Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 17:55
Cérémonie de tradition à Guidel

Cérémonie de tradition à Guidel

 

06/12/2013 Marine nationale

 

La cérémonie de tradition et de prise d’armes de l’école des fusiliers marins s’est déroulée le 6 décembre 2013 à Guidel, dans le Morbihan. En présence des hautes autorités civiles et militaires, l’école des fusiliers marins s’est ouverte une nouvelle fois à la cité en organisant ces manifestations de fin de cours et de tradition à l’extérieur de ses murs.

 

La cérémonie a débuté par la revue des troupes par le commandement de l’école des fusiliers marins et une présentation au Drapeau du 1er Régiment des Fusiliers Marins. Cette dernière symbolise pour eux l’intégration dans le monde militaire et celui des fusiliers marins.

 

« Vous porterez le nom du capitaine de corvette Yvon Graff »

 

La cérémonie s’articule autour de trois moments importants. Le premier étant le baptême du cours des jeunes engagés. En effet, chaque promotion d’élèves engagés dans la spécialité de fusilier marin, et suivant la formation de 1erniveau, est baptisée du nom d’un fusilier mort pour la patrie. Pour la promotion n°29, elle prendra le nom du « capitaine de corvette Graff », mort pour la France en novembre 1997 à Belgrade. Lors de ce baptême, l’unité se voit également remettre la fourragère aux couleurs de la Légion d’Honneur acquise par les fusiliers marins durant la première guerre mondiale, ainsi que la Croix de la Libération acquise durant la seconde guerre mondiale.

 

Deuxième moment marquant de la matinée, la remise de décoration à 3 commandos marine. Le premier maitre Sébastien T. s’est vu remettre la Légion d’Honneur, Le maitre Loïc F. et le second-maitre Jean-Philippe D. se sont vu attribuer, eux, la Croix de la Valeur Militaire avec étoile de bronze.

 

Le dernier moment marquant, et non des moindres, a été la remise du béret vert des commandos marine à une vingtaine de marins. Ils ont brillamment réussi le stage commando, obligatoire pour porter ce mythique béret. Ils seront affectés rapidement en commando pour être par la suite déployé en opérations extérieures.  

 

2014, une année symbolique pour l’école des fusiliers marins

 

2014 marquera les 70 ans du débarquement en Normandie et les 100 ans de la bataille de Dixmude*. Ces deux événements historiques sont des dates fondatrices pour le corps des fusiliers marins et commandos. En effet, les fusiliers marins ont glorieusement combattu dans les tranchées de Dixmude en octobre 1914, perdant lors de ces combats plus de 3000 hommes. En 1944, les commandos marine sont les seuls militaires français à avoir participé au débarquement en Normandie, à Ouistreham.

 

* 6 juin 2014 : 70ème anniversaire du débarquement en Normandie

 

Octobre 2014 : Célébration du centenaire de la bataille de Dixmude

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 17:55
Nouvel hangar modulable pour les bâtisseurs en opérations

Élévation de la structure métallique

 

06/12/2013 Armée de l'air

 

Une équipe d’aviateurs du groupement aérien d’appui aux opérations (GAAO), unité du commandement du soutien des forces aériennes (CSFA), s’est entraîné au cours du mois de novembre 2014, au montage, démontage et reconditionnement d’un nouvel abri modulaire, sur la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac.

 

Il s’agit du premier hangar de type P23 acquis par le groupement aérien des installations aéronautiques (GAIA) au profit des capacités de projection de l’armée de l’air.

 

Sept militaires du GAAO et deux du GAIA ont ainsi suivi une formation initiale à la mise en œuvre de cette structure métallo-textile de 47 mètres de long sur 23 m de large. Cette nouvelle infrastructure est destinée à la mise sous abris et à la maintenance d’aéronefs sur les théâtres d’opérations extérieures. Son montage est réalisé en une douzaine de jours avec un effectif de dix militaires.

 

Le cœur de métier des «bâtisseurs en opérations» du GAAO consiste à appuyer le déploiement des forces aériennes par l’installation de nombreux matériels : abris pour avions de chasse, hangars de maintenance, postes de commandement, hangars de stockage, production d’électricité et d’eau potable…

 

La capacité de ces techniciens combattants à agir en autonome, à se protéger et à se déployer rapidement fait qu’ils sont particulièrement adaptés aux actions d’appui logistique pour des opérations déclenchées sous faible préavis.

Spécialistes du GAAO en action

Spécialistes du GAAO en action

Des toiles de tissu ont été dressées autour de la structure

Des toiles de tissu ont été dressées autour de la structure

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 17:45
Sangaris : prise à partie sur l'aéroport de Bangui

 

 

06/12/2013 15:04 Sources : EMA

 

Dans la journée du 5 décembre, alors qu’elles sécurisaient l’accès à l’aéroport de M’Poko sur lequel se sont réfugiés près de 2000 centrafricains pour fuir les combats, les forces françaises ont été prises à partie à trois reprises par un pick-up armé. Au troisième tir, les militaires français ont riposté détruisant le véhicule. Cette prise à partie n’a fait aucun blessé du côté des militaires français, ni des civils venus chercher leur protection.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 17:35
Strategic Weapons: India Improves Its SCUD Clones

 

December 6, 2013: Strategy Page

 

India recently had another successful test of their Prithvi II ballistic missile. This is progress, because in September 2010 a Prithvi II test failed as the rocket motor began burning fuel, but not enough to get it off the launcher. There was lots of smoke and confusion, but no launch. This was a user trial where military crews were making sure they were able to use a new weapon that had been successfully completed testing using manufacturer personnel to operate it. This is a common practice, but particularly necessary in India, where the manufacturers often cut corners during development and testing. The troops on the military launch crews are usually not privy to these workarounds, and the developers sometimes just keep their fingers crossed that the troops can handle things on their own. For example, in 2009 the first user test of the ground launched BrahMos cruise missile failed. Not a major problem, it turned out. After a few months, everything was put right. That’s what happened with the Prithvi II.

 

The first successful test of the 4.6 ton Prithvi II took place in 2009 and it successfully hit a target 350 kilometers away. The 2010 launch was to test the ability of the missile to carry a half ton warhead. This is the minimum size for a nuclear warhead. Used with a nuclear warhead Prithvi II is a strategic weapon, since it can put those nuclear warheads on major targets within neighboring Pakistan. In the last three years Prithvi II has been improved to the point where it can reach targets 350 kilometers away while carrying a one ton warhead.

 

A Prithvi III is in development. This is the Prithvi II modified to be operated from ships. This missile can carry a half ton warhead 600 kilometers. The increase in range and warhead weight for the Prithvi III was achieved by using a solid fuel rocket motor, and adding a second stage with a liquid fuel motor. The Prithvi II uses a liquid fuel rocket. The navy has not installed the Prithvi III on any of its ships because it was discovered that the liquid fuel was too dangerous to handle aboard a ship at sea.

 

The Prithvi is a ballistic missile that reaches its target within 5-10 minutes of launch and was originally developed as a shorter range (150 kilometers) missile. Prithvi uses liquid fuel, meaning it takes up to an hour to ready for launch. In 2013 India announced that it is replacing over a hundred Prithvi I ballistic missiles with the solid fuel Prahar. While the air force controls long range ballistic missiles, the army has long been supplied with some shorter range Prithvi Is. This is a single stage, road mobile, liquid fuel battlefield support missile that weighs 4.4 tons and is nine meters (27.3 feet) long, 110cm in diameter and costing about a million dollars each. Introduced in 1994, the army version has a 150 kilometer range and carries a one ton warhead.

 

The Prahar is more compact and reliable. It weighs 1.3 tons, is 7.3 meters (23.6 feet) long and 42cm in diameter, costing less than a million dollars each and carrying a 200 kg (440 pound) warhead. Prahar can be carried and fired from a TEL (Transporter Erector Launcher) that will haul six Prahars, each in a sealed container. Prahar can carry nuclear or conventional warheads and the TEL can fire salvos of up to six missiles, each in quick succession. The guidance system brings the missile to within ten meters of its aiming point. This is more than twice as accurate as Prithvi I. Most importantly, a Prahar can be fired within minutes of receiving the order while the Prithvi I takes over an hour to fuel and prepare for launch.

 

Prithvi I is similar to the old Russian SCUD, which is a direct descendent of the first ballistic missile, the German V-2 in World War II. The U.S. produced the Corporal missile as an equivalent to the SCUD, but replaced it with solid fuel missiles in the 1960s. Russia replaced its SCUDS in the 1970s and the U.S. replaced its liquid fuel battlefield missiles a decade earlier. But a lot of SCUD type missiles remain in service around the world. India is in the process of replacing most of its liquid fuel missiles with solid fuel types.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 17:35
La Jamaïque commande 12 Bushmaster

Le Bushmaster australien en Afghanistan (crédits Ministère de la Défense australien)

 

6 décembre, 2013 Guillaume Belan - FOB

 

Thales Australia vient d’annoncer avoir signé un contrat pour la fourniture de 12 véhicules Bushmaster aux Forces de Défense jamaïcaines.

 

Les véhicules sont tous des versions “transport de troupes”, équipées du système de communication inter-véhicules SOTAS M2, dont les premières livraisons sont prévues en 2015.

 

Cet accord comporte également un contrat de soutien de 5 ans. Les Bushmaster vont remplacer les Cadillac Gage Commando V-150 d’origine américaine, dont une dizaine affiche près de 40 ans d’âge.

 

Thales a déjà franchi le cap des 1000 Bushmaster produits, notamment au profit des forces australienne, hollandaise ou espagnole. La France l’a également considéré un moment pour remplacer une partie de ses VAB. Le succès du Bushmaster est né en Afghanistan, en étant l’un des premiers MRAP particulièrement résistant pour encaisser les effets des mines artisanales.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 13:50
PSC and EUMS heads discussed Defence Summit - Subcommittee on Security and Defence

06-12-2013 SEDE

 

On 27 November 2013 the SEDE subcommittee exchanged views on the diplomatic and military stocktake following the FAC Defence and ahead of the European Council on Defence with Walter Stevens, Chair of the Political and Security Committee and Lieutenant General Wolfgang Wosolsobe, Director General of the EU Military Staff.

 

Further information meeting documents

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 13:45
La FREMM Mohammed VI crédits DCNS

La FREMM Mohammed VI crédits DCNS

06.12.2013 Mer et marine

 

Le Mohammed VI, frégate multi-mission (FREMM) commandée par le Maroc à la France, n’a toujours pas été livrée. Le transfert du bâtiment était prévu le 25 novembre à Brest mais la cérémonie avait été annulée pour des raisons protocolaires (le prince Moulay Rachid el-Alaoui, qui devait  présider la cérémonie, était retenu aux Etats-Unis avec son frère, le roi du Maroc). Aucune autre date n’ayant été apparemment trouvée pour organiser un grand évènement, la livraison de la frégate devrait finalement se dérouler sans tambour ni trompette.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:55
A400M sur la base aérienne d'Orange

A400M sur la base aérienne d'Orange

 

06/12/2013 Armée de l'air

 

L’A400M Atlas, nouvel avion de transport de l’armée de l’air, a expérimenté des phases de chargement et de déchargement de matériel, mardi 3 décembre 2013, sur la base aérienne 115 d’Orange.

 

Cette opération a notamment permis de vérifier l’aéro-compatibilité de plusieurs matériels, notamment de type véhicule blindé léger à châssis long (d’une masse de 4 tonnes) mis à disposition par le 1er régiment étranger de cavalerie d’Orange.

 

Elle a également permis de valider la totale accessibilité de la piste de la base aérienne d’Orange, aussi bien en termes de contraintes, de résistance que d’accès aux taxiways.

 

VB2L du 1er REC d'Orange

VB2L du 1er REC d'Orange

Chargement d'un VB2L dans la soute d'un A400M

Chargement d'un VB2L dans la soute d'un A400M

 

L’armée de l’air française a été la première à réceptionner l’A400M Atlas à l’été 2013. Avion de transport militaire tactique disposant d'une capacité d'allonge stratégique, cet appareil constitue un matériel indispensable aux forces aériennes. Dans l’optique de sa future mise en service opérationnelle, les aviateurs ont débuté les expérimentations aux commandes du MSN7, premier exemplaire de série livré par l'industriel.

 

Retrouvez sur notre site le dossier web sur l’A400M ainsi que le web-documentaire: « L’A400M, une aventure humaine ».

L'A400M sur la piste de la base aérienne 115 d'Orange

L'A400M sur la piste de la base aérienne 115 d'Orange

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:55
Thales, partenaire industriel pour la formation des pilotes d'A400M français

 

05/12/2013 Par François Julian – Air & Cosmos

 

Cela n'est pas vraiment une surprise : Thales a annoncé hier avoir été choisi comme partenaire industriel du centre de formation A400M de l'armée de l'Air. L’électronicien français va ainsi participer au fonctionnement de ce CFA, localisé sur la base aérienne 123 d'Orléans-Bricy. C'est dans ce bâtiment de 6000 m2 que seront formés l'ensemble des pilotes français d'A400M, ainsi que ceux de certaines nations étrangères.

 

Avec ce contrat, qui court jusqu'à décembre 2017, il est prévu que Thales prenne en charge la planification des activités d'entraînement, le soutien au personnel en charge de la formation et la mise en œuvre des systèmes et la maintenance des simulateurs.

Car c'est justement Thales qui fournit le simulateur sur vérins de l'avion (ou FFS, pour Full Flight Simulator), ainsi que les dispositifs d'entraînement sur écrans plats (une réplique du cockpit qui permet l'apprentissage des procédures). Pour l'heure, Thales a livré un premier FFS au CFA. Ce dernier est opérationnel depuis l'automne dernier. La base d'Orléans est également dotée d'un simulateur du poste de chef de soute, utilisé pour apprendre le fonctionnement de la console du « loadmaster ».

 

Selon Thales, c'est la première fois que la DGA confie des activités d’opération d’un centre d’entraînement de l’armée de l’Air française à un industriel.

 

Pour mémoire, le CFA de la base d'Orléan-Bricy doit à terme fonctionner en coopération avec un autre centre de formation situé à Wunstorf en Allemagne.

 

En effet, afin d'améliorer l'interopérabilité et la standardisation de l'exploitation de l'appareil, la France et l'Allemagne se sont associés pour la formation de leurs personnels A400M, en mutualisant leurs moyens. Dès l'été 2015, la formation des mécaniciens A400M français et allemands sera réalisée à Wunstorf en Allemagne. Sur cette même base sera également assurée la formation des navigants aux missions logistiques. La formation au vol tactique sera ainsi réalisée à Mont de Marsan, dès 2014 pour les équipages français, et 2018 pour leurs homologues allemands.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:55
Rafale-M sur le pont d’envol du porte-avions Charles De Gaulle

05.12.2013 Crédit : EMA / Marine nationale

 

30 novembre 2013, 16h15, pont d’envol du porte-avions Charles De Gaulle au large de la Corse, le « chien jaune », les bras tendus au-dessus de la tête, indique à un pilote de Rafale-M qu’il doit avancer pour positionner son avion face à la catapulte. A bord du porte-avions, les « chiens jaunes » sont de véritables chefs d’orchestre. Ils coordonnent l’ensemble des mouvements du personnel et des avions sur le pont d’envol.
Le groupe aéronaval (GAN) a quitté Toulon pour être déployé dans le nord de l’océan Indien et dans la région du golfe arabo persique (GAP) pour assurer une mission de présence opérationnelle en océan Indien. Ce déploiement permettra à la France d’entretenir ses connaissances de la zone et de développer ses relations avec les différents partenaires qui y sont présents. Il permettra également de conduire des interactions avec les forces navales américaines, alimentant ainsi une coopération opérationnelle bilatérale établie de longue date.

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:55
Défense : l'armée de Terre obtient enfin son nouveau missile tactique

 

05/12/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

La direction générale de l'armement (DGA) a notifié le programme du « Missile moyenne portée » (MMP) à MBDA. Un soulagement pour le missilier qui a pris des risques financiers importants pour lancer ce programme.

 

L'armée de Terre a enfin son prochain missile tactique. C'est aussi un soulagement pour le missilier MBDA, qui a pris pas mal de risques pour lancer ce programme important pour sa stratégie visant à couvrir tout le spectre de la trame missiles. Conformément à la décision prise par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, la direction générale de l'armement (DGA) a notifié mardi à MBDA France, le contrat de développement et production du missile MMP (Missile moyenne portée) d'un montant de 400 millions d'euros, selon un communiqué de la DGA publié ce jeudi.

 

Le missilier, qui autofinance depuis 2010 le développement du MMP, avait proposé sur la base d'une commande française de 3.000 missiles, de prendre à sa charge 75 % des coûts R&D (Recherche et développement) estimés entre 200 et 250 millions d'euros. Ce projet constitue l'un des nouveaux programmes destinés à la modernisation de l'armée de terre prévus au titre de la future Loi de programmation militaire (LPM). Il vise à fournir un nouveau système de missiles de combat terrestre en remplacement du système d'arme Milan à compter de 2017. Il équipera les unités de combat de l'armée de terre et les forces spéciales pour le combat débarqué.

 

Un marché de 2.850 missiles

 

Le parc cible, selon la DGA, comprend "400 postes de tir et 2.850 missiles. 175 postes de tir et 450 missiles seront livrés sur la période 2014-2019", a précisé la DGA. Le MMP est un missile polyvalent, basé sur le concept "tire et oublie". Il permet aux forces de neutraliser les différents types de cibles rencontrés sur l'ensemble des théâtres d'opérations avec une grande précision, "tout en maîtrisant les dommages collatéraux et en réduisant leur vulnérabilité pendant le tir".

 

Le MMP est un missile de nouvelle génération à haute technologie avec un fort potentiel à l'exportation comme le Milan l'a été dans le passé. Il participe au maintien des compétences de la filière missilière française (9.000 emplois) dont certains sous-traitants sensibles en particulier dans le secteur des autodirecteurs à infrarouge.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:55
Le programme BSAH totalement remis à plat

Le RHM Malabar. crédits : MICHEL FLOCH

 

06/12/2013 Mer et Marine

 

Voilà un projet français qui commence sérieusement à faire figure d’arlésienne.  Une fois de plus, le programme des bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers est remis à plat. C’est même un véritable retour à la case départ puisque la Marine nationale doit apparemment reformuler une expression de besoin. C’est sur cette base que la Délégation Générale de l’Armement lancera un nouvel appel d’offres (peut être même avant un nouvel appel à candidatures), qui aboutirait à la signature d’un contrat au mieux en 2015 pour une mise en service des bâtiments vers 2017.

 

Suite de l’article

Note RP Defense : Demande d'information de la DGA BSAH 2004

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
Resolution on the Arms Trade Treaty (ATT) - Subcommittee on Security and Defence

06-12-2013 SEDE

 

On 2 December 2013 the SEDE subcommittee debated the draft motion for a resolution on the ratification of the Arms Trade Treaty, by Rapporteur Arnaud Danjean (EPP).

 

Further information meeting documents

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
Draft report on Anti-Missile Shield for Europe - Subcommittee on Security and Defence

06-12-2013 SEDE

 

27 November 2013 the SEDE subcommittee debated the draft report on “An anti-missile shield for Europe and its political and strategic implications”, by Rapporteur Sampo Terho (EFD).

 
Further information Meeting documents
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
Defence Reform: report into the structure and management of the Ministry of Defence

 

 

5 December 2013 Ministry of Defence

 

Defence Reform report by Lord Levene published in June 2011 and annual reviews of the progress MOD has made on implementing his recommendations.

 

Detail

In 2010 the Secretary of State for Defence asked Lord Levene of Portsoken, a former Chief of Defence Procurement, to independently review defence. Lord Levene published his Defence Reform report in June 2011, setting out 53 recommendations.

Lord Levene recommended that each year for 3 years following the publication of his report he produce an independent review of the progress that MOD had made on implementing his recommendations. His first annual review was published in 2012 and his second review in 2013.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
EU Defence Agency Research & Technology Conference 2013

 

Brussels - 05 December, 2013 European Defence Agency

 

Claude-France Arnould, Chief Executive of the European Defence Agency (EDA) and the Greek Minister for National Defence, Dimitris Avramopoulos, opened the EDA Research & Technology (R&T) Conference 2013 in Athens, Greece. Under the motto “Critical Defence Technologies – Exploring Innovation Together” the 2-day conference aims to collect advice from decision makers and experts across the European Union on more efficient and effective R&T for Security and Defence. Conference topics, presented by high level speakers and panellists from various domains, include strategic access and security of supply in defence-critical technologies, coordination with other EU institutions such as the European Commission on “dual-use” elements, improved joint exploitation of R&T investments and the “EURIDEA” competition on innovative proposals of R&T cooperation among EDA´s participating Member States. 

 

In her opening address Ms Arnould highlighted the importance of R&T and EDA´s responsibility within the Common Security and Defence Policy (CSDP), especially in the light of the upcoming EU summit in December. EDA flagship programmes such as Remotely Piloted Aircraft Systems (RPAS) or Cyber Defence provide a clear indication of what can be achieved by improved synergies. Ms Arnould pointed out that this relies not only on shared technologies, but also on coordination among stakeholders, for example the improved use of EU funding instruments such as European Structural Funds (ESF) to boost innovation and contribute to industrial growth and creating jobs. 

 

More information

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
Royal Eagles

 

 

12/4/2013 Strategy Page

 

Two F-15C Eagles, deployed from Royal Air Force Lakenheath, England, perform a mock aerial interception on a KC-135 Stratotanker, deployed from RAF Mildenhall, England, while flying over Iceland Nov. 21, 2013. The 48th Air Expeditionary Group has been maintaining the North Atlantic Treaty Organization air surveillance and policing mission in Iceland since Oct. 28, 2013

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
E-3D Sentry de la RAF ravitaillé en vol par un VC10 photo RAF

E-3D Sentry de la RAF ravitaillé en vol par un VC10 photo RAF

 

5 décembre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

Les deux derniers VC10 encore en état de vol viennent d’être retirés du service par la Royal Air Force. Le quadriréacteur anglais a enchainé deux carrières, la première civile sous les couleurs de BOAC, la seconde beaucoup plus longue sous les cocardes de la RAF. Le VC10 a permis aux Européens de conserver une présence symbolique dans le secteur prestigieux du long-courrier tout au long des années soixante, en attendant la création d’Airbus Industrie en 1970.

 

Les deux derniers VC10 ravitailleurs en vol ont été déclassés et définitivement mis au sol par la Royal Air Force. Conçu par Armstrong-Whitworth et né Vickers (de lointains prédécesseurs de la British Aircraft Corporation et de BAE Systems), le VC10 avait été retenu dès mai 1957 par la BOAC, British Overseas Airways Corporation, plus tard englobée dans British Airways.

Ensuite, la Royal Air Force l’a utilisé comme transporteur de troupes puis ravitailleur en vol, avant de le mettre à la retraite ces jours-ci. C’est un appareil qui aura ainsi été très présent dans plus d’un demi-siècle d’histoire des ailes britanniques, civiles puis militaires, mais produit à moins d’une centaine d’exemplaires. Il n’en a pas moins joué un rôle important en matière d’aviation civile.

JPEG - 30.3 ko

La ligne élégante du quadriréacteur VC10 de Vickers photo RAF

On l’a oublié, en effet, mais dans les années cinquante, les constructeurs américains jouissaient d’un confortable monopole sur le marché mondial des long-courriers, URSS mise à part. Boeing, Convair, Douglas, Lockheed, après avoir bénéficié de l’effort de guerre américain, avaient proposé des avions commerciaux performants en face desquels les Européens n’alignaient que des court/moyen-courriers comme la Caravelle et le Viscount. Aussi l’initiative d’Armstrong-Whitworth de développer un quadriréacteur à 150 places capable de franchir sans escale les étapes les plus longues fut-elle saluée comme un événement majeur, d’une grande audace.

JPEG - 26.2 ko

Le Vickers VC10 a débuté sa carrière comme long courrier sous les couleurs de la compagnie britannique BOAC photo British Airways

Plus tard, chacun comprit que l’avionneur d’outre-Manche avait agi trop lentement : Boeing 707 et Douglas DC-8 bénéficiaient déjà des faveurs des grandes compagnies aériennes quand le VC10 fit son apparition. Il fut bien accueilli par les voyageurs au long cours, ses quatre Rolls-Royce Conway placés tout à l’arrière du fuselage assurant un confort inégalé dans la cabine, le niveau sonore étant exceptionnellement bas. Mais les coûts d’exploitation furent jugés trop élevés par les dirigeants de BOAC, lesquels n’eurent de cesse d’acheter, eux aussi, des 707. Du coup, le VC10 dut se contenter d’une petite carrière, sur fond de polémique politique centrée sur les aides financières étatiques indispensables à la survie du programme.

Une version à 172 places n’en fut pas moins étudiée puis un dérivé à 265 places, doté d’un étonnant fuselage bilobé, témoignant de l’esprit d’innovation qui animait le bureau d’études de Vickers. Mais, finalement, c’est la Royal Air Force qui assura la survie du programme, par de parcimonieuses commandes ou encore la militarisation d’appareils acquis sur le marché de seconde main. Ainsi naquit le VC10 C1K, silhouette familière de la célèbre base de Brize Norton.

JPEG - 34.9 ko

Le Vickers VC10 a fait une longue carrière de ravitailleur en vol au sein de la Royal Air Force photo RAF

Le VC10 a permis aux Européens de conserver une présence symbolique dans le secteur prestigieux du long-courrier et a ainsi sauvé l’honneur du Vieux Continent tout au long des années soixante, en attendant la création d’Airbus Industrie en 1970 et, quinze ans plus tard, l’apparition de l’A340. Entre autres titres de gloire, le VC10 fut le plus rapide de tous les quadriréacteurs (Concorde mis à part, bien entendu), ce qui lui vaut, encore aujourd’hui, de détenir le record de vitesse pour avions commerciaux, subsoniques, sur Londres-New York.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:50
Kosovo : nouveau déploiement de l’EEI à DOG 31

 

06/12/2013 Sources : EMA

 

Le 5 décembre 2013, l’escadron d’éclairage et d’investigation (EEI) français s’est déployé à DOG 31.

 

Il s’agit du deuxième déploiement l’EEI du mandat Trident 43 de la KFOR, après plusieurs semaines passées à Camp Cabra, situé légèrement plus au sud de DOG 31. La mission de l’EEI consiste au maintien d’un environnement sûr et sécurisé au profit de l’ensemble de la population en effectuant des patrouilles en véhicule ou des patrouilles à pieds dites de proximité. L’EEI doit par ailleurs surveiller le trafic sur la frontière entre la Serbie et le Nord du Kosovo.

 

Aux côtés de militaires autrichiens, l’EEI assure également une surveillance, en bateau, du lac de Gazivode. Ce lac artificiel, formé par un barrage construit sur la rivière Ibar, marque une frontière entre la Serbie et le Kosovo. L’EEI a pour mission d’y contrôler divers points de passage, afin de maintenir un environnement sécurisé, ainsi que la liberté de mouvement, réalités connues, dans le jargon otanien, sous l’acronyme SASE and FOM (safe and secure environment & freedom of movement).

 

Placé sous le commandent du tactique du Multinational Battle Group East (MNBG-E) de la KFOR, l’EEI français opère également sur l’ensemble des autres postes dans le nord de la zone du MNBG-E.

 

La KFOR participe au maintien d’un environnement sûr et sécurisé au profit de l’ensemble de la population du Kosovo, en coopération avec la Mission des Nations unies au Kosovo (MINUK) et la mission de l’Union européenne (EULEX). Environ 320 militaires français sont engagés dans l’opération TRIDENT, nom de la participation française à la KFOR, avec une unité de manœuvre (l’EEI) et un élément de soutien national (ESN).

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:45
Exercie final pour le 3e bataillon Sigui

 

6 décembre 2013 EUTM Mali

 

Du 2 au 4 décembre a eu lieu l’exercice final pour le bataillon « Sigui » des Forces armées maliennes. Cet exercice était la dernière étape avant la fin de leurs 10 semaines de formation dispensée par la mission de l’Union européenne pour le Mali (EUTM Mali). Durant cette formation, l’unité malienne a amélioré ses savoir-faire de combat de même que sa capacité à planifier et conduire des opérations dans un cadre tactique réaliste, auquel ils pourront être confrontés après leur déploiement.

 

L’exercice a été conduit dans la région du nord de Koulikoro où des forces ennemies s’étaient emparées de la ville de Banamba, à partir de laquelle ils étaient en mesure  de lancer des  raids, menaçant ainsi la ville de Koulikoro.

 

Pendant les manœuvres, des officiers maliens, commandant directement leurs unités, ont dû faire face à de nombreux incidents : des embuscades, des harcèlements ou des attaques d’IED, objectif : éprouver l’efficacité des troupes et leurs capacités de commandement. Au final, l’exercice a été un succès, le bataillon Sigui a prouvé sa capacité à conduire une manœuvre coordonnée autonome de niveau de groupe tactique interarmes (GTIA), dans le cadre d’une offensive menée par des éléments armés. Deux Mirage 2000, avions de chasse de la force française Serval, ont pris part à l’exercice, dans le cadre de l’évaluation des équipes TACP du bataillon (patrouille de contrôle aérien tactique).

 

La formation du bataillon Sigui, par la mission EUTM, prendra officiellement fin samedi 7 décembre au cours d’une cérémonie au cours de laquelle les militaires maliens seront brevetés

 

End of training exercise for the “Sigui” battalion.

 

From the 2nd to the 4th of December took place the final exercise for “Sigui” battalion of the Malian Armed Forces. It has been the last step before completion of their 10 weeks training period provided by the European Union training mission for Mali (EUTM Mali). During this time, the Malian unit has improved his individual and group combat skills, and has largely increased its ability to plan and conduct operations in a framework likely to be faced in the near future.

 

The exercise was conducted in the northern region of Koulikoro. The scenario assumed that enemy forces had seized the town of Banamba, from which they were launching now deep raids alongside the route and threatening thus the city of Koulikoro.

 

During the maneuvers, Malian officers, directly commanding their units, had to face numerous incidents, like ambushes, harassments or IED attacks that continuously challenged the operability and readiness of their troops, and his command ability. Eventually, the exercise was successfully completed, and Sigui battalion proved its capability to conduct an autonomous coordinated maneuver at combined arms battle group level, in the frame of an offensive led by armed elements. Two Mirage 2000 fighter aircrafts of the French force Serval were also involved in the exercise, as part of the evaluation of battalion’s TACP teams (tactical air control patrol).

 

Sigui battalion will have its end of training ceremony next Saturday, when the Malian military will be officially accredited by EUTM Mali mission.

 

Reportage photos

Exercice final du bataillon Sigui, GRAD 2M

Exercice final du bataillon Sigui, GRAD 2M

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:40
Armor: Ukraine Becomes A Player On The Low End

 

 

December 5, 2013: Strategy page

 

Ukraine is trying to interest buyers in its new Corsar ATGM (Anti-tank guided missile). The 105mm (diameter) missile and its storage/launch container weigh 18 kg (40 pounds). The missile is laser homing, with a range of 2,500 meters and its tandem warhead can penetrate 550mm of armor that is behind reactive (explosive panels) armor. Poland has expressed some interest, even though Poland has been using the Israeli Spike LR for several year. But Corsar is cheaper than Spike and uses laser guidance rather than the more expensive “fire and forget” system. The Spike LR, along with the sealed storage/launch canister, weighs 13 kg (28.6 pounds). The canister is mounted on a 13 kg fire control system (10 kg without the tripod) for aiming and firing. The missile in its canister has a shelf life of twenty years and a range of 4,000 meters. The Spike uses a fiber-optic cable so that the operator can literally drive the missile to the target, although the missile can also be used in "fire and forget" mode. Israel is apparently flexible on what they charge for the Spike LR, saying only that it's cheaper than similar the U.S. Javelin.

 

Before the Cold War ended in 1991 many Soviet weapons design and production operations were in Ukraine. These were inherited by the newly independent Ukraine after 1991. But most of these organizations went out of business because there was no more Soviet Armed Forces placing large orders each year. Most of the foreign sales disappeared as well. Ukraine salvaged some weapons and design capability by selling off its large Cold War stocks of Soviet weapons at low prices and developing a willingness to sell to anyone who could pay. Ukraine now has a lot of customers in Africa and Asia and noted a demand for ATGMs. These weapons are popular not just for ability to destroy or disable most tanks, but as highly portable and accurate artillery against all sorts of targets. Corsar is old technology but the Ukrainians still know how to produce it cheaply and reliably enough to attract some customers.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:35
photo Livefist

photo Livefist

 

December 5, 2013: Strategy Page

 

The new Russian built Indian aircraft carrier INS Vikramaditya was turned over to the Indian Navy on November 16th and left for India ten days later. There’s one major problem however. Vikramaditya is not combat ready yet. When Vikramaditya arrives at its home port in late January it will be without its primary LRSAM/Barak 8 anti-aircraft missile system. Vikramaditya is supposed to be fully operational by mid-2014 but that won’t happen until it receives its Israeli designed air defense system. In the meantime the carrier does have several AK-630 Russian made six-barrel 30mm close-in weapon systems (CIWS), for defense against anti-ship missiles as well as MiG-29 fighters. But the long range anti-aircraft missiles are a major part of the air defenses.

 

It’s all about persistent Indian problems with managing the development of military technology. India and Israel have a deal to jointly develop and manufacture the new Barak 8 anti-aircraft missile. India calls their version LRSAM (Long Range Surface to Air Missile) and while most (70 percent) of the development work has been done in Israel, India is the major customer (buying $1.1 billion worth of LRSAM/Barak 8 for their warships). Because India has a larger navy, they will be the major user. The two countries evenly split the $350 million development cost. The Indian delay is because of problems developing features India wanted and some Indian made components in LRSAM. While the Barak 8 is being installed in some Israeli ships right now, Israel cannot just install Barak 8 in Vikramaditya until the two countries resolve some differences over the transfer of some Israeli technology to India. This has also been a problem with other Western nations and the Indian government has not been willing to change Indian laws and patent protections to avoid these problems.

 

Over the last few years India found that they had a major problem with LRSAM; they did not have enough engineers in the government procurement bureaucracy to quickly and accurately transfer the Israeli technical data to the Indian manufacturers. In addition, some of the Indian firms that were to manufacture Barak 8 either misrepresented their capabilities or did not know until it was too late that they did not have the personnel or equipment to handle manufacture of Barak 8 components.

 

Meanwhile Israel is already manufacturing and installing the new Barak 8 on its three 1,075 ton Saar 5 class corvettes. This means Barak 8 will be ready for action over a year before its scheduled 2015 service date. Israel is believed to be rushing this installation because Russia has sent high speed Yakhont anti-ship missiles to Syria and Barak 8 was designed to deal with this kind of threat. Barak 8 is also Israel’s first air defense system equal to the American Patriot (and similar systems like the U.S. Navy SM-2, Russian S-300 and European Aster 15). An improved Barak 8 would be able to shoot down short range ballistic missiles.

 

The Barak 8 is a 275 kg (605 pound) missile with a 60 kg (132 pound) warhead and a range of 70 kilometers. The warhead has its own seeker that can find the target despite most countermeasures. The missiles are mounted in a three ton, eight cell container (which requires little maintenance) and are launched straight up. The compact (for easy installation on a ship) fire control module weighs under two tons.

 

The original Barak 1 missiles was introduced in the 1980s and is also used by the Indian Navy. Each Barak 1 missile weighs 98 kg (216 pounds) each and has a 21.8 kg (48 pound) warhead. These missiles were also mounted in an eight cell container. The radar system provides 360 degree coverage and the missiles can take down an incoming missile as close as 500 meters away from the ship. The missile has a range of ten kilometers, and is also effective against aircraft. India has bought over $300 million worth of these systems.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 12:30
Liban : la FCR participe à l’exercice « Blue Bird »

 

06/12/2013 Sources : EMA

 

Le 30 novembre 2013, la Force Commander Reserve (FCR) a participé à l’exercice Blue Bird, organisé chaque année par l’état-major de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

 

Cet exercice a pour objectif de vérifier que les procédures à appliquer en cas d’alerte de sécurité sont bien connues du personnel civil libanais et international de la FINUL, ainsi que des militaires chargés d’assurer leur protection.

 

Le 30 novembre, à 8h00, l’état-major de la FINUL à Naqoura, a alerté la FCR que la situation sécuritaire dans la zone nécessitait de mettre en sécurité le personnel civil libanais et international de la Force, ainsi que leurs familles. Une dizaine de points de concentration est répertoriée dans toute la zone d’opérations de la FINUL. Le camp de Dayr Kifa est l’un d’eux.

 

Une fois l’alerte déclenchée, la FCR s’est préparé à recevoir les personnes venant se placer sous sa protection. Pendant qu’elles rejoignent le camp, un dispositif de protection a été déployé et les différents ateliers où les ressortissants doivent se présenter sont montés.

 

Chaque personne arrivant sur le camp de la FCR a été prise en charge et enregistrée, afin de s’assurer que personne ne manque à l’appel. Les ressortissants ont ensuite été dirigés vers une zone d’attente où leur ont été présentés un sac d’alerte type et tout ce qu’il doit contenir pour pouvoir vivre correctement en cas d’évacuation.

 

Grace à l’investissement de tous les acteurs, cet exercice s’est parfaitement déroulé. Si la zone d’opérations de la FINUL est calme, chacun doit néanmoins savoir ce qu’il doit faire en cas d’alerte. C’est l’objectif de l’exercice « Blue Bird ». Celui-ci a été parfaitement atteint dans la zone dont la FCR a la responsabilité.

 

Placés sous les ordres du commandant de la FINUL, les éléments français de la Force agissent dans le cadre de la résolution 1701 de l’ONU sur l’ensemble de la zone comprise entre le fleuve Litani et la « Blue Line », au Sud Liban. Ils mènent leurs actions en coopération étroite avec les Forces Armées Libanaises (FAL).

Liban : la FCR participe à l’exercice « Blue Bird »Liban : la FCR participe à l’exercice « Blue Bird »
Liban : la FCR participe à l’exercice « Blue Bird »
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 11:55
France: le budget 2014 des opérations militaires déjà dépassé

L’engagement des 1.200 soldats français en Centrafrique n’est pas financé.

 

05.12.2013 Par Alain Ruello – lesEchos.fr

 

Les 450 millions d’euros prévus en 2014 par la France pour ses opérations militaires extérieures ont été estimés au plus juste bien avant que l’opération à Bangui ne soit décidée.

 

Difficile de prédire la durée de l’engagement des 1.200 soldats français en Centrafrique. Ce qui est quasi certain en revanche, c’est que cette nouvelle opération extérieure (Opex) n’est pas financée. Quand la loi de programmation militaire a été élaborée, les 450 millions d’euros prévus en 2014 au titre des Opex de l’armée ont été estimés au plus juste pour couvrir les missions en cours. Bangui n’en faisait pas partie.

 

L’année prochaine, et sans remettre en cause la nécessité de l’intervention, il faudra donc trouver plusieurs dizaines de millions pour couvrir les primes, le carburant, la logistique, la maintenance du matériel ou encore les munitions sur ce nouveau théâtre. La facture dépendra de la durée de la mission. Il est donc trop tôt pour l’estimer.

 

Solidarité interministérielle

 

En principe, le budget du ministère de la Défense ne sera pas mis à contribution en vertu de la clause de solidarité interministérielle qui veut que tout dépassement du budget Opex est couvert par les autres ministères. En principe. Car si l’année prochaine, le gouvernement doit faire face à plusieurs milliards de dépenses non prévues, les militaires devront immanquablement prendre leur part aux économies correspondantes : ce qu’ils recevront d’un côté pour couvrir la Centrafrique, ils le perdraient de l’autre.

 

C’est exactement ce qui s’est passé cette année où la Défense a dû faire une croix sur 500 millions , qu’elle doit récupérer l’année prochaine. En principe, puisque ces 500 millions de crédits budgétaires ont été gagés sur 500 millions de recettes exceptionnelles...

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 11:45
RCA  les militaires de la mission Boali patrouillent dans Bangui photo EMA ECPAD

RCA les militaires de la mission Boali patrouillent dans Bangui photo EMA ECPAD

 

06/12/2013 Par LEXPRESS.fr

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé ce vendredi le début de l'intervention française en Centrafrique.

 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé ce vendredi matin que l'opération française en Centrafrique avait commencé avec des patrouilles dans Bangui

Sur RFI, le ministre a déclaré: "L'opération a commencé, dans la mesure où les forces françaises qui étaient déjà présentes à l'aéroport de Bangui, avec une mission limitée à la protection de cet aéroport et de nos ressortissants, dès cette nuit, ont développé des patrouilles dans Bangui. La nuit a été calme". 

"Une compagnie est arrivée de Libreville hier soir et aujourd'hui un détachement d'hélicoptères sera sur zone", a encore déclaré le ministre. 

Il a évoqué aussi le développement de la force africaine sur place qui se coordonne avec les forces françaises. "Ce qui fait que j'espère que les deux objectifs que nous poursuivons pourront se réaliser rapidement". 

 

Feu vert de l'ONU à une intervention

Il a défini ces deux objectifs: "Une sécurité minimum, permettant à une intervention humanitaire de se mettre en oeuvre, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui". Elle passe "par la sécurisation des rues, des itinéraires principaux pour permettre aux gens d'aller même à l'hôpital". 

Ensuite il s'agit parallèlement "que les forces africaines soient en situation d'assurer la sécurité du territoire en attendant la transition politique". 

Le président François Hollande avait annoncé jeudi une action militaire "immédiate" en République centrafricaine, en proie à des soubresauts meurtriers, après le feu vert donné plus tôt par l'ONU à cette intervention.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories