Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:30
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

06/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 26 au 30 octobre 2015, le détachement du génie de la Force Commander Reserve (FCR), armé principalement par le 31e Régiment de génie (RG) de Castelsarrasin, a mené un entraînement conjoint avec des sapeurs des Forces armées libanaises (FAL).

 

Au Sud-Liban, des mines et des obus d’artillerie non explosés sont encore présents par endroits. Entre déminages et tirs « explo », les sapeurs des deux pays ont partagé autant sur leur culture que sur leurs connaissances professionnelles et leurs méthodes de travail. À Dayr Kifa, un groupe de génie composé de neuf sapeurs du 31e RG a ainsi partagé ses connaissances et ses savoir-faire avec 19 militaires libanais du 6e régiment d’intervention. Après une présentation de leurs matériels, les casques bleus français sont directement entrés dans le vif du sujet avec les fouilles de véhicules et de personnel, appuyés par les équipes cynophiles du 132e bataillon cynophile de l’armée de Terre déployées au sein de la FCR.

Suite de l’article

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 11:55
photo J.REDOUANE

photo J.REDOUANE


06/11/2015 par Jessica REDOUANE

 

Fin octobre, des futurs pilotes de chasse de l'armée de l'Air se sont retrouvés au Centre d’entraînement à la survie et au sauvetage de l’aéronautique navale (CESSAN), à Lanvéoc. Objectif : apprendre à survivre en cas d’amerrissage forcé. Au menu : hélitreuillage, libération de harnais et traînage de parachute, le tout sous la pluie et le vent.

 

Les futurs pilotes de chasse à l'école du CESSAN [|Diaporama]

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

05.11.2015 par Marine Nationale

 

Pendant 7 jours, les pilotes du 5e régiment d'hélicoptères de combat (5e RHC) et le groupe interarmées d'hélicoptères (GIH), soit deux Puma et une Gazelle, vont effectuer 22 qualifications de jour, 30 de nuit, dont 15 par nuit noire.
Au programme : appontages, ravitaillements, décollages sur le pont d'envol.
Un but : ne rien laisser au hasard pour un jour partir en mission. De l'évacuation de ressortissants à la protection, les hélicoptères affectés sur les bâtiments de projection et de commandement accomplissent des opérations complexes et variées.
Précision, rigueur et sensations fortes sont les maîtres mots pour les pilotes et pour le personnel du pont d'envol

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:50
Xtract®2. Photograph: TSG Associates.

Xtract®2. Photograph: TSG Associates.

 

5 November 2015 Ministry of Defence, Defence Equipment and Support and Philip Dunne MP

 

Stretchers that weigh just 1.5kgs are amongst some of the innovations from Northern Powerhouse companies that have been praised by the MOD.

 

Speaking at the Northern Defence Industries (NDI) annual conference, Defence Minister Philip Dunne highlighted the invaluable and innovative work being carried out by Small and Medium-sized Enterprises (SME’s) across the UK’s Defence industry.

 

As part of his key note speech, the Defence Minister revealed that £1.4 million has been invested this year in 7,500 Xtract®2 stretchers from Yorkshire based TSG associates. Designed by Gulf-war veteran Colin Smart and his company, the stretchers weigh just 1.5kg, compared to the weight of a standard stretcher of around 10kgs, and are capable of carrying three times the weight of an average soldier.

 

Xtract®2 Photo TSG Associates

Xtract®2 Photo TSG Associates

Following his speech to the NDI, Mr Dunne paid a visit to Merseyside-based ship engine specialist James Troop & Co to review progress of a £2million deal to replace the generator sets on seven Royal Navy Mine Hunters.

 

With the generators now in place on all seven ships James Troop will focus on training naval personnel on engine maintenance as well as providing on-going technical and spare parts support.

 

Defence Minister Philip Dunne said:

    We recognise that the UK’s defence contractors, whatever their size, are a vital source of innovation in our supply chain, and in the last year, the MOD has done business with over 5,400 Small and Medium Enterprises, worth over £800 million.

    By harnessing this expertise, whether from a veteran with front line experience or from one of the UK shipping industry’s oldest companies, we are securing highly skilled UK jobs and ensuring our Armed Forces have the very best possible equipment available.

 

The MOD and the Government have recently reiterated our commitment to SMEs. We launched the Defence Growth Partnership (DGP) Innovation Challenge in March this year, while also setting up Supply Chain Champions, giving companies an easier “in” to the defence industry. They have also appointed an SME champion to be a voice for innovative SMEs across the country and are encouraging Prime contractors to open up their supply chains, to help bring innovative design and technology into the defence sector.

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:50
Meet The Military Medics Training To Respond In A Crisis

 

5 nov. 2015 by Forces TV

 

Being in the UK's Medical Emergency Response Team - or MERT - is one of the toughest jobs for a military medic.

In Afghanistan, they flew thousands of missions, collecting wounded troops from the battlefield and flying them to hospital in the back of a Chinook.

Forces TV has been given exclusive access to the course which trains the emergency medics of the future.

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 11 au 21 octobre 2015, un détachement du 5e régiment interarmes d’outre-mer, renforcé d’un instructeur de l’École militaire de haute montagne, a été projeté en Ouganda afin de sélectionner les candidats ougandais qui participeront en novembre 2015 à la formation « montagne ».

 

Cette formation était destinée à appuyer les armées ougandaises dans le développement d’une capacité de haute montagne et des savoir-faire associés, sur le modèle de la 27e brigade d’infanterie de montagne. Elle fait partie d’un programme de coopération plus large réalisé au profit des partenaires africains de la région Est-africaine, en lien  avec le ministère des affaires étrangères et du développement international. Fondé sur deux piliers – un pilier opérationnel mis en œuvre par les Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) et un pilier structurel relevant de la direction de la coopération sécurité et Défense – la coopération vise à accompagner les pays africains dans la consolidation de leur outil de défense et à renforcer leur capacité à mener des opérations de maintien de la paix. Les activités opérationnelles réalisées par les FFDj sont calibrées aux besoins et aux attentes des forces africaines partenaires. Ainsi, l’objectif de coopération visé pour l’Uganda People Defence Forces doit contribuer à la mise sur pied, d’ici cinq ans, d’une brigade de montagne ougandaise.

 

Installé à l’Ouest du pays, aux confins du Rwenzori et au pied du mythique mont Margherita, le détachement a accueilli une trentaine de jeunes recrues dans un environnement de moyenne montagne, rustique et pluvieux, avec des températures plus clémentes et une végétation tropicale.

 

L’instruction et l’évaluation des militaires ougandais se sont articulées autour de courses en montagne de 400 à 800 mètres de dénivelé, de mises en place et de franchissement de tyroliennes, d’équipements de passage, d’escalade et de rappels. La sélection s’est faite en fonction des aptitudes physiques et pédagogiques des candidats.

 

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. À ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. De plus, les forces françaises stationnées à Djibouti soutiennent l’armée Djiboutienne dans ses efforts pour  renforcer ces capacités militaires en général, dont en particulier la capacité à participer aux opérations de maintien de la paix. Plusieurs fois par an, les FFDj contribuent ainsi à la formation de militaires africains dont les pays ont des accords bilatéraux avec la France.

photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:45
photo EMA

photo EMA

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 25 septembre au 9 octobre 2015, le centre de coordination interarmées des transits, transports et mouvements des Forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) a procédé au déchargement puis au rechargement de fret en provenance de métropole.

 

Ces manœuvres logistiques régulières permettent les relèves de véhicules, le transport de pièces mécaniques et le ravitaillement en munitions ou en vivres des forces françaises dans la sous-région. Le navire roulier affrété depuis Toulon pour réaliser cette opération logistique a atteint le port d’Abidjan le 27 septembre 2015 avec à son bord du matériel destiné aux FFCI et à la force Barkhane. Une quarantaine de militaires français armés par le 2e régiment de dragons, le 40e régiment de transmission, les 121e et 516e régiments du train et le 519e groupement de transbordement maritime ont prêté mains fortes aux FFCI. Leur mission consistait à décharger en moins de 24 heures le fret destiné à assurer les principales relèves matérielles et logistiques des forces françaises déployées en Côte d’Ivoire et dans la bande sahélo-saharienne.

 

Ce chargement comprenait plus de 60 containers et 23 véhicules, dont des véhicules P4, des GBC180, des véhicules de l’avant blindé, des TRM 10 000 et des porteurs polyvalents logistiques. Une partie de ces matériels ont ensuite été acheminés depuis Abidjan vers Niamey au Mali au profit de Barkhane.

 

Après avoir poursuivi sa route jusqu’au port de Douala au Cameroun, l’affrété s’est de nouveau amarré à Abidjan lors de son trajet de retour vers la France. Au cours de cette escale, 173 containers et 20 véhicules ont été chargés pour rapatriement.

 

Les FFCI, créées le 1er janvier 2015, assurent la protection des ressortissants français et entretiennent la coopération militaire régionale, notamment bilatérale avec les Forces de la République de Côte d’Ivoire. Elles sont également en mesure d’appuyer les partenaires de la région, notamment l’ONUCI. En tant que base opérationnelle avancée, elles constituent le point d’appui principal de nos forces de présence sur la façade ouest-africaine, et sont un réservoir de force rapidement projetable en cas de crise dans la région.

photo EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:35
Op HERRICK (Afghanistan) Aircraft Statistics

 

Date: by
 

Defence Statistics and the Air Warfare Centre released a statistics bulletin covering Aircraft sorties, hours and weapons released for Operation HERRICK, Afghanistan.

It makes for some fascinating reading but it is worth repeating pointing to Page 16 before starting, the section on making like for like comparisons or drawing conclusions from bare data.

So, click here to read, but skip to Page 16 first.

Read more

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 20:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

En RCA, la situation sécuritaire demeure fragile. À Bangui, la semaine a été ponctuée d’accrochages illustrant la volonté de groupes armés de maintenir un niveau d’insécurité à l’approche des élections. Les échanges de tirs restent localisés et limités dans le temps. Ils sont contenus par l’action de la MINUSCA avec l’appui de la force Sangaris.

Sangaris maintient sa posture de force de réaction et poursuit ses missions d’appui opérationnel aux casques bleus, conformément à son mandat de force de réaction rapide. Elle patrouille quotidiennement dans la capitale selon les besoins de la MINUSCA.

En savoir + : lien vers dossier de référence

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 20:45
photo EMA

photo EMA

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

À la fin du mois d’octobre 2015, l’escadron d’hélicoptères 01.067 « Pyrénées » qui arme le détachement de N’Djamena a effectué un ravitaillement en vol d’un Caracal par un C130 Hercules américain. Ce premier ravitaillement en vol réalisé en opération extérieure ouvre ainsi les portes à de nouvelles possibilités en termes de planification et conduite des opérations.

 

En effet, dans l’immensité du désert du Sahel, les élongations constituent un défi majeur logistique pour la force aéromobile qui vient sans discontinuer appuyer les troupes engagées au sol. Le ravitaillement en vol des hélicoptères permet de s’affranchir de cette contrainte.

Le déplacement des hélicoptères et le soutien logistique apporté constituent une manœuvre complexe dans une zone aussi grande à couvrir. Le ravitaillement en vol, conjugué au transport de fret et des mécaniciens, offre désormais à la composante aéromobile une allonge beaucoup plus importante. Le domaine d’intervention des hélicoptères est alors démultiplié et ne rencontre plus d’autres limites que les capacités physiologiques de l’équipage et les contraintes météorologiques.

La composante aéromobile de la force Barkhane dispose de 17 hélicoptères répartis sur les bases de Gao, N’Djaména et Madama. 5 000 heures de vol ont été effectuées permettant d’appuyer et de compléter l’engagement de la force sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne.

L’opération Barkhane regroupe 3 500 militaires dont la mission, avec les pays du G5 Sahel, consiste à lutter contre les groupes armés terroristes pouvant agir dans la bande sahélo-saharienne.

photo EMA

photo EMA

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 20:30
Chammal : Point de situation au 5 novembre 2015

 

05/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Cette semaine, la situation au Levant a été marquée par une évolution des lignes de fronts en Irak, notamment au Nord du pays. Les actions offensives des Forces de sécurité irakiennes (FSI) se poursuivent avec l’appui de la coalition. L’objectif est d’empêcher toute nouvelle manœuvre des combattants terroristes, en exerçant une pression continue sur leurs lignes de défense et leurs approvisionnements.

 

Les FSI ont repris le contrôle de la ville de Bayji. Cette prise revêt trois intérêts : un aspect symbolique qui renforce moralement les FSI ; un aspect économique car elle prive Daech de ressources pétrolifères ; un aspect stratégique enfin car il s’agit d’un point clef du terrain qui permet de contrôler les axes vers Bagdad. Dans le même temps, les unités irakiennes poursuivent leur action en direction de Ramadi dans la vallée de l’Euphrate. Comme ce fut le cas à Baiji, cette action repose sur l’appui permanent de l’aviation de la coalition qui désorganise les éléments de Daech, les FSI pouvant ainsi concentrer leurs efforts pour reprendre les zones tenues.

Entre le 28 octobre et le 4 novembre 2015, la force Chammal a participé à 19 missions (soit 32 sorties) aériennes au-dessus des espaces contrôlés par Daech en Irak et en Syrie, dont 8 missions ISR (10 sorties) et 11 patrouilles de reconnaissance armée (22 sorties). Les aéronefs de l’opération Chammal ont frappé 7 fois et neutralisé 23 objectifs.

Les militaires français participent toujours à la formation des FSI, en particulier celle de l’état-major de la 6e division d’infanterie (DAA6 de Bagdad) régulièrement engagées au combat contre les éléments de Daech à l’ouest de Bagdad. Ils ont pour mission d’améliorer les capacités de commandement et la formation des soldats de cette unité expérimentée d’environ 10 000 hommes. Il s’agit d’une mission de formation sans accompagnement des troupes irakiennes sur le terrain. Le premier mandat (de mars à juillet 2015) a permis de former 150 instructeurs au cours de 17 stages d’une durée de 15 jours. Chaque instructeur étant capable de former à son tour 10 combattants en deux semaines, la 6ème division sera en mesure d’assurer par elle-même la formation de  1500 soldats par mois dans les domaines de la lutte contre les engins explosifs improvisés et le secourisme de combat.

En savoir + : lien vers dossier de référence

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 19:50
NATO Secretary General Jens Stoltenberg accompanied by the President of Portugal, Anibal Cavaco Silva and General Artur Neves Pina Monteiro, Chief of Defence of Portugal - photo Nato

NATO Secretary General Jens Stoltenberg accompanied by the President of Portugal, Anibal Cavaco Silva and General Artur Neves Pina Monteiro, Chief of Defence of Portugal - photo Nato

 

05 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Lisbon - L'Otan doit contrecarrer le renforcement de la puissance militaire russe à Kaliningrad, dans la mer Noire et dans l'est de la Méditerranée, qui pourrait donner à Moscou le contrôle de zones clés, a estimé jeudi le secrétaire général de l'Alliance atlantique Jens Stoltenberg.

 

Enclave stratégique de la Russie au sein de l'Union européenne, Kaliningrad se situe au sud-ouest des pays baltes déjà inquiets du soutien de Moscou aux séparatistes ukrainiens. Moscou a aussi renforcé sa présence en Syrie en y déployant des avions et des navires pour soutenir le président Bachar al-Assad, un allié de longue date.

 

M. Stoltenberg a averti que cette stratégie permettait à la Russie de contrôler des points stratégiques.

 

Ce renforcement militaire permet aux Russes d'obtenir des capacités d'interdiction d'accès à certaines zones, a-t-il déclaré aux journalistes dans la base navale portugaise de Troia, au sud de Lisbonne, après avoir assisté à des manoeuvres dans le cadre de l'exercice Trident Juncture, le plus important mené par l'Otan depuis plus de 10 ans.

 

La question est à présent de savoir comment gérer ces capacités accrues de la Russie dans les pays baltes, la mer Noire et, maintenant, en Méditerranée, a-t-il précisé, ajoutant que l'Alliance atlantique devrait renforcer ses forces en permanence.

 

Jens Stoltenberg était interrogé sur l'attitude à adopter par l'Otan pour répondre aux inquiétudes des Etats d'Europe de l'est, qui ont suggéré que l'Alliance atlantique installe des bases permanentes sur leurs territoires.

 

L'Otan a déjà mis en place six centres de commandement sur son flanc oriental, en Estonie, Lettonie, Lituanie, Hongrie, Bulgarie et Roumanie.

 

Nous avons déjà renforcé notre présence, et nous réfléchissons à la possibilité de l'augmenter davantage, a assuré M. Stoltenberg, précisant que cette question serait à l'agenda du prochain sommet de l'Otan, en juillet à Varsovie.

 

L'exercice Trident Juncture, d'une ampleur inédite depuis 2002, rassemble près de 36.000 soldats en Italie, en Espagne et au Portugal et se déroule sur cinq semaines.

 

Il était prévu de longue date, mais son ampleur vient conforter la politique de renforcement des manoeuvres décidée par l'Alliance de l'Atlantique nord lors d'un sommet au Pays de Galles en septembre 2014, en raison de la crise en Ukraine.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 19:30
British forces have continued to conduct air operations to assist the Iraqi government in its fight against ISIL.

 

5 November 2015 Ministry of Defence

 

ISIL terrorists in Iraq have been struck repeatedly by Royal Air Force air strikes conducted over the past week in support of the Iraqi forces fighting on the ground.

 

Tornado GR4s from RAF Akrotiri, supported by a Voyager air-to-air refuelling tanker, provided close air support to Iraqi troops operating near Bayji on Thursday 29 October. A number of ISIL terrorists were observed manoeuvring towards an Iraqi position, and our aircraft successfully attacked three groups with Paveway IV guided bombs. Later that day, another GR4 flight conducted a strike on a fortified terrorist position near Tal Afar in the north-west of the country, hitting three targets with Paveways.

 

On Friday 30 October, a pair of GR4s again provided close air support to the Iraqi army, on this occasion near the occupied city of Ramadi. Two Paveways successfully disrupted an attempted terrorist attack on an Iraqi unit. The ISIL terrorists then opened fire on the Iraqis with two light anti-aircraft cannons. Despite difficult weather conditions, the highly capable GR4s were able to target the gun positions using a second pair of Paveway IVs, and both terrorist guns were knocked out and the threat to them removed.

 

On Sunday 1 November, an RAF Reaper used a Hellfire missile to destroy a group of terrorists in close combat with Iraqi troops, while a second Reaper, operating over Anbar province, worked in close cooperation with coalition fast jets to assist Iraqi operations to isolate the ISIL terrorists in and around Ramadi. The Reaper provided surveillance support to six coalition air strikes on terrorists manoeuvring in the area, and conducted four highly accurate strikes of its own using Hellfire missiles on groups of extremists as they attempted to reposition themselves against the advancing Iraqi forces. In north-west Iraq, Tornado GR4s were meanwhile supporting Kurdish peshmerga near Sinjar: three Paveway attacks destroyed an armed pick-up truck, a weapons cache, and a sniper position.

 

The following day, Monday 2 November, a Reaper conducted three successful strikes with two Hellfire missiles and a GBU-12 guided bomb against ISIL terrorist positions in western Iraq, including an anti-aircraft gun which the Reaper had located.

 

On Tuesday 3 November, a GR4 patrol again provided support to the Kurdish forces near Sinjar. A Brimstone missile destroyed a terrorist weapons cache, and a Paveway destroyed a mortar position on the top of a building.

On the ground, the coalition effort to train and equip the Iraqi security forces continues apace, with British military instructors playing a significant role, in particular leading the training programme on how to counter the threat from improvised terrorist explosive devices and booby-traps. RAF Sentinel surveillance aircraft play an important part in the coalition’s collection of intelligence on ISIL positions and movements, while Hercules transports provide the essential logistic support to the headquarters and training teams deployed in Iraq and neighbouring partner nations.

 

see all updates

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 18:30
USAF F-15C Eagles (493rd Fighter Squadron) with Turkish Air Force F-16C Fighting Falcons - Anatolian Eagle 15, June 17, 2015, in Turkey - photo USAF

USAF F-15C Eagles (493rd Fighter Squadron) with Turkish Air Force F-16C Fighting Falcons - Anatolian Eagle 15, June 17, 2015, in Turkey - photo USAF

 

05 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Istanbul - La Turquie envisage de lancer dans les prochains jours une offensive militaire contre l'organisation Etat islamique (EI), suspect n°1 du sanglant attentat d'Ankara le mois dernier, a affirmé mercredi le chef de la diplomatie turque Feridun Sinirlioglu.

 

Nous avons des plans pour agir militairement contre eux dans les prochains jours (...) vous allez voir, a déclaré M. Sinirlioglu lors d'une conférence sur l'avenir du Moyen-Orient à Erbil (Kurdistan irakien), cité par l'agence progouvernementale Anatolie.

 

Après des mois de pression de la part de ses alliés de l'Otan, Ankara a accepté l'été dernier de rejoindre la coalition militaire contre l'EI menée par les Etats-Unis, dont des avions décollent de la base aérienne d'Incirlik (sud de la Turquie).

 

L'armée turque, qui s'est engagée l'été dernier dans une guerre contre le terrorisme, a toutefois jusqu'à présent surtout concentré ses opérations sur les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

 

Depuis l'attentat suicide qui a fait 102 morts et plus de 500 blessés devant la gare centrale d'Ankara le 10 octobre, la police turque a toutefois multiplié les interpellations dans les milieux jihadistes en Turquie.

 

Selon le procureur d'Ankara, cette attaque, le plus meurtrière de l'histoire turque, a été commanditée par l'état-major de l'EI en Syrie.

 

Daech (acronyme arabe de l'EI) menace notre mode de vie et notre sécurité, a déclaré M. Sinirlioglu, nous devons tous faire front commun contre ce péril.

 

Même si la progression de Daech a été contenue grâce à l'effort international dont nous faisons partie, la menace est loin d'avoir disparu, a insisté le chef de la diplomatie turque.

 

M. Sinirlioglu n'a pas indiqué dans quel pays cette opération militaire pourrait avoir lieu.

 

Le ministre Sinirlioglu (...) n'a pas utilisé l'expression +opération terrestre+, a tenu à préciser le porte-parole du ministère des Affaires étrangères turc, Tanju Bilgiç, devant la presse, soulignant toutefois que toutes les options peuvent être évoquées.

 

Les propos du ministre interviennent alors que la Turquie doit accueillir les 15 et 16 novembre le sommet annuel des chefs d'Etat et de gouvernement du G20 à Antalya (sud).

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:55
Centenaire de la première guerre mondiale - 2016

 

05/11/2015 Ministère de la Défense

 

Communication de Jean-Marc Todeschini en conseil des ministres

 

Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, a présenté ce matin en conseil des ministres une communication relative au centenaire de la première guerre mondiale pour l’année 2016.

 

En 2016, la France entrera dans l’acte II de ce centenaire et commémorera deux des plus grandes batailles du conflit : Verdun et la Somme. Cent ans après, la France rendra un hommage solennel aux combattants français et de tous les pays belligérants venus combattre sur notre sol durant ces terribles batailles.

 

Le centenaire de la bataille de Verdun sera placé sous le signe de l’avenir, de la jeunesse et de la paix. Il s’ouvrira le 21 février, cent ans après le déclenchement de la bataille, par l’ouverture au public du mémorial de Verdun rénové. Il durera 300 jours et sera rythmé par de nombreuses manifestations populaires en Meuse et dans toute la France. Une grande cérémonie internationale réunissant plus de 4 000 jeunes allemands et français aura lieu le 29 mai à Douaumont, à laquelle le Président de la République a invité la chancelière de la République fédérale d’Allemagne. Le même jour, dans toutes les communes de France, les maires seront invités à commémorer le souvenir de cette bataille.

 

Le cycle commémoratif de la bataille de la Somme sera le deuxième temps fort mémoriel de l’année 2016. Notre pays accueillera les nations du Commonwealth, qui viendront commémorer leur participation aux combats meurtriers de 1916. Lancé le 25 avril 2016, jour de « l’Anzac Day », ce cycle se traduira par d’importantes cérémonies internationales et de nombreuses manifestations culturelles. Le 1er juillet 2016, la France et le Royaume-Uni organiseront conjointement une cérémonie franco-britannique au mémorial de Thiepval. Dix mille invités en provenance des cinq continents rendront hommage aux morts de la bataille, en présence des hautes autorités des nations du Commonwealth, du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:55
Le Tigre HAD lors de son expérimentation dans le désert djiboutien (Crédit: EMA / armée de Terre)

Le Tigre HAD lors de son expérimentation dans le désert djiboutien (Crédit: EMA / armée de Terre)

 

5 novembre, 2015 Nathan Gain (FOB)

 

L’ALAT devrait prochainement faire le plein de missile air-sol pour ses Tigre HAD. Le département d’État américain vient en effet, au travers de la « Defense Security Cooperation Agency » (DSCA), en charge des exportation de matériel militaire « Made in USA », de donner son feu vert pour la livraison de 200 missiles AGM-114K1A Hellfire II issus directement des stocks de l’US Army.

Une transaction évaluée à 30 millions de dollars US (donc 27,5 millions d’euros) qui devra encore être approuvée par le Congrès durant les 15 jours à venir. À priori une formalité, car les législateurs américains ne bloquent que très rarement des transactions qui sont soigneusement sélectionnées avant que le Congrès ne les notifie officiellement.

« Cet achat supportera directement les forces françaises activement engagées en opération au Mali et en Afrique du nord, leur fournissant la capacité d’engager des cibles avec un minimum de dommages collatéraux », précise la DSCA dans son communiqué officiel du 4 novembre 2015.

 

Un dernier lot de Hellfire avant de passer au Brimstone ?

L’idée est tentante, la France envisageant très sérieusement de changer de missile air-sol dans le cadre du programme de Standard 3 du Tigre. D’autant plus que le Brimstone (inspiré de…l’AGM-114), produit par MBDA, ne manque pas d’atouts. En effet, si la version K du Hellfire II est guidée par un laser semi-actif (ce qui signifie qu’il faut désigner la cible au laser jusqu’à l’impact), le Brimstone est quant à lui doté de la technologie « Tire & Oublie ». Non content d’assurer donc une souplesse d’utilisation non négligeable, le missile Brimstone est également équipé d’une technologie de guidage dédoublée, à savoir un laser semi actif ET un radar millimétrique. Et si les atouts du Brimstone ne suffisent pas, MBDA pourra toujours compter sur son futur « Multi-Role Combat Missile » (MRCM) pour convaincre les militaires français.

Les différentes OPEX dans lesquelles le Tigre HAD est activement engagé auront donc eu raison du premier lot de 250 missiles Hellfire II commandé en 2006. Ce nouveau lot de missiles air-sol devrait donc permettre aux pilotes de l’ALAT de continuer à contribuer à l’élimination de « Daech & Co. » en Afrique du Nord.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:55
La parole aux réservistes


04/11/2015 source CSRM

 

Le conseil supérieur de la réserve militaire (CSRM), chargé d’émettre des avis et des recommandations dans le domaine de la politique des réserves, se réunira prochainement en assemblée plénière. A cette occasion, les membres du CSRM se prêteront au jeu des questions / réponses.

 

Vous êtes réserviste militaire et vous vous intéressez à l'avenir de la réserve militaire ? Envoyer vos questions par mail avant le 30 novembre 2015 à communicationSGCSRM@hotmail.com ou via le post dédié sur notre page Facebook. Les questions retenues, pouvant intéresser l’ensemble des réservistes militaires, seront posées aux membres du CSRM à l’issue de la plénière.

Pour en savoir plus sur le CSRM et la gouvernance de la réserve militaire.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:55
200 Hellfire pour les Tigre français, ça coûte 30 millions de dollars

EC665 Tigre HAD, équipé de 2 missiles Hellfire– photo André BOUR HelicoPassion

 

04.11.2015 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

Feu vert US à une vente de 200 missiles air-sol Hellfire pour équiper les Tigre de l'Alat. La Defense Security Cooperation Agency a annoncé ce soir [4 nov.] cette vente "probable". Ces missiles proviendront des stocks de l'US Army.

 

WASHINGTON, Nov 4, 2015 - The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to the Government of France for Hellfire Missiles and associated equipment, parts and logistical support for an estimated cost of $30 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on November 3, 2015. The Government of France has requested a possible sale of two-hundred (200) AGM-114K1A Hellfire Missiles; Hellfire Missile conversion kits; blast fragmentation sleeves and installation kits; containers; and transportation. The estimated cost of MDE is $25 million. The total estimated cost is $30 million.

This proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the United States by improving the capability of a NATO ally. France is a major political and economic power in Europe and a key democratic partner of the United States in ensuring peace and stability around the world. It is vital to the U.S. national interest to assist France to develop and maintain a strong and ready self-defense capability. The additional missiles will meet France's operational requirements for a precisionguided tactical missile for its Tigre Attack Helicopter. The purchase will directly support French forces actively engaged in operations in Mali and Northern Africa, providing them the capability to successfully engage targets with minimal collateral damage. France will have no difficulty absorbing these missiles into its armed forces. The proposed sale of this equipment and support will not alter the basic military balance in the region. There is no principal contractor for this sale as the missiles are coming from U.S. Army stock. There are no known offset agreements in connection with this potential sale. Implementation of this proposed sale will not require any additional U.S. Government or contractor representatives in France. There will be no adverse impact on U.S. defense readiness as a result of this proposed sale. This notice of a potential sale is required by law and does not mean the sale has been concluded.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:50
photo Airbus DS

photo Airbus DS

 

04 November 2015 by Guy Martin - defenceWeb

 

European defence giant Airbus Defence and Space is developing a passive radar system that will soon be available to customers.

 

Active radars have been around for decades but they have their disadvantages, according to Frank Bernhardt: Head of Programme: Passive Radar at Airbus Defence and Space Electronics. By emitting a signal, active radars give away their positions and although there are various ways in which they can try and avoid detection, this is a significant drawback. Other limitations are emitting radiation that can interfere with other signals or can violate health and safety rules (such as emitting in a built-up area).

The idea of passive radar technology has been around since the 1930s, with Robert Watson-Watt performing experiments in 1935. However, it was not until some 20 years ago that technology (especially computer power) matured enough for passive radar to become viable.

The first passive radar systems were bistatic – in other words, the transmitter and receiver were in different places. Modern passive radar uses any transmitter of opportunity to detect disturbances and reflections in electromagnetic signals in order to determine the position of an object. Bernhardt said that FM radio signals and digital video broadcasting signals are the main passive radar sensors as they are strong emitters good for air surveillance.

Bernhardt said that the resurgence of passive radar has come about because of the availability of advanced processing technology that requires huge computing power. Another driver is the fact that there are a lot more emitters out there, providing many more signals to work with – if there are no electromagnetic signals in the atmosphere, passive radar obviously cannot work.

Read more

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:50
M 1126 Stryker ICV with 30mm cannon and M2 Machine Guns for Lithuania

 

Nov 5, 2015 ASDNews Source : Defense Security Cooperation Agency (DSCA)

 

The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to the Government of Lithuania for Stryker Infantry Carrier Vehicles and associated equipment, parts and logistical support for an estimated cost of $599 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on November 4, 2015.

The Government of Lithuania has requested a sale of eighty-four (84) M 1126 Stryker Infantry Carrier Vehicles (ICV) with the ATK 30mm cannon, the XM813 30mm cannon or a European variant with the Remote Weapon Station and eighty-four (84) M2 Flex Machine Guns. Additionally, they have requested the ICV-30 package, including contractor logistics support, support equipment, spare parts, armaments, two (2) AN/PRC-152 Radios per vehicle, one (l) AN/PSN-13 DAGR per vehicle, one (l) VIC-3 per vehicle, training aids/devices/simulators & simulations (TADSS), translated technical manuals with laptop computers, training, Foreign Service Representatives (FSRs), OCONUS Contractor vehicle deprocessing services and technical assistance. The total estimated value of MDE is $462 million. The overall total estimated value is $599 million.

Read more

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:45
Le Soudan du Sud "se fournit en armes"

 

05.11.2015 par BBC Afrique

 

Dans le contexte de conflit au Soudan du Sud, des armes seraient stockées par les deux parties en dépit de l’accord de paix signé en août, selon des experts de l’ONU.

 

Mais le Conseil de sécurité a décidé de ne pas imposer d’embargo sur les armes pour le moment. Si plusieurs efforts de paix ont échoué, beaucoup ont cru à l’accord signé en août et soutenu par les pays de la région, qui avait créé un gouvernement de partage du pouvoir. Des pays africains ainsi que la Russie auraient notamment suggéré qu’on laisse plus de temps à l’accord de paix pour faire ses preuves avant d’imposer des sanctions.

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:45
L'UE et la Tunisie signent un accord pilote dans la sécurité

 

05 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Tunis - L'Union européenne a signé jeudi un accord d'un montant de 23 millions d'euros avec le gouvernement tunisien pour soutenir la réforme et la modernisation du secteur de la sécurité dans ce pays en proie à la menace jihadiste.

 

Ce programme, signé par l'ambassadeur de l'UE Laura Baeza et le ministre de l'Intérieur Najem Gharsalli, revêt un caractère pilote et accompagnera la Tunisie dans la mise en oeuvre de la réforme du secteur de la sécurité, en développant une doctrine sécuritaire en phase avec les valeurs démocratiques, a déclaré Mme Baeza.

 

Depuis la révolution de 2011, la Tunisie fait face à une augmentation des attaques jihadistes, la plupart revendiquées par des mouvements liés à Al-Qaïda, qui ont coûté la vie à des dizaines de militaires, policiers et gendarmes. Elle a en outre été frappée par deux attaques, en mars au musée du Bardo et en juin à Sousse, qui ont fait 60 morts dont 59 touristes et ont été revendiquées par le groupe Etat islamique (EI).

 

L'accord prévoit d'appuyer une réforme des inspections, du recrutement et de la formation des forces de sécurité, dans l'optique de rétablir la confiance des citoyens, selon un communiqué de l'UE. Il comporte ainsi un important volet dédié à la redevabilité, à la probité et à la transparence.

 

Il doit également contribuer à renforcer les capacités dans la lutte contre la criminalité transfrontalière, avec la création d'une cellule de crise interministérielle ou encore de trois centres opérationnels rapides non loin des frontières algériennes et libyennes.

 

Le gouvernement a récemment annoncé que 20% du budget 2016 serait consacré aux secteurs de la sécurité et de la défense.

 

En juillet, un rapport du centre de réflexion International Crisis Group (ICG) a toutefois relevé que l'appareil sécuritaire était, malgré les sommes engagées, globalement dysfonctionnel, appelant à une réforme d'ampleur.

 

Des pays alliés, dont les Etats-Unis, ont annoncé vouloir renforcer leur coopération avec la Tunisie après l'attentat de Sousse. Paris et Tunis ont conclu le mois dernier un accord avec pour domaines prioritaires les forces spéciales et le renseignement, l'engagement financier de la France s'élevant à 20 millions d'euros sur deux ans.

 

La Tunisie pâtit notamment du chaos en Libye voisine et a entrepris la construction d'un mur frontalier de quelque 200 km. Interrogée, une source officielle a indiqué à l'AFP qu'elle était en cours d'achèvement, une quinzaine de km seulement devant encore être érigés.

 

Dans une récente étude, l'ONG Transparency a toutefois déploré la participation de responsables de sécurité tunisiens à la contrebande d'armes, notamment à la frontière libyenne.

 

La police tunisienne, qui entretenait une relation tendue avec la population sous le régime déchu de Zine El Abidine Ben Ali, reste en outre accusée par des ONG de perpétuer certaines pratiques oppressives.

 

Mercredi, des sit-in ont par ailleurs été organisés par les forces de sécurité intérieure sur tout le territoire. Les manifestants ont réclamé des augmentations salariales, dont une hausse de la prime de danger déjà existante.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:45
G5 Sahel: les chefs d'état-major signent une charte de coopération

 

05-11-2015 Par RFI

 

Les cinq chefs d'état-major généraux des armées du Burkina Faso, du Niger, du Tchad, du Mali et de la Mauritanie (G5 Sahel) étaient réunis à Ouagadougou mercredi 4 novembre, pour réfléchir à la situation sécuritaire dans leur zone. Les travaux de cette quatrième rencontre ont porté sur la coopération bilatérale et multilatérale dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière. Elle a abouti à la signature d'une charte sur le partenariat militaire de coopération transfrontalière.

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:45
Niger: l'aviation a bombardé des positions de Boko Haram dans le Sud-Est

 

05-11-2015 Par RFI

 

L’armée nigérienne a pour la première fois déployé des moyens aériens pour neutraliser des insurgés de Boko Haram dans le sud-est du Niger. Elle n’annonce pas de bilan pour l’heure. Ces frappes ont visé une zone proche du village de Dagaya, où des éléments des forces du Niger sont tombés dans une embuscade avant-hier, embuscade qui a fait un mort dans les rangs des soldats nigériens.

Lire l'article

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:40
Ukraine: les rebelles de Donetsk affirment avoir achevé le retrait de leurs armes

 

05 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Donetsk (Ukraine) - Les séparatistes prorusses de la république rebelle de Donetsk ont annoncé jeudi avoir achevé la dernière étape du retrait de leurs armes le long de la ligne de front, prévu par un accord conclu fin septembre entre les belligérants pour consolider la trêve dans l'est de l'Ukraine.

 

Nous avons achevé le dernier retrait d'armes, nous avons transporté 9 mortiers en direction d'Ilovaïsk (sud-est de Donetsk. Tout s'est déroulé comme prévu. (...) Il n'y aura plus de retrait d'équipements, a déclaré à l'AFP un haut responsable de la république autoproclamée de Donetsk, Edouard Bassourine.

 

De leur côté, les forces ukrainiennes prévoient d'achever leur retrait le 7 novembre, a indiqué à l'AFP un représentant de l'opération antiterroriste (nom donné par Kiev au conflit dans l'est de l'Ukraine).

 

Dans la région voisine de Lougansk, les deux parties ont annoncé en octobre avoir achevé le retrait.

 

L'Ukraine et les séparatistes prorusses sont parvenus fin septembre à un accord sur le retrait des chars, pièces d'artillerie d'un calibre inférieur à 100 mm et mortiers, dans une zone de 15 km de part et d'autre de la ligne de front dans l'Est rebelle.

 

L'opération est organisée sous la supervision de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui n'a pas confirmé jeudi le retrait total des armes côté rebelle.

 

Il est important de noter que nous avons observé de nombreuses anomalies dans le processus de retrait et j'appelle toutes les parties à utiliser les prochains jours afin d'achever entièrement le retrait, a déclaré le chef adjoint de la mission de l'OSCE en Ukraine, Alexander Hug, lors d'une conférence de presse à Kiev.

 

Des affrontements, notamment à l'arme automatique et au lance-grenades, ont encore lieu régulièrement dans l'est ukrainien, même si les combats ont largement cessé depuis plus de deux mois en vertu d'une nouvelle trêve décrétée le 1er septembre, dans un conflit qui a fait plus de 8.000 morts depuis son déclenchement en avril 2014.

 

Des tirs ont été entendus ces derniers jours à Donetsk, notamment autour des ruines de l'aéroport, l'un des principaux points chauds dans l'est séparatiste. Plusieurs soldats ukrainiens y ont aussi été tués la semaine passée.

 

Depuis dimanche, la mission d'observation a relevé une hausse significative des violences autour de l'aéroport de Donetsk, a confirmé M. Hug jeudi.

 

Rien que dimanche, nous avons enregistré 114 explosions dans cette zone, a-t-il précisé.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories