Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 08:45
Crédit photo : AFP/Ministère de la Défense

Crédit photo : AFP/Ministère de la Défense

 

Par

 

Les soldats français en Centrafrique seront 1600 dès ce samedi soir, a annoncé François Hollande, soit 400 de plus que les effectifs prévus. La mission, étendue au désarmement, durera "autant que nécessaire".

 

La mission de la France sera de contrôler les zones de violence, de désarmer les rebelles, de donner le contrôle aux autorités et de permettre la tenue d'élections.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 08:45
Centrafrique: les militaires français sont déployés à Bangui

 

07 décembre 2013 à 19:01 Par RFI

 

lnitialement prévu avec 1 200 hommes, le dispositif français en Centrafrique va être renforcé de 400 soldats supplémentaires, soit à terme 1 600 hommes, pour une intervention que Paris souhaite rapide. Six cent cinquante soldats français patrouillent déjà dans les rues de Bangui où la population se terre toujours dans la crainte des violences. D’autres troupes ont franchi ce samedi, dans la matinée, la frontière entre le Centrafrique et le Cameroun, en direction de Bouar puis de Bangui.

 

On assiste à un début timide de reprise de la vie dans les grandes artères de Bangui. En début de matinée on pouvait voir des habitants discutant sur le pas des portes, des vendeuses de beignets sur le bord de la route et des marcheurs. Les voitures cependant étaient quasiment absentes. Les commerces, eux, restaient rideau baissé. Le marché Combattant ce matin était vide.

 

Les Français déployés sur les quartiers chauds

La Seleka reste encore maître du terrain dans le centre. Ses hommes, en tenue de combat sont installés aux bords des routes. Des 4 X 4 aux plaques d’immatriculation arrachées traversent la ville, avec leur chargement de combattants. Quand on s’approche de l’aéroport et du camp Mpoko où sont basées la Fomac et les forces françaises, les Selekas disparaissent. Les habitants sont plus nombreux à sortir. Un camp de fortune s’est même formé près de la base. Il regroupe des populations qui ont fui leur quartier.

 

→ à (re)lire : Mgr Nzapalainga: «La sécurité est assurée par les Français, la Seleka doit déposer les armes»

 

Ce matin, toutes les compagnies présentes à la base française ont été déployées vers des quartiers de Bangui, où des exactions ont été signalées. Des appels à l’aide venant des quartiers se poursuivent, avec toujours des violences contre des civils au porte-à-porte.

 

Venir en aide à la population

Le nombre des blessés se compte par centaines depuis le milieu de la semaine. MSF en a traité plus de 200 depuis 2 jours, et vient d'ouvrir un nouveau centre pour accueillir les cas les moins graves ainsi que les femmes enceintes. « Dès les premières journées nous avons concentré nos efforts évidemment, à aider l’hôpital communautaire qui est un hôpital où l’on pouvait installer notre équipe chirurgicale, explique Sylvain Groulx, chef de mission de RSF à Bangui. Depuis, nous avons ouvert aussi l’hôpital de Kassar pour les cas de petites blessures légères, ainsi que pour les femmes qui sont enceintes. Donc on invite justement les gens, s’ils peuvent sortir de la maison et se sentent en sécurité, à se rendre justement à l’hôpital de Kassar pour recevoir des soins légers…

Médecins sans frontières a également mis en place des petites cliniques mobiles, pour justement aider les populations qui se sont toutes regroupées ensemble auprès de l’aéroport de Bangui, ainsi que dans un centre communautaire confessionnel qui s’appelle Don Bosco, dans le quartier de Bongo, tout près du PK12.

Ce sont tout simplement des petites cliniques mobiles, où on va pouvoir faire la prise en charge des cas les plus graves, les plus importants, s’assurer qu’il n’y ait pas d’enfants qui meurent également du paludisme sévère ou d’infection respiratoire ».


■ Alain Boinet, de Solidarités International : « La solution est politique »

S’exprimant au micro de Nathalie Amar, au cours de l’émission spéciale de RFI en direct de l’Elysée où se tenait le sommet pour la paix et la sécurité en Afrique, ce samedi à la mi-journée, Alain Boinet, fondateur de l'ONG Solidarités International a jugé que l’intervention française en République centrafricaine était une bonne chose, car « le président de la République a déclaré hier (vendredi 6 décembre, ndlr) que "la France n’a pas d’autre objectif que de sauver des vies humaines". Ça, c’est l’urgence ».

Mais au-delà de l’urgence, le fondateur de Solidarités International insiste : « L’humanitaire et la sécurité, pour indispensable qu’elles soient, ne sont pas suffisantes. (…) L’intervention actuelle est déterminante pour les années qui viennent. (…) Il faut maintenant, au-delà des effets – que ce soit la sécurité ou l’humanitaire –, s’attaquer aux causes. »

Pour lui, il s’agit, « ensemble, avec les Centrafricains (de) se dire comment on va les régler. Sinon, on va être dans des interventions humanitaires et des interventions militaires à répétition. Et on n’en sortira jamais. La solution est politique. »

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 08:30
Arak IR-40 Heavy Water Reactor, Iran  - photo Nanking2012

Arak IR-40 Heavy Water Reactor, Iran - photo Nanking2012

 

07 décembre 2013 Par RFI

 

Après l'accord de Genève qui a permis de débloquer le dossier du nucléaire iranien, et en attendant la levée partielle des sanctions européennes, censée intervenir ce mois-ci, l'Iran a invité ce dimanche 8 décembre les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à visiter l'un des sites les plus sensibles en Iran : le réacteur d'Arak.

 

C'est à Arak, à 240 km au sud-ouest de Téhéran, que la République islamique a entrepris la construction d'un réacteur à eau lourde. Une installation qui relève de la filière plutonium et dont l'Iran assure qu'elle doit servir à la recherche médicale.

Le problème c'est qu'en Occident beaucoup doutent de cette version officielle et il plane sur le projet d'Arak le même soupçon que sur les sites d'enrichissement d'uranium de la République islamique : et s'il s'agissait d'un programme militaire destiné à produire une bombe atomique ?

 

→ A (RE)LIRE : L'Iran invite l'AIEA à inspecter le site nucléaire d'Arak

 

Le sort d'Arak a été l'un des points les plus délicats à négocier en octobre et novembre dernier, lors des longues séances de discussions entre l'Iran et ses interlocuteurs du Groupe des Six (les 5 membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne).

À l'arrivée, Téhéran a accepté de geler les travaux de construction d'Arak. Mais l'accord de Genève n'est qu'un document intérimaire. Les uns et les autres doivent désormais travailler à un règlement définitif. Et là encore, se pose la question d'Arak. Pour l'Iran, pas question de démanteler ce site. « C’est une ligne rouge », selon le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

 

Démantèlement

À l'inverse, aux Etats-Unis, la secrétaire d'Etat adjointe Wendy Sherman a récemment déclaré qu'elle ne voyait pas d'autre issue que le démantèlement d'Arak. « À quoi peut bien servir un tel réacteur si vous n'avez que des intentions pacifiques ? », s'est publiquement interrogée cette responsable américaine.

L'accord conclu à Genève ne devrait pas d'ailleurs avoir une incidence dans l'immédiat quant à la présence militaire des Etats-Unis dans la région. C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre Chuck Hagel, le secrétaire américain à la Défense, lors d'une conférence sur la sécurité régionale qui se tient en ce moment à Manama.

 

 → A (RE)LIRE : Les Etats-Unis réaffirment leur présence militaire dans le golfe Persique

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 23:50
Reservists Training to be Challenger Tank Crew

 

18.11.2013 UK MoD

 

Army Reservists of the The Royal Wessex Yeomanry (RWxY), the South West's Army Reserve Cavalry Regiment taking part in Challenger 2 main battle tank live firing exercise.

As their civilian colleagues drove to work through the morning rush hour on Monday 18th November, 40 Army Reservists from the West Country climbed aboard Challenger 2 Main Battle Tanks to experience live firings first hand as they trained to become tank crews.


-------------------------------------------------------
© Crown Copyright 2013
Photographer: Sgt Russ Nolan RLC
Image 45156297.jpg from www.defenceimages.mod.uk

Reservists Training to be Challenger Tank CrewReservists Training to be Challenger Tank Crew
Reservists Training to be Challenger Tank Crew
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 23:45
Former 20 000 soldats africains par an? Du boulot pour les militaires et/ou les entreprises comme Sovereign Global


06.12.2013 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Dans son discours d'ouverture au sommet de l'Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique, le président Hollande a proposé la mise à disposition de cadres militaires auprès des états-majors africains, ainsi que des actions de formation de façon à entraîner, chaque année, "20 000 soldats africains".

Voilà de quoi réjouir les militaires français habitués des missions de formation de troupes africaines (photo EMA, ci-dessus prise en Côte d'Ivoire), si ce n'était que c'est déjà le chiffre (en tout cas pour 2012) des soldats africains qui ont bénéficié d'une formation française.

Ces missions, en outre, ont tendance à ne plus être la chasse gardée tricolore mais qui sont aussi externalisées. A Djibouti, en Mauritanie, au Tchad, ce sont ainsi les instructeurs de Sovereign Global (membre de l'ICOC depuis octobre dernier) qui ont assuré cette prestation. Les Américains de PAE forment les contingents de l'Amisom etc.

Sur ce sujet (formation des armées étrangères et externalisation), on (re)lira un ouvrage publié par le Laboratoire de l'IRSEM en 2012: La formation des armées étrangères. Évolution des politiques et des pratiques des années 1950 à 2010, rédigé par Georges-Henri Bricet des Vallons, Florent de Saint Victor, Nicolas Mazzucchi.

François Hollande a aussi proposé l'aide de la France à la création d'une force africaine de réaction rapide en Afrique, sous l'égide de l'Union africaine. "Ce projet exige des moyens de commandement et de renseignement", a-t-il reconnu. Sans parler, une fois de plus, de financement.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 23:45
Sangaris: 1200 hommes selon l'EMA, 1600 selon François Hollande (actualisé)

 

07.12.2013 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Au moins "cinq compagnies de combat" sont désormais présentes en RCA, avec l'arrivée ces dernières heures de 200 hommes supplémentaires, selon le porte-parole de l'état-major, le colonel Gille Jaron.

Or, lors d'une conférence presse de clôture du sommet sur la paix et la sécurité en Afrique à Paris, le président de la République a déclaré: "Jeudi soir, il y avait 600 militaires français; hier (vendredi) soir, il y en avait 1 000; et ce soir, il y en aura 1 600 et ce sera l'effectif qui demeurera autant que nécessaire pour cette mission".

Le contingent dispose aussi de quatre hélicoptères Puma et de deux Gazelle.

Ces unités comprendraient une compagnie parachutiste du 6e bataillon d’infanterie de Marine (6e Bima) arrivée de Libreville, une compagnie du 1er RCP, deux compagnies des 3e et 8e RPIMa, une du 21e RIMa.

Une colonne de l'armée française, premiers renforts terrestres de l'opération "Sangaris" en Centrafrique, a fait, ce samedi, une entrée triomphale dans la ville de Bouar, dans l'ouest du pays. Dans cette colonne en provenance du Cameroun, on trouve l'UCL du 8e RPIMa et un contingent du 1er RHP, avec 150 hommes issus du 3e escadron et d’une partie du 1er escadron. Selon l'EMA, "les moyens de combat" de cette colonne ont entamé des missions de reconnaissance vers l'Est.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 23:45

bambari.jpg

 

06.12.2013 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense

 

Bambari, vous connaissez? C'est une sous-préfecture de 40 000 habitants, située à près de 400 kilomètres de Bangui et tenue par les rebelles de la Séléka depuis le 23 décembre 2012. On la disait "stratégique", peut-être parce que c'est un carrefour routier sur la RN2.

Il y a une quinzaine de jours, des paysans ont vu "tomber du ciel" huit hommes. Deux Blancs et six Noirs, ont-il assuré. Lourdement armés, ont-ils ajouté.

Hallucinés, les gars du coin? Ou juste là au bon moment pour assister à un largage de FS. Américaines? Trop loin des zones où elles traquent Joseph Kony. Françaises? Plus probable puisqu'elles "choufferaient" les mouvements des rebelles et autres miliciens incontrôlés sur les axes routiers, dont la RN2?

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 22:55
Sangaris: 1200 hommes

 

 

07/12/2013 15:05 Sources : EMA

 

24 heures après le lancement de l'opération Sangaris, l'effectif français a été doublé en Centrafrique, atteignant un volume de 1200 militaires.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 22:45
photos EMA / ECPAD

photos EMA / ECPAD

 

07/12/2013 Sources : EMA

 

Point de situation sur les opérations de la force Sangaris.

 

Un peu plus de 24 heures après le déclenchement de l’opération Sangaris et selon la décision du Président de la République, l’effectif de la force a dans un premier temps été doublé passant de 600 à 1200 militaires dans la nuit du 6 au 7 décembre. Déployées principalement à Bangui, les troupes françaises sont sous les ordres du général de brigade Francisco Soriano.

 

En plus de l’arrivée de nouvelles compagnies de combat, la force Sangaris a également été renforcée par des moyens aéromobiles d’attaque et de manœuvre (2 hélicoptères gazelle et 4 hélicoptères Puma), ainsi que des moyens de commandement, de soutien, et de logistique. Ces troupes, comme ces hélicoptères, proviennent essentiellement des forces prépositionnées en Afrique mais aussi de l’échelon d’urgence projeté depuis la France (dispositif « Guépard »).

 

Depuis le 6 décembre, le nombre de patrouilles dans Bangui s’est ainsi multiplié. Les patrouilles à pied, dont certaines conduites avec la FOMAC (future MISCA), réalisant en complément des patrouilles en véhicule sur les axes principaux. En permanence, les militaires assurent la sécurité de l’aéroport de M’Poko et des points d’intérêts français.

 

Des patrouilles de Rafale ont survolé Bangui à plusieurs reprises, signifiant la détermination de la force Sangaris aux groupes armés susceptibles de s’opposer aux militaires français.

 

Par ailleurs, débarqué du BPC Dixmude le 1er décembre à Douala au Cameroun, l’escadron d’aide à l’engagement a par ailleurs franchi la frontière Centrafricaine dans la nuit du 6 au 7 décembre. Il mène actuellement des missions de reconnaissance dans l’Est du pays.

 

Enfin, au cours de la nuit, des éléments ont été déployés en dehors de la capitale. Leur mission consiste à reconnaître les axes vers le Nord.

 

L’ensemble de ces actions a permis de limiter les affrontements directs, malgré la poursuite de tirs sporadiques et de tensions dans la ville.

Sangaris : point de situation du 7 décembre 2013
Sangaris : point de situation du 7 décembre 2013
Sangaris : point de situation du 7 décembre 2013
Sangaris : point de situation du 7 décembre 2013
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 17:35
Type 039 Song Class attack submarine

Type 039 Song Class attack submarine

 

 

December 6, 2013: Strategy Page

 

Bangladesh has ordered two submarines from China. The specific type of sub was not mentioned but it was probably the Type 39 class, which is relatively modern and very similar to the Russian Kilo class that is a popular export item. This would be the first Chinese sale of their submarines and the Type 39 is the first successful Chinese designed and built submarine.

 

For over a decade China has been designing and building a rapidly evolving collection of "Song" (Type 39) class diesel-electric submarines that emphasize quietness and reliability. The changes have been so great that the latest seven Songs have been called Yuan class (Type 39A or Type 41). The original design (Type 39) first appeared in 2001, and 13 have been built. But in 2008, a noticeably different Type 39 appeared. This has been called Type 39A or Type 41 and is now accepted as a separate class. The evolution continued until there were seven "Type 41 Yuan Class" subs (of at least three distinct models). These latest models appear to have AIP (air independent propulsion system) along with new electronics and other internal improvements.

 

This rapid evolution of the Type 39 appears to be another example of China adapting Russian submarine technology to Chinese design ideas and new technology. China has been doing this for as long as it has been building subs (since the 1960s). But this latest version of what appears to be the Type 41 design shows Chinese naval engineers getting more creative. Two or more Yuans are believed to have an AIP that would allow them to cruise underwater longer. Western AIP systems allow subs to stay under water for two weeks or more. The Chinese AIP has less power and reliability and does not appear to be nearly as capable as Russian or Western models. The Chinese will keep improving on their AIP, just as they have done with so much other military technology.

 

The Songs look a lot like the Russian Kilo class and that was apparently no accident. The 39s and 41s are both 1,800 ton boats with crews of 60 sailors and six torpedo tubes. This is very similar to the Kilos (which are a bit larger). China began ordering Russian Kilo class subs, then one of the latest diesel-electric designs available, in the late 1990s. The first two Type 41s appeared to be a copy of the early model Kilo (the model 877), while the second pair of Type 41s appeared to copy the late Kilos (model 636). The latest Yuans still appear like Kilos but may be part of an evolution into a sub that is similar to the Russian successor to the Kilo, the Lada. The Type 39s were the first Chinese subs to have the teardrop shaped hull. The Type 41 was thought to be just an improved Song but on closer examination, especially by the Russians, it looked like a clone of the Kilos. The Russians now believe that the entire Song/Yuan project is part of a long-range plan to successfully copy the Kilo. If that is the case, it appears to be succeeding.

 

China currently has 13 Song class, 12 Kilo class, 7 Yuan class, and 18 Ming (improved Russian Romeo) class boats. There are only 4 Shang class and 3 Han class SSNs, as the Chinese are still having a lot of problems with nuclear power in subs. Despite that, the Hans are going to sea, even though they are noisy and easily detected by Western sensors. Five Hans were built (between 1974 and 1991) but 2 have already been retired. There are 4 newer Shang class SSNs in service, but these are still pretty noisy. The Song/Yuan class subs are meant to replace the elderly Mings. China is in the process of buying some even more advanced diesel-electric submarine technology from Russia for a new class of boats.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 14:35
Le chef du Pentagone arrive à Kaboul, alors que l'accord n'est toujours pas signé

 

07 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

KABOUL - Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel est arrivé samedi à Kaboul, alors que les Etats-Unis sont exaspérés par le refus du président afghan Hamid Karzaï de signer un traité de sécurité (BSA) considéré comme crucial par Washington.

 

De source américaine, on indiquait qu'aucune rencontre n'était prévue pour M. Hagel avec le président Karzaï, tandis que la présidence afghane affirmait que les deux hommes se rencontreraient samedi - dernier en date des nombreux désaccords ces derniers temps entre les alliés.

 

M. Hagel ne prévoit pas de rencontrer le président Karzaï pendant son séjour en Afghanistan, a déclaré aux journalistes un haut responsable du ministère américain de la Défense.

 

Les Etats-Unis ont dit clairement leur position sur le BSA. Et le président Karzaï, il y a deux jours, a redit qu'il n'était pas prêt à signer, a-t-il ajouté.

 

L'emploi du temps du président prévoit une rencontre avec M. Hagel ce soir, suivie d'un dîner, a déclaré de son côté le porte-parole de M. Karzaï, Aimal Faizi, ajoutant que l'Afghanistan était désireux de discuter des points encore non résolus concernant le BSA.

 

Fin novembre, c'est la conseillère de sécurité nationale du président Barack Obama, Susan Rice, qui était venue tenter de convaincre M. Karzaï de signer cet accord qui encadrerait la présence éventuelle de soldats américains en Afghanistan après fin 2014.

La Maison Blanche a à cette occasion laissé planer la menace d'une option zéro, avec retrait de tous les soldats américains d'ici un an, à la fin de la mission de combat de la force de l'Otan (Isaf), et la suppression des milliards de dollars d'aide militaire promis à Kaboul.

 

De quoi faire craindre l'effondrement de l'Etat central afghan, déjà faible et sous perfusion de l'aide internationale, au profit des insurgés, 12 ans après la chute des talibans qui avaient offert un sanctuaire à Oussama ben Laden et Al-Qaïda avant les attentats du 11-Septembre.

 

Malgré ces pressions, M. Karzaï persiste à affirmer que ce sera à son successeur de signer l'accord, après la présidentielle d'avril, ce qui serait trop tard selon Washington pour planifier le déploiement des 15.000 soldats destinés à entraîner et soutenir les forces afghanes.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 13:30
L'Allemagne vend deux destroyers à Israël pour un milliard d'euros

 

07 décembre 2013 Romandie.com (AFP)

 

BERLIN - L'Allemagne a convenu de vendre à Israël deux destroyers pour un milliard d'euros, affirme le quotidien allemand Bild samedi, sans citer de sources.

 

Ces bateaux de guerre équipés de torpilles doivent être utilisés pour protéger des pipelines israéliens, croit savoir le journal. Il souligne que Yossi Cohen, conseiller à la sécurité nationale d'Israël, était à Berlin la semaine passée pour discuter armement.

 

Interrogée par l'AFP, une porte-parole du gouvernement allemand a simplement confirmé la visite de M. Cohen à Berlin. Elle n'a donné aucun détail sur le contenu des discussions.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 13:20
Centrafrique: les USA soutiennent l'opération militaire française

 

 

WASHINGTON, 7 décembre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis soutiennent l'opération militaire de la France en République centrafricaine, a déclaré vendredi la porte-parole du département d'Etat américain Marie Harf.

 

"Les Etats-Unis approuvent l'action des militaires français qui ont lancé, en coopération avec des forces régionales, un processus de rétablissement de la sécurité pour la population centrafricaine", a affirmé Mme Harf.

 

Selon la diplomate, la décision de Paris d'envoyer 800 soldats pour appuyer le contingent de l'Union africaine doit amener les belligérants à mettre un terme aux violences. Mme Harf a également réaffirmé que les Etats-Unis allaient débloquer 40 millions de dollars pour aider les forces armées de l'Union africaine.

 

Jeudi 5 septembre, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution autorisant l'envoi de 1.200 militaires français et de 3.600 soldats africains chargés de ramener le calme en Centrafrique.

 

Selon la Croix-Rouge internationale, les affrontements armés qui ont débuté à Bangui dans la nuit de mercredi à jeudi ont fait plus de 300 morts.

 

En janvier dernier, les autorités de la République centrafricaine ont signé un accord de paix avec la coalition d'opposition Séléka regroupant plusieurs formations armées. Cependant, en mars, les rebelles de la Séléka se sont emparés de la capitale du pays, Bangui. Le chef de l'Etat François Bozizé s'est réfugié à l'étranger, alors que le leader de la rébellion Michel Djotodia s'est autoproclamé président. Depuis, le pays est le théâtre d'hostilités violentes entre les partisans et les adversaires du nouveau pouvoir.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 13:14
centrafrique-sangaris 06.12.2013 source Liberation-fr

centrafrique-sangaris 06.12.2013 source Liberation-fr

 

 

07 décembre 2013 12h53 Romandie.com (AFP)

 

CANTONNIER (Centrafrique) - Les premiers renforts terrestres de l'armée française ont pénétré samedi matin en Centrafrique, a constaté un journaliste de l'AFP.

 

Venue du Cameroun, une colonne d'environ 200 soldats français a traversé la frontière dans la localité de Cantonnier (ouest de la Centrafrique), a constaté le journaliste de l'AFP, intégré dans le dispositif français.

 

Les soldats ont été salués par une foule en liesse massée le long de la route et qui criait Merci! Merci!.

 

C'est bon, c'est bon, c'est bon!, s'époumonait une femme, entourée de dizaines d'autres Centrafricaines, dansant, criant, applaudissant l'arrivée des militaires français, tandis que des enfants surexcités tapaient dans leurs mains.

 

Des hommes, eux, levaient le poing en signe de victoire. Il faut nous libérer!, lançait un passant en direction des militaires, juchés sur leurs camions et véhicules blindés.

 

Douaniers, policiers et quelques membres des forces de sécurité centrafricaines se mettaient au garde à vous au passage de la colonne française.

 

Près de 800 soldats français étaient déjà présents en Centrafrique, à Bangui, dans le cadre de l'opération Sangaris (du nom d'un papillon rouge local), officiellement déclenchée jeudi soir après le feu vert de l'ONU.

 

Un contingent d'environ 350 hommes avait été débarqué la semaine dernière au Cameroun, en prévision d'une entrée par la route dans l'ouest de la Centrafrique. Le dispositif français, déployé en soutien à une force africaine sur place, devrait compter à terme environ 1.200 hommes, selon Paris

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:55
Rafale-M du groupe aérien embarqué (GAé)

 

06.12.2013 Crédit : EMA / Marine nationale


29 novembre 2013, 16h00, au large de la Corse un avion Rafale-M du groupe aérien embarqué (GAé) est catapulté depuis le porte-avions Charles De Gaulle.
Le groupe aéronaval (GAN) a quitté Toulon pour être déployé dans le nord de l’océan Indien et dans la région du golfe arabo persique (GAP) pour assurer une mission de présence opérationnelle en océan Indien. Ce déploiement permettra à la France d’entretenir ses connaissances de la zone et de développer ses relations avec les différents partenaires qui y sont présents. Il permettra également de conduire des interactions avec les forces navales américaines, alimentant ainsi une coopération opérationnelle bilatérale établie de longue date.

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:55
MBDA estime le potentiel de vente à environ 300.000 MMP sur toute la durée de vie du missile

MBDA estime le potentiel de vente à environ 300.000 MMP sur toute la durée de vie du missile

 

 

06/12/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le PDG du missilier européen Antoine Bouvier vise la vente de 9.000 à 12.000 Missiles Moyenne Portée (MMP) en dix ans, dont environ 2.850 à la France. Sur toute la durée de sa vie, MBDA compte en livrer 300.000.

 

Le Missile moyenne portée (MMP) pourrait marcher sur les traces du succès à l'exportation du missile léger antichar Milan, son prédécesseur. Le PDG du missilier européen, Antoine Bouvier, y compte d'ailleurs fermement. "Nous comptons vendre entre 9.000 et 12.000 MMP en dix ans", annonce-t-il à La Tribune. En tenant compte bien sûr de la commande française, soit 2.850 exemplaires, dont 450 sur la période 2014-2019. Il se base sur un effet de levier de trois à quatre par rapport à la commande française.

 

Au-delà, le MMP, qui doit également remplacer le missile antichar Eryx, vise le marché de renouvellement du Milan, qui s'est vendu à plus de 350.000 exemplaires achetés depuis 1974 par 43 pays. L'Eryx s'est quant à lui vendu à plus de 50.000 exemplaires à huit clients. "Nous estimons le potentiel de vente du MMP à environ 300.000 exemplaires" sur toute la durée de la vie de ce programme, précise Antoine Bouvier.

 

Un contrat de 400 millions d'euros

 

La direction générale de l'armement (DGA) a notifié mardi à MBDA France, le contrat de développement et production du missile MMP d'un montant de 400 millions d'euros, selon un communiqué de la DGA publié jeudi.

 

Ce programme participe au maintien des compétences de la filière missilière française (9.000 emplois) dont certains sous-traitants sensibles en particulier dans le secteur des autodirecteurs à infrarouge.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:52
Les premiers renforts terrestres français pénètrent en Centrafrique

 

07/12/2013 à 12:37 Par lefigaro.fr avec AFP

 

Les premiers renforts terrestres de l'armée française ont pénétré samedi matin en Centrafrique, selon le journaliste de l'AFP intégré dans le dispositif français.

 

Venue du Cameroun, une colonne de l'armée française a traversé la frontière dans la localité de Cantonnier. Les soldats ont été salués par une foule en liesse qui criait "Merci! Merci!".

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:50
Independent report praises [UK] MOD reform

 

5 December 2013 Ministry of Defence

 

Significant progress has been made to transform MOD into a more professional and responsible organisation, an independent report has said.

In a follow-up to his major independent review of MOD 2 years ago, Lord Levene has praised the department for embracing complex and radical change to improve both efficiency and financial management.

Lord Levene’s 2011 Defence Reform report made 53 recommendations on how to transform MOD into a leaner and more effective organisation that could better support the needs of the Armed Forces.

Since then, he has monitored the changes that have been made and, in his second stocktake, has praised the successful reforms that have taken place right across the department.

Lord Levene describes the elimination of the £38 billion budget deficit as a remarkable achievement and says there is now clear evidence that MOD is more business-like and finance-focused.

His report welcomes the imaginative ways in which the department has increased accountability and reduced bureaucracy by delegating responsibility to the heads of the Royal Navy, Army and Royal Air Force.

The report acknowledges that better leadership, direction and prioritisation have led to a more strategic approach in MOD.

Defence Secretary Philip Hammond said:

We have rightly focused our efforts on reshaping our Armed Forces to meet future threats and delivering better value for money for taxpayers. Lord Levene’s report is a welcome endorsement of the progress we have made in reforming Defence.

We are streamlining MOD, with a reduction of 33,000 civilian posts in total, to make it leaner and more strategic, better able to support the Armed Forces of the future.

Chief of the Defence Staff, General Sir Nicholas Houghton, said:

Defence Reform has required some innovative changes to the structure and management of Defence. But the results of these changes will lead to a more agile force structure with capabilities better suited to the security challenges of the age.

The advent of Joint Forces Command and the greater delegation of authority to the 3 single services is fundamental to this change.

Jonathan Slater, Director General Transformation, said:

I am encouraged that Lord Levene recognises a real change of mindset within the department. We remain committed to continuing with this programme of reform to achieve real and sustained behavioural change.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:45
Piraterie : la France prend le commandement de la force Atalante

 

06/12/2013 Sources : EMA

 

Le 6 décembre 2013, à Djibouti, la France a pris le commandement de la Task Force(TF) 465, force maritime européenne engagée dans l'opération de lutte contre la piraterie Atalante.

 

Au terme d’une cérémonie à bord du bâtiment néerlandais HrMs Johan de Witt présidée par l’amiral commandant adjoint de l’opération Atalante et en présence du général d’armée aérienne Patrick de Rouziers, chef militaire de l’Union Européenne, la France a pris le commandement de la Task Force465. Le contre-amiral Hervé Bléjean succède au commodore néerlandais Peter Lenselink qui commandait la force depuis quatre mois.

 

L’amiral Bléjean assume le commandement de la force depuis le transport de chaland de débarquement (TCD) Sirocoqui embarque son état-major. Ce dernier est multinational. Il est constitué de 34 personnes dont 10 alliés de 8 nationalités différentes. Pour une durée de quatre mois, le contre-amiral Bléjean commandera cette force composée selon la période de 3 à 4 bâtiments et de 3 à 5 avions de surveillance et de patrouille maritime.

 

Le début du commandement français coïncide avec une période de mousson dite sèche, elle se caractérise par une amélioration des conditions climatiques, contexte qui peut favoriser les actions de piraterie.

 

Engagée dans la lutte contre la piraterie depuis 2007 pour répondre à l’appel du Programme alimentaire mondial (PAM), la France a joué un rôle moteur dans la mobilisation internationale et le lancement de l’opération Atalanteen décembre 2008. Dans ce cadre, elle met en œuvre, de façon quasi-permanente, un bâtiment. Par l’intermédiaire des Forces françaises stationnées à Djibouti, elle assure par ailleurs un soutien logistique aux autres pays participants. Elle renforce régulièrement sa participation avec des moyens complémentaires.

 

Il s’agit de la troisième prise de commandement français à la tête de la TF 465.

Piraterie : la France prend le commandement de la force AtalantePiraterie : la France prend le commandement de la force Atalante
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:30
Counter-Terrorism: The Turkish Threat

 

 

December 6, 2013: Strategy Page

 

Turkish police and military intelligence officials are concerned about the hundreds of Turkish men (most in their 20s and 30s) who have gone to Syria to join Islamic terrorist groups fighting the Assad government. It is believed there are as many as 500 of these men and at least ten percent have been killed (and 10-20 percent wounded or injured) so far. What the police are worried about are those who return to Turkey alive. There have long been small groups of Islamic terrorists in Turkey, and over a decade of pro-Islamic government has made all sorts of Islamic conservatives feel welcome in Turkey. That has made Turkey vulnerable, as it’s often difficult to tell if some Islamic conservatives are radicalized Moslem or just Turks who take their Islam seriously.

 

This situation might change if more Turkish Islamic terrorists show up inside Turkey. Meanwhile Turkey’s economy has been booming for the last decade, ever since an Islamic party took control in 2002 by promising to finally do something about the corruption that had long crippled the government and the economy. Economic growth usually leaders to fewer Islamic terrorists. But the moderate Islamic politicians running the country have also sought better relations with Islamic states, especially Iran and neighboring Arab countries. That meant an end to the close economic and diplomatic relations with Israel.

 

This is a return to the past. Until 1924, the Sultan of the Turks was the Caliph (technically, the leader of all Moslems). But in the 1920s, Turkey turned itself into a secular state. Although Turkey became a major economic power in the Middle East, with one of the best educated populations in the region, it was still hobbled by corruption and mismanagement. The Islamic politicians promised to attack the corruption (which they have) and return religion to a central place in Turkish culture (a work in progress). This has upset a lot of secular Turks. But it's fashionable to hate Israel these days, over Israeli efforts to cope with Palestinian terrorism. Now Turks are noticing that the Islamic politicians are beginning to act like the corrupt and incompetent aristocrats that brought down the empire, which had turned from “The Pride of The Turks” to a shameful and dysfunctional organization that is not missed.

 

The possibility that young Turkish Islamic conservatives, radicalized in Syria and returning home with murderous intent might be one of several recent trends that are sending Turks back to secularism. For over three decades most of the terrorist violence in Turkey came from Kurdish nationalists, but that is declining as the government makes peace with the nationalist movements. There was always some terrorist activity from Turkish nationalists, Armenian nationalists and Islamic or Arab terrorists. With the two years of fighting in neighboring Syria, many Turkish Arabs and Shia Moslems have become radicalized and now there is fear that ethnic Turkish Sunnis are also becoming radicalized. The number of Turkish Sunni radicals are still small, but they have been growing for two years and it’s unclear what a lot of these newly radicalized Turks will do once the war in Syria is over.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:20
Vue d'artiste du RQ-180 Crédit Aviation Week - Ronnie Olsthoorn

Vue d'artiste du RQ-180 Crédit Aviation Week - Ronnie Olsthoorn

 

06/12/2013 Par Duncan Macrae – Air & Cosmos

 

Ce sont nos confrèrers d’Aviation Week qui lèvent le voile sur un nouveau « black program » américain. Northrop Grumman et l’US Air Force mèneraient dans le plus grand secret sur la base d’essais classifiée de Groom Lake dans le Nevada — la fameuse Zone 51 —des travaux de développement d’un nouveau drone furtif conçu pour des missions dites « ISR » pour renseignement, surveillance et reconnaissance.

 

L’objectif serait de développer un successeur au SR-71, retiré du service en 1998 et toujours pas remplacé. Il s’agit de disposer d’un appareil capable de mener des missions ISR en environnement hostile (« denied airspace »). Un Global Hawk furtif en quelque sorte.

 

En matière de signature radar, l’appareil, une aile volante à double flèche de la taille approximative d’un Global Hawk, serait largement supérieur aux F-117, F-22 et F-35.

 

En fait le RQ-180 trouve ses origines dans l’échec du programme J-UCAS, lancé en 2003 avec comme objectif de doter l’US Air Force et l’US Navy d’une plateforme commune. Ce programme fut abandonné en 2006 sous décision de l’US Air Force. L’US Navy a sélectionné Northrop Grumman pour la suite du programme, rebaptisé UCAS-D, qui a donné lieu au X-47B.

 

L’US Air Force pour sa part aurait donc décidé à cette époque de lancer le RQ-180. Et ce n’était sans doute pas une coincidence quand, en 2007, Northrop Grumman avait annoncé le rachat de Scaled Composites avec son savoir-faire inégalé en matière d’aérostructures en composites. L’avancement du programme RQ-180 expliquerait par ailleurs la décision de l’US Air Force, en 2012, d’abandonner la version Block 30 du Global Hawk, ostensiblement pour des raison de coûts.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 11:45
Bangui reprend vie après une nuit calme

 

Mis à jour le 07/12/2013 à 11:00 LeFigaro.fr

 

Fortes du mandat de l'ONU pour intervenir en Centrafrique, des troupes françaises se sont déployées dans la capitale Bangui pour essayer de rétablir la sécurité dans ce pays d'afrique en proie au chaos.

 

Les habitants de Bangui ont recommencé à sortir dans les rues, samedi matin après être restés terrés 48 heures dans leurs maisons, terrorisés par l'explosion de violences et de tueries qui a frappé la capitale centrafricaine. Des patrouilles de blindés de l'armée française étaient visibles dans la ville. L'une d'elle est venue tourner devant l'entrée du palais présidentiel peu avant 7h30. Les hommes en armes étaient également nettement moins nombreux à déambuler dans la ville que les jours précédents.

 

Selon des habitants interrogés par téléphone, seuls quelques tirs sporadiques d'armes automatiques ont émaillé la nuit, sans commune mesure avec les deux nuits précédentes. Aucun bilan d'éventuelles victimes de ces tirs n'était disponible samedi en début de matinée.

 

Pour suivre la situation en direct

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 00:58
photos EMA / ECPAD

photos EMA / ECPAD

 

07/12/2013 00:10 Sources : EMA

 

Sur décision du Président de la République, l’opération Sangaris a été lancée hier soir en République de Centrafrique.

 

En vue du rétablissement des situations sécuritaire et humanitaire en Centrafrique, l’opération Sangaris vise à créer les conditions pour la prise en charge de la situation par la mission de soutien à la Centrafrique (MISCA) de l’Union africaine.

 

L’opération Sangaris a été lancée suite à l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution 2127, qui donne un mandat à la force africaine MISCA, mais aussi aux forces françaises, autorisées à appuyer, temporairement, la MISCA dans l'accomplissement de son mandat

 

Le commandement de la force Sangaris a été confié au général Francisco Soriano, commandant les Forces françaises au Gabon (FFG) et l’opération Boali en Centrafrique. Il a rejoint Bangui le 6 décembre en fin de journée, afin de commander au plus près la force Sangaris. Il est désormais au contact direct de l’ensemble des acteurs de la crise centrafricaine.

 

L’opération Sangaris s’appuie sur le dispositif de l’opération Boali dont le renforcement est actuellement en cours. L’opération Boali est ainsi mise en sommeil jusqu’à nouvel ordre.

 

Une compagnie parachutiste du 6e bataillon d’infanterie de Marine (6eBima) et trois hélicoptères PUMA du détachement de l’Aviation légère de l’armée de Terre de Libreville sont arrivées dans la journée à Bangui. Ces premiers renforts portent aujourd’hui à 800 l’effectif militaires français à Bangui. Celui-ci devrait atteindre 1200 hommes dans les heures à venir. Le renforcement matériel se poursuit avec notamment, ce 6 décembre, le poser sur l’aéroport de M’Poko d’un C17 britannique qui a acheminé principalement des véhicules blindés.

 

La rapidité de cette mise en œuvre est rendue possible grâce à l’existence des forces prépositionnées en Afrique, telles que les forces françaises au Gabon (FFG), ainsi qu’au travail préparatoire qui a consisté à prépositionner des forces complémentaires au plus près dans la région.

 

Aujourd’hui, la force a poursuivi sa mission de sécurisation des ressortissants mais aussi de l’aéroport de M’Poko et des points d’intérêts français. Elle a conduit parallèlement des patrouilles afin de contribuer à un retour au calme, malgré une situation encore tendue. Deux patrouilles de Rafale ont par ailleurs survolé Bangui, signifiant la détermination de la force Sangaris aux groupes armés susceptibles de s’opposer aux militaires français.

Sangaris: point de situation du 6 décembre 2013Sangaris: point de situation du 6 décembre 2013
Sangaris: point de situation du 6 décembre 2013Sangaris: point de situation du 6 décembre 2013
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 22:45
Serval : point de situation du 5 décembre 2013

 

 

06/12/2013 18:57 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 28 novembre 18h00 jusqu’au jeudi 5 décembre, 18h00.

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 90 sorties, dont une cinquantaine effectuée par les avions de chasse. Une trentaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport et une dizaine aux missions de ravitaillement et de renseignement.

 

Samedi 30 novembre, vers 23h, une tentative d’infiltration terroriste a été décelée par les militaires français du détachement de liaison et d’appui (DLA) en appui du bataillon nigérien de la MINUSMA, stationné dans un camp de la MINUSMA à Ménaka, à l’Est de Gao. Après avoir été détecté, un suicide bomber a explosé à plus de 300 mètres au Sud-Ouest de l’entrée du camp alors que les autres individus qui constituaient le groupe se sont enfuis suite à la mise en œuvre d’artifices éclairants par le DLA. Le bataillon nigérien a déployé deux pick-ups en surveillance du camp, tandis que le DLA restait en appui dans la zone. Cet incident n’a fait aucune victime en dehors du suicide bomber.

 

Depuis le 1er décembre, le GTIA Korrigan poursuit ses patrouilles dans la région de Gao à la fois à l’est et à l’ouest du fleuve Niger, ainsi que dans la région de Kidal.

 

Le 3 décembre 2013, la force Serval a inauguré le marché de Gadeye dans le cœur historique de Gao. Placée sous la responsabilité des spécialistes des actions civilo-militaires du groupement Korrigan, la rénovation du marché annonce un retour à la vie normale et devrait favoriser la reprise des échanges commerciaux et les bonnes relations entre habitants.

 

Du 1er au 5 décembre, Monsieur Bied-Charreton, directeur administratif et financier (DAF) du ministère de la Défense, a rendu visite aux différents détachements français engagés au Mali. Il a rencontré les militaires de la force Serval à Bamako et Gao ainsi que ceux de la mission EUTM à Koulikoro. A Bamako, il s’est entretenu avec le général de division Foucaud commandant la force Serval et avec le commandant de la mission EUTM, le général de brigade Guibert. A Gao, après un passage au marché de Gadaye, il a visité deux projets de reconstruction en cours auxquels contribue la force Serval, les rénovations du palais de justice et de l’institut de formation des maîtres (IFM).

 

Environs 2800 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Serval : point de situation du 5 décembre 2013Serval : point de situation du 5 décembre 2013
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 22:20
Rafale au décollage sur la base aérienne de Solenzara

Rafale au décollage sur la base aérienne de Solenzara

 

06/12/2013 Armée de l'air

 

Mon général, quels sont les objectifs de l’exercice Serpentex?

 

Le premier objectif de Serpentex est d’entraîner nos équipages et les contrôleurs aériens avancés de manière à ce qu’ils soient le plus opérationnel possible dans un environnement dense et réaliste. Ce but est parfaitement rempli, car les premiers retours sont concluants.

 

Le deuxième objectif est d’inclure d’autres acteurs, dans cet entraînement toujours dans un souci de coller au plus près de la réalité des opérations. Nous avons ainsi mis en œuvre des concepts de coordination intégrant l’apport de forces terrestres. Cela nous a permis de développer de nouvelles doctrines. Cette démarche se poursuit et l’on voit que ça fonctionne. Nous allons pouvoir les intégrer dans la doctrine de l’Otan pour en faire profiter les autres nations.

 

Enfin, l’exercice Serpentex 2013 recherche une bonne intégration aussi bien en interalliés qu’en interarmées. Cette interopérabilité est extrêmement utile pour tout le monde, afin d’apprendre à travailler ensemble. Ce domaine est riche en innovation. Nous testons actuellement de nouveaux systèmes, et il est important que tous les pays soient dans la boucle. En effet, à titre d’exemple, il n’y aurait rien de pire pour les liaisons de données tactiques que chaque nation développe ses propres standards de façon isolée. Nous ne pourrions plus nous déployer ensemble. Nous innovons et testons ensemble afin que  tout le monde progresse en même temps.

 

Cette année, les Canadiens se sont déployés pour la première fois sur la base aérienne 126 de Solenzara lors de l’exercice Serpentex. Quelles relations existe-t-il entre l’armée de l’air française et la force aérienne canadienne?

 

Les relations que nous entretenons avec le Canada sont fortes. Elles se concrétisent par un certain nombre d’actions concrètes, comme des échanges d’officiers de haut-niveau dans nos états-majors ou encore le déploiement d’un escadron de F18 canadiens pendant l’exercice, sachant que nous participons régulièrement à l’exercice Maple Flag, comme ce sera le cas en 2014. Avec le lieutenant-général Yvan Blondin, chef d’état-major de la force aérienne canadienne, nous partageons une culture commune. Nos différentes discussions nous ont dévoilé de nombreuses autres voies de coopération. C’est une armée de l’air avec laquelle nous allons encore progresser dans l’avenir.

 

Les CEMAA français et canadien volent à bord de leurs appareils respectifs

 

 

 

 

Le général Blandin, chef d'état-major de la force aérienne canadienne, embarquant en place arrière d'un Rafale

Le général Blandin, chef d'état-major de la force aérienne canadienne, embarquant en place arrière d'un Rafale

Afin d’appréhender « in situ » la capacité, démontrée durant Serpentex, des forces aériennes françaises et canadiennes à travailler de concert, le lieutenant-général Yvan Blondin a réalisé un vol à bord d’un Rafale français, tandis que le général Denis Mercier a pris place à bord d’un F18 canadien. Au-dessus du territoire corse, les deux chefs d’état-major ont ainsi pu éprouver les performances de leurs appareils respectifs et constater leur parfaite interopérabilité, tout comme la réciprocité des procédures utilisées aussi bien en vol, qu’au sol.

Le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air, échangeant ses impressions avec le général Blandin, son homologue canadien

Le général Denis Mercier, chef d'état-major de l'armée de l'air, échangeant ses impressions avec le général Blandin, son homologue canadien

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories