Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 17:20
Le destroyer américain USS Fitzgerald lance un missile à l’occasion de tests reliés au système de défense antimissile des États-Unis. (Archives/US Navy)

Le destroyer américain USS Fitzgerald lance un missile à l’occasion de tests reliés au système de défense antimissile des États-Unis. (Archives/US Navy)

 

04.11.2015 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Le groupe de travail du Centre d’Études en Politiques internationales (CÉPI) sur la politique de sécurité internationale et de défense a rendu public mardi un rapport à l’intention du nouveau gouvernement.

 

Pour les experts du CÉPI, l’environnement international de sécurité et de défense est désormais entré dans une période de changement rapide et souvent imprévisible.

Malgré l’impossibilité de prédire avec exactitude les menaces auxquelles le Canada pourrait être confronté, le groupe de travail estime qu’il est possible de «prendre des mesures qui nous garantiront la capacité d’agir quand ces menaces se matérialiseront».

Le groupe d’experts fait ainsi 7 recommandations clés:

  1. Agir immédiatement pour rétablir le statut du Canada aux États-Unis et dans le système onusien.
  2. Mettre de l’avant une position crédible sur les changements climatiques au Sommet de Paris.
  3. Définir une stratégie de contre-terrorisme équilibrée et s’engager à l’appliquer, cette stratégie couvrant la fois la prévention du terrorisme et les menaces de terrorisme, depuis celles touchant le Moyen-Orient jusqu’à celles planant sur notre propre pays.
  4. Entamer avec la population canadienne un dialogue sur la politique étrangère et de défense, par l’entremise d’un « Livre blanc » à produire dans un délai de six mois. Il faudrait pour ce faire définir une politique et une stratégie exhaustives au sujet des relations Canada-États-Unis, notamment sur la défense continentale.
  5. Exposer une vision pour la dimension humanitaire de la politique étrangère canadienne et, à court terme, dresser un plan d’action pour les réfugiés syriens, contrer la menace posée par ISIS et renforcer les capacités régionales.
  6. S’engager à allouer des ressources suffisantes aux engagements de principe internationaux du Canada, et plus spécialement à revitaliser la présence et les capacités diplomatiques du Canada à l’appui des objectifs gouvernementaux de sécurité, de commerce et de développement, ainsi qu’à aligner les ressources de l’enveloppe de la défense avec les engagements du Canada en matière de sécurité.
  7. Organiser et équiper le centre du gouvernement de façon telle à soutenir adéquatement les responsabilités et les objectifs gouvernementaux de sécurité internationale et de défense.

Les auteurs du rapport estime aussi que «la décision prise par le gouvernement Martin de ne pas participer à la défense continentale antimissiles balistiques doit être revue».

Le gouvernement libéral de Paul Martin avait décidé en 2005 de ne pas participer au programme américain de défense antimissile balistique. Or, depuis 2014 le Canada étudiait la possibilité de finalement prendre part au programme américain, mais les Conservateurs de Stephen Harper ont été chassés du pouvoir, le 19 octobre dernier.

Lors d’une audition, lundi 2 juin, devant les sénateurs membres du comité permanent sur la sécurité nationale et la défense, le lieutenant-général Alain Parent (alors commandant-adjoint du NORAD) évoquait le fait que si une interception de missiles devait avoir lieu, il était obligé de «quitter la pièce», puisque le Canada n’est pas partenaire du programme de défense antimissiles.

Concrètement, le programme antimissile balistique américain n’implique pas la mise en place d’un «bouclier» contre lequel viendraient se heurter les missiles assaillants. Il s’agit du lancement d’un missile intercepteur qui, pour neutraliser le missile balistique ennemi, va déployer un «véhicule d’interception exoatmosphérique» qui entrera en collision avec le missile. La neutralisation résulte en réalité de la vitesse de la collision entre ces deux objets.

Le groupe d’experts du CÉPI souhaite donc que le Canada demande à se joindre officiellement au système de défense antimissiles balistiques des États-Unis. «Dans ses négociations avec Washington, le gouvernement canadien devrait demander de participer à l’établissement des protocoles opérationnels du système. Il devrait également devrait demander que le centre de commandement et de contrôle de la défense continentale antimissiles soit hébergé au sein de NORAD, de manière à consolider pour longtemps encore la place du commandement binational comme régime commun de défense aérospatiale de l’Amérique du Nord».

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 16:55
L'"Hexagone Balard", nouveau site du ministère de la défense (CR-ANMA Artefactory)

L'"Hexagone Balard", nouveau site du ministère de la défense (CR-ANMA Artefactory)

 

04-11-2015 Par Vincent Lamigeon – Challenges.fr

 

EXCLUSIF 13.600 euros pour une imprimante et un scanner! Le consortium Opale Défense (Bouygues, Thales…), opérateur privé de l’Hexagone Balard, facture chaque prestation au prix fort. Au grand dam des militaires.

 

Ne l’appelez plus "Pentagone à la française". L’Hexagone Balard, nom définitif du nouveau siège du ministère de la Défense dans le 15ème arrondissement de Paris, est officiellement inauguré ce jeudi 5 novembre à 15h par le président François Hollande. Mais les militaires et agents du ministère n’ont pas attendu le grand raout pour prendre possession des lieux: 85% des 9.300 agents prévus sur le site sont déjà installés dans les 145.000 m2 de bâtiments neufs, qui rassembleront les états-majors des armées, la Direction générale de l’armement et divers services du ministère.

Depuis l’arrivée des "pionniers" en février dernier, les occupants vont de surprise en surprise. Il y a bien sûr les inévitables bugs des bâtiments flambant neufs : panne d’ascenseurs, volets qui se ferment automatiquement en pleine réunion, problèmes de scan des plaques d’immatriculation à l’entrée du site. Mais les agents ont surtout pu se familiariser avec les joyeusetés de la gestion du site en partenariat public privé (PPP): si le loyer annuel versé par le ministère, 154 millions d’euros, comprend la redevance immobilière, celles des systèmes d’information et des services (restauration, nettoyage, conciergerie…), chaque modification des bureaux demandée fait l’objet d’une facturation supplémentaire.

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 15:30
(Archives - photo Ria Novisti)

(Archives - photo Ria Novisti)

 

04 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Damas - L'armée syrienne a brisé mercredi le siège imposé depuis deux semaines par les jihadistes de l'État islamique (EI) aux secteurs gouvernementaux d'Alep, en rouvrant une route reliant ces quartiers au reste de la Syrie, selon la télévision officielle.

 

Nos unités de l'armée ont repris le contrôle total de la route Alep-Khanasser-Ithriya-Salamiyé après avoir éliminé un grand nombre de terroristes de Daech (acronyme arabe de l'EI), a indiqué la chaîne, précisant que la route serait rouverte demain (jeudi).

 

Les opérations ont commencé mercredi à 04H00 (02H00 GMT) et se sont terminées à 11H00 (09H00 GMT). L'armée a chassé de la route tous les gens de Daech, a affirmé un colonel à Khanasser (au sud-est d'Alep), interrogé par la télévision officielle.

 

Selon le correspondant de la télévision, l'armée est en train de terminer de déminer la route et elle devrait rouvrir jeudi.

 

Alep est divisée depuis juillet 2012 en quartiers tenus par les forces gouvernementales dans l'ouest et ceux contrôlés par les rebelles dans l'est.

 

L'autoroute reliant Alep à Homs, la troisième ville du pays plus au sud, étant entre les mains des rebelles, les forces du régime empruntaient depuis 2014 l'axe Alep-Khanasser-Ithriya-Salamiyé, située au sud-est d'Alep, la seule route possible pour ravitailler les quartiers gouvernementaux et y acheminer des renforts.

 

Mais cet axe avait été coupé le 24 octobre près de Khanasser par l'EI, qui a pris le contrôle d'une portion de plusieurs km.

 

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé la reprise du contrôle de la route par les forces gouvernementales mercredi. Des combats ont lieu près d'Ithriya, une localité au sud de Khanasser.

 

Pendant les deux semaines que l'axe a été coupé, près d'un demi-million d'habitants des quartiers d'Alep sous contrôle gouvernemental s'étaient retrouvés pris au piège et les prix des denrées avaient flambé.

 

Le conflit en Syrie a été déclenché en mars 2011 par la répression sanglante de manifestations antigouvernementales pacifiques qui ont dégénéré en révolte armée puis en guerre civile complexe.

 

Forces du régime, rebelles, Kurdes et jihadistes, sans compter les puissances étrangères, sont impliquées dans le conflit, alors que le territoire est de plus en plus morcelé.

 

La guerre a fait plus de 250.000 morts.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 14:30
photos USA DoD - UK France MoD

photos USA DoD - UK France MoD

 

November 04, 2015 by CJTF-OIR Release # 20151104-01

 

Military Strikes Continue Against ISIL Terrorists in Syria and Iraq

 

SOUTHWEST ASIA- On Nov. 3, coalition military forces continued to attack ISIL terrorists in Syria and Iraq. In Syria, coalition military forces conducted six strikes using attack, ground-attack, fighter, bomber, and remotely piloted aircraft. Separately in Iraq, coalition military forces conducted 19 strikes coordinated with and in support of the Government of Iraq using bomber, fighter, attack, ground-attack and remotely piloted aircraft against ISIL targets.

 

The following is a summary of the strikes conducted against ISIL since the last press release:

 

Syria

• Near Al Hasakah, two strikes struck two separate ISIL tactical units and wounded an ISIL fighter.

• Near Al Hawl, two strikes struck two separate ISIL tactical units and destroyed four ISIL fighting positions.

• Near Dayr Az Zawr, two strikes destroyed three ISIL cranes, four ISIL rigs, two ISIL excavators, an ISIL front end loader, and two ISIL pipefitters.

 

Iraq

• Near Al Baghdadi, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL fighting position.

• Near Albu Hayat, two strikes struck two separate large ISIL tactical units and destroyed an ISIL vehicle borne improvised explosive device (VBIED), an ISIL mortar system, an ISIL building, and four ISIL fighting positions.

• Near Bayji, one strike wounded an ISIL fighter.

• Near Mosul, one strike struck an ISIL tactical unit and destroyed an ISIL fighting position.

• Near Ramadi, five strikes struck an ISIL tactical unit and destroyed seven ISIL fighting positions, an ISIL VBIED, an ISIL weapons cache, an ISIL vehicle, an ISIL building and denied ISIL access to terrain.

• Near Sinjar, nine strikes struck an ISIL tactical unit and destroyed ISIL IED facility, an ISIL staging facility, three ISIL staging areas, four ISIL weapons caches, an ISIL headquarters location, an ISIL bed down location, 10 ISIL fighting positions, and two ISIL vehicles.

 

Strike assessments are based on initial reports. All aircraft returned to base safely.

 

The strikes were conducted as part of Operation Inherent Resolve, the operation to eliminate the ISIL terrorist group and the threat they pose to Iraq, Syria, and the wider international community.

 

The destruction of ISIL targets in Syria and Iraq further limits the group's ability to project terror and conduct operations. Coalition nations which have conducted strikes in Iraq include Australia, Belgium, Canada, Denmark, France, Jordan, Netherlands, United Kingdom, and the United States. Coalition nations which have conducted strikes in Syria include Australia, Bahrain, Canada, France, Jordan, Saudi Arabia, Turkey, United Arab Emirates, and the U.S.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 13:55
Thales wins French Navy simulator support contract

 

November 4, 2015 by Thales Group

 

Thales has been chosen by the French Navy to provide through-life support (TLS) for almost all of its simulators. The six-year contract with the Navy’s fleet support department (SSF) calls for the support of 41 simulators at six naval facilities in France.

 

These simulators cover a broad spectrum of operations and all deployment contexts, from shipboard system maintenance to surface vessel crew training as well as firing simulators for the Mistral missile, 12.7 mm and 20 mm guns and other weapons.

They are used to train the crews of all French Navy surface vessels, including its multimission frigates, air defence frigates and the Charles de Gaulle aircraft carrier. The new TLS contract covers simulators delivered from the 1990s to today, including systems currently on order.

This latest award strengthens Thales’s leadership in training and simulation for naval customers. 

Key points

  • Thales to provide TLS for almost all French Navy simulators.

  • Six-year contract for 41 simulators.

  • Simulation systems for all operational deployment contexts. 

 

Note to editors
Thales supports naval forces around the world with a wide range of training products, services and solutions, with a particular focus on mission planning and training efficiency.

- Surface crew training
For surface vessels, Thales provides highly integrated systems for the training of crews, command personnel and sensor and weapon operators.
- Training systems for submarines
Thales is present in the submarine segment, with pre- and in-service training systems deployed around the world. Solutions include submarine control simulators and combat system trainers.
- Maritime patrol aircraft and anti-submarine warfare
Thales delivers training solutions for a range of maritime patrol aircraft and helicopters, including highly realistic simulation of sensors (sonar, radar, EO/IR, etc.) and weapon systems, in an environment reproducing the most severe sea states. Advanced tactical environments can be tailored to the specific requirements of naval forces and their operational contexts.
- e-Learning and computer-based training
Thales has developed computer-based training (CBT) solutions for a number of vessel types around the world. These solutions are available on mobile platforms and are used for initial and operational training as well as for training in shipboard system maintenance.

About Thales
Thales is a global technology leader in the Aerospace, Transportation, Defence and Security markets. In 2014, the company generated revenues of €13 billion with 61,000 employees in 56 countries. With over 20,000 engineers and researchers, Thales has a unique capability to design and deploy equipment, systems and services to meet the most complex security requirements. Its unique international footprint allows it to work closely with its customers all over the world.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 13:30
photo Russia US DoD

photo Russia US DoD

 

04.11.2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Américains et Russes ont testé avec succès la procédure qui permet à leurs pilotes en opération dans le ciel syrien de se parler directement pour éviter les incidents, ont confirmé mardi chacun de leur côté le ministère russe de la Défense, puis le Pentagone, Moscou présentant l’événement comme marquant et Washington en minimisant la portée.

Un avion de combat américain « a conduit mardi un test de communication planifié avec un avion de combat russe » dans le ciel syrien, a indiqué le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

Le test a duré « 3 minutes » et « a rempli ses objectifs », a précisé le porte-parole américain, semblant toutefois vouloir minimiser ce qui ressemble à un geste de coopération militaire avec la Russie, pourtant interrompue après l’invasion de la Crimée en mars 2014, alors qu’au contraire, tant la Défense russe que l’agence officielle Ria Novosti semblaient vouloir donner beaucoup d’importance à l’événement, l’agence titrant même à la une « Russie et USA sont passés à la coopération pratique dans le ciel syrien ».

Mais le responsable américain de la Défense a précisé pour sa part que le test de communication de mardi ne pouvait être assimilé à un « entrainement conjoint », l’expression utilisée par un communiqué sur le même test du ministère russe de la Défense, qui a consacré à l’événement l’essentiel d’une longue conférence de presse menée par le chef des opérations militaires russes en Syrie. Le responsable américain, lui, a tenu à souligner que « Nous avons arrêté toutes les coopérations militaires avec la Russie après l’invasion de la Crimée, et cela reste en vigueur ».

La procédure d’aujourd’hui procédure s’inscrivait dans le cadre de l’accord signé le 20 octobre par Moscou et Washington pour éviter les incidents entre leurs avions de combat respectifs en mission au-dessus de la Syrie.

Le protocole contient un nombre de règles et de restrictions visant à empêcher des incidents entre les avions russes et américains qui effectuent, dans le cadre d’opérations différentes, des frappes aériennes contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie,

Les États-Unis et la coalition internationale qu’ils dirigent mènent en effet depuis septembre 2014 des bombardements contre le groupe État islamique en Syrie, alors que la Russie a lancé à son tour le 30 septembre dernier une campagne de bombardements en Syrie, dirigée officiellement contre les groupes « terroristes » opérant dans le pays, mais qui est surtout destinée à soutenir le régime de Bachar al-Assad, selon les Américains et leurs alliés.

Depuis deux mois, le nombre de bombardements américains et alliés en Syrie a sensiblement diminué par rapport aux mois précédents. Selon le site airwars.org, qui compile les communiqués quotidiens des militaires américains, la coalition a mené 117 frappes en octobre, le plus faible total mensuel à l’exception du mois du démarrage de la campagne.

Le Pentagone a toutefois nié tout lien avec le début de l’intervention russe, estimant qu’il s’agissait de « fluctuations » typiques d’une campagne militaire. De fait, les frappes de la coalition se sont de nouveau accélérées depuis le 30 octobre et le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter a annoncé la semaine dernière une « intensification » de la campagne aérienne contre les djihadistes de l’État islamique.

 

Le communiqué russe

Dans le cadre de l’interaction avec la coalition antiterroriste internationale et les États de la région visant à la prévention des incidents aériens et à assurer la sécurité des vols dans l’espace aérien de la Syrie, le ministère russe de la Défense développe avec succès la coopération avec ses collègues américains.

Comme il a déjà été signalé, le ministère russe de la Défense et le ministère américain de la Défense ont signé le protocole correspondant il y a une semaine.

Aujourd’hui à 11h00 (heure de Moscou), une formation conjointe a eu lieu entre les équipages des forces aériennes américaine et russe sur les actions en cas de proximité dangereuse des aéronefs [les aéronefs russes et ceux de la coalition menée par les États-Unis, ndlr].

Au cours de la formation, ont été abordées et pratiquées les questions de mise en garde, l’organisation de l’interaction et l’échange d’informations entre les états-majors des groupes opérationnels et les centres de contrôle de la force aérienne russe à la base aérienne Hmeymim et du Centre des opérations aériennes de la US Air Force (US Strategic Air Operations Center) au Qatar ainsi que l’information mutuelle des activités militaires dangereuses dans l’espace aérien de la Syrie.

Les équipages des aéronefs de la Force aérienne de Russie et de la coalition internationale ont effectué une approche à la distance minimale de 3 miles nautiques ((5.500 mètres,ndlr), établi un contact à la fréquence définie à l’avance et ont échangé des messages concernant les paramètres de vol de leur avion en langues anglaise et russe.

Après que le retour des [deux]appareils à la base, les centres de contrôle des forces aérospatiales russes à Hmeymim en Syrie et de l’US Air Force au Qatar ont tenu un examen conjoint via un canal de communication directe.

Le grand jeu de Moscou

Le général Andreï Kartapolov, chef des opérations militaires russes en Syrie, a aussi rappelé en conférence de presse aujourd’hui le travail conjoint avec Israël pour assurer la sécurité des vols. Une ligne directe 24h sur 24 est établie depuis mi-octobre entre le centre de contrôle à la base aérienne Hmeymim et le centre de commandement de l’Armée de l’Air israélienne pour l’échange d’informations concernant la situation aérienne sur la Syrie.

Et des «entraînements se sont déroulés pour que les états-majors des deux aviations se familiarisent avec cette «ligne directe», a même déclaré il y a quelques semaines le ministère russe de la Défense.

En outre, l’armée russe a annoncé lors de cette conférence de presse avoir pour la première fois bombardé des «cibles terroristes» en Syrie grâce à des informations données par ce qu’elle présente comme «des représentants de l’opposition» syrienne.

«Nous avons créé un groupe de coordination dont la composition (…) ne peut pas être rendue publique», a déclaré à cette conférence le chef des opérations militaires russes en Syrie, évoquant seulement une «coopération étroite» permettant d’unifier les efforts de l’armée loyale au président Bachar al-Assad et de «forces patriotiques syriennes» ayant été auparavant dans l’opposition.

Campagne militaire russe sans complexe et très médiatisée en Syrie, les Américains obligés de se coordonner avec l’aviation russe pour éviter un incident dans le ciel syrien, la multiplication des initiatives diplomatiques en vue d’un règlement politique sauvegardant ses intérêts au Moyen-Orient, Moscou sort le grand jeu.

De plus en plus, en amenant les divers intervenants en Syrie à passer par Moscou, les Russes tentent de devenir les maîtres du jeu, sauvant le régime de leur allié Assad et leur ancrage au Moyen-Orient, et marquant ainsi avec éclat leur retour sur la scène internationale après l’isolement qui avait suivi la crise ukrainienne.

Et c’est fort vraisemblablement dans cette perspective que chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov va aussi recevoir mercredi à Moscou l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, « pour progresser dans l’établissement d’un « dialogue réel » entre Damas et l’opposition syrienne ».

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:56
[Diaporama] Terriens et aviateurs survivent au CESSAN

La cabine plonge à 3,5 mètres de profondeur dans un bassin de 1 500 m3 d’eau et d’une profondeur de 6 mètres. Les exercices sont réalisés en toute sécurité en présence des plongeurs instructeurs du CESSAN. - photo J.REDOUANE©ECPAD

 

 

30/10/2015 Cne F. Cantin  -  DICOD

 

Fin octobre, une vingtaine de terriens et aviateurs, tous personnels navigants, se sont retrouvés au Centre d’entraînement à la survie et au sauvetage de l’aéronautique navale (CESSAN), à Lanvéoc. Durant cinq jours, ils ont été évalués sur leur aptitude à la survie en mer avec hélitreuillage au large des côtes bretonnes, formés à l’évacuation de cabines immergées en bassin et à l’utilisation de l’élément de respiration subaquatique (ERSA) avant de s’entraîner à se dégager d’une voile de parachute dans l’eau. Le CESSAN a mis à profit ses nouveaux simulateurs arrivés à l’été pour un entraînement au plus proche de la réalité. Chaque année, le Centre accueille plus de 1 000 stagiaires des trois armées, de la gendarmerie, du service de santé des armées ou encore de personnels navigants d’armées étrangères pour apprendre à survivre en cas d’amerrissage forcé.

 

Terriens et aviateurs survivent au CESSAN - [Diaporama]

 

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:55
Stages armées-jeunesse

 

03/11/2015 CAJ

 

Plus de 500 stages et contrats armées-jeunesse pour 2016

 

Le but de ces stages est de concourir au renforcement du lien armées-nation, de mettre en contact des étudiants avec le milieu de la Défense par l'intermédiaire de l'industrie de l'armement, des états-majors, des unités militaires et des différents services des armées.

 

Il s'agit de deux types de stages :

• des stages sous convention*

D'une durée allant de 1 semaine à 6 mois maximum, ce sont des stages formalisés par une convention de stage entre l'étudiant, l'organisme d'emploi du ministère de la défense et l'établissement d'enseignement.

* Un stage sous convention d'une durée supérieure à 2 mois et 44 jours de présence effective sur la période de stage est obligatoirement gratifié.

• des stages rémunérés ou contrats "armées-jeunesse"

Ce sont des contrats de travail à durée déterminée, de 3 mois maximum. Ce contrat vise à offrir une première expérience à des étudiants en fin d'études ou jeunes diplômés. La rémunération de ces stages est équivalente au SMIC.

 

♦Deux outils pour trouver des stages :

- Pour les stages de niveau 3ème à bac + 7, une Banque des stages

- Un fichier pdf pour l'ensemble des stages de niveau Bac+ 3 à bac+ 7 pour l'année 2016

 

Pour postuler, complétez le formulaire de candidature 2016.

 

Le ministère propose également des stages à l'étranger.

 

(Mis à jour le 16 octobre 2015)

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:55
[Teaser] Simuler n’est pas jouer (JDef)


4 nov. 2015 source JDEF

 

Inspirée des jeux vidéo, la simulation est devenue un outil incontournable pour les armées. Partie intégrante de l’apprentissage et de la préparation opérationnelle, les technologies ultra élaborées du jeu sont aujourd’hui un véritable complément de l’entrainement réel.

Dans ce numéro, le Journal de la Défense (JDef) vous fait découvrir les nouveaux outils de formation et d’entrainement utilisés au sein des forces armées.

Grille de diffusions sur la chaîne LCP-An
-SAMEDI 7 NOVEMBRE A 19H15
-DIMANCHE 8 NOVEMBRE A 15H45
-MERCREDI 11 NOVEMBRE A 01H00
-JEUDI 12 NOVEMBRE A 10H00
-DIMANCHE 15 NOVEMBRE A 16H45
-DIMANCHE 22 NOVEMBRE A 23H15
-SAMEDI 28 NOVEMBRE A 19H15

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:55
photo 4e RE  - Légion Etrangère

photo 4e RE - Légion Etrangère

 

30-10-2015 par 4e RE Réf : 536 | 321

 

Le jeudi 29 octobre 2015, la compagnie de commandement et des services a organisé une séance de méthode naturelle dans le parc du château des Cheminières. Après un échauffement ludique dans la zone dédiée au paint ball, les cadres et légionnaires ont enchaînés plusieurs exercices sur le thème du combat au corps à corps. Commençant par un travail de frappe haute avec parades et esquives, tous se sont exercés ensuite aux mises au sol et aux immobilisations. A l’issue, les participants sont retournés à leurs missions de soutien au profit des compagnies d’instruction.

 

Reportage photos

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:55
photo EMA

photo EMA

 

03/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 30 octobre 2015, répondant à l’invitation du général d’armée Pierre de Villiers, les anciens chefs d’état-major des armées ont découvert les installations de Balard, lieu à partir duquel le « premier des militaires » exerce désormais ses responsabilités pour assurer la défense de la France et des Français.

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:55
photo EMA

photo EMA

 

03/11/2015 Ministère de la Défense

 

Depuis le 2 novembre 2015, le général d’armée Pierre de Villiers porte  le « Bleuet de France», autorisant et encourageant les militaires à faire de même.

 

Jusqu’aux cérémonies du « 11 Novembre », le chef d’état-major des armées (CEMA) a ainsi choisi de rendre hommage aux anciens combattants, aux victimes de guerre, ainsi qu’à leurs familles. « Le bleuet est le symbole de l’hommage aux soldats qui ont payé dans leur chair le prix de leur engagement au service de la France. Il incarne les valeurs de courage, d’abnégation, d’engagement et de paix qui sont celles de l’ensemble de la communauté combattante. »

 

Repère

L’histoire du « Bleuet de France » débute au  lendemain de la Première Guerre Mondiale avec pour souci de soutenir ceux qui se sont sacrifiés pour la France. Aujourd’hui encore, cette œuvre se poursuit, les fonds récoltés permettant de contribuer au maintien à domicile des anciens combattants et des veuves de guerre, de participer au financement des études des Pupilles de la Nation, mais aussi de soutenir des militaires gravement blessés en opérations extérieures ou d’accompagner les familles endeuillées de nos soldats.

L’œuvre nationale du « Bleuet de France » (ONBF) participe également à la confection des colis destinés aux soldats engagés sur les théâtres d’opérations extérieures au moment de Noël.

Depuis 1991, l’office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) est chargé de la gestion de l’ONBF, qui est reconnue d’utilité publique. Elle est donc habilitée à recevoir des dons de particuliers et d’entreprises, ouvrant droit à des déductions fiscales.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:50
Compte tenu de l'évolution récente en Europe orientale, les investissements dans les véhicules blindés devraient demeurer une priorité absolue des gouvernements

 

LONDRES, November 3, 2015 /PRNewswire/

 

La 15e Conférence internationale annuelle consacrée aux véhicules blindés a eu lieu en janvier dernier au stade Twickenham (Royaume-Uni). Organisé par Defence IQ, ce rassemblement a été l'occasion de discuter des défis relatifs aux capacités, au savoir-faire et à la gestion de projets auxquels est confrontée la communauté mondiale des véhicules blindés, ainsi que d'interagir avec ses clients et la chaîne logistique pour faire avancer les programmes de modernisation et de développement.

À cette occasion, la problématique de l'Europe orientale a été soulignée dans les discours inauguraux donnés par Philip Dunne, ministre britannique de la Défense chargé de l'équipement, du soutien et de la technologie et par le lieutenant- général Michael Williamson, Premier sous-secrétaire d'État adjoint de l'armée pour l'acquisition, la logistique et la technologie, ministère américain de la Défense.

Philip Dunne a également fait remarquer que « dans le contexte actuel de confrontation à une myriade de menaces, nos forces armées seront appelées à toujours répondre présent. La nécessité impérieuse de maintenir une flotte de bataille est une tâche aussi difficile que jamais ». Philip Dunne a aussi annoncé en exclusivité la signature d'un contrat d'une valeur de 30 millions de livres avec la division européenne Systèmes terrestres de General Dynamics visant l'entretien et le soutien technique des véhicules blindés Mastiff et Ridgeback.

Le débat du secteur G5 a été un autre moment fort de la conférence de cette année et a réuni des dirigeants issus des principaux équipementiers, notamment Nexter Systems, Textron Systems, BAE Systems Hägglunds, Milspray et Ruag. Les discussions ont porté sur divers sujets, dont les tendances actuelles en matière de conception et leur concrétisation lors de programmes futurs, l'utilisation des moteurs hybrides et les directives actuelles concernant les exigences des forces armées et des gouvernements.  

Outre des personnalités politiques et militaires, la conférence comptait également sur la participation d'universitaires et de dirigeants techniques qui ont présenté leurs recherches permettant de mieux comprendre les avancées et les évolutions futures dans le domaine . Le professeur Bryn James, responsable des Sciences des blindages et de la protection chez DSTL, a indiqué que malgré le souhait des fabricants et des utilisateurs finals d'obtenir « l'unobtainium », il est persuadé que les technologies de pointe deviennent de plus en plus accessibles à l'heure actuelle. « Nous ne demandons plus l'impossible », ce qui fait que « dans les deux ou trois prochaines années, nous pourrions très bien assister à l'introduction du blindage électrique et des systèmes de protection active ». Ces technologies sont au stade de recherche-développement depuis des années et leur utilisation opérationnelle pourrait bientôt devenir une réalité. Il a également souligné l'importance de la robustesse et des blindages ainsi que la nécessité de les réparer sur le théâtre des opérations. Morgan Advanced Materials a également présenté ses récentes avancées en balistique, alors que IBD Deisenroth Engineering a fait part de ses recherches de pointe, notamment la phase initiale de développement des blindages au graphène. DSM Dyneema a pour sa part présenté dans les détails ses blindages en polyéthylène très appréciés et ses projets.

 

Voici la liste des intervenants de prestige à l'International Armoured Vehicles 2015 :

  • Major-général Robert Talbot-Rice, Responsables des programmes de véhicules blindés, DE&S
  • Brigadier général Charles Beaudouin, directeur de la STAT (Section technique de l'Armée de Terre française)
  • Lieutenant- colonel Piotr Kosinski, Spécialiste principal Inspection des forces terrestres, commandant général des forces armées polonaises
  • Brigadier général Harold Lucho Avendano, comité technique d'évaluation (CETO), armée péruvienne
  • Colonel German Schell O'Kuinghttons, armée chilienne
  • Major- général Payenda Mohammad Nazim, Inspecteur général, ministère afghan de la Défense
  • Brigadier général Enam Nazar, Commandant de la force de frappe mobile blindée, armée nationale afghane

Nous tenons également à féliciter les lauréats des International Armoured Vehicles XV Awards remis par les partenaires média du secteur :

  • Textron Systems COMMANDO® pour la meilleure plateforme véhicule
  • Morgan CAMAC® pour sa technologie de protection du personnel
  • Identificateur des menaces de Microflown AVISA pour le produit international le plus novateur

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:50
photo UK MoD

photo UK MoD

 

03/11/2015 Tribune conjointe du Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et de son homologue britannique Michael Fallon

 

Il y a 5 ans, le 2 novembre 2010, nos deux pays ont signé deux traités à Lancaster House : un traité sur la défense et la sécurité et un autre sur la coopération nucléaire. Cela constituait un engagement historique visant à construire un partenariat de long terme dans le domaine de la défense et de la sécurité, reflétant notre histoire, nos intérêts, nos valeurs et responsabilités partagés, ainsi qu’une analyse convergente des menaces auxquelles nous sommes confrontés ; ils représentent un gage sans précédent de notre confiance mutuelle. Demain nous nous rencontrons de nouveau pour souligner cet engagement et continuer à faire face ensemble aux défis sécuritaires que nous partageons.

 

La coopération franco-britannique de défense n’est pas nouvelle. Depuis plus d’un siècle nos forces armées ont combattu côte à côte. En 2016, nous commémorerons le courage et le sacrifice de tous ceux qui, il y a un siècle, ont servi ensemble la défense de nos pays durant la Bataille de la Somme. Depuis 1945, nos deux pays ont consacré une part substantielle de leur richesse nationale à la défense, reflétant nos responsabilités en tant que membres permanents du conseil de sécurité des Nations unies, désireux et capables de déployer et maintenir des forces armées à travers le monde entier.

 

Depuis la Déclaration du Président Jacques Chirac et du Premier ministre John Major lors de leur rencontre à Chequers en octobre 1995, nous avons reconnu l’importante convergence de nos intérêts vitaux. La somme de nos deux budgets de défense représente près de la moitié des dépenses totales de tous les Etats membres de l’Union européenne en matière de défense et une part plus large encore en matière de recherche et développement de défense.

Nous avons atteint d’importants objectifs ces 5 dernières années. Nous avons démontré que la France et le Royaume-Uni ont les capacités militaires nécessaires et la volonté politique de les utiliser dans tout le spectre des missions de gestion de crise. Nos forces armées ont lutté ensemble contre les Talibans en Afghanistan et au large de la Corne de l’Afrique ; elles sont restées engagées côte à côte contre Daech, en Méditerranée et au sein de la mission de l’UE de formation et de conseil au Mali (EUTM Mali). Ensemble, nous sommes engagés dans des missions de police du ciel de l’OTAN. Le Royaume-Uni a fourni des moyens de transport aérien stratégique et de surveillance aux opérations françaises au Mali et en République centrafricaine. Réciproquement, la France a soutenu le détachement britannique d’avions Tornado déployé dans sa lutte contre Boko Haram. Dans un même esprit de coopération, la base de Lossiemouth de la Royal Air Force en Ecosse a accueilli des avions français de patrouille maritime Atlantique 2.

 

Depuis 2010, nous avons travaillé régulièrement à consolider notre capacité à nous déployer et à mener des opérations conjointement et sur très court préavis via la Force expéditionnaire commune interarmées (CJEF) jusqu’à 10.000 hommes. Cette Force doit obtenir sa certification finale le printemps prochain, comme prévu, lors de l’exercice GRIFFIN STRIKE. Par ailleurs, nous comptons désormais quelque 50 officiers insérés au sein de nos forces armées respectives. Les officiers français ont été déployés dans le cadre d’opérations britanniques et des officiers britanniques dans le cadre d’opérations françaises.

 

Notre coopération en matière industrielle et d’armement s’est développée sans interruption ces cinq dernières années. Elle s’est concentrée sur des domaines clés tels que la coopération de long terme sur les missiles de nouvelle génération, le projet de système de combat aérien du futur, lancé au Sommet de Brize Norton en janvier 2014, ou le projet de guerre de mines navales. Cela comprend un travail conjoint pour accroître notre efficience commune grâce à une plus grande interdépendance. Nous avons franchi une étape supplémentaire en ce sens en signant à Paris, en septembre dernier, un accord intergouvernemental qui permettra de créer au sein de MBDA plusieurs centres d’excellence en France et au Royaume-Uni consacrés aux systèmes communs missiliers.

 

Dans le secteur nucléaire qui, plus que tout autre domaine, reflète la profondeur de nos liens et de notre confiance mutuelle, nous avons développé des outils communs afin d’assurer la sûreté et la fiabilité des armes qui représentent l’ultima ratio pour protéger nos intérêts vitaux. Cela inclut la construction d’une installation conjointe radiographique et hydrodynamique à Valduc en Bourgogne où les équipements britanniques seront inaugurés en 2016.

 

Ces succès nous encouragent à approfondir, élargir et pérenniser notre coopération dans le cadre des accords de Lancaster House. Demain marquera notre neuvième rencontre de l’année, preuve de notre engagement sans précédent au niveau ministériel. Nos équipes travaillent désormais sur un très large spectre, allant de l’analyse stratégique à la sécurité du continent africain et la réforme de l’OTAN, en passant par la lutte contre la prolifération et la politique nucléaire. Il y a seulement quelques semaines, nous avons lancé ensemble la première conférence sur la cyber-défense à Paris. A la suite des attaques contre Charlie Hebdo, nous travaillons ensemble à la manière dont les armées peuvent contribuer à la sécurité intérieure. Nous sommes déterminés à entretenir cette dynamique positive en 2016 et au-delà.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:45
photo EMA / Armée de Terre

photo EMA / Armée de Terre

 

03/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Depuis le mois de juin 2015 et pour sa 6e opération consécutive, le commandant Louis a été projeté à Niamey (Niger) comme chef du Centre de coordination interarmées des transports, transits et mouvements (CCITTM).

 

Entré en service comme sous-officier, le commandant Louis a réussi le concours de l’École militaire interarmes. Il a ensuite choisi l’arme du train pour se spécialiser dans le « mouvement ». Avant d’être projeté à Niamey, il commandait la section « voies ferrées et navigables » au sein du centre des transports et transits de surface de l’armée de Terre, à Montlhéry.

Niamey constitue le point central de toutes les entrées et sorties du fuseau Ouest de l’opération Barkhane. En charge de l’ensemble des transports pour ce fuseau, qu’il s’agisse du personnel ou du fret, en provenance de France ou intra-théâtre, le commandant Louis dirige une équipe de quatre personnes et dispose également de moyens aériens. « Pour schématiser, le détachement Air de Niamey est un peu le hall d’entrée du fuseau Ouest, le CCITTM en est la porte d’entrée et de sortie »  résume le commandant Louis.

En effet, le CCITTM reçoit et envoie le fret de France par A400M, C17 ou Antonov 124 principalement, et dispose d’avions Airbus pour le personnel. En outre, il transporte personnel et matériel sur le théâtre soit par voie aérienne, soit par voie routière (vecteurs de la force ou transporteurs locaux).

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:45
EFS- Formation de lutte contre les engins explosifs improvisés au profit des FAS

 

03/11/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 12 au 13 octobre 2015, le détachement d’appui opérationnel « Génie  » des Éléments français au Sénégal (EFS), composé des sapeurs de marine du 6e régiment du génie, s’est rendu à l’école d’application de l’infanterie de Thiès au Sénégal, pour conduire une mission d’appui militaire opérationnel au profit des Forces armées sénégalaises (FAS).

 

Son objectif était de former les futurs chefs de section des unités d’infanterie des FAS dans la lutte contre les Engins explosifs improvisés (IED). À cette occasion, le détachement était renforcé par une équipe opérationnelle de déminage du groupe régional d’intervention « Neutralisation, enlèvement, et destruction des explosifs » (NEDEX) des EFS.

L’instruction s’est déroulée en deux phases, une première consacrée à l’instruction théorique, la seconde réservée aux exercices pratiques sur le terrain. Les stagiaires ont ainsi effectué une manœuvre dynamique et rythmée tout en travaillant les procédures opérationnelles. L’instruction a été sanctionnée par un exercice de synthèse permettant aux stagiaires de restituer des savoir-faire acquis au cours de la formation.

Site de l’article

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:45
Militaires maliens à l'entraînement. Photo Master Sgt. Ken Bergmann USAF

Militaires maliens à l'entraînement. Photo Master Sgt. Ken Bergmann USAF

 

04-11-2015 Par RFI

 

Au Mali, la vaste offensive de l'armée malienne dans le centre du pays se poursuit. Elle va durer trois mois. Ce mardi, alors que l'armée malienne arrêtait de présumés jihadistes, l'attaque d'une pirogue, attribuée à des combattants islamistes, a fait un blessé.

Lire l'article

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:30
photo UK Gov

photo UK Gov

 

Nov 1, 2015 Spacewar.com (AFP)

 

Dubai - Construction work has begun in Bahrain to build Britain's first permanent military base in the Middle East since 1971, amid security threats in the region, Bahrain's state media reported Sunday.

 

"The ground-breaking ceremony for the establishment of the marine facilities headquarters in the kingdom of Bahrain" was launched on Saturday, the official BNA news agency.

 

The ceremony was attended by British Foreign Secretary Philip Hammond and Bahraini Foreign Minister Sheikh Khalid al-Khalifa, it said.

 

Hammond tweeted on Saturday that "work starts today on new @RoyalNavy base at Mina Salman #Bahrain," and said the new base "is a symbol of UK's enduring commitment to Gulf security".

 

The new base is part of a deal reached last year between the two countries to increase cooperation in tackling security threats in the Middle East.

 

Bahrain -- which is part of a US-led coalition that has been carrying out air strikes on the Islamic State group in Iraq and Syria -- is already home to the US Navy's Fifth Fleet.

 

Britain is part of the US-led coalition but takes part only in air strikes on Iraq, with its warplanes taking off from the Royal Air Force base at Akrotiri in Cyprus, where it also has a second garrison.

 

The new base in Bahrain "will enable Britain to send more and larger ships to reinforce stability in the Gulf," British Defence Secretary Michael Fallon said last year.

 

Sheikh Khalid, quoted by BNA, said the construction of the new base was expected to "strengthen the partnership between the two countries and enable the forces to carry out their duties effectively".

 

Construction of the base will cost £ 15 million ($23 million, 19 million euros) and, according to Bahrain's Al-Wasat newspaper it should be completed next year.

 

Britain withdrew from bases in the Gulf in 1971, in a move that led to the independence of Bahrain and Qatar and the creation of the United Arab Emirates.

 

Currently Britain uses US facilites in Bahrain's Mina Salman Port.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:20
Lockheed Martin Receives Final Regulatory Approval Needed to Close Sikorsky Acquisition

 

BETHESDA, Md., Nov. 3, 2015 Lockheed Martin

 

Republic of China's approval marks end to successful and comprehensive regulatory review process

 

Lockheed Martin (NYSE: LMT) has received the final regulatory approval needed to close its acquisition of Sikorsky Aircraft, a world leader in military and commercial rotary-wing aircraft, from United Technologies Corp. The completion of the regulatory review by the Ministry of Commerce of the People's Republic of China marks the end of a successful and comprehensive regulatory review process in eight jurisdictions.

"With this final regulatory approval, we are one step closer to completing this historic acquisition," said Marillyn Hewson, Lockheed Martin chairman, president and CEO. "Sikorsky brings a legacy of innovation and performance that perfectly complements Lockheed Martin's portfolio. We are excited to soon welcome the men and women of Sikorsky to our team."

Lockheed Martin anticipates closing the acquisition on Friday, Nov. 6.

Once completed, the acquisition of Sikorsky Aircraft will advance Lockheed Martin's commitment to provide its customers with mission-ready solutions that are affordable and efficient, while expanding its core business into the growing areas of helicopter production and sustainment.

For additional information, visit our website: www.lockheedmartin.com.

 

About Lockheed Martin
Headquartered in Bethesda, Maryland, Lockheed Martin is a global security and aerospace company that employs approximately 112,000 people worldwide and is principally engaged in the research, design, development, manufacture, integration and sustainment of advanced technology systems, products and services. The Corporation's net sales for 2014 were $45.6 billion.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:20
M109A7 Paladin Self-Propelled Howitzer photo BAE Systems

M109A7 Paladin Self-Propelled Howitzer photo BAE Systems

 

Nov 2, 2015 by Richard Tomkins. (UPI)

 

BAE Systems is continuing low-rate initial production of the M109A7 Paladin Self-Propelled Howitzer under the second option of a U.S Army contract.

 

An additional 30 sets of the weapon system -- one of which will include an M992A3 tracked ammunition carrier -- will be produced under the option, which is worth $245.3 million.

 

"The success of this program is directly attributable to the partnership between the Army and BAE Systems," said Adam Zarfoss, director of Artillery and Bradley programs at BAE Systems. "We've worked as a team to bring this much needed enhanced combat capability to the soldier to address immediate needs while providing a platform that can support future growth as requirements evolve."

 

The M109A7 Paladin Self Propelled Howitzer, or SPH, is an upgrade of the M109A6 Paladin. It uses the main armament and cab structure of the M109A6, but replaces the vehicle's chassis structure with a new design to allow for the integration of Bradley common drive-train and suspension components.

 

Technology developments from the Crusader and Non-Line-of-Sight Cannon programs are also included in the upgraded Paladin. Among them: a 600 volt on-board power generation, distribution and management system, coupled with high-voltage gun drive and projectile ramming systems.

 

BAE Systems said that with delivery of the 30 Paladin sets under the second contract option, the company would have produced 66 systems to the Army, which intends to procure a total of 580 vehicle sets.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre


4 nov. 2015 par Armée de Terre

 

L'armée de Terre crée depuis quelques mois de nouvelles compagnies en vue de porter les effectifs de sa force opérationnelle à 77 000 hommes. Elles sont désormais une réalité opérationnelle permettant de faire face à l'accroissement de ses missions dans la durée.

Pour exemple, le 2e régiment étranger d'infanterie (2e REI) a accueilli avant l'été une 5e compagnie de combat. Quelques mois après sa mise en place, elle était déjà engagée à Paris dans le cadre de l'opération SENTINELLE. Une mission assurée par des légionnaires entraînés et motivés, fiers "d'être au contact de la population et de servir la France" .

Forte de ces nouveaux effectifs, l'armée de Terre réalise ainsi parfaitement sa mission opérationnelle, en opération extérieure comme sur le territoire national.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:55
photo R. PEllegrino - ECPAD

photo R. PEllegrino - ECPAD

 

04/11/2015 DICOD

 

Le colloque « Droit et opérations extérieures »  s’est tenu les 2 et 3 novembre 2015 à Balard (Paris 15e). Organisé par le secrétariat général pour l’administration (SGA) - direction des affaires juridiques -, cet événement avait pour objectif de faire le point sur les questions juridiques complexes que soulèvent les opérations extérieures d’aujourd’hui : le cadre juridique, l’usage de la force, l’articulation réponse militaire/réponse judiciaire, la conciliation entre le droit international humanitaire et les droits de l’homme, la qualification du terroriste.

 

Comment prendre en compte la dimension judiciaire dans la planification et la conduite des opérations ? L’ennemi d’aujourd’hui est-il un combattant à neutraliser ou un criminel à juger ? Dans l’accomplissement de sa mission, le militaire est-il un justiciable comme un autre ? Pour répondre à ces questions, la direction des affaires juridiques (SGA/DAJ) a réuni lundi 2 et mardi 3 novembre à Balard (Paris 15e), lors d’un colloque baptisé « Droit et opérations extérieures », de nombreux experts venus apporter leurs connaissances sur ces questions juridiques soulevées par les opérations extérieures.

 

Après l’ouverture du colloque par Jean-Paul Bodin, secrétaire général pour l’administration, le général d'armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, et le général de corps d’armée Didier Castres, sous-chef « opérations » à l’État-major des armées, le public a pu assister à des tables rondes et échanger avec des experts du monde du droit (juriste, avocat, magistrat…) mais également des militaires, un ambassadeur et des hauts responsables ministériels. Parmi eux : Frances Nash, directrice des affaires juridiques du ministère de la Défense britannique, Charles A. Allen, directeur adjoint des affaires juridiques du ministère de la Défense américain, Claire Landais, directrice des affaires juridiques du ministère de la Défense ou encore François Molins, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Paris.

 

En clôture du colloque, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a déclaré être convaincu qu’au sein du ministère un « juste équilibre » avait été trouvé « entre les nécessités de la manifestation de la vérité, de la poursuite des infractions d’une part, et la protection du combattant agissant pour le succès de la mission militaire confiée aux armées d’autre part ». Soulignant les spécificités du militaire en opérations extérieures et le fait qu’il bénéficie à ce titre d’un régime de protection statutaire bien précis, il a néanmoins jugé « nécessaire » certaines améliorations notamment en ce qui concerne le processus d’indemnisation, la prise en compte du syndrome post-traumatique et le droit des pensions militaires d’invalidité.

 

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:55
photo A. Pecchi Dassault Aviation

photo A. Pecchi Dassault Aviation

 

03.11.2015 par Pascal Gateaud, Olivier James et Hassan Meddah -  L'Usine Nouvelle n° 3443

 

L’Usine Nouvelle a élu Dassault Aviation industriel de l’année 2015. L’avionneur a vendu le Rafale à l’étranger tout en renouvelant sa gamme d’avions d’affaires.

 

La scène se passe en février. De retour des studios radio et télé où il vient de commenter le contrat signé avec l’Égypte, la première vente du Rafale à une puissance étrangère, Éric Trappier a droit à une ­standing ovation. Dans le hall du siège de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), des centaines de salariés entourent le PDG de Dassault Aviation. Tous célèbrent cette victoire tant attendue. Le succès appelant le succès, l’avionneur a depuis décroché un deuxième contrat auprès du Qatar. Le groupe fêtera ses 100 ans l’an prochain. Sa longévité puise dans les valeurs et l’histoire du groupe lancé par Marcel Bloch, le futur Marcel Dassault, créateur de l’hélice Éclair qui équipera dès 1916 de nombreux avions de combat tricolores. Elle s’est bâtie sur une modernité jamais démentie. L’avionneur se prépare à entrer dans l’ère numérique après avoir dessiné son nouvel avion d’affaires, le Falcon 5X, avec les derniers outils informatiques. Éric Trappier, pour qui la dimension familiale du groupe est un atout, met un point d’honneur à visiter régulièrement chacune de ses usines.

La rédaction de " L’Usine Nouvelle" a élu Dassault Aviation industriel de l’année 2015. Son PDG répond à nos questions.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:55
photo EMA

photo EMA

 

02/11/2015 Ministère de la Défense

 

A situation exceptionnelle, dispositif exceptionnel. En janvier 2015, le lancement de l’opération Sentinelle, s’est traduit par le déploiement d’un volume sans précédent de forces sur le territoire national. Il s’agissait alors de réagir au plus vite face à la menace. Ce dispositif de protection étant appelé à durer, l’état-major des armées a décidé de prendre les dispositions matérielles visant à renforcer la qualité du soutien. Comme dans toutes les opérations, l’idée est de s’inscrire dans la durée, une fois passée la phase d’urgence. En avril 2015, le CEMA a décidé de mettre en œuvre un plan d’actions destiné à améliorer rapidement les conditions de vie des militaires.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 11:50
photo British Army

photo British Army

 

04.11.2015 par Aerobuzz.fr

 

Le ministère britannique de la défense confirme qu’un drone Watchkeeper s’est écrasé, à l’atterrissage, le 2 novembre 2015, lors d’un vol d’entrainement. L’accident s’est déroulé sur le terrain militaire de Boscombe Down (Grande-Bretagne) où sont basés 8 Watchkeeper.

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories