Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 16:50
Le patrouilleur Stern fait place à la nouvelle génération


15 sept. 2014 Belgian Defense

 

La base navale de Zeebruges était le théâtre de la cérémonie d’adieu au patrouilleur Stern, le vendredi 12 septembre 2014. Le commandant et son équipage lui ont rendu un dernier hommage. À présent, ces derniers sont prêts à prendre les commandes de son remplaçant, le Pollux.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 16:45
Major-General Philip Kameru, director-general of the National Intelligence Service photo PSCU sept 2014

Major-General Philip Kameru, director-general of the National Intelligence Service photo PSCU sept 2014

 

12 September 2014 defenceWeb (Reuters)

 

Kenya on Thursday swore in a new intelligence chief to tackle the rising threat from Somali Islamist militants bent on retaliation after U.S. missiles last week killed their leader Ahmed Godane.

 

Major-General Philip Kameru's appointment as new director general of Kenya's National Intelligence Service comes nearly a year after al Shabaab gunmen killed 67 people in an attack on Nairobi shopping mall.

 

Kenyan security bosses have been lambasted by the public for failing to prevent the four-day Westgate mall siege and Kameru's predecessor, retired Major-General Michael Gichangi, resigned in August, under pressure over a rise in attacks blamed on al Shabaab.

 

Kenya has suffered a string of gun and grenade attacks by the al Qaeda-affiliated group since the Westgate raid a year ago, particularly in Nairobi and on the coast.

 

Godane, who claimed responsibility for the Westgate attack, said the group would take revenge for Kenyan and Western involvement in Somalia. He has been replaced by little-known Ahmad Umar.

 

Kenya's President Uhuru Kenyatta has said he picked Kameru for his success in intelligence-gathering in Somalia. Kenyan troops first launched an offensive against the Somali Islamists in October 2011, accusing them of raids inside Kenya.

 

The soldiers are now part of a U.N.-mandated African peacekeeping force in war-torn Somalia.

 

Analysts say Kenya's security and intelligence agencies, which receive support and training from the United States, Britain, Israel and others, are hampered by poor coordination.

 

Corruption means Somali militants can easily buy travel documents or bribe their way across the border, they say.

 

In a statement from the presidency on Thursday, Kenyatta told the new security chief to work effectively with other government officials.

 

Kameru's appointment coincided with a tightening of security at Kenya's frontiers.

 

"We have beefed up security at all border points and any foreigners visiting or touring the country would be properly screened before being allowed into the country," a police spokeswoman told Reuters.

 

Kenya's tourism industry, a top foreign exchange earner, slumped badly because of the mall attacks. Some Western nations have warned their citizens against travel to parts of Kenya, including coastal resorts, prompting mass cancellations.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 16:45
Nigerian military aircraft missing

 

15 September 2014 defenceWeb (Reuters)

 

The Nigerian military said on Sunday one of its fighter jets that was operating in a north-east state where the armed forces are fighting Islamist Boko Haram militants had gone missing.

 

A search and rescue operation was underway for the Nigerian Air Force Alpha jet which was on a routine operational mission on Friday over Adamawa state when contact was lost with the aircraft the Nigerian armed forces said in a statement.

 

The statement gave no more details and there was no other information available on whether the plane, which had left an air base at the Adamawa state capital Yola and had a crew of two, had crashed or been shot down.

 

Nigeria's military, backed by war planes, has been fighting to push back recent advances by Boko Haram into the north of Adamawa state and also towards Maiduguri, the state capital of neighbouring Borno state. The army said it beat back an attack outside Maiduguri on Friday.

 

Boko Haram, which has killed thousands since it launched its anti-government insurgency in the north-east in 2009, has in recent weeks captured and held a string of towns and villages in the region, a departure from its usual hit-and-run tactics.

 

Its leader Abubakar Shekau is apparently trying to follow the example of Islamic State in Iraq and Syria, which has declared its own caliphate. Nigeria's government has vowed to take back the seized territory from Boko Haram.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 16:35
21 Brave Sikh Soldiers of Saragarhi Honoured 15.09.14


15 sept. 2014 British Forces News

 

In 1897 21 Sikh soldiers defended a British Army post against 10,000 Afghan Tribesman. They fought to the death defending the post in Tirah, now in modern day Pakistan. The soldiers have been honoured at Sandhurst where Victoria Smith reports from.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 15:51
Ukraine - what challenges for CSDP and NATO? - SEDE

 

September 15, 2014, SEDE

 
On 11 September 2014 the Subcommittee debated the security situation in Ukraine and the challenges this new European security context poses for CSDP and NATO with Maciej Popowski, Deputy Secretary General, EEAS and James Appathurai, Deputy Assistant Secretary General for Political Affairs and Security Policy, NATO.
 
Further information meeting documents
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 15:50
EDA project shows how metamaterials can boost the performance of antennas
 
Brussels - 15 September, 2014 European Defence Agency
 
 

The MIMICRA (Metamaterial Inspired Microwave Conformal Radar Antenna) project, which came to an end last month, shows how new materials and design techniques can improve the performance of antennas.

 

Metamaterials are artificially engineered materials that have been altered to exhibit properties not found in nature. Research and development of metamaterials is a rapidly growing field, which could eventually result in a huge range of new applications for both the civilian and military domains. An important area of research is concerned with new antennas for applications, such as communications, EW (Electronic Warfare), or even multifunctional sensing. This purpose behind the MIMCRA project was to show how antennas developed using metamerials can provide significantly higher levels of performance than conventionally developed antennas.

The project perfomed a study which established a robust set of requirements for three different types of antennas. These requirements outlined the limitations of current antennas and considered possible applications of new materials and designs, focusing particularly on benefits for aeronautical platforms.

Building on this study, demonstrator structures were developed (see picture above) that pushed the boundaries of material design and illustrated how using metamaterials could produce antennas with performance levels significantly greater than those using conventionial design methods and materials.  

The research performed highlighted the enhancements that these new approaches can bring, however more work is needed before these technologies can produce commercially viable solutions.

The project was managed and funded by France and the UK, within the framework of the European Defence Agency. The work was carried out by a wide consortium of different companies and universities: Airbus, Dassault Aviation, Thales, Telecom ParisTech, Institut d’Électronique Fondamentale, BAE Systems, MBDA (UK), Queen Mary College London, and Oxford University.

 

More Information

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 15:50
photo Airbus

photo Airbus

 

12 septembre 2014, Usinenouvelle.com (Reuters)

 

Le président exécutif d'Airbus, Thomas Enders, critique les restrictions qu'impose le gouvernement allemand sur les exportations de biens de défense et juge que cette position est susceptible de dissuader les sociétés internationales de coopérer sur de futurs projets.

 

"Quand il s'agit de défense et de politique de sécurité, ce que le gouvernement allemand dit et ce qu'il fait sont deux choses très différentes", affirme Thomas Enders dans une déclaration envoyée à Reuters.

 

Le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, qui veut durcir les règles pour l'exportation d'armement vers les zones sensibles, a déclaré en août aux industriels du secteur que leur avenir dépendait d'une consolidation avec leurs pairs européens. Pourtant, selon un article de Die Zeit publié la semaine dernière, il préférerait voir le groupe de défense Krauss-Maffei Wegmann (KMW) se rapprocher de son compatriote Rheinmetall plutôt que de fusionner avec le français Nexter.

 

En outre, Berlin bloquerait actuellement un contrat de missiles de MBDA au Qatar en n'autorisant pas le transfert de pièces détachées de l'Allemagne vers la France, apprend-on de sources du secteur de la défense. Le quotidien Les Echos a fait état de ce blocage le 10 septembre. Airbus détient 37,5% de MBDA, le missilier dont BAE Systems et Finmeccanica sont également actionnaires.

 

Conséquences sur l'emploi

 

Thomas Enders, qui a supervisé la restructuration du capital d'Airbus Group pour limiter l'influence des Etats français et allemand, dit que les restrictions à l'exportation pèseront sur l'emploi en Allemagne. Il ajoute que la politique de Berlin pourrait freiner le développement secteur en Europe. "Alors qu'on parle sans cesse de davantage de coopération et de consolidation du secteur de la défense en Europe, on s'attaque à des décennies de coopération franco-allemande."

 

L'industrie de la défense en Allemagne emploie environ 80 000 personnes, avec des exportations en hausse de 24% à 5,85 milliards d'euros en 2013. Cette envolée des ventes à l'étranger a décidé le ministre allemand de l'Economie à freiner les exportations d'armes vers des pays comme le Qatar et l'Arabie Saoudite, dont les achats contribuaient à faire du pays le troisième exportateur d'armement au monde.

 

L'Allemagne va plus loin que Bruxelles

 

Les entreprises allemandes ont déjà reproché à la politique de Sigmar Gabriel d'avoir entrainé le rejet de milliers de licences d'exportation d'armes et Rheinmetall a lancé un avertissement sur ses résultats après le blocage par Berlin d'un accord pour la vente d'équipements de simulation de combat à la Russie.

 

Le gouvernement allemand est ainsi allé plus loin que les sanctions décidées par l'Union européenne à l'encontre de la Russie pour son rôle dans le crise ukrainienne. D'après le texte de ces sanctions, l'embargo sur les exportations d'armes vers la Russie n'est pas rétroactif et ne concerne donc pas des contrats déjà signés.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 15:50
NATO priorities and challenges after the Wales Summit - Subcommittee on Security and Defence

 

September 15, 2014, SEDE

 
On 11 September 2014 the Subcommittee debated NATO priorities and challenges after its summit on 4 and 5 September 2014, with James Appathurai, Deputy Assistant Secretary General for Political Affairs and Security Policy, NATO.
 
 

Further information
meeting documents
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 15:50
Debriefing on the informal meeting of EU Defence Ministers - SEDE
 
September 15, 2014, SEDE
 
On 11 September 2014 the Subcommittee exchanged views with Maciej Popowski, Deputy Secretary General, EEAS on the outcome of the informal meeting of EU Defence Ministers on 9 and 10 September 2014. 
 

Further information meeting documents
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 14:55
Helidax centre de formation Hélicoptère DCI Défense Conseil International


15 sept. 2014 DefenseWebTV

 

Helidax est basée au sein de l’Ecole de l’Aviation Légère de l’Armée de terre (EALAT) à Dax, au sud-ouest de la France. Hélidax est née de l’association d’INAER Helicopter France et de DCI, toutes les deux actionnaires à 50 %.

Le but de cette externalisation est la fourniture à l’EALAT (école de formation de pilotes d’hélicoptères à vocation interarmées et internationale) des heures de vol requises pour la formation de base des pilotes des Armées (terre, mer, air), de la Gendarmerie Nationale, entre autres bénéficiaires.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 14:30
Irak: première mission de reconnaissance aérienne

Décollage de deux avions Rafale depuis la base aérienne 104, stationnée à Al Dhafra, aux Emirats Arabes Unis.

 

15/09/2014 Sources : EMA

 

Ce matin, le 15 septembre 2014, deux avions Rafale de l’armée de l’Air ont décollé de la base aérienne française 104 d’Al Dhafra, aux Emirats Arabes Unis, pour effectuer une mission de reconnaissance au-dessus de l’Irak.

 

Réalisée sous le contrôle tactique du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone Océan Indien (ALINDIEN), cette mission est effectuée en étroite coordination avec les autorités irakiennes et nos alliés présents dans la région.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:56
Le SNA Perle au large de La Réunion. photo Marine Nationale

Le SNA Perle au large de La Réunion. photo Marine Nationale

 

15.09.2014 Par Nathalie Guibert - Le Monde.fr

 

Aucune femme n'avait passé un mois dans un sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) avant que la marine nationale ne m'en donne l'autorisation, au printemps 2014. Encore moins une journaliste, secret-défense oblige.

La curiosité m'avait piquée, à l'occasion d'un départ de patrouille à bord du Terrible depuis Brest. A la sortie de l'île Longue, il faut de longues heures aux sous-marins lanceurs d'engins pour dépasser le plateau continental et pouvoir plonger. Je n'avais pu passer qu'une petite nuit à bord, à peine seize heures inscrites dans le livret de plongée donné pour l'occasion aux visiteurs, avant un retour par hélicoptère.

J'avais touché du doigt la dissuasion nucléaire française, mais je n'avais rien rapporté de solide pour comprendre la partie humaine qui se joue à bord de ces machines de guerre. Que font ces marins soldats, à 300 mètres de fond ? Comment vit-on à bord de tels bateaux ? Qui sont-ils pour supporter ces conditions d'enfermement volontaire plusieurs mois par an ?

 

UNE OUVERTURE NÉCESSAIRE

Le monde clos des forces sous-marines vit très bien dans l'isolement. Par essence jaloux de son secret, il se pense à part dans les armées. La Force océanique stratégique compose une petite famille, élitiste : 3 500 personnes, dont 2 000 hommes naviguent. La communication vers l'extérieur tient peu de place dans cette culture. Mais la marine peine désormais à attirer des jeunes dans ces métiers, techniques, exigeants. Elle doit les faire connaître.

En outre, les sous-marins représentent l'investissement le plus lourd de la défense pour les prochaines années – il faut près de 10 milliards d'euros pour renouveler la flotte des sous-marins nucléaires d'attaque. Les militaires doivent démontrer aux décideurs politiques l'utilité stratégique de ces outils, en ces temps de disette budgétaire. L'ouverture devient nécessaire. Enfin, le ministère de la défense a décidé de féminiser les équipages de sous-marins, derniers bastions masculins, à partir de 2017.

L'accord donné pour embarquer, un mois, sur le SNA Perle, est passé au filtre de toute la hiérarchie militaire. J'ai été accueillie comme il se doit dans cet univers : avec une chaleureuse réserve. « Ça va être très dur », m'a avertie Stéphan Meunier, le commandant de l'escadrille des SNA à Toulon.

 

Retrouvez la totalité de cet article en édition abonnés, et suivez dans Le Monde, jusqu'au vendredi 19 septembre, la suite de cette plongée à bord du Perle, avant de découvrir, samedi 20 septembre, notre grand format « Un mois sous les mers », récit d'une journée type à bord d'un sous-marin nucléaire d'attaque.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:55
Création de la 36ème escadre de commandement et de conduite aéroportée - photos Armée de l'Air

Création de la 36ème escadre de commandement et de conduite aéroportée - photos Armée de l'Air

 

14/09/2014 Armée de l'air

 

Pour cette rentrée 2014, quatre escadres ont été créées sur les bases aériennes d’Avord, d’Istres et de Nancy. D’autres verront le jour à partir de 2015.

 

Deux des quatre premières escadres de l’armée de l’air ont été créées sur la base aérienne 702 d’Avord. La 36e escadre de commandement et de conduite aéroportée (EC2A) regroupe quatre unités autour des avions radar E3-F et l’escadre sol/air de défense aérienne-1er régiment d’artillerie de l’air (ESADA-1er RAA) qui réunit trois unités dédiées à la défense sol/air. « Ces deux escadres concernent nos pôles de référence nationale chacun dans leur domaine, confie le colonel Fabien Mandon, commandant la base d’Avord et la base de Défense. C’est une évolution naturelle pour Avord où nous fonctionnions déjà par pôle dans une logique de mission et de réactivité. Le projet CFA 2015, auquel j’ai eu la chance de participer en apportant un regard de terrain, va ainsi clarifier les chaînes locales de responsabilité mises en place au plus près des forces. Et je pense sincèrement que c’est une nécessité pour remettre de la cohérence et pour clarifier notre organisation. En ce qui concerne l’intégration des soutiens, les processus sont parfois complexes au quotidien. Aujourd’hui il faut beaucoup d’énergie pour obtenir ce dont on a besoin. La réforme va permettre de définir une interface claire entre la base aérienne et les soutiens. Améliorer les processus va réellement faciliter le quotidien des aviateurs sur la base aérienne, afin de continuer à être au rendez-vous des opérations. »

 

La 31e escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques a officiellement été créée sur la base aérienne 125 d’Istres, le 27 août 2014. Elle rassemble le groupe de ravitaillement en vol (GRV) 2/91 «Bretagne» et l’escadron des soutiens techniques spécialisés (ESTS) 15/93. Le lieutenant-colonel Olivier Roquefeuil, commandant le GRV depuis 2013, est le premier chef de la 31eescadre. «C’est un grand honneur, déclare-t-il. Nous allons essayer de faire profiter l’armée de l’air et les futures escadres de tous les enseignements que nous allons tirer de cette nouvelle organisation. Certes, il y a beaucoup de choses à mettre en place. Mais c’est parfaitement réalisable car on sait où on va. Ce nouvel échelon va véritablement mettre de l’huile dans les rouages!» Outre le GRV et l’ESTS appartenant directement à la 31e escadre, elle regroupera également sous son autorité fonctionnelle deux équipes présentes sur la base d’Istres et œuvrant dans le même domaine : l’équipe de marque ravitaillement en vol et transport stratégique du centre d’expériences aériennes militaires et l’équipe d’étude technique centralisée, une unité de la SIMMAD (structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques du ministère de la Défense).

 

Sur la base aérienne 133 de Nancy, la création officielle de la 3e escadre de chasse, dont le commandement a été remis au lieutenant-colonel Hugues Poinfert, a eu lieu le 5 septembre 2014. Lors de cette cérémonie, ce dernier a ensuite remis le commandement de l’escadron de chasse 2/3 « Champagne » au lieutenant-colonel Yannick Desbois et celui de l’escadron de transformation Mirage 2000D 2/7 « Argonne » au lieutenant-colonel Sébastien Salgues.

 

 

Création de l'escadre sol-air de défense aérienne-1er régiment d’artillerie de l’air

Création de l'escadre sol-air de défense aérienne-1er régiment d’artillerie de l’air

Création de la 31e escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques

Création de la 31e escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques

Création de la 3ème escadre de chasse à Nancy

Création de la 3ème escadre de chasse à Nancy

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:55
Symposium "entreprises et soutien pétrolier des forces armées"



12/09/2014 Economie et technologie

 

Le Service des essences des armées (SEA) est un service interarmées, opérateur unique du soutien pétrolier du ministère de la Défense. Intervenant dans toutes les composantes de la chaîne logistique pétrolière, ses liens avec les entreprises comportent de multiples facettes.


Dans le cadre des relations qui unissent les entreprises du secteur pétrolier et le SEA, une matinée est organisée le 14 octobre à l’Ecole Militaire (Paris 7e) autour de deux thèmes :

  • Intérêt et compétences partagés
  • Synergies à développer

 

Ce symposium est avant tout une occasion unique, à travers les partenariats entre le SEA et les entreprises, de mettre en avant leurs capacités d’innovation dans les domaines des équipements et de partager les expériences en logistique pétrolière.
Les RH (formation, reconversion, réserve, exportation des compétences) sont au cœur des enjeux actuels. Une meilleure connaissance des besoins et des attentes permettrait de répondre à de nombreux besoins spécifiques.

 

Nous vous attendons le 14 octobre pour échanger sur ces thèmes !
 

Inscription et renseignements :
01 55 58 81 84 ou symposium-sea-entreprises@inet.essences.defense.gouv.fr

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:45
Mali: un soldat tchadien de l'ONU tué et quatre blessés par une mine

 

15 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Bamako - Un soldat tchadien de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a été tué et quatre blessés dimanche par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule dans le nord du pays, ont annoncé l'ONU et des sources militaires dans la région.

 

Nous avons perdu un élément quand notre véhicule a sauté sur une mine près d'Aguelhoc (nord-est, près de la frontière algérienne, NDLR). Il y a aussi des blessés. C'est un bilan provisoire, a déclaré à l'AFP un militaire tchadien de la Minusma.

 

L'explosion a fait un mort et quatre blessés parmi les Casques bleus, a précisé l'ONU, dimanche soir à New York.

 

Dans un communiqué, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a condamné cette attaque avec la plus grande fermeté. Il a rappelé qu'une précédente attaque dans la région de Kidal (nord-est) le 2 septembre avait tué quatre Casques bleus tchadiens de la Minusma.

 

Ces attaques n'affecteront pas la détermination des Nations unies à soutenir le peuple malien dans sa recherche de la paix, souligne le communiqué de l'ONU.

 

Dans une déclaration unanime, le Conseil de sécurité a également condamné l'attaque dimanche et a appelé le gouvernement malien à enquêter rapidement et à poursuivre les responsables en justice.

 

Une source militaire malienne basée à Gao, la principale ville du nord du pays, a souligné le perfectionnement de la stratégie du combat par les mines mise en oeuvre par les jihadistes.

 

Ils ont tout un circuit d'approvisionnement de mines dans toute la région, et il s'informent sur les axes routiers qu'empruntent les véhicules de la Minusma pour mener des opérations, a ajouté cette source sous le couvert de l'anonymat.

 

Trois groupes jihadistes - Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Dine et le Mujao - ont contrôlé pendant près de dix mois le nord du Mali, d'où ils ont été en grande partie chassés par une intervention internationale en janvier 2013 initiée par la France.

 

Des attaques, visant en particulier les troupes étrangères, continuent néanmoins à se produire dans cette partie du pays.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:30
Lutte contre EI: vols de reconnaissance militaire français vers l'Irak

Jean-Yves Le Drian est arrivé ce matin sur la base d'al-Dhafra aux Emirats arabes unis où sont basés des Rafales français susceptibles d'intervenir dans une opération aérienne de la coalition sur l'Irak. - photo MinDefFR

 

15-09-2014 à 09:30 Par RFI

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian est arrivé ce lundi matin aux Émirats arabes unis. Il se rendra ensuite en Egypte : une visite axée sur la situation en Irak et en Libye et qui s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la coalition internationale pour lutter contre l’organisation terroriste Etat islamique et sécuriser l’Irak. Des vols de reconnaissance sur l'Irak sont organisés dès ce lundi a déclaré le ministre sur la base d'al-Dharfa où sont stationnés des Rafales français.

 

Des avions et militaires français sont stationnés dans le Golfe, notamment aux Emirats arabes unis, sur la base d'al-Dhafra, où est arrivé le ministre de la Défense ce lundi matin. « Dès ce matin, les premiers vols de reconnaissance auront lieu avec l'accord et des autorités irakiennes et des autorités » des Emirats, a déclaré le ministre. Notre correspondante Nathalie Gillet confirme que les avions ont décollé ce matin.

 

Une base d'une importance capitale pour la France dans la région

 

« La base d’Al Dhafra, où je suis allé plusieurs fois, est une base gigantesque » explique le général Gaviard, ancien chef des opérations des armées.

 

« Les Emiriens sont entraînés et s’entraînent régulièrement avec les Français sur la base d’al-Dhafra, c’est dix fois ou même un peu plus, la taille des bases occidentales. On y trouve de nombreux d’escadrons émiriens, trois escadrons de Mirage 2000-9 et trois escadrons de F-16 Block 60, c'est-à-dire les avions pratiquement les plus sophistiqués que l’on peut trouver dans le monde occidental. On y trouve aussi les escadrons américains, en particulier les U2 qui sont des avions espions, on y trouve aussi un Air Warfare Center, ce centre technique qui permet de se préparer et s’entraîner au combat. »

 

Une opération multinationale et pas une «opération de croisés»

 

« Les Emiriens connaissent parfaitement la manière de travailler des forces occidentales, c’est ce qu’on appelle l’interopérabilité. Il y a un véritable accord stratégique qui, en particulier, a été renforcé sous la précédente présidence. Parce que au-delà de la base d’Al Dhafra et des six Rafales, on a aussi une division de la Légion étrangère qui était située à Djibouti et a migré sur les Emirats, et puis on a aussi une petite base navale. C’est donc un véritable partenariat stratégique avec les Emirats. »

 

Les Emiriens connaissent parfaitement la manière de travailler des forces occidentales, et sont « prêts à le faire, reste à avoir le feu vert politique pour pouvoir agir ensemble » ajoute le général Gaviard.

 

« Il faut effectivement que les forces occidentales soient accompagnées par des forces du Moyen-Orient pour que l’opération ne soit pas considérée comme une opération de croisés mais bien une opération multinationale. La visite de Jean-Yves Le Drian aux Emirats est bien là aussi pour poser cette question politique » conclut le général Gaviard.

 

Rappelons que les Etats-Unis mènent déjà des frappes aériennes en Irak depuis le début du mois d'août et que les pays de la coalition internationale contre l'EI dont les contours doivent être précisés ce lundi matin à la conférence de Paris n'ont pas l'intention d'envoyer des troupes au sol mais qu'ils vont soutenir les forces locales et notamment les Peshmergas kurdes du Nord de l'Irak, l'armée irakienne et les rebelles modérés syriens. Pour ce qui de la question très sensible d'éventuelles frappes sur la Syrie, le régime de Damas s'y oppose formellement.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:30
Cameron déterminé à des nouvelles mesures non spécifiées contre l'EI

 

14 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Londres - Le Premier ministre britannique David Cameron a affirmé dimanche sa détermination à prendre toutes nouvelles mesures nécessaires contre les jihadistes de l'État islamique (EI) responsables du meurtre du travailleur humanitaire David Haines.

 

Le visage grave, le chef du gouvernement qui venait de présider une réunion interministérielle de crise n'a pas précisé dans son allocation relayée par les chaînes d'information en continu la nature des nouvelles mesures envisagées.

 

Il s'est notamment gardé de lever les incertitudes concernant l'association éventuelle de son pays aux frappes aériennes américaines en Irak et en Syrie.

 

Nous traquerons les responsables et les traînerons en justice, quel que soit le temps nécessaire. Les Etats-Unis mènent une action militaire directe. Nous les soutenons. Des (avions) Tornados britanniques et des appareils de reconnaissance ont apporté leur concours. Mais il n'est pas question de déployer des forces combattantes au sol, a ajouté M. Cameron.

 

Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres, a dit M. Cameron. Pas à pas, nous devons repousser, démanteler et finalement détruire l'Etat Islamique et ce qu'il représente, a-t-il martelé.

 

Nous agirons de manière calme, résolue, mais avec une détermination inflexible. Nous n'agirons pas isolément, nous travaillerons en proximité avec nos alliés, pas seulement aux Etats-Unis et en Europe, mais aussi dans la région, a-t-il poursuivi.

 

Son gouvernement a envoyé des signaux discordants la semaine dernière. Le ministre des affaires étrangères Philip Hammond a ainsi fermé la porte à toutes frappes militaires conjointes avec les Américains, avant d'être démenti par le 10 Downing street, qui a au contraire annoncé ne rien exclure.

 

La réunion de crise (Cobra) convoquée en milieu de matinée s'est déroulée en présence de hauts responsables militaires et des services de renseignement.

 

La réaction de Londres est d'autant plus vive qu'un second otage britannique est menacé de mort par l'EI dans sa vidéo sur la décapitation de David Haines, qualifié de héros britannique par M. Cameron.

 

Dans l'enregistrement de 2 minutes 27 secondes, intitulé Un message aux alliés de l'Amérique, le bourreau au visage masqué reproche au chef du gouvernement britannique d'avoir rejoint les États-Unis, qui mènent des frappes aériennes contre l'EI.

 

Vous êtes volontairement entrés dans une coalition avec les États-Unis contre l'État islamique, comme votre prédécesseur Tony Blair l'a fait avant vous, suivant une tendance parmi nos Premiers ministres britanniques qui ne peuvent pas trouver le courage de dire non aux Américains, dit-il.

 

L'inconnu à l'accent britannique pourrait être le même homme que celui apparaissant dans les vidéos des exécutions de deux journalistes américains James Foley et Steven Sotloff, selon les experts.

 

Londres a annoncé cette semaine l'envoi pour 2 millions d'euros de mitrailleuses lourdes et de munitions aux forces kurdes d'Irak pour lutter contre les jihadistes. Avant cette annonce, le Royaume-Uni avait envoyé de l'aide humanitaire et des armes provenant de pays tiers en Irak.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 11:30
TALON LGR - photo Raytheon

TALON LGR - photo Raytheon

 

TUCSON, Ariz., Sept. 15, 2014 /PRNewswire

 

TALON will provide increased precision in the battlespace

 

Under a $117 million contract awarded to Raytheon Company (NYSE: RTN), Raytheon Missile Systems has begun production of the TALON Laser Guided Rocket. In 2013, the Armed Forces General Headquarters of the United Arab Emirates awarded Tawazun a contract to procure the TALON Laser Guided Rocket.

 

"Full rate production of the TALON LGR is a significant milestone for Raytheon and the program," said Darryl Kreitman, Raytheon TALON program director. "UAE defense manufacturing industry participated in development of this revolutionary system and the end user can now benefit from this laser guided precision capability." 

 

Under the contract, Raytheon will maintain full integration of the TALON system into the UAE Armed Forces to include logistics, training and warranty support. Raytheon is also exploring options to integrate TALON onto NIMR armored vehicles which are now serving in different units of the UAE Armed Forces.

 

Earlier this year, the U.S. Army awarded TALON Air Worthiness Certification on the Apache attack helicopter.  During TALON's development and test program, Raytheon completed more than 35 TALON firings from the AH-64D Apache, resulting in a solution that is ready for international direct commercial sales customers today.

 

About TALON

The TALON LGR is a low-cost, digital semi-active laser guidance and control kit co-developed with the United Arab Emirates. The TALON guidance section fits directly to the front of the legacy 2.75-inch Hydra-70 unguided rocket.  TALON's architecture and ease of employment make it a low-cost, highly-precise weapon for missions in urban environments, as well as counter insurgency and swarming boat defense missions.  TALON is fully compatible with existing airborne and ground laser designators.

 

About Tawazun

Borne out of the long-established Tawazun Economic Council, Tawazun was created in 2007 to develop ventures through industrial partnerships and strategic investments that add value to the UAE's industrial manufacturing sector across a number of areas: defense & aerospace, automotive, munitions, metals and technology. Tawazun has established itself as an active industrial investor both locally and internationally by partnering with a hand-picked selection of world-class market leaders to build skills, expertise, products and systems in the UAE. Its investment strategy is designed to drive change within the marketplace, while its aim is to inspire emerging companies by providing strong and consistent support to aid their future expansion.

 

About Raytheon

Raytheon Company, with 2013 sales of $24 billion and 63,000 employees worldwide, is a technology and innovation leader specializing in defense, security and civil markets throughout the world. With a history of innovation spanning 92 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration and other capabilities in the areas of sensing; effects; and command, control, communications and intelligence systems, as well as cyber security and a broad range of mission support services. Raytheon is headquartered in Waltham, Mass. For more about Raytheon, visit us at www.raytheon.com and follow us on Twitter @Raytheon.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 10:55
La France renforce son arsenal contre le djihadisme

Photo tirée du compte Facebook de Mourad Fares. Le cyberdjihadiste français se servait de ce réseau pour recruter. Il a été interpellé mercredi à Roissy.

 

14/09/2014 Par Christophe Cornevin – LeFigaro.fr

 

Un projet de loi antiterroriste, débattu à partir de ce lundi, prévoit de frapper les candidats au départ d'interdiction de sortie du territoire et d'accentuer la traque sur Internet.

 

Alors que la menace d'un attentat affole tous les compteurs et que l'État islamique vient d'orchestrer une troisième décapitation d'otage européen, il ne se passe plus une semaine sans que le spectre du djihadisme ne secoue l'Hexagone. Mercredi dernier encore, Mourad Fares, un sergent recruteur dépeint comme «particulièrement dangereux» et «proche des mouvements terroristes djihadistes Daech et Jabhat al-Nosra», a été cueilli à Roissy par les policiers spécialisés de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Originaire de Thonon-les-Bains, ce ressortissant français de 29 ans est soupçonné d'avoir enrôlé de jeunes Français dans les régions de Toulouse et de Strasbourg pour les précipiter dans le chaos syrien. Quelques jours auparavant, une famille entière abandonnait sans prévenir son domicile de l'Isère pour filer, avec deux fillettes de trois et cinq ans, vers les zones de combat via la Turquie.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 10:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

14/09 Jean-Philippe Lacour / Correspondant à Francfort et Thibaut Madelin / Correspondant à Berlin  - lesEchos.fr

 

L’allemand Rheinmetall ­étudie des rapprochements alors que le français Nexter et l’allemand KMW veulent s’unir.

 

Le ministre allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel, sème la pagaille dans la coopération entre les industries de défense française et allemande. En cherchant à restreindre les autorisations d’exportation d’armes aux pays non membres de l’UE et de l’Otan, il met à mal plusieurs projets en cours. Au grand dam de Tom Enders, patron d’Airbus et victime collatérale de cette politique. Mais le ministre souhaite aussi qu’une « discussion intensive [soit menée] sur la consolidation nationale » de l’industrie allemande de la défense alors même que le français Nexter et l’allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) mènent un projet de fusion visant à créer un Airbus de l’armement terrestre.

 

Profitant de ces réticences, un troisième acteur s’est mis en embuscade, l’allemand Rheinmetall. Selon le « Handelsblatt », le groupe de Düsseldorf étudie plusieurs opérations de rapprochement. Des discussions préliminaires auraient lieu entre Rheinmetall et la division marine du sidérurgiste ThyssenKrupp. Une activité de 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires. ThyssenKrupp aurait contacté plusieurs acheteurs potentiels pour sa filiale de sous-marins, dont le français DCNS, selon Reuters. Autre cible étudiée par Rheinmetall, Atlas Elektronik, une coentreprise de ThyssenKrupp et de la branche défense d’Airbus, fournisseur dans la marine, et Optronics, une filiale d’Airbus produisant des systèmes de laser. Tom Enders songe à se débarrasser de ces activités. Une annonce pourrait même intervenir d’ici à la fin du mois selon Reuters. Interrogées, les sociétés n’ont pas souhaité faire de commentaire.

 

Embarras

 

Si les pourparlers entre Nexter et KMW progressent, les oukases du ministre allemand pourraient amputer la valorisation du groupe de Munich, en bloquant des contrats à l’export. Cela gênerait la mise en œuvre d’une fusion entre égaux, indique la FAZ, qui cite l’entourage du ministère de la Défense à Paris. Frank Haun, le patron de KMW, a rencontré Sigmar Gabriel vendredi. Rien n’a filtré de l’entretien et on affirme à Berlin que les entreprises sont libres de leurs décisions.

 

D’un point de vue juridique, Berlin devrait donner son feu vert à une fusion entre KMW et Nexter. Mais, sur un plan purement politique, un rapprochement entre KMW et Rheinmetall, déjà partenaires sur le char Leopard, aurait les faveurs de la classe politique allemande.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 09:45
Opération Le Havre - Barkhane (2 Sept 2014)


Crédit :  EMA / armée de terre
 

 

2 septembre 2014 à 6h30, dans la région d’Aguelhoc, au Sud du Tigharghar, au Nord-Mali, le commandant du Groupement Tactique Désert (GTD) de la force Barkhane s'entretient avec le chef du détachement de liaison et d’appui opérationnel n°2 (DLAO 2) de Kidal sur le schéma tactique à adopter.

L'opération Le Havre est une des opérations majeures de l'ère Barkhane. Son but est de neutraliser les groupes terroristes et leurs flux logistiques dans la région du Tigharghar au Nord-Mali en menant une opération coordonnée avec la MINUSMA.

Lancée le 1er août, l’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

 
Opération Le Havre - Barkhane (2 Sept 2014)

2 septembre 2014 à 6h20, dans la région d’Aguelhoc, au Sud du Tigharghar, au Nord-Mali, le commandant du Groupement Tactique Désert (GTD) étudie avec son chef d’opération les itinéraires possibles pour rejoindre la base opérationnelle avancée (BOA), afin de lancer une opération de reconnaissance

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 09:30
Rafale équipé de son pod Reco-NG (système de reconnaissance de nouvelle génération) lors de l'opération Harmattan. photo ECPAD 2011

Rafale équipé de son pod Reco-NG (système de reconnaissance de nouvelle génération) lors de l'opération Harmattan. photo ECPAD 2011

 

15 septembre 2014 Romandie.com (AFP)

 

Al-Dhafra (Emirats arabes unis) - Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en visite aux Emirats arabes unis, a annoncé que les premiers vols de reconnaissance militaire en Irak auraient lieu lundi alors que Washington et ses alliés se mobilisent contre l'Etat islamique (EI).

 

Dès ce matin, les premiers vols de reconnaissance auront lieu avec l'accord et des autorités irakiennes et des autorités émiraties, a dit le ministre sur la base d'Al-Dhafra où étaient rassemblés quelque 200 militaires dont des pilotes d'avion de combat Rafale.

 

Ce déplacement, a déclaré M. Le Drian, intervient dans un contexte d' une exceptionnelle gravité. Il a rappelé la visite en Irak vendredi du président François Hollande qui a annoncé la disposition de la France à contribuer politiquement et militairement à trouver une issue à la crise à la demande des autorités de Bagdad.

 

Soyez donc prêts à intervenir, a dit le ministre français aux militaires positionnés sur cette base située à 30 km au sud-ouest d'Abou Dhabi.

 

La France se tient prête en ces moments décisifs pour sa sécurité car c'est bien aussi la sécurité de la France que menace Daesh, ce pseudo Etat islamique, a encore dit M. Le Drian.

 

photo MinDef FR

photo MinDef FR

Le Falcon transportant M. Le Drian a atterri à l'aube sur cette base où sont stationnés des militaires français, ainsi que six avions de combat Rafale, un avion ravitailleur Boeing C-135 et un avion de reconnaissance Atlantique de la marine française.

 

Quelque 750 militaires français sont déployés aux Emirats arabes unis.

 

M. Le Drian doit rencontrer le prince héritier, Cheikh Mohammed ben Zayed al Nahyane, pour expliquer notamment le rôle que joue la France au sein de la coalition antijihadiste.

 

Les entretiens doivent porter non seulement sur l'Irak mais aussi sur la Libye. M. Le Drian doit ensuite se rendre en Egypte.

 

Sa visite dans les deux pays intervient au moment où les représentants d'une vingtaine de pays se réunissent à Paris pour définir le rôle de chacun dans la coalition internationale voulue par Washington pour combattre les jihadistes de l'EI, qui ont exécuté un nouvel otage.

 

La décapitation d'un Britannique, revendiquée samedi par ce groupe, a renforcé la détermination de la communauté internationale à éradiquer ces jihadistes, qui contrôlent de vastes territoires en Irak et en Syrie, en formant une vaste coalition.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 08:55
Groupe aérien embarqué : la flottille 11F prend le relais de la 12F

 

12/09/2014 Marine nationale

 

Depuis la rentrée, les Rafale Marine et les Super-Étendard Modernisé s’entraînent tous les jours sur la base de l’aéronautique navale de Landivisiau (BAN) dans le cadre de leur maintien en  condition opérationnelle et de la qualification des jeunes pilotes. 

 

Il y a quelques jours, la flottille 11F (Rafale Marine) a pris l’alerte en relais de la 12F et est ainsi en mesure d’être déployée à tout moment sur le porte-avions. C’est également le cas de la 17F, flottille de Super-Etendard Moderniséet de la 4F, équipée de Hawkeye. 

 

Les avions de chasse de l’aéronautique navale représentent un outil majeur de projection de puissance. Le porte-avions Charles de Gaulle peut agir en tous points du globe sous faible préavis sur décision politique.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 08:50
MULTISTATISME : Une évolution prometteuse en matière de lutte sous la mer

 

12/09/2014 Marine nationale

 

La Royal Navy et la Marine nationale, avec le soutien de la Délégation générale à l’armement et de Thalès Underwater systems, ont une nouvelle fois prouvé leur interopérabilité au début du mois de septembre lors d’essais de «coopération multistatique» conduits à la mer entre la FREMM Aquitaine et le HMS Richmond.

 

Les premiers résultats et les détections obtenues sur un SNA français sont encourageants. Le multistatisme consiste à exploiter les émissions sonar d’une seule unité à partir d’une ou plusieurs autres unités silencieuses (voir schéma).  Utilisé comme un moyen complémentaire pour chasser les sous-marins, il offrirait le double avantage tactique de permettre à une unité réceptrice de détecter, pister et engager un contact en toute discrétion et de perturber le sous-marin dans son élaboration du dispositif de surface en lui déniant de l’information acoustique.

 

Il est vraisemblable qu’il faille compter à l’avenir sur cette capacité prometteuse qui semble intéresser un nombre croissant de nations.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 17:40
7ème édition du salon international « MILEX 2014 » - Article by SITTA



11/09/2014 SITTA
 

Une des principales attractions du salon Milex 2014 était la première présentation publique du système sol-air S-125 modernisé sur le stand de la société d’import-export et de services Belspetsvneshtechnika (BSVT). La société biélorusse Alevkurp, membre de la nouvelle « holding Radar Systems » assure la maitrise d’œuvre de cette modernisation identifiée S-125 Pechora 2BM. L’évolution concerne la mobilité et les performances du système avec une distance maximale d’interception qui passe de 27 km à 30 km.

En configuration opérationnelle, les quatre lanceurs et le radar de conduite de tir sont positionnés sur des plateaux de semi-remorques équipés de vérins de soutènement et de mise à niveau. Le poste de commandement et d’opération est intégré dans un shelter amovible porté par un camion MAZ. Les modernisations électroniques portent principalement sur la partie réception du poste antenne du radar de conduite de tir et sur le remplacement de l’ensemble des servomécanismes du système. On note également le remplacement de la partie optronique et l’adjonction de circuits spécialisés dédiés à la fonction antibrouillage. Les équipements du poste d’opération intègrent des écrans modernes à menus déroulants. Avec le Pechora 2BM de BSVT, la Biélorussie, qui propose déjà le Pechora 2TM de l’industriel Tetraedr et le Pechora 2M du groupe russo-biélorusse Defence System, se place comme un acteur majeur de la modernisation des S-125.

Système S-125 Pechora 2BM BSVT Biélorussie

Bien que de conception ancienne, le Strela-10 reste une référence parmi les systèmes sol-air de très courte portée équipés de missiles à guidage infrarouge. BSVTpropose d’en prolonger la durée de vie et d’améliorer ses performances grâce à sa modernisation Strela-10BM2. Cette réalisation, menée en partenariat avec l’usine biélorusse Gomel, porte principalement sur la partie électronique et sur la fonction détection, acquisition et poursuite de la cible.

Le télémètre radar est remplacé par un bloc optronique équipé d’une voie TV jour, d’une voie thermique et d’une télémétrie laser capable d’assurer la détection et la poursuite d’une cible en mode automatique. La capacité d’engager une cible de nuit est aussi fortement améliorée. La console du commandant de peloton est automatisée, les moyens radios sont de dernière génération et un groupe électrogène amovible est installé à l’arrière du véhicule. L’emploi des missiles 9M37 ou 9M333 d’origine ne permet pas d’accroître la distance maximale d’interception du système de base mais leur remplacement est à l’étude. Il permettrait d’utiliser la pleine capacité du nouveau système optronique.

Système Strela-10BM2 BSVT Biélorussie

BSVT exposait également sa dernière évolution du radar d’altimétrie russe PRV-13, équipement déjà ancien. Cette modernisation porte la dénomination de PRV-13BM. Elle conserve l’architecture à trois cabines montées sur trains roulants pour le radar, le poste opérateur et la génération électrique.

L’antenne, fiable et performante, est conservée mais la partie émission-réception est entièrement revue. Les éléments d’ancienne génération sont remplacés par des modules à état solide et le traitement est numérisé. Un dispositif de gestion des brouilleurs est intégré. Les équipements d’origine de la cabine opérateur sont remplacés par une console moderne. Le gain de place permet l’aménagement d’un compartiment repos susceptible d’être utilisé pour l’installation d’un second poste opérateur selon l’option du client. La cabine de génération électrique abrite deux nouveaux groupes électrogènes à moteur diésel Deutz. Cette remise à niveau majeure du radar PRV-13apporte un gain conséquent en termes de distance de détection. Elle limite le temps et le nombre des opérations de maintenance et fournit un confort d’utilisation qui égale celui des radars modernes. Les très nombreux utilisateurs de la version d’origine souhaitant moderniser leur parc radar à moindre coût seront certainement séduits par le PRV-13BM.

Radar PRV-13BM BSVT Biélorussie

Toujours dans le domaine de la modernisation des équipements radars russes d’ancienne génération, la société Tetraedr présentait son ultime évolution du P-18 sous la dénomination de TRS-2D. Initiée en 2007 et présentée une première fois au salon Maks 2011, la modernisation TRS-2D a atteint son stade final de développement.

La particularité de cette ultime évolution consiste en l’adjonction d’un système automatisé de déploiement/repliement de l’antenne dont le principal intérêt est de réduire considérablement le temps de changement de position. Le passage de la position route à la position opérationnelle est désormais effectif en 20 mn contre plus d’une heure sur les versions classiques.

Radar TRS-2D Tetraedr Biélorussie

La jeune société KB Radar, membre de la Holding  Radar Systems, est un acteur majeur dans le développement des systèmes de détection et de brouillage biélorusse. Elle présentait en extérieur son équipement emblématique, le radar 2D Vostok-E. Son stand intérieur a permis d’apprécier l’ensemble de sa production et les développements en cours. L’évolution de la famille Vostok était particulièrement mise en avant avec quatre nouvelles variantes.

La première est une évolution directe du radar en bande VHF 2D Vostok-E avec l’adjonction, au dos, d’une antenne supplémentaire qui permet d’obtenir l’altitude de la cible. La version est identifiée Vostok-3D.  La seconde variante est également une évolution du radar 2D de base vers la fonction 3D. Contrairement au Vostok-3D, la mesure de l’altitude de la cible n’est pas obtenue par l’ajout d’une antenne supplémentaire mais par la modification de l’antenne principale. Cette version est identifiée Vostok-3D VHF 360/600. Les deux dernières variantes sont des nouveaux équipements, un radar d’altimétrie équipé d’une antenne cylindrique pour le Vostok-Vet un radar 3D en bande S pour le Vostok-3S.

Avec ces évolutions, KB Radar propose maintenant un ensemble d’équipements radars susceptible de couvrir les différents besoins des clients en matière de surveillance. Il se pose comme un concurrent direct de la société russe NNIIRT.

Stand de la société KB Radar Biélorussie

L’usine de réparation biélorusse 2566 de Borisov présentait une modernisation des systèmes OSA-AK/AKM. Le véhicule de combat au standard 9A33BM2/BM3 est porté au standard 9A33-1B. Les évolutions concernent l’électronique et le système optronique.

Les circuits de réception des radars de veille et de conduite de tir bénéficient de l’avancée technologique dans le domaine des hautes fréquences ce qui permet d’accroître leur portée. La détection d’une cible est ainsi possible à 60 km contre 45 km sur la version standard. Un nouveau bloc optronique permet la détection et la poursuite automatique de la cible. L’ensemble des écrans de contrôle est remplacé par des équipements modernes et un poste spécifique dédié au commandant de peloton est intégré au véhicule. La modification des ordres de guidage du missile permet une distance d’interception de la cible à 12 km contre 10 km pour le système OSA-AKM. De nouvelles évolutions sont à l’étude pour le remplacement du missile et du radar de veille.

Bien que concurrente du OSA-1T modernisé par Tetraedr, la réalisation de l’usine2566 devrait trouver une place sur le marché de la revalorisation des très nombreux systèmes OSA en service.

Système OSA-AKM modernisé Usine 2566 Biélorussie

Dans le domaine de la guerre électronique, les sociétés KB Radar et Minotor Serviceprésentaient un nouveau brouilleur de communication, le KIWI.

L’équipement électronique fourni par KB Radar est intégré sur un châssis Mosquitoconstruit par Minotor Service. Le système est équipé d’une fonction recherche et détection sur une plage de fréquence de 30 à 3 000 MHz et d’une fonction brouillage de 30 à 512 MHz. Dans le cas d’une émission en saut de fréquence, la détection du signal est possible jusqu’à 1 000 sauts/seconde et le brouillage jusqu’à 300 sauts/seconde. En mode fréquence fixe le KIWIpeut brouiller simultanément 12 systèmes. La puissance de brouillage est de 3 KW répartie en 3 sous-gammes de fréquence de 1 KW chacune.

Système de guerre électronique KIWI KB Radar/Minotor Service Biélorussie

La société Agat Control Systems intégrée à la holding biélorusse Geoinformation Control Systems présentait sa station relais de transmission numérique mobile R-434 récemment mise en service dans les forces armées biélorusses.

La station est composée de trois ensembles. Un véhicule antenne R-434MT, sur un porteur MZKT 65273-040 muni d’un mât de 38 m confectionné par la société biélorusse Volatavto, est équipé de l’ensemble des antennes de communication. Un véhicule R-434A, sur un porteur MZKT 65273-11, comprend le shelter dédié aux postes opérateurs et aux équipements de transmission. Une remorque MAZ 892600-17 transporte l’ensemble des câbles de la station.

La station assure la liaison radio vers trois clients grâce à des commutateurs R-424. Chaque liaison dispose de 16 canaux.

Relais radio R-434 AGAT Biélorussie

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories