Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:56
photo RBND - 1er Régiment d'Artillerie

photo RBND - 1er Régiment d'Artillerie

 

08.07.2014 Armée de Terre

 

Le lance-roquette unitaire (LRU) est le tout nouveau système d'arme de l'artillerie française. La phase d'essai et le premier tir de munition de guerre sur l'île du Levant fin 2013 ont été supervisés par direction générale de l'armement (DGA). Les ultimes vérifications ont eu lieu en Suède, au camp de Vidsel, en juin dernier, au cours d'une évaluation technico-opérationnelle effectuée par la section technique de l'armée de Terre (STAT), renforcée par une équipe du 1er Régiment d’Artillerie.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:55
CEMA : A la rencontre de la Marine nationale

 

08/07/2014 Sources : EMA

 

Le 7 juillet 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est rendu à Brest et à l’Ile Longue en compagnie de l’amiral Rogel, chef d’état-major de la Marine pour clore ses visites dans les armées.

 

Après s’être déplacé dans les forces terrestres, à Mailly-le-Camps, et dans l’armée de l’air auprès du commandement des forces aériennes à Lyon, le chef d’état-major des armées est allé au contact des marins dans l’une de nos plus importantes bases stratégiques.

 

En choisissant le site de Brest pour s’adresser à la Marine nationale, c’est l’expertise des marins et leur investissement quotidien que le CEMA a souhaité mettre à l’honneur. En effet, que ce soit par son action, partout dans le monde, ou par la performance et la diversité des moyens qu’elle met en œuvre, la Marine constitue un maillon essentiel de la capacité d’intervention, de protection, de dissuasion, de prévention, de connaissance et d’anticipation de la France.

 

A l’occasion de cette journée, la Marine nationale lui a présenté la force océanique stratégique (FOST) sur le site de l’Ile Longue, la frégate anti sous-marine (FASM) Latouche-Tréville et le centre de commandement des opérations en Atlantique (CECLANT). Le général de Villiers a ainsi pu apprécier trois facettes très diverses et complémentaires de la Marine nationale : la dissuasion nucléaire assurée par la FOST, la protection des approches et le règlement des crises avec la force d’action navale (FAN) et l’intervention au profit des missions de l’Action de l’Etat en Mer (AEM).

 

Avant son départ, le CEMA s’est adressé aux hommes et aux femmes de la Marine Nationale en soulignant que la France disposait là d’« un outil de puissance dans un monde où le rapport de force demeure au cœur des relations internationales ». Revenant sur les derniers engagements des forces armées françaises, le CEMA a aussi rappelé que : « (…) notre Marine nationale permet de renseigner, et donc d’anticiper ; de dissuader et d’agir, et donc de peser sur le cours des événements ». « On l’a vu récemment en Océan Indien, avec Agapanthe et Bois Belleau, au large de la Libye avec Harmattan, mais aussi chaque jour dans toutes ses missions. »

CEMA : A la rencontre de la Marine nationaleCEMA : A la rencontre de la Marine nationale
CEMA : A la rencontre de la Marine nationaleCEMA : A la rencontre de la Marine nationale
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:50
Farnborough International Airshow 2014

 

le 7 Juillet 2014 Enderi.fr

 

Du 14 au 20 juillet se tiendra en Angleterre le salon aéronautique international de Farnborough. Équivalent d'Outre-Manche du salon du Bourget, le Farnborough International Airshow 2014 réunira pour la 49ème fois industriels et acteurs du monde de la défense et de l'aérospatial. Accueillant visiteurs et professionnels du secteur venant du monde entier, ce salon de grande envergure a notamment construit sa réputation sur la qualité des démonstrations en vol.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:45
Corymbe : le « Commandant Blaison » en « aviso-école » pour l’ENVR de Bata

 

 

08/07/2014 Sources : EMA

 

Du 23 au 26 juin puis du 30 juin au 1er juillet, l’aviso « Commandant Blaison », déployé dans le golfe de Guinée en mission Corymbe, a accueilli à son bord des élèves de l’Ecole Navale à Vocation Régionale (ENVR) de Bata en Guinée équatoriale.

 

L’ENVR a pour vocation de former les officiers de marine non seulement de la Guinée équatoriale mais aussi de différents pays riverains du golfe de Guinée. La France soutient cette initiative régionale, notamment à travers l’intégration de cadres français au sein de la direction de l’ENVR. Cette coopération s’illustre également par l’embarquement d’élèves à bord des bâtiments français déployés en mission Corymbe, au large de la Guinée équatoriale. En effet, l’ENVR ne dispose pas de navires pour la pratique de la navigation hauturière (navigation en haute mer).

 

La participation de l’aviso « Commandant Blaison » a permis à trois élèves d’être totalement intégrés à l’équipage pour chaque période de trois jours. En sus, chaque jour, huit élèves officier chef du quart et navigateurs-timoniers ont embarqué pour s’exercer à la navigation et à la manœuvre.

 

L’équipage a délivré aux élèves diverses instructions : lutte contre l’incendie, manœuvre d’homme à la mer, instruction au Scott (transmission par signaux lumineux) et aux signaux à bras, navigation et travail sur carte.

 

En place depuis 1990, la mission Corymbe est un déploiement naval quasi permanent, en mesure de soutenir les forces armées françaises dans le golfe de Guinée, zone d’intérêt stratégique pour la France. Le dispositif est armé par un bâtiment de la Marine nationale, ponctuellement renforcé par des moyens terrestres et aéromobiles embarqués, et peut soutenir à tout moment tout type d’opérations dans la région.

Corymbe : le « Commandant Blaison » en « aviso-école » pour l’ENVR de Bata
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:35
MDA to continue surveillance service for Australian Defence Force

 

RICHMOND, BC, July 8, 2014 /CNW

 

MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd., a global communications and information company, today announced that it has been contracted by the Commonwealth of Australia to continue MDA's Unmanned Aerial Vehicle surveillance service for the Australian Defence Force in Kandahar Airfield, Afghanistan until the end of 2014.

MDA has been supporting the Australian Forces by providing critically important real-time intelligence, surveillance and reconnaissance information directly to ground commanders since January 2010.

 

About MDA

MDA is a global communications and information company providing operational solutions to commercial and government organizations worldwide.

MDA's business is focused on markets and customers with strong repeat business potential, primarily in the Communications sector and the Surveillance and Intelligence sector. In addition, the Company conducts a significant amount of advanced technology development.

MDA's established global customer base is served by more than 4,800 employees operating from 11 locations in the United States, Canada, and internationally.

 

Related Websites
www.mdacorporation.com

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:30
Thales inaugurates new offices in Jeddah

 

July 8, 2014 Thales Group

 

Building on its 40-year relationship with the Kingdom of Saudi Arabia, Thales has consolidated its presence in the country by inaugurating new offices.

The new office highlights the Group’s strategy and ambition to increase local operational capabilities, mainly to serve security and ground transportation projects in view of the Kingdom’s US$100 billion programme to upgrade local infrastructures.

On-going transport projects include the North South Railway, for which Thales is providing signalling, security, communications and fare management systems. In terms of urban rail transportation, Thales has already delivered its SelTrac® Communications Based Train Control solution to the Al Mashaaer Al Mugaddassah Metro project in Mecca.

In the security domain, Thales is central to the protection of Holy sites, providing traffic flow management systems for the Hajj and hi-tech security solutions for Mecca’s and Madinah’s Holy Mosques. Thales is also securing oil and gas fields and installing security systems for Saudi Aramco, SABIC and the city of Jubail.

 

 

“Saudi Arabia, as the guardian of the Holy places, is Islam’s heartland. In this context, we wish to support the Kingdom, the Ministry of Pilgrimage, the Ministry of Islamic Affairs and all the involved government agencies in their initiatives to continuously improve the Kingdom’s infrastructures and services. The ultimate aim is to enable millions of pilgrims to carry out their religious observances safely and with ease. We have been working successfully in the country for four decades and we look forward to strengthening our ties with local industries and government agencies.”

Jean-Yves Tolot, Managing Director of Thales in Saudi Arabia

 

Thales’s industrial presence in the Kingdom of Saudi Arabia dates back to the early 1980’s when a first JV was established to support the Group’s broadcast activities.  Since then, Thales has been involved in a wide spectrum of business activities for the defence and civil markets, from telecom and aerospace to ground transportation and security.

Thales has a history of supporting a wide variety of customers and partners in the Kingdom, including the Ministry of Interior, the General Authority of Civil Aviation, the Ministry of Municipal and Rural Affairs, and the Communication and Information Technology Commission, as well as the Saudi Railways company, Saudi Aramco and the Saudi BinLadin Group.

Today, Thales’s presence extends from Riyadh and Jubail to Jeddah. The newly opened facilities in Jeddah are specifically designed to accommodate men and women from the local subsidiary in charge of civil activities for Thales.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:20
Der Erde entgegen - Fernspäher trainieren den Freifall

 

08.07.2014 Bundeswehr

 

Soldaten der Fernspählehrkompanie 200 schulten im US-Bundesstaat Tennessee ihre Fertigkeiten im Freifallspringen aus großer Höhe. Die 20 Aufklärungsspezialis­ten übten unter anderem das Gleitfallschirmsprin­gen mit voller Ausrüstung in der Nähe von Memphis.

Die Kompanie ist der Division Schnelle Kräfte unterstellt.

 

Quelle: Redaktion der Bundeswehr 07/14 14E16602

Kamera und Schnitt: O. Bender

 

Musik: Smash it up -- Grespy Nash, Crunch Time -- David Rolfe

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 15:55
La défense est le pilier de l'industrie française

 

08/07/2014 Général d'Armée aérienne Denis Mercier, Chef d'Etat-major de l'Armée de l'air – Opinions, LaTribune.fr

 

Pour maintenir l'excellence des industries aéronautiques et spatiales françaises, il faut identifier les technologies clés de l'avenir et maintenir un effort soutenu d'études, explique le général Denis Mercier, Chef d'Etat-major de l'Armée de l'air.

 

En matière de tissu industriel, l'activité « défense » représente notamment 4000 PME, 300.000 emplois dont 165.000 directs et 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Le secteur de l'aéronautique civile et militaire représente la plus grande part de la base industrielle et technologique de défense (BITD) en France et en Europe, en développant 20 technologies parmi les 27 classées critiques. Il capte 40% des dépenses d'investissement de la défense. De même, le domaine aéronautique est prépondérant parmi les capacités industrielles militaires critiques (CIMC) indispensables à la souveraineté nationale.

Par ailleurs, l'apport des technologies aéronautiques développées pour le domaine militaire dans le domaine civil est fréquent : le lanceur Ariane est issu des travaux menés dans le cadre des missiles de la dissuasion, Airbus est « fille » de l'aéronautique militaire, le logiciel de conception Catia de Dassault initialement développé pour les avions de combat est désormais utilisé pour l'aviation civile, l'automobile et de nombreux autres secteurs industriels. Les défis que doivent quotidiennement relever les industriels dans les domaines de l'aérodynamique, des structures, de la motorisation, des systèmes de navigation, des liaisons de données, ou encore des systèmes de protection contre les missiles stimulent la recherche et le développement technologique. Les industries aéronautiques et spatiales françaises sont unanimement reconnues dans les domaines civils et militaires. Porteuses de croissance et d'innovation, elles sont des fleurons de l'industrie nationale. Une capacité industrielle et technologique perdue ne pourrait être récupérée qu'au prix d'investissements, humains et techniques, considérables sur plusieurs années (de quinze à vingt ans sont nécessaires pour (re) constituer une capacité de conception et de développement de systèmes aéronautiques).

Un programme majeur comme l'Airbus A400M est un cas concret à partir duquel une véritable stratégie industrielle européenne peut être pensée pour éviter le délitement de ce tissu précieux. Il met aux prises nombre d'acteurs privés ou étatiques, nationaux et communautaires dont la coordination au niveau européen est indispensable.

Par ailleurs, le maintien en service pour encore plusieurs décennies de nombre de nos équipements (le Rafale et son système d'armes resteront en service au-delà de 2050) nécessite que les compétences industrielles indispensables au soutien et aux nécessaires évolutions de ces matériels soient conservées. Même à figer leur définition et accepter de fait leur déclassement progressif au regard de l'évolution des menaces et des critères d'interopérabilité, il est impératif de maintenir ces compétences, ne serait-ce que pour assurer la pérennité des capacités militaires actuelles.

Ce « temps long » des programmes d'armement doit s'appuyer sur une profondeur d'analyse de long terme, indispensable pour assurer la continuité des capacités opérationnelles. Les premiers Rafale livrés devront être retirés du service à compter de 2026, date à laquelle ils atteindront leur limite de vie après plus de vingt années de service. Les conditions du renouvellement de la composante aérienne de combat se définissent aujourd'hui compte tenu des délais d'étude et de développement nécessaires pour définir, développer et mettre en place un nouveau système d'armes.

 

Pour des mutualisations d'abord bilatérales

Pour éclairer les choix des capacités stratégiques à conserver et donner aux forces les moyens de remplir leurs missions, il faut identifier les technologies clés et maintenir un effort soutenu d'études amont. Les capacités de la France à exercer sa souveraineté, à « entrer en premier » sur un théâtre, à participer à la « stabilisation » d'une crise ou à évaluer de façon autonome les situations devront faire appel à des capacités industrielles nouvelles porteuses de mutations technologiques de l'outil de défense. Certains domaines, tels que la surveillance de l'espace extra-atmosphérique et de l'espace aérien, la cybernétique, l'hypervélocité, la furtivité, la détonique, l'accès aux ressources satellitaires, l'observation à partir de véhicules stratosphériques, l'ingénierie des réseaux, sont déjà identifiés.

Les enjeux pour la puissance aérienne portent sur le renouvellement des capteurs de défense aérienne, l'évaluation de la situation dans l'espace, le renouvellement du missile de dissuasion, la maîtrise des effets militaires par l'optimisation des charges, la création d'une filière européenne de drones et la mise en place d'un système de combat combinant des moyens pilotés et non pilotés. Le besoin de réaliser et d'atteindre des capacités opérationnelles doit rester à la base de tout choix futur en matière industrielle. Ceci est en particulier le cas dans le domaine des études amont, dont le besoin au titre du maintien des compétences primordiales ne fait pas débat, mais pour lesquelles les choix ne devront pas reposer uniquement sur des impératifs industriels. Au regard de l'étendue des besoins capacitaires et des capacités financières prévisibles, toutes les opportunités d'optimisation, de partage ou de mutualisation des coûts de développement, voire de production, doivent être recherchées.

De même, des développements au travers de capacités duales, lorsque cela est possible, devraient également permettre l'accès à des financements européens dans le cadre du programme H2020 de la Commission européenne. Le renouvellement des radars de défense aérienne représente dans ce cadre une opportunité, compte tenu de leur contribution à l'évaluation et à la sécurité aérienne de l'Europe. Le développement de programmes en coopération reste une voie possible, mais elle ne peut s'avérer efficace que s'il y a une convergence suffisante des besoins, ce qui incite à favoriser dans un premier temps des approches bilatérales avant de les étendre ensuite à davantage de nations. Une réflexion partagée entre l'État et l'industrie devra également porter sur le poids respectif des coûts de MCO, avec pour fil directeur là aussi la satisfaction du besoin opérationnel. Par ailleurs, les constructeurs aéronautiques et les utilisateurs gagneraient à converger sur une nouvelle politique de gestion de risque dans la maintenance des aéronefs, pour en diminuer les coûts. La profondeur de diagnostic de panne désormais possible avec les systèmes modernes peut être exploitée différemment afin d'optimiser le niveau de maintenance.

L'importance de l'export, enfin, notamment au titre des contributions apportées aux capacités de développement, demeure incontournable. Le soutien étatique dans ce domaine est un élément primordial. Les forces armées en général, et l'armée de l'air en particulier, apportent dans ce cadre, la caution de l'utilisateur national ainsi qu'un accompagnement indispensable à l'exportation des matériels de défense de notre industrie nationale.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 14:45
à Bangui dans le quartier PK12 - photo MinDefFR

à Bangui dans le quartier PK12 - photo MinDefFR

 

07/07/2014 Ministère de la Défense

 

Le ministre de la Défense saluera la détermination et le sang-froid des militaires français de la mission Sangaris

 

Le ministre de la Défense est arrivé à Bangui, en République centrafricaine, pour sa sixième visite depuis le déclenchement de l’opération Sangaris le 5 décembre dernier. Jean-Yves Le Drian adressera à la force française un message de confiance et de détermination. Il saluera le sang-froid et le professionnalisme des militaires déployés dans le pays.

 

Ces derniers jours, deux incidents violents sont survenus à Bambari et à Bangui. La force française y a été prise à partie par des éléments armés et incontrôlés qui ont fait onze blessés parmi nos militaires. Jean-Yves Le Drian ira notamment féliciter les personnels de l’antenne chirurgicale avancée qui ont prodigué les premiers soins aux blessés.

 

A l’occasion de son déplacement, le ministre de la Défense visitera les lieux de vie des militaires français installés sur l’aéroport M’Poko de Bangui, ainsi que l’état-major de la mission européenne EUFOR RCA, pleinement opérationnelle depuis le 15 juin. Les 700 militaires européens, parmi lesquels 250 Français, ont pris le relais de Sangaris pour sécuriser l’aéroport M’Poko et appuyer la force africaine MISCA dans les 3e et 5e arrondissements de Bangui. Le ministre de la Défense s’entretiendra enfin avec le Chef d’État de transition Catherine Samba-Panza pour évoquer les suites du sommet tenu à Malabo (Guinée équatoriale) le 27 juin.

 

Mardi, Jean-Yves Le Drian doit se rendre à Bambari (280 km à l’est de Bangui) au contact des militaires français déployés dans la ville depuis les violences du 26 juin dernier. Le GTIA Scorpion était alors intervenu pour repousser plusieurs centaines de miliciens qui faisaient mouvement vers les quartiers musulmans à l’est de la ville. Depuis avril dernier, la force Sangaris est déployée à l’est de la Centrafrique pour contribuer à la sécurisation de l’axe Sibut-Bambari-Bria.

 

Dans quelques jours, lors de la célébration de la fête nationale du 14 Juillet, la présence du 8e  RPIMa rappellera l’engagement de notre pays pour rétablir la sécurité en Centrafrique. 2000 militaires français sont actuellement déployés en République centrafricaine en soutien des forces africaines. Mandatées par le Conseil de sécurité des Nations unies, nos forces favorisent la montée en puissance rapide de la MINUSCA et permettent son déploiement opérationnel, afin qu’elle assure le contrôle sécuritaire de la situation et facilite la transition politique.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 13:55
Tears of the Sun 2

 

08.07.2014 Armée de Terre

 

1 800 parachutistes français et britanniques s'étaient donné rendez-vous fin juin dans la région de Toulouse pour participer à l'exercice Tears of the Sun 2 ! Objectif : faire entrer du matériel dans une zone ennemie. Un exercice collaboratif entre la 11e brigade parachutiste et la 16th air assault brigade, qui a permis de renforcer la capacité commune d'intervention par la 3e dimension.

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 13:35
photo Livefist

photo Livefist

 

source Livefist

BALASORE, ODISHA: The BRAHMOS supersonic cruise missile was successfully flight-tested on 8th July 2014 from the Integrated Test Range (ITR) Chandipur in Balasore, Odisha.
During the launch at 1038 hrs, the missile flew through the designated 290 kms distance at Mach 2.8 and achieved high precision with steep dive once again.
Dr. A. Sivathanu Pillai, CEO and MD, BrahMos Aerospace confirmed that it was a text book launch achieving 100% results, executed with high precision from the Mobile Autonomous Launcher (MAL) prepared by the BRAHMOS 3rd regiment of Indian Army team.
In a historical first, the advanced guidance system integrating multiple navigation satellites powered with new software algorithm, developed indigenously by Indian scientists and industries resulted in pinpoint accuracy of the missile system against hidden land targets.

 

Pictures gallery

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 12:55
Décret du 4 juillet 2014 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur (Ministère de la Défense)

 

source JORF n°0156 du 8 juillet 2014 page 11265 texte n° 11 - NOR: DEFM1413615D

 

Par décret du Président de la République en date du 4 juillet 2014, pris sur le rapport du Premier ministre et du ministre de la défense et visé pour son exécution par le grand chancelier de la Légion d'honneur, vu la déclaration du conseil de l'ordre en date du 22 mai 2014 portant que les présentes promotions et nominations sont faites en conformité des lois, décrets et règlements en vigueur, sont promus ou nommés, pour prendre rang à compter de la date de leur réception dans leur grade, les militaires appartenant à l'armée active désignés ICI

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 12:50
Sous-Commission Sécurité et défense (SEDE) du Parlement Européen

 

08-07-2014 REF. : 20140708IPR51811

 

Après l'élection du nouveau Président, des vice-présidents et des questeurs du Parlement européen à Strasbourg la semaine dernière, les commissions parlementaires se sont réunies lundi à Bruxelles pour élire leurs président et vice-présidents pour un mandat de deux ans et demi.

 

Le travail législatif du Parlement européen se fait dans vingt commissions permanentes et deux sous-commissions. Chaque commission élit un président et quatre vice-présidents.

 

Sécurité et défense (SEDE)

Président:

Anna FOTYGA (ECR, PL)

 

Vice-présidents:

Michael GAHLER (PPE, DE)

Jaromír ŠTĚTINA (PPE, CZ)

Afzal KHAN (S&D, UK)

Sabine LÖSING (GUE/NGL, DE)

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 11:50
photo NHI

photo NHI

 

7 juillet 2014 par Gil Roy - Aerobuzz.fr

 

La 4ème conférence-produit qui vient de s‘achever en Allemagne sur un succès consacre les premiers retours d’expérience des utilisateurs d’une machine très performante au potentiel d’évolution conséquent. Pour autant, le NH90 risque de perdre sur le tapis vert tout le crédit gagné lors d’opérations sur le terrain…

 

La 4ème conférence produit dédiée aux utilisateurs de l’hélicoptère NH90 vient de s’achever sur un succès. Cet événement qui s’est tenu sur la base allemande de Buckeburg du 23 au 26 juin dernier, a permis a plus d’une centaine d’utilisateurs de NH90 venus de 13 pays différents de rencontrer les représentants de l’Industrie (NHI, Agusta Westland et Fokker) afin de « mettre cartes sur table ». Avec plus de 54.000 heures de vol au compteur, la flotte de NH90 commence à donner une bonne idée des qualités et des défauts de la machine.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 22:45
RCA - un peloton de Cavalerie vers Bodjobo

 

07.07.2014 Crédits EMA / ECPAD

 

15 juin 2014, 17h48, dans le nord-ouest de la République centrafricaine, un détachement du GTIA « de Boissieu », composé d’un peloton ERC-90 Sagaie et de véhicules P4, progresse vers le village de Bodjobo, pour repousser les groupes armés qui pourraient menacer la population.


Environ 2000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 5800 hommes de la MISCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le Président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir une sécurité minimale en République Centrafricaine et à faciliter la montée en puissance de la MISCA, ainsi que son déploiement opérationnel.

 

Reportage photos

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 19:55
Tireurs d'élite : en pleine cible !

 

 

07.07.2014 Armée de Terre

 

Endurance, calme, rigueur et précision. Quatre mots que l'on peut associer facilement au challenge national des tireurs d'élite longue distance, qui a eu lieu du 23 au 28 juin au centre d'entraînement de l'infanterie au tir opérationnel (CEITO).

De jour comme de nuit, les tireurs de 13 régiments ont été mis en situation de fatigue et dans des conditions de tir semblables à celles du combat, devant ainsi évaluer le vitesse du vent et autres imprévus !

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 19:55
Dissuasion nucléaire. Le débat est lancé

Pour le chef d'état-major de la marine, la dissuasion nucléaire doit être crédible et pour l'être, la permanence à la mer est indispensable. (photo Marine Nationale - Armée de l'Air)

 

7 juillet 2014 Catherine Magueur - LeTelegramme

 

Quel avenir pour la bombe ? Il n'y a jamais eu de débat contradictoire sur la dissuasion nucléaire, alors que l'arme nucléaire existe en France depuis plus de 50 ans ! La Commission de la défense a auditionné des « pro » et des « anti ». De l'inédit. Le Télégramme a pu se procurer la copie.

 

Les écologistes avaient déposé un amendement exigeant la suppression de la dissuasion nucléaire lors de débats sur la loi de programmation militaire. Il a - sans surprise - été rejeté mais a révélé une demande de débat contradictoire. La présidente de la commission de la Défense, Patricia Adam, a décidé de lancer une série d'auditions qui touchent à tous les aspects de la dissuasion nucléaire. Le résultat ? Un recueil que chacun pourra consulter dès aujourd'hui. Passionnant. Ce que l'on peut entendre : la guerre froide est loin, les citoyens ne voient pas de menaces qui nécessiteraient l'utilisation de la bombe. De plus, la dissuasion - un gros budget - fait des envieux, dans le contexte de rigueur.

 

« Un outil cohérent »

 

Qu'en est-il ? « Nous disposons d'un outil adapté cohérent et optimisé », a déclaré Pierre de Villiers, le chef d'état-major des armées. « La dissuasion nucléaire est aussi pertinente au XXIe siècle, qu'elle l'a été au XXe », assure-t-il. Les deux composantes (aérienne et océanique) sont, selon lui, complémentaires. Abandon de la dissuasion, suppression d'une composante pour faire des économies : le général de Villiers est persuadé que cela ne profiterait pas à l'armement conventionnel.

 

Cinq euros par mois et par Français

 

L'amiral Rogel, chef d'état-major de la marine est clair : la dissuasion est une stratégie politique avant d'être un outil militaire. Une chose est sûre selon lui : la dissuasion doit être crédible. « Si elle ne l'est pas, elle ne dissuade pas », dit l'amiral. Pour bien dissuader, il faut la permanence à la mer, ce qui signifie au moins quatre SNLE. L'amiral Rogel donne un calcul « simpliste mais nécessaire » : « Si l'on ramène le coût annuel de l'agrégat nucléaire, qui est de 3,5 milliards d'euros, au nombre de notre population, le coût de la dissuasion est de cinq euros par mois et par Français. Est ce trop cher pour notre sécurité ? ». De l'inédit encore : la commission a auditionné les aumôniers en chef des armées, un rabbin, un imam, un pasteur, un évêque. Selon eux, cette arme « qui tue sans distinction » doit rester « hors normes ». Un ancien militaire, ancien pilote de chasse et pro-nucléaire pendant la guerre froide, a changé de fusil d'épaule : le général Bernard Norlain se fait le chantre d'un désarmement nucléaire « général - multilatéral, progressif et contrôlé ».

 

Un « obstacle à la paix »

 

Jean-Marie Collin, auteur de « Arrêtez la bombe » s'interroge : « Pourquoi le débat est-il bloqué ? Quelles sont les économies possibles et l'utilité des armes nucléaires ? Qu'en est-il de l'obligation du désarmement et de l'élimination de ces armes ? ». La France qui a signé le TNP, le Traité de non-prolifération, « ne respecte pas, dit-il, ses engagements ». En fait, selon lui, « l'arme nucléaire est un obstacle à la construction d'un véritable monde de paix ». Le recueil des auditions ne présente ni synthèse, ni conclusions. Un seul constat : celui de la présidente, qui dans l'avant-propos souligne que « le monde d'aujourd'hui n'est pas moins dangereux ni moins incertain que celui d'hier » et que « la vocation de notre outil de dissuasion demeure ». Le débat est lancé.

Dissuasion nucléaire. Le débat est lancé

Note RP Defense : débat lancé quand les écologistes étaient encore au gouvernement. L'audition des représentants religieux à l'Assemblée Nationale doit [beaucoup] s'expliquer par l'influence du mouvement anti-nucléaire [protestant- anglo-saxon ?]. Curieusement, la menace est restée la même, loin de l'Est, mais plus proche de l'Europe. Quant au renégat macaronné ....il a sans doute le syndrome qui permet d'oublier les Pershing et les SS-20. Nul doute qu'il en restera quelques un(e)s (dont RP Defense) pour pour démontrer que l'indépendance du M-51 et de l'ASMP vaut mieux que l'asservissement du Trident.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 18:40
BTR-82A -Derby naval Baltique 2013

BTR-82A -Derby naval Baltique 2013

 

KALININGRAD, 7 juillet - RIA Novosti

 

Le Derby naval 2014, concours opposant les véhicules blindés de transport de troupes BTR-82A des forces de défense côtière de la Marine russe, débute lundi sur le polygone de Khmelevka, dans la région de Kaliningrad, rapporte le service de presse de la Flotte russe de la Baltique. 

 

"Au total, les épreuves engageront plus de 20 véhicules de combats et plus de 50 participants formant 17 équipages de blindés des Flottes du Nord, de la Baltique, du Pacifique, de la mer Noire et de la Caspienne", indique la source. 

 

Prévues en deux étapes, les épreuves se dérouleront du 7 au 11 juillet.

 

La première édition du Derby naval Baltique a été organisée en août 2013. Le principe des compétitions est analogue au biathlon en char d'assaut et au tournoi de tir en avion et hélicoptère Aviadarts.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 18:30
Lockheed remporte un contrat de soutien à la défense aérienne irakienne

 

4 juillet 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

L’Irak ne pourra pas se plaindre du manque de soutien «technologique» de la part des Américains.Lockheed Martin Corp, Mission Systems & Training (MST) basé à Manassas, en Virginie, a obtenu un contrat à prix fixe de 11,645,964 $ pour le soutien logistique du système de défense aérienne intégrée irakien (IADS).

 

Il est fait mention de ce contrat dans le communiqué du Département de la Défense américain sur les contrats accordés le 3 juillet 2014 .

 

Le contrat inclut des services de soutien technique, d’assistance sur site, de gestion logistique, de support technique,de maintenance préventive et de maintenance correctrice, des études techniques et des recommandations pour le soutien logistique et le cycle de vie pour les IADS et de l’équipement.

 

Les travaux seront effectués à différents endroits à travers l’Irak, et devraient être achevé le 30 Juin 2015.

 

Lockheed Martin (MST) fournit l’ingénierie de systèmes, le développement de logiciels, la gestion de programmes complexes, des solutions de chaîne d’approvisionnement et la logistique, de formation et de simulation des technologies pour la sécurité mondiale, les marchés civils et commerciaux.

 

MST emploie environ 17.000 personnes aux États-Unis, au Canada, au Mexique, à Taïwan, au Japon, au Royaume-Uni, en Allemagne, ai Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande et en Australie. La division MST de Lockheed à Manassas en Virginie emploie quant à elle 1.400 personnes.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 16:55
BDC Argens comme brise-lames à Saint Mandrier

BDC Argens comme brise-lames à Saint Mandrier

 

07.07.2014 topp-decide.com

 

C’est au port de Brégaillon, à La Seyne-sur-Mer, que l'ex-bâtiment de débarquement de chars Argens a été démantelé en mai 2014. Le marché de déconstruction de ces vielles coques de la Marine nationale a été notifié le 5 décembre 2013 à Topp Decide. Les travaux ont été réalisés sur un dock flottant, afin de préserver la rade de Toulon de tout risque de pollution.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 16:50
Sanitätsausbildung am Vereinte Nationen-Ausbildungszentrum

 

07.07.2014 Bundeswehr

 

Die Sanitätsausbildung der Bundeswehr hat sich in den letzten Jahren stark gewandelt und verbessert. Immer mehr Soldaten erlangen eine einsatznähere Qualifikation. Ihre Aufgabe ist es bei Verwundungen qualitative Soforthilfe zu leisten und den Abtransport vorzubereiten. Im Vereinte Nationen-Ausbildungszentrum in Hammelburg wird nah an der Einsatzrealität geübt.

 

 

Quelle: Redaktion der Bundeswehr 07/14 14A13502

 

Musik: Kevin McLeod, The Descent

Royalty-Free Music

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 16:50
Des journalistes très opérationnels

 

07.07.2014 Belgian Defense

 

Neuf journalistes et du personnel de la Croix-Rouge ont suivi, à Marche-en-Famenne, une courte initiation à la vie militaire. Ils se sont retrouvés encadrés et protégés par les Chasseurs ardennais en pleine préparation de leur prochaine mission opérationnelle au Mali. Ces civils (embedded), « embarqués », apprennent à comprendre l'action militaire pour effectuer leur reportage en toute sécurité, sur théâtres d'opération.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 16:50
HMS Queen Elizabeth - The Future of the Royal Navy


7 juil. 2014 Royal Navy

 

This powerful video demonstrates the capabilities and effectiveness of the new Queen Elizabeth class carriers demonstrating, via amazing CGI, the workings of the carriers and the F35 Fighters.

The First Sea Lord talks about the incredible journey that the construction and original concept of the carriers has taken and what the carriers mean to the future of the Royal Navy.

The British Army and the RAF also talk about what carriers mean to them and the important role they will play in the future of defence.

These highly advanced ships will have a huge variety of roles that she will be able to perform when the first ship launches and the amazing technology that has been built into them to put them at the fore-front of the Fleet. They really will be the Jewel in the Crown of the Royal Navy.

This stunning video was show to her Majesty the Queen and other guests at the amazing naming ceremony on the 4th July.

You can find further information about the new carriers on our website: http://www.royalnavy.mod.uk/news-and-...

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 16:45
Paul Koffi Koffi, ministre de la Défense : “Nous sommes aptes pour les interventions internationales”

 

05.07.2014 news.abidjan.net


Le ministre en charge de la Défense, Paul Koffi Koffi, a affirmé, hier à Akouédo, que les Forces républicaines de Côte d’Ivoire disposent d’une capacité opérationnelle pour participer aux opérations de maintien de paix.

Les Forces républicaines de Côte d’Ivoires (Frci) disposent de rudiments nécessaires pour participer aux opérations de maintien de paix, selon Paul Koffi Koffi, ministre auprès du président de la République, chargé de la Défense. Il a fait cette déclaration, hier, à la caserne militaire d’Akouédo, lors de la cérémonie de sortie de la 27ème promotion baptisée Guy Frédéric Assa, des élèves sous-officiers de l’Ecole nationale des sous-officiers d’active (Ensoa). « Nous sommes aptes à participer au maintien de paix dans le cadre de la force internationale, onusienne ou régionale… Nous y sommes déjà au Mali et nous sommes prêts à aller ailleurs, si le besoin se fait sentir », a-t-il déclaré. A l’en croire, l’armée nationale a retrouvé ses marques après plus d’une décennie de crise sociopolitique. «  En trois ans, l’armée est en en train de se reconstruire, le commandement est assis et tout le monde est au travail. Tout cela grâce à la volonté du président de la République, Alassane Ouattara », a-t-il ajouté, devant de nombreuses personnalités politiques et militaires dont la ministre de la Communication, Affoussiata Bamba-Lamine, le chef d’état-major, SoumaÏla Bakayoko et le commandant de la marine, le contre-amiral Djakaridja Konaté. Avant lui, le commandant de l’école, Dem Aly Justin, a rappelé les valeurs qui caractérisent les soldats. « Vous devrez défendre le drapeau, même au péril de votre vie. Affichez toujours dans la discipline et dans le respect votre dévouement pour le drapeau, même quand vient le sacrifice suprême », a-t-il exhorté. Soumaïla Bakayoko a, pour sa part, rappelé la mission régalienne de la Grande muette. « Vous devez  garantir la défense du territoire national, assurer la sécurité des Ivoiriens ainsi que leurs biens », a-t-il conseillé, en se félicitant de la baisse du taux de criminalité dans le pays. « Nous sommes heureux de constater que le niveau de sécurité s’est fortement amélioré», s’est-il félicité. Faut-il le préciser, cette promotion est composée de 261 élèves sous-officiers dont 8 filles portant le grade de sergent. Le public a eu droit, en marge de la cérémonie, à un exercice de méthode de neutralisation des actes de grand banditisme, notamment le terrorisme, le phénomène de coupeurs de route et le comportement des soldats dans le cadre des opérations de maintien de paix.
 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 16:40
La Russie renforce le contrôle de ses frontières en Arctique

 

4 juillet, Tatiana Tabunova - La Voix de la Russie

 

La Russie renforce le contrôle de sa frontière aérienne dans l’Arctique. Les plans du ministère de la Défense prévoient pour cette année l’installation de postes de défense antiaérienne et des centres de contrôle de l’aviation de combat sur le littoral arctique. Ce renouvellement de l’infrastructure de défense antiaérienne sera achevé à l’automne 2015.

 

Il est prévu d’installer très prochainement des équipements fixes de détection ainsi que des centres de contrôle aérien sur cinq îles de l’Arctique. Chaque site sera doté d’un radar de défense antiaérienne et d’une tour de contrôle du trafic aérien civil et militaire. Toutes les informations relatives aux mouvements dans l’espace aérien au-dessus du littoral arctique seront transmises vers le centre de commandement de la défense aérienne dans la région de Moscou. L’armée de terre n’étant pas implantée dans cette région glacée, et la navigation y étant difficile, c’est à l’armée de l’air qu’il incombe d’assurer la défense de la zone, indique Vladimir Evseev, directeur du Centre de recherches sur les politiques publiques :

 

« Je ne pense pas que nous devions nous attendre à des actions armées de grand ampleur dans la zone de l’Arctique. Mais tous nos voisins et nos partenaires doivent comprendre que la Russie serait prête, s’il le fallait, à défendre sa position dans la région. Imaginons que la Russie fasse l’objet d’une attaque aérienne ou par missile : il est clair que dans le cas, par exemple, d’un affrontement avec les Etats-Unis, les missiles viendraient précisément du nord, c'est-à-dire de la région polaire. Il en irait de même pour les avions, les bombardiers stratégiques par exemple, puisque c’est le trajet le plus court. C’est pourquoi il est important pour la Russie de contrôler la zone de l’Arctique. »

 

À l’époque de l’URSS, des centres de défense antiaérienne et des postes de commandement de l’aviation de combat étaient installés sur tout le littoral septentrional du pays. Cependant, la majorité d’entre eux a été abandonnée dans les années 1990. La zone arctique est devenue très vulnérable. Dans le contexte géopolitique actuel, avec l’intérêt croissant de différents pays pour les ressources naturelles du plateau arctique, cette situation est inacceptable, souligne Vladimir Evseev :

 

« Le renforcement du contrôle de la Russie sur l’espace aérien dans la zone arctique est motivé en premier lieu par le fait que l’exploitation de diverses ressources sur le plateau continental a commencé de façon active, mais également par l’augmentation du trafic maritime sur la route du nord. Beaucoup d’Etats, qui ne sont d’ailleurs pas tous riverains de l’océan Arctique, montrent un intérêt pour la zone. On y constate des tentatives d’entrée illégale, en particulier de la part des Etats-Unis. La Russie ne doit donc pas se contenter d’affirmer ses droits sur le plateau continental mais doit également pouvoir garantir la sécurité dans cette zone. »

 

Ces derniers temps, la présence en Arctique des forces armées de l’OTAN a été de plus en plus fréquente. En particulier, en 2012, l’Alliance a conduit au nord de la Norvège l’exercice « Cold Response » avec la participation de 16 000 militaires de 16 pays. Des forces aériennes et navales ont été engagées. En mars 2014, l’US Navy a effectué l’exercice « Ice Exercise », au cours duquel un camp a été établi sur la banquise. Des sous-marins ont pris part aux exercices.

 

La Russie revendique une partie du plateau continental, qui inclue les dorsales de Mendeleïev et de Lomonossov. Pour la fin de l’année 2014, les chercheurs doivent rassembler les preuves que ces dorsales constituent bien un prolongement du plateau continental de la Russie, et adresser à l’ONU une requête sur l’extension de la juridiction russe. Au mois de mars de cette année, la commission de l’ONU statuant sur les limites du plateau continental a reconnu qu’une partie de la mer d’Okhotsk, d’une surface de 52 000 mètres carré, était russe.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories