organisée sous l’Arc de Triomphe à Paris pour commémorer la bataille d’Angleterre. L’hommage fut rendu par des représentants militaires d’Australie, de France, de Pologne, de République tchèque, du Royaume-Uni et des USA.

 

Le directeur du Yorkshire Air Museum, Ian Reed dit : « Ce fut une cérémonie émouvante, spécialement pour les familles des 11 pilotes français, dont 9 furent tués au combat en défendant notre pays". Et d'ajouter : "Cette commémoration fait suite à une cérémonie similaire pour le commandant R Mouchotte et le colonel H Lafont, il y a deux ans où il nous fut demandé de rechercher et d’organiser un nouvel événement franco-anglais. Cela nous a pris 20 mois pour localiser les familles en France et en Italie. » Pour mener à bien ce projet, le musée a travaillé étroitement avec le musée de l’Ordre de la Libération à Paris et avec l’attaché de Défense de Paris, l’Air Commodore John Maas.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:45
Le CEMA en visite officielle en Algérie

 

18/09/2014 Sources : EMA

 

Le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est rendu en visite officielle en Algérie du 13 au 15 septembre 2014. Ce premier déplacement du CEMA en Algérie, moins d’un an après sa prise de fonction, témoigne de l’importance accordée à la coopération franco-algérienne.

 

Cette visite s’est articulée autour d’entretiens avec les autorités algériennes. A Alger, le CEMA s’est entretenu longuement avec son homologue, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la défense et chef d'état-major de l'armée nationale populaire, sur la coopération militaire entre nos deux pays, ouvrant des perspectives en matière de formation des cadres et d’échanges opérationnels relatifs à la bande sahélo-saharienne.

 

Accompagné du général major Kaïda, commandant le centre opérationnel de défense de l’armée algérienne, le général de Villiers, s’est ensuite rendu à Biskra, à 400 Kms au sud d’Alger pour y visiter l'école d'application des troupes spéciales de Biskra en 4e région militaire. Il a pu échanger sur place avec le général major Cherif, commandant cette région militaire.

 

Enfin, le CEMA a été reçu par M.Messahel, ministre délégué chargé des affaires maghrébines et africaines.

 

Au cours de ces différents échanges et principalement lors son entrevue avec son homologue algérien, le CEMA a pu constater le niveau très satisfaisant de notre coopération militaire bilatérale et l’importance de renforcer cette relation dans le contexte actuel de lutte contre le terrorisme.

Le CEMA en visite officielle en Algérie
Le CEMA en visite officielle en Algérie
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:35
Afghanistan : Focus sur le KANOC, centre des opérations de KAIA

 

18/09/2014 Sources : EMA

 

Parmi les 250 militaires français présents en Afghanistan et au Tadjikistan, huit travaillent au sein du KAIA North Operations Center (KANOC) qui regroupe des militaires de treize autres nationalités.

 

Le KANOC est le centre des opérations de la partie militaire de l’aéroport international de Kaboul (KAIA). Sa mission est d’assurer en permanence la protection des 5 000 personnes présentes sur KAIA, et de garantir le bon fonctionnement de l’aéroport international de Kaboul. Il est pour cela organisé en quatre pôles :

 

AIR OPS (opérations aériennes) qui assure la gestion du parking militaire des avions de la coalition et gère les situations d’urgence de l’ensemble de l’aéroport (civil et militaire). En 2013, ce dernier a pris en charge 7 000 mouvements par mois, dont 4 800 étaient des aéronefs de la coalition. Au total, AIR OPS a assuré l’accueil de 18 000 passagers et 5 600 tonnes de fret par mois sur la plate-forme aéronautique militaire.

 

GROUND OPS (opérations terrestres) qui a pour rôle d’assurer la protection des militaires sur le camp de KAIA et aux portes d’entrée du site. Ce pôle initie et coordonne les actions de sécurité. Par exemple, en cas de véhicule suspect, GROUND OPS fait intervenir l’équipe EOD (Explosive Ordnance Disposal) et demande la mise en place d’une zone de sécurité par la police militaire internationale. Trois militaires français se relaient 24h/24 pour occuper, dans ce pôle, les fonctions de watchkeeper. Ils ont pour mission de gérer les demandes d’accès sur le camp et de suivre la main courante répertoriant l’ensemble des évènements d’une journée. En cas de danger, le watchkeeper lance l’alerte en activant la Giant Voice : ce système de hauts parleurs prévient l’ensemble du personnel sur le camp de la nature de l’incident et de la conduite à tenir afin que le personnel puisse se mettre à l’abri.

 

CCTV (Close Circuit TV) : les opérateurs CCTV assurent la surveillance vidéo du camp et de ses alentours à l’aide d’une quarantaine de caméras. Ainsi, en cas d’évènement suspect, les autorités présentes au KANOC peuvent suivre l’évolution des opérations et réagir au plus vite.

 

CRAM (Counter Rocket Artillery Motor) : ce système americain est capable de detecter et d’analyser des tirs de roquettes. L’alerte est alors donnée automatiquement à l’ensemble de KAIA. Les points d’origine et d’impacts des roquettes sont donnés à GROUND OPS pour qu’il puisse gérer l’attaque.

 

Le KANOC est dirigé par un officier supérieur français : le KANOC director. Son rôle est de coordonner les différents services de ce centre des opérations, de faire l’interface entre son équipe et les autorités de KAIA et de conseiller le commandement sur les mesures à prendre en cas d’attaque.

 

La France s’est engagée à assurer le commandement de KAIA jusqu’au 31 décembre 2014. Cette fonction consiste à assurer l’activité aérienne de l’aéroport civil et militaire, à garantir la protection de l’emprise de l’ISAF implantée sur l’aéroport international, et à fournir le soutien nécessaire aux 5 000 civils et militaires de la coalition stationnés sur cette emprise. Parallèlement, le commandant de KAIA concourt au transfert de responsabilité de l’aéroport civil aux autorités afghanes, dont l’échéance est elle aussi fixée au 31 décembre 2014.

 

Pour remplir sa mission, le général commandant l’aéroport dispose de près de 750 militaires et civils de 18 nationalités différentes, dont 75 militaires français.

Afghanistan : Focus sur le KANOC, centre des opérations de KAIAAfghanistan : Focus sur le KANOC, centre des opérations de KAIA
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:30
photo EMA

photo EMA

 

19.09.2014 Romandie.com (ats)

 

Les chasseurs français ont lancé vendredi leurs premiers raids contre des positions de l'Etat islamique (EI) en Irak. Ils renforcent ainsi les efforts déployés à l'échelle mondiale par les Etats-Unis pour lutter contre la menace grandissante posée par ces jihadistes.

 

Alors que la coalition d'une quarantaine de pays initiée par le président Barack Obama monte en puissance, son chef de la diplomatie John Kerry présidait dans la journée une réunion ministérielle du Conseil de sécurité de l'ONU. Son objectif: être "plus précis" dans les attributions de chacun dans la guerre contre l'EI.

 

La France est le premier pays à se joindre à la campagne aérienne américaine contre ce groupe responsable des pires exactions dans les régions conquises ces derniers mois en Irak et en Syrie.

 

Des avions Rafale ont mené "une première frappe contre un dépôt logistique de Daech (un des acronymes arabes de l'EI) dans le nord-est de l'Irak", a indiqué la présidence française. "L'objectif a été atteint et entièrement détruit", a-t-elle ajouté.

 

Satisfaction américaine

 

Le président François Hollande avait précisé jeudi que son pays n'enverrait pas de troupes au sol et n'interviendrait qu'en Irak. La France se démarque sur ce point des Etats-Unis, dont la stratégie prévoit aussi des raids aériens en Syrie contre l'EI.

 

La décision de la France de mener des frappes en Irak a été saluée par Washington. L'entente entre les deux alliés contraste fortement avec les fortes tensions créées, il y a une décennie, par l'opposition de Paris à la guerre en Irak lancée par George W. Bush.

 

En Syrie, l'EI a effectué une percée fulgurante dans le nord. Les jihadistes ont pris le contrôle de 60 villages kurdes en 48 heures, dont 40 vendredi, autour d'Aïn al-Arab (Kobané en langue kurde), a affirmé une ONG. Les combattants kurdes battent en retraite car le rapport de force leur est défavorable", a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme. "Il y a 800 habitants de ces villages dont le sort est inconnu".

 

Fuite de Kurdes syriens

 

Face à la progression des jihadistes, quelque 5000 Kurdes syriens ont pris la fuite pour passer en Turquie, qui leur a ouvert ses portes vendredi. Ankara craint un nouvel afflux alors qu'au total, plus de 1,3 million de Syriens chassés par la guerre civile ont déjà trouvé refuge en territoire turc.

 

Ankara tente de convaincre Washington de créer une "zone tampon" en territoire syrien pour accueillir les civils déplacés. Le président du Kurdistan autonome irakien, Massoud Barzani, a de son côté demandé à la communauté internationale d'"utiliser tous les moyens" pour protéger la ville d'Aïn al-Arab.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:30
Des casques bleus en patrouille sur le plateau du Golan.

Des casques bleus en patrouille sur le plateau du Golan.

 

19 septembre 2014 ONU

 

Alors que la situation s'est détériorée dans la zone d'opérations de la Force des Nations Unies chargée d'observer le désengagement (FNUOD) sur le plateau du Golan, le Conseil de sécurité a estimé vendredi qu'il était nécessaire d'adapter le dispositif de la Force afin de réduire les risques encourus par le personnel.

 

Dans une déclaration de la Présidence du Conseil du sécurité, le Conseil « note avec préoccupation la détérioration de la situation de sécurité dans la zone d'opérations de la FNUOD en raison de la persistance du conflit syrien et des activités menées par plusieurs acteurs armés non étatiques, notamment le Front el-Nosra, et le risque que cela représente pour l'accord sur le désengagement et pour les Casques bleus des Nations Unies qui servent dans cette zone. »

 

Par conséquent, le Conseil de sécurité « estime nécessaire de déployer des efforts pour adapter en souplesse le dispositif de la FNUOD afin de réduire au minimum les risques encourus par le personnel de l'ONU alors que la Force continue de s'acquitter de son mandat, tout en soulignant que le but ultime est le retour des Casques bleus à leurs positions dans la zone d'opérations de la FNUOD dès que possible. »

 

La semaine dernière, 45 Casques bleus fidjiens de la FNUOD ont été libérés après avoir été retenus en otages par un groupe armé pendant deux semaines.

 

Le Conseil de sécurité souligne qu'il faut « maintenir l'effectif de la FNUOD et ses moyens de légitime défense au niveau nécessaire pour lui permettre de mener à bien son important mandat, et conserver ses capacités de réaction rapide. »

 

Le Conseil a demandé au Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de lui présenter dans un délai de 30 jours un état des mesures à prendre pour maintenir la capacité de la FNUOD de s'acquitter de son mandat.

 

Les Casques bleus de la FNUOD surveillent l'accord de désengagement de 1974 entre la Syrie et Israël après leur guerre de 1973. En juin, le Conseil de sécurité a prorogé le mandat de la mission pour six mois, jusqu'au 31 décembre 2014. Fin juillet, la FNUOD comptait 1.223 soldats de la paix originaires de six pays (Fidji, Inde, Irlande, Népal, Pays-Bas, et Philippines).

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:20
Le CEMA accueille son homologue américain, le général d’armée Dempsey.

 

19/09/2014 Sources : EMA

 

Les 18 et 19 septembre 2014, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a accueilli son homologue américain, le général d’armée Martin E. Dempsey, Chairman of the Joint Chiefs of Staff pour une rencontre centrée sur la coopération militaire bilatérale et les engagements militaires conjoints liés aux crises actuelles.

 

Depuis la prise de fonction du général Pierre de Villiers, c’est la troisième fois que les deux chefs militaires français et américain ont un contact personnel et direct. La rencontre se prolonge, le 19 septembre, au cimetière militaire de Colleville-sur-Mer, en Normandie, pour rendre hommage aux militaires américains tombés sur le sol français en juin 1944.

 

Le 18 septembre, à l’occasion de leur passage au centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), ils ont plus particulièrement abordé les dossiers liés aux crises africaines notamment leur coopération dans la bande sahélo-saharienne, ainsi qu’à l’évolution dans le Levant. Concernant cette zone de tension, ils ont pu préciser les différentes options d’engagements opérationnels envisageables.

 

Au cours d’une cérémonie à l’École militaire, le chef d’état-major des armées a également remis les insignes de commandeur de la Légion d’Honneur au général Dempsey.

 

Ils quittent vendredi après-midi, la France pour se rendre ensemble à Vilnius, afin de participer au comité militaire des chefs d’états-majors de l’OTAN. Cette session, qui se tiendra dans la capitale lituanienne le 20 septembre, portera essentiellement sur la sécurité régionale et ses défis, les opérations en cours et la mise en œuvre des décisions prises par les chefs d’état et leur gouvernement lors du sommet de Newport.

 

Cette rencontre entre les deux chefs d’état-major français et américain illustre une nouvelle fois la qualité des relations entre la France et les Etats-Unis. Les liens qui unissent désormais ces deux chefs militaires et l’importance de la collaboration entre les deux armées dans des opérations, en sont une parfaite illustration.

Le CEMA accueille son homologue américain, le général d’armée Dempsey.
Le CEMA accueille son homologue américain, le général d’armée Dempsey.
Le CEMA accueille son homologue américain, le général d’armée Dempsey.
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 10:30
Démonstration d'unité contre le groupe Etat islamique au Conseil de sécurité

Mr. Kerry (left) confers with Sheikh Abdullah Bin Zayed Al Nahyan (centre), Minister for Foreign Affairs of the United Arab Emirates (UAE), and Sameh Hassan Shokry Selim, Minister for Foreign Affairs of the Arab Republic of Egypt.  - UN Photo Eskinder Debebe

 

20 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Nations unies (Etats-Unis) - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est parvenu vendredi à mobiliser l'ONU contre le groupe Etat islamique (EI), le Conseil de sécurité adoptant une déclaration unanime appelant à soutenir le gouvernement irakien dans sa lutte contre les jihadistes extrémistes.

 

Le chef de la diplomatie américaine présidait cette réunion du Conseil de sécurité qui a réuni trente ministres ou vice-ministres.

 

A cette occasion, le Conseil a adopté une déclaration unanime appelant à renforcer et étendre le soutien au gouvernement irakien dans sa lutte contre l'EI et les groupes armés qui lui sont liés.

 

Le Conseil condamne fermement les attaques menées par des organisations terroristes, dont celle opérant sous le nom de +Etat islamique en Irak et au Levant+ (EIIL, autre nom de l'EI) en Irak, en Syrie et au Liban.

 

Cette offensive de grande ampleur représente une menace majeure pour la région, ajoutent les 15 Etats membres.

 

Plusieurs des quelque 40 pays qui font partie de la coalition mobilisée par Washington contre l'EI (France, Canada, Australie, Qatar, Jordanie, Allemagne, Emirats arabes unis, Turquie, Egypte) avaient envoyé leurs chefs de la diplomatie.

 

L'aide militaire, économique et financière à l'Irak doit continuer (à affluer) pour soutenir la contre-offensive irakienne contre l'EI, a affirmé devant le Conseil le ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari. Combattre ces terroristes en Irak et les empêcher d'y répandre le mal est dans l'intérêt du monde dans son ensemble.

 

John Kerry s'est déclaré absolument convaincu qu'à travers une campagne mondiale nous pouvons vaincre la menace de l'EI. Le fait que tant de pays sont représentés ici démontre la nécessité pour nous tous de soutenir le nouveau gouvernement irakien et de mettre fin à la barbarie absolue que représente l'EI.

 

Enumérant les engagements pris par les membres de la coalition anti-EI, M. Kerry a souligné qu'il y a un rôle pour presque tous les pays, y compris l'Iran, notant que son homologue iranien Mohammad Javad Zarif participait à la réunion.

 

M. Zarif était inscrit sur la liste des orateurs mais c'est finalement son vice-ministre Abbas Araqchi qui a pris la parole. Il a affirmé que l'EI n'était ni islamique ni un Etat mais une organisation terroriste, mais a aussi attribué la montée en puissance de l'EI aux aventures militaires --allusion à la guerre en Irak-- et au soutien de certaines parties dans la région, en référence aux pays du Golfe. L'EI s'est transformé en monstre qui menace désormais ses créateurs.

 

Pour Téhéran, toute offensive contre les jihadistes doit respecter la légalité internationale et être menée en coopération avec les autorités nationales: Toute stratégie qui affaiblit ces autorités, y compris le gouvernement syrien, est vouée à l'échec, a lancé le vice-ministre.

 

Les égorgeurs de Daech doivent être combattus et battus, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, utilisant l'acronyme arabe pour l'EI.

 

Rappelant que la France a pris ses responsabilités en commençant vendredi à bombarder des positions des jihadistes en Irak, il a évoqué l'opposition résolue de Paris à la guerre en Irak lancée par le président américain George W. Bush en 2003.

 

En 2003, agir contre l'Irak avait divisé ce Conseil, en 2014, dans un contexte très différent, agir pour l'Irak et contre les terroristes de Daech est un devoir pour nous tous, a insisté M. Fabius.

 

La France est le premier pays à se joindre à la campagne aérienne américaine contre ce groupe.

 

Le président américain Barack Obama doit présider mercredi une réunion au sommet du Conseil axé sur la menace que font peser les jihadistes étrangers. Le Conseil doit adopter une résolution imposant aux gouvernements de prendre des mesures pour empêcher leurs citoyens de s'enrôler dans des organisations extrémistes.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:55
photo EMA

photo EMA

 

19/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le surcoût des opérations extérieures (OPEX) pourrait dépasser plus de 1,1 milliard d'euros. Des Rafale ont mené vendredi matin une première frappe contre un dépôt logistique des terroristes de l'organisation Daesh (Etat islamique).

 

Selon des sources concordantes, le surcoût des opérations extérieures (OPEX) va dépasser en 2014 plus de 1 milliard d'euros. Et pour certains plus de 1,1 milliard d'euros. Une bombe pour le budget de la défense. Qui va payer ? Le budget de la défense ou celui de l'Etat. Lorsque le surcoût des OPEX excède la provision initiale inscrite dans le budget du ministère (450 millions d'euros en 2014), la tradition budgétaire veut, après bien sûr les chamailleries habituelles entre Bercy et l'Hôtel de Brienne, que l'on bascule sur le système de financement interministériel, financé d'ailleurs à 20 % par le ministère de la Défense.

A ce jour, les effectifs de la force Sangaris au Centafrique (RCA) sont de l'ordre de 2.000 soldats. Les forces françaises sont présentes principalement dans trois zones : Bangui et Boda, à l'ouest, de Bouar à Bossangoa et à l'est, dans un triangle Sibut-Dekoa-Bambari. Dans le Sahel, l'opération Barkhane regroupe 3.000 militaires, une vingtaine d'hélicoptères, 200 véhicules de logistique, 200 blindés, 6 avions de chasse, 3 drones et une dizaine d'avions de transport. Enfin, il reste 250 militaires français présents en Afghanistan et au Tadjikistan.

 

 

Carte des opérations au 1er Aout 2014 - crédits EMA / Ministère de la Défense

Carte des opérations au 1er Aout 2014 - crédits EMA / Ministère de la Défense

 

Pourquoi un tel dépassement?

En juillet encore, le chef d'état-major des armées, Pierre de Villiers, tablait sur un surcoût des OPEX de 775 millions d'euros "même si l'expérience des années antérieures m'incite à la prudence, car nous ne sommes qu'à la moitié de l'année", avait-il expliqué. Mais déjà il constate que "la déflation des effectifs sera plus lente que prévu au Mali et en RCA". Et de rappeler que 2013 avait été une année "très remplie sur le plan opérationnel, puisque plus de 10.000 hommes et femmes de nos armées ont été simultanément engagés en opération pendant une partie de l'année". Le surcoût des OPEX s'est élevé à 1,25 milliard d'euros en 2013, soit un dépassement de plus de 600 millions par rapport à la provision de 630 millions.

Enfin, les avions de combat français ont lancé ce vendredi leurs premiers raids contre des positions du groupe Etat islamique (EI) en Irak, renforçant les efforts déployés à l'échelle mondiale par les États-Unis pour lutter contre la menace grandissante posée par ces jihadistes. Des Rafale ont mené à 07H40 GMT "une première frappe contre un dépôt logistique des terroristes de l'organisation Daesh (un des acronymes arabes de l'EI) dans le nord-est de l'Irak", a indiqué la présidence française. La France est le premier pays à se joindre à la campagne aérienne américaine contre ce groupe responsable des pires exactions dans les régions conquises ces derniers mois à la faveur de l'instabilité en Irak et de la guerre civile en Syrie.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 08:55
Armement : le contrat Scorpion bientôt signé

 

18/09/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les industriels et le ministère de la Défense ont bouclé les négociations. Le contrat sera notifié en décembre.

 

Dernière ligne droite pour Scorpion. Selon des sources concordantes, les industriels de la filière terrestre (Nexter, Renault Trucks Défense, Thales...) et la direction générale de l'armement (DGA) ont bouclé à 99 % les négociations de ce programme très important pour l'armée de terre, qui doit absolument renouveler ses équipements. Le contrat pourrait être signé en octobre, puis notifié en décembre par le ministère de la Défense.

En juin dernier, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait prononcé à l'occasion de l'ouverture du salon de l'armement terrestre Eurosatory ces mots magiques, qui avait rassuré les industriels de l'armement terrestre, très inquiets : "Fort des engagements du président de la République en faveur du budget de la Défense, je m'apprête à lancer le programme Scorpion", qui avait été menacé au printemps par les nouvelles restrictions budgétaires exigées par Bercy.

 

Un programme crucial pour la filière industrielle

Le programme Scorpion, qui a pour objectif de renouveler et moderniser les moyens des Groupements tactiques interarmes (GTIA) de l'armée de terre, est crucial pour Nexter ainsi que la filière de l'armement terrestre (5 milliards sur une dizaine d'année, dont 1 milliard dans l'actuelle loi de programmation militaire). Avec ce programme, Nexter devrait empocher environ la moitié des 5 milliards d'euros, selon le ministère, pour le développement et la fabrication de 2.080 véhicules blindés multirôles (VBMR), un véhicule 6x6 de 18-19 tonnes, et de 248 Engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC).

Cette commande permettra de rééquilibrer le carnet de commandes de Nexter (aujourd'hui de 2 milliards d'euros) par rapport à celui de Krauss-Maffei Wegmann (4 milliards) dans le cadre de leur rapprochement.

 

Scorpion, un programme dédié à l'armée de terre

Le cœur du programme Scorpion permettra l'intégration de tous les systèmes d'information existant actuellement en un seul. Il deviendra à terme le système des systèmes d'information permettant à tous les éléments du GTIA de dialoguer selon un même langage et une même procédure. Mais c'est aussi une nouvelle génération de systèmes d'armements comme le successeur des antiques VAB (Véhicule de l'avant blindé), "le chameau" de l'armée de Terre vieux de 40 ans en 2016.

Ainsi, le Véhicule blindé multirôles (VBMR), un véhicule 6x6 de 18-19 tonnes, vaudra grand maximum 1 million d'euros l'unité. L'armée de terre doit acquérir 92 VBMR au cours de la période de la loi de programmation militaire (LPM) pour un objectif de 2.080. Ils seront livrés à compter de 2018. En novembre 2011, Nexter Systems et Renault Trucks Defense avaient conclu un accord de coopération en vue d'apporter une solution unique lors de la consultation pour le programme VBMR, destiné à assurer le rééquipement des forces françaises en véhicules blindés multi-rôles de classe moyenne.

Elle doit également disposer des EBRC, qui sera équipé, avait précisé en juin dernier le ministre de la Défense, "du nouveau missile moyenne portée (...), le MMP et du canon de 40 mm télescopé", pour renouveler l'actuel parc de véhicules blindés AMX 10RC, ERC 90 et VAB Hot. L'objectif à terme est fixé à 248 pièces. Scorpion prévoit également la modernisation de 200 chars Leclerc avant 2025. Car, selon Jean-Yves Le Drian, Scorpion "permettra de maintenir la capacité du char Leclerc jusqu'en 2040, en l'intégrant à la manœuvre des GTIA". Enfin, les premiers missiles MMP, fabriqués par MBDA, devraient être livrés en 2017 de façon à éviter une rupture capacitaire dans le domaine des missiles tactiques du combat débarqué.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 20:50
Entraînement de guerre de mines Spanish Minex

 

19/09/2014 Sources : Marine nationale

 

Depuis le 10 septembre et jusqu’au 22 septembre, le Bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var participe à la session 2014 de l’entraînement Spanish Minex, au large de Carthagène (Espagne). Basé sur un scénario qui se veut le plus réaliste possible, l’objectif de cet entraînement est le déminage d’une zone maritime en vue d’une évacuation de ressortissant, domaine dans lequel la France est reconnue.

 

Bâtiment de commandement, le Var accueille à son bord l’état-major de la guerre des mines français, basé à Brest sous le commandement du capitaine de vaisseau Jean-Christophe Olièric. Son rôle est d’assurer la coordination opérationnelle et logistique des chasseurs de mines français déployés dans la zone d’opérations.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories