Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 12:30
Liban : Déploiement de la FCR en secteur ouest

 

15/07/2014 Sources : EMA

 

Du 23 au 27 juin 2014, la Force Commander Reserve (FCR) s’est déployée dans le secteur ouest de la zone d’opérations de la Force Intérimaire des Nations Unies (FINUL), afin de renforcer son interopérabilité avec les bataillons présents sur ce secteur commandé par les Italiens.

 

Durant cinq jours, près d’une centaine de militaires et une trentaine de véhicules de la FCR ont été déployés dans le secteur ouest de la zone d’opérations au Sud du Litani. Une section de la compagnie d’infanterie équipée de véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI), un peloton de l’Escadron d’Eclairage et d’Investigation (EEI), un groupe génie, une équipe Explosive Ordnance Disposal (EOD) ainsi qu’une équipe sanitaire ont effectué des patrouilles et des entrainements communs avec les soldats finlandais et italiens. Dans le même temps des démonstrations dynamiques et statiques de matériels ont été organisées par chaque unité.

 

C’est le quatrième déploiement réalisé par le mandat Daman XXI de la FCR en moins de trois mois dans la zone d’opérations. Ces déploiements ont pour objectif de développer et d’améliorer l’interopérabilité entre les militaires français et ceux des bataillons des autres secteurs. Ces déploiements favorisent également la montée en puissance des Forces Armées Libanaises (FAL) puisqu’ils sont l’occasion d’effectuer des patrouilles conjointes avec les soldats libanais.

 

La FCR est en mesure d’agir très rapidement au profit de tous les contingents déployés sur l'ensemble de la zone d’opérations de la FINUL, dans le cadre de la résolution 1701. Basée à Dayr Kifa, 100 kilomètres au sud de Beyrouth, la FCR est le principal moyen de réaction et de coercition de la Force placé directement sous les ordres du Force Commander, le général Paolo Serra.

 

La France est l’un des principaux pays contributeurs de la FINUL. Les militaires français y sont déployés dans le cadre de l’opération DAMAN, et agissent au sein de la « Force Commander Reserve » (FCR). Ce détachement confère au Force Commander des capacités de surveillance terrestre et aérienne, de dissuasion et de réaction. Robuste, souple, réactive, elle constitue une véritable force décisive au service de la paix au Sud Liban. Parallèlement, la FCR entretient une coopération étroite avec les forces armées libanaises, tant lors de patrouilles communes que lors d’entraînements conjoints.

Liban : Déploiement de la FCR en secteur ouest
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 12:20
FAA : instruction au combat en milieu tropical pour des soldats canadiens

 

15/07/2014 Sources : EMA

 

Du 8 au 29 juin 2014, 30 soldats canadiens issus du Royal 22ème Regiment ont été déployés au sein du détachement Terre Antilles - 33ème RIMa. Ils ont bénéficié d’une instruction tactique en milieu tropical dans le cadre d’une action de coopération entre les forces armées françaises aux Antilles et les forces armées canadiennes.

 

Pendant trois semaines, la section canadienne a vécu le quotidien des compagnies militaires françaises. En début de séjour, elle a participé à une instruction amphibie complétée d’un embarquement sur le bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville avant de prendre d’assaut la plage du Carbet avec des soldats de la 2ème compagnie. Après une instruction sur l’armement français, les militaires canadiens ont tiré au FAMAS sur le champ de tir de Colson.

 

Une partie de l’instruction était également orientée sur l’apprentissage des techniques de combat en milieu tropical avec l’appui du Centre d’Aguerrissement Outre-Mer et Etranger (CAOME). Les soldats canadiens ont acquis des savoir-faire de type commando, qu’ils ont restitués sur des parcours d’audace nautique, parcours mangrove, pistes terrestres individuelles et collectives.

 

En guise d’épreuve de synthèse, le détachement canadien a accompli un raid tactique dans le sud de la Martinique, encadré par des soldats de la 4ème compagnie. L’épreuve était notamment composée d’une marche d’infiltration et d’un raid en zodiac jusqu’à la base navale de Fort-de-France. Le raid s’est terminé avec succès par une descente en rappel sur les parois du fort Saint-Louis.

 

En fin de séjour, une cérémonie de remise du brevet d’aguerrissement CAOME a marqué la fin des activités de formation et de coopération pilotées par le DTA-33ème RIMA.

Ce nouvel échange s’inscrit dans le cadre des missions des forces de souveraineté visant à mettre en œuvre nos coopérations régionales. A ce titre, les FAA mais aussi les FAPF animent la coopération militaire avec le Canada sur les façades Atlantique et Pacifique du continent. Partenaires historiques, le Canada et la France ont récemment réaffirmé leur proximité dans le cadre d’un « plan de coopération renforcé » signé en 2013. Sur le terrain opérationnel, cette coopération s’est pleinement exercée au Mali avec la mise en œuvre du soutien aérien Canadien.

 

Dans le cadre de la réorganisation du dispositif des forces de souveraineté, les FAA constituent le dispositif interarmées à dominante maritime du théâtre « Antilles-Guyane », tandis que les FAG arment le dispositif interarmées à dominante aéroterrestre. En cas de crise sur le territoire national ou à l’étranger, elles ont notamment pour mission de conduire ou participer à une opération militaire et de mener des opérations de secours d’urgence (assistance humanitaire, catastrophe naturelle). Elles sont également chargées d’animer la coopération régionale.

FAA : instruction au combat en milieu tropical pour des soldats canadiens
FAA : instruction au combat en milieu tropical pour des soldats canadiensFAA : instruction au combat en milieu tropical pour des soldats canadiens
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 11:55
14-Juillet : comment la défense a fait défiler un sous-marin pour TF1

Le sous-marin nucléaire d'attaque "Perle" au large de La Réunion. photo Marine Nationale

 

14.07.2014 Par Nathalie Guibert LE MONDE

 

Le défilé militaire du 14-Juillet, cette exception française, est un moment crucial pour la communication des armées. Pour quelques heures, les voilà dans la lumière. Fières de montrer leur meilleur visage, en dépit des coupes budgétaires, et sans conteste populaires, dans cette brève communion nationale.

 

Pourtant, il n'est pas sûr que le 14 juillet 2014 reste un bon souvenir pour l'équipage du sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) Perle. Afin de réaliser un « direct » pour TF1, la Perle, qui naviguait en Atlantique, a dû rebrousser chemin. Direction Toulon, pleine vitesse à 200 mètres de fond. Il lui fallait accoster le 13 à son port base varois, pour accueillir l'équipe de Louis Bodin, présentateur météo de la chaîne.

 

Les états-majors savent qu'en ce jour de fête nationale, la visibilité de chaque armée est vitale. Or, si hélicoptères, avions et blindés investissent les Champs-Elysées, le défilé est à l'évidence moins accessible aux navires ; les frégates ne remontent pas la Seine pour l'occasion. Dans cette nouvelle guerre, les « communicants » se battent donc pour que la marine prenne toute sa place dans le concert audiovisuel.

 

COÛTEUX ET STRATÉGIQUE

 

Cette année, la défense a décidé de « vendre » l'image de sa force sous-marine. C'est son outil le plus coûteux, pilier de la dissuasion et de l'autonomie stratégique du pays. Un des plus lourds investissements de la loi de programmation militaire 2014-2019.

 

A bord de la Perle, l'information est tombée le 9 juillet, comme une mauvaise nouvelle. Car l'ordre de rallier le port d'attache est arrivé deux jours avant une escale à Rota, base de l'OTAN en Espagne : annulée, l'escale très attendue de la mission. A 8 h 30, après la réception des messages de la nuit, le commandant a annoncé au micro interne : « On ne va pas aller à Rota. Et on va passer sur TF1. »

 

La mission avait été confiée à un autre sous-marin. Il s'agissait de filmer un vrai-faux départ en patrouille, une plongée vue d'hélicoptère pour l'occasion. Mais le Saphir, en réparation au bassin, a subi de gros retards au chantier. Il n'a pu être prêt.

« ON N'EST PAS LÀ POUR TRIMBALLER DES VIP ! »

 

« A deux jours du bol de sangria ! », ont réagi des membres de l'équipage, dépités. Dans la petite cafétéria du sous-marin, les critiques ont fusé. « On n'est pas là pour trimballer des VIP ! » « Ils pensent attirer les jeunes, avec leur communication à deux balles ? Ils découragent ceux qui se sont engagés ! » Les 75 hommes ne pensaient plus voir remis en cause ces quatre jours de repos à l'hôtel, en baie de Cadix. Pour eux, l'escale est une reconnaissance du travail accompli. Beaucoup avaient prévu de faire venir leurs épouses.

 

L'équipage a le cuir épais et a connu bien d'autres aléas. Avant de partir de Toulon début juin, la Perle a aussi connu des difficultés sur le chantier de maintenance, avec une grève des ouvriers de DCNS. Passé l'appareillage, de plus, les plans de mission ont changé. Cela n'est pas rare, et tout bon sous-marinier apprend à vivre avec ces impondérables.

 

Car déployer des sous-marins à propulsion nucléaire reste une tâche des plus complexes. Les six SNA français Rubis ont été conçus dans les années 1970 – ils seront remplacés par les Barracuda à partir de 2017, un programme de 9 milliards d'euros. En dépit de leur âge, ils permettent à la France de se distinguer parmi les marines de guerre, à côté des Etats-Unis, de la Russie, du Royaume-Uni. Paris a déployé ces machines à collecter du renseignement dans toutes les crises récentes, de la Libye à la Syrie.

 

« SNA : SOUS-MARIN NUCLÉAIRE D'ACCUEIL »

 

Dans ce contexte, l'annulation d'une escale est aussi chose usuelle. En 2013, la Perle s'était déjà vue privée de cette pause, malgré des semaines ininterrompues de navigation en Méditerranée. Le contre-ordre avait été accepté, car il était justifié par les opérations militaires en cours. Cette fois, on invoque les impératifs de la communication. Ils suscitent l'incompréhension. « Si encore on avait annulé pour une raison opérationnelle », a résumé un des marins. « SNA : sous-marin nucléaire d'accueil », a ironisé un autre. Le bateau a reçu l'ordre de se mettre « en tenue de représentation ». Il a été repeint, comme cela se fait en de telles occasions.

 

Sur l'air de Si tu vas à Rio, ce 9 juillet, un troisième a improvisé une chanson qui n'a pas réussi à détendre l'atmosphère : « Si tu vas à Toulon/N'oublie pas de monter au Faron/Tu ne feras pas d'escale/Tu verras Claire Chazal/Et tu passeras pour un con. »

 

Dans quelques jours, la déception aura passé. Mais pas cet adage des sous-marins d'attaque, chasseurs des profondeurs : « On n'est pas là pour balader une chaufferie nucléaire. »

 

Lire aussi l'analyse : Un 14-Juillet marqué par le centenaire de 14-18

 

Lire l'analyse politique (édition abonnés) : 14-Juillet : Hollande à la recherche d'un regain de popularité

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 11:50
Fortsetzung der Sommereise 2014 - Besuch des KSK und Hubschraubergeschwaders 64

 

15.07.2014 Bundeswehr

 

Die besonderen Fähigkeiten des Kommandos Spezialkräfte (KSK) und des Hubschraubergeschwad­ers 64 stehen im Mittelpunkt des Besuchs der Bundesverteidigungsm­inisterin in Calw und Laupheim.

"Einsatzbereit, Jederzeit, Weltweit" unter diesem Motto der Division Schnelle Kräfte zeigten die Soldaten der KSK Übungsszenarien wie das Eindringen in ein Gebäude oder das Retten von Überlebenden einer Crash-Landung.

Von der Leyen besucht im Rahmen ihrer Sommerreise zahlreiche Standorte der Bundeswehr in Deutschland.

 

Quelle: Redaktion der Bundeswehr 07/14 14E22102

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 11:50
Les locaux du ministère de la Défense britannique commercialisés en automne 2014

 

15/07/2014 immoweek.fr

 

Selon le site d'information PropertyMall, l'immeuble "Old Ward Office", locaux du ministère de la Défense britannique situés au 57 Whitehall à Londres, arrive sur le marché. L'agence londonienne GVA sera en charge de la commercialisation. Le bâtiment développe près de 42 000 m2 en R+7.

 

Selon PropertyMall, ce déménagement permettra au ministère de la Défense britannique d'économiser environ 5 millions de Livres Sterling.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 11:50
viseur de casque Scorpion - photoThales

viseur de casque Scorpion - photoThales

 

14 juillet Aerobuzz.fr

 

Au terme d’un appel d’offres très ouvert, le viseur de casque Scorpion de Thales a été choisi par Airbus Helicopters pour équiper ses futurs systèmes d’armes embarqués. Le système Scorpion sera donc un équipement standard à bord des nouvelles plateformes de l’hélicoptériste, ou dans le cadre de ses programmes de rétrofit.

 

Scorpion permet d’afficher une symbologie couleur et de l’imagerie vidéo pour les missions réalisées de jour et de nuit, outre ses capacités d’acquisition d’objectif, dans un environnement visuel potentiellement dégradé. Il confère ainsi aux hélicoptères armés une excellente appréhension de la situation tactique, se traduisant par une efficacité considérablement accrue. Ce viseur réduit la charge de travail des pilotes d’hélicoptères de combat, facilite les échanges entre les membres de l’équipage et contribue à améliorer les niveaux de sûreté et de sécurité. Scorpion est totalement interchangeable entre casques/pilotes, ce qui permet de réduire le nombre total d’équipements nécessaires sur une flotte. Il utilise la technologie brevetée de détection de posture hybride opto-inertielle HOBiT (Hybrid Optical based Inertial Tracking) pour une précision et une fiabilité maximales, avec une intrusion minimale dans le cockpit. Pour les missions de nuit, Scorpion est associé à des jumelles de vision nocturne (NVG) standard, permettant d’assurer le même niveau de performance, avec affichage combiné de la symbologie couleur et image vidéo, et avec l’imagerie fournie par les jumelles de vision nocturne.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 11:50
Royaume-uni : le ministre de la Défense Philip Hammond remplace Hague

Le ministre de la Défense britannique et prochain ministre des Affaires étrangères, Philip Hammond

 

15.07.2014 Boursorama (AFP)

 

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé mardi sur son compte officiel Twitter qu'il avait nommé l'actuel ministre de la Défense Philip Hammond comme nouveau ministre des Affaires étrangères, en remplacement de William Hague.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 11:45
Discours du commandant de la Training Task Force

Discours du commandant de la Training Task Force

 

4 juillet 2014 par eutmmali.eu

 

The training of GTIA 5 began on Monday, June 16, at Koulikoro. The collective training will last for ten weeks during which the officers and the other ranks of the GTIA will work on their technical and tactical skills together with their European trainers. The training will take place in and around Koulikoro camp, benefiting in particular from the shooting ranges near the camp.

 

Weekly outputs from the field will gradually develop the coordination of tactical actions, from squad to platoon and company. A final exercise will complete the training and allow all GTIA soldiers to apply the acquired knowledge, under the orders of their Commanding Officer.

 

After ten weeks of intense training, the Malian soldier who pass through Koulikoro have to learn how to manage the skills acquired during the training and behave in a professional and military way: he will be master of his strength, respectful towards his opponent and concerned to protect innocent civilians.

 

The ceremony marking the beginning of the GTIA 5 training was an opportunity for the commander of the Training Task Force to remind European trainers and Malian trainees that they have to jointly contribute to the overall success of this project. On the parade ground where the ceremony took place, the merger of ranks between trainers and trainees symbolized their commitment to achieve their objectives.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 11:04
Mali : décès d’un soldat français

 

15/07/2014 Sources : EMA

 

Le 14 juillet 2014 en fin d’après-midi, un véhicule suicide de type Pick Up a attaqué des éléments de la force Serval engagés en opération de contrôle de zone à une centaine de kilomètres au nord de Gao.

 

L’attaque terroriste a été portée contre des véhicules blindés de la force Serval, installés en surveillance dans le secteur d’Al Moustarat.

Sept militaires ont été touchés par l’explosion, dont trois grièvement. Ils ont immédiatement été pris en charge par leurs camarades avant d’être évacués par hélicoptère vers l’hôpital militaire de campagne de Gao.

 

L’un des trois militaires grièvement blessé, un sous-officier supérieur du 1er régiment étranger du génie de Laudun dans le Gard, est décédé dans la soirée des suites de ses blessures. C’est le 9e soldat français mort au combat depuis le lancement de l’opération Serval au Mali.

 

Environ 1 600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 11:01
Le soldat tué était en reconnaissance dans la région d’Al Moustarat

Le soldat tué était en reconnaissance dans la région d’Al Moustarat

 

15 juillet 2014 .franceinfo.fr

 

L'Elysée a annoncé ce mardi la mort au Mali lundi d'un sous-officier du 1er REG de Laudun-l'Ardoise (Gard). Il a été "victime d'une attaque suicide" selon le ministère de la Défense. Deux autres soldats ont été "grièvement blessés".

 

Si c'est l'Elysée qui a rendu publique cette information, c'est le ministère de la Défense qui apporte des précisions.  La victime est l'adjudant-chef Dejvid Nikolic, 45 ans, né en Serbie et  naturalisé français, qui appartenait au 1er régiment étranger du génie  de Laudun-l'Ardoise. En mission de reconnaissance dans la région d’Al Moustarat, il a été "victime d'une attaque suicide" :  "Hier, 14 juillet 2014 en fin d'après-midi, un véhicule suicide a attaqué des éléments de la force française engagés en opération de contrôle de zone à une centaine de kilomètres au nord de Gao. L'attaque a été portée contre des véhicules blindés installés en surveillance dans le secteur d'Al Moustarat. Sept militaires ont été touchés par l'explosion puis immédiatement pris en charge par leurs camarades avant d'être évacués vers l'hôpital militaire de campagne de Gao. L'un des trois militaires grièvement blessés est décédé dans la soirée".

 

Le 9ème soldat français tué au Mali depuis un an et demi

 

Dans son communiqué, l'Elysée "rappelle que les soldats français sont engagés aux côtés de l’armée malienne et des forces des Nations Unies. Ils accomplissent avec courage et efficacité cette mission pour consolider la souveraineté du Mali et lutter contre les groupes terroristes". Et le chef de l'Etat "adresse ses condoléances à sa famille comme à ses proches, et les assure de la solidarité du pays dans ces douloureuses circonstances".

 

Ce dimanche, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé la fin de l'opération Serval. Et son remplacement dans les prochains jours par Barkhane, une opération plus large et permanente de lutte contre le terrorisme au Sahel qui mobilisera 3.000 militaires français.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 10:55
Budget : l'armée attend son salut du programme d'investissements d'avenir

 

15.07.2014 par Alain Ruello - LesEchos.fr

 

Le rapport de l'IGF remis ce matin au gouvernement préconiserait de faire de la DGA un opérateur du programme d'investissements d'avenir.

 

Après la trêve consensuelle du 14 Juillet, la guerre de tranchées entre la Défense et Bercy va pouvoir repartir de plus belle. C'est aujourd'hui que l'Inspection générale des finances remet à Matignon son rapport sur les crédits militaires. Il y a urgence : le projet de loi de finances triennal 2015-2017 a sucré d'un trait de plume 1,5 milliard d'euros de crédits budgétaires à la Grande Muette, remplacés par la promesse d'autant de ressources exceptionnelles - les « Rex » -, c'est-à-dire de ressources tirées de la vente de bijoux de famille de l'Etat (« Les Echos » du 10 juillet).

 

Rendant un arbitrage digne du roi Salomon, François Hollande a donné raison à Michel Sapin, son ministre des Finances, qui a obtenu une nouvelle saignée, en permettant à Jean-Yves Le Drian, celui de la Défense, de sauver la face. Et encore, l'armée s'en tirerait bien, selon un officier général. Ce qui permet au chef de l'Etat de claironner que la « trajectoire de la loi de programmation militaire » est préservée.

 

Plusieurs pistes à l'étude

 

Personne n'est dupe, et surtout pas les militaires à qui l'on demande toujours plus : sur la durée de la LPM, c'est-à-dire de 2014 à 2019, ce sont désormais 7,6 milliards de Rex, par nature très incertaines, qu'il va falloir trouver, faute de quoi le navire va couler. N'ayant pour l'heure aucune garantie de disposer de l'argent nécessaire, la Direction générale de l'armement (DGA) a gelé toutes les commandes majeures : 4e sous-marin nucléaire d'attaque Barracuda, blindés de l'armée de terre (programme Scorpion), ou encore avions ravitailleurs.

 

La solution ? C'est tout l'objet du rapport commandé à l'IGF. Plusieurs pistes ont été étudiées. La plus prometteuse, celle qui semble en tout cas la moins difficile à mettre en oeuvre, passe par le programme d'investissements d'avenir (PIA). Aujourd'hui, certains programmes militaires en bénéficient à hauteur de quelques centaines de millions d'euros, via le CNES et le CEA. Mais ces opérateurs sont à la limite de ce qu'ils peuvent absorber. Pour changer d'échelle, l'idée consiste à faire de la DGA un opérateur du PIA. Il suffit pour cela de modifier la loi de finances rectificative de 2010. Jean-Yves Le Drian et ses troupes sont pour, Bercy et ses budgétaires résolument contre. François Hollande devra trancher lors d'un conseil de défense crucial attendu cette semaine.

 

Pour le plus long terme, un autre projet fait l'objet de réflexions en tout petit comité qui, s'il était confirmé, mettrait l'armée à l'abri des aléas des crédits d'équipement, selon nos informations. De quoi s'agit-il ? De transformer la DGA en un établissement public à caractère industriel et commercial, un Epic. Les avantages : pouvoir abonder le capital de cette « DGA new-look » par le produit de la cession de participations d'Etat, gérer la trésorerie de façon plus souple, ou encore les effectifs à la manière de ceux d'une entreprise privée. La ligne de fracture est, là encore, sans surprise : la Défense y est favorable, Bercy ne voit pas cela d'un bon oeil…

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 10:45
Décès d'un soldat français au Mali

 

15 Juillet 2014 Elysee

 

Le Président de la République a appris avec une profonde tristesse la mort hier au Nord du Mali d'un sous-officier du 1er régiment étranger de Génie de Laudun-l'Ardoise (Gard), alors qu'il participait à une opération de reconnaissance dans la région d’AlMoustarat.

 

Il rappelle que les soldats français sont engagés aux côtés de l’armée malienne et des forces des Nations Unies. Ils accomplissent avec courage et efficacité cette mission pour consolider la souveraineté du Mali et lutter contre les groupes terroristes.

 

Le chef de l'Etat adresse ses condoléances à sa famille comme à ses proches, et les assure de la solidarité du pays dans ces douloureuses circonstances.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:56
BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

BPC Vladivostok photo T. Bregaris Ouest-France

 

14/07/2014 Par Clement Ch - lexpress.fr

 

Le contrat signé en 2011 entre la France et la Russie pour la vente de deux navires Mistral pourrait se heurter au code de conduite sur les exportations d'armes de l'Union européenne.

 

Le gouvernement contre vents et marées

 

La France a signé en 2011 un contrat pour vendre deux Mistrals à la Russie, avec une option d'en commander deux autres. Les Mistrals sont des bateaux stratégiques d'invasion pouvant projeter une force de frappe importante, notamment 16 hélicoptères de combat, 60 blindés dont un bataillon de tanks, et 900 soldats. C'était la première fois qu'un membre de l'OTAN acceptait de vendre des armes stratégiques à la Russie, et nos alliés ont exprimé leurs réserves contre cette vente dès le début des négociations. 

Avec l'agression russe en Ukraine, ce contrat est de plus en plus contesté. En Mars la Russie a annexé la Crimée au mépris du droit international et continue de supporter une rébellion dans l'est de l'Ukraine, en fournissant armes et combattants. Vendre des armes sophistiquées à un régime qui veut ouvertement redessiner les frontières de l'Europe par la force n'est sans doute pas la meilleure chose à faire pour la France. Notre gouvernement ne bouge pourtant pas, ignorant les protestations de nos alliés et les manifestations qui se tiennent régulièrement dans le monde entier pour protester contre ce contrat. 

 

Un contrat illégal d'après la législation européenne  

Cependant, ce contrat pourrait se heurter à la législation européenne. En 1998, l'Union Européenne a adopté un code de conduite sur les exportations d'armes, à l'initiative de la France et de la Grande Bretagne, et ce dispositif est devenu légalement contraignant en 2008, lorsqu'il fut transformé en position commune. Ce code de conduite est composé de huit critères, et le non-respect d'un des critères doit conduire à ne pas octroyer la licence d'exportation. La France se targuant de " jouer un rôle particulièrement actif " pour " promouvoir la transparence et la responsabilité des états membres dans les transferts d'armes vers des pays tiers ", on s'imagine mal qu'elle puisse ne pas respecter cette position commune. 

Les critères de la position commune doivent être remplis par les pays acheteurs. Dans le cas de la Russie, au moins six de ces critères ne sont pas respectés, comme l'a souligné M. Samus du CACDS, un centre de recherche ukrainien spécialisé dans les questions de défense. 

Le deuxième critère de la position commune stipule que les droits de l'homme doivent être respectés dans le pays acheteur, ce qui est loin d'être le cas en Russie, si l'on regarde par exemple la répression qui frappe les opposants et les journalistes. 

Le troisième critère stipule qu'il ne doit pas y avoir de conflit armé à l'intérieur du pays acheteur. D'après M. Samus, cette condition n'est pas remplie en Russie du fait du conflit qui continue dans le Caucase depuis deux décennies. 

Le quatrième critère stipule que la stabilité, la paix et la sécurité dans la région et dans le monde ne doivent pas être mis en danger par le pays acheteur. Ce critère stipule que les pays membres de l'UE ne doivent pas vendre d'armes à des pays susceptibles d'attaquer d'autres états souverains, ou susceptibles de résoudre des questions territoriales par la force. Avec l'annexion par la force de la Crimée, l'occupation illégale de la Crimée et le support à la rébellion dans l'est de l'Ukraine (pour ne parler que de 2014), la Russie ne remplit pas ce critère. 

Le cinquième critère stipule que la France doit prendre en considérations les intérêts des alliés et partenaires de l'Union Européenne. Plusieurs de nos alliés, comme la Pologne et les Pays Baltes, ont répété à plusieurs reprises que cette vente met en danger leur propre sécurité. L'Ukraine, un partenaire de l'Europe depuis la signature de l'accord d'association, est sous occupation russe. Ce critère n'est donc pas rempli. 

Enfin, le sixième critère mentionne les liens du pays acheteur avec le terrorisme, et le respect par le pays acheteur du droit international. La Russie a annexé la Crimée bien qu'elle soit signataire du Mémorandum de Budapest, par lequel l'Ukraine a accepté d'abandonner son arsenal nucléaire contre une garantie de protection de ses frontières par les signataires. La Russie a ainsi remis en question le droit international et les traité de non-prolifération. Ce sixième critère n'est donc pas respecté. 

En plus des problèmes moraux auxquels la France fait face en armant un agresseur qui tente de redessiner les frontières de l'Europe par la force, en plus des problèmes de confiance que cela peut causer chez nos alliés, il y a donc également un problème juridique. En vendant ces Mistrals à la Russie, la France enfreindrait la loi européenne, et fragiliserait du même coup la crédibilité des institutions et des valeurs de l'UE. 

 

La procédure et les recours possibles 

Cette position commune est-elle vraiment contraignante légalement ? Hervé Morin, alors Ministre de la Défense, dans une réponse à l'assemblée nationale le 2 Février 2010, a ainsi répondu à cette question : " Cette position commune constituant un acte juridiquement contraignant qui ne nécessite pas l'adoption de mesures nationales de transposition, elle s'impose donc directement à l'administration française (...).En conséquence, les avis de la commission interministérielle pour l'étude des exportations de matériels de guerre (CIEEMG), avant la délivrance de tout agrément préalable, prennent ainsi rigoureusement en compte les dispositions des embargos et des mesures restrictives en vigueur, sur la base des listes exhaustives et actualisées des résolutions des Nations Unies et des positions communes de l'Union Européenne ". 

D'après cette réponse, la CIEEMG serait donc tenue de bloquer l'exportation des Mistrals, sur la base de la position commune de l'Union Européenne. 

Les questions de défense relevant de la souveraineté nationale et étant sensibles, il se peut que le gouvernement prenne malgré tout la décision d'ignorer cette législation et d'exporter les Mistrals vers la Russie. Cependant, selon Sylvie Matelly, ce code est juridiquement contraignant et a donc valeur de loi. Ainsi, " tout citoyen européen pourrait dans l'absolu porter plainte contre un État européen qui ne respecterait pas ce texte. ". D'après elle, faire aboutir une telle plainte contre l'état serait difficile, mais le risque de telles plaintes n'est " absolument pas nul, ni pour les états, ni pour les entreprises ". Malgré tous les efforts du gouvernement, la saga des Mistrals pourrait donc avoir des rebondissements inattendus.  

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:55
Défilé du 14 juillet : le Mirage F1 tire sa révérence

 

14.07.2014 Ministère de la Défense

 

Un dernier survol de Paris en guise d'adieu. Après une carrière exceptionnelle au sein de l'armée de l'Air, le Mirage F1 prend sa retraite à l'occasion du défilé aérien du 14 juillet. La rédaction était présente à Châteaudun pour applaudir une dernière fois, celui qui a pris part à tous les conflits majeurs de ces quatre décennies. Récit en images.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:50
Typhoon Display from the Cockpit

 

13.07.2014 by Royal Air Force

 

Flight Lieutenant Noel Rees is this year's Typhoon Display pilot. See his display from the cockpit when he entertained the crowds at the Royal International Air Tattoo at Fairford 2014.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:50
A400M arrives at Farnborough Airshow

 

14 juil. 2014 Airbus DS

 

A400M arrives at Farnborough Airshow

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:50
F35 Horizontal Tails stress testing at Brough

 

14.07.2014 BAE Systems

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:45
Discours du commandant de la Training Task Force

Discours du commandant de la Training Task Force

 

4 juillet 2014 par eutmmali.eu

 

La formation des soldats du cinquième groupement tactique interarmes (GTIA 5) a commencé lundi 16 juin à Koulikoro. Cette formation collective durera dix semaines, pendant lesquelles les cadres et militaires du rang du GTIA s’entraîneront à travailler leurs savoir-faire tactiques, de manière collective. L’entraînement se déroulera au camp de Koulikoro et aux alentours, bénéficiant notamment des infrastructures de tir proches du camp.

 

Des restitutions hebdomadaires sur le terrain permettront de développer progressivement la coordination des actions tactiques, du groupe à la section puis à la compagnie. Un exercice de synthèse clôturera la formation et permettra à l’ensemble du GTIA de restituer les connaissances acquises, sous le commandement de son chef de corps.

 

Après dix semaines de formation, le soldat malien passé par le creuset de Koulikoro doit maîtriser les savoir-faire enseignés et adopter un comportement de soldat professionnel : il doit être maître de sa force, respectueux de son adversaire et soucieux d’épargner les populations.

 

La cérémonie d’ouverture de la formation a été l’occasion pour le commandant de la Training Task Force de dire aux formateurs européens et aux stagiaires maliens qu’ils devaient contribuer ensemble au succès de ce projet. Sur la place d’armes où se déroulait la cérémonie, la fusion des rangs entre formateurs et stagiaires symbolisait la réunion de leurs efforts pour atteindre les objectifs fixés.

 

GTIA 5 – Ensemble pour l’avenir
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:35
Scenic Afghanistan: Sunsets, scenes and silhouettes

 

14 juil. 2014 British Army

 

Sunsets, scenes and silhouettes from Afghanistan have been captured in this slideshow by Army photographer Corporal Daniel Wiepen, who is currently deployed to document Operation HERRICK.

To find out how to become an Army photographer

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:35
EX RIMPAC 14 - Orion touchdown in Hawaii

 

13.07.2014 NZDefenceForce

 

A Royal New Zealand AirForce P-3K2 arrives at the airfield in Marine Corps Base Hawaii as part of Exercise Rim of the Pacific (RIMPAC) 14. The plane joins the multitude of other nations in support of the Naval assets involved in the exercise.

 

RIMPAC is the world's largest maritime military exercise involving 23 nations and more than 25,000 personnel.

 

The New Zealand Defence Force is also contributing HMNZS CANTERBURY, a light infantry platoon from 1RNZIR and the Operational Dive Team and a Mine Countermeasures Team based out of San Diego. There are more than 250 NZDF personnel participating in this six-week-long exercise, which covers a wide spectrum of military training activities ranging from Humanitarian Assistance and Disaster Relief to complex warfighting.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:20
L-ATV vehicle Photo Oshkosh Corporation

L-ATV vehicle Photo Oshkosh Corporation

 

13.07.2014 Oshkosh

 

OSHKOSH, Wis. -- Oshkosh Defense, a division of Oshkosh Corporation (NYSE: OSK), reached a milestone in the U.S. Department of Defense’s (DoD’s) Joint Light Tactical Vehicle (JLTV) program by completing Net-Ready testing with the Oshkosh Light Combat Tactical All-Terrain Vehicle (L-ATV).

 

“We are pleased that our JLTV has demonstrated its capability to transfer critical data from onboard systems to external networks during this testing and evaluation process,” said U.S. Marine Corps Colonel (Retired), John Bryant, senior vice president, Defense Programs for Oshkosh Defense. “This is another important milestone in what has been an exemplary procurement program by the DoD, which will provide the protection and mobility our service men and women need for future missions.”

 

A core element in developing the next-generation light vehicle is fully supporting the execution of operational activities and information exchanges identified in DoD Enterprise Architecture, while satisfying the JLTV’s technical requirements for the transition to Net-Centric military operations. Oshkosh recently completed this testing at the Electronic Proving Grounds at Fort Huachuca, Arizona – the United States Army’s developmental test center for Command, Control, Communications, Computers, Cyber and Intelligence (C5I) capabilities.

 

Oshkosh Defense has successfully completed every milestone to date throughout the JLTV program’s Engineering and Manufacturing Development (EMD) phase, including the design understanding review, manufacturing readiness review and on-time delivery of 22 prototype vehicles 12 months after the start of the EMD phase. As an Original Equipment Manufacturer, Oshkosh has an in-house team of C4ISR experts who designed the C4ISR solution for the fully integrated JLTV EMD prototype vehicles it has delivered for the program.

 

Oshkosh is providing vehicle training and support throughout the 14 months of robust military testing during the EMD phase. The JLTV is expected to fill a significant capability gap that exists between larger MRAP vehicles and the aging High-Mobility Multipurpose Wheeled Vehicles (HMMWV) fleet.

 

Leveraging a 97-year history of innovation, Oshkosh has developed a state-of-the-art vehicle that redefines protection, extreme off-road mobility and the very meaning of the term “mission-ready.”

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 07:20
14 juillet - Mon premier défilé - lieutenant Marie-Eve Bernier, logisticienne au sein de @RCAF_ARC

 

11.07.2014 Ministère de la Défense

 

Tous vous le diront : participer au défilé du 14 juillet, en l'air ou au sol, est un souvenir unique dans une carrière militaire. Lors des différentes de l'édition 2014, nous avons suivi ceux pour qui c'est « la première fois » ! Fiers, stressés, impatients, ils se confient quelques jours avant le grand jour.

 

Le 14 juillet 2014, le lieutenant Marie-Eve Bernier, logisticienne au sein de la force aérienne canadienne, participera à son premier défilé aux cotés de ses homologues étrangers. La rédaction est allée à sa rencontre le 10 juillet, lors de la répétition à pied sur les Champs Elysées. Témoignage  

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 16:50
Defence for 2015 and Beyond – Part 1 Introduction

 

 

With less than a year to go to the next General Election and thereafter the Strategic Defence and Security Review 2015 it’s time to start considering the background, priorities and options for the future of the UK’s defence.

After the criticism of SDSR 2010 there is a clear need to develop thorough and transparent strategic thinking to define the UK’s military forces, disposition and capabilities.  This must not only include a realistic assessment of medium and long-term threats to the security of the UK but take into account current capabilities and the likely financial constraints that any future Government will have to operate under.

To ensure long-term planning, stability and value for money every attempt should be made to achieve a political consensus in this assessment and that is why discussion should begin now, giving at least a year for informed comment to influence the priorities and options for SDSR 2015.  This is especially important in a world where procurement projects are increasingly taking 20 years to move from conception to deployment and where threats can evolve over much shorter time periods.

We need to begin by defining our key defence priorities and the minimum necessary force levels that can achieve these goals through a series of scenario plans.  We should then analyse the strengths and weaknesses of both our current defence forces and those of our allies to see where there might be gaps in capability that need to be addressed.

So what should be the United Kingdom’s key defence priorities?

  1. The security of the United Kingdom itself, our airspace and territorial waters and our ability to remain a free democratic country.
  2. The defence of our remaining sovereign territories throughout the world.
  3. Our defence and security obligations to treaty partners and regional neighbours in NATO.  Scenarios that need to be planned for include any potential threat from the south or Middle East and increased Russian assertiveness from the east and north.  The analysis here only considers the position of European NATO members as the strength of US forces available is highly uncertain as they enter a period of significant budget reductions and a marked change of focus towards Asia.
  4. A capability to operate in defence of our national interests and other international obligations on a global basis either (a) in co-operation with our allies or (b) on our own.

After examining each of these scenarios and what forces and equipment would be needed for the UK to be secure we should then use this information to inform the proposed structure of the British Army, Royal Navy and RAF respectively.

For each service we need to examine whether current plans are adequate and whether new equipment or additional forces are required.  However, we also need to address where any additional cuts, that may be unavoidable, could fall with minimal damage to the UK’s overall military effectiveness.

In total six Options are outlined going from an aspirational option where the defence budget is increased in real terms to options where there are further reductions in funding.

Finally, all of this information will be brought together to outline the options for change available in the 2015 SDSR.

 

 

The rest of the series

Part 1 – Introduction

Part 2 – Defence of the United Kingdom

Part 3 – Other Sovereign Territories

Part 4 – NATO

Part 5 – A Southern or Middle Eastern Threat

Part 6 – An Eastern and Northern Threat

Part 7 – Global Intervention

Part 8 – British Army 2025

Part 9 – Royal Navy 2025

Part 10 – Royal Air Force 2025

Part 11 – Conclusion

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 16:45
EFIS Air et Pegase Airdrop donnent des ailes à Serval à partir de Gao

 

11.07.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense


La société Pegase Airdrop, créée en 2013 par un ancien officier du 1er RTP (cliquer ici pour lire mon post de mars dernier) et l'affréteur EFIS Air viennent d'être retenus par l'armée française pour effectuer des missions de transport aérien entre Gao et les Tombouctou d'une part, Kidal et Tessalit d'autre part.

J'avais dans un post du 28 juin fait part de cet appel d'offres (cliquer ici pour lire mon post).

Pegase est associé à EFIS Air (groupe ECS) qui va positionner à Gao un Antonov-26 immatriculé en Géorgie, "pour le transport de personnel et de fret sur le territoire malien, sur une période de deux mois reconductible deux fois deux mois, selon une disponibilité de sept jours sur sept, pour les besoins urgents du ministère de la défense."

Les opérations devraient commencer dès la semaine prochaine.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 12:57
Général Pierre de Villiers : «Les armées françaises sont à 120 % de leurs possibilités»

 

13/07/2014 Par Alain Barluet - LeFigaro.fr

 

INTERVIEW - Chef d'état-major des armées (Cema) depuis février, le général Pierre de Villiers, 57 ans, a répondu en exclusivité aux questions du Figaro sur les enjeux ­actuels de la Défense.


 

LE FIGARO - Il y a deux mois, vous avez envisagé votre démission, solidairement avec les chefs d'état-major des armées de terre, de l'air et de la marine, si les engagements budgétaires pris envers vous n'étaient pas respectés. Où en êtes-vous aujourd'hui?

 

Général Pierre DE VILLIERS - Nous avons la chance d'avoir un projet cohérent et vertueux dans un livre blanc. Celui-ci a défini des scénarios d'emploi et des contrats opérationnels à partir d'une analyse géostratégique. En décembre dernier, la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 a consigné les moyens nécessaires à cette ambition. J'ai moi-même, avec les différents chefs d'état-major d'armées ainsi qu'avec les directions et les services des armées, constitué un projet appelé «Cap 2020». Le budget découle donc des objectifs fixés et répond aux attentes du président de la République, chef des armées. Au début du mois dernier, le chef de l'État a rappelé la sanctuarisation de la LPM. De son côté, le premier ministre a déclaré que «la Défense ne paierait pas deux fois». Je reste donc serein et déterminé.

 

Les armées n'échapperont pas à la fermeture d'un certain nombre d'unités…

Pour supprimer 34.000 postes, il faudra inévitablement en passer par là. Des suppressions, des transferts et des restructurations seront nécessaires. Comme le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, je suis conscient des difficultés que cela entraîne. Nous essaierons de limiter au maximum l'impact de ces déflations qui ne porteront sur les forces opérationnelles que pour un tiers. C'est une sage décision, car la raison d'être d'une armée, c'est sa capacité à s'engager. Nous devons être capables de projeter nos soldats là où le président de la République le demande.

 

Après cinq mois au poste de Cema, quel est votre état d'esprit actuel?

Je le résumerais en trois mots. Le premier, c'est «ensemble». L'union sacrée des différentes armées, des directions et des services de la Défense est plus que jamais nécessaire. Elle constituera un atout majeur dans cette période transformation. Le deuxième mot, c'est «autrement»: compte tenu de la profondeur des changements à réaliser, des difficultés au quotidien vécues par nos personnels, il faudra trouver des solutions novatrices en sortant des schémas habituels pour continuer de construire une armée moderne. Le troisième mot: «au mieux». On ne peut plus faire mieux avec moins, compte tenu de toutes les réformes que nous venons de vivre ces vingt dernières années. Comme d'habitude, nous ferons «au mieux», à 120 % de nos possibilités, avec notre cœur, notre sens du service, notre dévouement pour le succès des armes de la France.

 

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans l'édition abonnés sur le figaro.fr ou lundi 14 juillet dans votre Figaro.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories