Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:50
Successful LLAPI Testing

 

 

27.02.2014 MO SR - Jozef ŽIAK - Slovak Republic MoD

 

On 27 – 28 February, the project LLAPI (Low Level Air Picture Interface) was tested in the premises of the anti-aircraft rocket brigade Nitra, in the presence of the US Air Attaché Andrew Taylor and representatives of the Air Force HQ and company ALES Slovakia. The brigade Nitra hence reached interoperability with NATO partners. The LLAPI system allows to share the aerial situation, the next step will be sharing the tactical situation. In December last year, the testing was held in concert with the Czech armed forces. The members of the anti-aircraft rocket brigade Nitra hence met the condition which is a prerequisite to taking part in the international exercise Master Harmony to be held in October in the Czech Republic.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:45
Tchad : Immersion dans l’atelier de maintenance hélicoptère

 

15/04/2014 Sources : EMA

 

Le 1er  avril 2014, à N’Djaména, sur la base du détachement de l’aviation légère de l’armée de Terre (DETALAT) de la force Epervier, l’atelier de maintenance hélicoptère a ouvert ses portes pour une visite guidée.

 

A 7h00, le lieutenant Nicolas, chef du peloton maintenance aéronefs, a exposé le rôle du DETALAT présent au sein de la Force.  « La mission principale du DETALAT est d’assurer l’alerte SATER (alerte sauvetage terrestre). Concrètement, en cas de crash d’avions ou d’éjection d’équipage, il s’agirait de faire décoller un hélicoptère PUMA et de récupérer l’équipage de l’avion au sol. Pour ce faire, nous devons constamment avoir un hélicoptère opérationnel. »

 

Une équipe entière, en alerte permanente, permet aux hélicoptères présents à N’Djaména d’effectuer leurs missions dans les meilleures conditions. Une dizaine de spécialistes s’activent autour des appareils présents dans le hangar de maintenance : « Ici, nous avons des professionnels qualifiés, répartis dans plusieurs domaines de spécialité : cellule et moteur, avionique (radio communication & navigation et armement), contrôleurs et documentalistes techniques. Tous utilisent de l’outillage très spécifique. Tous ont un rôle bien défini et indispensable à la réussite des missions. En aéronautique, strictement rien ne s’invente et tout respecte des normes fixes. »

 

Ces opérations de maintenance sont minutieuses et réactives : « Quand une machine arrive dans notre hangar, elle est soit en visite préventive, soit en entretien curatif. Cette gestion demande une collaboration sans faille entre le chef d’atelier et le chef de piste. Nous devons constamment revoir notre disponibilité technique opérationnelle pour répondre au mieux aux besoins de la force. Après chaque opération de maintenance, il y a une succession de procédures avant de pouvoir délivrer le certificat de remise en service de l’aéronef. Rien n’est laissé au hasard, nous procédons toujours à un  double contrôle. »

 

Rigueur, goût pour les métiers techniques, esprit d'équipe et grande disponibilité sont les qualités premières de ces techniciens aéronautiques.

 

Les militaires de la force Épervier assurent deux missions permanentes : ils apportent un soutien aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes, conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad et sont en mesure de garantir, si nécessaire, la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:40
Le fusil de précision « Yalguzag » sera inclus dans un proche avenir à l’armement de l’Azerbaïdjan

 

14 Avril 2014 Rachad Suleymanov – APA.

 

Kuala Lumpu - Le fusil de précision « Yalguzag » fabriqué par le Ministère de l’industrie de défense de l’Azerbaïdjan inclura l’armement des structures militaires, le stand azerbaïdjanais au salon DSA 2014 a confié à l’APA.

 

Les tests du fusil en calibre 7.62 X 51 Nato ont été achevés.

 

« Yalguzag » a démontré de bons résultats. Le fusil de précision est maintenant prêt pour une utilisation pratique » a déclaré le conseiller du ministre de l'industrie de défense Azad Mammadov.

 

Ce fusil a attiré l'attention des forces militaires étrangères. L'arme fonctionne sur le principe de mécanisme à verrou.

 

« Yalguzag » a été équipé de viseur optique local.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:35
Australian DoD extends Hawkei testing and evaluation programme

A Hawkei vehicle undergoing testing at the Land Engineering Agency Proving Ground at Monegeetta, Victoria. Photo Scott McNaughton SMN / Commonwealth of Australia 2014.

 

15 April 2014 army-technology.com

 

The Australian Department of Defence (DoD) has extended the developmental testing and evaluation of the six Thales Hawkei prototype vehicles and trailer that were acquired under the Australian Defence Forces' (ADF) project LAND 121 phase 4 programme.

 

An unnamed DoD spokesperson was quoted by Shephard as saying that the risk-reduction activity will 'further reduce risk prior to a second-pass consideration by government, which is expected in 2015'.

 

The extension means that the option to acquire a non-Australian vehicle 'remains on hold' pending the outcome of the manufactured and supported in Australia (MSA) development contract, the spokesperson added.

 

Six Hawkei vehicles, including two utility variants, two command variants, two reconnaissance variants and one trailer, have been undergoing testing under the MSA contract at the Monegeetata Proving Ground in Victoria and other facilities since May 2013.

 

Testing has been completed on the integration of communications systems, mobility, survivability, payload, reliability, air and sea transportability, and user assessments by Australian soldiers, according to the spokesperson.

 

The $1.5bn project LAND 121 phase 4, known as overlander, aims to purchase up to 1,300 protected and unprotected light vehicles to help replace one-third of the Australian Army's existing Land Rover vehicle fleet.

 

Hawkei was selected by the DoD as a preferred choice for the light-protected vehicle in December 2011.

 

Manufactured at Thales's Bendigo facility in Victoria, the Hawkei is a 7t, 4×4 next-generation light-mobility vehicle designed to safeguard soldiers against improvised explosive devices (IED) and ballistic missiles.

 

Thales Australia is the prime contractor for the Hawkei project, which also includes Boeing Defence Australia, Plasan Sasa and PAC Group as partners.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:25
Antilles : entraînement franco- dominicain DUNAS 2014

 

15/04/2014 Sources : EMA

 

Du 12 au 30 mars 2014, dans le cadre de l’entraînement annuel bilatéral « DUNAS», les forces armées aux Antilles (FAA) ont armé un détachement d’instruction opérationnelle (DIO) au profit des forces armées de la République Dominicaine. Ce type d’exercice s’inscrit dans le cadre des échanges bilatéraux réguliers entre les deux pays.

 

Une centaine de militaires du détachement Terre Antilles – 33e RIMa (DTA-33èmeRIMa) ont été projetés en République Dominicaine au cours d’une opération de transport combinant des moyens des FAG et des FAA. Un échelon précurseur a été aérotransporté à bord d’un avion de transport CASA de l’escadron de transport 68 « Antilles-Guyane » stationné en Guyane, tandis que le reste du détachement d’instruction opérationnel a rejoint la République Dominicaine à bord du bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville après trois jours de transit.

 

Le 16 mars, après un débarquement amphibie sur la plage de Punta Salinas, au sud de la République dominicaine, les instructeurs du Centre d’Aguerrissement Outre-Mer et de l’Etranger (CAOME) ainsi que deux sections de la 2ème compagnie (armée par le 110èmeRI), se sont installés sur la base navale de Las Calderas. Les soldats français ont été rejoints par une centaine de militaires des trois armées dominicaines (Terre, Air, Marine) avec lesquels ils ont constitué des sections mixtes interarmées et interalliées.

 

Les sections franco-dominicaines ont alors enchaîné différentes activités d’instruction telles que le tir de combat au fusil d’assaut M16 et le secourisme de combat, tout en participant à des séances d’entraînement physique aussi variées qu’éprouvantes, comme les Techniques d’Intervention Opérationnelle Rapprochée (TIOR), le parcours naturel, la natation utilitaire et la course d’orientation.

 

Après une première semaine particulièrement dense, les sections ont été évaluées lors d’un exercice en terrain libre de 48 heures au cours duquel les soldats dominicains ont restitué les savoir-faire acquis la semaine précédente.

 

Le 26 mars 2014, l’ensemble du détachement d’instruction opérationnelle a réalisé une démonstration capacitaire dans la province de Peravia, avec l’appui du BATRAL Dumont  d’Urville, du patrouilleur dominicain Almirante Didiez Burgos, d’une vedette de surveillance côtière dominicaine et de 3 hélicoptères dominicains (2 Bell UH-1 et 1 Bell UH-58).  La démonstration comprenait notamment un débarquement amphibie, une saisie de plage, une escorte de convoi, une embuscade, des tirs de combat et une évacuation sanitaire héliportée. Ces opérations ont été réalisées en présence de l’amiral Sigfrido Aramis Pared Pérez, ministre de la Défense dominicain, de son excellence Madame Blandine Kreiss, ambassadeur de France en République dominicaine et des chefs d’état-major des trois armées dominicaines. Le commandement supérieur des forces armées aux Antilles (COMSUP FAA) était représenté par son chef d’état-major, le colonel Jean-Pierre Lagaillarde.

 

L’édition 2014 de l’opération « DUNAS » a révélé une très forte implication des forces armées dominicaines ainsi qu’une capacité à planifier et conduire une opération bilatérale multi-composantes de grande ampleur. Forte de 40 000 soldats, l’armée dominicaine est une importante force militaire de l’arc Caribéen avec qui les forces armées aux Antilles entretiennent une coopération étroite visant plus particulièrement à améliorer leur interopérabilité dans les domaines de la lutte contre les trafics illicites et le secours aux populations en cas de catastrophe naturelle dans la zone.

 

Dans le cadre de leurs missions, les FAA mènent des actions de coopération régionale et entretiennent des relations privilégiées avec l’ensemble des nations présentent dans la zone maritime Antilles.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 19:55
SNLE dans la rade de L'ile Longue – photo  Alain Monot Marine nationale

SNLE dans la rade de L'ile Longue – photo Alain Monot Marine nationale

 

PARIS, 15 avr 2014 marine-oceans.com  (AFP)

 

La marine française a décidé l'affectation à titre expérimental de trois femmes officiers à bord d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE), une première qui pourrait conduire à terme à l'ouverture pérenne de la filière sous-marine au personnel féminin.

 

La formation débutera en 2015 pour ces trois officiers, qui devraient pouvoir embarquer en 2017 à bord d'un SNLE, a annoncé mardi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Les femmes n'étaient jusqu'ici pas autorisées dans les équipages des sous-marins.

 

M. Le Drian s'exprimait à l'occasion de la remise du rapport sur la prévention des risques de harcèlement sexuel et moral dans les armées, après des cas dénoncés dans un livre-enquête paru fin février.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 16:30
Photo Major Ofer IAF

Photo Major Ofer IAF

 

10.04.2014 Shani Pomes - IAF

 

The first of the advanced transport planes, the C-130J Hercules, landed in Israel At an exciting ceremony at the new home of the planes - Nevatim airbase - the "Elephants" squadron sign was pasted on the tail of the first "Shimshon" and the plane officially joined the ranks of the IAF

 

The moment the IAF and "Lockheed Martin" have been waiting for has arrived: the advanced transport plane, the C-130J Hercules, joined the ranks of the IAF. Accompanied by the older planes on base - Boeing 707, Gulfstream, and Hercules planes - the plane landed on the runway of its home in the Negev desert. "On this day, we mark a new peak in the capabilities of the IDF and the Transport Division of the IAF in particular", said Lieutenant General Benny Gantz, IDF Chief of Staff, at the ceremony. "The long arm of the IDF is becoming even longer, more accurate, more flexible and more powerful".

 

The plane was met by Moshe Ya'alon, the Minister of Defense, the IDF Chief of Staff and Major General Amir Eshel, IAF Commander, in addition to dozens of senior officials from the IAF and the Ministry of Defense. Also in attendance were Mr. Dan Shapiro, U.S. Ambassador to Israel and "Lockheed Martin" CEO, Ms. Marillyn Hewson, whose factories manufactured the planes. During the ceremony, the IAF Commander, IDF Chief of Staff and Minister of Defense pasted the symbol of the "Elephants" squadron, whose crews will be operating the plane in the coming years, on the tail of the plane.

 

For some time now, the IAF and Nevatim airbase have been preparing for the arrival of the plane and from now on, the "Elephants" squadron will be able to train alongside the plane and go out on operational missions. "Its Hebrew name (Shimshon) which was taken from the Biblical hero, reflects our expectations of its performance and its achievements in war and the battle between wars", said the IAF Commander in his speech.

 

"The C-130J Hercules will integrate into the long arm of the IAF and will make it even stronger in a range of missions that borders on the imagination. It'll add new dimensions and essential flexibility to IDF missions".The C-130J Hercules is a tactical transport plane that is mostly used in joint missions with ground forces: supply missions, equipment transfer, airdropping combat forces and special missions.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 15:50
3309th Council meeting Foreign Affairs Luxembourg, 14 and 15 April 2014

 

14 and 15 April 2014 8763/14 (OR. en) Provisional Version - Presse 219 / PR CO 21

 

President Catherine Ashton High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy

 

Main results of the Council Meeting of Foreign Ministers

 

Ukraine

The Council condemned actions undertaken by armed individuals in cities of Eastern Ukraine. These attempts at destabilising Ukraine must come to an end. The Council also decided to expand the list of those subject to asset freeze and visa ban.

 

The Council reiterated its strong support for Ukraine's unity, sovereignty, independence and territorial integrity, and called upon Russia to do likewise. It demanded Russia to call back its troops from the Ukrainian border and immediately withdraw the mandate of the Federation Council to use force on Ukrainian soil.

 

Catherine Ashton, EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy, said:

"Any further action aimed at destabilising Ukraine must stop. It is crucial that Russia and Ukraine engage in a meaningful dialogue to find a political solution. I will meet the Foreign Ministers of the United States, Russia and Ukraine this Thursday in Geneva. The purpose of this meeting is to start a dialogue on how to deescalate the situation in Ukraine and to ensure that peace and stability returns to the whole of Ukraine."

 

The Council also signalled that the EU is ready to assist Ukraine in the field of civilian security sector reform. All options will be examined, including a possible mission under the Common Security and Defence Policy, and a decision will be taken at the next Foreign Affairs Council.

 

In addition, the Council approved macro-financial assistance to Ukraine to support the country's economic stabilisation and reforms. € 1 billion can be made available to contribute to covering Ukraine's urgent balance-of-payments needs as identified in the government's economic programme supported by the IMF. This brings the total amount to € 1.6 billion.

 

The Council also adopted temporary tariff cuts on Ukrainian goods, ahead of the application of the Association Agreement. The reduction of customs duties is expected to enter into force on 23 April.

 

The Council moreover strengthened EU sanctions against persons responsible for misappropriating Ukrainian state funds. It targeted four additional persons in Ukraine with an asset freeze.

 

Meeting of Defence Ministers

 

Mali

The Council established a civilian mission under the Common Security and Defence Policy to support the internal security forces in Mali. It will support the Malian state to ensure democratic order and the conditions for lasting peace through strategic advice and training for the three internal security forces in Mali, i.e. the police, Gendarmerie and Garde nationale.

 

The EU High Representative said:

"EUCAP Sahel Mali is a further demonstration of the EU's commitment to supporting reform in Mali. By assisting the Malian internal security forces with EU expertise, EUCAP will help build a lasting solution to Mali's security challenges."

 

The Council also extended the complementary EU training mission in Mali (EUTM Mali) by two years, i.e. until 18 May 2016. The mission supports the training and reorganisation of the Malian Armed Forces so as to help improve the military capacity of the Malian Armed Forces. The extension of the mandate will allow military training of four additional battalions as well as the implementation of additional tasks.

 

Ukraine

Over lunch, EU defence ministers discussed the effects of the Ukrainian crisis on the common security and defence policy, in the presence of 8ATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen.

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 12:51
Europe de l'Est: "déploiement adéquat de troupes" (Otan)

 

 

LUXEMBOURG, 15 avril - RIA Novosti

 

L'Otan procèdera à un "déploiement adéquat de troupes" pour garantir la sécurité des alliés en Europe orientale, estimant cependant prématuré d'évoquer pour le moment des démarches concrètes, a déclaré mardi le secrétaire général de l'Alliance Anders Fogh Rasmussen.

 

"Nous examinons à présent les mesures ultérieures à adopter pour renforcer notre défense collective (…) qui prévoient entre autres un déploiement adéquat de troupes. En attendant, il est trop tôt pour entrer dans le détail de la manière dont nous entendons renforcer concrètement notre défense collective", a dit M.Rasmussen, interrogé sur un éventuel déploiement de bases permanentes de l'Otan dans l'est de l'Europe.

 

"Personne ne doit toutefois douter de notre détermination à garantir la défense collective de tous les alliés", a-t-il ajouté, en arrivant à une réunion des ministres de la Défense de l'Union européenne.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 12:50
First Sea Lord Admiral Sir George Zambellas

First Sea Lord Admiral Sir George Zambellas

 

 

15 April 2014 Ministry of Defence

 

The First Sea Lord has said that the security of Scotland and the rest of the UK would be compromised if the Scottish choose independence.

Today, 15 April, Admiral Sir George Zambellas has written an article in The Telegraph about the potential impact of Scottish independence on the Royal Navy’s people, ships and submarines that help keep the United Kingdom safe.

In the article, the professional Head of the Royal Navy sets out why Scottish independence would damage Britain’s maritime security. He also writes about the bond between Scotland and the rest of the UK, and the vital role Scotland plays in maritime defence.

He said:

I believe that independence would fundamentally change maritime security for all of us in the United Kingdom and damage the very heart of the capabilities that are made up of the Royal Navy, the Royal Marines, the Royal Fleet Auxiliary and the Fleet Air Arm.

While the continuing United Kingdom would eventually adapt and cope, the deeper impact would be felt in Scotland which would no longer have access of right to the security contribution of one of the finest and most efficient navies in the world.

Read the article in The Telegraph in full here.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 12:45
En RCA, la Seleka apparaît divisée

 

15.04.2014 par RFI
 

Alors que les Tchadiens ont retiré leur contingent de la Misca et ont quitté le nord et l'est de la Centrafrique où ils étaient déployés ; alors que Sangaris se déploie à son tour dans cette zone, bastion de l'ex-Seleka, l'ancienne rébellion connaît des remous en son sein. Les événements de Bria ces derniers jours en sont une illustration. Il semble que les deux branches, militaire et politique, de la Seleka aient du mal à se parler.

 

A Bria, pour faire entendre raison aux ex-rebelles rétifs au désarmement, Mohamed Dhaffane, président par intérim de la Seleka, fait le voyage le mercredi 9 avril. Mais le lendemain, les tensions repartent de plus belle. Trois jours plus tard, c’est un autre Seleka, le général Issa Issaka, se rend sur place à son tour. Issa Issaka est le coordinateur d'un « comité militaire de crise » constitué d'une douzaine de hauts responsables Seleka, cantonnés à Bangui. Des généraux qui se sentent oubliés par leur branche politique et par le gouvernement

Signe du divorce, quand il y a quelques jours ces généraux signent un communiqué soutenant le désarmement, Mohamed Dhaffane n'est pas au courant. « J'ai commencé à perdre des officiers », explique-t-il. Des officiers lassés, selon lui, de devoir se soumettre au cantonnement alors que les anti-balaka sont toujours libres de leur mouvement.

 

A (RE)LIRE : RCA: profondes divisions chez les ex-Seleka

 

A ces deux tendances, il faut ajouter les francs-tireurs. C'est le cas d'Arda Hakouma, opposé au processus politique, partisan d'un départ des soldats français, et qui affirme protéger les populations musulmanes dans une zone située entre Kaga Bandoro et Ndélé.

Il y a aussi Abakar Sabone, ancien proche conseiller de Djotodia, celui qui le premier avait évoqué une possible partition du pays. Il revendique 5 000 hommes dans la Vakaga et rejette l'initiative du « comité militaire » en faveur d'un processus de paix. « Ces généraux comme Issa Issaka ne commandent rien », déclarait-il à Jeune Afrique il y a quelques jours. « Il n'y a pas un seul homme à lui dans la Vakaga », lui répond Moustapha Abakar, le porte-parole du comité.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:55
photos Armée de l'Air - Marine Nationale

photos Armée de l'Air - Marine Nationale

 

14/04/2014 par Guillaume Steuer – Air & Cosmos



Ouvrant un cycle d'auditions menées par la commission de défense de l'Assemblée nationale afin d'alimenter le débat public sur l'avenir de la dissuasion nucléaire française, le général Henri Bentégeat, ancien chef d'état-major des armées (2002-2006), a livré quelques réflexions intéressantes le 9 avril dernier devant les députés, avançant que la seule piste d'économies à court terme dans le budget de la dissuasion passerait par un ralentissement du programme Simulation, mené par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA).

Le militaire a ainsi reconnu que "plusieurs options sont envisageables pour contenir le coût de la dissuasion". Aujourd'hui, celle-ci représente "21 à 22 %" des budgets d'investissement, selon le général Bentégeat, et devrait atteindre "27 à 28 %" à l'issue de l'actuelle loi de programmation militaire, en 2019. "Et encore, cela suppose que les hypothèses budgétaires de la loi de programmation militaire soient respectées", ajoute l'ancien CEMA. "Si les crédits devaient baisser, la part relative de la dissuasion en leur sein augmenterait mécaniquement".

Evoquant la suppression de la composante aéroportée, mise en oeuvre par les Forces aériennes stratégiques (FAS) avec le missile de croisière ASMP-A, le général Bentégeat précise que l'idée soulève "plusieurs problèmes". Le plus significatif étant que la composante aérienne "est la seule qui puisse opérer des frappes ciblées sur les centres de pouvoir de puissances régionales menaçantes", dans le cadre d'une doctrine de dissuasion dite "du fort au faible" qui devrait donc être abandonnée.

Même s'il ne le précise pas, le militaire souligne par ces propos que la précision terminale de l'ASMP-A est bien supérieure à celle du missile balistique mer-sol stratégique M51, mis en oeuvre par les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) français. A ce sujet, le général Bentégeat rappelle qu'une idée souvent avancée consiste à renoncer à la permanence à la mer des SNLE. Une décision qui aurait "un coût symbolique fort et affecterait certainement la motivation et l'entraînement des équipages". Par ailleurs, le général souligne que le futur M51.3 "améliorera certes la portée mais surtout garantira la pénétration de défenses adverses de plus en plus perfectionnées".

Une autre option consisterait à revoir à la baisse le nombre d'armes nucléaires en inventaire dans les forces françaises. La "stricte suffisance" française est aujourd'hui évaluée à "environ 300 têtes nucléaires", dont une cinquantaine pour les FAS. Le général Bentégeat rappelle que Londres évalue aujourd'hui ce niveau à "140 têtes seulement", nuançant l'analyse en rappelant que "l'outil de dissuasion britannique est lié aux Etats-Unis et aux plans de l'Otan", contrairement à celui de la France.

Selon le général, l'option la plus crédible pour réaliser des économies à court terme, et que "personne n'ose avancer", consisterait donc à un "ralentissement du programme de simulation" aujourd'hui mené par la Direction des applications militaires du CEA, ou CEA-DAM. "Seule la simulation permettrait des économies immédiates, avec toutefois le risque de fragiliser la coopération franco-britannique et de mettre en péril les programmes civils liés à la simulation", précise ainsi Henri Bentégeat.

Depuis l'arrêt des essais nucléaires français, c'est en effet le programme Simulation qui est censé garantir le fonctionnement des armes nucléaires françaises et permettre éventuellement d'en développer de nouvelles. Comme le rappelle lors de l'audition Alain Rousset, président de la région Aquitaine, "les premiers tirs du programme de simulation sont en voie de réalisation". Ceux-ci permettent la mise au point de nouvelles "formules" qui pourraient servir de base aux armes nucléaires de demain. Le général Bentégeat reconnaît qu'il faudrait "pouvoir évaluer de façon prosaïque quel serait l'impact sur la crédibilité de notre dissuasion du report d'un an ou de plusieurs années de tirs envisagés".

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:55
Entraînement des unités sur milieu terrestre

Entraînement des unités sur milieu terrestre

 

 

15/04/2014 Armée de l'air

 

Du 14 au 25 avril 2014, l’exercice «orage d’acier» 2014 réunit le commando parachutiste de l’air n°20 (CPA 20) et le 2e régiment étranger parachutiste (2e REP) dans la région de Calvi. Les aviateurs ont une dizaine de jours d’entraînement pour parfaire leurs capacités en interarmées.

 

25 aviateurs du CPA 20 et les hommes du 2e REP affineront leurs savoir-faire au cours des entraînements intenses d’«orage d’acier». Saut, tir, dropping en mer, aérocordage, assaut en mer ou encore appui aérien sont au programme. D’autres unités de l’armée de l’air sont présentes pour appuyer l’exercice: l’escadron de chasse 2/4 «La Fayette», l’escadron d’hélicoptères 1/44 «Solenzara» et l’escadron de transport 1/64 «Béarn».

Reconduit depuis plusieurs années, cet exercice interarmées a longtemps été réservé à des commandos parachutistes aguerris. Il offre l’occasion de renforcer la mutualisation des moyens des armées et permet aux aviateurs de se mettre en situation tactique.

 

Séance de sauts en parachute pour les aviateurs du CPA 20

Séance de sauts en parachute pour les aviateurs du CPA 20

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:50
La brigade franco-allemande au Güz

 

15/04/2014 CNE A. Philibert – Armée de Terre

 

Du 31 mars au 11 avril 2014, la brigade franco-allemande (BFA) a participé à l’exercice de certification de l’alerte ORF II-2014 (force de réserve opérationnelle) du bataillon de réserve opérationnelle germano-autrichien.

 

Pour favoriser l’interopérabilité de la brigade franco-allemande, un peloton du 3e régiment de hussards, de Metz, était intégré à une compagnie du 291 Jägerbataillon, d’Illkirch-Graffenstaden. Cet exercice, qui contribue à garantir le niveau de la réserve opérationnelle au sein de la brigade, s’est déroulé au Gefechtsübungszentrum Heer (Güz), équivalent allemand du CENTAC, à Letzlingen.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:50
Armed Forces of Malta orders second AgustaWestland AW139 helicopter

An AW139 medium sized twin-engine helicopter during its flight. Photo: © 2012 AgustaWestland - a Finmeccanica company

 

14 April 2014 naval-technology.com

 

The Armed Forces of Malta (AFM) has awarded a contract to AgustaWestland, a Finmeccanica company, to deliver a second AW139 intermediate-twin engine helicopter in June 2015.

 

The AW139 will be used in maritime border patrol and search and rescue (SAR) missions.

 

In July 2013 the AFM signed a contract with AgustaWestland for the delivery of one AW139 with an option for two more aircraft.

 

This also included an integrated logistic support (ILS) package and training of ten pilots, including four students and 20 technicians.

 

Powered by two Pratt & Whitney PT6C turboshaft engines, the AW139 is a 15-seat medium-sized twin-engine helicopter, designed to conduct offshore transport, passenger transport, law enforcement, emergency medical transport, VIP transport and firefighting in hot and high conditions.

 

The helicopter, with a flying speed of 165k, features a low acoustic signature, integrated-mission avionics and a full ice protection system to complete missions in demanding environments.

"The AW139 will be used in maritime border patrol and search and rescue (SAR) missions."

 

The Maltese helicopters are scheduled to be supplied with an advanced maritime patrol and SAR mission equipment package, including a high-definition forward-looking infrared (FLIR) system, search/weather radar, cabin mission console and a searchlight and satellite communication system.

 

Additional equipment will include a four-axis autopilot with SAR modes, naval transponder, external rescue hoist and a four-bag flotation system.

 

The helicopter is currently operating in Italy, Spain, Estonia, Japan, Republic of Korea, Malaysia, the UK and the US, among others.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
Kalashnikov to protect the rifle image from copying

 

 

14 April 2014 by Rostec

 

The Group will record a three-dimensional image as a trademark



The Kalashnikov Group has lodged an application for the registration of the three-dimensional images of the AK and the AKM rifle family as trademarks. If the application is approved, the toy manufacturers that copy the famous weapons will have to obtain a license for the importation of these products in Russia.

The documents for the registration were submitted for 21 types of goods (total number of the types in the international classification of goods and services is 45). The company’s representatives emphasize that the registration of a three-dimensional image is the principal question because the "flat" image patent can be сheated by changing its angle.

According to Izvestia, it is clarified in the application that a three-dimensional rifle’s image “has distinctive ability because of his wide fame”, and “it is associated with the applicant historically, since the production of Kalashnikov assault rifles from the beginning and to this day is localized in the city of Izhevsk in the enterprises, on the basis of which the Kalashnikov Group was founded”.

The Group’s representative said, “The Kalashnikov Group has a task to promote the brand, including the assault rifle. We protect our products”.

In case if the application is approved, the Kalashnikov rifle images cannot be used in the manufacture of various goods without communicating it to Kalashnikov. The ban will include, for example, deodorants, fuel, knives, razors, computer software, ammunition, firearms, jewelry, leather goods, furniture, bed covers, fasteners, toys, sports equipment, smoking accessories and others.

The experts believe that the main goal of the application is to prevent the inconsistent use of a recognizable brand, and not to prevent the production of other products under this brand.  The majority of children's toys in the form of a Kalashnikov are produced abroad, so the Russian ban does not affect the release of such products. However, after the trademark is patented, such toys will not pass our customs. The manufacturer will be required to obtain a license from the copyright holder to import goods to Russia.

The review of the application will take between 14 to 16 months, and before that time it is possible to use the image of the Kalashnikov rifle in Russia without the consent of the company.  The possibility of registration of the trademark abroad is not excluded, but the concrete plans have not been revealed.

The Kalashnikov Group is the largest Russian developer and manufacturer of automatic and sniper weapons, guided artillery shells, as well as a wide range of civil products. It is a member of the State Corporation Rostec.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
9.200 ex-militaires ukrainiens ont rejoint l'armée russe (Défense)

 

MOSCOU, 15 avril - RIA Novosti

 

Près de 9.200 ex-militaires ukrainiens et 7.000 civils ont rejoint les rangs des Forces armées russes, a déclaré mardi lors d'une réunion sectorielle le premier vice-ministre russe de la Défense, le général Arkadi Bakhine.

 

"A ce jour, 9.200 militaires [ukrainiens] (…) ont reçu la citoyenneté russe et rejoint les Forces armées de la Fédération de Russie", a indiqué le responsable avant d'ajouter qu'il s'agissait de 2.700 officiers, de 1.300 enseignes, dont de vaisseau, plus de 5.000 soldats, matelots, sergents et adjudants-chefs et de 191 élèves-officiers.

 

En outre, "plus de 7.000 civils ont été recrutés par la Flotte russe de la mer Noire", a poursuivi la source.

 

Un changement de pouvoir ayant toutes les caractéristiques d'un coup d'Etat s'est produit en Ukraine le 22 février dernier. La Rada suprême (parlement) a destitué le président Viktor Ianoukovitch, réformé la Constitution et fixé l'élection présidentielle au 25 mai.

 

Refusant de reconnaître les nouvelles autorités, des milliers d'Ukrainiens se sont réfugiés en Russie. Quant aux habitants de la Crimée, rattachée à l'Ukraine en 1954, ses habitants ont tenu un référendum sur  le statut politique de cette presqu'île à l'issue duquel cette dernière est entrée au sein de la Fédération de Russie.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
Le tout nouveau navire de débarquement russe sera projeté en Crimée

 

 

MOSCOU, 14 avril - RIA Novosti

 

Le tout nouveau navire de débarquement russe Lieutenant Rimski-Korsakov qui n'a pas d'égal dans le monde pourrait être intégré à la flotte de la mer Noire, écrit lundi le quotidien RBC Daily.

 

Le bâtiment de débarquement Lieutenant Rimski-Korsakov, capable de faire débarquer du personnel et du matériel militaire sur un littoral non aménagé, a été mis à flot au chantier naval d'Iaroslav en Russie. Au total, trois bâtiments de cette classe ont été commandés : le Denis Davydov, qui a été intégré à la flotte de la mer Caspienne, ainsi que le Rimski-Korsakov et le Lermontov (mise à flot prévue en mai) qui devaient rejoindre la flotte de la Baltique.

 

Une source de la marine russe a déclaré qu'il était prévu de changer le port de service de ces deux corvettes au profit de la flotte de la mer Noire, après le rattachement de la Crimée et la nécessité de renforcer le détachement posté aux frontières maritimes sud de la Russie. "Une décision sera prise à ce sujet par l'état-major des armées dans les jours à venir", a déclaré un officier de la marine.

 

"Je dois vérifier ces informations. Quand un navire est mis à flot, on ne dévoile pas aussi rapidement sa destination. Il doit encore procéder aux tests et seulement après, une décision sera prise", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense pour la marine Igor Dygalo.

 

Les corvettes de débarquement du projet 21820 affichent des performances inédites et n'ont pas d'égal dans le monde. Elles sont prévues pour la projection rapide et le débarquement, sur un littoral non aménagé, de personnel et de matériel chenillé et à roues (ils sont capables de transporter jusqu'à 5 véhicules blindés de transport de troupes). Leur vitesse atteint 90 km/h. Ces navires sont également opérationnels en cas de tempête avec des vagues allant jusqu'à 3,5 mètres.

 

Ces navires de débarquement ne seront pas les premiers à changer leur lieu de stationnement après l'intégration de la Crimée à la Russie. Le ministère russe de la Défense a ainsi décidé, fin mars, de créer à Sébastopol une base de flotte sous-marine.

 

Au cours de la réunion du ministère de la Défense vendredi dernier, il a été décidé d'élaborer un plan de militarisation de la Crimée d'ici 2020. En l'espace de six ans, la Crimée accueillera, entre autres, plusieurs brigades de blindés, d'infanterie motorisée et de débarquement. La Russie installera également sur la péninsule une brigade de sécurité côtière et renforcera considérablement l'infanterie de marine.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
source leFigaro

source leFigaro

 

 

15.04.2014 Romandie.com (ats)

 

Un premier bataillon de la Garde nationale d'Ukraine a été envoyé "au front" dans l'est du pays, a annoncé mardi le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, Andriï Paroubiï. La Russie a rappelé sa désapprobation face à ces envois de troupes.

 

Ce bataillon est formé de volontaires ayant fait partie des unités d'autodéfense du Maïdan, haut lieu de la contestation dans le centre de Kiev qui a renversé en février le régime pro-russe du président Viktor Ianoukovitch, a souligné M. Paroubiï sur son compte Facebook.

 

"Les soldats sont très combatifs et prêts à défendre l'Ukraine. La situation n'est pas simple", ajoute M. Paroubiï qui rentre de Lougansk (est) où il dit avoir passé une semaine.

 

Lougansk fait partie du bassin minier de Donbass en proie depuis plusieurs jours à une insurrection armée pro-russe. Des insurgés y tiennent depuis le 6 avril le siège local des services spéciaux (SBU).

 

Dialogue de Genève en sursis

 

De son côté, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a prévenu à Pékin que tout ordre "criminel" des autorités ukrainiennes de recours à la force contre les insurgés pro-russes dans l'est de l'Ukraine ferait capoter le dialogue prévu jeudi à Genève.

 

"Vous ne pouvez pas envoyer les chars et en même temps tenir un dialogue", a déclaré M. Lavrov. "La Russie exige instamment (que l'Ukraine) cesse d'envoyer des forces dans le sud-est pour écraser les manifestations", a ajouté le ministre russe des Affaires étrangères, dans une conférence de presse commune avec son homologue chinois Wang Yi.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:40
L'armée russe a testé un missile balistique Iars

Missile intercontinental RS-24 Iars - photo Ministère russe de la Défense

 

MOSCOU, 14 avril - RIA Novosti

 

Les Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN) ont testé avec succès un missile intercontinental RS-24 Iars depuis le polygone de Plessetsk, dans la région d'Arkhangelsk (nord), a annoncé lundi aux journalistes le porte-parole des RVSN, Igor Egorov.

 

"Le 14 avril, à 10h40 heure de Moscou (6h40 UTC), les Troupes balistiques stratégiques ont effectué un tir d'essai du missile intercontinental RS-24 Iars à propergol solide doté d'une ogive à têtes multiples", a indiqué la source. 

 

Tirée depuis le polygone de Plessetsk, l'ogive d'entraînement a atteint à l'heure prévue la cible conventionnelle sur le polygone de Koura, situé dans la presqu'île du Kamtchatka (Extrême-Orient russe), a encore ajouté M.Egorov. 

 

Le RS-24 Iars (code OTAN SS-X-29), missile à propergol solide et à trois étages, est une version modernisée du missile monobloc RS-12M2 Topol-M. Il est doté d'ogives multiples de 150 à 300 kt à guidage individuel et a une portée de 11.000 km. Le RS-24 constituera, avec le Topol-M monobloc (RS-12M2), le noyau des forces nucléaires russes.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:35
Mi-35M military transport helicopter

Mi-35M military transport helicopter

 

14 April 2014 by Rostec

 

Holding showcase commercial and military models



Russian Helicopters, part of State Corporation Rostec, showcase a range of commercial and military helicopters at the 14th Defence Services Asia exhibition and conference, which runs from 14-17 April in Kuala Lumpur, Malaysia. 

 

Russian Helicopters sees the Asia-Pacific region as a key market and one with huge potential. Today more than 1,400 Russian-built helicopters operate in the region, including multirole models such as the Mi-8/17 series and Ka-32, as well as Mi-26T heavy transport helicopters and military helicopters.

The multirole Ka-32A11BC is one of the latest models that Russian Helicopters produces for the region. It is a unique Russian helicopter, which is used in more than 30 countries for fire-fighting, search and rescue operations and challenging construction work. Its coaxial design enables the helicopter to carry out difficult manoeuvres and achieve a high level of stability when hovering.

Russian Helicopters will showcase promising new models such as the Mi-171A2 and Ka-62 to helicopter operators and government officials. The Mi-171A2 has been developed based on the world-famous Mi-8/17 series and drawing on the rich operating experience of these helicopters around the world. It features modern technologies and solutions, and has been designed to meet the wishes of potential clients and operators. Another new model, the new medium commercial Ka-62, was created as a broad international collaboration project.

Russian Helicopters will also showcase military-transport models of the Mi-8/17 series (the Mi-17V-5 and Mi-171Sh), as well as the Mi-35M, created using new technologies and based on the legendary Mi-24 gunship. These helicopters are used worldwide and are renowned for their reliability, proficiency and robustness.

DSA takes place every two years in partnership with the Malaysian Defence Ministry and Malaysian Police, and attracts the attention of leading producers and customers of armaments and military equipment from around the world. DSA 2014 will cover areas including weaponry for ground-based troops, air defence, radio-electronic warfare and communications, aviation equipment, coastal defence, armoured vehicles and artillery systems, small arms and Special.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:35
Le missile BrahMos : la meilleure dissuasion en cas de conflit indo-chinois

 

 

14.04.2014 Olga Ivascina - La Voix de la Russie

 

La nouvelle version du missile de croisière supersonique de fabrication russo-indienne BrahMos sera le meilleur facteur de dissuasion dans des conflits frontaliers en puissance entre l'Inde et la Chine.

 

Le missile testé avec succès le 7 avril a été développé spécialement pour des opérations en montagne. Sa charge a été conçue pour détruire les cibles terrestres bien protégées telles que des bunkers de béton, les centres de transmission et les postes de commandement souterrains. Un porte-parole de l'Organisation de la recherche-développement militaire de l'Inde a noté que lors des essais la tête « intelligente » du missile avait « frappé la cible après l’avoir reconnue entre plusieurs leurres ».

 

Les médias indiens supposent que la nouvelle version du BrahMos sera mise en service dans le régiment actuellement en formation qui fera partie d'un corps d'attaque de montagne. Cette nouvelle unité tactique de l'armée indienne sera déployée à la frontière entre l'Inde et la région autonome chinoise du Tibet.

 

L'Inde se propose d'achever définitivement la formation de ce nouveau corps de montagne dans 7 ans. Deux divisions d'infanterie de montagne, deux brigades d'infanterie de montagne et deux brigades blindées seront déployées au Ladakh, dans l'Urrarakhand et au Sikkim. Les effectifs du corps s'élèveront à 90 000 hommes de troupe.

 

Les soldats indiens seront confrontés à un groupe de l'armée chinoise dans la région autonome du Tibet fort de plus de 200 000 militaires. En plus l'infrastructure de transport développée permettra au commandement chinois de transférer, le cas échéant, dans les régions frontalières quelque 30 autres divisions.

 

Pour l'Inde il est trop onéreux d'avoir en permanence un groupe aussi nombreux dans les régions frontalières. Car la seule formation d'un corps nouveau qui jouera le rôle de force de réaction rapide demandera une somme avoisinant 650 milliards de roupies. Aussi le commandement militaire a-t-il opté pour une autre version : doter ce corps nouveau d’armes de haute précision les plus sophistiquées. D'autant plus que l'adversaire potentiel ne possède pas les moyens de neutraliser les missiles BrahMos.

 

Les missiles de croisière supersoniques BrahMos sont déjà opérationnels dans l'armée et la marine indiennes. En 2015, ils seront en service dans les forces aériennes. Ces missiles ont un rayon de 290 km. La masse de l'ogive atteint 300 kg. La vitesse est presque trois fois supérieure à celle du son : à l'heure actuelle c'est le missile le plus rapide du monde

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:35
source china-defense-mashup

source china-defense-mashup

 

15.04.2014 Romandie.com (ats)

 

Xi Jinping a exhorté l'armée de l'air chinoise à accélérer le développement de ses capacités spatiales, rapportent les médias chinois. Ceux-ci présentent cette instruction comme une réponse aux tendances des Etats-Unis et d'autres pays à utiliser l'espace à des fins militaires.

 

En déplacement au quartier général des forces aériennes à Pékin, le président chinois, qui est aussi chef de l'armée, a invité les officiers présents à "accélérer l'intégration aéronautique et spatiale et à aiguiser leurs capacités offensives et défensives", a écrit lundi soir l'agence Chine nouvelle, sans fournir de détails sur les moyens envisagés pour y parvenir.

 

Organe du pouvoir, le China Daily affirme mardi que la Chine doit prêter une plus grande attention au développement de ses capacités défensives dans le domaine spatial.

 

"L'idée de combiner les capacités aéronautiques et spatiales n'est pas nouvelle pour l'armée de l'air chinoise car quantité d'experts soulignent l'importance de l'espace", écrit ce quotidien.

 

"Faire face aux activités des autres"

 

Rédacteur en chef adjoint d'un magazine spécialisé dans le domaine aérospatial à Pékin, Wang Ya'nan juge que l'appel lancé par Xi Jinping répond aux exigences du moment.

 

"Les Etats-Unis accordent une attention et des ressources considérables à l'intégration de leurs capacités aéronautiques et spatiales et d'autres puissances ont aussi évolué progressivement vers une militarisation de l'espace", dit Wang Ya'nan, cité par les médias chinois.

 

"Bien que la Chine ait affirmé qu'elle s'en tenait à une utilisation pacifique de l'espace, nous devons être certains de disposer de la capacité à faire face aux activités des autres dans l'espace", ajoute-t-il.

 

Xi Jinping veut faire de la Chine une superpuissance dans le domaine spatial, où elle est distancée par les Etats-Unis et la Russie notamment.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:30
The Secret Behind The Herculean Deal

 

 

09.04.2014 Noa Fenigstein - iaf.org.il

 

This week, the Hercules C-130J, an advanced transport plane, will land at Nevatim airbase. Not many people know that the procurement deal became one of the most complex deals the IAF has ever known. What is behind one of the IAF's most expensive and significant procurement deals in recent years?

 

This week, the Hercules C-130J plane, one of the best transport planes in the world, will land at Nevatim airbase and will join the ranks of the IAF and the Heavy Transport Division. Against the backdrop of the defense budget cuts, the Hercules C-130J procurement deal became one of the largest, most complex and most challenging processes the IAF and the Ministry of Defense- the Budget Department in particular-have experienced in recent years.

 

Cuts in the defense budget in the IAF and the IDF have forced decision-makers to take drastic measures: squadrons have been consolidated and even the human resources have been hurt following the dismissal of many commissioned officers. Nonetheless, the IAF has had to remain vigilant and stand firm against the challenges of the day.

 

"Usually, the people who work in the Budget Department know how to come and say 'these are the resources, good luck'. But that's definitely not our approach", explained Major Galit Golan, Head of Transport Procurements at the Budget Department. "We bring the solutions, we understand the operational needs and we are connected to them".

 

The Battle Between The Real and The Ideal

 

The IAF is not economic entity, so when economic considerations are balanced against operational considerations, the latter far outweighs the former, which held true in the purchase of the Hercules C-130J. How would the department reconcile the purchase with the economic reality? "If we decided that we were going to buy the platform and were going to direct the IAF to that point, the Budget department would have to do its best to make it happen", explained Major Galit. "However, there is a lack of resources and we need to find creative solutions in order give the IAF the best answers and that's where the tension starts".

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:20
KC-135 Versus Planned KC-46 Performance Capabilities - source GAO photo Boeing

KC-135 Versus Planned KC-46 Performance Capabilities - source GAO photo Boeing

 

April 14th, 2014 By USGovernment - defencetalk.com

 

The KC-46 program has made good progress over the past year—acquisition costs have remained relatively stable, the critical design review was successfully completed, the program is on track to meet performance parameters, and the contractor started building development aircraft. As shown, total program acquisition costs—which include development, production, and military construction costs—and unit costs have changed less than 1 percent since February 2011.

 

As of December 2013, Boeing had about $75 million of its management reserves remaining to address identified, but unresolved development risks. There are indications that the start of initial operational test and evaluation, which is scheduled for May 2016, may slip 6 to 12 months. According to the Director of Operational Test and Evaluation, more time may be needed to train aircrew and maintenance personnel and verify maintenance procedures.

 

The program released over 90 percent of the KC-46 design drawings at the critical design review, indicating that the design is stable. Overall, development of about 15.8 million lines of software code is progressing mostly according to plan. The next 12 months will be challenging as the program must complete software development, verify that the software works as intended, finalize developmental flight test planning, and begin developmental flight tests.

 

Software problem reports are increasing and Boeing could have difficulty completing all testing if more retests are needed than expected. Developmental flight testing activities are also a concern due to the need for extensive coordination among government agencies, the need for timely access to receiver aircraft (aircraft the KC-46 will refuel while in flight), and the aggressive test pace. The program office is conducting test exercises to mitigate risks and working with Navy and United Kingdom officials to finalize agreements to have access to necessary receiver aircraft.

 

The program has also made progress in ensuring that the KC-46 is ready for low rate initial production in 2015. Boeing has started manufacturing all four development aircraft on schedule. The program office has identified its critical manufacturing processes and verified that the processes are capable of producing key military subsystems in a production representative environment.

 

In addition, the program has established a reliability growth curve and will begin tracking its progress towards reaching reliability goals once testing begins. Boeing is experiencing some manufacturing delays due to late supplier deliveries on the first aircraft and parts delays for a test article of a critical aerial refueling subsystem, but the program has not missed any major milestones.

 

View Report (PDF, 38 pages)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories