Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:45
Uganda says Seleka now its enemy as it hunts LRA in Central African Republic

 

02 July 2014 defenceWeb (Reuters)

 

Seleka fighters in the CAR.Uganda's army said on Tuesday the mainly Muslim Seleka group in Central African Republic was now its enemy as the fighters were "in bed" with the Lord's Resistance Army (LRA) rebels they are hunting there.

A spokesman for the Ugandan army said its forces in CAR had clashed for the first time with Seleka, killing 12 and suffering one casualty. A Seleka official told Reuters on Monday that 15 of their fighters and three Ugandan soldiers were killed.

"Seleka had never tasted our fire. I think it was important that they taste our fire so that they are careful," Paddy Ankunda, spokesman for Uganda People's Defence Forces (UPDF) said, when asked about clashes on Sunday and Monday in CAR.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:45
Denel Dynamics poised for growth

 

03 July 2014 by Guy Martin - defenceWeb

 

Denel Dynamics is poised for growth.Missiles and aerospace house Denel Dynamics plans to nearly double is revenue over the next five years to nearly R2 billion and will do so in part by investing in new products and growing skills.

 

Denel Dynamics is hoping to achieve revenue of R1.8 billion for 2019 and R152 million in earnings before interest and tax (EBIT), compared to revenue of R999 million in 2013 and EBIT of R21 million (EBIT for 2012 was R40 million, according to Denel's 2013 annual report). Speaking at Denel Dynamics' recent Show and Tell, Dynamics CEO Tsepo Monaheng estimated that Denel Dynamics would grow by an average 12% year-on-year in the next five years.

 

The company also seeks to grow the number of employees from 872 to 942 and increase investment in skills development by 50%. Monaheng said growing skills is a big challenge - one strategy is to design a Specialised Technical Training (STT) program for employees under age of 35. Monaheng said that there is a crisis situation regarding skilled employment, especially of young people.

 

He also cautioned that the competition is aggressive as major manufacturers in the industry are moving into Denel's traditional markets as their home markets dry up. He said that South Africa is looking up to Denel Dynamics to deliver on hi-tech systems and solutions. "South Africa should be the country of choice to partner and do business with, the continent is looking up to us for solutions," he said, adding that Denel Dynamics has to not only continue to develop products for the South African National Defence Force (SANDF) but also position to compete in the international market.

 

Developing products for the SANDF is especially important in light of the Defence Review, which expects Denel to be responsible for sovereign capabilities such as commander and control.

 

Part of Denel Dynamics' strategy going forward is to keep developing new technology and focus on research and development. Christo de Kock, Chief Operations Executive at Denel Dynamics, said it was necessary to evolve and change especially in light of the fact that six out of the ten major conflict areas in the world are in Africa.

 

He noted that conflicts are starting more quickly and lasting longer and that warfare is changing and becoming increasingly asymmetric. Cities are more frequently becoming battlegrounds while the nature of warfare is changing - for instance cyber warfare and economic warfare are on the rise while organised crime syndicates and cartels are having a destabilising effect on certain countries - the Mexican drug cartels are a good example.

 

As a result of these changes, certain requirements are emerging for things like unmanned aerial vehicles, unmanned ground vehicles, unmanned marine systems, static observation sensors, precision weapons, man-portable weapons, weapons with targeted warheads and precision target marking and engagement, de Kock said.

 

On the protection side, de Kock said that vehicles, bunkers, assets, convoys etc. require protection, both active and passive, such as counter-artillery, rocket and mortar munitions and IED jammers. Another requirement he identified was the need for stealth, particularly a stealth anti-tank missile to defeat countermeasures systems as well an infrared stealth for vehicles.

 

Denel Dynamics is delving into all these areas (unmanned systems, space, sensors, stealth, and precision weapons) through various projects, many of which are funded by Armscor and the Department of Defence.

 

De Kock said that it is important to establish a research facility to look at future needs and solutions and that Denel Dynamics will do that and prioritise effort based on the SANDF's needs.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:45
Somalie: combien de soldats américains?

 

4 juillet, 2014 – BBC Afrique

 

 

Les autorités des Etats-Unis ont pour la première fois divulgué des informations sur le nombre total de militaires américains en Somalie.

 

Des fonctionnaires à Washington ont expliqué à l'agence de presse Reuters qu'environ 120 soldats américains sont déployés dans le pays.

L'envoyé spécial de la BBC en Somalie a constaté la présence sur place de militaires américains engagés dans des opérations contre des insurgés d'al Shabab, organisation islamiste liée à al-Qaïda.

 

 

Suite de l'artilce

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:20
Boeing receives contract for more Super Hornets and Growlers

 

July 1, 2014 by David Pugliese

 

The F/A-18 and EA-18G Program Office (PMA-265) announced today a contract award to Boeing for 44 F/A-18 Super Hornet and EA-18G Growler aircraft over the next two years, according to U.S. Naval Air Systems Command.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:20
USAF Releases Reaper UAV Accident Report

 

July 1, 2014 defense-unmanned.com

(Source: US Air Force; issued July 1, 2014)

 

MQ-9 Reaper Accident Report Released

 

LANGLEY AFB, Va. --- A series of system malfunctions led to the crash of an MQ-9 Reaper into Lake Ontario, New York, Nov. 12, 2013. The crash occurred approximately 35 miles southwest of Fort Drum, New York according to an Air Combat Command Accident Investigation Board report released today.

 

The mishap aircraft and mishap aircrew were assigned to the 17 4th Attack Wing, Hancock Field Air National Guard Base, New York. The aircraft, valued at $10.6 million, was destroyed on impact; there was no damage to private property.

 

After the MQ-9 departed Wheeler-Sack Army Airfield, New York, for the Oswego

Military Operating area to conduct a routine tra ining mission, control of the MQ-9 was turned over from the launch recovery element (LRE) aircrew to the mission control element aircrew (MCE) at Hancock Field. During the training mission, the MCE aircrew noticed a series of warnings indicating a partial failure in the MQ-9's onboard GPS and inertial navigation system.

 

In response, the MCE aircrew at Hancock Field initiated the appropriate emergency checklist and informed the LRE aircrew of the situation. While the MCE aircrew was in the process of returning the MQ-9 to Wheeler-Sack Army Airfield, the aircraft lost link with the MCE aircrew and began to fly its pre programmed contingency return-to-base flightpath on its own. This pre-programmed flightpath allows the aircraft to return to base via a series of waypoints designed to safely avoid populated areas and potential obstructions.

 

The MCE aircrew followed the checklist instructions and disabled their command link to the aircraft to enable the LRE aircrew to attempt to gain control. While the LRE aircrew was initiating the link through their ground data terminal transmitter, the MQ-9 suffered an additional failure in its GPS and inertial navigation system. A few seconds later, the aircraft began an autopilot turn to the right that inverted the aircraft and eventually led to an unrecoverable flat spin. Shortly thereafter, the MQ-9 impacted Lake Ontario and was destroyed.

 

The accident investigation board president found by clear and convincing evidence that the cause of the aircraft crash was multiple failures within the MQ-9's GPS and inertial guidance system, in conjunction with that system passing invalid flight control data to the aircraft's autopilot system.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 07:20
Textron’s new Scorpion light strike aircraft being prepared for first transatlantic flight

 

July 1, 2014 David Pugliese

 

Textron AirLand, LLC, a joint venture between Textron Inc. and AirLand Enterprises, LLC, has announced that its Scorpion aircraft is progressing on schedule toward a July departure from McConnell Air Force Base in Kansas to England, according to a news release from the companies.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 21:45
Serval : point de situation du 3 juillet

 

03/07/2014 Sources : EMA

 

Les effectifs de la force Serval sont de l’ordre de 1 600 soldats. Au terme d’un cycle des relèves qui s’est achevé il y a une dizaine de jours, le dispositif français reste inchangé. La compagnie d’infanterie de l’opération Licorne qui avait renforcé la force Serval durant la période de relèves a rejoint Abidjan le 29 juin (seul un peloton d’une vingtaine de militaires du RICM est toujours présent à Gao).

 

Les effectifs de la MINUSMA (ONU) sont de plus de 8 000 hommes. Ceux des forces armées maliennes sont de plus de 7 000 hommes.

 

Dans le domaine des opérations aériennes, les quinze derniers jours ont été marqués par une moyenne de 50 sorties air, dont une quinzaine de missions réalisées par les avions de chasse, autant de missions de ravitaillement et de renseignement, et une vingtaine de missions de transport.

 

Depuis les événements de Kidal à la fin du mois de mai, la situation malienne est marquée par un tempo avant tout politique.

 

S’agissant d’EUTM Mali, la formation du cinquième bataillon malien a débuté le 10 juin à Koulikouro. Dans le même temps, EUTM Mali a achevé le stage de maintien en conditions opérationnelles du premier bataillon dont elle avait assuré la formation initiale en 2013 (bataillon Waraba).

 

Les DLAO des forces françaises continuent d’accompagner les formations de l’armée malienne et de la MINUSMA. Du 21 au 23 juin, deux DLAO ont été engagés dans une mission de reconnaissance dans la région d’Ikadaouten au nord de Tessalit. Au-delà de la reconnaissance, cette opération a permis d’aller à la rencontre de la population et des autorités locales, ainsi que de délivrer une aide médicale.

 

Les DLAO des forces françaises continuent d’accompagner les formations de l’armée malienne et de la MINUSMA. Du 21 au 23 juin, deux DLAO ont été engagés dans une mission de reconnaissance dans la région d’Ikadaouten au nord de Tessalit. Au-delà de l’aspect purement militaire de la reconnaissance, cette opération a permis d’aller à la rencontre de la population et des autorités locales, ainsi que de délivrer une aide médicale.

Serval : point de situation du 3 juillet
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 21:35
More RAF Reapers Take To The Skies

 

03 July 2014 Royal Air Force

 

The RAF’s newest Reaper remotely piloted aircraft have begun operations in Afghanistan.

 

Pictures released today show additional Reaper aircraft flying from Kandahar Airfield to gather vital intelligence in support of Afghan, UK and ISAF coalition forces on the ground.

 

The deployment of five new Reapers means there are now twice as many in Afghanistan operating alongside the Army’s Hermes 450. These aircraft provide real-time, life-saving video to ground commanders, which will continue to be vital to allied efforts to secure internal security in Afghanistan as we draw down allied forces from the country this year.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 21:30
L'Arabie Saoudite renforce ses frontières avec l'Irak

 

03-07-2014 Clarence Rodriguez correspondante à Riyad – RFI

 

L’Arabie Saoudite, inquiète du chaos chez son voisin l’Irak et de la poussée de l’Etat islamique, déploie 30 000 militaires à la frontière irakienne, selon la chaîne saoudienne Al-Arabiya ce jeudi 3 juillet.

 

Lire l’article

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 20:55
FREMM Normandie - photo DCNS

FREMM Normandie - photo DCNS

 

03.07.2014 par Vincent Lamigeon - Supersonique

 

C’est désormais une quasi-certitude : Hervé Guillou, ancien de la filiale défense d'Airbus Group, devrait succéder fin juillet à Patrick Boissier à la tête de DCNS, le champion français du naval de défense (3,36 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013, 13.600 salariés). Le PDG laisse à son successeur un groupe en bonne santé, qui affiche 13,2 milliards d’euros de carnet de commandes et une hausse de 40% de son chiffre d’affaires en quatre ans. Mais le chemin reste encore long pour assurer définitivement l’avenir du groupe. Si l’aspect capitalistique, avec la prise de contrôle ou non par Thales, est du ressort de l’Etat actionnaire et pas du PDG de DCNS, celui-ci ne manque pas de chantiers à mener. 

 

Revue de détail en quatre points.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 20:45
photo EMA

photo EMA

 

02 July 2014 by Simon Allison, ISS Africa  Consultant

 

In 2014, Mali has fallen off most news agendas, replaced by more urgent and potentially more devastating conflicts in South Sudan and Central African Republic.

 

For Mali, however, there is some comfort in the relative obscurity, which is also a recognition that things maybe aren’t so bad anymore. The dire predictions made in 2012 and early 2013 about what would become of Mali have not come to pass. There is a democratically elected government in place, once again; a ceasefire still holds in the restive north, albeit only just; and the humanitarian situation, while still poor, is not actively deteriorating.

 

After 2012’s rebellion, civil war, military coup and de facto secession of the north – it truly was Mali’s annus horribilis – the country has achieved some form of stability. Yes, it is tenuous. Yes, it is only maintained thanks to the presence of thousands of French, European and African peacekeepers. But it exists – and for this Mali has the French to thank.

 

Vive la France! Operation Serval, the unilateral French military intervention launched in January 2013 as Islamist rebels were advancing on Bamako, was well-timed. It almost certainly prevented the collapse of Mali’s central government, and the consequent imposition of strict Islamic law on most of Mali’s population. It also staved off the probability of even more conflict between the various Islamist groups jostling for power, and ensured access for aid agencies working to alleviate the humanitarian crisis. Malian authorities were so grateful for France’s efforts that they gave French President Francois Hollande a prize camel to show their appreciation – and even replaced it a year later, after the original found its way into a delicious tagine.

 

Since the intervention, there have been several encouraging developments. Although still active, none of the three major Islamist groups are anything near as influential in Mali as they were two years ago. Forced out of major towns, they have been reduced to hit-and-run attacks or, in the case of al-Qaeda in the Islamic Maghreb, have decided to focus instead on other targets in the region.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 17:55
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

03/07/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le futur mariage entre les deux groupes spécialisés dans l'armement terrestre pose un certain nombre d'interrogations : rationalisation de l'outil industriel, exportations, co-management, stratégie de l'Etat français.

 

Après plusieurs années de flirt entrecoupées de période d'éloignement, les deux groupes spécialisés dans l'armement terrestre, Nexter et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) ont enfin décidé de se lancer dans des fiançailles. Un succès personnel pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui s'est très impliqué dans ce dossier. Pour autant, ce rapprochement franco-allemand qualifié d'"historique" au ministère de la Défense, ne peut absolument pas être comparé à la création en 2000 d'EADS, tant les perspectives de l'aéronautique civile étaient alors excellentes.

Ce qui n'est pas vraiment le cas des perspectives de l'armement terrestre, un secteur extrêmement concurrentiel avec l'arrivée d'acteurs de pays émergents et en déclin en Europe en raison de la baisse continue des budgets de la défense. Cela pose bien sûr quelques questions. Pourquoi les deux groupes ont-ils pris autant de temps avant de concrétiser une idylle qui paraissait pourtant logique à tous les observateurs ? Est-ce donc un mariage à risques tant les deux groupes se ressemblent ? Ce rapprochement sera-t-il créateur de nouveaux marchés, et donc d'emplois ? Très clairement, est-ce que un plus un fait deux, voire trois comme cette opération a été vendue à l'opinion publique ?

Autant de paris et d'interrogations laissés en suspens... Car les conséquences ne seront visibles pour la plupart que dans cinq à dix ans. Mais qui alors s'en souviendra ?

 

1/ Beaucoup de doublons dans les programmes

A l'exception de ses activités munitions, tous les grands programmes de blindés de Nexter ont dû un jour ou l'autre affronter la très (trop ?) forte concurrence des produits de KMW, estampillés "Made in Germany". Un logo qui impose à lui seul le respect aux clients dans le secteur des blindés quand Berlin en autorise l'exportation. En son temps, le Leclerc s'est frotté aux différentes versions du char de combat Leopard, qui in fine a survécu à la compétition contrairement au char français, aujourd'hui rangé des voitures. Le Leclerc est aujourd'hui proposé d'occasion à l'exportation.

Le blindé à roues VBCI (8x8), l'un des espoirs de Nexter à l'exportation mais jusqu'ici assez vain, se retrouve souvent face au Boxer de KMW. Le véhicule de transport de troupes tout-terrain à quatre roues motrices, l'Aravis, qui a remporté un succès à l'exportation (Arabie Saoudite), est quant à lui confronté au Dingo. Enfin dans l'artillerie, KMW, plutôt absent de ce segment de marché, oppose toutefois au Caesar, l'un des best-sellers de Nexter à l'export (Arabie Saoudite, Thaïlande et Indonésie), son PzH 2000 allemand (Grèce et Qatar), un redoutable rival.

Et demain quelles seront les centres de recherches et les usines qui développeront et fabriqueront les prochains programmes dans la future société intégrée ? Les blindés aux Allemands et les munitions et artillerie au Français ? D'ici là, une fois la société commune créée en avril, les deux industriels choisiront le meilleur produit qui répond le mieux aux besoins du client. Une première rationalisation devrait rapidement intervenir parmi les sous-traitants des deux donneurs d'ordres. Les deux groupes vont très rapidement développer des synergies, notamment en mettant en commun les achats et la Recherche & Développement (R&D). Au ministère de la Défense, on parle même de "massification" des achats pour donner plus de poids vis-à-vis de la sous-traitance.

 

2/ La France impressionnée par les succès à l'export de KMW mais...

L'une des raisons majeures de ce rapprochement, en tout cas côté français, ce sont les succès à l'exportation de KMW notamment des chars Leopard, qui inspirent le plus grand respect à la plupart des responsables français. Des succès qui impressionnent jusqu'à la direction générale de l'armement (DGA) qui n'a pourtant pas la réputation de s'enflammer facilement. En 2011, KMW avait réalisé 80 % de son chiffre d'affaires à l'exportation. Nexter bénéficiera donc du réseau commercial de son partenaire "sans commune mesure avec le sien", reconnait-on au ministère de la Défense. KMW a vendu 3.400 chars Leopard, alors que Nexter n'a placé que quelque 800 chars Leclerc, une moitié en France et l'autre, à perte, aux Emirats Arabes Unis.

Mais la presse allemande est un peu plus critique sur les succès de KMW à l'export souvent entachés d'irrégularités. Selon "Manager Magazin", l'entreprise familiale pourrait par exemple écoper d'une amende de 400 millions d'euros dans le cadre d'une vente de 170 chars Leopard à la Grèce dans les années 2000. La justice grecque enquête sur des pots-de-vin dans le cadre de ce contrat.

Surtout, certaines des ventes à l'exportation de Krauss-Maffei Wegmann, notamment celle au Qatar (62 Leopard + 24 PzH 2000 pour 1,9 milliard d'euros), sont en grand danger. Elles sont suspendues par le nouveau ministre de l'Economie, Sigmar Gabriel, qui se montre très réticent sur ces ventes. Déjà, une vente de 200 Leopard A7 en Arabie Saoudite a été bloquée par Berlin. Dans le magazine allemand "Stern", il avait notamment déclaré en début d'année que l'Allemagne allait renforcer le contrôle des exportations d'armes.

"Je suis d'accord avec Helmut Schmidt : c'est une honte que l'Allemagne soit parmi les plus importants exportateurs d'armes du monde, avait-il alors expliqué. En particulier, les armes légères deviennent simplement les armes de la guerre civile. Alors les choses doivent changer. C'est pourquoi, je suis en faveur d'une politique restrictive en ce qui concerne les exportations d'armes".

"Si les armes sont livrées dans les mauvaises régions, cela peut s'avérer un commerce meurtrier", avait estimé Sigmar Gabriel, tout en comprenant l'argument qui dit qu'un cadre plus strict pour les exportations d'armes pourrait coûter des emplois. "Pas d'armes dans les pays où une guerre civile est financée. Par ailleurs, nul ne devrait vendre d'armes à des régimes iniques", avait-il rappelé. Si elles étaient confirmée par le ministre, ces mesures risqueraient d'amoindrir la force de frappe de KMW à l'exportation.

KMW a-t-il alors accepté cette opération avec Nexter pour mieux contourner les règles trop strictes de Berlin en matière d'exportation ? Dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian, on dément fermement. "Jamais les Allemands n'ont pris prétexte de cette opération pour contourner leur processus d'exportation", explique-t-on. Et de rappeler que la France ne faisait pas n'importe quoi en matière d'exportation et de sous-entendre que Sigmar Gabriel ne serait pas non plus éternel au poste de ministre de l'Économie.

En Allemagne, on estime qu'un tel rapprochement n'exonèrerait pas KMW de soumettre ses exportations aux autorités allemandes. D'autant que Berlin a l'intention de se montrer plus regardant en la matière après une forte hausse des ventes de matériel à des pays du Golfe et non alliés ces dernières années.

 

3/ L'Etat français va-t-il s'exonérer de son devoir vis-à-vis de Nexter ?

"Confier" les exportations des matériels de Nexter à la puissance de KMW, c'est aussi une façon de réduire la dépendance du groupe français aux coupes du budget de la défense français. Jean-Yves Le Drian "sait bien que l'entreprise Nexter telle qu'elle est aujourd'hui peut être fragilisée au moindre à-coup budgétaire", souligne-t-on dans son entourage. C'est bien mais cela ne doit pas pour autant entraîner de nouvelles baisses des commandes de l'Etat en faveur du groupe français et plus tard de la nouvelle entité dans un contexte budgétaire contraint et toujours aussi incertain. Car jusqu'ici les industriels présents dans l'armement terrestre, qui n'est "pas un secteur de souveraineté stratégique pour la France" comme l'explique le ministère, ont été sacrifiés sur l'autel des arbitrages budgétaires de l'Hôtel de Brienne.

Au sein du ministère de la Défense, on assure que le programme Scorpion, crucial pour Nexter ainsi que la filière de l'armement terrestre (5 milliards sur une dizaine d'année, dont 1 milliard dans l'actuelle loi de programmation militaire), sera notifié dans les prochaines semaines. Avec le programme Scorpion, pourtant déjà sérieusement raboté par la nouvelle LPM, Nexter devrait empocher environ la moitié des 5 milliards d'euros, selon le ministère, pour le développement et la fabrication de 2.080 véhicules blindés multirôles (VBMR), un véhicule 6x6 de 18-19 tonnes, et de 248 Engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC).

 

4/ Armements terrestres : est-ce une filière stratégique ou pas ?

La filière de l'armement terrestre est-elle un secteur de souveraineté nationale pour la France ? Non, si on écoute le ministère de la Défense, qui souhaite acheter sur étagère tout ce qui est camions militaires notamment. Et prochainement les fusils d'assaut pour l'armée française. Pour exemple, le groupement franco-italien Iveco et Soframe, filiale du groupe Lohr) a déjà été retenu pour l'attribution des 2 marchés PPT (porteurs polyvalents terrestre), une famille de camion militaire. "On sait acheter à l'étranger", glisse-t-on au ministère.

Mais, en même temps, le programme Scorpion a été verrouillé par le ministère de la Défense en invoquant l'article l'article 346 du traité européen. La DGA a opté pour une consultation restreinte envoyée aux trois champions français de l'armement terrestre. Elle s'est retranchée derrière l'article 346, qui permet à un pays de  privilégier son industrie sous couvert d'enjeux de souveraineté nationales.

Pourquoi l'article 346 alors que le secteur n'est pas un enjeu de souveraineté nationale ? "On met Scorpion à part", affirme-t-on au ministère. Car, explique-t-on, ce programme représente l'intégralité de l'équipement de l'armée de terre et touche certains secteurs de souveraineté nationale comme la vétronique, la cryptologie, les liaisons de données...". La vétronique est un enjeu pour les véhicules militaires permettant d'avoir à bord une architecture centralisée des systèmes d'information et de contrôle. Cette évolution importante dans la centralisation des ressources électroniques et informatique nécessite des calculateurs embarqués puissants et compacts.

Enfin, l'Etat souhaite détenir "une action spécifique" (golden share) dans la future société commune entre Nexter et KMW pour protéger les activités stratégiques (systèmes d'armes et activités munitionnaires). L'Etat pratique-t-il un double langage ou reste-t-il simplement pragmatique dans la gestion des dossiers de la filière armement terrestre au risque de brouiller sa stratégie ?

 

5/ Les risques du co-management

Nexter et KMW vont devoir passer l'étape de la coprésidence (Philippe Burtin et Frank Haun) pendant plusieurs années. Une étape qui sera compliquée dans la gestion du groupe. Ce sera donc aux deux hommes à la tête du groupe de s'entendre parfaitement et de définir avec précision les règles du jeu. Ce sera bien sûr comme souvent une question de "feeling" et d'affectio societatis, surtout à ce niveau de responsabilités. Mais l'Etat français devrait quand même mettre un cierge pour que la coprésidence du futur groupe ne dérape pas à l'image de celle des premières années d'EADS. Un très, très fâcheux précédent qui a failli se finir par un désastre...

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 17:35
Asie du Sud Est : le chef d’état-major de la marine en visite officielle au Vietnam

 

 

3 Juillet 2014 Source : Marine nationale

 

L’amiral Bernard Rogel s’est rendu au Vietnam, région d’Asie placée au cœur des nombreux enjeux maritimes actuels du 24 au 27 juin. La France a conclu avec ce pays émergent un partenariat stratégique le 25 septembre 2013, année du quarantième anniversaire de la reprise des relations diplomatiques entre nos deux pays. Cet accord doit permettre le renforcement de la relation franco-vietnamienne dans de nombreux domaines, notamment politique, économique, culturel et de défense.

 

Dans ce contexte, la coopération bilatérale entre nos deux marines revêt une importance réelle. Elle s’appuie sur un dialogue militaire ancien, avec la mise en place d’un attaché de défense français dès 1991, et des escales de bâtiments de la marine nationale qui se succèdent à un rythme régulier.

 

Cette coopération a été poursuivie à haut niveau par la visite officielle du CEMM qui s’est rendu au quartier général des forces navales à Haiphong, où il a été reçu par son homologue, l’amiral Nguyen Van Hien. Les discussions ont notamment porté sur les revendications des pays riverains en mer de Chine du Sud (mer de l’Est pour les Vietnamiens) et sur la nécessité d’encourager la consolidation de la paix dans la région sur la base du droit international, de la coopération et de la négociation de bonne foi.

 

Ces entretiens se sont poursuivis par un déplacement au centre de commandement de surveillance côtière, une présentation de l’état-major des gardes côtes et une visite de l’un de leurs patrouilleurs. Le 26 juin, à Halong, l’amiral Rogel s’est également entretenu avec le commandant de la première région maritime et a pu visiter la brigade 170, composée essentiellement de patrouilleurs lance-missiles de type OSA II.

 

De retour sur Hanoi, le CEMM a enfin été reçu par le vice-ministre de la défense vietnamien, le général de corps d’armée Nguyen Chi Vinh qui lui a confirmé que la montée en puissance de la marine populaire vietnamienne était au cœur des priorités de défense actuelles de son pays. Cette évolution souligne, si besoin en était, l’importance stratégique croissante de la mer de Chine méridionale, riche en ressources naturelles et traversée par certaines des voies de communication maritime les plus empruntées au monde.

Asie du Sud Est : le chef d’état-major de la marine en visite officielle au Vietnam
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:55
Inauguration de l'suine de démilitarisation à Bourges (crédits G Belan)

Inauguration de l'suine de démilitarisation à Bourges (crédits G Belan)

 

3 juillet, 2014 Guillaume Belan (FOB)

 

La cérémonie d’inauguration d’hier près de Bourges de la nouvelle usine de démilitarisation de MBDA revêt d’importants enjeux, pas seulement pour MBDA, mais pour la souveraineté nationale. Avec ces installations, la France se dote enfin d’une filière qu’elle ne possédait pas : pouvoir démanteler ses armements les plus sensibles, c’est à dire contenant des technologies protégés par le secret défense, un objectif par ailleurs fixé dans la LPM. C’était tout l’enjeu de la demande de la France, qui est passé par l’OTAN pour attribuer à MBDA ce contrat en 2011 :  la démilitarisation de 36 000 munitions complexes, permettant à MBDA de financer en partie ces nouvelles installations. L’industriel qui a gagné ce contrat a dû mettre de sa poche pour se doter de cette nouvelle compétence somme toute naturelle : au total les investissements ont représenté 12 millions d’euros, dont 75% financés par le missilier européen.  Il faut reconnaître que  pour MBDA l’occasion était trop belle pour ne pas s’y engouffrer : étendre son activité missile sur un domaine dans la continuité de ses compétences (fin de vie de ses missiles) et surtout très alléchant: le traitement des éléments pyrotechniques, et pas seulement défense. Que l’on pense à tous les équipements airbag, fusées de détresse, petites munitions diverses… Aujourd’hui MBDA s’offre des installations de retraitement efficaces et modernes pour pouvoir démanteler tous les équipements pyrotechniques. Tandis que la France et ses clients exports peuvent êtres sereins pour la fin de vie en toute sécurité de leurs armements les plus sensibles.

 

Bien que l’inauguration ait été faite hier, les usines fonctionnent déjà depuis un mois, et MBDA va avoir achevé le contrat attribué par la NSPA (Nato Support and Procurement Agency, ex-NAMSA) avant le terme de 2018, fixé par la convention d’Oslo pour le traitement des armes à sous-munitions.

 

Parmi ces 36 000 munitions, MBDA aura démilitarisé 1000 missiles AS30Laser, Super 530 et Magic 2, 14 000 obus Ogre, des petites munitions d’artillerie et 22 000 roquettes LMRS, bien que pour cette dernière, ce soit un sous-traitant italien, spécialisé dans les LMRS et moins cher, qui s’en charge. Contrat donc rempli pour MBDA qui doit impérativement décrocher de nouveaux contrats d’ici l’année prochaine pour faire tourner son usine : « des discussions sont en cours avec d’autres clients, pas seulement militaires » assurait confiant Antoine Bouvier, le PDG de MBDA hier.

 

 

démontage d'un missile (crédits G Belan)

démontage d'un missile (crédits G Belan)

 

Les étapes de la démilitarisation

 

Les installations de MBDA, proches de Bourges, sont toutes neuves et équipées pour assurer le maximum de sécurité, notamment pour l’environnement et sont en mesure de traiter 2500 tonnes par an. Bien que fonctionnant depuis juin, elles sont toujours en processus de qualification qui devrait être achevé à la rentrée estivale. L’usine doit pouvoir démilitariser tous les missiles de sa gamme. Ce processus devra fixer les limites et les cadences que pourront atteindre l’usine. La première étape est le démontage des missiles, soit sa décomposition en sous-ensembles de l’armement. 3 à 4 missiles peuvent être démontés par jour tandis que les éléments électroniques sensibles sont envoyés à un partenaire lyonnais pour être broyés. Ensuite le propulseur, élément le plus sensible du missile (la charge militaire n’est pas traitée par MBDA qui la confie à un partenaire norvégien) est découpé par un jet d’eau haute pression (eau plus abrasifs) en tronçons de 3 kg maximum. A titre d’exemple, un missile Magic est découpé ici en 45 minutes en une dizaine de tronçons. Ces éléments passent ensuite dans une chambre à combustion pour un traitement thermique. A 500° toutes les parties pyrotechniques s’enflamment dans un four sécurisé. Les gaz sont recueillis et traités par un processus chimiques dans un bâtiment réhabilité pour cette fonction. L’ensemble de ce processus est étroitement surveillé par des caméras et capteurs. Et si toutes les capacités ne sont aujourd’hui pas assurées par MBDA qui s’est entouré de partenaires, l’industriel ne s’interdit pas de développer sa nouvelle filière. Avec ces installations, MBDA devient un nouvel opérateur de référence parmi les grands de ce secteur, et surtout le seul en France.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:50
Industry leaders gather to celebrate Royal Navy's new carrier

HMS Queen Elizabeth at the dockyard in Rosyth - Picture Aircraft Carrier Alliance

 

2 July 2014 Ministry of Defence, Defence Equipment and Support and The Rt Hon Philip Hammond MP

 

The Defence Secretary has thanked the defence industry for their help in building the Royal Navy's new aircraft carrier.


 

Speaking at an event ahead of the HMS Queen Elizabeth naming ceremony this Friday, Philip Hammond told more than 200 business leaders that the sector should be proud of its work on the biggest ship ever built for the Royal Navy. HMS Queen Elizabeth is also the biggest ship in Europe and the largest outside the US fleet.

In his speech to the Institute of Directors, the Defence Secretary thanked the tens of thousands of workers who have been involved in constructing the aircraft carrier at shipyards and companies across the UK.

The 65,000-tonne vessel will be christened this week by Her Majesty The Queen during a ceremony at the dockyard in Rosyth, near Edinburgh, where she has been assembled.

HMS Queen Elizabeth under construction at Rosyth dockyard
HMS Queen Elizabeth under construction at Rosyth dockyard in Scotland (library image) [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

Mr Hammond said:

The engineers, designers, steel-cutters, welders, plumbers, electricians, software writers and the many other trades that are required to build complex warships, from Rosyth to Appledore, from the banks of the Clyde to the shores of the Solent; together they have demonstrated what a united Britain can accomplish.

As a warship in service, she will not just be a military capability but a giant floating advertisement for the high calibre of Britain’s manufacturing and industrial base. The Queen Elizabeth will demonstrate that not only can we punch above our weight militarily, but also that we have the skills and ingenuity in this country to rival any in the world.

For half-a-century, she will be an enduring symbol of our commitment to play a leading role on the global stage. Those who have worked on this great vessel should take great pride. They have not just built a new flagship of the Royal Navy, but a flagship for the nation.

The forward island section of HMS Queen Elizabeth leaving Portsmouth Naval Base
The forward island section of HMS Queen Elizabeth leaving Portsmouth Naval Base (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Dave Jenkins, Crown copyright]

During the event, the first commanding officer of HMS Queen Elizabeth, Captain Jerry Kyd, was presented with a bottle of Scottish whisky that will be used to christen the vessel on Friday.

The bottle of Islay malt whisky, from the first distillery the Queen visited in 1981, will replace the more traditional champagne, reflecting the fact that the ship has been assembled in Scotland.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:50
SEDE Draft agenda -  7 July 2014


source Subcommittee on Security and Defence
 

Monday 7 July 2014, in Brussels

 

Opening of the meeting with the provisional Chair

 

1.        Election of the Chair

With the newly elected Chair

2.        Election of the Vice-Chairs

3.        Confirmation of the calendar of meetings for the remainder of 2014

4.        Communications by the Chair

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:45
Washington reconnaît la présence de militaires US en Somalie (médias)

 

MOSCOU, 3 juillet - RIA Novosti

 

Des conseillers militaires américains opèrent en secret en Somalie depuis 2007, rapportent jeudi les agences occidentales citant des sources au sein de la Maison Blanche.

 

Selon les médias, à l'heure actuelle, environ 120 militaires américains se trouvent en Somalie sans prendre part aux combats. C'est la première fois que des responsables US reconnaissent une présence militaire américaine aussi importante en Somalie depuis la présidence de George W. Bush.

 

Les Etats-Unis ont l'intention d'accroître leur aide militaire à la Somalie pour aider ce pays à combattre l'insurrection islamiste d'Al Chabaab associée à la nébuleuse terroriste internationale Al-Qaïda.

 

Washington envisage également d'accorder plus de fonds à l'Armée nationale somalienne, après avoir coopéré pendant plusieurs années avec la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM). Il convient de rappeler que depuis 2007, les Etats-Unis ont débloqué 512 millions de dollars en faveur de l'AMISOM et 171 M USD pour la mise en place d'une armée professionnelle en Somalie.

 

La Somalie est plongée dans le chaos et la guerre civile depuis la chute du président Siad Barre en 1991 et la dislocation du pays qui a suivi. De nos jours, la Somalie n'existe pratiquement plus en tant qu'Etat uni. Le pays est partagé entre différentes factions hostiles, dont le mouvement radical al-Chabaab.

 

Reconnu par la communauté internationale comme l'unique organe de pouvoir légal, le Gouvernement fédéral de transition (GFT) ne contrôle que Mogadiscio et certaines régions environnantes, le reste du pays étant administré par des entités autonomes refusant de se soumettre aux autorités centrales.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:30
Prix de la Défense d'Israël : Une Révolution Dans les Blindés

 

17.06.2014 Israel Valley
 

Shimon Peres et le Ministre de la Défense Moshe Yaalon ont remis le Prix de la défense d’Israël, la récompense la plus prestigieuse dans le domaine de la défense, a une équipe conjointe de Rafael, de l’administration du ministère de la Défense pour la recherche et du Commandement des forces terrestres pour le développement du fameux " Coupe-vent ".

La cérémonie a eu lieu à la résidence présidentielle à Jérusalem en présence du chef d’état-major le lieutenant général Benny Gantz, le directeur général du ministère de la Défense Dan Harel et des responsables de l’industrie, de la défense et de la sécurité.

Le prix, décerné chaque année depuis 1958, est décerné à des individus ou a des équipes ayant développés des technologiques remarquables qui ont contribué à augmenter la sécurité d’Israël et de garder l’avantage sur le champ de bataille.

Le comité d’attribution, dirigée par le professeur Isaac Ben-Israël, a choisi cette année de décerner le prix pour le développement du système de défense actif qui est installé sur les chars et les véhicules blindés.

Le système innovant détecte et intercepte les missiles anti-char, c’est un système révolutionnaire car il rend les blindés quasiment invincible.

 

Source

 

Note RPDefense : Ce système ("windbreaker") est la version plus avancée du "Trophy" installé sur les chars israéliens dès 2009.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:30
HighTech - L’Unité “Hochen” de Communication de Tsahal

 

25.06.2014 IsraelValley Desk

 

Tous les téléphones de soldats opérant depuis les bases de l’armée israélienne, toutes les images apparaissant sur les écrans des guetteurs de Tsahal aux frontières du pays, toutes les radios utilisées par les commandants de bataillons afin de donner les ordres sur le champ de bataille, convergent vers un centre névralgique : l’unité “Hochen”, unité avancée de communication de l’armée israélienne mise en place depuis moins de 10 ans et sans qui l’armée ne peut pas se déplacer. Rencontre avec les commandants des trois bataillons.

 

Hochen est une unité de technologie militaire et opérationnelle avant tout. Elle est composée de trois bataillons qui offrent des services de communication uniques à l’ensemble de l’armée israélienne, que ce soit sur terre, dans les airs ou en pleine mer. Elle se charge également de relier l’Unité des Renseignements de Tsahal aux organismes politiques et sécuritaires du pays. “Hochen est une unité qui doit être opérationnelle 24h/24h, 7 jours sur 7 en fonction des besoins de Tsahal”, explique le lieutenant-colonel Omer Cohen, commandant du bataillon “Amorim” spécialisé dans les communications de Tsahal par satellite. “Chaque bataillon est en état d’alerte dès lors que Tsahal est en mouvement, que ce soit au nord, au sud ou au centre du pays. Nos horaires et notre manière de travailler sont très similaires à ce que l’on observe dans les unités de combat”, poursuit-il.

 

Les trois bataillons qui composent l’unité Hochen existaient déjà séparément dans Tsahal, mais ils ont été regroupés en 2004. “Si il y a 10 ans vous me demandiez quel est le lien entre ces trois bataillons, il m’aurait été probablement difficile de vous répondre”, explique le lieutenant-colonel Shlomi Maman, commandant du bataillon “Itanim” chargé de relier le pays en moyen de communication physique de Eilat jusqu’à la frontière avec le Liban.

 

“Avant l’arrivée des réseaux physiques et virtuels qui relient le grand corps complexe qu’est Tsahal, chacun travaillait de manière indépendante en son sein”, précise t-il. Aujourd’hui, l’ensemble de Tsahal est inter-connecté, depuis les centres de commandement jusqu’aux soldats sur le terrain. En 2013, l’armée israélienne a finalement terminé le programme de numérisation de l’armée de terre conçu pour mettre en place des systèmes de contrôle qui permettent de donner une image instantanée des forces de Tsahal et des forces ennemies dans une zone donnée. Avec la numérisation du champ de bataille, des acteurs comme l’unité Hochen ont eu de nouvelles responsabilités sur le terrain.

 

“Aujourd’hui, tous les moyens technologiques sont mis à disposition des combattants sur le terrain et aucune opération ne peut se dérouler sans notre intervention”, explique le lieutenant-colonel Omer Cohen. “Notre slogan est « partout où nous le souhaitons, par tous les moyens que nous avons », sur terre, dans les airs et en mer”.

 

Le lieutenant-colonel Cohen raconte que lors de l’Opération “Divulgation Totale” qui a permis en février dernier d’arrêter le Cargo KLOS-C rempli d’armes venues d’Iran à destination des terroristes de la bande de Gaza, l’unité Hochen à assurer les liens de communication avec les combattants partis en pleine mer à plusieurs kilomètres d’Israël. “Aujourd’hui, les moyens de communication ne s’arrêtent pas aux outils que nous avons à disposition (téléphones portables, ordinateurs, radios…), ils ont une place à part entière dans la programmation d’une opération”, explique le lieutenant-colonel Itzhak, commandant du bataillon “Tsameret”, responsable de tous les services de communication en lien avec l’état-major de Tsahal et les institutions gouvernementales.

 

“Auparavant, les commandants nous disaient qu’ils n’avaient pas besoin de notre aide, qu’ils se débrouillaient très bien seuls. Aujourd’hui, ils se rendent compte que sans les renseignements que nous leur apportons en temps réel sur le terrain ils n’ont pas l’image complète de la situation qui leur permet de prendre les décisions au bon moment. Nous sommes devenus un vecteur de prise de décision incontournable dans l’armée”, explique t-il.

 

“La révolution technologique qu’a connu la société civile n’a pas oublié le monde de l’armée”, note le lieutenant-colonel Maman. “Aujourd’hui, il n’existe pas un exercice militaire, pas une opération militaire ou une formation de soldats qui peut se dérouler sans l’engagement des technologies de pointe que nous déployons pour assurer la communication de l’armée”, conclut le lieutenant-colonel Maman.

 

En plus de faciliter la défense du pays dans l’espace physique, l’unité Hochen prépare l’armée israélienne à se tenir prête face aux cyber-attaques dont les menaces augmentent d’année en année. “Dans cette guerre, il faut toujours savoir innover car l’ennemi trouve toujours un moyen de contourner les protections”, explique le lieutenant-colonel Cohen. Tsahal a prit certaines mesures afin de se protéger et minimiser les risques de cyberattaques contre ses systèmes de communication. En 2011, l’armée israélienne a crée une division officiel de cyberdéfense. Une salle a été crée et fonctionne 24h sur 24 et 7 jours sur 7 afin de faire face aux nombreuses menaces contre le système. Des officiers de la Division de Cyberdéfense sont présents partout dans l’armée afin d’être prêts a relever les défis de la guerre de demain.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:20
4th of July Fireworks U.S. Navy Style

 

 

04.07.2014 U.S. Navy

 

Happy Independence Day, America. From your U.S. Navy.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:55
Grand meeting aérien du Centenaire du Bourget

 

2 juillet 2014 par Philippe Chetail – Aerobuzz.fr

 

Le Dimanche 13 juillet, Aéroports de Paris célèbre avec faste les 100 ans de l’Aéroport du Bourget. Cinq heures de spectacle vont rappeler les grandes étapes et les évènements qui ont marqué son histoire. En Guest Star, le Spirit of Saint Louis.

 

Le ciel du Bourget, qui tous les deux ans est le théâtre du plus grand Salon Aéronautique au Monde, va être, en marge de cet évènement, une nouvelle fois en fête pour célébrer le centenaire de l’aéroport. Un important meeting aérien, organisé par l’Aéro-Club de France et ADP en partenariat avec l’Armée de l’Air va réunir, le dimanche 13 Juillet, une cinquantaine d’avions de toutes les époques, dont la plupart ont écrit l’histoire de ce champ d’aviation, devenu au fil du temps le seul aéroport de Paris avant la construction d’Orly et l’ouverture de Roissy-Charles-de Gaulle.

 

Suite de l’article

La présentation du Rafale aux mains de Benoit Tao Planche est un grand moment d’adrénaline - photo Armée de l'Air

La présentation du Rafale aux mains de Benoit Tao Planche est un grand moment d’adrénaline - photo Armée de l'Air

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:55
Les innovations technologiques des PME françaises pour la Défense

La caméra Cat eye permet de voir avec une précision extrême, de jour comme de nuit - photo lheritier-alcen.com

 

2 juillet 2014 Véronique Moreau - RFI

 

Tous les deux ans, le salon Eurosatory accueille au parc des expositions de Villepinte, pas très loin de Paris, des centaines d'exposants et de visiteurs du monde entier spécialisés dans le domaine de la Défense. On y trouve de tout : des tenues de camouflage aux armes les plus sophistiquées, en passant par les tanks et les hélicoptères dernière génération. Dans cette immense foire militaro-industrielle, trois nouveautés ont retenu l'attention de notre reporter, Véronique Moreau : ces drôles d'objets ont en commun d'être fabriqués par des PME françaises et peuvent tout aussi bien servir sur un champ de tir que dans le civil.

 

Ecouter sur RFI

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:55
Évolution à la tête de DCNS

 

 

Paris, le mercredi 2 juillet 2014 - Ministère de la Défense

 

Michel Sapin, ministre des finances et des comptes publics, Arnaud Montebourg, ministre de l’économie, du redressement productif et du numérique, et Jean-Yves le Drian, ministre de la défense, prennent acte du départ à compter du 23 juillet 2014 de Patrick Boissier, Président- Directeur général de la société DCNS dont l’Etat détient 63,6% du capital via l’Agence des participations de l’Etat (APE).

 

Après cinq ans et demi à la tête de DCNS, Patrick Boissier a choisi d’anticiper son départ prévu à la fin de l’année 2014. Il donne ainsi les meilleures chances à son successeur d’engager sans tarder un nouveau cycle stratégique et de préparer DCNS à relever les défis qui s’offrent à la société pour les années à venir, tels que la croissance à l’export.

 

Le comité des nominations de DCNS, réuni ce jour, a recommandé au conseil d’administration la nomination d’Hervé Guillou. Composé de trois représentants des actionnaires (l’État et Thales) et d’un administrateur indépendant, le comité s’est appuyé sur un travail de sélection professionnel et approfondi effectué ces derniers mois. Au cours de ce processus, Hervé Guillou s’est distingué par sa motivation, sa connaissance du secteur naval et son expérience dans l’industrie de défense. La candidature d’Hervé Guillou sera soumise au conseil d’administration de DCNS du 23 juillet 2014. Si cette candidature est retenue, le conseil d’administration devra alors proposer au Président de la République la nomination par décret de M. Guillou en tant que Président-Directeur général de DCNS.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:55
Gilles Vergnaud photo ENSTA ParisTech

Gilles Vergnaud photo ENSTA ParisTech

 

2 juillet Aerobuzz.fr

 

À compter du 1er juillet 2014, Gilles Vergnaud prend les fonctions de directeur de la Formation et de la Recherche de l’ENSTA ParisTech. Il succède à Isabelle Tanchou, appelée à d’autres fonctions.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:50
UK - Tomahawk Block IV Torpedo Launched Land-Attack Missiles

 

Jul 2, 2014 ASDNews Source : Defense Security Cooperation Agency (DSCA)

 

The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to the United Kingdom for Tomahawk Block IV Torpedo Launched Land-Attack missiles and associated equipment, parts, training and logistical support for an estimated cost of $140 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on July 1, 2014.

 

The United Kingdom (UK) has requested a possible sale of up to 65 Block IV All-Up-Round Torpedo Tube Launched Tomahawk Land-Attack Missiles, containers, engineering support, test equipment, operational flight test support, communications equipment, technical assistance, personnel training/equipment, spare and repair parts, and other related elements of logistics support. The estimated cost is $140 million.

 

Read more

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories