Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 15:55
Les équipes de l’ECPAD couvrent le défilé du 14 juillet

 

11.07.2014 ECPAD
 

Depuis plusieurs jours déjà des reporters de l’ECPAD suivent les répétitions du défilé militaire du 14 juillet sur les Champs Elysées. Ils se préparent à assurer une couverture médiatique de cet évènement. Dans les airs comme dans les véhicules terrestres, les images qu’ils réaliseront seront transmises en direct aux chaînes de télévisions afin que tous puissent vivre ce rendez-vous national.

Le dispositif cette année compte des caméras dans deux avions qui survoleront les Champs-Elysées et Paris (seules les liaisons HF de l’ECPAD sont homologuées pour retransmettre en direct des images depuis les aéronefs militaires), deux autres dans des véhicules terrestres sur la célèbre avenue, alors que d’autres reporters défilent caméra à l’épaule habillés dans les couleurs des unités auxquelles ils sont intégrés. Un reporter sera en tribune officielle et un autre filmera les unités défilantes depuis une tribune latérale. Les deux cars régie de l’établissement assureront la transmission en HD par le faisceau hertzien au téléviseur hôte qui, cette année, est TF1. La chaîne déploie pour l’évènement une quinzaine de caméras qui, associées à celle de nos reporters, permettront d’avoir des images exceptionnelles du défilé terrestre et aérien. L’ECPAD installe également un écran géant sur la place de la Concorde qui retransmettra les images en direct ainsi que des reportages avant et après le défilé. Trois photographes de l’ECPAD assureront une couverture photographique de l’ensemble de la manifestation. Ces images seront à découvrir sur notre site la semaine prochaine.

L’ECPAD sera présent sur l’esplanade des Invalides, de 12h00 à 18h30 avec une boutique qui proposera toutes les nouveautés livres et DVD produits ou co-produits par l’établissement.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 14:55
14 Juillet - Les Spahis à l'honneur

 

11.07.2014 Armée de Terre

 

Le maréchal des logis-chef Casier s'est engagé au 1er régiment de spahis il y a 15 ans. Ce régiment créé il y a 100 ans au déclenchement de la première guerre mondiale est l'héritier des traditions de la cavalerie d'Afrique. "C'est un honneur pour moi de défiler sur l'Avenue des Champs-Élysées

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 14:55
14 Juillet 2014 : une fête, des anniversaires

 

11/07/2014 Armée de l'air

 

Cette année, le 14 Juillet est l’occasion de célébrer de nombreux anniversaires de grands moments historiques. Notamment au sein de l’armée de l’air qui souffle début juillet ses 80 bougies.

 

À travers le blog que la rédaction vous propose, entrez dans les coulisses du défilé avec les répétitions en vol et au sol, ainsi qu’une présentation des acteurs du jour-j.

 

Découvrez le blog du 14 juillet 2014 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 14:50
A400M arrival to RIAT

 

11.07.2014 Airbus DS

 

A400M brings the global air chefs from RAF Brize Norton to the Royal International Air Tattoo 2014.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 14:40
Trente soldats tués par des missiles Grad dans l'est de l'Ukraine

 

11.07.2014 Romandie.com (ats)

 

Des séparatistes prorusses ont tué vendredi au moins trente soldats et gardes-frontière, a annoncé un conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur. Cette attaque meurtrière avec des missiles Grad a visé un poste-frontière dans l'est de l'Ukraine. Petro Porochenko s'est dit cependant prêt à un "cessez-le-feu bilatéral" dans l'est séparatiste.

 

Si le bilan est confirmé, il s'agirait de l'attaque la plus meurtrière menée par les autonomistes contre les forces de sécurité ukrainiennes depuis la fin du cessez-le-feu unilatéral le 30 juin. L'attaque a été lancée vers 05h00 contre le poste-frontière de Zelenopillya dans la région de Louhansk, a précisé une source militaire.

 

"Au moins trente (ont été tués). Il n'est pas exclu que le nombre de victimes augmente", a ajouté Zorian Chkiriak, conseiller du ministre de l'Intérieur Arseni Avakov. "Je pense qu'une réponse ne mettra pas longtemps à venir après cet acte terroriste sanglant", a-t-il dit.

 

Mi-juin, des rebelles avaient abattu dans la région de Louhansk un avion-cargo, tuant 49 membres des services de sécurité ukrainiens.

Entretien Merkel-Porochenko

 

Si les séparatistes prorusses ont rejeté jusqu'ici toutes les offres de négociations d'un cessez-le-feu, Petro Porochenko s'est toutefois dit lui prêt à un "cessez-le-feu bilatéral", dans un entretien téléphonique jeudi soir avec Angela Merkel.

 

"Le président a dit qu'il était nécessaire d'assurer le contrôle sur la frontière afin d'arrêter le transfert d'armes et de combattants depuis la Russie ainsi que la libération de tous les otages et le lancement des négociations inconditionnelles", selon les autorités ukrainiennes.

 

Selon Kiev, Mme Merkel a souligné que les représentants d'une mission de l'OSCE présente dans l'est de l'Ukraine n'avaient "pas accès aux postes-frontières à cause des agissements des combattants".

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 13:50
UK's New Armour Reinforcement Regiment Officially Launched

 

07.07.14 British Forces News

 

The UK's new Armour Reinforcement Regiment has been officially launched in Bovington. The Royal Wessex Yeomanry with it's squadrons in Dorset, Devon, Wiltshire and Gloucestershire will be the only reserve unit in the Army's reaction force.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:55
L’escadron de guerre électronique 48.530 tire sa révérence

 

11/07/2014 Armée de l'Air

 

Le 24 juin 2014, une cérémonie a marqué la fermeture de l’escadron de guerre électronique (EGE) 48.530, basé au Fort des Adelphes à Jeuxey, dans les Vosges. 

 

Répartis sur trois sites (Grostenquin, Jeuxey et Chenevières), les aviateurs de l’EGE sont chargés de la simulation de menaces sol/air au profit de l’entraînement des équipages français, allemands et américains. En effet, l’escadron travaille pour le polygone de guerre électronique, organisation tripartite située de chaque coté de la frontière allemande (voir encadré). Chacune des nations est régulièrement amenée à s’entraîner au cours d’exercices interalliés et interarmées, comme en juin dernier lors d’une campagne SA8-FR. Après la cérémonie, une dernière mission a d’ailleurs été réalisée pour les équipages de Mirage 2000D de la base aérienne (BA) 133 de Nancy-Ochey.

 

Dès le 1er septembre 2014, date à laquelle l’EGE fermera officiellement ses portes, les autres unités du PGE prendront le relais pour assurer les missions menées par les 23 aviateurs de l’escadron, en utilisant les moyens radars de Grostenquin, Jeuxey et Chenevières et des moyens mobiles. La BA 133 sera quant à elle chargée de la gestion de l’espace aérien dédié au PGE. Au sein du polygone, l’armée de l’air sera désormais représentée par les aviateurs intégrés au sein du centre de coordination du PGE, implanté en Allemagne, à Bann, à quelques kilomètres de la base aérienne de Ramstein. 

 

Zoom sur le polygone de guerre électronique

 

L’escadron de guerre électronique 48.530 tire sa révérence

 

Alors que l’utilisation de système d’armes sol/air s’étend en Europe dans les années 1970, la France, l’Allemagne et les Etats-Unis créent le Polygone de guerre électronique en avril 1979. Dédié à l’entraînement des équipages, il se situe en territoire franco-allemand, avec trois sites en France (Chenevières, Épinal et Grostenquin) et quatre en Allemagne (Bann A, Oberauerbach, Pirmasens et Bann B, qui coordonne l’activité des sept sites). Chaque nation apporte sa contribution à ce système tri-national. Les Allemands mettent à disposition leurs espaces aériens et des systèmes d’armes réels, les Américains le programme de restitutions d’exercice EPICCCS et des simulateurs, et la France des sites en basse-altitude à partir desquels des missions diversifiées et proche de la réalité sont réalisables.

 

Ordre du jour de dissolution de l'EGE 48.530

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:50
Article 346 and the qualified application of EU law to defence

 

For decades, the defence sector has been considered as being outside the scope of application of EU law. But excluding defence from the internal market has contributed to market fragmentation, a lack of competition and a strong national preference in procurement – all of which have encouraged, in turn, inefficient spending, the unnecessary duplication of capabilities, and sub-optimal levels of competitiveness for Europe’s industry.

From a legal standpoint, this is mainly due to the fact that Article 346(1)(b) of the Treaty on the Functioning of the European Union (TFEU) was read as excluding the whole defence sector from the remit of EU law. On the basis of established case law of the Court of Justice, however, it is now clear that this is – instead – a case-by-case derogation that is to be applied strictly in exceptional situations.

 

Download document

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:40
Ukraine : combats à l'aéroport de Donetsk

 

11/07/2014 Par Lefigaro.fr (AFP)

 

Des combats à l'artillerie lourde faisaient rage aujourd'hui autour de l'aéroport de Donetsk, chef-lieu de la région séparatiste prorusse dans l'est de l'Ukraine, le président Petro Porochenko laissant entendre que les conditions pour la trêve réclamée par les Européens n'étaient pas réunies.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:35
Vietnam Buy More Bastion-P and Su-30MK2 ?

Bastion P missile complex of the Vietnamese Navy (photo : DatViet)

 

11.07.2014 Defense Studies

Russian news leads from defense industry source report from the Russian Defense Ministry said Vietnam intends to purchase additional missile battalion 3rd Bastion-P.

Russia News report led the defense industry source from the Russian Defense Ministry said that Vietnam intends to purchase additional missile battalion 3rd Bastion-P.

The source quoted a Russian representative to the meeting of the Intergovernmental Commission on military-technical cooperation is said: "In the current conditions and the contract is signed preparation, Vietnam has adequate short-term opportunity to become No. 1 partner of Russia cooperation in the field of technical cooperation - the military in Southeast Asia ".

According to the official, during the meeting, Vietnam and Russia had also discussed the possibility of buying more missile battalion coastal defense Bastion-P, as well as the multirole fighter Su-30MK2 and a number of air defense missile system.

This is an information gained special attention of many other countries. From the presence of Vietnamese Navy, Bastion-P complexes with anti-ship cruise missiles, supersonic Yakhont has quickly become the "shield of steel" of Vietnam.

Known as one of the weapons on shore marine world's most modern, combined arms Bastion-P missile missiles Yakhont supersonic anti-ship.

Design of Bastion-P allows it to float force to destroy enemy ships in all weather conditions, even in noisy environments enhanced electron.

Yakhont missile weighs about 3 tons, 8.9 m long, 0.7 m trunk diameter, 1.7 m wingspan. Shells are designed with large 4-door navigation in near the tail, the nose is in the air intakes for engine operation.

Yakhont jet engine supersonic static straight line speed allow more than 2 times the speed of sound. With such a large maximum velocity, very difficult opponents and react easily destroyed by explosive fragmentation warhead weighing 200-250kg.

According to international experts, Yakhont has the ability to destroy large warships with a single shot.

Navigation system, after leaving the Yakhont missile launchers will fly under the regime inertial navigation programmed. In the approach phase target, lead investor active radar (on missiles) will activate the search, detect targets at a distance of 75km.

In particular, at this stage missiles fly low altitude from sea clinging 5-15m. This factor is also enhanced survivability against missile air defense system on enemy warships.

Yakhont missile's range depends on flight mode: fly high orbit - low to allow the mixture to reach a range of 300 kilometers; low orbital flight - low gain range of 120km.

Yakhont missiles designed to integrate extensively on a variety of platforms (surface ships, submarines, aircraft, ground platform). Currently equipped with Yakhont mainly on coastal defense systems on land Bastion-P. A Bastion-P system can protect a coastline of 600km.

According to information from the Russian side, in 2011 Vietnam has received two battalions sea defense system in the Russian Bastion-P.

Armed with basic Bastion-P system includes: 4 self-propelled launcher vehicles carrying K340P (2 rounds each truck Yakhont missiles); vehicles carrying ammunition reserves; radar fire control Monolit-B; vehicle commander and logistics facilities, technical support.

(BaoDatViet)

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:35
Philippines : DND Bares Technical Specifications of P5.4-B ASW Helicopter Project

Philippine ASW helicopters to be armed with torpedoes and air-to-surface missiles (image : AgustaWestland)

 

10.07.2014 Defense Studies

The Department of National Defense (DND), in a supplemental bid bulletin, has revealed the technical specifications of its P5.4-billion anti-submarine warfare (ASW) helicopter project.

These include:

* Endurance of at least two hours in ASW configuration.

* Range of 240 nautical miles in full ASW configuration.

* Must provide individual crew stations for pilots and operational crew to safely operate necessary sensor/equipment during ASW and ASUW (anti-surface warfare) operations. Nevertheless, suppliers may present other options which are responsive to the requirements based on modern technologies being applied in other foreign navies.

* Shall be fitted with an automatic/main rotor blade fold system (if four bladed) and/or tail pylon fold system if longer than the ship's helicopter hangar.

* Identification Friend or Foe (IFF)/Selective Identification Feature (SIF).

* Portable downlink receiver, at least one brand-new unit per helicopter, must be ready to be installed in any surface ship or ground station specified by the Philippine Navy (PN), and must be interoperable with the installed data link system of the ASW helicopter.

Bid opening and submission for the ASW helicopter is set on July 15.p>Money for the two ASW helicopters will be sourced from the Armed Forces of the Philippines Modernization Trust Fund.

Acquisition of the two ASW helicopters is under the Medium Term Development Capability Plan for 2013 to 2017.

The contract includes munition, mission essential equipment, and integrated logistic support.

Winning bidders must be able to deliver the aircraft within 730 calendar days.

The PN earlier announced that it is looking at the possibility of acquiring the AW-159 "Wildcat" as its ASW helicopters.

The Navy is in the market for two ASW helicopters.

This is part of the country's Medium Term Defense Acquisition List for the next four years.

The ASW choppers will be assigned to the BRP Gregorio Del Pilar (PF-15) and BRP Ramon Alcaraz (PF-16).

The AW-159 (previously called the Future Lynx and Lynx Wildcat) is an improved version of the Westland Super Lynx military helicopter.

The AW-159 will serve in the battlefield utility, search-and-rescue and anti-surface warfare roles.

The helicopter has been ordered for the Royal Navy and British Army.

It is to enter service with the British Army in 2014 and with the Royal Navy in 2015.

It has a crew of two, a maximum speed of 291 km/h (181 mph), range of 777 km (483 miles), ferry range of 963 km (598 miles) and an endurance of one-and-a-half hours (fours hours and 30 minutes if fitted with auxiliary fuel tank).

The AW-159 is fitted with forward firing CRV7 rockets and machine guns, pintle mounted machine gun, Sea Skua missiles and Sting-Ray torpedoes and depth charges.

The acquisition process for these ASW helicopters is expected to go on full gear once the PN completes its five AW-109 order deal from AgustaWestland by the third quarter of 2014.

(PNA)

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:35
Photos J.Bellenand- Marine Nationale

Photos J.Bellenand- Marine Nationale

 

11/07/2014 Sources : EMA

 

Le 7 juillet 2014, à la demande du président de l’Assemblée polynésienne, le contre-amiral Anne Cullerre est venu présenter aux élus le programme de rénovation des équipements de surveillance géomécanique TELSITE 2 situés à Mururoa.

 

TELSITE est un système de surveillance des déformations naturelles de l’atoll. Mis en place dans les années 1980, il est constitué d’un ensemble de capteurs situés sur l’atoll et dans ses sous-sols. Après plus de trente ans de fonctionnement, il nécessite d’être modernisé.

 

A Papeete, le contre-amiral Cullerre s’est exprimé devant une trentaine de parlementaires de l’Assemblée polynésienne  sur la nécessité et les modalités de la transformation de ce système. Le directeur du centre d’expérimentations nucléaires en Polynésie (CEP), le capitaine de frégate Rondy, a ensuite effectué une présentation technique du système TELSITE 2.

 

Les préoccupations des élus ont porté sur le devenir de l’atoll de Mururoa et son environnement radiologique. Cette réunion leur a permis d’éclaircir certains sujets et d’avoir une vue d’ensemble sur ce projet phare pour la Polynésie. La volonté manifeste de transparence a d’ailleurs été saluée.

 

La rénovation du système TELSITE sera longue et complexe et va nécessiter d’importants moyens. Les travaux, qui se dérouleront au moins jusqu’en 2016, seront effectués par plusieurs entreprises sélectionnées au terme de procédures d’appels d’offres. Ce projet pourra constituer une réelle opportunité pour le tissu économique local en permettant de mobiliser des entreprises polynésiennes.

 

Les FAPF contribueront directement à ce chantier en apportant un soutien aux différents acteurs concernés (organismes militaires, Commissariat à l’énergie atomique et entreprises civiles) tout en continuant à assurer la surveillance et la sécurité de l’atoll.

 

En coordination avec les Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC), les FAPF constituent un dispositif aéromaritime de premier plan sur le théâtre « Pacifique ». Cette importance stratégique du dispositif des forces prépositionnées est confirmée par le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale

Polynésie française : présentation du chantier TELSITE 2 devant l’assemblée
Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:30
Les islamistes irakiens mettent la main sur des réserves d'uranium

 

MOSCOU, 11 juillet - RIA Novosti

 

Les rebelles irakiens ont mis la main sur 40 kg de composants à base d'uranium stockés dans les laboratoires de l'université de Mossoul, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

 

Bien que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ait assuré que la matière volée ne représentait aucune menace, elle craint tout de même l'absence de contrôle de la substance nucléaire. Les experts interprètent les nouvelles de Mossoul comme une preuve de l'échec de la mission fixée par les Américains avant l'invasion de l'Irak en 2003 – exclure la possibilité d'utilisation d'une arme de destruction massive par les extrémistes.

 

Ce vol de 40 kg d'uranium a été révélé dans une lettre adressée par les autorités irakiennes au secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon. D'après son auteur Mohamed Ali Alhakim, ambassadeur d'Irak à l'Onu, ces substances, pourraient "servir à fabriquer une arme de destruction massive".

 

L'AIEA a appelé hier à ne pas céder à la panique: selon les experts de l'agence, il s'agit d'une matière faiblement enrichie qui ne représente pas de danger substantiel pour la sécurité ou le régime de non-prolifération. Toutefois, l'AIEA met en garde: "Toute perte de contrôle de matériaux radioactifs par le régulateur suscite des craintes". Par exemple, les terroristes pourraient utiliser l'uranium volé pour fabriquer une "bombe sale", dont l'explosion contaminerait le sol et les eaux par ses radiations.

 

La nouvelle du vol d'uranium a été annoncée quelques jours après l'adhésion de l'Irak à la convention de l'AIEA sur la protection physique des matières nucléaires. Les pays signataires s'engagent à chercher ensemble les substances volées et empêcher les éventuelles provocations impliquant leur utilisation. Toutefois, on ignore comment appliquer cet accord en Irak, où une grande partie du territoire n'est plus contrôlée par les autorités.

 

Les rebelles qui contrôlent un territoire situé entre Alep - au nord de la Syrie - jusqu'à la province de Diyala - dans l'est - ont également saisi une usine de production d'armes chimiques située à 70 km au nord-ouest de Bagdad. Elle n'est plus en service depuis longtemps mais ses entrepôts abritent 2 500 missiles désactivés contenant du gaz neuroparalytique (sarin et ypérite). Ces missiles ont été fabriqués pendant la guerre Iran-Irak de 1980-1988.

 

Les experts rappellent qu'en lançant les opérations militaires en Irak en 2003 les États-Unis avaient pour objectif d'anéantir les armes de destruction massive, ainsi que les matières premières et l'infrastructure nécessaires à leur fabrication. Selon Evgueni Satanovski, directeur de l'Institut du Proche-Orient, les événements en Irak "font s'effondrer toute l'idée de sécurité régionale avancée par les anciennes administrations américaines". "On ignore pourquoi il a fallu lancer une campagne pour qu'au final des terroristes largement plus dangereux que Saddam Hussein mettent la main sur l'infrastructure permettant de travailler avec l'uranium et les composants d'uranium", s'interroge l'expert.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:30
Israël pilonne le Sud-Liban suite à un tir de roquette

 

TEL AVIV, 11 juillet - RIA Novosti

 

L'artillerie israélienne a pilonné le sud du Liban après qu'une roquette tirée depuis ce territoire s'est abattue sur le sol de l'Etat hébreu sans faire ni victimes, ni dégâts matériels, rapporte le service de presse de Tsahal.

 

"Une roquette tirée depuis le Liban est tombée dans un champ près de la ville frontalière de Metoula. Les troupes israéliennes ont riposté en ouvrant le feu sur la région depuis laquelle le tir avait été effectué", rapporte la source.

 

Ces dernières années, le nord de l'Etat hébreu essuie régulièrement des roquettes tirées par des groupes palestiniens basés au Liban.  Le mouvement chiite libanais Hezbollah, un des principaux ennemis d'Israël, respecte depuis la fin de la guerre de 2006 le régime de cessez-le-feu.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 11:40
Innoprom-2014: un drone russe unique en son genre présenté au public

 

MOSCOU, 9 juillet - RIA Novosti

 

Tchirok, un drone unique et innovant de fabrication russe, a été fois présenté pour la première au public au salon international des technologies Innoprom qui a ouvert ses portes ce mercredi 9 juillet dans la ville d'Ekaterinbourg (Oural), rapporte la Corporation unie de construction d'appareils, conceptrice du projet.

 

"Une technologie de pointe – un châssis sur coussin d'air – permet au drone de décoller en l'absence de piste. Cette conception n'a pas d'analogue dans le monde. Il peut décoller et atterrir sur la terre, l'eau, la neige ainsi que sur des terrains marécageux", a indiqué le service de presse de l'entreprise.

 

Le prototype exposé au salon a déjà passé des tests à Joukovski, près de Moscou. Les appareils de ce type ne sont pas produits en série, précise la source.

 

Le drone Tchirok pourrait être utilisé dans la surveillance des zones de catastrophe naturelle et des routes. Dans le contexte militaire, il peut être employé comme drone de combat engagé dans le transport de bombes, de missiles et de projectiles de haute précision.

 

La masse de l'appareil au décollage est de 700 kg pour une charge utile de 300 kg. D'une portée de 2.500 km, ce drone est capable d'atteindre une altitude allant jusqu'à 6.000 mètres. 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 11:40
La Russie pourrait exporter les missiles Iskander

Les systèmes de missiles tactiques Iskander-E

 

MINSK, 10 juillet - RIA Novosti

 

Les systèmes de missiles tactiques Iskander-E sont prêts pour l'exportation, mais une autorisation officielle est indispensable à cet effet, a annoncé jeudi Valeri Varlamov, chef de la délégation russe au salon international d'armement et de matériel militaire MILEX 2014 qui se déroule à Minsk.

 

"Les Iskander-E, de même que les S-400, sont prêts à être fournis à d'autres pays, mais pour ce faire, il faut une autorisation des administrations publiques", a déclaré M. Varlamov.

 

Il y a quelques années, le ministère russe de la Défense a annoncé que tous les systèmes sol-air S-400 construits jusqu'en 2015 ne seraient livrés qu'aux forces armées russes. Selon le ministère, même les alliés de la Russie, tels que la Biélorussie et le Kazakhstan, ne devaient recevoir ces armements ultramodernes que lorsque ces derniers auraient complètement équipé les dispositifs russes de défense antimissile et antiaérienne.

 

Et bien que de telles déclarations n'aient jamais été faites publiquement au sujet des missiles Iskander, la décision du ministère de la Défense s'appliquait entièrement à ce système d'arme, a indiqué jeudi à RIA Novosti une source au sein du complexe militaro-industriel russe.

 

Le système de missiles de théâtre Iskander figure parmi les systèmes de frappe les plus performants dont disposent les forces armées russes. Doté de différents types d'ogives, l'Iskander est en mesure de neutraliser des cibles très variées: des troupes adverses jusqu'aux centres de commandement souterrains. Les missiles peuvent au besoin être dotés d'ogives nucléaires.

 

Les essais du système ont pris fin en 2007. L'armée russe dispose actuellement de deux versions de cette arme: Iskander-M et Iskander-K. La version Iskander-E conçue spécialement pour l'exportation ne possède qu'un seul missile monté sur une rampe de lancement au lieu de deux.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:56
Contre-offre de Rheinmetall au projet de Nexter Systems avec KMW

 

10/07 Thibaut Madelin, à Berlin et Denis Meynard à Saint-Etienne – LesEchos.fr

 

Rheinmetall veut racheter Krauss-Maffei Wegman avec qui Nexter Systems veut fusionner.

 

Nexter risque d’avoir de la concurrence pour son projet de rapprochement avec le fabricant allemand de blindés Krauss-Maffei Wegmann (KMW) . Selon « Handelsblatt », Rheinmetall, un autre groupe de défense allemand, prépare une offre sur KMW avec lequel il coopère sur plusieurs modèles dont le char Puma. « Des contacts ont eu lieu au plus haut niveau », rapporte le quotidien des affaires.

 

Le groupe de Düsseldorf envisage deux options pour la famille actionnaire de KMW. La première prévoit que celle-ci devienne le premier actionnaire de Rheinmetall, avec 25 % à 30% du capital, en échange de l’apport de leur société. La deuxième envisage une fusion entre l’activité de défense de Rheinmetall et celle de KMW, dont les tailles sont comparables. Un rapprochement germano-allemand pourrait entraîner des synergies de 60 à 70 millions, selon le « Handelsblatt ».

 

Rheinmetall a refusé de commenter, mais la société n’a jamais caché son intérêt pour son rival. Des discussions ont échoué à plusieurs reprises dans le passé, se heurtant notamment aux réserves de la famille Wegmann.

 

Le précédent Atlas Electronik

 

Attendu, ce rebondissement rappelle l’épisode Atlas Electronik. Fin 2005, Thales avait voulu acheter à BAE Systems cet équipementier allemand. Le britannique a finalement choisi l’offre de ThyssenKrupp et d’EADS, inférieure mais soutenue par Berlin. Le gouvernement allemand peut bloquer la cession de plus de 25% d’une société de défense à des étrangers.

 

Depuis son annonce, l’industrie allemande est prudente sur le projet Nexter-KMW. « Si cette opération réussit, je suis prêt à offrir une bouteille de champagne car ce serait un pas juste vers la consolidation de l’industrie de défense européenne », déclare aux « Echos » Georg Wilhelm Adamowitsch, directeur général de la fédération de l’industrie de sécurité et de défense (BDSV).

 

En France, parmi les syndicats de Nexter, seule la CGT s’y oppose. « Nous sommes pour des coopérations européennes, mais contre une alliance capitalistique qui conduirait à une spécialisation par pays, avec l’abandon de l’activité blindé en France », explique Jean-Pierre Brat, délégué syndical central. La CGT souligne que l’Etat français a obtenu dans les négociations avec KMW de protéger l’artillerie et les munitions, mais pas les blindés.

 

CGT contre, CFDT, FO et CFE-CGC ouverts

 

Premier syndicat maison, la CFDT refuse tout dogmatisme « On a posé des questions, demandé des garanties industrielles et sociales, ainsi que la création d’un comité de suivi avec le ministère », explique André Golliard, représentant des salariés au conseil d’administration. Hervé Duverger (FO,), estime que les salariés pourraient être rassurés par des commandes. En France, la notification du programme Scorpion est bloquée du fait du contexte budgétaire.

 

Enfin, le « oui mais » de la CFE-CGC reflète « l’espoir placé dans cette alliance européenne et le désir de plus de transparence sur la stratégie de notre direction et sur le type de portage que veut opérer notre actionnaire actuel », selon Pascal Poyade, délégué à Roanne (Loire).

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:55
Hôtel de la Marine: l'ouverture au public envisagée pour 2017

 

Paris, 4 juil 2014 marine-oceans.com (AFP)

 

L'Hôtel de la Marine, place de la Concorde à Paris, devrait ouvrir au public au premier trimestre 2017, a indiqué vendredi à l'AFP le Centre des Monuments Nationaux, qui sera chargé de gérer ce bâtiment lorsque les militaires, qui l'occupent, l'auront quitté.

 

L'état-major de la Marine doit quitter ce prestigieux hôtel particulier du XVIIIe siècle au plus tard au 1er janvier 2016, pour rejoindre le nouveau ministère de la Défense, actuellement en construction à Balard (XVe arrondissement).

 

"Il faut prévoir une année de travaux, notamment pour rénover les réseaux électriques et le chauffage", a indiqué Philippe Bélaval, président du Centre des Monuments Nationaux (CMN) .

 

En janvier, le ministère de la Culture a demandé au CMN, qui gère déjà près de 100 monuments, de reprendre l'Hôtel de la Marine et de lui faire des propositions sur la façon de l'exploiter.

 

Le CMN va mettre en valeur les salles patrimoniales de l'ancien garde-meubles de Louis XV. Un parcours d'un peu plus de 2.000 m2 permettra au public de visiter les magnifiques appartements du premier étage, l'actuel bureau du chef d'Etat-major de la Marine et le poste de commandement, a précisé M. Bélaval. Un espace pour les expositions temporaires sera aussi prévu.

 

Le rez-de-chaussée sera affecté à l'accueil du public, la billetterie, les boutiques et la restauration. La cour sera ouverte au public.

 

Au total, quelque 4.500 m2 seront dévolus au public.

 

Le CMN propose aussi de louer en direct et au prix du marché les bureaux (8.000 m2) que comprend le bâtiment.

 

"Les arbitrages financiers ne sont pas encore rendus sur la manière dont la gestion du monument va s'équilibrer", a précisé M. Bélaval.

 

La Cour des comptes aurait renoncé à s'installer dans une partie de ces bureaux, selon M. Bélaval. "Il faudrait en effet qu'elle loue au prix du marché", a-t-il dit.

 

"Il y a des travaux à faire, ils sont incontournables. Nous devons les amortir avec des loyers", a souligné M. Bélaval.

 

"Je suis convaincu de la capacité du CMN d'exploiter l'Hôtel de la Marine sans compromettre son équilibre de gestion global", a-t-il dit.

 

Pour le CMN, qui fête ses 100 ans le 10 juillet 2014, "la reprise de l'Hôtel de la Marine est un signe de la vitalité et de la solidité de son modèle économique", estime-t-il.

 

Le CMN vient aussi de reprendre la gestion du Fort de Brégançon (Var).

 

Le sort de l'Hôtel Marine avait enflammé les esprits fin 2010 lorsqu'il avait failli être confié à un homme d'affaires, Alexandre Allard.

 

Nicolas Sarkozy, alors chef d'Etat, avait finalement décidé en 2011 que l'ancien garde-meubles de Louis XV resterait dans le giron de l'Etat. Il avait donné son feu vert à un ambitieux projet du Louvre pour ce site.

 

Après l'élection de François Hollande, ce projet a été abandonné en raison de son coût. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a confié la gestion du monument au CMN.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:55
Loi de programmation : promesse non tenue pour l’armée

 

10/07 Alain Ruello - lesechos.fr

 

Contrairement à ce que dit le gouvernement, la loi de programmation militaire (LPM) n’est pas respectée. Elle ressort même plus fragilisée qu’elle n’était déjà du projet de budget triennal 2015-2017. Sur chacune des années ­concernées en effet, 500 millions de crédits budgétaires ont été retirés, d’un trait de plume ! Soit 1,5 milliard au total, qui sera compensé (en principe) par autant de recettes exceptionnelles, c’est-à-dire par de l’argent provenant de la vente des bijoux de famille de l’Etat.

 

Bercy peut affirmer que le compte y est puisque l’addition des crédits budgétaires (amputés) et des recettes exceptionnelles (augmentées) reste conforme à ce qui était prévu. Sauf que ces recettes exceptionnelles sont par nature (très) aléatoires.

 

La LPM en prévoyait déjà 6,1 milliards entre 2014 et 2019, dont la moitié rien que sur 2015 et 2016. L’Etat ne pouvant plus compter avant longtemps sur le produit de cession des fréquences de la TNT, un quatuor de hauts fonctionnaires a été chargé de bâtir un plan B en urgence.

 

Le triennal augmente l’incertitude de 1,5 milliard puisque ce ne sont plus 6,1 milliards, mais 7,6 milliards qu’il faut trouver ! Remise de copie du quatuor attendue dans les jours qui viennent lors d’un conseil de défense qui s’annonce crucial pour la survie de la loi de programmation.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:55
Budget de Défense : les comptes n’y sont décidemment pas

 

10.07.2014 Enderi.fr

 

Matignon a fait parvenir aux différents ministères les « lettres de cadrage », définissant les contours du budget que chaque ministère devra respecter. Sans explicitement passer à nouveau pour la variable d’ajustement, la Défense est loin de s’en sortir aussi bien que certains le supposent.
 

Un budget de l'état à réformer

Le principe fait consensus : le gouvernement doit faire des économies sur son budget, pour réduire son déficit et une dette abyssale qui approche désormais les 2000 milliards d’euros. Cela signifie très concrètement qu’il va falloir pour Matignon rendre des arbitrages, faire des choix, et donc des mécontents. Le chef du gouvernement doit fixer des priorités et trancher entre les efforts à faire et ce qui peut être remis à plus tard.

La logique de Manuel Valls n’est pas la pire qui soit, loin de là. On peut d’ailleurs détecter, derrière les lettres de cadrage envoyées récemment à l’ensemble des Ministères, un recentrage en douceur sur les fonctions régaliennes de l’Etat : sécurité, santé, éducation. A une exception près, mais elle est de taille : la Défense reste fragilisée. Grandement diminuée par des réformes simultanées et constantes depuis près 20 ans, la Défense a vu fondre ses effectifs et son budget : 44 000 postes supprimés rien qu’entre 2008 et 2013, et un budget dont la part dans le PIB a été presque divisée par deux en trente ans. Quel ministère pourrait prétendre avoir réalisé des efforts comparables, tout en assurant la continuité de ses missions ?

La perception médiatique

Dans son résumé à grand trait de la nouvelle, Europe 1 classe la Défense dans la catégorie de « ceux qui s’en sortent bien », allant jusqu’à expliquer doctement que le budget des armées va même légèrement augmenter sur la période (de 0,53 % entre 2014 et 2017). D’une part, puisque l’on peut supposer que le site s’exprime en euros courants, il s’agit bien d’une diminution relative du budget : malgré une inflation historiquement faible, on peut supposer qu’elle sera tout de même supérieure à 0,53 % sur trois ans. Le "pouvoir d'achat" de la Défense va donc diminuer.

Plus lucidement, le Huffington Post place la Défense dans la catégorie des « sacrifiés ». Il y en a en effet plusieurs bémols de taille dans les prévisions de budget pour la Défense. Premier coin dans le tronc des réjouissances : si le Ministère de la Défense conserve son budget prévu par la LPM, arraché de haute lutte par Jean-Yves Le Drian, ce n’est qu’en contrepartie de 7500 postes supprimés, rien que pour l’année 2015. Ce sont donc près de 650 millions d’euros qui seront retirés du budget, compensés en théorie par 250 millions d’euros du programme investissement d’avenir et 500 millions d’euros venant de « recette exceptionnelles », les fameuses « Rex ». Par Rex, comprendre pour l’essentiel la vente de fréquences aux opérateurs de téléphone et de la TNT.

Sauf que, par expérience sur les ventes de biens immobiliers, le Ministère de la défense sait très bien que les prévisions de Rex sont abusivement optimistes. De plus, compte tenu des retards pris dans les négociations autour de cette vente de fréquence, il est probable que les Armées ne verront pas un centime avant fin 2015 ou 2016. Au bilan, Valeurs Actuelles comme le Point font état d’un trou budgétaire prévisible de 1,5 à 1,77 milliards d’euros dans le budget de la Défense, rien que pour 2015. Les 6,1 milliards d’euros attendus entre 2014 et 2019 sont pour l’instant un mirage budgétaire, alors que les coupes sont bien tangibles.

Deuxième difficulté, d’ordre historique, pour les Armées : les budgets prévus par les lois de programmation successives n’ont jamais été respectés, peu importe que la gauche ou la droite soit au pouvoir. Si le « taux d’exécution budgétaire » de la LMP 2003-2008 a bien été de 98 % (ce qui représente tout de même près de 5 milliards en moins), celui de la LPM 1997-2002 a été de 87 %.

Beaucoup d'interrogations sur l'avenir

Les dénonciations alarmistes de la « juste insuffisance  » résonnent encore à nos oreilles, alors que l’on poursuit le démantèlement de l’outil de défense. Il est remarquable de noter d’ailleurs que ce n’est pas tant la politique de la gauche qui pose problème, que les conséquences des mesures décidées sous la droite. Aujourd’hui, alors qu’il n’est pas exagéré d’avancer que tous les indicateurs sont dans le rouge, la Défense bénéficie au moins d’un petit avantage : députés de gauche comme de droite s’alarment de la situation, tous faisant preuve d’une « certaine idée de la France ». C’est d’ailleurs cette mobilisation de gauche comme de droite qui a permis courant mai de contrer les velléités de Bercy sur un nouveau rabotage de la loi de programmation militaire. A l’époque les quatre chefs d’états-majors avaient également menacé de déposer képis et casquettes sur le bureau du chef des Armées, preuve inédite du sérieux de la situation.

Mais les fonctionnaires de Bercy sont rancuniers, confortés par une perception de plus en plus flou des enjeux de la Défense. Les arguments en faveur d’un démantèlement de la Défense sont souvent les mêmes : « nous n’avons plus d’ennemis à nos frontière », « nous n’avons pas à être les gendarmes du monde (et de l’Afrique en particulier) », « nous ne faisons qu’engraisser le complexe militaro-industriel »… Certes, l’Allemagne est bien plus dangereuse sur les terrains de foot que sur le Rhin, l’Afrique commence petit à petit à prendre en main les conflits du continent (avec un succès tout relatif), et la France reste, malgré un budget d'équipement réduit à peau de chagrin, un des leaders mondiaux de l’exportation d’armements.

Pour autant, la France est toujours membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, et à ce titre, elle a beaucoup plus de devoirs que de droits, notamment celui de ne pas provoquer son déclassement en tant que puissance militaire. La crise Ukrainienne a rappelé à tous que l’hypothèse d’un conflit conventionnel dans le vestibule de l’Europe n’a rien du scénario de science-fiction. Ensuite, le shift stratégique des USA vers l’Asie-Pacifique a créé un appel d’air en région Sahélienne. Or la France est la seule puissance à disposer encore de la volonté politique et de moyens militaires pour éviter de faire de ces régions des bases arrières de mouvements terroristes. Croire que ces mouvements se contenteront à l’avenir de prospérer dans leur carré de désert serait faire preuve d’angélisme : Al-Qaida s’est appuyée sur ses base afghanes pour frapper les Etats-Unis en 2001. Enfin, si la France reste bien positionnée sur les marchands d’armements, c’est aussi parce que les fabricants hexagonaux se sont diversifiés dans les biens civils : 83 % des commandes auprès des membres du GIFAS ont été des commandes civiles. De nouvelles coupes budgétaires inciteraient d’ailleurs les industriels français du secteur à privilégier la production civile, quitte à délocaliser. Les conséquences sociales et industrielles de telles décisions seraient très lourdes.

Il n’est que temps de mesurer les conséquences d’années de gabegies, pendant lesquelles il a été demandé toujours plus à des armées auxquelles les décideurs politiques donnaient toujours moins. Si comme certains le pensent, "nous n'avons plus les moyens de nos ambitions", on pourrait répondre que nous n'avons pas forcément le choix de nos ambitions. Que celui qui assumera le déclassement de la France au second rang des puissances du monde avance d'un pas. Cela s'appelle la responsabilité, mais il n'y a guère plus que les militaires pour se souvenir de celle qui incombe à la Défense.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:55
Les nouveaux gardiens de la LPM

 

7 juillet, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

Le fait est nouveau et inédit sous la cinquième République :  les véritables garde-fous de la bonne exécution de la Loi de Programmation Militaire (LPM), sont devenus… les parlementaires !  La très discrète « descente » à Bercy il y a deux semaine des parlementaires pour demander sur pièces les justifications au Ministère de l’économie de la réalisation des ressources exceptionnelles (REX), le prouve encore. Car sous l’impulsion des deux présidents des commissions Défense, Jean-Louis Carrère pour le Sénat et Patricia Adam pour l’Assemblée Nationale (mais aussi bien d’autres…), les parlementaires ont été présents, voire très présents durant toute l’élaboration à la fois du Livre Blanc qui fixe les ambitions de la Défense française et de la LPM, qui la met budgétairement en œuvre. De très nombreux rapports, parfois alarmistes ont mis le doigt là où le bât blesse. Puis ce fut l’ajout, grâce à leur détermination, de véritables verrous de sécurité insérés dans la LPM pour que la représentation nationale puisse s’assurer de sa bonne exécution et de son respect. Inédit ! Plus récemment, leur rôle a également été important dans la mobilisation générale de cette union sacrée «  Défense » (politiques, industriels, militaires…) contre Bercy qui souhaitait raboter d’un milliard d’euros par an le budget, pourtant initialement sanctuarisé par le Président de la République. Bref, c’est très activement que les parlementaires ont pris leur rôle de défenseur de la LPM très au sérieux et jouent dorénavant le rôle de gardiens des crédits de la défense contre Bercy.

 

Les nouveaux cerbères de la Défense

 

Un rôle nouveau, tout à fait en accord avec leurs pouvoirs et en respect de leurs attributions. Sauf que ce rôle est totalement inédit sous la cinquième République. On ne peut que se féliciter de cette prise de conscience très pro-active de la part de la représentation nationale sur l’un des plus gros budgets de l’Etat et surtout sur l’outil militaire de la France. La raison de cette mobilisation est double.

 

Premièrement, le ministre de la Défense a été un excellent facteur déclenchant de cette nouvelle volonté parlementaire. Lui-même très concerné par la sauvegarde de l’outil militaire de la France, Jean-Yves Le Drian a joué le rôle de catalyseur, donnant l’impulsion. Comme un chef de file derrière qui se mobilisent responsables militaires, industriels et politiques.

 

La seconde raison, c’est l’état de gravité de la situation de la Défense française. A force de grappiller le budget, la cohérence de l’outil militaire ne tient plus qu’à un fil, le modèle est devenu fragile, dans un contexte géostratégique où la menace impensable est redevenu possible et la surprise, la seule certitude. Avec une multiplicité d’opérations extérieures remplies par des soldats courageux dans des conditions lamentables. De tout cela les parlementaires sont bien conscients et cela motive leur combat.

 

Bras de fer contre Bercy

 

Car un véritable bras de fer s’est engagé entre la Défense, qui souhaite préserver son outil et le ministère de l’économie qui cherche dans sa logique purement comptable et constante à ponctionner le maximum d’argent sur un des plus gros budget de l’État. Ce qu’il fait d’ailleurs très bien ! Dernièrement encore en ponctionnant 350 millions d’euros par la loi de finance rectificative passée en juin ainsi qu’en promettant des ressources exceptionnelles (REX) qui, et les parlementaires ont pu le constater, ne seront pas au rendez-vous. Tandis que la Défense (DGA en tête) est en cessation de paiement ! Résultat, les parlementaires sont en ce moment très remontés, et bien plus qu’avant ! Car le constat est là : non seulement les REX ne seront pas au rendez-vous, mais chaque mesure palliative proposée par la représentation nationale se voit opposer un refus en bloc de la part du ministère de l’économie. Aucune solution, le dialogue avec Bercy est bloqué, au point mort… Sauf que, très remontés, les parlementaires ne vont pas s’arrêter là.  Et c’est pourquoi, la clause de revoyure, votée dans la LPM, sera activée en 2015. Les parlementaires vont alors se retrouver au centre du jeu. Des débats qui s’annoncent houleux ! Les élus nationaux se rendent bien compte, à travers leurs très nombreux déplacements, de l’urgence de la situation, à la fois sur l’état des forces mais aussi sur l’environnement géostratégique instable et imprévisible. A cause de Bercy, certains programmes sont en danger (y compris dans le volet dissuasion), mais le ministère de l’économie n’a sans doute pas pris la mesure de la détermination parlementaire. Le combat sera incessant pendant toute la durée de la LPM, car, prévisible, Bercy, le suscitera !

 

Alors que la plupart des pays européens désarment, excepté ceux de l’Est, Pologne en tête, conscients de l’imminence et de l’importance du danger, la France, elle tente de maintenir son outil, en devant aussi batailler en interne. Si elle ne sera plus capable, le fossoyeur sera bien identifié : Bercy. Si elle arrive à maintenir sa Défense, ses sauveurs le seront tout autant : le Ministre et les parlementaires !

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:55
Le 1er RIMa fête ses 30 ans à Angoulème


05.07.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Le 1er régiment d’infanterie de marine (1er RIMa) va célébrer le 30e anniversaire de son installation à Angoulême, après son départ de Granville (Manche). 

Le 1er RIMa (qui appartient à la 3e BLB) propose de faire découvrir, par le biais de photographies, les 30 années qui se sont écoulées depuis l’arrivée du régiment à Angoulême.

Cette exposition, gratuite, aura lieu du 11 au 25 juillet 2014 du mardi au samedi de 13h à 18h, à l’Hôtel Saint-Simon (15 rue de la Cloche Verte) à Angoulême.

Le site web du 1er RIMa: ici.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:55
Le général Boussard, commandanr le CSOA

Le général Boussard, commandanr le CSOA

 

09.07.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Le 1er juillet a vu la naissance du CSOA (Centre du soutien des opérations et des acheminements).

Cette nouvelle entité, résultant de la fusion du CICLO (Centre Interarmées de Coordination de la Logistique des Opérations, chargé du soutien des opérations) d’une part et du CMT (centre multimodal des transports) d’autre part, travaille dorénavant sous le commandement du général Boussard ex-commandant du CMT.

En janvier 2014, le CICLO, précédemment stationné à Montlhéry, s’était installé sur la Base Aérienne 107 de Villacoublay.

Le CSOA, un organisme interarmées (OIA), est placé sous l’autorité du CEMA, il reçoit ses ordres du CPCO. Il sera chargé de coordonner et de conduire le soutien logistique, ainsi que les acheminements au niveau stratégique pour les opérations extérieures, les missions intérieures et les exercices interarmées majeurs.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:50
The European Investment Bank could help meet some of the challenges facing Europe’s struggling defence industry

 

July 10th, 2014 by Daniel Fiott * EUROPP Blog

 

European countries face significant challenges in funding defence research and development programmes. Among the most important are declining defence budgets, fierce international competition, and the increasingly expensive nature of high-end technologies. Daniel Fiott argues that the European Investment Bank could play a much greater role in Europe’s defence sector and serve as a life-line to defence research and development, dual-use projects and small and medium sized enterprises.

 

Read full tribune

 

* Daniel Fiott is a Research Foundation – Flanders (FWO) PhD scholar at the Institute for European Studies, Vrije Universiteit Brussel, where his research focuses on the European Defence Technological and Industrial Base. In 2013 he became a Senior Editor of the online magazine European Geostrategy. He is widely published on defence-industrial cooperation at the European-level.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:50
Cassidian Tests & Services devient Spherea

 

10/07/2014 Par lefigaro.fr (AFP)

 

Cassidian Tests & Services, filiale d'Airbus Group spécialisée dans les bancs de tests pour les équipements aéronautiques, va être reprise par deux nouveaux investisseurs, gérant trois fonds, afin de devenir la société Spherea Tests & Services, a déclaré aujourd'hui à Reuters son PDG Christian Dabasse. Le PDG de Spherea assure travailler depuis neuf mois sur la nouvelle organisation et souhaite insuffler un esprit start-up dans la société.

 

Les nouveaux actionnaires sont ACE Management, à travers les fonds Aérofund 3 et Financière de Brienne, et l'Institut régional de développement industriel de Midi-Pyrénées (Irdi). Les deux fonds prennent la majorité du capital (43,04% pour ACE Management, 14,35% pour l'Irdi et 6,70% pour Financière de Brienne) et Airbus Group conserve 33,48% pour les trois ans à venir. Les dirigeants de la société conservent 2,44%.

 

La principale activité de Cassidian T&S, qui emploie 500 personnes, est de tester les équipements électroniques des avions civils et militaires et des hélicoptères.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories